Le regard porté sur la maladie d Alzheimer par les professionnels des services d aide ou de soins à domicile (Enquête AidProf)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le regard porté sur la maladie d Alzheimer par les professionnels des services d aide ou de soins à domicile (Enquête AidProf)"

Transcription

1 Dossier suivi par Stéphanie Pin Le Corre/Julie Bodard, DAS Saint-Denis, le 4 juin 2010 Dispositif d enquêtes d opinion sur la maladie d Alzheimer (DEOMA) Le regard porté sur la maladie d Alzheimer par les professionnels des services d aide ou de soins à domicile (Enquête AidProf) I. Contexte Selon les données de la CNAMTS (2007) 1, en 2007, personnes de plus de 60 ans (tous régimes confondus) sont déclarées en affection de longue durée (ALD) et /ou traitées pour une maladie d Alzheimer ou apparentée. Sur cette base, le taux de prévalence est de 2,7% sur l ensemble de la population âgée de 60 ans et plus. Mais ce taux progresse rapidement à partir de 75 ans pour atteindre plus de 14% à 90 ans. Ces données sont inférieures à celles habituellement avancées par les épidémiologistes. Des études sur échantillon en population générale, basées sur la recherche systématique de la maladie par des tests spécifiques, ont estimé à le nombre de personnes souffrant de la maladie d Alzheimer en France, dont la moitié ne seraient pas diagnostiquées ou déclarées. Le système français de maintien à domicile des personnes âgées se développe actuellement sous des formes diverses et entraîne une multiplication des types d'accompagnement. Quatre défis conditionnent le succès du maintien à domicile : - un accompagnement médicosocial par des services adaptés, - l aménagement des logements, - la mise à disposition de personnels formés, - l offre de formules de répit pour les aidants. Selon l enquête HID, si l on considère l aide formelle, 70% des intervenants auprès de personnes âgées sont des aides à domicile (femmes de ménage et auxiliaires de vie), 27% sont des professionnels paramédicaux ; les intervenants sociaux (assistantes sociales, éducateurs etc.) ne constituent que 3% des aidants professionnels (Joël, 2003). Incluse dans le troisième axe stratégique du Plan Alzheimer intitulé «se mobiliser pour un enjeu de société», la mesure n 37 vise à améliorer la «connaissance du regard porté sur la maladie». Elle a été confiée à l INPES qui a mis en place, depuis l été 2008, un dispositif d enquêtes d opinion sur la maladie d Alzheimer (DEOMA) auprès de différentes populations (grand public, médecins généralistes, aidants professionnels du domicile, personnes malades et aidants familiaux). 1 Etude sur la maladie d Alzheimer Assurance maladie Dossier de presse du 23 octobre

2 Les premières études réalisées dans le cadre du DEOMA 2 ont confirmé l image sociale négative de la maladie d Alzheimer qui est la troisième maladie la plus crainte par le grand public. Les représentations sociales de la maladie sont notamment marquées par l absence du malade ou une évocation plus marquée des stades avancés de la maladie ; l impact dévastateur de la maladie sur l entourage du malade est quant à lui unanimement reconnu du grand public, des professionnels de santé et des aidants proches. Pour autant, comme l a révélé une enquête pilote auprès des personnes malades et des aidants familiaux, données confirmées par la littérature internationale, la perception subjective de la maladie par les personnes concernées est plus nuancée et laisse place à des stratégies d ajustement à la maladie pour des personnes à des stades débutants ou modérés de la maladie. Les besoins et attentes des familles à l égard de l accompagnement à domicile semblent par ailleurs difficiles à faire émerger, en dehors d une apparente inadéquation des services proposés (en termes de flexibilité, d horaires, de durée). En complément de ces études, nous avons souhaité explorer la perception des professionnels qui interviennent au domicile des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer. Les données sont lacunaires concernant leurs perceptions et leurs pratiques effectives, alors même que plusieurs mesures du Plan Alzheimer (mesure 1 sur l expérimentation des plateformes de répit, mesure 4 sur les Maisons d accueil et d intégration des malades d Alzheimer, mesure 6 sur les équipes spécialisées pilote en services de soins infirmiers à domicile) visent à faciliter le parcours du malade dans l offre de soins et à améliorer l offre d accompagnement à domicile. L enquête AidProf, en recueillant de manière quantitative l opinion des aidants professionnels du soin (infirmier, aide-soignant, autres paramédicaux) et de l aide (responsables de secteur, auxiliaires de vie sociale) travaillant dans des services expérimentateurs et celle de professionnels non rattachés à ces services, contribuera à évaluer l impact des expérimentations à domicile sur les perceptions et les pratiques des professionnels concernés. II. Objectifs L enquête aura pour objectifs généraux de : - disposer d une mesure initiale de certains indicateurs de suivi du Plan Alzheimer (uniquement les indicateurs portant sur la perception et les pratiques des aidants professionnels dans le cadre des mesures les concernant) 3 ; - disposer d un état des lieux des représentations et pratiques des professionnels à l égard de la maladie d Alzheimer ; - évaluer l impact de l introduction d équipes spécialisées en SSIAD sur les représentations et les pratiques professionnelles. L enquête devra permettre d explorer : - les représentations images, attitudes et connaissances - des aidants professionnels (infirmiers, aides-soignants, aides à domicile, autres professionnels intervenant 2 Pin Le Corre S. et al (2009), Perception sociale de la maladie d Alzheimer : les multiples facettes de l oubli, Gérontologie et Société, , pp Le suivi du Plan dans ses aspects épidémiologique, organisationnel, médico-économique et structurel est assuré par différentes agences et organismes (InVS, CNSA, DREES entre autres. Pour une liste complète des indicateurs et des organismes responsables de leur suivi, cf. site 2

3 dans le cadre des SSIAD, SPASAD ou GCSMS) de la maladie d Alzheimer : on explorera notamment leurs perceptions des équipes spécialisées et du dispositif expérimental proposé ; - leurs pratiques professionnelles (techniques, relationnelles, méthodologiques) dans le cadre de la prise en charge de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et de leur entourage ; - leurs attentes et besoins, notamment en termes d accompagnement, de formation et d information. De façon plus explicative, l enquête cherchera à répondre à quelques questions relatives à l articulation entre les représentations sociales, les pratiques professionnelles et l impact de nouvelles organisations de travail sur les pratiques et les perceptions de professionnels, en particulier. Nos premières interrogations, qui sont sous-jacentes à cette synthèse, concernent les différences de pratiques et de perceptions d une part entre les professionnels du soin et de l aide, d autre part entre les services expérimentateurs et non expérimentateurs. D autres pistes seront explorées ultérieurement. III. Méthode L enquête quantitative a été mise en place par Ipsos Santé et s est déroulée par téléphone du 17 novembre au 17 décembre 2009 en France métropolitaine. L enquête porte sur les professionnels rattachés aux structures de soins infirmiers (SSIAD), aux services polyvalents de soin et d aide (SPASAD), ainsi qu aux structures mandataires ou prestataires d aide, d accompagnement ou de maintien à domicile (SAD) ; elle exclut les professionnels libéraux qui exercent leur activité sans lien formalisé avec un service de soin ou d aide, ainsi que les professionnels employés de gré à gré (directement par une personne malade ou sa famille). Ont été incluses dans l enquête des structures expérimentant des plateformes de répit, des maisons d accueil et d intégration pour malades d Alzheimer et des équipes spécialisées en SSIAD, et des équipes n ayant pas candidaté pour ces expérimentations. L échantillon a été constitué en deux étapes : - à partir d un fichier compilant une extraction de FINESS et une liste de structures expérimentatrices (7 349 adresses), 354 responsables de structures ont été identifiés, recrutés et interrogés par questionnaire téléphonique d environ 35 minutes. Des quotas relatifs au type de service (aide ou soin), au statut juridique de la structure, à la capacité d accueil avaient été fixés et ont servi de guide pour la constitution de l échantillon des structures. ; - à partir de ce fichier de contacts fournis par les responsables de services, 859 professionnels de soins et d aide (79%), soit environ deux professionnels par service, ont été interrogés par questionnaires téléphoniques d environ 25 minutes. Au total, ce sont professionnels qui ont été interrogés dans le cadre de cette enquête. A des fins d analyse et pour simplifier l interprétation de certains résultats, ces professionnels ont été regroupés en grandes catégories en fonction de la profession qu ils déclaraient en début d entretien (Tableau 1). 3

4 Tableau 1 Nombre de personnes interrogées par catégorie professionnelle Profession déclarée par la personne Responsables Professionnels du soin N = 486 Professionnels de l aide N =301 N = 426 Infirmier coordinateur 202 Directeur de structures 159 Autre responsable 65 Infirmier 146 Aide- soignant 292 Autre paramédical 48 Responsable de secteur 101 Auxiliaire de vie sociale 197 Autre aidant 3 IV. Résultats 1. Profil des services et des professionnels interrogés 1.1 Les principales caractéristiques des services et professionnels interrogés 58% de services de soins et 42% de services d aide ont été interrogés. Parmi les services expérimentateurs interrogés (n= 56), on trouve un nombre plus important de services de soins. Les femmes représentent la majorité des professionnels interrogés (92% chez les professionnels du soin et 97% chez les professionnels de l aide). 55% des personnes interrogées travaillent dans leur service depuis plus de 6 ans. 22% des professionnels du soin sont salariés libéraux sous convention avec le service. En moyenne, 26% des bénéficiaires de services sont atteints de troubles de la mémoire entraînant une perte d autonomie, et 16% sont atteints de la maladie d Alzheimer. Ces proportions sont significativement plus élevées dans les services de soins que dans les services d aide. 1.2 Les différences entre services de soins et services d aide Les services du soin sont en général des plus petites structures que les services d aide (en moyenne 37 salariés vs 54) mais proposent une prise en charge plus spécialisée. En effet et logiquement, les professionnels du soin déclarent un niveau de formation plus élevé que les professionnels de l aide et ils sont plus en contact avec des patients ayant des troubles de la mémoire ou diagnostiqués Alzheimer ; près d un quart des responsables de services de soins indiquent que plus de 41% de la patientèle souffre de troubles de la mémoire alors que 68% des responsables des services d aide estiment que les troubles de la mémoire représentent moins de 20% de leur patientèle. De même, les responsables des services de soin sont plus nombreux à déclarer travailler en équipe ou à faire état d occasions d échanges professionnels au contraire des professionnels de l aide qui semblent avoir une pratique plus isolée ; 45% des responsables des services du soin disent ainsi avoir recours à des réunions d équipe (contre 23% des responsables des services de l aide). Alors qu à peu près autant de services de soin et de services d aide adhèrent à une fédération (58 % vs 66%), 39% des services de soin sont intégrés à un réseau de santé contre seulement 25 % des services d aide. 4

5 1.3 Les différences entre services expérimentateurs et services non expérimentateurs 56 services sur 354 (16%) expérimentent les mesures 1, 4 ou 6, parmi lesquels 38 services de soin. Au total, ce sont 163 professionnels «expérimentateurs» (13%) qui ont été interrogés sur l intégralité du questionnaire. Les différences entre les structures participant à ces dispositifs expérimentaux et les structures n expérimentant pas ces dispositifs se constatent tout d abord sur la taille des services ; les services expérimentateurs emploient recrutent un plus grand nombre d emploi temps plein que les services expérimentateurs (42 vs 14). La seconde différence concerne le thème de la formation. En effet, 52% des services expérimentateurs ont proposé parmi les thèmes de formation prioritaires des formations liées à la maladie d Alzheimer ou des maladies apparentés contre seulement 33% des services non expérimentateurs. L écart se situe également en termes de communication au sein des équipes ; les professionnels expérimentateurs ont plus facilement accès à des moments d échanges comme les groupes de parole (74%), des séances d analyses de pratiques professionnelles (53%) et des séances de soutien psychologique individuel ou collectif (53%). Enfin, alors qu on n observe aucune différence quant à la proportion de personnes atteintes de cette pathologie prise en charge au sein des services, les professionnels interrogés déclarent quant à eux intervenir auprès d un nombre de personnes malades plus important que les professionnels des services non expérimentateurs (34 en moyenne par mois contre 22). Enfin, 55% des professionnels rattachés à des services non expérimentateurs contre 42% des professionnels dans les services expérimentateurs s accordent à dire que les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer devraient être pris en charge dans des structures spécialisées. Les professionnels des services expérimentateurs défendent eux plutôt le maintien à domicile des personnes atteintes de cette pathologie. 2. Les perceptions de la maladie d Alzheimer et des malades d Alzheimer Interrogés sur les trois mots ou images qui leur viennent à l esprit quand le mot «maladie d Alzheimer» est prononcé, les professionnels du domicile citent majoritairement des termes se rapportant aux trois catégories suivantes : - la dépendance, le handicap (73%) ; - la perte des capacités intellectuelles, la folie (50%) ; - la perte de la mémoire (43%). Ce trio est identique à celui relevé dans l enquête en population générale, même si l ordre est différent puisque le grand public mentionnait en premier lieu les pertes de la mémoire (69%), devant la dépendance (53%) et la perte des capacités intellectuelles (34%). Il convient d ailleurs de noter que les professionnels du soin et de l aide se distinguent quant à l importance accordée à ces trois dimensions, les aidants tendant à se rapprocher des déclarations du grand public. De façon encore plus marquée que pour le grand public, les références à des images ou des dimensions sombres de la maladie sont peu fréquentes. Par contre, on constate une plus grande diversité d images associées à la maladie d Alzheimer chez les professionnels : des mots ou idées associées aux moyens et structures, au besoin de reconnaissance des malades, ou des termes comme «amour», «dignité» font leur apparition dans les perceptions spontanées alors qu ils n étaient pas cités en population générale. 5

6 La maladie d Alzheimer est perçue par la quasi-totalité des professionnels interrogés, et de façon plus marquée encore qu en population générale, comme une maladie pouvant avoir des effets dévastateurs sur la famille des patients (99% vs 93% par le grand public), comme une maladie touchant de plus en plus de monde (87% vs 83%), et pouvant atteindre aussi des personnes âgées de 40 ans (93% vs 80%). L unanimité est moins nette pour d autres opinions soumises aux répondants : 59% des professionnels interrogés déclarent qu il est normal de perdre la mémoire en vieillissant (vs 74% du grand public), 68% estiment que la télévision, les journaux et les magazines devraient parler davantage de la maladie d Alzheimer (vs 79%) et 53% que les personnes atteintes de maladie d Alzheimer devraient être prises en charge dans des structures spécialisées. 3. Les pratiques d accompagnement Dans notre enquête, 45% des personnes interrogées connaissent dans leur entourage une personne atteinte de la maladie d Alzheimer (38% en population générale) ; il s agit le plus souvent d un membre de la famille. La proximité professionnelle à la maladie est plus courante. A l exception des directeurs et des responsables de services, les professionnels (n=916) ont été interrogés sur le nombre de personnes atteintes auprès desquelles ils interviennent par mois : 12% de ces professionnels déclarent ne pas intervenir auprès de personnes atteintes, ce pourcentage étant significativement plus élevé chez les professionnels de l aide (25%) que du soin (7%). En moyenne, les soignants déclarent intervenir auprès de 25 personnes malades par mois ce qui représente un quart des patients pris en charge par ces professionnels -, les aidants auprès de 7 personnes malades par mois correspondant à un cinquième des bénéficiaires. Nous n avons pas d indication du niveau de dépendance des personnes suivies par les professionnels interrogés. Par contre, nous avons pu évaluer le type de difficultés ou de spécificités relatives à ces bénéficiaires que rencontraient le plus souvent les professionnels concernés : 57% des professionnels prenant en charge au moins une personne atteinte de la maladie d Alzheimer par mois (n=802) déclarent ainsi que les personnes suivies présentent toutes ou majoritairement des difficultés à comprendre, 45% relèvent des signes de déprime ou de dépression, 23% des difficultés à parler, 17% des comportements agressifs et 12% des tentatives de fugue. Un tiers des professionnels mentionnent également des marques de reconnaissance présentes chez toutes ou la majorité des personnes malades suivies. L intervention auprès d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer s effectue le plus souvent en présence d un tiers, un membre de la famille ou plus rarement un professionnel de santé ou un autre collègue. Concernant plus spécifiquement le type d aide apportée, l enquête permet d apprécier les positionnements différents des professionnels de l aide et du soin, notamment sur certains actes qui posent question en termes de délégation et de responsabilité. Ainsi, 85% des aides-soignants interrogés, 61% des infirmiers coordinateurs, 45% des auxiliaires de vie sociales et 35% des infirmiers salariés ou sous convention avec le service déclarent apporter systématiquement une aide pour la toilette ou l habillage des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ; l aide pour les déplacements est une activité que déclarent effectuer systématiquement 40% des aidessoignants et 39% des auxiliaires de vie sociale ; 48% des infirmiers, 30% des auxiliaires de vie sociales et 21% des aides-soignants déclarent gérer systématiquement les médicaments. Le rôle des autres paramédicaux apparaît davantage en retrait, avec des 6

7 interventions plus ponctuelles, orientées principalement sur les conseils à l entourage et l évaluation de l autonomie et des capacités. La connaissance du plan d aide ou du plan de soins des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer qu ils prennent en charge n est pas systématique chez les professionnels interrogés : 17% des professionnels de l aide et 8% des soignants, parmi ceux intervenant auprès d au moins un bénéficiaire atteint de cette pathologie, déclarent ne jamais le connaître. Conséquence de cette connaissance limitée du plan d aide ou du soin, seul un tiers des professionnels interrogés déclarent être toujours associé à son élaboration, ce taux étant significativement plus faible chez les professionnels de l aide (16%). Même s ils ne connaissent pas systématiquement le plan d aide ou de soins, 67% des professionnels intervenant auprès de personnes malades d Alzheimer sont d accord pour dire qu ils ont suffisamment d information sur l histoire de la personne malade, sur ses goûts et ses préférences et 75% estiment qu ils échangent suffisamment d information sur les personnes malades avec les autres intervenants, ce dernier point étant toutefois moins unanime chez les professionnels de l aide (70% vs 76% des professionnels du soin) (Figure 1). Figure 1 Pourcentage de professionnels s estimant tout à fait ou plutôt d accord avec certaines affirmations concernant leur rôle 69,6 Vous échangez suffisamment d'information sur les personnes malades avec les autres intervenants 65,0 80,2 72,2 76,1 Vous pouvez significativement améliorer la qualité de vie des personnes Alzheimer 91,2 82,5 87,3 81,0 92,7 Vous avez suffisamment d'information sur l'histoire de la personne malade, ses goûts et ses préférences Vous vous sentez suffisamment soutenu dans l'exercice de votre profession 67,6 50,0 71,3 54,0 69,4 68,9 57,5 79,5 53,2 60,5 Auxiliaire de vie sociale Paramédicaux Aide-soignant Infirmier Infirmier coordinateur 4. Sentiment de compétence et difficultés perçues Si huit professionnels interrogés sur dix, sur l ensemble des répondants (n=1 213) s estiment très bien ou bien informés sur la maladie d Alzheimer en général (vs 7

8 62% en population générale et 75% des aidants proches), seuls 39% déclarent très bien ou bien connaître les causes de la maladie d Alzheimer. De façon générale, le sentiment d information est significativement plus élevé chez les professionnels travaillant au sein de services expérimentant de nouveaux modes de prise en charge que chez les autres professionnels (89% vs 81%) ; les professionnels du soin sont également plus nombreux à se déclarer bien informés que les professionnels de l aide (85% vs 74%). La possession d un diplôme du secteur sanitaire ou social, ainsi que le fait d avoir suivi des formations continues sur la maladie d Alzheimer sont de fait corrélées avec une évaluation plus positive de son niveau d information. Les principales sources d information des professionnels sont les revues professionnelles (pour 46% de l ensemble des professionnels interrogés, 52% des professionnels du soin et 30% des professionnels de l aide), les formations initiales ou continues (39%), les médias (31%) et l Internet (26%). Une large majorité des répondants (92%) estiment qu il existe des traitements pour améliorer le bien-être des personnes malades (ils n étaient que huit personne sur dix en population générale à penser la même chose). Parmi les professionnels intervenant auprès de personnes atteintes d Alzheimer (n=802), près de neuf professionnels sur dix sont d accord pour affirmer qu ils peuvent tout à fait ou plutôt améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de maladie d Alzheimer (Figure 1). Interrogés sur leur capacité à gérer certaines spécificités de la maladie d Alzheimer, les trois quart des professionnels s estiment gérer très facilement ou facilement les relations avec l entourage du malade d Alzheimer ; le sentiment de capacité est moins partagé concernant la communication avec des malades d Alzheimer à des stades avancés de la maladie ou le refus d être aidé ou pris en charge (42% des répondants estiment parvenir à gérer très facilement ou facilement ces aspects). L aspect qui paraît le plus difficile à gérer, pour 69% de ces professionnels, concerne l isolement des personnes malades d Alzheimer ; les professionnels du soin et les responsables, et plus spécifiquement encore les infirmiers coordinateurs et les infirmiers, sont significativement plus nombreux à éprouver des difficultés avec cette situation. Pour autant, 67% des répondants s estiment suffisamment soutenu dans l exercice de leur profession ; ce sentiment varie significativement selon le type de profession exercée, les infirmiers et les paramédicaux présentant des taux moins élevés sur cette dimension que les autres catégories de professionnels. 5. Connaissance du Plan Alzheimer et des mesures concernant l accompagnement au domicile Près de neuf professionnels sur dix (86%) ont entendu parler du Plan Alzheimer, et la moitié des professionnels interrogés sont en mesure de citer, spontanément, des mesures soit précisément (MAIA, SSIAD/mesure 6, unités spécialisées en EHPAD, création de la fonction d assistant de soin en gérontologie ) soit de façon moins explicite (développement de la recherche, maintien à domicile, développement des structures ). Assez logiquement, les services expérimentateurs présentent un taux de connaissance du Plan plus élevé, même si 22% des professionnels rattachés à un service expérimentateurs soit n en ont pas entendu parler soit ne sont pas en mesure de citer une mesure. 8

9 Comme en population générale, on interrogeait les professionnels sur les objectifs qui devraient être prioritaires au niveau étatique en matière de lutte contre la maladie d Alzheimer. Alors que le grand public mentionnait en objectif prioritaire la recherche, les professionnels, sans distinction selon la profession ou le type de service, placent majoritairement le soulagement des familles et le maintien à domicile des personnes malades. V. Discussion et conclusion Les données sur l accompagnement des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par les professionnels du soin et de l aide à domicile sont parcellaires en France, et l enquête réalisée par l Inpes permet de combler partiellement cette lacune en proposant un état des lieux descriptif des perceptions à l égard de la maladie et du malade Alzheimer, des actes réalisés auprès des ces publics, des difficultés rencontrées et des attentes et besoins des professionnels. Ce descriptif est partiel seulement. L étude cible les services d aide et de soins et exclut de l interrogation les professionnels libéraux (infirmiers notamment) : ceux-ci constituent pourtant des acteurs importants de la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer au domicile 4. Elle exclut également les aidants (aides à domicile, auxiliaires de vie sociales) employés directement par les personnes malades ou leur famille et non rattachés à des services d aide à domicile. On suppose que ces professionnels présentent des particularités en termes de formation initiale et continue, de parcours professionnel et de conditions de travail. L autre limite de l enquête concerne l évaluation de la dépendance des personnes suivies en services d aide et de soins, difficile à appréhender mais qui aurait pu fournir des pistes d explications aux différences relevées entre les services d aide et de soins ou entre professionnels : on ne peut donc que supposer que les situations rencontrées par ces différents professionnels et leur implication dans l accompagnement varient selon le stade de la maladie et les troubles associés. Enfin, la faible mobilisation des services expérimentateurs permet difficilement de garantir une bonne représentativité de ces structures, notamment pour ceux impliqués dans la mesure 6 du Plan Alzheimer. Malgré ces limites, quelques points saillants peuvent être dégagés de l enquête. Premièrement, les résultats auprès des aidants professionnels permettent d approfondir le regard social de la maladie d Alzheimer en confirmant les images spontanément associées à cette pathologie qui s articulent autour de la dépendance, de la perte de mémoire et de la perte de capacités intellectuelles. Ce trio, présent autant chez les profanes que chez les aidants proches ou les professionnels de l aide ou du soin, tend à confirmer le double mouvement de médicalisation et de socialisation de la maladie décrit dans la littérature internationale et nuance quelque peu la collision entre maladie d Alzheimer et vieillesse ou vieillissement (Scodellaro et Pin, 2008). Comme dans l étude qualitative en population générale, la personne elle-même, ses sentiments, son vécu, ne sont que peu présents à l esprit des professionnels interrogés; l image persistante est celle de la prise en charge, de la perte d autonomie, du poids porté par les familles et l entourage. Ce résultat plaide en faveur d une valorisation du malade à des stades débutants et modérés de 4 Selon une étude de la MSA (2000) portant sur 702 dossiers de patients atteints de la maladie d Alzheimer, 23% des malades avaient reçu de façon ponctuelle des soins infirmiers techniques et 17% des soins d hygiène, de surveillance, prévention et observation plus réguliers, tous dispensés par des infirmiers libéraux, alors que 10% seulement avaient eu recours aux prestations d un SSIAD. 9

10 la maladie et à un travail d identification, avec les aidants et soignants, du rôle de ces professionnels à des stades moins avancés de la maladie : l expérimentation d une nouvelle prestation de réhabilitation (mesure 6) va dans ce sens. Contrepartie de cette prédominance donnée à l accompagnement et aux conséquences médico-sociales de la maladie, les évocations sont moins sombres et négatives qu attendues. Les professionnels interrogés apparaissent ainsi globalement satisfaits de leurs conditions de travail, optimistes sur leur capacité à avoir un impact positif sur la vie des personnes malades accompagnées et présentant globalement peu de difficultés liées aux spécificités de la maladie. Conséquence des programmes nationaux précédents et du Plan actuel, la maladie d Alzheimer apparaît comme un thème de formation prioritaire au sein des services et comme un des thèmes les plus prisés par les professionnels interrogés lors de leurs formations continues. Certes, comme nous l attendions, des différences significatives existent entre catégories de professionnels, mais elles ne peuvent pas être réduites à une opposition entre professionnels de l aide et professionnels du soin : sur la formation initiale et continue, sur le niveau de connaissance et d information, les auxiliaires de vie sociales sont en retrait, elles sont plus nombreuses à être isolées dans leur exercice et bénéficient moins fréquemment que leurs collègues de temps ou d outils facilitant les échanges. Pourtant, elles manifestent moins de difficultés que les aides-soignantes, et encore moins que les infirmières à l égard de certaines spécificités des personnes malades, que ce soit pour la communication avec les personnes à des stades avancés de la maladie, pour le refus de soin ou l isolement. Les auxiliaires de vie sociales sont aussi significativement plus nombreuses à relever des signes de reconnaissance à leur égard de la part des les bénéficiaires. Cette particularité du travail de l aide à domicile a été décrite dans plusieurs études qualitatives réalisées en France qui pointe, au-delà des difficultés rencontrées et de la responsabilité accrue engagée par l accompagnement de personnes souffrant de troubles cognitifs, le plaisir revendiqué à intervenir auprès de ces publics qui imposent d «improviser, s adapter à l inattendu et accepter le provisoire» 5. Ces éléments sont à intégrer dans les programmes d accompagnement ou de formation destinés aux professionnels du soin et de l aide, autant pour identifier les points à améliorer que pour valoriser et mutualiser les aspects vécus positivement par les aides à domicile, les stratégies développées par ces acteurs pour s ajuster aux spécificités de la maladie d Alzheimer. A notre sens, et pour ces professionnels intégrés dans des services d aide et de soin, ces programmes sont davantage à concevoir comme un renforcement de compétences et une reconnaissance du travail réalisé qu en réponse à un besoin identifié. L enquête visait un autre objectif, plus ambitieux, qui consistait à explorer certaines relations entre les pratiques et les perceptions et à identifier les facteurs associés à ces dimensions. Des analyses complémentaires sont nécessaires pour appréhender ces relations, qui seront également approfondies dans le cadre d une étude qualitative. Un rapport global sera disponible en septembre Il reprendra les résultats d un module destiné aux médecins généralistes, les développements et analyses complémentaires de l enquête auprès des aidants professionnels, ainsi que les résultats d une étude qualitative complémentaire dont le terrain se déroulera en mai et en juin. 5 Guichet et Hennion (2009), p

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Regards portés sur la maladie d Alzheimer par les malades et leurs aidants proches Dossier de presse Septembre 2010 CONTACT PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr

Plus en détail

Enquête auprès des aidants professionnels du domicile sur la maladie d Alzheimer et le Plan Alzheimer

Enquête auprès des aidants professionnels du domicile sur la maladie d Alzheimer et le Plan Alzheimer Rapport d étude 2 avril 2010 Nota Bene (S.Pin juin 2010) ce rapport d Ipsos se fonde sur des analyses qui n ont pas été reprises pour la synthèse. Le regroupement des catégories de professionnels ne correspond

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

pour La formation professionnelle vue par les salariés

pour La formation professionnelle vue par les salariés pour La formation professionnelle vue par les salariés Introduction Quelle est la vision des salariés sur la formation continue : quel est leur bilan sur 2009? Quelles sont leurs priorités pour 2010? Comment

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

Journée nationale de prévention

Journée nationale de prévention L institut BVA a fait le choix de ne procéder à aucun redressement pour redonner aux quotas croisés leur poids réel (Paris/ Province, taille des entreprises). Ces différentes options méthodologiques posent

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Observatoire des politiques publiques : Les Français et les fonctions publiques Sondage Ifop pour Acteurs Publics Contact Ifop : Damien Philippot Directeur des Etudes Politiques Département Opinion et

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

Les Français et la chute de cheveux

Les Français et la chute de cheveux Les Français et la chute de cheveux Sondage Ifop pour Oxygen et Norgil Contacts Ifop : Romain Bendavid - Directeur de Clientèle Thomas Simon Chargé d Etudes Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES ISSUES DES RAPPORTS D ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES MÉDICOSOCIAUX ANNEE 2012

ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES ISSUES DES RAPPORTS D ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES MÉDICOSOCIAUX ANNEE 2012 ANALYSE STATISTIQUE DES DONNÉES ISSUES DES RAPPORTS D ACTIVITÉ DES ÉTABLISSEMENTS ET SERVICES MÉDICOSOCIAUX ANNEE 2012 Septembre 2013 Page 2 Table des matières I Contexte et objectif de l étude... 5 II

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Enquête sur les situations d inaptitude

Enquête sur les situations d inaptitude Enquête sur les situations d inaptitude auprès des établissements de la Fonction Publique Hospitalière et du Secteur privé non lucratif de la région Rhône-Alpes Synthèse des principaux enseignements Janvier

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015

EHPAD La Vasselière Enquêtes de satisfaction résidents 2015 / familles 2015 1 Introduction Au début de l année 2015, l EHPAD La Vasselière a réalisé une enquête de satisfaction auprès des résidents et des familles. Celle-ci s est articulée autour de 6 thèmes : Situation personnelle

Plus en détail

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011 Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire Avril 2011 Méthodologie L'étude s est déroulée par Internet du 24 février au 25 mars 2011. 1 691 professionnels

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

ZOOM SUR LES AIDANTS PRINCIPAUX NON PROFESSIONNELS

ZOOM SUR LES AIDANTS PRINCIPAUX NON PROFESSIONNELS LES AIDES ET LES AIDANTS DES PERSONNES AGEES VIVANT A DOMICILE A LA REUNION Ce document s intéresse aux aides et aux aidants de la population des personnes âgées de 60 ou plus. Il utilise les résultats

Plus en détail

Sondage de sa*sfac*on auprès des habitants des quar*ers en cours de rénova*on

Sondage de sa*sfac*on auprès des habitants des quar*ers en cours de rénova*on Sondage de sa*sfac*on auprès des habitants des quar*ers en cours de rénova*on Etude de l Ins,tut CSA pour l ANRU Janvier 2013 Sommaire Fiche technique de l étude p 3 1 La sa*sfac*on à l égard de la vie

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Le suivi de l activité des établissements ayant une activité d accueil de jour et

Plus en détail

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Français et la géolocalisation Principaux enseignements Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Observatoire des politiques publiques :

Observatoire des politiques publiques : Avril 2013 N 111254 Contacts : Damien Philippot Jean-Philippe Dubrulle prenom.nom@ifop.com Observatoire des politiques publiques : Les Français et la formation professionnelle pour Note méthodologique

Plus en détail

D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T. Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile

D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T. Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile SPPASAD Offre de service Globale pour assurer le maintien à domicile

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique - Synthèse de l'institut CSA Baromètre 5 ème édition N 1101846 Janvier 2012 2, rue de Choiseul

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

Foyer d Accueil Médicalisé Résidence le Chemin à CESSON (77) Inauguration Jeudi 28 mai 2015 à 15h00 Dossier de presse

Foyer d Accueil Médicalisé Résidence le Chemin à CESSON (77) Inauguration Jeudi 28 mai 2015 à 15h00 Dossier de presse Apollo Drone Foyer d Accueil Médicalisé Résidence le Chemin à CESSON (77) Inauguration Jeudi 28 mai 2015 à 15h00 Dossier de presse Né de l initiative de l association Espoir Alzheimer, le Foyer d Accueil

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH

La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH La Mutuelle Des Etudiants, 10 ans de lutte contre le VIH www.lmde.com La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. SIREN 431 791 672. Siège

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l autonomie des personnes handicapées

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4 FM N 111499 Contact Ifop : Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise prenom.nom@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39

Plus en détail

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012

Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 Résumé mémoire master 2 sciences cliniques infirmières, spécialité coordination du parcours complexe du patient. Pierrette MEURY ; JUIN 2012 «2012: État des lieux et perspectives de la coordination par

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

La Prévention médico-sociale en Finistère

La Prévention médico-sociale en Finistère ODPE du Finistère La Prévention médico-sociale en Finistère La protection maternelle et infantile (PMI) mène une mission de prévention et de promotion de la L ESSENTIEL santé des futurs parents et des

Plus en détail

Rapport 2014. d enquête de satisfaction du service d aide à domicile

Rapport 2014. d enquête de satisfaction du service d aide à domicile Rapport 2014 d enquête de satisfaction du service d aide à domicile Comme chaque année, une enquête de satisfaction a été réalisée durant l été auprès des 280 bénéficiaires du service d aide à domicile

Plus en détail

Image et attachement des Français à la profession de pharmacien Enquête quantitative réalisée pour l Ordre national des pharmaciens.

Image et attachement des Français à la profession de pharmacien Enquête quantitative réalisée pour l Ordre national des pharmaciens. Image et attachement des Français à la profession de pharmacien Enquête quantitative réalisée pour l Ordre national des pharmaciens 10 Novembre 2009 1 Sommaire Dispositif méthodologique p3 Résultats détaillées

Plus en détail

Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes

Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes Rapport d étude Viavoice pour la Région Île-de-France INSTITUT VIAVOICE Juin 2014 Contacts

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance.

Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. 1 Les personnes âgées en Ile de France : évolutions et perspectives de la prise en charge de la dépendance. Source : INSEE et Etude de l ORS ( Observatoire régional de santé en Ile-de-France) - janvier

Plus en détail

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé

Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Les Français et les retraites Volet 4 : la santé Sondage réalisé par pour et Publié le jeudi 11 décembre 2014 Levée d embargo le mercredi 10 décembre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Les Français et leur santé pendant les vacances

Les Français et leur santé pendant les vacances Juillet 2013 N 111201 UPSA Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Les Français et leur santé pendant les vacances La méthodologie Etude réalisée pour : Echantillon : Echantillon

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

Recours aux services aux particuliers : Quel impact des mesures fiscales pour les Français?

Recours aux services aux particuliers : Quel impact des mesures fiscales pour les Français? Septembre 2012 Contacts : Frédéric DABI Adeline MERCERON Prénom.nom@ifop.com Recours aux services aux particuliers : Quel impact des mesures fiscales pour les Français? pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le bien être psychologique des salariés au travail - Présentation du 11 octobre 2007 -

Le bien être psychologique des salariés au travail - Présentation du 11 octobre 2007 - Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Le bien être psychologique s salariés - Présentation du 11 octobre 2007 - Introduction Objectifs l étu Etablir un état s lieux la façon dont se pose jourd hui la question

Plus en détail

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2

L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 Octobre 2012 JALMA N 110750 Contact Damien Philippot Directeur de clientèle Département Opinion damien.philippot@ifop.com L Observatoire de l accès aux soins Vague 2 1 La méthodologie 2 NOTE MÉTHODOLOGIQUE

Plus en détail