ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE"

Transcription

1 ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LESMETIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Livrable 4 Version du 15 juin 2011 ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Phase 3 Auteurs : Philippe Moutenet, Mohsen Mechalia (Mazars) Marie-Agnès Bonnefoy, René Eksl, Dominique Héraud, Philippe Passemard (Geste)

2 Sommaire Sommaire... 2 Introduction : la dématérialisation, de quoi parle-t-on?... 3 Chapitre 1 : la dématérialisation dans les organismes du Régime général de Sécurité sociale, où en est- on? Les 4 branches poursuivent des objectifs proches Des exemples de réalisations ou de projets Exemples de dématérialisation à la source Exemples de procédés de numérisation et de GED Exemple d échanges inter-administrations Exemples de plateformes, portails et services interactifs Autres points communs et spécificités Parmi les points communs : les méthodes d expérimentation et de généralisation Des limites et des freins au développement liés au contexte réglementaire Parmi les spécificités : un avancement inégal des branches La convergence des modèles d organisation n est pas automatique Un recours limité à la sous-traitance : exemple de la position de l Acoss La dématérialisation encore naissante dans les fonctions support La comparaison avec d autres organismes tertiaires : convergences et particularités des organismes de sécurité sociale Chapitre 2 : les impacts de la dématérialisation sur les métiers Les métiers du front-office Les métiers du back-office Les métiers support et de l'appui à la production Le management La comparaison avec les quatre structures externes Chapitre 3 : Les préconisations à court terme Les métiers du front-office Les métiers du back-office Les métiers support et de l'appui à la production Le management Chapitre 4 Quelles sont les mesures d accompagnement à prendre à plus long terme? Les métiers du front-office Les métiers du back-office Les métiers support et de l'appui à la production Le management ANNEXES Liste des organismes étudiés en concertation avec les branches Liste des personnes rencontrées dans les caisses nationales Page 2 sur 59

3 Introduction : la dématérialisation, de quoi parle-t-on? La dématérialisation est un enjeu clé dans le secteur public, au cœur de la stratégie de transformation impulsée par les autorités publiques. En effet, la numérisation de documents administratifs, la mise en place de plateformes pour les marchés publics, l efficience des processus de gestion administrative ou encore la modernisation de la relation client sont des sujets porteurs d enjeux cruciaux permettant : De faciliter et transformer les relations administrations clients ; De réformer et moderniser les processus administratifs en permettant aux services publics de se concentrer sur les services à forte valeur ajoutée, notamment pour les clients ; D éviter la duplication des saisies, des traitements et des recherches d information et gagner en efficacité ; D améliorer la qualité des services et la fiabilité des données échangées (moins de risque de perte de documents, ). De façon plus large on peut définir la dématérialisation comme une modalité d échange ou de conservation de l information, sans support physique tel qu un courrier papier, un bordereau pré-imprimé, un chèque de règlement ou encore de dossiers papier, de microfiches ou microfilms pour l archivage. Le schéma suivant illustre avec quelques exemples, cette rapide diffusion des échanges dématérialisés. Il peut s agir d échanges entre personnes entre elles (on parle alors de C to C - consumer to consumer), de personnes avec des entreprises et/ou administrations (on parle de B to C - business to consumer) ou d entreprises entre elles ou dans leur rapport avec les administrations (on parle de B to B business to business). Mails SMS C to C Commandes, factures Commerce électronique B to B B to C Portail WEB Réservation et billet électronique E - administration Administrations Page 3 sur 59

4 Pourquoi un tel développement de la dématérialisation? Comment expliquer ce mouvement de généralisation des échanges dématérialisés aussi bien entre personnes qu entre personnes et entreprises et/ou administrations ou encore entre entreprises? Par la convergence des moyens de communication de la voix, de l image, des données qui empruntent tous aujourd hui des réseaux informatiques Par la (relative) facilité d usage pour la grande majorité des clients, des citoyens, des consommateurs quand on remplace les échanges papier par des communications électroniques (pour preuve, le succès remporté aussi bien dans la déclaration d impôts sur le revenu ou les paiements par la carte bancaire plutôt que par chèque ou les titres de transport ferroviaire ou aérien électronique). Par la rapidité des échanges qu il s agisse d informations générales ou professionnelles (sur les sites internet ou intranet) ; d échanges interpersonnels ou des échanges de données de gestion. Par les économies qui résultent le plus souvent de l utilisation de ces techniques, économies qui contribuent à la baisse des prix de revient dans la mise en œuvre des services et à une meilleure performance des entreprises et des administrations. Par un souci de développement durable (une moindre consommation de papier puisque le nombre de pages papier économisées est considérable et de CO2 enfin avec la réduction des dépenses d énergie liées au transport des plis et des documents). Tous ces arguments justifient le lancement de nombreux projets et la mise en place de plateformes d échange dématérialisées. Mais les entreprises et les administrations sont pour la plupart confrontées à des problèmes d acceptabilité de ces nouvelles formes de communication. Elles ne peuvent substituer entièrement les modes d échange physiques par des modes dématérialisés car une partie du public (clients, usagers, mais aussi entreprises) ne le souhaite pas ou n y a pas accès ou encore n y voit pas un progrès. Cela conduit les entreprises et les administrations à procéder par étapes en testant progressivement ces nouveaux services, en conservant en parallèle différents modes de mise en relation. La montée en charge des services dématérialisés et l économie générée n est donc souvent pas aussi rapide que ce qui pourrait être espéré par des responsables de projet ou d entreprise qui développent ces projets. Les objectifs de l étude d impact sur les métiers et les compétences De façon évidente, comme l informatique, la dématérialisation a eu et a encore des conséquences sur les métiers du Régime de la Sécurité sociale. Caractériser cet impact à partir d observations dans les organismes, analyser ce qu il pourrait y avoir comme conséquences à court et à long terme, proposer des actions permettant d anticiper, de préparer les agents à ces changements, telle était l ambition de l étude commanditée par la Commission Paritaire Nationale de l Emploi et de la Formation Professionnelle (CPNEFP) de la branche en 2009, et pilotée par une de ses sous-commissions. L étude Geste/Mazars s appuie sur une analyse dans une sélection d organismes dans les différentes branches menée entre mai et septembre 2010 et sur des entretiens réalisés dans les caisses nationales (les listes des organismes et des entretiens sont présentées en annexe). Page 4 sur 59

5 L accent a été mis d une part, sur la dématérialisation des documents entrants, c'est-à-dire sur les processus suivants : Numérisation / «scanning» (lecture optique par procédé de numérisation de l image ou par lecture optique de caractères) Extraction / intégration automatique des données dans des applications de gestion La diffusion à l intérieur des organisations des flux numérisés a aussi été analysée dans l étude Geste/Mazars : Distribution / diffusion / routage en interne Activation de «workflow» (applications permettant de suivre des flux de documents à traiter et leurs différents états de traitement) Archivage électronique L enjeu de l intégration des flux dématérialisés dans les applications métiers est fondamental pour éviter des ruptures dans le traitement d information (notamment la ressaisie d informations à partir de documents numérisés visualisés sur un écran). L autre enjeu est de pouvoir gérer de manière unifiée l ensemble de la relation avec le client ou usager, quel que soit les modes d échange qu il a utilisés (retrouver aussi bien la trace de son appel téléphonique que l échangé ou son courrier de réclamation ou encore les règlements effectués). On parle alors d une gestion de la relation client (GRC) avec une approche multicanal. La dimension technique des dispositifs de dématérialisation reste importante et comme toujours dans ce cas, les sigles et «jargons informatiques» sont largement présents comme l illustre le schéma ci-dessous. Dans la suite du document, nous chercherons à rendre le plus compréhensible possible les techniques utilisées. Flux Numérisation RAD / LAD Vidéocodage SI entité GED entité Interface web Flux électroniques PDF signé + XML Data & images Messages EDI RAD/LAD : reconnaissance / lecture automatique de document GED : Gestion électronique de document PDF signé + XML : possibilité de remplir des formulaires en ligne et de les signer avec un «certificat» qui authentifie l émetteur EDI : échange de données informatisées suivant un format convenu entre deux entreprises ou au sein d une même profession Page 5 sur 59

6 Chapitre 1 : la dématérialisation dans les organismes du Régime général de Sécurité sociale, où en eston? 1.1. Les 4 branches poursuivent des objectifs proches L analyse des Contrats d Objectifs et de Gestion (COG) des quatre branches 1 comme les points de vue exprimés par les responsables dans les caisses nationales et par la Direction de la Sécurité Sociale mettent en avant les mêmes objectifs, à savoir : Améliorer le service rendu aux assurés comme aux partenaires, Accélérer les traitements, Réduire les risques d erreurs, Diminuer les volumes de papier utilisés, Réduire les contraintes d archivage, Alléger la charge de travail administrative par la réduction ou l élimination de tâches redondantes ou sans valeur ajoutée, Les premiers projets de dématérialisation conduits par les branches dans les années 90 ont principalement porté sur le processus d acquisition des données : numérisation des supports (GED et LAD), archivage électronique. Ces projets se sont traduits par une diminution des travaux de masse (saisie, classement). Ils ont contribué à franchir un premier palier en termes de fiabilisation de la qualité des données. En parallèle ou parfois quelques années après, certaines procédures ont été dématérialisées à la source, la feuille de soins étant l exemple emblématique de cette forme de dématérialisation. Les branches ont ensuite au début des années 2000 déployé des projets du type «bureau sans papier» fondés sur le développement d outils de «workflow», qui permettaient de mieux gérer la circulation d informations ou de dossiers dématérialisés entre différentes «corbeilles» individuelles ou collectives. Les intervenants viennent rechercher les documents ou dossiers dans une corbeille pour les traiter (en en modifier le contenu) Une fois traité, le document est basculé dans une nouvelle corbeille en vue d un objectif de liquidation, de notification à l usager, d archivage... Les branches ont plus récemment (entre 2005 et 2010) développé leurs offres de services dématérialisées à l attention de leurs «clients». L élargissement de cette gamme de services dématérialisés constitue un axe important des COG avec une incitation à la dématérialisation complète de la relation avec la branche en contrepartie d une offre de services plus étendue. 1 Le Régime général de Sécurité sociale est structuré en quatre branches, chacune composée d un réseau d organismes locaux piloté par une caisse nationale : la branche Maladie (Cpam, Ugecam, Cnamts), la branche Famille (Caf et Cnaf), la branche Retraite (Carsat et Cnavts), ainsi que la branche Recouvrement (Urssaf et Acoss ). Page 6 sur 59

7 Pour les organismes, la charge de saisie de l information se réduit mais ne disparaît pas nécessairement rapidement, ce qui pose la question du maintien de compétences de ce type en interne ou le recours à certaines prestations de sous-traitance. Si la relation est largement dématérialisée pour les modes d échange les plus fréquents, quels canaux doit-on garder pour traiter les cas particuliers? La promotion des échanges dématérialisés auprès des clients et leur assistance s ils ont des problèmes, nécessite des profils de compétences particuliers. La question se pose de la réorientation des agents vers des tâches nouvelles, souvent à plus forte valeur ajoutée en lien avec le développement d une relation de service à dominante «conseil» Des exemples de réalisations ou de projets On trouvera ci-après une illustration de réalisations et de projets en cours dans les branches. Nous les avons classés en 4 grandes catégories : 1. La dématérialisation à la source en demandant aux assurés, allocataires, professionnels de santé, cotisants de saisir directement «en ligne» les informations qu ils reportaient auparavant sur un document papier. 2. Les procédés de numérisation et de GED (gestion électronique de documents) des documents et bordereaux ou chèques qui arrivent par courrier à l organisme. 3. L échange dématérialisé avec d autres administrations pour obtenir les informations nécessaires aux traitements des dossiers sans solliciter directement le demandeur (situation d emploi, situation fiscale ) 4. Les plateformes et «portails» d offres de services interactifs offrant une palette large de services avec la possibilité d espaces dédiés par profil d usager (entreprise, assuré, allocataire, professionnel de santé). L enjeu est de prendre en charge, par ce canal d échange l ensemble de la relation avec l usager, aussi bien pour lui permettre de transmettre des informations que pour en recevoir : informations réglementaires, justificatif de situation ou de paiement des cotisations (pour répondre à un marché public), état du compte, etc Exemples de dématérialisation à la source La dématérialisation des paiements et des déclarations dans la branche Recouvrement Dans la branche Recouvrement, la dématérialisation s est d abord appliquée aux grandes entreprises pour sécuriser les paiements (obligation de procéder à des virements pour des versements > 7M /an par entreprise). Le taux des paiements dématérialisés en montant était déjà de 83,6% en 2006 (la part des cotisations des grandes entreprises est importante par rapport aux TPE) et de 88,4% en L objectif de la COG en cours est d arriver en 2013 à 90%. Page 7 sur 59

8 L obligation de déclaration dématérialisée figure dans le code de la Sécurité Sociale (cf. extrait ci-après du site ). La dématérialisation des déclarations répondait d abord à un objectif de gain de productivité. Le seuil d obligation de télétransmettre a été abaissé et touche progressivement les TPE puisque l on passe d une obligation pour les entreprises qui payaient 800K de charges sociales/an en 2007 à celles qui paient au moins 150K /an de charges sociales en 2009 (ce qui correspond à des charges sociales d environ 20 salariés). La progression du taux de dématérialisation avec les cotisants a été très importante entre 2005 et 2009 en passant de 10% à 44%. L extension de l obligation étendue à toutes les entreprises quel que soit le montant des cotisations dues ne paraît pas actuellement envisagée même si quelques pays étrangers l ont instituée (en Pologne). L objectif retenu pour 2013 dans la COG est d arriver à 61,5% de déclarations dématérialisées pour le secteur privé. L axe retenu pour développer la dématérialisation est d abord la promotion de la déclaration auprès des entreprises mais aussi des tiers prescripteurs, notamment les experts comptables (voir illustration ci-après). L accent est mis sur la présentation de l offre et la possibilité d une assistance personnalisée pour assurer le bon fonctionnement des échanges de données. La relation par voie dématérialisée avec les cotisants se développe avec le portail Urssaf qui permet d effectuer la télédéclaration et le télépaiement, la déclaration unique d embauche Page 8 sur 59

9 (dématérialisée à 80% en 2010), de consulter les informations relatives aux charges sociales, les éléments de son compte, de recevoir des courriers directement de l Urssaf. Net-Entreprise permet d effectuer les mêmes déclarations que le site Urssaf mais aussi la DADS-U, la Déclaration Commune des Revenus (DCR) pour les indépendants, les déclarations d accident du travail, etc. Les échanges de feuilles de soins électroniques dans la branche Maladie La dématérialisation a déjà une longue histoire dans la branche Maladie. Elle a pour origine le projet SESAM-VITALE et la mise en place des transmissions électroniques de feuilles de soins à la fin des années 90 et au début des années La dématérialisation des feuilles de soins était, compte tenu des volumes en jeu, un objectif essentiel partagé par les administrations de tutelle, le Ministère de la Santé notamment et la branche Maladie. Plusieurs dispositifs préalables à cette dématérialisation ont mis du temps à se diffuser : la carte Vitale pour les assurés et les cartes SESAM et les systèmes associés pour les professionnels de santé. C est donc au cours des années 2000 seulement que s est opérée de façon progressive la dématérialisation des feuilles de soins. C est aussi la raison pour laquelle les COG successives ont fait de cette dématérialisation l un des axes majeurs de progression de la branche. Aujourd hui, dans la branche Maladie, 84% des échanges sont dématérialisés avec les professionnels de santé et avec les assurés. Sur le 1,2 milliards de demandes de remboursement reçues par an, plus d un milliard sont transmis sous forme dématérialisée, 150 millions sont encore transmises sous format papier (dont 110 millions par les médecins, ce qui manifeste la résistance d un certain nombre d entre eux). La CNAM-TS et les CPAM conduisent d importants programmes de sensibilisation et d incitation y compris financière auprès des professionnels de santé 2 pour augmenter ce taux et des objectifs chiffrés ont à nouveau été inscrits à la COG : 92,1% en fin de période (2013). Le taux de télétransmission présente en octobre 2010 des situations variables suivant les régions et surtout les professionnels de santé : le taux est de 97 % pour les pharmaciens, de 73 % pour les omnipraticiens et de 59 % pour les spécialistes. Les freins les plus importants viennent de certains praticiens, notamment ceux qui sont en fin d exercice. L oubli ou la non possession de la carte Vitale est également un frein à cette télétransmission 3 ). La dématérialisation des déclarations sociales dans la branche Retraite Dans la branche Retraite, la dématérialisation à la source des données sociales est extrêmement avancée. Ainsi aujourd hui (2010) : 95 % des Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS) sont télétransmises ; 99 % des lignes salaires sont télétransmises. 2 Qui bénéficient également d aides financières à l installation et d aides pérennes. 3 Source point d information CNAM-TS d octobre Page 9 sur 59

10 Dès les années 80/90, la branche Retraite a en effet dématérialisé les DADS. Le faible reliquat de déclarations papier, qui correspond aux pièces justificatives provenant des entreprises et des assurés, est traité par les caisses régionales (CARSAT : Caisses d'assurance Retraite et de Santé Au Travail). Après une expérimentation de centralisation au sein de la CNAV, ce reliquat des DADS Papier sera de nouveau confié pour traitement au niveau de chaque caisse régionale. Dans le cadre de la COG , la branche prévoit de poursuivre ce mouvement de dématérialisation et d amplifier la promotion de la dématérialisation des DADS afin de réduire encore le volume de DADS papier. En parallèle de la dématérialisation des échanges avec les entreprises, la branche a multiplié les échanges dématérialisés avec ses partenaires. La branche transmet aux organismes de protection sociale, administrations et autres organismes sociaux, les données des DADS qui les concernent Exemples de procédés de numérisation et de GED Les deux grands systèmes de numérisation SYNERGIE et DIADEME de la CNAM-TS La numérisation des documents papier en lieu et place de leur saisie et du stockage sous forme papier dans des dossiers pour le traitement et pour l archivage a donné lieu à des projets qui ont été lancés façon expérimentale d abord, puis qui ils ont été standardisés ensuite avec des systèmes nationaux. Cette numérisation concerne : les prestations en nature (feuilles de soin papier, prescriptions de soins paramédicaux, cures thermales, couverture maladie universelle ) couvertes par SYNERGIE ; les prestations en espèces (arrêts de travail et paiement des indemnités journalières, accidents du travail ) couvertes par DIADEME ; les autres documents (formulaires assurés, documents de travail internes correspondances ). Le système SYNERGIE, plus ancien, a été mis en place pour les feuilles de soins et il est déployé dans toutes les caisses. On trouvera ci-contre un exemple d organisation avec ce système. Arrivée des pièces à traiter Tri des pièces dans des corbeilles Numérisation des pièces Edition du rapport de numérisation Videocodage Page 10 sur 59

11 La version nationale de DIADEME, déployée en 2010, ne semble pas encore donner satisfaction dans certaines caisses et il faudra sans doute attendre la version suivante pour voir l application nationale s implanter de façon complète dans cette branche. Cette organisation concerne les feuilles de soins non électroniques ; elle consiste à rassembler dans une même unité organisationnelle la numérisation et le traitement des pièces. L objectif visé est clairement la vitesse de traitement ; c est la raison pour laquelle on observe un circuit standard de traitement de tous les cas simples et un circuit dit «expert» qui nécessite une relecture, des calculs, des vérifications etc La séparation entre ces circuits en terme de gestion des effectifs n est pas toujours marquée et peut s effectuer par roulement (ne serait-ce que pour introduire de la variété dans le travail). Les postes peuvent être tenus par des CDD, des jeunes en insertion professionnelle ou par des techniciens qui ont opté pour ces positions. Il s agit d un travail répétitif que certains agents rencontrés ne souhaitent occuper que pour une durée limitée. D autres organisations permettent de faire varier la nature des tâches réalisées en alternant les tâches de saisie préalable, de traitement et de liquidation des lots déjà saisis. Dans la branche Retraite, la dématérialisation des flux papier est développée depuis les années 2000 L approche en matière de dématérialisation des flux papier n a évolué que dans les années récentes. Les formes développées ne concernaient que le domaine de la retraite et visaient essentiellement à tenir compte des contraintes de conservation de l Agence Comptable (c'està-dire l accessibilité aux pièces justificatives) dans une logique de maîtrise des risques, et non pas de besoins de gestion courante. La dématérialisation des flux papier dans le domaine Retraite s est traduite par 2 formes qui cohabitent : l archivage des supports papiers via la Gestion Electronique de Documents (GED) ; le Bureau Sans Papier (BSP) mis en œuvre en Le système d archivage tient compte des contraintes juridiques et comptables en matière de preuve, la conservation des pièces justificatives devant se faire pendant 100 ans sur support inviolable, la branche a développé un système d archivage et de consultation, à partir du NIR 4, des pièces représentatives de la carrière d un assuré permettant à l Agent Comptable de justifier l exactitude du paiement effectué. La GED assure la conservation dématérialisée des pièces justificatives mais elle est aussi couplée à un archivage sur microfilm. Le système Bureau sans Papier est aussi un système de GED dont l objet est de dématérialiser la circulation du papier entre les divers intervenants de l instruction des dossiers retraite. C est une application de consultation d images et d indexation (classement en familles) interfacée avec l outil de reconnaissance automatique de documents (RAD). 4 Il s agit du numéro de Sécurité sociale, qui figure par exemple sur la Carte Vitale. Le NIR, Numéro d'inscription au Répertoire, est l'identifiant unique des individus inscrits au Répertoire National d'identification des Personnes Physiques géré par l INSEE depuis Page 11 sur 59

12 Le BSP répond principalement à des besoins d accessibilité et/ou de contrôle à distance des dossiers. Ce module fonctionnel et technique a pour objectif d identifier automatiquement les types de documents et les formulaires à partir de leur image numérisée. Il s applique aux pièces justificatives et aux documents de gestion qui ne seront pas injectés dans le système d archivage (exemple : le bulletin de salaire / fiche récapitulative). Ce dispositif permet la numérisation des dossiers retraite au moment de leur instruction par les techniciens conseil. A l heure actuelle, la totalité des dossiers du processus retraite n est pas intégrée dans le BSP mais doit faire l objet d une numérisation «post instruction» et alimenter le système d information électronique. La gestion des flux numérisés dans les URSSAF avec WATT Le bilan 5 de la première phase de dématérialisation conduite dans la branche Recouvrement faisait apparaître une large hétérogénéité des modes de gestion des flux numérisés d une caisse à l autre. On pouvait repérer 3 schémas de traitement : Un circuit «distributif» court de numérisation à l entrée (avec le scan des documents et récupération d images) et une orientation des flux d images vers les différents services concernés Un circuit «procédural» long avec numérisation et mise en place de «workflow» complet depuis l entrée vers les applications de gestion et en aval la sortie de documents en fin de traitement (courriers, archives) Des circuits basés sur des applications locales dont la maintenance était difficilement assurée. La branche a élaboré des standards de pratiques recommandées (SPR), la dématérialisation devant contribuer à diffuser ces SPR en abandonnant pour partie des circuits locaux. Entre 2006 et 2009, on constate une extension de l implantation de WATT mais il existe beaucoup de circuits courts et le recours aux circuits procéduraux basés sur les SPR est encore faible. La branche constate que dix années ont été nécessaires pour généraliser le workflow à presque tous les types de flux entrants (déclarations, courriers et supports de gestion). Notons qu encore aujourd hui, les flux entrants numérisés sont difficilement intégrés dans les applications métiers. Des initiatives régionales d intégration existaient mais pas de solutions nationales. Pour la branche Recouvrement, un des axes de progrès dans la dématérialisation des flux est aujourd hui est l intégration des données reçues par échange informatisé (EDI) mais aussi par lecture automatique de documents (LAD) dans les applications métiers. La rénovation de SNV2 6 prévue dans la COG 2010/2013 devrait permettre de «mieux intégrer les fonctionnalités des composants périphériques comme la gestion dématérialisée des documents (Watt et GED), la dématérialisation des échanges avec les cotisants». 5 Le bilan de WATT a été réalisé en Le SNV2 est le nom du système national d information et de gestion de 2 ème génération de la branche Recouvrement. Page 12 sur 59

13 Exemple d échanges inter-administrations Dans toutes les branches, les échanges de données avec les autres administrations se sont considérablement développés, aussi bien pour éviter des entrées de pièces papier qui sont lourdes à traiter que pour simplifier les relations avec les assurés et éviter les doubles ou triples contrôles. Ce développement des échanges automatisés à la source rencontre néanmoins certains freins liés à la question de la valeur juridique des pièces justificatives et à la difficulté à certifier les données dans une logique de maîtrise des risques intégrant la lutte contre la fraude. L exemple de la branche Famille C est dans la branche Famille que les données provenant d autres administrations sont le plus largement intégrées dans les «dossiers» des allocataires qui ne perçoivent plus de différence entre une information recueillie par la caisse et celle qui est transmise par une autre administration. Les échanges de données inter-administrations ont été mis en œuvre avec : - la Direction Générale des Impôts : La CNAF a réussi à automatiser le flux associé à la déclaration de ressources. Aucune demande n est à faire pour la grande majorité des allocataires. Il reste un flux résiduel non automatisé de 1 à 2 millions de déclarations qui sont gérées par l intermédiaire du web ou via une transmission papier (celle-ci donnant lieu à une lecture automatique -LAD). - Pôle emploi : Via le système AIDA, les CAF récupèrent directement les données des ASSEDIC. C est ainsi que les agents peuvent visualiser directement ces données en cliquant sur le bouton associé à la situation professionnelle. De plus, les CAF équipées depuis 2010 d un Navigateur Intranet Multi-services (NIMS) bénéficient de l homogénéité de l interface lors de l opération d interrogation. - les bailleurs : L application IDEAL (Intégration des Demandes d Aides au Logement) est un projet national qui a pour périmètre toutes les demandes d aide au logement locative (accession hors champ pour le moment). Les échanges d information sont réciproques. Des informations sont entrées dans le système d information du bailleur dès la demande de logement et sont complétées au moment de l attribution du logement et de l élaboration de la demande d aide au logement (DAL). Sa finalité est donc de récupérer un fichier de données pour l ensemble des demandes d aide au logement (DAL) pour chaque bailleur «important» sans distinction des situations, d effectuer des contrôles de cohérence des données et de prévoir les cas qui nécessitent un passage par le plan de travail du gestionnaire, les autres cas faisant l objet d une liquidation automatique. Page 13 sur 59

14 Cette application en cours de démarrage en 2010 est dans la logique du projet prioritaire PP5 de la branche Famille ayant pour objectif de «simplifier l accès et la gestion des droits et faciliter le développement de l administration électronique». Les avantages mis en avant sont l amélioration de la qualité de service pour les allocataires (dispense de formalités vis-à-vis de la CAF, un seul interlocuteur, délais de traitement raccourcis) pour les partenaires et les bailleurs (simplification administrative, paiement rapide, relation personnalisée). Le système apporte une plus grande sécurisation des paiements (moindres risques attachés à l existence du bailleur, du logement, à la réalité du paiement du loyer et à l occupation du logement ainsi qu au montant du loyer). Au gains de productivité liés à la liquidation des DAL s ajoute aussi une diminution des coûts de gestion liés à la dématérialisation des supports (tri, achat papier, frais d affranchissement, etc.). Le déploiement d IDEAL est prévu fin 2010/début Echanges avec les autres branches et régimes de Sécurité sociale En 2011, le Répertoire National des Cotisants de Protection Sociale (RNCPS) va être partagé entre les différentes branches du Régime général et les caisses du Régime Social des Indépendants (RSI). Il est commun aux organismes chargés d un régime obligatoire de la Sécurité sociale Exemples de plateformes, portails et services interactifs Les services interactifs du CESU et de la PAJE dans la branche Recouvrement Le site urssaf.fr constitue un axe important de dématérialisation pour la branche du Recouvrement. L exemple de la gestion en ligne du Chèque Emploi Service Universel (CESU) et de la Prestation d'accueil du Jeune Enfant (PAJE) peut être pris. Il concerne à la fois les employeurs et les salariés. Notons que les paiements s effectuent obligatoirement par prélèvement ce qui permet une dématérialisation de facto du recouvrement. Page 14 sur 59

15 Le nombre de télédéclarations auprès du CNCESU (Centre National en charge de la gestion du CESU), a progressé fortement ces dernières années mais le nombre de déclarations par bordereaux papier a dans le même temps peu diminué dans un contexte de forte progression du CESU. Nb de volets sociaux traités au CNCESU nb de VS x VS en ligne VS papier On constate que les particuliers qui avaient commencé à déclarer les volets sociaux sous forme papier évoluent peu vers une déclaration dématérialisée. Le profil de ces cotisants, souvent âgés, explique sans doute le peu d appétence à modifier leurs habitudes. A l inverse les nouveaux cotisants au CNCESU et ceux qui déclarent la PAJE utilisent largement des échanges dématérialisés (il y a 80% de télédéclarants à la PAJE car il s agit d un public «jeune» par définition). Le portail «ameli.fr» de la branche Maladie Le portail «ameli.fr» rassemble les informations à destination des clients assurés, employeurs et professionnels de santé. Les assurés bénéficient d un accès à diverses sources d information, de prévention et de services en accès simple (non sécurisé) : «ameli-santé», «ameli-direct», etc. Ils peuvent ouvrir un compte (compte assuré) pour accéder à un espace sécurisé qui leur permet Page 15 sur 59

16 notamment de consulter l état des remboursements de leurs dépenses de santé. Cet espace est évolutif et permettra prochainement d accéder à d autres informations et d effectuer certaines démarches en ligne. Aujourd hui, plus de 5 millions de bénéficiaires ont ouvert un compte ; c est le 5 ème site le plus visité en France. L espace pro pour les médecins Un autre exemple de «téléservices» est le protocole de soins électroniques, appelé e- protocole, qui permet aux médecins de rédiger en ligne les demandes de prise en charge 100% pour les ALD et également aux médecins conseil de répondre directement sans passer par le papier. Cette téléprocédure lancée en 2009 est utilisée par un nombre croissant de médecins. La dématérialisation des documents médicaux comprend deux volets : Le protocole de soins électronique (PSE) pour permettre aux médecins de déclarer en ligne les affections de longue durée a été déployé en 2009 (juillet) La gestion en ligne de l avis d arrêt de travail électronique (AAT e) est déployée depuis mars Le succès de ces services étant très relatif auprès des médecins, la branche porte ses efforts aujourd hui sur l évolution du service PSE et la refonte du service AAT-e. Le Conseil National de l Ordre des Médecins (CNOM) n est pas contre la démarche de dématérialisation puisque dans son rapport 7, «il s associe à la démarche d intérêt général que sont les téléservices mais recommande toutefois que l accès à ces téléservices soit le moins chronophage et le plus ergonomique possible».. Les services de la branche Maladie destinés aux employeurs La branche a développé des systèmes permettant aux entreprises d échanger des données sous forme numérique avec l Assurance Maladie. Accessibles à partir du portail «net-entreprises», les services permettent aux employeurs de transmettre de manière électronique les déclarations de salaires de leurs salariés en arrêt de 7 cf. rapport sur la dématérialisation des documents médicaux créer la confiance pour favoriser l information Page 16 sur 59

17 travail (DSIJ) et les déclarations d accidents du travail (DAT). Ces attestations, une fois remplies, sont transmises automatiquement à la caisse d'assurance Maladie du salarié concerné. On dénombre aujourd hui plus d un million d établissements abonnés au service DSIJ (Indemnités journalières) et les caisses enregistrent en moyenne 25 à 30% des déclarations sous forme dématérialisée. L injection des données télétransmises dans les applicatifs métiers est réalisée depuis février L un des objectifs de la COG (programme 20) est d enrichir l offre de services en ligne déjà déployée auprès des employeurs. Les services en ligne à destination des assurés de la branche Retraite En application du droit à l information et pour répondre aux attentes des assurés, l Assurance Retraite propose sur son site internet une offre de service dématérialisée de plus en plus riche. Les services personnalisés offerts en ligne permettent aux différentes catégories d assurés de : Visualiser leur relevé de carrière Demander la régularisation de votre carrière Chiffrer leurs versements pour la retraite Déterminer leur droit éventuel à un départ anticipé Estimer leur retraite Simuler leur retraite Consulter le suivi de leur dossier La consultation du portail Internet de la branche Retraite est en croissance régulière, avec pour 2009 : 6,39 millions d internautes qui ont consulté «lassuranceretraite.fr» ; 1,95 million de consultations de relevés de carrière en ligne. Page 17 sur 59

18 En complément, la branche Retraite a multiplié les échanges dématérialisés avec ses partenaires (INSEE : décès ; DGFiP : situation fiscale de l assuré ; Prestataires de services en matière d action sociale : factures, services en ligne, protocoles d échanges ) Autres points communs et spécificités Parmi les points communs : les méthodes d expérimentation et de généralisation Les systèmes de dématérialisation ont souvent démarré par le développement d applications pilotes, avec parfois plusieurs expérimentations en parallèle. Ces développements ont ensuite connu une phase de reprise au sein d une application nationale, avec un déploiement mené de façon centralisé. La durée de montée en charge des systèmes nationaux est toujours très longue, comme le montre la mise en œuvre des systèmes associés à SESAM-VITALE dans la branche Maladie ou du système WATT dans la branche Recouvrement (dans ces deux exemples, il a fallu compter 10 ans pour l ensemble du processus de mise en place). Ces temps d expérimentation doivent être utilisés pour bien mesurer les impacts sur les métiers et les compétences. En revanche, il faut être attentif à ne pas prendre des mesures organisationnelles trop rapides sachant que la phase de généralisation et de stabilisation technique est très longue. Cette période doit permettre d accompagner le personnel dans la progression de compétences requises Des limites et des freins au développement liés au contexte réglementaire Au niveau des caisses nationales, les principaux freins évoqués sont : les exigences réglementaires en matière de pièces justificatives ; les limites imposées par la CNIL en matière d échanges de données ; l absence de contraintes sur les clients pour passer à la saisie à la source (sauf pour le Recouvrement). La question de savoir si la dématérialisation est un vecteur de la simplification pour l usager (un des objectifs prioritaires à la CNAF et à la CNAM-TS) ou pour le professionnel n est pas simple. Si l absence de feuille de maladie constitue une simplification pour l assuré, elle implique une charge (et parfois des reprises en «manuel» pour le professionnel de santé en cas de rejet du flux électronique). La mise en œuvre des échanges par les «services interactifs» entre les entreprises ou les professionnels de santé et les organismes nécessite un investissement et une formation non négligeable pour faire communiquer les SI internes avec ceux des branches de la Sécurité Sociale. On voit aussi apparaître à l usage des difficultés lorsqu il se produit des incidents sur les liaisons ou en cas d évolution de logiciel. Les notions de risque et de fragilité ne doivent pas être négligées d autant plus que les procédures de secours (back-up) sont rarement testées. Page 18 sur 59

19 Des craintes se sont exprimées quant au risque d exclusion d une partie des assurés qui sont dans l incapacité d utiliser les moyens techniques dématérialisés en raison de problèmes d illettrisme ou de difficultés de maniement ou d absence d équipement informatique. Ces personnes pourraient se trouver défavorisés par rapport aux autres en subissant des délais supérieurs, voire un traitement moins favorable Parmi les spécificités : un avancement inégal des branches Malgré la similitude des objectifs, les stratégies techniques et les applications prioritaires ne sont pas de même nature dans les 4 branches. La branche Maladie a mis l accent sur la dématérialisation des feuilles de soins et des échanges avec les professionnels de santé en aboutissant à un taux de télétransmission de 84%. En terme de gestion électronique de documents (GED), DIADEME n a pas totalement atteint son stade de maturité. En comparaison avec la branche Famille, les échanges avec les autres administrations ont été développés plus récemment. La branche Famille est très mature sur le développement de la GED, qui couvre la quasitotalité des prestations et une partie de l action sociale. Elle est également très avancée sur l intégration de données issues de fichiers externes dans son propre système d information (SI) ou dans la couche présentation de ce SI. Mais elle a peut-être moins développé de services interactifs en raison notamment des particularités de la population de ses allocataires et des freins réglementaires. La branche Recouvrement est sans doute celle qui a le plus progressé dans la dématérialisation à la source des flux en provenance des entreprises. C est aussi la branche qui a le plus poussé la GED (via le workflow WATT ) comme un outil d accélération de bonnes pratiques d organisation et d homogénéisation des procédures. Cette branche poursuit sa démarche de dématérialisation des échanges de données avec les particuliers notamment pour la gestion des volets sociaux du CESU. La branche Retraite semble avoir un peu de retard par rapport aux autres branches en matière de gestion électronique des documents, mais c est peut-être parce qu elle a déjà très fortement progressé dans l unification du SI de collecte et de stockage des données sociales avec les autres institutions de retraite (GIP Info-Retraite, RNCPS ) et dans le développement d outils grand public sur Internet La convergence des modèles d organisation n est pas automatique Lorsque la dématérialisation est conduite avec des outils nationaux de branche (WATT, DIADEME ) elle ouvre la voie à des possibilités de mutualisation et d homogénéisation des traitements entre organismes. L utilisation d un même outil de numérisation avec des règles similaires d indexation et de présentation des documents permet à des téléconseillers au niveau de l accueil téléphonique d offrir le même service avec des informations complètes (issues des différents SI internes ou des partenaires et des documents numérisés). Ce niveau de service peut être assuré quelle que soit la localisation physique de l assuré ou du partenaire et quel que soit le lieu de numérisation (qui peut donc lui aussi être réalisé à l extérieur ou dans un lieu central proche Page 19 sur 59

20 de l arrivée du courrier). Cette mutualisation, que nous avons par exemple observée pour la Maladie dans les caisses de la région Centre, assure un bon niveau de service pour tous les assurés et permet également de réguler la charge entre différentes plateformes. Elle autorise également une spécialisation plus poussée pour certaines questions pointues. Au niveau de l accueil physique également, cette numérisation permet aux assurés d aller dans la caisse la plus proche et non dans celle dont ils dépendent administrativement. Cela permet également de conserver un lien, indépendamment des lieux de résidence, en particulier en cas de déménagement temporaire ou définitif, même si ces changements soulèvent encore certains problèmes en raison de différences de traitement entre caisses. Les exemples des différentes branches et notamment celle de la Famille montrent qu il n y a pas d effet mécanique des applications sur les formes d organisation ou de spécialisation pour la liquidation des prestations. Les CAF de Nanterre et d Arras ont effectué des choix diamétralement opposés : externalisation poussée pour l une, internalisation complète de toutes les fonctions pour l autre. Les systèmes de GED sont d excellents outils pour les deux caisses. Le cas de la branche Recouvrement montre à l inverse comment ces mêmes outils peuvent faciliter la définition de bonnes pratiques et la mise en place de modes d organisation plus homogènes d un organisme à l autre. Car une fois cette organisation cible définie, son déploiement devient plus facile. Un effet indirect de ces outils est aussi qu ils favorisent des organisations différentes, qui peuvent être plus «dépersonnalisées» dans le traitement des dossiers : affecter un groupe d assurés à un binôme ou à une petite équipe a moins de sens si l on dispose d outils sophistiqués de pilotage et d un suivi précis de l ensemble des interactions entre les organismes et les assurés (y compris les échanges téléphoniques ou e mails). Les branches se rapprochent de fait des organisations du secteur bancaire ou des assurances avec une spécialisation des équipes par canal de communication et des lieux de traitement qui peuvent varier en fonction de la nature du dossier traité et de la charge de travail des différentes équipes Un recours limité à la sous-traitance : exemple de la position de l Acoss On constate un recours à l externalisation pour la saisie des volets sociaux au CNCESU et à l Urssaf Paris pour une partie de la pointe trimestrielle. Pour la Déclaration Unique d Embauche (DUE), l externalisation fait appel à des services du travail protégé. Cette sous-traitance reste limitée. En effet, pour la direction de l Acoss, le traitement des chèques fait encore partie du cœur de métier (car il répond à l enjeu d encaisser le plus vite possible) et il n y a donc pas de choix d externalisation comme avait pu le faire l UNEDIC. Il pourrait sortir du cœur de métier si le paiement par chèques devenait marginal ce qui n est pas le cas avec l interlocuteur social unique (ISU), le taux de paiement par chèque est remonté. La branche Recouvrement fait aussi le constat que l externalisation fonctionne bien pour les saisies simples mais le service est rarement bon pour les documents complexes par exemple avec des bordereaux récapitulatifs de cotisations (BRC) mal saisis. De plus, la règle de choix du moins disant peut conduire à une forte dégradation du service si le prestataire n est pas en mesure d effectuer correctement le service demandé. La position reste néanmoins assez ouverte sur le recours à l externalisation. Page 20 sur 59

ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE ETUDE DES IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Rapport Phase 2 Impact métiers : analyse qualitative

Plus en détail

IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE IMPACTS DE LA DEMATERIALISATION DES DONNEES ET DES ECHANGES SUR LES METIERS ET LES COMPETENCES AU SEIN DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE Diagnostic approfondi Rapport intermédiaire Auteurs : Philippe

Plus en détail

Le service public de Sécurité sociale

Le service public de Sécurité sociale Direction de la Sécurité sociale Le service public de Sécurité sociale Zoom sur les conventions d objectifs et de gestion 1 à l heure où la Sécurité sociale, comme l ensemble des acteurs publics, doit

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage

Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015. Allianz Courtage Déclaration Sociale Nominative (DSN) 11/05/2015 Allianz Courtage Sommaire 1. La Déclaration Sociale Nominative (DSN) : présentation 2. Les pré requis à mettre en place par l entreprise pour télétransmettre

Plus en détail

FICHe nouveautés LIgNE PME JanVIeR 2015 www.ebp.com

FICHe nouveautés LIgNE PME JanVIeR 2015 www.ebp.com FICHE NOUVEAUTés Ligne PME JANVIER 2015 www.ebp.com SOMMAIRE Contexte légal DSN La Déclaration Sociale Nominative... 2 0Les grands principes... 2 0Calendrier légal... 2 0Phase intermédiaire... 3 0Anticiper

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions. ERP reflex-erp.com

Plus en détail

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE

LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE DOSSIER DE PRESSE LA DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE mars 2015 CONTACTS PRESSE GIP-MDS / net-entreprises.fr Céline Tinot 01 58 10 47 05 celine.tinot@gip-mds.fr Agence Wellcom Sandra Ciavarella & Gaëlle

Plus en détail

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie

La Sécurité sociale en Gironde. collaborateurs. accompagnent les Girondins tout au long de leur vie La Sécurité sociale 4 049 collaborateurs accompagnent les Girondins tout au long de leur vie Connaître la Sécurité sociale La Sécurité sociale est le service public qui protège chacun contre les risques

Plus en détail

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos

Deuxième partie : Objectifs résultats et moyens du dernier exercice clos Deuxième partie : résultats et moyens du dernier exercice clos La présentation des résultats du dernier exercice clos et des objectifs pour les années à venir est structurée autour de deux grands objectifs

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss 2014S é c u r i t é s o c i a l e Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - plfss ANNEXE 2 Objectifs et moyens des organismes de sécurité sociale www.economie.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr

Plus en détail

Moyens de déclaration

Moyens de déclaration Moyens de déclaration Obligation de déclaration et de paiement par voie dématérialisée L obligation de payer exclusivement par virement bancaire : Les entreprises ou établissements d'une même entreprise,

Plus en détail

Sage Suite RH Le logiciel de paie moderne qui valorise votre meilleur atout : le capital humain.

Sage Suite RH Le logiciel de paie moderne qui valorise votre meilleur atout : le capital humain. Fiche produit Sage Suite RH Le logiciel de paie moderne qui valorise votre meilleur atout : le capital humain. Optez pour une gestion optimisée de la Paie et des Ressources Humaines Les données conjoncturelles

Plus en détail

ÉDITO. Je suis heureux de vous présenter la quatrième édition du baromètre SDDS.

ÉDITO. Je suis heureux de vous présenter la quatrième édition du baromètre SDDS. ÉDITO Je suis heureux de vous présenter la quatrième édition du baromètre SDDS. Fondée en 2005, notre association a promu la dématérialisation pour sécuriser et automatiser les déclarations et mis en avant

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement

1.1 Généralités DUCTION. www.vademecum-urssaf.com. Maladie accident du travail Caisse nationale. Vieillesse Famille Recouvrement 1. I n t r o d u c t i o n 1. INTRO- 1.1 Généralités 1.1.1 L organisation générale de la Sécurité sociale Le régime général de Sécurité sociale 1 est le plus important des régimes de Sécurité sociale :

Plus en détail

centre de santé : vos relations avec la camieg

centre de santé : vos relations avec la camieg centre de santé : vos relations avec la camieg Juillet 2013 Caisse d Assurance Maladie des Industries électriques et Gazières camieg.fr Quelle est la spécificité des assurés de la Camieg? Comment faire

Plus en détail

Convention d objectifs et de gestion. 2014-2017 Etat-Acoss

Convention d objectifs et de gestion. 2014-2017 Etat-Acoss Convention d objectifs et de gestion 2014-2017 Etat-Acoss 1 Cette convention d objectifs et de gestion a été signée le 28 juillet 2014 par : Michel SAPIN, Ministre des Finances et des Comptes publics

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite

L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite L offre IRP AUTO partenaire des Écoles de conduite www.irp-auto.com IRP AUTO Qui sommes-nous? Nos métiers IRP AUTO, est le groupe de protection sociale des professionnels de l automobile. Il regroupe des

Plus en détail

Matinale du 5 Février 2015. Vous présente LA DSN

Matinale du 5 Février 2015. Vous présente LA DSN Matinale du 5 Février 2015 Vous présente LA DSN Benoit.coutouly@groupeadinfo.com Le Partenaire du Développement Informatique des Entreprises du Grand Ouest Le Groupe ADINFO, prestataire de services informatiques,

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Yourcegid Secteur Public Ressources Humaines : une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. RH - C@rrus

Yourcegid Secteur Public Ressources Humaines : une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique. RH - C@rrus Yourcegid Secteur Public Ressources Humaines : une réponse globale aux nouveaux enjeux de la fonction publique RH - C@rrus Parce que votre organisation est unique, parce que vos besoins sont propres à

Plus en détail

Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé. STEP : Un projet, deux ambitions

Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé. STEP : Un projet, deux ambitions Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé STEP : Un projet, deux ambitions STEP, un projet, deux ambitions Des activités innovantes au service des entreprises

Plus en détail

Sage Paie & RH. Une offre parfaitement adaptée à votre entreprise

Sage Paie & RH. Une offre parfaitement adaptée à votre entreprise & RH Une offre parfaitement adaptée à votre entreprise Pour les Petites et Moyennes Entreprises 1 & RH : le bulletin de confiance La volonté des PME françaises d optimiser leur application de gestion de

Plus en détail

Base d argumentaire experts-comptables

Base d argumentaire experts-comptables Document interne à l Atelier Communication Version 1.0 Document validé Base d argumentaire experts-comptables Argumentaire THETIS experts_v1.0.doc Page 1 sur 8 12/09/03 Sommaire 1 Objet. 3 2 Qu est ce

Plus en détail

DESCRIPTION DU SERVICE

DESCRIPTION DU SERVICE ANNEXE 1 : DESCRIPTION DU SERVICE INTRODUCTION : Le portail jedeclare.com, créé par la profession des experts comptables, permet aux cabinets, aux OGA et aux entreprises de remplir leurs obligations de

Plus en détail

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives

Le projet Chorus a été conçu pour doter. Chorus : résultats et perspectives Danièle LAJOUMARD Inspecteur Général des Finances Chorus : résultats et perspectives Le projet Chorus destiné à permettre la mise en œuvre intégrale de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF)

Plus en détail

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC)

Copyright Agirc-Arrco Mars 2012. 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) 2 QUESTIONS pour comprendre le Système d Information Retraite Complémentaire (SI-RC) SOMMAIRE (1/3) ENJEUX DE L INFORMATIQUE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE 1. Depuis quand un programme de convergence informatique

Plus en détail

La DSN, une réalité Et une obligation intermédiaire anticipée

La DSN, une réalité Et une obligation intermédiaire anticipée La DSN, une réalité Et une obligation intermédiaire anticipée La DSN, Déclaration sociale nominative Définition La DSN est la Déclaration Sociale Nominative visant en 2016 à remplacer l ensemble des déclarations

Plus en détail

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement

La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement La dématérialisation des échanges et des moyens de paiement Réunions Inter-cantonales en partenariat avec l AMF, Association des Maires de France. DDFiP du Cantal Mars 2012 1 1- La dématérialisation 2

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité

Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité Christine CLIPET responsable marketing de jedeclare.com Bonjour Christine CLIPET, pouvez-vous présenter rapidement JeDeclare.com ainsi que votre fonction?

Plus en détail

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance

Sage 100. pour le BTP. Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Sage 100 pour le BTP Faites de votre gestion un levier de croissance Gagner des parts de marché, optimiser ses investissements, sécuriser

Plus en détail

www.digitech-sa.ch PRESENTATION 2009 L'ingénierie Documentaire

www.digitech-sa.ch PRESENTATION 2009 L'ingénierie Documentaire PRESENTATION 2009 L'ingénierie Documentaire 1 Historique 1992 Création de Digitech France 1993 Création de Digitech Suisse 1999 Rachat de la société DOC PLUS 2000 Rachat du département AIRS (gestion documentaire)

Plus en détail

Newsletter Édition spéciale Salon des Maires et des Collectivités Locales intercommunalité au cœur des enjeux territoriaux

Newsletter Édition spéciale Salon des Maires et des Collectivités Locales intercommunalité au cœur des enjeux territoriaux La Newsletter 100% collectivités locales Édition spéciale Salon des Maires et des Collectivités Locales intercommunalité au cœur des enjeux territoriaux Fusion, mutualisation, décentralisation, autant

Plus en détail

Sage Suite RH Optez pour une gestion optimisée de votre paie et de vos RH

Sage Suite RH Optez pour une gestion optimisée de votre paie et de vos RH Fiche produit Sage Suite RH Optez pour une gestion optimisée de votre paie et de vos RH Les données conjoncturelles ont modifié la donne sur le marché «Paie et RH». Les besoins des Directions des Ressources

Plus en détail

DOCSaaS Cloud Computing Solutions

DOCSaaS Cloud Computing Solutions DOCSaaS Cloud Computing Solutions LA Plateforme Multiservices Documentaires spécialisée dans le document d entreprise www.docsaas.fr Gagnez en sérénité Mettez du «SMART» dans votre gestion documentaire.

Plus en détail

Impôts 2014. impots.gouv.fr. Les services en ligne de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) pour les particuliers

Impôts 2014. impots.gouv.fr. Les services en ligne de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) pour les particuliers Impôts 2014 impots.gouv.fr Les services en ligne de la direction générale des Finances publiques (DGFiP) pour les particuliers Le site impots.gouv.fr est un site de la direction générale des Finances publiques

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

Solution pour les Banques

Solution pour les Banques Solution pour les Banques DÉFINITION La solution Bdoc Suite pour les banques de Business Document vous permet de traiter efficacement vos courriers clients : Offres de prêts personnalisées, Propositions

Plus en détail

INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DU DEPARTEMENT DU VAL DE MARNE

INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DU DEPARTEMENT DU VAL DE MARNE PROTOCOLE LOCAL D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DU DEPARTEMENT DU VAL DE MARNE Vu le code de la sécurité sociale, notamment

Plus en détail

Ciel. L offre Grands Comptes : une. à vos besoins

Ciel. L offre Grands Comptes : une. à vos besoins une Ciel L offre Grands Comptes : réponse adaptée à vos besoins Sommaire Ciel : une marque du groupe Sage... 3 Ciel : une marque du groupe Sage... 3 Sage en France... 3 Ciel en quelques chiffres... 3 Le

Plus en détail

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise

Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED. ImmoBiens. 1 - Description du projet de l entreprise Organisation d une simulation sur un prototype logiciel workflow et GED ImmoBiens 1 - Description du projet de l entreprise ImmoBiens est une société gestionnaire de biens immobiliers (location et entretien)

Plus en détail

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS

Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Version 15 en date du 23 février 2015 Mandat de gestion relatif à la délégation des activités assurantielles maladie et AT/MP de la CANSSM à la CNAMTS Conclu entre La Caisse Nationale d Assurance Maladie

Plus en détail

6 rue de la Fosse Chènevière. ZA Derrière Moutier. 51390 Gueux. Tél. 03 26 77 19 20 Fax. 03 26 77 19 29. Sage Paie & RH V18. Contact : Cédric CZERNICH

6 rue de la Fosse Chènevière. ZA Derrière Moutier. 51390 Gueux. Tél. 03 26 77 19 20 Fax. 03 26 77 19 29. Sage Paie & RH V18. Contact : Cédric CZERNICH 6 rue de la Fosse Chènevière ZA Derrière Moutier 51390 Gueux Tél. 03 26 77 19 20 Fax. 03 26 77 19 29 Sage Paie & RH V18 Contact : Cédric CZERNICH Sage présente aujourd hui ses nouvelles versions de Paie,

Plus en détail

SDSI. Schéma directeur. des systèmes d information du Recouvrement. Volet stratégique

SDSI. Schéma directeur. des systèmes d information du Recouvrement. Volet stratégique SDSI 2010 2013 Schéma directeur des systèmes d information du Recouvrement Volet stratégique 2 PRÉAMBULE L élaboration du Schéma Directeur des Systèmes d Infor - mation (SDSI) a été menée tout au long

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS

PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS Version signature 14.04.2011 PROTOCOLE D ACCORD DE DEMATERIALISATION DES ORDONNANCES SUR cd-rom DISPOSITIF INTERMEDIAIRE D EXPERIMENTATION SUR L ENSEMBLE DES DEPARTEMENTS Vu le code de la sécurité sociale,

Plus en détail

Découpage fonctionnel

Découpage fonctionnel Découpage fonctionnel Avec, assurez en toute sérénité la gestion de votre paie tout en répondant aux obligations légales. Pour aller encore plus loin, cette solution vous guide dans vos prises de décisions

Plus en détail

La facture dématérialisée mes premiers pas...

La facture dématérialisée mes premiers pas... La facture dématérialisée mes premiers pas... liste des annonceurs sommaire @gp... page 16 Agena 3000... page 18 Atos worldline... page 12 Edicot... page 6 Gexedi... page 8 Seres... page 20 Les annonceurs

Plus en détail

technique : jedeclare.com s occupe de tout.

technique : jedeclare.com s occupe de tout. Édito Le mouvement est aujourd hui véritablement lancé pour faciliter via jedeclare.com, la dématérialisation des échanges de relevés bancaires et de liasses fiscales entre les cabinets d expertise comptable

Plus en détail

Supplément des cahiers de la Retraite Complémentaire N 4 / 2 e trimestre 2011 SI-RC. Les échanges dématérialisés avec les partenaires externes

Supplément des cahiers de la Retraite Complémentaire N 4 / 2 e trimestre 2011 SI-RC. Les échanges dématérialisés avec les partenaires externes Supplément des cahiers de la Retraite Complémentaire N 4 / 2 e trimestre 2011 SI-RC Les échanges dématérialisés avec les partenaires externes 2 / SWIFT (référentiel Bic et Iban) Identifiants des établissements

Plus en détail

Offre de gestion 2014. www.gestineo.com

Offre de gestion 2014. www.gestineo.com Offre de gestion 2014 www.gestineo.com PRÉSENTATION DE GESTINEO 2 OBJECTIF ET ATOUTS Gestineo est une société spécialisée dans la gestion pour compte de tiers de contrats Santé et Prévoyance collective

Plus en détail

Facturation électronique et dématérialisation fiscale

Facturation électronique et dématérialisation fiscale Facturation électronique et dématérialisation fiscale 6 mars 2006 Leader européen de la facturation électronique Plus de 400 000 factures traitées par mois 250 sociétés connectés ou en cours de connexion

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (rsa)

CONVENTION DE GESTION DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (rsa) CONVENTION DE GESTION DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (rsa) Accusé de réception Ministère de l intérieur Entre : Le Conseil général des Vosges, 8 rue de la Préfecture, 88000 EPINAL, représenté par le Président

Plus en détail

BAROMÈTRE 3 ÈME ÉDITION ÉDITO

BAROMÈTRE 3 ÈME ÉDITION ÉDITO BAROMÈTRE 3 ÈME ÉDITION ÉDITO Je suis heureux de vous présenter la troisième édition du baromètre SDDS. Fondée en 2005, notre association a promu la dématérialisation pour sécuriser et automatiser les

Plus en détail

La dématérialisation fiscale

La dématérialisation fiscale La dématérialisation fiscale Mondial Assistance met en place la facture électronique, ou dématérialisation fiscale. Ce document a pour objectif de vous présenter les normes qui encadrent un nouveau mode

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse 17 Avril 2013 La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse Jean Yves FOREL, directeur général, membre du directoire de BPCE en charge de la Banque commerciale

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Schéma directeur du système d information 2013-2017

Schéma directeur du système d information 2013-2017 Schéma directeur du système d information -2017 Schéma directeur du système d information -2017 «Savoir Décider Savoir Innover» Mai Sur le fondement des orientations stratégiques de la COG présenté à la

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT

COMMUNIQUE DE LANCEMENT COMMUNIQUE DE LANCEMENT Le descriptif des nouvelles fonctions par produits Ligne 30 & 100 (Cbase, SQL Server et Mac) - V15.50 (juin 2008) et V15.52 (mi juillet 2008) Sage Entreprise - Version 15.50 (juin

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france.

4 500 entreprises. 3 ème. 280 000 salariés gérés. collaborateurs. clientes. de bulletins produits par mois. partenaires. en france. Yourcegid RH Y2 1 Yourcegid Ressources Humaines Spécialiste des logiciels de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, Cegid répond aux exigences de l entreprise d aujourd hui, quel que soit le secteur

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

La dématérialisation des échanges bancaires SEPA. Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps?

La dématérialisation des échanges bancaires SEPA. Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps? La dématérialisation des échanges bancaires SEPA Normes et formats, Quels impacts dans les entreprises? Comment être prêt à temps? Juin 2013 Sommaire Prologue et son positionnement dans la dématérialisation

Plus en détail

Dématérialisation des factures du Secteur Public

Dématérialisation des factures du Secteur Public Dématérialisation des factures du Secteur Public Rencontre Editeurs de solutions informatiques à destination du secteur public local 16 mars 2015 Ordre du jour 1. Présentation d ensemble du projet CPP

Plus en détail

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP

L indispensable à la croissance de votre entreprise LE VRP MULTICARTE! Petit aujourd hui forcément grand demain CCVRP CCVRP 7 et 9 rue Frédérick-Lemaître 75971 PARIS CEDEX 20 Téléphone : 01 40 33 77 77 Télécopie : 01 47 97 75 44 Site : www.ccvrp.com Mail : accueil@ccvrp.com Petit aujourd hui forcément grand demain Organisme

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

ANNEXE 2 OBJECTIFS ET MOYENS DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE

ANNEXE 2 OBJECTIFS ET MOYENS DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE ANNEXE 2 OBJECTIFS ET MOYENS DES ORGANISMES DE SECURITE SOCIALE PLFSS 2015 Sommaire PLFSS 2015 - Annexe 2 1. Offrir un service public de qualité... 7 1.1. Améliorer la satisfaction des usagers dans une

Plus en détail

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS

RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS 77 RECAPITULATIF DES PROPOSITIONS PROPOSITIONS THEMATIQUES LOGEMENT 1. Mieux faire connaître aux personnes propriétaires de leur logement en France et s établissant temporairement à l étranger : 1 les

Plus en détail

Communiqué de lancement SAGE Paie & RH Génération i7

Communiqué de lancement SAGE Paie & RH Génération i7 Communiqué de lancement SAGE Paie & RH Génération i7 1 Sommaire Communiqué de lancement Introduction... 3 Les ambitions de Sage paie & RH Génération i7... 4 La stratégie...4 Sage Paie & RH Génération i7...6

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Le créateur d entreprise

Le créateur d entreprise Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 1 Guide entreprises avril 2014 Le créateur d entreprise Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères...

Plus en détail

Projet ROC Réunion de lancement des groupes de travail Présentation du projet aux établissements de santé

Projet ROC Réunion de lancement des groupes de travail Présentation du projet aux établissements de santé Programme SIMPHONIE Projet ROC Réunion de lancement des groupes de travail Présentation du projet aux établissements de santé Lundi 2 Février 2015 Version 0 Sommaire A. Contexte, objectif, enjeux B. Déclinaison

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Le référentiel Marianne une garantie de qualité

Le référentiel Marianne une garantie de qualité MARS 2010 Le référentiel Marianne une garantie de qualité à l initiative d Eric Woerth, les services de l état disposent depuis la fin de l année 2007 d un standard commun de qualité de l accueil du public

Plus en détail

SOMMAIRE. Page 2 sur 26

SOMMAIRE. Page 2 sur 26 Fiche FOCUS Les téléprocédures Effectuer une demande d adhésion (en 3 étapes) et Déclarer les comptes bancaires (en une étape) Page 1 sur 26 Les téléprocédures Fiche FOCUS : Effectuer une demande d adhésion

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT LA GESTION DE LA RELATION CLIENT 1 Présentation de Logial 2 Organigramme 3 La Gestion de la Relation Client 1 Présentation de Logial OPH créé en 1921, soumis à la comptabilité de commerce depuis sa transformation

Plus en détail

C est parti La PRC : de la théorie à la pratique

C est parti La PRC : de la théorie à la pratique C est parti La PRC : de la théorie à la pratique DOSSIER Sommaire du dossier C est parti : La PRC, de la théorie à la pratique 12 Questions à Gaëtan Frocrain, chef de projet PRC au GIE Agirc-Arrco 14 De

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien

entreprises certificat électronique Comptes bancaires au quotidien entreprises Comptes bancaires au quotidien certificat électronique Évoluez dans un environnement sécurisé et accédez aux téléprocédures de l Administration entreprises.societegenerale.fr On est là pour

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

Bonnes pratiques en sécurité sociale

Bonnes pratiques en sécurité sociale Bonne pratique implémentée depuis: 2008 Bonnes pratiques en sécurité sociale Standard d Interopérabilité des Organismes de la Protection Sociale (INTEROPS) Une pratique des Organismes de la Protection

Plus en détail

Facturation électronique et dématérialisation fiscale

Facturation électronique et dématérialisation fiscale Facturation électronique et dématérialisation fiscale 16 mars 2006 Leader européen de la facturation électronique Plus de 400 000 factures traitées par mois 250 sociétés connectés ou en cours de connexion

Plus en détail

1. net-entreprises.fr en bref... p. 3. 2. Un service proposé par le GIP Modernisation des déclarations sociales... p. 4

1. net-entreprises.fr en bref... p. 3. 2. Un service proposé par le GIP Modernisation des déclarations sociales... p. 4 Sommaire 1. net-entreprises.fr en bref... p. 3 2. Un service proposé par le GIP Modernisation des déclarations sociales... p. 4 3. Une référence en matière d administration électronique et de simplification

Plus en détail

La protection sociale du créateur d entreprised

La protection sociale du créateur d entreprised La protection sociale du créateur d entreprised Une initiative conjointe du RSI et de l Urssafl Janvier 2014 version b Sommaire La protection sociale en France 1/ Formes d entreprise et statuts juridiques

Plus en détail

1. net-entreprises.fr en bref... p. 3. 2. Un service proposé par le GIP Modernisation des déclarations sociales... p. 4

1. net-entreprises.fr en bref... p. 3. 2. Un service proposé par le GIP Modernisation des déclarations sociales... p. 4 Sommaire 1. net-entreprises.fr en bref... p. 3 2. Un service proposé par le GIP Modernisation des déclarations sociales... p. 4 3. Une référence en matière d administration électronique et de simplification

Plus en détail

La valeur ajoutée de votre information. Catalogue Solutions

La valeur ajoutée de votre information. Catalogue Solutions La valeur ajoutée de votre information Catalogue Solutions Open Bee : la valeur ajoutée de votre information Situé au coeur du bassin annécien, Open Bee est un éditeur français disposant d une expérience

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Manuel de Formation. Apisanté Infirmière. Formation Apisanté Document de Formation. Télévitale Formation Apisanté Infirmier 1 / 20

Manuel de Formation. Apisanté Infirmière. Formation Apisanté Document de Formation. Télévitale Formation Apisanté Infirmier 1 / 20 Manuel de Formation Apisanté Infirmière Télévitale Formation Apisanté Infirmier 1 / 20 Formation Apisanté Document de Formation Sommaire Introduction et rappel des notions...3 Dossier patient, pointage

Plus en détail

Hesperi@ Newsletter Eté 2011. i n f o r m a t i q u e. Actualités Hesperia. 1) Petite escapade champêtre

Hesperi@ Newsletter Eté 2011. i n f o r m a t i q u e. Actualités Hesperia. 1) Petite escapade champêtre Hesperi@ i n f o r m a t i q u e Newsletter Eté 2011 Actualités Hesperia 1) Petite escapade champêtre Nous souhaitions pour débuter cette nouvelle Newsletter vous faire partager un moment de détente que

Plus en détail

La gouvernance. Président national Régime Social des Indépendants

La gouvernance. Président national Régime Social des Indépendants La gouvernance Gérard QUEVILLON Président national Régime Social des Indépendants FRANCE Le processus de prise de décision Dominique LIGER Directeur Général Régime Social des Indépendants FRANCE Système

Plus en détail

L activité de la branche Retraite Point presse 21 mai 2015

L activité de la branche Retraite Point presse 21 mai 2015 L activité de la branche Retraite Point presse 21 mai 2015 Contacts presse Frédérique Garlaud - 06 29 70 20 21 Virginie Rault - 06 82 30 00 32 Philippe Bainville 06 82 30 25 63 presse@cnav.fr @Cnav_actu

Plus en détail