BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BOÎTE À OUTILS D ÉVALUATION POUR LES RESSOURCES PRIVÉES ET COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT"

Transcription

1 BOÎTE À TILS D ÉVALUATION PR LES RESSRCES PRIVÉES COMMUNAUTAIRES OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Recherche et intervention sur les substances psychoactives - Québec Septembre 2010

2 Dans le but de satisfaire aux exigences des normes de certification et d appliquer de façon suffisante l article 37 du Règlement sur la certification des ressources en toxicomanie et en jeu pathologique, qui indique que les exploitants doivent effectuer, selon les pratiques reconnues, une évaluation personnalisée de tout nouveau résidant, il est recommandé d utiliser certains outils d évaluation. En outre, conformément au manuel d application du Règlement relativement à l article 37, les outils d évaluation recommandés diffèrent selon chacune des missions des centres privés et communautaires offrant de l hébergement. L évaluation de chaque nouveau résidant devra porter sur les aspects suivants : La consommation : Gravité de la consommation de psychotropes Historique des produits consommés Inventaire des produits consommés Les problèmes associés, y compris l urgence et le risque suicidaires L évaluation de l urgence suicidaire devra être effectuée à l aide du COQ (Comment? Où? Quand?). La situation personnelle de l individu (familiale, sociale, scolaire, socioprofessionnelle, judiciaire, etc.) Les données pertinentes fournies par la personne ou la ressource qui réfère Vous trouverez dans les pages suivantes une description des outils recommandés en fonction des différentes missions.

3 MISSION : THÉRAPIE Les outils recommandés pour évaluer efficacement les aspects liés à la mission thérapeutique sont : COQ (Comment? Où? Quand?) pour l évaluation de l urgence suicidaire IGT (Indice de gravité d une toxicomanie) et IGT-ADO (Indice de gravité d une toxicomanie chez les adolescents) ÉTA (Évaluation de la toxicomanie chez l adulte) G-CAD (Gestion de clients avec dépendance) L IGT et l IGT-ADO permettent d évaluer la gravité de la surconsommation d alcool ou de drogues, de faire l historique de la consommation et l inventaire des produits consommés, et d évaluer les problèmes associés. Ils permettent une évaluation globale de la personne. Une formation de deux jours et le manuel d utilisation sont nécessaires pour une utilisation adéquate de ces outils. Une supervision est souhaitable, surtout au début. L IGT et l IGT-ADO permettent donc d examiner adéquatement les aspects nécessaires et suffisants pour l évaluation d un nouveau client au moment de son admission. Tout comme l IGT et l IGT-ADO, l ÉTA permet d évaluer la gravité de la consommation d alcool ou de drogues, de faire l historique de la consommation et l inventaire des produits consommés, et d évaluer les problèmes associés. Il constitue un outil d évaluation spécialisée permettant d orienter la personne vers la bonne intensité de traitement et de concevoir le plan d intervention. 3

4 L ÉTA évalue très bien la consommation d alcool ou de drogues, mais il est moins performant que l IGT sur le plan de l évaluation des sphères familiale, sociale, scolaire et socioprofessionnelle. Une formation d environ trois heures est recommandée pour l utilisation de l ÉTA. Le G-CAD est un outil qui permet également d évaluer la gravité de la surconsommation d alcool ou de drogues et des problèmes associés. Il est disponible en version informatisée. Il s agit d une base de données qui permet la gestion des clients. Le logiciel évalue le profil du client, pour établir si celui-ci correspond bien aux services offerts par la ressource. Il permet une évaluation globale de la personne, fournit une liste de clients actifs, et toutes les inscriptions (clients en attente d hébergement et clients actifs) et les départs pour une journée type. Un rapport permet l affichage des statistiques (pourcentage d hommes et de femmes, jours d occupation des lits, âge des clients, nombre de personnes qui reviennent en traitement, pourcentage de clients qui cotent aux questionnaires DEBA-A/D et DEBA-JEU et au module Motivation RCQ). Des coûts sont liés à l installation du programme informatique. Le G-CAD permet d évaluer adéquatement la gravité de la consommation et de faire l inventaire des produits consommés, mais il est moins performant en ce qui concerne l historique de la consommation. Cet outil évalue bien la situation personnelle de l individu. Une formation d une durée minimale de deux heures est nécessaire pour l utilisation de cet outil. 4

5 MISSION : RÉINSERTION SOCIALE Il est entendu que l évaluation de la consommation de produits psychotropes et des problèmes associés devrait être effectuée préalablement à l admission dans ce type de ressource. Les outils recommandés sont : COQ (Comment? Où? Quand?) pour l évaluation de l urgence suicidaire RÉSO (Évaluation des besoins en réinsertion sociale) Étant donné la spécificité de cette mission, il est recommandé d utiliser l outil RÉSO. Cet outil permet l évaluation des besoins en réinsertion sociale. Le RÉSO permet d évaluer neuf besoins principaux : Alimentation Habillement Logement Hygiène Condition économique Études ou travail Loisirs Réseau de soutien Situations préoccupantes Une formation de trois heures est fortement recommandée pour l utilisation de cet outil. 5

6 MISSION : AIDE STIEN À LA DÉSINTOXICATION Étant donné le caractère de cette mission, l évaluation de tout nouveau résidant devra accorder une attention particulière à sa santé physique, c est-à-dire à son état de santé général et surtout aux risques du sevrage. Les outils recommandés sont : COQ (Comment? Où? Quand?) pour l évaluation de l urgence suicidaire Évaluation médicale par un médecin ou une infirmière disponibles à l admission NiD-ÉP (Niveau de désintoxication : évaluation par les intervenants psychosociaux) administré par un professionnel qualifié (ex. : infirmière) Le NiD-ÉP a été conçu afin d évaluer le degré de gravité du sevrage et les besoins de la personne en désintoxication. Cet outil permet de déterminer la gravité du sevrage de l alcool, des benzodiazépines et des opiacés ainsi que les soins médicaux devant l accompagner. Il doit être administré par du personnel qualifié (ex. : infirmière) et peut être utilisé par des organismes offrant de la désintoxication ou ayant une clientèle à risque de présenter des signes et symptômes de sevrage. Cet outil permet également d évaluer efficacement la gravité de la consommation et l urgence suicidaire, et de faire l inventaire des produits consommés. Une formation de trois heures est recommandée pour utiliser le NiD-ÉP. 6

7 AIDE-MÉMOIRE Catégories de missions Thérapie Outils recommandés COQ (Comment? Où? Quand?) IGT ou IGT-ADO (Indice de gravité d une toxicomanie) ÉTA (Évaluation de la toxicomanie chez l adulte) Réinsertion sociale G-CAD (Gestion de clients avec dépendance) COQ (Comment? Où? Quand?) RÉSO (Évaluation des besoins en réinsertion sociale) Aide et soutien à la désintoxication COQ (Comment? Où? Quand?) Évaluation médicale NiD-ÉP (Niveau de désintoxication : évaluation par les intervenants psychosociaux) 7

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue...

La réinsertion sociale. Pour que la rue ait une issue... La réinsertion sociale Pour que la rue ait une issue... La philosophie d intervention du service de réinsertion sociale de la Maison du Père repose sur une approche de réduction des méfaits. Elle prône,

Plus en détail

PLAN DES FORMATIONS PROPOSÉES EN CRD

PLAN DES FORMATIONS PROPOSÉES EN CRD PLAN DES FORMATIONS PROPOSÉES EN CRD OCTOBRE 2014 UNE RÉFÉRENCE INCONTOURNABLE EN MATIÈRE D INTERVENTION ET DE SERVICES SPÉCIALISÉS DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE L Association des centres de réadaptation

Plus en détail

* Tous les services sont disponibles dans les deux langues officielles.

* Tous les services sont disponibles dans les deux langues officielles. Depuis 1892, Mission Bon Accueil est au service des plus démunis de Montréal! Ce sont des dizaines de milliers d hommes, de femmes, d adolescents, d enfants et de familles qui reçoivent une aide constante

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin

Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence. Michèle Dussault et Louise Potvin Conférence plénière Un réseau intégré au service de l urgence Michèle Dussault et Louise Potvin Un réseau intégré au service de l Urgence Michèle Dussault, MD B.Sc. Chef intérimaire Département d Urgence

Plus en détail

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015

CERTIFICAT EN TOXICOMANIE. 8 avril 2015 Dîner d information Programmes d études en toxicomanie CERTIFICAT EN TOXICOMANIE 8 avril 2015 Programmes de formation créditée en toxicomanie Offert dans différentes villes du Québec Certificat en toxicomanie

Plus en détail

Commentaires de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec à la ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale

Commentaires de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec à la ministre de l Emploi et de la Solidarité sociale Projet de règlement Loi sur l aide aux personnes et aux familles Chapitre A-13.1.1, a. 131 à 136 et 190 Commentaires de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec à la ministre de l Emploi

Plus en détail

Le Centre de santé et de services sociaux du Grand Littoral

Le Centre de santé et de services sociaux du Grand Littoral ENTRE Le Centre de santé et de services sociaux du Grand Littoral Le Centre Hospitalier Affilié Universitaire Hôtel-Dieu de Lévis ET La Société de Réadaptation et d intégration communautaire 31 janvier

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Projet de loi n o 56 Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Mémoire présenté en commission parlementaire

Plus en détail

Stéphane Chartrand (CRD de Laval) Francine Ferland (Service de recherche CRDQ/CRDCA)

Stéphane Chartrand (CRD de Laval) Francine Ferland (Service de recherche CRDQ/CRDCA) Stéphane Chartrand (CRD de Laval) Francine Ferland (Service de recherche CRDQ/CRDCA) XXXX e Colloque de l Association des intervenants en toxicomanie du Québec Plan de l atelier Démarche de normalisation

Plus en détail

Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie

Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie www.cclt.ca www.ccsa.ca Foire aux questions Quelques questions à poser pour choisir un traitement de la toxicomanie Le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT) a élaboré ce document pour

Plus en détail

RAPPORT FINAL INTERVENTION À LA MAISON DE THÉRAPIE ET DE RÉINSERTION SOCIALE L INTER-MISSION (9206-9343 QUÉBEC INC.)

RAPPORT FINAL INTERVENTION À LA MAISON DE THÉRAPIE ET DE RÉINSERTION SOCIALE L INTER-MISSION (9206-9343 QUÉBEC INC.) RAPPORT FINAL INTERVENTION À LA MAISON DE THÉRAPIE ET DE RÉINSERTION SOCIALE L INTER-MISSION (9206-9343 QUÉBEC INC.) Le 13 janvier 2012 Avis Le présent rapport a été rédigé au terme d une intervention

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE

AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE AIDE-MÉMOIRE : RAPPORT D ÉVALUATION PROFESSIONNELLE DE L ÉQUIPE DE SANTÉ MENTALE 1 ÈRE LIGNE Avant de débuter : Vérifiez si les données d identification et les données sociodémographiques du client figurant

Plus en détail

DIRECTION SANTÉ MENTALE ET SERVICES GÉNÉRAUX. SERVICES 1 e LIGNE 3 POINTS DE SERVICE

DIRECTION SANTÉ MENTALE ET SERVICES GÉNÉRAUX. SERVICES 1 e LIGNE 3 POINTS DE SERVICE DIRECTION SANTÉ MENTALE ET SERVICES GÉNÉRAUX SERVICES 1 e LIGNE 3 POINTS DE SERVICE SERVICE 1 e LIGNE 3 GRANDS TYPES DE SERVICES OFFERTS SERVICES AMBULATOIRES Gatineau 9 ETC: psychologues, travailleurs

Plus en détail

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010

ÉCHELLE GRADUÉE DE FIDÉLITÉ AU MODÈLE SIM (SUIVI INTENSIF DANS LE MILIEU) PROGRAMME PRIORITÉ AU LOGEMENT Tsemberis et Stefancic, AVRIL 2010 CHOIX ET STRUCTURE DU LOGEMENT 1. Choix du logement. Les participants au programme choisissent le lieu et les autres caractéristiques de leur logement. 2. Disponibilité du logement. Mesure dans laquelle

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

trajectoire de services et mécanisme d accès en toxicomanie pour les jeunes âgés de moins de 18 ans de la région de Montréal

trajectoire de services et mécanisme d accès en toxicomanie pour les jeunes âgés de moins de 18 ans de la région de Montréal trajectoire de services et mécanisme d accès en toxicomanie pour les jeunes âgés de moins de 18 ans de la région de Montréal Ce document est une production du Centre Dollard-Cormier / Direction générale.

Plus en détail

Réseau de soins psychiatriques coordonnés

Réseau de soins psychiatriques coordonnés Réseau de soins psychiatriques coordonnés Nom de l établissement Historique Services psychiatriques Jura bernois Bienne-Seeland Psychiatrische Dienste Biel-Seeland Berner Jura Les Services psychiatriques

Plus en détail

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE Programme d aide aux employés Par Denis GOBEILLE Les difficultés des employés Santé mentale au Canada 1 Canadien sur 10 souffre de l'une ou l'autre des affections suivantes D une dépression; De manies;

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Présentation aux utilisateurs

Présentation aux utilisateurs Présentation aux utilisateurs DSM Le 13 février 2012 Contexte Besoin sans cesse grandissant de disposer en temps réel d une information à jour et à valeur ajoutée, afin de soutenir la prestation de services

Plus en détail

Présentation des conférenciers

Présentation des conférenciers LA GESTION TRANSVERSALE INTÉGRÉE EN HYGIÈNE ET SALUBRITÉ CHU de Québec LA GESTION TRANSVERSALE INTÉGRÉE EN HYGIÈNE ET SALUBRITÉ Présentation des conférenciers Introduction EXEMPLE DE L ÉVOLUTION D UNE

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 -

SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES. Livret d Accueil - 1 - SERVICE APPARTEMENTS THÉRAPEUTIQUES Livret d Accueil - 1 - Sommaire Contrat de soins p 3 Contrat de séjour d occupation de l appartement Règlement intérieur d occupation de l appartement p 6 Fiche sociale

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

LE MODÈLE DU CUBE. Modèle actuel des 4 piliers. Première dimension. Prévention Thérapie Réduction des risques Répression

LE MODÈLE DU CUBE. Modèle actuel des 4 piliers. Première dimension. Prévention Thérapie Réduction des risques Répression Modèle actuel des 4 piliers Première dimension Prévention Thérapie Réduction des risques Répression Lacunes Les mesures ne sont pas concertées Les substances psychoactives ne sont pas toutes prises en

Plus en détail

Hébergement des personnes âgées dépendantes. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Sourire. Soutien. Personnel qualifié.

Hébergement des personnes âgées dépendantes. lien. créent du. Les Etablissements MGEN. Quand les soins. Sourire. Soutien. Personnel qualifié. Soins psychiatriques Personnel qualifié Sourire Services Hébergement Animateurs Séjours personnalisés Hébergement des personnes âgées dépendantes Les Etablissements MGEN Quand les soins créent du lien

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES re DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Diplôme d Etat d'aide Médico-Psychologique fonctions d encadrement NOTICE D ACCOMPAGNEMENT DU LIVRET 2 Cette notice

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13

ÉQIIP SOL. Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? 2014-11-13 ÉQIIP SOL Équipe d intervention intensive de proximité Pourquoi une équipe d intervention intensive de proximité? Présence d un plateau technique de traitement en santé mentale et en toxicomanie : CHUM

Plus en détail

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé

La stabilisation d un jeune par le logement supervisé La stabilisation d un jeune par le logement supervisé Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes Itinérance

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Case management et assuétudes : un nouveau concept

Case management et assuétudes : un nouveau concept Case management et assuétudes : un nouveau concept Expérience au CHU Brugmann Florence FAUCONNIER Infirmière en santé communautaire, Ingénieur social & anthropo-sociologue Coordinatrice Case Management

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C

SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ NOR : SJSH0830983C MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation des soins Bureau de l offre régionale

Plus en détail

Le programme de maîtrise avec stage

Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage comporte 45 crédits, répartis comme suit : - 15 crédits de cours - 12 crédits de stage - 18 crédits pour la rédaction d'un rapport

Plus en détail

L INFORMATISATION DES GMF

L INFORMATISATION DES GMF L INFORMATISATION DES GMF Quelques mots sur la section GMF de l Intranet Réseau En janvier 2004, le ministre Couillard procédait au lancement de l Intranet Réseau destiné à l ensemble des gestionnaires

Plus en détail

Faculté des sciences infirmières

Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences Le Baccalauréat en sciences est offert selon divers parcours en fonction des études antérieures : Le programme 1-630-1-1 : un parcours à l intention des titulaires d un DEC en formation

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Coordination des travaux Robert Faulkner. Rédaction Marie-Claude Paquette Guylaine Doré. Secrétariat Francine Hardy Dolorès Larouche Sylvie Tremblay

Coordination des travaux Robert Faulkner. Rédaction Marie-Claude Paquette Guylaine Doré. Secrétariat Francine Hardy Dolorès Larouche Sylvie Tremblay 1 Coordination des travaux Robert Faulkner Rédaction Marie-Claude Paquette Guylaine Doré Secrétariat Francine Hardy Dolorès Larouche Sylvie Tremblay Collaboration Paul Roberge Mario Fréchette Marie-Josée

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

LAMA. Initiateur. Présentation Centre thérapeutique ambulatoire pour usagers de drogues. Le projet compte 3 antennes. Objectifs

LAMA. Initiateur. Présentation Centre thérapeutique ambulatoire pour usagers de drogues. Le projet compte 3 antennes. Objectifs LAMA Centre thérapeutique ambulatoire pour usagers de drogues. Le projet compte 3 antennes. - Sensibilisation à l accueil des usagés de drogues en milieu non spécialisé. - Amélioration de la qualité de

Plus en détail

Loi sur la santé publique en matière d alcool. Présenté par M. Alexandre Gauvreau Ministre de la Santé et des Services sociaux

Loi sur la santé publique en matière d alcool. Présenté par M. Alexandre Gauvreau Ministre de la Santé et des Services sociaux Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 65 e LÉGISLATURE Projet de loi n 2 Loi sur la santé publique en matière d alcool Présenté par M. Alexandre Gauvreau Ministre de la Santé et

Plus en détail

1 place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne.

1 place du Maréchal Juin - 35000 Rennes Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne. Tél. : 02 23 20 14 60 - Fax : 02 23 20 14 91 E-mail : cirdd@cirdd-bretagne.fr - www.cirdd-bretagne.fr ALCOOL ET JEUNES Les mesures les plus efficaces Guylaine Bénec h - gbenech@cirdd-bretagne.fr 02-23-20-62-07

Plus en détail

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne

Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Le Contrat Thérapeutique en Catalogne Programme d Aide d Intégrale aux Médecins M Malades de Catalogne Dr. Antoni Arteman Gérant Fondation Galatea Conseil Régional R de l Ordre l des Médecins M Rhône-Alpes

Plus en détail

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-OUEST 2002/2003

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-OUEST 2002/2003 Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier MERCIER-OUEST Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour mission

Plus en détail

www.ecole-superieure-coaching.com contact : 09 66 96 33 85

www.ecole-superieure-coaching.com contact : 09 66 96 33 85 MASTER COACH DE LA FONCTION RH ET DE LA GESTION DES RISQUES PSYCHO SOCIAUX www.ecole-superieure-coaching.com contact : 09 66 96 33 85 LA FORMATION MASTER COACH DES FONCTIONS RH 12 jours de formation présentielle

Plus en détail

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais Organisation du dispositif addiction en Valais Philippe Vouillamoz directeur secteur AideIPrévention 2011 2012 Nous changeons d image pas de mission Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles

Plus en détail

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés septembre 2013 Liste des éléments de données de la infirmières et Les documents énumérés dans la présente liste ont été adaptés à partir du Dictionnaire des données et manuel de traitement de la 2013.

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : ASSOCIATION NATIONALE DE PREVENTION EN ALCOOLOGIE ET ADDICTOLOGIE. Coordonnées

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Le projet SyMO : Un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle

Le projet SyMO : Un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle Le projet SyMO : Un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle Contexte du projet en soins palliatifs nombre de personnes atteintes de cancer dans la population. nombre de demandes

Plus en détail

Regroupement hockey de Québec Ouest REGROUPEMENT HOCKEY DE QUÉBEC OUEST CODE DE DÉONTOLOGIE

Regroupement hockey de Québec Ouest REGROUPEMENT HOCKEY DE QUÉBEC OUEST CODE DE DÉONTOLOGIE REGROUPEMENT HOCKEY DE QUÉBEC OUEST CODE DE DÉONTOLOGIE SAISON 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Le lexique... 3 2. Le code de déontologie... 3 3. Les règles d éthique... 3 Le code d éthique des administrateurs...

Plus en détail

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur

ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT. Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur ANNEXE VII : NOTICE D ACCOMPAGNEMENT Demande de Validation des Acquis de l Expérience pour le diplôme d Etat de moniteur éducateur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L EDUCATION

Plus en détail

Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage!

Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage! Prévenir et lutter contre la toxicomanie : Pas à pas avec Portage! Congrès biennal du Comité Québécois pour les jeunes en difficultés de comportement Québec - 3 mai 2012 La toxicomanie au Québec Portage

Plus en détail

-- Que faire face au risque dépendance?

-- Que faire face au risque dépendance? Conférence du 16 juin 2008 pour l APAI -- Que faire face au risque dépendance? Les coordonnées des intervenants : Nicole MISPELAERE Conseiller financier mispeln@agf.fr Portable perso 06 82 81 06 11 Michel

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL LA FONCTION D ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Définition du travail de l assistant de service social Dans une démarche éthique et déontologique, l assistant de service social agit avec les personnes, les familles,

Plus en détail

INDICATEUR 11 : EXEMPLES DE PROFIL DE LA CLIENTÈLE, D OUTILS DE MESURE DE LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE ET DE DOCUMENTS C11

INDICATEUR 11 : EXEMPLES DE PROFIL DE LA CLIENTÈLE, D OUTILS DE MESURE DE LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE ET DE DOCUMENTS C11 INDICATEUR 11 : EXEMPLES DE PROFIL DE LA CLIENTÈLE, D OUTILS DE MESURE DE LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE ET DE DOCUMENTS C11 La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY)

CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY) CONCEPT DE PRISE EN CHARGE DE «L ÉTOILE DU MATIN» (CUGY) 1. Le contexte L action de Bethraïm-Maison de la Vie se situe depuis 1988 dans le contexte de l assistance aux personnes souffrant de dépendances

Plus en détail

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec Le présent document est disponible uniquement en version électronique à l adresse : www.msss.gouv.qc.ca

Plus en détail

SUPERVISEUR/COORDINATEUR DE PROGRAMMES D APRÈS L ÉCOLE MODÈLE DE FICHE DE POSTE NON-SINDIQUÉ

SUPERVISEUR/COORDINATEUR DE PROGRAMMES D APRÈS L ÉCOLE MODÈLE DE FICHE DE POSTE NON-SINDIQUÉ PROFIL DE LA COLLECTIVITÉ Éditez le modèle suivant pour créer votre propre fiche de poste en sélectionnant de la liste donné les éléments qui s appliquent Municipalité/Org Population Ménages Zone (Km carrés)

Plus en détail

Par: Stéphanie Meilleur

Par: Stéphanie Meilleur * Par: Stéphanie Meilleur Conseillère en information scolaire et professionnelle CÉSAR, Université de Montréal http://cesar.umontreal.ca/orientation/exercices.htm Table des matières 1. Explication de la

Plus en détail

ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR :

ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR : ASSISTANCE ET MAINTENANCE INFORMATIQUE N 15AG004 POUVOIR ADJUDICATEUR : Ville de PONT-A-MOUSSON Hôtel de Ville 19, Place DUROC 54701 PONT-A-MOUSSON Cedex Et CCAS C.C.T.P Marché à procédure adaptée (Selon

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. LA MAISON DE VIE 450 Chemin de la Peyrière - 84200 CARPENTRAS lamaisondevie@gmail.com

DEMANDE D ADMISSION. LA MAISON DE VIE 450 Chemin de la Peyrière - 84200 CARPENTRAS lamaisondevie@gmail.com pour le bien-être des personnes vivant avec le vih DEMANDE D ADMISSION LA MAISON DE VIE 450 Chemin de la Peyrière - 84200 CARPENTRAS lamaisondevie@gmail.com DOCUMENTS A JOINDRE POUR TOUTE DEMANDE D ADMISSION

Plus en détail

Politique des voyages octobre 2015

Politique des voyages octobre 2015 Politique des voyages octobre 2015 Introduction Les voyages sont de riches expériences pour les élèves. Ils permettent des rapports significatifs avec le personnel de l école, des réalités autres que celles

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS TITRE Dépistage et évaluation de la douleur - Hospitalier DÉFINITION RSI.006 Février 2008 Page 1 de 6 La douleur étant une donnée subjective, seul le résident peut signifier sa douleur. Si un usager exprime

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS)

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) NÉONATALOGIE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME NOVEMBRE 2010 Ordre des infirmières et infirmiers

Plus en détail

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés

tières Services infirmiers Services médicaux Services aux enfants, aux parents et aux familles Services aux jeunes Services aux aînés Table des matières Services infirmiers 2 Services médicaux 4 Services aux enfants, aux parents et aux familles 5 Services aux jeunes 7 Services aux aînés 8 Services de soutien à domicile 9 Services pour

Plus en détail

Formation. «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015

Formation. «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015 Formation «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» Saint-Gaudens Novembre 2014 janvier 2015 Vous souhaitez sécuriser votre activité? Évaluer rapidement la rentabilité de vos produits et services

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Survol du Programme d assurance de la qualité

Survol du Programme d assurance de la qualité Survol du Programme d assurance de la qualité Aperçu du Programme d assurance de la qualité PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ AUTOÉVALUATION, ÉDUCATION PERMANENTE ET PERFECTIONNEMENT PROFESSIONNEL ÉVALUATION

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE 56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE [C 2014/27210] 15 MAI 2014. Arrêté du Gouvernement wallon portant exécution du décret du 28 novembre 2013 relatif à la performance

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC- IUD) Formation, consultation et enseignement PROGRAMMATION 2013-2014 INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités

L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dossier de presse Mardi 20 janvier 2015 L Action Sociale de proximité des services du Département et du Centre Communal d Action Sociale (CCAS) sur Brest Données d activités Dans le cadre d un protocole

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ

POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ But L objectif de cette politique est d assurer que la Lutheran Community Care Centre offre un environnement sécuritaire et accessible d une manière qui respecte la dignité et

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE

SOINS DE PREMIÈRE LIGNE AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) SOINS DE PREMIÈRE LIGNE QUESTIONNAIRE PRÉPARATOIRE À LA VISITE D AGRÉMENT DU PROGRAMME SEPTEMBRE 2011 Ordre des infirmières

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC-IUD) PROGRAMMATION 2013-2014 Formation, consultation et enseignement INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Spécial confrères. Terrain d étude multicanal. Qualité avant tout, les règles. Michel SOUFIR. michel.soufir@datascopie.com

Spécial confrères. Terrain d étude multicanal. Qualité avant tout, les règles. Michel SOUFIR. michel.soufir@datascopie.com Terrain d étude multicanal Spécial confrères Michel SOUFIR Directeur général datascopie France et Tunisie Une grande partie de notre activité passe par des confrères qui vont nous proposer d être leur

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Maisons de Retraite Etablissements sanitaires Etablissements pour Personnes Agées

Maisons de Retraite Etablissements sanitaires Etablissements pour Personnes Agées Les Ateliers Mémoire 5 mai 2014 Maisons de Retraite Etablissements sanitaires Etablissements pour Personnes Agées Serge PALANQUE Parcours de Vie Moyen d une personne ARCEA- Saclay: Nombre total d adhérents:

Plus en détail

DÉSINTOXICATION DANS LES CENTRES DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE

DÉSINTOXICATION DANS LES CENTRES DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LES SERVICES DE DÉSINTOXICATION DANS LES CENTRES DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE MEILLEURES PRATIQUES ET OFFRE DE SERVICES DE BASE DANS UN CONTEXTE DE RÉSEAU INTÉGRÉ DE SERVICES Les services de désintoxication

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail