Adoption de la banque en ligne par le consommateur tunisien Une étude qualitative

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Adoption de la banque en ligne par le consommateur tunisien Une étude qualitative"

Transcription

1 Wafa CHEHIDI GHORBEL, Etudiante en Doctorat Faculté de Sciences Economiques et de Gestion de Tunis, Université ElManar, Tunisie Adresse Postale : La Poste tunisienne BP 205 El Manar 2092, Tunisie Adoption de la banque en ligne par le consommateur tunisien Une étude qualitative Résumé Le concept des nouvelles technologies d information et de communication fait l objet d un nouveau courant de recherche et ce en réponse à sa présence de plus en plus intense dans tous les domaines de consommation. Comprendre comment le consommateur réagit face à l introduction des nouvelles technologies d information et de communication et en particulier les services bancaires sur Internet nous parait donc un champ de recherche particulièrement intéressant à approfondir. Pour ce faire, nous menons une étude qualitative auprès des utilisateurs et des non utilisateurs de la banque en ligne. Les résultats ont permis de déterminer les facteurs les plus importants pouvant expliquer l adoption des services bancaires par le consommateur tunisien. Ils ont permis également de mettre en place un cadre conceptuel d adoption de la banque en ligne propre au contexte tunisien. Mots clés : banque en ligne, comportement d adoption, entretien en profondeur, Tunisie

2 INTRODUCTION Durant la décennie passée, le secteur bancaire tunisien a changé radicalement. Les principaux facteurs qui expliquent ce changement incluent la suppression des mesures réglementaires des services financiers, les effets de la globalisation mondiale et en particulier l évolution des technologies d information. Il est désormais possible d offrir des canaux alternatifs de distribution des services tels que les guichets et les distributeurs automatiques, les cartes de crédit, le téléphone, et l Internet. Les opérants dans le secteur bancaire affirment que la banque en ligne fournirait de nouvelles opportunités de bénéfices, des réductions de coûts et une prestation de meilleurs services pour les clients. Contrairement à l utilisation des guichets de distribution automatiques et de la carte de crédit qui est devenue une pratique courante chez le consommateur tunisien, la banque en ligne demeure très peu utilisée. En effet, le service bancaire sur Internet le plus utilisé actuellement se limite à la consultation du solde et des mouvements de virements et de prélèvements. Pourtant, certaines banques offrent via Internet plusieurs services tels que les virements, les prélèvements automatiques, l opposition sur chèque ou sur carte de crédit volés ou perdus et les transactions boursières en temps réel. En d autres termes, le client pourra effectuer des opérations bancaires en tout temps (24 heures sur 24 et 7 jours sur 7) sans passer par l agence. Des millions de dinars sont dépensés pour la mise en place de l infrastructure du système bancaire sur Internet. C est pour cette raison que l acceptation et l adoption de ce nouveau type de services par le consommateur constituent pour les banques une exigence à remplir et un défi à relever. C est dans ce cadre que nous visons par la présente étude à comprendre : Quels sont les facteurs qui pourraient influencer l acceptation des services bancaire en ligne par le consommateur tunisien? Quelles modifications doivent être apportées aux modèles existant d acceptation des technologies pour prédire et expliquer le comportement du consommateur tunisien face à l avènement des services bancaires sur Internet? L objectif de la présente recherche est donc de développer un cadre conceptuel propre au contexte tunisien expliquant l adoption de la banque en ligne. Pour ce faire nous effectuons une étude qualitative pour identifier les concepts pertinents dans le contexte tunisien.

3 CADRE THEORIQUE Les principaux apports des théories d acceptations des technologies d information sont : La théorie d action raisonnée (Fishbein et Ajzen, 975) se caractérise par la structure de base Attitude Intention Comportement et met également en évidence le construit des normes subjectives. Elle a été largement appliquée pour étudier le comportement des consommateurs dans le domaine des technologies d information et les modèles développés montrent une forte validité prédictive et s ajustent très bien aux données empiriques (Davis, 989 ; Ajzen, 99 ; Taylor et Todd, 995). La théorie d acceptation de la technologie (Davis, 989) constitue une tournure dans la recherche des technologies d information puisqu elle continue jusqu à aujourd hui de séduire les chercheurs et les praticiens par sa simplicité. Son originalité réside dans ses construits de base : utilité perçue et facilité perçue d utilisation. Le modèle interpersonnel de Triandis (980) a été appliqué par Thompson, Higgins et Howell (99) pour prédire l utilisation des ordinateurs personnels. Ils ont démontré le pouvoir explicatif des variables conséquences perçues, conditions facilitatrices et facteurs sociaux et leur effet significatif sur le comportement d utilisation. Il est important de noter que les facteurs sociaux renvoient aux normes subjectives instaurées par Fishbein et Ajzen (975) dans la théorie d action raisonnée. En appliquant la théorie de diffusion des innovations de Rogers (983) au contexte des technologies d information, Moore et Benbasat (99) ont souligné le rôle crucial joué par la variable avantage relatif quand on mesure la perception des innovations technologiques par les individus. Ils ont mis également en évidence la facilité d utilisation déjà établie dans la théorie d acceptation des technologies ainsi que l image de soi qui renvoie aux normes subjectives. Taylor et Todd (995) appliquent la théorie du comportement planifié de Ajzen (99) dans le contexte d utilisation des technologies d information et concluent que les normes subjectives et le contrôle perçu du comportement contribuent fortement à l explication de l intention. Ils ont également démontré l effet significatif de l auto efficacité sur le contrôle perçu du comportement. La théorie cognitive sociale de Bandura (986) a été à la base des travaux de Thompson, Higgins et Huff (999) pour prédire l utilisation individuelle des ordinateurs. Ces derniers ont conféré un autre rôle à la variable auto efficacité qui est un effet direct sur le comportement d utilisation. Plusieurs recherches ont appliqué ces théories dans le contexte spécifique de la banque en ligne. Les résultats confirment la pertinence des concepts cités si dessus pour expliquer l utilisation des services bancaires sur Internet. D un autre côté, plusieurs autres recherches empiriques qualitatives et quantitatives ont été effectuées pour étudier l adoption de la banque en ligne et ont mis en évidence de nouvelles variables explicatives

4 de l utilisation des services bancaires sur Internet. Ces variables sont présentées dans le tableau qui suit. Tableau. Les concepts issus des recherches sur l adoption de la banque en ligne Variables Accessibilité Auto efficacité Caractéristiques individuelles Compétence / Expérience Conditions facilitatrices Confiance Connaissance de la banque en ligne Convenance perçue Auteurs Calisir et Gumussoy (2008), Chau et Lai (2003), Grrard et Cunningham (2008), Sathye (999) Adesina et Ayo (200), Al-Majali et Nik Kamariah (200), Al Somali et al. (2009), Amin (2007), Eastin (2002), Gu et al. (2009), Luarn et Lin (2005), Luo et al. (200), Reid et Levy (2008), Tan et Teo (2000), Wang et al. (2006) Agarwal et al. (2009), Al Somali et al. (2009), Bauer et Hein (2006), Boyacioglu et al. (200), Chang (2005), Hogarth et al. (2006), Kolodinsky et al. (2004), Laforet et Li (2005), Lassar et al. (2005), Lichtenstein et Williamson (2002), Mattila et al. (2003), Polatoglu et Ekin (200), Sathye (999), Srivastava (2007), Suoranta et Mattila (2004), Venkatesh et al. (2003), Wang et al (2003) Laforet et Li (2006), Lassaret al. (2005), Srivastava (2007), Shih et Fang (2004), Tan et Teo (2000), Wang et al. (2003) Chau e Lai (2003), Gu et al. (2009), Venkatesh et al. (2003) Aldàs et al. (2008), Agarwal et al. (2009), Alsajjan (2009), Al Somali et al. (2009), Calisir et Gumussoy (2008), Casalo et al. (2007), Dixit et Datta (200), Gikandi et Bloor (200), Gu et al. (2009), Hwang et Kim (2007), Kamel et Hassan (2003), Lee et al. (2007), Luo et al. (200), Nor et Pearson (2007), Reid et Levy (2008), Rexha et al. (2003), Suh et Han (2002), Yousafzai et al. (2009, 200). Al Somali et al. (2009), Dixit et Datta (200), Kuisma et al. (2007), Laforet et Li (2006), Kamel et Hassan (2003), Qureshi et al. (2008), Pikkarainen et al. (2004), Sathye (999), Suoranta et Mattila (2004) Eastin (2002), Gerrard et Cunningham (2003), Hograth et al. (2006), Liao et Cheung (2002), Lichtenstein et williamson (2006) Coût Luarn et Lin (2005), Sathye (999), Zhou et al. (200) Crédibilité perçue Adesina et Ayo (200), Amin (2007), Luarn et Lin (2005), Wang et al. (2003), Wang et al. (2006) Risque perçu Aldàs et al. (2008), Bauer et Hein (2006), Eastin (2002), Featherman et Fuller (2003), Featherman et Pavlou (2003), Featherman et Wells (2004), Jih et al. (2005), Kuisma et al. (2007), Laforet et Li (2006), Lee (2009), Lee et Allaway (2002), Lee et al. (2007), Lichtenstein et Williamson (2006),

5 Sécurité Littler et Melanthiou (2006), Luo et al. (200), Ndubsi et Sinti (2006), Polatoglu et Ekin (200), Tan et Teo (2000), Yiu et al. (2007), Yousafzai et el. (2009) Agarwal et al. (2009), Casalo et al. (2007), Calisir et Gumussoy (2008), Cheng et al. (2006), Dixit et Datta (200), Gikandi et Bloor (200), Hogarth et al. (2006), Kamel et Hassan (2003), Kuisma et al. (2007), Laforet et Li (2006), Lallmahamood (2007), Liao et Cheung (2002), Mattila et al. (2003), Qureshi et al. (2008), Pikkarainen et al. (2004), Sathye (999), Srivastava (2007), Yousafzai et al. (2009, 200) Pour pouvoir sélectionner les concepts à inclure dans le cadre conceptuel propre au contexte tunisien, il s avère nécessaire de mener une enquête qualitative auprès des consommateurs tunisiens. L ETUDE QUALITATIVE Le but de l étude qualitative menée est de cerner les antécédents à l adoption des services bancaires sur Internet par le consommateur tunisien. Elle permet entre autre de voir si les variables issues de la revue de la littérature sont suffisantes ou bien il faut ajouter des variables propres au contexte tunisien. Des entretiens individuels semi directifs ont été menés auprès de 22 utilisateurs et non utilisateurs des services bancaires sur Internet pendant le mois de Septembre 200. Il s agit d un échantillon non probabiliste choisi par convenance tout en essayant de varier les caractéristiques sociodémographiques à savoir l âge, le genre, le revenu et le niveau scolaire atteint (tableau 2). Tableau 2. Caractéristiques démographiques des interviewés Genre Hommes Femmes Age ans ans + 55 ans Revenu Niveau scolaire Secondaire Universitaire

6 Les entretiens ont duré de 5 à 30 minutes et ont été enregistrés par magnétophone. Le principe de saturation a été appliqué et les entretiens ont pris fin à partir du moment où aucun apport additif significatif n a été effectué durant quatre entretiens successifs menés. Ayant pour objectif de détecter les causes de l adoption ou de la non adoption des services bancaires sur Internet, le guide de l entretien a été structuré autour de trois thèmes : les services bancaires sur Internet, les freins et les motivations à l utilisation de cette forme de services, les actions escomptées de la banque. Les variables explicatives de l adoption des services bancaires sur Internet ont été cernées en appliquant une analyse de contenu thématique à l aide du logiciel NVIVO. D abord, les informations recueillies auprès des répondants ont été découpées en unités d enregistrement. Ensuite, ces unités ont été regroupées et classées en unités de sens et des titres leur ont été attribués (Tableau annexe). L analyse de contenu a permis ainsi de détecter les principaux facteurs expliquant l adoption ou non des services bancaires sur Internet dans le contexte tunisien (tableau 3). Ces facteurs semblent correspondre aux concepts existant dans la littérature. Bien qu on n ait pas fait émerger des variables spécifiques au contexte tunisien, on a pu mettre l accent sur les aspects les plus importants du point de vue du consommateur tunisien. Il est en effet intéressant de noter que la connaissance de la banque, l avantage relatif en ligne et le coût constituent les unités les plus citées par les interrogés. Tableau 3. Les occurrences des thèmes abordés par les interviewés Unités de sens Occurrences Connaissance de la banque en ligne 50 Avantage relatif 30 Coût 2 Utilité perçue 5 Risque de performance 5 Risque de sécurité 2 Confiance 0 Facilité perçue 6 Normes subjectives 5 Accès à Internet 5 La connaissance de la banque en ligne La connaissance de la banque en ligne constitue le thème le plus cité par les interviewés. Ces derniers déclarent tous ne pas être informés à l agence de l existence des services bancaires sur Internet. Certains précisent : «je ne les utilise pas simplement parce que j ignore qu ils existent» et «maintenant que je suis au courant, je vais les utiliser car j aime effectuer mes tâches via Internet». On peut donc s attendre à ce qu il y ait une relation étroite entre la connaissance de la banque en ligne et son utilisation. Ce constat concorde avec celui de Sathye (999) et de Laforet et Li (2005) qui concluent

7 que les consommateurs n adoptent pas les services bancaires sur internet car ils ne sont pas conscients de leur existence et de leurs avantages. On peut également citer les résultats de Pikkarainen et al. (2004) qui prouvent l existence d un effet direct de la connaissance de la banque en ligne sur son adoption. Par ailleurs, tous les interviewés qualifient les actions publicitaires de la banque dans le cadre de ces services en ligne d inefficaces. Même les utilisateurs disent avoir découvrir ce type de services par le bouche à oreille. Ainsi, plusieurs interrogés trouvent que la banque doit améliorer sa politique de communication «la banque doit signaler cette offre dans les relevés bancaires mensuels», «la banque doit nous informer de l existence de ces services, de leurs avantages, de leurs coûts, comment on les utilise», «c est la responsabilité du service client de nous informer de l existence de telles offres». L effet négatif de ce manque de communication semble plus sérieux auprès de certains clients qui accusent la banque de le faire délibérément : «ils ne disent rien à l agence», «ils le disent à l homme d affaire mais un simple fonctionnaire ne les intéresse pas». L avantage relatif Le deuxième thème le plus cité correspond aux avantages des services bancaires sur Internet. La majorité des répondants, même les non utilisateurs, reconnaissent que la banque en ligne présente des avantages tels que la rapidité, le gain du temps, la disponibilité à tout moment et surtout le fait d éviter le déplacement à l agence. Certains déclarent clairement : «j utilise la banque en ligne car c est plus rapide et c est disponible à tout moment et n importe où», «si un jour j utilise la banque en ligne c est pour profiter de la rapidité et pour ne pas se déplacer à l agence». L avantage relatif, un concept issu de la théorie de diffusion des innovations (TDI), constitue un acteur important dans l adoption de la banque en ligne (Tan et Teo, 2000). En effet, plus l avantage relatif des services bancaires sur Internet est grand, plus il y a de chance d adoption de ces services. Plus précisément, l avantage relatif a un effet significatif sur l attitude à l égard de la banque en ligne (Nor et Pearson, 2007 ; Shih et Fang, 2004) et sur l intention de l utiliser (Kolodinsky et al., 2004 ; Tan et Teo, 2000 ; Wungwanitchakorn, 2002). Il est important de noter ici que l avantage relatif est un concept différent de l utilité perçue. Ainsi, un interviewé considère que les services bancaires sur Internet sont «pratiques, rapides et permettent d éviter le déplacement» mais il trouve que «ils ne sont pas utiles pour un salarié car il n y a pas des mouvements très importants dans le compte». De même, selon un autre répondant «la banque en ligne est intéressante car elle est disponible 24 h/ 24» mais «je n ai pas trop de charges bancaires pour que j utilise Internet». Grâce à l étude qualitative effectuée auprès des tunisiens, on a pu montrer que l utilité perçue renvoie plutôt aux besoins du client. Plus précisément, lorsque le service ne correspond pas aux besoins du client, il est jugé inutile. Le nouveau service est jugé aussi

8 inutile si l ancienne méthode reste toujours valable : «Je n ai pas besoins d utiliser l Internet tant que je peux le faire à l agence», «C est un service complémentaire, il ne peut pas remplacer les services de l agence». Le coût La troisième unité la plus citée est le coût des services bancaires sur Internet. Bien qu ils n aient pas l information exacte, plusieurs interviewés s attendent à ce que les services virtuels coûtent cher et veulent des tarifs réduits : «il faut baisser les coûts», «les tarifs doivent être intéressants», «la banque doit participer aux coûts de l abonnement à Internet», «actuellement c est gratuit mais si ça devient payant je ne les utilise plus». Le coût des services bancaires sur Internet constitue en effet un facteur inhibitoire à l utilisation de la banque en ligne (Sathye, 999). Ceci est empiriquement validé dans les travaux de Luarn et Lin (2005) ainsi que Zhou et al. (200) selon lesquels le coût exerce un effet négatif significatif sur l utilisation de la banque en ligne. Bien que ce concept soit peu étudié dans les recherches antérieures, l aspect financier et plus précisément le coût des services bancaires sur Internet semble être d une grande importance pour le consommateur tunisien. Le risque perçu Le risque perçu, et plus précisément le risque de performance et le risque de sécurité, figure également parmi les thèmes abordés par les interviewés. En ce qui concerne la performance, les utilisateurs trouvent que les services actuels disponibles en ligne sont insuffisants : «tout les types de services doivent être faisables sur Internet et pas uniquement la consultation du solde» et doivent être actualisés «l information n est pas actualisée et les opérations ne sont pas enregistrées en temps réel». De leur côté, les non utilisateurs semblent sceptiques à l égard du rendement de la banque dans le contexte virtuel et prévoient que les services ne seront pas satisfaisant : «Je ne veux pas effectuer une opération et puis aller à l agence pour vérifier», «La banque doit améliorer les services aux guichets avant de penser aux services sur Internet». En ce qui concerne la sécurité, tous les interviewés s unissent à l idée que la banque en ligne présente des risques d intrusion et de piratage et que la banque doit maximiser la sécurité de ces services sur Internet : «Il y a possibilité d intrusion par erreur ou exprès», «la banque doit améliorer la fiabilité et la sécurité de ces services». Enfin, les répondants ne sont pas concernés par les autres aspects du risque tels que le risque social, le risque psychologique et le risque de perte de temps. Il est semble donc plus pertinent d étudier le concept de risque perçu en tant qu une variable multidimensionnelle à l instar de Aldàs-Manzano et al. (2008), Lee (2009) et Luo et al., (200) pour pouvoir étudier l effet de chaque facette séparément. La confiance

9 Certains interviewés déclarent clairement qu ils ne font pas confiance à la banque en ligne : «Je n ai pas confiance en ces services virtuels, je préfère la méthode ancienne» et d autres généralisent cette attitude : «Le tunisien reste toujours sceptique à l égard du paiement électronique». D autres expriment implicitement leur manque de confiance à l égard de la banque d une façon générale : «Ils informent les hommes d affaires mais un simple salarié comme moi ne les intéresse pas». Plusieurs chercheurs ont souligné l importance du concept de confiance et son importance dans le processus d adoption des services bancaires sur Internet (Alsajjan et Dennis, 2009 ; Gu et al., 2008 ; Luo et al., 200 ; Suh et Han, 2002 ; Yousafzai et al., 2009, 200). Facilité perçue, normes subjectives et accès à Internet D autres thèmes ont été également abordés par les interviewés mais d une fréquence moins importante que ceux cités précédemment à savoir la facilité perçue, les normes subjectives et l accès à Internet. Les utilisateurs trouvent que la banque sur Internet est facile à utiliser «C est un service facile à utiliser», «Ce n est pas compliqué, c est une simple navigation sur Internet». De leur part, les non utilisateur cherchent la facilité et la simplicité «Le site doit être simple et pratique pour que je navigue facilement». La facilité perçue ne semble donc pas être très importante pour le consommateur comme le postule le modèle d acceptation des technologies (Davis, 989). Les interviewés utilisent des termes tels que à jour, à la page, à la mode, pour qualifier les services bancaires sur Internet. Ils jugent même que «il est important d utiliser les services bancaires en ligne». En d autres termes, ces répondants accordent de l importance aux avis des autres et à l image qu ils donnent en utilisant ces services. Ceci renvoie à la notion de normes subjectives dont l importance dans le processus de la banque en ligne a été montrée dans plusieurs recherches (Alsajjan et Dennis, 2009 ; Lee, 2009 ; Yousafzai et al., 200). Certains répondants disent qu ils n utilisent pas Internet parce qu ils n ont pas accès à l outil Internet : «Je n ai pas une connexion Internet chez moi», «Je n ai accès à Internet qu au bureau», «Mon fils utilise Internet tout le temps, il ne me laisse pas l utiliser». Ce constat a été relevé par plusieurs chercheurs qui estiment que sans connexion, l utilisation de la banque en ligne serait impossible (999). Cependant, l accès à l outil Internet ne donne pas lieu nécessairement à l utilisation de la banque en ligne. C est une condition facilitatrice qui rend l adoption des services bancaires plus probable. Plus en détails, l accès régulier à une connexion Internet constitue une condition cruciale pour l utilisation des services bancaires sur Internet. En effet, le consommateur ne peut

10 pas envisager d utiliser la banque en ligne s il n a pas accès à une connexion (Lichtenstein et Williamson, 2006 ; Sathye, 999). Pikkarainen et al. (2004) ajoutent que cette connexion doit en plus être de bonne qualité. Les caractéristiques individuelles Les caractéristiques individuelles renvoient aux facteurs démographiques à savoir le genre, l âge, le revenu et le niveau d enseignement atteint. Lors des entretiens, nous avons remarqué que les réponses varient selon ces caractéristiques. Plus précisément, les hommes connaissent mieux et sembles plus à l aise avec la technologie de la banque en ligne. En plus, les utilisateurs sont ceux qui ont des revenus et des niveau scolaires élevés. Plusieurs recherches reconnaissent que ces facteurs démographiques influencent énormément et d une façon directe les attitudes et le comportement du consommateur concernant la banque en ligne. Elles montrent également que cette influence est modératrice (Eriksson et Nilsson, 2007 ; Srivastava, 2007 ; Venkatesh et al., 2003). En d autres termes, les caractéristiques individuelles fortifient ou affaiblirent les relations entre les différentes variables du modèle. CADRE CONCEPTUEL A la lumière des résultats de l étude qualitative, les concepts suivants ont été retenus pour le cadre conceptuel de la présente recherche. La variable comportement d utilisation représente l aboutissement du processus d adoption des services bancaires sur Internet. L utilisation ne succède pas automatiquement à l intention, le consommateur peut en effet s abstenir de concrétiser ses intentions. En ce qui concerne le concept d intention d utilisation, il a été largement validé dans la prédiction de l adoption de la banque en ligne. Les normes subjectives et l auto efficacité jouent un rôle important dans le processus d adoption de la banque en ligne. Ce constat est confirmé par les recherches antérieures effectuées dans le contexte spécifique de la banque en ligne. Par ailleurs, les conditions facilitatrices dans la présente recherche renvoient à deux aspects : un aspect lié aux ressources et un autre lié à la compatibilité technique. Plus précisément, on prend en considération le coût des services bancaires sur Internet (les frais de l abonnement) et l accès à l outil Internet. Grâce à l étude qualitative, on a pu distinguer entre les deux concepts utilité perçue et avantage relatif généralement considérés comme synonymes. Elle a permis également de mettre l accent sur un concept qui n est pas présents dans les théories comportementales et qui est pertinent pour expliquer l adoption de la banque en ligne par le consommateur tunisien : la connaissance de la banque en ligne. La confiance et le risque perçu semblent aussi influencer l adoption des services bancaires sur Internet selon les résultats de l étude qualitative et aussi selon les

11 recherches empiriques antérieurs menées dans le contexte de la banque en ligne. Le concept de risque perçu est considéré comme étant multidimensionnel pour pouvoir évaluer l effet relatif de chaque dimension. Il est important de noter également que l effet du risque perçu est considéré comme modérateur sur la relation entre l intention et le comportement d utilisation. Les caractéristiques individuelles à savoir le genre, l âge, le revenu et le niveau scolaire ont été également inclut dans le cadre conceptuel. Leur effet est modérateur sur les relations entre les concepts. Caractéristiques individuelles Genre Age Revenu Niveau scolaire Avantage relatif Utilité perçue Connaissance Accès à Internet Coût Normes subjectives Confiance Intention d utilisation Risque perçu - de performance - de sécurité Comportement d utilisation Figure. Cadre conceptuel de l adoption de la banque en ligne par le consommateur tunisien

12 CONCLUSION L étude qualitative nous a permis de vérifier la pertinence de certaines variables issues de la littérature d adoption des technologies et des recherches antérieures dans le contexte tunisien. Elle nous a permis également de vérifier que les variables existantes sont suffisantes et qu on n a pas besoin d ajouter des concepts spécifiques au contexte tunisien. En plus, elle a permis de mettre l accent sur les concepts les plus importants pour le consommateur tunisien à savoir la connaissance de la banque en ligne, l avantage relatif et le coût de la banque en ligne. Finalement, les résultats de l étude qualitative nous ont permis de choisir les concepts à inclure dans le cadre conceptuel propre au contexte tunisien.

13 REFERENCES Adesina, A.A., Ayo, C.K. (200), An Empirical Investigation of the Level of Users Acceptance of E-Banking in Nigeria, Journal of Internet Banking and Commerce, vol. 5(), -3. Agarwal, R., Rastogi, S., Mehrotra, A. (2009), Customers perspectives regarding e- banking in an emerging economy, Journal of Retailing and Consumer Services, 6, Aldas-Manzano, J., Lassala-Navarré, C., Ruiz-Mafé, C., Sanz-Blas, S., (2009), Key drivers of Internet banking services use, Online Information Review, 33, 4, Al-Majali, M., Nik Kamariah, N.M. (200), Application of Decomposed Theory of Planned Behavior on Internet Banking Adoption in Jordan, Journal of Internet Banking and Commerce, 5(2), -7. Alsajjan, B., A. (2009), The relative importance of trust intentions and trust beliefs in Internet banking adoption, International Review of Business Research Papers, 5, 5, Alsajjan, B., A., Dennis, C. (2009), Internet banking acceptance model: Cross-market examination, Journal of Business Research, Article in press. Al-Somali, S. A., Gholami, R., Clegg, B. (2009), An investigation into the acceptance of online banking in Saudi Arabia, Technovation, 29, Amin, H. (2007), Internet Banking Adoption Among Young Intellectuals, Journal of Internet Banking and Commerce, 2, 3, -3. Bandura, A. (982), Self-Efficacy Mechanism in Human Agency, American Psychologist, 37, 2, Bauer, K., Hein, S. E. (2006), The effect of heterogeneous risk on the early adoption of Internet banking technologies, Journal of Banking & Finance, 30, Boyacioglu, M.A., Hotamis T.H., Cetin, H. (200), An Evaluation of Internet Banking in Turkey, Journal of Internet Banking and Commerce, 5(2), -32. Calisir, F., Gumussoy, C. A. (2008), Internet banking versus other banking channels: young consumers view, International Journal of Information Management, 28, Casalo, L. V., Flaviàn, C., Guinaliu, M. (2007), The role of security, privacy, usability and reputation in the development of online banking, Online Information Review, 3, 5, Chang, Y. T. (2005), Dynamics of Internet Banking Adoption, ESRC Centre for Competition Policy, Working Paper Chau, P. Y. K., Lai, V. S. K. (2003), An empirical Investigation of the determinants of user acceptance of Internet banking, Journal of Organizational Computing and Electronic Commerce, 3, 2, Cheng, T. C. E., Lam, D.Y. C., Yeung, A. C. L. (2006), Adoption of Internet banking: An empirical study in Hong Kong, Decision Support Systems, 42, Davis, F. D. (989), Perceived usefulness, perceived ease of use, and user acceptance of information technology, MIS Quarterly 3(3): Dixit, N., Datta, S.K. (200), Acceptance of E-banking among Adult Customers: An Empirical Investigation in India, Journal of Internet Banking and Commerce, 5(2),

14 -7. Eastin, M. S. (2002), Diffusion of e-commerce: an analysis of the adoption of four e- commerce activities, Telematics and Informatics, 9, Eriksson, K., Nilsson, D. (2007), Determinants of the continued use of self-service technology: The case of Internet banking, Technovation, 27, Featherman, M. S., Fuller, F. (2003), Applying TAM to e-services adoption: the moderating role of perceived risk, Proceedings of the 36th Hawaii International Conference on System Sciences. Featherman, M. S., Pavlou, P. A. (2003), Predicting e-services adoption: a perceived risk facets perspective, International Journal of Human - Computer Studies, 59, Featherman, M. S., Wells, J. D. (2004), The intangibility of e-services: effects on artificiality, perceived risk, and adoption, Proceedings of the 37th Hawaii International Conference on System Sciences. Fishbein, M. A., Ajzen, I. (975), Belief, Intention and Behavior: An Introduction to Theory and Research, Addison-Wesley, Reading, Massachusetts. Gerrard, P., Cunningham, J. B. (2003), The diffusion of Internet banking among Singapore consumers, The International Journal of Bank Marketing, 2,, Gikandi, J. W., Bloor, C. (200), Adoption and effectiveness of electronic banking in Kenya, Electronic Commerce Research and Applications, Article in press. Gu, J. C., Lee, S. C., Suh, Y. H. (2009), Determinants of behavioral intention to mobile banking, Expert Systems with Applications, 36, Hogarth, J. M., Kolodinsky, J. M., Gabor, T. (2006), Consumer payment choices: paper, plastic or electrons? Consumer Interests Annual, 52. Hwang, Y., Kim, D. J. (2007), Customer self-service systems: The effects of perceived Web quality with service contents on enjoyment, anxiety, and e-trust, Decision Support Systems, 43, Jih, W. J., Wong, S. W., Chang, T. B. (2005), Effects of perceived risks on adoption of Internet banking services: An empirical investigation in Taiwan, International Journal of E-Business Research,,, Kamel, S., Hassan, A. (2003), Assessing the introduction of electronic banking in Egypt using the technology acceptance model, Annals of Cases on Information Technology, 5, -24. Kolodinsky, J. M., Hogarth, J. M., Hilgert, M. A. (2004), The adoption of electronic banking technologies by US consumers, The International Journal of Bank Marketing, 22, 4, Kuisma, T., Laukkanen, T., Hiltunen, M. (2007), Mapping the reasons for resistance to Internet banking: A means-end approach, International Journal of Information Management, 27, Laforet, S., Li, X. (2005), Consumers' attitudes towards online and mobile banking in China, The International Journal of Bank Marketing, 23, 4/5, Lai, V. S., Li, H. (2005), Technology acceptance model for Internet banking: an invariance analysis, Information & Management, 42, Lallmahamood, M. (2007), An examination of individual s perceived security and privacy of the Internet in Malaysia and the influence of this on their intention to use e-commerce: Using an extension of the Technology Acceptance Model, Journal of

15 Internet Banking and Commerce, 2, 3, -26. Laukkanen, L., Sinkkonen, S., Laukkanen, P. (2009), Communication strategies to overcome functional and psychological resistance to Internet banking, International Journal of Information Management, 29, -8. Lee, M. C. (2009), Factors influencing the adoption of internet banking: An integration of TAM and TPB with perceived risk and perceived benefit, Electronic Commerce Research and Applications, 8, Lee, J., Allaway, A. (2002), Effects of personal control on adoption of self-service technology innovations, The Journal of Services Marketing, 6, 6, Lee, K.S., Lee, H.S., Kim, S.Y. (2007), Factors Influencing the Adoption Behavior of Mobile Banking: A South Korean perspective, Journal of Internet Banking and Commerce, 2(2), -9. Lichtenstein, S., Williamson, K., (2006), Understanding consumer adoption of Internet Banking: An interpretive study in the Australian banking context, Journal of Electronic Commerce Research, 7, 2, Littler, D., Melanthiou, D. (2006), Consumer perceptions of risk and uncertainty and the implications for behaviour towards innovative retail services: The case of Internet Banking, Journal of Retailing and Consumer Services, 3, Luarn, P., Lin, H. H. (2005), Toward an understanding of the behavioral intention to use mobile banking, Computers in Human Behavior, 2, Luo, X., Li, H., Zhang, J., Shim, J. P. (200), Examining multi-dimensional trust and multi-faceted risk in initial acceptance of emerging technologies: An empirical study of mobile banking services, Decision Support Systems, 49, Mattila, M., Karjaluoto, H., Pento, T. (2003), Internet banking adoption among mature customers: early majority or laggards? Journal of Services Marketing, 7, 5, Ndubisi, N. O., Sinti, Q. (2006), Consumer attitudes, system's characteristics and Internet banking adoption in Malaysia, Management Research News, 29, /2, Nor, K. M., Pearson, J. M. (2007), The influence of trust on Internet banking acceptance, Journal of Internet Banking and Commerce, 2, 2, -0. Qureshi, T.M., Zafar, M.K., Khan, M.B. (2008), Customer Acceptance of Online Banking in Developing Economies, Journal of Internet Banking and Commerce, 3(), -9. Pikkarainen, T., Pikkarainen, K., Karjaluoto, H., Pahnila, S. (2004), Consumer acceptance of online banking: An extension of the Technology Acceptance Model, Internet Research, 4, 3, Polatoglu, V. N., Ekin, S. (200), An empirical investigation of the Turkish consumers' acceptance of Internet banking services, The International Journal of Bank Marketing, 9, 4/5, Ramayah, T., Jantan, M., Mohd Noor, M. N., Ling, K. P., Razak, R. C. (2003), Receptiveness of Internet banking by Malaysian consumers: The case of Penang, Asian Academy of Management Journal, 8, 2, -29. Reid, M., Levy, Y. (2008), Integrating Trust and Computer Self-Efficacy with TAM: An Empirical Assessment of Customers Acceptance of Banking Information Systems (BIS) in Jamaica, Journal of Internet Banking and Commerce, 2(3), -8. Rexha, N., Kingshott, R. P. J., Aw, A. S. S. (2003), The impact of the relational plan on

16 adoption of electronic banking, The Journal of Services Marketing, 7,, Sathye, M. (999), Adoption of Internet banking by Australian consumers: an empirical investigation, The International Journal of Bank Marketing, 7, 7, Shih, Y. Y., Fang, K. (2004), The use of a decomposed theory of planned behavior to study Internet banking in Taiwan, Internet Research, 4, 3, Srivastava, R. K. (2007), Customer s perception on usage of Internet banking, Innovative Marketing, 3, 4, Suh, B., Han, I. (2002), Effect of trust on customer acceptance of Internet banking, Electronic Commerce Research and Applications,, Suoranta, M., Mattila, M. (2004), Mobile banking and consumer behaviour: New insights into the diffusion pattern, Journal of Financial Services Marketing, 8, 4, Tan, M., Teo, T. S. H. (2000), Factors influencing the adoption of Internet Banking, Journal of the Association for Information Systems,, 5, -42. Venkatesh,V., Morris, M. G., Davis, G. B., Davis, F. D. (2003), User acceptance of information technology: Toward a unified view, MIS Quarterly, 27, 3, Wang, Y. S., Lin, H. H., Luarn, P. (2006), Predicting consumer intention to use mobile service, Infomation Systems Journal, 6, Wang, Y. S., Wang, Y. M., Lin, H. H., Tang, T. I. (2003), Determinants of user acceptance of Internet banking: an empirical study, International Journal of Service Industry Management, 4, 5, Wungwanitchakorn, A. (2002), Adoption Intention of Banks Customers on Internet Banking Service, ABAC Journal, 22, 3, Yiu, C. S., Grant, K., Edgar, D. (2007), Factors affecting the adoption of Internet Banking in Hong Kong - Implications for the banking sector, International Journal of Information Management, 27, Yousafzai, S. Y., Foxall, G. R., Pallister, J. G. (200), Explaining Internet banking behavior: Theory of Reasoned Action, Theory of Planned Behavior, or Technology Acceptance Model? Journal of Applied Social Psychology, 40, 5, Yousafzai, S. Y., Pallister, J. G., Foxall, G. R. (2009), Multi-dimensional role of trust in Internet banking adoption, The Service Industries Journal, 29, 5, Zhou, T., Lu, Y., Wan, B. (200), Integrating TTF and UTAUT to explain mobile banking user adoption, Computers in Human Behavior, 26,

17 ANNEXE Les unités d enregistrement et les unités de sens Unités de sens Unités d enregistrement Occurrences Connaissance de la banque en ligne Avantage relatif Je crois que ma banque propose les services bancaires sur Internet mais je n ai pas l information exacte. Je n utilise pas les services bancaires sur Internet parce que j ignore leur existence. La banque doit faire de la publicité pour informer les clients sur l existence de la banque en ligne A l agence, personne ne m proposé ces services sur Internet Ma banque propose les services sur Internet, je suis moi-même utilisateur C est le travail du service client, il doit nous informer J ai entendu de ces services du bouche à oreille Ça permet d éviter de se déplacer à l agence C est plus rapide que de le faire à l agence Ça permet d économiser beaucoup de temps C est plus efficace que les services de l agence C est disponible à tout moment et n importe où C est pratique Coût Ils doivent être à peu près gratuits La banque doit minimiser les coûts d utilisation Les tarifs doivent être intéressants Les prix doivent être bien étudiés Je ne connais pas les coûts Il est actuellement gratuit donc je continue à l utiliser La banque devrait participer aux coûts de l abonnement à Internet

18 Unités de sens Unités d enregistrement Occurrences Utilité perçue Je n ai pas besoins d utiliser l Internet tant que je peux le faire à l agence. Je n ai pas trop de charges bancaires pour que j utilise Internet C est un bon service mais ce n est pas utile pour un fonctionnaire Ce sont des services utiles pour l utilisateur qui veut avoir un crédit, il peut faire des simulations C est un service complémentaire, il ne peut pas remplacer les services de l agence Risque de performance Tous les types de services doivent être faisables sur Internet et pas uniquement la consultation du solde Je ne veux pas effectuer une opération et puis aller à l agence pour vérifier Quand la connexion est mauvaise, ça peut engendrer des problèmes Je crains ne pas avoir l information dont j ai besoin. L information n est pas actualisée et les opérations ne sont pas enregistrées en temps réel. La banque doit améliorer les services aux guichets avant de penser aux services sur Internet Risque de sécurité Il y a possibilité d intrusion par erreur ou exprès Ces services sont peu sécurisés La banque doit améliorer la fiabilité et la sécurité de ces services Ces services souffrent du problème de piratage Les attaques de virus peuvent détruire tout l historique

19 Unités de sens Unités d enregistrement Occurrences Confiance Le tunisien reste toujours sceptique à l égard du paiement électronique Je n ai pas confiance en ces services virtuels, je préfère la méthode ancienne Ils informent les hommes d affaires mais un simple salarié comme moi ne les intéresse pas Facilité perçue Le site doit être simple et pratique pour que je navigue facilement. C est un service facile à utiliser Il faut que je trouve l information plus facilement. Ce n est pas compliqué, c est une simple navigation sur Internet Normes subjectives Je ne suis pas à jour Je me sens dépassée, je n arrive pas à me brancher sur la culture Internet Ça permet d être à la page et de savoir tout ce qui se passe Ça aide à être à jour C est un service à la mode, il est important de l utiliser 5 Accès à Internet Je n ai pas une connexion Internet chez moi Je n ai accès à Internet qu au bureau Mon fils utilise Internet tout le temps, il ne me laisse pas le temps pour l utiliser. 3 5

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario.

Merci de remplir ce questionnaire sur le programme-cadre d éducation physique et santé de l Ontario. À TITRE D INFORMATION : Le présent document vous est fourni à seul titre d information. Un lien URL unique utilisable une seule fois sera fourni aux directions des écoles élémentaires financées par les

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec Lévis (Québec) Juin 2011 1. Profil des répondants Un échantillon de 718 personnes

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS

LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS ? Vous achetez en ligne Alors suivez notre guide! EDITION 2012 LE GUIDE DES E-CONSOMMATEURS VOUS SAUREZ TOUT SUR L'ACHAT EN LIGNE! AVEC NOTRE GUIDE DU CYBER SHOPPING! UN GUIDE DE LA «2 Éditorial Partant

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

AdunoAccess: gérez facilement votre affaire en ligne.

AdunoAccess: gérez facilement votre affaire en ligne. Clair: un aperçu vous donne toutes les informations. Votre partenaire de confiance pour les solutions de terminaux et bien plus. Vous trouverez le login à votre AdunoAccess sur www.aduno.ch. A propos de

Plus en détail

Les services de paiement en ligne

Les services de paiement en ligne Les services de en ligne Bertrand KRUG Médiamétrie//NetRatings 14 mai 2008 Les services de utilisés Q3 : Parmi les services de listés ci-dessous, pouvez-vous nous indiquer lesquels vous avez utilisés lors

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public

Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public Résultats préliminaires de l enquête sur la dématérialisation du processus d achat public Juillet 2008 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management des systèmes d information Institut de recherche

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Les déterminants d acceptation, par les entreprises, des services publics électroniques : Le cas de la télé-déclaration fiscale en Tunisie

Les déterminants d acceptation, par les entreprises, des services publics électroniques : Le cas de la télé-déclaration fiscale en Tunisie Les déterminants d acceptation, par les entreprises, des services publics électroniques : Le cas de la télé-déclaration fiscale en Tunisie Résumé Les services publics constituent un espace excitant pour

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel Communiqué de presse «Recruiting Trends Suisse 2012» Sondage effectué auprès des 500 plus grandes entreprises suisses Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en ligne».

Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en ligne». Formation : «Mettre en place sa plateforme de communication et de collaboration en». 1 Contexte Dans tous les secteurs professionnels, la quantité d informations à traiter et la complexité des travaux

Plus en détail

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS White Paper «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS 11 juin 2012 Sommaire L ILNAS et le service de la confiance numérique NormaFi-IT : projet de recherche sur le thème de

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Sondage sur l endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie Sondage sur l endettement et la retraite mené pour le compte de la Banque Manuvie 15 mai 2012 #dettes #retraite Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

Autolib étude clientèle réalisée à l occasion du premier anniversaire

Autolib étude clientèle réalisée à l occasion du premier anniversaire Autolib étude clientèle réalisée à l occasion du premier anniversaire 1201672 Novembre 2012 Sommaire Introduction Les résultats de l étude I. Bilan et perspectives de développement d Autolib 1. Satisfaction

Plus en détail

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat 2014 Edition Spéciale 3 Intelligence Applied 1 Le e-commerce a dominé la croissance des entreprises ces dernières années. Mais les marques et les distributeurs devraient lui en demander plus. Voici pourquoi...

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter!

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Le paiement au comptant reste le moyen de financement de prédilection lors de l achat d une voiture, mais le leasing auto se

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Très faible nombre de sociétés certifiées ISO 27001 en France

Très faible nombre de sociétés certifiées ISO 27001 en France Conférence CLUSIF, 23 Octobre 2008 Très faible nombre de sociétés certifiées ISO 27001 en France Retour d expérience de la dernière en date Stéphane Duproz Directeur Général stephane.duproz@telecity.com

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Immotheker, comment financer l achat de ma maison?

Immotheker, comment financer l achat de ma maison? Immotheker, comment financer l achat de ma maison? La meilleure formule, pour mon assurance aussi. Grâce à l Immotheker, je sais avec précision quel budget je puis consacrer à mon projet. En tant que client

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

POLE REGIONAL DE QUALITE LOGICIELLE

POLE REGIONAL DE QUALITE LOGICIELLE Charleroi 2020 POLE REGIONAL DE QUALITE LOGICIELLE (quality measurement for software technologies) 40 Table des Matières 1 Nom du projet... 41 2 Opérateur... 41 3 Autorité responsable... 41 4 Contexte...

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH

7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH 7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH LES 7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES RH C est en 1970 qu apparurent les premiers logiciels destinés au monde des ressources humaines et plus particulièrement

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

vous guider Sur Internet aussi, ma MSA est à mon service www.msa.fr

vous guider Sur Internet aussi, ma MSA est à mon service www.msa.fr vous guider Sur Internet aussi, ma MSA est à mon service www.msa.fr comment accéder au site de votre msa? Pour vous rendre sur le site de votre MSA, c est très simple. Vous pouvez vous connecter de trois

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

VP Bank e-banking Une solution de première classe répondant à vos exigences

VP Bank e-banking Une solution de première classe répondant à vos exigences VP Bank e-banking Une solution de première classe répondant à vos exigences Chère lectrice, cher lecteur Souhaitez-vous décider vous-même où et quand vous effectuerez vos opérations bancaires? Avec VP

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

La place en crèche d entreprise :

La place en crèche d entreprise : La place en crèche d entreprise : Comment facilite-t-elle la conciliation vie familiale et vie professionnelle des salariés-parents? Direction Marketing Communication Etudes www.babilou.com Note méthodologique

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Niveau de service et accessibilité aux réseaux numériques des entreprises en Haute-Marne. Mars 2014

Niveau de service et accessibilité aux réseaux numériques des entreprises en Haute-Marne. Mars 2014 Niveau de service et accessibilité aux réseaux numériques des entreprises en Haute-Marne Mars 2014 Contexte et objectif de l enquête Contexte : - Démarrage effectif d internet en 1992-93. - Développement

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

Connaissance du CPF. Février 2015. Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay. Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10

Connaissance du CPF. Février 2015. Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay. Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10 Connaissance du CPF Février 2015 Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10 OpinionWay, 15 place OpinionWay de la République, pour le FAFSEA 75003 Paris. -

Plus en détail

Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces

Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces Se connecter, analyser et optimiser ses ventes : 3 étapes gagnantes pour les e-commerces Face aux rapides évolutions de consommation et de distribution en ligne, 3 experts du e-commerce international ont

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT

ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT A l'attention de Mael Rasch et Alain Cornu MARKET AUDIT 78 bd Leclerc Les Paraboles II BP 30515-59059 ROUBAIX cedex 1 Tél : 03 595 695 00 - Fax : 03 595 695 09 E-mail : Contact@Marketaudit.fr

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Sodexo Card. Guide pratique pour la Sodexo Card. Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité

Sodexo Card. Guide pratique pour la Sodexo Card. Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité Sodexo Card Guide pratique pour la Sodexo Card Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité Table des matières Bienvenue, La Sodexo Card c est facile, tout simplement 1. La Sodexo Card

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude. Testez la fiabilité de votre projet. Juin 2013. N 1674 : Transactions Paypal

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude. Testez la fiabilité de votre projet. Juin 2013. N 1674 : Transactions Paypal Résultats d Etude N 1674 : Transactions Paypal L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction... 3 Synthèse... 5 PAGE 3 :... 6 Question 3/7... 6 Quel(s) type(s) de vente(s)

Plus en détail

L e-procurement, vision d une entreprise cliente. Operations Support (nils.panchaud@epfl.ch) Le conférencier. EPFL en bref

L e-procurement, vision d une entreprise cliente. Operations Support (nils.panchaud@epfl.ch) Le conférencier. EPFL en bref L e-procurement, vision d une entreprise cliente Nils Panchaud, Chef de service, EPFL Lausanne Le conférencier Nils Panchaud, Chef de service Operations Support (nils.panchaud@epfl.ch) Recherche de solutions

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau

Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau Comme les années précédentes, Belnet a mené une enquête de satisfaction auprès des organisations connectées à son réseau afin d évaluer leur niveau de satisfaction. En 2013, l enquête a été effectuée par

Plus en détail