Définition. Le Diabète

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Définition. Le Diabète"

Transcription

1 Définition Le diagnostic de diabète répond à une définition clinico-biologique : soit une glycémie veineuse aléatoire supérieure à 2 g /l et des signes cliniques (amaigrissement, soif intense, fatigue..), soit une glycémie veineuse à jeun supérieure à 1.26g/l à deux reprises. Il existe deux principales formes de diabète : Le diabète de type 1, insulino dépendant, est aussi appelé diabète maigre. Il survient chez les personnes jeunes et est secondaire à une carence absolue en insuline. Il concerne 6% des diabétiques. C est une maladie particulièrement complexe à gérer, nécessitant un apprentissage de la part du patient lui permettant d adapter pluri quotidiennement les injections d insuline. Le diabète de type 2 est aussi appelé diabète non insulino dépendant ou gras. Il associe, en proportion variable, déficit de la sécrétion de l insuline et résistance à l action de l insuline et représente plus de 90% de l ensemble des diabétiques. Il apparaît principalement après 45 ans. Si son traitement est le plus souvent médicamenteux par voie orale, les injections d insuline sont nécessairement dans certaines situations. L OMS qualifie le diabète de fléau épidémique mondial. Sa fréquence est en augmentation constante en raison de 2 facteurs principaux : le vieillissement de la population et l évolution des modes de vie (alimentation et sédentarité). Le diabète touche actuellement auvergnats. 1

2 Etat des connaissances Déterminants de santé Généralités Depuis 1988, la prévalence du diabète a été multipliée par 2. En 2007, elle est de 3.95% (France entière, tous régimes) et est estimée à 4,5% de la population à l horizon Il existe un sur-risque masculin à partir de 40 ans. En 2007, près d un homme sur cinq est diabétique à 75 ans 1. La population diabétique est en moyenne peu aisée financièrement 2. (Source de comparaison : Enquête revenus fiscaux et sociaux 2006 de l Insee). Il est aujourd hui établi que la précarité chez le diabétique s associe à une prévalence plus élevée de complications et à une aggravation des facteurs de risque cardiovasculaires 3. Le diabète de type 2 est découvert lors d un dépistage pour 67% des personnes diabétiques, pour 18% à l occasion de symptômes évocateurs et pour 15% à l occasion de la découverte d une complication 2. Il peut en effet évoluer pendant plusieurs années sans aucun symptôme. Association aux autres facteurs de risque cardio-vasculaires L étude ENTRED décrit l association aux autres facteurs de risque cardiovasculaires des diabétiques de type 2 en 2007 (France métropolitaine) 2 : 39% Surpoids 41% Obésité 49% HTA 18% Hypercholestérolémie : LDL cholestérol > 1.3g/l 13% Tabac Au total, le risque vasculaire des personnes diabétiques de type 2, bien qu en diminution, reste élevé en Par rapport aux définitions établies dans les recommandations de la Haute autorité de santé 2 : 59% ont un risque très élevé 26% un risque élevé 14% un risque modéré seulement 1% un risque vasculaire faible En France, la moitié des diabétiques décèdent de complications cardiovasculaires 4. 2

3 Complications L étude ANTRED 2007 fournit les prévalences des complications du diabète de type 2 2 : 20,8% Complication coronariennes 19,0% Insuffisance rénale 0,4% Dialyse ou greffe rénale 7,9% Rétinopathie diabétique 3,9% Perte de la vue d un œil 2,3% Mal perforant plantaire En 2007 en France, ces complications ont occasionné plus de amputations, plus de hospitalisations pour infarctus du myocarde et près de nouveaux cas d insuffisance rénale terminale 5. Prise en charge des patients diabétiques de type 2 D importantes améliorations de la qualité du suivi médical ont été observées entre 2001 et Cependant en 2007, alors que 56% des diabétiques de type 2 ont un traitement correspondant aux objectifs glycémiques de la Haute Autorité en Santé (HAS), 44% pourraient bénéficier de l escalade thérapeutique recommandée si le mauvais contrôle glycémique persiste 2. Ces dernières années, la panoplie d antidiabétiques oraux s est considérablement élargie : aux traitements traditionnels (metformine, inhibiteurs des alpha glucosidases, sulfamides glinides), ce sont ajoutés de nouvelles molécules (glitazones et potentialisateurs de l action du GLP-1) qui ont fait évoluer rapidement le schéma thérapeutique. Il est aujourd hui d usage de proposer audelà de la monothérapie l utilisation d antidiabétiques oraux se potentialisant entre eux, en utilisant une bi ou trithérapie puis des combinaisons antidiabétiques oraux-insuline. Si la pathologie est bien connue et fait l objet de recommandations de prise en charge bien établies, il reste que plusieurs études ont mis en évidence des insuffisances dans la prise en charge des patients diabétiques 2. 3

4 Suivi annuel recommandé par la HAS Prestation remboursée en ambulatoire en 2007 Prestation remboursée en ambulatoire en 2 ans 9 consultations ou visites 4 dosages d hémoglobine glyquée 44% ont bénéficié de 3 dosages 1 consultation ophtalmologique 50% 71% 1 bilan dentaire 38% 1 bilan lipidique 76% 86% 1 bilan biologique rénal 83% dosage créatininémie 28% dosage albuminurie 44% dosage albuminurie 1 bilan électrocardiogramme 39% 57% En prenant en compte les séjours hospitaliers, on estime que 45% des diabétiques de type 2 ont eu un ECG ou une consultation de cardiologie et 36% un dosage d albuminurie dans l année 2. De plus, 39% des patients diabétiques de moins de 65 ans ont une hémoglobine gliquée (HbA1c, marqueur de l équilibre glycémique) insuffisamment contrôlée et supérieure à 7%. Cela les expose à un risque élevé de complications vasculaires compte tenu de leur longue espérance de vie. Des améliorations thérapeutiques sont encore nécessaires 2. Alors que le recours au diabétologue est recommandé par la HAS en cas de déséquilibre persistant, de survenue de complications ou de passage à l insuline, en % des malades diabétiques sont suivis par les seuls médecins généralistes sans recours au diabétologue 2. Enjeux économiques Le remboursement annuel moyen au titre de l affection longue durée diabète est estimé en 2007 à 7116 pour le régime général de l Assurance maladie 6. L hospitalisation représente environ 46% des montants remboursés. Les montants remboursés aux diabétiques auvergnats ont été comparés aux montants remboursés à l ensemble de la population. Cette comparaison s exprime sous la forme d un ratio avec au numérateur le montant moyen remboursé par personne diabétique et au dénominateur le montant moyen remboursé par personne dans l ensemble de la population protégée. Les ratios ont été calculés, pour la région, par poste de dépenses (Tableau I) 7. 4

5 Honoraires Pharmacie Biologie Soins inf. Matériel Transport Autres Ambulatoire Hospit. Total Le Diabète Tableau I : Ratio du montant moyen remboursé par personne diabétique insulino traitée (DIT) (type 1 et type 2 sous insuline) et non insulino traitée (DNIT) (type 2 sous médicaments par voie orale) sur le montant moyen remboursé dans la population générale, en DIT 1,8 3,4 3,1 17,2 14,1 4,9 1,7 4,5 3,2 3,9 DNIT 1,3 1,9 2,0 1,4 2,1 1,2 0,9 1,6 1,0 1,3 Leviers reconnus d intervention Diagnostiquer le plus tôt possible Aux Etats-Unis, des études ont montré que le délai moyen entre la découverte biologique et le diagnostic clinique de diabète de type 2 est de 10 années. Dans ces conditions, les complications vasculaires commencent à se développer avant que le diagnostic de diabète de type 2 n ait été porté, expliquant en grande partie la morbidité considérable de cette affection 8. En France, parmi les ans, environ 20 % des personnes diabétiques ne seraient pas diagnostiquées. Mais cette proportion diminue fortement avec l âge passant de 30 % chez les ans à 13 % chez les ans 5. Les recommandations proposent de doser la glycémie veineuse tous les trois ans à partir de l âge de 45 ans. Les contrôles peuvent être rapprochés ou plus précoces si la personne présente des facteurs de risque de diabète de type 2 : apparentée au premier degré de sujets diabétiques, migrants, population précaire, femme ayant présenté un diabète gestationnel ou ayant accouché d un enfant macrosome, sujets obèses, dyslipidémiques, hypertendus, hyperglycémique à jeun 9. 5

6 Lutter contre le surpoids L obésité et la sédentarité contribuent indépendamment l une de l autre au développement du diabète de type 2 (DT2). Ainsi dans la cohorte de la Nurses Health Study (68907 femmes sans antécédent de diabète suivies pendant 16 ans), le risque relatif de développer un DT2 est multiplié par 16,7 pour les femmes obèses et sédentaires, par 10,7 pour les femmes obèses ayant une activité physique régulière et par 2,08 pour les femmes minces et sédentaires. Le groupe témoin est constitué de femmes de poids normal (Indice de Masse Corporelle, IMC<25 kg/m2) et ayant une activité physique régulière. Pour chaque niveau d IMC, une activité physique plus élevée est associée à un risque moindre de développer un DT2 10. Lutter contre la sédentarité Effet préventif de l activité physique régulière sur la survenue d un diabète de type 2 pour les personnes à risque métabolique élevé : Les cinq grandes études de prévention du DT2 par des modifications du mode de vie, ont montré que l activité physique est efficace pour prévenir la survenue d un DT2 chez des sujets à risques métaboliques élevés (intolérants au glucose). Elle est diminuée de 50% en moyenne (28% à 67%) dans les groupes intervention (activité physique supervisée ± diététique), par rapport aux groupes contrôles (conseils d activité physique) 11 à 15. L analyse de la cohorte finlandaise a montré de plus que l effet de l activité physique est indépendant de la diététique ou de l IMC : marcher au moins 2,5h par semaine diminue le risque de DT2 de prés de 65%. L efficacité porte à la fois sur l activité physique d intensité modérée à intense (marche rapide, natation, vélo, jogging, jeu de balle) mais aussi sur l activité physique de faible intensité (marche ou vélo à allure faible, jardinage.) Ces résultats suggèrent que les populations à risques métaboliques élevés, sédentaire et le plus souvent obèses, c est plus le temps ou l énergie totale dépensée pour l activité physique qui compte que l intensité à laquelle cette activité physique et réalisée 16. 6

7 Effet de l activité physique régulière sur l équilibre glycémique des DT2 : Deux méta-analyses récentes démontrent que l activité physique régulière chez le DT2 s accompagne d une amélioration significative de l équilibre glycémique (diminution moyenne de l HbA1c de 0,6 à 0,8%). Cette amélioration est obtenue sans perte de poids 17, 18. La pratique régulière d une activité physique s accompagne par contre d une diminution de la graisse viscérale et, en règle générale, d une amélioration du profil lipidique 19, 20. Enfin aucune étude n a rapporté de complications liées au diabète (et en particulier aucune hypoglycémie n a été signalée) dans le groupe exercice. Quelles activités physiques? Les recommandations internationales concernant la prévention et le traitement du DT2 sont 30 min de marche au moins 5 fois par semaine 20,21. Améliorer la prise en charge du diabétique Le contrôle glycémique des malades diabétiques est fondamental. Selon l étude de cohorte britannique «United Kingdom Prospective Diabetes Study», une baisse de 0,9% de l hémoglobine glyquée sur 10 ans est associée à une diminution du risque de survenue ou d aggravation de la rétinopathie de 25% et d infarctus du myocarde de 16%. La diminution des chiffres tensionnels chez les diabétiques de type 2 hypertendus (TA mm Hg ou mm Hg si les patients étaient traités pour leur hypertension artérielle) permet de diminuer de manière plus importante encore le risque de complications vasculaires 22. Le diabète est une pathologie chronique et à ce titre, les patients peuvent bénéficier d une éducation thérapeutique. L article 84 de la loi Hôpital Patients Santé du 21 juillet 2009 en présente les dispositions générales : l éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome en facilitant son adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie 23. 7

8 Les textes de références Réglementaires La loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique a fixé comme objectif d assurer une surveillance conforme aux recommandations de bonnes pratiques émises par l ALFEDIAM, l AFSSAPS et l ANAES pour 80% des diabétiques en 2008, ainsi que de diminuer la fréquence et la gravité des complications du diabète et notamment les complications cardio-vasculaires 24. L avenant 12 du 14 décembre 2006 de la convention des médecins : «Les parties signataires conviennent de la nécessité d engager progressivement les médecins traitants dans des programmes de prévention, en priorité sur les thèmes suivants : les risques cardio-vasculaires, en premier lieu le diabète». Depuis mars 2009, le contrat d amélioration des pratiques individuelles (CAPI) des médecins traitants comporte 4 objectifs spécifiques de qualité de la prise en charge du diabète : réalisation de 3 ou 4 dosages d HbA1c et d un fond d œil par an, traitement concomitant des antihypertenseurs avec des statines associé ou non avec de l aspirine à faible dose 25. La convention nationale des pédicures podologues du 24 décembre 2007 permet le remboursement des soins de prévention des lésions des pieds à risque de grade 2 et 3 pour le patient diabétique. Promotion de la journée mondiale du diabète chaque année, le 14 novembre (résolution de l ONU du 20 décembre 2006). Scientifiques Des recommandations de la HAS portent sur les traitements médicamenteux du diabète de type 217. La HAS a édité 3 guides à destination des patients et 3 à destination des médecins sur le diabète de type 1 chez l adulte, le diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent ainsi que sur le diabète de type 2. L association de langue française pour l étude du diabète et des maladies métaboliques (ALFEDIAM requalifiée : Société Francophone du Diabète) a publié de multiples recommandations sur la prise en charge du patient diabétique associé ou non aux autres facteurs de risque cardio-vasculaires. 8

9 Zoom sur l Auvergne Estimation* du nombre de diabétiques traités en Auvergne en Le nombre de diabétiques traités en Auvergne est estimé*à décès chaque année en moyenne pour diabète en cause principale de décès 953 décès chaque année en moyenne pour diabète en cause associée de décès * Estimation à partir de la population 2007 et des données du Régime général Sources : Insee, estimation au 14 mai 2009, InVs BEH n 43 Novembre 2008 Sources : Inserm CépiDc Période , InVs abete/mortalite/d%c3%a9partements/ DEPT.0406_Eff.html Taux comparatif* de mortalité pour diabète sucré (cause principale) par département et par sexe - Période Puy de Dôme Haute Loire Cantal Allier Auvergne France H omme Femme Pour hts Source : Inserm CépiDc (www.cepidc.vesinet.inserm.fr) Exploitation Obresa Une surmortalité est enregistrée par rapport à la France métropolitaine et cela dans les 4 départements d Auvergne. * Le taux comparatif de mortalité ou taux standardisé direct est le taux que l on observerait dans la région si elle avait la même structure par âge que la population de référence. Les taux comparatifs éliminent les effets de structure par âge et autorisent les comparaisons entre les deux périodes, entre les deux sexes et entre les régions françaises. Taux brut de prévalence du diabète traité Auvergne Régime général - Année 2007 Puy de Dôme Haute Loire Cantal Allier Auvergne France 3,6 3,7 3,8 3,9 3,6 4,5 * Estimation à partir de la population 2007 Sources : Insee, estimation au 14 mai 2009, InVs BEH n 43 Novembre 2008 L âge moyen des diabétiques traités est de 66,0 ans en Auvergne contre 64,9 ans en France métropolitaine Pour 100 personnes Source : Régime général de l Assurance maladie - InVS BEH n 43 Novembre

10 Taux standardisés de prévalence du diabète traité par département en 2007 (régime général de l assurance maladie, France) Taux standardisés (%) de prévalence du diabète traité France métropolitaine: 3,85 Auvergne : 3,7 Cantal: 3,5 Haute-Loire: 3,8 Puy de dôme : 3,7 Sources : Régime général de l Assurance maladie- InVS BEH n 43 Novembre 2008 Taux standardisés d'admissions en ALD-diabète, sur la période , par localisation géographique Source : CNAMTS, Msa, RSI, InVS, nouvelles admissions en affection de longue durée pour le diabète de type 1 ou 2 en 2006 en Auvergne ( en France métropolitaine) Taux brut d incidence : Auvergne 282,8 pour hts France métropolitaine : 290,1 pour hts Sources : CNAMTS, MSA, RSI séjours** hospitaliers en moyenne chaque année pour diabète sucré en Auvergne : séjours pour les hommes 1 461pour les femmes Taux brut d hospitalisation: 2,16 Sources : Insee, DREES, DHOS, Atih (base PMSI MCO) ** plusieurs séjours pour une personne 149 pédicures-podologues en Auvergne en densité de 11,2 pour hts (France métropolitaine : 18,03 pour hts) 23 endocrinologues en Auvergne en 2008 densité de 1,72 pour hts (France métropolitaine : 2,50 pour hts) Sources : DRASS, Adéli au 1er janvier 2008 professionnels exerçant à titre libéral ou salarié 10

11 Les actions de prévention développées en auvergne Promoteur Finalité de l action Antériorité Caractéristique de la cible Nombre de bénéficiaires par an Territoire Source de financement Réseau Vihy Diabète Mise en place d une éducation thérapeutique structurée et coordonnée pour les patients diabétiques de type 1 et de type 2 permettant ainsi un meilleur suivi d un point de vue clinique et para-clinique Population diabétique de type 1 et : : 338 patients Allier FIQCS Association Réseau pour mieux vivre son Diabète en Haute- Loire Mise en place d une éducation thérapeutique structurée et coordonnée pour les patients diabétiques de type 1 et de type 2 permettant ainsi un meilleur suivi d un point de vue clinique et para-clinique Population diabétique de type 1 et : : 120 Haute-Loire et zones limitrophes (Langogne, Coucouron) FIQCS Réseau Cantal Diabète Mise en place d une éducation thérapeutique structurée et coordonnée pour les patients diabétiques de type 1 et de type 2 permettant ainsi un meilleur suivi d un point de vue clinique et para-clinique Population diabétique de type 1 et : : 70 Cantal FIQCS CHU de Clermont- Fd, service de diabétologie Unité d éducation thérapeutique en diabétologie : elle propose aux patients diabétiques d apprendre à adapter leur traitement, à comprendre les signes d urgence de la maladie, ainsi que les premiers signes de complications qu elle peut engendrer et à mettre en place les mesures prédictives Patients diabétiques de type 1 et de type 2 mal équilibrés Environ 300 pour 10 mois Auvergne CHU CHU de Clermont- Fd, service médecine du sport et explorations fonctionnelles «Activité physique et pathologies chroniques» : Assurer une prise en charge encadrée et supervisée au CHU pendant 4 mois et maintenir de l activité physique à domicile, à un seuil inférieur au niveau d activité physique au CHU mais permettant le maintien des acquis métaboliques Patients (ex : diabétiques type 2) dont l activité physique fait partie de la prise en charge thérapeutique : 15 personnes diabétiques (DT2) 2009 : 25 DT2 Auvergne CHU-GRSP- DRJS Association DIABET 63 «Activités physiques» : Organisation de programmes d activité physique adaptée, destinés aux patients diabétiques de type 1 et 2. Ces programmes de réhabilitation à l effort durent 10 semaines à raison de 2 séances hebdomadaires de 1h Population diabétique de type 1 et : 120 Puy-de- Dôme GRSP 11

12 Promoteur Finalité de l action Antériorité Caractéristique de la cible Nombre de bénéficiaires par an Territoire Source de financement Association DIABET 63 en partenariat avec l AFD «Dynamisation qualité de vie diabète» : Accompagnement des personnes diabétiques (mise en place de groupes de paroles, d entretiens personnalisés) par des bénévoles «patients experts» formés, dans le cadre d un dispositif d entraide collectif et individuel de patient à patient pour améliorer la qualité de vie Tous les diabétiques et leur entourage 2009 : 65 Puy-de-Dôme FNPEIS CPAM 63 «SOPHIA» : Service d accompagnement de l Assurance maladie, individuel, libre et gratuit destiné aux personnes diabétiques prises en charge dans le cadre d une ALD. En relais avec les recommandations du médecin traitant «SOPHIA» propose des conseils et des informations adaptés à la situation de chaque personne, pour les aider à améliorer leur qualité de vie et à les rendre plus acteurs de leur santé Dans le Puy-de- Dôme : diabétiques de type 1 et 2 (au 31/12/09), de plus de 18 ans, assurés au régime général pris en charge à 100% soit 27.24% au 31/12/09 Puy-de-Dôme FNPEIS CPAM 15 «Diabétiques, la santé de vos pieds est essentielle» : Sensibilisation des diabétiques sur l importance de l hygiène et des soins spécifiques à porter aux pieds en leur offrant notamment la possibilité de bénéficier d un examen préventif chez le pédicure. Ciblé par requête CPAM, chaque diabétique reçoit une invitation à se rendre chez le pédicure podologue de son choix quel que soit le grade de sa maladie Diabétiques (grade 0 et 1 de complication du pied) assurés au régime général pris en charge au 31/12/09, sur 3900 invitations diffusées. Cantal FNPEIS CPAM 43 «Dépistage des complications du liées au diabète» : 1) Information et prévention des risques liés au diabète par des PS mobilisés et le réseau ARVD 43. 2) Dépistage du diabète par glycémie. 3) Promotion des examens préventifs pédicures : mise en place d un système de prise en charge pour une consultation de préventive de pédicurie pour les diabétiques en grade 0 et 1 ciblés par le médecin traitant ) Assurés diabétiques de type 2 ciblés par le MT. 2) Tout public 3) Assurés diabétiques (grade 0 et 1 de complication du pied 1) 25 pers rencontrées 2) 106 pers touchées 3) 69 pris en charge au 31/12/09 Haute-Loire FNPEIS 12

13 RSI Promoteur Finalité de l action Antériorité «Pied diabétique et podologue» : Mise en place d une prise en charge coordonnée comprenant bilan podologique approfondi, soin et éducation du patient à tous les diabétiques de grade 0 et 1. RSI «ETP RSI~Diabète» : Expérimentation d éducation thérapeutique auprès du patient diabétique assuré RSI, invité à se rendre chez son médecin traitant prescripteur des cycles d ETP dispensées par les professionnels des 3 réseaux diabète de la région. Conseil régional de l ordre des pharmaciens «Campagne de dépistage du diabète continue sur 3 mois dans les officines de pharmacie» : Le programme consiste à proposer aux pharmacies du département de l Allier d effectuer un dépistage précoce au sein de leurs officines. Les pharmacies volontaires s engagent sur la durée du programme sur le respect des recommandations en matière de ciblage de la population, d orientation des patients en cas d anomalie glycémique et sur l évaluation. Caractéristique de la cible 2008 Diabétiques de type 1 et 2 assurés au RSI 2009 Diabétiques de type 2 assurés au RSI 2008 Patients dont l âge est > ou = à 45 ans avec 1 facteur de risque (surpoids, HTA, anomalie du profil lipidique, habitudes alimentaires, mode de vie). Nombre de bénéficiaires par an 952 gradés au 31/12/09 sur sollicités 103 inclus au 31/12/09 sur invités (à se rendre chez MT) Territoire Auvergne Allier, Cantal et Haute-Loire Expérimentati on sur arrondissemen t de Moulins. Généralisation prévue dans l Allier Source de financement Budget médecine préventive CNRSI Budget médecine préventive CNRSI FNPEIS 13

14 Bibliographie 1 KUSNIK JOINVILLE O, WEILL A, RICORDEAU P, ALLEMAND H : Diabète traité en France en 2007 : un taux de prévalence proche de 4% et des disparités géographiques croissantes. Bulletin épidémiologique hebdomadaire. INVS ; 12/11/ ENTRED (échantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques) /entred_2007_2010/resultats_metropole_principaux.htm ; 2009/. 3 RAMENTOL M, AUCLAIR C, GERBAUD L, ROBU E, DESBIEZ F, THIEBLOT P, TAUVERON I : Screening for deprivation using Epices score : a new tool to detect patients at hight risk of diabetic complications. Diabetes Care 2009, 52, S GILBERT JC, SAFAR M : Risque vasculaire cardiaque et cérébral, 33 questions et 7 ordonnances. Abrégés MASSON ; ; Dossiers thématique sur le diabète de l INVS ; octobre Chiffres et repères, édition 2008.CNAMTS 008.pdf. 7 Coût du diabète Service Médical d Auvergne ; Service systèmes d information, statistiques et méthodes. Analyses stat ; n 1. 8 DONAHUE R, ORCHARD T. Diabetes melieus and macrovascular complications. Diabetes Care 1992; 15: World health organisation. Screening for type 2 diabetes: report of WHO and international diabetes federation meeting jeneva, WHO publications 2003; 48 pages. 10 Rana JS, Li TY, Manson JE and Hu FB. Adiposity compared with physical inactivity and risk of type 2 diabetes in women. Diabetes Care 30: 53-58, Tuomilehto J, Lindstrom J, Eriksson JG, Valle TT, Hamalainen H, Ilanne- Parikka P, Keinanen-Kiukaanniemi S, Laakso M, Louheranta A, Rastas M, Salminen V and Uusitupa M. Prevention of type 2 diabetes mellitus by changes in lifestyle among subjects with impaired glucose tolerance. N Engl J Med 344: ,

15 12 Pan XR, Li GW, Hu YH, Wang JX, Yang WY, An ZX, Hu ZX, Lin J, Xiao JZ, Cao HB, Liu PA, Jiang XG, Jiang YY, Wang JP, Zheng H, Zhang H, Bennett PH and Howard BV. Effects of diet and exercise in preventing NIDDM in people with impaired glucose tolerance. The Da Qing IGT and Diabetes Study. Diabetes Care 20: , Knowler WC, Barrett-Connor E, Fowler SE, Hamman RF, Lachin JM, Walker EA and Nathan DM. Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformin. N Engl J Med 346: , Ramachandran A, Snehalatha C, Mary S, Mukesh B, Bhaskar AD and Vijay V. The Indian Diabetes Prevention Programme shows that lifestyle modification and metformin prevent type 2 diabetes in Asian Indian subjects with impaired glucose tolerance (IDPP-1). Diabetologia 49: , Kosaka K, Noda M and Kuzuya T. Prevention of type 2 diabetes by lifestyle intervention: a Japanese trial in IGT males. Diabetes Res Clin Pract 67: , Laaksonen DE, Lindstrom J, Lakka TA, Eriksson JG, Niskanen L, Wikstrom K, Aunola S, Keinanen-Kiukaanniemi S, Laakso M, Valle TT, Ilanne- Parikka P, Louheranta A, Hamalainen H, Rastas M, Salminen V, Cepaitis Z, Hakumaki M, Kaikkonen H, Harkonen P, Sundvall J, Tuomilehto J and Uusitupa M. Physical activity in the prevention of type 2 diabetes: the Finnish diabetes prevention study. Diabetes 54: , Thomas DE, Elliott EJ and Naughton GA. Exercise for type 2 diabetes mellitus. Cochrane Database Syst Rev 3: CD002968, Snowling NJ and Hopkins WG. Effects of different modes of exercise training on glucose control and risk factors for complications in type 2 diabetic patients: a meta-analysis. Diabetes Care 29: , Expertise collective INSERM. Activité physique. Contextes et effets sur la santé. P Les Editions INSERM. 20 Duclos M and Gautier JF. Activité physique et diabète de type 2. Médecine des maladies Métaboliques: 3 (1): 31-38, Haskell WL, Lee IM, Pate RR, Powell KE, Blair SN, Franklin BA, Macera CA, Heath GW, Thompson PD and Bauman A. Physical activity and public health: updated recommendation for adults from the American College of Sports Medicine and the American Heart Association. Med Sci Sports Exerc 39: ,

16 22 Traitement médicamenteux du diabète de type 2 Recommandation de bonne pratique. Argumentaire. AFSSAPS.HAS ; novembre te_2006.pdf. 23 Loi n du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. 24 Loi n du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique. 25 Décision du 9 mars 2009 de l Union Nationale des Caisses d Assurance Maladie relative à la création d un type d amélioration des pratiques à destination des médecins libéraux conventionnés. Ministère de la santé et des sports. Journal Officiel. Texte 34 sur 89 ; 21 avril Recommandations de la HAS e_2006.pdf Cette fiche a été réalisée à l'initiative du Comité de Pilotage du programme Maladies Cardio-vasculaires du PRSP Auvergne Ont contribué à l'élaboration du contenu : Professeurs Philippe Thiéblot et Igor Tauveron CHU, service endocrinologie, maladies métaboliques. Professeur Martine Duclos CHU, service médecine du sport et explorations fonctionnelles. Dr Marie-Ange Grondin CHU, service de santé publique Sylvie Maquinghen et Marie-Reine Fradet OBRESA. Dr Marie-Françoise André - Service du Contrôle Médical Auvergne. Bertrand Coudert et Valérie Baud URCAM. Dr Jean Jacques Veillard URML. Marie-Françoise Léonce Association DIABET 63. Juliette Nicolle Association Auvergne Promotion Santé. A contribué à la mise en forme : Véronique Aulas Société Next Média. Marie-Laure Pialle Service du Contrôle Médical Auvergne. 16

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Tableau de bord Tableau de bord. Le diabète. à La Réunion

Tableau de bord Tableau de bord. Le diabète. à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Le diabète à La Réunion Décembre 2012 2 Sommaire Introduction 4 Définitions 6 Répertoire des sigles 7 Contexte 8 Prévalence du diabète traité à La Réunion 10 Admissions

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par :

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par : Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un diabète de type 2 Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire interactif

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle. Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût

Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle. Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût Le diabète est une véritable épidémie. Cette maladie chronique

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003 Service évaluation des technologies Service évaluation économique GROUPE DE TRAVAIL M me le D r Catherine BOULNOIS-LAGACHE Médecin généraliste CAGNY

Plus en détail

Activité physique. et diabète de type 2

Activité physique. et diabète de type 2 Dossier thématique 31 M. Duclos 1, J.-F. Gautier 2 1 Service de médecine du sport et des explorations fonctionnelles, CHU Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand, & Laboratoire de nutrition humaine, INRA UMR

Plus en détail

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins

La nouvelle convention médicale. Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La nouvelle convention médicale Un nouveau partenariat en faveur de la qualité des soins La convention a été signée le 26 juillet 2011 par trois syndicats représentatifs (CSMF, MG France, SML) et l assurance

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète)

Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Sport et maladies métaboliques (obésité, diabète) Chef du service de médecine du sport, CHU de Clermont-Ferrand Monsieur Julien AUCOUTURIER Maître de conférences STAPS 60 % des diabétiques de type 2 sont

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite

BILAN projet DIABSAT 2010-2011. Diabétologie par Satellite BILAN projet DIABSAT 2010-2011 Diabétologie par Satellite 1 OBJECTIFS Développer et évaluer 3 services de télémédecine assistés par satellite Volet 1 : Education à la nutrition et promotion de l activité

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge du diabète

Evaluation de la prise en charge du diabète Inspection générale des affaires sociales RM2012-033P Evaluation de la prise en charge du diabète TOME I RAPPORT Établi par Annick MOREL D r Gilles LECOQ Danièle JOURDAIN-MENNINGER Membres de l Inspection

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES

UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES DIABÈTE UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs UN ENNEMI DU CŒUR

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

LE POINT SUR... Prévention nutritionnelle du diabète de type 2 : un projet réaliste? Dépistage. Une prévention est-elle possible?

LE POINT SUR... Prévention nutritionnelle du diabète de type 2 : un projet réaliste? Dépistage. Une prévention est-elle possible? Prévention nutritionnelle du diabète de type 2 : un projet réaliste? Hélène Bihan, Hôpital Avicenne, Unité de Recherche Epidémiologique Nutritionnelle, helene.bihan@avc.aphp.fr a prévention du diabète

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron CAHIER SPÉCIAL 2 e Semaine nationale de prévention du diabète Se prémunir contre le diabète Du 3 au 9 juin 2013 aura lieu partout en France la seconde Semaine nationale de prévention du diabète organisée

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL

CANCER DU CÔLON-RECTUM O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers), JP. FERLEY (ORSL) CONTEXTE NATIONAL Dossier réalisé par l Observatoire Régional de la Santé du Mai 22 avec la collaboration du Registre Général des Cancers en région La santé observée en O. DA SILVA (ORSL), N. LEONE (Registre des cancers),

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire»

TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» TITRE : «Information et consentement du patient en réadaptation cardiovasculaire» MC Iliou, R Brion, C Monpère, B Pavy, B Vergès-Patois, G Bosser, F Claudot Au nom du bureau du GERS Un programme de réadaptation

Plus en détail

chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie

chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie L exercice chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie Le diabète de type 2 est destiné, dans les prochaines années, à atteindre des proportions endémiques, autant chez les enfants et les

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Printemps 2014 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices? Lignes directrices

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale

Informations du Patient. Entourage (personnes référentes) Médecin traitant. Consultation demandée par. Motif de la consultation. Situation familiale Date du jour de l inclusion : N Informations du Patient Nom Date de naissance Sexe Commune de naissance CP Prénom Age Adresse actuelle Ville Téléphone CP Portable Entourage (personnes référentes) Nom Lien

Plus en détail

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr

Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Rubrique SNIIRAM dans Statistiques et publications/ameli.fr Contenu Finalités du SNIIRAM... 2 Structure du SNIIRAM... 3 Comment est constitué le SNIIRAM?... 3 Comment sont restituées les données du SNIIRAM?...

Plus en détail

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006 IUMSP Institut universitaire de médecine sociale et préventive Unité d évaluation des soins - UES EVALUATION DE LA FILIERE COORDONNEE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS DIABETIQUES «DIABAIDE» Période 2004-2006

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN?

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE: QUELLE PLACE POUR LE PHARMACIEN? M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 4, D.

Plus en détail

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique

PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003. Service évaluation des technologies Service évaluation économique PRINCIPES DE DEPISTAGE DU DIABETE DE TYPE 2 FEVRIER 2003 Service évaluation des technologies Service évaluation économique RÉSUMÉ Objectifs Evaluer l intérêt du dépistage du diabète de type 2 en France

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients Dr Isabelle Hagon- Traub Mme Léonie Chinet Direc:on Programme cantonal Diabète Maladies chroniques: préoccupations partagées

Plus en détail

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08

Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008. Mise à jour 24-06-08 Diabète de type 2 et Sport Dr Laurence FAYARD- JACQUIN Cœurs du Forez 2008 Mise à jour 24-06-08 L activité physique est recommandée depuis longtemps aux patients diabétiques Dès la fin du 19 ème siècle,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle. Du nouveau et des rappels importants

Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle. Du nouveau et des rappels importants 2011 Recommandations canadiennes pour le traitement de l hypertension artérielle Du nouveau et des rappels importants Du nouveau et des rappels importants Est-ce que vous et vos patients avez accès aux

Plus en détail

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Quelles actions pour améliorer la santé physique de nos patients? P-M LLORCA Mortalité chez les patients

Plus en détail

JOURNÉE DE LA SANTÉ ET DE L ACCÈS AUX DROITS

JOURNÉE DE LA SANTÉ ET DE L ACCÈS AUX DROITS Pour vous informer sur les droits à l Assurance Maladie, le diabète, les offres de prévention, les mesures d accompagnement des patients et le dépistage des cancers, la CPAM du Tarn-et-Garonne et ses partenaires

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

LES FACTEURS DE RISQUE

LES FACTEURS DE RISQUE LES FACTEURS DE RISQUE C EST QUOI UN FACTEUR DE RISQUE? C est une caractéristique lié à une personne, à son environnement à sa culture, à son mode de vie qui entraine pour elle une probabilité plus importante

Plus en détail

Mise au point. Dossier. Zoom. www.magpatients.org. Moi, mon diabète, mon entourage. Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement

Mise au point. Dossier. Zoom. www.magpatients.org. Moi, mon diabète, mon entourage. Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement Mise au point Moi, mon diabète, mon entourage Dossier Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement Zoom Le diabète des populations africaines et nord-africaines Informations communiquées en

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Activité physique et diabète non insulinodépendant

Activité physique et diabète non insulinodépendant 8 Activité physique et diabète non insulinodépendant L activité physique est aussi importante pour le traitement du diabète de type 2 que l équilibre alimentaire. L activité physique, ce n est pas seulement

Plus en détail

Protocole de l étude : «Le diabète de type 2 chez les personnes fréquentant les centres d hébergement d urgence»

Protocole de l étude : «Le diabète de type 2 chez les personnes fréquentant les centres d hébergement d urgence» Protocole de l étude : «Le diabète de type 2 chez les personnes fréquentant les centres d hébergement d urgence» 1. Contexte et justification de l étude 1.1. Etat des connaissances sur le diabète et les

Plus en détail

équilibre glycémique du diabétique insuliné

équilibre glycémique du diabétique insuliné La télésurveillance t des maladies chroniques à domicile Aide à la décision en diabétologie Docteur Pierre FONTAINE Service de diabétologie, CHRU de Lillle Faculté de médecine, m Université de Lille 2

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

L expérience Med Rec

L expérience Med Rec L expérience Med Rec Le processus de conciliation des traitements médicamenteux Edith DUFAY 1 La mission des High 5s de l OMS Maîtriser 5 grands problèmes de sécurité pour le patient Mettre en oeuvre 5

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète

Déclaration finale de la concertation sur l'opportunité et les modalités d'un dépistage du diabète Cabinet de Mme la Ministre Nicole Maréchal Ministre de l'aide à la Jeunesse et de la Santé Centre de Recherche Opérationnelle en Santé Publique Section d'epidémiologie Institut de Santé Publique Déclaration

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail