L évolution du système bancaire chinois depuis la réforme et l ouverture Les enjeux stratégiques pour les banques étrangères en Chine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évolution du système bancaire chinois depuis la réforme et l ouverture Les enjeux stratégiques pour les banques étrangères en Chine"

Transcription

1 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Cahier de recherche L évolution du système bancaire chinois depuis la réforme et l ouverture Les enjeux stratégiques pour les banques étrangères en Chine ZHU Jie Août 2011 Majeure Alternative Management HEC Paris L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

2 L évolution du système bancaire chinois depuis la réforme et l ouverture les enjeux stratégiques pour les banques étrangères en Chine Ce cahier de recherche a été réalisé sous la forme initiale d un mémoire de recherche dans le cadre de la Majeure Alternative Management, spécialité de troisième année du programme Grande Ecole d HEC Paris. Il a été dirigé par Corine Eyraud, maître des conférences de l Université de Provence, chercheur au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES- MMSH/CNRS). Résumé : Le marché bancaire chinois est l un des marchés les plus attirants pour les investisseurs et les banquiers des pays occidentaux. Depuis la réforme et l ouverture de la Chine en 1978, le système bancaire a été construit et prêt à s adapter au système bancaire mondial. En 2001, la Chine est entrée dans l Organisation Mondiale du Commerce, dès lors, le marché bancaire chinois a accueilli beaucoup d acteurs étrangers. Aujourd hui, sur un tel marché, quels sont les enjeux stratégiques pour les institutions financières étrangères, quels sont les moyens d existence les plus intéressants : joint-ventures ou investissements dans les actions? Dans ce mémoire nous dresserons d abord un historique du système bancaire chinois, puis présenterons son développement pendant ces trente dernières années. Ensuite, nous analyserons les opportunités et les contraintes qui se présentent dans l industrie bancaire pour les banques étrangères et enfin, nous verrons quelques solutions alternatives. Mots-clés : Système bancaire, Ouverture de la Chine, Banques chinoises, Chine, Mondialisation. The evolution of the Chinese banking system since the reform and the opening - Strategic issues for foreign banks in China This research was originally presented as a research essay within the framework of the Alternative Management specialization of the third-year HEC Paris business school program. The essay has been supervised by Corine Eyraud, conferences teacher of University of Provence, researcher at the Laboratory Mediterranean of Sociology (LAMES- MMSH/CNRS). Abstract : The Chinese banking market is one of the most attractive markets for investors and bankers in the West. Since the reform and opening up of China in 1978, the banking system is well built and ready to adapt to the global banking system. In 2001, China entered the World Trade Organization; since then, the Chinese banking market has opened the door and welcomed many foreign banks. Today, in such a market, what are the strategic issues for foreign financial institutions, what are the most interesting ways of being in China, joint ventures or investment in stocks? In this paper, we will first recall a history of the Chinese banking system and its development over the past thirty years. Then we will analyze in detail the opportunities and constraints that arise in the banking industry to foreign banks, and finally we will see some alternative ways. Key words : Banking system, Opening up of China, Chinese Banks, China, Globalization. Charte Ethique de l'observatoire du Management Alternatif Les documents de l'observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles et le libre accès aux connaissances. L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'observatoire du Management Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

3 Remerciements Je tiens à remercier Madame Corine Eyraud pour avoir encadré mon mémoire, orienté mes recherches tout au long de la rédaction de ce mémoire et répondu à mes interrogations. Toute ma gratitude également à Madame Eve Chiapello qui a su m aider dans le choix du sujet. Je souhaitais aussi remercier ma mère, Qinglu Chen, qui m a aidé à trouver de nombreuses ressources de recherches en Chine et qui me les a envoyés en France. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

4 Table des matières Introduction...5 Partie 1. L évolution du système bancaire chinois depuis L historique du système bancaire chinois avant la réforme et l ouverture La réforme du système bancaire depuis La première phase : l état préliminaire du système bancaire dual ( ) La deuxième phase : la construction d un système bancaire de multi-niveaux ( ) La troisième phase : la réforme bancaire en profondeur ( ) La quatrième phase : la réforme moderne du système bancaire chinois ( )...22 Partie 2. Les Banques étrangères en Chine Le développement des banques étrangères en Chine Les banques étrangères comme des moyens d introduire des capitaux étrangers ( ) Modèles du système de concurrence ( ) Ouverture du système bancaire chinois aux banques étrangères en Chine (Depuis 2001) Les enjeux stratégiques pour les banques étrangères en Chine Les contraintes politiques envers les institutions financières étrangères Les contraintes politiques envers les institutions financières étrangères Banque étrangères les moyens d existence en Chine...39 Conclusion Bibliographie...46 Annexes L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

5 Introduction La Chine a connu un développement rapide pendant les trente dernières années. D après le Bureau National des statistiques de Chine (zhongguo guojia tongjiju), la croissance moyenne du Produit Intérieur Brut (PIB) entre 1978 et 2008 est de 9,8% 1. Un chiffre représentatif qui met sur le devant de la scène ce pays immense et ancien. Beaucoup d interrogations concernant le système économique et financier de la Chine ont émergé tout au long de cette période. Que s'est-il passé pendant ces trente dernières années? Quels sont les enjeux pour les acteurs venant des pays occidentaux? Est-ce que l on peut saisir cette opportunité et se développer sur le marché chinois? Dans ce mémoire, nous nous intéressons particulièrement au système bancaire chinois, à son évolution depuis la réforme et l ouverture de Chine en 1978 qui a beaucoup contribué à la croissance économique du pays, et aux enjeux stratégiques pour les institutions financières étrangères. Depuis 1978, le système bancaire chinois est en chemin pour s intégrer dans le système bancaire mondial. La première partie du mémoire sera consacrée à cette période de changement et de développement. Nous rappellerons tout d'abord, l historique du système bancaire chinois avant Puis, nous décrirons plus en détail les quatre phases principales de la réforme systémique de l industrie bancaire. La deuxième partie du mémoire se concentrera sur les enjeux stratégiques pour les institutions financières étrangères qui s intéressent au marché bancaire chinois. Nous allons mettre en avant les faits importants qui marquent l expansion des banques étrangères en Chine dans la première sous partie, et dans la deuxième sous partie, nous analyserons les opportunités et les contraintes pour les banques étrangères à s installer en Chine, et nous proposerons des solutions pour contourner ces contraintes politiques. Les principales sources des recherches sont des articles et des ouvrages en chinois, rédigés après l année 2000 et issus des études récentes. On compte parmi les auteurs, les professeurs en finance des Universités, les chercheurs des institutions économiques et bancaires, le président de la commission de régulation bancaire de Chine et les directeurs des banques. En sources complémentaires sont utilisés des articles et des ouvrages en français et en anglais, ainsi que des sites internet. 1 le 3 mai, 2011 L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

6 Nous avons traduit les noms propres chinois en français et mis les noms originaux (pinyin) entre parenthèses. Une liste des traductions est également disponible dans l Annexe. Les différentes thèses élaborées ci-après sont restituées assez brièvement, sans avoir développées dans toute leur complexité, pour donner une idée globale et se concentrer sur le sujet. Nous avons respecté l esprit original et nous invitons les lecteurs en quête de précisions supplémentaires à lire les ouvrages référencés. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

7 Partie 1. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978 Ce mémoire part d un constat : la réforme et l ouverture de la Chine à la fin des années 1970 a poussé le développement de l économie chinoise et a remodelé le système bancaire chinois. Le processus de marketization ou en français «marchéisation» des banques chinoises, «un processus qui permet aux entreprises d Etat de fonctionner comme des sociétés orientées vers le marché» 2, procède d un double mouvement. D un coté, l approche des règlements bancaires et du marché aux règlements internationaux traduisant l intégration du système bancaire chinois dans le système bancaire mondial ; de l autre, l arrivé des banques et des sociétés de gestions étrangères en Chine, ce qui démontre l ouverture progressive du marché financière. Ce premier chapitre offre une présentation des principaux faits de l évolution du système bancaire pendant ces trente dernières années. La première partie brosse un tableau synthétique de l historique du système bancaire chinois avant la réforme et l ouverture de Chine en La deuxième partie se concentre, de manière plus détaillée, sur un processus de quatre phases des mutations du système bancaire. Nous analyserons les banques et institutions financières étrangères en Chine dans la deuxième partie. 2 Wikipédia : «Marketization», le 17 juillet 2011 L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

8 1.1. L historique du système bancaire chinois avant la réforme et l ouverture Peu après la proclamation de la République populaire de Chine, dans les années 1950, les banques fondées auparavant ont été soumises à la gestion du gouvernement populaire. L ancien système bancaire est constitué par quatre banques principales : la Banque centrale (zhongyang yinhang), la Banque de Chine (zhongguo yinhang), la Banque des communications (jiaotong yinhang), la Banque agricole (nongye yinhang) avec deux bureaux : le Bureau central du trust (zhongyang xintuoju), le Bureau postal des caisses d épargne (youzheng chujin huiyeju) et un Trésor central (zhongyang hezuo jinku). Ces banques et institutions financières ont ensuite fusionné en une seule banque : la Banque populaire de Chine (zhongguo renmin yinhang). La Banque de Chine est devenue une filiale de la Banque populaire de Chine, et se spécialise en affaires des devises. La Banque des communications est devenue une autre filiale qui finance les industries des mines et des transports. La réorganisation des institutions financières privées a eu lieu pendant la même période. Au jour de la fondation de la République populaire de Chine, au nombre des banques privées, des entreprises de crédit, on ajoute le nombre des branches et des filiales, qui était de plus de mille. En trois ans, ces banques privées et entreprises du crédit ont fusionné en une seule banque : la Banque publique-privée, sous la direction de la Banque populaire de Chine et se spécialise en émission des crédits aux entreprises publiques et privées. Entre 1953 et 1978, la Chine était une économie planifiée, dirigée au moyen d un plan fixant des objectifs d une période de cinq ans. Pour soutenir un développement planifié, l Etat chinois détenait entièrement toutes les banques chinoises afin de rassembler des capitaux sur le marché et de les contrôler. (LIU Shiping [2009]) Pendant ce temps-là, la Banque populaire de Chine (Zhongguo renmin yinhang) était le seul représentant d Etat sur le marché interbancaire, qui maîtrisait les entrées et les sorties des capitaux. Ayant un rôle multifonctionnel, elle était à la fois l établissement qui émet la monnaie, une banque commerciale particulière qui gère des opérations financières, le gestionnaire du financement d Etat, et aussi l administrateur du Trésor national. Malgré le fait que la Banque populaire de Chine eût une position dominante dans le système de gestion bancaire et financière, elle avait très peu de contact avec les organisations financières internationales telles que le Fond Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale, et la Banque asiatique de développement. De même pour la Banque de Chine, qui L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

9 était une filiale de la Banque populaire de Chine, spécialisée dans la gestion des affaires financières internationales. Bien qu elle eût, à l époque de l économie planifiée, des branches outre-mer dans les villes principales comme Londres, elle avait très peu d activités ou de contacts avec des banques étrangères. Avant la réforme et l ouverture de Chine, le système bancaire était fermé, d où des décalages entre le système bancaire chinois et le système bancaire international concernant les modes de fonctionnement et les règlements de gestion bancaire. En octobre 1976, arrive la fin de la Révolution culturelle. En octobre 1977, une série de règlements pour la réforme du système bancaire a été publiée : «Approche du compte de la Banque populaire de Chine», «Les règles de gestion du compte», «L avis au public sur le renforcement de la caisse», et «Les règles de gestion de l or et de l argent de la Banque populaire de Chine» qui visent à contrôler l exploitation, l exportation, l achat et la vente de l or et de l argent. (LIU Shiping [2009]) Au dernier jour de l année 1977, l Etat chinois a proclamé la séparation officielle de la Banque populaire de Chine et Ministère des finances. Ainsi, la Chine est entrée dans une nouvelle ère avec un système bancaire indépendant. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

10 1.2. La réforme du système bancaire depuis 1978 La réforme économique chinoise ou la réforme et l ouverture de Chine (Gaige kaifang) fait référence au programme de changements économiques appelé "socialisme aux caractéristiques chinoises" en Chine. Avec le développement social et économique, le monopole de la Banque populaire de Chine ne correspond plus aux demandes multipliées des entités économiques et empêche la libre concurrence du marché, et ainsi entrave la circulation et répartition rationnelle des ressources financières. Pour soutenir la croissance économique et fournir aux entreprises publiques et privées les ressources financières nécessaires, l Etat a décidé d approfondir la réforme du système bancaire. Du 18 au 22 décembre 1978, la troisième session plénière du onzième Comité central de la Partie Communiste de Chine (zhongguo gongchandang, dishiyijie zhongyang weiyuanhui, disanci quanti huiyi) (LIU Shiping [2009]) a eu lieu à Pékin. Lors de cette session, la décision d une réforme du système économique a été prise, ce qui marque le début de la réforme et l ouverture de Chine. (LIU Mingkang [2009] p.15) En 1979, Deng Xiaoping déclarait : «Il faut faire des banques de vraies banques» (DENG Xiaoping [1994] cité par LIU Mingkang [2009] p.15 traduit par l auteur du mémoire). Dans ce contexte, la Chine a commencé la reconstruction financière. Selon les économistes chinois LIU Mingkang [2009] et YI Gang, ZHAO Xianxin [2001], on peut analyser la réforme du système bancaire chinois en le découpant en quatre phases. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

11 La première phase : l état préliminaire du système bancaire dual ( ) L objectif de cette phase est de compléter le système planifié par la réglementation du marché (YI Gang, ZHAO Xianxin [2001]). L Etat chinois commence la réforme bancaire en renforçant l importance des banques dans le développement économique et en construisant «un système bancaire dual» (LIU Mingkang [2009]) qui sépare la banque centrale et les banque spécialisées d Etat. Le 23 février 1978, le Conseil d Etat de la République populaire de Chine (guowuyuan) a décidé de reprendre la Banque de l Agriculture de Chine (zhongguo nongye yinhang) 3, qui se spécialisera ensuite en gestion des ressources financières agricoles, l émission des crédits bancaires aux agriculteurs, la gestion des Coopératives de crédit rurales (nongcun xinyong hezuoshe) et le développement de l industrie agricole. Peu après, le 13 mars 1978, la Banque de la Chine (Zhongguo yinhang) est séparée de la Banque Populaire de Chine pour gérer des activités de devises. En 1979, la Banque populaire de Chine commence à fournir des prêts d achat d équipements de moyen et long terme aux entreprises afin de soutenir des projets innovants, efficaces et rentables. La Banque conseille aux entreprises d'utiliser les bénéfices des investissements pour rembourser les prêts et de garder le flux de financement dédié au projet. Ce genre de prêts a un délai de remboursement d au maximum trois ans. L émission de ces prêts complète les prêts existants qui sont plutôt provisoires et saisonniers. En 1980, le conseil d Etat confie les financements des constructions d infrastructure à la Banque de construction (zhongguo jianshe yinhang) sous forme de prêts bancaires. En juillet 1981, l Etat a permis à la Banque Commerciale de Nanyang, Hongkong d implanter ces succursales à Shenzhen. Il s agit de la première introduction d une banque étrangère en Chine depuis la fondation de la république populaire de Chine. Le 07 septembre 1983, le Conseil d Etat désigne la Banque Populaire de Chine comme la Banque centrale qui dirige toutes les institutions financières chinoises. Le 01 janvier 1984, la Banque de l industrie et du commerce (zhongguo gongshang yinhang) est fondée, afin de remplacer la Banque Populaire de Chine en services de crédits et d épargne aux industries et particuliers urbains. Dès lors, le système monopole de la Banque populaire de Chine est remplacé par le système dual composé par une banque centrale et quatre banques spécialisées d Etat. 3 La Banque de l Agriculture de Chine (zhongguo nongye yinhang) a été créée en 1951, ensuite, elle a été fusionnée avec la Banque populaire de Chine en 1957 pour une période de 1957 à Puis, elle a été fusionnée une autre fois avec la Banque populaire de Chine en 1963, dès lors, elle fait partie de cette dernière jusqu à L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

12 Cette première période de la réforme du système bancaire est marquée par la séparation entre la Banque populaire de Chine et ces quatre banques spécialisées d Etat : la Banque de Chine, la Banque de l agriculture, la Banque de construction et la Banque de l industrie et du commerce. Ces quatre banques spécialisées d Etat absorbent les épargnes du ménage et émettent des prêts aux entreprises. A ce stade, leurs mission est de fournir des ressources financières pour le développement économique. Une partie du système bancaire chinois représente bien «le socialisme aux caractères chinois», ce sont les institutions financières rurales. Elles complètent les quatre banques commerciales d Etat sur le marché agricole. Au début des années 1950, les coopératives de crédits rurales sont créées afin que les agriculteurs qui produisent la même culture puissent se rassembler et s entraider. Ces associations d au moins cinq personnes, avec l approbation de la Banque populaire de Chine, peuvent lever des fonds et demander des prêts pour les activités agricoles. Ces coopératives de crédit rurales constituent une partie importante du système bancaire de la Chine. Après la réforme et l ouverture de 1978, les coopératives de crédit rurales sont au service des agriculteurs et des Petites et Moyennes Entreprises (PME) pour leur fournir des crédits. Ces coopératives sont devenues un lien entre les agriculteurs et l Etat. Au fur et à mesure de la réforme du système bancaire, les coopératives de crédits rurales émergent dans certaines régions. Par ailleurs, en 1981, le service postal commence à faire des préparations pour reprendre le service d épargne qui a été arrêté depuis En 1984, le nombre total des organismes bancaires des quatre banques commerciales d Etat était de cinquante trois mille huit cent quatre-vingt dix-huit, avec huit cent quarante cinq mille salariés (YI Gang, ZHAO Xianxin [2001]). Les organismes bancaires comprennent les entités organisationnelles de différents échelons : «L organisation du système bancaire d Etat chinois se fonde sur les mêmes principes et les mêmes entités organisationnelles que ceux du système industriel d Etat. La banque centrale et les banques spécialisées ont ainsi des organisations à chaque échelon administratif : à l échelon central on trouve le siège social (zonghang), à l échelon provincial les succursales provinciales (fenhang), à l échelon municipal les succursales municipales (zhihang), à l échelon du district et du cantones agences bancaires (jingyesuo ou fenlichu). Chacun de ces échelons est l autorité de tutelle de l échelon inférieur.» (EYRAUD Corine [1999] p.140) L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

13 La deuxième phase : la construction d un système bancaire de multi-niveaux ( ) L objectif de cette deuxième phase est d un coté de transformer les banques spécialisées d Etat en entreprises indépendantes qui sont responsables de leurs propres actes, et de l autre de compléter le système bancaire par d autres institutions financières et bancaires. Pour atteindre cet objectif, l Etat commence par la transformation des banques spécialisées d Etat. Premièrement, l Etat contrôle le financement des banques commerciales d Etat et élargit les champs d activités de ces banques. Le 12 mai 1984, la deuxième session plénière de la sixième Assemblée nationale populaire (quanguo renmin daibiao dahui) 4 décide que les banques commerciales d Etat doivent à fournir des ressources financières aux entreprises d Etat sous forme de prêts bancaires au lieu d allocations. (LIU Mingkang [2009] p. 17) Dès lors, ces quatre banques commerciales d Etat ont pris la responsabilité de fournir des financements aux entreprises d Etat. En 1985, l Etat a publié des mesures politiques qui cassent les limites interbancaires et qui permettent aux banques commerciales d Etat de concurrencer librement. Deuxièmement, l Etat promeut le moyen de gestion entrepreneuriale comme le nouveau moyen de gestion bancaire. Les banques commerciales d Etat doivent prendre la forme d entreprises comme personnes juridiques indépendantes, qui prennent leur propre risque, et qui sont responsables de leurs propres fonctionnements. Malgré ces bonnes intentions, ces quatre banques spécialisées d Etat ont toujours un rôle de macro-contrôle pendant cette période et ne sont pas entièrement indépendantes. Cependant, de nombreuses entreprises collectives, privées, joint-ventures et d autres entités non publiques sont en développement rapide. Ces entités économiques ont besoin de nouvelles banques commerciales pour leur fournir des services financiers. Pour répondre à leurs demandes, l Etat non seulement continue à compléter le système bancaire, mais aussi encourage la création d autres formes d entités financières afin de pousser la réforme bancaire. En 1987, la Banque populaire de Chine a montré qu il faut construire un système financier socialiste, un système qui est composé par des banques spécialisées, complété par des institutions financières variées et dirigé par la banque centrale. En juillet 1986, avec l accord du Conseil d Etat, la Banque des communications a été récréé sous forme d une banque par actions de services multiples. C est la première 4 «L Assemblée nationale populaire de la République populaire de Chine se réunit une fois par an pour une session d'une dizaine de jours. Les députés, au nombre de environ, sont élus pour 5 ans au suffrage plusieurs fois indirect.» (Wikipédia : Assemblée nationale populaire) L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

14 banque chinoise ayant la forme de société par actions (25% de son capital provient de l Etat, 45 % de la municipalité de Shanghai, 30 % des entreprises locales) (EYRAUD Corine [1999] p.144) Depuis la restructuration de la Banque des communications(jiaotong yinhang), plusieurs banques commerciales par actions ont été crées : la Banque CITIC 5 de Chine (Zhongxin shiye yinhang), la Banque des commerçants de Chine (Zhaoshang yinhang), la Banque du développement de Shenzheng (Shenzheng fazhan yinhang), la Banque industrielle (Xinye yinhang), la Banque du développement de Guangdong (Guangdong fazhan yinhang), la Banque Everbright de Chine (Zhongguo guangda yinhang), la Banque Huaxia (Huaxia yinhang), la Société bancaire de Chine Minsheng (Zhongguo minsheng yinhang), la Banque du développement de Pudong Shanghai (Shanghai Pudong fazhan yinhang), etc. Leurs actions sont détenues par des entreprises dont le statut est celui de personne juridique. Le janvier 1986, le bureau de service postal et la Banque populaire de Chine ont publié ensemble «l accord sur l épargne postale» et ont décidé de faire des essais d épargne postale dans douze villes y compris Pékin et Tianjin. A la fin de l année 1986, l Etat a introduit «la Loi postale de la République populaire de Chine». Cette loi faisait de l épargne postale une activité obligatoire du service postal. Ainsi, un système similaire au système bancaire est établi. Le juillet 1986, la Banque populaire de Chine a publié «les règlements de gestion provisoires sur les coopératives de crédit urbaines (chengshi xinyongshe)», ce qui a confirmé le rôle des coopératives de crédit urbaines dans le système bancaire. Depuis 1979 quand la première coopérative de crédit urbaine chinoise a été fondée à Zhumadian, Hebei, des coopératives de crédit urbaines ont émergé dans les villes principales. Ce sont des institutions financières collectives, qui servent les collectivités économiques urbaines et privées. En 1995, la Banque populaire de Chine commence à fonder des banques commerciales urbaines (chengshi shangye yinhang) sur la base des Coopératives de crédits urbains. Le février de la même année, la première banque commerciale urbaine : la Banque commerciale urbaine Shenzhen est créée. Jusqu à la fin de l année 1996, dix-huit banques commerciales urbaines ont ouvert leurs portes aux grand public. Ainsi, un système bancaire de multi-niveaux a été fondé avec quatre banques spécialisées d Etat, une dizaine de banques commerciales par actions, et des banques commerciales 5 CITIC : la société internationale fiduciaire et d investissement de Chine (China International Trust and Investment Corporation) traduit de l anglais en français par l auteur du mémoire. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

15 urbaines. Selon LIU Mingkang ([2009] p. 19), comme ces entités financières non étatiques se fondent sur les soutiens des autorités régionales et qu elles ont des avantages en termes de structure de capitaux ou de système de gestion, elles ont la capacité de concurrencer avec les quatre banques spécialisées d Etat sur le marché bancaire. Cela aide à former un marché de concurrence pour le système bancaire chinois. Le décembre 1993, «l avis au public sur la réforme approfondie du système de devise étrangère» est publié par la Banque populaire de Chine. Selon cet avis au public, les entrées et des sorties des devises étrangères sont soumises au contrôle de la Banque populaire de Chine. Différents règlements par devise étrangère, l'affichage du prix en devise étrangère et la circulation de devise étrangère sont strictement interdites sans autorisation. En avril 1994, un marché national de devise étrangère, qui est aussi un marché interbancaire, est créé afin de fournir des services de conversion de devises entre les banques. Le 17 mars, le 01 juillet, et le 18 novembre de l année 1994, trois banques institutionnelles de Chine (zhengcexing yinhang) sont fondées : la Banque de développement d'état (guojia kaifa yinhang), la Banque d importation et exportation de Chine (zhongguo jinchukou yinhang), et la Banque de développement agricole (zhongguo nongye fazhan yinhang). Les banques institutionnelles font des activités commerciales selon les politiques de développement d Etat et elles n ont pas comme premier objectif de faire du profit. La Banque de développement d'état est principalement responsable de la collecte de fonds pour les grands projets d'infrastructure, y compris le projet du barrage des Trois Gorges et l aéroport international de Pudong Shanghai. La banque est décrite comme le moteur qui alimente les politiques du gouvernement national de développement économique. (Michael Forsythe, Henry Sanderson [ ]). La Banque d importation et d'exportation de Chine est appelée à mettre en œuvre les politiques de l'etat dans l'industrie, le commerce extérieur, la diplomatie, l'économie et les finances afin de fournir un soutien de politique financière pour promouvoir l'exportation des produits et services chinois. La Banque de développement agricole a pour mission de promouvoir le développement de l'agriculture et des zones rurales à travers les activités suivantes: lever les fonds pour les entreprises agricoles selon les politique d Etat, procéder des activités agricoles définie par le gouvernement central, faire des activités commerciales liées à l'agriculture approuvées par les régulateurs bancaires et allouer des fonds spéciaux pour le Trésor d Etat afin de soutenir l'agriculture. Pour contrôler le risque financier, la Banque populaire de Chine a élaboré en 1994 «Les règles de contrôle et les normes de surveillance de la gestion de proportion actif passif des banques commerciales». C est la première fois que le contrôle du risque a été mentionné dans L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

16 les lois. Dès lors, à peu près deux cent règlements de lois sont sortis. Ces règles ont bien précisé les processus des activités financières et de la gestion financière. Cette période de réforme est marquée par la croissance des banques : En 1995, on compte, pour les quatre banques commerciales d'etat, cent soixante mille organismes bancaires et un million neuf cent vingt trois mille salariés, ce qui est respectivement 1,97 fois et 1,27 fois plus élevé que les statistiques de Avec l expansion des réseaux de service, les quatre banques commerciales d Etat ont multiplié leurs capitaux. De 1985 à 1997, le montant de l'actif des quatre banques commerciales d Etat été multiplié par onze. (YI Gang, ZHAO Xianxin [2001]) La troisième phase : la réforme bancaire en profondeur ( ) Cette étape a vu un développement rapide de diverses formes de banques, une présence d un grand nombre de banques étrangères, et une réglementation du marché monétaire. Un environnement favorable a été créé pendant cette période pour le système bancaire. En 1995, «La loi des banques commerciales de la République populaire de Chine» a été votée pendant la treizième session plénière du huitième Comité permanent de l Assemblée populaire nationale (quanguo renmin daibiao dahui changwu weiyuanhui) 6. Depuis la parution de cette loi, les banques spécialisées d Etat sont devenues, en termes de structures et de moyen de gestion, des banques commerciales d Etat. Dès lors, ces banques ont gagné en autonomie. En 1997, la crise financière asiatique a éclaté. En 1998, pour maintenir la stabilité financière et améliorer le ratio de capital des banques, l Etat a investit deux cent soixante-dix milliards de yuan (soit vingt-sept milliards d euros) dans les quatre banques commerciales d Etat. Ainsi le ratio de fonds propres par rapport à l ensemble des crédits accordés par ces banques a atteint le niveau exigé par les Accords de Bâle. 7 6 «Le Comité permanent de l Assemblée populaire nationale (quanguo renmin daibiao dahui changwu weiyuanhui) est un comité d environ 150 membres de l'assemblée populaire nationale (APN) de la République populaire de Chine (RPC), qui se réunit entre les sessions plénières de l APN. Il a l autorité constitutionnelle de modifier la législation à l intérieur des limites fixées par l APN.» (Wikipédia : «Le Comité permanent de l Assemblée populaire nationale») 7 «Les Accord de Bâle de 1988 visaient à assurer la stabilité du système bancaire international en fixant une limite minimale à la quantité de fonds propres des banques. Ce minimum a été fixé en mettant en place un ratio minimal de 8% de fonds propres par rapport à l'ensemble des crédits accordés par les banques.» (Wikipédia : «Bâle I ) L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

17 En 1999, l Etat a épluché les créances douteuses des quatre banques commerciales d Etat et les a transférés aux quatre sociétés de gestion d actifs d Etat : La société de gestion d actif Xinda, Chine (zhongguo xinda zichan guanli gongsi), la société de gestion d actif Huarong, Chine (zhongguo huarong zichan guanli gongsi), la société de gestion d actif Changcheng, Chine (zhongguo changcheng zichan guanli gongsi), et la société de gestion d actif Dongfang, Chine (zhongguo dongfang zichan guanli gongsi). Ces quatre sociétés de gestion d actif sont créées pendant les années 1990, dont l objectif est d un côté d éplucher les créances douteuses, d émettre des obligations financières sous garantie du financement d Etat ; et de l autre d améliorer la structure financière des entreprises en transformant les dettes en actions. A la fin de l année 2000, l achat et la transformation des dettes des quatre banques commerciales d Etat ont été finalisés par ces quatre entreprises de gestion d actif. Le montant total des dettes traitées est de milliards de yuan (soit 139,3 milliards d euros). Après avoir débarrassé de ses créances douteuses, la qualité des actifs et l état comptable de ces banques commerciales d Etat sont beaucoup améliorés. Le taux de créances douteuses a baissé de presque 6 % par rapport à la fin de l année précédente. Les règles de comptabilité internationale exigent aussi une réforme du système bancaire chinois. En 1998, l Etat a modifié le montant de réserves exigé pour les créances douteuses. Ce taux est diminué de 1% des soldes des prêts du début de l année, à 1% à la fin de l année. En 1999, la fréquence de l apurement des comptes des prêts est augmentée. Cette fréquence est passée d une fois tous les deux ans, à une fois par an, puis, en 2000, à deux fois par an. Le taux d impôt d affaire des banques commerciales est diminué de 8% à 5% dès 2001(LI De [2002]). Jusqu à aujourd hui, huit banques commerciales chinoises ont établi rapport financier annuel supplémentaire (niandu buchong caiwu baogao) et se soumettent aux audits des cabinets d audit internationaux. Pour contrôler le risque des prêts, l Etat chinois a construit au fer et à mesure un système de gestion du risque avec cinq niveaux d états des prêts : normal, douteux, attention, suprime et perdu. Ce système de l évaluation des prêts reflète mieux la probabilité du risque bancaire. En 2000, quatre banques d Etat et neuf banques commerciales par actions ont classé leurs prêts de sept mille milliards de yuan selon ces cinq niveaux d états afin d améliorer la gestion et d éviter le risque. Le 26 novembre 1990, la Bourse de Shanghai, ou Shanghai Stock Exchange (Shanghai zhengquan jiaoyisuo), a été établie. Le 3 juillet 1991, la Bourse de Shenzhen, ou Shenzhen Srock Exchange (shenzhen zhengquan jiaoyisuo) a été fondée. Ces deux Bourses sont les plus L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

18 importantes bourses de République populaire de Chine après celle de Hong Kong. La fondation de ces deux Bourses marque une nouvelle ère du marché boursier chinois. Dès lors, pour les citoyens chinois, le marché boursier est devenu l'un des canaux d'investissement les plus importants. Pendant des années de «marchéisation», la transition d'une économie planifiée à une économie de marché, le marché boursier chinois a promu la réforme des sociétés d'état (y compris les quatre banques spécialisées d Etat) et a permis leur changement systémique du système d entreprise d Etat au système d'actionnariat. Le 11 décembre 2001, la Chine est entrée dans l Organisation Mondiale du Commerce (OMC), ce qui met davantage sous pression les banques commerciales d Etat qui ont des problèmes en termes d efficacité et de rentabilité. Nous analyserons ces problèmes dans la partie suivante. En mars 2002, l organisation de paiement par carte, China UnionPay (zhongguo yinlian), a été fondée. China UnionPay ou CUP, parfois désigné par UnionPay (yinlian), est une institution financière par action qui permet aux banques et institutions financières chinoises de reconnaître les paiements par carte des autres institutions et qui permet aux utilisateurs de carte de faire des retrait dans les distributeurs d autres banques. CUP regroupe toutes les banques dont le quartier général est en Chine, y compris les quatre banques spécialisées d Etat, les douze banques commerciales par actions, la banque d épargne postale (youzheng chuxu yinhang), la banque des communications, et la plupart des banques commerciales urbaines et rurales, et des coopératives de crédit rurales. A Hongkong et à Macao, les banques comme HSBC, la Banque Hang Sheng (hengsheng yinhang) et la Banque d Asie de l est, etc. ont aussi émis des carte de paiement CUP. Pendant cette période, le marché interne des capitaux a connu une hausse, surtout sur le marché boursier. En 2003, le montant des fonds recueillis grâce à l'émission des actions sur les marchés boursiers était de 135,8 milliards de yuans, soit une augmentation de 39,6 milliards de yuans par rapport à l'année précédente. Au total, quatre-vingt dix sept entreprises ont émis des actions, y compris des actions nouvellement émises et des obligations convertibles, et vingt quatre autres sociétés ont émis des actions type A 8, avec un capital versé de quatre-vingt deux milliards de yuans. L émission des vingt quatre actions type B et les actions type H a recueilli 53,7 milliards de yuans de capitaux étrangers. Le nombre de 8 Les actions type A sont des actions Renminbi, des entreprises cotés en Bourse chinoises (hors Taiwan, Hongkong et Macao) et vendu aux investisseurs en Chine (hors Taiwan, Hongkong et Macao). Les actions type B sont des actions en dollar, des entreprises cotés en Bourse chinoises (hors Taiwan, Hongkong et Macao), et vendu aux investisseurs en dehors de Chine. Les actions type H sont des actions en dollar de Hongkong, des entreprises en Chine coté en Bourse de Hongkong. L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

19 sociétés cotées (dont les actions sont de types A ou B) sur les marchés boursiers de Chine est passée de 1224 à la fin de 2002 à 1287 à la fin de En 2004, la Chine a émis cent vingt trois sortes d actions type A, et vingt trois actions avec droit préférentiel de souscription, dont la valeur totale de 83,6 milliards de yuans, et vingt-huit types d'actions B et H, avec un total de 67,5 milliards de yuans 9. Avec ce développement rapide du marché boursier, le système financier chinois est entré dans la phase de marchéisation. Les capitaux boursiers représentent une partie importante des capitaux financiers de la Chine. En 1994, le ratio des capitaux boursiers sur les actifs bancaires était de 20 : 1, mais en 2000, il était devenu de 4 : 1. (YI Gang, ZHAO Xianxin [2001]) Comme le marché boursier est devenu un choix d investissement intéressant pour les citoyens, les banques et le marché boursier rivalisent pour les épargnes de long terme. Les banques ont perdu des clients partis vers le marché boursier, ce qui fait diminuer le montant d épargne. En même temps, le développement du marché boursier a élargi le champ de capitalisation pour les entreprises, ce qui réduit la demande des prêts bancaires. Par ailleurs, la croissance rapide du marché boursier permet aux institutions financières d investissement de conquérir les épargnants. Comme l investissement boursier a une haute rentabilité, et comme les épargnants sont à la chasse au profit, un service plus diversifié et plus intéressant est nécessaire pour les banques afin de retenir les clients. Pour répondre à cette exigence, les banques chinoises ont trouvé des moyens d amélioration. Les banques se concentrent surtout sur deux parties : le service du compte et le crédit de consommation aux particuliers. Les services du compte offerts par les banques permettent aux épargnants de faire des paiements par carte, des prélèvements directs, des achats en ligne, et l achat et la vente des produits d assurance et financiers. C est par ce moyen que les banques maintiennent leur part de marché et conquièrent plus de clients. Le crédit de consommation aux particuliers est de plus en plus populaire en Chine. Les banques font des partenariats avec des magasins, et offrent des crédits de consommation de petits et moyens montants aux particuliers. Le crédit à la consommation est souvent accordé sous forme de carte de crédit, avec un délai de remboursement de quarante cinq jours et un montant selon les capacités de paiement des détenteurs. Ce sont des crédits de consommation sans intérêt sauf si l utilisateur n arrive pas les rembourser pendant le délai. Quant aux prêts à la consommation, ils ont une limite de montant de mille à trois cent mille yuans. Il faut passer 9 Wikipedia : «Chinese financial system», le 17 juillet 2011 L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

20 une procédure de plusieurs étapes pour demander un prêt. Cependant, c est plus pratique d utiliser les cartes de crédit et de demander directement de payer en plusieurs fois. Si nous prenons le prêt logement aux particuliers comme exemple, selon les statistiques de la Banque populaire de Chine, jusqu à la fin de l année 2000, le solde des prêts 10 logement aux particuliers est de 338 milliards de yuan, avec une augmentation de 195,2 milliards de yuan par rapport au début de l année. Le solde des autres prêts de consommation aux particuliers a augmenté de 64 milliards de yuan pendant la même période du temps (YI Gang, ZHAO Xianxin [2001]) En même temps, les coopératives de crédits rurales et urbaines se sont développées de leur côté. Jusqu'en 1996, les coopératives de crédit rurales (CCR) ont été supervisées par la Banque agricole de Chine. En 1996, elles ont été transférées à la Banque populaire de Chine. En Juillet 1998, les fondations de crédit rural (nongcun hezuo jijinhui) ont été interdites lorsque le Conseil d'etat de la République populaire de Chine a publié les «Dispositions sur l'annulation des institutions financières et activités illégales» Cela a laissé les CCR comme la seule institution financière juridique (autre que les banques) qui servent les entreprises rurales et les particuliers. En 1998, lorsque les fondations de crédit rural ont été interdites, il y avait environ quarante quatre mille CCR au niveau de Canton et deux cent quatre-vingt mille CCR branches au niveau du village 11. Depuis 1998, plusieurs de ces centres ont été progressivement transformés en banques commerciales rurales (Nongcun shangye yinhang). Les banques commerciales rurales sont des institutions financières régionales ouvertes aux apports des agriculteurs, des commerçants ruraux, des entreprises en personnes morales et d autres organisations économiques de la région. Les banques commerciales rurales ont un fonctionnement plus efficace, plus stable et plus sécurisé que les CCR. Elles sont des banques par actions dont le groupe de clients est partagé avec les coopératives de crédit rurales mais le champ d application est plus large, et elles ont un statut de personne juridique. Elles fournissent des services financiers aux agriculteurs non seulement dans les productions agricoles, mais aussi dans d autres activités qui jouent un rôle dans le développement rural de la région. En 1995, le Conseil d Etat a décidé de fonder des banques commerciales urbaines (chengshi shangye yinhang) sur le fondement des financements des gouvernements régionaux et des apports des entreprises. Jusqu à la fin de l année 1999, il y a quatre-vingt dix banques 10 Le solde des prêts désigne le montant des prêts reste à rembourser par les prêteurs le jour où on enregistre les statistiques. Ici, ce sont des prêts de logement accordés par les banques et c est le montant reste à payer pour les particuliers à la fin de l année Wikipédia : Rural Credit Cooperatives, le 17 juillet 2011 L évolution du système bancaire chinois depuis 1978» Août

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Chine, à quand l ouverture de son marché financier? [1]

Chine, à quand l ouverture de son marché financier? [1] 1 sur 5 27/02/2014 21:11 Published on Globalix (http://globalix.fr) Accueil > Chine, à quand l ouverture de son marché financier? ven, 08/02/2013-17:53 Chine, à quand l ouverture de son marché financier?

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter

Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Aspects juridiques de la conduite des affaires en Chine Plusieurs pièges à éviter Chambre de commerce du Montréal métropolitain 10 avril 2015 Vivian Desmonts Avocat (Guangzhou, Chine) Quelques rappels

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

La place financière: moteur de l économie suisse

La place financière: moteur de l économie suisse La place financière: moteur de l économie suisse Association suisse des banquiers Juliet 2013 Table des matières 1. L Association suisse des banquiers 2. La place financière: acteurs et réglementation

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : ACQUERIR UNE SOCIETE EN CHINE CONTINENTALE.. 13 1. ACQUÉRIR UNE SOCIÉTÉ EN CHINE?... 15

SOMMAIRE PARTIE 1 : ACQUERIR UNE SOCIETE EN CHINE CONTINENTALE.. 13 1. ACQUÉRIR UNE SOCIÉTÉ EN CHINE?... 15 SOMMAIRE PARTIE 1 : ACQUERIR UNE SOCIETE EN CHINE CONTINENTALE.. 13 1. ACQUÉRIR UNE SOCIÉTÉ EN CHINE?... 15 1.1 LE MARCHÉ CHINOIS DES M&A...15 1.1.1 Un marché naissant...15 Graphique 1...15 1.1.2 La place

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A JORF n 0273 du 25 novembre 2011 Texte n 20 ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A Publics concernés : les entreprises d assurance, les institutions

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

Allant encore plus loin, le président ajoute :

Allant encore plus loin, le président ajoute : Introduction La fin du communisme et du collectivisme a pu donner à penser que la loi du marché allait s imposer à l ensemble de l économie de la planète. Recherche de valeur pour l actionnaire, exigence

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO A. Historique FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO Le Fond de Développement Agaciro est le premier fond de solidarité au Rwanda, basé sur des dons volontaires. Ce fond a été initié par les Rwandais lors du Dialogue

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative Waste concern Laura Loffler Novembre 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2012-2013 Loffler Laura Fiche Initiative

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 0 1 SOMMAIRE Les opportunités du 12 ème plan quinquennal pour les entreprises françaises La situation des PME françaises en

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Le capitalisme est-il en train de s autodétruire?

Le capitalisme est-il en train de s autodétruire? Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture Le capitalisme est-il en train de s autodétruire? Marie Paul Virard et Patrick Artus 2005 Florent Gitiaux Février

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ;

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; LA BANQUE Plan INTRODUCTION 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; 5. Opérations de banque. CONCLUSION INTRODUCTION La banque est

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004 Lab.RII UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL N 73 Mars 24 La Bourse en Chine : éléments clés Peng YANG 1 La Bourse en Chine : éléments

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Traitement du financement du commerce dans le cadre du dispositif de Bâle sur les fonds propres Octobre 2011 Le présent document est traduit de l anglais. En cas

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

MASSERAN INNOVATION VII

MASSERAN INNOVATION VII MASSERAN INNOVATION VII INVESTISSEZ DANS DES PME EUROPÉENNES INNOVANTES FONDS COMMUN DE PLACEMENT DANS L INNOVATION PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL POURQUOI INVESTIR DANS MASSERAN INNOVATION VII?

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2

FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 FIP ODYSSEE CONVERTIBLES & ACTIONS 2 STRATEGIE DE GESTION DU FONDS STRATEGIE DE GESTION DU FONDS Le fonds investira dans un portefeuille de PME, sélectionnées pour leurs perspectives de rentabilité et

Plus en détail

Habitat et Humanisme. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE

Habitat et Humanisme. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Habitat et Humanisme Fleur d Harcourt Décembre 2010 Majeure Alternative Management HEC Paris 2010-2011 D Harcourt F.

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Aperçu sur le droit chinois actuel

Aperçu sur le droit chinois actuel Aperçu sur le droit chinois actuel De nos jours, le régime législatif chinois est basé sur une logique simple, le pouvoir législatif appartient au peuple chinois. L Assemblée Populaire Nationale (APN)

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3 Assurance et cautionnement de contrats (CIB) Octroi de crédit, souscription de prêts, facturation, recouvrement et surveillance Rapport de vérification final Rapport n o 12/13 17 février 2014 Diffusion

Plus en détail

Régime de l utilisation de terres en Chine

Régime de l utilisation de terres en Chine Régime de l utilisation de terres en Chine La première Constitution chinoise en 1954 a stipulé qu en Chine le sol en milieu urbain appartient à l État, en milieu rural il appartient aux collectivités locales.

Plus en détail

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3 Banque de Finlande Le mot du Gouverneur Une monnaie stable et un système financier fiable représentent des choses importantes pour chacun de nous. Veiller à ces deux points relève de la compétence des

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Comprendre l Ouzbékistan 15

Comprendre l Ouzbékistan 15 Préface.......................................................................... 7 Comprendre l Ouzbékistan 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Établir une plateforme de commerce et d investissement en RMB au Canada

Établir une plateforme de commerce et d investissement en RMB au Canada Établir une plateforme de commerce et d investissement en RMB au Canada Résumé et extraits du rapport du Groupe de travail sur les services financiers internationaux de la C.-B. AdvantageBC Centre d affaires

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL A L EFFET DE REMUNERER LES APPORTEURS A L OFFRE PUBLIQUE D ECHANGE INITIEE PAR LA SOCIETE SUR LA SOCIETE GROUPE STERIA

AUGMENTATION DE CAPITAL A L EFFET DE REMUNERER LES APPORTEURS A L OFFRE PUBLIQUE D ECHANGE INITIEE PAR LA SOCIETE SUR LA SOCIETE GROUPE STERIA SOPRA STERIA GROUP Société anonyme au capital de 19 440 371 euros 326 820 065 RCS Annecy Siège social : PAE Les Glaisins - 74940 ANNECY-LE-VIEUX Direction Générale : 9 bis rue de Presbourg 75116 PARIS

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse

6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Communiqué de presse 6 mars 2015 GROUPE CREDIT COOPERATIF Activité soutenue et résultat net en hausse Le Groupe Crédit Coopératif a connu en 2014 une activité commerciale de bon niveau qui a permis d obtenir

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012 Table ronde n 1: Financement des entreprises et internationalisation, l apport du capital investissement transfrontalier Modérateur: M. Jean-Marc Vittori, journaliste économique, Les Echos Intervenants:

Plus en détail