À DÉPISTER LE PLUS TÔT POSSIBLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À DÉPISTER LE PLUS TÔT POSSIBLE"

Transcription

1 TÊTE D AFFICHE Didier Amouroux : un pont vers l Afrique Page 4 NOTRE SANTE N 193/849 - JUIN 2010 des Caisses d'e pargne Troubles musculo-squelettiques : première maladie du travail page 16 DOSSIER MÉDECINE DIABÈTE DE TYPES 1 ET 2 : À DÉPISTER LE PLUS TÔT POSSIBLE pages 12 à 15 pages Famille Parents divorcés : résidence alternée et vacances à tour de rôle. Et les enfants, dans tout ça?

2 pages Parents divorcés : résidence alternée et vacances à tout de rôle. Et les enfants, dans tout ça? TÊTE D AFFICHE Didier Amouroux : NOTRE SANTE page 16 DOSSIER MÉDECINE DIABÈTE DE TYPES 1 ET 2 : À DÉPISTER LE PLUS TÔT POSSIBLE pages 12 à 15 des Caisses d'e pargne Un pont vers l Afrique Page 4 Troubles musculo-squelettique : première maladie du travail [ sommaire LA REVUE DES CAISSES D'EPARGNE N 193/849 JUIN 2010 Famille LA REVUE DES CAISSES D'EPARGNE 7 rue Léon Patoux Reims cedex 2 Tél Fax ÉDITÉE PAR : la Mutuelle Nationale des Caisses d Épargne 7 rue Léon Patoux Reims cedex 2 Tél Fax Internet : DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Hervé TILLARD DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Eric LE LAY SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Jacques RIVIÈRE SECRÉTARIAT : Rose MANSON PHOTOGRAPHIES : BSIP ; FNMF/NATHANAËL MERGUI ; BELAMBRA ; PAGES 4, 5 ET : DR. ILLUSTRATIONS : Christine LESUEUR ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO : Cérin, Frédéric Constans, Christophe de La Mure, Martine Doriac, Sandra Jegu, Virginie Mornaud, Cédric Portal, Philippe Rémond, Corinne Renou-Nativel. COMITÉ DE RÉDACTION : Hervé TILLARD, Gérard COMMARMOND, Eric LE LAY, Véronique ROCHETTE, Jacques RIVIÈRE PUBLICITÉ : nous contacter PETITES ANNONCES : à adresser 7, rue Léon Patoux Reims cedex 2. Tél. : TIRAGE BIMESTRIEL : exemplaires CONCEPTION ET RÉALISATION : IPPAC - Tél. : IMPRESSION : SIB IMPRIMERIE pour le compte des Editions de l'epargne, ZI de la Liane, BP 343, Boulogne-sur-Mer Tél. : COMMISSION PARITAIRE N 1113 M ISSN : ABONNEMENT : 6 Prix au numéro : 1 DÉPÔT LÉGAL : RÉSEAU Tête d affiche Didier Amouroux (CE Languedoc-Roussillon) a fondé l association Pontéranga pour venir en aide à deux communautés rurales de Casamance, au Sénégal. Et pourrait bien étendre son action vers la Guinée-Bissau et la Gambie voisines 5 RÉSEAU Parlons-en A Saint-Maur-des-Fossés, l association Approche poursuit son action en faveur de l insertion. Anne- Christine Bandin (CE Ile-de-France), fondatrice et présidente, explique pourquoi l association multiplie les initiatives originales DOSSIER NOTRE SANTÉ Médecine Le diabète de type 1, dit insulinodépendant, affecte de plus en plus d enfants avant l âge de 5 ans. Le diabète de type 2 ne se manifeste pas pendant de longues années mais cause des dommages irréversibles à l organisme. Le point sur les deux visages de cette maladie DOSSIER 6-7 RÉSEAU Votre mutuelle Un nouveau contrat proposé aux «retraités et loi Evin Caisses d Epargne» ; télétransmission active avec certaines caisses de la MSA ; pas de remboursement pour les vignettes orange ; la page Infos pratiques 9 NOTRE SANTÉ Mutualité Priorité santé mutualiste élargit son offre de service avec la santé visuelle. Pour tout savoir sur la prévention, les pathologies, les traitements, composez le NOTRE SANTÉ Prévention > Parce qu une mauvaise vue peut perturber la scolarité d un enfant, il faut être attentif à certains signes d alerte. > Même en vacances, la consommation d alcool peut s avérer dangereuse NOTRE SANTÉ Maladie professionnelle Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont la première maladie du travail. Mais des solutions existent pour limiter l exposition des salariés NOTRE SANTÉ Alimentation Et si l on révisait un peu notre perception de ce gras tant honni en alimentation? D importantes et récentes études apportent un nouvel éclairage sur la question. 20 SOCIÉTÉ Formation Et si le sens d un redoublement scolaire était moins une sanction qu une nouvelle chance? 2 des Caisses d'epargne N 193/849 JUIN 2010

3 [ édito 21 SOCIÉTÉ Handicap Avec HandiCapZéro et Pharmabraille, les notices de médicaments sont accessibles à tous les malvoyants. Et bien d autres choses encore SOCIÉTÉ Famille > Dès l âge de 4 mois, les bébés nageurs s adonnent aux plaisirs des jeux aquatiques. > Parents divorcés : chez qui habiter? avec qui partir en vacances? 26 SOCIÉTÉ Loisirs Pour quelques heures ou pour une journée, on ne plaisante pas avec la sécurité en mer RÉSEAU Loisirs Les propositions de la CGP et de Belambra RÉSEAU ASGCE Ski, randonnée, football et course à pied : les résultats des premiers challenges de l année RÉSEAU Petites annonces Dans un monde qui bouge La MNCE, comme l ensemble du monde mutualiste, est confrontée à de nouvelles contraintes réglementaires et financières. A l instar des banques, soumises aux nouvelles règles édictées dans le dispositif «Bâle II», notre mutuelle va devoir se conformer aux normes et ratios émanant des travaux «Solvabilité II». Si ces nouvelles règles drastiques posent des difficultés à un certain nombre d acteurs de la couverture santé, ce n est pas le cas de la MNCE. Par sa gestion prudente, la MNCE a réussi, au cours des dernières années, à atteindre des ratios de solvabilité lui permettant aujourd hui de regarder l avenir avec sérénité. Même dans les scenarii les plus «contraints», notre mutuelle répond dans tous les cas de figure aux nouvelles règles financières. En la matière, la MNCE a su prendre une longueur d avance De cette longueur d avance et de la qualité de gestion de notre contrat CGN Santé, il en sera question dans l échange qui va s ouvrir avec BPCE dans le cadre de la clause de «revoyure» liée à ce contrat. En effet, comme le prévoit le code de la Sécurité sociale, il nous faut rediscuter des «conditions de mutualisation» de notre contrat santé tous les cinq ans. C est l occasion de prouver au nouveau chef de réseau la qualité de gestion et des prestations servies par la MNCE, ainsi que sa capacité d évolution. Pour nos adhérents retraités, la décision du conseil d administration du 10 mars 2010 d allouer une somme de deux millions d euros à la provision pour ristourne permet de pérenniser, au moins jusqu en 2018, le dispositif de prise en charge d une partie des cotisations des retraités aux plus bas revenus (17 % des adhérents). C est un geste fort de solidarité intergénérationnelle, que notre assemblée générale du mois prochain devra valider. De même, la création d un nouveau contrat retraité, baptisé «Atout Santé Vitalité», va permettre à ceux qui répondront favorablement à la proposition d adhésion de bénéficier des nouvelles prestations (verres correcteurs et forfait hospitalier) en place dans le contrat actif depuis le 1 er janvier 2010, avec effet rétroactif à cette date et sans supplément de cotisation. Tous les représentants des retraités ont validé la création de ce contrat qui permettra également, dans un avenir proche, de créer des prestations spécifiques adaptées aux retraités. En matière de nouvelles prestations, l augmentation depuis le 1 er janvier des remboursements des verres correcteurs (de 1900 % à 2500 %, y compris la part Sécu) est appréciée des adhérents. Il convient ici de rappeler que cette amélioration d une prestation «phare» ne doit pas se transformer en renouvellement plus rapide ou plus fréquent des lunettes, et encore moins lorsque ce n est pas nécessaire. L équilibre de notre contrat repose aussi sur les bonnes pratiques mutualistes, c est cela la force de la MNCE Quant à notre Revue, elle fait aujourd hui peau neuve avec une nouvelle maquette plus moderne et plus agréable à lire Alors, bonne lecture! Hervé TILLARD Président du conseil d administration de la MNCE des Caisses d'epargne N 193/849 JUIN

4 [ réseau XXXX TêTe d affiche DiDieR AmouRoux (Caisse d epargne LanguedoC-roussiLLon) L aide, pas la charité Responsable Intérêt général et développement durable à la Caisse d Epargne Languedoc-Roussillon, Didier Amouroux pratique encore la solidarité lorsqu il a quitté son bureau, dans le cadre de l association Pontéranga, qu il a fondée avec d autres bénévoles en 2007 pour venir en aide à deux communautés rurales en Casamance, au Sénégal. Contact Association Pontéranga : DiDier Amouroux et son épouse, lors D un DéplAcement en casamance. du Sénégal, la casamance a longtemps été le champ d une guerre civile plus ou moins larvée. Même si la région est redevenue plus calme, il n est pas rare d y entendre encore le bruit des rafales d armes automatiques, voire celui du canon. Subsistent aussi des champs de mines, dans la forêt. «On voit d ailleurs assez peu d hommes dans les villages, explique didier amouroux. Ils se cachent souvent pour échapper à la rébellion, toujours présente. Et les enfants vivent quasiment sans père» a l occasion d un voyage en afrique, en 2005, didier amouroux et son épouse ont découvert cette région, parrainant bientôt chacun un enfant et sa famille. Mais, face aux besoins considérables de ces populations loin de tout, ils ont voulu faire davantage en créant l association «Pontéranga : un pont vers l afrique». Précisons tout de suite qu en casamance (et dans de nombreux pays d afrique de l Ouest) le mot «téranga» signifie «hospitalité». Les populations locales font facilement le lien avec l action de l association, fondée en Une association qui s est donné trois objectifs majeurs : l aide à l éducation en brousse ; l aide alimentaire ; l aide au développement économique. n PoPulation associée «Les fournitures scolaires, très chères localement, sont à la charge des familles qui, la plupart du temps, n ont pas les moyens de les payer et n envoient pas les enfants à l école». L association, après avoir défini les besoins en la matière avec les chefs de villages, les instituteurs, les autorités diverses et variées (dont les autorités religieuses, catholique et musulmane), achète à Ziguinchor (la grande ville de casamance) le matériel nécessaire et le distribue publiquement aux enfants dans les villages. «Les enfants qui vont à l école font 5 km à pied le matin - et autant pour revenir -, généralement le ventre vide, car tête d'afficheau sud ils ne mangent que le soir, leurs parents n ayant pas les moyens de payer 20 centimes d euro par mois pour la cantine [NdLR : vous avez bien lu, 20 centimes d euro par mois!. Nous avons créé sur place un comité de gestion de la cantine pour contrôler les comptes et, par exemple, au cours du 1 er trimestre 2010, 346 enfants ont pu manger à la cantine pour une somme totale de 374!» enfin, Pontéranga aide financièrement au développement des cultures maraîchères (achats de pompes à eau mécaniques pour puiser l eau, et de petit matériel comme des brouettes, des arrosoirs, des coupe-coupe). «La production permet de varier l alimentation et le surplus est vendu.» des échanges épistolaires sont également organisés entre jeunes Sénégalais et jeunes héraultais, les seconds n en revenant pas lorsque les premiers leur écrivent qu ils sont heureux mais pauvres et ne mangent parfois, de toute la journée (s ils ne sont pas allés à l école), qu un écureuil (sic!) chassé dans la forêt Mais, quelles que soient les actions entreprises, la population y est toujours étroitement associée. «Nous fournissons certes les moyens financiers nécessaires et un peu de technicité, mais ce sont les membres des communautés villageoises qui émettent les idées et font les choix. Nous travaillons avec eux, nous leur apportons une aide, pas la charité.» et, sur place, un travailleur social salarié de Pontéranga fait en permanence le lien et s assure du bon fonctionnement des structures. n Plus loin Moyennant quoi, les 55 membres de l association peuvent se féliciter de faire beaucoup - même si ce n est jamais assez - avec un budget annuel, plutôt modeste à nos yeux, de didier amouroux : «L association n a aucun frais de fonctionnement, et les 8 membres qui se sont rendus ou se rendront sur place au cours de cette année paient leurs déplacements et leurs frais.» Prudent (banquier?!), didier amouroux s efforce néanmoins d avoir une certaine avance de trésorerie, pour faire face à toute pénurie éventuelle de dons ou de subventions. «Les enfants, eux, mangent tous les jours! Nous avons de quoi tenir un an, s il le fallait.» Les résultats obtenus, plus qu encourageants, incitent l association à pousser plus loin son action. Plus loin, c est-à-dire vers une école de Guinée-Bissau (dont la frontière est proche) et avec les mêmes principes qu en casamance, mais aussi vers la Gambie (ce petit etat enclavé au milieu du Sénégal), un peu plus au nord, voire carrément à l ouest du côté du Mali alors elle justifiera pleinement (si besoin était) le nom qu elle s est donné : Pontéranga, un pont vers l afrique. Jacques RivièRe 4 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

5 parlons-en Anne-ChRistine BAnDin (Caisse d epargne ile-de-france) réseau XXXX [ Enchères solidaires Une vente aux enchères est aussi un moyen original de susciter la solidarité. Surtout lorsque le bénéfice permet à l association Approche de poursuivre l œuvre entreprise depuis bientôt 20 ans au service de l insertion professionnelle des plus démunis, comme l explique Anne-Christine Bandin, sa présidente fondatrice. avec Marielle Couquerque que nous avons fondé Approche en Toutes «C est deux actives depuis plusieurs années dans la lutte contre la grande misère, dans l esprit d ATD Quart Monde, nous avons voulu nous impliquer encore davantage dans l aide aux plus démunis.» axée à l origine sur l assistance des personnes en difficulté, l association - en affichant clairement ses valeurs de solidarité, de respect et d indépendance morale - a choisi peu à peu de redonner à ceux qu elle assistait une nouvelle place dans la société en leur ouvrant un accès au monde du travail. en 1997, soutenue par un solide réseau de donateurs, approche a créé un premier emploi à partir de la récupération, de la remise en état et de la revente d objets divers. L association a ensuite pris de l envergure et une équipe de professionnels de l insertion a été recrutée pour encadrer les personnes en difficulté. «Depuis, grâce à une mise en situation de travail, à un accompagnement social et professionnel rigoureux et à un cursus de formation individualisé, nous avons permis à plus d une centaine de salariés en insertion de retrouver un emploi.» aujourd hui, approche est un chantier d insertion reconnu par les pouvoirs publics et l une des trois «ressourceries» d ile-de-france. avec un budget composé pour un tiers par sa production, un tiers par le financement de contrats aidés et un tiers de dons privés et subventions publiques, son dynamisme associatif lui permet une adaptation permanente aux réalités économiques et constitue sa meilleure assurance pour un développement futur. n euros «Pour autant, rien n est jamais acquis, et notre recherche de financement est permanente. Marché de Noël, loto, brocante, salon des collectionneurs, par exemple, sont [ Les ecureuils en force Il y a 5 Ecureuils au conseil d administration d Approche : Anne-Christine Bandin (présidente fondatrice), Marielle Couquerque (trésorière et co-fondatrice), Françoise Lageste (vice-présidente), Geneviève Cimino et Marc Devesa (membres). On en compte également deux parmi les bénévoles de l association, Claudette et Serge Alcisiadi, et de nombreux encore parmi les adhérents Et comme Approche cultive l œcuménisme, on trouve même, dans le conseil d administration, une directrice d agence du CIC! parmi les invités D honneur De la vente Aux enchères, le célèbre casimir (Yves brunier) A même tenu le marteau entre m e lombrail et marielle couquerque. Approche c est : PaRLONS-eN 23 salariés (7 permanents et 16 en insertion) 16 administrateurs 60 bénévoles 360 adhérents sympathisants de budget (en 2009) autant d événements fédérateurs pour l équipe de 60 bénévoles, et de moyens d étoffer notre budget. C est dans cet esprit que nous avons organisé, début mai dans les salons de l Hôtel de ville de Saint-Maur-des-Fossés, gracieusement prêtés pour la circonstance, une vente aux enchères de 120 œuvres d art généreusement offertes par une cinquantaine d artistes locaux. 15 mois de travail ont été nécessaires pour organiser cette vente aux enchères placée sous le parrainage de Henri Plagnol, député-maire, avec un superbe catalogue de présentation et la participation bénévole de M e Lombrail, commissaire-priseur à Drouot. Mais les résultats ont été à la hauteur du travail accompli puisque quelque 300 visiteurs et acheteurs nous ont permis de recueillir Ces fonds ne sont pas destinés à une action particulière. Ils viennent consolider notre budget. Peut-être est-ce dû à la présence de salariés Caisse d Epargne au sein du conseil d administration, mais nous avons une gestion d autant plus prudente que les difficultés économiques générales sont bien réelles. Que soient remerciés ici tous ceux qui nous ont aidés pour cette manifestation, et tous ceux qui nous apportent régulièrement leur soutien.» contacts : des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

6 [ réseau votre mutuelle Sous ce titre, et dans cette page, vous trouvez désormais toutes ces petites «infos pratiques» dont vous avez besoin régulièrement pour mieux appréhender votre relation avec la MNCE. Elles constituent vos interrogations les plus régulières auprès des services de la Mutuelle. N hésitez pas à consulter attentivement cette page de La Revue car vous y découvrirez la petite info pratique, nouvelle ou un peu plus ancienne, qui vous facilitera la vie mutualiste. à l'hospitalisation Les frais d'hospitalisation engagés dans le cadre du contrat Groupe National des actifs et par les individuels du réseau ayant choisi atout Santé Vitalité ne supportent qu'un reste à charge de 1e par jour. en revanche, nous vous rappelons que les frais annexes (téléphone, télévision) ne sont pas pris en charge par la MNce. Télétransmission ou pas? La télétransmission* facilite et accélère les remboursements mutualistes. > Si vous en bénéficiez, cette précision est indiquée au bas de votre décompte de Sécurité sociale par la mention «copie de ce décompte transmise à votre mutuelle», et il est alors inutile de nous adresser vos décomptes ou factures lorsque vous avez réglé la totalité d une dépense auprès d un professionnel de santé : dans ce cas, le remboursement mutualiste intervient automatiquement. > Si vous ne bénéficiez pas de la télétransmission, vous devez nous adresser les originaux de vos décomptes de Sécurité sociale. attention : dans tous les cas (télétransmission ou pas), lorsque vous avez réglé la part mutualiste auprès d un professionnel de santé, vous devez nous envoyer l original de votre justificatif de paiement. infos PRatiqUeSFrais liés * Télétransmission : échanges informatiques entre la mutuelle, les Caisses d assurance maladie, les professionnels de santé. Mise en place de la télétransmission Salarié du Réseau caisse d epargne vous venez de faire une «mobilité géographique», vous êtes un nouvel adhérent, vous avez changé de caisse Primaire d assurance Maladie, votre numéro de Sécurité Sociale vient de vous être attribué et vous souhaitez conserver l avantage ou bénéficier de la télétransmission qui facilite et accélère les remboursements mutualistes. Vous devez pour cela nous faire parvenir une copie de l attestation d assuré social*, en cours de validité, qui vous a été délivrée en même temps que votre carte Vitale, et qui mentionne votre numéro d organisme d affiliation (si vous n avez plus cette attestation, votre cpam est en mesure de vous fournir ce numéro d affiliation). attention : par erreur, certains envoient seulement une photocopie de la carte Vitale : cela ne nous permet pas de mettre en place la télétransmission. Rappelons qu en plus des caisses Primaires d assurance Maladie, cette procédure est déjà en œuvre pour les organismes gérant le régime obligatoire suivants : Mutuelle Générale de l education Nationale (MGeN), Mutualité de la fonction Publique (MfP), cnmss (caisse Nationale Militaire), crpcen (clercs et employés de notaires), ainsi que les mutuelles étudiantes LMde, MGeL, SMeBa, SMeNO, VittaVi, SMeReP, MeP, ainsi que certaines caisses de Mutualité Sociale agricole. * Il est possible d obtenir une copie de cette attestation en se connectant au site de l Assurance maladie [www.ameli.fr et en se rendant dans l espace «assuré». Remboursement Pour être remboursé plus vite de la part complémentaire par la MNce, n oubliez pas de nous communiquer un relevé d identité bancaire. Nous pourrons ainsi effectuer un virement directement sur votre compte au lieu de vous envoyer une lettre-chèque. Suivi et téléchargement de vos remboursements, consultation de votre forfait optique et simulation de devis d achat d optique, informations générales Rendez-vous sur notre site internet (www.mnce.fr) et identifiez-vous dans «espace adhérent» avec votre numéro d adhérent à 7 chiffres (figurant sur votre carte mutualiste) et votre mot de passe (si vous l avez oublié ou s il s agit de votre première connexion, la procédure à suivre est indiquée sur le site). Votre adresse Lorsque vous changez d adresse, vous pouvez la modifier directement en vous rendant sur notre site internet (www.mnce.fr) dans «espace adhérent» puis «infos personnelles». Vous pouvez également nous prévenir par courriel, télécopie ou courrier (voir coordonnées ci-dessous), ceci afin d éviter l éventuelle interruption de vos remboursements complémentaires et de l envoi des divers courriers (décomptes, Revue, carte mutualiste ) que nous vous adressons régulièrement. N hésitez pas à nous contacter pour que nous puissions vérifier l exactitude des éléments en notre possession. - courriel : - courrier : 7 rue Léon Patoux BP Reims cedex 2 - télécopie : Moins de 10 Nous rappelons que dans le cadre de sa politique de maîtrise des coûts de gestion la MNce met en attente de virement tout remboursement inférieur ou égal à 10 pendant les 6 mois qui suivent la date de saisie de votre dossier, à moins, bien sûr, qu un nouveau règlement n intervienne au cours de cette période. Tiers responsable quand les soins dont vous demandez le remboursement font suite à un accident avec tiers responsable (ex : accident de voiture, de ski, etc), il est absolument nécessaire de nous en informer. Nous pourrons ainsi récupérer les sommes déboursées pour vos soins auprès de la partie adverse (c est une démarche importante pour l équilibre financier de votre Mutuelle). Hospitalisation a l occasion d un dépassement d honoraires lors d une hospitalisation (cela peut être le cas pour les actes de chirurgie ou d anesthésie, par exemple), vous devez nous adresser l original de la facture détaillée et acquittée, indiquant impérativement la cotation de l acte chirurgical et la prise en charge du Régime Obligatoire. attention : quand vous répondez (trop vite?) à un professionnel de santé que votre mutuelle rembourse en partie les dépassements d honoraires, vous risquez de voir augmenter le montant de votre «reste à charge». Régularisation des indus il peut arriver - quand la Sécurité sociale corrige après coup une information télétransmise, par exemple - que la MNce vous verse une prestation légèrement supérieure à ce qui vous était réellement dû. et, bien sûr, il faut régulariser Sachez que : - si cet indu est inférieur à 10, il sera automatiquement retenu sur la prochaine prestation que vous recevrez. cette régularisation figurera sur votre décompte de prestations, mais vous n en serez plus averti par courrier ; - si cet indu est supérieur à 10 mais inférieur à 30, il sera également retenu sur la prestation suivante, mais un courrier vous préviendra de l opération ; - si cet indu est supérieur à 30, un remboursement par chèque vous sera réclamé. 6 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

7 votre mutuelle réseau [ [ Pas de tiers payant? Dites-le nous [ Si un des «professionnels de santé» avec lequel vous êtes en contact - hôpital, clinique, laboratoire, etc - ne pratique pas le tiers payant (mécanisme qui vous évite d avancer tout ou partie de vos dépenses de santé auprès d un intervenant), n hésitez pas à nous transmettre ses coordonnées - sauf pour les opticiens avec lesquels le tiers payant n est pas pratiqué. Nous prendrons contact avec lui pour lui proposer d adhérer au tiers payant MNCE. MNCE : 7 rue Léon-Patoux - BP Reims cedex 2 Courriel : Commission sociale : pas le surendettement La commission sociale de la MNce a pour objet «de contribuer à résoudre les cas sociaux douloureux des membres participants [de la MNce et de leurs ayants droit», en apportant une aide financière. elle est conditionnée aux revenus du foyer fiscal concerné. Si la notion de «cas social douloureux» doit être appréciée dans son acception la plus large, elle ne saurait cependant prendre en compte les problèmes de gestion budgétaire familiale, et notamment de surendettement. L intervention de la commission sociale relève essentiellement de tout ce qui est lié à la maladie et au handicap. Vignette orange : pas de prise en charge Pour faire des économies dans le budget de la Sécu, certains médicaments ne sont plus remboursés, par l assurance maladie, qu à 15 % (voir à ce sujet l article paru dans La Revue 190, de décembre 2009, pages 18 et 19), et se distinguent à ce titre par une vignette orange. ce qui signifie que 85 % du prix de ces médicaments restent désormais à la charge des assurés et de leurs mutuelles. Or, pour procéder à ces «déremboursements», la Sécurité sociale se fonde sur l avis de la haute autorité de Santé qui estime que ces médicaments ont un Service Médical Rendu (le fameux SMR) insuffisant. La Mutualité française s interroge alors sur le fait, pour les complémentaires santé, de devoir prendre en charge le remboursement de médicaments qui n ont que peu ou pas d utilité. La fnmf estime que, soit un médicament est utile, et il doit être remboursé, soit il n est pas utile et il devient inutile de le rembourser. elle a adopté à cet égard une position de principe qui est d inciter les mutuelles à ne pas prendre en charge les médicaments à 15 %. la Mnce adhère à cette position de principe et ne rembourse donc pas lesdits médicaments. en revanche, elle prend en charge tous les médicaments les plus performants (vignettes bleue et blanche), ce qui représente 95 % des médicaments disponibles. en BRef atout santé Vitalité Un nouveau contrat pour les retraités Parce que les adhérents des actuels contrats MNce «retraités et loi evin caisses d epargne» ne peuvent bénéficier de droit des nouvelles garanties du contrat Groupe National des actifs (prise en charge de l augmentation du forfait hospitalier ; remboursement plus élevé des verres correcteurs - voir à ce sujet La Revue n 191 de février 2010, page 6), le conseil d administration de la Mutuelle a souhaité leur proposer un choix entre deux contrats : leur contrat actuel, et un nouveau contrat dénommé «atout Santé Vitalité» qui intègre les nouvelles garanties accordées aux actifs (avec effet rétroactif au 1 er janvier 2010), pour eux-mêmes et leurs ayants droit, sans augmentation de leur cotisation fixée au 1 er janvier ce nouveau contrat ne sera plus soumis aux dispositions de l article 4 de la loi n du 31 décembre 1989, dite loi evin, et les souscripteurs du nouveau contrat «atout Santé Vitalité» ne pourront plus revenir à leur ancien contrat répondant aux dispositions de la loi evin. La MNce a adressé un courrier en ce sens à tous les adhérents concernés (les adhérents du contrat retraités dans un premier temps, puis ceux du contrat evin avant fin juin), ainsi qu un exemplaire du nouveau contrat et un bulletin d adhésion à retourner avant le 15 juillet 2010 (pour les adhérents du contrat retraités) à la MNce, 7 rue Léon-Patoux, BP 1032, Reims cedex 2. a défaut de souscription à ce nouveau contrat, le contrat actuel des adhérents concernés restera en vigueur et ne bénéficiera pas des nouvelles garanties rappelées ci-dessus. [ Télétransmission avec la MSA Comme vous le savez, on parle de «télétransmission» à propos des échanges informatiques entre les mutuelles - donc la MNCE - et les Caisses d assurance maladie ou les professionnels de santé. Echanges qui accélèrent et facilitent notamment les remboursements mutualistes. Cette procédure de télétransmission vient d être mise en place entre la MNCE et 13 nouvelles Caisses de Mutualité Sociale Agricole : Gironde, Indre, Beauce-Cœur de Loire, Touraine, Ain-Rhône, Auvergne, Lorraine, Atlantique-Vendée, Marne-Ardennes-Meuse, Grand Sud, Mayenne-Orne-Sarthe, Franche-Comté, Sud-Champagne. Si vous ou votre conjoint dépendez de ce régime, adresseznous votre attestation d assuré social pour que nous activions la procédure de télétransmission vous concernant. des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

8 * Offre valable pour l achat d une monture optique de la sélection des marques Vogue ou Ray-Ban équipée de 2 verres unifocaux organiques indice 1.5 blancs durcis sans traitement (-6/+6 cyl de 0,25 à 2, sphère + cylindre 6) + une monture solaire de la sélection des marques Vogue ou Ray-Ban équipée de 2 verres unifocaux organiques durcis (-6/+6 cyl de 0,25 à 2, sphère + cylindre 6), indice 1.5, teintés catégorie 3 (brun, gris ou gris US) anti-uv. Les 2 équipements sont à correction identique et de marque identique. Offre valable jusqu au 31 mars 2011, dans les magasins participant à l opération et dans la limite des stocks disponibles. Non cumulable avec d autres offres, promotions et avantages. Photos non contractuelles. VISAUDIO SAS-RCS Paris B au capital social de euros. Pack 2 Paires à votre vue : à découvrir exclusivement dans les points de vente Les Opticiens Mutualistes Une offre qui répond à toutes vos exigences en vous proposant une solution optique complète : 2 paires de lunettes équipées A VOTRE VUE, l une optique et l autre solaire. Et le plaisir de porter des lunettes Ray-Ban en toutes circonstances. A choisir parmi une sélection de modèles mythiques qui conjuguent style, qualité et esthétisme.

9 mutualité notre santé [ Santé visuelle : Priorité santé mutualiste voit plus grand! Priorité santé mutualiste a ouvert en avril un nouveau service sur la santé visuelle. En composant le 39 35, les adhérents des mutuelles disposent d informations sur la prévention, les pathologies et leurs traitements. PSM Le diabète : une maladie à risque pour la vue A un stade avancé, le diabète peut provoquer l apparition de la rétinopathie diabétique. C est la première cause de cécité chez les personnes âgées de moins de 65 ans. Cette maladie chronique, qui touche autour d un million de diabétiques, atteint la rétine. Elle se traduit par une perte progressive de la vision. Seule la prévention contre le diabète permet de l éviter : il faut en particulier contrôler la glycémie et réaliser régulièrement un examen du fond de l œil. La rétinopathie diabétique peut être traitée, selon son évolution, par une opération chirurgicale : laser ou vitrectomie. Priorité santé mutualiste s est étoffé en avril avec l ouverture d un service consacré à la santé visuelle. il complète les offres existantes sur le cancer, les maladies cardio-vasculaires, les addictions et le maintien de l autonomie. depuis un an, les adhérents des mutuelles peuvent en effet contacter le 39 35* pour être informés, orientés ou accompagnés dans ces quatre grands domaines de la santé. On compte environ 2,9 millions de malvoyants en france. Selon l institut de recherche et de documentation en économie de la santé (irdes), 57 % des personnes de plus de 16 ans ont un trouble visuel : myopie, presbytie, astigmatisme. n Facteurs de risque Objectif du nouveau service : aider les adhérents à conserver et entretenir leur capital visuel. Sept conseillers répondent aux questions des adhérents des mutuelles en s appuyant sur une base documentaire qui comprend trente-trois fiches. elles couvrent des sujets très divers : les troubles et pathologies de l œil, les facteurs de risque, la prévention, les traitements, les progrès scientifiques, les professionnels du parcours de soins Les adhérents peuvent également obtenir des informations sur le dépistage des troubles visuels effectués dans le cadre de la protection maternelle et infantile (PMi), de la médecine scolaire ou des universités. «L enrichissement des fiches d information santé évoluera aussi en fonction des nouvelles questions des appelants», indique Leslie Roussel, chargée de projet santé visuelle à la Mutualité française. en cas de questions complexes, le médecin de Priorité [ DmLA : Des visites RéguLièRes Chez L ophtalmologue Dès 45 Ans La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) concerne 1,5 million de personnes en France. Première cause de cécité après 50 ans, elle touche surtout les personnes âgées de plus de 75 ans. Cette pathologie dégénérative de la rétine affecte la vision centrale et se manifeste par une déformation de l image. Des visites régulières chez un ophtalmologue à partir de 45 ans permettent de réaliser des examens de dépistage : fond d œil, mesure de la tension oculaire. Dans certains cas, il est possible de stabiliser la maladie par des médicaments ou un traitement au laser. [ enfant : DépisteR précocement un troublé De LA vue Selon le ministère de la Santé, un enfant sur quatre dépisté à l école avant l entrée en classe primaire présente un trouble visuel. Or, ces déficits peuvent entraîner des difficultés d apprentissage de la lecture et placer l enfant en échec scolaire. D où l importance de sensibiliser les parents à la bonne vision de leurs enfants. A l âge adulte, une bonne acuité visuelle permet de limiter la survenue d épisodes graves, comme les accidents du travail, domestiques ou de la route. santé mutualiste s appuie sur un réseau d experts et partenaires de la Mutualité française. il s engage à apporter une réponse téléphonique à l adhérent dans les soixante-douze heures qui suivent son appel. Par ailleurs, les appelants peuvent être orientés vers diverses associations de patients. n un soutien et un suivi Personnalisés autre service : l accompagnement personnalisé. destiné aux personnes en situation de handicap visuel et à leur entourage, il leur apporte un soutien et un suivi. ce service est animé par une conseillère en économie sociale et familiale, et s intègre au programme d accompagnement sur le maintien de l autonomie. Lors des entretiens, les adhérents peuvent être accompagnés dans leurs démarches auprès de centres locaux d information et de coordination (clic) ou des maisons départementales des personnes handicapées (MdPh). Pour faciliter le maintien à domicile, deux entretiens téléphoniques peuvent être proposés sur l aménagement du logement et les aides techniques. «Des entretiens sur la vie professionnelle seront mis en place dans le courant de l année», précise Leslie Roussel. enfin, le service d écoute de Priorité santé mutualiste, créé en partenariat avec la croix-rouge, couvre également la thématique de la santé visuelle. ce dispositif soutient notamment les appelants après l annonce du diagnostic d une pathologie lourde entraînant une perte de vue. Christophe De LA mure * Le code de la MNCE, à fournir au téléconseiller de Priorité santé mutualiste, est le Vous le retrouverez sur vos décomptes de prestations et dans votre espace adhérent du site Internet MNCE : des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

10 [ notre santé prévention Quand une mauvaise vue perturbe la scolarité Bien bouger les yeux est capital pour la mise en place des stratégies de lecture. La qualité des apprentissages scolaires en dépend. Certains problèmes font l objet d un dépistage systématique. Pour d autres, il faut être attentif à certains signes d alerte. PRéVeNtiON A l école notamment, une bonne vue est essentielle. la qualité Des ApprentissAges scolaires en DépenD! A 4 ans, tous les enfants bénéficient d un examen de santé complet comprenant le dépistage des problèmes visuels. Un autre, avant l entrée en primaire, contrôle l acuité de la vision ainsi que le daltonisme, qui concerne à terme un homme sur onze. a l arrivée au cours préparatoire, cette bonne vue est essentielle pour les apprentissages fondamentaux. «Pour apprendre à lire, explique le Pr Jean-claude hache, ophtalmologiste, il faut voir net afin d identifier des lettres, des syllabes comme pa, ma, des mots, mais il faut également déplacer son œil d une syllabe à la suivante, d un mot au suivant.» Notre appareil visuel fonctionne par fixations et pauses, qu il s agisse de lire ou de regarder un visage. «L empan visuel est la quantité d informations prises en une fixation, poursuit le Pr hache. Il s élargit au fur et à mesure de la progression de l enfant dans l apprentissage de la lecture. Bien bouger les yeux est fondamental pour la mise en place des stratégies de lecture, qui seront conservées quasiment toute la vie : si on apprend à lire avec une stratégie lente, on risque de rester un lecteur lent.» n une lenteur dans la lecture Or un défaut visuel peut ralentir cette stratégie de lecture. Le plus souvent, l astigmatisme est en cause. «Au lieu d être ronde, la cornée est alors ellipsoïdale, souligne l ophtalmologiste. On voit bien dans un axe, mais pas dans l autre ; on voit bien les bâtons verticaux, mais pas les horizontaux, ou l inverse. Obligé de faire un effort pour reconnaître le mot, l enfant parvient à le lire mais moins rapidement et, surtout, il va construire une stratégie lente.» a la maison, les parents peuvent suspecter un astigmatisme en faisant dessiner des traits horizontaux puis verticaux entre deux barres. Si les bâtons sont moins bien tracés dans un sens que dans l autre, il est recommandé de consulter. «Le fait de corriger l astigmatisme va améliorer la vision, mais pas rendre tout de suite les 10/10 es, précise Jean-claude hache. Il faudra à l enfant plusieurs mois pour voir des traits qu il ne voyait pas avant, d où la nécessité d un dépistage suffisamment tôt avant l entrée en primaire.» dans l hypermétropie, l enfant voit bien de loin mais doit faire des efforts pour voir de près. elle doit être prise en charge si elle est importante, car elle peut engendrer un strabisme convergent et une amblyopie ou une paresse de l œil. n l enfant se désintéresse et s isole dans la myopie, qui apparaît le plus souvent vers 10 ou 12 ans, l enfant voit bien de près mais difficilement de loin. «Il se désintéresse progressivement du tableau et du maître, note le Pr hache. Parfois il s isole, devient turbulent. Il arrive qu on ne détecte pas une myopie unilatérale. Elle n a pas de conséquences sur les apprentissages, mais peut en avoir sur l état général de l enfant, car elle le fatigue.» evaluer une éventuelle myopie est assez simple : on cache un œil puis l autre avec la main et on demande à l enfant de lire à distance un titre sur un journal, à la télévision, sur une affiche, etc. en cas de doute, il est important de consulter un ophtalmologiste, qui pourra dépister les défauts optiques (astigmatisme, myopie ou hypermétropie), mais aussi d autres maladies de l œil moins courantes (cataracte congénitale, photophobie, etc.). Les verres correcteurs représentent la principale prise en charge, mais il est possible de recourir à des lentilles dans certains cas. Le spécialiste oriente parfois vers un orthoptiste pour une rééducation lors de problèmes oculomoteurs. Le développement de l appareil visuel ou des voies nerveuses qui transmettent les informations visuelles au cerveau est parfois en cause dans les difficultés d apprentissage de la lecture. dans ce cas, l enfant est dyslexique. après un bilan effectué par un pédiatre, il faudra une prise en charge spécifique par un orthoptiste ou un orthophoniste. Corinne Renou-nAtiveL 10 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

11 prévention notre santé [ Alcool et vacances, une association dangereuse En vacances, le temps libre aidant, les occasions de boire de l alcool se multiplient. Elles banalisent ainsi une pratique qui peut s avérer dangereuse et devenir une très mauvaise habitude. Quand le soleil tape, se désaltérer avec une bière bien fraîche est une envie qui vient assez naturellement. il faut dire aussi que cette association d idées est reprise chaque été dans de nombreuses campagnes publicitaires organisées par les brasseurs. «La première raison qui pousse à boire, c est la chaleur et la sensation de soif qu elle provoque. L idée d étancher cette soif par une bière bien fraîche vient alors à l esprit, note le dr alain Rigaud, président de l association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (anpaa). Alors que c est l inverse qui se produit : l absorption de bière provoque un effet diurétique qui accentue la déshydratation au lieu de la combattre.» et il en va de même avec les autres boissons alcoolisées, qu il s agisse d une bouteille de rosé qui sort du réfrigérateur ou de l apéritif anisé, même gorgé de glaçons. «En vacances, et notamment si on s expose à la chaleur ou si on pratique une activité physique, il faut penser à s hydrater régulièrement mais en buvant de l eau ou un jus de fruit, c est plein de vitamines», précise alain Rigaud. L alcool n est en aucune manière la solution pour se rafraîchir et se réhydrater. n une tradition bien ancrée Juillettistes et aoûtiens ne boivent pas de l alcool uniquement pour se désaltérer. en vacances, le temps libre et le changement de rythme de vie donnent lieu à des situations où l alcool s invite régulièrement : barbecue, accueil des nouveaux voisins de camping, partie de pétanque les prétextes ne manquent pas. carnavals, férias et autres festivités saisonnières certaines occasions de boire plus que de raison sont même institutionnalisées. dans le même ordre d idées, citons le tourisme œnologique promu par les viticulteurs. «Les vrais amateurs de vin, qui pratiquent ce tourisme pour renouveler leur cave, ne boivent pas, mais recrachent le vin qu ils dégustent. Les vacanciers non avertis qui se livrent à ces visites de caves absorbent le vin qu ils goûtent et il y a de fortes chances qu ils reprennent le volant en étant au-dessus de 0,5 gramme d alcool autorisé par litre de sang», s insurge le médecin. Les formules «boissons comprises à volonté» ont, en revanche, disparu avec l interdiction des open bars en france depuis Mais elles sont toujours proposées bien sûr, l Alcool rime Avec convivialité. mais Aussi Avec DAnger La première raison qui pousse à boire, c est la chaleur et la sensation de soif qu elle provoque. L idée d étancher cette soif par une bière bien fraîche vient alors à l esprit. par des clubs de vacances situés à l étranger, ce qui encourage fortement la prise d alcool. n les Plus jeunes, cible PriVilégiée La consommation excessive d alcool peut avoir des conséquences néfastes, notamment pour tous ceux qui prennent le volant alors qu ils ne sont pas en état de le faire. elle peut aussi provoquer divers accidents. Pour le dr Rigaud, «un petit excès est tolérable s il est suivi d une sieste ou d une activité calme. Le danger, c est la balade imprévue, la location de scooter des mers ou le parcours d acrobranche qui peut tourner au drame». Les principales victimes de ces abus d alcool sont les mineurs et les jeunes majeurs, qui sont les premiers à participer à des fêtes bien arrosées. «Sans avoir un discours trop moralisateur, les parents doivent discuter avec leurs enfants lorsque ceux-ci ont passé une soirée trop arrosée afin de faire comprendre le distinguo qui existe entre fête et alcool», conseille alain Rigaud. Les alcoolodépendants et les abstinents font également partie des principales victimes des vacances. «A l automne, je retrouve de nombreux patients qui étaient devenus abstinents et qui ont craqué pendant les vacances, relate le spécialiste. C est une période particulièrement difficile pour eux, ils se trouvent désœuvrés et incapables de s investir dans de nouvelles activités. La pression qu ils subissent de la part de leur entourage est un autre facteur aggravant.» frédéric ConstAns des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

12 [ notre santé médecine DossieR Grandir et vivre avec Le diabète de type 1, dit insulinodépendant, atteint de plus en plus d enfants avant l âge de 5 ans. Dès le diagnostic, le rôle de l équipe médicale et des parents est essentiel. Leurs explications vont permettre à l enfant de comprendre sa maladie et de vivre avec. Apprendre que son enfant a du diabète est toujours un choc. c est souvent quand il est hospitalisé en urgence, parce qu il s est mis à boire et uriner abondamment, que le diagnostic tombe. «Dans un premier temps, nous rencontrons les parents sans l enfant. Nous leur expliquons qu il faut le traiter par insuline, que ce produit s injecte, que les injections seront nécessaires toute la vie et que c est à eux de s en occuper», explique le Pr Jean-Jacques Robert, professeur de pédiatrie, responsable de l unité de diabétologie infantile à l hôpital Necker-enfants malades, à Paris, et auteur de Mon enfant a du diabète, aux éditions du cherche-midi. «Mais, ajoute le président de l association aide aux jeunes diabétiques, nous leur précisons que faire une piqûre n est pas si dramatique, que cela s apprend en quelques jours et que les traitements vont évoluer.» Le diabète de type 1, dit insulinodépendant, atteint de plus en plus d enfants avant l âge de 5 ans, sans explication scientifique à ce jour. des antécédents familiaux ne sont décelés que dans un cas sur dix. Les symptômes peuvent survenir dès l âge de 6 mois. «L'enfant se met à boire et à uriner beaucoup, ou recommence à faire pipi au lit : autant de signes qui doivent alerter. Il faut réagir sans perdre de temps, car plus les enfants sont jeunes, plus les conséquences peuvent être graves», insiste le Pr Robert, qui conseille de se rendre immédiatement aux urgences, sans attendre des résultats d analyses. n l enfant Peut se Faire lui-même les injections après l annonce de la maladie et de son traitement à vie, l association aide aux jeunes diabétiques, dont la commission pédagogique a défini un protocole d information des familles, propose une formation de 20 à 24 heures réparties sur une dizaine de jours. Son programme, à la disposition de tous les pédiatres, passe en revue les conduites à tenir de retour à la maison. il s agit d apprendre à faire l injection, à doser la glycémie, à tenir un carnet de bord, à adapter les doses aux résultats et à réagir lors d un malaise ou si la glycémie augmente ou chute. Les règles d alimentation sont abordées. Les parents, mais aussi d autres personnes proches de l enfant, sont invités à la suivre. une fois que l enfant ou l ADolescent connaît les règles à respecter et sait faire lui-même les injections Dont il A besoin, il peut mener une vie presque normale Repère Pour en savoir plus : Aide aux jeunes diabétiques 9, avenue Pierre-de- Coubertin, Paris Tél. : site Internet : L enfant peut ensuite mener une vie presque normale. il fera lui-même ses injections dès l âge de 5 ans, si aucune infirmière n est disponible pour les faire à l école. certains services pédiatriques, comme celui du Pr Robert, envoient des infirmières dans les établissements scolaires pour informer le personnel, à partir de consignes rédigées par l association. Les parents peuvent demander que le dosage de glycémie soit effectué dans un endroit calme, sous le contrôle d un adulte. Si leur enfant déjeune à la cantine, ils doivent être informés des menus, afin que le régime alimentaire adéquat soit respecté. n davantage de souplesse dans les repas en famille, ce régime doit être adapté, avec l aide d une diététicienne, s il comporte des excès. «Si on change les habitudes, ce sont celles de tous. Il est essentiel d avoir 12 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

13 le diabète de type 1 [ parents et enfants : même ComBAt Baptiste : «Je savais que c était synonyme de piqûres» Agé de 17 ans, Baptiste est insulinodépendant depuis l âge de 10 ans. «Je rentrais d un entraînement de foot. Ma mère m a dit que je n irais pas à l école le lendemain. Sur le moment, j étais content. Quand elle m a dit que j avais du diabète, j ai compris que c était grave, je savais que c était synonyme de piqûres», se souvient-il. C est au service pédiatrique qu on lui a donné un livre montrant l histoire d un robot qui apprend à vivre avec le diabète. «Puis je me suis entraîné à faire des piqûres sur un hippopotame en mousse», raconte-t-il. Ensuite, avec sa mère, Baptiste est parti dans une colonie parents-enfants, organisée par l association Aide aux jeunes diabétiques, pour les familiariser avec le traitement. «Je continue à faire du foot. J ai toujours du sucre, du miel liquide ou des barres chocolatées avec moi. J informe mes amis, au cas où je ferais un malaise», précise-t-il. Sa mère, qu il trouve «très protectrice», s inquiète toujours à son sujet, alors que son père lui laisse plus de liberté. C est un sujet de conflit. «Plus jeune, cela ne me dérangeait pas. Je ne le prenais pas comme un poids. Maintenant, cela me gêne davantage», reconnaît-il. Christine : «L insouciance n est plus possible» Le fils de Christine, Bastien, a aujourd hui 17 ans. Il avait 10 ans quand on a découvert son diabète. Il buvait beaucoup, allait souvent faire pipi la nuit, mangeait en quantité tout en maigrissant. A la prise de sang, son taux de sucre était très élevé. «Le laboratoire nous a tout de suite prévenus qu il fallait l hospitaliser en urgence. Je n imaginais pas les contraintes», relate Christine. Le médecin l a rassurée. A l hôpital, une infirmière et une puéricultrice ont expliqué à Bastien en quoi consistait sa maladie avec des livres. Une diététicienne a détaillé ce qu il fallait manger, comment peser les aliments. «On nous a précisé que l injection d insuline et un régime équilibré lui permettraient d avoir une vie normale. Mais l insouciance, propre à l enfance, n est plus possible. Aujourd hui, il est adolescent. Quand il sort, on se fixe des règles. Il doit me donner des nouvelles», explique Christine. Corinne : «Une recherche permanente d équilibre» Maman de Lucile, dont le diabète de type 1 a été découvert à l âge de 7 ans, Corinne raconte : «Elle était irritée, perdait du poids, urinait souvent. Un matin, elle est allée dix-sept fois aux toilettes. Elle avait 3 grammes de sucre dans le sang. Le médecin nous a demandé d aller en urgence à l hôpital, où elle a été prise en charge immédiatement. Pour moi, c était un choc. Le personnel du service pédiatrique nous a expliqué à toutes les deux ce que cela voulait dire.» Le souci de Corinne était de faire mener une vie équilibrée à sa fille. «Nous sommes restées plus de deux semaines à l hôpital, car l équipe voulait être sûre que nous avions bien compris la maladie. Lucile a accepté son diabète, car elle l a compris», racontet-elle. Dès l hôpital, la fillette s est renseignée, a lu les livres mis à sa disposition. Les médecins lui ont expliqué que c était une maladie chronique, que manger ce que son corps pouvait accepter lui permettrait de vivre de façon équilibrée. Elle a appris à purger ses seringues, à doser et à faire ses injections. «Elle a vécu son enfance normalement, se réjouit sa maman. Elle est partie en voyage. Elle a pratiqué tous les sports, dont l équitation. Aujourd hui, elle fait de la danse, du volley. La seule chose qu elle n a pas pu faire, c est de la plongée. Car dans l eau, on ne ressent pas les symptômes d une hypoglycémie.» m. D. une alimentation équilibrée. Mais si le régime familial ne comporte pas d excès en graisse ou en sucre, il n y a rien à changer. Il n y a plus de restrictions alimentaires», assure le Pr Robert. Les horaires des repas peuvent être légèrement décalés, mais leur quantité ne doit pas varier. il est cependant possible d ajuster la dose d insuline à ce que l enfant mange. Une fois son diabète équilibré, il pourra pratiquer la plupart des activités de son âge, sauf la boxe - risquée pour la rétine - et les sports extrêmes. Malgré quelques contraintes, les clubs de plongée acceptent depuis peu de jeunes diabétiques. Lors d activités soutenues, le traitement sera ajusté, avec des doses réduites, ou, à l inverse, l alimentation sera complétée. en cas d hypoglycémie, quel que soit l âge, le traitement d urgence consiste à donner un peu de sucre, puis à injecter du glucagon. martine DoRiAC A gauche : stylo injecteur D insuline utilisable Avec les cartouches D insuline et les Aiguilles. ce stylo permet Aux personnes DiAbétiques De s ADministrer elles-mêmes facilement leurs Doses D insuline. A Droite : kit D Auto-test De glycémie comprenant le stylo Autopiqueur, les lancettes à usage unique et le lecteur De glycémie. des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

14 [ notre santé médecine DossieR Diabète de type 2 : une mala En France, personnes sont atteintes de diabète de type 2 sans le savoir. Rien d étonnant : cette maladie sournoise ne provoque aucun symptôme durant de longues années. En silence, elle affecte l organisme, augmentant le risque d infarctus et de cécité. Se faire dépister à temps permet de prévenir ce type de complications. Etre diabétique sans le savoir, c est possible? Oui, et les diabétiques qui s ignorent sont même nombreux : environ en france. en comparaison, ils sont 2,5 millions à suivre un traitement médicamenteux. «Le diabète est une maladie insidieuse qui ne parle pas», explique le Pr Jean-françois Gautier, secrétaire général de la Société francophone du diabète (Sfd). de fait, les patients qui souffrent du diabète de type 2 peuvent tout ignorer de leur pathologie. Les troubles n apparaissent qu après plusieurs années : une soif importante, une perte de poids, des envies fréquentes d uriner, même pendant la nuit. a ce stade, le diabète risque d avoir endommagé certains organes. Jackie, une habitante de Pontault-combault, en Seineet-Marne, aujourd hui âgée de 64 ans, a appris qu elle était diabétique grâce à sa sœur jumelle. c était il y a environ quinze ans. Sa sœur se rend chez son médecin pour un banal rhume. a la fin de la consultation, elle manque de quitter le cabinet sans lui parler de cette soif qui est apparue récemment. Le médecin lui prescrit alors une analyse de sang qui révèle une glycémie - un taux de glucose dans le sang - de plus de 4 g, la normale étant comprise entre 0,7 et 1,10 g. alertée par sa sœur, Jackie se soumet elle aussi à des [ Qu est-ce Que Le DiABète De type 2? Le diabète de type 2 est aussi appelé diabète non insulinodépendant. Deux anomalies sont responsables du diabète de type 2. D une part, le pancréas produit de l insuline mais en quantité insuffisante. D autre part, cette insuline n agit pas efficacement. Or, l insuline est une hormone qui permet de faire baisser la glycémie. A terme, le pancréas fatigué ne parvient plus à assurer une production d insuline suffisante et le taux de glucose dans le sang augmente. Le contrôle strict du taux de sucre dans le sang est le principe fondamental du traitement du diabète de type 2. Sa prise en charge repose en priorité sur des mesures diététiques associées à de l exercice physique. Un traitement médicamenteux à base d insuline injectable et d antidiabétiques oraux peut être nécessaire en cas d aggravation. Le diabète correspond à une glycémie à jeun supérieure à 1,26 g. Celui-ci apparaît généralement après 40 ans. Dans le cas du diabète de type 1, le corps ne fabrique plus du tout d insuline. Ce diabète est diagnostiqué chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. Il nécessite des injections d insuline quotidiennes tout au long de la vie (lire pages précédentes). s. J. rétinographie D un patient DiAbétique De type 2. une hyperglycémie chronique Augmente les risques De rétinopathie (Affection grave Des Yeux pouvant conduire à la cécité). diabète examens qui concluent au diabète. depuis combien de temps souffrait-elle de la maladie? Mystère. «C est ça le drame avec le diabète, il n y a aucun symptôme, vous ne ressentez rien du tout», lui apprend son médecin. n les MéFaits du sucre dans le sang La maladie s attaque pourtant à l organisme pendant toutes ces années où elle reste tapie sans le moindre symptôme. Un taux élevé de sucre dans le sang porte atteinte aux nerfs, aux petits vaisseaux qui irriguent les yeux et les reins, aux artères du cœur et du cerveau. Une hyperglycémie chronique augmente donc les risques de rétinopathie (une affection grave des yeux), d infarctus, d accident vasculaire cérébral «Au moment du diagnostic, 10 à 15 % des diabétiques ont déjà des complications», déplore le Pr Patrick Vexiau, chef du service de diabétologie à l hôpital Saint-Louis (Paris) et secrétaire général de l association française des diabétiques (afd). «Or, les complications, c est ce qui fait toute la gravité de la maladie car le chemin est irréversible», poursuit-il. en avril 2009, Jackie a été hospitalisée pendant trois mois pour une insuffisance cardiaque sévère. existe-t-il un lien avec le diabète? «C est possible mais les médecins ne peuvent pas le dire avec certitude», remarque cette patiente. aujourd hui, «entre l apparition de la maladie et le diagnostic, entre huit et dix ans peuvent 14 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

15 die silencieuse souvent ignorée s écouler», évalue le Pr Vexiau. Un laps de temps suffisamment long pour permettre à la maladie d œuvrer en silence. «Si l on présente des facteurs de risque, il faut faire doser sa glycémie à jeun au moins une fois par an à partir de 40 ans», insiste le Pr Jean-françois Gautier. ces facteurs sont bien connus : antécédents familiaux, surpoids, manque d activité physique dans les familles particulièrement à risque, on peut dépister plus tôt. n «Une diététique assez stricte» c est grâce à des contrôles réguliers que Marie a ainsi découvert son diabète de type 2 relativement tôt, à 35 ans. La vigilance s imposait avec un père lui-même diabétique. depuis trois ans, Marie, domiciliée à La Roche-sur-Yon, en Vendée, s astreint désormais à «une diététique assez stricte» et un traitement médicamenteux. tous les ans, elle est aussi hospitalisée pendant une journée. elle subit alors une prise de sang, des examens de la rétine, des pieds, rencontre un diabétologue et un nutritionniste. Les diabétiques informés rapidement de leur maladie mettent le maximum de chances de leur côté. «Si l on dépiste tôt, on peut prévenir les complications», encourage le Pr Vexiau. Or, on sait que «le diabète est la première cause d amputation non traumatique en France» et «la première cause de cécité avant l âge de 65 ans», poursuit le spécialiste. Les dépistages devraient-ils être encore plus systématiques et plus précoces? en tout cas, la maladie ne cesse de progresser parmi la population. elle touche aussi des patients de plus en plus jeunes. alors que l alimentation s enrichit en sucres et en graisses et que la sédentarité gagne du terrain, le diabète apparaît désormais chez les moins de 30 ans. Le constat du Pr Vexiau : «Il y a vingt ans, c était très rare.» sandra Jégu [ test : CALCuLez votre RisQue Ce test a été élaboré par l Association française des diabétiques (AFD). Il permet d évaluer le risque de devenir diabétique après 40 ans. Y a-t-il des diabétiques dans votre famille? Aucun : 1 point Parent(s) éloigné(s) : 2 points Père/mère/frère/ sœur/enfant : 4 points Quelle est votre corpulence? Mince : 1 point Un peu enveloppée : 2 points Assez ou très enveloppée : 4 points Vous êtes une femme et vous avez une taille Fine : 1 point Un peu épaisse : 2 points Très enveloppée : 4 points Vous êtes un homme. Avez-vous «de l estomac»? Non : 1 point Un peu : 2 points Beaucoup : 4 points Vous êtes une femme et vous avez eu un enfant dont le poids à la naissance était : Inférieur ou égal à 4 kg : 1 point Entre 4 kg et 4,5 kg : 2 points Egal ou supérieur à 4,5 kg : 4 points Vous a-t-on déjà dit que vous aviez une glycémie élevée? Jamais : 1 point Une fois : 2 points Plus d une fois : 4 points Avez-vous une pression artérielle élevée? Non : 1 point De temps en temps : 2 points Oui : 4 points Vous pratiquez une activité physique Importante (deux fois par semaine ou plus) : 1 point Modérée (une fois par semaine) : 2 points Faible : 4 points RésuLtAts Si vous êtes un homme Moins de 8 points : le risque est minime. Moins de 11 points : le risque est moyen, consultez votre médecin. 11 points ou plus : le risque est élevé, consultez et faites contrôler votre glycémie. Si vous êtes une femme Moins de 10 points : le risque est minime. Moins de 12 points : le risque est moyen, consultez votre médecin. 12 points et plus : le risque est élevé, consultez et faites contrôler votre glycémie. il faut savoir que le pied est la principale cible Des complications neurologiques, infectieuses et vasculaires Dues Au DiAbète. les conséquences peuvent être très graves. ici, l infirmière pédicure-podologue effectue les soins Du pied DiAbétique D un patient Du 3 e âge Après une AmputAtion Des orteils. des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

16 [ notre santé maladies professionnelles Troubles musculo-squeletti Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent la première maladie du travail. Les douleurs liées aux TMS touchent 15 % des femmes de 20 à 59 ans et 11 % des hommes travaillant en entreprise, selon une étude de l Institut de veille sanitaire (InVS). Pourtant, des solutions existent pour limiter l exposition des salariés. tms le syndrome Du canal carpien représente à lui seul 37 % Des maladies professionnelles indemnisées par la sécurité sociale. Les TMS se guérissent et il existe des solutions pour limiter l exposition des salariés Douleurs cervicales ou lombaires, mal au poignet, fourmillements dans les doigts, tendinite du coude ou de l épaule : les troubles musculosquelettiques (tms) sont une des préoccupations les plus importantes en santé au travail. ces affections, dont les plus graves peuvent conduire à une invalidité, représentent la première cause de maladie professionnelle indemnisable, selon une étude de l institut de veille sanitaire (invs). en 2008, tms ont été indemnisés au titre de maladies professionnelles par la Sécurité sociale. Soit un coût de 800 millions d euros. L étude de l invs présente les résultats du programme de surveillance des tms mis en place par cet institut en 2002 dans les Pays-de-la-Loire auprès de salariés âgés de 20 à 59 ans. Résultat : 15 % des femmes et 11 % des hommes sont touchés. n des Pathologies chroniques Les troubles musculo-squelettiques sont des affections douloureuses qui touchent les tissus des articulations : tendons, muscles, nerfs. ils sont provoqués par une hypersollicitation en milieu professionnel. Par exemple, lorsque les salariés effectuent des gestes répétitifs ou pénibles, au-delà de ce que le corps peut supporter. ces affections concernent généralement les salariés peu qualifiés : ouvriers, manutentionnaires, travailleurs du bâtiment, mais également les aides ménagères, les agriculteurs, les caissières et même les sportifs. «Les TMS posent un problème au travail et nuisent à la qualité de vie des personnes atteintes, explique le dr Yves Roquelaure, professeur de médecine du travail à l hôpital universitaire d angers (Maine-et-Loire). Non seulement elles sont gênées dans leur travail, mais également dans les tâches domestiques, comme le bricolage, [ Des DouLeuRs? parlez-en à votre médecin Du travail Les personnes qui ont des douleurs liées à leur activité professionnelle peuvent en parler avec le médecin du travail de leur entreprise. Ce dernier «connaît bien les troubles musculo-squelettiques, explique Yves Roquelaure, professeur de médecine du travail à l hôpital universitaire d Angers (Maine-et-Loire). En cas d arrêt, il peut aider à la reprise du travail dans de bonnes conditions». 16 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

17 ques : l épidémie continue [ Anne-mARie : «LES DoULEURS ET LES FoURMILLEMEnTS ont DISPARU APRèS L opération» «J ai souffert d un syndrome du canal carpien aux deux mains, raconte Anne-Marie, 49 ans, qui a longtemps fait des ménages à Nevers (Nièvre). Les douleurs et les fourmillements se manifestaient surtout le matin. J avais du mal à tenir le pommeau de la douche ou même mes couverts. J étais obligée de changer de main. Quand les douleurs ont commencé à me réveiller la nuit, j ai consulté mon médecin généraliste, qui m a envoyée voir un spécialiste. Mais j avais attendu trop longtemps, le syndrome en était déjà à un stade avancé.» La décision médicale ne s est pas fait attendre : Anne-Marie a été opérée des deux mains, à quatre mois d intervalle. «Les fourmillements ont disparu dès le lendemain de la première intervention, se souvient-elle. Deux mois après, je n avais plus aucune douleur. J ai mis un peu plus de temps à récupérer la force de ma main : il faut attendre quatre à six mois. Mais l opération a été très efficace!» le jardinage Dans certains cas, attraper une assiette dans un placard peut devenir difficile!» autre constat : cette étude montre que «quatre ans après la mise en place du programme de surveillance, les TMS sont toujours un problème», déplore Yves Roquelaure. Pire, «ces maladies tendent à s aggraver. Les cas sont de plus en plus chroniques et peuvent durer des semaines, voire des mois». certaines personnes souffrent également de plusieurs tms : les douleurs s accumulent dans plusieurs articulations et peuvent durer plus longtemps. Une situation qui empire avec l âge. n les tms ne sont Pas une Fatalité Pour autant, «il ne faut pas dramatiser, poursuit le dr Roquelaure. Les TMS se guérissent et il existe des solutions pour limiter l exposition des salariés». Première piste : modifier l organisation du travail. «Généralement, on ne laisse pas aux travailleurs la possibilité de développer ou d utiliser leur savoir-faire comme peuvent le faire les artisans, par exemple, regrette-t-il. Dans les chaînes de production, les ouvriers n ont pas la possibilité de trouver le geste le plus efficace et le moins douloureux.» deuxième piste évoquée par ce médecin : développer la coopération au sein des équipes. «L organisation actuelle du travail a tendance à individualiser les salariés, indique-t-il. Les travailleurs n ont plus la possibilité de s entraider. Si une personne a mal, il faudrait que son collègue puisse prendre une partie de sa charge de travail pendant une journée, par exemple. Les manutentionnaires devraient avoir la possibilité de se mettre à plusieurs pour soulever les charges les plus lourdes. Ce serait une manière de restaurer la confiance entre les travailleurs et l entreprise.» Yves Roquelaure rappelle enfin qu il est nécessaire d adapter les postes de travail en fonction de la morphologie des employés, et notamment des femmes. «Il suffirait, par exemple, de baisser la hauteur des plans de travail, qui sont souvent adaptés aux hommes, suggèret-il. Il faudrait également leur fournir des outils plus petits, adaptés à la taille de leurs mains. Dans les magasins de bricolage, essayez donc de trouver des outils conçus pour les femmes gauchères!» les troubles musculosquelettiques sont provoqués par une hypersollicitation en milieu professionnel, lorsque les salariés effectuent Des gestes répétitifs ou pénibles, Au-Delà De ce que le corps peut supporter. pour en savoir plus sur les troubles musculosquelettiques, consultez le site de l Institut national de recherche et de sécurité (INRS) : les Douleurs liées Aux tms touchent 15 % Des femmes De 20 à 59 Ans et 11 % Des hommes travaillant en entreprise. [ philippe RémonD Le syndrome Du CAnAL CARpien, première maladie professionnelle Parmi l ensemble des troubles musculo-squelettiques, le syndrome du canal carpien est le plus fréquent. Il représente à lui seul 37 % des maladies professionnelles indemnisées par la Sécurité sociale. Cette affection est provoquée par la compression du nerf médian, au niveau des poignets. Il engendre des fourmillements dans les doigts et des douleurs au niveau du pouce, de l index et du majeur. Les personnes atteintes de syndrome du canal carpien peuvent avoir des difficultés à tenir des objets. La guérison nécessite une intervention chirurgicale et un arrêt de travail de deux à trois mois. des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

18 [ notre santé alimentation [ Attention aux compléments alimentaires chez l enfant! [ D après l enquête INCA 2, 12 % des enfants de 3 à 17 ans ont pris des compléments alimentaires au cours des 12 derniers mois. Sans atteindre les taux américains (de l ordre de 34 %), cette consommation se fait surtout par cures, de préférence l hiver. Indépendamment du fait que les apports de nutriments par l alimentation demeurent à peu près identiques en toute saison! Motifs invoqués : lutte contre la fatigue, recherche de la santé, d un meilleur équilibre... Aux Etats-Unis, les effets indésirables des compléments alimentaires viennent juste après ceux des antidépresseurs. Entre autres causes, on trouve l emploi de fortes doses, les achats dans des circuits non contrôlés, l usage des plantes ou de leurs extraits Sans avis médical, le recours aux compléments alimentaires n est pas justifié chez les enfants : une alimentation équilibrée devrait suffire! en BRef Les acides gras saturés : pas prouvé qu ils soient mauvais pour le cœur! C est un pavé dans la mare. A partir de l analyse des études épidémiologiques les plus solides, un article récent mis en ligne par le prestigieux American Journal of Clinical Nutrition montre que le lien entre la consommation d acides gras saturés et les maladies cardiovasculaires est loin d être établi. Autrement dit, la démonstration n est pas faite de ce que l on avait tendance à tenir jusqu à présent pour un acquis! Il s agit d une «méta-analyse» qui fait la somme des travaux les plus rigoureux sur la relation (que l on pensait plutôt évidente) entre les acides gras saturés et l ensemble des maladies cardiovasculaires : aussi bien les maladies touchant le coeur et les artères coronaires que les accidents vasculaires cérébraux. Au total, 21 études épidémiologiques ont été passées au crible. Des études dont la durée a été de 5 à 23 ans : certaines portent sur de longues périodes de vie et permettent une évaluation très sérieuse des maladies qui apparaissent au cours du temps. Au total, la consommation d acides gras saturés et les pathologies cardiovasculaires ont pu être analysées chez personnes! Aucun lien n a pu être établi entre les acides gras saturés et les maladies cardiovasculaires quelles qu elles soient : ni avec les maladies coronariennes ni avec les accidents vasculaires cérébraux. Et cela, même en cas de forte consommation d acides gras saturés : que l on en mange peu ou beaucoup, toujours aucun rapport! Pour aller plus loin, les chercheurs ont aussi voulu savoir s il y avait des différences pour les hommes et pour les femmes. Ou encore en fonction de l âge. Que signifie la mention «allégé en»? Les produits allégés en lipides ou graisses (plats cuisinés, sauces, produits laitiers ) ou sucres (boissons, confiture ) doivent mentionner sur leur étiquette le pourcentage de réduction (en graisse ou en sucre selon le cas) et la valeur calorique totale. Le produit allégé doit apporter moins de graisses ou de sucres que le même produit en version non allégée. il ne faut cependant pas croire que ces produits font perdre des kilos. ainsi des chips, même allégées, restent très grasses. quant au chocolat allégé, il l est en sucre, mais il est plus gras que le chocolat non allégé. dans le cadre d un régime, certains produits allégés peuvent être une aide : à condition de ne pas en consommer plus, car ils ne «font pas maigrir». quant aux mentions «light», «léger», elles ne sont pas réglementées. elles signifient que le produit apporte moins de graisse ou moins de sucre sans plus de précision. Pour faire le bon choix, il faut donc apprendre à interpréter les étiquettes et à comparer les produits entre eux. Les enfants qui dorment peu mangent plus calorique Une étude menée en finlande chez plus de écoliers âgés de ans montre que les enfants qui ont le plus court temps de sommeil et qui se sentent fatigués pendant la journée sont ceux qui consomment le plus d aliments très caloriques : pizzas, hamburgers, hot-dogs, pâtisseries, confiseries, boissons sucrées et le moins d aliments du type fruits et légumes. Les chercheurs font valoir qu un temps de sommeil trop court entraîne des perturbations hormonales qui augmentent la sensation de faim et l appétit. ce qui retentit sur les apports alimentaires et peut conduire au surpoids Résultats négatifs sur toute la ligne : pas de relation entre les acides gras saturés et chacune des maladies cardiovasculaires On répète depuis de nombreuses années qu il faudrait diminuer la consommation d acides gras saturés pour améliorer la santé cardiovasculaire. Les données actuelles montrent que c est loin d être prouvé! Dans de nombreux pays, la chasse au gras ne semble pas efficace. Quand des bénéfices cardiovasculaires sont observés, ils semblent résulter d un meilleur équilibre alimentaire, faisant une part à tous les acides gras, saturés et polyinsaturés, plutôt que de la diminution des seuls «saturés», qu ils proviennent du beurre, du lait, des fromages ou d autres aliments. Voilà en tout cas un nouveau sujet d étude pour les chercheurs. 18 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

19 alimentation notre santé [ [ Fin de la chasse au gras L AFSSA crée l événement. En rendant publics les nouveaux apports nutritionnels conseillés pour les lipides, les experts de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments soulignent l intérêt d un groupe de nutriments longtemps désigné comme facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. Oui, il nous faut des corps gras, et des corps gras variés! Explications. La congélation détruit-elle les microorganismes? il faut faire place Aux AciDes gras oméga 3 à longue chaîne comme le DhA et l epa. D où l intérêt De manger Du poisson Deux fois par semaine, Dont une fois Au moins Du poisson gras, source presque exclusive De DhA et epa. a force de répéter que l on mange trop gras, on finirait par oublier que les lipides participent au fonctionnement de l organisme et à la prévention des maladies. Sur la base des connaissances acquises depuis 2001 (date des précédentes recommandations), l afssa redéfinit aujourd hui les «apports adéquats» en corps gras, nécessaires aux besoins physiologiques et au maintien de la santé. ces apports peuvent aller jusqu à 40 % des apports énergétiques. et il n y a aucun bénéfice à descendre en dessous de 35 %! Pour le Pr Philippe Legrand (inra, Rennes), qui a présidé le groupe de travail de l afssa, c est l excès d apports énergétiques, plus que l excès de corps gras, qui est la principale source de pathologie. L expérience montre que la diminution de la consommation de lipides est compensée par l augmentation de la consommation de glucides. et tout excès de sucre se transforme en graisse Les américains mangent moins gras que les français et pourtant leur taux d obésité et de maladies cardiovasculaires est supérieur! La priorité des priorités reste l équilibre entre les apports et les dépenses énergétiques. Les nouveaux anc soulignent aussi la grande variété des acides gras. La division entre polyinsaturés, mono-insaturés et saturés ne rend pas compte de la diversité de leurs fonctions. Parmi les acides gras indispensables (ceux que ne fabrique pas l organisme), les oméga 6 devraient représenter 4 % des apports énergétiques totaux et les oméga 3 représenter 1 %. Les apports d oméga 6 sont souvent trop importants par rapport à ceux d oméga 3 (huiles de colza et de noix). il faut aussi faire place aux acides gras oméga 3 à longue chaîne comme le dha (250 mg/j sont utiles au développement et au fonctionnement cérébral) et l epa (250 mg/j sont utiles à la prévention des maladies cardiovasculaires). d où l intérêt de manger du poisson deux fois par semaine, dont une fois au moins du poisson gras, source presque exclusive de dha et epa. quant aux apports d acides gras saturés alors qu ils étaient limités à 8 % de l apport énergétique total, ils peuvent aujourd hui atteindre 12 %. et sont donc loin d être exclus de l alimentation. encore faut-il les distinguer. Les apports d acide laurique, myristique et palmitique (huile de palme utilisée dans de nombreux produits manufacturés) ne devraient pas dépasser 8 % : l excès - et lui seul - peut entraîner un risque. Mais certains acides gras saturés, (notamment à chaîne courte ou moyenne que l on trouve dans le beurre et le fromage) ont de leur côté des effets bénéfiques. Une revue récente des principales études montre d ailleurs que le lien entre «saturés» et maladies cardiovasculaires est loin d être établi (lire en page 18) Le message final des experts est «ni trop ni trop peu». La variété des acides gras de l alimentation est un atout nutritionnel. Leurs effets bénéfiques passent par la diversification des sources (animales et végétales), qui garantit l équilibre entre les différents acides gras. Beurre, huile et poissons gras ont toute leur place dans notre alimentation. La congélation consiste à refroidir rapidement des aliments à environ - 20 C. Elle ralentit l activité et le développement des microorganismes (ou microbes), mais elle ne les tue pas. Il faut donc veiller à ne congeler que des aliments très frais. En outre, la durée de conservation des produits une fois congelés est comprise entre 3 mois et 2 ans selon la nature des aliments. Lors de la décongélation, le développement des microorganismes, toujours présents, reprend. Les produits doivent alors être utilisés et consommés rapidement et ne pas être congelés à nouveau. Pages réalisées avec la contribution du centre de recherches et d informations nutritionnelles (cerin). des Caisses d'epargne n 193/849 Juin

20 [ société formation Le redoublement doit être une nouvelle chance Le redoublement scolaire peut avoir un sens, si l enfant, ses parents et les enseignants y voient une nouvelle opportunité de réussite. Dans le cas contraire, il peut être vécu comme un échec et entraîner une réaction de refus de la part de l enfant. Peut-on être catégoriquement pour ou contre le redoublement scolaire? Le débat fait rage depuis longtemps. Les opposants dénoncent son inefficacité. Les partisans pensent qu on ne peut pas passer dans la classe supérieure si on ne possède pas les acquis nécessaires. edith tartar Goddet, psychologue clinicienne et psychosociologue, a une réponse plus nuancée sur la question : «C est au cas par cas. Le redoublement n a d intérêt que si l on sent, à plusieurs - parents, enseignants - que l enfant n est pas prêt pour la classe supérieure et qu une reprise des connaissances lui serait bénéfique. L enfant doit être associé à la décision, il faut lui montrer que c est une nouvelle chance qu on lui donne, que c est positif.» dans le cas contraire, l enfant peut le vivre comme un profond échec et adopter une attitude négative ou de refus. «Je commence par dédramatiser le redoublement auprès des parents et des enfants que je suis au centre médico-psycho-pédagogique (cmpp) explique Philippe constans, psychopédagogue. Qu est-ce que c est, après tout, qu une année dans la vie d un individu? Avoir son bac à 16 ans ou à 18 n a guère d importance, ce qui compte, c est son projet.» Les parents doivent être associés à la décision de redoublement. ils peuvent d ailleurs s y opposer en formant un recours motivé devant l inspecteur d académie, dans le primaire, ou en faisant appel de la décision auprès du chef d établissement, dans le secondaire. n «il a compris que c était mieux pour lui» Le redoublement semble s imposer dans certains cas. «En septembre, Stanislas est entré en CM2 mais il ne suivait [ Le RôLe De L environnement familial On observe de grandes disparités de retard scolaire selon la catégorie socioprofessionnelle des parents ou de la personne responsable de l élève. Ainsi, les enfants ayant des parents sans activité sont beaucoup plus fréquemment en retard scolaire que les enfants de cadres (34,1 % contre 4,4 %). On notera par ailleurs que, quelle que soit la profession des parents, les filles sont moins souvent en retard que les garçons (13,6 % contre 17,1 %). A 21 Ans, lucas porte un regard lucide sur son redoublement lorsqu il était en classe De 3 e. un des taux les plus élevés d europe A la rentrée 2008, sur élèves entrés en sixième, avaient au moins un an de retard, indique le ministère de l Education nationale, soit 15,3 % des effectifs. Les redoublements sont plus rares au collège : 5,5 % en sixième, 2,7 % en cinquième, 4,5 % en quatrième et 5,4 % pour la classe de troisième. Ils restent assez faibles dans le second cycle professionnel, de 1 à 5 % en première année et de 5 à 8 % en terminale. Les taux de redoublement diminuent également dans les classes du second cycle général et technologique C est en classe de seconde que les redoublements restent les plus fréquents : 12,2 %, contre 7 % en première et 8,7 % en terminale. [ LuCAs : «JE MAnQUAIS DE MATURITé» pas du tout, raconte céline henni, professeure des écoles en cm1. Au bout d un mois, il a réintégré la classe de CM1. Il a bien compris que c était mieux pour lui, il était même soulagé. Depuis, il bénéficie de cours de soutien». Parfois, au contraire, le redoublement s avère impossible. «J ai une élève qui est déjà beaucoup plus grande que tous ses camarades et qui connaît quelques difficultés. Ce n est pas possible de la faire redoubler : elle se retrouverait avec des encore plus petits et elle le vivrait très mal», soutient céline henni. Le redoublement, en tout cas, n est pas une fatalité qu on découvre au mois de juin, au moment des conseils de classe. il traduit des problèmes scolaires qui remontent à plusieurs mois, voire plusieurs années. «Les parents doivent être vigilants sur la scolarité de leur enfant, ils doivent rencontrer régulièrement les enseignants, même lorsque cela va bien. Malheureusement, plus on monte de classe et moins les parents viennent aux réunions», constate edith tartar Goddet. n ne Pas revivre la MêMe année a l école primaire, les parents peuvent s adresser au professeur des écoles, dès le mois de novembre et au moindre problème scolaire. ce professionnel connaît bien les enfants et il peut leur conseiller plusieurs types de solutions, depuis le soutien scolaire par une association spécialisée jusqu au test par le psychologue de l école. cet examen permet souvent de déceler les causes des problèmes et d orienter l enfant vers un cmpp ou un spécialiste, tel un orthophoniste, si nécessaire. en cas de redoublement, quelques aménagements évitent parfois à l enfant ou à l adolescent d avoir l impression de revivre la même année. «Si un enfant ne s entend pas du tout avec son enseignant, passer une deuxième année avec lui revient à vivre l enfer», affirme Philippe constans. au-delà, le changement de professeur et de manière d enseigner peut donner un «air de nouveauté» à un programme déjà vu. La découverte d activités extrascolaires nouvelles facilite également ce passage. Lucas a redoublé sa classe de troisième. «J avais 8,7 de moyenne. En fait, j étais en cours sans y être et je ne travaillais pas, admet Lucas. En fin d année, c est ma mère qui a demandé à ce que je redouble. De toutes les façons, j aurais été perdu en seconde, je manquais trop de maturité.» L année suivante, l adolescent a travaillé un peu plus et obtenu 13,5 de moyenne. «Malgré ces bonnes notes, je n ai pas obtenu une place dans mes premiers choix de lycée. Je n ai obtenu que mon quatrième choix, sans doute à cause de mon dossier scolaire et de mon année de retard», estime-t-il. frédéric ConstAns 20 des Caisses d'epargne n 193/849 Juin 2010

Normes de soins. à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école. Objectifs : But : Définitions clés :

Normes de soins. à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école. Objectifs : But : Définitions clés : Normes de soins à l intention des élèves atteints de diabète de type 1 à l école But : Reconnaître et clarifier les partenariats essentiels parmi les parents ou les soignants, les élèves et le personnel

Plus en détail

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2

@-SOF. La newsletter des Orthoptistes. Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014. La présidente. Le nouveau site du SOF 2 @-SOF La newsletter des Orthoptistes Le Syndicat des Orthoptistes de France vous informe Février 2014 La présidente Dans ce numéro : Le nouveau site du SOF 2 La formation continue 3 Thèmes de Formations

Plus en détail

Jet Santé. immédiate et sans délai d attente

Jet Santé. immédiate et sans délai d attente Jet Santé immédiate et sans délai d attente Priorit té sant té Priorité santé Mutualiste... Pour accéder aux services proposés par Priorité Santé Mutualiste, il suffit de composer le 39 35 et de communiquer

Plus en détail

bébés et enfants 0-10 ans VOTRE VUE, UN BIEN PRÉCIEUX.

bébés et enfants 0-10 ans VOTRE VUE, UN BIEN PRÉCIEUX. bébés et enfants 0-10 ans VOTRE VUE, UN BIEN PRÉCIEUX. Le développement de La Vision déjà dans l Œuf La vue est le dernier sens à se mettre en place! Ainsi, le fœtus commence à entrevoir seulement entre

Plus en détail

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts.

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. La chambre a négocié pour vous des tarifs préférentiels avec le cabinet Jadis pour vous proposer 4 niveaux de garantie. -

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104

Glaucome. contrôler ma vue. je fais. pratiq santé. 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Glaucome ENVI-2012-10-311 - HCP Groupe ʻʻ je fais contrôler ma vue ʻʻ pratiq santé 110 esplanade du Général de Gaulle - 92 931 La Défense Cedex - RCS Nanterre 440 313 104 Je m informe : le glaucome, une

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

Amis Santé Pro. Tiers payant. Espace client internet. Aviva Assistance (1) Télé-conseil médical (1) Assistance maintien de l activité (1)

Amis Santé Pro. Tiers payant. Espace client internet. Aviva Assistance (1) Télé-conseil médical (1) Assistance maintien de l activité (1) Les services Amis Santé Pro Tiers payant Présentez votre carte aux professionnels de santé partenaires : vous n avez pas à avancer les frais remboursés par votre complémentaire santé. Un partenariat avec

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

À tout moment. une mutuelle sur qui compter

À tout moment. une mutuelle sur qui compter À tout moment une mutuelle sur qui compter Harmonie Mutualité, votre partenaire santé Votre entreprise vous permet de bénéficier d une complémentaire santé collective Harmonie Mutualité. En nous rejoignant,

Plus en détail

Guide pratique assurance complémentaire Frais de Santé APPN OPTION 3

Guide pratique assurance complémentaire Frais de Santé APPN OPTION 3 Guide pratique assurance complémentaire Frais de Santé APPN OPTION 3 Janvier 2009 Ce guide pratique a pour but de faciliter vos démarches auprès de nos services de gestion en vous indiquant : les différentes

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés de la CCN du SPORT

La complémentaire santé des salariés de la CCN du SPORT La complémentaire santé des salariés de la CCN du SPORT Mutex l alliance mutualiste RECOMMANDÉ POUR ASSURER LA COMPLEMENTAIRE SANTÉ DES SALARIÉS DE LA BRANCHE DU SPORT. La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

Guide pratique frais de santé

Guide pratique frais de santé www.mutuelle-saint-martin.fr Guide pratique frais de santé Bien vous accompagner dans le quotidien de votre complémentaire santé Mutuelle Saint-Martin Bien vous accompagner dans le quotidien de votre complémentaire

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Mes Indispensables SMERAG

Mes Indispensables SMERAG Sécu étudiante & Mutuelle Mes Indispensables Année universitaire 2015-2016 La et moi 617 Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire

Plus en détail

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

SERVICES. aux Adhérents NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE SERVICES aux Adhérents NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Services aux adhérents + En partenariat avec

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Voir conditions auprès de votre conseiller MNT.

Voir conditions auprès de votre conseiller MNT. Avec plus de 1,1 million de personnes protégées, la MNT est la 1 re mutuelle de la Fonction publique territoriale, en complémentaire santé comme en prévoyance. Présente partout en France métropolitaine

Plus en détail

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012»

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» Dossier de Presse Réseau Atlantique Diabète «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» 1 Journée Mondiale du Diabète À l occasion de la 22 e Journée Mondiale du Diabète, le Réseau Atlantique

Plus en détail

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire?

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire? Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly propose et développe des traitements innovants pour la prise en charge du diabète et de ses complications. INVENTIV

Plus en détail

livret d accueil Frais de santé

livret d accueil Frais de santé www.verspieren.com livret d accueil Frais de santé Santé Prévoyance Ce document n a pas de valeur contractuelle. Télétransmission, tiers-payant, décompte frais de santé un langage parfois compliqué pour

Plus en détail

le guide pratique santé

le guide pratique santé le guide pratique santé introduction En quelques points AG2R-MACIF Prévoyance est une institution de prévoyance issue du partenariat en assurances collectives santé et prévoyance entre le groupe MACIF

Plus en détail

Adhérente. Actis Santé. immédiate et sans délai d attente

Adhérente. Actis Santé. immédiate et sans délai d attente Adhérente Actis Santé Actis Santé immédiate et sans délai d attente Kit Courtier 2013 Fiche technique 6 Niveaux de garantie allant de 100 % jusqu à 400 % de la base de remboursement! Prise en charge des

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION)

REPUBLIQUE FRANÇAISE. REGLEMENT DES SERVICES PERISCOLAIRES 2013/2014 (RESTAURANT SCOLAIRE et GARDERIE et CENTRE D ANIMATION) REPUBLIQUE FRANÇAISE M A I R I E DE P O N T H E V R A R D 5, PLACE DE LA MAIRIE 78730 PONTHEVRARD TELEPHONE : 01.30.41.22.13 - TELECOPIE : 01.30.88.20.26 EMAIL : PONTHEVRARD@ORANGE.FR REGLEMENT DES SERVICES

Plus en détail

Garanties et Tarifs 2012

Garanties et Tarifs 2012 PRESENTATION LA MUTUELLE VERTE : UNE MUTUELLE NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE La Mutuelle Verte, organisme à but non lucratif régi par le code de la Mutualité, est adhérente à la Fédération Nationale de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME 1/LE GLAUCOME EN CHIFFRES X Epidémiologie Première cause de cécité absolue en France + 1 Million de

Plus en détail

Programme développé dans les écoles avec le soutien de Optic 2ooo et le concours de Centres Départementaux de Documentation Pédagogique, de Comités d

Programme développé dans les écoles avec le soutien de Optic 2ooo et le concours de Centres Départementaux de Documentation Pédagogique, de Comités d P R O G R A M M E P É D A G O G I Q U E Programme développé dans les écoles avec le soutien de Optic 2ooo et le concours de Centres Départementaux de Documentation Pédagogique, de Comités d Education pour

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

Mesures d urgence lors de cétonémie

Mesures d urgence lors de cétonémie Mesures d urgence lors de cétonémie Que sont les «cétones» - Qu est-ce que la cétoacidose? En cas de carence en insuline dans l organisme, les hydrates de carbone ou les sucres ne peuvent pas entrer dans

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Juillet 2015. Découvrez votre régime frais de santé. Entreprises des articles de sports et équipements de loisirs. Assuré par

Juillet 2015. Découvrez votre régime frais de santé. Entreprises des articles de sports et équipements de loisirs. Assuré par Juillet 2015 Découvrez votre régime frais de santé Entreprises des articles de sports et équipements de loisirs Assuré par Votre régime frais de santé UN RÉGIME FRAIS DE SANTÉ LABELLISÉ PAR VOTRE PROFESSION

Plus en détail

Mes Indispensables SMEREP

Mes Indispensables SMEREP Mes Indispensables Année universitaire 2013-2014 La et moi Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire dès lors que je suis étudiant

Plus en détail

Mes Indispensables SMERAG

Mes Indispensables SMERAG Sécu étudiante & Mutuelle Mes Indispensables Année universitaire 2014-2015 La et moi 617 Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE DE L AGRICULTURE PAR LE MINISTÈRE OFFRE RÉFÉRENCÉE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE DE L AGRICULTURE PAR LE MINISTÈRE OFFRE RÉFÉRENCÉE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET et la MGEN s engagent pour tous les agents du ministère de l Agriculture

Plus en détail

PARTENAIRES SPVIE SANTE T.N.S. Brochure

PARTENAIRES SPVIE SANTE T.N.S. Brochure SPVIE SANTE T.N.S. Brochure Valable à compter du 1 er Janvier 2015 Vos AVANTAGES SPVIE SANTÉ TNS 1. Aucune sélection médicale à l entrée.. Une couverture immédiate à la souscription, sans délai de carence..

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

Mes Indispensables SMEREP

Mes Indispensables SMEREP Mes Indispensables Année universitaire 2014-2015 La et moi 617 Je suis affilié(e) J ai choisi le Centre - 617 comme centre de Sécurité sociale étudiante. Ce choix est obligatoire dès lors que je suis étudiant

Plus en détail

2011 Informer, sensibiliser, dépister

2011 Informer, sensibiliser, dépister 2011 Informer, sensibiliser, dépister Le plan d actions Prévention plandeprevention4.indd 1 01/12/2010 15:06:23 Edito L a Mutualité Française Aquitaine est convaincue de la nécessité de prévenir, dépister

Plus en détail

SPVIE SANTé TNS. Professions libérales, Gérants de société, Indépendants Travailleurs Non Salariés au RSI. Brochure

SPVIE SANTé TNS. Professions libérales, Gérants de société, Indépendants Travailleurs Non Salariés au RSI. Brochure SPVIE SANTé TNS Professions libérales, Gérants de société, Indépendants Travailleurs Non Salariés au RSI Brochure L offre MUTUELLE SANTé des PROFESSIONNELS 1 Vos avantages SPVIE SANTé TNS. Aucune sélection

Plus en détail

Convention de Participation SANTE

Convention de Participation SANTE Convention de Participation SANTE Communauté de Communes Bretagne Romantique Version 03.10.2013 Sommaire 1. La MNT en chiffres 2. La participation employeur 3. Les garanties du contrat collectif santé

Plus en détail

THE WALT DISNEY COMPANY France

THE WALT DISNEY COMPANY France THE WALT DISNEY COMPANY France Régime FRAIS DE SANTE Ensemble du Personnel Ce document n est qu une présentation des garanties de votre contrat Frais de Santé et de ses modalités de gestion. Il ne peut

Plus en détail

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 %

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 % Complémentaire santé 2014 Décerné à pour sa gamme aprévactive Formule Mini + Remboursement Régime Obligatoire + Module Médecine de ville M1 Consultations, visites, actes de chirurgie en cabinet médical,

Plus en détail

Pour que vous vous sentiez bien lorsque vous portez vos lunettes...

Pour que vous vous sentiez bien lorsque vous portez vos lunettes... Depuis 1958 H.Metzmacker, un opticien, votre opticien, une tradition d accueil et de service, à Ottignies depuis 1958 et 3 générations. Dans la galerie du Douaire depuis 1977. Nicolas Metzmacker en a repris

Plus en détail

ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS. Une approche mutualiste responsable

ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS. Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE TNS : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ, PRÉVOYANCE ET RETRAITE TRAVAILLEURS NON SALARIÉS Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE TNS ASSURER VOTRE SANTÉ ET VOTRE PRÉVOYANCE L importance d une couverture

Plus en détail

On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t...

On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t... On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t... Savoir prévenir les dommages ultérieurs de la vision Assureurs, Prévention, Santé ASSOCIATION DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE Les

Plus en détail

étudiants et jeunes en formation

étudiants et jeunes en formation TARIFS 2015 INCHANGÉS tarifs 2015 étudiants et jeunes en formation Mutuelle fondée en 1880 par les Compagnons du devoir étudiants et jeunes en formation tarifs 2015 1 le ralliement le sens du devoir pour

Plus en détail

Swiss santé Génération vitalité

Swiss santé Génération vitalité Assurance santé Swiss santé Génération vitalité Pour votre santé, ayez le réflexe prévention! Des formules adaptées à tous vos besoins de santé Spécialistes, hospitalisation, soins dentaires, lunettes

Plus en détail

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE MEURTHE-ET-MOSELLE

CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE MEURTHE-ET-MOSELLE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE MEURTHE-ET-MOSELLE LIVRET D ACCUEIL PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE LIVRET D ACCUEIL A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 COMPLEMENTAIRE SANTE A COMPTER DU

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS ET PERISCOLAIRE «POT O MOMES» 3b, Le Poteau 01200 INJOUX-GENISSIAT. Téléphone 04 50 59 99 14. potomome@orange.

ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS ET PERISCOLAIRE «POT O MOMES» 3b, Le Poteau 01200 INJOUX-GENISSIAT. Téléphone 04 50 59 99 14. potomome@orange. ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS ET PERISCOLAIRE «POT O MOMES» 3b, Le Poteau 01200 INJOUX-GENISSIAT Téléphone 04 50 59 99 14 potomome@orange.fr REGLEMENT INTERIEUR Le présent règlement intérieur définit les

Plus en détail

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013

ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 le diabète je peux l éviter! ia arai-hia te ma i omaha tihota Crédit photos : Pacific Production - Maquette : SC219 - Edition 2013 Qu est-ce que le diabète? C est une maladie grave et silencieuse qui,

Plus en détail

Offre santé 2014 FGMM-CFDT

Offre santé 2014 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2014 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle

Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle Vous êtes maintenant en possession de votre dossier de demande de retraite personnelle Le formulaire de demande de retraite est à compléter et à envoyer par voie postale à la Carsat. Vous pouvez aussi

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés de la CCN du Sport

La complémentaire santé des salariés de la CCN du Sport La complémentaire santé des salariés de la CCN du Sport Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN du Sport L accord du 6 Novembre 2015 instaure un régime frais de santé. À compter

Plus en détail

SPVIE SANTÉ PARTICULIER

SPVIE SANTÉ PARTICULIER SPVIE SANTÉ PARTICULIER Brochure Valable à compter du 1 er Décembre 2013 1 Vos AVANTAGES SPVIE SANTÉ PARTICULIER. Aucune sélection médicale à l entrée.. Une couverture immédiate à la souscription, sans

Plus en détail

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat

Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat N U M E R O 2 - M A R S 2 0 1 5 LEGISLATION Mutuelle Obligatoire : attention à bien vérifier la conformité de votre contrat Dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, les

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Ville de VANDOEUVRE LES NANCY. Règlement intérieur des accueils périscolaires et de la restauration des écoles maternelles et élémentaires

Ville de VANDOEUVRE LES NANCY. Règlement intérieur des accueils périscolaires et de la restauration des écoles maternelles et élémentaires Ville de VANDOEUVRE LES NANCY Règlement intérieur des accueils périscolaires et de la restauration des écoles maternelles et élémentaires Les principes qui régissent la politique en direction du périscolaire

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés de la CCN PACT ARIM

La complémentaire santé des salariés de la CCN PACT ARIM La complémentaire santé des salariés de la CCN PACT ARIM Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN PACT ARIM L accord du 30 septembre 2014 instaure un régime frais de santé. dans

Plus en détail

santé Nos expertises au service des salariés et des entreprises LE GUIDE PRATIQUE SANTÉ

santé Nos expertises au service des salariés et des entreprises LE GUIDE PRATIQUE SANTÉ santé Nos expertises au service des salariés et des entreprises LE GUIDE PRATIQUE SANTÉ 2 INTRODUCTION LE GROUPE AG2R LA MONDIALE, UNE EXPERTISE COMPLÈTE EN ASSURANCE DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE

Plus en détail

Mairie de Le Val A.L.S.H. EXTRA SCOLAIRE Dossier d inscription au Centre de Loisirs 2015-2016

Mairie de Le Val A.L.S.H. EXTRA SCOLAIRE Dossier d inscription au Centre de Loisirs 2015-2016 EXTRA SCOLAIRE Dossier d inscription au Centre de Loisirs 2015-2016 Merci de remettre le dossier complet à la direction du Centre de Loisirs. Tout dossier incomplet sera refusé. Pièces à fournir pour chaque

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

document non contractuel - mai 2013 - réalisation : mgefi vos démarches Sécu Mutuelle

document non contractuel - mai 2013 - réalisation : mgefi vos démarches Sécu Mutuelle m u t u e l l e g é n é r a l e d e l é c o n o m i e, d e s f i n a n c e s e t d e l i n d u s t r i e document non contractuel - mai 2013 - réalisation : mgefi vos démarches Sécu & Mutuelle 2013 Livret

Plus en détail

SPVIE SANTE Vitalité Brochure

SPVIE SANTE Vitalité Brochure SPVIE SANTE Vitalité Brochure Valable à compter du 1 er janvier 2015 LES AVANTAGES de la gamme SPVIE SANTE Vitalité 1 Un produit ATTRACTIF. Aucune sélection médicale à l entrée.. Une couverture immédiate

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DU TRANSPORT SANITAIRE

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DU TRANSPORT SANITAIRE T R A N S P O R T LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DU TRANSPORT SANITAIRE S A N i T A I R E Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR. qui S accordent. qui renouvelle la mutuelle

EOVI ENTREPRENEUR. qui S accordent. qui renouvelle la mutuelle EOVI ENTREPRENEUR Des SOLutions qui S accordent AVec CHaque STYLE SANTé pro la qui renouvelle la mutuelle COMMent CHoisir LA Garantie SANTé QUI VOUS RESSEMBLE? 1 Je choisis ma garantie parmi 6 niveaux

Plus en détail

D o s s i e r d e P r e s s e

D o s s i e r d e P r e s s e D o s s i e r d e P r e s s e Lundi 4 juin 2012 Prévention solaire 2012 J aime le soleil, je protège ma peau! Le Finistère compte trois fois plus de cancers cutanés qu ailleurs en France. En effet, la

Plus en détail

Vous voulez soigner votre confort en cas d hospitalisation. Nous sommes là!

Vous voulez soigner votre confort en cas d hospitalisation. Nous sommes là! Vous voulez soigner votre confort en cas d hospitalisation. Nous sommes là! EN PLUS DE VOS REMBOURSEMENTS SANTÉ, VOUS ÊTES INDEMNISÉ DE VOS FRAIS D DÈS LE. VOTRE SANTÉ A DE L AVENIR LES GARANTIES Attention,

Plus en détail

«Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école. Pour les parents et les enseignants

«Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école. Pour les parents et les enseignants «Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école Pour les parents et les enseignants C est parti! Compréhensible et compacte: par le biais de cette brochure, parents

Plus en détail

Plan détaillé du règlement intérieur

Plan détaillé du règlement intérieur Plan détaillé du règlement intérieur Présentation 1. Les fonctions de la directrice. A) Son rôle auprès des enfants B) Son rôle auprès des familles C) Son rôle auprès du personnel D) Son rôle administratif

Plus en détail

VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE

VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE Version octobre 2012 VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE ASSISTANTES MATERNELLES & SALARIES DE PARTICULIERS EMPLOYEURS Une équipe de conseillers est à votre service du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30

Plus en détail

COIFFEURS NON SALARIÉS

COIFFEURS NON SALARIÉS KIT D ADHÉSION Régime frais de santé des COIFFEURS NON SALARIÉS Siège social : 8 terrasse du Front du Médoc 33054 BORDEAUX Cedex Mutuelle soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité N

Plus en détail

Règlement Intérieur des Accueils Collectifs de Mineurs et du temps Périscolaire

Règlement Intérieur des Accueils Collectifs de Mineurs et du temps Périscolaire 113-115, rue Saint Gabriel 59800 LILLE Tél : 03-20-51-90-47 www.centresocialsmp.fr contact@centresocialsmp.fr Règlement Intérieur des Accueils Collectifs de Mineurs et du temps Périscolaire Le Centre Social

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail