Nouvelle disposition constitutionnelle concernant un système incitatif en matière climatique et énergétique - procédure de consultation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Nouvelle disposition constitutionnelle concernant un système incitatif en matière climatique et énergétique - procédure de consultation"

Transcription

1 Administration fédérale des finances AFF Bundesgasse Berne Par courriel Zurich, le 14 avril 2015 mas / mr / sim dokument1 Nouvelle disposition constitutionnelle concernant un système incitatif en matière climatique et énergétique - procédure de consultation Madame, Monsieur, Par la présente, la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) se permet de vous soumettre sa prise de position sur la nouvelle disposition constitutionnelle concernant un système incitatif en matière climatique et énergétique. Réalisant un chiffre d affaires annuel de 60 milliards de francs, le gros œuvre - secteur le plus important de la construction et représenté par notre association - contribue de manière déterminante à l augmentation de l efficacité énergétique du parc immobilier, vu les nouvelles constructions et constructions de remplacement réalisées en fonction de ce critère. Par conséquent, notre branche serait fortement touchée par le passage du système de subventions à un système d incitation. Nous avons donc examiné attentivement le projet mis en consultation et sommes arrivés à la conclusion suivante: La Société Suisse des Entrepreneurs rejette la nouvelle disposition constitutionnelle proposée concernant un système incitatif en matière climatique et énergétique. Le passage du système de subventions à un système d incitation n est estimable de manière fiable ni sur le plan du volume, ni au niveau du montant de la taxe, ni sur le plan chronologique. Compte tenu des implications financières pour l économie, il serait irresponsable d appliquer une telle disposition constitutionnelle dont le contenu détaillé n est pas connu. Enfin, la procédure n est pas coordonnée; il faut en fait la mettre en lien avec la Stratégie énergétique 2050, dossier encore en discussion au Parlement. A. Remarques d ordre général W e i n b e r g s t r. 49 P o s t f a c h Z ü r i c h T e l F a x v e r b a n b a u m e i s t e r. ch

2 2 / 7 1. Utiliser le potentiel énergétique des nouvelles constructions de remplacement. Depuis bien des années, la Société Suisse des Entrepreneurs (SSE) appuie l utilisation mesurée et rationnelle de l énergie. Par exemple, elle s est engagée fermement pour l encouragement accru de nouvelles constructions de remplacement dans le cadre du premier paquet de mesures de la Stratégie énergétique 2050, car ces dernières affichent, selon pièces à l appui, un plus grand potentiel d économies en énergie et d efficacité que les assainissements énergétiques. Hélas, lors de la procédure de consultation sur la stratégie énergétique, le Conseil fédéral a une fois de plus rejeté les modifications proposées par la SSE de la loi sur l impôt fédéral direct et de celle sur le CO 2, lesquelles avaient été élaborées pour favoriser les nouvelles constructions de remplacement. La SSE ne parvient pas à comprendre ce refus eu égard à l énorme potentiel d économies en énergie engendré par ce type de construction. Quoi qu il en soit, elle n atteste pas du sérieux de la politique énergétique du Conseil fédéral. 2. Procédure manquant de coordination. La SSE déplore la procédure non coordonnée et hâtive du Conseil fédéral concernant un système incitatif en matière énergétique: le Parlement n a pas encore achevé ses délibérations sur le premier paquet de mesures et le Conseil des Etats a même décidé d en prolonger le délai de traitement jusqu au printemps Par conséquent, nous ne parvenons pas à comprendre pourquoi le Conseil fédéral lance maintenant déjà la procédure de consultation sur le deuxième important paquet de mesures. 3. Procuration en blanc dans la Constitution. Compte tenu du texte constitutionnel, le Conseil fédéral reçoit carte blanche pour introduire les taxes d incitation sur l énergie et les carburants. Or, jusqu ici, on ne sait pas comment sera aménagé le futur système d encouragement. La compétence relative au prélèvement doit être définie de manière précise et adaptée en fonction de la Stratégie énergétique 2050 dans son ensemble. 4. Pas de différenciation dans les objectifs. Prise en elle-même, l économie d énergie est un but efficace, uniquement dans les cas où l approvisionnement en énergie ou sa consommation cause des dommages substantiels ne pouvant être compensés par le système des prix (effets externes négatifs). L énergie électrique provenant de la force hydraulique et des centrales nucléaires n a pas d impact sur le climat. Par conséquent, il n y a pas de raison de la grever d une taxe d incitation. En outre, l énergie électrique remplace souvent des énergies fossiles, comme par exemple pour les voitures électriques ou les pompes à chaleur. Pour cette raison, il n est pas possible d adopter une politique durable de l énergie sans courant payable. 5. Taxe contradictoire sur les carburants. Actuellement, des taxes d env. 80 centimes par litre sont perçues sur les carburants. Les citoyens suisses ont indiqué clairement qu ils n accepteraient pas des taxes encore plus élevées. Une large part des recettes en découlant est allouée à la caisse routière ou sert de financement croisé pour le trafic ferroviaire. Par conséquent, vouloir instaurer davantage de taxes mettrait en péril le financement de l infrastructure si l effet incitatif envisagé entrait effectivement en vigueur. En introduisant une taxe d incitation, le Conseil fédéral poursuivrait deux buts contradictoires: d une part, il veut abaisser la consommation d énergie; d autre part, il est tributaire des recettes issues de l impôt sur les huiles minérales et de la surtaxe sur les huiles minérales, de sorte qu il est intéressé à une consommation élevée. Par conséquent, prélever une taxe d incitation sur les carburants est une mesure contradictoire à laquelle il faut s opposer.

3 3 / 7 6. Risque de taux d imposition prohibitifs. Pour déployer les effets souhaités, le système d incitation doit prévoir des taxes considérables allant jusqu à des taux prohibitifs. A défaut, on risque d assister à une poursuite parallèle du système d incitation et d encouragement en vue d atteindre des buts précis incitatifs. En cas de taux élevés, on est confronté au problème de distorsion de la concurrence en comparaison avec l étranger. Pour des branches énergivores, il s avérera plus avantageux de transférer des emplois à l étranger. Les exceptions prévues en Suisse compromettent à nouveau les objectifs d incitation et débouchent sur une distorsion de la concurrence entre des entreprises exemptées et non exemptées. 7. Hypothèses excessivement optimistes. Les hypothèses figurant dans le rapport explicatif sont exagérément optimistes et sont à la limite d un vœu pieux. Il n est pas possible de faire sur une si longue période des conjectures sérieuses sur l évolution des prix des matières premières (en particulier le pétrole) et sur l essor éventuel de l innovation. Les scénarios basés sur de telles hypothèses ne peuvent pas servir de base à un tel changement radical de système. 8. Développement durable unidimensionnel. La Société Suisse des Entrepreneurs doute de la durabilité du projet. Le développement durable repose en fait sur les trois piliers que sont l économie, le social et l écologie. Avec un système d incitation axé sur des objectifs fixes de consommation, on ne prend guère en considération les effets sociaux et économiques engendrés par le changement de système. Par conséquent, il n est pas clair au détriment de quelles couches de la population les objectifs incitatifs doivent être atteints et quelles sont les incidences du changement de système. Pour cette raison, la SSE s oppose catégoriquement à un système d incitation axé sur des objectifs fixes de consommation. 9. Neutralité discutable de la quote-part fiscale. La SSE doute de la neutralité de la quote-fiscale promise dans le projet. L effet incitatif espéré par le Conseil fédéral entraîne des pertes du côté d autres taxes incitatives, p.ex. de l impôt sur les huiles minérales. Ces pertes doivent être compensées par de nouveaux impôts ou des augmentations d impôts existants. L article constitutionnel prévoit maintenant déjà l éventuelle compensation de pertes de recette sur la RPLP. De plus, en raison des incessantes convoitises politiques, on exerce une pression sur les autorités fiscales, de sorte que tôt ou tard, les recettes issues des taux d incitation ne seraient plus affectées selon le but fixé. Compte tenu des frais administratifs, il n est même pas possible de restituer les taxes dans leur intégralité. Plus la charge administrative des administrations fiscales est élevée, plus la restitution est basse. 10. Manque d options. Pour qu un système d incitation puisse bien fonctionner dans la pratique, les parties concernées doivent disposer de suffisamment de possibilités de réaction. C est uniquement lorsque plusieurs options sont à choix que l on peut parler d un système authentique d incitation comportant des stimulants. Le système présenté dans les grandes lignes dans le message ne prévoit guère d alternatives à la taxe pour les ménages à faible revenu et pour les branches ayant peu de solutions techniques de rechange pour recourir à d autres supports énergétiques. Ainsi, cette taxe se transforme en pure augmentation d impôt.

4 4 / 7 B. Questionnaire Prise de position de la Société Suisse des Entrepreneurs Partie I : Evaluation générale Question 1: approuvez-vous le principe d une transition d un système de subventions à un système de taxes incitatives en matière climatique et énergétique? Oui Non - Partie II: Détail de l article constitutionnel Question 2: Auxquelles des bases de taxation figurant dans le projet d article constitutionnel êtes-vous favorables (plusieurs réponses possibles)? [Art. 131a, al.1] Combustibles Carburants Energie électrique La SSE rejette en principe le prélèvement de taxes sur l énergie électrique et les carburants. Il n est pas possible d adopter une politique énergétique durable sans énergie électrique payable, raison pour laquelle il est absurde de grever des supports énergétiques non fossiles. Vouloir imposer une nouvelle charge pour les carburants met en péril le financement des infrastructures. D ailleurs, le peuple suisse s y est opposé à plusieurs reprises. Question 3: Etes-vous favorables au principe d un régime d exception pour les entreprises qui seraient taxées de manière déraisonnable? [Art. 131a, al.3] Oui Non -

5 5 / 7 Question 4: Le projet d article constitutionnel prévoit à terme une redistribution complète des produits des taxes incitatives à la population et à l économie [Art. 131a, al. 4]. Préférezvous : Une redistribution complète? Une ou des affectations partielles d une faible partie des recettes des taxes incitatives? Dans ce cas quelle(s) affectation(s) partielle(s) préférez-vous? Affectation partielle de la taxe climatique pour l achat de certificats de carbone étranger pour garantir le respect des engagements suisses dans le cadre du régime climatique international? Affectation partielle de la taxe climatique pour alimenter le fonds de technologie après 2025? 1 1 Affectation partielle de la taxe sur l énergie électrique pour encourager certaines technologies après 2030? Affectation partielle pour le Fonds pour l environnement mondial (financement de projets environnementaux dans les pays en voie de développement et en transition) comme contribution suisse dans le cadre du régime climatique international? La neutralité de la quote-part fiscale doit être garantie tout de suite dès l introduction du système incitatif et non pas à l expiration d un long délai. A défaut, cela risque de déboucher sur une gestion parallèle d un système d encouragement et d un système d incitation. Dans l article constitutionnel, la neutralité de la quote-part fiscale est déjà relativisée. Question 5: Etes-vous favorables à la possibilité de redistribuer les produits des taxes incitatives à l avenir via une déduction sur un impôt ou des cotisations aux assurances sociales proportionnelle à la somme payée? [Art. 131a, al. 4] Oui Non Du point de vue économique, nous estimons que la redistribution par l impôt fédéral direct est plus judicieuse. Question 6: Dans l optique d une transition d un système de subventions à un système de taxes incitatives, approuvez-vous la suppression des subventions, soit: 1

6 6 / 7 La fin du Programme Bâtiments [disp. transitoires, art. 197, ch. 6, al. 3]? Oui Non C est dans le secteur immobilier que le potentiel pour accroître l efficacité énergétique est le plus élevé. Il serait possible d économiser à moyen terme environ 80%, voire plus de consommation d énergie en Suisse par la réalisation systématique de nouvelles constructions de remplacement. Par conséquent, celles-ci devraient être intégrées impérativement dans le programme Bâtiments. Vouloir supprimer ce programme si peu de temps après son introduction est insensé. La fin des demandes RPC [disp. transitoires, art. 197, ch. 6, al. 4]?? Oui Non L exemple de l Allemagne montre où peut conduire un encouragement excessif d énergies renouvelables sans constitution simultanée d accumulateurs d énergie. Pour éviter un tel excès en Suisse, il faut supprimer le RPC. Partie III : Autre thème connexe Question 7: Pensez-vous qu il soit judicieux de modifier l art. 89 de la Constitution sur la politique énergétique parallèlement au présent projet pour étendre de façon modérée les compétences de la Confédération dans le domaine de l énergie? [voir ch. 2.3, par. «L art. 89 Cst.: Politique énergétique»] Oui Non La modification proposée est en contradiction avec le principe de subsidiarité. La Confédération n a pas besoin de nouvelles compétences dans le secteur énergétique pour ce qui a trait aux immeubles.

7 7 / 7 Vous remerciant d ores et déjà de l attention que vous porterez à notre prise de position, nous vous prions d agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées. Société Suisse des Entrepreneurs Daniel Lehmann Directeur Martin A. Senn Vice-directeur

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP?

b) Etes-vous d accord que le FAIF fasse office de contre-projet direct à l initiative TP? Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral des transports OFT Division Politique Questionnaire concernant le projet de consultation

Plus en détail

Les instruments de la politique énergétique suisse pour réduire la consommation de pétrole

Les instruments de la politique énergétique suisse pour réduire la consommation de pétrole Les instruments de la politique énergétique suisse pour réduire la consommation de pétrole La consommation de pétrole par habitant est supérieure dans notre pays à la moyenne de l UE, entre autres parce

Plus en détail

1. Déficit de concertation avec les actuels projets de loi de grande portée

1. Déficit de concertation avec les actuels projets de loi de grande portée Office fédéral de l énergie Section MR 3003 Berne Le 20 janvier 2015 Niklaus Mäder, ligne directe +41 62 825 25 28, niklaus.maeder@strom.ch Prise de position concernant l arrêté fédéral relatif à l ouverture

Plus en détail

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait

Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Stratégie énergétique 2050: Un bref portrait Daniel Büchel, Vice-directeur, directeur du programme SuisseEnergie Politique énergétique: de quoi s agit-il? Sécurité de l approvisionnement Sécurité technique

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

TARIFICATION ROUTIÈRE Internaliser les coûts externes

TARIFICATION ROUTIÈRE Internaliser les coûts externes 1 Contexte 1.1 Evolution du trafic en Suisse et répercussions La demande de transport ne cesse d augmenter en Suisse depuis de nombreuses années. On le remarque à l augmentation du volume du trafic, tant

Plus en détail

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises

Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises Département fédéral des finances DFF Date: 22.09.2014 Embargo: Jusqu au début de la conférence de presse Questions et réponses sur la troisième réforme de l imposition des entreprises 1.Dossiers internationaux

Plus en détail

SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES

SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES SUISSE: INVENTAIRE DU SOUTIEN PUBLIC ET DES DÉPENSES FISCALES ESTIMÉS POUR LES COMBUSTIBLES FOSSILES Ressources énergétiques et structure du marché La Suisse ne produit aucun combustible fossile et compte

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

Contre-propositions à l Initiative populaire «Pour la baisse des primes d assurance-maladie dans l assurance de base» (05.055) : prise de position

Contre-propositions à l Initiative populaire «Pour la baisse des primes d assurance-maladie dans l assurance de base» (05.055) : prise de position CONSEIL D ETAT Château cantonal 1014 Lausanne Conseil des Etats Commission de la sécurité sociale et de la santé publique Palais fédéral 3003 Berne Réf. : MFP/15000500 Lausanne, le 24 octobre 2007 Contre-propositions

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics

La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics 29 novembre 2013 COLLOQUE La place des énergies renouvelables dans la transition juste - Le rôle des pouvoirs publics Par David CLARINVAL Député fédéral Bourgmestre de Bièvre Le rôle des pouvoirs publics

Plus en détail

ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2

ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2 ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2 Mars 2013 1 ÉVALUATION ÉCONOMIQUE DES VÉHICULES À FAIBLE ÉMISSION DE CO2 Remerciements Analyse technologique : Nikolas Hill, expert en technologies

Plus en détail

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux

Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Conférence suisse des impôts Cl 15 Coordination et simplification des procédures de taxation des impôts directs dans les rapports intercantonaux Circulaire du 31 août 2001 1 Introduction La loi du 15 décembre

Plus en détail

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014

FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 FEBEG Memorandum en vue des élections de 2014 Un certain nombre de contradictions importantes dans la politique menée actuellement influencent significativement les marchés de l électricité et du gaz.

Plus en détail

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse

un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse 23 OCTOBRE 2012 FICHE THEMATIQUE : PENURIE D ELECTRICITE un approvisionnement sûr : un facteur décisif pour l économie suisse Le Conseil fédéral et le Conseil national souhaitent sortir du nucléaire à

Plus en détail

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 12.10.2015 COM(2015) 494 final 2015/0238 (NLE) Proposition de DÉCISION D EXÉCUTION DU CONSEIL autorisant le Royaume-Uni à appliquer une mesure particulière dérogatoire

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

de CO2 comprise entre 1,5 et 5 Mt CO2 en 2015, puis entre de 3 à 9 Mt

de CO2 comprise entre 1,5 et 5 Mt CO2 en 2015, puis entre de 3 à 9 Mt La réforme de la fiscalité de l énergie : une extension de la tarification du carbone en France Jeremy El Beze 1 N 2014-06 Instaurée par la loi de finances pour 2014, la réforme de la fiscalité sur les

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION No 3

CIRCULAIRE D INFORMATION No 3 27 mai 1998 Dr. Hermann Walser CIRCULAIRE D INFORMATION No 3 Le rapport IDA-FiSo2 et les thèmes principaux du Conseil fédéral concernant la 1ère révision de la LPP 1. Le Conseil fédéral est en train de

Plus en détail

Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Annexe 2: questionnaire pour la procédure de consultation Modification de l ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Questionnaire pour la procédure

Plus en détail

Retraite. Date de la retraite

Retraite. Date de la retraite Retraite A quelle date vais-je prendre ma retraite? Vaut-il mieux percevoir une rente ou un capital? Dois-je annoncer mon départ à la retraite? A la fin de la vie professionnelle, tout le monde est confronté

Plus en détail

Politique pétrolière suisse

Politique pétrolière suisse Office fédéral de l'énergie OFEN / Approvisionnement énergétique / Vincent Beuret Politique pétrolière suisse Objectif: réduire la consommation 1. Le marché pétrolier suisse 2. Politique visant à réduire

Plus en détail

Perspectives énergétiques 2035/2050 Troisième rapport

Perspectives énergétiques 2035/2050 Troisième rapport Office fédéral de l énergie OFEN Perspectives énergétiques 235/25 Troisième rapport 1. Demande d énergie finale scénarios III et IV 2. Offre d électricité scénario III Forum du 26 avril 26 377863 1 Demande

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

Séminaire du 26 Mars 2013

Séminaire du 26 Mars 2013 Séminaire du 26 Mars 2013 Les opportunités fiscales de la prévoyance professionnelle pour l entreprise et son entrepreneur Tél. +41 26 425 84 84 Fax +41 26 425 84 86 E-mail office@fidutrust.ch Présentation

Plus en détail

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle

Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle 01.400 Initiative parlementaire Loi fédérale sur la continuation de l assurance des travailleuses dans la prévoyance professionnelle Rapport de la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME

1. SCHÉMA D ENSEMBLE DE LA RÉFORME Assiette carbone et rééquilibrage de la taxation essence-diesel Propositions de mise en œuvre sur la période 2014-2020 Projet, préparé sous la responsabilité du président, à débattre le 13 juin en séance

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

10.017 n Pour des véhicules plus respectueux des personnes. Initiative populaire. Loi sur le CO 2. . Révision

10.017 n Pour des véhicules plus respectueux des personnes. Initiative populaire. Loi sur le CO 2. . Révision Conseil des Etats Session de printemps 0 e-parl 4.0.0 4:48 - - 0.07 n Pour des véhicules plus respectueux des personnes. Initiative populaire. Loi sur le CO. Révision Projet du du 0 janvier 00 Loi fédérale

Plus en détail

Analyse de flottes Concept actuel et futur en matière de véhicules d entreprise

Analyse de flottes Concept actuel et futur en matière de véhicules d entreprise Analyse de flottes Concept actuel et futur en matière de véhicules d entreprise Sommaire 1. Introduction... 2 2. Vos données de contact... 3 3. Concept en matière de véhicules d entreprise... 4 3.1. Concept

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Versement du capital : quelle histoire

Versement du capital : quelle histoire Versement du capital : quelle histoire IST insight Cédric Regad 9 octobre 2014 Sommaire 1. Introduction 3 2. Histoire 4 3. Quelques chiffres 10 4. Histoires? 13 5. Rente ou capital? 23 6. Conclusion et

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Nous pouvons nous permettre le Grand bond par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Les gens seront nombreux à lire le manifeste Un grand bond vers l avant et à trouver ses objectifs valables et motivants.

Plus en détail

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste

Consultation : révision totale de la loi sur la poste et de la loi sur l organisation de la Poste Monsieur le Conseiller fédéral Moritz Leuenberger Dpt fédéral de l environnement, transports, énergie et communication (DETEC) Palais fédéral Nord 3003 Berne Lausanne, le 10 juin 2008 Consultation : révision

Plus en détail

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture?

Immatriculation. Quand une voiture doit-elle être immatriculée? Qui peut immatriculer une voiture? Immatriculation Quand une voiture doit-elle être immatriculée? En Belgique, un véhicule (neuf ou d occasion) doit être immatriculé dès sa mise en circulation sur la voie publique. De même, et pour être

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info Aspects fiscaux de l assurance vie Brochure d info 2 Aspects fiscaux de l assurance vie Préambule La rédaction de cette brochure a été achevée au 31/01/2015 et tient compte de la législation fiscale telle

Plus en détail

Commission de Gestion du Conseil Général de la Commune de Sierre

Commission de Gestion du Conseil Général de la Commune de Sierre Commission de Gestion du Conseil Général de la Commune de Sierre Rapport concernant l octroi d un crédit d engagement pour la réalisation d une crèche pour la petite enfance et d un espace repas Sierre,

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

B. La réforme de l art. 169 LP: la responsabilité pour les frais de faillite

B. La réforme de l art. 169 LP: la responsabilité pour les frais de faillite Confédération suisse Département fédéral de justice et police Office fédéral de la justice Domaine de direction Droit privé 3003 Berne Paudex, le 23.07.2015 SB/mjb Modification de la loi fédérale sur la

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Préparez dès à présent la réforme des frais de déplacement en 2014!

Préparez dès à présent la réforme des frais de déplacement en 2014! INFO Octobre 2013 Préparez dès à présent la réforme des frais de déplacement en 2014! Ceux qui croyaient pouvoir attendre la fin de l année pour s intéresser à la réforme des frais de déplacement se trompent.

Plus en détail

1. Observations générales

1. Observations générales Mesures visant à renforcer la compétitivité fiscale de la Suisse (3 e réforme de l imposition des entreprises) Position commune des gouvernements cantonaux du 21 mars 2014 sur le rapport de l organe de

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Pour nous, la qualité est importante Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans activité lucrative Etes-vous inscrit(e) comme personne sans activité lucrative auprès d une autre caisse

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

1. En quoi consistent les prescriptions concernant les émissions de CO 2 des voitures de tourisme?

1. En quoi consistent les prescriptions concernant les émissions de CO 2 des voitures de tourisme? Eidgenössisches Departement für Umwelt, Verkehr, Energie und Kommunikation UVEK Bundesamt für Energie BFE Sektion Energieeffizienz 28 février 2012 FAQ Nouvelles prescriptions concernant les émissions de

Plus en détail

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques»

Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» Traduction du Résumé de l étude de CE DELFT* : «L électricité verte pour les voitures électriques» * Bureau d études Néerlandais indépendant spécialisé dans les questions environnementales et la recherche

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

«Paquet climat / énergie»

«Paquet climat / énergie» «Paquet climat / énergie» Atelier de travail du Ministère de l Environnement 28 février 2008 Contexte Conclusions du Conseil européen de mars 2007 Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% d

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11533 Projet présenté par les députés : M mes et MM. Ronald Zacharias, Pascal Spuhler, André Python, Jean-Marie Voumard, Jean-François Girardet, Thierry Cerutti, Henry Rappaz,

Plus en détail

Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants, de l assurance-invalidité et du régime des allocations pour perte de gain

Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants, de l assurance-invalidité et du régime des allocations pour perte de gain Fonds de compensation de l assurance-vieillesse et survivants, de l assurance-invalidité et du régime des allocations pour perte de gain Approuvés par le Conseil fédéral le 10 juin 2015 Bilan de l AVS

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Le chauffage le plus économique: La pompe à chaleur

Le chauffage le plus économique: La pompe à chaleur Le chauffage le plus économique: La pompe à chaleur Avec une pompe à chaleur moderne, vous économiserez non seulement au minimum de 60 à 80 % d'énergie, jusqu'à 100 % de CO2, mais aussi et surtout des

Plus en détail

Investir dans la recherche écologique de pointe

Investir dans la recherche écologique de pointe Investir dans la recherche écologique de pointe Laboratoire national d énergie renouvelable Partenariat public-privé Investir dans l innovation environnementale Aux partenaires éventuels : La dégradation

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

FALLAIT-IL APPLIQUER LA TAXE CARBONE AUX CARBURANTS ROUTIERS?

FALLAIT-IL APPLIQUER LA TAXE CARBONE AUX CARBURANTS ROUTIERS? Manuscrit auteur, publié dans "Flux, 79/80 (2010) 84-91" FALLAIT-IL APPLIQUER LA TAXE CARBONE AUX CARBURANTS ROUTIERS? Richard Darbéra Latts - CNRS Darbera@enpc.fr Article publié dans la revue Flux, n

Plus en détail

DURABILITÉ ÉCOLOGIQUE

DURABILITÉ ÉCOLOGIQUE DURABILITÉ ÉCOLOGIQUE 38 Rapport d activité et de durabilité 2013 Notre efficacité énergétique Mobility achète des véhicules neufs à haute efficacité énergétique La prise en compte de l étiquetteenergie

Plus en détail

Fribourg, le 17 juin 2014. Rapport explicatif accompagnant l avant-projet de

Fribourg, le 17 juin 2014. Rapport explicatif accompagnant l avant-projet de Volkswirtschaftsdirektion VWD Boulevard de Pérolles 25 case postale 1350, 1701 Fribourg T +41 26 305 24 02, F +41 26 305 24 09 www.fr.ch/dee Fribourg, le 17 juin 2014 Rapport explicatif accompagnant l

Plus en détail

Tournant énergétique indispensable, défis immenses

Tournant énergétique indispensable, défis immenses Communiqué de presse Position des Académies suisses à l approvisionnement suisse en électricité Tournant énergétique indispensable, défis immenses Berne/Zurich, 9 août 2012. La transition vers des énergies

Plus en détail

Loi du 7 février 2012 modifiant la loi sur l énergie. Votation populaire du 25 novembre 2012. Chancellerie d Etat CHA EC 5157

Loi du 7 février 2012 modifiant la loi sur l énergie. Votation populaire du 25 novembre 2012. Chancellerie d Etat CHA EC 5157 Loi du 7 février 0 modifiant la loi sur l énergie Votation populaire du 5 novembre 0 Chancellerie d Etat CHA EC 557 Sommaire Objet de la révision Les arguments du comité référendaire Le point de vue du

Plus en détail

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort.

Le présent budget maintient donc le cap de l équilibre budgétaire et les contribuables continuent de participer activement à l effort. Pour maintenir le cap vers l équilibre budgétaire : les particuliers toujours plus sollicités Bulletin fiscal Budget provincial, 17 mars 2011 Le ministre des Finances du Québec, M. Raymond Bachand, a prononcé

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2)

[2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) [2014-11-07] L?ACCORD DE GOUVERNEMENT: LES DISPOSITIONS QUI VOUS IMPORTENT (2) Par un circulaire précédent, nous vous avons informés sur quelques dispositions de l accord de gouvernement relatives à l

Plus en détail

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture

Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Tableau récapitulatif des mesures prises dans le contexte du plan de conjoncture Soutien du pouvoir d'achat par des mesures ciblées Impact de la mesure en 009 en mio Adaptation du barème d impôt à l inflation

Plus en détail

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale du Le Conseil fédéral suisse, Vu l art., al., de la loi fédérale du 6 octobre 006 sur la politique régionale,

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec

Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec Faits saillants du budget 2015-2016 du Québec Le 26 mars 2015 N o 2015-13 Aujourd hui, le ministre des Finances et de l Économie du Québec, M. Carlos Leitão, a déposé le budget 2015-2016. Ce budget indique

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

la Contribution Climat Energie

la Contribution Climat Energie Paris le 05/09/2009 la Contribution Climat Energie 1. Quelle assiette aura la CCE? a. Assiette : La CCE serait une contribution additionnelle aux taxes intérieures (TIPP, TICGN, TICC), assise sur l ensemble

Plus en détail

Renforçons la classe moyenne!

Renforçons la classe moyenne! Renforçons la classe moyenne! Précisions sur la résolution du PDC suisse pour une classe moyenne forte. Introduction La classe moyenne est le cœur de notre société : elle inclut les familles, les retraités

Plus en détail

Affiliation comme personne sans activité lucrative

Affiliation comme personne sans activité lucrative Caisse de compensation PROMEA Ifangstrasse 8, case postale, 8952 Schlieren Tél. 044 738 53 53, 044 738 53 73 info@promea.ch, www.promea.ch Obligation de cotiser à l'avs Affiliation comme personne sans

Plus en détail

Direction des Affaires Sociales de la CGPME 1

Direction des Affaires Sociales de la CGPME 1 COMPARATIF (1) ENTRE LES PRINCIPAUX ELEMENTS DU PROJET DE LOI GOUVERNEMENTAL RELATIF A LA REFORME DES REGIMES DE RETRAITE DE BASE ET LES POSITIONS ET PROPOSITIONS DE LA CGPME (2) LE PROJET DE LOI GOUVERNEMENTAL

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

CCE 2014-1145 DEF CCR 10

CCE 2014-1145 DEF CCR 10 AVIS CCE 2014-1145 Projet d étude sur les perspectives d approvisionnement en électricité à l horizon 2030 et le rapport sur les incidences environnementales y afférent CCE 2014-1145 DEF Avis concernant

Plus en détail

GLOSSAIRE DES COÛTS SOCIAUX

GLOSSAIRE DES COÛTS SOCIAUX GLOSSAIRE DES COÛTS SOCIAUX Février 1997 CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT GLOSSAIRE DES

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

«too big to fail» : une réglementation ciblée renforce la place financière

«too big to fail» : une réglementation ciblée renforce la place financière 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : REGLEMENTATION DES MARCHES FINANCIERS «too big to fail» : une réglementation ciblée renforce la place financière Les grandes banques jouent un rôle clé dans notre économie.

Plus en détail

12.101 n Programme de consolidation et de réexamen des tâches. Loi

12.101 n Programme de consolidation et de réexamen des tâches. Loi Session spéciale mai 05 e-parl 07.05.05 7: - -.0 n Programme de consolidation et de réexamen des tâches. Loi Projet du Décision du Message additionnel du Décision du du 9 décembre 0 du juin 0 du 9 septembre

Plus en détail