Thème : Promotion de la santé au niveau communautaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème : Promotion de la santé au niveau communautaire"

Transcription

1 MINISTERE, CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS (MCRI) Programme SOCIETE CIVILE ET CULTURE (PSCC) BEN/002/08 10 ACP BEN 006 et 10 ACP BEN 009 ******** Guide de clarification thématique APP 2010 Thème : Promotion de la santé au niveau communautaire PSCC/APP 2010/Guide de Réalisé par : -DAMON S. Kassim, Sociologue, expert santé communautaire clarificationthématique Août YESSOUFOU Afissou, Sociologue, expert santé communautaire 0

2 LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS AC : acteurs Culturels OSC : Organisation de la Société Civile OMS : Organisation Mondiale de la Santé PSCC : Programme Société Civile et Culture PMT : Praticiens de la Médecine Traditionnelle PCIME-C : Prise en charge intégrée de la maladie de l enfant (communautaire) SRMMN : Stratégie Nationale de Réduction de la Mortalité maternelle et Néonatale SONU-C : soins obstétricaux et néonatals d urgence (au niveau communautaire) UGP : Unité de Gestion du Programme 1

3 Sommaire LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS... 1 SOMMAIRE... 2 CONTEXTE... 3 I-DEFINITION DES THEMATIQUES ET CLARIFICATION DES CONCEPTS PROMOTION DE LA SANTE L EDUCATION DE LA SANTE LA SANTE COMMUNAUTAIRE L HYGIENE ET DE L ASSAINISSEMENT MEDECINE TRADITIONNELLE/PHARMACOPEE LA SANTE MATERNELLE ET INFANTILE LA MICRO-ASSURANCE EN SANTE... 6 II- ETAT DES LIEUX SUR LA THEMATIQUE AU BENIN... 6 III-MECANISME ET OUTILS DE MISE EN ŒUVRE MECANISMES ET OUTILS DE MISE EN ŒUVRE DE LA SANTE COMMUNAUTAIRE Les principes de base d une démarche de santé communautaire Exemple de planification en santé communautaire MECANISME ET OUTILS DE PROMOTION DE L HYGIENE ET DE L ASSAINISSEMENT DU CADRE DE VIE Les dimensions d une action de promotion de l hygiène et de l assainissement du cadre de vie Principes pour une promotion participative et efficace de l hygiène et de l assainissement au sein des communautés MECANISME ET OUTILS DE PROMOTION DE LA PHARMACOPEE ET DE LA MEDECINE TRADITIONNELLE Cadre institutionnel de promotion de la médecine traditionnelle Mécanisme et outils de promotion de la médecine traditionnelle et de la pharmacopée MECANISME ET OUTILS DE PROMOTION DE LA SANTE MATERNELLE ET INFANTILE Les soins obstétricaux et néonatals d urgence au niveau communautaire La prise en charge intégrée de la maladie de l enfant communautaire (PCIME-C) MECANISME ET OUTILS DE MISE EN ŒUVRE DE LA MICRO-ASSURANCE MALADIE Conditions préalables et processus de mise en place d une mutuelle de sante Les étapes de mise en place d une mutuelle de santé Quelques risques majeurs lies à la mise en place d une mutuelle de sante CONCLUSION REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

4 Contexte Le Programme Société Civile et Culture (PSCC) dont l objectif est "l'amélioration de la gouvernance concertée à travers une meilleure prise en compte des acteurs non étatiques dans le processus décisionnel et la mise en œuvre des politiques et programmes de développement aux niveaux local et national, dans tous les secteurs de la vie politique, économique, sociale et culturelle du pays" a retenu quatre thématiques pour les appels à proposition des OSC et des AC. Au nombre de ces thématiques, il y a la promotion de la santé au niveau communautaire. Seul cinq thèmes sont pris en compte dans le cadre des présents appels à propositions au titre de l année Il s agit des thèmes suivants : 1. Hygiène et assainissement du cadre de vie ; 2. Promotion de la pharmacopée et médecine traditionnelle en milieu communautaire ; 3. Prévention des maladies maternelle-infantile au niveau communautaire ; 4. Amélioration de la qualité des soins obstétrico néo natal d urgence (SONU) en milieu communautaire ; 5. Micro assurance en santé communautaire. Afin de permettre aux OSC de mieux cerner les contours de la thématique «Promotion de la Santé au niveau Communautaire» et faire des propositions en adéquation avec la thématique, une équipe de deux experts en santé communautaire a été recrutée pour accompagner l Unité de Gestion du Programme (UGP) dans sa mission d éclairage des OSC. L objet principal de la mission est donc de mettre à la disposition des OSC, un document de référence qui doit non seulement leur permettre de mieux maîtriser la notion de santé communautaire ainsi que ses différents volets mais aussi les guider dans l élaboration de leur projet. I-Définition des thématiques et clarification des concepts 1.1 Promotion de la santé La promotion de la santé est un processus qui développe chez les individus et les communautés la capacité d accroître leur contrôle sur les principaux déterminants de leur santé. Elle leur confère ainsi les moyens d améliorer leur propre santé par la maîtrise et le contrôle des facteurs environnementaux, sociaux et économiques qui la déterminent dans un contexte bien précis. Ce concept inclus aussi bien la promotion des modes de vie que l amélioration des conditions de vie. 3

5 1.2 L éducation pour la santé L éducation pour la santé comprend des situations consciemment construites pour apprendre, impliquant une certaine forme de communication conçue pour améliorer l instruction en santé, y compris les connaissances, et pour développer des aptitudes à la vie qui favorisent la santé de l individu et de la communauté. L éducation pour la santé cherche également à stimuler la motivation, les qualifications et la confiance (auto-efficacité) nécessaires pour agir afin d améliorer la santé. D autres préfèrent définir l éducation pour la santé plus largement comme «la construction d actions sociales planifiées et d expériences d apprentissage conçues pour permettre à des personnes d obtenir le contrôle des déterminants de la santé et des comportements de santé, et les conditions qui affectent leur état de santé et l état de santé des autres». 1.3 La santé communautaire Sur le plan international, le concept de santé communautaire a surtout été relayé par l OMS à travers la charte d Ottawa (1986) et la promotion de la santé qui mettaient en avant la participation des populations à la gestion de leurs problèmes de santé. «Les expériences de santé communautaire sont des tentatives d amélioration du contrôle par la population de sa propre santé au sein d un processus plus large où la population contrôle davantage l ensemble de son devenir.» Dans une perspective plus orientée vers la santé publique et la planification sanitaire, Pineau considère la santé communautaire «[ ] comme un ensemble de méthodes et d outils pour une planification dont le point de départ est l état de santé d une population et dont l objectif est d assurer une adéquation entre les ressources mises à disposition et les besoins de santé.» En santé communautaire, le concept de santé déborde celui de morbidité «objective» et rencontre celui de morbidité «ressentie». Sa mesure ne se satisfait plus d indicateurs épidémiologiques mais intègre les indicateurs de type psychosocial. La santé communautaire se préoccupe de l ensemble des déterminants de la santé, et non seulement de ses aspects biomédicaux et comportementaux, c est-à-dire ceux concernant les professionnels de santé et les «profanes». Elle s intéresse aussi aux aspects économiques, aux conditions de vie, à l environnement, aux circuits de production, de distribution et de consommation, aux réseaux de communication et de relations sociales, et au rôle de tous les membres de la communauté et du système. En santé communautaire, curatif, préventif et éducation à la santé doivent s intégrer dans un processus global de promotion de la santé. 4

6 Dans une démarche communautaire la participation de tous les acteurs concernés est indispensable : professionnels, politiques et décideurs, habitants et citoyens, à toutes les phases du processus : identification, élaboration, développement, réalisation et évaluation du programme. 1.4 L hygiène et de l assainissement L hygiène du milieu cherche à prévenir maladies, décès et infirmités, en réduisant les risques induits par un environnement défavorable, et en changeant les comportements. Elle met l accent sur la recherche des causes, aussi bien directes qu indirectes, des maladies et des blessures. Elle puise dans les ressources offertes à l intérieur et à l extérieur des systèmes de santé, pour améliorer celle-ci. L hygiène renvoie en effet aux mesures et dispositions comportementales. Assainissement (cadre de vie). Interventions visant à réduire l exposition des populations aux risques sanitaires en favorisant un environnement domestique propre et des mesures permettant de rompre le cycle de transmission des maladies. La gestion en toute sécurité des déchets humains et des animaux domestiques est un élément crucial de la santé des communautés. Un bon assainissement peut aider à maîtriser des maladies infectieuses, comme la diarrhée et la dysenterie. 1.5 Médecine traditionnelle/pharmacopée Selon la définition officielle de l Organisation Mondiale de la Santé, «la médecine traditionnelle se rapporte aux pratiques, méthodes, savoirs et croyances en matière de santé qui impliquent l usage à des fins médicales de plantes, de parties d animaux et de minéraux, de thérapies spirituelles, de techniques et d exercices manuels séparément ou en association pour soigner, diagnostiquer et prévenir les maladies ou préserver la santé. La pharmacopée traditionnelle pourrait être définie comme l ensemble des remèdes issus de la médecine dite traditionnelle. Elle consiste à préparer des substances thérapeutiques par une approche empirique c est-à-dire sur la base du vécu, sans démarche expérimentale au sens de la science moderne. 1.6 La santé maternelle et infantile La santé de la mère et de l enfant est généralement appréhendée à travers les indicateurs spécifiques de mortalité maternelle, néonatale et infantile. Au Bénin, malgré les progrès constatés grâce aux différentes politiques mises en œuvre, la situation n est guère reluisante. Selon le document de Stratégie Nationale de Réduction de la Mortalité maternelle et Néonatale (SRMMN) 5

7 , le taux de mortalité maternelle stagne autour de 473 décès pour naissances vivantes, le taux de mortalité infantile est passé de 94 décès en 1996 à 89 pour 1000 naissances vivantes en Quant au taux de mortalité néonatale, il est de 38 pour 1000 naissances vivantes. En faisant allusion à la définition donnée par l Organisation Mondiale de la Santé selon laquelle, «la santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d invalidité», la santé maternelle et infantile dépasse largement le cadre des taux de mortalité et concerne tout ce qui a un impact négatif sur la santé de la mère et de l enfant. Faire la promotion de la santé maternelle et néonatale revient à promouvoir les soins obstétricaux et néonatals. 1.7 La micro-assurance en santé «C est un système d assurance, souvent initié par un acteur de la société civile, dont l objet est d apporter une couverture d assurance santé aux personnes exclues des systèmes formels de protection sociale, c est-à-dire principalement les travailleurs de l économie informelle et leurs familles1». La micro-assurance maladie vise donc les populations exclues du système officiel de protection sociale. Ces personnes sont se retrouvent en grande le secteur informel et le monde rural. La micro-assurance maladie apparaît comme une auto-assistance d assurance maladie. Le modèle de micro-assurance le plus répandu en Afrique de l Ouest est la mutuelle de santé qui peut être définie comme «un groupe de personnes qui s organisent pour faire face, au moyen de leurs seules cotisations aux conséquences d un risque social qui les menace ainsi que leurs familles2» II- Etat des lieux sur la thématique au Bénin La promotion de la santé a été adoptée à la première conférence sur le thème à Ottawa au Canada en novembre Depuis lors, on parle de la Charte d Ottawa qui précise les principes et le cadre institutionnel international de la promotion de la santé. A la deuxième conférence de Bangkok (Thaïlande) en 2005, on parlera de la promotion de la santé à l heure de la mondialisation. En dépit de ces engagements internationaux auxquels le Bénin a souscrit, il a fallu attendre décembre 2008 pour que le pays se dote d un document de politique nationale de promotion de la santé. C est actuellement le document 1 BIT : Guide pour l étude de faisabilité de systèmes de micro-assurance santé Genève, Bureau international du Travail, Programme Stratégies et Techniques contre l Exclusion sociale et la Pauvreté (STEP), Alain, LETOURMY, Aude, PAVY-LETOUMY : La micro-assurance de santé dans les pays à faible revenu, AFD,

8 qui défini les politiques et les stratégies de mise en œuvre de la promotion de la santé au Bénin. La coordination des activités de promotion de la santé est assurée par le Conseil National de Promotion de la Santé (CNPS). Il est présidé par le ministre de la santé. Mais malgré ces retards, il existe au Bénin des expériences de promotion de la santé avec de réelles implications des communautés bénéficiaires. L implication de la communauté a été une réalité grâce aux programmes et projets avec le développement des Agents de Service à Base Communautaire (ASBC) ou Relais Communautaires. Le concept varie selon les programmes, mais l objectif ; celui d impliquer les populations dans la gestion de leur santé reste le même. 7

9 Tableau 1 : Quelques expériences de développement de santé communautaire Partenaire d appui Interventions Département Sites d intervention BEST-SD/ASSan SONU communautaire Borgou ZS Nikki-Kalalé-Pèrèrè et Parakou-N Dali MCDI PCIME communautaire Borgou Commune de N Dali, ZS de Tchaourou PROSAF SONU communautaire Alibori ZS Malanville Karimama Plan Bénin PCIME + Nutrition Couffo UNICEF PCIME Nutrition Ouèmé / Plateau Zou Alibori Commune de Klouékanmey, Aplahoué Commune de Pobè, Adjaouèrè, Kétou, Adjohoun, Bonou, Dangbo, Sakété Ifangni, Akpro Misserete Adjara, Avrankou, Djidja Abomey Agbangnizoun Karimama, Malanville, Ségbana Ces différentes expériences ont permis le renforcement de capacité des populations dans la gestion de leur santé. Pour la plupart, ces expériences de promotion de la santé par la population ont eu les mêmes difficultés : - Le problème de rémunération des agents communautaires - Le même d ancrage institutionnel qui ne donne aucune chance à la pérennisation des activités communautaires - La réticence des agents de santé surtout si les agents communautaires sont impliqués dans les soins curatifs Par rapport aux problèmes de pérennisation tout programme aura de chance de mener des activités durables en impliquant les populations à toutes les étapes du cycle de vie du projet, en associant les autorités locales (mairie, arrondissement, villages) et les autorités religieuses. En résumé, pour une intervention communautaire il faut éviter les projets verticaux sont conçus en dehors des problèmes de santé ressentis par les populations. III-Mécanisme et outils de mise en œuvre 3.1 Mécanismes et outils de mise en œuvre de la santé communautaire Les principes de base d une démarche de santé communautaire une philosophie de projet explicite et partagée (le projet ne doit pas être conçu sans les bénéficiaires) ; une définition claire de la santé aspects objectifs et subjectifs de la santé) ; 8

10 des décisions fondées sur des analyses de besoins ; une approche planifiée ; une collaboration intersectorielle réelle; (qui concerne plusieurs ministères, pas seulement une action du secteur de la santé) une direction et une supervision stratégique du projet ; des objectifs réalistes (réalisables) ; des méthodes et moyens adéquats et efficaces ; une participation et une implication active du public (vu sous l angle de communautés ayant des besoins spécifiques); une diffusion large des résultats ; une réflexion et une auto-évaluation sur le processus ; une équipe compétente et motivée. 9

11 3.1.1 Exemple de planification en santé communautaire Tableau 2 : (Modèle PRECEDE PROCEED pour la planification et l évaluation de la promotion de la santé «Lawrence W. Grenn, Marshall W. Kreutter: Health Promotion Planning An Educational and Environmental Approach, Second Edition, 1991») Etapes Définition Objectifs Démarche Le diagnostic social est le processus - Impliquer la qui permet de déterminer la communauté dans la perception que les gens ont de leurs formulation de ses besoins et de leur qualité de vie ainsi problèmes sociaux, de Etape 1 : Le que leurs aspirations quant au bienêtre de la communauté. ses perceptions sur la diagnostic santé et de la place que social Le diagnostic social repose sur la celle-ci occupe dans la notion d interdépendance entre les vie de ses membres; problèmes sociaux et les problèmes - Etablir les priorités de santé. En d autres termes, les parmi les problèmes conditions sociales et la qualité de vie socio sanitaires ont une influence sur les problèmes rencontrés de santé et vice versa Etape 2 : Le diagnostic épidémiologi que Etape 3 : Le diagnostic environneme Le diagnostic épidémiologique permet de mettre en lumière les problèmes de santé vécus par la population en lien avec le ou les problèmes sociaux identifiés Quels sont les problèmes de santé importants? (selon une mesure objective plutôt que subjective) Quels sont les facteurs environnementaux et comportementaux qui sont liés à ces problèmes de santé? Il s'agit ici d'étudier les relations entre les comportements et les - Identifier les problèmes de santé liés aux problèmes sociaux - Etablir les priorités parmi ces problèmes de santé pour n en retenir qu un seul - Définir les objectifs visant la réduction du problème de santé - Inventaire des facteurs associés aux problèmes de santé Immersion, observations, entretiens informels, focus group, etc. Etude épidémiologique descriptive - Aperçu de l ampleur des problèmes de santé en résonance avec la morbidité, la mortalité, l incapacité - Distribution des problèmes en fonction de l âge, du sexe, du logement, des habitudes de vie ou de l exposition à certains facteurs de risques Etude épidémiologique analytique qui donne des informations sur les causes, mais causes sur lesquelles il est possible d agir à l aide d un programme de promotion de santé - Quelle démarche faut-il? Immersion? Etude épidémiologique? Enquête ménages? 10

12 ntal/comport emental Etape 4 : Le diagnostic éducationnel problèmes identifiés, Facteurs environnementaux et les problèmes identifiés en vue de dégager la causalité multifactorielle de situations à problèmes. (arbre à problèmes) Cette étape consiste à distinguer les comportements selon les causes, les facteurs "déterminants". On classe ces facteurs en trois catégories : - les facteurs prédisposant" (connaissances, attitudes, valeurs, perceptions, ), - les facteurs "facilitant" (La Disponibilité des ressources, L Accessibilité des ressources, L Offre des services, les Procédures, les compétences, les aptitudes personnelles ou communautaires) - les facteurs "renforçant" (feedback ou "rétroaction" que la personne reçoit des autres quant au comportement adopté, avec effet d'encouragement ou de découragement). - Etablissement de priorités sur les changements comportemental et environnemental souhaités - Définition d objectifs de changements comportemental et environnemental - Identifier à l intérieur des trois catégories, les facteurs qui influences des changements comportemental et environnemental - Retenir ceux qui sont prioritaires - Définir des objectifs de changement souhaités - Déterminer les facteurs comportementaux des facteurs environnementaux - Etablir un inventaire dans chaque catégorie - Dans chaque catégorie, dégager l importance de chaque facteur - Déterminer la capacité de changement dans chaque catégorie - Choisir le changement comportemental et environnemental souhaité - Formuler l objectif comportemental et l objectif environnemental - Quelle démarche faut-il? Immersion? Etude épidémiologique? Enquête ménages? Pour un comportement donné - Lister les facteurs possibles - Classer ces facteurs selon qu il s agisse de facteurs prédisposant, facilitant ou renforçant - Classer les catégories par ordre d importance ou de priorité - Établir des priorités dans chaque catégorie - Formuler les objectifs éducationnel et organisationnel 11

13 Etape 5 : Le diagnostic administratif et politique Il consiste en l'analyse de données du contexte administratif, institutionnel, réglementaire, organisationnel et politique qui influencent la mise en place d'un projet ou d'un programme. La construction se fait en partant du diagnostic épidémiologique et social pour aller vers le diagnostic comportemental et ensuite vers l'analyse des déterminants éducationnels de ces comportements pour, enfin, arriver à l'analyse du diagnostic institutionnel. - Définir les ressources humaines et financières nécessaires ou disponibles pour le programme - Identifier les barrières qui doivent être éliminées pour sa mise en œuvre - Examiner les conditions politiques favorables ou nécessaires pour le faire Evaluer les ressources nécessaires - Temps - Personnel - Matériel Evaluer les barrières à la mise en œuvre - Attitude et engagement du personnel - Conflits au niveau des buts - -Degré de changement - Familiarité avec les procédures et les méthodes - Complexité - L espace - Barrières dans la communauté Evaluer les politiques et les règlements de l organisation (conditions intra) - La cohérence entre les politiques de l organisation et le programme identifié - La flexibilité - La souplesse professionnelle et administrative Evaluer les forces politiques (conditions extra) 12

14 3.2 Mécanisme et outils de promotion de l hygiène et de l assainissement du cadre de vie Les dimensions d une action de promotion de l hygiène et de l assainissement du cadre de vie Dimension 1 : La promotion de l hygiène Le but de tout programme d'assainissement est de promouvoir une bonne hygiène individuelle, collective et environnementale afin de protéger la santé. La promotion de l'hygiène est définie ici comme le mélange des connaissances, des pratiques et des ressources de la population d'une part, et des connaissances et des ressources de l'organisation de l'autre, qui à elles toutes permettent d'éviter des comportements risqués dans le domaine de l'hygiène. Les trois facteurs clés sont 1) l'échange des informations et des connaissances, 2) la mobilisation des communautés et 3) la fourniture de matériel et d'installations essentiels. Dimension 2 : Élimination des excréments L'élimination sans risques des excréments humains constitue la première barrière contre les maladies liées à ces derniers, car elle contribue à réduire la transmission directe ou indirecte. L'élimination sans risques des excréments est donc une priorité majeure, et dans la plupart des situations de catastrophe, elle doit être abordée aussi rapidement et avec des efforts aussi assidus que l'approvisionnement en eau potable. Dimension 3 : Gestion des déchets solides Si l'on n'élimine pas les déchets solides organiques, on court un risque important de prolifération des mouches et des rats. Ceci constitue de sérieux problèmes de santé et d environnement. Dimension 4 : Drainage L'eau de surface dans les établissements humains ou à proximité peut provenir des eaux usées des ménages ou des points d'eau, des fuites éventuelles dans les toilettes et les égouts, de l'eau de pluie ou des crues. Les principaux risques pour la santé associés à l'eau de surface sont : la contamination de l'eau fournie à la population et du milieu de vie, les dégâts occasionnés aux toilettes et aux habitations, la reproduction des vecteurs de maladie et la noyade. L'eau de pluie et les eaux de crues peuvent empirer la situation de drainage dans un établissement et accroître encore le risque de contamination. Afin de réduire les risques potentiels pour la population, il faudra mettre en œuvre un bon plan de drainage. 13

15 3.2.2 Principes pour une promotion participative et efficace de l hygiène et de l assainissement au sein des communautés Privilégier une stratégie basée sur l approche par la réponse à la demande, dans laquelle les communautés prennent, en connaissance de cause, les décisions relatives à leur participation, aux niveaux des services et à leurs modalités de mise en œuvre. Promouvoir des réformes institutionnelles qui vont dans le sens d une définition claire des rôles des différents partenaires, selon lesquelles les communautés sont propriétaires des ressources et des installations, le secteur privé fournit les biens et les services et les pouvoirs publics facilitent le processus. Veiller à la mise en place d un cadre juridique pertinent en matière de droits de propriété et de gestion. Mettre en place les projets d assainissement dans l optique plus vaste du développement de la communauté et des administrations locales. Établir des montages financiers qui étayent l approche par la réponse à la demande, permettant aux communautés de payer une partie des coûts d investissements en proportion du coût total des installations et tous les coûts d exploitation et d entretien. Faciliter la création d associations représentatives des usagers, qui seraient responsables de la planification, de la mise en place et de la gestion des ouvrages d assainissement de la communauté. Favoriser un environnement concurrentiel, afin d ouvrir aux communautés l accès à un éventail de fournisseurs de biens et de services, et ce pour tous les aspects du cycle du projet. Intégrer des actions de sensibilisation en matière d eau, d assainissement et d hygiène. Promouvoir l investissement des usagers en matière d assainissement, en menant des actions de sensibilisation et d éducation du public à l hygiène et en renforçant la capacité de construction des installations du secteur privé. Faire en sorte que tous les intéressés participent et que leur participation soit réelle et représentative. Introduire des composantes bien définies de renforcement des capacités, qui donnent aux intéressés les moyens de remplir leur mission et d établir des partenariats. Instituer des critères normatifs pour cibler les communautés pauvres et délaissées et les groupes vulnérables dans ces communautés. 3.3 Mécanisme et outils de promotion de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle Cadre institutionnel de promotion de la médecine traditionnelle Au cours de ses 30 ème et 50 ème sessions, l OMS a pris des résolutions visant la promotion de la médecine traditionnelle en Afrique. C est ainsi qu en 2000, les 14

16 résolutions AFR/RC50/9 de la stratégie de la Région Africaine de l OMS sur la promotion du rôle de la médecine traditionnelle demandent aux Etats africains d adopter des politiques réalistes pouvant favoriser le développement de la médecine africaine. Au Bénin, la promotion de la médecine traditionnelle a commencé depuis la période révolutionnaire avec la création par décret N du 3 mars 1986 de l Association Nationale des Praticiens de la médecine Traditionnelle du Bénin (A.NA.PRA.ME.TRA.B). Toujours dans la perspective de mise en application des recommandations de l OMS, le Bénin a mis en place un certain nombre de dispositions légales et réglementaires : décret du 15 février 2001 fixant les principes de déontologie et les conditions de l exercice de la médecine traditionnelle en république du Bénin. Ce décret a permis d adopter, en 2002, la politique de promotion et d intégration de la pharmacopée et de la médecine traditionnelle dans le système national de santé. arrêté interministériel N 9960/msp/dc/sgm/dped/c-pmt/sa du 03 novembre 2004 pour réglementer la publicité en matière de pharmacopée et de médecines traditionnelles au Bénin : Aujourd hui, il existe au ministère de la santé, un programme national qui travaille pour la promotion de la médecine traditionnelle. Il faut remarquer jusque-là que le travail a plus consisté à former les tradi-praticiens à maîtriser les pratiques de la médecine occidentale au lieu de travailler dans le sens d une complémentarité des deux médecines Mécanisme et outils de promotion de la médecine traditionnelle et de la pharmacopée Conditions pour une collaboration effective entre la médecine moderne et traditionnelle La promotion de la médecine traditionnelle peut être réalisée à travers, entre autres, le contrôle et la sensibilisation des guérisseurs traditionnels. La collaboration peut être réalisée à travers les institutions appropriées et les universités de référence, et également à travers les formations sanitaires publiques, où les herboristes peuvent vendre leurs plantes médicinales, ce qui peut faciliter leur contact avec le système de santé moderne. Des centres de santé mixtes où des guérisseurs traditionnels, des médecins, et/ou des infirmiers en chef travaillent ensemble permettent une combinaison des deux médecines. Les patients soignés dans de telles structures profitent des consultations traditionnelles qui sont confirmées par des analyses en laboratoire. Ces centres d'expérimentation clinique pourraient sans aucun doute servir à valider les études pharmacologiques (efficacité et innocuité) effectuées sur les médicaments traditionnels améliorés qui devront être préparés sous la formulation galénique appropriée. 15

17 Activités prioritaires Le rôle que la médecine traditionnelle pourrait jouer dans la résolution des problèmes de santé publique n'a pas encore été suffisamment exploré. Les activités prioritaires à entreprendre à cet égard peuvent être récapitulées comme suit : Connaître la répartition des guérisseurs traditionnels par leur recensement et selon leur domaine de compétence Organiser les guérisseurs traditionnels dans des associations Développer un cadre de collaboration entre les deux médecines Informer les guérisseurs traditionnels des maladies prioritaires Mieux informer et sensibiliser les médecins chefs de région et de district sur les orientations stratégiques concernant la médecine traditionnelle Réglementer la pratique de la médecine traditionnelle Finaliser les inventaires des zones productrices des principales plantes médicinales utilisées par les guérisseurs traditionnels Créer des jardins botaniques pour l'autosuffisance et la conservation des plantes médicinales Mettre en place un mécanisme de régulation servant à autoriser le marketing des médicaments traditionnels améliorés Assurer une communication appropriée entre les différents acteurs. 3.4 Mécanisme et outils de promotion de la santé maternelle et infantile Les soins obstétricaux et néonatals d urgence au niveau communautaire Les Soins Obstétricaux et Néonataux d Urgence, c est l ensemble des soins qui permettent de prévenir ou de prendre en charge l urgence obstétricale et néo-natale. Les SONU communautaires, c est l ensemble des mesures que doit prendre la communauté pour empêcher la survenue de l urgence obstétricale et/ou de l urgence néonatale et aider à mieux la gérer lorsqu elle est installée. La démarche des SONU communautaires est un partenariat communautaire qui a trois objectifs : Améliorer la performance des femmes, des membres des familles qui s occupent de la femme enceinte et de l enfant, des accoucheuses traditionnelles, des relais communautaires (développement de pratiques préventives, reconnaissance de réactions promptes face aux complications) Améliorer l accès et l utilisation des services de santé par une mobilisation de toute la communauté (organisation des transports, caisse de solidarité, adhésion aux mutuelles de santé, etc.) 16

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRAVAILLEURS DE L ECONOMIE INFORMELLE ET DES PME POUR RENDRE ACCESSIBLE UN PRODUIT DE MICRO ASSURANCE SANTE : Cas de la Mutuelle de Sécurité Sociale du Bénin (MSSB)

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif

CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE Saadna Mohamed Abdenour Sétif CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE "Saadna Mohamed Abdenour" Sétif 2 e Forum Paramédical International 08 et 09 Décembre 2010 LE CADRE PARAMEDICAL «LE MANAGER» Mr S. ARIF Service de CCI CHU Sétif Deuxièmes

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE

PLAN DE MOBILISATION DES FONDS 2014-2017 ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PLAN DE MOBILISATION DES FONDS ALLIANCE BURUNDAISE CONTRE LE SIDA ET POUR LA PROMOTION DE LA SANTE Bujumbura, JUIN 2014 0. Introduction

Plus en détail

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario

Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Section narrative du plan d'amélioration de la qualité (PAQ) pour les organismes de soins de santé de l'ontario Centre d accès aux soins communautaires du Nord-Est Approuvé par le conseil d administration

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour permettre un accès à des soins de qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Abdou Diagne, DG mutuelle sociale TransVie 5 ème Conférence

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED

EUROPAID/119860/C/SV/multi. Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED EUROPAID/119860/C/SV/multi Identification et formulation du projet d'appui à la politique de santé à financer sur les ressources du PIN 10 ème FED LOT N 8 DEMANDE N 2009/201619/1 TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE

DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie ------------------ MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ------------------ SECRETARIAT GENERAL -------------------- DIRECTION DE LA PROMOTION DE LA SANTE ----------------------

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 652 CIDR Tous droits de reproduction réservés Eléments de réflexion pour la contractualisation entre une mutuelle de santé et un

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale

Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale APPEL A PROJETS ACTIONS EN SANTE-ENVIRONNEMENT Information sensibilisation du public et des acteurs relais à la santé environnementale Cahier des charges I. PREAMBULE La population française est de plus

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail