ENQUETE AUPRES DE QUINZE PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 : ETAT DE LEURS CONNAISSANCES ET ADHESION AUX MESURES HYGIENO-DIETETIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQUETE AUPRES DE QUINZE PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 : ETAT DE LEURS CONNAISSANCES ET ADHESION AUX MESURES HYGIENO-DIETETIQUES"

Transcription

1 UNIVERSITE DE SAINT-ETIENNE FACULTE DE MEDECINE JACQUES LISFRANC ANNEE : 2008 N : ENQUETE AUPRES DE QUINZE PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 : ETAT DE LEURS CONNAISSANCES ET ADHESION AUX MESURES HYGIENO-DIETETIQUES THESE présentée à l UNIVERSITE de SAINT-ETIENNE et soutenue publiquement le : 16 OCTOBRE 2008 POUR OBTENIR LE GRADE DE DOCTEUR EN MEDECINE PAR : NOM ET PRENOMS : DELPHINE CHAUMARTIN NE(E) LE : A : Lyon 2e 1

2 REMERCIEMENTS A Monsieur le Professeur Bruno ESTOUR, Je vous remercie d avoir accepté de présider le jury de ma thèse et ainsi que pour votre disponibilité. A Madame le Docteur Josette VALLEE, Vous m avez aidée pas à pas dans la réalisation de ma thèse en acceptant de diriger officieusement cette thèse. Je vous remercie infiniment pour votre grande disponibilité et pour votre aide précieuse sans lesquelles ce travail n aurait pas été possible. Soyez assurée de ma reconnaissance et de mon profond respect. A Monsieur le Professeur GAUTHERON, Je vous remercie d avoir accepté de faire partie du jury de ma thèse et de votre investissement dans l enseignement de la Médecine Générale. A Monsieur le Professeur Hervé DECOUSUS, Je vous remercie d avoir accepté d être membre du jury. Vous m avez donné de sages et précieux conseils et m avez encouragée lors de cette période difficile de premier semestre d internat. Soyez assuré de ma gratitude et de ma profonde estime. A Monsieur et Madame les Professeurs Emmanuel et Christiane BROUSSOLLE, Vous m avez soutenue lors des périodes difficiles de mon externat. Je me sers tous les jours des connaissances médicales que vous m avez transmises au cours de mes passages dans vos stages. Je vous en remercie du fond du cœur. Aux trois médecins généralistes (dont je ne peux pas citer le nom dans ce travail) qui m ont permis de recruter les patients interrogés. Je vous remercie de m avoir accueilli en stage dans vos cabinets et de m avoir montré (une fois de plus) à quel point la médecine générale est passionnante. Aux quinze patients rencontrés dans le cadre de ce travail et qui ont accepté de me donner de leur temps et de leur intimité. Aux médecins, infirmier(ère)s, aides-soignant(e)s, ASH, secrétaires des services 5CD à Bellevue, Pédiatrie à Roanne, Urgences à Montbrison, PMI de Roanne et Endocrinologie à Roanne pour leur accueil et pour ce qu ils m ont appris. A mes co-internes, A tous les patients que je rencontre, qui me font aimer toujours plus le métier de médecin et qui m apprennent tellement chaque jour. 2

3 Merci à mes parents, Vous m avez donné la vie (si précieuse) et votre amour. Merci de m avoir soutenue tout au long de mes études, de m encourager dans les moments difficiles et les échecs et de vous réjouir à chaque étape franchie avec succès. Merci à ma soeurette Audrey, Sache que sans toi, la vie ne serait pas aussi belle. Merci à mes grands-parents, mon parrain Jean-François et Annie, ma marraine Anik et Jean-Philippe, Laurent et Virginie, Sandrine et Bruno, ma filleule Axelle, Geoffroy, Apolline, Pour tous ces moments de joie passés et j espère à venir. Merci à Philippe Pour ton amour et ton soutien quotidien. Merci à Nicole, Olav, Rémi, Marie-Claire, Antoinette, Oma, Sandrine, Ludivine, Thibault, Heiner, Annie, Aurélie, Valérie, Pour votre gentillesse et votre accueil chaleureux au sein de votre famille. Merci à Aurélie et Antonin, Marie-Laure, Anne-Laurence, Cyril, Valérie, Virginie D., Paul et Elodie, Aurélie et Jérôme, Alexis et Sabrina, Thomas et Aurélie, Patrick, Stéphanie et Flo, Ben, Victor Pour votre amitié. PS : Merci à Dr Google! 3

4 UNIVERSITE DE SAINT-ETIENNE FACULTE DE MEDECINE JACQUES LISFRANC THESE DE MEDECINE GENERALE DE DELPHINE CHAUMARTIN COMPOSITION DU JURY Président : M. le Professeur Bruno ESTOUR Faculté : Saint-Etienne Assesseurs : Mme le Docteur Josette VALLEE Faculté : Saint-Etienne M. le Professeur Vincent GAUTHERON Faculté : Saint-Etienne M. le Professeur Hervé DECOUSUS Faculté : Saint-Etienne 4

5 FACULTE DE MEDECINE JACQUES LISFRANC LISTE DES DIRECTEURS DE THESE Anatomie M. le Pr Jean-Michel PRADES PU-PH 2C Anatomie et cytologie pathologiques M. le Pr. Michel PEOC H PU-PH 2C Anatomie et cytologie pathologiques Mme le Dr Anne GENTIL PERRET MCU-PH 1C Anatomie et cytologie pathologiques Mme le Dr ML CHAMBONNIERE MCU-PH 2C Anesthésiologie et Réanimation Chirurgicale M. le Pr. Christian AUBOYER PU-PH C except Anesthésiologie et Réanimation Chirurgicale M. le Pr. Serge MOLLIEX PU-PH 1C Bactériologie Ŕ Virologie - Hygiène M. le Pr. Bruno POZZETTO PU-PH 1C Bactériologie Ŕ Virologie - Hygiène Mme le Dr. Florence GRATTARD MCU-PH1C Bactériologie Ŕ Virologie Ŕ Hygiène M. le Dr Thomas BOURLET MCU-PH 1C Bactériologie Ŕ Virologie Ŕ Hygiène(opt Hygiène) M. le Pr Philippe BERTHELOT PU-PH2C Biochimie et biologie moléculaire M. le Pr. Jacques BORG PU-PH 2C Biochimie et biologie moléculaire Mme le Pr. Annette CHAMSON PU-PH 2C Biologie cellulaire Mme le Pr Marie Hélène PROUST PU-PH2C Biophysique et médecine nucléaire M. le Pr. Francis DUBOIS PU-PH 1C Biophysique et médecine nucléaire M. le Dr Philippe RUSCH MCU-PH 1C Biophysique et médecine nucléaire Mme le Dr Nathalie PREVOT MCU-PH 1C Cancérologie - Radiothérapie (opt Radiothérapie) M. le Pr. Thierry SCHMITT PU-PH 2C Cancérologie - Radiothérapie (opt Cancérologie) M. le Pr. Yacine MERROUCHE PU-PH 2C Cardiologie M. le Pr. Karl ISAAZ PU-PH 1C Cardiologie M. le Pr Antoine DACOSTA PU-PH 2C Chirurgie digestive M. le Pr Jack PORCHERON PU-PH 2C Chirurgie générale M. le Pr Olivier TIFFET PU-PH 2C Chirurgie Infantile M. le Pr. François VARLET PU-PH 2C Chirurgie Infantile M. le Pr. Jérôme COTTALORDA PU-PH 2C Chirurgie orthopédique M. le Pr Frédéric FARIZON PUPH 2C Chirurgie Vasculaire M. le Pr. Xavier BARRAL PU-PH C except Chirurgie Vasculaire M. le Pr. Jean Pierre FAVRE PU-PH 1C Dermato - vénéréologie M. le Pr. Frédéric CAMBAZARD PU-PH 1C Endocrinologie et Maladies Métaboliques M. le Pr. Bruno ESTOUR PU-PH 1C Epidémiologie- Economie de la Santé et Prévention M. le Pr. Jean-Marie RODRIGUES PU-PH 1C Epidémiologie- Economie de la Santé et Prévention M le Pr Franck CHAUVIN PU-PH 2C Epidémiologie- Economie de la Santé et Prévention Mme le Dr Béatrice TROMBERT MCU-PH 1C Gynécologie et Obstétrique M. le Pr. Pierre SEFFERT PU-PH 1C Hématologie M. le Pr. Denis GUYOTAT PU-PH 2C Hématologie Mme le Pr Lydia CAMPOS GUYOTAT PU-PH 2C Hépatologie Ŕ Gastro - Entérologie M. le Pr Jean Marc PHELIP PU-PH 2C Histologie Ŕ Embryologie - Cytogénétique Mme le Pr Michèle COTTIER PU-PH 2C Histologie Ŕ Embryologie - Cytogénétique Melle Delphine BOUDARD MCU-PH 2C Immunologie M. le Pr. Christian GENIN PU-PH 2C Immunologie M. le Pr Olivier GARRAUD PU-PH 2C Immunologie M. Stéphane PAUL MCU-PH 2C Maladies Infectieuses - maladies tropicales M. le Pr. Frédéric LUCHT PU-PH 1C Médecine du Travail et des risques professionnels M. le Dr. Dominique FAUCON MCU-PH1C Médecine interne M. le Pr. Pascal CATHEBRAS PU-PH 2C Médecine interne M. le Dr Martial KOENIG MCUPH 2C Médecine Interne (Gériatrie) M. le Pr. Régis GONTHIER PU-PH 1C Médecine Légale M. le Pr. Michel DEBOUT PU-PH C except Médecine Physique et réadaptation M. le Pr. Vincent GAUTHERON PU-PH1C Médecine Physique et réadaptation M. le Dr Pascal GIRAUX PU-PH 2C 5

6 Médecine vasculaire M. le Dr. Christian BOISSIER MCU-PH HC Néphrologie M. le Pr. F. BERTHOUX (en surn U) PU-PH C except. Néphrologie M. le Pr Eric ALAMARTINE PU-PH 1C Néphrologie M. le Pr Christophe MARIAT PU-PH 2C Neurochirurgie M. le Pr. Jacques BRUNON Pr émérite Neurochirurgie M. le Pr. Christophe NUTI PU-PH 2C Neurologie M. le Pr Jean Christophe ANTOINE PU-PH 1C Neurologie M. le Pr. Bernard LAURENT PU-PH 1C Neurologie M le Pr Daniel MICHEL Pr émérite* Nutrition M. le Dr. Christian PERIER MCU-PH HC Ophtalmologie M. le Pr. Jean MAUGERY (en surn U) PU-PH 1C Ophtalmologie M. le Pr Philippe GAIN PU-PH 2C Ophtalmologie M le Dr Gilles THURET MCU-PH 1C Oto - Rhino - Laryngologie M. le Pr. Christian MARTIN PU-PH C except Parasitologie et mycologie M. le Pr. Roger TRAN MANH SUNG PU-PH 2C Parasitologie et mycologie M. le Dr Pierre FLORI MCU-PH 2C Pédiatrie M. le Pr. JL STEPHAN PU-PH 2C Pédiatrie M. le Pr. Georges TEYSSIER PU-PH 1C Pharmacologie Clinique M. le Pr Patrick MISMETTI PU-PH2C Pharmacologie Clinique Mme Silvy LAPORTE MCU-PH 1C Pharmacologie Fondamentale M. le Pr. Michel OLLAGNIER PU-PH 1C Physiologie M. le Pr. André GEYSSANT Pr émérite Physiologie M. le Pr. Christian DENIS PU-PH 2C Physiologie M. le Dr. Jean Claude BARTHELEMY MCU-PH HC Physiologie M. le Dr. Jean Claude CHATARD MCU-PH1C Physiologie M. le Dr Frédéric ROCHE MCU-PH 1C Physiologie M. le Dr Léonard FEASSON MCU-PH 2C Pneumologie M. le Pr. André EMONOT (en surn U) PU-PH 2C Pneumologie M. le Pr. Jean-Michel VERGNON PU-PH 1C Psychiatrie d adultes Mme le Pr Catherine MASSOUBRE PU-PH 2C Psychiatrie d'adultes M. le Pr. François LANG PU-PH 1C Psychiatrie d'adultes M. le Pr. Jacques PELLET Pr émérite* Radiologie et imagerie médicale M. le Pr. Charles VEYRET PU-PH1C Radiologie et imagerie médicale M. le Pr. Fabrice - Guy BARRAL PU-PH1C Radiologie et imagerie médicale M. le Dr Fabien SCHNEIDER MCU-PH2C Réanimation Médicale M. le Pr. Jean-Claude BERTRAND PU-PH C except Réanimation Médicale M. le Pr. Fabrice ZENI PU-PH1C Réanimation médicale M. le Dr. Yves PAGE MCU-PH1C Rhumatologie M. le Pr. Christian ALEXANDRE PU-PH C except Rhumatologie M. le Pr Thierry THOMAS PU PH2C Stomatologie et Chirurgie Maxillo - Faciale M. le Pr. Pierre SEGUIN PU-PH2C Thérapeutique M. le Pr. Hervé DECOUSUS PU-PH 1C Thérapeutique M. le Pr Patrice QUENEAU Pr émérite* Thérapeutique M. le Pr Bernard TARDY PU-PH 2C Urologie M. le Pr. Jacques TOSTAIN PU-PH 1C Légende : PU-PH : Professeur des Universités - Praticien Hospitalier MCU-PH : Maître de Conférences des Universités - Praticien Hospitalier 1C 1ère classe 2C 2ème classe C. excep. Classe exceptionnelle HC Hors classe Mise à jour : 1 er septembre

7 SERMENT D'HIPPOCRATE "Au moment d'être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J'interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité. J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l'indigent et à quiconque me les demandera. Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. Admis(e) dans l'intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l'intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les moeurs. Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. Je préserverai l'indépendance nécessaire à l'accomplissement de ma mission. Je n'entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés. J'apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu'à leurs familles dans l'adversité. Que les hommes et mes confrères m'accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses : que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j'y manque." 7

8 ENQUETE AUPRES DE 15 PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 : ETAT DE LEURS CONNAISSANCES ET ADHESION AUX MESURES HYGIENO-DIETETIQUES INTRODUCTION Le diabète est une maladie chronique, que l on doit soigner, depuis sa découverte, tout au long de la vie. Il s agit d une pathologie dont la prévalence ne cesse de croitre (1). Les objectifs médicaux sont à envisager à court, moyen et long terme afin de limiter et prévenir les complications. Cela nécessite d informer et d éduquer les patients afin qu ils participent de façon active à la prise en charge de la maladie. De nombreuses informations et conseils leur sont donnés, en particulier en ce qui concerne les mesures hygiéno-diététiques. Nous nous sommes interrogés, dans un premier temps, sur ce qu ils savent de la maladie diabétique et des conseils hygiéno-diététiques prodigués par les professionnels de santé. Nous avons choisi d étudier le diabète de type 2. Dans un deuxième temps, nous nous sommes demandé si les patients réussissaient à mettre en œuvre les mesures conseillées. Si tel n est pas le cas, pourquoi? Quelles sont les difficultés rencontrées dans leur vie quotidienne qui font qu ils n y parviennent pas? Il nous a paru fondamental de répondre à ces questions afin de mieux comprendre et donc mieux prendre en charge le patient diabétique dans sa globalité, en tenant compte de ce que chacun d eux a de plus singulier. Nous avons réalisé pour cela une enquête descriptive au moyen d entretiens semi-dirigés. I. MATERIELS ET METHODES 1. Type d étude a. Présentation L enquête que nous avons réalisée est de type descriptif. Elle a pour but de mettre en évidence les connaissances de patients diabétiques en ce qui concerne les mesures hygiéno-diététiques. La méthodologie employée est qualitative. Pour cela, nous avons réalisé des entretiens semi-dirigés auprès de 15 patients diabétiques de type 2. b. Choix de l entretien semi-dirigé L étude qualitative au moyen d entretiens semi-dirigés nous a semblé la plus adaptée car elle permet aux patients de s exprimer plus librement grâce à des questions ouvertes. Cela leur permet d apporter les nuances qu ils souhaitent dans leurs réponses. Ils peuvent donc mieux développer certaines questions selon ce qu elles leur évoquent. Il nous semble que cette méthode d entretiens semi-dirigés est la plus adaptée pour mettre en évidence le vécu de chaque patient concernant les règles hygiéno-diététiques selon son mode de vie au quotidien. Enfin, l entretien sous forme de colloque singulier est la base de la relation médecinmalade. 8

9 2. Méthodologie de sélection des patients a. Critères d inclusion Les patients ont été sélectionnés dans la patientèle de 3 médecins généralistes exerçant dans la région roannaise. Ils devaient répondre aux critères suivants : - Etre atteints de diabète de type 2 - Traités par au moins un anti-diabétique oral et/ou par insuline - Etre âgés de 40 à 65 ans b. Détermination du nombre de patients à inclure Nous avons déterminé le nombre de patients à inclure en nous appuyant sur l ouvrage de J.C. Kaufmann (2) qui a mis au point la méthodologie par entretiens semi-dirigés. Cet outil est utilisé en sociologie. Une enquête qualitative ne permet pas d avoir des échantillons aussi importants qu une étude statistique. J.C. Kaufmann conseille donc de diversifier l échantillon. C est la raison pour laquelle l échantillon sélectionné pour ce travail possède peu de critères d exclusion. Nous nous sommes également basé sur des thèses ayant déjà utilisé cet outil. Les échantillons sont de quinze personnes en général. Nous avons donc réalisé quinze entretiens, d une durée moyenne de 44 minutes puis nous avons observé s il y avait «saturation du modèle» ou s il fallait réaliser d autres entretiens. La «saturation du modèle» est le moment où les données recueillies n apportent plus d idée nouvelle. Un tel échantillon ne permet donc pas la généralisation à la population dans son ensemble, mais contribue à mettre en évidence le comportement de patients face à la maladie chronique dont ils souffrent. c. Recrutement des patients, recueil de l accord des praticiens et des patients Nous avons inclus les patients (répondant aux critères d inclusion) qui se sont présentés en consultation entre Janvier 2008 et Février 2008 chez trois médecins généralistes. Nous avons retenu cinq patients par praticien. Ceux-ci ont été inclus dans l ordre de leur présentation aux différents cabinets, pendant la période indiquée. Les patients inclus grace au carnet de rendez-vous des trois médecins nous ont donnés leur accord pour les rencontrer, après que nous leur ayons décrit le travail que nous voulions réaliser. Les praticiens sont maîtres de stage ambulatoire premier niveau et l interviewer était en stage dans leurs cabinets lors de la période d inclusion. Les cabinets sont situés dans la région roannaise, semi-rurale. Deux des médecins travaillent à huit minutes de l hôpital général et le troisième à vingt minutes de celui-ci. d. Prise de contact Après son accord, chaque patient a été contacté par téléphone. Après nous être présenté, nous leur avons proposé de participer à des entretiens -«pour parler du diabète»- dans le cadre d un travail de thèse de médecine. Nous n avons eu qu un seul refus. Il s agissait d un patient qui était hors du département pour déplacement professionnel, la plupart du temps, ce qui rendait la rencontre difficile. Nous avons proposé aux patients de les rencontrer au cabinet de leur médecin traitant ou chez eux. Deux ont choisi le cabinet comme lieu d entretien. Les autres rendez-vous ont eu lieu au domicile des patients. 9

10 3. Méthodologie des entretiens a. Présentation de l étudiant et de l enquête auprès des patients (Annexe 1) Tout d abord nous saluons le patient et nous nous présentons (nom, prénom, niveau d étude). Puis nous précisons qu il s agit d un travail de thèse. Nous remercions le patient pour sa contribution au travail. Nous ajoutons que les données sont confidentielles et entrent dans le cadre du secret médical. Nous demandons ensuite au patient son accord pour enregistrer l entretien. Nous lui précisons le but de ce dernier. b. Le guide d entretiens (Annexe 2) L entretien semi-dirigé nécessite la réalisation d un guide d entretien afin de donner un fil conducteur à l interview. Une fois la grille d entretien réalisée, nous l avons testée auprès d un interne en médecine et d un médecin enseignant de médecine générale. - Caractéristiques générales des patients La première partie du guide consiste à préciser les caractéristiques de la population interviewée : âge, sexe, taille, poids, statut marital, profession. Il nous a paru également intéressant de préciser le niveau d études et ce au regard du risque d illettrisme. Les autres questions ont pour but de préciser l ancienneté du diabète, la situation de découverte, les antécédents, le tabagisme, le taux d hémoglobine glyquée. - Connaissances générales concernant la maladie diabétique Nous interrogeons ensuite les patients sur la définition du diabète, le traitement. Nous leur demandons combien de repas ils font par jour et essayons de mettre en évidence un éventuel grignotage. Nous leur demandons s ils surveillent leur alimentation et qui leur a donné des informations sur la maladie. - Alimentation Cette partie vise à mettre en évidence les connaissances de patients diabétiques concernant les mesures hygiéno-diététiques à mettre en évidence quand on est atteint de diabète. Considèrent-ils qu il y a des aliments prohibés ou encore autorisés sans restriction? Que mangent-ils eux-mêmes? Les mêmes questions ont été posées au sujet des boissons, avec la même tournure de question et dans le même ordre. Ceci dans un souci de ne pas trop induire la réponse du patient. - Activité physique Cette partie cherche à mettre en évidence ce que les patients savent des recommandations d activité physique quand on a du diabète. Comment bougent-ils eux-mêmes? 10

11 - Difficultés rencontrées par les patients au quotidien Nous demandons au patient s il a des difficultés à appliquer les conseils hygiéno-diététiques nécessaires à l équilibre du diabète. Si oui, nous cherchons à savoir pourquoi. S agit-il, par exemple, de contraintes trop importantes, du coût des aliments, d une lassitude par rapport à la maladie? Est-ce en lien avec la vie familiale ou la profession? 4. Méthodologie d analyses des données a. Recueil des données (matériel utilisé pour l enregistrement des entretiens) Les entretiens ont été réalisés de Février 2008 à Avril Ils ont été enregistrés sur un ordinateur PC portable au moyen d un microphone et d un logiciel libre d enregistrement audio (Audacity), téléchargé à partir d internet. Les enregistrements ont été écoutés, par la suite, au moyen du logiciel multimédia Itunes. b. Anonymisation des patients Les entretiens ont été enregistrés immédiatement sous le codage suivant : P1 pour le premier patient interviewé, P2 pour le deuxième, etc c. Réalisation de tableaux détaillés et mise en évidence des mots-clefs Les données des enregistrements ont été classées dans des tableaux détaillés. Les mots-clefs (correspondant aux catégories d aliments citées par exemple, mais aussi les points qui nous paraissaient intéressants à développer) ont été mis en évidence par la couleur rouge. d. Diagrammes Les diagrammes ont été réalisés au moyen du tableur Microsoft Excel. e. Confrontation des résultats Les résultats ont ensuite été confrontés à ceux qui ont été obtenus dans d autres études réalisées sur ce sujet. 11

12 II. RESULTATS 1. Population - AGE / SEXE : Dans cette étude, treize patients ont plus de 55 ans et le sexe masculin est le plus représenté (onze hommes pour quatre femmes). Age des patients âge 6 7 entre 40 et 45 ans entre 46 et 50 ans entre 51 et 55 ans entre 56 et 60 ans entre 60 et 65 ans Figure 1 Figure 2 - IMC : Quatre cinquième des patients sont obèses. Figure 3 - TABAGISME : Quatre cinquième des patients ne fument pas. Tabagisme 12 3 oui non Figure 4 12

13 - STATUT MARITAL : treize des quinze patients vivent avec leur conjoint (parmi eux, l un a deux enfants à charge). Les deux autres patients vivent seuls. - CATEGORIE SOCIO-PROFESSIONNELLE : Suivant la classification INSEE des catégories socioprofessionnelles, nous avons pu constater que la catégorie socio-professionnelle la plus représentée est celle des employés, suivie des ouvriers. Parmi les patients rencontrés, sept sont retraités, c'est-à-dire prêt de la moitié de l échantillon. Figure 5 - NIVEAU D ETUDES : Deux tiers des patients ont le certificat d études ou le baccalauréat. Aucun des patients n a fait d études supérieures. Niveau d'études baccalauréat n'ont pas le certificat d'études ont le certificat d'étude Figure 6 - ANCIENNETE DU DIABETE : Un tiers des patients est atteint de diabète depuis 5 à 10 ans. Quatre patients sont diabétiques depuis moins de 5 ans. Quatre en souffrent depuis 11 à 15 ans. Un patient a été diagnostiqué il y a plus de 15 ans, et le dernier depuis plus de 20 ans. Figure 7 - TAUX D HbA1c : Huit patients, soit plus de la moitié des interviewés ont une hémoglobine glyquée inférieure à 7%. Un tiers des interviewés a une HbA1c supérieure à 8% ; pour deux d entre eux, celleci est supérieure à 10%. Rappelons ici que l HAS recommande une HbA1c inférieure à 6,5% (lorsque 13

14 Nombre de patients le traitement est composé de mesures hygiéno-diététiques et/ou un ou deux antidiabétiques oraux Ŕ ADO-) ou 7% (lorsque le traitement comporte trois ADO ou insuline +/- ADO(1)). Pour cette étude, nous retiendrons 7% comme valeur cible d HbA1c car il s agit du chiffre cité dans la campagne «Sous le 7» diffusée aux patients dans les médias et simplifiant les objectifs. HbA1c inférieur à 7 % 2 entre 7 et 8 % 3 entre 8 et 9 % 0 entre 9 et 10 % 2 entre 10 et 11 % Figure 8 - CORRELATION ENTRE HBA1C ET ANCIENNETE DU DIABETE : Figure 9 - EQUILIBRE DU DIABETE VU PAR LES PATIENTS : Figure 10 14

15 La figure 10 ci-dessus montre que neuf patients estiment que le diabète dont ils soufrent est équilibré. Parmi eux six patients ont, en effet, une HbA1c inférieure à 7%. - MODE DE SURVENUE DE LA MALADIE : Neuf patients décrivent le mode de survenue de la maladie comme «insidieux», c'est-à-dire que le diagnostic a eu lieu par un dépistage sanguin. Pour six des patients, le début a été «brutal», c'est-à-dire que la découverte a eu lieu au décours d une affection aiguë (embolie pulmonaire, hépatite médicamenteuse, chirurgie de rectocolite hémorragique, cholécystectomie). Deux patients seulement avaient un syndrome polyuro-polydipsique au moment du diagnostic. Mode de survenue de la maladie 9 6 début brutal début insidieux Figure 11 - Huit patients disent avoir changé «leur mode de vie» suite à l annonce de la maladie. La question orientait les patients sur un changement de diététique ou d activité physique. Deux patients précisent qu ils ont changé de mode de vie (en particulier alimentaire) à cause d une autre maladie que le diabète (goutte ou rectocolite hémorragique). Changement de mode de vie suite à l'annonce de la maladie 7 8 oui non Figure 12 - AUTRES MALADIES : La plupart des patients sont «polypathologiques», c'est-à-dire qu ils sont atteints de trois ou quatre pathologies évolutives en moyenne. Ainsi, treize patients sont hypertendus et neuf ont une hypercholestérolémie. Certains ont aussi une autre pathologie sévère associée telle que cancer, lymphome, rectocolite hémorragique, goutte, insuffisance respiratoire. 2. Connaissances générales des patients concernant la maladie diabétique de type 2 - DEFINITION : pour treize patients, le diabète est un excès de sucre dans le sang (mesuré par la glycémie). Les deux patients qui ne donnent pas cette définition évoquent un dysfonctionnement du pancréas ; l un deux dit que «c est quelque chose qui se répète dans la famille». Deux patients ajoutent que le diabète est «quelque chose de sournois», «qu on ne ressent pas». Lorsque la question de la définition est posée, deux patients décrivent des symptômes tels que «asthénie», «affaiblissement». Un patient évoque les complications : «le diabète mange les vaisseaux et les artères». 15

16 - TRAITEMENT DU DIABETE : par commodité, pour certains cas particuliers, nous nommerons les patients de P1 à P15. Treize patients pensent que le diabète se soigne par l alimentation. Cinq patients citent l activité physique comme étant un des traitements du diabète. Seuls trois patients ne citent pas les médicaments. Sept patients citent l insuline comme traitement du diabète. P5 pense que l alimentation est un moyen de traiter le diabète uniquement en dernier recours, lorsque le passage à l insuline est nécessaire : «Pour l instant, il n est pas nécessaire que je surveille mon alimentation, car je ne suis pas à l insuline». Pourtant, lorsqu on lui demande s il surveille son alimentation, il répond «oui» et dit qu «avant», il mangeait beaucoup de charcuterie (beaucoup moins «maintenant»). P9 dit : «Je n ai pas beaucoup de diabète donc je n ai pas le même régime que ma maman, par exemple, qui en avait beaucoup» P13 ajoute que l arrêt du tabac est un des moyens de soigner le diabète. P7 est une patiente qui mesure sa glycémie capillaire et dit : «C est primordial pour comprendre le diabète et comment il se soigne». - NOMBRE DE REPAS QUOTIDIENS : douze patients font trois repas par jour. Deux patients ne considèrent pas le petit-déjeuner comme un repas. L un d eux boit un café au lait ; le deuxième : du café au lait accompagné d une biscotte au beurre. Un patient fait deux à trois repas par jour et signale qu il mange de façon très irrégulière et déstructurée. Un grignotage (prise d aliments entre les trois repas principaux) est mis en évidence pour 6 patients. - SURVEILLANCE DE L ALIMENTATION : Plus de la moitié des patients (soit neuf patients) répondent «oui» à la question : «surveillez-vous votre alimentation»? Deux interviewés ne répondent pas par «oui» ou «non» ; l un d eux dit que c est sa femme qui cuisine tous les repas : «c est ma femme qui me surveille» ; un autre dit ne pas savoir s il surveille son alimentation. Figure 13 - INFORMATIONS CONCERNANT LA MALADIE : Quatorze patients parmi les quinze rencontrés ont été informés sur la maladie par leur médecin traitant. P10 dit ne pas avoir eu d information de la part du médecin traitant mais par son beau-frère, ses amis et le pharmacien. Huit patients déclarent être informés par leur entourage (famille, amis) qui est atteint de diabète. Huit patients utilisent, comme moyen d information, les médias (tels que télévision, livres, presse, internet et forums du net). Cinq patients ont eu une information hospitalière. P1 a été hospitalisé en endocrinologie une fois par an pendant plusieurs années lorsqu elle habitait à Lyon. P2 a été hospitalisé une semaine lors de la découverte de diabète. Trois autres patients ont rencontré une diététicienne lors d un séjour à l hôpital pour une autre affection que le diabète. Un patient a été informé par la médecine du travail. 16

17 Un seul patient (P11) a pris connaissance du guide de l assurance maladie dont l envoi a débuté en Les autres déclarent ne pas l avoir reçu ou ne pas l avoir lu. L un d eux (P8) fait la remarque suivante : «Même si je l avais reçu, je ne l aurai pas lu. De toutes façons, je n aime pas qu on me parle de maladies». Un des sujets interviewé doit prendre rendez-vous à l hôpital de Roanne pour une journée d éducation, mais il dit qu il repousse sans cesse le moment de le faire. 3. Aliments Dans le tableau ci-dessous, les chiffres correspondent au nombre de fois que le groupe d aliments est cité par les patients. Chaque fois que le patient pense que tel aliment est autorisé (avec ou sans restriction) ou interdit, nous l avons comptabilisé dans la colonne correspondante. Nous avons classé les aliments cités par les patients en nous référant à la classification INPES des aliments (sept groupes d aliments). A plusieurs reprises, on constate que le nombre de réponses dépasse le total de quinze, or quinze patients ont été interrogés. Cela tient au fait que certains patients ont cités la même famille d aliments dans plusieurs colonnes. Pour 15 patients Sans restriction Aliments pouvant être consommés : Avec restriction Interdits légumes/salade Fruits Poisson viande/œuf Charcuterie Féculents produits laitiers : fromage sec produits laitiers : lait/yaourts/fromages blancs confiture, miel, confiseries, gâteaux Tableau 1 LEGUMES/SALADE : C est ainsi que parmi les dix personnes qui considèrent les légumes/salade comme un aliment autorisé «à volonté», trois le citent aussi dans les aliments autorisés «avec restriction». - Le patient P7 cite la salade, les courgettes, les poireaux-vinaigrette, les artichauts, les tomates, la ratatouille dans les aliments autorisés «sans restriction» alors qu il pense que les carottes et les betteraves («plus sucrées») sont à consommer «avec modération». - P10 cite les légumes et crudités dans les aliments autorisés «sans restriction» mais exclut les tomates de cette catégorie et les place dans les aliments autorisés «avec restriction» (car «plus sucrées» d après lui). - P14 considère la salade comme «autorisée à volonté» alors que les légumes sont à manger «modérément». 17

18 FRUITS : - Huit patients ont cités les fruits lorsqu on leur a demandé «quels sont les aliments autorisés à volonté quand on est atteint de diabète?». Parmi eux, cinq patients ont aussi cités les fruits dans les autres colonnes. Selon eux, certains fruits sont autorisés «à volonté», d autres «avec restriction», d autres sont interdits. Le fruit cité comme étant «interdit» est la banane. - Aucun patient ne pense que la catégorie des fruits est «interdite». Les trois patients qui apparaissent dans le tableau ont cité les fruits dans d autres colonnes. - Deux patients ne citent jamais les fruits. - Tous les autres patients pensent que les fruits sont autorisés «avec modération». L un deux (P9) précise le poids de fruit conseillé par repas : 100 à 125g. P13 et P6 pensent qu il n y a pas d «interdit», ni d aliments autorisés «à volonté» quand on est atteint de diabète, on peut manger de tout, pourvu que les aliments soient inclus dans un repas, et en quantité raisonnable (une part). POISSON/VIANDE/ŒUF/CHARCUTERIE : - Quatre patients pensent que le poisson est autorisé «à volonté» et quatre patients considèrent qu il faut en manger avec modération. Sept patients ne parlent pas du poisson. - Concernant la viande, huit patients considèrent qu il faut en consommer «avec modération». L un d eux (P11) considère que la viande «blanche» est autorisée sans limitation, alors que la viande «rouge» est autorisée avec restriction. Les trois patients qui apparaissent dans la colonne «sans restriction» pensent que certaines sont autorisées «à volonté», d autres «avec restriction», d autres encore «interdites». Ainsi, ces patients ont cités certaines viandes dans la première colonne, d autres dans la deuxième, d autres dans la troisième. Par exemple, nous pouvons citer P15 qui considère que le veau et le poulet peuvent être consommés à volonté, la viande «rouge» avec restriction et le porc et l agneau sont interdits. - Aucun patient ne pense que la viande est strictement interdite. Les deux patients apparaissant dans le tableau ont cité certaines viandes dans les autres colonnes. - Cinq patients n évoquent pas du tout la viande au cours de l interview. - En ce qui concerne la charcuterie, six patients la considèrent comme autorisée mais «avec restriction», trois pensent qu elle est «interdite». Parmi eux, un interviewé dit être autorisé à manger du jambon de régime «avec modération», alors que les autres charcuteries sont «interdites». L un des patients classant la charcuterie dans les aliments «autorisés avec modération» pense que ce type d aliments est «interdit quand on a du cholestérol, pas quand on a du diabète». FECULENTS : - Aucun patient ne considère les féculents comme interdits. - Parmi les sept patients de la première colonne du tableau, deux patients (P2 et P3) pensent que le riz est autorisé «sans restriction» et que les autres féculents sont à consommer en quantité plus raisonnable. P5 dit que les pommes de terre cuites à l eau peuvent être mangées sans restriction alors que les pommes de terre cuites «autrement» sont à considérer avec modération. P14 considère que les féculents, uniquement lorsqu ils sont cuits à l eau, sont autorisés sans limitation. P8 dit que l on peut manger du pain «à volonté» quand on est atteint de diabète mais que les pommes de terre font l objet de restrictions. P11 pense que les céréales sont des féculents autorisés «sans limitation» à la différence du pain qui doit être consommé «avec modération». - Trois patients ne citent pas les féculents au cours de l entretien. 18

19 FROMAGE : - Aucun patient ne pense que le fromage est «interdit» quand on est atteint de diabète. - En revanche, tous les patients ayant parlé du fromage sec considèrent qu il est autorisé «avec limitation». Parmi eux trois patients pensent que le fromage sec est à restreindre mais pas les autres laitages. Sept patients n ont évoqué ni le fromage sec, ni les autres laitages. CONFISERIE, MIEL, CONFITURE, GATEAUX : Sept patients évoquent les pâtisseries ou autres confiseries, miel, confiture. Cinq les considèrent comme «interdites» et deux les classent dans les aliments autorisés «avec restriction». Huit patients n évoquent pas ce type d aliment. FREQUENCE DE CONSOMMATION DES DIFFERENTES CLASSES D ALIMENTS : Voici un tableau résumant la fréquence de consommation des différents aliments cités par les patients. Les confiseries/pâtisseries/confiture/miel n apparaissent pas car elles étaient trop difficilement quantifiables. Pour 15 patients plusieurs fois / jour une à deux fois / jour une fois / jour plusieurs fois/ semaine une fois / semaine moins d'une fois / semaine légumes/salade Fruits poisson viande/œuf charcuterie féculents fromage sec lait/yaourts/fr.blancs Tableau 2 4. Boissons Voici un tableau résumant les différentes boissons citées par les patients et la classification qu ils leur donnent. Boissons pouvant être consommées : sans restriction avec restriction Interdites eau plate eau gazeuse café/thé/infusions sans sucre jus de fruits Sodas Alcool Tableau 3 19

20 5. Activité physique - 100% des patients répondent «oui» lorsqu on leur demande si l activité physique est conseillée ou non lorsqu on est atteint de diabète. - Lorsqu on leur demande la(les)quelles sont conseillées, la marche est citée treize fois, le vélo : sept fois, la natation : trois fois, le jogging : une fois. Deux patients pensent que toutes les sortes d activité physique sont conseillées ; un autre cite «les activités non violentes» d une façon générale. L un deux précise qu il est recommandé d avoir une activité de façon continue, une heure par jour au moins. - L activité physique la plus pratiquée par les patients interrogés est la marche (citée 10 fois) suivie par le jardinage (cité 7 fois) et le vélo (cité 2 fois). Un patient dit ne pas avoir d activité physique. - La durée d activité physique pour chaque patient est difficile à obtenir de façon précise. plus de 3h/sem 3h (= 3 fois 1h /sem) moins de 2h/sem 3h/semaine en une fois 1 à 2h, 2 fois/sem 2h/jour de 20 min/j 1/4h, 2 fois/j jardinage 30 min/j Tableau 4 - A la question «y-a-t il une(des) activité(s) physique(s) déconseillée(s) lorsqu on est atteint de diabète?», neuf patients répondent «non», quatre répondent «oui» et deux ne savent pas. Deux des patients qui ont répondu «oui» citent les «sports violents» ou «intensifs» comme le judo, le rugby, la boxe ou la plongée. 6. Place des mesures hygiéno-diététiques dans le traitement du diabète Dix patients pensent que l alimentation et l activité physique occupent une place importante, primordiale dans le traitement du diabète. 7. Difficultés rencontrées pour le suivi des conseils hygiéno-diététiques - Huit patients répondent «oui» lorsqu on leur demande s ils ont des difficultés à mettre en œuvre les mesures hygiéno-diététiques. difficultés à appliquer les règles hygiéno-diététiques 7 8 oui non Figure 14 - Les difficultés évoquées par les patients sont, en premier lieu, les contraintes trop importantes (six d entre eux citent ce motif) ; vient ensuite la vie sociale, les invitations chez les amis, voisins (pour 20

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE 3ème cycle de médecine générale 02.40.41.11.29 nadine.charron@univnantes.fr laurence.retiere@univnantes.fr FORMALITÉS RELATIVES À LA SOUTENANCE DE THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE Vous

Plus en détail

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES

ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL DES UNIVERSITES Section 42 Sous-section 01 Morphologie et morphogenèse Anatomie bre de siège à pourvoir : 1 GRIGNON BRUNO LORRAINE HITIER MARTIN CAEN PRADAL d'usage : PRAT DOMINIQUE MONTPELLIER VOIGLIO ERIC LYON 1 Section

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis

Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Médecine / UFR2S / UGB / St Louis Les études de Médecine à l Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé (UFR2S) Contexte d ouverture En 2010 FMPOS de l UCAD : 53 ans UFR Médecine de l Université de Thiès : 2 ans UFR santé

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale Date du jour de l inclusion : N Informations du Patient Nom Date de naissance Sexe Commune de naissance CP Prénom Age Adresse actuelle Ville Téléphone CP Portable Entourage (personnes référentes) Nom Lien

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

Titres de spécialiste pour tous?

Titres de spécialiste pour tous? Titres de spécialiste pour tous? Octroi de titres postgrades fédéraux à des médecins sans titre en vertu des dispositions transitoires Ch. Hänggeli, responsable du secrétariat pour la formation prégraduée,

Plus en détail

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr

Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE. www.ch-toulon.fr Services, consultations, examens : les numéros de téléphone à portée de main! MEMO PHONE www.ch-toulon.fr Sommaire 2 Hôpital Sainte Musse L essentiel... 4 Services de soins... 5 Services médico-techniques...

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Information destinée aux patients et aux proches Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Qu est-ce que la diverticulite? Cette brochure vous informe

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS

LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS Hôpital Privé d Antony LA VIE APRES VOTRE INFARCTUS Livret d information Hôpital Privé d Antony - OPC/KINE/268 Page 1 sur 5 Intervenants Rédigé par : C.DUPUY M.CERISIER Masseur Kinésithérapeute Masseur

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le

MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325. Dr K Farahat Gastroentérologie. Bruxelles, le MEDICIS Avenue de Tervueren, 236 1150 Bruxelles Tél : 02 7620325 Dr K Farahat Gastroentérologie Bruxelles, le Concerne Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : Chère Madame, Cher Monsieur, Votre médecin

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T

MERCI DE RETOURNER LE BON DE PRISE EN CHARGE ET/OU LA FICHE RÉCAPITULATIVE DANS L ENVELOPPE T À l attention du bénéficiaire : BILAN SANTÉ RETRAITE AUTO-QUESTIONNAIRE Ce questionnaire servira de fil conducteur à la consultation avec votre médecin traitant. À l issue de l entretien, vous pouvez soit

Plus en détail

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)?

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? La veille au soir Les buts de l alimentation sont de maintenir les réserves en glycogène (réserve de sucre pour l effort) tant au niveau du

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

Liste par section des candidats élus au CNU. Premier tour de scrutin

Liste par section des candidats élus au CNU. Premier tour de scrutin Liste par section des candidats élus au CNU. Premier tour de scrutin MEDOD Collège A 18/10/2012 Civ M. FONTAINE Christian 4201 ANATOMIE. M. VELUT Stephane 4201 ANATOMIE. Mme COTTIER - JOUFFRE Michele 4202

Plus en détail

CENTRE DU DIABETE CLINIQUE SAINT-JEAN. Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques

CENTRE DU DIABETE CLINIQUE SAINT-JEAN. Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques CLINIQUE SAINT-JEAN Centre de traitement multidisciplinaire pour personnes diabétiques 1 Madame, Mademoiselle, Monsieur, Bienvenue au Centre du Diabète de la. Nous sommes un centre de traitement multidisciplinaire

Plus en détail

Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé

Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Ce qu attendent les salariés et les employeurs français de leur complémentaire santé Anne Loones Février 2009 2 Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE Septembre 2011 Arnaud ZEGIERMAN Amandine MESSINA www.institut-viavoice.com Viavoice Tel : +33(0)1 40 54 13 71 Mieux comprendre l opinion pour agir 9 rue Huysmans 75006 Paris +33

Plus en détail

Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents

Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents Obésité Sévère de l Enfant et de l Adulte en Nord/Pas-de-Calais Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents Les services de médecine scolaire ou votre médecin traitant

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

éviter UNE RÉCIDIVE APRÈS UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

éviter UNE RÉCIDIVE APRÈS UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC éviter UNE RÉCIDIVE APRÈS UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR SES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur ses connaissances 3 Vrai Faux Rappel 4 Un AVC peut-il

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR de PHARMACIE

UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR de PHARMACIE UNIVERSITE MONTPELLIER I UFR de PHARMACIE DOPAGE «DE L ANALYSE A LA PREVENTION» EN PARTENARIAT AVEC DOPAGE : de l analyse à la prévention PORTEURS DU PROJET RESPONSABLES S Michel AUDRAN Professeur de pharmacie

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP

À l écoute des personnes touchées par la SP. Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP À l écoute des personnes touchées par la SP Sondage à l intention des personnes en attente d un diagnostic probable de SP Notre mission : «Être un chef de file dans la recherche sur le remède de la sclérose

Plus en détail

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire?

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? Simon Equilibré grâce à sa pompe depuis 2004 J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? L hypoglycémie peut être l une des préoccupations majeures des diabétiques de type 1,

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

FAMILLES ET PREVENTION SANTE

FAMILLES ET PREVENTION SANTE OBSERVATOIRE DES FAMILLES DES DEUX SEVRES FAMILLES ET PREVENTION SANTE ENQUETE 2013 - SYNTHESE Afin de donner les moyens à l Institution Familiale de "produire des données familiales", de les recueillir,

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET?

1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? 1. QU EST CE QU IL A? 2. QU EST CE QU IL FAIT? 3. Q QU EST CE QU IL SAIT? Q QU EST CE QU IL CROIT? 4. QUI EST-IL? QUE RESSENT-IL? 5. QUEL EST SON PROJET? CONNAÎTRE SON PATIENT AU PLUS JUSTE : SON HISTOIRE,

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

La gestion des hypoglycémies au cours du sport : insuline ou diététique?

La gestion des hypoglycémies au cours du sport : insuline ou diététique? La gestion des hypoglycémies au cours du sport : insuline ou diététique? Confrontations d Endocrinologie-Diabétologie Les Vaux de Cernay L Fouquet, S. Franc 25 Mars 2010 1 Observation n 2, Mme. S 42 ans,

Plus en détail

LES ENVELOPPES NE DOIVENT PAS ÊTRE AFFRANCHIES

LES ENVELOPPES NE DOIVENT PAS ÊTRE AFFRANCHIES Année scolaire 2013 / 2014 Madame, Monsieur, Vous êtes en possession des documents de rentrée scolaire 2013/2014. Nous vous demandons de renseigner le plus rapidement possible les documents suivants, afin

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

ANNUAIRE. UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD. Direction Administration générale

ANNUAIRE. UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD. Direction Administration générale UFR DES SCIENCES MEDICALES Faculté de Médecine H. BASTARAUD ANNUAIRE Direction Administration générale Campus Universitaire de Fouillole BP 145 97154 POINTE-A-PITRE Cedex Tél. : 0590 48 33 33 Fax : 0590

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE

MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE MAÎTRISE UNIVERSITAIRE D ÉTUDES AVANCÉES EN MÉDECINE CLINIQUE SPECIALISATION ANESTHESIOLOGIE 1. Objectifs généraux La Maîtrise universitaire d études avancées en médecine clinique (en anglais Master of

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010.

Agence Thomas Marko & Associés. Du 3 au 8 septembre 2010. Octobre 00 Nobody s Unpredictable Sondage effectué pour : Agence Thomas Marko & Associés Echantillon : 000 personnes, constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de

Plus en détail

Education Thérapeutique (ETP)

Education Thérapeutique (ETP) Education Thérapeutique (ETP) Enfant diabétique type I Marie Caron Infirmière puéricultrice référente en éducation thérapeutique Maryse Tamburro Cadre puéricultrice Centre initiateur de pompes à insuline

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

santé solidarité Spécialistes et patients face au parcours de soins coordonnés: comportements et opinions N 11 2009 DOSSIERS

santé solidarité Spécialistes et patients face au parcours de soins coordonnés: comportements et opinions N 11 2009 DOSSIERS et DOSSIERS Spécialistes et patients face au parcours de soins coordonnés: comportements et opinions N 11 2009 Le parcours de soins coordonnés a été mis en place en août 2004 par la loi réformant l Assurance

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Charte de protection des mineurs

Charte de protection des mineurs «Mes enfants, soyez joyeux!» Charte de protection des mineurs Au sein de l Académie Musicale de Liesse Mise à jour août 2014 L ensemble des adultes intervenant au sein de l Académie Musicale de Liesse

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail