Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple"

Transcription

1 Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises La banque en ligne et le protocole TLS : exemple 1

2 Introduction Définition du protocole TLS Transport Layer Security (TLS), peut se traduire littéralement par «sécurisation de la couche transport». Il s agit d un protocole de sécurisation des échanges de données sur Internet reposant sur un procédé de cryptographie par clef publique. Son principe consiste à établir un canal de communication sécurisé chiffré entre deux machines (client et serveur) après une étape d'authentification Le cryptage est réalisé à la fois par un chiffrement asymétrique 1, qui permet l authentification, et par un chiffrement symétrique 2, plus léger, qui assure la transmission des données. Le cryptage asymétrique est en effet assez exigeant en terme de puissance de calcul, et donc assez lent en comparaison au cryptage symétrique. Les algorithmes à clé publique sont environ 1000 fois plus lents que les algorithmes à clé secrète, ce qui rend leur usage trop lourd pour assurer la confidentialité d échanges volumineux. En pratique, l utilisation des deux technologies est combinée : la cryptographie à clé publique sert à échanger une clé secrète, valable la durée de la session. En outre, pour garantir que les données transmises ne sont pas corrompues, on emploie généralement une fonction de hachage. Définition de la banque en ligne La banque en ligne désigne l'ensemble des services bancaires assurés par voie électronique. «Les services de banque en ligne se sont considérablement développés. Ils permettent désormais aux particuliers de consulter leurs comptes bancaires, effectuer des virements, commander des chéquiers, simuler des propositions de crédit, etc. Cette nouvelle manière d envisager la relation bancaire n est pas sans susciter de nouvelles interrogations de la part des internautes sur la protection de leurs données personnelles (sécurité des échanges d information, collecte de nouvelles données, modalités d information des personnes, prospection par voie électronique, etc.).» 3 Les origines du protocole TLS : de Netscape à l IETF 1 Au moyen, par exemple, de l algorithme de chiffrement RSA. Le RSA est un algorithme asymétrique de cryptographie à clé publique, présenté en 1977 par Ron Rivest, Adi Shamir et Len Adleman, d'où le sigle RSA. 2 Le DES (Data Encryption Standard) par exemple. Le DES est une méthode de chiffrement utilisant des clés de 56 bits. 3 «Opération Audit de la banque en ligne», étude réalisée par la CNIL au 1 er semestre 2005, p.2. 2

3 Le protocole TLS succède au système Secure Sockets Layer 4 (SSL), développé à l'origine par la société Netscape Communications Corporation en collaboration avec Mastercard et Bank of America, pour le navigateur Netscape Communicator. La dernière version de SSL, qui demeure utilisée, est SSL v3.0. Le SSL, dont le brevet a été racheté à Netscape par l IETF 5, a évolué vers un nouveau protocole : Transport Layer Security (TLS). Un groupe de travail issu de l'ietf a permis la normalisation du protocole TLS version 1.0 dès 1999, au moyen de la RFC D un protocole propriétaire, le SSL a ainsi évolué vers une norme officielle sous la forme du TLS. Dans une certaine mesure, TLS constitue également une nouvelle version de SSL, et les dernières évolutions apportées aux protocoles de sécurisation se font désormais sur le TLS. Ainsi, le cryptage AES 7 peut être utilisé comme algorithme symétrique après la négociation TLS. Il y a assez peu de différence entre la dernière version de SSL (v3.0) et la version 1.0 de TLS, mais ces deux protocoles demeurent incompatibles. Heureusement, la plupart des serveurs et des navigateurs web permettent d utiliser l un ou l autre des deux protocoles. En effet, les mises en oeuvre de TLS acceptent de basculer vers SSL v3.0 quand le partenaire ne supporte pas TLS, au moyen d un mécanisme alternatif de compatibilité. Au titre des différences entre les deux protocoles, il convient de noter celle affectant la génération des clés symétriques. TLS est plus sécurisé que SSL en la matière, dans la mesure où aucune étape de son algorithme ne repose uniquement sur MD5 8. Il a en effet été reproché à ce dernier de présenter quelques faiblesses en cryptanalyse. Il convient de noter que, par un abus de langage, SSL et TLS sont souvent assimilés pour être communément désignés sous le vocable global «SSL». Dans cet étude, nous les distinguerons néanmoins les deux protocoles, l un tendant à remplacer l autre. 4 Secure Sockets Layers se traduit littéralement par «couches de sockets sécurisée». 5 L IETF, Internet Engineering Task Force, est un groupe international informel ouvert à tout individu, qui participe à l'élaboration de standards pour Internet. L'IETF produit la plupart des nouveaux standards d'internet. 6 Request For Comment : ensemble de documents de référence rédigés et proposés par des experts techniques, décrivant les différents standards et normes en usage sur Internet. 7 L AES (Advanced Encryption Standard), est un algorithme de chiffrement symétrique, également appelé Rijndael, du nom de ses deux concepteurs Joan Daemen et Vincent Rijmen. Ses clés peuvent atteindre 256 bits. 8 L'algorithme MD5, pour «Message Digest 5», est une fonction de hachage cryptographique très populaire, qui permet d'obtenir pour chaque message une empreinte numérique (séquence de 128 bits ou 32 caractères en notation hexadécimale) avec une probabilité très forte que, pour deux messages différents, leurs empreintes soient différentes. 3

4 Quant aux textes de référence du protocole TLS, il convient de citer le premier d entre eux est la RFC 2246, issu d un groupe de travail de l IETF et publié en Cette RFC est le texte de naissance du protocole. Par la suite, ont notamment été élaborées la RFC 2818 (relative au HTTP sur TLS) et la RFC 3268 (relative à l utilisation du système de chiffrement AES pour TLS). Les objectifs du protocole TLS : la sécurisation des échanges de données sur Internet Avec le développement d'internet, de nombreuses sociétés commerciales proposent des achats en ligne pour les particuliers. Une des meilleures manières de sécuriser les paiements par cartes bancaires est d'utiliser des protocoles d'authentification et de chiffrement tels que TLS. La session chiffrée est ainsi généralement utilisée, notamment lors de l'envoi du numéro de carte bancaire. TLS fonctionne entre un client et un serveur. I est destiné à remplir quatre objectifs de sécurité : - l'authentification du serveur - la confidentialité des données échangées - l'intégrité de ces données - de manière optionnelle et depuis la version 3.0 de SSL, l'authentification du client au moyen de certificats. Le fonctionnement du protocole TLS : une certaine souplesse, à partir d un modèle rigide Le SSL comme le TLS ont pour but de permettre l établissement d un «tunnel» sécurisé entre l utilisateur et le serveur Web afin de sécuriser leurs échanges. Dans une première phase, un cryptage asymétrique permet à l utilisateur et au serveur de s échanger une clé de cryptage symétrique. Par la suite, tous leurs échanges sont cryptés avec cette clé symétrique : le tunnel sécurisé est en place. A partir de ce mécanisme qui peut paraître assez rigide et rudimentaire, le protocole TLS permet néanmoins la mise en œuvre de procédés plus élaborés : - Si l utilisateur en dispose, il peut envoyer son certificat de sécurité au site lors de la négociation. 4

5 - Le protocole SSL peut être utilisé pour sécuriser n importe quel protocole reposant sur TCP, tels FTP 9 (FTPS), SMTP 10 (SMTPS), POP3 11 (POP3S)... Le protocole SSL est en effet indépendant du protocole transport utilisé, ce qui signifie qu'il peut aussi bien sécuriser des transactions faites sur le Web par le protocole HTTP que des connexions via d autres protocoles. En effet, TLS agit comme une couche supplémentaire, située entre la couche application et la couche transport, et permet d'assurer la sécurité des données. - Lors de la négociation, tout type d algorithme de cryptage symétrique peut en principe être négocié entre l utilisateur et le serveur. - Un algorithme de compression peut être utilisé pour réduire la taille des données passant par le tunnel. La sécurisation des transactions par TLS est basée sur un échange de clés entre client et serveur. Le protocole TLS est en effet constitué de deux sous-protocoles : le protocole TLS Handshake et le protocole TLS Record. Le protocole TLS Handshake permet d'authentifier les deux parties, de leur permettre de négocier les algorithmes et les clés de session, tandis que le protocole TLS Record a pour but de chiffrer les connexions avec un algorithme symétrique et de vérifier leur intégrité. L échange se réalise en plusieurs étapes, quasi instantanées pour l utilisateur : - Le client se connecte au site sécurisé par TLS et lui demande de s'authentifier au moyen d un certificat. Il envoie également la liste des systèmes de cryptage qu'il supporte, triée par ordre décroissant selon la longueur des clés. - Le serveur hébergeant le site reçoit la requête du client, auquel il envoie un certificat contenant la clé publique du serveur du site signée par une autorité de certification (cf infra). Il renvoie également la référence du système de cryptage avec lequel le client est compatible, en choisissant le système commun ayant la plus grande longueur de clé. - Le client vérifie ensuite la validité du certificat, puis crée de manière aléatoire une clé secrète. Il chiffre cette clé secrète à l'aide de la clé publique du serveur, puis envoie à ce dernier la clé résultant de cette manipulation : la «clé de session». 9 Le FTP (File Transfer Protocol) est un protocole de communication dédié à l'échange de fichiers sur un réseau TCP/IP. Il permet notamment, depuis un ordinateur, de copier des fichiers depuis ou vers un autre ordinateur du réseau. 10 Le SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) est un protocole de communication utilisé pour transférer le courrier électronique vers les serveurs de messagerie électronique. 11 Le POP3 (Post Office Protocol Version 3) est un protocole permettant de récupérer les courriers électroniques situés sur un serveur de messagerie électronique. 5

6 - Le serveur est en mesure de déchiffrer la clé de session avec sa clé privée. Ainsi, client et serveur sont en possession d'une clé commune qu ils sont seuls à connaître. Les transactions peuvent dès lors être réalisées, au moyen de la clé de session, ce qui garantit en principe l'intégrité et la confidentialité des données échangées. Cette première phase s appelle le handshake, ou «poignée de main». Elle permet d échanger de façon confidentielle la clé qui permettra de crypter les échanges de données, au cours de la seconde phase. - Dans la seconde phase, les données sont échangées entre le client et le serveur, au moyen du sous protocole Record. L utilisation du protocole TLS par les banques en ligne : l exemple de la BNP Paribas Du côté du client La plupart des navigateurs affichent un cadenas fermé en bas de la fenêtre du programme, lors de la connexion à un site sécurisé par TLS (Mozilla Firefox, Microsoft Internet Explorer...). En outre, les serveurs web sécurisés par SSL ou TLS sont identifiés par une URL commençant par HTTPS, «s» signifiant secured (sécurisé). Internet Explorer Mozilla Il convient de noter que SSL est «transparent» pour l'utilisateur, qui n a aucune manipulation à effectuer pour l utiliser et peut aller jusqu à ignorer qu il l utilise. Les données sont envoyées chiffrées, sans intervention de l utilisateur. Du côté de la banque L implémentation de SSL ou de TLS au sein des navigateurs Internet et des serveurs web actuels du marché fait de HTTPS le protocole de sécurisation standard des transactions bancaires. Le protocole est en effet présent dans le code des navigateurs Internet Explorer et Netscape Communicator, et dans les principaux serveurs HTTP (Iplanet, Microsoft IIS, Lotus et Apache). 6

7 Les banques désireuses de réaliser des opérations en ligne achètent le plus souvent un certificat pour leurs serveurs, afin que l ensemble des internautes puissent authentifier ce dernier de manière sûre et participer à des échanges chiffrés. Les banques emploient essentiellement les certificats proposés par la société Verisign. L exemple de la BNP L'adresse de l'espace sécurisé de bnpparibas.net est https://www.secure.bnpparibas.net/. Le site repose sur le protocole SSL 128 bits, lequel correspond au niveau de chiffrement le plus élevé permis par les autorités françaises 12. Le client doit tout d abord, d après les recommandations de la banque, s assurer qu il est bien connecté à l espace sécurisé de bnpparibas.net. Il doit notamment s assurer qu il a bien saisi l adresse exacte de bnpparibas.net dans la barre d adresse de son navigateur Internet (ou à partir de ses favoris, si l adresse a été enregistrée au préalable une fois le certificat de sécurité vérifié). Au contraire, le client ne doit jamais accéder à bnpparibas.net depuis un lien envoyé dans un ou figurant sur un site Internet non identifié. Il existe en effet un risque important de phishing. Afin de pouvoir récupérer les données de leurs victimes et de les utiliser, les fraudeurs envoient en effet des s, en se faisant passer pour la banque de ces victimes et en les incitant à consulter un site indûment présenté comme le véritable site de cette banque. Cette usurpation d'identité ou «spoofing» s accompagne en effet souvent d'une fraude, but de la manœuvre frauduleuse, et qui vise à récupérer certaines informations confidentielles telles que les codes secrets de connexion. Cette fraude est communément désignée sous le nom de «phishing», déformation de fishing («pêche»). Pour prévenir de telles atteintes, les banques recommandent à leurs clients de vérifier systématiquement l identité de l émetteur de l . Toutefois, il convient de remarquer que l identité de l émetteur peut aisément être maquillée pour ressembler, à s y méprendre, à l identité véritable de la banque. En tout état de cause, les clients sont invités à ne pas suivre les liens insérés dans les s, et à ne se connecter aux sites bancaires qu en tapant l url exacte du site dans la barre 12 La fourniture et l usage des algorithmes de chiffrement sont en effet réglementés : les textes de lois en vigueur sont les décrets , et l arrêté du 17 mars Ils limitent la taille des clés suivant le type d usage. En France, c est la DCSSI (Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d Information) qui attribue les autorisations d utilisation de produits de chiffrement. 7

8 d adresse du navigateur Internet. La vérification du certificat de sécurité permet également de s assurer, en principe, de la fiabilité du site, dans les conditions suivantes. Le client doit ensuite vérifier le certificat de sécurité Les propriétés du site doivent notamment faire figurer l indication du protocole utilisé par le site : SSL 3.0 ou TLS 1.0, avec cryptage en 128 bits. Le site fonctionne avec les navigateurs dotés de la version 2.0 du protocole SSL ou d'un cryptage de 40 bits seulement, mais la banque recommande à ses clients de mettre à jour leurs navigateurs Internet. Ensuite, le certificat de sécurité (rubrique «certificats») doit mentionner les informations suivantes : - Délivré à : - Délivré par : Secure Server Certification Authority 8

9 Le "chemin d'accès de certification" doit mentionner : - VeriSign/RSA Secure Server CA - - Etat du certificat : ce certificat est valide. 9

10 Le rapport de la CNIL : «Opération audit de la banque en ligne» 13 La Commission Nationale de l Informatique et des Libertés a audité au cours du premier semestre 2005 les dix principaux sites web de banques françaises, pour vérifier le respect de la loi Informatique et Libertés. Au-delà de ce contrôle de la conformité des pratiques à la loi de 1978, la CNIL a également voulu vérifier le degré de protection des données personnelles et bancaires des internautes clients de banques en ligne. Si sept banques offraient, à la date de l étude, un niveau suffisant de sécurité et de protection des données personnelles, la CNIL conseillait toutefois aux internautes de ne pas négliger quelques précautions d'usage. Sans citer aucun nom d établissement financier, elle estimait que «sept respectent globalement la confidentialité et la sécurité des données, même si des améliorations restent à prévoir» (p.3 de l audit). Elle ne citait toutefois aucun nom d'établissement financier. L'étude a montré que les internautes disposaient d'un bon niveau d'information, passant notamment par les recommandations des banques, l aide en ligne et l affichage par les navigateurs Internet du passage en mode sécurisé. La CNIL considérait que la sécurité de la connexion est «globalement satisfaisante» (p.3). Les protocoles SSL et TLS étaient d ores et déjà largement utilisés. Toutefois, sur les dix services audités, quatre n'utilisaient pas de protocole de sécurisation des échanges dès l'envoi des identifiant et mot de passe durant l'authentification de l'internaute, «la bascule en mode sécurisé ne se faisant qu'après l'envoi de ces informations en clair sur le Net» (p.4). Conclusion : les faiblesses de la sécurisation des échanges de données bancaires sur Internet Une difficulté persistante malgré le cryptage asymétrique : les attaques de type Man in the Middle Le cryptage asymétrique reste vulnérable aux attaques de type Man in the Middle (ou MiM). Elle consiste, pour un tiers à l échange, à s insérer entre l émetteur et le récepteur pour intercepter les données échangées. Lorsque l émetteur demande sa clé publique au récepteur, le tiers renvoie alors sa propre clé publique. L émetteur crypte donc son message avec la clé du tiers malveillant et envoie le résultat. Il suffit ensuite au pirate de décrypter le message grâce à sa propre clé privée. Au-delà de cette interception, le tiers peut même crypter le 13 Pour la référence de l audit, cf supra, note 3. 10

11 message avec la clé publique du récepteur, et le lui envoyer, éventuellement après l avoir modifié. De cette façon, l interception reste indécelable pour l émetteur comme pour le récepteur. Pour éviter de telles attaques, l émetteur doit s assurer que la clé publique qui lui a été fournie est bien celle du récepteur. Cette garantie peut passer par un échange de clé en main propre, par une vérification par téléphone ou par écrit. En réalité, l authentification passe le plus souvent par un tiers de certification, ainsi que nous l avons vu dans l exemple de la BNP Paribas. Il convient toutefois de remarquer que les intercepteurs n hésitent pas à fournir au client un faux certificat, ressemblant au véritable certificat du serveur. En 2001, Serge Vaudenay 14 lance une attaque contre le protocole SSL, en utilisant les temps de réponse des serveurs, ce qui lui permet de découvrir les dernières données envoyées et de les récupérer. L'attaque n'est toutefois valable que sous certaines conditions. Elle a néanmoins pu être utilisée avec succès contre certains webmails, qui envoient plusieurs fois les mêmes données. 14 Serge Vaudenay est un cryptologue français, ancien élève de l ENS. 11

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

Cryptographie Échanges de données sécurisés

Cryptographie Échanges de données sécurisés Cryptographie Échanges de données sécurisés Différents niveaux d'intégration dans l'organisation du réseau TCP/IP Au niveau 3 (couche réseau chargée de l'envoi des datagrammes IP) : IPSec Au niveau 4 (couche

Plus en détail

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger Cours 14 Crypto Cryptographie Définition Science du chiffrement Meilleur moyen de protéger une information = la rendre illisible ou incompréhensible Bases Une clé = chaîne de nombres binaires (0 et 1)

Plus en détail

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat SSL ET IPSEC Licence Pro ATC Amel Guetat LES APPLICATIONS DU CHIFFREMENT Le protocole SSL (Secure Socket Layer) La sécurité réseau avec IPSec (IP Security Protocol) SSL - SECURE SOCKET LAYER Historique

Plus en détail

Sécurisez des Transferts de Données en Ligne avec SSL Un guide pour comprendre les certificats SSL, comment ils fonctionnent et leur application 1. Aperçu 2. Qu'est-ce que le SSL? 3. Comment savoir si

Plus en détail

L identité numérique. Risques, protection

L identité numérique. Risques, protection L identité numérique Risques, protection Plan Communication sur l Internet Identités Traces Protection des informations Communication numérique Messages Chaque caractère d un message «texte» est codé sur

Plus en détail

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Septembre 2014 Chiffrement : Confidentialité des données Malgré les déclarations de Google et autres acteurs du Net sur les questions

Plus en détail

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

Service de certificat

Service de certificat Service de certificat Table des matières 1 Introduction...2 2 Mise en place d une autorité de certification...3 2.1 Introduction...3 2.2 Installer le service de certificat...4 3 Sécuriser un site web avec

Plus en détail

Les Protocoles de sécurité dans les réseaux WiFi. Ihsane MOUTAIB & Lamia ELOFIR FM05

Les Protocoles de sécurité dans les réseaux WiFi. Ihsane MOUTAIB & Lamia ELOFIR FM05 Les Protocoles de sécurité dans les réseaux WiFi Ihsane MOUTAIB & Lamia ELOFIR FM05 PLAN Introduction Notions de sécurité Types d attaques Les solutions standards Les solutions temporaires La solution

Plus en détail

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2.

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2. DTIC@Alg 2012 16 et 17 mai 2012, CERIST, Alger, Algérie Aspects techniques et juridiques de la signature électronique et de la certification électronique Mohammed Ouamrane, Idir Rassoul Laboratoire de

Plus en détail

Guide d'initiation aux. certificats SSL. Faire le bon choix parmi les options qui s'offrent à vous en matière de sécurité en ligne. Document technique

Guide d'initiation aux. certificats SSL. Faire le bon choix parmi les options qui s'offrent à vous en matière de sécurité en ligne. Document technique Document technique : Guide d'initiation aux certificats ssl Document technique Guide d'initiation aux certificats SSL Faire le bon choix parmi les options qui s'offrent à vous en matière de sécurité en

Plus en détail

PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard )

PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard ) PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard ) Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI PCI-DSS La norme PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard) a été développée dans le but

Plus en détail

a. Prévention par un comportement approprié en surfant :

a. Prévention par un comportement approprié en surfant : Module : TIC & Banques 1 U4.2- Préventions de sécurité : a. Prévention par un comportement approprié en surfant : Ne donnez jamais vos données personnelles via des liens proposés par email. De même, il

Plus en détail

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Technologies de l Internet Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Cryptage avec clé secrète même clé I think it is good that books still exist, but they do make

Plus en détail

Le protocole SSH (Secure Shell)

Le protocole SSH (Secure Shell) Solution transparente pour la constitution de réseaux privés virtuels (RPV) INEO.VPN Le protocole SSH (Secure Shell) Tous droits réservés à INEOVATION. INEOVATION est une marque protégée PLAN Introduction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2008/2 21 novembre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte

Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte thawte thawte thawte thawte Sécurisez votre serveur Web Internet Information Services de Microsoft (MS IIS) avec un certificat numérique de thawte UN GUIDE ÉTAPE PAR ÉTAPE, pour tester, acheter et utiliser un certificat numérique

Plus en détail

Le protocole sécurisé SSL

Le protocole sécurisé SSL Chapitre 4 Le protocole sécurisé SSL Les trois systèmes de sécurisation SSL, SSH et IPSec présentés dans un chapitre précédent reposent toutes sur le même principe théorique : cryptage des données et transmission

Plus en détail

EMV, S.E.T et 3D Secure

EMV, S.E.T et 3D Secure Sécurité des transactionsti A Carte Bancaire EMV, S.E.T et 3D Secure Dr. Nabil EL KADHI nelkadhi@club-internet.fr; Directeur du Laboratoire L.E.R.I.A. www.leria.eu Professeur permanant A EPITECH www.epitech.net

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

TP : RSA et certificats avec openssl

TP : RSA et certificats avec openssl USTL - Licence et Master Informatique 2006-2007 Principes et Algorithmes de Cryptographie 1 Présentation de openssl 1.1 Protocole SSL TP : RSA et certificats avec openssl Le protocole SSL (Secure Socket

Plus en détail

Université de Reims Champagne Ardenne. HTTPS, SSL, SSH, IPSEC et SOCKS. Présenté par : BOUAMAMA Mohamed Nadjib AZIZ Xerin

Université de Reims Champagne Ardenne. HTTPS, SSL, SSH, IPSEC et SOCKS. Présenté par : BOUAMAMA Mohamed Nadjib AZIZ Xerin 2007 2008 Université de Reims Champagne Ardenne Sécurité dans TCP/IP HTTPS, SSL, SSH, IPSEC et SOCKS Présenté par : BOUAMAMA Mohamed Nadjib AZIZ Xerin 1 Protocole HTTPS HTTPS signifie Hypertext Transfer

Plus en détail

Gestion des certificats digitaux et méthodes alternatives de chiffrement

Gestion des certificats digitaux et méthodes alternatives de chiffrement Gestion des certificats digitaux et méthodes alternatives de chiffrement Mai 2011 Julien Cathalo Section Recherches Cryptographie à clé publique Invention du concept : 1976 (Diffie, Hellman) Premier système

Plus en détail

Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS

Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS Nicole Dausque CNRS/UREC CNRS/UREC IN2P3 Cargèse 23-27/07/2001 http://www.urec.cnrs.fr/securite/articles/certificats.kezako.pdf http://www.urec.cnrs.fr/securite/articles/pc.cnrs.pdf

Plus en détail

TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET

TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET Étudions le cas de l entreprise MAROQ. L entreprise a décidé d ouvrir une partie de son SI (Système d information) à ses partenaires. Cette ouverture s effectue par

Plus en détail

Journées MATHRICE "Dijon-Besançon" DIJON 15-17 mars 2011. Projet MySafeKey Authentification par clé USB

Journées MATHRICE Dijon-Besançon DIJON 15-17 mars 2011. Projet MySafeKey Authentification par clé USB Journées MATHRICE "Dijon-Besançon" DIJON 15-17 mars 2011 1/23 Projet MySafeKey Authentification par clé USB Sommaire 2/23 Introduction Authentification au Système d'information Problématiques des mots

Plus en détail

Protocoles et services

Protocoles et services Protocoles et services Introduction Présentation Principaux protocoles PPTP GRE L2TP IPSec MPLS SSL Comparatif Démonstration Conclusion Besoins d une entreprise Avoir accès a un réseau local de n importe

Plus en détail

Sécuriser les achats en ligne par Carte d achat

Sécuriser les achats en ligne par Carte d achat Projet Sécurité Date : 09/02/09 Version : V 1.0 Etat : travail / vérifié / validé Rédacteur : JBO Réf. : CNRS/DSI/Expertise/ sécuriser la carte achat-v1.doc Annexes : Sécuriser les achats en ligne par

Plus en détail

Applications de la cryptographie à clé publique

Applications de la cryptographie à clé publique pplications de la cryptographie à clé publique Crypter un message M revient à appliquer à celui-ci une fonction bijective f de sorte de former le message chiffré M = f ( M ). Déchiffrer ce dernier consiste

Plus en détail

DNSSEC. Introduction. les extensions de sécurité du DNS. Les dossiers thématiques de l AFNIC. 1 - Organisation et fonctionnement du DNS

DNSSEC. Introduction. les extensions de sécurité du DNS. Les dossiers thématiques de l AFNIC. 1 - Organisation et fonctionnement du DNS Les dossiers thématiques de l AFNIC DNSSEC les extensions de sécurité du DNS 1 - Organisation et fonctionnement du DNS 2 - Les attaques par empoisonnement de cache 3 - Qu est-ce que DNSSEC? 4 - Ce que

Plus en détail

18 TCP Les protocoles de domaines d applications

18 TCP Les protocoles de domaines d applications 18 TCP Les protocoles de domaines d applications Objectifs 18.1 Introduction Connaître les différentes catégories d applications et de protocoles de domaines d applications. Connaître les principaux protocoles

Plus en détail

1. Présentation de WPA et 802.1X

1. Présentation de WPA et 802.1X Lors de la mise en place d un réseau Wi-Fi (Wireless Fidelity), la sécurité est un élément essentiel qu il ne faut pas négliger. Effectivement, avec l émergence de l espionnage informatique et l apparition

Plus en détail

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008 Serveur Web - IIS 7 Le livre de référence de ce chapitre est «Windows Server 2008 - Installation, configuration, gestion et dépannage» des éditions ENI, disponible sur egreta. Le site de référence pour

Plus en détail

En achetant un certificat Symantec SSL, vous avez fait le bon choix.

En achetant un certificat Symantec SSL, vous avez fait le bon choix. Symantec s Security InstallationOnline et utilisation de vosfor certificats SSLBeyond Predictions 2015 and Le guide des bonnes pratiques Asia Pacific and Japan En achetant un certificat Symantec SSL, vous

Plus en détail

Accès au SI de RTE par certificats logiciels sous Microsoft Windows XP

Accès au SI de RTE par certificats logiciels sous Microsoft Windows XP Accès au SI de RTE par certificats logiciels sous Microsoft Windows XP Indice 4, 19/11/2010 Ce document est la propriété de RTE. Toute communication, reproduction, publication, même partielle, est interdite,

Plus en détail

Routeur Chiffrant Navista Version 2.8.0. Et le protocole de chiffrement du Réseau Privé Virtuel Navista Tunneling System - NTS Version 3.1.

Routeur Chiffrant Navista Version 2.8.0. Et le protocole de chiffrement du Réseau Privé Virtuel Navista Tunneling System - NTS Version 3.1. Routeur Chiffrant Navista Version 2.8.0 Et le protocole de chiffrement du Réseau Privé Virtuel Navista Tunneling System - NTS Version 3.1.0 Cibles de sécurité C.S.P.N Référence : NTS-310-CSPN-CIBLES-1.05

Plus en détail

Chapitre II. Introduction à la cryptographie

Chapitre II. Introduction à la cryptographie Chapitre II Introduction à la cryptographie PLAN 1. Terminologie 2. Chiffrement symétrique 3. Chiffrement asymétrique 4. Fonction de hachage 5. Signature numérique 6. Scellement 7. Echange de clés 8. Principe

Plus en détail

Banque en ligne et sécurité : remarques importantes

Banque en ligne et sécurité : remarques importantes Un système de sécurisation optimal Notre système de transactions en ligne vous permet d effectuer de manière rapide et confortable vos opérations bancaires en ligne. Pour en assurer la sécurité, nous avons

Plus en détail

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Date : 2010-09-08 Référence 20100906-CSPN-CibleSécurité-V1.1.doc VALIDITE DU DOCUMENT Identification Client Projet Fournisseur

Plus en détail

Cryptologie à clé publique

Cryptologie à clé publique Cryptologie à clé publique La cryptologie est partout Chacun utilise de la crypto tous les jours sans forcément sans rendre compte en : - téléphonant avec un portable - payant avec sa carte bancaire -

Plus en détail

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D.

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. 2013 Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. Table des matières 1 Les architectures sécurisées... 3 2 La PKI : Autorité de certification... 6 3 Installation

Plus en détail

Informations de sécurité TeamViewer

Informations de sécurité TeamViewer Informations de sécurité TeamViewer 2015 TeamViewer GmbH, Mise à jour: 06/2015 Groupe cible Le présent document s adresse aux administrateurs réseaux. Les informations figurant dans ce document sont de

Plus en détail

Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux

Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux Année scolaire 2009-2010 IG2I L5GRM Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux Enseignant : Armand Toguyéni Durée : 2h Documents : Polycopiés de cours autorisés Note : Ce sujet comporte deux parties. La

Plus en détail

Comment utiliser mon compte alumni?

Comment utiliser mon compte alumni? Ce document dispose d une version PDF sur le site public du CI Comment utiliser mon compte alumni? Elena Fascilla, le 23/06/2010 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Avant de commencer... 2 2.1 Connexion...

Plus en détail

LES SECURITES DE LA CARTE BANCAIRE

LES SECURITES DE LA CARTE BANCAIRE Projet tutoré 2007 TENEUR Jérôme Groupe: III MAHIEU Maxime Année 2006 / 2007 BINARD Romain RTFI1A LES SECURITES DE LA CARTE BANCAIRE 1 SOMMAIRE I - Introduction II - Le chiffrement symétrique 1 - Les principes

Plus en détail

Hébergement WeboCube. Un système performant et sécurisé. Hébergement géré par une équipe de techniciens

Hébergement WeboCube. Un système performant et sécurisé. Hébergement géré par une équipe de techniciens Hébergement WeboCube Le service d'hébergement WeboCube a pour but de sécuriser la présence internet grâce à un suivi personnalisé et une maintenance active de votre serveur internet. Un espace de gestion

Plus en détail

Domain Name System Extensions Sécurité

Domain Name System Extensions Sécurité Domain Name System Extensions Sécurité 2 juin 2006 France Telecom R&D Daniel Migault, Bogdan Marinoiu mglt.biz@gmail.com, bogdan.marinoiu@polytechnique.org Introduction Extentions de Sécurité DNS Problématique

Plus en détail

Les risques HERVE SCHAUER HSC

Les risques HERVE SCHAUER HSC HERVE SCHAUER HSC Les risques Les risques ne cessent d'augmenter: Informatisation systématique de l'ensemble de la société Ouverture des systèmes d'information sur Internet Démultiplication de ce qui est

Plus en détail

Secure Socket Layer (SSL) Appareils concernés : Sommaire 1: Généralités

Secure Socket Layer (SSL) Appareils concernés : Sommaire 1: Généralités Secure Socket Layer (SSL) Appareils concernés : HL-4040CN HL-4050CDN HL-4070CDW DCP-9040CN DCP-9045CDN MFC-9440CN MFC-9840CDW Sommaire 1) Généralités 2) Bref historique 3) Avantage de l utilisation de

Plus en détail

Informatique. Les réponses doivent être données en cochant les cases sur la dernière feuille du sujet, intitulée feuille de réponse

Informatique. Les réponses doivent être données en cochant les cases sur la dernière feuille du sujet, intitulée feuille de réponse Questions - Révision- - 1 er Semestre Informatique Durée de l examen : 1h pour 40 questions. Aucun document n est autorisé. L usage d appareils électroniques est interdit. Les questions faisant apparaître

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

Tunnels. Plan. Pourquoi? Comment? Qu est-ce? Quelles solutions? Tunnels applicatifs ESIL INFO 2005/2006. Sophie Nicoud Sophie.Nicoud@urec.cnrs.

Tunnels. Plan. Pourquoi? Comment? Qu est-ce? Quelles solutions? Tunnels applicatifs ESIL INFO 2005/2006. Sophie Nicoud Sophie.Nicoud@urec.cnrs. Tunnels ESIL INFO 2005/2006 Sophie Nicoud Sophie.Nicoud@urec.cnrs.fr Plan Pourquoi? Comment? Qu est-ce? Quelles solutions? Tunnels applicatifs 2 Tunnels, pourquoi? Relier deux réseaux locaux à travers

Plus en détail

Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002

Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002 Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002 Sécurité du transport Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS Plan. Typologie des solutions Protocole SSL/TLS Introduction Architecture Ports et applications Services

Plus en détail

Protocole industriels de sécurité. S. Natkin Décembre 2000

Protocole industriels de sécurité. S. Natkin Décembre 2000 Protocole industriels de sécurité S. Natkin Décembre 2000 1 Standards cryptographiques 2 PKCS11 (Cryptographic Token Interface Standard) API de cryptographie développée par RSA labs, interface C Définit

Plus en détail

SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse. GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006. Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS

SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse. GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006. Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006 Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS Plan Introduction (10 minutes) Les services de sécurité

Plus en détail

Sécurité des réseaux IPSec

Sécurité des réseaux IPSec Sécurité des réseaux IPSec A. Guermouche A. Guermouche Cours 4 : IPSec 1 Plan 1. A. Guermouche Cours 4 : IPSec 2 Plan 1. A. Guermouche Cours 4 : IPSec 3 Pourquoi? Premier constat sur l aspect critique

Plus en détail

Guide Numériser vers FTP

Guide Numériser vers FTP Guide Numériser vers FTP Pour obtenir des informations de base sur le réseau et les fonctions réseau avancées de l appareil Brother : consultez le uu Guide utilisateur - Réseau. Pour obtenir des informations

Plus en détail

Projet de Conception N 1 Automatisation d'un processus de paiement. Livrable: Spécification du système de compensation

Projet de Conception N 1 Automatisation d'un processus de paiement. Livrable: Spécification du système de compensation Projet de Conception N 1 Automatisation d'un processus de paiement Livrable: Spécification du système de compensation Enseignants : Y.AMGHAR, L.BRUNIE Équipe projet : R.Jeatsa Kengni, X.Lucas, L.Martin,

Plus en détail

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire.

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Glossaire Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Agrégat monétaire Un agrégat monétaire est un indicateur statistique qui reflète

Plus en détail

Livre blanc. Sécuriser les échanges

Livre blanc. Sécuriser les échanges Livre blanc d information Sécuriser les échanges par emails Octobre 2013 www.bssi.fr @BSSI_Conseil «Sécuriser les échanges d information par emails» Par David Isal Consultant en Sécurité des Systèmes d

Plus en détail

INFORMATIONS DECISIONS ACTIONS. Entreprises Informations Décisions Actions État des ventes Prévisions Comportement consommateur. Augmenter 20 % le CA

INFORMATIONS DECISIONS ACTIONS. Entreprises Informations Décisions Actions État des ventes Prévisions Comportement consommateur. Augmenter 20 % le CA COTE COURS 1. Les différents types d information commerciale 1.1 - Le rôle de l information commerciale. L information est un renseignement qui améliore notre connaissance. Elle permet donc de réduire

Plus en détail

Sécurisation des accès au CRM avec un certificat client générique

Sécurisation des accès au CRM avec un certificat client générique NOTE TECHNIQUE Sécurisation des accès au CRM avec un certificat client générique OBJETIF DE SECURITE Réduire les risques d usurpation d identité et de vols de données (exemple : keylogger, cheval de Troie

Plus en détail

Installation d un certificat de serveur

Installation d un certificat de serveur Installation d un certificat de serveur Rédacteur : Eric Drezet Administrateur réseau CNRS-CRHEA 06/2004 But du papier : Installer un certificat de serveur en vue de sécuriser l accès au Web Mail avec

Plus en détail

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés Claude Gross CNRS/UREC 1 Confiance et Internet Comment établir une relation de confiance indispensable à la réalisation de transaction à distance entre

Plus en détail

Présentation. LogMeIn Rescue. Architecture de LogMeIn Rescue

Présentation. LogMeIn Rescue. Architecture de LogMeIn Rescue LogMeIn Ce document propose un aperçu de l architecture de LogMeIn. 1 Introduction 2 Confidentialité des données 3 Authentification 4 Validation des clés 5 Échange de messages 6 Authentification et autorisation

Plus en détail

Protocoles cryptographiques

Protocoles cryptographiques MGR850 Hiver 2014 Protocoles cryptographiques Hakima Ould-Slimane Chargée de cours École de technologie supérieure (ÉTS) Département de génie électrique 1 Plan Motivation et Contexte Notations Protocoles

Plus en détail

Authentification avec CAS sous PRONOTE.net 2011. Version du lundi 19 septembre 2011

Authentification avec CAS sous PRONOTE.net 2011. Version du lundi 19 septembre 2011 1 Authentification avec CAS sous PRONOTE.net 2011 Version du lundi 19 septembre 2011 2 1 - Vocabulaire employé et documentation... 3 1.1 - SSO (Single Sign-On)... 3 1.2 - CAS (Central Authentication Service)...

Plus en détail

Configuration du routeur. Installer le service de certificats

Configuration du routeur. Installer le service de certificats Page 1 sur 21 Avec les paramètres par défaut, Outlook Web Access transmet tout le traffic en clair (y compris les noms d'utilisateur et les mots de passe) entre le serveur et le client. C'est pourquoi

Plus en détail

Crypt ographie. Les risques réseau. Les risques réseau. Les risques réseau. Sniffing. Attaque passive. Spoofing ou masquarade.

Crypt ographie. Les risques réseau. Les risques réseau. Les risques réseau. Sniffing. Attaque passive. Spoofing ou masquarade. Crypt ographie Les risques réseau Spoofing ou masquarade Se faire passer pour quelqu'un d'autre Possible dès qu'il y a une association effectuée dynamiquement : adresse physique-ip adresse IP-nom redirection

Plus en détail

Installation et utilisation d'un certificat

Installation et utilisation d'un certificat 1 IceWarp Merak Mail Server Installation et utilisation d'un certificat Icewarp France octobre 2007 2 Icewarp Merak Mail Serveur : Guide de mises à jour à la version 9 Sommaire Introduction...3 Situation

Plus en détail

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS DES RESEAUX D ENTREPRISE SO Une sécurité réseau déficiente

Plus en détail

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Certificats SSL Extended Validation : un gage de confiance absolue THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE CERTIFICATS SSL EXTENDED VALIDATION : UN GAGE DE CONFIANCE

Plus en détail

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL VPN SSL : Présentation Master Informatique 1ère Année Année 2006-2007 2007 Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL Durée : 20 minutes Remarques Intervention : 15-20

Plus en détail

TP 2 : Chiffrement par blocs

TP 2 : Chiffrement par blocs USTL - Licence et Master Informatique 2006-2007 Principes et Algorithmes de Cryptographie TP 2 : Chiffrement par blocs Objectifs du TP utiliser openssl pour chiffrer/déchiffrer, étudier le remplissage

Plus en détail

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux Chapitre 7 Sécurité des réseaux Services, attaques et mécanismes cryptographiques Hdhili M.H Cours Administration et sécurité des réseaux 1 Partie 1: Introduction à la sécurité des réseaux Hdhili M.H Cours

Plus en détail

Coupez la ligne des courriels hameçons

Coupez la ligne des courriels hameçons Coupez la ligne des courriels hameçons Les fraudeurs qui cherchent à mettre la main sur des renseignements personnels ont élaboré un nouveau moyen d attirer des victimes sans méfiance. Ils lancent un «hameçon».

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1

Référentiel Général de Sécurité. version 2.0. Annexe A1 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information (ANSSI) Secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) Référentiel Général de Sécurité version 2.0 Annexe

Plus en détail

OPERATION AUDIT DE LA BANQUE EN LIGNE. Règles de bonnes pratiques pour les internautes et les professionnels

OPERATION AUDIT DE LA BANQUE EN LIGNE. Règles de bonnes pratiques pour les internautes et les professionnels OPERATION AUDIT DE LA BANQUE EN LIGNE Règles de bonnes pratiques pour les internautes et les professionnels Les services de banque en ligne se sont considérablement développés. Ils permettent désormais

Plus en détail

Architecture d'un Réseaux S ans Fils pour le Contrôle de l'identité, la Localisation et la Télémétrie de Véhicules

Architecture d'un Réseaux S ans Fils pour le Contrôle de l'identité, la Localisation et la Télémétrie de Véhicules Architecture d'un Réseaux S ans Fils pour le Contrôle de l'identité, la Localisation et la Télémétrie de Véhicules Wílm er P ereira U n iv e rs id a d C a tó lic a A n d ré s B e llo U n iv e rs id a d

Plus en détail

Les Réseaux Privés Virtuels (VPN) Définition d'un VPN

Les Réseaux Privés Virtuels (VPN) Définition d'un VPN Les Réseaux Privés Virtuels (VPN) 1 Définition d'un VPN Un VPN est un réseau privé qui utilise un réseau publique comme backbone Seuls les utilisateurs ou les groupes qui sont enregistrés dans ce vpn peuvent

Plus en détail

Chiffrement et signature électronique

Chiffrement et signature électronique Chiffrement et signature électronique (basée sur le standard X509) Frédéric KASMIRCZAK 1 Sommaire I. La cryptologie base de la signature électronique... 3 1. Les systèmes symétriques à l origine de la

Plus en détail

SSL. Secure Socket Layer. R. Kobylanski romain.kobylanski@inpg.fr. janvier 2005 - version 1.1 FC INPG. Protocole SSL Application avec stunnel

SSL. Secure Socket Layer. R. Kobylanski romain.kobylanski@inpg.fr. janvier 2005 - version 1.1 FC INPG. Protocole SSL Application avec stunnel SSL Secure Socket Layer R. Kobylanski romain.kobylanski@inpg.fr FC INPG janvier 2005 - version 1.1 1 Protocole SSL 2 SSL/TLS Encapsule des protocoles non sécurisés (HTTP IMAP...) dans une couche chiffrée

Plus en détail

Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie)

Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie) FORMATION SUR LA «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES TRANSACTIONS ELECTRONIQUES» POUR LES OPERATEURS ET REGULATEURS DE TELECOMMUNICATION Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie) CRYPTOGRAPHIE ET SECURITE

Plus en détail

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002 IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr JTO décembre 2002 Chiffrement asymétrique Confidentialité d un message : le chiffrer avec la clé publique du destinataire.

Plus en détail

L3 informatique TP n o 2 : Les applications réseau

L3 informatique TP n o 2 : Les applications réseau L3 informatique TP n o 2 : Les applications réseau Sovanna Tan Septembre 2009 1/20 Sovanna Tan L3 informatique TP n o 2 : Les applications réseau Plan 1 Transfert de fichiers 2 Le Courrier électronique

Plus en détail

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008 Romain Kolb 31/10/2008 Signature électronique Sommaire I. Introduction... 3 1. Motivations... 3 2. Définition... 3 3. La signature électronique en bref... 3 II. Fonctionnement... 4 1. Notions requises...

Plus en détail

Document technique. Sécurité et confiance : les piliers du commerce sur Internet

Document technique. Sécurité et confiance : les piliers du commerce sur Internet Sécurité et confiance : les piliers du commerce sur Internet Sommaire + Introduction 3 + Technologie de cryptage et certificats SSL 4 Niveaux de cryptage et SGC 5 Niveaux d authentification et de confiance

Plus en détail

Faille dans Internet Explorer 7

Faille dans Internet Explorer 7 Janvier Faille dans Internet Explorer 7 Une faille a été découverte dans le nouveau navigateur, celle-ci permettrait à un pirate d'insérer du code malicieux. Lorsque le navigateur est lancé, des DLL sont

Plus en détail

IPS-Firewalls NETASQ SPNEGO

IPS-Firewalls NETASQ SPNEGO IPS-Firewalls NETASQ SPNEGO Introduction Un utilisateur doit gérer de nombreux mots de passe. Un mot de passe pour la connexion au poste de travail, un mot de passe pour la messagerie et n mots de passe

Plus en détail

13/11/2014. À p r o p o s d e s C e r t f i c a t s SSL. Q u e s t - ce q u e L e S S L / T L S. I m p a c t e t O p t i m i s a t i o n S S L

13/11/2014. À p r o p o s d e s C e r t f i c a t s SSL. Q u e s t - ce q u e L e S S L / T L S. I m p a c t e t O p t i m i s a t i o n S S L 13/11/2014 SSL/TLS: IMPACT ET SOLUTIONS POUR Avec I ntroduction Q u e s t - ce q u e L e S S L / T L S Pa rtie 1 À p r o p o s d e s C e r t f i c a t s SSL Pa rtie 2 I m p a c t e t O p t i m i s a t

Plus en détail

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie.

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie. Livre blanc : CRYPTAGE Au regard du formidable succès des disques durs externes pour le stockage et la sauvegarde des données personnelles, commerciales et organisationnelles, le besoin de protection des

Plus en détail

Tunnels et VPN. 22/01/2009 Formation Permanente Paris6 86

Tunnels et VPN. 22/01/2009 Formation Permanente Paris6 86 Tunnels et VPN 22/01/2009 Formation Permanente Paris6 86 Sécurisation des communications Remplacement ou sécurisation de tous les protocoles ne chiffrant pas l authentification + éventuellement chiffrement

Plus en détail

Tech-Evenings Sécurité des applications Web Sébastien LEBRETON

Tech-Evenings Sécurité des applications Web Sébastien LEBRETON Tech-Evenings Sécurité des applications Web Sébastien LEBRETON Pourquoi revoir la sécurité des applications Web Des technologies omniprésentes Facilité de mise en œuvre et de déploiement. Commerce en ligne,

Plus en détail

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur Le contexte 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur La sécurité du système Cartes Bancaires a fait l objet en 2000 et en 2001 d une concertation au sein d un groupe de travail du Conseil

Plus en détail