KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5"

Transcription

1 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 4 VA Boston Healthcare System, Boston, MA 5 Medical College of Wisconsin, Milwaukee, WI 6 Boise VA Medical Center, Boise, ID 7 Royal Hampshire County Hospital, Hampshire, UK 8 Pfizer Inc, New York, NY

2 Design de l étude Etude de phase IV, internationale, multicentrique, prospective, randomisée, en ouvert chez les patients avec ICPTM documentée à SARM ICPTM avec des signes et symptomes compatibles avec une infection staphylococcique (-) SARM Arrêté Linézolide 600 mg IV or oral q12h +/- couverture anti G-/ anaérobie (+) SARM Continué (+) SARM Vancomycine 15 mg/kg IV q12h ; ajustée à la ClCr +/- couverture anti G-/anaérobie Continué (-) SARM Arrêté Résultats des cultures en attente Résultats des cultures Disponibles Une couverture des germes à Gram-negatif était autorisée dans les deux bras (aztreonam ou autre antibiotique qui n est PAS actif contre les organismes à Gram-positif /SARM). ICPTM: infections compliquées de la peau et des tissus mous, SARM: Staphylococcus areus resistant à la méthicilline

3 Critères d inclusion/exclusion (Liste partielle) Présence d au moins 2 signes/symptômes spécifiques d infection impliquant le tissu sous cutané, fascia, ou le muscle squelettique: Drainage purulent Erythème Œdème/induration Sensibilité à la palpation ou douleur Chaleur locale Avant l inclusion, nécessité d avoir un des signes suivants: Température élevée Hypotension (PAS < 90 mm Hg) Elévation des leucocytes >10,000 mm 3 Neutrophiles immatures >15% Ne pouvaient être inclus : Patients avec infection sur matériel ne pouvant être retiré Patients avec fasciite nécrosante connue ou suspectée, gangrène gazeuse, gangrène, arthrite septique, ou ostéomyélite.

4 Design de l étude Sélection/ Initiale Efficacité clinique Per protocole Intention de traiter modifiée mitt Efficacité microbiologique Tolérance et sécurité d emploi Durée de séjour/durée de traitement IV Utilisation des ressources Traitement actif 7-14 jours* Fin de traitement 6-28 jours Fin de l étude Critère principal Critères secondaires *Jusqu à 21 jours pour les patients avec septicémie concomitante.

5 Inclusion Linézolide Patients randomisés n=544 N (%) Vancomycine n=533 N (%) Analyse en efficacité Intention de Traiter modifiée (mitt) 329 (61.3) 325 (63.1) Per Protocol (PP) Clinique/Biologique Fin de Traitement (EOT) 246 (45.8) 229 (44.5) Clinique/Biologique Fin d étude (EOS) 234 (43.6) 217 (42.1) Analyse : tolérance 537 (100) 515 (100) Les patients étaient équitablement répartis en fonction de l âge, du sexe, du poids, des lésions cutanées, et des scores de sévérité

6 Efficacité clinique (Population Per Protocol) Succès cliniques (%) P=0,134 92% 88% P=0,179 84% 80% Linezolide Vancomycine 0 219/ /220 Fin de traitement 191/ /209 Fin d'étude Critère principal * Critères secondaires *Analyse primaire : comparaison de type non infériorité, avec hypothèse de supériorité secondairement

7 Efficacité clinique (Population en mitt) Succès cliniques (%) P= % 85% P= % 74% Linézolide Vancomycine 0 254/ / / /266 Fin de traitement Fin d'étude Critères secondaires

8 Efficacité microbiologique (Population en PP) 100 P<0,001 Succès microbiologiques (%) % P=0,127 75% 69% 68% 205/ / / /209 EOT EOS Linézolide 600 mg IV q 12 h Vancomycine 15 mg/kg/iv q12h; titré selon Clcr et valeur du creux Critères secondaires Le succès microbiologique inclut soit: Eradication documentée : SARM absent des cultures du site initial, ou Eradication présumée: patient cliniquement guéri et pas de matériel approprié disponible pour avoir une culture du site initial.

9 Diagnostic initial Nombre de sujets Linézolide Vancomycine mitt Linézolide PP Vancomycine PP Abcès Infection de plaie chirurgicale Ulcère diabétique Ulcère cutané infecté autres Infection de plaie traumatique Ulcère de décubitus Brûlure infectée mitt = intention de traiter modifiée PP = per protocol

10 Evolution clinique par type d infection Population en PP et EOS 100 Succès clinique (%) / / 114 Abcès 40/ 38/ Infection sur site chirurgical 18/ 22 11/ 16 Ulcère diabétique 17/ 19 17/ 20 Ulcère cutané Linézolide Vancomycine

11 Durée de traitement IV et durée de séjour Population Per Protocol (PP) Critères secondaires Durée moyenne de traitement IV* 10.4 ±.22 (SE) 5.5 ±.34 (SE) P<0.001 Durée moyenne de séjour à l hôpital 8.9 ±.47 (SE) 7.5 ±.44 (SE) P= Jours Linézolide Vancomycine *Analyse de la durée de traitement IV par le Student s t-test Analyse basée sur la méthode de survie de Kaplan-Meier

12 Evénements indésirables No. d événements Toutes causes >2% des patients No. d événements Nausée Liés au traitement Diarhée Prurit point d'injection Red man syndrome Linézolide Vancomycine 0 Nausée Diarrhée Vomissement Céphalée Insomnie Constipation UTI Prurit Fièvre Inflammation au site d injection

13 Evénements indésirables graves (SAEs) 84 patients ont présenté 123 SAEs (63 linézolide, 60 vancomycine) 10 SAEs (11.9%) étaient considérés comme reliés au traitement 2 SAEs étaient liés au linézolide (anémies) Durée de traitement de 11 et 8 jours Un patient avec antécédent d anémie chronique Un patient a présenté une anémie 17 jours après un arrêt à 8 jours du traitement. Les deux ont guéris 8 SAEs étaient liés à la vancomycine 5 patients avec soit, red man syndrome, rash, hypersensibilité à la vancomycine, ou urticaire. Les réactions allergiques étaient plus fréquentes sous vancomycine

14 Conclusions Le linézolide a été non inferieur à la vancomycine avec un taux de succès plus élevé en faveur du linézolide en fin d étude, dans le traitement des ICPTM dues à SARM sur un grand nombre de sujets. Les patients recevant le linézolide ont eu une durée de séjour et de traitement par voie IV significativement plus courte que ceux recevant de la vancomycine. L efficacité microbiologique du linézolide en fin de traitement (EOT) était significativement plus élevée que la vancomycine et statistiquement non inférieure en fin d étude (EOS) Globalement, le linézolide a présenté un profil de sécurité d emploi et de tolérance acceptables dans le traitement des ICPTM, et aucun événement indésirable inattendu n a été reporté. 14

15 Merci de votre attention

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 XYZALL 5 mg, comprimé pelliculé Boîtes de 14 et de 28 Laboratoires UCB PHARMA DCI lévocétirizine Date de l'amm

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 25 juin 2010 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux NOR : SASS1016264A

Plus en détail

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES

LE VACCIN L HÉPATITE A LES EFFETS SECONDAIRES HÉPATITE A L HÉPATITE A L hépatite A est une infection du foie causée par un virus. Il s agit d une maladie sérieuse qui peut nécessiter une hospitalisation. Elle est plus grave chez les personnes plus

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 17 octobre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 18 juillet 2012 a fait l objet d une audition le 17 octobre 2012 DIFICLIR 200 mg, comprimé

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

19-01-2012. Faire un «X» dans la case. Entente. Entente de rendement ministère- RLISS (ERMR) ANNÉE :

19-01-2012. Faire un «X» dans la case. Entente. Entente de rendement ministère- RLISS (ERMR) ANNÉE : NOM DE L INDICATEUR RNI PRÉVENTION DES INFECTIONS DES PLAIES OPÉRATOIRES NUMÉRO D IDENTIFICATION DE L INDICATEUR RNI 92 DATE DE LA DERNIÈRE RÉVISION (JJ-MM-AAAA) 19-01-2012 DESCRIPTION DE L INDICATEUR

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 2 juin 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 juin 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 14 juin 2005 (JO du 28 avril 2006) ARTOTEC 50 mg/0,2 mg, comprimé B/30 -

Plus en détail

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique!

Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Et si ce n'était pas un choc anaphylactique! Pr David LAUNAY launayd@gmail.com @DLaunay Service de Médecine Interne. Unité d'immunologie Clinique CNRMR Maladies Autoimmunes et Systémiques Rares Hôpital

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6)

Avis 4 septembre 2013. AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 4 septembre 2013 AVAMYS 27,5 µg/pulvérisation, suspension pour pulvérisation nasale Flacon de 120 pulvérisations (CIP : 34009 383 224 4 6) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET

PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET PROLAPSUS: chirurgie ou pas? Dr FOURNET Prévalence prolapsus > 45 ans Classification POP-Q (pelvic organ prolapse quantification) Etude WHI POUR LA CHIRURGIE POUR LA CHIRURGIE Echec de la contention Âge

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. AVIS 1 er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 16 novembre 2011 a fait l objet d une audition le 1 février 2012 XEPLION 25 mg, suspension

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale Notice 1/5 Lisez attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Conservez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Consultez votre médecin ou votre pharmacien

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique?

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Service des Maladies Infectieuses; CHR Orléans Unité Inserm U-707,

Plus en détail

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS

PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS PRESCRIPTION DES ANTIBIOTIQUES EN ODONTOLOGIE ET STOMATOLOGIE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Afin de limiter la

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.)

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.) LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( ISO) Les infections du site opératoire (ISO) représentent la troisième cause des infections nosocomiales ( 14% des I N en 2006 ) Dans les réseaux de surveillance

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

RCP-version abrégée Février 2015

RCP-version abrégée Février 2015 DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT MOTILIUM 10 mg, comprimés pelliculés (maléate de dompéridone) MOTILIUM 1 mg/ml, suspension buvable «adultes», MOTILIUM 1 mg/ml suspension buvable «pédiatrie» MOTILIUM 10 mg,

Plus en détail

Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013

Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013 Compressions thoraciques mécaniques et défibrillations simultanées vs réanimation cardiorespiratoire conventionnelle dans l arrêt cardiaque en pré-hospitalier. Présenté par Fradj Nizar Le 21/11/2013 IMPORTANCE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 06 novembre 2006 (JO du 13 juin 2007) FUCIDINE 250 mg comprimé pelliculé

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves.

Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves. Infections cutanéo-muqueuses/ Dermo-hypodermites bactériennes graves. Objectifs nationaux (ECNi) Item 152. Infections bactériennes cutanéo-muqueuses et des phanères de l adulte Objectifs pédagogiques Diagnostiquer

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron

fabricant de Diamicron Ce livret a été produit par SERVIER CANADA INC., à l intention des patients traités par Diamicron DIPAT5815F Doit être pris une fois par jour au petit-déjeuner, comme prescrit par votre médecin. Produit en tant que service pour la médecine, et ce, à l intention des patients traités par Diamicron MR.

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

INFORMATIONS ESSENTIELLES. Bydureon 2 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en stylo prérempli

INFORMATIONS ESSENTIELLES. Bydureon 2 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en stylo prérempli 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT INFORMATIONS ESSENTIELLES Bydureon 2 mg, poudre et solvant pour suspension injectable à libération prolongée en stylo prérempli 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012

LA MUCITE. Brigitte Boulangier 15 mai 2012 LA MUCITE Brigitte Boulangier 15 mai 2012 Définition et stades La mucite est une inflammation des muqueuses; elle peut s étendre de la bouche à tout le système digestif. La mucite buccale est un effet

Plus en détail

1-Introduction. 2-Matériel et méthodes.

1-Introduction. 2-Matériel et méthodes. Traitement des lésions pigmentaires et vasculaires cutanées par lasers : évaluation de l efficacité et de la tolérance du Cytolnat Centella crème en soin post-opératoire à visée cicatrisante. M. BASPEYRAS

Plus en détail

Item 271 : Pathologie des paupières

Item 271 : Pathologie des paupières Item 271 : Pathologie des paupières Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter un chalazion (Cf. Chap. 50, E. PILLY 2008)...1 2 Diagnostiquer

Plus en détail

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion.

Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. Thrombolyse au rt-pa de 0 à 7 heures dans l étude randomisée FRALYSE. Comparaison entre la procédure NINDS et une procédure à longue durée d infusion. P. Trouillas, S. Cakmak, L. Derex, M.H. Mahagne, F.

Plus en détail

FICHE MÉDICALE Pour un service personnalisé

FICHE MÉDICALE Pour un service personnalisé FICHE MÉDICALE Pour un service personnalisé Merci de prendre le temps de bien compléter ce questionnaire. Vos réponses détaillées nous aideront à mieux individualiser les soins aux campeurs et leur permettre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12 NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Neurobion 100 mg 100 mg 1 mg / 3 ml solution injectable Vitamines B 1 + B 6 + B 12 Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés

Amoxiclav Sandoz 500 mg comprimés pelliculés Notice 1/5 Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions, si vous

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE

HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE ialuset HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE D après la présentation du Docteur Sylvie MEAUME Dermatologue Université

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise

Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise Vaccination Anti-Encéphalite Japonaise IFMT sémin encéphalites 2004. Groupe de travail étudiant 1 Vaccin (Vac.) 3 types: 1. Vac. Inactivé préparé en culture cellulaire Souche: P3 (culture sur cellules

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Traitement d urgence lors d une réaction anaphylactique secondaire à l administration d une substance par voie parentérale. NUMÉRO : 1.14 DATE : Novembre 2005 RÉVISÉE

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Olivier Lesens Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Clermont-Ferrand Plan Infection

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Évaluation du rapport bénéfice-risque

Évaluation du rapport bénéfice-risque ANNEXE II CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MOTIFS DE L AVIS POSITIF ET DE LA MODIFICATION DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT, DE L ETIQUETAGE ET DE LA NOTICE, PRESENTES PAR L AGENCE EUROPEENNE DES MEDICAMENTS

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS Date de la demande : Date d entrée souhaitée : DEMANDEUR Centre hospitalier : Service :. Médecin demandeur : : Fax : Assistante sociale : : Fax :

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Complications de la chirurgie Louise Provencher

Complications de la chirurgie Louise Provencher Complications de la chirurgie Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Sein et aisselle Court terme Hémorragie Sérome Ischémie lambeau Infection Dysesthésie Limitation des mouvements

Plus en détail

chez les patients atteints de la forme sévère et active de la maladie, qui n ont pas été traités au préalable avec le méthotrexate;

chez les patients atteints de la forme sévère et active de la maladie, qui n ont pas été traités au préalable avec le méthotrexate; EMA/502328/2014 EMEA/H/C/000955 Résumé EPAR à l intention du public tocilizumab Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Le projet de production de rapports sur les hôpitaux canadiens (PPRHC)

Le projet de production de rapports sur les hôpitaux canadiens (PPRHC) Le projet de production de rapports sur les hôpitaux canadiens (PPRHC) Partage de connaissances de l Atlantique sur la qualité des soins et la sécurité des patients; les 14 et 15 mai 2013 Jeanie Lacroix,

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. FERCAYL 100mg/2ml Solution injectable / pour perfusion. Fer (élément) sous forme de complexe fer dextran

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. FERCAYL 100mg/2ml Solution injectable / pour perfusion. Fer (élément) sous forme de complexe fer dextran NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR FERCAYL 100mg/2ml Solution injectable / pour perfusion Fer (élément) sous forme de complexe fer dextran Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire

Plus en détail