Les recommandations de la Banque de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les recommandations de la Banque de France"

Transcription

1 Les recommandations de la Banque de France pour la sécurité des paiements en ligne Marc ANDRIES Chef du Service de Surveillance des Moyens de Paiement Scripturaux FEVAD Le paiement en ligne 29 avril 2009 Mission de la Banque de France Promotion du bon fonctionnement et de la sécurité des systèmes de paiement, y compris des moyens de paiement En France - article L141-4 du Code Monétaire et Financier La Banque de France s'assure de la sécurité des moyens de paiement [ ], et de la pertinence des normes applicables en la matière. Au sein de l Eurosystème: Article du Traité de Maastricht Moyens d action Définition d exigences de sécurité à partir d une analyse de risques Evaluations sur pièces et sur place Recommandations Principes d action : transparence, neutralité concernant les technologies 2 1

2 L Observatoire de la sécurité des cartes de paiement Forum de dialogue : émetteurs, commerçants, consommateurs, parlementaires, administrations Présidé par le gouverneur de la Banque de France, secrétariat assuré par la Banque de France Une triple mission : Suivre la mise en œuvre des mesures de sécurité adoptées par les émetteurs et les commerçants Établir des statistiques en matière de fraude Assurer une veille technologique Rapport annuel remis au ministre chargé de l'économie et transmis au Parlement (disponible sur le site internet). 3 Paiements en ligne: augmentation de la fraude et des attaques La fraude en paiement à distance devient un problème majeur FR = 50 M en 2007 (Fr/Fr) (+51% contre +41% en 2006): 5% des transactions représentent 44% de la fraude totale [En comparaison : UK = 290M en 2007 (+37%) - environ 365M ] Elle est en nette augmentation en 2008 et pèse sur l évolution globale de la fraude. La Banque de France utilisateurs 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Part des différents type de paiement (sur les transactions nationales en 2007) 24% 70% Part des transactions 2% 3% Retraits Paiements à distance sur internet Paiements à distance hors internet Paiements de proximité et sur automate 17% 23% 21% 40% Part de la fraude considère qu il y a un risque de confiance des Les attaques sur les sites de banque en ligne s intensifient et deviennent plus sophistiquées. Les parades par fermeture des sites ne sont plus tenables 4 2

3 Paiements en ligne : quelle sécurité? Risques communs à la banque en ligne et au paiement à distance: L utilisation de réseaux ouverts facilite les attaques Difficulté de protection du poste client L authentification du porteur de la carte et de l utilisateur de banque en ligne reste le problème principal Les solutions de scoring et les différents standards sur la protection des données peuvent toutefois participer en parallèle à la sécurisation des accès et des données sensibles Le développement de la banque en ligne et du commerce électronique est souhaitable ; en accompagnement, la sécurité doit se développer Il existe pour cela une offre variée de solutions désormais matures sur le marché, déjà largement déployées dans les autres pays européens 5 Solutions disponibles Exemples Cartes combinées Authentification à deux facteurs (lecteurs de cartes EMV, tokens ) Utilisation de deux canaux de communication (Internet + SMS ) Grilles d authentification 6 3

4 Les recommandations de la Banque de France Lettres du gouverneur aux présidents des banques, 15 juillet 2008 : Mise en œuvre de solutions d authentification non rejouable pour la banque en ligne et pour les paiements en ligne par carte Déploiement effectif auprès d une partie de la clientèle avant fin juin 2009 (par exemple la clientèle plus active) Généralisation auprès de l ensemble de la clientèle de banque en ligne ou réalisant des paiements par carte sur internet pour fin juin 2010 Toutes les banques sont concernées Les recommandations sont exprimées en termes de niveau de sécurité (authentification non rejouable), et non en termes de produits et de solutions techniques 7 Les recommandations de la Banque de France Pour la banque en ligne, l authentification non rejouable est requise : pour la réalisation des «opérations sensibles» : toutes les opérations permettant d effectuer directement ou indirectement un transfert de fonds sortant, entraînant l appauvrissement du compte du client (ex : virements, commande de moyens de paiement, mise à jour des données client permettant une prise de contrôle même partielle du compte, adhésion à une offre de carte virtuelle, coffre-fort électronique ) A défaut, dès la connexion au site, compte tenu de la multiplicité des services concernés Eviter également la saisie et l affichage des identifiants de compte et de carte, qui sont des données sensibles 8 4

5 Les recommandations de la Banque de France Pour les paiements en ligne par carte La mise en place de l authentification non rejouable pour les paiements par carte de type interbancaire passe par une architecture telle que 3D-Secure L équipement des porteurs doit être généralisé ; synergies souhaitables avec les solutions choisies pour la banque en ligne L utilisation de mots de passe statiques (ex : date de naissance), qui a pu être utile pour le lancement, est à proscrire L équipement des commerçants est encouragé : l offre bancaire sur 3D- Secure doit être claire et attractive (report de la fraude, ergonomie, coût, etc.). Points d attention : intérêt d un traitement différencié pour les transactions de faible montant les secteurs commerciaux les plus fraudés à équiper en priorité 9 Les actions de l Eurosystème Solutions de paiement nationales : compétence de la BC nationale Solutions de paiement transfrontalières : organisation coopérative, sous la conduite d un lead overseer Un cadre de surveillance pour les cartes, publié en janvier systèmes de paiement par carte (interbancaire ou privatif) en cours d évaluation Deux cadres de surveillance en cours de préparation : pour le virement (cf. banque en ligne) pour le prélèvement 10 5

6 Merci de votre attention Questions? 11 6

LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS. 2 juin 2015

LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS. 2 juin 2015 LES BANQUES FRANÇAISES ENGAGÉES EN FAVEUR DES MOYENS DE PAIEMENT INNOVANTS 2 juin 2015 Les paiements en France 18 milliards d opérations de paiement traitées en 2013 Montant global des paiements en France

Plus en détail

3 ÉTAT DES LIEUX DE LA SÉCURISATION DES PAIEMENTS PAR CARTE SUR INTERNET

3 ÉTAT DES LIEUX DE LA SÉCURISATION DES PAIEMENTS PAR CARTE SUR INTERNET 3 ÉTAT DES LIEUX DE LA SÉCURISATION DES PAIEMENTS PAR CARTE SUR INTERNET Afin de lutter contre la progression constante de la fraude sur les paiements à distance, qui représente en 2010 101,1 M (pour un

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ DES CARTES DE PAIEMENT. bservatoire de la sécurité des cartes de paiement. www.observatoire-cartes.

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ DES CARTES DE PAIEMENT. bservatoire de la sécurité des cartes de paiement. www.observatoire-cartes. 2014 RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ DES CARTES DE PAIEMENT bservatoire de la sécurité des cartes de paiement www.observatoire-cartes.fr bservatoire de la sécurité des cartes de paiement

Plus en détail

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010

2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 2 STATISTIQUES DE FRAUDE POUR 2010 Depuis 2003, l Observatoire établit des statistiques de fraude sur les cartes de paiement de type «interbancaire» et de type «privatif», sur la base de données recueillies

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

Les " bonnes pratiques" 3D Secure

Les  bonnes pratiques 3D Secure Les " bonnes pratiques" 3D Secure Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social : 12 place des Etats-Unis 92127 Montrouge Cedex. Immatriculée au registre de Nanterre sous

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

La Fevad : l organisation professionnelle des acteurs du e-commerce. Le commerce à distance et le paiement sur internet

La Fevad : l organisation professionnelle des acteurs du e-commerce. Le commerce à distance et le paiement sur internet Paiement sur Internet à l'heure de 3DSecure Le commerce à distance et le paiement sur internet Marc Lolivier Délégué Général de la FEVAD Conférence Publi-News 16 février 2010, Paris La Fevad : l organisation

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 141 15 juillet 2011. S o m m a i r e BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1985 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 141 15 juillet 2011 S o m m a i r e Règlement de la Banque centrale

Plus en détail

Une technologie de rupture

Une technologie de rupture Une technologie de rupture Conçue pour l utilisateur final À partir de son outil de communication préféré Pour de nouveaux usages Dans laquelle la sécurité est totale mais transparente Créée en 2010, genmsecure

Plus en détail

La révolution des paiements par cartes bancaires. Présenté par. Gilles Sartre et Thierry Saxod

La révolution des paiements par cartes bancaires. Présenté par. Gilles Sartre et Thierry Saxod La révolution des paiements par cartes bancaires Présenté par Gilles Sartre et Thierry Saxod Environnement et grandes tendances Un monde «physique» Un client «sédentaire» Un monde «numérique» Un client

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires»

Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Consultation du SEPA Cards Standardisation Volume V5.5 Chapitre 5 : «Exigences sécuritaires» Contribution du Commerce PCI-DSS et protection des données cartes de paiement : évolution vers le «chiffrement

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ DES CARTES DE PAIEMENT. bservatoire de la sécurité des cartes de paiement. www.observatoire-cartes.

RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ DES CARTES DE PAIEMENT. bservatoire de la sécurité des cartes de paiement. www.observatoire-cartes. 2013 RAPPORT ANNUEL DE L OBSERVATOIRE DE LA SÉCURITÉ DES CARTES DE PAIEMENT bservatoire de la sécurité des cartes de paiement www.observatoire-cartes.fr bservatoire de la sécurité des cartes de paiement

Plus en détail

Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France

Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France Sécurité à l heure de la DME2: Le point de vue de la Banque de France Jerome FANOUILLERE Surveillance des moyens de paiement scripturaux Banque de France Conférence EIFR 28/02/2013 1 Plan Le Rôle de la

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique EESTEL vous propose en cette année 2010 une formation à la monétique rénovée, en fonction : - D une part, des nouvelles architectures fonctionnelles issues du SEPA et de l irruption de nouveaux Opérateurs

Plus en détail

Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de

Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2010/ N 6 du 8 septembre 2010 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de règlement des opérations sur titres, des instruments de paiement,

Plus en détail

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE

3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3 SYSTEMES DE PAIEMENT ET CIRCULATION FIDUCIAIRE 3-1. SYSTEMES ET MOYENS DE PAIEMENT 1/6/213 Les systèmes de paiement en Tunisie s articulent autour de 2 types : - systèmes de paiement net ou de compensation

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013

Offre IDALYS. Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital. Mai 2013 Offre IDALYS Le conseil couvrant tous les aspects métiers du commerce digital Focus sur : 1. Équilibre entre CA et Fraude 2. Étude d opportunité e-wallets Mai 2013 IDALYS - Sommaire 1 Présentation d IDALYS

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

Le e-commerce en France

Le e-commerce en France Le e-commerce en France 117.500 sites en 2012 Nouvelle hausse Hausse des opérations Nouvelle hausse des opérations en nombre 42,9 en 2011 45 Mds en 2012 (+ 19%) Les cybers acheteurs Les moyens de paiements

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 19/10/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique

Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique 1 Trophée 2013 des Solutions Bancaires Innovantes Formations qualifiantes dans le domaine du paiement électronique Formation globale au système monétique Formation globale au système monétique... 3 Formation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

1 JO L 181 du 4 juillet 2001, pages 6 et seq.

1 JO L 181 du 4 juillet 2001, pages 6 et seq. POSITION COMMUNE DE L EUROSYSTEME CONCERNANT L UTILISATION DES CAISSES RECYCLANTES PAR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT AINSI QUE LES AUTRES ETABLISSEMENTS DE LA ZONE EURO PARTICIPANT A TITRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente Echangeur (CCI de Bordeaux) 07 juillet 2009 Vendre en ligne en toute sécurité Sommaire Zoom sur le e-commerce français Connexion des foyers français,

Plus en détail

L INNOVATION AU POINT D ENCAISSEMENT

L INNOVATION AU POINT D ENCAISSEMENT L INNOVATION AU POINT D ENCAISSEMENT Une vision avant-gardiste Depuis trois décennies, VeriFone est le leader mondial en matière de technologies de paiement. Précurseur et chef de file du secteur, VeriFone

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

PayPlug. 15 000 clients TPE et indépendants. 3,2 millions d euros levés depuis 2012. Présent dans 5 pays européens

PayPlug. 15 000 clients TPE et indépendants. 3,2 millions d euros levés depuis 2012. Présent dans 5 pays européens La société! PayPlug Paiement en ligne! Prédiction de fraude! 3,2 millions d euros levés depuis 2012 15 000 clients TPE et indépendants Présent dans 5 pays européens 2 PayPlug emploie 18 personnes Camille

Plus en détail

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité

1. Le m-paiement. 2. Le régime juridique du m- paiement. 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement 2. Le régime juridique du m- paiement 3. Le m-paiement et les failles de sécurité 1. Le m-paiement, c est? Définition: ensemble des paiements pour lesquels les données de paiement et les

Plus en détail

Augmenter votre Chiffre d Affaires.

Augmenter votre Chiffre d Affaires. Augmenter votre Chiffre d Affaires. Notre histoire 1993 : création de CEV en Normandie : Programme de fidélité sur carte à puce pour les commerçants de proximité 2005 : CEV crée Alios, pour répondre aux

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Cybersécurité. Des solutions pour protéger les clients TALK & TOUCH / JANVIER 2016

Cybersécurité. Des solutions pour protéger les clients TALK & TOUCH / JANVIER 2016 Cybersécurité Des solutions pour protéger les clients TALK & TOUCH / JANVIER 2016 SOMMAIRE Des contacts plus fréquents avec les clients via le digital Chiffres clés de la cybercriminalité Innover, depuis

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Sécuriser le e-commerce avec la technologie XCA. «Une sécurité qui inspire la confiance»

Sécuriser le e-commerce avec la technologie XCA. «Une sécurité qui inspire la confiance» Sécuriser le e-commerce avec la technologie XCA Les enjeux du e-commerce mondial Dès 2006, la barre des 100 millions d acheteurs européens en ligne a été dépassée. Avec un montant moyen d achats de 1000

Plus en détail

Financement des TPE-PME

Financement des TPE-PME Financement des TPE-PME Présentation d initiatives françaises Atelier 2 Introduction Les banques sont soumises à des contraintes internes liées à la marge et au risque crédit et des contraintes externes

Plus en détail

5 LES ENJEUX SÉCURITAIRES LIÉS AUX ÉVOLUTIONS DES SYSTÈMES DE PAIEMENT PAR CARTE EN FRANCE ET EN EUROPE

5 LES ENJEUX SÉCURITAIRES LIÉS AUX ÉVOLUTIONS DES SYSTÈMES DE PAIEMENT PAR CARTE EN FRANCE ET EN EUROPE 5 LES ENJEUX SÉCURITAIRES LIÉS AUX ÉVOLUTIONS DES SYSTÈMES DE PAIEMENT PAR CARTE EN FRANCE ET EN EUROPE A l heure où l avenir du marché européen de la carte de paiement implique des décisions stratégiques

Plus en détail

+213 (0) 21 56 25 00. FAX:

+213 (0) 21 56 25 00. FAX: EMV Mme Nejla Belouizdad Directrice Organisation et Sécurité Monétique TEL: +213 (0) 21 56 25 00. FAX: +213 (0) 21 56 18 98. E-mail : nejla.belouizdad@satim-dz.com 46, Rue des fréres Bouadou (Ex Ravin

Plus en détail

Réguler le virtuel : Expérience des jeux en ligne

Réguler le virtuel : Expérience des jeux en ligne Réguler le virtuel : Expérience des jeux en ligne Stéphane Vaugelade Les propos de cette présentation n engagent que leur auteur Forum 2011 1 Sommaire Rappel historique Exigences du régulateur Cahier des

Plus en détail

Cycle Innovation & Connaissance 15 petit déjeuner Mardi 19 février 2013

Cycle Innovation & Connaissance 15 petit déjeuner Mardi 19 février 2013 Cycle Innovation & Connaissance 15 petit déjeuner Mardi 19 février 2013 L innovation par les usages, source de création de valeur pour l entreprise? Mode d emploi Guillaume REGNAULT, Atos Wordline Présentation

Plus en détail

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel

Chronique Publicité. La nouvelle recommandation du BVP. Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Chronique Publicité La nouvelle recommandation du BVP Par Amanda Mahabir, Etudiante en Master Droit et Métiers de l Audiovisuel Le BVP adopte des règles déontologiques pour encadrer les publicités. Au-delà

Plus en détail

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle

La Carte d Achat et la Carte Virtuelle La Carte d Achat et la Carte Virtuelle BNP Paribas Découvrez la Carte d Achat BNP Paribas! Pour simplifier et optimiser la gestion de vos achats, découvrez la Carte d Achat de BNP Paribas une solution

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27

FINANCE ISLAMIQUE. Conditions et tarifs C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 FINANCE ISLAMIQUE Conditions et tarifs 2011 C M J N 67 68 51 47 C M J N 24 100 100 27 Sommaire EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 3 FONCTIONNEMENT DU COMPTE 4 SUIVI DU COMPTE 4 INFORMATIONS ET DOCUMENTS 5 MOYENS

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Directeur Département Monétique

Directeur Département Monétique Directeur Département Monétique FORMATIONS Ingénieur EPF Option aérospatiale Master Génie industriel option Systèmes Electroniques Paris Sud (Orsay) Lead Auditor ISO/IEC 27001 PCI DSS PA DSS PRA, PCA,

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

Prix des services bancaires

Prix des services bancaires Relations banque/clients Prix des services bancaires Dernière mise à jour 15/01/2015 Les banques sont mobilisées depuis plusieurs années pour rendre la banque plus claire et plus simple pour leurs clients.

Plus en détail

Veille technologique. la finance solidaire Chapitre ou éthique 3. 1 La sécurité des terminaux de paiement

Veille technologique. la finance solidaire Chapitre ou éthique 3. 1 La sécurité des terminaux de paiement la finance solidaire Chapitre ou éthique 3 Veille technologique 1 La sécurité des terminaux de paiement Les terminaux de paiement évoluent régulièrement au gré des changements technologiques liés par exemple

Plus en détail

Emigration du personnel de santé: le point de vue des autorités françaises

Emigration du personnel de santé: le point de vue des autorités françaises Emigration du personnel de santé: le point de vue des autorités françaises Mario MILLAN- Adj chef de bureau «Démographie et formations initiales» Sous-DRH Système de Santé Ministère de la Santé et des

Plus en détail

COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014

COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014 COMPTE NICKEL 8 MOIS APRÈS LE LANCEMENT CNLE 16 OCTOBRE 2014 COMPTE NICKEL 8 mois après le lancement Distribution 1.000 buralistes déjà agréés par l ACPR 470 installés 1.500 dossiers en cours d instruction

Plus en détail

Gilles Guitton. Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires "CB"

Gilles Guitton. Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires CB Enjeux et Défis de la Création du Marché Unique des Paiements en Europe (SEPA) pour les Systèmes de Cartes Gilles Guitton Président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires "CB" 9 février

Plus en détail

OSCAMPS Outil de Surveillance et de Cartographie des Moyens de Paiement Scripturaux Partie 2 : Processus d accréditation

OSCAMPS Outil de Surveillance et de Cartographie des Moyens de Paiement Scripturaux Partie 2 : Processus d accréditation Outil de Surveillance et de Cartographie des Moyens de Paiement Scripturaux Partie 2 : Processus d accréditation Présentation du 17/12/2014 : Comment effectuer une remise? 2 canaux existent pour remettre

Plus en détail

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE Etude commanditée par le MAP et le MAE 2005-2006 1 1. Contexte de l étude 1. Contexte et objectifs de l étude 2. Analyse comparative

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

SAFRAN Morpho : Branche Sécurité du groupe SAFRAN

SAFRAN Morpho : Branche Sécurité du groupe SAFRAN Product Line IAM* SAFRAN Morpho : Branche Sécurité du groupe SAFRAN "Plug & Buy: Le paiement en ligne par carte bancaire, simple, rapide et sécurisé, à l'heure d'idénum et 3D Secure." 3 Décembre 2010 *Identity

Plus en détail

Sécuriser. connecter. simplifier. Your multi-channel payment partner.

Sécuriser. connecter. simplifier. Your multi-channel payment partner. Sécuriser. connecter. simplifier. Your multi-channel payment partner. Anticiper l innovation pour offrir à nos clients une technologie de pointe. Technologies de proximité Le groupe Verifone est leader

Plus en détail

Fédérer les identités et développer leurs usages dans de nouveaux contextes

Fédérer les identités et développer leurs usages dans de nouveaux contextes Track 2 : Fédérer les identités et développer leurs usages dans de nouveaux contextes Symposium International de la Transaction Electronique Sécurisée 11 et 12 Juin 2008 Rabat, Maroc 1. Introduction Le

Plus en détail

Protection des données personnelles dans le cadre des traitements de lutte contre la fraude

Protection des données personnelles dans le cadre des traitements de lutte contre la fraude la finance solidaire Chapitre ou éthique 4 Protection des données personnelles dans le cadre des traitements de lutte contre la fraude 37 37 Si dans le domaine du paiement par carte en proximité, l utilisation

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier Effectuez vos paiements et vos opérations de bourse par internet www.bcge.ch Gérer

je connais mon banquier je connais mon banquier Effectuez vos paiements et vos opérations de bourse par internet www.bcge.ch Gérer Effectuez vos paiements et vos opérations de bourse par internet www.bcge.ch Gérer 2 Index 1. Comment devenir utilisateur BCGE Netbanking? 3 2. Les avantages de BCGE Netbanking 4 3. Fonctionnalités BCGE

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Cas Client : Sécuriser les accès aux postes de travail d un organisme d Etat

Cas Client : Sécuriser les accès aux postes de travail d un organisme d Etat Atelier 1 er octobre 2015 11:00 Stand #81 Cas Client : Sécuriser les accès aux postes de travail d un organisme d Etat @loginpeople @eprus @Les_Assises Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences

Plus en détail

VP Bank e-banking Une solution de première classe répondant à vos exigences

VP Bank e-banking Une solution de première classe répondant à vos exigences VP Bank e-banking Une solution de première classe répondant à vos exigences Chère lectrice, cher lecteur Souhaitez-vous décider vous-même où et quand vous effectuerez vos opérations bancaires? Avec VP

Plus en détail

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3

Le mot du Gouverneur. Banque de Finlande 2013 3 Banque de Finlande Le mot du Gouverneur Une monnaie stable et un système financier fiable représentent des choses importantes pour chacun de nous. Veiller à ces deux points relève de la compétence des

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service

Allianz Suisse. Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Allianz Suisse Une stratégie de numérisation claire et une communication clients novatrice ouvrent la voie vers le leadership en termes de service Qualité de service élevée et orientation conséquente vers

Plus en détail

HCE & Authentification de seconde génération

HCE & Authentification de seconde génération HCE & Authentification de seconde génération Catherine Lafitte et Olivier Thiriet Responsables d offre Unité Banque Finance Assurance 10/06/2014 2 Le Host Card Emulation En bref Secure Element Une Librairie

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Vendre sur le Net. Pourquoi pas vous?

PROFESSIONNELS. Vendre sur le Net. Pourquoi pas vous? PROFESSIONNELS Vendre sur le Net Pourquoi pas vous? AVANT DE VOUS LANCER IMPORTANT Avant de démarrer votre activité, analysez les besoins du marché. Étudiez les offres et les stratégies de vos concurrents.

Plus en détail

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING»)

1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») 1 MESURES DE SÉCURITÉ APPLIQUÉES AUX DISPOSITIFS D ÉMISSION IMMÉDIATE DE CARTES DE PAIEMENT EN AGENCE OU EN MAGASIN («INSTANT ISSUING») Dans le cadre de sa mission de suivi des politiques de sécurité mises

Plus en détail

DIFFÉRENCE (n.f) : QUALITÉ QUI NOUS DISTINGUE ET NOUS UNIT. une Banque coopérative. De PROXIMITÉ. Au CŒuR Du DÉVELOPPEMENT

DIFFÉRENCE (n.f) : QUALITÉ QUI NOUS DISTINGUE ET NOUS UNIT. une Banque coopérative. De PROXIMITÉ. Au CŒuR Du DÉVELOPPEMENT DIFFÉRENCE (n.f) : QUALITÉ QUI NOUS DISTINGUE ET NOUS UNIT. En 2012, la Caisse d Epargne Loire Drôme Ardèche a consacré 1 408 500 à des projets de solidarité locale. une Banque coopérative De PROXIMITÉ

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E. Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Paris, 5 mai 2015 Coface débute l année 2015 avec des résultats solides: chiffre d affaires et rentabilité en hausse pour le T1 Croissance du chiffre d affaires : +5,3% à périmètre et change courants (+2,3%

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013

LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 LA E-PRESCRIPTION UNE INFORMATION PARTAGÉE PLATEFORME E-SANTÉ LUXEMBOURG 7 RENCONTRE DES BONNES PRATIQUES 23 OCTOBRE 2013 2 SOMMAIRE LA E-PRESCRIPTION 1 2 3 Présentation de l Agence esanté Luxembourg La

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2016/N 21 du 15 janvier 2016 relatif à la surveillance des systèmes de paiement, des systèmes de règlement des opérations sur

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Maison de retraite 2012-2013

Maison de retraite 2012-2013 Maison de retraite 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 7 1. Définition...7 2. Accès à la profession...7 a. Conditions de qualification professionnelle... 7 b. Personnel médical

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Crédit Mutuel Arkéa annonce son intention de rejoindre Paylib, aux côtés de BNP Paribas, La Banque Postale et Société Générale. De gauche à droite : Frédéric COLLARDEAU (Directeur

Plus en détail

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers?

Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Recommandations révisées du GAFI: davantage d obligations de diligence pour les intermédiaires financiers? Séminaire pour journalistes de SwissBanking, Alexander Karrer, Secrétaire d Etat suppléant Secrétariat

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique

Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique Trophée 2013 des Solutions Bancaires Innovantes Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique Sommaire : Electronic Payment System Manager... 3 Acquiring Electronic Payment Officer...

Plus en détail

Omni. Un point de vente graphique tourné vers l avenir

Omni. Un point de vente graphique tourné vers l avenir Un point de vente graphique tourné vers l avenir Conception attrayante, unique et moderne Utilisation ergonomique, simple et intuitive, sur écran tactile ou clavier standard Solution de paiement intégrée

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

solutions de paiement par internet Confiance. Simplicité. Efficacité.

solutions de paiement par internet Confiance. Simplicité. Efficacité. solutions de paiement par internet Confiance. Simplicité. Efficacité. Le commerce électronique Tout simplement rentable! Saviez-vous qu en 2009, 43 % des internautes canadiens ont effectué au moins un

Plus en détail

Preuve et règlement eidas

Preuve et règlement eidas Paris 31 mars 2015 Preuve et règlement eidas Hervé JACQUEMIN Avocat au barreau de Bruxelles Chargé d'enseignement à l UNamur Chargé de cours invité UCL et ICHEC herve.jacquemin@ulys.net 1 Ulys, en quelques

Plus en détail

Activité Commerçante : Le CA du MORBIHAN dans le top 3 des caisses régionales depuis 5 ans

Activité Commerçante : Le CA du MORBIHAN dans le top 3 des caisses régionales depuis 5 ans LA FRAUDE SUR INTERNET Assemblée générale Caisse Locale de Sarzeau 18 février 2010 LA FRAUDE SUR INTERNET Un paiement sur internet : Comment ça marche? Quels sont les risques? Quelle information sensible?

Plus en détail

6 Les services monétiques H.T

6 Les services monétiques H.T 6 Les services monétiques H.T Location maintenance TPE - ELC (par mois) TPE fixe... 18,43 TPE portable... 24,63 Editeur lecteur chèque (ELC)... 10,69 TPE fixe + ELC... 29,12 TPE portable + ELC... 35,31

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION A L ECRAN MULTI-TAUX

CONTRAT D ADHESION A L ECRAN MULTI-TAUX CONTRAT D ADHESION A L ECRAN MULTI-TAUX ENTRE LOGIS INTERNATIONAL SERVICES Ayant son siège social 83, avenue d Italie 75 013 Paris, FR Représentée par Marie Lou LOPEZ, en qualité de Directrice Commerciale,

Plus en détail

La surveillance des moyens de paiement scripturaux : objectifs et modalités de mise en œuvre

La surveillance des moyens de paiement scripturaux : objectifs et modalités de mise en œuvre La surveillance des moyens de paiement scripturaux : objectifs et modalités de mise en œuvre MARC ANDRIES, CARLOS MARTIN Direction des Systèmes de paiement Service de la Surveillance des moyens de paiement

Plus en détail