Actualités. Résumé du rapport du Conseil fédéral à l attention de l Assemblée fédérale sur l avenir du 2ème pilier (suite) TAUX D INTÉRÊT MINIMAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualités. Résumé du rapport du Conseil fédéral à l attention de l Assemblée fédérale sur l avenir du 2ème pilier (suite) TAUX D INTÉRÊT MINIMAL"

Transcription

1 S O M M AI R E : L OFAS a publié le «Rapport du Conseil fédéral à l attention de l Assemblée fédérale sur l avenir du 2ème pilier». Le n 2 de notre lettre d information vous en a présenté une première partie. Ce n 3 est consacré à la suite du rapport. 1 Préfinancement des retraites anticipées 6 Humour 8 Actualités N O 3 - F É V R I E R Résumé du rapport du Conseil fédéral à l attention de l Assemblée fédérale sur l avenir du 2ème pilier (suite) La première partie du résumé du rapport du Conseil fédéral a fait l objet de notre précédent numéro. Les thèmes traités étaient les suivants: L historique du système des trois piliers Le rôle de la prévoyance professionnelle dans le système des trois piliers Le paysage suisse des caisses de pension Possibilité de laisser à l assuré le libre choix de sa caisse de pension La parité au sein des conseils de fondation et les conflits d intérêts Les dispositions de placements dans la prévoyance, les risques de placement et le système de capitalisation La solvabilité et les réserves de fluctuation de valeur L assurance complète et de la quote-part minimum Le taux de conversion minimal Le taux d intérêt technique Voici la suite (et fin) de ce résumé gracieusement mis à disposition par Monsieur Michel Dérobert, membre du Conseil de la Fondation de prévoyance Lombard Odier & Cie. TAUX D INTÉRÊT MINIMAL Il règle la rémunération de l avoir vieillesse dans la partie obligatoire de la prévoyance professionnelle. Sa fixation est régie par la loi. Selon l art. 15 LPP, c est le Conseil fédéral qui fixe le taux d intérêt minimal en tenant compte de l évolution du rendement des placements usuels. Il examine ce taux au moins tous les deux ans et consulte à cet effet la Commission LPP et les partenaires sociaux. En principe, la situation financière des institutions de prévoyance n a pas à être prise en considération. 20% 15% 10% 5% 0% -5% -10% Pour le Conseil fédéral, l institution d un taux d intérêt minimal se justifie notamment par le fait que les assurés, qui sont affiliés à un système d épargne obligatoire, n ont pas le choix du fournisseur ni celui de la stratégie de placement. Il ne serait pas équitable qu ils assument seuls les risques qui en découlent. Le rapport relève que la façon de concevoir la notion d intérêt minimal varie suivant les acteurs de la prévoyance professionnelle. Pour les assureurs-vie, il s agit d un niveauplancher garanti ; pour les institutions de prévoyance autonomes ou semi- Indice LPP versus taux LPP Indice LPP % Taux LPP

2 P A G E 2 autonomes, c est une simple référence. Il souligne aussi que la Commission LPP est profondément divisée sur la conduite à adopter en la matière : elle a examiné diverses formules qui pourraient servir de base à la fixation d un taux d intérêt minimal mais n est pas parvenue à s entendre. de réagir dans les situations exceptionnelles, où le résultat de ces calculs ne serait pas approprié au vu des circonstances. SOUS-COUVERTURE ET MESURES D ASSAINISSE- MENT A la suite des diverses crises qui ont émaillé la mièrement, prélever auprès des employeurs et des salariés des cotisations paritaires destinées à résorber le découvert et, deuxièmement, prélever une contribution auprès des bénéficiaires de rente. En dernier lieu, elle peut décider d appliquer, pendant une durée limitée, une rémunération inférieure de 0,5 point au plus au taux d intérêt minimal applicable à l avoir minimal LPP. «on pourrait confier à l organe suprême de chaque institution le soin de fixer, dans le cadre du système paritaire, le taux d intérêt minimal» Du point de vue des objectifs à atteindre, le Conseil fédéral estime néanmoins qu une formule devrait servir de base à la fixation du taux d intérêt minimal. Elle devrait être définie de façon à pouvoir rester stable sur plusieurs années. Dans les solutions proposées, deux options semblent envisageables à la Commission LPP : A défaut de s entendre sur une telle formule, on pourrait confier à l organe suprême de chaque institution le soin de fixer, dans le cadre du système paritaire, le taux d intérêt minimal. L alternative serait de se baser sur une formule approuvée par la majorité de la Commission LPP, tout en laissant au Conseil fédéral la possibilité première décade des années 2000, diverses institutions de prévoyance se sont retrouvées en situation de découvert. Les mesures d assainissement qu elles ont été amenées à prendre ont généralement donné de bons résultats. Les problèmes les plus difficiles ont surgi au sein des caisses qui s en tiennent au minimum LPP car, dans les faits, elles ne disposent que d un choix très limité de mesures d assainissement. Une fois en découvert, elles ont de la peine à revenir au taux de 100%. La loi prévoit une cascade de mesures d assainissement. En principe, si d autres mesures ne permettent pas d atteindre l objectif, l institution peut, pre- En pratique, les possibilités d exiger des contributions de la part des assurés ou des rentiers ne doivent toutefois pas être surestimées. Pour ces derniers, en particulier, la possibilité légale d exiger qu ils participent aux mesures d assainissement n a pratiquement aucun effet concret. Il en résulte de gros problèmes pour les caisses qui ont un rapport défavorable entre actifs et rentiers. Il reste que le Fonds de garantie peut intervenir lorsqu une institution devient insolvable. Pour le Conseil fédéral, les événements survenus ces dernières années et le fort décalage du rapport entre les actifs et les rentiers, lié à l évolution démographique prévisible, montrent qu il faut renforcer l implication des rentiers dans les mesures d assainissement. L autorité de surveillance doit par ailleurs pouvoir déployer des moyens contraignants si les mesures d assainissement sont insuffisantes. Enfin, il convient de trouver une solution qui autorise les caisses de pension à prendre à titre préventif sous certaines conditions des mesures A C T U A L I T É S

3 N O 3 - F É V R I E R P A G E 3 d assainissement lorsque leur capacité de faire face aux risques est restreinte (notamment une diminution de la rémunération des avoirs de prévoyance ). Les solutions examinées ont trait à quatre problèmes. La première vise à permettre la participation limitée des rentiers à l assainissement des institutions de prévoyance, moyennant des contributions à prévoir dans certains cas précis, ceci dans le respect des droits acquis (notion qui ne doit toutefois pas être interprétée de façon trop extensive). Ceci pourrait amener à réexaminer la question de la représentation des rentiers au sein de l organe suprême desdites institutions. La Commission LPP estime que cette piste est envisageable. En revanche, elle n est pas favorable à l idée, également émise dans ce contexte, qui consisterait à diviser la rente en deux parties, la plus grande étant garantie (part fixe), alors que l autre pourrait être adaptée en fonction des éventuels besoins d assainissements (part variable). Le deuxième problème a trait au manque de moyens dont dispose l autorité de surveillance pour imposer des mesures d assainissement. Le rapport n est pas très clair sur les solutions à mettre en œuvre à cet égard. Le troisième problème a trait au fait que les institutions de prévoyance sont restreintes dans les mesures de consolidation financière qu elles peuvent adopter lorsqu elles ne sont pas en découvert. La Commission LPP estime que de telles mesures devraient être facilitées. Enfin, le rapport se penche sur deux problèmes qui ne seront pas détaillés ici : la situation délicate des «caisses de rentiers» et le sort des caisses solvables qui peuvent devenir «apatride» à la suite de la liquidation d une fondation collective. LIQUIDATION PARTIELLE ET CAS DE RIGUEUR En pratique, les liquidations partielles soulèvent différents problèmes et suscitent des situations peu claires, surtout lorsque les institutions de prévoyance se trouvent en situation de découvert. Après un rappel de la jurisprudence récente en la matière (qui n est pas exempte de contradictions), le rapport décrit certains cas de rigueur. On peut être confronté à de tels cas lorsque des salariés sont licenciés par leur employeur et reçoivent des prestations de sorties emputées d un découvert. Pour les travailleurs les plus âgés, qui peinent à retrouver un emploi, il peut être impossible de reconstituer leur avoir de vieillesse amputé. Diverses solutions, jugées envisageables par la Commission LPP mais que l on ne détaillera pas ici, sont esquissées dans ce contexte. Les problèmes qui se posent lors d une liquidation partielle en situation de découvert sont également examinés. Il s avère cependant qu en pareil cas, le problème de la déduction des fonds manquants ne peut pas être résolu directement. Il doit être combattu par une amélioration de la santé financière des institutions de prévoyance. Enfin, le rapport se penche sur la concrétisation des conditions de liquidation partielle. Il juge que la réglementation actuelle prévoit une grande marge d appréciation, qui permet au Conseil de fondation au travers de son règlement de liquidation partielle de tenir compte des particularités de la caisse. En revanche, comme indiqué plus haut, la jurisprudence récente est contradictoire et a fait l objet de critiques. Elle n aide pas à rédiger un règlement de liquidation partielle. La Commission LPP est d avis que la Commission de haute surveillance émette des directives sur la concrétisation des conditions de liquidation partielle, de manière à clarifier, dans une certaine mesure, les conditions légales en la matière. «( ) permettre la participation limitée des rentiers à l assainissement des institutions de prévoyance, moyennant des contributions à prévoir dans certains cas précis, ceci dans le respect des droits acquis (notion qui ne doit toutefois pas être interprétée de façon trop extensive)»

4 P A G E 4 SIMPLIFICATION ET FRAIS DE LA PRÉVOYANCE PRO- FESSIONNELLE En préambule, le Conseil fédéral rappelle qu il est conscient que des efforts de simplification doivent être accomplis. Mais la prévoyance professionnelle est un domaine complexe, qu il n est pas toujours possible de traduire simplement. Petite pointe en direction des politiques : il est relevé que les exigences parlementaires s opposent parfois à l objectif de simplification professionnelle, diverses solutions partielles sont examinées. Certaines sont considérées comme des options possibles par la Commission LPP (p. ex. : formulaire d annonce électronique standardisé pour les cas de libre passage, certificat de prévoyance standardisé, suppression du délai de trois mois pour l assujettissement à la LPP, suppression de la distinction entre activité principale et activité accessoire, etc.). D autres, en revanche, ne reçoivent pas l assen- rapport se réfère à une vaste étude réalisée sur mandat de l OFAS, dont il ressort que le volume effectif des frais de gestion de la fortune dans le 2e pilier atteint 3,9 milliards de francs (soit 0,56% de la masse gérée). Ce montant est beaucoup plus élevé que ce que livre la statistique officielle des caisses de pension (0,795 milliard de francs). Les propositions du rapport du Conseil fédéral reprennent, pour l essentiel celles de l étude précitée, complétées par un projet que l OFAS en- Plus spécifiquement, les thèmes abordés dans ce contexte sont, en premier lieu, les frais de gestion de fortune et, en second lieu, les frais d administration. «Petite pointe en direction des politiques : il est relevé que les exigences parlementaires s opposent parfois à l objectif de simplification» Dans ces deux domaines, la situation actuelle est décrite avec force détails qu il n est pas possible de résumer ici, faute de place. S agissant de la situation visée, le rapport souligne à quel point ces problèmes sont sensibles aux yeux de la population, ainsi que l ont montré, d une part, la votation du 7 mars 2010 et, d autre part, la motion «LPP. Simplifications administratives» du Conseiller aux Etats Konrad Graber. Les pistes de solutions envisagées abordent deux problèmes : la complexité de la prévoyance professionnelle et les frais de gestion de fortune trop élevés. S agissant de la complexité de la prévoyance timent des experts (par exemple : harmonisation et simplification du groupe des bénéficiaires de la prévoyance, suppression du seuil d accès et de la déduction de coordination, suppression de l assurance facultative pour les personnes ayant plusieurs employeurs, taux unique de bonification de vieillesse, suppression/ limitation des possibilités d individualisation de la prévoyance, suppression de la possibilité de préfinancer une retraite anticipée par des rachats supplémentaires, etc.). S agissant des frais de gestion de fortune, le tend concrétiser. L étude propose diverses pistes d intervention, qui toutes sont du ressort de l organe paritaire (faire jouer la concurrence, optimiser les placements sous l angle fiscal, choisir des modes de gestion moins coûteux, etc.). Parmi les pistes recommandées par la Commission LPP, il faut citer l amélioration de la transparence des produits, passant par une réduction des asymétries d information entre le fournisseur et l investisseur. Ces mesures ne semblent toutefois pas réalisables à court terme et A C T U A L I T É S

5 N O 3 - F É V R I E R P A G E 5 elles présupposent l intervention de la FINMA, l autorité de surveillance des marchés financiers. Le rapport relève que des interventions limitées au seul marché helvétique pourraient fausser la concurrence et nuire à la compétitivité de la place financière suisse. dent et fassent prévaloir leur intérêt. Ici aussi, il est relevé que la réforme structurelle a apporté des solutions, qui sont actuellement mises en œuvre au sein des institutions de prévoyance. PANORAMA DE LA SITUATION INTERNATIONALE Ce chapitre cherche à mettre en perspective les préoccupations évoquées dans les pages qui précè- «les employés n ont pas le choix et doivent faire confiance aux représentants du personnel qu ils ont nommés au sein du Il convient aussi de rappeler qu un renforcement des exigences en matière de transparence est déjà intervenu dans le cadre de la réforme structurelle de la prévoyance professionnelle. Pour terminer, le rapport examine la possibilité de prévoir une imputation séparée des frais de réassurance dans les comptes annuels mais signale que ceci exigerait une concertation avec les instances chargées de définir les normes comptables RPC et avec la FIN- MA. La Commission LPP ne la soutient pas. conseil de fondation ou de la commission de prévoyance pour qu ils défendent et fassent prévaloir leur intérêt» LA TRANSPARENCE DU 2E PILIER Pour le Conseil fédéral, le manque de transparence dans ce domaine est un réel problème, qui alimente les soupçons de fraudes et d anomalies auprès des assurés. Il rappelle pourquoi la transparence est importante : du fait de la place que la prévoyance professionnelle prend dans la vie des gens, à cause de la structure et de la diversité de la prévoyance professionnelle, et enfin en raison de la position des destinataires : les employés n ont pas le choix et doivent faire confiance aux représentants du personnel qu ils ont nommés au sein du conseil de fondation ou de la commission de prévoyance pour qu ils défen- Parmi les problèmes qui restent à résoudre, le rapport cite en premier lieu une meilleure comparabilité des institutions de prévoyance. La Commission de haute surveillance pourrait être chargée d édicter des normes de bonnes pratiques en collaboration avec les associations professionnelles. Cette piste paraît envisageable à la Commission LPP. Le second problème évoqué dans ce contexte porte sur une uniformisation des valeurs de référence. Mais, vu la multitude de paramètres qui devraient, du même coup, être unifiés (taux d intérêt technique, taux de conversion, etc.), un tel objectif paraît hors de portée, selon la Commission LPP. dent. Il ne contient aucune recommandation, et aborde en particulier la manière dont ces questions sont traitées au sein de l Union Européenne et dans ses Etats membres. Les travaux de l OCDE sur les placements et les risques d investissement ainsi que sur le vieillissement démographique sont aussi évoqués. Michel Y. Dérobert Le curriculum vitae de Monsieur Michel Y. Dérobert est consultable dans le numéro précédent de notre lettre d information.

6 P A G E 6 Préfinancement des retraites anticipées «Un départ en retraite anticipée réduit les prestations de vieillesse par rapport à celles qui auraient été versées dès l âge de la retraite ordinaire» Selon l article 13 LPP, ont droit aux prestations de vieillesse les assurés dès qu ils atteignent l âge de 65 ans (hommes), respectivement 64 ans (femmes), en d autres termes dès qu ils atteignent l âge ordinaire de la retraite selon l AVS (article 21 LAVS). Si ce même article 13 LPP autorise l institution de prévoyance de prévoir dans son règlement la naissance du droit aux prestations de vieillesse dès le jour où l activité lucrative prend fin, l article 1 LPP donne compétence au Conseil fédéral de définir un âge minimal de retraite anticipée. A l article 1i OPP 2, le Conseil fédéra a ainsi fixé, sauf exceptions (restructurations d entreprises ou motifs de sécurité publique), à 58 ans l âge minimal de retraite anticipée. POSSIBILITES DE FINAN- CER LA REDUCTION DES PRESTATIONS DUE A UNE RETRAITE ANTICIPEE Un départ en retraite anticipée réduit les prestations de vieillesse par rapport à celles qui auraient été versées dès l âge de la retraite ordinaire. Dans les plans en primauté des prestations, cette réduction découle d années d assurancesmanquantes. Dans les plans à primautés des cotisations, elle est la conséquence d un capital de prévoyance réduit et d un taux de conversion plus bas. Afin d atténuer ou de supprimer la réduction des prestations de vieillesse consécutives à un départ en retraite anticipée, l article 1b OPP 2 autorise l institution de prévoyance à accepter des rachats allant au-delà du rachat usuel des prestations réglementaires (lacune de prévoyance). Si de tels rachats additionnels sont possibles, le plan de prévoyance doit être conçu de telle façon que, si l assuré renonce à une retraite anticipée, les prestations versées ne dépassent pas de plus de 5 % l objectif réglementaire des prestations. Généralement, cette règle des 5% se traduit, en cas de dépassement de l âge de retraite anticipée financée par des rachats de l assuré (ou de son employeur), par une perte de tout ou partie de ces rachats au profit de l institution de prévoyance elle-même. Les rachats destinés au financement d une retraite anticipée, ou tout au moins les possibilités de tels rachats, représentent souvent des sommes conséquentes. En effet, ils visent à combler, les années manquantes de financement (cotisations de l assuré et de l employeur, sans oublier le 3ème cotisant qu est le rendement) ainsi que le service d une rente durant une plus longue durée. Certaines institutions de prévoyance permettent d inclure également dans le préfinancement volontaire d une retraite anticipée la constitution d une rente pont-avs. CONSEQUENCES FIS- CALES DES RACHATS Afin d empêcher des situations a priori abusives, ces rachats, à l instar du rachat des prestations réglementaires, font l objet de limitations. Ainsi, la somme de rachat annuelle versée par les personnes arrivant de l étranger qui n ont jamais été affiliées à une institution de pré- A C T U A L I T É S

7 N O 3 - F É V R I E R P A G E 7 voyance en Suisse ne doit pas dépasser, pendant les cinq années qui suivent leur entrée dans l institution de prévoyance suisse, 20 % du salaire assuré tel qu il est défini par le règlement (art. 60b OPP 2). Lorsque des versements anticipés ont été accordés pour l encouragement à la propriété, des rachats ne peuvent être effectués que lorsque ces versements anticipés ont été remboursés (art. 79b OPP 2) ou, si ces versement ne sont plus remboursables, lorsque la lacune de prévoyance est supérieure à ces retraits et que le règlement l autorise (art. 60d OPP 2). Si l assuré dispose d un compte ou d une police de libre passage, le montant maximal de la somme de rachat est à diminuer de ce montant ; il en va de même lorsque l avoir du pilier 3a dépasse une somme théorique déterminée chaque année par l OFAS (art. 60a OPP 2). Enfin, les prestations résultant d un rachat ne peuvent être versées sous forme de capital avant l échéance d un délai de trois ans (art. 79b OPP 2). Cette dernière restriction implique que le montant des rachats, avec les intérêts qu ils produisent, sont bloqués durant cette période de trois ans. En d autres termes, ils sont à déduire de l avoir disponible exigible en cas de retrait pour l encouragement à la propriété du logement, de paiement en espèces en cas de départ à l étranger, lors de l établissement à son propre compte, ou en cas de retraite (anticipée ou non) si l assuré souhaite le paiement de ses prestations sous forme de capital. Un rachat intervenu moins de trois ans avant l âge de la retraite effective est donc à convertir obligatoirement en rentes. En respectant ces règles, les rachats effectués dans le but de compenser totalement ou partiellement la réduction des prestations de vieillesse en cas de départ en retraite anticipée sont en principe déductibles en matière d impôts directs de la Confédération, des cantons et des communes, tout comme les rachats ordinaires comblant une lacune de prévoyance. Corollaire à cette déductibilité, les prestations qui découlent des rachats sont entièrement imposables. PRATIQUE DES AUTORITES FISCALES POUR LES RACHATS EFFECTUES DANS LES TROIS ANNEES PRECEDANT LA RE- TRAITE EFFECTIVE Dans un de ses arrêts, le Tribunal fédéral a eu à examiner le traitement fiscal de rachats effectués par un assuré en 2004, 2005 et En effet, l administration fiscale avait reconsidéré la déductibilité de ces versements au motif que le contribuable en question avait, en 2007, pris sa retraite et touché en capital sa prestation de vieillesse, sous déduction toutefois des rachats de 2004 à 2006 que son institution de prévoyance avait, dans le respects des règles citées plus haut, convertis en rentes. Considérant que les rachats en question n amélioraient pas objectivement la prévoyance de cet assuré mais constituaient en fait un transfert de fonds dont la principale motivation s avérait d ordre fiscal, le Tribunal fédéral a jugé abusif tout paiement de capital dans le délai des trois ans. La déductibilité des rachats a ainsi été refusée. Afin d éviter le risque de reconsidération de la déductibilité fiscale de rachats, il convient d éviter de prétendre à tout versement en capital durant la période de trois ans succédant aux rachats. Même si l institution de prévoyance est autorisée, selon son règlement conforme aux dispositions légales citées dans cet article, à verser en capital l avoir de prévoyance non financé par des rachats effectués il y a moins de trois ans, un tel versement pour quelque motif que ce soit (retraite, retraite anticipée, retrait pour le financement de son logement, paiement en espèces lors d un départ à l étranger, paiement en espèces lors de l établissement à son propre compte, etc.) devrait être opéré en prenant en considération les conclusions de l arrêt du Tribunal fédéral. Par mesure de prudence, l institution de prévoyance devrait attirer l attention de son assuré «les rachats effectués dans le but de compenser totalement ou partiellement la réduction des prestations de vieillesse en cas de départ en retraite anticipée sont en principe déductibles en matière d impôts directs»

8 P A G E 8 quant aux possibles suites fiscales d une telle opération même si, finalement, l assuré qui voit le fisc reconsidérer la déductibilité de ses rachats se trouve dans une situation patrimoniale similaire à celle qu il aurait eue s il n avait pas effectué ces rachats. Le préfinancement d une retraite anticipée, lorsque le Humour... règlement de l institution de prévoyance l autorise, devrait en conséquence être effectué suffisamment tôt. Des rachats échelonnés sur plusieurs années permettent d anticiper les coûts importants que peut générer un départ avant l âge ordinaire de retraite. Ils génèrent un avantage via des taux marginaux d économies fiscales plus importants. Enfin, en cessant ces rachats destinés à financer une retraite anticipée au moins trois ans avant l âge de retraite effective, toute velléité des autorités fiscales de reconsidérer leur déductibilité est ainsi écartée quelle que soit la forme (rente ou capital) de la prestation de vieillesse. Un groupe d actuaires se rend à Paris pour assister à un congrès. Dans le TGV qui doit les amener dans la Ville-Lumière, se trouvent des politiciens suisses se rendant également à Paris pour une rencontre avec leurs homologues français. Une discussion sur le prix du voyage s engage entre les deux groupes. Les politiciens se plaignent du prix élevé du billet. L organisateur du voyage indique avoir déboursé plus de francs pour dix personnes. Le chef actuaire lui répond qu ils n ont payé que 300 francs car ils n ont pris qu un seul billet pour tous. Les politiciens s en étonnent mais le chef actuaire répond qu ils ne courent aucun risque car ils ont un plan. Effectivement, lorsque le contrôleur arrive, les actuaires vont s enfermer dans les toilettes. Le contrôleur frappe à la porte des toilette en demandant : «Billet, s il vous plaît». Le chef actuaire passe alors le billet sous la porte et le con- trôleur après l avoir composté poursuit son travail. Les politiciens trouve le procédé des plus judicieux et le week-end suivant décident de se rendre à Paris avec un seul billet. Les actuaires sont également présents mais sans billet. Ils disent aux politiciens qu ils ne risquent rien car ils ont un plan. Lorsque le contrôleur arrive, les politiciens se réfugient dans les toilettes. Le chef actuaire se rend alors vers les toilette, frappe à la porte et dit «Billet, s il vous plaît!». Alors le politicien glisse le billet sous la porte... Route de Chancy 59 Case postale Petit-Lancy 1 Téléphone Fax Vous souhaitez vous abonner à cette lettre d information? Envoyez-nous votre demande à l adresse ci-dessus. Vous souhaitez nous faire part de votre «Humeur» sur un sujet particulier? Faites-nous parvenir votre texte (au maximum 200 mots) à l adresse ci-dessus. Nous nous réservons le droit de ne pas publier des textes qui ne correspondent pas à l éthique que nos lecteurs attendent. Vous êtes membre de conseil de fondation, gérant d une caisse de pensions, responsable RH dans votre entreprise? Alors réservez sans tarder la date du 21 juin 2012 IST (Fondation d investissement pour la prévoyance en faveur du personnel) et Actuaires & Associés SA s unissent pour vous inviter à la manifestation IST INSIGHT. Inscrivez-vous en nous faisant parvenir vos coordonnées par courriel. Nous vous adresserons une invitation détaillée ultérieurement. Le programme de la journée est le suivant : Perspectives économiques et financières 2012 (J. C. Acket - Chef économiste chez Julius Baer et Membre du comité indépendant de l institut conjoncturel KOF); Qualité - un effet de mode ou est-ce durable (D.Grandchamp - Mercer Investment Consulting); Gestion obligataire fondamentale (S. Monnier - Lombard Odier Invstment Managers); Actifs, rentiers : la rupture? (P.-A. Ferréol - Actuaires & Associés SA); Mixta Optima : la gestion balancée chez IST (A. Rais - IST); Capacité de risques (V. Duc - Actuaires & Associés SA).

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier

La retraite en Suisse : le 2 ème pilier La retraite en Suisse : le 2 ème pilier Conférence du Vendredi 27 mars 2015 présentée par le Service Juridique du GTE Suzanne Ruiz-Berthet LA PLACE DU 2EME PILIER DANS LE SYSTÈME DE RETRAITE SUISSE 1 er

Plus en détail

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA

Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Fisca Finance SA Séminaire Association des médecins-dentiste de Genève Système suisse de prévoyance Fisca finance SA Patrick Féral et Benoit Steiner 8 novembre 2011 page 1 LA PREVOYANCE EN SUISSE page

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration).

Caisse (de pension) autonome Caisse autogérée (institution possédant sa propre organisation et sa propre administration). Glossaire Âge LPP L année civile moins l année de naissance donne l âge LPP. Autorité de surveillance L autorité de surveillance est prévue par la LPP. Il doit s agir d une instance cantonale centrale

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Aperçu de la prévoyance professionnelle.

Aperçu de la prévoyance professionnelle. Aperçu de la prévoyance professionnelle. Tour d horizon de la loi fédérale sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP). Sous le signe de la modernisation. 20 ans après

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur

Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur Règlement cadre de la Caisse de pension Ramoneur 1. Dispositions générales Art.1 Organisation de la CPR Responsable de la professionnelle 1 Sous le nom de «Caisse de pension Ramoneur» (CPR) une fondation

Plus en détail

Convention de prévoyance

Convention de prévoyance (à usage interne, laisser en blanc s.v.p.) N de compte prévoyance Original pour la Fondation Convention de prévoyance Conformément à l art. 82 LPP, le/la titulaire convient avec la Fondation de prévoyance

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier/

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier/ Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier/ Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2015 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

Chapitre Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine. Petit déjeuner conférence du 17 novembre 2011

Chapitre Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine. Petit déjeuner conférence du 17 novembre 2011 1 Chapitre Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine Sous-chapitre (s) Petit déjeuner conférence du 17 novembre 2011 08h30 Accueil & conférence 09h30 Questions, réponses 09h45 Café croissants

Plus en détail

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce)

Projet de la Commission de rédaction pour le vote final. (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Code civil suisse (Partage de la prévoyance professionnle en cas de divorce) Modification du 19 juin 2015 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Règlement de prévoyance de la Caisse de pensions Poste

Règlement de prévoyance de la Caisse de pensions Poste Règlement de prévoyance de la Caisse de pensions Poste valable dès le er août 0 Caisse de pensions Poste Viktoriastrasse 7 Case postale 58 000 Berne 5 téléphone 058 8 56 66 courriel pkpost@pkpost.ch www.pkpost.ch

Plus en détail

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP

Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP Copie pour la fondation de libre passage Freizügigkeitsstiftung der Migros Bank Ouverture d'un compte de libre passage selon art. 10 OLP L ouverture du compte sera effectuée après entrée de la prestation

Plus en détail

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse

Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Information du jour La prévoyance sociale en Suisse Prestations Assurés/Ayants droit Base de calcul pour le montant des prestations pour guérison, soins, réadaptation AVS/AI Sont obligatoirement assurées

Plus en détail

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1

ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR 1 ÉPARGNER ET PRÉVENIR ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE Page 3 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE D ÉPARGNE 60+ Page 4 ÉPARGNER AVEC LE COMPTE DE PLACEMENT À TERME Page 5 LA PRÉVOYANCE AVEC

Plus en détail

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation

Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation TR NS P R E NT SAMMELS T I F T U NG FÜR B E RUFLIC H E V O R S O RGE Annexe 1 du règlement de prévoyance et d organisation Montants limites et valeurs actuarielles, valables à partir du 1 er janvier 2015

Plus en détail

Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle

Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle Règlement concernant la liquidation partielle des caisses de prévoyance de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle Édition de décembre 2009 Votre sécurité nous tient à cœur.

Plus en détail

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie

Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Rapport sur la situation financière des institutions de prévoyance et des assureurs vie Annexe 4 Enquête auprès des sociétés suisses d assurance sur la vie concernant l assurance collective dans la prévoyance

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84

BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 Prévoyance vieillesse et survivants Effingerstrasse 20, 3003 Berne tél. 031 324 06 11 fax 031 324 06 83 http://www.ofas.admin.ch BULLETIN DE LA PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE NO. 84 12 juillet 2005 Table des

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

Votre certificat de prévoyance

Votre certificat de prévoyance www.allianz.ch Votre certificat de prévoyance Mars 2014 Notice pour la personnes assurée Un certificat de prévoyance est établi chaque année à votre intention et vous donne des informations importantes

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine

Prévoyance professionnelle. Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine Fonds de prévoyance de la Société Vaudoise de Médecine 2 Trois piliers pour votre prévoyance En Suisse, le système de prévoyance repose sur le principe des «3 piliers». Le but de ce système est de vous

Plus en détail

Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail.

Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail. Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail. Changements professionnels. La prévoyance après la dissolution des rapports de travail. Début d un nouvel emploi

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sécurité financière de votre vie future Prévoir La sécurité financière de votre vie future Prévoir Que nous réserve l avenir? C est une question que chacun de nous se pose de temps en temps sans pouvoir y répondre avec beaucoup d assurance. Quoi qu

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Payer, épargner, prévenir

Payer, épargner, prévenir Payer, épargner, prévenir 1 sommaire Compte courant et internet-banking page 2 Compte d'épargne page 3 TerZo (pilier 3a) page 7 Compte de libre passage page 10 Part ordinaire page 12 1 Compte courant et

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel

relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel pour les spécialistes de la prévoyance en faveur du personnel Association suisse des Institutions de prévoyance ASIP Association de spécialistes en gestion de la prévoyance en faveur du personnel VVP Guide relatif au Règlement d examen applicable à l Examen professionnel

Plus en détail

LA CAISSE DE PENSION DE LA SSPH

LA CAISSE DE PENSION DE LA SSPH LA CAISSE DE PENSION DE LA SSPH Newsletter Rétrospective et perspectives Informations à nos assurés Compréhension du certificat d assurance Organisation de la Fondation Genève, janvier 2013 Rétrospective

Plus en détail

1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR

1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR 1.1.2014 IMPORTANTES INFORMATIONS POUR LES BÉNÉFICIAIRES D UNE RENTE FAR Sommaire Décision de prestations 1 Formulaire de déclaration définitive 1 Possibilité de faire examiner la décision de prestations

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Votre capital le plus précieux: Les collaborateurs de votre entreprise.

Votre capital le plus précieux: Les collaborateurs de votre entreprise. Votre capital le plus précieux: Les collaborateurs de votre entreprise. Guide de la prévoyance professionnelle (2 e pilier): Assurance accidents obligatoire selon la LAA Complément à l assurance accidents

Plus en détail

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle.

Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance. Pour faire le point sur les prestations de prévoyance professionnelle. Le certificat de prévoyance contient de nombreuses informations intéressantes concernant la couverture

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Garantir le minimum vital

Garantir le minimum vital 1 er pilier, AVS/AI Garantir le minimum vital Par le biais de l AVS/AI, la prévoyance étatique couvre les besoins vitaux de toute la population. 1. Situation initiale La prévoyance vieillesse, survivants

Plus en détail

À CHAQUE BESOIN LE BON OUTIL

À CHAQUE BESOIN LE BON OUTIL PRÉVOYANCE PROFESSIONNELLE À CHAQUE BESOIN LE BON OUTIL BUSINESSCOMPOSIT VOUS ÊTES AU CENTRE DE NOS PRÉOCCUPATIONS Nous voulons être la meilleure assurance de prévoyance de Suisse. Telle est la vision

Plus en détail

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel.

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. 2 011 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire. 3 Portrait 4 Comptes annuels

Plus en détail

4.04 Etat au 1 er janvier 2013

4.04 Etat au 1 er janvier 2013 4.04 Etat au 1 er janvier 2013 Rentes d invalidité de l'ai Généralités 1 Les personnes assurées qui, du fait d une atteinte à la santé, sont totalement ou partiellement empêchées de travailler ou d accomplir

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14

CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 20 décembre 1999 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 14 Nouveau droit du divorce : obligations des institutions de prévoyance Les modifications résultant de la révision du droit du divorce entrent

Plus en détail

Impôt fédéral direct Impôt anticipé. Berne, le 17 juillet 2008. Circulaire n o 18. Imposition des cotisations et des prestations du pilier 3a

Impôt fédéral direct Impôt anticipé. Berne, le 17 juillet 2008. Circulaire n o 18. Imposition des cotisations et des prestations du pilier 3a Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt fédéral direct Impôt anticipé

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.»

Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Enthousiasme? «Savoir ma prévoyance vieillesse entre de bonnes mains.» Helvetia Solutions de libre passage. Placer son avoir de prévoyance selon ses besoins. Votre assureur suisse. Le libre passage dans

Plus en détail

Glossaire Les principaux termes techniques et leur signification

Glossaire Les principaux termes techniques et leur signification Caisse de pension du Credit Suisse Group (Suisse) Glossaire Les principaux termes techniques et leur signification Action Titre matérialisant une part dans le capital social d une entreprise (société anonyme).

Plus en détail

Perspectiva La prévoyance professionnelle clairvoyante. Fondation collective pour la prévoyance professionnelle

Perspectiva La prévoyance professionnelle clairvoyante. Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Perspectiva La prévoyance professionnelle clairvoyante Fondation collective pour la prévoyance professionnelle Un futur radieux grâce à Perspectiva Exploiter les opportunités, limiter les risques Perspectiva

Plus en détail

Loi concernant la Fondation de prévoyance en faveur du personnel des Transports publics genevois (LFPTPG) (11230) B 5 40. du 29 novembre 2013

Loi concernant la Fondation de prévoyance en faveur du personnel des Transports publics genevois (LFPTPG) (11230) B 5 40. du 29 novembre 2013 Loi concernant la Fondation de prévoyance en faveur du personnel des Transports publics genevois (LFPTPG) (11230) B 5 40 du 29 novembre 2013 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète

Plus en détail

Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier

Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier Informations détaillées pour l emploi du calculateur TCF sur le 2 e pilier 1 er secteur: informations tirée de votre certificat d assurance Vous recevez chaque année, entre février et mars, un certificat

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité

Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité Loi fédérale sur l assurance-chômage obligatoire et l indemnité en cas d insolvabilité (Loi sur l assurance-chômage, LACI) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

BIENVENUE. Séminaire prévoyance & fiscalité Organisé par. Présenté par

BIENVENUE. Séminaire prévoyance & fiscalité Organisé par. Présenté par BIENVENUE Séminaire prévoyance & fiscalité Organisé par Présenté par FBBR forte broker bureau romand Sàrl est une société indépendante de conseils en assurances et prévoyance. Siège social à Ecublens,

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

Prévoyance individuelle Les bases de la prévoyance

Prévoyance individuelle Les bases de la prévoyance Les bases de la prévoyance Le système de prévoyance suisse 5 1 La prévoyance vieillesse, survivants et invalidité (1 er pilier) 6 1.1 Généralités 6 1.2 Qui est assuré à l AVS? 6 1.3 Qui doit cotiser?

Plus en détail

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses

Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses 2.09 Cotisations Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances

Plus en détail

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne

Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne Taxation of individuals Michael W. Hildebrandt, Tax Partner, Lausanne tél. 058 286 52 45, email: michael.hildebrandt@eycom.ch 1 Plan de l exposé I. Introduction II. Prestations en nature III. Règlement

Plus en détail

Performance. Recognition. Reward. ABB Assurance complémentaire

Performance. Recognition. Reward. ABB Assurance complémentaire Titelbild: Illustration Foto, first level imagery Objekt Règlement, édition 2013 Performance. Recognition. Reward. ABB Assurance complémentaire A better world begins with you La version originale en langue

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE

RÈGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE RÈGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE copré février 2015 RÉGLEMENT SUR L ÉVALUATION DES PASSIFS DE NATURE ACTUARIELLE 2011 2 / 8 TABLE DES MATIÈRES I BUT... 3 II DÉFINITIONS ET PRINCIPES...

Plus en détail

Aide-mémoire Certificat d assurance. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Certificat d assurance. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Certificat d assurance Pour votre sécurité sociale Lire correctement son certificat d assurance Un certificat d assurance peut constituer une véritable énigme. Cet aide-mémoire de la SVE vous

Plus en détail

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Retraite et prestations de vieillesse Pour votre sécurité sociale Retraite ordinaire Dans son règlement, la SVE fixe, d une manière générale, l âge de la retraite à 65 ans. L obligation d

Plus en détail

Convention de prévoyance Relation

Convention de prévoyance Relation Fondation de Prévoyance Cornèr Troisième Pilier Via Canova 16 6901 Lugano Switzerland Convention de prévoyance No. Relation Demande d ouverture d un compte de prévoyance lié auprès de la Fondation de Prévoyance

Plus en détail

Retraite Objectif prévoyance. Édition 2015

Retraite Objectif prévoyance. Édition 2015 Retraite Objectif prévoyance Édition 2015 2 Retraite Objectif prévoyance Les trois piliers du système de prévoyance suisse...3 1 er pilier: la prévoyance étatique...3 2 e pilier: la prévoyance professionnelle...4

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Jasmin Blumer Finances Suisse Prévoyance du personnel en bref. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre

Plus en détail

Aspects de droit fiscal

Aspects de droit fiscal CENTRE DE DROIT NOTARIAL DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Planification matrimoniale et successorale en matière d assurance des 2e et 3e piliers Aspects de droit fiscal 1 Notion de prévoyance professionnelle

Plus en détail

Assurance épargne avec participation au rendement transparente

Assurance épargne avec participation au rendement transparente Réalisez votre objectif d épargne à coup sûr. Assurance épargne avec participation au rendement transparente Vous souhaitez vous constituer un capital d épargne conséquent pour financer un beau voyage,

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Nous assurons tous vos revenus, dès le premier franc!

Nous assurons tous vos revenus, dès le premier franc! Nous assurons tous vos revenus, dès le premier franc! Plan de prévoyance MV Prévoyance professionnelle compétence éprouvée conditions attrayantes stratégie de placement avisée administration efficace www.musikundbildung.ch

Plus en détail

Avant-propos du président

Avant-propos du président Fondation collective interprofessionnelle VAUDOISE ASSURANCES Rapport de gestion 2005 Sommaire 3 Avant-propos du président 4 Rapport annuel de la gérant 8 Bilan 10 Compte d exploitation 12 Annexe aux

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure ÉPARGNE 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

À besoins particuliers, solutions particulières. Prévoyance complémentaire

À besoins particuliers, solutions particulières. Prévoyance complémentaire À besoins particuliers, solutions particulières Prévoyance complémentaire Table des matières À besoins particuliers, solutions particulières 3 Identifier et combler les lacunes de prévoyance 4 Prévoyance

Plus en détail

Optimiser sa prévoyance

Optimiser sa prévoyance Optimiser sa prévoyance Une solution individualisée dans le 2 e pilier Fribourg, le 12 février 2015 Sommaire Introduction: 1. La banque privée Notenstein Première partie: 1. Helvetia 2. Situation juridique

Plus en détail

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales

Salaires AVS et Suva. Valable dès le 1.1.2011. Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Salaires AVS et Suva Valable dès le 1.1.2011 Publié en collaboration avec l Office fédéral des assurances sociales Les présentes directives facilitent la déclaration des salaires à l AVS et à la Suva ainsi

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes?

Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Les assurances sociales en Suisse: quel(s) impact(s) sur la vie des femmes? Liliane Maury Pasquier La Chaux-de-Fonds, 22 novembre 2011 INTRODUCTION : Tout le monde a droit à une vie digne (art. 7 et 12

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

Swisscanto Fondation collective Informations importantes sur le déroulement de l élection. L élection de renouvellement du Conseil de fondation

Swisscanto Fondation collective Informations importantes sur le déroulement de l élection. L élection de renouvellement du Conseil de fondation Swisscanto Fondation collective Informations importantes sur le déroulement de l élection L élection de renouvellement du Conseil de fondation L élection de renouvellement du Conseil de fondation paritaire

Plus en détail

Comment et à quel moment de sa vie Pierre Dupont entre en contact avec la prévoyance professionnelle.

Comment et à quel moment de sa vie Pierre Dupont entre en contact avec la prévoyance professionnelle. Règlement de prévoyance de la «Primauté de cotisations» expliqué simplement Comment et à quel moment de sa vie Pierre Dupont entre en contact avec la prévoyance professionnelle. Avant-propos Le modèle

Plus en détail

Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Naskapis. Brochure aux employés

Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Naskapis. Brochure aux employés Octobre 2008 Régime de retraite Québec pour les Cris de la Baie James et les Brochure aux employés Mercer (Canada) limitée Table des matières Section 1. Introduction... 1 Section 2. Admissibilité et participation

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Pour nous, la qualité est importante Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans activité lucrative Etes-vous inscrit(e) comme personne sans activité lucrative auprès d une autre caisse

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

2.06 Etat au 1 er janvier 2011

2.06 Etat au 1 er janvier 2011 2.06 Etat au 1 er janvier 2011 Travail domestique Qu est-ce qui est considéré comme travail domestique? 1 On entend par travail domestique, par exemple, l activité des personnes suivantes : nettoyeuse/nettoyeur;

Plus en détail

Titelbild: Illustration Foto, first level imagery Objekt. Performance. Recognition. Reward. ABB Caisse de pension. A better world begins with you

Titelbild: Illustration Foto, first level imagery Objekt. Performance. Recognition. Reward. ABB Caisse de pension. A better world begins with you Titelbild: Illustration Foto, first level imagery Objekt Règlement, édition 2012 Performance. Recognition. Reward. ABB Caisse de pension A better world begins with you La version originale en langue allemande

Plus en détail

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG

Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG 2.03 Cotisations Cotisations des personnes sans activité lucrative à l AVS, à l AI et aux APG Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref L assurance-vieillesse et survivants (AVS), l assurance-invalidité (AI)

Plus en détail

convention collective

convention collective convention collective convention collective pour la Rraite Anticipée dans la Métallurgie du Bâtiment à Genève (CCRAMB) 2004 Modifiée lors de la séance du conseil de fondation du 10 décembre 2012 CONVENTION

Plus en détail

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) en termes simples Présenté par ept notions simples pour mieux comprendre le REER : 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce qu un REER? Combien pouvez-vous verser

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Facturation des frais de gestion d assurance de CAP Prévoyance

Facturation des frais de gestion d assurance de CAP Prévoyance Directive de la CAP - Fondation de prévoyance intercommunale de droit public de la Ville de Genève, des Services Industriels de Genève et des communes genevoises affiliées, ainsi que d autres employeurs

Plus en détail

Rapport de la Commission de gestion du Conseil des Etats. du 19 août 2005 2005-2332 2195

Rapport de la Commission de gestion du Conseil des Etats. du 19 août 2005 2005-2332 2195 Augmentation du nombre de rentes versées par l assurance-invalidité: Vue d ensemble des facteurs conduisant à l augmentation du nombre de rentes et rôle joué par la Confédération Rapport de la Commission

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

News sur le 2 e pilier 2014

News sur le 2 e pilier 2014 Helvetia News sur le 2 e pilier 2014 Les dernières nouveautés et les principales informations pour nos clients vie collective. Décembre 2013 Conditions Marché et assurances sociales Services Dates importantes

Plus en détail

Compte de prévoyance pilier 3a

Compte de prévoyance pilier 3a Compte de prévoyance pilier 3a Prevoir tôt avec PRIVOR Prévoyance Assurances sociales de l Etat AVS/AI Garantie du minimum vital Prestations complémentaires Prévoyance prof. obligatoire LPP/LAA Garantie

Plus en détail