SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DE LA SANTE SERVICE DE LUTTE CONTRE LES MALADIES LIEES AUX MODES DE VIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DE LA SANTE SERVICE DE LUTTE CONTRE LES MALADIES LIEES AUX MODES DE VIE"

Transcription

1 SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DE LA SANTE SERVICE DE LUTTE CONTRE LES MALADIES LIEES AUX MODES DE VIE

2 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATIONS INTRODUCTION.. 1 ORIENTATIONS GENERALES L HTA ESSENTIELLE Diagnostiquer l HTA Identifier le stade de l HTA Prendre en charge l HTA essentielle Informations de base pour le prestataire Traitement médicamenteux de l HTA essentielle Prévention secondaire de l HTA essentielle Prise en charge de la poussée hypertensive LE DIABETE Les différents niveaux de prévention du diabète Diagnostiquer un état diabétique Effectuer le counseling approprié au diabétique Résumé de la prise en charge du diabète au niveau des formations sanitaires de base Traitement du diabète Objectifs Moyens. 11 a) Mesures hygiéno-diététiques et activités physiques 11 b) Traitement médicamenteux. 12 b1- Traitement du diabète de type b2- Traitement du diabète de type L OBESITE Comment reconnaître l obésité? Confirmer l obésité par le calcul de l IMC et la mensuration du périmètre abdominal Effectuer une enquête nutritionnelle Effectuer le counseling approprie Prescrire des mesures hygiéno diététiques (MHD) Recommander la pratique d une activité physique régulière Prescrire un régime hypocalorique LES ACCIDENTS VASCULAIRES CEREBRAUX Diagnostiquer un AVC Définition Intérêt de reconnaitre un AVC Signes d appel Les causes Conduite à tenir devant un AVC Gestes à faire Gestes à ne pas faire Informations de base pour le prestataire. 25 1

3 5. LA TOUX 26 Arbre décisionnel de prise en charge d une toux chronique.. 27 Counseling destiné a un tousseur chronique L ASTHME Définition Reconnaitre une crise d asthme Evaluer le degré de sévérité de la crise Traiter la crise Evaluer la sévérité de la maladie Instaurer un traitement au long cours Quand référer? Counseling destiné a l asthmatique Assurer le suivi LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE Définition Comment diagnostiquer la BPCO? Faire le diagnostic différentiel entre BPCO et bronchite chronique simple (BCS) Interpréter les résultats d une spirométrie Prendre en charge la BCS et la BPCO Traitement médicamenteux Effectuer le counseling Quand référer? GENERALITES SUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS Les traitements spécifiques La chirurgie La radiothérapie Les traitements médicaux Chimiothérapie Hormonothérapie Immunothérapie Le traitement de la douleur et les soins palliatifs Traitement de la douleur Soins palliatifs.39 ANNEXES ANNEXE 1 : Carte -alcool ANNEXE 2 : Carte activités physiques ANNEXE 3 : Carte fruits et légumes ANNEXE 4 : Guide pour recommander un plan de repas ANNEXE 5 : La pyramide alimentaire ANNEXE 6 : Score de Glasgow ANNEXE 7 : Valeurs normales du débit expiratoire de pointe BIBLIOGRAPHIE 2

4 AAG ADN AIT AINS AMM AVC BK BPCO BCS CCC CDT CHD CHRR CHU CIP CVF CSB D.E.P. ECBU ECG EFR EPP FC FO FR HDL HTA HTIC IDM IEC IMC IV IVDL LDL LP MCCV MCNT MHD OAP OMI OMS PA PAD PAO 2 PAD PAS SGI SNG SP SSI TA TPM (+) VEMS LISTE DES ABREVIATIONS Asthme aigu grave Acide désoxyribonucléique Accident ischémique transitoire Anti-inflammatoire non stéroïdien Autorisation de mise sur le marché Accident vasculaire cérébral Bacille de Koch Broncho-pneumopathie chronique obstructive Bronchite chronique simple Communication pour le changement de comportement Centre de diagnostic et de traitement de tuberculose Centre hospitalier de district Centre hospitalier de référence régional Centre hospitalier universitaire Communication interpersonnelle Capacité vitale fonctionnelle Centre de sante de base Débit expiratoire de pointe Examen cytobactériologique des urines Electrocardiogramme Exploration fonctionnelle respiratoire Equipement de protection personnelle Fréquence cardiaque Fond d il Fréquence respiratoire High density lipid Hypertension artérielle Hypertension intracrânienne Infarctus du myocarde Information éducation communication Indice de masse corporelle Intraveineuse Intraveineuse directe lente Low density lipid Libération prolongée Maladies cérébro-cardio-vasculaires Maladies chroniques non transmissibles Mesures hygiéno-diététiques dème aigu du poumon dème des membres inférieurs Organisation mondiale de la sante Pression artérielle Pression artérielle diastolique Pression partielle d oxygène Pression artérielle diastolique Pression artérielle systolique Sérum glucosé isotonique Sonde naso gastrique Soin palliatif Sérum salé isotonique Tension artérielle Tuberculose pulmonaire à microscopie positive Volume expiratoire maximum seconde 3

5 INTRODUCTION On regroupe sous le terme de Maladies Chroniques Non Transmissibles, les maladies cérébro-cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, les cancers, les maladies respiratoires chroniques. Ces maladies se trouvent être la résultante de l interaction de plusieurs facteurs de risque communs qui agissent de concert, à savoir : des statuts non modifiables comme l âge, le capital génétique, le sexe ; des facteurs de risque comportementaux modifiables : le tabagisme sous toutes ses formes, alimentation déséquilibrée, l éthylisme, la sédentarité ; des facteurs socio-économiques, culturels et environnementaux : la pauvreté, la pollution croissante, ; des facteurs de risque intermédiaires métaboliques : le diabète, l hypertension artérielle, l obésité et l excès pondéral, les hyperlipidémies, les hyperglycémies non diabétiques, l hyper uricémie. En 2005, 60% des décès dans le monde étaient dus aux maladies chroniques non transmissibles, soit environ 35 millions dont : dus aux maladies cardiovasculaires dus au cancer dus aux maladies respiratoires chroniques dus au diabète. Parmi ces décès, 72% ont été trouvés dans les pays à revenu faible et moyennement faible comme Madagascar. Une augmentation de 17% de ces décès est prévue en En d autres termes, 41 millions de décès seraient imputables aux maladies chroniques non transmissibles. La prévention des maladies chroniques non transmissibles apparaît donc comme une nécessité. L OMS a proposé l objectif mondial d une réduction des taux de décès par maladie chronique de 2% par an d ici D ici là, cet objectif ambitieux devrait mener à la prévention de 36 millions de décès dus aux maladies chroniques, dont la plupart concerneraient les pays à revenu faible ou intermédiaire. Elle préconise une approche intégrée pour la prévention des principales maladies chroniques non transmissibles. Cette approche intégrée est nécessaire car les facteurs de risque sont les mêmes et que ceux-ci appellent des ripostes du même type à tous les niveaux du système de santé. L approche intégrée offre également l avantage d une meilleure rentabilité. * 1

6 ORIENTATIONS GENERALES A QUI S ADRESSE CE GUIDE? Ce guide est destiné à tous les médecins et paramédicaux amenés à recevoir la population générale dans leur pratique quotidienne. Ces agents de santé sont ainsi appelés à promouvoir essentiellement la prévention et le dépistage des facteurs de risque des maladies chroniques non transmissibles. Ce manuel complète le guide de prévention primaire des facteurs de risque des MCNT. Le dépistage précoce de ces facteurs de risque implique une prise en charge précoce, et ce guide répond au besoin de remise à niveau des médecins en la matière. La prise en charge des facteurs de risque intermédiaires dépistés, ainsi que de quelques maladies chroniques les plus fréquemment rencontrées au niveau de nos formations sanitaires fait l objet essentiel de ce guide. 2

7 1. L HTA ESSENTIELLE L HTA est le principal facteur de risque des maladies cardio-cérébro-vasculaires. Les facteurs de risque cardio-vasculaires comprennent : Les facteurs non modifiables suivants : Age > à 55 ans chez l homme > à 65 ans chez la femme Sexe masculin Antécédents familiaux de maladies cardio cérébro vasculaires. Et les facteurs modifiables suivants : HTA Diabète Dyslipidémie Sédentarité Obésité Tabagisme 1.1. DIAGNOSTIQUER L HTA Signes fonctionnels Les signes fonctionnels suivants sont évocateurs du diagnostic d HTA mais ne sont pas spécifiques : Céphalées (occipitales, matinales) ; Acouphènes (= bourdonnement d oreille) ; Phosphènes (= impression de mouches volantes devant les yeux) ; Vertiges ; Epistaxis. Remarque : l HTA peut être asymptomatique et rester méconnue longtemps sans dépistage. Définition de l HTA - En population générale, l HTA se définit par l augmentation de la valeur des chiffres tensionnels : Pression artérielle systolique supérieure ou égale à 140 mmhg et/ou Pression artérielle diastolique supérieure ou égale à 90 mmhg. - Chez le diabétique ou en cas d insuffisance rénale, d AVC, d AIT ou de coronaropathies, l HTA se définit par : Une pression artérielle systolique supérieure ou égale à 130 mmhg et/ou une pression artérielle diastolique supérieure ou égale à 80 mmhg. L HTA est essentielle (sans étiologie) dans 95% des cas et secondaire dans 5% des cas (phéochromocytome, syndrome de Cushing, syndrome de Conn, sténose de l artère rénale, ) IDENTIFIER LE STADE DE L HTA Tableau N 1 : Classification du 7 ème rapport du Joint National Comitee (JNC) Catégorie PAS (mmhg) PAD (mmhg) Normale <120 et <80 Préhypertension 120 à 139 et/ou 80 à 89 HTA stade à 159 et/ou 90 à 99 HTA stade et/ou 100 3

8 1.3. PRENDRE EN CHARGE L HTA ESSENTIELLE La prise en charge de l HTA essentielle est continue et définitive (à vie) L objectif est d atteindre une tension artérielle (OBJECTIF TENSIONNEL) inférieure - à 140/90 mmhg ; - et inférieure à 130/85 mmhg chez les diabétiques ou chez les personnes ayant déjà présenté un AVC. MESURE DE LA P.A. Si Pré-HTA PAS mmhg et / ou PAD mmhg Si HTA stade 1 PAS mmhg et / ou PAD mmhg Si HTA stade 2 PAS 160 mmhg et / ou PAD 100 mmhg MHD (1) + Surveillance TA Si objectif tensionnel atteint MHD (2) pendant 6 mois Si objectif tensionnel non atteint Poursuivre MHD (3) + Surveillance TA tous les 6 mois Débuter traitement médicamenteux + MHD (4) Contrôler TA au bout de 1mois (5) Si objectif tensionnel atteint (6) Continuer + Contrôle tous les 3 mois Si objectif tensionnel non atteint (7) Augmenter la posologie ou changer de classe médicamenteuse ou bithérapie + MHD Contrôler au bout de 1 mois pour évaluer l efficacité du T3 Si objectif atteint Continuer + contrôle tous les 3 mois Si objectif non atteint (8) Référer au Spécialiste Schéma 1 : Arbre décisionnel pour la prise en charge de l HTA essentielle 4

9 INFORMATIONS DE BASE POUR LE PRESTATAIRE (1)ŁLe fait de suivre les MHD permet de faire diminuer les chiffres tensionnels et d éviter évolution vers une HTA. Ł Il faut surveiller la TA tous les 6 mois pour vérifier l efficacité des MHD et pour dépister une éventuelle augmentation des chiffres tensionnels. (2) Le fait de suivre les MHD peut permettre de diminuer les chiffres tensionnels et d éviter la prise de traitement médicamenteux. (3) Il faut poursuivre les MHD pour maintenir la baisse des chiffres tensionnels < 140/90 mmhg. Le fait d arrêter les MHD fait remonter la TA à son niveau initial. (4) Il faut débuter le traitement médicamenteux car les MHD seules n ont pas permis de diminuer les chiffres tensionnels mais il faut poursuivre en même temps les MHD car elles renforcent les effets des médicaments. (5) Il faut contrôler la tension artérielle au bout de 1 mois pour vérifier si l objectif tensionnel est atteint ( TA < 140/90 mmhg). (6) Il faut poursuivre le traitement médicamenteux de façon continue et définitive (à vie) car l arrêt du traitement fera remonter la TA à son niveau initial. Il faut contrôler la TA tous les 3 mois pour vérifier le maintien de la pression artérielle < 140/90 et éventuellement réajuster le traitement en cas de modification (baisse trop importante <90/70 ou remontée > 140/90). (7) Il faut augmenter la posologie des médicaments ou changer de médicament car le traitement précédent n est pas efficace. (8) Il faut référer aux spécialistes pour rechercher les causes de non efficacité de la prise en charge. (9) Dans tous les cas, si possible, effectuer le bilan minimum suivant : glycémie, créatininémie (et/ou azotémie), ionogramme sanguin, cholestérolémie et protéinurie TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX DE L HTA ESSENTIELLE Tableau N 2 : Exemples de médicaments anti-hypertenseurs oraux de première intention CLASSE DCI PRESENTATION POSOLOGIE CONTRE INDICATIONS Diurétiques Hydrochlorothiazide* Comp à 25 mg ½ à 1 comp par jour Inhibiteurs Calciques action prolongée Bêtabloquants Inhibiteurs de Enzyme de Conversion Nifédipine** Nicardipine Aténolol Captopril Comp LP 20 mg Comp 20 mg Comp à 50 mg Comp à 100 mg Comp à 25 mg 5 1 comp 2 fois par jour 1 à 2 comp en une seule prise si poussée hypertensive ½ à 2 comp par jour ½ à 1 comp par jour 1 à 4 comp par jour en 2 prises 1 à 2 comp en une seule prise si poussée hypertensive Bradycardie < 60/mn OAP, suboap Asthme NB : F * le Furosémide n est recommandé qu en l absence d Hydrochlorothiazide F ** la Nifédipine 10 mg n est plus indiquée ni dans le traitement de fond de l HTA, ni dans le traitement de la poussée hypertensive (plus d AMM).

10 PREVENTION SECONDAIRE DE L HTA ESSENTIELLE Le traitement de l HTA essentielle (médicaments et mesures hygiéno-diététiques) est obligatoire, continu et définitif (à vie). L absence de traitement expose le patient à des complications graves (AVC, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, lésions rétiniennes, ). L arrêt du traitement fait remonter la pression artérielle et expose le patient aux mêmes complications graves (effet rebond). Bien éduquer (IEC/CCC) le patient pour une bonne observance thérapeutique : prise quotidienne et à vie PRISE EN CHARGE DE LA POUSSEE HYPERTENSIVE Définition C est une HTA sévère avec PAS 180 mmhg et/ou PAD 110 mmhg. Différents types de poussées hypertensives Il faut distinguer : - la poussée tensionnelle simple : isolée, sans signe de souffrance viscérale. - l urgence hypertensive vraie : avec souffrances viscérales. Les signes de souffrances viscérales peuvent être : Neurologiques : - encéphalopathie hypertensive (céphalées, vomissements, convulsions, confusions, ). - A V C (pour la prise en charge, se référer au protocole correspondant). Cardio-vasculaires : - O A P - Angine de poitrine - Dissection de l aorte Oculaires : - Fond d il stade 3 (hémorragie, exsudat) ou stade 4 ( dème papillaire) - Baisse de l acuité visuelle Rénaux : - Insuffisance rénale aigue Une pré-éclampsie ou une éclampsie chez la femme enceinte. Remarque : Toute poussée hypertensive est à hospitaliser! 6

11 Conduite à tenir devant une poussée hypertensive PAS 180 mmhg et/ou PAD 110 mmhg Avec souffrance viscérale (Urgence hypertensive) Sans souffrance viscérale (HTA Sévère) 1- Commencer le traitement anti-hypertenseur Captopril comprimé 25 mg : 1 à 2 comp en une seule prise ou Nicardipine comprimé 20 mg : 1 à 2 comp en une seule prise (Objectif = réduction de 25% de la TA initiale en 2 h) et 2- Référer : hospitalisation - Surveillance clinique intensive (toutes les 30mn) - Relayer par traitement de fond au plus tard au bout de 5 heures - Repos - Surveillance clinique - Prise T A (toutes les 30mn pendant 2 h) SI PERSISTANCE DE LA POUSSEE HYPERTENSIVE = Anti-hypertenseur oral et à doses progressives (Objectif = réduction de 25% de la TA initiale en 2 h) Schéma 2 : Arbre décisionnel pour la prise en charge d une poussée hypertensive Si troubles de la déglutition ou coma, administrer ces médicaments par sonde naso-gastrique. Attention! Surveillance périodique de la TA chez toute femme sous contraceptifs hormonaux. Chez les femmes à risque (hypertendues), proscrire tout produit oestroprogestatif. 7

12 2. LE DIABETE 2.1. LES DIFFERENTS NIVEAUX DE PREVENTION DU DIABETE Normal Intolérance au glucose = SYNDRÔME X Diabète Complications -Conséquences fonctionnelles -Décès PREVENTION PRIMAIRE PREVENTION SECONDAIRE PREVENTION TERTIAIRE 2.2. DIAGNOSTIQUER UN ETAT DIABETIQUE ORIENTATION : Le diabète peut être évoqué devant les signes cardinaux suivants : POLYURIE (à différencier de la pollakiurie qui est une émission fréquente de petite quantité d urines), POLYDIPSIE, POLYPHAGIE qui contraste avec un amaigrissement, AMAIGRISSEMENT (que l on doit chiffrer = perte de poids en fonction du temps), ASTHENIE ou quand on retrouve des ANTECEDENTS FAMILIAUX ET/OU D AUTRES FACTEURS DE RISQUE (SURTOUT OBESITE, EXCES PONDERAL). CONFIRMATION : La confirmation d un état diabétique est essentiellement d ordre biologique. On parle de diabète devant : - une GLYCEMIE A JEUN à 1,26 g/l (7 mmol/l), à deux reprises ; - une glycémie 2g/l (11 mmol/l) à n importe quel moment de la journée ; - une GLYCOSURIE EFFECTUER LE COUNSELING APPROPRIE AU DIABETIQUE Le counseling pour le diabétique pourrait être mené de la façon suivante : Vous êtes diabétique. Le diabète est héréditaire mais est aussi lié aux modes de vie. Le diabète est un état de santé dû à l hyperglycémie chronique qu on doit équilibrer. Pour commencer votre traitement, on débute toujours par la prescription d un régime hygiéno-diététique. A- Vous devez assurer un apport calorique suffisant en qualité et en quantité selon vos besoins énergétiques a. Réduire et espacer la consommation de sucres rapides tels que les tubercules : pommes de terre, carottes cuites, betteraves, patates douces, taro, manioc, ainsi que des fromages. 8

13 b. Eviter : i. les confiseries, friandises, matières grasses surtout d origine animale, graisses cachées (feuilletés, sauces blanches, crème fraîche, charcuteries) ; ii. le tabac, l alcool, les stupéfiants, les décoctions en raison de leurs effets toxiques potentiels ; iii. le grignotage (caca pigeon, cacahuètes, chips ). c. Consommer des aliments à faible index glucidique : riz, maïs, pâtes, pain, biscotte (selon les quantités conseilléesł voir exemple page 11 et page 17) ; d. Consommer à volonté : les aliments riches en fibres (poireaux, salades, haricots verts, choux, brèdes ) ; e. Manger une portion de fruit pas trop mûr après chaque repas. (Remarque : les «akondro taim-parasy» font partie des fruits trop mûrs.) B- Vous devez surveiller régulièrement : a. Vos pieds : i. couper périodiquement les ongles ; ii. bien laver les pieds avec du savon et une éponge pour éviter les égratignures ; éviter l utilisation de pierre, épi de maïs ou de brosse rigide ; bien rincer et bien sécher surtout entre les orteils ; iii. porter des chaussures bien adaptées et souples, sans aspérités ; iv. vérifier tous les soirs l intégrité de vos pieds. b. Vos yeux, car vous pouvez présenter des troubles visuels à type de flou visuel, diplopie, ou de douleurs oculaires. C- Vous devez pratiquer régulièrement des exercices physiques pour améliorer votre circulation sanguine et l action de votre insuline. La marche à pied est le meilleur exercice physique pour le diabétique. Vous devez marcher au moins 30mn tous les jours, mais vous devez vous arrêter dès que vous êtes essoufflé (au point de ne pouvoir ni parler ni discuter en marchant) ou si vous ressentez une douleur dans le mollet. 9

14 2.4. RESUME DE LA PRISE EN CHARGE DU DIABETE AU NIVEAU DES FORMATIONS SANITAIRES DE BASE Le dépistage du diabète ne doit pas être systématique comme pour l HTA. Seront dépistées les personnes qui présentent les signes cardinaux, qui ont des ATCD familiaux, et/ou qui présentent les facteurs de risque comme mentionnés dans le tableau ci-dessous. ATCD = famille diabétique ATCD = accouchement d un gros bébé 4 Kg Prise de contraceptif Excès pondéral ou Obésité H.T.A. Prise de poids 10Kg chez une femme enceinte - Syndrome polyuropolydypsique - Asthénie - Amaigrissement - Polyphagie Asthénie inexpliquée (+) Rechercher une GLUCOSURIE (-) Prise en charge et IEC : - HTA - Surcharge pondérale Infections récidivantes ou traînantes Baisse de l acuité visuelle - AVC - Infarctus du myocarde - Gangrène - Endocrinopathies - Tumeurs malignes Faire ou demander la GLYCÉMIE Diabète (+) 1,26 g/l (à jeun) Ou 2 g/l (à toute heure) (+) (-) Surveillance périodique des paramètres (TA + Poids) Diabète (-) < 1,26 g/l (à jeun) ou 7mmol/l (1) (2) 1) IEC 2) Référer vers CHRR/CHU et/ou Centre spécialisé (type AMADIA) pour - prise en charge - et recherche d autres facteurs de risque vasculaires biologiques (Uricémie, Créatinémie, Bilan lipidique, Albuminurie ) Référer pour recherche d autres causes (3) Schéma 3 : Arbre décisionnel pour le dépistage du Diabète sucré et sa prise en charge 10

15 2.5. TRAITEMENT DU DIABETE (pour le suivi des diabétiques déjà sous traitement ou au cas où la référence est impossible) Le traitement est à vie, et conseiller aux malades d adhérer l association des malades diabétiques (AMADIA) OBJECTIFS Equilibrer le diabète par la normo glycémie pour prévenir l apparition des complications dégénératives et métaboliques. Maintenir une PAS < 130mmHg et une PAD < 80mmHg. Convaincre le patient de la nécessité de combiner mesures hygiéno-diététiques et activités physiques quotidiennes, et d adhérer à un suivi médical continu MOYENS a) Mesures hygiéno-diététiques et activités physiques F Marche à pied 1 heure/jour tous les jours de la semaine. F Conseils de chaussage : chaussures souples, bouts carrés ou arrondis, chaussettes basses. F Régime alimentaire équilibré (glucides 55 %, lipides 30 %, protides 12%). Eviter autant que possible le manioc. { Les céréales complètes (riz rouge) constituent le meilleur aliment pour le diabétique tout en respectant les apports caloriques mentionnés ci-dessous. { Les sucres rapides isolés (bonbons, sucreries, jus sucrés, ) pourront être pris en fin de repas. { Il faut faire maigrir les obèses, avec pesée une fois par mois. { Le diabétique doit avoir un poids inférieur au poids idéal donné par la formule de Lorentz : Poids idéal (kg) = [Taille (en cm) 100] Taille (en cm) (homme) ou 2 (femme) On parle de : F excès de poids, à partir de 10 à 20% au-dessus du poids idéal ; F obésité moyenne, de 20 à 50% au-dessus du poids idéal ; F grande obésité, à partir de 50% au-dessus du poids idéal. Exemples de régime: a- Pour un diabétique obèse : réduire de 1/3 les apports caloriques (ou régime à 1400 Cal/j) a. Matin : Riz «sosoa» 12 c-à-s + «Laoka» + Lait écrémé b. Midi : Riz 6 c-à-s + «Laoka» + 1 fruit c. Soir : Riz «sosoa» 12 c-à-s + «Laoka» + 1 fruit b- Pour un diabétique de poids normal : régime à Cal a. Matin : Riz «sosoa» c-à-s + «Laoka» + Produit laitier b. Midi : Riz 8-10 c-à-s + «Laoka» + 1 fruit c. Soir : Riz «sosoa» c-à-s + «Laoka» + 1 fruit 11

16 b) Traitement médicamenteux b.1- Traitement du diabète de type 1 : Le traitement du diabète de type 1 relève de l insuline à vie. Chez tout enfant ou jeune dépisté, insulinothérapie d emblée (à référer). F En début de traitement : référer dans un service spécialisé. F Surveiller les malades contre référés sous insulinothérapie, conformément aux recommandations des spécialistes. F Sinon, suivre le protocole proposé ci-après. Tableau N 3 : Types d insuline (à conserver dans un endroit frais 4-20 C) INSULINE Délai d action Durée d action Nombre d injections Rapide (ordinaire) 15 30mn 4 6 heures 3 4 fois/j Semi lente 1h30 2 heures heures 2 fois/j Lente 2 3 heures 24 heures 1 fois/j Technique d injection : En sous-cutané perpendiculaire à la peau avec des seringues spéciales 40 ou 100 unités suivant les concentrations «inscrites sur les flacons d insuline». Il faut changer de point d injection à chaque piqûre. Dose habituelle : Toujours commencer par des doses faibles car l hypoglycémie est fatale : 0,3 unité / kg FInsuline semi-lente en 2 injections/jour (matin et soir) ou FInsuline rapide en 3 injections/jour. F EN CAS D ACIDO-CETOSE (avec ou sans coma), référer d urgence après injection de 10 unités d insuline rapide en sous-cutané, renouvelable toutes les 6 heures, avec surveillance des autres signes comme la déshydratation et l hypoglycémie. F La recherche et le traitement d un FACTEUR DE DECOMPENSATION comme une diarrhée, une infection, un paludisme est de règle. F SURVEILLANCE PAR LA GLYCEMIE AU DOIGT (BM test glycémie à lecture directe, glucomètre) ou au laboratoire. F EVITER LES HYPOGLYCEMIES qui peuvent être mortelles. Conseiller au diabétique de toujours avoir un paquet de biscuit en poche. Reconnaître les signes d hypoglycémie : sueurs, malaises, tremblements, palpitations, troubles du comportement ). b.2- Traitement du diabète de type 2 On utilise surtout 2 types de médicaments associés au régime : FBiguanides (Metformine) ou apparentés (Madéglucyl) 1 à 3cp/jour. FSulfamides hypoglycémiants : Glibenclamide comprimé de 1,25mg à 5mg (doses progressives de ¼ de comprimé à 3 comprimés par jour), attention aux hypoglycémies. Contre-indications des 2 médicaments : I acidocétose, I insuffisances rénale ou hépatique sévère, I grossesse, I toute situation pouvant engendrer une hypoxie (AVC, infarctus, artérites des membres inférieurs, ). 12

17 B = Biguanide ou madéglucyl S = Sulfamide hypoglycémiant Schéma 4 : Arbre décisionnel pour le traitement du Diabète Type 2 13

18 A TITRE D INFORMATION : F Le bilan standard de tout diabétique comporte au départ et tous les ans : FO, mise en état de la bouche, ECG, Créatininémie, Uricémie, Triglycéridémie, Cholestérolémie, ECBU, Hémoglobine glyquée, Albuminurie. F Dans le diabète de type 2, il est recommandé de rechercher les autres perturbations métaboliques telles que : dyslipidémie, HTA, obésité, hyperuricémie (goutte). F Dans sa prise en charge, il faut rechercher l équilibre du diabète par le trépied : Activité physique Régime hygiéno diététique Observance thérapeutique 14

19 3. L OBESITE L obésité se définit par la découverte d un indice de masse corporelle supérieur à 30 (IMC>30Kg/m 2 ). Elle est dite centrale quand le périmètre abdominal est supérieur à 102cm chez l homme ou 88cm chez la femme. 1) RECONNAITRE L OBESITE A L INSPECTION 2) CONFIRMER A L AIDE DES PARAMETRES SYSTEMATIQUES : - Pesée - Taille - Calculer l Indice de Masse Corporelle (IMC) IMC = Poids (Kg) / Taille 2 (m 2 ) - Mensuration du périmètre abdominal POIDS NORMAL 19 < IMC < 24,9 SURCHARGE PONDERALE 25 < IMC < 29,9 OBESITE IMC 30 Alcool Sédentarité Tabac HTA GLYCEMIE < 1,26 g/l (à jeun) > 1,26 g/l (à jeun) ou > 2g/l (à toute heure) (par 2 fois) Counseling + MHD (2) Cf Arbre décisionnel HTA Counseling + MHD Cf Arbre Décisionnel Diabète Sucré Référer pour bilan : Uricémie, Cholestérolémie, Triglycérides, Créatininémie, Protéinurie ) + Prise en charge (3) Schéma 5 : Arbre décisionnel 15 pour la prise en charge de l obésité

20 3.1. COMMENT RECONNAÎTRE L OBESITE? Par l inspection, en fonction de la répartition topographique de la masse adipeuse (graisse), on distingue plusieurs types d obésité : F Obésité androïde (= obésité centrale ou pléthorique) : la graisse se voit préférentiellement au niveau de la nuque, du cou, du thorax, et surtout dans la partie supérieure de l abdomen. Les complications sont métaboliques : HTA, diabète, goutte et hyperlipidémies. F Obésité gynoïde où la graisse prédomine au niveau de la moitié inférieure du corps : cuisses et membres inférieurs, région abdomino-périnéale. On retrouve des troubles mécaniques et de la circulation veineuse comme les varices, l dème malléolaire. F Obésité diffuse : association des 2 types d obésité précédents. F Obésité dystrophique où la graisse s accumule au niveau du cou et de la ceinture scapulaire, évoquant un aspect pseudo athlétique. Elle s observe essentiellement chez les éthyliques ayant des complications tuberculeuses. 3.2 CONFIRMER L OBESITE PAR LE CALCUL DE L IMC ET LA MENSURATION DU PERIMETRE ABDOMINAL 3.3. EFFECTUER UNE ENQUETE NUTRITIONNELLE Evaluer en grammes les apports journaliers EFFECTUER LE COUNSELING APPROPRIE (1) Vous avez un poids normal mais votre périmètre abdominal dépasse les normes et vous classe parmi les personnes à risque susceptibles de présenter une maladie cardiovasculaire et/ou un diabète. Pour prévenir cela, vous devez suivre un régime alimentaire afin de diminuer votre périmètre abdominal. (2) Vous présentez une surcharge pondérale, qui vous expose aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à leurs complications telles que les arthropathies (gonalgie, dorsalgie, lombalgie ). Pour prévenir cela, vous devez suivre un régime alimentaire afin de diminuer votre poids. (3) Vous êtes obèse, votre état nécessite des investigations approfondies à la recherche de complications et d éventuelles causes pouvant nécessiter un traitement particulier. RECOMMANDER LES PRINCIPES DE BASE POUR REDUIRE SON POIDS a. Réduire la consommation de sucres rapides tels que les tubercules : pommes de terre, carottes cuites, betteraves, patates douces, taro, manioc. b. Eviter : F les confiseries, friandises, matières grasses surtout d origine animale, graisses cachées (feuilletés, sauces blanches, crème fraîche, charcuteries, ainsi que les fromages ayant plus de 20% de matières grasses) ; F le tabac, l alcool, les stupéfiants, les décoctions en raison de leurs effets toxiques potentiels ; F le grignotage entre les trois principaux repas (caca pigeon, cacahuètes, chips ). c. Consommer des aliments à faible index glucidique : riz, maïs, pâtes, fruits (selon les quantités conseillées). d. Consommer à volonté les aliments riches en fibres (poireaux, salades, haricots verts, choux, brèdes ). e. Pratiquer régulièrement des exercices physiques pour faire diminuer le périmètre abdominal et améliorer la circulation sanguine (marche à pied, natation ). 16

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ESSENTIELLE (A. BAGLIN)

HYPERTENSION ARTERIELLE ESSENTIELLE (A. BAGLIN) HYPERTENSION ARTERIELLE ESSENTIELLE (A. BAGLIN) L hypertension artérielle (H.T.A.) permanente, anomalie très fréquente, augmente nettement, chez le sujet qui en est atteint, le risque de complications

Plus en détail

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1

EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 www.projetbecool.fr.nf D02 EPREUVE DE DOSSIERS partie numéro 1 DOSSIER N 2 ENONCE Un homme de 65 ans consulte pour une baisse brutale de la vision de l'œil droit lors d'une quinte de toux en relation avec

Plus en détail

PATIENT DIABÉTIQUE CARNET DE SUIVI

PATIENT DIABÉTIQUE CARNET DE SUIVI PATIENT DIABÉTIQUE CARNET DE SUIVI ? Vous avez besoin de conseils sur la manipulation de vos stylos injecteurs d insuline ou sur votre lecteur de glycémie Sanofi Diabète? Des outils à votre service pour

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux -

Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral. - Aspects médicaux - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE CLINIQUE Prise en charge initiale des patients adultes atteints d accident vasculaire cérébral - Aspects médicaux - Synthèse des recommandations SEPTEMBRE 2002 Service

Plus en détail

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%.

Fréquence : Le diabète gestationnel est présent chez 3-5% des grossesses alors que le diabète préexistant ne représente 0.5-1%. N.S DIABETE ET GROSSESSE Introduction : Ce chapitre se consacre à étudier: La grossesse chez une diabétique connue, insulinodépendante (DID) ou non (DNID); Le diabète gestationnel qui apparaît au cours

Plus en détail

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours

DIABETE ET RAMADAN. Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours DIABETE ET RAMADAN Dr Farad-Bensenouci Samia Service médecine interne CHU Tours INTRODUCTION L un des 5 piliers de l Islam ~ 1,5 milliards de musulmans Ramadan 9ème mois du calendrier lunaire Période de

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE

HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE HTA : que faire? Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Prise en charge HTA 5 objectifs Faire le diagnostic Identifier les HTA secondaires Evaluer

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION Document réalisé par des médecins et infirmières du travail de l AIST 84, médecin préventionniste et diététicienne, du centre d examen de santé CPAM 84, éducateur pour la santé du Codes 84. Avec le soutien

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON

Mlle D. est essoufflée. Pierre-Antoine ODDON Mlle D. est essoufflée Pierre-Antoine ODDON ses études. Elle vient vous consulter car, depuis son arrivée, elle se sent parfois essoufflée et elle voudrait bien que vous calmiez cette maudite toux qui

Plus en détail

Symptômes Sensation de soif accrue Besoin d uriner plus souvent Fatigue. Signes de glycémie très élevée (acidocétose)

Symptômes Sensation de soif accrue Besoin d uriner plus souvent Fatigue. Signes de glycémie très élevée (acidocétose) 50878-FRE:50878-FRE 6/12/08 10:24 AM Page 4 Hyperglycémie et hypoglycémie Il suffit d un changement de santé, d alimentation, d activité physique ou de médicament pour faire monter ou baisser la glycémie.

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

L OBESITE Sommet de l iceberg!

L OBESITE Sommet de l iceberg! L OBESITE Sommet de l iceberg! Docteur Patrick Van Alphen Médecine et Psychologie de l Obésité Clinique du Poids Idéal CHU Saint-Pierre Depuis quelques dizaines d années : Augmentation de la graisse dans

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Cas clinique cancer du poumon

Cas clinique cancer du poumon 10 e Forum National de l Omnipraticien El Hamma, Alger 21 & 22 Mai 2014 Cas clinique cancer du poumon Dr F.Ait Daoud Pr.H.Mahfouf SOMUR.EPH ROUIBA Homme 59 ans, sans antécédents pathologiques particuliers,

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population.

Au niveau mondial, l asthme, tous pays confondus, frappe 5% de la population. Université de Batna Faculté de médecine de Batna Cours de 4 ème Année Module de Pneumologie www.aurespneumo.com Dr Djenfi - 2012 I. Définition : L asthme est un désordre inflammatoire chronique des voies

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT

3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT 3 - PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE (CRISE ET FOND) ET ORIENTATION DU PATIENT DIFFÉRENTES CLASSES THÉRAPEUTIQUES ET LEURS RÔLES RESPECTIFS Component 4 : Asthma Management and Prevention Program DÉFINITION

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Diabète de type 1: Quelles sont les causes du diabète de type 1?

Diabète de type 1: Quelles sont les causes du diabète de type 1? Diabète de type 1: Pour familles et amis Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque chose va mal

Plus en détail

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77

Bienvenue! Coordonnées : Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Docteur Christophe ROBIN 37, avenue Maréchal Foch 64100 BAYONNE Tél. : 05 59 59 71 77 Bienvenue! Je vous propose de préparer notre premier entretien en voulant bien répondre au questionnaire ci-dessous,

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE-NUTRITION DIABETOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Unité d'education du Diabète Unité de soins : 03.82.55.89.35 Secrétariat : 03.82.55.89.22 FAX : 03.82.55.89.18 PETIT LEXIQUE DU DIABETIQUE

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs

La pré-éclampsie. Explications et conseils préventifs La pré-éclampsie Explications et conseils préventifs Introduction Quel objectif? Vous avez souffert d une pré-éclampsie lors de votre grossesse. Ce livret a pour but de vous aider à comprendre ce qu il

Plus en détail

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir

La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Société Française de Médecine du travail La BPCO en milieu professionnel Quelques clés pour agir Ce qu est la BPCO Une maladie chronique inflammatoire des bronches due au tabac mais aussi à certaines expositions

Plus en détail

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements

Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements 1 à 20 H 30 au Muséum Mercredi 18 avril 2007 L asthme : maladie du monde moderne, origine et traitements Sous l'égide du Comité orléanais de la Fondation pour la Recherche Médicale Avec : - Isabelle COUILLIN,

Plus en détail

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002

Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 DIABÈTE GESTATIONNEL Proposition de procédure de prise en charge Résumé des interventions de la soirée du 17 Novembre 2002 Qui dépister? Un dépistage universel doit être optimalement proposé entre 24 et

Plus en détail

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir

Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Deuxième Rencontre de Pneumologie du Sud Est Gabès le 05 juin 2010 Dr Aloulou Samir Introduction Les habitudes alimentaires et le mode de vie sont fortement impliquées dans l augmentation d incidence de

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang,

I. Qu est-ce que c est? plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète Le diabète est une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang, Le diabète I. Qu est-ce que c est? On a tous déjà entendu parler du diabète, sans savoir exactement de quoi il s agit. Pourtant, en France, on estime que plus de 3,7 millions de personnes ont du diabète,

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament Encadré ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NALADOR 500 microgrammes, lyophilisat pour usage parentéral Sulprostone Veuillez lire attentivement l'intégralité de

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive

Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Insuffisance respiratoire chronique grave de l adulte secondaire à une bronchopneumopathie chronique obstructive Juin 2014 CHRONIQUE GRAVE DE L ADULTE SECONDAIRE

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

Dr Mounir Gazzah. Mise à jour 2015

Dr Mounir Gazzah. Mise à jour 2015 Les urgences hypertensives Dr Mounir Gazzah Mise à jour 2015 Cas N 1 Femme obèse, 52 ans HTA chronique sous traitement Consultation de routine : TA 19/11 Adressée par son médecin aux urgences pour «Pic

Plus en détail

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION LIVRET DE PREVENTION Femmes, prenez soin de votre cœur! TOUT SAVOIR SUR LA SANTE DU CŒUR DES FEMMES, par la Fondation Cœur et Artères, reconnue d utilité publique Introduction Ce livret s adresse à toutes

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte

Dossier progressif. Unité d enseignement 11. 354 Détresse respiratoire aiguë de l'adulte Dossier progressif Unité d enseignement 7 Unité d enseignement 10 Unité d enseignement 11 Item Inflammation - Immunopathologie 182. Hypersensibilités et allergies chez l'enfant et l'adulte 184. Hypersensibilités

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Santé et activité physique

Santé et activité physique Santé et activité physique J.P. Brackman médecin du sport P. Bruzac-Escanes diététicienne F. Saint Pierre biostatisticien Support d une conférence donnée à l auditorium de Balma le 16 juin 2006 Objectifs

Plus en détail

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE SOMMAIRE 1. Qu est ce qu un(e) diététicien(ne)? 2. Présentation des familles d aliments 3. Les différents nutriments 4. Les diverses associations alimentaires a/ L équilibre

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2

Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2 Janvier 2013 Recommandation de bonne pratique Service des bonnes pratiques professionnelles Service évaluation économique et santé publique

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte

Dossier Progressif. 201. Hémoptysie 203- Opacités et masses intra thoraciques chez l'enfant et l'adulte Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme

La déshydratation. Eau est indispensable à la vie, est le principal constituant de notre organisme La déshydratation 1. définition Perte excessive de la teneur en eau de l organisme Déficit du volume liquidien par déséquilibre du bilan hydrosodé 2. mécanismes et causes a. mécanisme Eau est indispensable

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Dossier. Question 1. Que répondez-vous à la question de ce patient? Question 2. Quelles complications éventuelles d un diabète recherchez-vous?

Dossier. Question 1. Que répondez-vous à la question de ce patient? Question 2. Quelles complications éventuelles d un diabète recherchez-vous? Dossier 1 M. R., 55 ans, fumeur, ne prenant aucun traitement jusqu à présent, vous consulte car le médecin du travail lui a découvert, ce matin même, une glycémie à jeun à 1,3 g/l (8 mmol/l). Il est inquiet

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville

L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville L alimentation peut-elle prévenir le diabète? ZITO François Unité diététique Groupement des Hôpitaux de Thionville CHR Metz-Thionville Sommaire Le sens des mots Les études sur la prévention du diabète

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé!

Vous pouvez choisir d agir. et d être efficace pour votre santé! plaquette ok:mise en page 1 31/03/10 17:39 Page 1 la microalbuminurie Vous pouvez choisir d agir et d être efficace pour votre santé. Une valeur élevée de votre microalbuminurie vient de vous être annoncée

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Prévenir l aggravation de la maladie 2. Éviter l apparition de nouvelles sensibilisations à d autres allergènes (allergie

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE

PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE PRISE EN CHARGE SECOURISTE DE L HYPOGLYCEMIE Prise en charge préhospitalière d un patient en hypoglycémie par des équipages d ambulances hors présence médicale ou paramédicale. V 1.1 Fabian Thomas INTRODUCTION

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN

LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN LA RATION ET L EQUILIBRE ALIMENTAIRE QUOTIDIEN Par le Dr Mourad BRAHIMI, médecin du travail au CMB Je vais vous parler aujourd hui de ce que nous devons manger tous les jours et en quelle quantité pour

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail