Harmonisation comptable et mondialisation Alain B urlaud, Professeur au Conservatoire national des arts et metiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Harmonisation comptable et mondialisation Alain B urlaud, Professeur au Conservatoire national des arts et metiers"

Transcription

1 Harmonisation comptable et mondialisation Alain B urlaud, Professeur au Conservatoire national des arts et metiers Christian Hoarau, Professeur a l'institut d'administration des entreprises de Paris La mondialisation des marches financiers entraine une pression accrue des International Accounting Standards (IAS) sur les modeles comptables des differents pays du monde. A titre d' exemple, la France, dans le cadre d'une profonde reforme de son droit comptable 0), a recemment prevu d'autoriser les entreprises cotees a deroger aux regles nationales en matiere de consolidation et a adopter celles de l' International Accounting Standards Committee (IASC). L'Union europeenne a renonce a preparer un ensemble de regles qui lui seraient propres. L'IASC considere que ses normes devraient s'appliquer a toutes les entreprises, petites ou grandes, nationales ou multinationales. II recommande egalement que les normes nationales, s' il y en a, soient developpees a partir des normes intern a tionales. Une telle conception pose la question de l'utilite de normes nationales. Autrement dit, peut-on agir dans un cadre national si la communaute des affaires se refere a un cadre mondial. Notre reponse est affirmative. Les deux systemes de normes, national et international, peuvent etre differents sans etre mutuellement exc1usifs. lis n' ont pas les memes objectifs, ne s'adressent pas aux memes entreprises et ne prennent pas en compte les interets des memes categories d'utilisateurs. 1. Le besoin d 'harmonisation Les comptes annuels peuvent parfois etre deconcertants. Par exemple, Daimler Benz, en 1993, a publie en Allemagne un benefice consolide de millions de DM. Mais, pour le marche financier americain, le groupe a pub lie la meme annee des comptes prepares selon les normes IAS et faisant apparaitre une perte de milliards de DM! Pour Hoechst, une autre entreprise allemande, les memes chiffres pour l'annee 1995 furent respectivement de milliards de DM et - 57 millions de DM. D'autres exemples comparables peuvent etre trouves dans d'autres pays. Par exemple, en France, une societe recemment privatisee comme France Telecom, a publie en 1996 un profit de milliards de francs selon les normes franc;aises mais une perte de milliards de francs selon les IAS. Dans ces conditions, Oll est l'image fideie? Quelle est la situation financiere «reelle» de ces entreprises? Pourquoi les resultats sont-ils a ce point differents? (1) Art. 6 de la loi du 6 avril 1998 dont les conditions d' application sont toujours en discussion au Comite de la reglementation comptable. 73

2 HARMONISATION COMPT ABLE ET MONDIALISA TION Quel impot sur les societes ces entreprises devraient-elles payer? Quel interessement faut-il verser aux dirigeants? Quelle est la valeur de ces entreprises? Les comptes sont profondement modifies par le fait que I' on comptabilise ou non la fiscalite differee, que les depenses de recherche et developpement soient considerees comme des charges ou des actifs, que les engagements de retraite soient provisionnes ou pas, etc. Par exemple, lorsque France Telecom a publie pour la premiere fois des comptes consolides selon les IAS, il a fallu comptabiliser 37.5 milliards de francs de provisions pour retraites. Peut-on en conc1ure que certains referentiels comptables sont superieurs a d'autres? Les normes allemandes sontelles «meilleures» que les normes franc;aises ou inversement? N ous ne le pensons evidemment pas. Ce serait aussi peu pertinent que de dire qu'une langue est «superieure» a une autre. Les normes comptables sont simplement apparues dans des societes et des contextes differents et repondent a des besoins differents. Neanmoins, ces exemples montrent l'importance de normes comptables mondiales pour un marche financier mondial. Mais, par ailleurs, chaque pays a sa propre fiscalite et il est peu probable que I' on ait un jour une fiscalite mondiale. Les equilibres econorniques et sociaux sont si differents d' un pays a un autre que la fiscalite doit etre adaptee aux situations locales. Or le resultat fiscal est un «sousproduit» de la comptabilite. C' est pourquoi il y a aussi un besoin de normes comptables nationales. Afin de resoudre ce conflit, on peut imaginer differentes solutions. Par exemple, les societes nationales pourraient utiliser les normes nationales et les multinationales les IAS. Mais il est difficile de definir ce que sont des societes nationales ou multinationales. On pourrait egalement imaginer que les societes cotees utili sent les IAS et les autres le referentiel local. Mais la plupart des societes cotees ont aussi des filiales qui ne le sont pas. Il faudrait alors que ces dernieres preparent deux jeux de comptes dont run pour les besoins de la consolidation. Mais ne cherche-t-on pas precisement a eviter cela? La solution adoptee par la plupart des pays d'europe continentale consiste a presenter des comptes sociaux ou individuels selon les regles nationales sous la forte influence des contraintes fiscales. Mais les comptes consolides presentes par des societes faisant appel a l'epargne publique peuvent etre prepares selon les IAS. De ce fait, il n'y a pas conflit entre les referentiels mais des champs d' application distincts. 2. Des societes differentes Les entreprises ou plus generalement les entites qui ont a preparer des comptes annuels sont extremement differentes quant a leur taille, leurs objectifs (certaines sont a but lucratif et d'autres pas) ou quant a leur impact sur l'economie du ou 74

3 HARMONISATION COMPT ABLE ET MONDIALISA TION des pays d' accueil. En simplifiant un peu, on peut definir quatre categories d' entites parmi les personnes morales: - les petites et moyennes entreprises; -les entreprises qui doivent publier des comptes consolides; -les entreprises faisant appel a l'epargne publique et - les entites sans but lucratif. Le role et I' importance de chacune de ces quatre categories peut varier con siderablement d'un pays a un autre, d'un systeme economique a un autre. Par exemple, en France, les PME qui sont definies comme etant des entreprises employant de loa 500 salaries, representent 80 % des entreprises recensees et emploient les 2/3 de la population active. Elles assurent donc une part tres importante de 1'activite economique du pays et les normes comptables ne peuvent pas ignorer leurs caracteristiques propres. La comptabilite satisfait quatre besoins essentiels pour ces entreprises: - suivre les comptes de tresorerie et les comptes de tiers; - determiner le resultat fiscal et permettre le controle fiscal; - servir d'instrument de preuve en cas de litige; - informer les banques aupres desquelles des credits sont sollicites et/ou obtenus. Les probiemes de gouvernement d'entreprise, d'information des investisseurs ne sont habituellement pas essentiels dans ce type d' entreprise dans la mesure OU la propriete et la direction sont entre les memes mains ou entre les mains d'une meme famille. En revanche, pour les grandes entreprises qui font appel a l' epargne publique, le role premier de la comptabilite est d'informer les marches. Pour ce type de besoin, les comptes consolides sont souvent plus importants que les comptes sociaux. Enfin, dans le secteur public ou sans but lucratif, les besoins sont encore differents. La determination du resultat fiscal ou l'information des marches financiers n'ont pas de sens. En revanche, le controle de l'efficience ou le contr61e de legalite sont essentiels. Ces observations militent en faveur de normes comptables locales et adaptees aux differentes categories de situations rencontrees. 3. D'autres categories d'objectifs Les nolmes comptables nationales ne sont pas necessairement en conflit avec les normes internationales: elles peuvent etre complementaires. L'exemple fran~ais, qui n' est pas un cas unique, montre comment. Les normes comptables frans;aises prennent essentiellement la forme de reglements du Comite de la reglementation comptable homologues par un arrete signe 75

4 HARMONISATION COMPTABLE ET MONDIALISATION par le ministre des finances. Le Plan comptable general (PCG) (2), qui en est le cas le plus connu, inclut notamment un plan de comptes, des definitions de concepts et des etats financiers normalises. Comme on peut le voir, le PCG et I'IAS constituent deux approches differentes de la normalisation. Le PCG definit la comptabilite comme l' ensemble des procedures depuis l' enregistrement initial des transactions (art du PCG) jusqu'a la presentation des comptes annuels. L'IASC ne s' interesse qu' a la nature des informations financieres publiees. Les procedures en amont sont uniquement de la responsabilite de I' entreprise et font, bien sur, I' objet d' un audit. Le PCG normalise donc la tenue des comptes et son contenu precise, comme nous I' avons vu, tant la terminologie que le plan de comptes avec les numeros de code et les etats de synthese. Outre la determination du resultat, de la part distribuable de celui-ci et le calcul de la situation nette, les comptes annuels ainsi normalises permettent la production de statistiques macro-economiques. Les objectifs legaux de la comptabilite renforcent l'importance des aspects formels. Les liens avec les autres branches du droit sont facilites: droit fiscal, commercial, civil et penal. Les normes comptables sont ecrites: loi comptable, decret, arrete (3). Quant a la forme, il s'agit donc d'actes de l'autorite publique. Mais leur genese associe les differentes parties prenantes (stakeholders): representants des entreprises, de l'etat, des salaries (syndicats), de la profession comptable (ordre des experts-comptables et compagnie des commissaires aux comptes) et l'universite a travers la presence de personnalites qualifiees. Les possibilites d'interpretation sont limitees et font 1'0bjet d'ecrits (notamment les avis du CNC et du CRC). L'IASC se desinteresse de I' ensemble du processus comptable en amont des etats financiers. Les normes ne portent que sur les principes generaux de la comptabilite financiere dont l'interpretation est de la responsabilite des entreprises ou de leurs auditeurs. Le role des normes se limite a assurer que les etats financiers publies sont effectivement fiables et utiles pour les investisseurs. Leur preparation se fait dans une large mesure sous le controle des grands cabinets mondiaux d' audit (les «Big Five»). L'interpretation des normes ne se fait pas dans un cadre reglementaire mais re suite de mecanismes de «socialisation» (diffusion des pratiques admises en particulier par les cabinets d'audit). (2) Les arretes ministeriels du 22 juin 1999 homologuent deux reglements adoptes par le Comite de la reglementation comptable (CRC): - le reglement no du 29 avril 1999 relatif au PCG (reecriture a droit constant du PCG de 1982) paru au Journal officiel du 31 juillet 1999 et - le reglement no du 29 avril 1999 relatif aux comptes consolides paru au Journal officiel du 21 septembre (3) Loi du 30 avril 1983 (integree dans le code de commerce), decret d'application du 29 novembre 1983 et reglements du CRC homologues par arretes du ministre des finances. 76

5 HARMONISATION COMPTABLE ET MONDIALISATION 4. Des moyens adaph~s aux besoins Les PCG successifs (4) ont certainement contribue a une meilleure gestion des PME et, du point de vue de l'etat, a l'amelioration des contr6les fiscaux et des statistiques macro-economiques. Ils ont egalement simplifie la diffusion des 10- giciels comptables du fait de la normalisation des ecritures et permis d'utiliser une main d' ceuvre faiblement qualifiee pour la tenue des comptes. Mais, par ailleurs, le PCG permet une presentation de comptes annue1s compatibles avec les IAS a condition de faire usage des options appropriees de ces dernieres. Toutes les IAS font d'ailleurs l'objet d'un examen de conformite par le Conseil national de la comptabilite (CNC). Le contenu du PCG, dont la version 1999 prend une forme proche de celle d'un code, est explicite. Sa connaissance suppose peu de connaissances implicites ou tacites et illaisse place a peu d'ambiguyte. Son caractere operationnel1imite les efforts d'interpretation, ce qui n'est pas le cas des IAS qui font appel a un niveau eleve de capacites d' analyse. Leur emploi suppose, de ce fait, une longue periode d'assimilation ou le recours a des cabinets d'audit. Destines essentiellement a satisfaire Ies besoins des marches financiers et des grandes entreprises, les IAS sont difficilement utili sables par les PME et encore moins par les entreprises des pays en developpement ou des pays en transition (sauf les filiales des grands groupes multinationaux qui y sont installes). Conclusion Les deux systemes de normalisation que nous avons decrits reposent sur deux approches distinctes et s'adressent a deux populations distinctes. Mais le PCG n'exciut pas les IAS. S'il s'agit de deve10pper rapidement un outil de gestion pour les PME, le peg est de loin la solution la plus appropriee de par sa nature operationnelle. Si, en revanche, I' objectif est de developper une capacite de reflexion sur les concepts comptables, de nourrir une production doctrinale, les IAS sont a privilegier. Les options offertes, meme si elles sont progressivement reduites, permettent ce travail. La mise en ceuvre des IAS suppose de la part des entreprises un personnel comptable hautement qualifie ou le recours a des cabinets disposant de ces competences. En revanche, un peg compatible avec les IAS offre une possibilite d'application locale simple sous le contr6le de l'etat qui est le garant legitime de l'interet public. (4) Le premier plan comptable «fran<;ais» remonte au 21 mars Mais la notion de plan comptable n' est veritablement entree dans les mreurs qu' avec le peg de 1947 qui fit, ulterieurement, l'objet de mises a jour regulieres (en 1957 et 1982), d'une reecriture en 1999 ou de developpements notamment avec la methodologie des comptes consolides (en 1986). 77

6 HARMONISATION COMPTABLE ET MONDIALISATION La comptabilite est le miroir d'une societe au sens de civilisation. Differentes societes utilisent des modeles comptables differents. Dans une economie de marche ouverte, il y a une forte demande de normes comptables mondiales. Mais un pays n'est jamais ouvert a 100 % sur le monde. Il y a toujours des entreprises locales, employant une main d'reuvre locale et vendant a une clientele locale. C' est une limite importante a la normalisation mondiale. C' est pourquoi nous pensons que la solution reside dans une normalisation mondiale completee par des normes nationales. 1. Daimler Benz A G Annexe 1 (en millions de DM) Benefice net consolide selon les normes allemandes (5734) Benefice net consolide selon les US GAAP (1 839) 1052 (5729) Source: Daimler Benz Annual Report on Form 20-F 2. France Telecom (en millions de FF) Benefice net consolide selon les normes fran<;aises Benefice net consolide selon les US GAAP (33902) Source: France Telecom Annual Report on Form 20-F L' ecart de resultat en 1996 s' explique essentiellement par la comptabilisation des engagements de retraite lors de la privatisation. Annexe 2 Resultat en Normes nationales International Accounting millions de USD Standards Daimler Benz Hoechst France Telecom

LES FONDEMENTS DE LA COMPTABILITE

LES FONDEMENTS DE LA COMPTABILITE LES FONDEMENTS DE LA COMPTABILITE LES OBJECTIFS D'UNE COMPTABILITE GENERALE - conserver une trace de toutes les opérations commerciales et financières réalisées par l entreprise et de retracer toutes les

Plus en détail

Philippe Arraou Vice Président Conseil Supérieur Ordre des Experts-comptables

Philippe Arraou Vice Président Conseil Supérieur Ordre des Experts-comptables Comptabilité des PME en France Philippe Arraou Vice Président Conseil Supérieur Ordre des Experts-comptables Principe général MEMES OBLIGATIONS COMPTABLES POUR TOUS Applicables à toutes les entreprises

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Le passage aux normes IFRS: quelques recommandations pour un projet réussi

Le passage aux normes IFRS: quelques recommandations pour un projet réussi Le passage aux normes IFRS: quelques recommandations pour un projet réussi Sigma Conso Allen White, Dominique Galloy S il n y a pas de formule générale pour prévoir l importance de l incidence sur les

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

Introduction. Explication, p. 17. Gualino/Lextenso éditions

Introduction. Explication, p. 17. Gualino/Lextenso éditions 1 Introduction Explication, p. 17 Gualino/Lextenso éditions 1 La comptabilité est née d un besoin : a. de faire apparaître les bénéfices ou les pertes d une entreprise b. de valoriser et contrôler le patrimoine

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

La normalisation comptable

La normalisation comptable La normalisation comptable CHAPITRE 1 L ensemble des règles comptables s applique à toute entité (personne physique ou morale) soumise à l obligation légale d établir des comptes annuels. 1 Sources des

Plus en détail

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne

Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Quelques repères sur la réalité comptable dans l Union Européenne Gîrbină Maria Mădălina L objective de notre intervention est de soumettre aux attention deux sujets d actualité pour la communauté comptable

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

The Exchange: Strengtheningth Accountancy as Foundation for. MSME Sector Development and Job Creation. Les IFRS pour PME

The Exchange: Strengtheningth Accountancy as Foundation for. MSME Sector Development and Job Creation. Les IFRS pour PME The Exchange: Strengtheningth Accountancy as Foundation for MSME Sector Development and Job Creation Les IFRS pour PME Amman du 18 au 21 juin 2013 Fessal Kohen Expert Comptable du Maroc 1 Les IFRS pour

Plus en détail

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables Séminaire relatif à la pertinence des IPSAS et normes comptables européennes Cour des comptes 25 mars 2013 Comptes consolidés de l Etat : étapes préalables

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2010 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Le cabinet en France... 3

Plus en détail

Fiche. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

Fiche. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel Fiche 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

Les sources du droit comptable

Les sources du droit comptable Rappels La hiérarchie des textes de droit comptable Règlements Règlement du 19 juillet 2002 Directives IVème et VIIème directives européennes Lois - Ordonnances Décrets Loi comptable du 30/04/83 Loi sur

Plus en détail

CRC 2002-10 et 2004-06. Nouvelles règles d évaluation et de comptabilisation des immobilisations

CRC 2002-10 et 2004-06. Nouvelles règles d évaluation et de comptabilisation des immobilisations CRC 2002-10 et 2004-06 Nouvelles règles d évaluation et de comptabilisation des immobilisations Sommaire Règlements CRC 2002-10 et 2004-06... 1 Les évolutions du cadre de la comptabilité financière en

Plus en détail

Quels sont les utilisateurs de la comptabilité générale?

Quels sont les utilisateurs de la comptabilité générale? Définition : «La comptabilité générale est un système d organisation de l information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de bases chiffrées des états reflétant une image

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Avis général CNC 01/2014 Notion comptable d exercice flottant

Avis général CNC 01/2014 Notion comptable d exercice flottant Commission des normes comptables Groupement d intérêt économique R.C.S. Luxembourg C109 13, Rue Erasme L-1468 Luxembourg Téléphone : (+352) 247-88517 Avis général CNC 01/2014 Notion comptable d exercice

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes

Audit & Analyse Cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes Boulevard Youssef Ibn Tachfine, résidence Côte d Or, n 22, Tanger-Maroc Tél. : +212 (0) 539.32.50.39. Fax : +212 (0) 539.32.53.72. Email : m.lahyani@audit-analyse.com Site : Mohamed LAHYANI Expert-comptable

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise

Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise Diagnostic et évaluation du passif social au service de la reprise d entreprise Au sommaire Introduction Les cinq composantes du passif social L audit des engagements sociaux : impact sur la reprise Illustration

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL RAPPORT DU PRESIDENT SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION

Plus en détail

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS Homologué par arrêté du 22 janvier 1999 paru au Journal officiel du 2 mars 1999 Modifié par les règlements n 2000-09, 2001-02, 2002-01,

Plus en détail

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

FICHE. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel FICHE 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

1 Les différentes normes comptables 3

1 Les différentes normes comptables 3 Introduction 1 Les différentes normes comptables 3 1.1 Le Plan Comptable Général 1982 révisé 3 1.1.1 Les frais de recherche et de développement avec contrepartie spécifique 3 1.1.2 Les dépenses de recherche

Plus en détail

Considerant qu'il s'impose de moderniser le cadre normatif d'exercice des missions revisorales ;

Considerant qu'il s'impose de moderniser le cadre normatif d'exercice des missions revisorales ; 7 Norme relative it l'application des normes ISA en Belgique Le Conseil de l'institut des Reviseurs d'entreprises, Considerant qu'il s'impose de moderniser le cadre normatif d'exercice des missions revisorales

Plus en détail

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise FIXAGE Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise Matinale de la SFEV du Vendredi Emmanuel TASSIN Actuaire qualifié & Associé de FIXAGE 11, avenue Myron Herrick

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

Le concept du bilan fiscal

Le concept du bilan fiscal COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 7 septembre 2005 Taxud E1 RD CCCTB\WP\016\doc\en

Plus en détail

N 189 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 23 janvier 1997. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE

N 189 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 23 janvier 1997. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE N 189 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 23 janvier 1997. PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant réforme de la réglementation comptable et adaptation

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÈGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 91 03 DU 16 JANVIER 1991

COMITÉ DE LA RÈGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 91 03 DU 16 JANVIER 1991 COMITÉ DE LA RÈGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 91 03 DU 16 JANVIER 1991 Relatif à l établissement et à la publication des situations trimestrielles et du tableau d activité et de résultats semestriels

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE FIDREX Société d expertise comptable et de commissariat aux comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

Concours EUR/B/164/00. Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a)

Concours EUR/B/164/00. Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a) Concours EUR/B/164/00 Assistants administratifs (B5/B4) Épreuve a) Test constitué d une série de questions à choix visant à évaluer les connaissances spécifiques dans le domaine choisi DOMAINE 2 Audit

Plus en détail

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable

Plus en détail

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Processus 2 : Contrôle et production de l information financière 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des

Plus en détail

IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux enjeux

IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux enjeux IFRS 15 Le nouveau profil du chiffre d affaires Une approche intégrée pour de nouveaux Comptabilisation du chiffre d affaires : un nouveau modèle Fin mai 2014, l IASB et le FASB ont publié une norme commune

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST

Rapport de transparence. Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST Rapport de transparence Exercice clos le 31/12/2014 Groupe EXCO FIDUCIAIRE DU SUD OUEST Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Selon l analyse du texte, les objectifs recherchés par la loi sont essentiellement de quatre ordres:

Selon l analyse du texte, les objectifs recherchés par la loi sont essentiellement de quatre ordres: 11. OBJECTIFS 12. CONTENU 13. METHODOLOGIE 11. OBJECTIFS Selon l analyse du texte, les objectifs recherchés par la loi sont essentiellement de quatre ordres: 1. Mettre en place un dispositif rigoureux

Plus en détail

MiFID - Politique de conflits d intérêt

MiFID - Politique de conflits d intérêt 1. Introduction MiFID - Politique de conflits d intérêt Afin d atteindre les objectifs de protection du client, la société a mis en œuvre des politiques et des procédures pour identifier, évaluer et gérer

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Annexe I : Modèles de tableaux à intégrer dans l annexe comptable. Annexe II : Créations et modifications d intitulés des comptes.

Annexe I : Modèles de tableaux à intégrer dans l annexe comptable. Annexe II : Créations et modifications d intitulés des comptes. P LAN COMPTABLE Arrêté du 2 août 1995 relatif à l application des adaptations professionnelles du général aux dispensateurs de formation professionnelle ayant un statut de droit privé. (Journal officiel

Plus en détail

L harmonisation des données d information comptable des opérateurs culturels subventionnés. Bruxelles, le 14/06/07

L harmonisation des données d information comptable des opérateurs culturels subventionnés. Bruxelles, le 14/06/07 Ministère de la Communauté française Observatoire des politiques culturelles L harmonisation des données d information comptable des opérateurs culturels subventionnés Roland de Bodt Codirecteur de recherches

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014 Sommaire - PRESENTATION DU CABINET - Organigramme juridique - Activité - Chiffre d Affaires et Clientèle - PROCEDURE QUALITE - Indépendance - Contrôle

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 22 décembre 2006 relatif aux modalités d organisation des épreuves

Plus en détail

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables

Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables Instruction complémentaire 52-107 Principes comptables et normes d audit acceptables PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1.1 Introduction et objet 1.2 Régime d information multinational 1.3 Détermination

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

IFRS pour les PME Réponse de la CCIP à la consultation européenne

IFRS pour les PME Réponse de la CCIP à la consultation européenne Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris IFRS pour les PME Réponse de la CCIP à la consultation européenne Rapport de Monsieur Didier KLING avec la collaboration

Plus en détail

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés X) Exco Rapport de transparence Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés I 751 t._iiiii[ X) Exco Table des matières Préambule 1 Présentation de Kreston International LTD 2 Structure

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 156.1.1

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

hors-série n 1 du 8 février 2007

hors-série n 1 du 8 février 2007 hors-série n 1 du 8 février 2007 MODALITÉS D'ORGANISATION DES ÉPREUVES DU DIPLÔME DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION ET DU DIPLÔME SUPÉRIEUR DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION A. du 22-12-2006. JO du 29-12-2006

Plus en détail

1 La fonction comptable dans l entreprise

1 La fonction comptable dans l entreprise 1 La fonction comptable dans l entreprise 1.0. les entreprises sont tenues de tenir une comptabilité: a. pour des raisons fiscales b. dite de gestion c. dite financière d. comme moyen de preuve 1.1. la

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL.

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL. RAPPORT DE TRANSPARENCE Conformément à l article R823-21 du code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne ou auprès d établissements

Plus en détail

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE:

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE: Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE: Un (01) Chef de service Centralisation «Coordination et Liaison» Un (01) Chef de

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

RIBER Société anonyme au capital de EUR 3.036.472,48 Siège social : 31, Rue Casimir Perier 95873 Bezons Cedex R.C.S Pontoise 343 006 151

RIBER Société anonyme au capital de EUR 3.036.472,48 Siège social : 31, Rue Casimir Perier 95873 Bezons Cedex R.C.S Pontoise 343 006 151 RIBER Société anonyme au capital de EUR 3.036.472,48 Siège social : 31, Rue Casimir Perier 95873 Bezons Cedex R.C.S Pontoise 343 006 151 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES

EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES XV/7030/98 FR EXAMEN DE LA CONCORDANCE ENTRE L'IAS 1 ET LES DIRECTIVES COMPTABLES EUROPÉENNES DIRECTION GÉNÉRALE XV Marché intérieur et services financiers -1- Le présent document est destiné à un usage

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice 2013. Rapport de transparence 2013 (mars 2014)

RAPPORT DE TRANSPARENCE. Exercice 2013. Rapport de transparence 2013 (mars 2014) RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice 2013 Rapport de transparence 2013 (mars 2014) RAPPORT DE TRANSPARENCE DU CABINET MALEVAUT-NAUD Exercice clos le 31 décembre 2013 La dénomination Cabinet MALEVAUT-NAUD,

Plus en détail

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE

SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE SESSION 2015 UE 10 COMPTABILITÉ APPROFONDIE Éléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : CAPITAUX PERMANENTS 1. Comptabiliser le versement effectué par M. Halescourt le 15 janvier 2015. 15/01/15 5121 Banques

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010

PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 COMMISSION DES MISSIONS COMPTABLES PRESENTATION DU CADRE DE REFERENCE 2010 A LA COMMISSION DE DROIT COMPTABLE 12 Juillet 2010 Joëlle LASRY/Guy ZERAH CREATIVE WORK Page 1 PRESENTATION GENERALE Le Conseil

Plus en détail

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres

Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2000-D du Comité d urgence du 21 décembre 2000 publié le 16 janvier 2001 Traitement comptable des frais d émission et d acquisition de titres Le Comité d urgence

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance GLOSSAIRE Actif «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail

Importantes différences entre règles fiscales et comptables

Importantes différences entre règles fiscales et comptables Déclaration de politique générale Importantes différences entre règles fiscales et comptables Rédigé par la Commission des questions fiscales Introduction Le présent document a pour objet d'analyser les

Plus en détail

Diplôme de comptabilité et de gestion et diplôme supérieur de comptabilité et de gestion

Diplôme de comptabilité et de gestion et diplôme supérieur de comptabilité et de gestion Diplôme de comptabilité et de gestion et diplôme supérieur de comptabilité et de gestion Modalités d'organisation des épreuves NOR : ESRS1400074A arrêté du 28-3-2014 ESR - DGESIP A3 Vu code de l éducation,

Plus en détail

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON 1. Rappeler les règles juridiques applicables lors de la constitution d une société anonyme

Plus en détail

Prise de position de l Université de Genève (UNIGE) concernant l'audit PricewaterhouseCooper (PWC) du 25 août 2006

Prise de position de l Université de Genève (UNIGE) concernant l'audit PricewaterhouseCooper (PWC) du 25 août 2006 Prise de position de l Université de Genève (UNIGE) concernant l'audit PricewaterhouseCooper (PWC) du 25 août 2006 AVERTISSEMENT Le rectorat publie, comme il s y est engagé, le rapport PWC 05. Les passages

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX ENTREPRISES NATIONALES D EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES Le présent questionnaire a été conçu pour recueillir des informations

Plus en détail

ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO

ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DE L ONTARIO ÉTATS FINANCIERS RÉSUMÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 Rapport de l auditeur indépendant sur les états financiers résumés Au Conseil de l'ordre des infirmières et

Plus en détail

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION

COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION COURS DE DROIT COMPTABLE INTRODUCTION L entreprise ne peut vivre isolément et sont activité est essentiellement subordonnée au maintien et au développement des relations avec ses partenaires. Elle est

Plus en détail

Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC

Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC Mécénat, parrainage Monique Millot-Pernin Présidente de la Commission Secteur non-marchand, Secteur public de la CNCC 1 Sommaire Introduction 1. Distinction entre mécénat et parrainage 2. Cadre juridique

Plus en détail

Diplôme d'expertise comptable

Diplôme d'expertise comptable Diplôme d'expertise comptable Dispositions relatives aux épreuves NOR : ESRS1400075A arrêté du 28-3-2014 ESR - DGESIP A3 Vu ordonnance n 45-2138 du 19-9-1945 ; décret n 2012-432 du 30-3-2012, notamment

Plus en détail