Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie)"

Transcription

1 Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Aicha LARDJANE-HAMITI 1, Fatiha METNA 1, Samira MERABET 1, Karima RAKEM 2, Mohamed BOUKHEMZA 1 & Moussa HOUHAMDI 3 Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou (Algérie) (1):Faculté Des Sciences Biologiqueset des Sciences AgronomiquesUniversité de Tizi-Ouzou. (2) : Centre Cynégétique de Réghaia. (3) : Département de Biologie Université de Guelma. Résumé La présente étude sur le comportement du fuligule nyrocaest effectuée dans le lac de Réghaia, situé à 30 km à l Est du centre d Alger et classé site Ramsar en Cette réserve naturelle d importance internationale, occupe une superficie de 842 hectares etconstitue un lieu de passage et de nidification pour certaines espèces d oiseaux migrateurs. Le fuligule nyrocaaythyanyroca(anatidae) figure parmi les espèces protégées en Algérie selon le décret n du 20 août 1983 et selon l UICN. Un suivi régulier des effectifs de la population de ce fuligule, durant la période novembre mai 2011, a permis de noter un maximum de 56 individus observé en mois de janvier. Les différents rythmes d activité de cet oiseau dans la journée montrent que la nage prédomine avec 49,21 % du budget temps, suivie par le repos avec 33,63%. Prises ensemble, les autres activités (le vol, la toilette, la plongée et l alimentation) représentent 17,07 %. L activité de la parade, souvent difficile à observer, n a été notée que rarement avec un pourcentage de 0,09%. Mots clés : Lac de Réghaia, Aythyanyroca, Rythmes d activités, recensement. Introduction Le Fuligule nyroca est une espèce globalement menacée, classée comme vulnérable. L espèce affectionne les vastes pièces d eau peu profondes, riches en végétation submergée et/ou flottante et bordées d émergents (phragmites). L espèce est estivante et nicheuse dans la majorité des zones humides du Nord-est Algérien et elle présente un statut de sédentaire. Dans le présent travail, nous avons suivi l évolutiondes populations du Fuligule nyroca dans la réserve naturelle du lac de réghaia et nous avonsétudié les variations hebdomadaire

2 de leur comportement diurne pendant 4 mois d étude (mars-juin 2010) afin de mieux caractériser les variations journalières du budget temps et mieux suivre le bilan des rythmes d activités. Description du site d étude La réserve naturelle du lac de Reghaia est située entre les latitudes et Nord et les longitudes et Est. Elle fait partie de la plaine du Mitidja, loin de 30 Km à l Est d Alger, et à 14 Km de la ville de Boumerdes. Elle est bordée par la mer Méditerranée, au sud par la route nationale N 24 reliant Alger à Constantine, à l est par la ville de Boudouaou et à l ouest par la ville de AinTaya. Le site fait partie de la Wilaya d Alger, circonscription administrative de Rouiba, commune de Reghaia et Heraoua. Ce site couvre une surface approximative de 842 ha dont environ 75 ha représentant le lac. Le climat est sub-humide à hiver tempéré. Le vent dominant est de secteur Nord-ouest. Les précipitations moyennes fluctuent d une année à l autre entre 200 et 800 mm. Le lac de Reghaia représente un important site d hivernage et de nidification pour les oiseaux d eau. Il accueille un grand nombre d espèces à valeur patrimoniale importante telles que l Erismature à tête blanche Oxyuraleucocephala, la Sarcelle marbrée Marmaronettaangustirostris, la Talève sultane Porphyrioporphyrio et le Fuligule nyrocaaythyanyroca. Tout autour du plan d eau, nous avons noté une diversité floristique importante qui est composée essentiellement de roseau commun Phragmites australis, de massettes Typha angustifolia, d Iris Iris pseudacoruset de Scirpe lacustre Scirpuslacustris. Figure 1: Situation géographique de la zone humide de Réghaïa. Echelle : 1/

3 Photos 1 : Vue générale du lac de Reghaia(photos Lardjane-Hamiti) Matériel et méthode Deux méthodes classiques sont habituellement utilisées pour l étude du rythme d activité des Anatidés ; qui sont : l échantillonnage focalisé des animaux «l animal focal sampling ou Focus» et le scan instantané d un échantillon «instantanious scan sampling ou Scan».Quant à notre cas, nous avons opté pour la dernière méthode.cette méthode se basant sur l observation d un groupe, permet d enregistrer les activités instantanées de chaque individu qui grâce à des transformations mathématiques fait ressortir le pourcentage temporel de chacune d elles. Le comportement instantané d un échantillon d oiseaux est enregistré à un intervalle d une heure à partir de 07 heures du matin jusqu à 18 heures.les données sont récoltées à l aide d une paire de jumelles Tasco 20x21 et un télescope Kawa 20x60.Le comportement est divisé principalement en 07 activités qui sont : l alimentation, le sommeil, la nage, le toilettage, le vol, la plonge et la parade. Résultats Fluctuations des effectifs du Fuligule nyroca durant la période d étude Les fluctuations des effectifs du Fuligule nyroca sont illustrées dans la figure suivante :

4 Figure 2: Fluctuations des effectifs du Fuligule nyroca au niveau du lac de Réghaïa de novembre 2010 à mai L effectif du Fuligule nyroca a connu une nette évolution depuis novembre 2010 jusqu à janvier Le plus grand effectif enregistré au cours de cette période est de 56 individus en janvier Après cette évolution, l effectif a chuté pour atteindre sa valeur minimale de 20 individus enregistré en mars A partir d avril 2011, l effectif du Fuligule nyroca a connu à nouveau une augmentation pour atteindre le nombre de 25 individus en mai Proportions des différentes activités diurnes du Fuligule nyroca Figure 3 : Proportions des différentes activités du Fuligule nyroca (Aythyanyroca) au niveau du lac de Réghaia durant quatre (04) mois (Mars à Juin 2010).

5 L étude du comportement diurne du Fuligule nyroca, du mois de novembre jusqu au moi de mai, montre que la nage est l activité prédominante chez cette espèce avec une moyenne de 49,21 %, elle est suivie par le repos représenté avec une moyenne de 33,63 %, le toiletage avec 7,13%, la plonge (5,28 %), le vol (3,16 %), ensuite vient l alimentation qui occupe la sixième place. L activité de la parade qui est très difficile à observer constatée. Les rythmes d activités diurnes du Fuligule nyroca de la période d étude en fonction des mois La représentation des rythmes d activités du Fuligule nyroca en fonction desquinzaines des mois est illustrée par les figures suivantes : Figure 4 : Variation des rythmes d activités diurnes du Fuligule nyroca au niveau du lac de Réghaïa durant la période d étude.

6

7 Figure 5 : Rythmes d activités du Fuligule nyroca (Aythyanyroca) auniveau du lac de Réghaïa durant la période d étude (novembre 2010 àmai 2011). (a) nage, (b) alimentation, (c) vol, (d) toilettage, (e) repos, (f)plonge. Le rythme d activités de nage chez le Fuligule nyroca est caractérisé par des variations différentes passant ainsi de 0 % noté comme valeur minimale de ce rythme en fin janvier, début février à 65,33 % en fin novembre pour atteindre enfin son maximum (75,95 %) enregistré en fin avril. Le repos est l activité que le Fuligule nyroca manifeste beaucoup, le pic du rythme de cette activité est enregistré en début février avec 100 % de cette activité dans la journée, nous avons noté plusieurs autres valeurs considérables notamment en fin février avec une valeur de 87,5 %, en début mars (72,92 %), début décembre (72,39 %). La valeur minimale de ce rythme est nulle (0) enregistrée en fin janvier. Le toilettage qui est marqué par des taux faibles est secondaire chez le Fuligule nyroca, la valeur maximale est atteinte en fin mars avec 12,45 %, sa faible valeur est enregistrée à cinq reprises (0 %) : fin décembre, fin janvier, début février, fin février, début mai. La plonge n est manifestée chez le Fuligule nyroca que très rarement, son taux le plus élevé est enregistré au début du mois de novembre avec une valeur de 15,50 %, le taux le plus faible est enregistré plusieurs fois de suite notamment au début décembre, fin décembre, début janvier, fin janvier, début et fin février, début et fin mars, fin avril, fin mai. Le vol est noté par des valeurs faibles tout au long de la période d étude, la valeur la plus élevée est de 10,45 % enregistrée au début du mois de décembre et les minimales (0 %) sont notées à plusieurs reprises notamment en fin décembre, début janvier, fin janvier, début février fin mars, fin avril, début et fin avril.

8 Evolution journalière des rythmes d activités diurnes de Aythyanyroca pendant la période d étude Figure 6 : Evolution journalière des rythmes d activités diurnes du Fuligule nyroca au niveau du lac de Réghaïa durant la période d étude (novembre à mai 2011). La parade marque le début de la période de reproduction, Ce comportement se manifeste chez les mâles solitaires qui hochent la tête, bougent les ailes et tournent en mouvement circulaire autour des femelles. En ce qui concerne notre étude, nous n avons pas eu des résultats pour ce comportement car il est vraiment difficile à observer. Discussion et Conclusion Le Fuligule nyroca est présent durant toute la période d étude. Son effectif maximal est noté durant le mois de janvier avec 56 individus au niveau du lac de Réghaïa. Les résultats obtenus sur les rythmes d activités diurnes du Fuligule nyroca au niveau du lac de Réghaïa sont différents de ceux obtenus par HOUHAMDI et SAMRAOUI (2008) au niveau du lac des oiseaux (Wilaya d El Tarf) où l activité principale était le sommeil (43,5 %) suivi de la nage (30,7 %) et ceux trouvés par AISSAOUI et al. (2009) où le repos représente plus d un tiers du budget temps avec 39%. Cela s explique par la différence des zones d étude, c'est-à-dire la situation géographique, les conditions climatiques et la répartition de la végétation pour former des ilots au Lac Tonga et des cuvettes au GaraetTimarganine contrairement au Lac de Réghaïa qui présente une végétation tout autour du lac.

9 Le toilettage occupe la troisième place avec un taux de 7,13 %, ce résultat est approximativement le même que ceux trouvés par HOUHAMDI et SAMRAOUI (2008), c est une activité secondaire chez le Fuligule nyrocaqu se manifeste généralement après le vol pour le réarrangement de leur plumage. Le vol qui vient en 5 ème position avec 3,16 % au niveau du lac de Réghaïa est un résultat qui se rapproche de celui trouvé par HOUHAMDI et SAMRAOUI (2008). Cette activité qui se manifeste lors d un dérangement présente deux valeurs élevées par rapport aux autres avec 8,55 % en novembre, 7,16 % en décembre. L alimentation est une activité variable chez le Fuligule nyroca, elle est souvent nocturne et occupe la dernière place avec un taux de 1,50 %. Pour HOUHAMDI et SAMRAOUI (2008), ce taux est de 17,2 %. Le taux le plus élevé est enregistré au mois de mai avec 11,02 %, durant les autres mois, il diminue considérablementsurtout au mois d avril où nous avons enregistré la valeur nulle. La plonge occupe la troisième place avec 5,28%. C est une activité que le Fuligule nyroca pratique pour se nourrir d invertébrés aquatiques ou pour se mouiller le corps, le taux le plus élevé de ce rythme d activité est noté au mois d avril avec 8,79 % et le taux le plus faible est enregistré avec plusieurs valeurs nulles notamment en décembre, janvier, février et mars. Référence bibliographiques AISSAOUI, R., HOUHAMDI, M., SAMRAOUI, B. (2009) - Étude du rythme d activités diurnes du Fuligule nyroca (Aythyanyroca) dans le lac Tonga (Wilaya d El Tarf). E.J.S.R. 28 (1) : p HOUHAMDI, M. et SAMRAOUI, B. (2008). Diurnal and nocturnal behaviour of ferruginous duck Aythyanyroca at lac des Oiseaux, northest Algeria.Ardeola55(1):

PROTOCOLE DE SUIVI DES TENDANCES D EVOLUTION DES EFFECTIFS DES CERVIDES (CERF ET CHEVREUIL) A L ECHELLE DES UNITES DE GESTION

PROTOCOLE DE SUIVI DES TENDANCES D EVOLUTION DES EFFECTIFS DES CERVIDES (CERF ET CHEVREUIL) A L ECHELLE DES UNITES DE GESTION PROTOCOLE DE SUIVI DES TENDANCES D EVOLUTION DES EFFECTIFS DES CERVIDES (CERF ET CHEVREUIL) A L ECHELLE DES UNITES DE GESTION Objectifs visés Suivre la tendance d évolution des effectifs des populations

Plus en détail

Typologie de gestion et évaluation de l impact des pratiques de gestion des chasseurs aux abords des mares de huttes

Typologie de gestion et évaluation de l impact des pratiques de gestion des chasseurs aux abords des mares de huttes Ont participé : Typologie de gestion et évaluation de l impact des pratiques de gestion des chasseurs aux abords des mares de huttes Didier LE COEUR Agrocampus ouest INRA-SAD «paysages» Eric KERNEIS Inra

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années.

1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. 1. L'été le plus chaud que la France ait connu ces cinquante dernières années. La figure ci-dessous présente la moyenne sur la France des températures minimales et maximales de l'été (période du 1 er juin

Plus en détail

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011

Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 GEMEL Picardie 115 Quai Jeanne d Arc 80230 Saint Valery sur Somme 03.22.26.85.25 gemel.picardie@libertysurf.fr www.gemel.org Evaluation des stocks de coques de la Baie d Authie sud en mai 2011 BOUVET Audrey

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel

La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel Vincent Schricke ONCFS DER CNERA Avifaune Migratrice Colloque Zones humides, chasse et conservation de la nature Maison de la baie de Somme et de

Plus en détail

Figure 12 : Sites NATURA 2000

Figure 12 : Sites NATURA 2000 Figure 12 : Sites NATURA 2000 THEMA Environnement 21 Figure 13 : Carte - sites naturels sensibles THEMA Environnement 22 2.5.1.5 Les arrêtés de protection de biotope En limite nord-ouest du territoire

Plus en détail

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX

DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DISTRIBUTION, ABONDANCE ET DENSITE DES CAMELEONS LE LONG DES DIFFERENTS COURS D EAUX DANS LA RESERVE PRIVEE D AMBODIRIANA (MANOMPANA SOANIERANA IVONGO) PHASE II RAPPORT PRELIMINAIRE Jeanneney Rabearivony

Plus en détail

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie

Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie 82 ème CONGRES de L ACFAS du 12 au 16 Mai 2014 Université Concordia Québec Chauffage et Climatisation par Géothermie en Kabylie Hakim MOHELLEBI Maitre assistant A, Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou

Plus en détail

Bulletin d information Période : Octobre 2008

Bulletin d information Période : Octobre 2008 ROYAUME DU MAROC Centre Royal de Télédétection Spatiale Direction de la Production Végétale Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification Direction de la Météorologie Nationale

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3.

Laboratoire Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques SPAPSA. Institut de l EPS., Université d Alger 3. Place de l EPS dans la hiérarchie des matières scolaires selon leur importance pour le développement intellectuel des élèves en Algérie. Linda Rachida Benbakhta-Fetouhi Institut d Éducation Physique et

Plus en détail

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord

Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord Analyse de données statistiques Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord RÉSUMÉ& LeCentredesantéetdeServicesSociauxdeQuébec5Norddoitpériodiquementréévaluerses priorités d action et champs

Plus en détail

Suivi de l avifaune dans la vallée de la Saâne : quelles capacités d adaptation? E.Caillot Réserves Naturelles de France Longueil, le 18 février

Suivi de l avifaune dans la vallée de la Saâne : quelles capacités d adaptation? E.Caillot Réserves Naturelles de France Longueil, le 18 février Suivi de l avifaune dans la vallée de la Saâne : quelles capacités d adaptation? E.Caillot Réserves Naturelles de France Longueil, le 18 février 2014. Missions de RNF dans le cadre de LiCCo - Coordination

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50

1/4 2/4 3/4 4/4. 10. Estimation MTH2302D. S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016. (v1) MTH2302D: estimation 1/50 10. Estimation MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2016 (v1) MTH2302D: estimation 1/50 Plan 1. Introduction 2. Estimation ponctuelle 3. Estimation par intervalles de confiance 4. Autres

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel

Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel Lancement de la campagne de lutte contre l ambroisie l 08 Juin 2015 Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel Samuel Monnier Michel Thibaudon Aérobiologie : une approche multidisciplinaire Dispersion

Plus en détail

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc

Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc NOTE NATURALISTE Avril 2013 Contrôle de la reproduction de Balbuzard pêcheur du Parc National d Al Hoceima, Maroc Flavio Monti (Université de Ferrara et CEFE-CNRS de Montpellier) ; Mathieu Thévenet (expert

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal)

Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) Contexte du projet de paysage humanisé pour l ouest de l île Bizard (Ville de Montréal) L Île Bizard est située au nord-ouest de l archipel montréalais. Elle est reconnue pour sa qualité de vie, son magnifique

Plus en détail

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT

INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT INVENTAIRE PISCICOLE PAR PECHE ELECTRIQUE SUR LE CHER A L AVAL DU BARRAGE DE PRAT COMMUNE DE TEILLET ARGENTY COMPTE RENDU DE L OPERATION M. LELIEVRE JANVIER 2010 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 2 2 MATERIEL

Plus en détail

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009

Projet Toulouse EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 Projet EuroSudOuest Analyse socio-démographique 2006-2009 INTRODUCTION PRESENTATION DES PÉRIMETRES LES QUARTIERS IRIS DEMOGRAPHIE POPULATION 1) Population 2) Structuration de la population par âge 3) Composition

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

EXERCICES SUR LE CHAPITRE 1 : «MIXTE»

EXERCICES SUR LE CHAPITRE 1 : «MIXTE» EXERCICES SUR LE CHAPITRE 1 : «MIXTE» 1. Les électeurs d'une grande ville américaine sont constitués de 40% de blancs, 40% de noirs et 20% d'hispaniques. Un candidat noir à la fonction de Maire espère

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DU PROJET PNUE SUR LA SURVEILLANCE DES POP EN RDCongo. Par Ir. Jean Claude EMENE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET ET POINT FOCAL POP

MISE EN ŒUVRE DU PROJET PNUE SUR LA SURVEILLANCE DES POP EN RDCongo. Par Ir. Jean Claude EMENE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET ET POINT FOCAL POP MISE EN ŒUVRE DU PROJET PNUE SUR LA SURVEILLANCE DES POP EN RDCongo Par Ir. Jean Claude EMENE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET ET POINT FOCAL POP Présentation du pays La République R Démocratique D du Congo

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail

Le marché d accès à l Internet, en Centrafrique, au 30 septembre 2010

Le marché d accès à l Internet, en Centrafrique, au 30 septembre 2010 AGENCE DE REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS Le marché d accès à l Internet, en Centrafrique, au 30 septembre 2010 Extrait de l Observatoire du troisième trimestre 2010 Siège social, Immeuble de la Poste

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES

Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES Bulletin Mensuel du Centre de Prévision et d Applications Climatiques de l IGAD avril 2014 1. ACTUALITES Des conditions presque normales à humides ont été enregistrées dans une grande partie du secteur

Plus en détail

Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013

Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013 Biodiversité Fiche métadonnées et méthodes N 32 Bilan de la diversité ornithologique observée en Haute-Normandie sur la période 1970-2013 Contexte dans lequel s inscrit l indicateur Thème Sous-thème Axe

Plus en détail

Maïs doux : bilan sanitaire 2010

Maïs doux : bilan sanitaire 2010 N février S O M M A I R E Maïs doux bilan sanitaire Les structures partenaires dans la réalisation des observations nécessaires à l'élaboration du Bulletin de santé du végétal d'aquitaine Légumes de plein

Plus en détail

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs.

Introduction. La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Introduction La caractérisation du périphyton: approche récente pour évaluer l eutrophisation des lacs. Lien démontré entre l abondance du périphyton et l importance des apports en P, principalement liés

Plus en détail

DJIBRIL SIDIBE, DIRECTEUR DE LA RÉGULATION DE LA CIRCULATION ET DES TRANSPORTS URBAINS (DRCTU)

DJIBRIL SIDIBE, DIRECTEUR DE LA RÉGULATION DE LA CIRCULATION ET DES TRANSPORTS URBAINS (DRCTU) PLATE FORME DES PARTENAIRES DE BAMAKO ANGERS, 26 ET 27 MAI 2011 MOBILITE URBAINE DANS LE DISTRICT DE BAMAKO DJIBRIL SIDIBE, DIRECTEUR DE LA RÉGULATION DE LA CIRCULATION ET DES TRANSPORTS URBAINS (DRCTU)

Plus en détail

Statistique : Résumé de cours et méthodes

Statistique : Résumé de cours et méthodes Statistique : Résumé de cours et méthodes 1 Vocabulaire : Population : c est l ensemble étudié. Individu : c est un élément de la population. Effectif total : c est le nombre total d individus. Caractère

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

DossierDéveloppement. durable

DossierDéveloppement. durable La forêt est une ressource économique dont l exploitation contribue à l enrichissement collectif. L enjeu de l utilisation de toute ressource naturelle renouvelable est évidemment d en faire une gestion

Plus en détail

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan

LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan 1 LE BAIN ET L ALLAITEMENT Étude sur les pratiques autour du bain à la maternité de Draguignan Carine Martin, auxiliaire de puériculture, consultante en lactation IBCLC Draguignan (83) RESUME L étude a

Plus en détail

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique

Deuxième Partie La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique Rapport préliminaire sur les cartes de risque de grippe aviaire Deuxième Partie: La répartition spatiale des facteurs de risque: les couches d information géographique 2 Deuxième Partie La répartition

Plus en détail

LE BOURGET DU LAC Département Communauté de communes du Lac du Bourget Superficie Population Nombre de zones humides inventoriées

LE BOURGET DU LAC Département Communauté de communes du Lac du Bourget Superficie Population Nombre de zones humides inventoriées LE BOURGET DU LAC Département : Savoie Communauté de communes du Lac du Bourget Superficie : 2005 ha Population : 3948 habitants Nombre de zones humides inventoriées : 14 Document d urbanisme : POS approuvé

Plus en détail

CONDITIONS METEOROLOGIQUES

CONDITIONS METEOROLOGIQUES 10 BULLETIN MENSUEL DU MOIS D OCTOBRE 2014 SITUATION DU CRIQUET PELERIN AU MALI ----------------------------------------------------------------------------------------------- Résumé les conditions écologiques

Plus en détail

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Melle Karima SEBBAGH Ingénieur Chef de Projet Direction de Distribution Amélioration de la Gestion de la Distribution d Eau Potable 1/21 Sommaire

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques

Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques Mise en œuvre du plan de gestion de la lagune de Bouin Aménagements écologiques et hydrauliques Contexte La Lagune de Bouin se trouve sur un polder créé à dans les années 1960. Il s'agit d'une propriété

Plus en détail

Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91)

Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91) Les Portes de Voisins 21B rue Jacques Cartier 78960 VOISINS-LE-BRETONNEUX Tél./fax 01.30.60.96.84 Projet de restructuration du quartier des Amonts aux Ulis (91) Etude acoustique du projet Etude 090302-2

Plus en détail

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut

Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Bilan de la campagne estivales 2012 de Cybelle Planète pour le programme IMPACT-CET mené par EcoOcéan Institut Depuis 2006, les écovolontaires de Cybelle planète participent, chaque été, à la collecte

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie) Larhyss Journal, ISSN 1112-3680, nä 05, Juin 2006, pp.41-48 Ä 2006 Laboratoire de Recherche en Hydraulique Souterraine et de Surface LA PROBLEMATIQUE DES FUITES D EAU DU BARRAGE HAMMAM-GROUZ (AlgÅrie)

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda

O L D A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kolda REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS

LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS LA COUVERTURE VÉGÉTALE DU CŒUR DE L AGGLOMÉRATION DE PARIS Une approche par la télédétection de précision par Marie-Thérèse Besse et Paul Rouet Atelier parisien d urbanisme Banque de données urbaines 9,

Plus en détail

Plan d action pour l application du Programme de travail sur les aires protégées de la Convention sur la Diversité Biologique

Plan d action pour l application du Programme de travail sur les aires protégées de la Convention sur la Diversité Biologique Plan d action pour l application du Programme de travail sur les aires protégées de la Convention sur la Diversité Biologique (INSÉREZ LE PHOTO DE PAYS) CAMEROUN Soumis au Secrétariat de la Convention

Plus en détail

Religion évolution de la pratique religieuse au Canada

Religion évolution de la pratique religieuse au Canada Religion évolution de la pratique religieuse au Canada par Warren Clark Dans presque toutes les provinces, il y a des foyers où la participation aux services religieux est élevée En 1946, environ 67 %

Plus en détail

NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE

NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE Nom du site Numéro du site Surface NATURA 2000 Directive «Oiseaux» ZONE DE PROTECTION SPECIALE : ETANGS DE SOLOGNE : FR2410013 : 29 624 hectares Intérêt : La Sologne présente une vaste étendue forestière

Plus en détail

Rapport : ville de Trois- Rivières

Rapport : ville de Trois- Rivières Assistance méthodologique pour le traitement et l analyse des données des enquêtes Origine- Destination québécoises pour dresser le portrait du vélo au Québec Projet réalisé pour le compte de Vélo Québec

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin Conf Hôtel de Ville, Grand Salon Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin La Chine est un pays très étendu : 5 000 km du Nord au Sud,

Plus en détail

POLYNESIE FRANÇAISE ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2005 ÉTUDE THEMATIQUE SUR LES MANGROVES PROFIL NATIONAL

POLYNESIE FRANÇAISE ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2005 ÉTUDE THEMATIQUE SUR LES MANGROVES PROFIL NATIONAL Département des forêts Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture ÉVALUATION DES RESSOURCES FORESTIÈRES MONDIALES 2005 ÉTUDE THEMATIQUE SUR LES MANGROVES POLYNESIE FRANÇAISE PROFIL

Plus en détail

Propositions pour stopper la destruction de la dernière zone humide naturelle du littoral de la région de Casablanca

Propositions pour stopper la destruction de la dernière zone humide naturelle du littoral de la région de Casablanca Propositions pour stopper la destruction de la dernière zone humide naturelle du littoral de la région de Casablanca Casablanca Dar Bouazza Zone humide Sud Zone humide Nord Association des riverains La

Plus en détail

Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie

Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie Revue des Energies Renouvelables SMEE 10 Bou Ismail Tipaza (2010) 81 86 Méthode de développement du relief numérique pour l étude des potentialités éoliennes de la zone de Ténès Chlef - Algérie F. Boukli

Plus en détail

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates

Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 249 254 Etude expérimentale d un four rotatif de séchage des phosphates T. Raffak 1*, M. Agouzoul 1, E.M. Mabsate 1, A. Chik 2 et A. Alouani 3 1 Equipe

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

Agadir, le 15/12/2011. Présenté par: ACHOUR Ahmed

Agadir, le 15/12/2011. Présenté par: ACHOUR Ahmed Premier Congrès International sur l Arganier Acquis et perspectives de la recherche scientifique EFFET DE LA MISE EN DEFENS SUR LA RICHESSE FLORISTIQUE ET LA DENSITE DANS DEUX ARGANERAIES DE PLAINE A.

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011

Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Dossier de Presse Journée Mondiale des Zones Humides 2 février 2011 Contact presse : Murielle THERMED Directrice du Développement et de la Communication Parc Naturel Régional de la Martinique Tél. : 06

Plus en détail

Rapport d étude. ADN environnemental. Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau. Sologne France.

Rapport d étude. ADN environnemental. Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau. Sologne France. Rapport d étude ADN environnemental Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau Sologne France Gabriel MICHELIN Élodie MARDINÉ Novembre 2012 1 34, avenue Maunoury 41 000 Blois Tél. :

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN

RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN M.R.C de Lotbinière Mars 2004 RAPPORT SUR LE PROJET DE DÉCHIQUETAGE DES DÉCHETS AU L.E.T. DE SAINT-FLAVIEN PAR: Stéphane Larivée, ing. MRC de Lotbinière Mars 2004 Rapport sur le projet de déchiquetage

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Evolution du Parc National automobile Novembre 2007

Evolution du Parc National automobile Novembre 2007 Evolution du Parc National automobile Novembre 2007 Parc_Auto.doc : Evolution du Parc National automobile Page 1 of 7 Evolution du Parc national automobile Durant ces douze dernières années, de 1995 à

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Rapport d étude. ADN environnemental. Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau. Sologne France. DREAL Centre

Rapport d étude. ADN environnemental. Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau. Sologne France. DREAL Centre Rapport d étude 1 DREAL Centre Conseil régional de la région Centre ADN environnemental Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau Sologne France Gabriel MICHELIN chargé d études faune

Plus en détail

LES CANCERS DE LA VESSIE

LES CANCERS DE LA VESSIE ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 89 LES CANCERS DE LA VESSIE Codes CIM 8: «188» CIM 9: «188» CIM 10: «C67» EFFECTIFS DE DÉCÈS PAR CANCER DE LA VESSIE HOMMES/FEMMES

Plus en détail

Atlas des oiseaux nicheurs en Midi-Pyrénées (2007 2010)

Atlas des oiseaux nicheurs en Midi-Pyrénées (2007 2010) Atlas des oiseaux nicheurs en Midi-Pyrénées (2007 2010) Protocole atlas (niveau présence/absence, qualitatif) Cartographie L'enquête se réalisera sur un découpage des départements par maille de 10 km sur

Plus en détail

Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance

Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance Quelques données statistiques sur la clientèle adulte au Cégep@distance Cégep@distance Septembre 2006 Recherche et rédaction : Lyne Forcier, Diane Laberge Table des matières Introduction... 5 La méthodologie...

Plus en détail

OUTIL 3 : MENER DES ÉVALUATIONS ÉVALUATION DES STAGIAIRES. Objectif des organisateurs et formateurs. Évaluation des stagiaires. Évaluation initiale

OUTIL 3 : MENER DES ÉVALUATIONS ÉVALUATION DES STAGIAIRES. Objectif des organisateurs et formateurs. Évaluation des stagiaires. Évaluation initiale OUTIL 3 : MENER DES ÉVALUATIONS L enseignement doit viser à ce que tous les stagiaires réussissent à acquérir de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences. La réussite des stagiaires dépend en

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Cours de statistique descriptive

Cours de statistique descriptive Cours de statistique descriptive Séance 1 : Les caractères et la mise en forme des données Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive Les statistiques et la géographie La géographie est une

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

Chauve-Souris Auvergne. Place Amouroux. 63 320 Montaigut-le-Blanc. Tel : 04.73.89.13.46. contact@chauve-souris-auvergne.fr

Chauve-Souris Auvergne. Place Amouroux. 63 320 Montaigut-le-Blanc. Tel : 04.73.89.13.46. contact@chauve-souris-auvergne.fr Chauve-Souris Auvergne Place Amouroux 63 320 Montaigut-le-Blanc Tel : 04.73.89.13.46. contact@chauve-souris-auvergne.fr www.chauve-souris-auvergne.fr Association d étude et de conservation des chiroptères

Plus en détail

3 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

3 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 3 LE DÉPLACEMENT DES PERSONNES À MONTRÉAL ET DANS SA RÉGION Fiche d'information Projet de Plan de développement de Compte tenu de l amplification des problèmes liés à la congestion routière et des conséquences

Plus en détail

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036?

COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? COMBIEN SERONS-NOUS EN 2036? Projections de la population de Lanaudière-Sud et de ses MRC Novembre 2014 André Guillemette Service de surveillance, recherche et évaluation Direction de santé publique Agence

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay,

La cartographie des habitats de la RNN de Saint-Quentin-en-Yvelines, L inventaire des zones humides de l Etablissement public Paris-Saclay, FICHE DE SYNTHESE Contexte : Les zones humides sont des milieux rares à l échelon national (4% du territoire) et fortement menacés par les activités anthropiques. La publication, en France en 1994, de

Plus en détail

LES REQUINS DU SAINT-LAURENT

LES REQUINS DU SAINT-LAURENT LES REQUINS DU SAINT-LAURENT Daphné Laurier Montpetit, biologiste à Espace pour la vie (EPLV) et communicatrice scientifique sur le Sedna IV Aiguillat commun Squalus acanthias L aiguillat commun est un

Plus en détail