Du plan comptable aux écritures comptables spécifiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Du plan comptable aux écritures comptables spécifiques"

Transcription

1 Du plan comptable aux écritures comptables spécifiques STÉPHANE MERCIER Comptable-fiscaliste agréé IPCF Ingénieur commercial Solvay, ULB Maître en Gestion fiscale, Solvay, ULB Conférence «Stagiaires IPCF» du 18 septembre 2010 Woluwé-Saint-Lambert 1

2 Du plan comptable aux écritures comptables spécifiques Conférence «Stagiaires IPCF» du 18 septembre 2010 Le titre du présent exposé «Du plan comptable aux écritures spécifiques» est en lui-même un défi. Sans doute, tous les stagiaires et membres présents affirmeront qu ils connaissent tout du plan comptable. Tout comptable(-fiscaliste) agréé IPCF a connaissance du plan comptable minimum normalisé ; c est une évidence. Dans la pratique quotidienne, il n est pas rare que le professionnel de la comptabilité se pose l une ou l autre question quant à la méthode de comptabilisation d une pièce justificative inhabituelle. L appropriation de ce plan comptable aux écritures comptables spécifiques devrait convaincre l assistance et nos lecteurs qu il y a toujours encore à apprendre ou à réapprendre. Dans certains cas, les écritures que nous proposons connaissent aussi d autres procédés comptables ; mais dans tous les cas le résultat final devrait être le même que celui que nous proposons. Nous vous souhaitons une agréable lecture. 2

3 0. INTRODUCTION Notre première démarche a été de consulter le droit comptable belge et de recenser les articles où le mot «plan comptable» est utilisé. Pour mémoire, quatre textes forment la base du droit comptable belge : - la loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises, - deux A.R. datés du 12 septembre 1983, - la loi du 7 mai 1999, plus concrètement le Code des sociétés, - l A.R. du 30 janvier Outre ces textes, nous nous intéresserons également à certains avis de la Commission des Normes Comptables. Article 4 L. 17/07/1975 Toute comptabilité est tenue selon un système de livres et de comptes et conformément aux règles usuelles de la comptabilité en partie double. [Les opérations sont inscrites sans retard, de manière fidèle et complète et par ordre de dates, soit dans un livre journal unique soit dans un journal auxiliaire unique ou subdivisé en journaux spécialisés. Elles sont méthodiquement inscrites ou transposées dans les comptes qu'elles concernent.] [Les mouvements totaux enregistrés au cours de la période dans le journal auxiliaire unique ou dans les journaux spécialisés font, mensuellement au moins, l'objet d'une écriture récapitulative dans un livre central.][cette écriture est trimestrielle au moins, pour les entreprises visées à l'article 5 qui tiennent leur comptabilité selon les prescriptions des articles 3 et 4.] [Cette écriture récapitulative comporte soit le montant total des mouvements enregistrés dans l'ensemble de ces journaux auxiliaires, ventilés selon les comptes généraux ou les rubriques de synthèse prévus au plan comptable de l'entreprise que ces mouvements ont concernés soit, lorsque la technique comptable adoptée par l'entreprise comporte l'inscription simultanée des données dans les journaux auxiliaires et dans les comptes concernés, le total des mouvements enregistrés dans chacun de ces journaux auxiliaires.] Les comptes ouverts sont définis dans un plan comptable approprié à l'activité de l'entreprise. Ce plan comptable est tenu en permanence tant au siège de l'entreprise qu'aux sièges des services comptables importants de l'entreprise, à la disposition de ceux qui sont concernés par lui. Le Roi détermine la teneur et la présentation d'un plan comptable minimum normalisé. Il définit le contenu et le mode de fonctionnement des comptes repris au plan normalisé. 3

4 Article 9 L. 17/07/ er. Toute entreprise procède, une fois l'an au moins, avec bonne foi et prudence, aux opérations de relevé, de vérification, d'examen et d'évaluation nécessaires pour établir à la date choisie un inventaire complet de ses avoirs et droits de toute nature, de ses dettes, obligations et engagements de toute nature relatifs à son activité et des moyens propres qui y sont affectés. Les pièces de l'inventaire sont transcrites dans un livre. Les pièces dont le volume rend la transcription difficile sont résumées dans le livre auquel elles sont annexées. 2. L'inventaire est ordonné de la même manière que le plan comptable de l'entreprise. Le Roi peut prescrire des critères d'évaluation d'inventaire. Ce paragraphe n'est pas applicable aux entreprises visées à l'article 5. Article 10 L. 17/07/ er. Les comptes sont, après mise en concordance avec les données de l'inventaire, synthétisés dans un état descriptif constituant les comptes annuels. Article 27 A.R. 30/01/2001 Le plan comptable de la société doit être conçu ou ajusté de manière telle que le bilan et le compte de résultats procèdent, sans addition ou omission, des postes correspondants de la balance des comptes établie après la mise en concordance visée à l'article 10, 1 er, de la loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Article 1 er A.R. 12/09/1983 (P.C.M.N.) Sont soumises aux dispositions du présent arrêté, les entreprises visées à l'article 1 er du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises à l'exception: de la loi 1 des personnes physiques ayant la qualité de commerçant et des sociétés en nom collectif ou en commandite simple, visées à l'article 5 de cette loi; 2 des entreprises visées à l'article 15, 1er, de cette loi; 3 des entreprises d'assurances et de réassurances; 4 des succursales établies en Belgique par des entreprises étrangères lorsque ces succursales n'ont pas de produits propres liés à la vente de biens ou à la prestation de services à des tiers ou à des biens livrés ou à des services prestés à l'entreprise étrangère dont elles relèvent, et dont les charges de fonctionnement sont supportées entièrement par cette dernière. Article 2 A.R. 12/09/1983 (P.C.M.N.) Le plan comptable visé à l'article 4, alinéa 5, de la loi du 17 juillet 1975, doit être conforme dans sa teneur, sa présentation et sa numérotation, au plan comptable minimum normalisé annexé au présent arrêté. 4

5 Article 3 A.R. 12/09/1983 (P.C.M.N.) Le libellé des comptes prévus au plan comptable minimum normalisé peut être adapté aux caractéristiques propres de l'activité, du patrimoine et des produits et charges de l'entreprise. Les comptes prévus au plan comptable minimum normalisé qui sont sans objet pour une entreprise ne doivent pas figurer dans son plan comptable. Article 4 A.R. 12/09/1983 (P.C.M.N.) Les entreprises doivent mettre leur plan comptable en conformité avec le plan comptable minimum normalisé, annexé au présent arrêté à dater du début de l'exercice prenant cours après le 31 décembre ( ) Nous ne reproduirons pas le P.C.M.N. dans le présent syllabus. Les termes «écritures comptables» n existent pas tels quels dans les textes du droit comptable belge précité ; bien entendu, le mot «écriture» est cité plusieurs fois, non seulement dans les textes précités, mais l on rappellera utilement (art. 6 L. 17/07/1975) que «Toute écriture s'appuie sur une pièce justificative datée et porte un indice de référence à celle-ci». Dans son avis R Adaptation du plan comptable de l'entreprise 1, la Commission des Normes comptables rappelait les principes de base utiles : - La loi du 17 juillet 1975 a prévu l'obligation pour les entreprises d'avoir un plan comptable. Ce plan comptable doit être conforme au plan normalisé à fixer par arrêté royal; il doit simultanément être approprié aux besoins de l'entreprise ; - La normalisation des plans comptables a été prescrite par l'arrêté du 12 septembre 1983; elle porte sur leur teneur (c'est-à-dire le contenu et la liste des comptes), leur présentation (savoir l'ordre à respecter pour le classement des comptes) et leur codage (savoir la numération des comptes selon le système décimal) ; - La teneur du plan minimum normalisé est fonction des schémas du bilan et du compte de résultats annexés à l'arrêté royal du 30 janvier 2001 et du lien établi par l'article 5 de celuici entre le plan comptable de l'entreprise et ses comptes annuels ; - L'appropriation nécessaire du plan normalisé à l'activité de l'entreprise est réalisée en comptabilité générale par l'adaptation du libellé des comptes, par l'ouverture de souscomptes, par l'ouverture de comptes complémentaires. D'autres techniques d'appropriation peuvent également être mises en œuvre telle l'utilisation de préfixes ou de suffixes joints au codage du plan normalisé. 1 v. Bulletin CNC, n 5, mai 1979, p

6 Le fonctionnement des comptes prévus au plan comptable minimum normalisé sont décrits tant dans l A.R. du 12 septembre 1983 que dans l A.R. du 30 janvier Qu'appelle-t-on «Plan Comptable»? Il s'agit d'une liste limitative, en principe exhaustive, de tous les comptes qui peuvent être utilisés en comptabilité; en Belgique, le «plan comptable» s'appelle Plan Comptable Minimum Normalisé (P.C.M.N.). Il s'agit de: - la classe 1, qui reprend les comptes de CAPITAUX PERMANENTS : ceux provenant des actionnaires ou associés ainsi que ceux qui sont empruntés à long terme par l'entreprise; - la classe 2, qui reprend les IMMOBILISATIONS, c'est-à-dire grosso modo les biens d'investissement: immeuble, machine, voiture; - la classe 3, qui est celle des STOCKS; - la classe 4 ou classe des COMPTES DE TIERS: dettes vis-à-vis des fournisseurs, dettes fiscales mais aussi les créances sur les clients; - la classe 5 des COMPTES FINANCIERS: banque, caisse,...; - la classe 6: les CHARGES; - la classe 7: les PRODUITS; - les classes 8 et 9 peuvent être affectées à des comptes budgétaires (cf. comptabilité publique); - la classe 0 reprend les DROITS ET ENGAGEMENTS HORS BILAN, c.à.d. les opérations qui sont susceptible d avoir une influence dans le futur sur le bilan et/ou sur le compte de résultats. Les sous-classes de la classe 2 du P.C.M.N. sont les suivantes : Classe 2 Comptes d'immobilisations Sous-classe 20 Frais d'établissement Sous-classe 21 Immobilisations incorporelles Sous-classe 22 Terrains et constructions Sous-classe 23 Installations, machines et outillage Sous-classe 24 Mobilier et matériel roulant Sous-classe 25 Immeubles détenus en location-financement et droits similaires Sous-classe 26 Autres immobilisations corporelles Sous-classe 27 Immobilisations corporelles en cours et acomptes versés Sous-classe 28 Immobilisations financières Sous-classe 29 Créances à plus d'un an Plus le numéro du compte est long, plus cela indique un niveau de détail élevé. Exemple 2 Immobilisations 22 Terrains et constructions 221 Constructions Les sous-classes sont ensuite subdivisées en rubriques (trois chiffres). 6

7 Que faire des comptes non utilisés? Les comptes qui n'ont pas été utilisés doivent impérativement rester vides. Il n'est pas permis de les utiliser pour un usage qui n'est pas celui qui a été prévu dans le Plan Comptable. Au besoin, une entreprise peut regrouper certains comptes s'ils sont trop détaillés par rapport à ses besoins. L'entreprise qui souhaite enregistrer une opération distinctement peut ouvrir toutes les subdivisions nécessaires et utiliser celles-ci dans la mesure où leur emploi n'a pas été réglementé dans le Plan Comptable. Avis CNC R Ouverture de comptes additionnels La question a été posée de savoir si, hormis l'introduction sous la forme de sous-comptes, de subdivisions des rubriques prévues au plan comptable minimum normalisé, les entreprises ont la faculté d'ouvrir, en comptabilité générale, des comptes non prévus au plan normalisé. De l'avis de la Commission, la réponse à cette question est dominée par deux principes : d'une part, celui de l'appropriation nécessaire du plan comptable de l'entreprise à la nature de ses activités et aux besoins de sa gestion; d'autre part, celui de la normalisation voulue des plans comptables à concurrence d'un certain niveau minimum, ce minimum étant, à titre principal, placé dans sa dépendance du schéma du bilan et du compte de résultats prévu par l'arrêté royal du [30 janvier 2001]. Cette double exigence sera en principe assurée par une subdivision complémentaire dans le plan comptable de l'entreprise des comptes prévus au plan comptable normalisé ou de certains d'entre eux. Mais la faculté d'ouvrir des comptes additionnels n'est pas exclue, dans la mesure où elle est requise sous l'angle de la meilleure appropriation du plan comptable de l'entreprise; l'usage de cette faculté est toutefois subordonné au respect de la structure générale et à la conception du plan normalisé. A ce titre, aucune objection ne serait donc à formuler à l'encontre de l'ouverture de comptes : a) visant à réduire le champ des comptes à caractère résiduaire, tels, comme leur intitulé le montre, les comptes etc.; b) destinés à rencontrer des situations qui ne se trouveraient pas couvertes par les comptes prévus au plan comptable normalisé; à titre d'exemple on peut citer l'ouverture d'un compte 405 ou 406 pour les factures à établir ou - sous réserve de l'examen du traitement des différences de change - de comptes d'actif ou de passif relatifs à ces différences; c) destinés à traduire de manière spécifique certaines relations dont la mise en évidence est prévue dans l'annexe aux comptes annuels; ainsi, il n'y aurait pas d'objection à ce que les créances sur les entreprises liées fassent l'objet des rubriques libres 402 ou 403 selon qu'il s'agit de créances en comptes ou d'effets à recevoir; d) relatifs à des comptes de passage ou à des comptes purement internes, dans la mesure où ces comptes présentent à tout moment ou en tout cas lors de la clôture annuelle, un solde nul. Tel serait le cas pour des comptes de liaison entre les divers sièges et succursales d'une même entreprise ou des comptes de passage. D'autre part, au cas où les distinctions requises par les besoins de gestion ne pourraient être obtenues, par subdivision horizontale que moyennant l'introduction d'indices comportant un nombre élevé de chiffres, il n'y aurait certes pas d'objection à ce qu'il soit fait usage d'un codage incorporant un numéro non utilisé dans le plan comptable minimum normalisé. Ainsi, si une entreprise ayant un large assortiment de produits finis désire suivre 7

8 en comptabilité générale ces diverses catégories de produits, elle pourrait faire usage pour une ou plusieurs catégories de ceux-ci de sous-comptes codifiés par une subdivision du chiffre 37, 38 ou 39; en ce cas, bien entendu, ces sous-comptes devront, pour l'établissement des comptes annuels, être regroupés avec le compte 33. Source : Bulletin CNC, n 5, mai 1979, p Pourquoi utiliser un «Plan Comptable»? On désigne souvent en pratique le libellé du compte par son numéro dans le Plan Comptable; ce même numéro permettra de retrouver instantanément le libellé du compte (ainsi que d'autres données) lorsque l'on fait de la comptabilité sur ordinateur. Le plan comptable reprend une architecture des comptes qui sera commune à toutes les sociétés nationales respectives. Ceci offre l'avantage d'une meilleure compréhension et comparabilité des données publiées. Dans ce même but, le bilan et le compte de résultats doivent satisfaire à certaines structures (modèles). Toute écriture sera passée dans des journaux et retranscrits dans le grand livre. Les pièces justificatives (factures) doivent être comptabilisées indépendamment de leur date de paiement. 8

9 1. LA CLASSE 1 La classe 1 du PCMN reprend ce que les analystes financiers appellent les capitaux permanents, c.à.d. toutes les ressources mises à disposition d une entreprise pendant plus d un an. Nous recensons trois composantes homogènes : - les capitaux propres, - les provisions et impôts différés, - les dettes à long terme. Les capitaux propres représentent l actif net (le total de l actif, diminué des dettes et des provisions/impôts différés), soit la richesse de l entreprise. Les provisions pour risques et charges sont des éléments probables, ou indéterminés quant à leur montant. Cela signifie qu elles peuvent devenir des dettes si une éventualité devient réalité ou correspondre à une réserve dans le cas contraire. Les impôts différés sont des impôts à payer à long terme dans le respect de certaines dispositions fiscales. Les emprunts et dettes à long terme correspondent à une obligation de remboursement, dans une échéance dépassant un an (la partie d un emprunt venant à échéance dans l année est «reclassée» dans les dettes à court terme compte 42x) Les capitaux propres Les capitaux propres comptables sont formés par six composantes distinctes : - Le capital souscrit - Les primes d émission; - Les plus-values de réévaluation; - Les réserves; - Le résultat reporté; - Les subsides en capital. Nous développerons ci-dessous le fonctionnement de ces comptes (et sous-comptes éventuels). Fonctionnement : 10 Capital, 11 Primes d émission Le capital constitue le montant fixé nominalement dans les statuts sous lequel, par souci de garantie, les actionnaires (ou associés) se sont engagés de ne pas faire descendre l'actif net. Il n a de réel intérêt que dans les sociétés dont la responsabilité des actionnaires ou associés est limitée à concurrence de ce montant. La souscription est l engagement irrévocable de verser un montant déterminé, soit au moment de la constitution, soit lors d'un appel de fonds effectué par l'organe d'administration de la société. La libération constitue l'exécution de cet engagement. Les montants libérés en numéraire doivent préalablement être versés sur un compte spécial, ouvert au nom de la société en formation. Une attestation doit être établie par le dépositaire des fonds et envoyée au notaire; elle est annexée à l'acte notarié. Les apports en nature, soit ceux qui sont susceptibles d'évaluation économique (mais autrement qu'en numéraire). Ils supposent parfois l'intervention d'un réviseur d'entreprises. 9

10 Exemple : constitution d une société anonyme ; le capital de ,00 est libéré en numéraire à concurrence du minimum légal de 25% du capital souscrit (l on ignorera les frais de constitution) : Souscription 101 Capital non appelé , à Capital souscrit ,00 Libération 55 Etablissements de crédit , à Capital non appelé ,00 Note : autant il est envisageable qu un actionnaire libère spontanément davantage que le minimum légal, autant il n est pas autorisé qu un actionnaire libère moins que 25% de sa souscription ; si dans l exemple développé ci-dessus il y a deux actionnaires possédant chacun 50% du capital, il n est possible que le premier actionnaire libère 30% de sa souscription, et le second libère 20% quand bien même l on arriverait globalement au seuil de 25%). Le passif du bilan (modèle BNB) aura en principe la structure suivante : I. Capital ,00 A. Capital souscrit ,00 B. Capital non appelé ( ,00) Note : le compte 101 du PCMN peut être analysé comme un compte d actif plus qu un compte de passif négatif. Seule son échéance (le moment du ou des appels de fonds) reste inconnue. C est la raison pour laquelle le montant non appelé est suivi de «(-)» dans le libellé du compte. Signalons aussi que si le papier à lettre renseigne le capital de la société, il doit nécessairement s agir du montant du capital libéré et non celui du capital souscrit. Le conseil d administration peut ensuite, en une ou plusieurs fois, demander aux actionnaires de libérer le «solde» de leur souscription (cela sera fait en fonction des besoins de trésorerie de la société) : Exemple (suite) : le conseil d'administration invite les actionnaires à libérer le solde de leur souscription dans les deux mois de cet appel de fonds. Appel de fonds 410 Capital appelé, non versé , à capital non appelé ,00 Après 2 mois (il existe souvent plusieurs écritures d encaissement, correspondant à chacun des actionnaires) 10

11 55 Etablissements de crédit , à Capital appelé, non versé ,00 Le montant du capital souscrit peut ultérieurement être augmenté, ou inversement réduit (sous réserve, dans ce dernier cas, de ne pas se situer sous la limite prévue pour la forme sociétaire choisie). Dans le cas de l augmentation de capital, une «prime d émission» est généralement prévue (la valeur des actions ou parts anciennes a souvent augmenté, déjà de par l obligation de la constitution d une réserve légale), elle correspond à la différence positive du prix d émission des actions ou parts nouvelles sur leur valeur nominale ou, à défaut, leur pair comptable (à savoir le montant du capital souscrit divisé par le nombre d actions ou parts avant l augmentation de capital). Exemple : dans l exemple précédent, supposons qu il y a actions anciennes, d une valeur nominale de / = 250 ; si le prix de vente des nouvelles actions est fixé à 300, la prime d émission est de = 50 par action ; conformément au Code des sociétés, cette prime d émission doit être libérée intégralement. Si l on émet actions nouvelles, et que celles-ci sont libérées à concurrence du minimum légal, soit 25% du «nouveau» capital souscrit (25% x = ,00 ) et 100% de la prime d émission (50.000,00 ), nous comptabiliserons (en négligeant les frais liés à cette opération) : Souscription 416 Créances diverses : actionnaires , Capital appelé, non versé , à Capital souscrit ,00 11 Primes d'émission ,00 Libération à concurrence du minimum légal 55 Etablissements de crédit , , Capital appelé, non versé , Créances diverses : actionnaires ,00 Note : des primes d émission peuvent aussi apparaître en cas d incorporation de réserves au capital, en cas de fusion, etc. Dans certains cas, la banque exigera d incorporer un compte courant créditeur / actionnaires ou associés dans le capital avant d octroyer un crédit. Fonctionnement : 12 Plus-values de réévaluation Les immobilisations corporelles, ainsi que les actions ou parts figurant sous les immobilisations financières, peuvent faire l'objet d'une réévaluation en cas de plus-value durable. La valeur réévaluée retenue doit être justifiée dans l'annexe aux comptes annuels dans lesquels la réévaluation est actée pour la première fois (art. 57 AR 30 janvier 2001). Les immobilisations incorporelles ne peuvent pas faire l objet de réévaluations. Cependant, les plus-values actées avant l'exercice commençant après le 31/12/1983 peuvent être maintenues. Les stocks ne peuvent être davantage réévalués. 11

12 Si la réévaluation porte sur des immobilisations corporelles dont l'utilisation est limitée dans le temps, la valeur réévaluée fait l'objet d'amortissements calculés selon un plan établi conformément à l'article 28, 2 de l A.R. du 30/01/2001, aux fins d'en répartir la prise en charge sur la durée résiduelle d'utilisation probable de l'immobilisation. Les plus-values actées sont imputées directement à la rubrique III du passif «Plus-values de réévaluation» et y sont maintenues aussi longtemps que les biens auxquels elles sont afférentes ne sont pas réalisés. Ces plus-values peuvent toutefois : - Etre transférées aux réserves à concurrence du montant des amortissements actés sur la plusvalue; ( ). Note : tant la comptabilisation initiale d une plus-value de réévaluation, que les traitements comptables énoncés ci-dessus, sont facultatifs. Il n y a aucune obligation de comptabiliser une plus-value de réévaluation. Conformément à l art. 6 de la loi du 17 juillet 1975, il faut par contre impérativement une pièce justificative pour comptabiliser une telle plus-value (p.ex. un rapport d expertise immobilière). Dans certains cas, l expression d une «ré-évaluation» présente des avantages : - lorsque l on sollicite un crédit, le bilan présenté avec une valeur réévaluée démontre l existence de garanties plus conséquentes pour la banque (la responsabilité de l organe de gestion est engagée, il est peu probable que la réévaluation ne tienne pas sur des bases solides), - lorsque la société a subi des pertes dépassant la moitié de l actif net, cette réévaluation corrige l actif net à la hausse pour échapper précisément à cette procédure d alarme. Signalons enfin qu il ne faut pas confondre plus-value de réévaluation (qui n est qu un écriture purement comptable) avec plus-value réalisée (dans ce dernier cas revente, échange, etc. - la propriété de l immobilisation n appartient plus de l entreprise ensuite de l opération). Exemple : Une entreprise possède un matériel repris en immobilisation pour ,00 acquis en 2008 et amorti linéairement sur 10 ans (soit une dotation aux amortissements annuelle de ,00 ). En 2010, l'organe de gestion décide de réévaluer ce matériel et de le reprendre pour une valeur économique justifiée de ,00 par rapport à la valeur comptable de (le montant de la réévaluation est donc de ,00 ) ; il sera amorti linéairement sur 8 ans (soit annuels). La valeur de ,00 doit être confrontée par une productivité ou une rentabilité permettant de supporter l'accroissement des charges d'amortissement qui résultera de la réévaluation. L on se réfèrera utilement à ce sujet à l avis 2009/5 de la Commission des Normes Comptables relatif à la condition de rentabilité liée à la comptabilisation de plus-values de réévaluation. L'amortissement du matériel s'effectuera à partir de 2010 comme suit : 6302 Dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles ,00 23(0)9 à Amortissements actés sur matériel , Dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles 3.750,00 12

13 2389 à Amortissements actés sur matériel 3.750,00 Note : bien évidemment, le fisc n accepte pas la déduction des charges liées aux amortissements sur la base réévaluée ; c est la raison pour laquelle, bien que ce ne soit pas indispensable, que nous avons enregistré les amortissements en deux écritures (la seconde renseigne les amortissements sur la base réévaluée). Et l on PEUT comptabiliser, pour la partie des amortissements enregistrés sur la base réévaluée : 121 Plus-values de réévaluation sur immobilisations corporelles 3.750, à Réserves disponibles 3.750,00 Note : cette écriture a l avantage de faire correspondre l augmentation des réserves et la variation du résultat comptable avec le résultat fiscal ; grâce à l augmentation des réserves, la base de calcul des intérêts notionnels s en trouve améliorée. Fonctionnement : 13 Réserves et 14 Résultat reporté A la différence du résultat reporté, il n est en principe pas envisageable qu une réserve présente un solde négatif (débiteur). Conformément au Code des sociétés, l organe de gestion a le pouvoir d'accomplir tous les actes nécessaires ou utiles à la réalisation de l'objet social de la société, à l'exception de ceux que la loi réserve à l'assemblée générale. Seule cette dernière peut décider de l affectation du résultat. Les pouvoirs de l assemblée générale ordinaire, c.à.d. celle qui décide chaque année de l affectation du résultat, sont cependant limités par des dispositions légales ou statutaires. Il faut en effet tenir compte des éléments suivants : 1) Les dispositions impératives de la loi Le Code des sociétés, comporte des dispositions impératives qui limitent la liberté en matière d'affectation des bénéfices. Ces dispositions ont trait tantôt à la constitution d une réserve indisponible (c.à.d. une réserve dont le montant ne peut pas être distribué, c.à.d. quelle ne peut faire l objet d une utilisation externe à l entreprise), tantôt à la notion de bénéfice distribuable : a) la constitution d'une réserve légale (compte 130 du PCMN) : - sociétés concernées : uniquement celles dont la responsabilité des associés est limitée au montant de leur souscription : S.A., S.P.R.L., S.C.A., S.C. ; - modalités : «Il est fait annuellement, sur les bénéfices nets, un prélèvement de 1/20ème au moins, affecté à la formation d'un fonds de réserve ; ce prélèvement cesse d'être obligatoire lorsque le fonds de réserve a atteint le 1/10ème du capital social ; dans le cas de la SPRL-S, la quotité est de 25% ; b) la constitution d une réserve indisponible pour actions propres : conformément au code des sociétés, certaines sociétés (S.A., S.C.A. et S.P.R.L.) peuvent «racheter» des titres représentatifs de leur capital (souscrit) moyennant le respect de certaines conditions assez strictes on parle de «Rachat d actions propres». Ce rachat doit en principe avoir été préalablement autorisé par l assemblée générale, il ne peut être réalisé qu au départ de bénéfices distribuables (voir ci-dessous, point d.), le nombre d actions ou parts propres ne 13

14 peut excéder 20 % du capital souscrit et il faut constituer au passif une réserve dont le montant est égal à la valeur comptable nette des actions propres (rubrique 50 du P.C.M.N.) ; c) la constitution d une réserve indisponible en vue de couvrir une perte prévisible : conformément au droit des sociétés, une société peut décider de réduire son capital en vue de constituer une réserve indisponible en vue de couvrir une perte prévisible ; le montant de cette réserve ne peut servir qu à cette affectation, il doit sinon ultérieurement être réintégré au capital souscrit ; d) la limitation du montant du bénéfice distribuable tel que défini par le Code des sociétés (en bref, il est exigé que l actif net, soit suffisant, compte tenu de certains corrections techniques, p.ex. la déduction de ce montant du montant non amorti des frais d établissement) ; e) conformément à l art. 95, 2 A.R. 30 janvier 2001, les autres réserves indisponibles sont celles qui sont soustraites à la libre disposition de l'assemblée statuant aux majorités ordinaires ou sur lesquelles les associés n'ont pas de droit en cas de démission ou d'exclusion. Par ailleurs, il faut parfois tenir compte d'autres dispositions légales qui peuvent limiter les possibilités d'affectation (p.ex., le Code des sociétés impose la distribution d un dividende privilégié aux actions sans droit de vote.). Les sociétés de certains secteurs, p.ex. les établissements de crédit, sont également tenues de respecter certaines normes en matière de ratios sectoriels. 2) Les dispositions statutaires Celles-ci peuvent être impératives et dans ce cas, il ne reste plus qu'à s'y conformer sauf à modifier les statuts dans les conditions légales. Généralement, les statuts se borneront : - soit à désigner l'organe compétent en matière d'affectation; - soit à prévoir une répartition des bénéfices en stipulant que cette répartition peut être modifiée en totalité ou en partie par une décision de l'organe d'administration désigné. Dans le cas où l'affectation du résultat ne serait pas réglée par les dispositions impératives de la loi et/ou les dispositions statutaires, c'est à l'assemblée des actionnaires/associés qu'appartient la décision. Celle-ci est en principe adoptée à la majorité simple des voix. L Assemblée Générale ordinaire décide donc, sur ces bases, de l affectation des résultats et, le cas échéant, de la décharge à donner à l organe de gestion. Il faut en pratique passer par des comptes d affectation du résultat pour traduire les effets d une décision de l Assemblée générale, c.à.d. dès que l on transfère certains des montants de l un des quatre postes suivants vers un autre de ceux-ci. - Le capital souscrit - Les primes d émission; - Les réserves; - Le résultat reporté; L'avis 121/3 de la C.N.C. précise clairement qu'il faut transiter par le tableau d'affectations et prélèvements dès que le résultat de l'exercice ou reporté y est affecté (cf. Bulletin n 33, mars 1995) ou dès qu un dividende a été attribué. 14

15 Exemple Une réduction de capital par apurement de pertes comptables antérieures nécessite donc impérativement la comptabilisation de deux écritures distinctes (le montant de ,00 est purement exemplatif) : Prélèvement sur le capital 100 Capital souscrit , à Prélèvements sur le capital et sur les primes d'émission ,00 Apurement des pertes 690 Perte reportée de l'exercice précédent , à Perte reportée ,00 Exemple La majorité des sociétés clôturent leurs comptes au 31 décembre. Si la société dégage des bénéfices, les comptes annuels qui seront déposés à la Banque Nationale de Belgique s entendent après répartition du résultat, c.à.d. après que l Assemblée Générale des associés ait pu statuer sur ces comptes (cf. art. 26, 1 er A.R. 30 janvier 2001).: Les écritures qui font suite à cette Assemblée seront par exemple : 140 Bénéfice reporté (montant de l exercice antérieur) 790 à Bénéfice reporté de l exercice précédent (idem) 6920 Dotation à la réserve légale à Réserve légale Rémunération du capital à Dividendes de l exercice Bénéfice à reporter xx 140 à Bénéfice reporté xx Notes : - Suite à ces dernières écritures, les débits des comptes 6... doivent, en valeur, être égaux aux crédits des comptes 7... (les «xx» du bénéfice à reporter doit donc garantir cette égalité à tout prix); dès lors, le total de l actif sera égal au total du passif au niveau du bilan. - Le précompte mobilier est dû au moment de l attribution ou de la mise en paiement des revenus, et on transfèrera à ce moment-là le montant du précompte mobilier au compte 453 Précomptes retenus. L'avis 121/3 C.N.C. (Bulletin n 34, mars 1995) précité propose par contre d enregistrer une écriture directe en cas de transferts d'une rubrique à l'autre des fonds propres (des mouvements internes tels que p.ex. l'incorporation de réserves au capital). Exemple : incorporation de réserves au capital 15

16 133 Réserves disponibles xxx 100 à Capital souscrit xxx Fonctionnement : 15 Subsides en capital Un subside peut être défini comme étant un montant obtenu par une entreprise de la part des pouvoirs publics pour alléger certaines de ses charges de fonctionnement. Les subsides en capital sont destinés à favoriser l achat de biens en capital par une entreprise (investissements incorporels ou corporels). Exemple Si une entreprise reçoit un subside de pour l achat d une immobilisation d une valeur de , elle actera, au moment où le subside lui est notifié : 416 Créances diverses : subsides à recevoir ,00 15 à Subsides en capital , Impôts différés ,00 A la fin de son exercice social, l entreprise devra procéder aux travaux comptables de fin d exercice. En supposant que l immobilisation soit amortie linéairement sur 10 ans, elle devra passer trois écritures : 6302 Dotations aux amortissements sur immobilisations corporelles , à Amortissements actés sur installations ,00 15 Subsides en capital 6.601, à Subsides en capital ou en intérêts 6.601, Impôts différés 3.399, à Prélèvements sur les impôts différés 3.399,00 Le transfert en produits du subside doit se faire au même moment et au même rythme que celui des amortissements. Les primes et les subsides en capital et en intérêts attribués par les régions dans le cadre de la législation d'expansion économique en vue de l'acquisition ou de la constitution d'immobilisations incorporelles et corporelles sont dorénavant considérés comme des revenus exonérés d impôts. Il n y a donc plus lieu de prévoir d impôts différés, et d adapter les écritures comptables précédentes en conséquence. 2 Soit 33% du montant obtenu, à majorer de 3% au titre de contribution complémentaire de crise; le solde est crédité au poste «Subsides en capital». Les impôts différés sont évalués au moment normal de taxation qui les aurait frappés, sous déduction de l effet des réductions et immunisations dont il est probable que l entreprise bénéficie. 16

17 Les subsides en capital obtenus en vue de l'acquisition de terrains, c'est-à-dire d'actifs non amortissables, doivent être maintenus au passif du bilan aussi longtemps que les terrains en question font partie du patrimoine de l'entreprise. Si une diminution de valeur est constatée, il s'indique d'imputer la réduction de valeur appliquée de façon explicite au subside en capital par le biais du compte de résultats. Lorsqu une entreprise reçoit un subside pour des immobilisations ayant des durées d amortissements différentes, il suffit d appliquer une règle proportionnelle. Exemple : Programme d'investissement Bâtiments a ,00 Matériel d'exploitation b ,00 Matériel roulant c , , Les provisions pour risques et charges et les impôts différés Les provisions pour risques et charges figurent au passif du bilan et forment la transition entre les capitaux propres et les dettes; elles correspondent en effet plutôt soit à une dette (lorsque le risque qu'elles constatent est très probable ou s'est déjà réalisé), soit à une réserve (au cas où ce même risque est peu probable ou a même déjà disparu). Le Plan Comptable Minimum Normalisé (P.C.M.N.) a prévu l'utilisation de la sous-classe 16 : 160 Provisions pour pensions et obligations similaires 161 Provisions pour charges fiscales 162 Provisions pour grosses réparations et gros entretien 163/165 Provisions pour autres risques et charges (à ventiler par catégorie de risques) Les provisions pour risques et charges sont régies par différents articles de l'arrêté Royal du 30 janvier 2001 : - article 50 : «les provisions pour risques et charges sont celles qui ont pour objet de couvrir des pertes ou charges nettement circonscrites quant à leur nature, mais qui, à la date de clôture de l'exercice, sont probables ou certaines, mais indéterminées quant à leur montant»; - Les provisions pour risques et charges ne peuvent avoir pour objet de corriger la valeur des éléments portés à l'actif» ; - article 52 : «les provisions sont individualisées en fonction des risques et charges de même nature qu'elles sont appelées à couvrir. Par risques et charges de même nature, il faut entendre les catégories de risques et de charges mentionnées à titre exemplatif (...)» ; - article 53 : la constitution de provisions ne peut dépendre du résultat de l'exercice; - article 33 : «il doit être tenu compte de tous les risques prévisibles, des pertes éventuelles et des dépréciations qui ont pris naissance au cours de l'exercice auquel les comptes annuels se rapportent ou au cours d'exercices antérieurs, même si ces risques, pertes ou dépréciations ne sont connus qu'entre la date de clôture des comptes annuels et la date à laquelle ils sont arrêtés par l'organe d'administration de l'entreprise (...)». 17

18 Il est très important de souligner qu une provision pour risques et charges ne peut jamais corriger la valeur d un élément de l actif. S inspirant de la terminologie française, certains professionnels suggèrent de «provisionner les créances douteuses». C est tout à fait faux puisque celles-ci doivent faire l objet de réductions de valeur. Une entreprise nous avait consulté et souhaitait fermer un point de vente eu égard à la situation économique difficile que nous connaissons. Compte tenu de cette fermeture, les aménagements étaient perdus. Ils ne peuvent faire que l objet d amortissements exceptionnels (dotations) mais jamais de provisions pour risques et charges. Rappelons également qu une provision doit être reprise dès lors qu elle n est pas justifiée, indépendamment du résultat fiscal. Signalons enfin l importance de disposer d une pièce justificative, éventuellement établie en interne, pour constituer une provision pour risques et charges. Le Plan Comptable Minimum Normalisé appelle à distinguer le traitement comptable de deux grandes catégories de provisions : - les provisions pour risques et charges (en général, c.à.d. celles qui sont relatives à des charges d exploitation, financières ou exceptionnelles); - les provisions pour charges fiscales. La distinction est utile pour comptabiliser la disparition de la provision lorsque celle-ci est devenue sans objet. En effet, les provisions pour risques et charges (en général) sont soldées par le crédit d'un compte d'utilisation ou de reprise de provision tandis que la charge est enregistrée au débit du compte concerné de la classe 6. Les secondes s'éteignent par leur compensation 3 avec les dépenses ou charges qu'elles visaient à étaler. i) Naissance des comptes de provisions Nous comptabiliserons successivement la constitution de chacun de ces deux types de provisions ainsi que leur sortie comptable. Nous indiquerons enfin quelles sont les mentions à porter dans l'annexe aux comptes annuels. 1 ) Provisions, en général 6350 Dotations aux provisions pour pensions et obligations similaires 160 à Provisions pour pensions et obligations similaires ou 6360 Dotations aux provisions pour grosses réparations et gros entretien 162 à Provisions pour grosses réparation et gros entretien ou 6370 Dotations aux provisions pour autres risques et charges 163/165 à Provisions pour autres risques et charges ou 6560 Dotations aux provisions à caractère financier 163/165 à Provisions pour autres risques et charges ou 6620 Dotations aux provisions pour risques et charges exceptionnels 3 Ceci constitue une violation du principe de divulgation intégrale des informations, précité 18

19 163/165 à Provisions pour autres risques et charges 2 ) Provisions fiscales 6712 Provisions fiscales constituées 161 à Provisions fiscales constituées ii) Existence transitoire des comptes de provisions Le montant des provisions ainsi établies est réajusté à la fin de chaque exercice. La (non) réalisation de la charge probable appelle à solder le compte de provision. Supposons que celui-ci soit porté au bilan pour ,00 ; que faut-il comptabiliser si la charge effectivement payée (p.ex. par voie bancaire) est : - de ,00? 1 ) Provisions (en général, p.ex. relative à une charge d exploitation) 61 Services et biens divers , T.V.A. à récupérer ,00 55/440 à Etablissements de crédit/ Fournisseurs , T.V.A. à payer / cocontractant ,00 et 162 Provisions pour grosses réparations et gros entretien , à Utilisations de provisions pour grosses réparations et gros entretien , à Reprises de provisions pour grosses réparations et gros entretien ,00 Notes : - pour une charge financière, l écriture de prise en charge sera du type [65 à 55] et celle relative à la provision [163 à 6561 Util. & 6561 Reprises]; - pour une charge exceptionnelle, il y aura deux écritures : 664 Autres charges exceptionnelles , T.V.A. à récupérer ,00 55/440 à Etablissements de crédit/ Fournisseurs , T.V.A. à payer / cocontractant ,00 et 162 Provisions pour autres risques et charges , à Utilisations de provisions pour risques et charges exceptionnels , Reprises de provisions pour risques et charges exceptionnels ,00 2 ) Provisions fiscales 161 Provisions fiscales constituées ,00 55 à Etablissements de crédit , Reprises de provisions fiscales ,00 - de ,00? 1 ) Provisions (en général) 19

20 61 Services et biens divers , T.V.A. à récupérer ,00 55/440 à Etablissements de crédit/ Fournisseurs , T.V.A. à payer / cocontractant ,00 et 162 Provisions pour grosses réparations et gros entretien , à Utilisations de provisions pour grosses réparations et gros entretien ,00 2 ) Provisions fiscales 161 Provisions fiscales constituées ,00 55 à Etablissements de crédit ,00 - de ,00? 1 ) Provisions (en général) 61 Services et biens divers , T.V.A. à récupérer ,00 55/440 à Etablissements de crédit/ Fournisseurs , T.V.A. à payer / cocontractant ,00 et 162 Provisions pour grosses réparations et gros entretien , à Utilisations de provisions pour grosses réparations et gros entretien ,00 2 ) Provisions exceptionnelles ou fiscales 161 Provisions fiscales constituées , Suppléments d'impôts dus ou versés20.000,00 55 à Etablissements de crédit ,00 Avis CNC Traitement comptable des provisions pour risques et charges exceptionnels Le plan comptable normalisé (arrêté royal du 12 septembre 1983) prévoit deux comptes relatifs aux provisions pour risques et charges exceptionnels, à savoir le compte 662 pour les dotations et le compte 762 pour les reprises de ces provisions. En revanche, il ne prévoit pas explicitement un compte «utilisation», lequel existe pourtant pour les provisions relevant des charges d'exploitation (cf. comptes 6351, 6361 et 6371). La Commission est d'avis qu'il doit être tenu compte tant de la logique interne des comptes annuels et du plan comptable normalisé qui ventile les charges et les produits selon leur nature en résultats d'exploitation, résultats financiers, résultats exceptionnels et impôts, que du mécanisme de la provision qui vise à neutraliser l'impact de la charge concernée au cours de l'exercice pendant lequel elle a été prise en charge à ce titre et de manière définitive, par l'utilisation de la provision constituée précédemment à cet effet. 20

Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic

Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic AVIS DE CONFORMITÉ N 95-01 RELATIF AU PLAN COMPTABLE PARTICULIER DE L'UNEDIC Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic Remarques: Dans la première colonne

Plus en détail

COMPTES ANNUELS EN EUROS

COMPTES ANNUELS EN EUROS 201 11/06/2015 BE 0547.780.774 8 EUR NAT. Date du dépôt N P. D. 15170.00458 A-asbl 1.1 COMPTES ANNUELS EN EUROS Dénomination: Forme juridique: Ardea Etablissement d'utilité publique Adresse: rue van orley

Plus en détail

Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Coordination officieuse au 22/04/2012. Article 1 er.

Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises. Coordination officieuse au 22/04/2012. Article 1 er. Loi du 17 juillet 1975 relative à la comptabilité des entreprises Coordination officieuse au 22/04/2012 Chapitre I er - De la comptabilité et des comptes annuels des entreprises Article 1 er. Pour l'application

Plus en détail

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15 Table des matières Préface 3 Avant-propos 5 Cadre général du droit comptable en Belgique 15 1. Le professionnel comptable et fiscal, le réviseur d entreprises : intervenants privilégiés de la société à

Plus en détail

Plan comptable minimum normalisé. Rubrique correspondante du schéma complet des comptes annuels

Plan comptable minimum normalisé. Rubrique correspondante du schéma complet des comptes annuels Rubrique correspondante du schéma complet des comptes annuels Actif Passif 1. FONDS SOCIAL, PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES ET DETTES A PLUS D'UN AN 10. Fonds associatifs 1 I 100 Patrimoine de départ

Plus en détail

PLAN COMPABLE MINIMUM NORMALISE des asbl En rouge les modifications de l A.R. du 18 déc. 2012

PLAN COMPABLE MINIMUM NORMALISE des asbl En rouge les modifications de l A.R. du 18 déc. 2012 Page 1 PLAN COMPABLE MINIMUM NORMALISE des asbl En rouge les modifications de l A.R. du 18 déc. 2012 1. FONDS SOCIAL, PROVISIONS POUR RISQUES ET CHARGES ET DETTES A PLUS D'UN AN 10. Fonds de l association

Plus en détail

ACTIF. Scmact2.doc [14]

ACTIF. Scmact2.doc [14] ACTIF I. Frais d'établissement... 20 II. Immobilisation incorporelles... 21 III. Immobilisations corporelles... 22/27 A. Terrains et constructions...22 B. Installations, machines et outillage...23 C. Mobilier

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

Séminaire Stagiaires IPCF du 26 septembre 2009. Votre orateur : S. Mercier. www.ipcf.be www.satc.be

Séminaire Stagiaires IPCF du 26 septembre 2009. Votre orateur : S. Mercier. www.ipcf.be www.satc.be Législation relative à la comptabilité et aux comptes annuels des entreprises et organisation des services comptables et administratifs des entreprises Séminaire Stagiaires IPCF du 26 septembre 2009 Votre

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Annexe Circulaire CBFA_2010_10-2

Annexe Circulaire CBFA_2010_10-2 Annexe Circulaire CBFA_2010_10-2 SCHEMA D'INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT ET LES SOCIETES DE GESTION D'OPC CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE 1 19 N 01 - ACTIF

Plus en détail

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Ministère de l'emploi, du travail et de la cohésion sociale Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR: SOCU0412535A Le ministre de l'emploi, du travail et de la cohésion

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Plan Comptable Générale de France

Plan Comptable Générale de France Plan Comptable Générale de France Le plan comptable ou plan comptable général (PCG), appelé parfois cadre comptable, est un standard français de classification des événements économiques qui modifient

Plus en détail

S.A.S. FRANCE IX Services Comptes Annuels au30/06/2014. Sommaire. Attestation 1 BILAN & COMPTE DE RESULTAT 2

S.A.S. FRANCE IX Services Comptes Annuels au30/06/2014. Sommaire. Attestation 1 BILAN & COMPTE DE RESULTAT 2 Tel: 01.55.12.07.00 Comptes Annuels au30/06/2014 Sommaire Page : Som INFORMATIONS Pages Attestation 1 BILAN & COMPTE DE RESULTAT 2 Bilan Actif 3 Bilan Passif 4 Compte de Résultat 1/2 5 Compte de Résultat

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 4 LE PLAN COMPTABLE...1 4.1 QU'EST-IL?... 1 4.2 QUI DOIT TENIR UN PLAN COMPTABLE?... 1 4.3 OSSATURE DU PLAN COMPTABLE...

TABLE DES MATIÈRES 4 LE PLAN COMPTABLE...1 4.1 QU'EST-IL?... 1 4.2 QUI DOIT TENIR UN PLAN COMPTABLE?... 1 4.3 OSSATURE DU PLAN COMPTABLE... LE PLAN COMPTABLE 4-0 TABLE DES MATIÈRES 4 LE PLAN COMPTABLE...1 4.1 QU'EST-IL?... 1 4.2 QUI DOIT TENIR UN PLAN COMPTABLE?... 1 4.3 OSSATURE DU PLAN COMPTABLE... 1 4.4 CODIFICATION DÉCIMALE... 2 4.5 COMMENT

Plus en détail

Activation des frais de constitution d'une société

Activation des frais de constitution d'une société I. Frais d'établissement Sont portés sous cette rubrique, s'ils ne sont pas pris en charge à un autre titre durant l'exercice au cours duquel ils ont été exposés, les frais qui se rattachent à la constitution,

Plus en détail

BILAN. (Exprimé en dinars)

BILAN. (Exprimé en dinars) BILAN (Exprimé en dinars) ACTIFS 31/12/2012 ACTIFS NON COURANTS Actifs immobilisés Immobilisations incorporelles 28 872,800 28 872,800 28 872,800 Moins : amortissement -28 872,800-28 872,800-28 872,800

Plus en détail

Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation. Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation

Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation. Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation Chapitre III - Modalités particulières d'évaluation et de comptabilisation Section 1 - Immobilisations

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 FISCALITE DES ENTREPRISES - UF 661 - IMPOT DES SOCIETES 1. Il s agit d une SPRL comptant deux associés gérants dont l un n est pas rémunéré. 2. La société

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

COURS 470 Série 20. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 20. Comptabilité Générale COURS 470 Série 20 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE COMPTABILITÉ GÉNÉRALE -

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Decembre 2014 Présentation des états financiers 1 CONSIDÉRATIONS SUR L'ENSEMBLE Date d'entrée en vigueur : Exercices ouverts à compter du 1 er

Plus en détail

Plan Comptable simplifié Elaboration sur base de l A.R. du 12 septembre 1983 fixant la classification minimale d un plan comptable général

Plan Comptable simplifié Elaboration sur base de l A.R. du 12 septembre 1983 fixant la classification minimale d un plan comptable général Deloitte Fiduciaire Kortrijksesteenweg 1146 9051 Gent Belgium Tel. + 32 9 393 75 85 Fax + 32 9 393 75 80 www.deloitte-fiduciaire.be Plan Comptable simplifié Elaboration sur base de l A.R. du 12 septembre

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/14 - Plus-values de réévaluation. Avis du 6 juillet 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/14 - Plus-values de réévaluation. Avis du 6 juillet 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/14 - Plus-values de réévaluation Avis du 6 juillet 2011 TABLE DES MATIÈRES Introduction I. Réévaluations conformément à l article 57 AR C.Soc. A. Conditions

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier

Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-01 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux organismes de placement collectif immobilier Attention appelée «Le Comité de la réglementation

Plus en détail

Évaluation et comptabilisation particulières. Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation

Évaluation et comptabilisation particulières. Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation Évaluation et comptabilisation particulières Titre III Règles de comptabilisation et d'évaluation Chapitre VI - Évaluation et comptabilisation des éléments d'actif et de passif de nature particulière Section

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis 2012/14 - Exemple chiffré relatif au plan comptable minimum normalisé pour les associations copropriétaires fixé par l'arrêté royal du 12 juillet 2012 I. Introduction

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

Avis CNC 138-5 - Logiciels. 1. Introduction

Avis CNC 138-5 - Logiciels. 1. Introduction Avis CNC 138-5 - Logiciels 1. Introduction L'accroissement des applications informatiques dans le monde des entreprises a soulevé la question du traitement comptable de la création ou de l'acquisition

Plus en détail

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE

Parc des Bois de Grasse - 1 rue Louison Bobet - 06130 GRASSE OPERATIONS DE FIN D EXERCICE COMPTABLE Sommaire L INVENTAIRE... 2 LA DETERMINATION DES CHARGES ET DES PROVISIONS... 3 LES IMMOBILISATIONS... 3 LES AMORTISSEMENTS... 4 LES PROVISIONS POUR DEPRECIATION...

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Module 1 : Comptabilité Générale

Module 1 : Comptabilité Générale Module 1 : Comptabilité Générale - Découvrir le bilan, le compte de résultat et l'organisation comptable. - Utiliser le plan comptable général et déterminer l'imputation comptable. - Comptabiliser des

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF

C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF C O U R S DESTINES AUX FONCTIONNAIRES COMMUNAUX SE PREPARANT AUX EXAMENS D ADMISSION DEFINITIVE ET DE PROMOTION DU SECTEUR ADMINISTRATIF COMPTABILITE COMMERCIALE DES SYNDICATS COMMUNAUX N.B. Le cours n

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

L analyse par le tableau de financement

L analyse par le tableau de financement Chapitre 8 L analyse par le tableau de financement 1 Exercice 08.06 Tableau de financement du PCG et ratios La Société anonyme métallurgique de l'oise (SMO) vous a communiqué son bilan arrêté au 31 décembre

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

COMPTABILITE. Fait par Christophe Lemaigre. Principes de base

COMPTABILITE. Fait par Christophe Lemaigre. Principes de base Fait par Christophe Lemaigre. COMPTABILITE Principes de base Le bilan est une photographie du patrimoine de l'entreprise. Il est formé de l'actif et du passif. Actif : utilisations, emplois de l'entreprise.

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER COMPTES ANNUELS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES RÉGION PARIS ÎLE-DE-FRANCE

RAPPORT FINANCIER COMPTES ANNUELS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES RÉGION PARIS ÎLE-DE-FRANCE RAPPORT FINANCIER COMPTES ANNUELS DU CONSEIL RÉGIONAL DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES RÉGION PARIS ÎLE-DE-FRANCE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE du 03 septembre 2014 OEC-rapport2.indd 1 29/08/14 11:39 SOMMAIRE

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

Dispositions comptables applicables aux Sociétés civiles de placements immobiliers (SCPI)

Dispositions comptables applicables aux Sociétés civiles de placements immobiliers (SCPI) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 98-06 DU 23 JUIN 1998 Dispositions comptables applicables aux Sociétés civiles de placements immobiliers (SCPI) Avertissement : Les règles comptables des S.C.P.I.

Plus en détail

COMPTES ANNUELS: modèle abrégé pour entreprises. en euros (EUR)

COMPTES ANNUELS: modèle abrégé pour entreprises. en euros (EUR) BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE Centrale des bilans COMPTES ANNUELS: modèle abrégé pour entreprises en euros (EUR) Des informations concernant le dépôt des comptes annuels et consolidés sont disponibles sur

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

LE CADRE COMPTABLE GENERAL

LE CADRE COMPTABLE GENERAL LE CADRE COMPTABLE GENERAL Chaque plateforme est dans l obligation d établir des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et de se référer au Plan Comptable Général. Quels sont les principes

Plus en détail

I.P.C.F. INSTITUT PROFESSIONNEL DES COMPTABLES ET FISCALISTES AGREES

I.P.C.F. INSTITUT PROFESSIONNEL DES COMPTABLES ET FISCALISTES AGREES Plan comptable I.P.C.F. INSTITUT PROFESSIONNEL DES COMPTABLES ET FISCALISTES AGREES PLAN COMPTABLE (*) NOVEMBRE 2009 I.P.C.F. Avenue Legrand 45 1050 BRUXELLES Tél.: 02/626.03.80 Fax: 02/626.03.90 E-mail:

Plus en détail

DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES

DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES Session 2012 - INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Corrigé indicatif Ce corrigé n est qu indicatif et peut contenir des erreurs. DOSSIER 1 OPÉRATIONS COURANTES Partie A - Opérations liées aux achats et aux

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008 4 rue Paul Cabet COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2008 Page - Bilan actif-passif 1 et 2 - Compte de résultat 3 et 4 - Détail bilan 5 et 6 - Détail Compte de résultat 7 et 8 - Annexe 9 à 12 Page : 1 BILAN

Plus en détail

ANNEXE XII DESCRIPTION DES ELEMENTS INCLUS DANS LE DES COEFICIENTS DE SOLVABILITE ET A. Fonds propres réglementaires (modèle S1000) 1) Références réglementaires - Arts. 8 à 11 du règlement n 14-01 du 16/02/2014

Plus en détail

Annexe Circulaire NBB_2012_01-1 SCHEMA D'INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES SOCIETES DE BOURSE CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE

Annexe Circulaire NBB_2012_01-1 SCHEMA D'INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES SOCIETES DE BOURSE CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE Annexe Circulaire NBB_2012_01-1 SCHEMA D'INFORMATIONS PERIODIQUES A COMMUNIQUER PAR LES SOCIETES DE BOURSE CONCERNANT LEUR SITUATION FINANCIERE 1 20 N 01 - ACTIF Exercice Codes [05] I. Caisse, avoirs auprès

Plus en détail

Avis 2010/15 C.N.C. : Méthodes

Avis 2010/15 C.N.C. : Méthodes IPCF Institut professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés SOMMAIRE p. 1/ Avis 2010/15 C.N.C. : Méthodes d amortissement p. 4/ PCMN : Plan comptable Minimum Normalisé Classe 5 Avis 2010/15 C.N.C.

Plus en détail

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants

Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants Dahir n 1-92-138 (30 joumada II 1413) portant promulgation de la loi n 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants (B.O. 30 décembre

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG COMPTABILITÉ APPROFONDIE session 2012 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Premier dossier : RÉPARTITION DES BÉNÉFICES 5 points 1. Expliquer la raison pour

Plus en détail

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2010 1

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2010 1 GROUPE Comptes consolidés Au 31 décembre 2010 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES

Plus en détail

IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF

IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF 2 ème comptabilité MAI 2009 IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF Données Exercice d imposition 2008 La SA SAITOUT (60% des actions détenues par l administrateur) dont le siège social est situé à

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012 8 RESIDENCE BEL AIR COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012 Attestation des comptes 1 COMPTES ANNUELS Pages Bilan actifpassif 2 et 3 Compte de résultat 4 et 5 Annexe 6 à 12 DOSSIER DE GESTION Bilan synthétique

Plus en détail

ASS ONCOSUD. COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2013 18 AVENUE DES SOURCES 84000 AVIGNON. infos@jca-experts.com. www.jca-experts.com - www.audecia.

ASS ONCOSUD. COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2013 18 AVENUE DES SOURCES 84000 AVIGNON. infos@jca-experts.com. www.jca-experts.com - www.audecia. ASS ONCOSUD 18 AVENUE DES SOURCES 84000 AVIGNON COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2013 Société d'expertise Comptable et de Commissariat aux Comptes inscrite au tableau de l'ordre de la Région de Maseille

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Le traitement comptable relatif à l'application de la procédure transitoire visée à l'article 537 CIR 92 Projet d avis du X novembre 2013 I. Introduction 1. À la suite

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/15 Méthodes d amortissement. Avis du 6 octobre 2010

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/15 Méthodes d amortissement. Avis du 6 octobre 2010 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/15 Méthodes d amortissement Avis du 6 octobre 2010 Introduction Sous les actifs immobilisés sont portés les éléments du patrimoine destinés à servir de façon

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2015/7 - Traitement comptable du tax shelter dans le chef de la société de production (conventions-cadres signées à partir du 1 er janvier 2015) Avis du 9 septembre

Plus en détail

LES TRAVAUX D INVENTAIRE

LES TRAVAUX D INVENTAIRE LES TRAVAUX D INVENTAIRE I. Les opérations de fin d exercice Les opérations de fin d exercice ou «travaux d inventaire», réalisé s en fin d exercice comptable, ont pour objectif l élaboration des documents

Plus en détail

La restructuration du bilan.

La restructuration du bilan. La restructuration du bilan. Les comptes annuels sont la base de l information financière. Bien qu incomplets pour un analyste externe, les comptes annuels comprennent une information abondante. Toutefois

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008

A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008 Lois 33546 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif au patrimoine des Hautes Ecoles organisées par la Communauté française A.Gt 12-09-2008 M.B. 31-10-2008 Vu le décret du 9 septembre

Plus en détail

SESSION 2012 UE 6 - FINANCE D'ENTREPRISE

SESSION 2012 UE 6 - FINANCE D'ENTREPRISE SESSION 2012 UE 6 - FINANCE D'ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 1 Comptazine Reproduction Interdite 2012 UE6 Finance d Entreprise 1/11 SESSION 2012 UE 6 FINANCE D ENTREPRISE Durée

Plus en détail

Annexe A à la Communication F.1 Demande d'une société de cautionnement mutuel (arrêté royal du 30 avril 1999 - M.B.

Annexe A à la Communication F.1 Demande d'une société de cautionnement mutuel (arrêté royal du 30 avril 1999 - M.B. Office de Contrôle des Assurances Annexe A à la Communication F.1 Demande d'une société de cautionnement mutuel (arrêté royal du 30 avril 1999 - M.B. du 6 août 1999) Le(s) soussigné(s)... 1 ayant reçu

Plus en détail

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances Projet d avis 2010/X La loi relative à la continuité des entreprises 1 remplace la loi relative

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES. Avis CNC 2013/13 - L'emploi du compte de liaison entre une société étrangère et sa succursale belge

COMMISSION DES NORMES COMTPABLES. Avis CNC 2013/13 - L'emploi du compte de liaison entre une société étrangère et sa succursale belge COMMISSION DES NORMES COMTPABLES Avis CNC 2013/13 - L'emploi du compte de liaison entre une société étrangère et sa succursale belge Avis du 4 septembre 2013 1 I. Introduction 1. Pour le traitement comptable

Plus en détail

OpenStreetMap France

OpenStreetMap France OpenStreetMap France Rapport financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Nous vous présentons ci-après le dossier financier qui se décompose ainsi : Le bilan financier Le compte

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

ENGAGEMENTS HORS BILAN. Principes et mécanismes de la comptabilisation des engagements hors bilan. TABLE DES MATIERES

ENGAGEMENTS HORS BILAN. Principes et mécanismes de la comptabilisation des engagements hors bilan. TABLE DES MATIERES ENGAGEMENTS HORS BILAN Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o Principes et mécanismes de la comptabilisation des engagements hors bilan. Opérations courantes et travaux d'inventaire. Engagements

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Lecture simplifiée de la loi 9-88 telle qu elle a été modifiée par la loi 44-03

Lecture simplifiée de la loi 9-88 telle qu elle a été modifiée par la loi 44-03 1 2 3 - Le commerçant doit tenir une comptabilité ; - Le commerçant doit procéder à l'enregistrement comptable des mouvements affectant les actifs et les passifs de son commerce ; - Les mouvements sont

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : PROMOTION SPORTIVE ET ASSOCIATIVE Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

TABLE DES MAT IÈRES. P R O L O g U E T H É O R I E C O M P T A B L E F O N D A M E N T A L E TITRE 1 PRINCIPES COMPTABLES

TABLE DES MAT IÈRES. P R O L O g U E T H É O R I E C O M P T A B L E F O N D A M E N T A L E TITRE 1 PRINCIPES COMPTABLES TABLE DES MAT IÈRES PRÉFACE...23 AVANT- PROPOS DE LA TROISIÈME ÉDITION...27 INTRODUCTION...29 1. TITRE...29 2. STRUCTURE...29 3. PRÉSENTATION DU CADRE NORMATIF...30 4. PARTICULARITÉS GRAPHIQUES DE LA JOURNALISATION...

Plus en détail

Arcnam des Pays de la Loire Etats financiers au 31 août 2008 (EURO - Europe) Page 1 BILAN ACTIF

Arcnam des Pays de la Loire Etats financiers au 31 août 2008 (EURO - Europe) Page 1 BILAN ACTIF Arcnam des Pays de la Loire Etats financiers au 31 août 2008 (EURO - Europe) Page 1 BILAN ACTIF Rubriques Montant Brut Amortissements 31/08/2008 31/08/2007 Capital souscrit non appelé IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art I. Introduction Avis du 16 mars 2011 Les entreprises qui achètent de l or ou des œuvres d art sont

Plus en détail

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012

GROUPE ADTHINK MEDIA COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 GROUPE COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2012 Bilan consolidé ACTIF 31/12/2012 31/12/2011 Ecarts d'acquisition I 3 833 125 4 477 527 Capital souscrit non appelé IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement

Plus en détail

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30

Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Norme comptable relative aux charges techniques dans les entreprises d assurance et/ ou de réassurance NC 30 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par l inversion

Plus en détail