IMPOT DES SOCIETES. G. CHAINIAUX Réviseur d'entreprises. JP RIQUET Conseil juridique et fiscal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPOT DES SOCIETES. G. CHAINIAUX Réviseur d'entreprises. JP RIQUET Conseil juridique et fiscal"

Transcription

1 IMPOT DES SOCIETES 2012 G. CHAINIAUX Réviseur d'entreprises JP RIQUET Conseil juridique et fiscal

2 S O M M A I R E Chapitre 1. Généralités 1.1. Assujettis à l'impôt des sociétés Non assujettis à l'impôt des sociétés Activités autorisées Sociétés à finalité sociale Revenus soumis à l'impôt des sociétés Chapitre 2. Bénéfices réserves 2.1. Bénéfices réserves imposables Bénéfices réserves immunisés Chapitre 3. Dépenses non admises 3.1. Impôts non déductibles Impôts, taxes et rétributions régionaux Amendes Pensions et cotisations pour pensions non déductibles Frais de voitures non déductibles Frais de réception et de cadeaux d'affaires non déductibles Frais de restaurant Frais de vêtements professionnels non spécifiques Intérêts exagérés Intérêts versés par des sociétés sous capitalisées Avantages anormaux ou bénévoles Avantages sociaux Libéralités Réductions de valeur et moins-values sur actions et parts Reprises d'immunités antérieures Participation des travailleurs Indemnités pour coupon manquant Frais des œuvres audiovisuelles agréées, Tax-shelter Primes, subsides en capital et en intérêts régionaux Paiements non déductibles vers certains états Autres dépenses non admises Chapitre 4. Dividendes distribués 4.1. Dividendes ordinaires Intérêts des avances des associés et administrateurs Acquisition d'actions propres Décès, démission ou exclusion d'un associé Partage total de l'avoir social Chapitre 5. Détails des bénéfices 5.1. Résultat imposable Résultat des activités de la navigation maritime Eléments imposables sans possibilité de déduction fiscale Chapitre 6. Déductions fiscales 6.1. Ventilation des bénéfices suivant leur provenance Déduction des bénéfices exonérés par convention et des éléments non imposables Déduction des revenus définitivement taxés et des revenus mobiliers exonérés Déduction pour revenus de brevets Déduction pour capital à risque Déduction des pertes antérieures Déduction pour investissements Chapitre 7. Taux d imposition 7.1. Taux de base Taux de base réduit Taux réduits d imposition Cotisations spéciales Crédit d impôt pour recherche et développement

3 NOTE PRELIMINAIRE Le présent syllabus reprend la législation en vigueur pour l exercice d imposition Toutefois, des adaptations sont introduites dans le cours pour tenir compte des modifications - déjà connues et qui concernent l exercice d imposition

4 CHAPITRE 1. GENERALITES 1.1. ASSUJETTIS A L'IMPOT DES SOCIETES (Art 179 et 2 CIR) Est assujetti à l'impôt des Sociétés, toute société, association, établissement, ou organisme quelconque régulièrement constitué : - qui possède la personnalité juridique; - qui a son domicile fiscal établi en Belgique; - qui se livre à une exploitation ou à des opérations de caractère lucratif ; - et qui n est pas exclu du champ d application de l Impôt des Sociétés. Une société est constituée : - soit par un contrat au terme duquel deux ou plusieurs personnes mettent quelque chose en commun, pour exercer une ou plusieurs activités déterminées et dans le but de procurer aux associés un bénéfice patrimonial direct ou indirect ; - soit, dans les cas prévus par la loi, par un acte juridique d affectation de biens émanant de la volonté d une seule personne. Personnalité juridique La société est une personne morale. L'attribution de la personnalité juridique entraîne l'existence : - d'un patrimoine distinct de celui des associés; - d'un domicile; - d'une dénomination ou raison sociale particulière; - d'un droit d'acquérir, contracter, ester en justice. Pour être assujetti à l'impôt des sociétés, il est indifférent que la personnalité juridique résulte du droit privé ou public, belge ou étranger. 4

5 En vertu de l article 29 (CIR 92), sont censés ne pas avoir la personnalité juridique : - les sociétés commerciales irrégulièrement constituées ; - les sociétés agricoles (sauf celles qui ont opté pour l assujettissement à l I.Soc.) ; - les groupements européens d intérêts économiques ; - les groupements d intérêts économiques ; - les associations des co-propriétaires qui possèdent la personnalité juridique en vertu de l article er (code civil) ; - les groupements forestiers (sociétés civiles). Les bénéfices ou profits réalisés par de tels organismes seront taxés directement dans le chef de leurs associés ou membres. Ne seront pas également soumises à l I. Soc. : - les associations momentanées et les associations à participations ; - les associations de fait. Domicile fiscal établi en Belgique Le domicile fiscal d'une société est lié à son principal établissement. En règle générale, ce domicile sera le siège social de la société. Si ce siège n'était qu'une simple boîte aux lettres, le domicile serait fixé au lieu à partir duquel s'exercent, la direction, l'administration et le contrôle des activités de la société. Exploitation ou opérations de caractère lucratif Pour être assujetti à l'i. SOC, l'association doit poursuivre un but de lucre. Les associations qui ne poursuivent pas de but lucratif (ex. ASBL) ne sont donc pas soumises à l'i. SOC. Cette troisième condition s'apprécie par les faits et se trouve remplie quand une personne morale se livre: - à l'exploitation d'une entreprise industrielle, commerciale ou agricole; - à des opérations de nature industrielle, commerciale ou agricole. 5

6 Seront donc soumis à l'i. SOC : - les sociétés commerciales (SA, SPRL, SC, SNC...); - les sociétés civiles ayant emprunté une forme commerciale; - les organismes publics n'ayant pas adopté une forme commerciale mais qui sont autorisés par la loi à exercer des activités commerciales (R.V.A...); - les autres sociétés constituées en Belgique sous une autre forme mais qui remplissent les conditions d'assujettissement (ex. fausses ASBL); - les sociétés constituées à l'étranger et qui possèdent la personnalité juridique suivant cette législation et qui : ont en Belgique leur principal établissement ou leur siège de direction; se livrent à une exploitation ou à des opérations de caractère lucratif (en Belgique ou à l'étranger); - les caisses d'épargne communales (Art. 124 lois communales). Il est à noter que la succursale belge d'une société étrangère sera, elle, soumise à l'impôt des Non Résidents. 6

7 1.2. NON ASSUJETTIS A L'IMPOT DES SOCIETES Certaines sociétés sont inconditionnellement exclues de l'impôt des sociétés. Il s'agit de (Art. 180 CIR 92) : - Intercommunales régies par la loi du ; - La «Waterwegen en Zeekanaal N.V.», la S.A. «De Scheepsvaart», la SCRL Port autonome du Centre et de l Ouest, la compagnie des installations maritimes de Bruges, le port de Bruxelles, les ports autonomes de Liège, Charleroi et Namur, les régies portuaires communales autonomes d'anvers, d'ostende et de Gand ; - L'Office National du Ducroire; - La Compagnie belge pour le Financement de l'industrie ; - Le Fonds de Participation; - La Société régionale wallonne de transport public de personnes et les sociétés d'exploitation qui lui sont liées; - La Société des transports flamands et les unités d'exploitation autonomes existant en son sein; - La Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles; - Les sociétés d'épuration des eaux régies par la loi du 26 mars 1971 ; - La société de droit public à finalité sociale coopération technique belge ; - La société de droit public Infrabel. 7

8 D'autres groupements et associations ne sont pas soumis à l'impôt des sociétés du fait de leur activité (Art. 181 CIR). Il s'agit des ASBL et autres personnes morales qui ne poursuivent pas un but lucratif et : 1 qui ont pour objet exclusif ou principal l'étude, la protection et le développement des intérêts professionnels ou interprofessionnels de leurs membres (ex. unions professionnelles); 2 qui constituent le prolongement ou l'émanation de personnes morales visées cidessus (1 ) lorsqu'elles ont pour objet exclusif ou principal, soit d'accomplir, au nom et pour compte de leurs affiliés, tout ou partie des obligations ou formalités imposées à ceux-ci en raison de l'occupation de personnel ou en exécution de la législation fiscale ou sociale, soit d'aider leurs affiliés dans l'accomplissement de ces obligations ou formalités (ex. secrétariat social, service interentreprises de médecine du travail...); 3 qui, en application de la législation sociale, sont chargées de recueillir, de centraliser, de capitaliser et de distribuer les fonds destinés à l'octroi des avantages prévus par cette législation (ex. Caisses d'assurances Sociales des Travailleurs Indépendants...); 4 qui ont pour objet exclusif ou principal de dispenser ou de soutenir l'enseignement (ex. pouvoir organisateur); 5 qui ont pour objet exclusif ou principal d'organiser des foires ou expositions; 6 qui sont agréées en qualité de service d'aide aux familles et aux personnes âgées par les organes compétents des communautés (ex. Services d'aides Familiales...); 7 qui sont agréées (ou qui le seraient si elles en faisaient la demande) pour recevoir des dons qui seront immunisés d'impôt chez les donateurs en qualité d'institution de recherche scientifique, d'institution venant en aide aux déshérités ou aux pays en voie de développement ou encore en qualité d'institution culturelle. 8 qui exercent exclusivement une activité de certification au sens de la loi du 15 juillet 1998 relative à la certification des titres émis par des sociétés commerciales. 8

9 1.3. ACTIVITES AUTORISEES (Art. 182 CIR) Les associations et personnes morales qui ne poursuivent pas de but de lucre ne sont pas soumises à l'impôt des sociétés pour : - les opérations isolées ou exceptionnelles; - les opérations qui consistent dans le placement des fonds récoltés dans l'exercice de leur mission statutaire; - les opérations qui constituent une activité ne comportant qu'accessoirement des opérations industrielles, commerciales ou agricoles ou ne mettant pas en œuvre des méthodes industrielles ou commerciales. Ces activités ne sont donc pas considérées comme des opérations de caractère lucratif, dans leur chef SOCIETES A FINALITE SOCIALE Il n existe aucune disposition spécifique concernant le régime fiscal des sociétés à finalité sociale. Seul un avis a été publié par le Ministère des Finances (M.B. du 13/7/1996). Les sociétés à finalité sociale seront assujetties, à priori, à l impôt des sociétés. Ce sera certainement le cas, dès que la distribution d un dividende, aussi minime soit-il, n est pas interdite statutairement. Toutefois, par application des articles 179, 181 et 182 (CIR), les SFS pourraient être exclues du champ d application de l I. Soc (et donc être soumises à l IPM) si elles respectent les conditions suivantes : a) soit, ne pas poursuivre de but lucratif et donc que leurs statuts prévoient notamment l impossibilité de distribuer un dividende aussi limité soit-il ou de procurer, directement ou indirectement, à ses actionnaires, un gain matériel immédiat ou différé. b) soit, limiter leurs activités à ce qui est prévu aux articles 181 et 182 (CIR 92) (cfr ci-dessus). 9

10 1.5. REVENUS SOUMIS A L'IMPOT DES SOCIETES Tous les revenus réalisés par une société sont considérés comme des revenus professionnels. A la différence de l'impôt des Personnes Physiques, il n'est pas fait la distinction entre revenus immobiliers, mobiliers, professionnels ou divers. L'ensemble des revenus de la société (immobiliers, mobiliers, professionnels et divers) diminués des charges y afférentes constitue le résultat comptable de la société quelle que soit l'origine (belge ou étrangère) de ces revenus. En principe, le droit fiscal suit le droit comptable. Le bénéfice comptable, tel qu'issu des comptes annuels, constitue ainsi la base de départ pour déterminer le bénéfice fiscal. Ce bénéfice sera affecté par l'assemblée générale. Il sera : - soit distribué; - soit laissé en réserve. Le bénéfice imposable à l'impôt des sociétés est constitué des éléments suivants : - le bénéfice réservé. Il s'agit du bénéfice conservé dans la société; - les dépenses non admises par le fisc; - le bénéfice distribué, à l'exclusion des gratifications. De la somme de ces trois éléments, les sociétés auront la possibilité d'effectuer certaines déductions fiscales (RDT, libéralités immunisées, exonérations provenant des conventions internationales, intérêts notionnels,...). Le résultat net constitue la base imposable. Les pertes fiscales antérieures sont récupérées sur les bénéfices des exercices futurs. La période imposable correspond à la durée de l'exercice comptable. Dans certaines circonstances (premier exercice d'activité, modification de la date de clôture de l'exercice...) cette période peut être supérieure ou inférieure à 12 mois. L'exercice d'imposition est déterminé par le millésime de l'année du jour qui suit la date de clôture de l'exercice comptable. Exemple : clôture au Exercice d'imposition Exercice d'imposition 2012 La détermination du revenu imposable des sociétés sera étudiée en suivant les rubriques de la déclaration fiscale. 10

11 CHAPITRE 2. BENEFICES RESERVES Les bénéfices sont ceux qui sont maintenus dans la société. Le premier cadre de la déclaration fiscale reprend les bénéfices réservés imposables. Le deuxième cadre de la déclaration fiscale reprend les bénéfices réservés immunisés BENEFICES RESERVES IMPOSABLES Le premier cadre de la déclaration permet de calculer l'augmentation (ou la diminution) des réserves imposables de la société. Le résultat sera obtenu par différence entre la situation des réserves au début de l'exercice comptable et celle de fin de la période imposable. Ce premier cadre reprend toutes les réserves qui sont reprises au bilan et sont, en principe, taxables (réserve légale, réserves indisponibles, réserves disponibles, bénéfice reporté, provision imposable, autres réserves...). Il reprend également les réserves qui n'apparaissent pas comme telles au bilan mais qui sont considérées, fiscalement, comme des réserves occultes (réductions de valeur imposables, excédents d'amortissements, sous évaluations d'actif, surestimations du passif). Examinons quelques particularités. a) Réserves incorporées au capital Le capital fiscal comprend les apports en espèces ou en nature (taxés) qui ont été effectués à la société lors de sa constitution ou à l'occasion d'une augmentation de capital. Ce capital fiscal sera toujours remboursable aux actionnaires en exonération d'impôt. Pour les capitaux versés avant 1950, le capital fiscal pourra même être revalorisé suivant les coefficients prévus par le Code fiscal (Art. 2 par.6). Le capital comptable peut toutefois ne pas correspondre au capital fiscal. 11

12 En effet, des augmentations de capital peuvent avoir été réalisées par incorporation de réserves taxées ou immunisées ou encore par incorporation de plus-values de réévaluation. Ces divers éléments gardent leur nature fiscale et ne sont jamais considérés comme capital fiscal. Dans la déclaration, les réserves taxées incorporées au capital sont reprises dans le cadre traitant des bénéfices réservés imposables. b) Provisions Suivant la loi comptable, les provisions pour risques et charges ont pour objet de couvrir des charges nettement circonscrites quant à leur nature, mais qui, à la date de clôture de l'exercice, sont probables ou certaines mais indéterminées quant à leur montant. Ces provisions qui sont comptabilisées en classe 16 du plan comptable seront immunisées si les conditions suivantes sont respectées (Art. 24 A.R. Exéc. CIR). Elles doivent se rapporter à des charges : - qui sont normalement déductibles; - qui trouvent leur origine dans un événement survenu durant l'exercice comptable. Les provisions doivent également : - être comptabilisées, durant l'exercice de survenance de l'événement à l'origine de la charge, dans un ou plusieurs comptes distincts du bilan; - être justifiées au moyen d'un relevé spécial (204.3) annexé à la déclaration fiscale. Les provisions immunisées seront reprises dans le cadre des bénéfices réservés exonérés de la déclaration (ex : provision pour réparation matériel, pour garanties accordées aux clients, pour litige social, pour prépensions...). Les provisions taxables se renseignent dans le cadre des bénéfices réservés imposables. Une provision sera taxable si elle couvre une charge non déductible ou si elle ne respecte pas les conditions d'immunisation (ex : provision pour régularisation d'impôt, pour risques généraux...). 12

13 c) Réductions de valeur sur créances Tout bilan devant être établi avec prudence, les sociétés sont tenues d'acter des réductions de valeur sur les créances des clients présentant des risques d'insolvabilité. Les réductions de valeur ainsi actées viennent en déduction des créances commerciales dans le bilan (via le compte 409). Ces réductions de valeur peuvent être immunisées fiscalement si les conditions suivantes sont remplies (Art. 22 AR Exéc. CIR). Les pertes auxquelles ces réductions de valeur sont destinées à faire face doivent: - avoir le caractère de pertes professionnelles (condition toujours remplie dans le cas d'une société); - se rapporter uniquement à des créances commerciales non représentées par des obligations ou autres titres analogues, nominatifs ou au porteur. Il doit dès lors s'agir de créances qui résultent d'opérations liées à l'activité normale de l'entreprise ou, en d'autres termes, qui proviennent du crédit qu'une entreprise accorde à un client par suite de la livraison de biens ou de services ; - être nettement précisées quant à leur objet (c-à-d correspondre à une ou plusieurs créances douteuses). Il ne doit donc pas s agir d un risque général ; - et la probabilité de perte doit résulter de circonstances particulières survenues durant la période imposable (principe d annualité de l impôt). Les réductions de valeur actées ne seront admises fiscalement que si : - elles sont comptabilisées à la clôture de l'exercice comptable et apparaissent à un ou plusieurs comptes distincts du bilan; - elles sont justifiées par une annexe jointe à la déclaration fiscale. 13

14 Les réductions de valeur sur créances qui respectent les conditions énoncées ci-avant sont entièrement déductibles. Celles qui ne respectent pas les conditions de déductibilité seront considérées comme «réserves occultes» et seront, à ce titre, taxées et donc ajoutées dans le cadre des «bénéfices réservés imposables». Les réductions de valeur : - taxées (c'est-à-dire qui ne respectent pas les conditions d'immunisation) se reprennent dans le premier cadre de la déclaration ; - immunisées s'inscrivent dans le second cadre de la déclaration. d) Excédents d'amortissements Les excédents d'amortissements constituent la deuxième catégorie de réserves qualifiées d'occultes par le fisc. Ces excédents résultent de la différence entre l'amortissement comptable pratiqué et celui fiscalement admis. Cette situation se rencontre dans deux cas : - l'amortissement est calculé sur une valeur différente de celle d'investissement ou de revient des biens amortissables. Aussi, l'amortissement des plus-values de réévaluation n est pas déductible fiscalement. - le taux d'amortissement pratiqué n'est pas admis par l'administration fiscale qui estime ce taux trop rapide. d.1. Quotité imposable des plus-values de réévaluation Selon la loi comptable, les immobilisations corporelles et financières peuvent être réévaluées. Par contre, les immobilisations incorporelles ne peuvent, elles, faire l'objet de réévaluation. 14

15 Les plus-values de réévaluation (comptabilisées mais non réalisées) sur des immobilisations ne sont pas taxées à condition qu'elles soient maintenues à un compte distinct du passif (dans la rubrique "Plus-values de réévaluation"). La loi comptable oblige les entreprises à calculer les amortissements - sur les immobilisations incorporelles et corporelles; - sur la valeur comptable de ces actifs, comprenant aussi les plus-values de réévaluation éventuellement actées. La partie de l'amortissement calculée sur une plus-value de réévaluation n'est pas admise fiscalement (puisque cette plus-value n'a pas été taxée). L'amortissement n'est, en effet, considéré comme une charge professionnelle que dans la mesure où il est basé sur la valeur d'investissement ou de revient du bien (Art. 61 CIR). L'amortissement acté sur une plus-value de réévaluation est rejeté dans la déclaration fiscale. Il constitue un excédent d'amortissement qui doit être repris parmi les réserves taxées dans de la déclaration. Le principe du maintien de la plus-value de réévaluation dans un compte distinct du passif comporte trois exceptions. Les plus-values peuvent être : - transférées à une réserve à concurrence du montant des amortissements actés sur les plus-values; - incorporées au capital; - annulées à concurrence du montant non encore amorti de la plus-value, en cas de moins-value ultérieure. d.2. Excédents de taux d'amortissements Dans certaines situations, l'amortissement comptabilisé peut être supérieur à l'amortissement déductible fiscalement. L'excédent d'amortissement est taxé comme réserve à concurrence de la différence entre l'amortissement comptable et l'amortissement fiscalement admis. Cet excédent est détaxé à partir du moment où l'amortissement comptable est inférieur à celui fiscalement admis. 15

16 Cette différence provient d'un taux trop rapide non admis par l'administration fiscale. Soit parce que le taux ne correspond pas aux usages habituels (ex. : un taux de 20 % sur une construction sera rejeté...,), soit parce que les règles fiscales en la matière n'ont pas été respectées. L examen de ces règles permet de constater des différences entre les amortissements fiscalement admis pour les PME et ceux admis pour les autres sociétés. En matière d amortissements, la définition de la PME est celle donnée par le droit comptable. C est-à-dire qu une PME est une société pouvant publier ses comptes annuels sous forme abrégée.. Les règles fiscales d amortissement se résument ainsi : - l'amortissement doit être basé sur la valeur d'investissement ou de revient du bien (cfr d.1)(art. 61 CIR); - il doit correspondre à une dépréciation réelle. Ainsi, un terrain n'est ainsi pas amortissable (Art. 61 CIR); (1) - les PME peuvent amortir les frais accessoires à un rythme différent du principal (amortissement ad libitum) (Art. 62 CIR). - les autres sociétés (soit les entreprises considérées comme grandes par le droit comptable) ne peuvent amortir les frais accessoires qu au même rythme que la valeur d investissement ou de revient du bien (Art. 196 CIR 2). - les frais d'établissement peuvent être amortis à 100 % (Art. 62 CIR) ; - les amortissements peuvent être pratiqués suivant la méthode linéaire ou la méthode dégressive. Dans ce dernier cas, il y a lieu de joindre un relevé 328 K à la déclaration fiscale (Art. 64 CIR et Art. 36 et svt AR exéc.); - dans le cas d'investissements bénéficiant de subsides, l'exécutif régional peut autoriser l'entreprise à pratiquer pendant 3 ans (au maximum) un amortissement annuel égal ou double de l'annuité de l'amortissement linéaire (doublement de l'amortissement linéaire pendant 3 ans) (Art. 64bis CIR); 16

17 - les immobilisations incorporelles (à l'exception des investissements en œuvres audio visuelles) ne peuvent être amorties que suivant la méthode linéaire et sur une période de 5 ans au moins (3 ans pour les investissements en recherche et développement) (Art. 63 CIR) (2) ; - l'annuité d'amortissement dégressif ne peut en aucun cas dépasser 40 % de la valeur d'investissement ou de revient (Art. 64 CIR); - l'amortissement dégressif n'est pas applicable aux immobilisations dont l'usage a fait l'objet d'une cession au profit de tiers (biens loués) (Art. 43 AR exéc); - pour les voitures mixtes, les règles suivantes sont d'application : l'amortissement ne peut être calculé que suivant la méthode linéaire (Art. 43 AR exéc); les frais accessoires (ex. : TVA non déductible) doivent être amortis au même rythme que le principal (Art. 65 CIR). - les amortissements de l année d acquisition de l investissement doivent être calculés prorata temporis (en jours) (Article CIR). Cette mesure n est toutefois pas applicable aux PME. Ces sociétés peuvent en effet calculer l amortissement sur la durée totale de l exercice comptable de l acquisition de l investissement même si le bien a été acquis en cours d exercice ; - des amortissements peuvent aussi être calculés sur les acomptes réellement payés durant l'exercice comptable ; - les amortissements doivent être proratisés si l exercice fiscal a une durée supérieure ou inférieure à 12 mois ; - les frais de transports collectifs peuvent être amortis à 120% de leur valeur d acquisition (cfr infra) ; - les stations de rechargement des véhicules électriques peuvent être amorties en 2 ans (mesure valable pour les investissements des années 2010 à 2012). Les excédents d'amortissements sont repris parmi les réserves taxées dans la déclaration fiscale. (1) Suivant le principe que «l accessoire suit le principal», l administration fiscale a toujours refusé l amortissement des frais accessoires (ex. droit d enregistrement) sur terrains. Toutefois plusieurs décisions de justice ont remis en question ce principe et ont autorisé les contribuables à amortir de tels frais accessoires. L administration a décidé d accepter cette jurisprudence. 17

18 e) Sous-évaluation d'actif ou surestimation du passif L'administration fiscale peut être amenée, lors d'un contrôle fiscal, à contester la valeur de certains postes du bilan. On citera, par exemple : - une sous-estimation du stock; - une dette maintenue au passif alors qu'éteinte; - une plus-value latente sur titre qui compense une ou des moins-values fiscalement admises (et donc actées avant le ). La différence entre les valeurs comptables et fiscalement admises sera traitée comme réserve occulte et portée au premier cadre de la déclaration fiscale. Elle y sera maintenue tant que la correction n'aura pas été apportée aux valeurs comptables. En cette matière, le législateur déroge au principe de l annualité de l impôt. En effet, les sous-estimations d actifs et les surestimations de passifs sont imposées au cours de l exercice de leur découverte même si ces sous-estimations ou surestimations résultent d écritures comptables de périodes imposables antérieures (Art 361 CIR). Cas d application : La proratisation En vue d instaurer une meilleure concordance entre les législations fiscale et comptable, l'article 362 bis (CIR) impose la proratisation de certains revenus de capitaux. Ainsi la partie des intérêts courus de capitaux, afférente à une période imposable déterminée est considérée comme un revenu de cette période, même lorsque les intérêts sont encaissés ou obtenus au cours d'une période ultérieure. Cette règle ne s'applique, bien évidemment, qu'aux capitaux productifs d'intérêts et dont la période d'échéance des intérêts ne correspond pas avec la date de clôture de l'exercice comptable. Sont ainsi visés les intérêts, arrérages, primes et tous autres produits de titres portant revenu d'emprunts et de créances. Ne sont toutefois pas concernés, ni les dividendes ni les revenus de la location de biens mobiliers. Si la proratisation n'est pas respectée dans la comptabilité, le résultat fiscal sera corrigé en faisant apparaître une réserve occulte (sous évaluation de l'actif ) à concurrence des intérêts promérités à la date de clôture de l'exercice. 18

19 f) Majoration de la situation de début des réserves f.1.plus-values réalisées sur des actions et parts (Art er ) Depuis l'exercice d'imposition 1992, les plus-values réalisées sur des actions et titres (dont les revenus sont susceptibles d'être déduits des bénéfices à titre de R.D.T.) ne sont plus taxées. Cette immunisation : - n'est liée à aucune condition de permanence. La plus-value ne doit pas être maintenue à un compte distinct du passif; - n'est possible que si la plus-value excède le total des réductions de valeur non encore reprises et qui ont été admises fiscalement antérieurement sur ces actions ou parts. - n est pas liée à une condition de détention minimum des actions (ex. 10% ou 2,5 millions d ). Ces plus-values sur actions ne sont immunisées que pour leur montant net, c est-àdire frais de réalisation déduits. Pour permettre la non-taxation des plus-values ainsi déterminées, la situation de début des réserves sera majorée du résultat à immuniser. Les reprises de réductions de valeur sur actions ou parts non admises fiscalement seront traitées de la même façon que les plus-values sur titres. (N.B. Les projets fiscaux en cours prévoient une taxation au taux de 25 % des plus-values réalisées sur des actions détenues depuis moins d une année). f.2.prélèvement sur le capital réellement libéré Une société présentant des pertes reportées peut annuler ces pertes en diminuant son capital social sans rien rembourser aux actionnaires mais en diminuant d'autant le total des pertes reportées. Cette opération entraîne un accroissement des réserves imposables à la fin de la période, puisque les pertes comptables antérieures ont été diminuées. Comme cette opération ne correspond pas à un accroissement de l'actif net de la société, il convient d'éviter que pareille opération n'entraîne une augmentation des réserves taxées de la société, et, par là, ne donne lieu à une base imposable. 19

20 La correction s'opèrera par la majoration de la situation de début des réserves à concurrence du montant prélevé du capital réellement libéré. Si le prélèvement est opéré sur : - des réserves taxées incorporées au capital, aucune correction ne doit être faite. La régularisation s'obtient par la diminution du poste "réserves incorporées au capital"; - des réserves immunisées incorporées au capital, le prélèvement de ces réserves entraîne leur taxation. En effet, la condition de permanence à un compte distinct du passif n'est plus respectée pour l'immunisation. Aucune correction ne doit être appliquée dans cette hypothèse. f.3. Autres cas de majoration de la situation de début des réserves On majorera également la situation de début des réserves : - de la quotité non déductible (10 à 50 %) des plus-values réalisées durant l'exercice sur des véhicules mixtes. Les amortissements sur ces véhicules n'étant déductibles qu en partie, il est logique de ne taxer qu'une partie des plus-values dégagées lors de la revente de ces véhicules. - les remboursements d'impôts sur exercices antérieurs dans la mesure où ces remboursements excédent les impôts non déductibles à reprendre en D.N.A. En effet, les DNA ne peuvent jamais être négatives. (NB : Le remboursement d intérêts moratoires est toutefois taxable). - dans le cadre des œuvres audiovisuelles agréées Tax-Shelter : - la partie de la plus-value réalisée qui correspond aux amortissements et aux réductions de valeur qui ont été imposées précédemment en DNA ; - les reprises de réductions de valeur et de provisions effectuées au cours de la période imposable et qui avaient été imposées antérieurement en DNA ; - le montant de la réserve immunisée qui, à la clôture de l opération de tax shelter, est définitivement exonéré et donc est transféré à la réserve disponible de l exercice. - de la quotité des subsides en capital régionaux qui est transférée en résultat au cours de l exercice ; - du bénéfice provenant de l annulation partielle d une dette suite à l homologation par le tribunal d un plan de réorganisation ou à la suite d un accord amiable dans le cadre de la loi sur la continuité des entreprises. 20

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 FISCALITE DES ENTREPRISES - UF 661 - IMPOT DES SOCIETES 1. Il s agit d une SPRL comptant deux associés gérants dont l un n est pas rémunéré. 2. La société

Plus en détail

IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF

IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF 2 ème comptabilité MAI 2009 IMPOT DES SOCIETES - EXERCICE RECAPITULATIF Données Exercice d imposition 2008 La SA SAITOUT (60% des actions détenues par l administrateur) dont le siège social est situé à

Plus en détail

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015

Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Aperçu des principales modifications à la formule de déclaration ainsi qu'aux annexes fiscales pour l'exercice d'imposition 2015 Le modèle de la formule de déclaration pour l exercice d imposition 2015

Plus en détail

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables

Table des matières. 1. Qu entend-on par là? 2. Quel est l avantage fiscal? 3. Quelles sont les règles du jeu? 4. Quelques conseils indispensables Table des matières Partie 1 : Anticiper un investissement 1.1. Un investissement........................................... 3 1.2. Pour qui est-ce intéressant?.................................. 3 1.3.

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Signalétique de l'entreprise

Signalétique de l'entreprise Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE DECLARATION A L'IMPOT DES SOCIETES EXERCICE D'IMPOSITION 2011 (Exercices comptables clôturés le 31 décembre 2010 ou en 2011 avant

Plus en détail

Exp. Exercice comptable du... au...

Exp. Exercice comptable du... au... Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE Impôts sur les revenus DECLARATION A L'IMPOT DES NON-RESIDENTS (sociétés, associations, etc.) EXERCICE D'IMPOSITION 2013 (Exercices

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Table des matières. Introduction Notions élémentaires de droit fiscal... 1

Table des matières. Introduction Notions élémentaires de droit fiscal... 1 Table des matières Introduction Notions élémentaires de droit fiscal... 1 1. Notion d impôt... 1 2. Notions de redevable, d assujetti ou de contribuable... 2 3. Notions d exercice d imposition et de période

Plus en détail

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES

CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES CESSIONS D'ELEMENTS D ACTIF - IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES Objectif(s) : o Conséquences comptables des opérations de cessions, o Aspects fiscaux. Pré-requis : o Maîtrise des amortissements et provisions,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96)

Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) G ISF SONT EXONERES Instruction du 10 mai 1996 (BOI 7 S-5-96) L'article 6 de la loi de finances pour 1996 (n 95-1346 du 30 décembre 1995 - JO du 31 décembre 1995, p. 19030 et 19031): - précise le champ

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats

Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats Le résultat fiscal peut être imposé de deux manières : Partie 2.1 Principes généraux d imposition des résultats soit au titre de l impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux,

Plus en détail

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats,

Comptabilité Générale - Résumé blocus 08. 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Comptabilité Générale - Résumé blocus 08 1. Chapitres 1,2,3 : Bilan, Compte de résultats, Fonds de tiers = Provisions + Dettes. Fonds de tiers à long terme = Provisions + Dettes à plus d un an. Capitaux

Plus en détail

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264

I. Code des impôts sur les revenus 1992 - Ex. d imp. 2015 - coefficient d indexation 1,7264 Indexation Indexation des plafonds en matière d impôts sur les revenus pour l exercice d imposition 2015 On trouvera ci-dessous les plafonds indexés applicables aux impôts sur les revenus pour l exercice

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art. Avis du 16 mars 2011 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2011/6 - Traitement comptable de l achat d or et d œuvres d art I. Introduction Avis du 16 mars 2011 Les entreprises qui achètent de l or ou des œuvres d art sont

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 La holding belge, utilisation par les résidents et les non-résidents 15 Jacques Malherbe et Daphné de Laveleye

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel

Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel Les fiches thématiques Immobilier d Investissement Le statut LMP Loueur en Meublé Professionnel La qualité de loueur en meublé professionnel est reconnue aux personnes louant des logements meublés, anciens

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE

REEL D'IMPOSITION I. LE REGIME DU REEL NORMAL II. LE REGIME DU REEL SIMPLIFIE REEL D'IMPOSITION 02/08/2012 Il existe aujourd hui trois modes d imposition des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) qui sont fonction du volume d affaires de l entreprise : le régime du bénéfice

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

COMPTES ANNUELS EN EUROS

COMPTES ANNUELS EN EUROS COMPTES ANNUELS EN EUROS Dénomination: Forme juridique: COMPAS - FORMAT Association sans but lucratif Adresse: Place Communale N : 7 Boîte: Code postal: 4100 Commune: Seraing Pays: Belgique Registre des

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES

PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES PETITS-DEJEUNERS D ACTUALITES FISCALES 2013-2014 TABLE DES MATIERES OCTOBRE 2013 1. Fiscalité de l été 1.1. Les nouveautés à l ISOC 1.1.1. Les commissions secrètes 1.1.2. La fairness tax 1.1.3. Autres

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120

18. Correction résultant de l'affectation du bénéfice (à déduire) 120 Tableau 41.70 - COMPOSITION DES FONDS PROPRES SUR BASE SOCIALE (Art. 14 et 15 du règlement) 1. Fonds propres sensu stricto (art. 14, 1er, 1 ) Valeur comptable Code 05 11. Capital libéré et primes d'émission

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15

Préface 3. Avant-propos 5. Cadre général du droit comptable en Belgique 15 Table des matières Préface 3 Avant-propos 5 Cadre général du droit comptable en Belgique 15 1. Le professionnel comptable et fiscal, le réviseur d entreprises : intervenants privilégiés de la société à

Plus en détail

Table des matières VII. Abréviations utilisées

Table des matières VII. Abréviations utilisées Abréviations utilisées VII Partie 1 Les personnes physiques assujetties à l impôt des personnes physiques 1 I. Qui doit souscrire une déclaration? 3 1. Personne inscrite au registre national 3 2. Personne

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

L'entreprise face au droit fiscal belge

L'entreprise face au droit fiscal belge L'entreprise face au droit fiscal belge Volume 1 Règles communes à toutes les entreprises - Impôt des personnes physiques - Fiscalité du dirigeant d'entreprise - Procédure fiscale 2 e édition V A jour

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié)

ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié) ANNEXE 1 PLAN COMPTABLE GÉNÉRAL (simplifié) CLASSE 1: COMPTES DE CAPITAUX 10 Capitaux propres 101 Capital souscrit 106 Réserves 1061 Réserve légale 1063 Réserves statutaires 1069 Autres réserves 11 Résultat

Plus en détail

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de :

En règle générale, le taux d amortissement linéaire du bien immobilier est calculé sur la base d une durée d utilisation de : 2. Immeuble 2.1. Acquisition ou construction 2.1.1. Principe Les dépenses afférentes à l acquisition d un bien immobilier affecté à l exercice de l activité professionnelle (p.ex. une maison de commerce

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Revenus professionnels

Revenus professionnels Revenus professionnels 1. Bénéfices d'exploitations agricoles, industrielles et commerciales Le montant des bénéfices s établit au départ d une comptabilité qui doit être probante vis-à-vis de l Administration.

Plus en détail

Déduction pour investissement

Déduction pour investissement L UNION FAIT LA FORCE - EENDRACHT MAAKT MACHT Service Public Fédéral FINANCES Déduction pour investissement - 2015 - Contenu 1. Qui peut bénéficier de la déduction? 2. Pour quels investissements? 3. Quelles

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

Création d une SFS document d explication

Création d une SFS document d explication Version : 1.0 Création d une SFS document d explication 1.Les mentions obligatoires pour une SFS L ajout de la particule «à finalité sociale» aux différentes formes de sociétés commerciales accessibles

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTALES Avis CNC 2009/11 Le traitement comptable des scissions partielles Avis du 16 septembre 2009 Mots clés Scission partielle Sommaire I. INTRODUCTION II. TRAITEMENT COMPTALE

Plus en détail

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société).

L AFFECTATION DES RESULTATS. Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). L AFFECTATION DES RESULTATS Objectif(s) : o Affecter un résultat selon la forme juridique de l'entreprise (individuelle ou société). Pré-requis : o Double détermination du résultat. Modalités : o o o Principes,

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X

Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances. Projet d avis 2010/X Influence de l accord amiable extrajudiciaire ou de la réorganisation judiciaire sur les dettes et les créances Projet d avis 2010/X La loi relative à la continuité des entreprises 1 remplace la loi relative

Plus en détail

Règles et Méthodes Comptables

Règles et Méthodes Comptables Page : 1 ANNEXE - Elément 1 Règles et Méthodes Comptables Les comptes annuels de l'exercice ont été élaborés et présentés conformément aux règles générales applicables en la matière et dans le respect

Plus en détail

Compte de résultat simplifié de l'entreprise "Image et son" au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels

Compte de résultat simplifié de l'entreprise Image et son au 31/12/2013. Produits. Produits exceptionnels Première STMG Sciences de gestion Thème 3 : Gestion et création de Valeur Chapitre 2 : Les différentes formes de valeur Séquence 1 : La valeur financière COMMENT LA GESTION D UNE ORGANISATION CONTRIBUE-T-ELLE

Plus en détail

LA SOCIETE DE TITRISATION

LA SOCIETE DE TITRISATION LA SOCIETE DE TITRISATION La Loi du 22 mars 2004 introduit le cadre légal permettant la constitution d'organismes de titrisation. La Titrisation permet à un cédant (société, entreprise ou personne physique)

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9

Table des matières. Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Olivier D Aout Professions médicales, investissements et déduction des charges professionnelles 9 Thierry Litannie avec la collaboration de Emmanuel Delannoy et

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : PROMOTION SPORTIVE ET ASSOCIATIVE Nous vous présentons ci-après

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement.

L'employeur peut cependant décider de prendre en charge ces frais de déplacement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail

Plus en détail

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La fiscalité des associations Sommaire 2 Pages Rappel des fondamentaux 3 Critères de non lucrativité 5 Franchise des activités lucratives 10 Sectorisation des activités 12 Exonérations de taxe sur la valeur

Plus en détail

1. Critères légaux. 1. Critères légaux. Comptabilité petites A.S.B.L. (comptabilité simplifiée)

1. Critères légaux. 1. Critères légaux. Comptabilité petites A.S.B.L. (comptabilité simplifiée) Comptabilité petites A.S.B.L. (comptabilité simplifiée) Formation organisée par l AISF pour les dirigeants de clubs sportifs bénévoles 1. Critères légaux Cadre comptable : obligations légales (CA Compta

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic

Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic AVIS DE CONFORMITÉ N 95-01 RELATIF AU PLAN COMPTABLE PARTICULIER DE L'UNEDIC Annexe : Comptes ouverts ou créés dans le projet de plan comptable particulier de l'unedic Remarques: Dans la première colonne

Plus en détail

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1

Fiche d informations financières assurance vie. Argenta-Flexx 1 Fiche d informations financières assurance vie Argenta-Flexx 1 Type d assurance vie Assurance vie (branche 21) avec rendement garanti par Argenta Assurances SA (dénommée ci-après l Assureur ). Depuis le

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise)

INFOMATIONS GENERALES. Renseignements divers. Effectif exploitant non salarié (au prorata du temps consacré à l'entreprise) INFOMATIONS GENERALES OGBIC01 Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au sein du cabinet Mail du cabinet ou de la personne à contacter au sein du cabinet Renseignements divers L'adresse

Plus en détail

Partie 1 - Mieux déduire ses frais professionnels. 1. Nécessaires à l exercice de l activité professionnelle... 5

Partie 1 - Mieux déduire ses frais professionnels. 1. Nécessaires à l exercice de l activité professionnelle... 5 Avant-propos.................................................... 1 Partie 1 - Mieux déduire ses frais professionnels I. Principes généraux........................................ 5 1. Nécessaires à l exercice

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles

B I L A N EXERCICE 2004. Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10 Immobilisations corporelles B I L A N A C T I F EXERCICE 2004 EXERCICE 2003 BRUT Amortissements NET NET et provisions (à déduire) ACTIF IMMOBILISE Autres immobilisations incorporelles 1 575 236,43 1 344 391,50 230 844,93 317 205,10

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES

COMPTES DE L EXERCICE 2010 DU REGIME DE RETRAITE DES AGENTS TITULAIRES 2. Les comptes 2009 du régime de retraite des agents titulaires de la Banque de France établis conformément aux dispositions des articles L.114-5 et suivants du Code de la sécurité sociale Banque de France

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION?

Date : Août 2015. L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION? boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L engagement individuel de pension I QU EST UN ENGAGEMENT

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal

Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013. OBJET : Détermination du tableau de détermination du résultat fiscal BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2013/03/12 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2013/13 NOTE COMMUNE N 13/2013 OBJET : Détermination du tableau de

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Conférence du 30 octobre 2013 Organisée par Charles Felix Felix & Felix Expert comptable et Conseil fiscal SPRL

Conférence du 30 octobre 2013 Organisée par Charles Felix Felix & Felix Expert comptable et Conseil fiscal SPRL DIVIDENDES DES PME UNE REFORME DE LA FISCALITE Conférence du 30 octobre 2013 Organisée par Charles Felix Felix & Felix Expert comptable et Conseil fiscal SPRL PLAN DE LA CONFERENCE 1. Sources juridiques

Plus en détail

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ;

Vu la Loi n 13/007 du 22 janvier 2013 portant habilitation du Gouvernement ; ORDONNANCE-LOI N 13/008 DU 23 FEVRIER 2013 MODIFIANT ET COMPLETANT CERTAINES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE-LOI N 69/009 DU 10 FEVRIER 1969 RELATIVE AUX IMPOTS CEDULAIRES SUR LES REVENUS Le Président de

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail