Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais"

Transcription

1 Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais Conservatoire d Espaces Naturels Rhône Alpes - Cermosem Gustave Coste - Stagiaire Montpellier SupAgro Nicolas Robinet - Géomaticien Cermosem 2 Octobre 2013 SIG / 33

2 Sommaire 1 Introduction 2 Méthodologie détaillée 3 Évaluation et discussion 4 Conclusion 2 / 33

3 Introduction Présentation du contexte Les pelouses sèches, un milieu important mais fragile Qu est-ce qu une pelouse sèche? C est une formation végétale à dominante herbacée formant un tapis plus ou moins dense sur des sols peu épais ou pauvres en éléments nutritifs et subissant un éclairement intense ainsi qu une période de sécheresse climatique ou édaphique. De nombreux intérêts : Habitat de nombreuses espèces remarquables Réserve de pâturage Intérêt paysager (tourisme, chasse, etc...) Protection contre les incendies 3 / 33

4 Introduction Présentation du contexte Les pelouses sèches, un milieu important mais fragile Qu est-ce qu une pelouse sèche? C est une formation végétale à dominante herbacée formant un tapis plus ou moins dense sur des sols peu épais ou pauvres en éléments nutritifs et subissant un éclairement intense ainsi qu une période de sécheresse climatique ou édaphique. Une double menace : Intensification des activités humaines Disparition du pastoralisme 3 / 33

5 Introduction Présentation du contexte Les pelouses sèches, un milieu important mais fragile Le Conservatoire d Espaces Naturels Rhône-Alpes a décidé d inventorier les pelouses sèches à l échelle de la région. 4 / 33

6 Introduction Présentation du contexte Le Bas-Vivarais, un contexte spécial Figure : Localisation de l Ardèche Figure : Situation biogéographique du Bas-Vivarais Ensemble calcaire Climat méditerranéen Historique pastoral 1 500km 2 5 / 33

7 Introduction Présentation du contexte Données et logiciels utilisés Données : BD-Ortho R 2007 et 2011 IRC 0.5m BD-Topo R Registre Parcellaire Graphique Logiciels : ENVI 5.0 IDL 8.2 ArcGIS 10.0 R / 33

8 Introduction Présentation de la méthodologie Approche orientée objet : Principe Méthodologie en deux étapes : Segmentation Regroupement des pixels de l image en groupes cohérents appelés objets. Classification Classification des objets selon leurs caractéristiques spectrales, texturales et géométriques. 7 / 33

9 Introduction Méthodologie détaillée Évaluation et discussion Conclusion Introduction Présentation de la méthodologie Approche orientée objet : Exemple Figure : Image de référence N 8 / 33

10 Introduction Présentation de la méthodologie Approche orientée objet : Exemple Figure : Image segmentée en objets 8 / 33

11 Introduction Présentation de la méthodologie Méthodologie globale 1 Classification par règles 2 Classification supervisée 3 Post-traitement 9 / 33

12 Méthodologie détaillée Classification par règles La brillance Très faible pour les ombres Très fort pour les dalles calcaires Confusion entre les dalles calcaires et certaines pelouses Formule : B = PIR + R + V 10 / 33

13 Méthodologie détaillée Classification par règles Le NDVI Normalized Difference Vegetation Index La végétation absorbe le rouge La végétation réfléchit le proche infrarouge Le NDVI de la végétation est très fort, contrairement aux surfaces minérales Formule : NDVI = PIR R PIR + R 11 / 33

14 Méthodologie détaillée Classification par règles Brillance et NDVI Figure : Image de référence 12 / 33

15 Méthodologie détaillée Classification par règles Brillance et NDVI Figure : Élimination des surfaces minérales 12 / 33

16 Méthodologie détaillée Classification par règles Brillance et NDVI Figure : Élimination des surfaces très photosynthétiques 12 / 33

17 Méthodologie détaillée Classification par règles Le problème des surfaces cultivées Figure : Image de référence 13 / 33

18 Méthodologie détaillée Classification par règles Détection de changement Figure : Différence de NDVI entre les deux dates 13 / 33

19 Méthodologie détaillée Classification supervisée Classification basée sur les données Connaissance des classes et a priori sur les variables explicatives : 14 / 33

20 Méthodologie détaillée Classification supervisée Classification basée sur les données Connaissance des classes et a priori sur les variables explicatives : Classification par règles 14 / 33

21 Méthodologie détaillée Classification supervisée Classification basée sur les données Connaissance des classes et a priori sur les variables explicatives : Classification par règles Connaissance des classes sans a priori sur les variables explicatives : 14 / 33

22 Méthodologie détaillée Classification supervisée Classification basée sur les données Connaissance des classes et a priori sur les variables explicatives : Classification par règles Connaissance des classes sans a priori sur les variables explicatives : Classification supervisée 14 / 33

23 Méthodologie détaillée Classification supervisée Procédure 1 Saisie d un échantillon d apprentissage et d un échantillon de test 15 / 33

24 Méthodologie détaillée Classification supervisée Procédure 1 Saisie d un échantillon d apprentissage et d un échantillon de test 2 Création d un modèle expliquant la distribution des classes en fonction des variables explicatives sur l échantillon d apprentissage 15 / 33

25 Méthodologie détaillée Classification supervisée Procédure 1 Saisie d un échantillon d apprentissage et d un échantillon de test 2 Création d un modèle expliquant la distribution des classes en fonction des variables explicatives sur l échantillon d apprentissage 3 Prédiction des classes des objets du jeu de test 15 / 33

26 Méthodologie détaillée Classification supervisée Procédure 1 Saisie d un échantillon d apprentissage et d un échantillon de test 2 Création d un modèle expliquant la distribution des classes en fonction des variables explicatives sur l échantillon d apprentissage 3 Prédiction des classes des objets du jeu de test 4 Évaluation de la fiabilité de la méthode 15 / 33

27 Méthodologie détaillée Classification supervisée Procédure 1 Saisie d un échantillon d apprentissage et d un échantillon de test 2 Création d un modèle expliquant la distribution des classes en fonction des variables explicatives sur l échantillon d apprentissage 3 Prédiction des classes des objets du jeu de test 4 Évaluation de la fiabilité de la méthode 5 Création d un modèle sur l échantillon global (apprentissage + test) 15 / 33

28 Méthodologie détaillée Classification supervisée Procédure 1 Saisie d un échantillon d apprentissage et d un échantillon de test 2 Création d un modèle expliquant la distribution des classes en fonction des variables explicatives sur l échantillon d apprentissage 3 Prédiction des classes des objets du jeu de test 4 Évaluation de la fiabilité de la méthode 5 Création d un modèle sur l échantillon global (apprentissage + test) 6 Application du modèle à tous les objets 15 / 33

29 Méthodologie détaillée Classification supervisée Avantages et limites Avantages : Possibilité de soulever des correspondances inattendues... Limites :... mais peu de marge de manœuvre. 16 / 33

30 Méthodologie détaillée Classification supervisée Avantages et limites Avantages : Possibilité de soulever des correspondances inattendues... Basé sur les données et non sur la représentation qu on en a... Limites :... mais peu de marge de manœuvre.... mais très dépendant de la représentativité de l échantillon. 16 / 33

31 Méthodologie détaillée Classification supervisée Résultats Erreurs de commission : 10% Erreurs d omission : 8% 17 / 33

32 Méthodologie détaillée Classification supervisée Résultats Erreurs de commission : 10% Bonne distinction des pelouses Erreurs d omission : 8% 17 / 33

33 Méthodologie détaillée Classification supervisée Résultats Erreurs de commission : 10% Bonne distinction des pelouses Erreurs d omission : 8% Perte de certaines pelouses 17 / 33

34 Méthodologie détaillée Classification supervisée Impossible de discriminer parfaitement les pelouses sèche du reste Figure : Représentation de l échantillon de test dans le plan principal d une ACP 18 / 33

35 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Pourquoi généraliser les contours? Contours selon les arêtes des pixels Contours au pixel près Objets cohérents spectralement mais pas écologiquement 19 / 33

36 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Pourquoi généraliser les contours? Contours selon les arêtes des pixels Contours au pixel près Objets cohérents spectralement mais pas écologiquement Nécessité de donner plus de sens aux contours des objets. 19 / 33

37 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Notion de filtre morphologique Motif d origine : 20 / 33

38 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Notion de filtre morphologique Motif d origine : Dilatation Dilatation des objets d un nombre de pixels donné. 20 / 33

39 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Notion de filtre morphologique Motif d origine : Dilatation Dilatation des objets d un nombre de pixels donné. Érosion Réduction des objets d un nombre de pixel donné. 20 / 33

40 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Filtre combiné Motif d origine : 21 / 33

41 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Filtre combiné Motif d origine : Fermeture Dilatation suivie d une érosion 21 / 33

42 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Filtre combiné Motif d origine : Fermeture Dilatation suivie d une érosion Ouverture Érosion suivie d une dilatation 21 / 33

43 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Utilisation Figure : Image de référence 22 / 33

44 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Utilisation Figure : Fermeture 22 / 33

45 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Utilisation Figure : Ouverture 22 / 33

46 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat La fermeture du milieu Embroussaillement interne Embroussaillement externe Gros ligneux au sein d une pelouse 23 / 33

47 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat La fermeture du milieu Embroussaillement interne Embroussaillement externe Gros ligneux au sein d une pelouse Qu est-ce qui doit être considéré comme de l embroussaillement? 23 / 33

48 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Estimation du degré de fermeture Figure : Image de référence 24 / 33

49 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Estimation du degré de fermeture Figure : Résultat brut 24 / 33

50 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Estimation du degré de fermeture Figure : Résultat après post-traitement 24 / 33

51 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Estimation du degré de fermeture Figure : Seuillage sur le NDVI 24 / 33

52 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Estimation du degré de fermeture Figure : Estimation du pourcentage de ligneux 24 / 33

53 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Enrichissement de l inventaire Intégration de données : Résultats de l inventaire pastoral Distance à la zone pâturée la plus proche Calcul de variables : Surface des pelouses Pourcentage estimé de ligneux Distance à la pelouse la plus proche Surface de la pelouse la plus proche Identifiant de la pelouse la plus proche 25 / 33

54 Introduction Méthodologie détaillée Évaluation et discussion Conclusion N 26 / 33

55 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Distribution en nombre d échantilllon 27 / 33

56 Méthodologie détaillée Post-traitement du résultat Distribution en surface 28 / 33

57 Évaluation et discussion Évaluation du résultat final Méthodes d évaluation Deux indicateurs : Exactitude α = P(NPS V PS P ) α = 8% Le résultat contient environ 90% de pelouses 29 / 33

58 Évaluation et discussion Évaluation du résultat final Méthodes d évaluation Deux indicateurs : Exactitude α = P(NPS V PS P ) α = 8% Le résultat contient environ 90% de pelouses Exhaustivité β = P(NPS P PS V ) β = 22% Environ 80% des pelouses sont inventoriées 29 / 33

59 Évaluation et discussion Limites de la méthodologie Limites Limites : Utilisation de la BD-Ortho R Fiabilité de la photo-interprétation inconnue Pas de prise en compte de la surface dans le calcul des indices α et β Pas de détermination de l alliance phytosociologique 30 / 33

60 Conclusion Perspectives : Utilisation de l inventaire pour évaluer l état de conservation des pelouses sèches et organiser les mesures de gestion à l échelle du Bas-Vivarais. 31 / 33

61 Conclusion Perspectives : Utilisation de l inventaire pour évaluer l état de conservation des pelouses sèches et organiser les mesures de gestion à l échelle du Bas-Vivarais. Utilisation d un MNT pour déterminer l alliance phytosociologique la plus probable. 31 / 33

62 Conclusion Perspectives : Utilisation de l inventaire pour évaluer l état de conservation des pelouses sèches et organiser les mesures de gestion à l échelle du Bas-Vivarais. Utilisation d un MNT pour déterminer l alliance phytosociologique la plus probable. Enrichissement de l inventaire avec d autres sources de données et calcul de nouvelles variables. 31 / 33

63 Conclusion Perspectives : Utilisation de l inventaire pour évaluer l état de conservation des pelouses sèches et organiser les mesures de gestion à l échelle du Bas-Vivarais. Utilisation d un MNT pour déterminer l alliance phytosociologique la plus probable. Enrichissement de l inventaire avec d autres sources de données et calcul de nouvelles variables. Transposition de la méthode à d autres contexte (ex : Sud-Drôme). 31 / 33

64 Merci de votre attention. 32 / 33

65 Inventaire par télédétection des pelouses sèches du Bas-Vivarais Conservatoire d Espaces Naturels Rhône Alpes - Cermosem Gustave Coste - Stagiaire Montpellier SupAgro Nicolas Robinet - Géomaticien Cermosem 2 Octobre 2013 SIG / 33

66 Annexes

67 Principe des indices de texture Considération du pixel dans son environnement Figure : Augmentation de la taille de la fenêtre de calcul 35 / 36

68 Principe des indices de texture Considération du pixel dans son environnement Indices d occurrences : étude de l occurrence des niveaux de gris au sein de la fenêtre de calcul Figure : Augmentation de la taille de la fenêtre de calcul 35 / 36

69 Principe des indices de texture Considération du pixel dans son environnement Indices d occurrences : étude de l occurrence des niveaux de gris au sein de la fenêtre de calcul Indices de co-occurrence : étude des transitions entre niveaux de gris Figure : Augmentation de la taille de la fenêtre de calcul 35 / 36

70 Introduction Méthodologie détaillée Évaluation et discussion Conclusion Utilisation d indices de texture Figure : Image de référence N 36 / 36

71 Utilisation d indices de texture Figure : Calcul de l homogénéité 36 / 36

72 Introduction Méthodologie détaillée Évaluation et discussion Conclusion Utilisation d indices de texture Figure : Segmentation sur le canal d homogénéité N 36 / 36

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

Détection de changements pour la mise à jour de BD géographiques vectorielles par classification par région

Détection de changements pour la mise à jour de BD géographiques vectorielles par classification par région Détection de changements pour la mise à jour de BD géographiques vectorielles par classification par région de données satellitaires à THR Eléonore Wolff Analyse Géospatiale Institut de Gestion de l Environnement

Plus en détail

Géométrie discrète Chapitre V

Géométrie discrète Chapitre V Géométrie discrète Chapitre V Introduction au traitement d'images Géométrie euclidienne : espace continu Géométrie discrète (GD) : espace discrétisé notamment en grille de pixels GD définition des objets

Plus en détail

Forum SITG FÉLIX ROUSSEL MAÎTRE DE STAGE: DAVID BENI 5E ANNÉE DE SPÉCIALITÉ TOPOGRAPHIE, INSA DE STRASBOURG JEUDI 27 AOUT 2015

Forum SITG FÉLIX ROUSSEL MAÎTRE DE STAGE: DAVID BENI 5E ANNÉE DE SPÉCIALITÉ TOPOGRAPHIE, INSA DE STRASBOURG JEUDI 27 AOUT 2015 1 Forum SITG Enrichissement des géo spatio-les de référence de la direction de la mensuration officielle à partir des archives existantes. FÉLIX ROUSSEL MAÎTRE DE STAGE: DAVID BENI 5E ANNÉE DE SPÉCIALITÉ

Plus en détail

Aperçugénéral des principales méthodes d Extraction d informations thématiques à partir des images satellites

Aperçugénéral des principales méthodes d Extraction d informations thématiques à partir des images satellites Projet GIZ-CRTS Formation en Télédétection spatiale et SIG CRTS, 18-21 janvier 2016 Aperçugénéral des principales méthodes d Extraction d informations thématiques à partir des images satellites Abderrahman

Plus en détail

Vérification du bâti à partir de la disparité de points de contour

Vérification du bâti à partir de la disparité de points de contour Vérification du bâti à partir de la disparité de points de contour Charles Beumier Signal and Image Centre (Prof. Marc Acheroy) Ecole royale militaire Bruxelles, Belgique 8 Jan 29, Paris-Tech 1 Vérification

Plus en détail

Acquisition d un référentiel topographique haute résolution LIDAR sur l estuaire de la Seine

Acquisition d un référentiel topographique haute résolution LIDAR sur l estuaire de la Seine 1 16:47 Acquisition d un référentiel topographique haute résolution LIDAR sur l estuaire de la Seine Etat d avancement sur l acquisition et perspectives de valorisation Nicolas Bacq GIP Seine-Aval 2 16:47

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Cartographie des toitures végétalisées de la ville de Genève

Cartographie des toitures végétalisées de la ville de Genève SYSTEME D'INFORMATION DU PATRIMOINE VERT (SIPV) Cartographie des toitures végétalisées de la ville de Genève Pascal MARTIN, Joëlle MASSY et Nicolas WYLER En partenariat avec : Plan CJB & SIPV Les toits

Plus en détail

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue

D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D une végétation quasi absente, à une végétation éparse, à une végétation continue D un habitat isolé, à un habitat diffus, à un habitat groupé Figure 4 : Neuf types d interface habitat-forêt 3. Méthodologie

Plus en détail

BRGM/RP RP- 54 787 - FR

BRGM/RP RP- 54 787 - FR Aide à la mise au point d une méthodologie de traitement de la couverture territoriale SPOT 5 pour le calcul des superficies dégradées par l ancienne activité minière en Nouvelle-Calédonie Rapport final

Plus en détail

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme

Avertissement. Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Avertissement Cette présentation ne prétend pas détenir la seule vérité en matière d histogramme Si vous fouillez un peu dans votre appareil photo, vous êtes surement déjà tombé sur un graphique un peu

Plus en détail

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance Olivier Hagolle Mercredi 6 février 2012 Sentinel-2 : révolution du suivi de la végétation par télédétection 13 bandes spectrales, résolution 10m à 20m,

Plus en détail

Évaluation de la classification et segmentation d'images en environnement incertain

Évaluation de la classification et segmentation d'images en environnement incertain Évaluation de la classification et segmentation d'images en environnement incertain EXTRACTION ET EXPLOITATION DE L INFORMATION EN ENVIRONNEMENTS INCERTAINS / E3I2 EA3876 2, rue F. Verny 29806 Brest cedex

Plus en détail

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale.

Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. 1 POLLUTION DES SOLS Manuel d utilisation du formulaire «études de sol» à l attention des experts agréés en pollution du sol en Région de Bruxelles-Capitale. SOMMAIRE CHAPITRE I : INTRODUCTION... 2 CHAPITRE

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Mode d emploi du logiciel guifitcurve

Mode d emploi du logiciel guifitcurve Mode d emploi du logiciel guifitcurve D. Legland 18 juin 2008 Résumé Le programme guifitcurve est une interface graphique sous Matlab pour ajuster un contour polynomial à des images numérisées. L application

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015

LesFurets.com. Levée d embargo immédiate. Etude réalisée par. pour. Publiée le 13 octobre 2015 LesFurets.com Etude réalisée par pour Publiée le 13 octobre 2015 Levée d embargo immédiate Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 10 et 11

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DES FONDS SOCIAUX

GUIDE D UTILISATION DES FONDS SOCIAUX GUIDE D UTILISATION DES FONDS SOCIAUX Document réalisé par le service social en faveur des élèves DSDEN 25 - le 10 janvier 2013 sommaire TEXTES DE REFERENCES & PRINCIPES..page 4 1. APPLICATION...page 4

Plus en détail

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Laboratoire de Statistique et Probabilités UMR 5583 CNRS-UPS www.lsp.ups-tlse.fr/gadat Douzième partie XII Algorithmes de Support Vector Machines Principe

Plus en détail

Échantillonnage et estimation

Échantillonnage et estimation Échantillonnage et estimation Dans ce chapitre, on s intéresse à un caractère dans une population donnée dont la proportion est notée. Cette proportion sera dans quelques cas connue (échantillonnage),

Plus en détail

Inventaire des zones humides Vosges alsaciennes & Jura alsacien - Télédétection

Inventaire des zones humides Vosges alsaciennes & Jura alsacien - Télédétection Inventaire des zones humides Vosges alsaciennes & Jura alsacien - Télédétection Présentation // Généralités Objectifs>> Etudier les apports possibles des techniques de télédétection dans la cartographie

Plus en détail

Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT

Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT Gouvernance et qualité des données sous Solvabilité II Grégoire VUARLOT Directeur adjoint, Contrôles spécialisés et transversaux en assurance Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 01/04/2015

Plus en détail

Georgieva Diana Bourgouin Adrien Licence 3 ~ Faculté des Sciences et des Techniques UML ~ Bibliothèque. Projet UML.

Georgieva Diana Bourgouin Adrien Licence 3 ~ Faculté des Sciences et des Techniques UML ~ Bibliothèque. Projet UML. Projet UML Cas Bibliothèque Page 1 sur 35 S6 ~ 2008-2009 Sommaire I. Introduction 3 II. Modélisation A. Cas d utilisation 1. Première approche 4-6 2. Cas d utilisation avant la modélisation des diagrammes

Plus en détail

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Evolution d un scénario dans l expérience e-colab EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Cadre général Groupe e-colab au sein de l INRP Collaboration

Plus en détail

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM.

Application de la télédétection à la cartographie de l enneigement du Haut Atlas de Marrakech à partir d images SPOT VEGETATION et LANDSAT TM. Projet de recherche franco-marocain : Fonctionnement et ressources hydro-écologiques en région semi-aride (Tensift, Maroc) : Caractérisation, modélisation et prévision Application de la télédétection à

Plus en détail

Stagiaire : Claudia HUERTAS Mastère spécialisé SILAT. Responsable AMAP : Grégoire VINCENT

Stagiaire : Claudia HUERTAS Mastère spécialisé SILAT. Responsable AMAP : Grégoire VINCENT Stagiaire : Claudia HUERTAS Mastère spécialisé SILAT Responsable AMAP : Grégoire VINCENT Contexte Cette étude fait partie du projet «CANOPOR : Short term tropical forest canopy dynamics unveiled by Airborne

Plus en détail

Manuel d utilisation

Manuel d utilisation Manuel d utilisation MANUEL D UTILISATION MODULE GESTION CREER / MODIFIER UN USAGER DERNIERE MISE A JOUR : le 21 octobre 2009 Manuel d utilisation SOMMAIRE A. ETAT CIVIL... 3 B. CONTACTS... 4 C. INFOS

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description :

Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire. Description : Guide de description de l habitat Habitat principale ou habitat secondaire L habitat principal est l habitat qui est en surface le plus représenté dans la zone décrite. L habitat secondaire est décrit

Plus en détail

L imagerie géospatiale et ses applications

L imagerie géospatiale et ses applications SIG 2008 L imagerie géospatiale et ses applications De l image à l information géographique Copyright 2008 ITT Visual Information Solutions Tous droits réservés Plan Les images et leur diversité Le traitement

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Les Français et les détecteurs de fumée

Les Français et les détecteurs de fumée Les Français et les détecteurs de fumée Sondage réalisé par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 15 et 16 octobre 2015. Echantillon

Plus en détail

Les entreprises et le big data

Les entreprises et le big data Les entreprises et le big data Méthodologie Interrogation réalisée du 9 au 24 avril 2015. Un échantillon de 500 dirigeants et managers d entreprises, membres du comité de direction, représentatif des entreprises

Plus en détail

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009

GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet. ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11. Mise en Œuvre UML version du 24 avril 2009 GPA 789 : Analyse et Conception Orientées Objet ETS Mickaël Gardoni Bureau A 3588 tel 84 11 Mise en œuvre UML 1/ 25 Introduction Mise en œuvre d UML UML n est pas une méthode 2/ 25 1 UML n est qu un langage

Plus en détail

Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN) GEOSUD - DDT79

Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN) GEOSUD - DDT79 Cartographie des Cultures Intermédiaires Pièges à Nitrates CIPAN (Directive Nitrates) Méthode d évaluation par imagerie satellitaire des anomalies de cultures intermédiaires pour pièges à nitrate (CIPAN)

Plus en détail

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine Séminaire de restitution des études 2009-2010 - OHM bassin minier de Provence Aix-en-Provence, 25 juin 2010 Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi

Plus en détail

Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux

Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux Thème 3 : la sémiologie usages et renouveau Pour le renouvellement de la sémiologie de la carte de flux Françoise Bahoken Représenter sur une carte toute l information disponible dans une matrice de flux,

Plus en détail

ALEA-Karst : vers une approche multicritères de l aléa lié à la présence et à l effondrement de cavités karstiques

ALEA-Karst : vers une approche multicritères de l aléa lié à la présence et à l effondrement de cavités karstiques ALEA-Karst : vers une approche multicritères de l aléa lié à la présence et à l effondrement de cavités karstiques Cartographie des karsts de contact Méthode Doline S.PINSON /D3E EVE 2 octobre 2014 Journées

Plus en détail

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière

Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Mieux produire et préserver : Quelles approches pour les forêts au sein des territoires? Apport du LiDAR pour l'estimation de la ressource et la desserte forestière Pour mieux affirmer ses missions, le

Plus en détail

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English.

Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada. Sommaire de gestion. This report is also available in English. Appréciation et perceptions à l égard des deux langues officielles du Canada Sommaire de gestion Présenté au ministère du Patrimoine canadien Le 1er août 2012 par TNS Numéro du contrat : C1111-110947-001-CY

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

AnaXagora LMS v3.0. Guide d utilisation

AnaXagora LMS v3.0. Guide d utilisation AnaXagora LMS v3.0 Guide d utilisation Sommaire 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA...3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE...5 3. L APPRENTISSAGE...6 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL...6 3.1.1.

Plus en détail

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION PRÉSENTATION DE LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES 26 MAI 2015

TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION PRÉSENTATION DE LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES 26 MAI 2015 TITRE DE LA PRÉSENTATION > TITRE DE LA PARTIE CONSEIL D ADMINISTRATION PRÉSENTATION DE LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES 26 MAI 2015 Présentation de la cartographie des risques 22/05/2015 Avant toute chose,

Plus en détail

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA

Analyse du paysage. Université de Liège - LEMA Analyse du paysage 1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l habitat Université de Liège - LEMA Typologie de

Plus en détail

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau

Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Journée technique ARRA Gestion quantitative de la ressource en eau Etude Volumes Prélevables sur les Usses 2010-2012 5 avril 2013 SMECRU Syndicat Mixte d Etude du Contrat de Rivières des Usses Le bassin

Plus en détail

OUTILS DE TRAITEMENT DES IMAGES

OUTILS DE TRAITEMENT DES IMAGES ORFEO TOOLBOX OUTILS DE TRAITEMENT DES IMAGES Manuel Grizonnet 22 mai 2012 1 SOMMAIRE Généralités traitement d'images Programme ORFEO volet méthodologique : L'ORFEO ToolBox Traitement d'images de télédétection

Plus en détail

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs

Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs Why Software Projects Escalate: The Importance of Project Management Constructs 1. Introduction 2. Concepts de la gestion

Plus en détail

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015

L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing. MONSUG mai 2015 L analyse des correspondances et ses applications en recherche marketing MONSUG mai 2015 Contenu Mise en contexte et exemple d application L analyse des correspondances multiples (ACM) L ACM et la segmentation

Plus en détail

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Visual Information Solutions ENVI LiDAR L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Créer des visualisations réalistes. Extraire des objets 3D. Générer des produits

Plus en détail

La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel

La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel La gestion des herbus de la baie du Mont Saint- Michel Vincent Schricke ONCFS DER CNERA Avifaune Migratrice Colloque Zones humides, chasse et conservation de la nature Maison de la baie de Somme et de

Plus en détail

Le logiciel Ethnos. Ethnos est un logiciel de traitement d enquête conçu pour répondre à des besoins de collecte et de traitement de l information.

Le logiciel Ethnos. Ethnos est un logiciel de traitement d enquête conçu pour répondre à des besoins de collecte et de traitement de l information. Le logiciel Ethnos Ethnos est un logiciel de traitement d enquête conçu pour répondre à des besoins de collecte et de traitement de l information. Pour lancer l exécution du programme, il suffit de cliquer

Plus en détail

Analyse des images après lecture

Analyse des images après lecture http://transcriptome.ens.fr 1 Analyse des images après lecture Utilisation d un logiciel d analyse d image!: Sur la plate-forme de l ENS, nous avons choisi de travailler avec le logiciel GenePix Pro, vous

Plus en détail

DECOUVERTE DU LOGICIEL CIEL GESTION COMMERCIALE

DECOUVERTE DU LOGICIEL CIEL GESTION COMMERCIALE DECOUVERTE DU LOGICIEL CIEL GESTION COMMERCIALE 1 ère PARTIE : Création de la société et saisie des fichiers 1 ère étape : Créer le dossier 1. Lancer ciel gestion commerciale 2. Cliquer sur le bouton «annuler»

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ÉTUDE DE L'AFRIQUE

INTRODUCTION À L'ÉTUDE DE L'AFRIQUE 159 INTRODUCTION À L ÉTUDE DE L AFRIQUE (classe de 5 ème / à partir du site de la FAO) Objectifs 1. Exploiter une banque de données en ligne, puis construire une carte de synthèse du continent africain.

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

DÉTECTER ET CARTOGRAPHIER L A COUVERTURE VÉGÉTALE DE PA R I S ET DE SES ABORDS À GRANDE ÉCHELLE

DÉTECTER ET CARTOGRAPHIER L A COUVERTURE VÉGÉTALE DE PA R I S ET DE SES ABORDS À GRANDE ÉCHELLE DÉTECTER ET CARTOGRAPHIER L A COUVERTURE VÉGÉTALE DE PA R I S ET DE SES ABORDS À GRANDE ÉCHELLE par Paul Rouet Responsable de la banque de données urbaines Atelier parisien d urbanisme 9, rue d Agrippa

Plus en détail

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives.

Mémoire de fin d études: Les alliances stratégiques dans le transport aérien et son impact dans la branche Cargo: Analyse et perspectives. I. Introduction Le ciel sera-t-il bientôt un monopole? Moyen pour les compagnies aériennes de continuer à exister, les alliances n en sont pas mois certainement qu une étape vers leur concentration en

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

INTERPRÉTATION DES CODES RETOUR DANS LE PRÉFIXE A1

INTERPRÉTATION DES CODES RETOUR DANS LE PRÉFIXE A1 INTERPRÉTATION DES CODES RETOUR DANS LE PRÉFIXE A1 Contenu 1 INTRODUCTION...1 2 EXPLICATIONS GÉNÉRALES...1 2.1 CAS IDÉAL...1 2.2 QUESTIONS GÉNÉRALES...2 2.3 EXAMEN DES SITUATIONS POSSIBLES...2 2.3.1 Ceci

Plus en détail

Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles

Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles Assemblée des acteurs de la géomatique 9 décembre 2010 1 Délimitation des pédopaysages par cartographie numérique Application sur une partie des Combrailles Assemblée des acteurs de la géomatique 9 décembre

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

RC SOFT. SaaS RC SOFT. / solution de gestion à la demande RC SOFT OUTILS D'ANALYSE ACCESSIBILITÉ GESTION DE LA TVA SAISIE & DONNÉES ÉDITIONS & EXPORT

RC SOFT. SaaS RC SOFT. / solution de gestion à la demande RC SOFT OUTILS D'ANALYSE ACCESSIBILITÉ GESTION DE LA TVA SAISIE & DONNÉES ÉDITIONS & EXPORT C O M P TA B I L I T É Le module - Comptabilité permet de tenir l ensemble de votre comptabilité, de la saisie d écritures au bilan. Vous pouvez partager l ensemble des données avec vos collaborateurs

Plus en détail

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Guillem Candille, janvier 2006 Système de Prévision d Ensemble (EPS) (ECMWF Newsletter 90, 2001) Plan 1 Critères de validation probabiliste

Plus en détail

Programmation. Conception et publication d applications iphone & ipad. Jean-Marc Lacoste Thomas Sarlandie

Programmation. Conception et publication d applications iphone & ipad. Jean-Marc Lacoste Thomas Sarlandie Programmation ios 6 Conception et publication d applications iphone & ipad Jean-Marc Lacoste Thomas Sarlandie Groupe Eyrolles, 2013, ISBN : 978-2-212-13639-5 DEUXIÈME PARTIE Conception et ergonomie Cette

Plus en détail

2013 Pearson France Photoshop Elements 12 pour les photographes du numérique Loïc Olive

2013 Pearson France Photoshop Elements 12 pour les photographes du numérique Loïc Olive 1 l EnvirOnnEmEnt de travail L apprentissage d un logiciel de retouche photo passe par la découverte de son interface, de ses outils et des options de personnalisation de l espace de travail. C est donc

Plus en détail

Manipulation d objets multimédias

Manipulation d objets multimédias Manipulation d objets multimédias Description Ce laboratoire consiste à vous donner une connaissance de base des images au format numérique. Les réponses aux exercices ne se trouvent pas dans les notes

Plus en détail

Les probabilités de dépassement de seuil pour diagnostiquer l exposition aux contaminants chimiques en milieu de travail

Les probabilités de dépassement de seuil pour diagnostiquer l exposition aux contaminants chimiques en milieu de travail Cette présentation a été effectuée le 26 novembre 2014 au cours de la journée «Les probabilités de dépassement de seuil pour diagnostiquer l exposition aux contaminants chimiques en milieu de travail»

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Les Raconte-tapis. 1. Note à l attention des bibliothécaires. 2. Note d intention. 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis?

Les Raconte-tapis. 1. Note à l attention des bibliothécaires. 2. Note d intention. 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis? Les Raconte-tapis Sommaire 1. Note à l attention des bibliothécaires 3 2. Note d intention 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis? 4 5 4. A qui s adressent les Raconte tapis? 6 5. Comment bien préparer une séance

Plus en détail

Formation d initiation au logiciel Guyasim 13/05/2014

Formation d initiation au logiciel Guyasim 13/05/2014 Formation d initiation au logiciel Guyasim 13/05/2014 Donner un aperçu des fonctionnalités du logiciel Guyasim Définir un scénario d aménagement forestier Consulter les impacts de l aménagement forestier

Plus en détail

Instructions pour l utilisation de la banque de données OrganicXseeds par les producteurs 1

Instructions pour l utilisation de la banque de données OrganicXseeds par les producteurs 1 Enregistrement Cher utilisateur de la banque de données OrganicXseeds, La banque de données OrganicXseeds a été entièrement révisée le 15 janvier 2014. Pour que la transition puisse se faire sans erreurs,

Plus en détail

Concevoir un produit facile à utiliser

Concevoir un produit facile à utiliser Éric BRANGIER et Javier B ARCENILLA Concevoir un produit facile à utiliser Adapter les technologies à l homme Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2900-7 Sommaire AVANT-PROPOS...1 Chapitre 1 LA

Plus en détail

Gestion dynamique d espaces de stockage non structurés by Business2Any

Gestion dynamique d espaces de stockage non structurés by Business2Any Gestion dynamique d espaces de stockage non structurés by Business2Any Définitions On distingue deux types d aires de stockage : 1. structurées : emplacements définis de façon univoque au sol ou dans l

Plus en détail

Les Français et la Loi Hamon

Les Français et la Loi Hamon Les Français et la Loi Hamon Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échan6llon de Français interrogés par Internet du 20 au 26 octobre 2015 Echan9llon Echan6llon de 1

Plus en détail

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances

Motivation : pourquoi exploration de données? Nous nous noyons dans les données, mais manquons cruellement de connaissances 1 Introduction Définition et motivations Tâches de data mining (fouille de données, exploration de données) Techniques et algorithmes Exemples et applications 1 Motivation : pourquoi exploration de données?

Plus en détail

Présentation de la base de

Présentation de la base de ALPES - MARITIMES CONSEIL GENERAL Présentation de la base de données OCSOL PACA Présentation de l OCSOL-PACA - CRIGE PACA 10 mai 2010 Plan de l exposé Contexte régional Pourquoi un fichier d occupation

Plus en détail

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires!

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! COUVERT Atelier 10 Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! Thème La chauve-souris Cycle visé : 1 er cycle du secondaire Résumé de l atelier Permettre aux élèves d approfondir leurs connaissances

Plus en détail

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site

du CLIC à... la Commission de Suivi de Site du CLIC à... la Commission de Suivi de Site en Rhône-Alpes, 36 CLIC et une quarantaine de CLIS vont évoluer en CSS la Commission de Suivi de Site articles L125-2, L125-2-1, L515-8, R125-8-1 à R125-8-5,

Plus en détail

Comme tous les produits industriels, les écrans LCD sont soumis à différentes normes. La principale est émise par l organisme international ISO,

Comme tous les produits industriels, les écrans LCD sont soumis à différentes normes. La principale est émise par l organisme international ISO, Pixels morts des écrans LCD Comme tous les produits industriels, les écrans LCD sont soumis à différentes normes. La principale est émise par l organisme international ISO, celui-là même qui édicte les

Plus en détail

Évaluation en cours d EPS

Évaluation en cours d EPS Évaluation en cours d EPS Autoréflexion Évaluation en cours d EPS Conditions-cadres d évaluation dans le canton de Zurich Problématique Fonctions et normes de référence pour l évaluation L évaluation dans

Plus en détail

La cigarette électronique : données d usage en France

La cigarette électronique : données d usage en France Aurélie Lermenier- Jeannet La cigarette électronique : données d usage en France 9 mai 2016 w w w. o f d t. f r 1. État des lieux des usages chez les adolescents : un risque d initiation au tabac? 2. État

Plus en détail

projet individuel de RH 1

projet individuel de RH 1 Comment évaluer la performance de RH? Application dans le cas de l amélioration de GRH des hôpitaux en Chine XIE Liying 16/01/2008 projet individuel de RH 1 Plan Résumé de l article et introduction du

Plus en détail

Séminaire sur les Echanges, la Documentation et la Mise à Disposition des Données Statistiques - Les Nouveaux Outils -

Séminaire sur les Echanges, la Documentation et la Mise à Disposition des Données Statistiques - Les Nouveaux Outils - Séminaire sur les Echanges, la Documentation et la Mise à Disposition des Données Statistiques - Les Nouveaux Outils - Monsieur Houssaine OULJOUR, Chef du Service des Méthodes et Enquêtes Statistiques

Plus en détail

Styler un document sous Word 2010*

Styler un document sous Word 2010* Février 2014 Styler un document sous Word 2010* Un style est un ensemble de caractéristiques de mise en forme (police, taille, espacement, etc.) qui sert à structurer un document en l organisant de manière

Plus en détail

Exercice Chapitre 4 Traitement d images binaires par Morphologie Mathématique

Exercice Chapitre 4 Traitement d images binaires par Morphologie Mathématique Exercice Chapitre 4 Traitement d images binaires par Morphologie Mathématique L analyse par morphologie mathématique vise à modifier la structure et la forme des objets de l image, par exemple, pour séparer

Plus en détail

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS

EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS EVOLUTION SPATIO-TEMPORELLE DE L OCCUPATION DES ESPACES SUR LE TRIANGLE MARNAIS MARTIN S. *, DELAHAYE F. ** Bureau d études E3C 2 rue Léon Patoux CS 50001 51664 REIMS CEDEX * Mr Stéphane MARTIN, Directeur

Plus en détail

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission

Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission Chapitre 4 Protection contre les erreurs de transmission I. Notion d erreur de transmission Les voies de communication sont imparfaites : - à cause des bruits : + bruit aléatoire + bruit en provenance

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

Fiche1_PBUD 2015 SRH.doc PBUD 2015 -SRH. Le SRH dans la préparation budgétaire 2015 PBUD 2015 V 17.0 18/09/2014

Fiche1_PBUD 2015 SRH.doc PBUD 2015 -SRH. Le SRH dans la préparation budgétaire 2015 PBUD 2015 V 17.0 18/09/2014 PBUD 2015 -SRH Le SRH dans la préparation budgétaire 2015 VERSION DATE PBUD 2015 V 17.0 18/09/2014 1 DASI Montpellier Octobre 2014 SOMMAIRE 1 PARAMETRAGE 3 1.1. RECUPERATION DU SRH 3 1.2. GESTION EN TANT

Plus en détail

Comment se servir de l utilitaire de validation?

Comment se servir de l utilitaire de validation? Comment se servir de l utilitaire de validation? G e s r i s k v e r s i o n 4. 0 3 ( f i n a l e ) c e r t i f i é e R T S S e n d a t e d u 0 7 - f é v - 2 0 1 0 Installation Le fichier Gesrisk_Outils.exe

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET MONDE PROFESSIONNEL. Illustration d un lien fort au travers d un cours de scoring. Jean-Philippe KIENNER 7 novembre 2013

ENSEIGNEMENT ET MONDE PROFESSIONNEL. Illustration d un lien fort au travers d un cours de scoring. Jean-Philippe KIENNER 7 novembre 2013 ENSEIGNEMENT ET MONDE PROFESSIONNEL Illustration d un lien fort au travers d un cours de scoring Jean-Philippe KIENNER 7 novembre 2013 CONTEXTE Une bonne insertion professionnelle des étudiants passe par

Plus en détail

Guide d utilisation du logiciel Regard

Guide d utilisation du logiciel Regard Guide d utilisation du logiciel Regard version complète LE MODULE DE CIRCULATION 0 Conception : Chantal Vézina, bibliothécaire Réalisation : Bibliothécaires, Commission scolaire de Laval Équipe du CRP,

Plus en détail

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites

Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites Utilisation des données de l Assurance maladie pour évaluer l impact sanitaire des contaminations fécales de l eau du robinet : forces et limites C. Galey, L. Rambaud, P. Pirard, S. Gora, A. Guillet, Y.

Plus en détail

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006

Rapport de Stage. Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees. (15 janvier - 15juillet 2006 Rapport de Stage Habillage procédural et rendu en temps réel de vastes terrains texturés par GPU-quadtrees (15 janvier - 15juillet 2006 15 avril - 15 juillet 2007) Effectué au sein du laboratoire MAP-ARIA

Plus en détail

Evolution du système d échange de quotas de CO2

Evolution du système d échange de quotas de CO2 Evolution du système d échange de quotas de CO2 DREAL PACA Service Prévention Risques Unité Risques Chroniques et Sanitaires Un système européen (EU ETS) Elément central de la politique européenne climatique

Plus en détail

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris TP Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris Étudiants : Besnier Alexandre Taforeau Julien Version 1.2 Janvier 2008 2008 Rapport TP - Version 1.2 i Table des matières Introduction 1 1 Objectif

Plus en détail

An#ciper & s Adapter. en vue de s Améliorer. Spécificités & enjeux. Bases de données issues. d enquêtes de terrain. Anticiper.

An#ciper & s Adapter. en vue de s Améliorer. Spécificités & enjeux. Bases de données issues. d enquêtes de terrain. Anticiper. + An#ciper & s Adapter en vue de s Améliorer Mise en œuvre d une démarche qualité pour les données issues d enquêtes de terrain Bases de données issues d enquêtes de terrain Anticiper Spécificités & enjeux

Plus en détail

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref

COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC. Alaa Maaref COMMENT ÉVALUER LA SANTÉ D UN LAC Alaa Maaref Sommaire Introduction Pourquoi évaluer la santé d un lac? Comment évaluer la santé d un lac? Qui doit le faire? Conclusion UN LAC, c'est un organisme vivant!

Plus en détail