TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique"

Transcription

1 TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible avec le développement durable Vision stratégique pour l avenir A

2 Introduction Les pesticides sont largement utilisés en agriculture et jouent un rôle très bénéfique en contribuant à la durabilité de la production d aliments destinés à la consommation humaine et animale. Ils peuvent cependant, si leur utilisation est impropre ou inappropriée, présenter des risques inacceptables pour la santé humaine et animale et pour l environnement. Pour cette raison, l homologation de nouveaux produits chimiques, de même que les réévaluations de pesticides déjà sur le marché, sont encadrées par des règles strictes afin d assurer leur conformité aux normes sanitaires, environnementales et de sécurité. Depuis 1992, le Programme de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs s est donné pour mission de simplifier la procédure d approbation et d homologation des pesticides en favorisant la collaboration entre les gouvernements afin d accélérer et d approfondir l évaluation des risques que présente chaque pesticide. Il a également mis au point des outils et approches pour réduire les risques liés aux pesticides et évaluer les progrès en la matière, en tenant compte des effets du changement climatique et des menaces sur la biodiversité. La coopération entre les pays de l OCDE, sous forme d examens conjoints de pesticides et de mise en commun des évaluations existantes, va aujourd hui croissant et permet d évaluer les pesticides de façon plus efficace et d économiser les ressources dont disposent les autorités de réglementation et l industrie. Les pays s accordent à reconnaître que les procédures de contrôle de la conformité à la législation en vigueur, y compris les procédures de lutte contre le commerce international illicite de pesticides, doivent être encore harmonisées pour en renforcer l efficacité. Des travaux ont été engagés à cette fin. L utilisation des pesticides compatible avec le développement durable contribue également à la réduction des risques. L OCDE s attache à promouvoir le bon usage des pesticides en améliorant la formation, ainsi que le respect des réglementations existantes afin d assurer l efficacité et la pérennité des stratégies de lutte contre les ennemis des cultures, y compris de gestion des résistances. Les stratégies de lutte intégrée contre les ravageurs (IPM), qui préconisent notamment l utilisation de biopesticides et d autres méthodes non chimiques, offrent un moyen d atteindre ces objectifs et l OCDE a développé ses activités dans ce domaine, en coopération également avec d autres organisations internationales telles que l Organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture (FAO). Le Programme de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs a des retombées positives pour toutes les parties prenantes : l amélioration de la protection de la santé humaine et de l environnement bénéficie aux consommateurs et à la population en général ; les économies de ressources, aux autorités réglementaires et aux contribuables ; l amélioration de la protection phytosanitaires, aux agriculteurs ; enfin la rapidité et la transparence des décisions d homologation bénéficient à l industrie. 1

3 Vision stratégique Améliorer la protection de l homme, des animaux et de l environnement Promouvoir la coopération mondiale pour l évaluation et l homologation des pesticides agricoles, ce qui bénéficiera à la santé humaine et animale et à l environnement et permettra aux autorités publiques et à l industrie de réaliser des économies de ressources considérables. L acceptation par tous les membres de l OCDE des prescriptions en matière de données, des lignes directrices pour les essais et des normes de présentation des rapports d évaluation des pays devrait favoriser la confiance mutuelle et l acceptation pleine et entière des évaluations lesquelles reposeront sur des bases scientifiques solides. Intégrer les stratégies de croissance verte Contribuer à la croissance verte de l agriculture, de l horticulture et de la sylviculture en cherchant à promouvoir des stratégies phytosanitaires intégrées et économes en ressources permettant de répondre à la demande croissante d aliments destinés à la consommation humaine et animale et aux impératifs de durabilité. L OCDE encouragera aussi les travaux sur les systèmes modernes de culture, l agriculture de précision et d autres technologies assistées par ordinateur en s attachant à promouvoir la viabilité et la réduction des risques associés aux pesticides. Renforcer la confiance du public Raffermir la confiance de la société dans l homologation des pesticides agricoles et les stratégies de lutte intégrée contre les ravageurs, en tant qu instruments essentiels pour assurer le bien-être social et économique et réduire les risques pour la santé humaine et l environnement. Faciliter la coopération Jouer un rôle moteur de premier plan pour faciliter la coopération entre les pays et les organisations internationales chargées de la sécurité des pesticides agricoles et des stratégies de lutte contre les ravageurs en agriculture, horticulture et sylviculture. 2

4 Objectifs stratégiques pour La protection de la santé humaine et de l environnement sera facilitée grâce à l harmonisation sur des bases scientifiques des prescriptions en matière de données et des méthodologies d évaluation et des dangers et des risques (toxicité et exposition). La réglementation des pesticides portera sur l ensemble du cycle de vie, avec remontée permanente de l information, pour une prise de décisions plus efficaces et mieux informées. Les lignes directrices pour les essais et les documents d orientation seront réexaminés et complétés. L effort portera non seulement sur la santé humaine et animale, mais aussi sur l évaluation des effets secondaires des pesticides sur l environnement. 2 La coopération internationale entre les organes de réglementation des pesticides reposera désormais sur la reconnaissance mutuelle des examens de pesticides. 3 Le partage des tâches entre les autorités de réglementation des pays de l OCDE, et le cas échéant de pays partenaires, permettra des économies de ressources et l instauration d une confiance mutuelle. En particulier, les problèmes seront repérés et signalés dès leur apparition et des réponses communes y seront apportées. 4 La lutte intégrée contre les ravageurs (IPM) sera reconnue dans tous les pays membres de l OCDE. Elle se fondera sur des principes harmonisés pour l ensemble de la zone OCDE, et accordera une plus large place aux mesures non chimiques et biologiques de lutte contre les ravageurs, maladies et adventices. 5 Le renforcement de la coopération internationale permettra de mieux combattre le commerce international illicite de pesticides agricoles. 6 Les obstacles non tarifaires au commerce seront réduits au maximum. 3

5 Vision stratégique pour l avenir Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible avec le développment durable PRINCIPAUX ELEMENTS A RESPECTER Réduction au minimum des obstacles non tarifaires au commerce Reconnaissance mutuelle des examens de pesticides Renforcer la confiance du public O B J E C T Améliorer la protection de l homme, des animaux et de l environnement Faciliter la coopération Partage des tâches pour économiser les ressources et renforcer la confiance Intégrer les stratégies de croissance verte VISIO N STR ATE GIQ U E Acceptation et mise en œuvre des approches de lutteintégrée contre les ravageurs Renforcement de la lutte contre le commerce international illicite I F S S T R A T E G I Q U E S d évaluation des risques et des dangers Harmonisation des méthodes Pour donner corps à la Vision stratégique du Programme de l OCDE sur les pesticides et de la lutte durable contre les ravageurs, les éléments suivants devront être promus Harmonisation Harmonisation des dispositifs de réglementation et partage des tâches en vue d améliorer le système d homologation Approche durable Une approche durable pour assurer la protection phytosanitaire Réduction des risques Réduction des risques liés aux pesticides agricoles Amélioration de la communication Amélioration de la communication sur les décisions et procédures réglementaires Partenariats Établissement de partenariats avec des pays non membres de l OCDE 4

6 Principaux éléments Harmonisation des dispositifs de réglementation et partage des tâches Protection phytosanitaire : une approche durable Réduction des risques liés aux pesticides agricoles Procédures et décisions réglementaires : améliorer la communication Partenariats avec des pays non membres de l OCDE Harmonisation des dispositifs de réglementation et partage des tâches en vue d améliorer le système d homologation Les dispositifs de réglementation des pesticides agricoles (à la fois chimiques et biologiques) auront été harmonisés de façon à ce que les examens (évaluations des dangers ou monographies) visant des pesticides nouveaux et des pesticides existants soumis à une réévaluation, préparés selon le mode de présentation de l OCDE au niveau national ou régional puissent être utilisés à l appui d évaluations des risques indépendantes et lorsque cela est possible de décisions réglementaires prises dans d autres régions ou pays ; la préparation des données soumises (dossiers) concernant les matières actives des pesticides sera coordonnée à l échelle mondiale par l industrie de façon, si possible, à tirer le meilleur parti de la reconnaissance mutuelle ou du partage des tâches entre les autorités de réglementation des membres de l OCDE et des pays partenaires. Grâce au renforcement de la confiance et à l acceptation mutuelle des procédures d évaluation et d examen par les autorités réglementaires, les arrangements de reconnaissance mutuelle ou de partage des tâches entre les autorités de réglementation deviendront systématiques, sans préjudice des évaluations indépendantes des risques et des décisions réglementaires qui resteront nécessaires. La disponibilité de solutions phytosanitaires pour les utilisations marginales pose un problème important qu il conviendra de résoudre pour assurer la production durable de nourriture à l échelle mondiale. Les utilisations marginales signifient les besoins en protection phytosanitaire des cultures marginales et/ou contre des ennemis des cultures marginaux. En conséquence, la recherche sera encouragée dans les pays membres de l OCDE et dans les pays partenaires pour trouver des solutions chimiques et non chimiques au problème des utilisations marginales et faciliter leur homologation. 5

7 Principaux éléments Harmonisation des dispositifs de réglementation et partage des tâches Protection phytosanitaire : une approche durable Réduction des risques liés aux pesticides agricoles Procédures et décisions Protection phytosanitaire : une approche durable La protection phytosanitaire sera abordée dans une perspective globale et les problèmes seront examinés dans l optique de la durabilité plutôt qu en considérant les produits chimiques un à un. Seront ainsi pris en compte les aspects économiques, sociaux et environnementaux, de même que les incidences possibles sur la biodiversité. La lutte intégrée contre les ravageurs occupera une place centrale dans l utilisation des pesticides compatible avec le développement durable. Il sera tenu compte des spécificités de l agriculture biologique. La contribution de l agriculture biologique à l agriculture durable est reconnue et la lutte intégrée contre les ravageurs mettra à profit ses enseignements aussi souvent que possible. Les agriculteurs pourront accéder plus facilement aux outils nécessaires à la protection phytosanitaire, en particulier aux outils de gestion intégrée des ravageurs, en agriculture, horticulture et sylviculture. La recherche sur les biopesticides et sur les produits chimiques présentant moins de risques, de même que leur homologation seront encouragées ; les travaux de recherche sur les produits de substitution non chimiques seront également promus et facilités. réglementaires : améliorer la communication Partenariats avec des pays non membres de l OCDE 6

8 Principaux éléments Harmonisation des dispositifs de réglementation et partage des tâches Protection phytosanitaire : une approche durable Réduction des risques liés aux pesticides agricoles Procédures et décisions réglementaires : améliorer la communication Réduction des risques liés aux pesticides agricoles L homologation et la mise sur le marché des produits et matières actives seront assujettis à des normes exigeantes. Des plans d action nationaux comprenant des dispositions obligatoires et facultatives et des prescriptions visant les bonnes pratiques de fabrication, de commercialisation et d utilisation des pesticides agricoles seront élaborés. Les progrès réalisés en matière de réduction des risques seront suivis à l aide des indicateurs de risques acceptés dans toute la zone de l OCDE, lesquels permettent de contrôler la mise en œuvre des programmes de réduction des risques. Des mesures et politiques seront mises en œuvre pour assurer, dans un souci d efficience et d efficacité, le bon respect des prescriptions réglementaires, notamment dans le cadre d une alliance mondiale contre le commerce international illicite de pesticides. La gestion intégrée des ennemis des cultures sera encouragée, ce qui ouvrira l éventail des méthodes de lutte et réduira les risques pour la santé et l environnement. Partenariats avec des pays non membres de l OCDE 7

9 Principaux éléments Harmonisation des dispositifs de réglementation et partage des tâches Protection phytosanitaire : une approche durable Réduction des risques liés aux pesticides agricoles Procédures et décisions réglementaires : améliorer la communication Partenariats avec des pays non membres de l OCDE Procédures et décisions réglementaires : améliorer la communication Des mesures seront prises pour renforcer la confiance du public dans les processus réglementaires et décisionnels concernant les pesticides (i) communication améliorée et plus intelligible pour assurer la pleine transparence de l information sur les avantages et les risques, notamment des évaluations et des décisions de gestion des risques ; et (ii) intensification des échanges scientifiques entre les autorités de réglementation, notamment sur les nouveaux problèmes rencontrés, afin d assurer la robustesse des processus décisionnels et la convergence internationale. La communication mettra en outre l accent sur les efforts d harmonisation internationale qui permettront de mieux utiliser les ressources et de réduire les coûts des demandeurs et des gouvernements. L effort de communication portera notamment sur : > la législation existante et le respect de son application. > les données requises, les évaluations des risques et les décisions réglementaires concernant les pesticides agricoles et l état d avancement des homologations. > les résultats des plans d action nationaux et les activités prévues pour assurer une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable. Partenariats avec des pays non membres de l OCDE Les résultats et les retombées positives des travaux du Programme de l OCDE sur les pesticides sont présentés directement ou dans le cadre d activités de coopération aux partenaires intéressés et aux organisations internationales intergouvernementales participant à l évaluation et la gestion des pesticides, de façon à appuyer les efforts déployés par les pays partenaires pour établir des systèmes efficaces de réglementation des pesticides et en assurer la bonne gestion. 8

10 Programme de l OCDE sur les pesticides et la lute durable contre les ravageurs OECD Headquarters 2, Programme rue André de Pascal l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Vision stratégique pour l avenir Paris Cedex 16 France 10

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur,

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur, Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur, Je suis heureuse de vous transmettre la réponse du gouvernement au rapport définitif du Comité

Plus en détail

Note du Secrétaire exécutif I. INTRODUCTION

Note du Secrétaire exécutif I. INTRODUCTION CDB Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/BS/COP-MOP/6/9 24 juillet 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE SIÉGEANT EN TANT QUE RÉUNION DES PARTIES AU PROTOCOLE

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?...

TABLE DE MATIERES. Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... TABLE DE MATIERES Qu est-ce que SADCAS? Pourquoi les Organisations doivent-elles être accréditées?... En quoi les Organismes d Accréditation peuvent être bénéfiques jusqu aux derniers utilisateurs?.. Le

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21

Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 A. Définition Luxembourg 2010 Grappe ENVIRONNEMENT Agenda 21 En juin 1992, 173 pays sont présents à la conférence des Nations Unies à Rio pour discuter sur l Environnement et le Développement. Des déclarations

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020

PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 PROGRAMME DE TRAVAIL CONJOINT CMS-CITES 2015-2020 Introduction: Le Programme de travail conjoint CMS-CITES pour 2015-2020 comprend une liste non exhaustive d activités conjointes qui s articulent autour

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.1/EM.27/1 6 juin 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

Système général harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques (SGH)

Système général harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques (SGH) Système général harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques (SGH) Historique de son élaboration et état de mise en œuvre Présentation mise à jour conformément à la sixième édition

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé CODE de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Soixante-troisième

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Chine coopération en matière de sécurité intérieure,

Chine coopération en matière de sécurité intérieure, Document mis en distribution le 23 juin 2005 N o 2376 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 juin 2005. P R O

Plus en détail

LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse

LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 7 décembre 2011 LA MAISON-BLANCHE Bureau du chef du service de presse Fiche documentaire : Initiatives canado-américaines Par-delà la frontière et du Conseil de coopération

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1

Conseil économique et social. Ordre du jour provisoire annoté de la vingt-quatrième session 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRAE/C/WP.6/2014/1 istr. générale 9 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité du commerce Groupe de travail des

Plus en détail

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014

Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe. Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Deuxième Conférence régionale arabe sur la réduction des risques de catastrophe Charm el cheikh, République arabe d Égypte, 14-16 septembre 2014 Déclaration de Charm el cheikh pour la réduction des risques

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Cadre de compétences de la FAO

Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO Cadre de compétences de la FAO La FAO remercie le Secrétariat de l ONUSIDA qui a bien voulu lui permettre de réutiliser, et d adapter, si nécessaire, le texte explicatif

Plus en détail

Trente-troisième session. Rome, 19 26 novembre 2005

Trente-troisième session. Rome, 19 26 novembre 2005 Novembre 2005 F CONFERENCE Trente-troisième session Rome, 19 26 novembre 2005 ACCORD ENTRE L ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Le Cadre mondial pour les services climatologiques: innovation et adaptation

Le Cadre mondial pour les services climatologiques: innovation et adaptation Le Cadre mondial pour les services climatologiques: innovation et adaptation UN /Albert Gonzalez Farran L innovation et l adaptation ont permis à l humanité non seulement de survivre mais de se dépasser.

Plus en détail

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019

Plan stratégique quinquennal 2015-2019. Plan stratégique de l OIV 2015-2019 Plan stratégique de l OIV 2015-2019 1 Sommaire Introduction... 3 Axes Stratégiques... 4 1. Promouvoir une vitiviniculture durable... 4 a. Prendre en compte et réagir face au défi du changement climatique...

Plus en détail

Article premier. Article 2

Article premier. Article 2 Accord de Paris Les Parties au présent Accord, Étant Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ci-après dénommée «la Convention», Agissant en application de la plateforme

Plus en détail

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE :

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : I (Sensibilisation) De charger un groupe indépendant d'experts, de l OCDE par exemple, d effectuer une étude

Plus en détail

Domaines d utilisation :

Domaines d utilisation : Groupe de travail : Utilisation des pesticides Domaines d utilisation : 1. Hygiène public pour lutter contre les nuisances ; 2. La santé humaine pour lutter contre les vecteurs des maladies 3. L agriculture

Plus en détail

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE)

ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ORGANISATION INTERNATIONALE DE NORMALISATION (ISO) ET L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ ANIMALE (OIE) Adopté par l OIE et l ISO le 27 Mai 2011 Entre L Organisation internationale

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr.: Générale 3 octobre 2001 Français Original: Anglais E/CN.7/2001/15 Commission des stupéfiants Reprise de la quarante-quatrième session Vienne, 12-14 décembre

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

IDB.42/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.42/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION

LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION INTERNATIONAL CONFEDERATION OF INSPECTION AND CERTIFICATION ORGANISATIONS LA VALEUR AJOUTEÉ DE LA TIERCE PARTIE EN INSPECTION ET CERTIFICATION QUI SOMMES NOUS ET QUE FAISONS NOUS? CEOC international est

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par l'assemblée générale de l'amm, Vancouver,

Plus en détail

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural

Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural 2012 Les coopératives agricoles contribuent à la sécurité alimentaire et au développement rural Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Les coopératives jouent un rôle

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012

Organisation de l aviation civile internationale CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012 Organisation de l aviation civile internationale HLCAS-IP/5 4/8/12 1 NOTE D INFORMATION CONFÉRENCE DE HAUT NIVEAU SUR LA SÛRETÉ DE L AVIATION (HLCAS) Montréal, 12 14 septembre 2012 Point de l ordre du

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES

Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES F Point 8 de l'ordre du jour CX/PR 04/6 Février 2004 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES RÉSIDUS DE PESTICIDES Trente-sixième session New Delhi (Inde), 19 24 avril

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC ACCESSION DE L ALGERIE A l OMC OBSTACLES TECHNIQUES AU COMMERCE MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES OTC : pourquoi l'accord? - Article XX b

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM)

Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) Compte rendu sur l état de préparation de la CCSN en vue de réglementer des projets proposant l utilisation de petits réacteurs modulaires (PRM) K. Lee et M. de Vos Groupe de travail de la CCSN sur les

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

ASSEMBLÉE 38 e SESSION

ASSEMBLÉE 38 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL A38-WP/30 EX/25 23/7/13 Question 17 : Protection de l environnement ASSEMBLÉE 38 e SESSION COMITÉ EXÉCUTIF PLANS D ACTION DES ÉTATS CONCERNANT

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION LE COMMERCE ET L'ENVIRONNEMENT À L'OMC

NOTE D'INFORMATION LE COMMERCE ET L'ENVIRONNEMENT À L'OMC 10945 NOTE D'INFORMATION LE COMMERCE ET L'ENVIRONNEMENT À L'OMC *** Les règles actuelles de l'omc ménagent d'importantes possibilités de protéger l'environnement et de lutter contre le changement climatique

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail