Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bases Théoriques. Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique. F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP. de la"

Transcription

1 de la Défibrillation et de la Stimulation AntiTachycardique F. Hidden-Lucet Pitié-Salpêtrière APHP DIU Rythmologie et Stimulation Cardiaque 2013

2 Défibrillation VF VF therapy Thanks I needed that!

3 Défibrillation FV : multiples réentrées auto entretenues et auto propagées Prédisposition : hétérogénéité tissulaire (cardiopathie sous jacente) Défibrillation : permet de restaurer le RS en interrompant la majorité de ces vaguelettes, sans créer les conditions d apparition de nouvelles vagues réinduisant la FV Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al. 2010

4 Défibrillation Principe de la défibrillation : délivrer un choc électrique qui va altérer le potentiel transmembranaire des myocytes Plusieurs paramètres sont nécessaires à la défibrillation : Masse Critique Densité de potentiel suffisante : limite de vulnérabilité Dépolarisation progressive du myocarde Propagation de la dépolarisation à distance de l électrode : notion d»électrode virtuelle» Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al. 2010

5 Défibrillation 1. Masse critique de myocarde concernée nécessaire par le choc : 75 90% chez le chien 2. Création locale d un gradient de potentiel suffisant : dépend de la limite de vulnérabilité locale (ULV : Upper Limit of Vulnerability) (6V/cm pour chocs monophasiques, 4V/cm pour chocs biphasiques) : en dessous de ce potentiel échec de défibrillation par ré-induction de FV locale Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al. 2010

6 ULV : Défibrillation Notion utilisée au bloc pour induction Plus faible valeur de choc sur T n induisant pas de FV : Corrélée au seuil de défibrillation Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al Day JD et al. Circulation 2007;115:

7 Défibrillation 3. Nécessité d un choc suffisamment puissant pour prolonger les périodes réfractaires du myocarde à distance et empêcher la réinitiation d une FV. Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al. 2010

8 Défibrillation Un choc suffisamment fort mais pas trop Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al. 2010

9 Défibrillation Quelle onde de choc? V leading edge tilt V trailing edge pulse width [ms] % tilt = (V le -V te ) / V le 65 % tilt = ( ) / 1000

10 Défibrillation Quelle onde de choc? Choc Biphasique: Décharge des condensateurs en deux temps par inversion de la connexion vers les sondes. Amplitude (800 Volts) Tilt fixe (%) : la phase 1 est arrêtée lorsque la chute de tension atteint le pourcentage fixé Par exemple, pour un Tilt de 60 % pour les deux phases, la phase 1 s arrête pour une amplitude de 800 x 0,4 = 320 Volts, la phase 2 pour une amplitude de 320 x 0,4 = 128 Volts.

11 Défibrillation Quelles valeurs modifier? Courrant Energie 25 Courant constant (A) Energie (J) Durée P1 (ms) 0 Au-delà de 7 ms, l augmentation de durée de phase n augmente plus la marge de sécurité (Phase 1).

12 Défibrillation Quelles valeurs modifier? Il existe également une durée optimale de la seconde phase qui est liée au type de défibrillateur, au type de sonde et à la constante membranaire des cellules. 8,0 7,0 Durée D1 optimale (ms) 6,0 5,0 4,0 3,0 2, Impédance de défibrillation (Ohms), C = 100 µf Pour les impédances supérieures à 30 Ohms, la seconde phase est toujours inférieure à la première. La durée optimale de la seconde phase est proche de 3 ms pour une condensateur de 100 µf. Kroll M. A et al. Pacing Clin Electrophysiol 1994 Nov;17(11 Pt 1):

13 Défibrillation Choc de Défibrillation Optimisé : Pacemakers and Implantable Cardioverter Defibrillators Al Ahmad et al. 2010

14 Défibrillation Quelles valeurs modifier si besoin? DAI St Jude Med

15 Défibrillation Finalement de moins en moins de test de seuils de DAI: Pas d anesthésistes Des patients de + en + graves (FE, FA) Des études ne montrant pas de différences en terme de survie et d efficacité des thérapeutiques selon que le seuil ait été effectué ou non Le succès d une défibrillation est une valeur probabiliste, pas un test mathématique Intérêt dans les sous groupes à seuil élevé : CMH, Brugada, tt amiodarone

16 Stimulation Anti Tachycardique Stroobandt R et al. ICD step by step 2009

17 Stimulation Anti Tachycardique Stroobandt R et al. ICD step by step 2009

18 Stimulation Anti Tachycardique Stroobandt R et al. ICD step by step 2009

19 Stimulation Anti Tachycardique Handbook of cardiac anatomy, physiology and devices, Humana 2005

20 Stimulation Anti Tachycardique Burst Salve définie par un nombre de stimuli. Burst de 5 Stimuli La stimulation est en VVO, le premier stimulus est délivré synchrone du dernier QRS détecté. St Jude Med

21 Stimulation Anti Tachycardique Nombre de Burst Nombre maximum de Burst successifs, si la thérapie n est pas efficace. 3 Bursts de 5 Stimuli Si après 3 Salves, le retour sinusal n est pas confirmé, passage à la thérapie suivante. St Jude Med

22 Stimulation Anti Tachycardique Couplage initial Exprimé en intervalle de temps absolu ou en pourcentage du cycle moyen de la TV. Moyenne sur 4 cycles 400 ms Couplage initial à 85 %, soit : 400 x 0,85 = 340 ms St Jude Med

23 Stimulation Anti Tachycardique Réadaptation entre Salves Chaque intervalle de couplage initial est recalculé en fonction du cycle de la TV. TV1 TV2 TV3 S1 S2 S3 85 % de TV1 85 % de TV2 85 % de TV3 St Jude Med

24 Stimulation Anti Tachycardique Couplage minimum Intervalle de temps minimum entre deux stimuli durant une salve Moyenne sur 4 cycles 290 ms Par exemple, couplage mini à 240 ms, couplage initial à 80 %, soit : 290 x 0,80 = 232 ms Le couplage sera de 240 ms. St Jude Med

25 Stimulation Anti Tachycardique Plus de stimuli par Burst Un stimulus supplémentaire est ajouté à chaque Burst durant la thérapie. Burst 1 Burst 2 Burst 3 5 stimuli 6 stimuli 7 stimuli St Jude Med

26 Stimulation Anti Tachycardique Balayage (Scan) Chaque intervalle de couplage initial est réduit du «Pas de Scan» entre chaque Burst. La réduction maximale est fixée par le «Pas Max.» S1 S2 S3 350 ms = 338 ms = 326 ms St Jude Med

27 Stimulation Anti Tachycardique Rampe Les intervalles de couplage sont successivement réduits du «Pas de Rampe» à l intérieur d un Burst. Couplage initial à 85 %, soit : 340 ms Pas de Rampe = 10 ms L intervalle minimum est fixé par le «Couplage Min.» St Jude Med

28 Stimulation Anti Tachycardique Couplage minimum Intervalle de temps minimum entre deux stimuli durant une salve Moyenne sur 4 cycles 290 ms Par exemple, couplage mini à 240 ms, couplage initial à 80 %, soit : 290 x 0,80 = 232 ms Le couplage sera de 240 ms. St Jude Med

29 Défibrillation Facteurs influençant le succès de la SAT : Cycle de la tachy: msec : 85-90%; idem pour msec Risque d accélération 1 3% CMD et C. ischémique : idem Site de stimulation : contradictoire Réglage : TV lente ( msec) : burst ou ramp idem (efficace et peu de risque d accélération) TV rapide : Burst aussi efficace et moins risqué que ramp. Ramp à risque d accélération ++ pour cycle < 320 msec Sweeney MO. PACE 2004;27:

30 Défibrillation Sweeney MO. PACE 2004;27:

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006 JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante Qu est ce qu un un défibrillateurd Fonctionnement d und défibriilateur Indication en 2006

Plus en détail

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy

Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy Cardioversion, défibrillation détection automatique des tachycardies, N Sadoul, CHU de Nancy La défibrillation, la cardioversion Qu est ce qu il y a dans un DAI? Une source d'énergie : la (les) pile(s)

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche?

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? DIU de rythmologie et stimulation cardiaque Titre : Défibrillateur automatique implantable : comment ça marche? Orateur : Nicolas SADOUL Le 26 janvier 2012 Un défibrillateur: d Comment ça marche? N Sadoul,,

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE. Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE. Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque EPIDEMIOLOGIE: Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en Belgique.

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs

Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs Suivi par télécardiologie d une série monocentrique de 670 patients consécutifs porteurs de pacemakers et défibrillateurs X. Harlé Bayonne Dr X.Harlé; Ile de la Réunion; Oct 2014 Télécardiologie Déjà une

Plus en détail

ECG et Mémoires du DAI

ECG et Mémoires du DAI ECG et Mémoires du DAI DIU de Stimulation Janvier 2007 T. Lavergne HEGP DAI Fonction anti-tachycardique Cardioversion Stimulation anti-tachycardique Fonction anti-bradycardique Fonction de prévention des

Plus en détail

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable

Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Anesthésie du patient porteur d un pace maker ou d un défibrillateur implantable Pr Julien Amour Université Pierre & Marie Curie Anesthésie-Réanimation CHU Pitié-Salpêtrière - Paris Pr Hervé Dupont Amiens

Plus en détail

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie

Déclaration d intérêt obligatoire. je n ai aucune relation financière avec l industrie Déclaration d intérêt obligatoire je n ai aucune relation financière avec l industrie Comment utiliser un aimant aux urgences? Application à la stimulation cardiaque KérébelS. (1), KérébelD. (2), PauleP.

Plus en détail

Optimisation énergétique des implants actifs

Optimisation énergétique des implants actifs Optimisation énergétique des implants actifs Nov 2012 1 1 Table des matières Historique des sources d énergie Contraintes et solutions globales Courbe de décharge Synthèse des technologies de piles et

Plus en détail

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1

Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice ROTH 1, Francine AUDRAN 2, Isabelle MAGNE 2, Mustapha NADI 1 Approches théorique et expérimentale en CEM des implants médicaux actifs dans la bande de fréquences 10 50 khz: cas des défibrillateurs cardiaques implantables Juliano KATRIB 1, Pierre SCHMITT 1, Patrice

Plus en détail

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE

IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE IMPLANTS CARDIAQUES ET CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES : DES EXPERIENCES EUROPÉENNES COMPARAISON DE RESULTATS EXPERIMENTAUX EN FRANCE ET EN FINLANDE Isabelle Magne 1, Martine Souques 2, Leena Korpinen 3 1 EDF

Plus en détail

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto : surveillance, interférences, conduite auto Journées Nationales du GERS - 5 octobre 2012 E. QUIRING - Clinique de l Orangerie Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation

Plus en détail

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo

Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir. Rubén Casado Arroyo Le bon usage des stimulateurs et défibrillateurs cardiaques: ce que le médecin généraliste doit savoir Rubén Casado Arroyo LA STIMULATION CARDIAQUE Qu est-ce qu un stimulateur cardiaque? Quelles sont les

Plus en détail

Historique et bases théoriques de la défibrillation et de la stimulation anti-tachycardique

Historique et bases théoriques de la défibrillation et de la stimulation anti-tachycardique Historique et bases théoriques de la défibrillation et de la stimulation anti-tachycardique Pr Antoine Leenhardt Service de Cardiologie, Hôpital Lariboisière, Paris. DIU stimulation 24 janvier 2007 Histoire

Plus en détail

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie

Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Retour d expérience, Cas cliniques Téléc@rdiologie Assises du CNCH 23 novembre 2013 Dr R Fouché, centre hospitalier Belfort-Montbéliard La télécardiologie en France en 2012 : où en est-on? Premières prothèses

Plus en détail

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS

C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS C BERTRAND CMC PARLY 2 PARIS Voies d abord veineuses CE QUE L ON NE POURRA PAS CHANGER: L ANATOMIE DU SINUS CORONAIRE l anatomie du sinus coronaire stimulation conventionnelle droite: types de sondes

Plus en détail

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) :

Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés (DECI) : 1 Les dispositifs électroniques cardiaques implantés : une «injection de rappel». Christian Bauer Hôpital de la Croix-Rousse HCL Lyon Il existe 2 types de dispositifs électroniques cardiaques implantés

Plus en détail

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable

IRM et dispositif électronique cardiaque implantable IRM et dispositif électronique cardiaque implantable Jean-Paul BEREGI, Radiologue Liliane METGE, Radiologue Cornelia FREITAG, Radiologue Xavier BRUNET, Cardiologue Pierre WINUM, Cardiologue Mathieu GRANIER,

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER

Le défibrillateur. Dr Hamdi BOUBAKER Le défibrillateur Dr Hamdi BOUBAKER Défibrillation ou Choc électrique externe le défibrillation: geste consistant à faire passer volontairement et brièvement un courant électrique dans le cœur en cas des

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables.

Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables. Directive 2005 pour le contrôle de patients porteurs de défibrillateurs automatiques implantables. Dans ces directives, les abréviations suivantes sont utilisées : DAI : défibrillateur automatique implantable.

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES TABLEAU SYNOPTIQUE DES ARYTHMIES CARDIAQUES Onde ou Avec CVA P P R = ou Différent du de base Normale Rythme de base sinusal différent du de base Morphologie rsr moins élargi que le de l ESV Tachycardie

Plus en détail

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service

Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service Dr ElBelghiti PH attaché coronarographiste Dr C Braunstein PH rythmologue Chef de Service 2007 2008 2009 2010 2011 Coronarographies totales 315 982 1042 888 927 Angioplasties 87 (27,6%) 268 (27,3%) 252

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques Défibrillateur Philips HeartStart OnSite Caractéristiques techniques Défibrillateur Modèle Gamme de défibrillateur Éléments livrés Type d onde Énergie Intervalle entre chocs Délivrance rapide du choc Instructions

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 7 septembre 2012 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 7 septembre 2012 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0

03/02/2007 N 1 QUIZ ECG. Bernard DODINOT. Nancy DIU 2007. Bernard DODINOT DIU 2007 2007.0 N 1 QUIZ ECG Nancy N 2 Cadeau de Noël 2006 15 jours post-op Dysfonction sinusale «pure» Sorin Group Symphony DR sondes A bi et V uni «passives» N 3 Contrôle 15 jours post-op - AAIsafe R pour dysfonction

Plus en détail

Caractéristiques techniques TEC-5521/TEC-5531

Caractéristiques techniques TEC-5521/TEC-5531 Caractéristiques techniques TEC-5521/TEC-5531 Défibrillateur Energie de sortie (sur 5 Ω) 2, 3, 5, 7, 1, 15, 2, 3, 5, 7, 1, 15, 2 et 27 J Précision de l énergie : 2 J: ±.5 J 3 J: ±1 J 5 to 15 J: ±2 J de

Plus en détail

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013

Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemakers ou défibrillateurs que surveiller après son placement? Antoine de Meester Saint-Vaast, le 10-12-2013 Pacemaker (stimulateur cardiaque) Défibrillateur automatique interne Pacemaker (stimulateur

Plus en détail

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 DÉFIBRILLATION Faire passer un courant électrique au travers du cœur à une intensité suffisante pour dépolariser une

Plus en détail

Le défibrillateur implantable

Le défibrillateur implantable Jean Marc DAVY - Maxime PONS Le défibrillateur implantable La moitié de nos patients porteurs d'une cardiopathie décèdent subitement à domicile ou dans des lieux publics. Cette mort subite a certes de

Plus en détail

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA)

CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) CAPACITES DE GERONTOLOGIE FRANCILIENNES Troubles du Rythme et de la Conduction fréquents chez les personnes âgés (hors FA) F. Hidden-Lucet Pitié-Salpétrière francoise.hidden-lucet@psl.aphp.fr Avril 2015

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire...

Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Session Alain Eric Dubart Béthune Diapositive 1 Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire Tachycardie Ce qu il faut faire ou ne pas faire... Dr Dubart, Diapositive 2 INTRODUCTION Tachycardie & -

Plus en détail

Potentiel d action cardiaque

Potentiel d action cardiaque Potentiel d action cardiaque.2.4.6 sec Potentiel rapide - oreillette - faisceau de His -ventricule Potentiel lent - noeud sinusal - noeud a-v I Na I Ca-L I Ca-L I to I K1 I K I K1 I K If I Ca-T Arythmies:

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax.

Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M. 1940. A.M. 1940;Resynchro avant-après. Resynchronisation avant et après 12 mois: RX thorax. Cas clinique: Mr A.M. 1940 A.M,1940, 2 ans près son infarctus malaise lors d une marche, syncope et choc électrique Infarctus antérieur : FEVG 30% Coro:Recanalisation / l IVA ECG: sinusal QRS 0.10, inf.

Plus en détail

Suivi du DAI DIU de Rythmologie - 24/01/07. J-M DAVY Département de Cardiologie CHU de Montpellier

Suivi du DAI DIU de Rythmologie - 24/01/07. J-M DAVY Département de Cardiologie CHU de Montpellier Suivi du DAI DIU de Rythmologie - 24/01/07 J-M DAVY Département de Cardiologie CHU de Montpellier Jean Marc DAVY Suivi du DAI Un appareil qui stimule = suivi du PMK + un appareil qui défibrille = suivi

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

A Closer Look. DAI et CRT-D de Boston Scientific Indicateurs de remplacement de l'appareil RÉSUMÉ

A Closer Look. DAI et CRT-D de Boston Scientific Indicateurs de remplacement de l'appareil RÉSUMÉ A Closer Look RÉSUMÉ Les DAI et CRT-D de Boston Scientific PUNCTUA TM, ENERGEN TM, INCEPTA TM, COGNIS et TELIGEN utilisent la tension de, le temps de charge et la capacité consommée pour calculer l'état

Plus en détail

HeartSine Samaritan PAD Des DAE qui sauvent des vies

HeartSine Samaritan PAD Des DAE qui sauvent des vies HeartSine Samaritan PAD Des DAE qui sauvent des vies www.heartsine.fr HeartSine Samaritan PAD 300/500 Des DAE qui sauvent des vies En cas d arrêt cardiaque subit, un défibrillateur de type DAE (défibrillateur

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

Pratique de la défibrillation cardiaque implantable

Pratique de la défibrillation cardiaque implantable Pratique de la défibrillation cardiaque implantable Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong Londres Milan Tokyo Pierre Bordachar Wilhelm Fischer Stéphane Garrigue Sylvain Reuter Philippe Ritter

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

T.P. n 8: MULTIPLIEUR

T.P. n 8: MULTIPLIEUR T.P. n 8: MULTIPLIEUR 1) MODULATION D AMPLITUDE On veut transmettre sur de grandes distances des informations, par exemple sonores, de fréquences comprises entre 0 Hz et 0 khz. La transmission ne peut

Plus en détail

Défibrillateur Cardiaque Automatisé

Défibrillateur Cardiaque Automatisé Défibrillateur Cardiaque Automatisé Décret n 2007-705 du 4 mai 2007 : autorise toute personne, même non médecin, à utiliser un défibrillateur pour sauver des vies. Def-i Accessible au grand public, ce

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Le cardiologue et les traitements électriques. Maxime GUENOUN Clinique BOUCHARD Marseille

Le cardiologue et les traitements électriques. Maxime GUENOUN Clinique BOUCHARD Marseille Le cardiologue et les traitements électriques Maxime GUENOUN Clinique BOUCHARD Marseille Le rôle du cardiologue Généralités Le point de vue du patient Le point de vue du cardiologue LE DAI / CRT AU QUOTIDIEN

Plus en détail

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle

Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie. Le site. Arceau de radioscopie. Salle de cardiologie interventionnelle Cardiologie interventionnelle rôle de l équipe d anesthésie Dr Jean-Pol DEPOIX Faut il une équipe d anesthésie en cardiologie interventionnelle? Recommandations de la SFC Stimulateurs cardiaques: pas d

Plus en détail

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI

STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS CARDIAQUES. Dr Valérie MINETTI STIMULATEURS ET DEFIBRILLATEURS 25/02/2016 OMEDIT PACA CORSE Dr Valérie MINETTI PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Cœur Droit Veineux Cœur Gauche Artériel PHYSIOLOGIE - PATHOLOGIE CŒUR Conduction cardiaque

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa 1 PACE MAKER Plus de 500000 porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessaire documenter les TDR 2 2 TYPES DE STIMULATEUR CARDIAQUE

Plus en détail

Les modes de stimulation bases de temps

Les modes de stimulation bases de temps Les modes de stimulation bases de temps Xavier Copie Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis Les modes de stimulation bases de temps «Toute la compréhension de l électrocardiographie des stimulateurs

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES.

RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES. RECOMMANDATIONS CONCERNANT L IMPLANTATION ET LA SURVEILLANCE DES DEFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES. Groupes de Stimulation Cardiaque et de Rythmologie de la Société Française de Cardiologie. Michel

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

Le Problème des Chocs inappropriés

Le Problème des Chocs inappropriés Le Problème des Chocs inappropriés Environ 10 % des patients implantés s reçoivent encore des chocs inappropriés Facteurs de risque Jeune âge Activité physique normale ou excessive Absence d'antiarythmiques

Plus en détail

Défibrillation cardiaque Quoi de neuf en 2012?

Défibrillation cardiaque Quoi de neuf en 2012? Défibrillation cardiaque Quoi de neuf en 2012? Pierre MOLS Services des Urgences CHU Saint-Pierre, ULB SEMINAIRES IRIS Séminaire urgence IRIS 7 février 2012 Sommaire Recommandations 2010-15 DEA Défibrillation

Plus en détail

Les pacemakers peuvent-ils plonger?

Les pacemakers peuvent-ils plonger? Les pacemakers peuvent-ils plonger? Vincent LAFAY*, Jacques Alexandre TRIGANO, Bernard GARDETTE, Christophe MICOLI, François CARRE * CHP Résidence du Parc, CHU Salvator, COMEX MARSEILLE vincent.lafay@medecins-saint-antoine.fr

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

TABLE DES MATIERES 1. Description générale... 8 2. Indications... 8 3. Contre-indications... 8 3.1. Généralités... 8 3.2. Complications éventuelles... 9 4. Mise en garde du patient...10 4.1. Risques liés

Plus en détail

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir

Notions d ECG. Définition. Compétences à acquérir Notions d ECG 1 Compétences à acquérir Réaliser un ECG 12 dérivations Placer les électrodes d un monitoring Lire un ECG normal Reconnaître et d agir face aux troubles du rythme et de conduction les plus

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque

Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Anesthésie et Stimulateur Cardiaque Diapo 1 : Après de nombreuses recherches menées sur des stimulateurs externes au début du XXème siècle, c est en 1951 que fut inventé le premier stimulateur cardiaque

Plus en détail

FSN86100160: 04 décembre 2014. URGENT Notification de sécurité produit Moniteur/défibrillateur Philips HeartStart MRx

FSN86100160: 04 décembre 2014. URGENT Notification de sécurité produit Moniteur/défibrillateur Philips HeartStart MRx - 1/7 - Systèmes Concernés Produit : Moniteurs/défibrillateurs Philips HeartStart MRx Appareils concernés : appareils MRx ayant un numéro de série compris dans les plages suivantes : Modèle M3535A : US00100100

Plus en détail

ENTRUST D154DRG. Défibrillateur automatique implantable double chambre avec thérapies ventriculaires et avec télémétrie RapidRead (VVE-DDDR)

ENTRUST D154DRG. Défibrillateur automatique implantable double chambre avec thérapies ventriculaires et avec télémétrie RapidRead (VVE-DDDR) ENTRUST D154DRG Défibrillateur automatique implantable double chambre avec thérapies ventriculaires et avec télémétrie RapidRead (VVE-DDDR) Manuel d implantation 0123 2005 Les dénominations suivantes sont

Plus en détail

GEL 1002 Systèmes & mesures. Chapitre 5 :

GEL 1002 Systèmes & mesures. Chapitre 5 : Automne 2012 GEL 1002 Systèmes & mesures Chapitre 5 : Oscilloscopes Jérôme Cros 4 octobre 2012 Principe de fonctionnement d un tube cathodique pour un oscilloscope Y-Y : Plaques de déviation verticale

Plus en détail

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion

Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion Évaluation de l impact économique de l intégration des défibrillateurs automatiques implantables aux GHS. GASCON Audrey JEAN Claire LECA Marion UE Dispositifs médicaux Lundi 16 Février 2015 Plan Contexte

Plus en détail

Le défibrillateur automatique implantable (DAI) peut, à la différence d un

Le défibrillateur automatique implantable (DAI) peut, à la différence d un D O S S I E R Défibrillateur implantable D.G. LATCU, P. RICARD, N. SAOUDI Service de Cardiologie, Centre Hospitalier Princesse Grace, MONACO. Suivi après implantation d un défibrillateur automatique Le

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT

Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable. Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Surveillance à distance des patients porteurs de stimulateur ou de défibrillateur cardiaque implantable Corinne HEBRARD Guy REBUFFAT Principes de fonctionnement Patient équipé au moyen: - d un stimulateur

Plus en détail

Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI

Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI Reliaty Appareil de mesure pour l'analyse des fonctions de la sonde durant l'implantation d'un stimulateur cardiaque ou d'un DAI Cardiac Rhythm Management Appareils externes Guide rapide Introduction À

Plus en détail

Je réadapte un patient difficile : le patient porteur d un DAI. Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Corentin Celton

Je réadapte un patient difficile : le patient porteur d un DAI. Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Corentin Celton Je réadapte un patient difficile : le patient porteur d un DAI Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Corentin Celton Journées GERS, 5 octobre 2012 Conflits d intérêts Pas de conflits

Plus en détail

Soixante mille adultes sont victimes

Soixante mille adultes sont victimes dmt dossier médico-technique 89 TC 86 Le défibrillateur semi-automatique : place dans la chaîne des secours et intérêt dans le milieu du travail L opportunité de la mise en place de défibrillateurs semi-automatiques

Plus en détail

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Principes d exploration invasive de base en électrophysiologie

DIU de rythmologie et stimulation cardiaque. Titre : Principes d exploration invasive de base en électrophysiologie DIU de rythmologie et stimulation cardiaque Titre : Principes d exploration invasive de base en électrophysiologie Orateur : Xavier COPIE Le 23 janvier 2012 Exploration Électrophysiologique de Base Xavier

Plus en détail

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE.

SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. SIGNES ECG DES TACHYCARDIES SUPRA VENTRICULAIRES. CAS PARTICULIER DU SYNDROME DE WOLFF- PARKINSON-WHITE. Marie-Claude LEMPEREUR de GUERNY Urgences/SMUR Poissy novembre 2011-avril 2012 APPEL EN SMUR POUR

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI

GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI GESTION INFIRMIERE PERI-OPERATOIRE DES IMPLANTATIONS DE PROTHESES : PM ET DAI BELMONT Claire NICOLLET Julie PISON Laure Service de cardiologie Hôpital St Joseph, MARSEILLE PLAN Historique Le pacemaker

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

A l attention des cardiologues ayant implanté ou contrôlant des patients porteurs de ces défibrillateurs

A l attention des cardiologues ayant implanté ou contrôlant des patients porteurs de ces défibrillateurs St. Jude Medical France SAS 73-77 rue de Sèvres 92514 Boulogne-Billancourt cedex France Tel +33 1 41 46 45 00 Fax +33 1 41 46 45 45 Boulogne Billancourt, le 20 août 2014 INFORMATION DE SÉCURITÉ Sur les

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Monitorage de l ECG. Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012

Monitorage de l ECG. Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012 Monitorage de l ECG Martin COUR Actualité en Réanimation Lyon 2012 Le passé Monitorage dans le passé : Pouls à la main Etat général du patient Pression artérielle (parfois) Le présent La place du soignant

Plus en détail

MAXIMO VR 7232Cx, 7232B, 7232E

MAXIMO VR 7232Cx, 7232B, 7232E MAXIMO VR 7232Cx, 7232B, 7232E Défibrillateur automatique implantable simple chambre (VVE-VVIR) Manuel d implantation 0123 2004 Les dénominations suivantes sont des marques commerciales de Medtronic :

Plus en détail

Déterminants de la fréquence cardiaque Dany-Michel Marcadet Paris Mise Mise à j our jour juillet 2009

Déterminants de la fréquence cardiaque Dany-Michel Marcadet Paris Mise Mise à j our jour juillet 2009 Déterminants de la fréquence cardiaque Dany-Michel Marcadet Paris Mise à jour juillet 2009 Le nœud sinusal Structure t hétérogène (Cellules l P, Cellules l T) Pacemaker de la totalité du cœur il détermine

Plus en détail

La télésurveillance en pratique quotidienne

La télésurveillance en pratique quotidienne La télésurveillance en pratique quotidienne Suivi à distance des patients porteurs de DAI AREPAC 2011 L. Finat La télémédecine aujourd hui reconnue Télémédecine : TIC et médical Téléconsultation Téléexpertise

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011

LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 LES PACE MAKERS Dr Patrick DASSIER HEGP 2011 INTRODUCTION Les stimulateurs cardiaques ou PM, ont pour fonction essentielle de prévenir les effets néfastes d une bradycardie, notamment lors de la survenue

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail