Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque. Programme"

Transcription

1 Mythes et réalité concernant le crédit : Le point de vue d une banque Programme 1. Les mythes et les réalités de l économie d aujourd hui Aperçu de la crise du crédit Les coûts d emprunt et leurs conséquences pour les entreprises 2. Revenir à l ABC d un plan d affaires. Évaluation des éléments suivants : l entreprise le secteur d activité la direction la concurrence la stratégie les finances 3. Travail en partenariat avec votre banque

2 La crise du crédit actuelle La crise du crédit actuelle déclenchée par l effondrement du marché des prêts hypothécaires à risque élevé étant mondiale, généralisée et structurelle, elle frappe tout le monde sur une très longue durée, d où sa gravité accrue. 600 La crise du crédit actuelle est sans précédent Emprunteur canadien type ayant une cote AA Écarts de taux pour les titres de créance de rang inférieur sur cinq ans* Resserrement du crédit post-enron / Worldcom Crise du crédit Marché des prêts hypothécaires à risque élevé Écart de taux en points de base Le graphique montre que les écarts de taux pour une société emprunteuse ayant la cote AA sont passés d environ 35 points de base à presque 525 points de base 0 Déc.-98 Déc.-99 Déc.-00 Déc.-01 Déc.-02 Déc.-03 Déc.-04 Déc.-05 Déc.-06 Déc.-07 Déc.-08 *Les écarts pour les titres de créance de rang inférieur sur cinq ans représentent la prime qu une société canadienne type ayant une cote AA doit payer par rapport au taux CDOR ou à un taux de financement à court terme. À noter que la courbe de l écart pour une obligation à 5 ans du gouvernement du Canada a la même forme. Nota : La prime est fonction du risque associé à l emprunteur et reflète le coût supplémentaire associé à l obtention de fonds en cette période de raréfaction des capitaux. Elle augmente proportionnellent à la durée et au montant de l emprunt (et est souvent appelée prime de liquidité ou de terme)

3 Mythe : les entreprises n ont plus accès au crédit Il existe différentes sources de crédit : les prêteurs principaux (institutions financières) les marchés de titrisation les prêteurs spécialisés les fournisseurs Les banques consentent encore des prêts, mais d autres sources de crédit se sont soit taries, soit retirées du marché Le gouvernement fédéral canadien intervient lui aussi activement pour limiter l incidence du resserrement du crédit Comprendre les coûts d emprunt Exemple de composition des taux avant la crise et après les réductions de taux de la Banque du Canada Coût des fonds d une banque type Avant la crise Effet absolu Après réductions de taux Dépôts Financement du commerce de gros Écart Coût des fonds d une banque type Capitaux propres et créances *Prime de liquidité Coût des fonds d une banque type * La prime de liquidité reflète le coût supplémentaire associé à l obtention de fonds en cette période de raréfaction des capitaux. Elle augmente proportionnellement à la durée et au montant de l emprunt. La crise du resserrement du crédit sur le marché des prêts hypothécaires à risque élevé a eu pour effet absolu de faire augmenter le coût des fonds (surtout en raison de la prime de liquidité*) ainsi que les écarts de taux pour les clients vu le contexte plus risqué Par contre, les réductions de taux de la Banque du Canada ont permis un certain allègement en abaissant les coûts du financement du commerce de gros, baisse qui a été refilée aux clients À noter que le graphique est fourni uniquement à titre d illustration il ne reflète aucunement la répartition ou les proportions réelles pour RBC ou toute autre institution financière.

4 Mythe : les coûts d emprunt ont augmenté Même si les coûts d emprunt ont augmenté pour tous récemment, il est à noter qu ils demeurent en général à des niveaux historiquement faibles Profil de taux pour l emprunteur commercial type (juillet 2001 à janvier 2009) 21-janv juill janv juill janv juill janv juill janv juill janv juill janv juill janv juill.-01 Taux préférentiel Taux tout compris À noter que le graphique est fourni uniquement à titre d illustration il s agit d une représentation générale qui ne doit en aucun cas servir à présenter un taux spécifique, à titre indicatif ou autre, à des clients. Retour à la base «Wall Street à son plus bas en six ans» Globe and Mail 20 févr «L économie se porte bien, selon Greenspan» Globe and Mail 19 févr «L économie rebondit : David Dodge» Globe and Mail 20 févr. 2002

5 Revenir à l ABC des affaires Commencez par établir un plan d affaires et acquérir une solide compréhension de ce qui suit : les capacités de l entreprise la concurrence les forces et limites de l entreprise les opportunités et défis du marché les impératifs d affaires stratégiques la stratégie financière Rôle de conseiller professionnel Nombre d entreprises ne disposent pas de l expertise nécessaire pour passer à travers les moments difficiles. Excellente occasion pour les conseillers professionnels de travailler avec les entreprises pour les aider à se doter des connaissances, de l information et des outils de planification nécessaires à leur survie.

6 Évaluation de l entreprise Démarcation par rapport à la concurrence Forces Faiblesses Créneau Évaluation du secteur d activité Contexte sectoriel Opportunités Risques et menaces Plan de réponse aux risques

7 Évaluation de la direction Calibre et expérience de la direction Réalisations Capacités et limites Plan proactif pour surpasser ces limites Évaluation de la concurrence Bonne connaissance de la concurrence Évaluation du contexte concurrentiel actuel Nouveaux concurrents possibles dans l avenir

8 Stratégie d affaires Voir au-delà des objectifs de chiffre d affaires ou de profits Définir les objectifs d affaires, les fondements de ces objectifs, et les moyens pour les atteindre tout en tenant compte du contexte économique et de la capacité de l entreprise de mettre le plan à exécution Répondre aux principaux facteurs de risque Asseoir cette stratégie sur une solide stratégie financière Stratégie financière Établir des prévisions financières Harmoniser la stratégie financière avec la stratégie d affaires Dresser un portrait réaliste de son plan d avenir Tester le plan et en évaluer le degré de sensibilité, c est-à-dire l adaptabilité face à l évolution du contexte économique

9 Un plan d affaires solide Les bons plans ne sont pas statiques Mesurer les progrès par rapport au plan et le mettre à jour régulièrement Possibilité de devoir mettre le plan à jour fréquemment en période difficile Pour conclure Les institutions financières consentent toujours du crédit La planification est plus importante que jamais pour la réussite de l entreprise et l accès à des capitaux Le plan d affaires doit contenir des objectifs, des risques et une stratégie financière clairement définis, ainsi qu une évaluation de l entreprise, du secteur d activité, de la direction et de la concurrence Les conseillers professionnels comme les CA et les banquiers ont un rôle important à jouer auprès de leurs clients afin de les aider à élaborer de solides plans d affaires

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Banque de développement du Canada Examen décennal

Banque de développement du Canada Examen décennal Banque de développement du Canada Examen décennal Allocution de Terry Campbell Vice-président, Politiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre

Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Genworth MI Canada continue d afficher une solide rentabilité au deuxième trimestre Toronto, ONTARIO (Le 30 juillet 2009) Genworth MI Canada Inc. (TSX : MIC) a présenté aujourd hui des résultats solides

Plus en détail

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 Jean Robert Lacasse, vice-président et directeur de secteur Ouest du Québec Le 8 décembre 2004, Montréal S adresser aux investisseurs et aux prêteurs

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

ASSURMAXMC. La force de l assurance vie avec participation

ASSURMAXMC. La force de l assurance vie avec participation ASSURMAXMC La force de l assurance vie avec participation En quoi consiste AssurMax? AssurMax est un régime d assurance vie entière de l Empire Vie qui donne droit à des participations. Il combine l assurance

Plus en détail

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie

Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie CONSEIL NATIONAL DE RECHERCHES CANADA PROGRAMME D AIDE À LA RECHERCHE INDUSTRIELLE Accélérer la croissance des PME grâce à l innovation et à la technologie Apperçu PARI-CNRC : Qui sommes-nous? Quel est

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Planification stratégique chez RCGT

Planification stratégique chez RCGT Planification stratégique chez RCGT 1 2 3 4 «Où sommes-nous?» «Où voulons-nous être?» «Comment s y rendre?» du plan stratégique Environnement Marchés et clients Concurrence Avantage concurrentiel Performance

Plus en détail

L AUDIT CREDIT. Financez vos projets immobiliers grâce à votre courtier

L AUDIT CREDIT. Financez vos projets immobiliers grâce à votre courtier L AUDIT CREDIT Financez vos projets immobiliers grâce à votre courtier Finshop est un organisme indépendant qui sélectionne des courtiers pour leurs compétences et leur sérieux et les réunit dans un réseau

Plus en détail

Ligne directrice. N o : B-4 Date : Septembre 1996

Ligne directrice. N o : B-4 Date : Septembre 1996 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

BDC ET LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE Mai 2012

BDC ET LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE Mai 2012 BDC ET LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE Mai 2012 1 BDC a aidé les entreprises canadiennes à surmonter la crise financière FCCG LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE (PAE) ET BDC PCE PAE CR Programme de crédit aux entreprises

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME -Vague 8 - Le 20 janvier 2011 0 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France

Le système de cotation de la Banque de France DGAFP D I R E C T I O N G É N É R A L E D E S A C T I V I T É S F I D U C I A I R E S ET DE P L A C E Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Mars 2015 Sommaire 1. La cotation

Plus en détail

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION NOTICE ANNUELLE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Toronto-Dominion Centre Toronto (Ontario) Canada M5K 1A2 Le 28 février 2000 Avis de distribution Le présent document doit être accompagné d un exemplaire de tous

Plus en détail

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET Revue des activités de la Banque REVUE REVUE DES DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS DE LA DE BANQUE LA BANQUE REVUE DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE PROFIL ACTUEL DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS

Plus en détail

Le statut des coopératives au Canada

Le statut des coopératives au Canada Le statut des coopératives au Canada Allocution de Marion Wrobel Vice-président, Politique et opérations Association des banquiers canadiens Devant le Comité spécial sur les coopératives de la Chambre

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Accès aux financements. NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement. REGION : Alsace

Accès aux financements. NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement. REGION : Alsace Accès aux financements NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement REGION : Alsace Diagnostic et enjeux (1/8) Région : Alsace Nom du groupe de travail (reprendre l une des appellations des GT nationaux)

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces :

Transfert du patrimoine de l entreprise avec retrait en espèces : Solutions d assurance-vie Produits Actifs Occasions Garanties Croissance Capital Protection Revenu Avantage Solutions Options Stabilité PLANIFIER AUJOURD HUI. ASSURER L AVENIR. Transfert du patrimoine

Plus en détail

Secrets de la réussite des PME

Secrets de la réussite des PME Secrets de la réussite des PME Avril 2015 Si vous êtes l un des nombreux propriétaires de PME qui cherchent des façons d accroître leur profit, le moment est peut-être idéal pour croître. Un récent sondage

Plus en détail

Présentation. Cette formation est possible grâce à :

Présentation. Cette formation est possible grâce à : Présentation Cette formation est possible grâce à : Sommaire de la formation L entreprise collective Le tableau de bord : c est quoi? Le tableau de bord : pour qui? Les indicateurs L implantation Démo

Plus en détail

Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie

Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie Direction générale des Activités Fiduciaires et de Place Direction des Entreprises Le système de cotation de la Banque de France Un outil au service de l économie Claire Mangin San Remo 17 octobre 2014

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats

Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats Nous bâtissons une nation de diplômés Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats Printemps 2011 PASSEPORT POUR MA RÉUSSITE RÉSULTATS DE FIN D ANNÉE DU PROGRAMME : 2009-2010 Passeport pour ma

Plus en détail

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise

Solutions d assurance-vie. progresse, les affaires aussi. Protection de la vie. Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Solutions d assurance-vie progresse, les affaires aussi Protection de la vie Stratégie Emprunt garanti de l entreprise Augmentez le flux de trésorerie de votre entreprise grâce à une police d assurance-vie

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

MODÈLE D APPLICATION MONTAGE FINANCIER ET PLAN D AFFAIRES

MODÈLE D APPLICATION MONTAGE FINANCIER ET PLAN D AFFAIRES MODÈLE D APPLICATION MONTAGE FINANCIER ET GÉNÉRALE Liste des abréviations PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Section 9 Section 10

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015. Portrait du marché hypothécaire québécois. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 24 FÉVRIER 2015 Portrait du marché hypothécaire québécois www.jlr.ca PORTRAIT DU MARCHÉ HYPOTHÉCAIRE QUÉBÉCOIS Le marché hypothécaire se transforme et l équipe de JLR a décidé de faire le point

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis

Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Retour vers le futur Les services bancaires postaux aux États-Unis Jim Sauber National Association of Letter Carriers (association des factrices et facteurs des États-Unis) Les 26 et 27 et avril 2014 -

Plus en détail

S assurer ou pas? LIVRE BLANC

S assurer ou pas? LIVRE BLANC LIVRE BLANC S assurer ou pas? L assurance crédit vous protège si vos créances à l étranger ne vous sont pas payées. C est une excellente façon de gérer les risques, mais elle a un prix. Quand des exportateurs

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie

Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie À l usage exclusif des conseillers Vue d ensemble du portefeuille d assurance-vie FINANCIÈRE SUN LIFE Temporaire Sun Life Vie primes limitées Sun Life Universelle Sun Life et Universelle Sun Life Max Vie

Plus en détail

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction

Le secteur bancaire après la crise. Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction Le secteur bancaire après la crise Forum financier Verviers 2010. Filip Dierckx Vice-Président du Comité de Direction 1 Les cinq moteurs du secteur bancaire. Le secteur bancaire s adapte. Une banque du

Plus en détail

La création d entreprise «Le plan de financement de la jeune entreprise» Marc Thill BDO. 12 février 2011. BDO Page 2

La création d entreprise «Le plan de financement de la jeune entreprise» Marc Thill BDO. 12 février 2011. BDO Page 2 Séminaire La création d entreprise «Le plan de financement de la jeune entreprise» Marc Thill 12 février 2011 Page 2 1 Le plan de financement initial Page 3 Le plan de financement dans votre Business Plan

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Bases de l économie d entreprise Examen

Bases de l économie d entreprise Examen Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2010 Bases de l économie d entreprise Examen Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: Calculatrice standard non programmable Collez ici votre

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

Brochure. À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS

Brochure. À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS Brochure Réservé aux courtiers en prêts hypothécaires à titre d information À propos des prêts hypothécaires de B2B Banque LA BANQUE AU SERVICE DES COURTIERS La Banque au service des courtiers. À propos

Plus en détail

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West

Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation. de la Great-West Votre guide des des polices d assurance-vie avec participation de la Great-West Ce guide vous donne un aperçu de haut niveau des principales caractéristiques de l assurance-vie avec participation de la

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Stratégie Placements et fiscalité n o 24 La stratégie REER du grand coup. Nom, TITRES PROFESSIONNELS Titre, Société

Stratégie Placements et fiscalité n o 24 La stratégie REER du grand coup. Nom, TITRES PROFESSIONNELS Titre, Société Stratégie Placements et fiscalité n o 24 La stratégie REER du grand coup Nom, TITRES PROFESSIONNELS Titre, Société Le scénario Vous déterminez combien vous devez verser dans votre REER pour atteindre vos

Plus en détail

Groupe du financement et des investissements

Groupe du financement et des investissements Groupe du financement et des investissements Exposé à l intention des délégués commerciaux Robert Pelletier, représentant en chef, Asie Adam Smith, Associé principal, Solut. de financement à l intern,

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 24 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Contact Ifop : Flore Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Améliorer l accès au financement

Améliorer l accès au financement Améliorer l accès au financement JUIN 2009 Améliorer l accès au financement JUIN 2009 Gouvernement du Canada Government of Canada Le 18 mars, EDC s est engagée à contribuer une somme pouvant atteindre

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Sous-comptes Manuvie Un

Sous-comptes Manuvie Un Sous-comptes Sous-comptes Manuvie Un L un des principaux avantages du compte Manuvie Un, c est qu il permet de consolider vos dettes et de leur appliquer un ou plusieurs taux d intérêt peu élevés concurrentiels.

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 25 - Sondage Ifop pour KPMG et CGPME Mai 2015 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A B C - L impact du contexte économique

Plus en détail

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi

Accompagnement et aides. financières de Pôle Emploi Construire un plan de financement solide pour la pérennité de votre projet Pauline LEBOISSETIER et Stéphane LEVENEZ Les bonnes questions à se poser avant de se lancer dans l aventure! La connaissance de

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 Société anonyme au capital de 1.437.099 Siège Social à LYON (69009) - 51 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 1 Principe comptable 1.1

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir

Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir 07 Services bancaires pour nouveaux arrivants au Canada Ce que vous devez savoir Toutes les grandes banques offrent une multitude de renseignements et d outils, notamment des listes de vérification, de

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation Les facteurs fondamentaux Les prévisions pour 2014 Les intentions à moyen terme Les principaux risques Vers un autre resserrement hypothécaire? Plan de la présentation Les facteurs

Plus en détail

Directives sur la sélection, la surveillance et l approbation de contrepartistes

Directives sur la sélection, la surveillance et l approbation de contrepartistes New Brunswick Investment Management Corporation / Société de gestion des placements NB Directives sur la sélection, la surveillance et l approbation de contrepartistes Révision : 4 novembre 2013 NB Investment

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Cultivons l avenir 2 (Entreprises compétitives)

Cultivons l avenir 2 (Entreprises compétitives) Cultivons l avenir 2 (Entreprises compétitives) Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité permanent de

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail