iluiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiimiiiiimiiiiih UN SPORT VNU" name="description"> iluiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiimiiiiimiiiiih UN SPORT VNU">

LE PROBLEME DES MOTS CROISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PROBLEME DES MOTS CROISES"

Transcription

1 rni i NOUVLL SÉR : N 96 HHHH 25 CCltïTlCS """ ""' """"""""""""""""'"' '«' " «' ' 'o L 28 ÉCMBR 1924»» > iluiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiimiiiiimiiiiih UN SPORT VNU A LA MO : L HOCKY SUR SKS l est courant de jouer au hockey et de faire du ski. Mais les sportifs de Saint-Moritz, station hivernale suisse, ont imaginé de lier ces deux exercices et de jouer des matches de hockey sur skis, comme on le voit ici, ce qui augmente nécessairement la difficulté et les efforts à déployer. Ce sport à double expansion est aujourd'hui fort à la mode. ' UN?' CHAT A NUF QUUS " SORT U FON S MRS n Allemagne, la marine n'existe pas sans une discipline fort brutale. Comme preuve a l'appui, ce scaphandrier, travaillant au renflouement de la flotte de guerre allemande coulée à Scapa-Flow, vient de trouver à bord d'un cuirassé englouti, ce martinet aux neuf lanières garnies de plomb, qui était employé comme moyen de répression. L PROBLM S MOTS CROSS HORZONTALMNT : 1, serpents ; 6, rendis coupant ; 12, canton des Vosges ; 13, animal sacré ; 15, terminaison de verbe; 17, région d'asie; 19, lettres; 20, note de musique; 21, rivière de Bavière ; 23, "circonstances d'un événement ; 25, semblable ; 26, pointe de rocher ; 28, pelle pour vider un bateau; 29, chef d'une religion ; 30, petit mollusque creusant des trous ; 32, se sert ; 33, toute petite ; 34, va au hasard ; 36, éteint ; 37, porteurs de nouvelles ; 39, remue ; 40, donnas des coups de pied; 43, courbas ; 45, posé; 47, s'introduit ; 49, pièce de bois plantée ën terre ; 50, personnage biblique ; 52, attention ; 53, particule atomique ; 54, perches pour soutenir; 56, lieu de pâture; 57, pronom ; 58, chiffre indiquant l'élévation ; 59, répandu dans le public ; 61, préposition ;.62? décoloré ;,63, diminuer par le frottement ; 65, outils de maçon ; 66, pierre fine., A LONRS : L BROULLAR T LS TORCHS Sur la capitale, a sévi, dernièrement, un épais brouillard. Mais il n'était pas, cependant, comparable à celui de Londres, qui fut tel, qu'en plein jour, il a fallu, parfois, allumer d'énormes torches à acétylène prévues à cet effet. LS MARÉS SOUS LA " VOUT 'ACR" Au récent mariage du lieutenant J. de Montuel, à ampierre (Allier), ses camarades ont réédité une curieuse tradition anglaise : les mariés sortent de l'église sous la voûte de leurs sabres croisés. (Cliché Scharlowsky.) LS APPARTMNTS FLOTTANTS A PARS La crise du logement étant toujours aussi aiguë à Paris, quelques audacieux se font aménager sur la Seine des péniches en appartements. On compte déjà une vingtaine de ces habitations flottantes et pittoresques. VRTCALMNT: 2, métal; 3, certaine cou'eur du cheval; 4, circulaire ; 5, chaîne de montagnes ; 7, pieu supportant une pièce de bois ; 8, têtes de tiges ; 9, divinités gaies ; 10, homme remarquable dans un sport ; 11, sots ; 14, transies ; 16, ragoût ; 18, instrument de serrurier ; 19, ville d'talie ; 20, rassasié; 22, corps simple; 24, domestiquera ; 25, adverbe ; 27, jeu d'enfant ; 29, habitants d'une contrée d Asie ; 31, ouvertures ; 33, poisson de mer ; 35, possédés ; 36, étendue d'eau ; 38, historien grec ; 39, possessif ; 41, signal d'arrêt ; 42, formation et naissance d'une chose ; 44, animal carnassier ; 45, ville de l'hindoustan ; 46, poisson de mer ; 48, gaieté ; 50, divisions d'une pièce de théâtre ; 51, ville de Belgique ; 54, dieu mythologique ; 55, située ; 58, pointe de terre ; 60, monnaie étrangère ; 62, lettre grecque ; 64, coup de baguette. Lire à la page 2, l'explication de ce ieu de patience. UN ACTUR CNÉMA PRNCR Le prince Serge Mdivani, que voici, est un neveu du dernier tsar Nicolas de Russie, ce qui ne l'empêche point d'être obligé de travailler pour gagner sa vie. l vient, en Amérique, de se faire acteur de cinéma^

2 iinimi [MANCH-LLUSTRÉ 'iniiuiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiliiiluihiiiiii mu iiiiiiiiiiiiiinii 2 mmmimmmiiiiiimiim imimiiiiiimimmimiiiimmiimimimmiim> MANCH-LLUSTR VNT AU NUMÉRO France, Colonies, Régions occupées _ Belgique.. S.. ; tranger.., _.....;.. ;. mu ST N 'iimmii TARF S ABONNMNTS 3 mois.6 mois Un an France,Colonies fr. Belgique... 4 fr. 8 fr. 15 fr. tranger fr. 31 fr. Compte chèque postal n , rue d'nghien, Paris (Xe) 0.50 L 28 ÉCMBR 1924 VNT PARTOUT ÈS L SAM L PROBLÈM S MOTS CROSS (LA MOSAÏQU MYSTÉRUS) Nous signalons à nos lecteurs une irrégularité dans la présentation du problème formulé en page 1. Pour que l'énoncé soit exact, il faut considérer comme rouge la sixième case blanche, en partant de la case 65 et en comptant horizontalement de gauche à droite dans le bas du damier. Rhumatisme si pénible avec ses élancements douloureux peut être facilement soulagé par une application de THRMOGNÉ Le Thermogène développe une chaleur douce et bienfaisante qui calme instantanément la douleur. n activant la circulation du sang, il élimine l'acide urique dont l'accumulation provoque le rhumatisme. Le Thermogène guérit : Noël! Voici Noël, le jour de la Naissance! n son pauvre logis, attachée au travail, Jennv, songe auxnoëb de son heureuse enfance Les cloches et l'encens... les orgues... le vitrail Lors, ces soirs, en faisant gentiment sa prière, Au vieux Père Noël elle disait un mot, t sa bonne maman, survenant par derrière, Savait ce qu'il fallait glisser dans son sabot. mages et joujoux, poupées et papillottes. Comblaient alors Jennv, de joie et de bonheur. Aujourd'hui, triste et seule', elle souffre et grelotte, n proie à l'anémie et aux pâles couleurs. Oh} si le Vieux Noël écoutait sa prière, lle demanderait autre chose à présent, [paupières, Un peu de rouge aux joues et moins d'ombre aux Un peu de sang plus chaud, plus vermeil, plus vivant, Toute une Vie nouvelle en une boîte enclose. Une modeste boîte et d'un modeste prix, e ces Pilules Pink, de ces pilules roses,. Qui d'un sang appauvri font un flot de rubis Mais le Père Noël a compris sa souffrance, t par la cheminée une boîte a jeté, e ces Pilules Pink qui rendent la santé. Noël! voici Noël, le jour de l'spérance TOUX, RHUMATSMS, m\m$, PONTS COTÉ, MAUX GORG T RMS, LUMBAGOS, TORTCOLS, TC. La Boite 2 fr. 75 ans toutes les pharmacies du monde. L'image populaire du PRROT CRACHANT L FU doit se trouver au. dos de chaque boite. efijjsbvation et BLANCHUR ilesint*. POUR NTFRC CHARLAR exactes. La même raison nous contraint de renoncer à l'éventualité que nous avions envisagée. Nos lecteurs n'auront donc plus à prendre la peine de nous adresser le résultat de leurs recherches. Mais ils trouveront, régulièrement, en première page, un nouveau PROBLM S MOTS CROSÉS et, dans la page 2 du numéro suivant, la solution de ce problème. ls pourront ainsi constater eux-mêmes le degré d'exactitude de leurs propres solutions. l'explication du Problème des mots croisés dont nous publions le dessin en V première page de ce numéro. des mots à trouver au-dessus du dessin du Problème des mots croisés, dont nous publierons la solution dans nôtre prochain numéro. OC Les cases blanches du damier doivent être remplies par des lettres (à raison d'une lettre par case), composant les mots dont nous donnons plus loin le sens, la définition ou le synonyme. Chacun de ces mots doit commencer sur une case portant un chiffre. Pour ceux dont nous donnons ci-contre la définition dans la colonne : HORZONTALMNT, chacun d'eux, partant du nombre indiqué, doit s'étendre horizontalement aussi loin qu'il ne rencontrera pas une case noire ; s'il ne rencontre pas de case noire, il ira jusqu'au bord du damier. e même pour les mots donnés dans la colonne : VRTCALMNT ; chacun, commençant au nombre marqué, doit descendre dans le sens vertical et ne s'arrêter qu'à la première casé noire qu'il rencontrera. ' Chaque case ne devant contenir qu'une lettre, toute lettre qui se trouve au croisement de deux mots doit donc être commune à ces deux mots. n'y a, dans ce problème, aucun compte à tenir des accents. On lira le sens, la définition ou le synonyme NOS PHiX en Chemise-Culotte toutes Nuances if-""' Chemise Culotte parureswam combinaison'.. ChemisedeNurt, LAXATF - ÉPURATF MRVLLUX T CONSTPS SOLUTON U PROBLÈM S MOTS CROSÉS (MOSAÏQU MYSTÉRUS) PARU L 21 ÉCMBR lllllllllllllHlllflllllllllllllllllllltltlllllillllllllllllltlllllllllllllltllllllllillllllllllllllli Pharmacie, 13, B" Bonne-Nouvelle. Paria. R. C J. Sa CUSCUTN FOULON T ORSQU nous avons publié, dans notre numéro ^ du 23 novembre dernier, sous le nom de Mosaïque mystérieuse, le problème des mots croisés, nous avons annoncé que nous envisagerions l'attribution éventuelle de récompenses spécialement affectées aux amateurs de cette récréation. Le nombre considérable de solutions reçues nous empêche, ainsi que nous l'avons dit dans le numéro du 7 décembre, de donner les noms des lecteurs qui nous font parvenir des réponses SSTÂCTOMS U MÂMCH,ï TOl&Sir'OÎte CRcP ROSÂLNVPO'NTJCPAR S' 59' i M5 ' Voici une nouvelle série de istractions du imanche pour lesquelles nous offrons à ceux de nos lecteurs qui les auront toutes résolues, des cadeaux de valeur. Cette série a paru ou paraît dans les numéros des 14, 21 et 28 décembre. Si toutes les solutions n'étaient pas données, nous enverrions descadeauxà ceuxdenos lecteursdont lenombrede réponses exactes se rapprocherait le plus du maximum. Les solutions de tous les problèmes du mois devront être mises à la poste N BLOC, T SOUS LA MÊM NVLOPP, seulement àpartir du dimanche 28 décembre et jusqu'au samedi 3 janvier au plus tard pour Paris et les départements ; jusqu'au mercredi 7 janvier pour les pays les plus éloignés et la Corse, l'algérie, la Tunisie et le Maroc. Les réponses qui seront déposées à la main, dans nos bureaux, seront annulées: Nous publierons dans le numéro du e' février les noms des bénéficiaires. W9 35 H9 139!_ft PARUR COMPLT ( Les 5 pjèces. ensemble i2go' ;i?o':moî ÉnVaî ènlr :Rïmboùrsemï (R. C. Pontoise5418). 3 fr. l'étui dans lec Ph!" On chez FOULON et C'\ Ph»" àrmont(seine«et-oise). LANS SOS ss4fiws COTONS PRX GROS Machines à tricoter et AccessoiresUNON OUVRÈR es lecteurs nous écrivent fréquemment pour apporta des modifications au/solutions qu'ils nous ont antérieurement envoyées. Le grand nombre de réponses aux istractions du imanche nous empêche de tenir compte de toutes les lettres rectificatives. e même, des lecteurs nous demandent quelquefois un complément d'explication concernant l'énoncé de tel oit tel problème. Ces correspondants comprendront, nous en sommes sûrs, que nous ne pouvons leur répondre sans risquer de les favoriser au détriment des autres chercheurs. Cette abstention voulue de notre part est une garantie pour chacun. galement, de nombreux lecteurs nous demandent s'ils peuvent nous envoyer des calques des problèmes posés, afin de ne pas détériorer letur journal en k découpant. Nous acceptons les solutions ainsi présentées. 28, rue de Châteandnn, PARS (Trud. 23X15) =J ne peut franchir. Chacune des quatre figures devra contenir une partie de ce parcours. 1. L PASSAG les quatre figures représentées dans ce dessin et les disposer entre elles de façon analogue à ce que l'on voit dans ÉCOUPZ trois séries de mots. l s'agit, pour chaq es lettres de tous»' les mots qu'ell contient pour en former de nouveaux mots (des substantifs au singulier). On devra s'arranger pour que le nombre de ces mots soit le plus petit possible, et qu'il reste le moins possible de lettres inutilisées. l en sera ainsi pour chacune des séries. Les lecteurs sont priés d'écrire, en regard des solutions qu'ils voudront bien nous adresser, le nombre de mots trouvés dans chaque série et le nombre de lettres n'ayant pas servi. Ce problème servira à départager les lecteurs, qui, dans la série de décembre, auront envoyé un même nombre de solutions justes. l'exemple donné à côté. Cette disposition -. L3 ÏU HSOOH ou Ï*S5 N SOCÉTÉ, A LA NOC. PARTOUT emandez le NOUVAU CATALOGU 1924 de Farces désopilantes, Attrapes Surprises pour toutes réunions. Tours de cartes, Physique amusante, Clnmsons et Mnnologues anciens et nouveaux (3000 titres). Magie, Hypnotisme pratique (résultats garantis), Prestidigkntion. Harmonicas, Lampes électriques perpétuelles. AMUSMNTS TOUTS SORTS, Sciences occultes. Librairie ultra-comique et spéciale. : Pour apprendre seul toutes les danses, Jrt de se faire aimer. Secrets; pour gagner <!e l'argent dans toutes les professions. Sports, Jeux; Pouvoir de la volonté assurant la réussite en tout, etc.v ûtc, Ce SUPRB CATALOGU LLUSTRÉ 120 pages, 200 dessins désopilants, QO OQO lignes de lecture procurera à TOUS dos milliers d'heures joyeuses. nvoi sv demanda accompagnée de UN fr. Maison GOBN, 9, boul. St-Martia, PARS 3 J. S«^vc^9 im LTTRS RGROUPS ma OC MARMTON - PALAS - BOX SORCR - ÉTU - RU - CROSS. BOUQUN - FORC - POMM BALCON - AR - SRR - ÉTATAGON. FRCASSÉ - TMBR - AOL doit être telle que l'on puisse se rendre de l'extérieur jusque dans le cairé. intérieur entre O - HUMLTÉ - CHAMPAGN les traits noirs, qui sont des murs que l'on OGTÉ-COTON-MATN. L NUMÉRO U 4 JANVR CONTNRA LA LST S SOLUTONS T S LAURÉATS POUR LS PROBLÈMS POSÉS ANS LS NUMÉROS NOVMBR.

3 M L 28 CMBR 1924 iinïinijliimiiiiliiiiiitiiiiù un iiiimiiiiiiiiiiiii 11 ii in m il i 3 UMU iiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiijiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiîiliii i in NOUVLL SÉ.RÛH N <F ","»»'* 9 LLUSTR NTR NOUS U fillette de douze ans, Mlle Jacqueline G.., vient d'être la victime d'un pickpocket dans le métro : ce virtuose lui a chipé son collier de perles, de vraies perles! Voilà, n'est-il pas vrai, une enfant précoce... lle aurait pu, à cet âge, obtenir un premier prix de piano, faire le tour de France en patinette, écrire un roman ou ses mémoires, mais ce sont là performances banales. Se faire voler, à douze ans, un collier de perles, c'est infiniment plus fort et plus sensationnel. Voici une petite fille qui ira loin... lle est marquée pour la célébrité. l n'y a plus d'âge pour rien. Les vieilles dames se maquillent et les petites filles portent de précieux bijoux, en attendant qu 'elles se mettent aussi du blanc, du bleu et du rouge. Le collier de perles était jadis un accessoire plutôt exceptionnel ; aujourd'hui, il tombe dans le commun. Ne pas avoir son " rang ", c'est, en effet, risquer de passer pour une déclassée. Mais qui n'a pas son collier de pérles? La mercière du coin, Tépicière d'en face, la bouchère et la charcutière du prochain carrefour ont chacune leur chapelet de petites perles irisées et qui ne sont pas du tout japonaises. Regardez les nuques rasées de vos voisines au théâtre : ce ne sont que perles, perles, perles! On se demande comment il peut y avoir assez d'huîtres pour produire tous ces colliers, sans parler des autres huîtres qui se chargent de les payer. N *? C Le collier?de Frivolité perles est Nullement... un placement et même, paraît-il, un bon placement. l vaut toutes les fermes en Beauce où la maind'œuvre manque et toutes les maisons de rapport qui, tous comptes faits, ne rapportent, pas grand'chose. t peut-être est-il assez inquiétant de voir ainsi tant de fortunes prendre une forme essentiellement mobile, légère, fugace et, sommé toute, fantaisiste. C'est encore une des caractéristiques de notre époque : on croirait que la richesse ne veut plus avoir de racines profondes dans le sol et se prépare à je ne sais quelles fuites précipitées... Nous n'en sommes cependant pas là. t même je continue, pour ma part, à croire que la terre, avec ce qui se bâtit dessus, est et restera, en tous temps, la vraie richesse. Mais allez donc faire entendre cela aux femmes qui veulent avoir leur collier comme tout le monde! Mon ami, dit Madame à Monsieur, je ne peux pas continuer à vivre sans collier de perles... Je me fais remarquer : c'est humiliant, c'est ridicule! nutile de raisonner... l faut que Madame ait son collier à tout prix. Alors, Monsieur se lance dans la bousculade des " affaires ". l boursicote, il tripote, il consulte fiévreusement la cote, il a des rendez-vous bizarres avec des gens étranges, il risque de douteuses combines, il se compromet, il va trop loin ou trop fort... Tout cela, c'est pour gagner le collier, le fameux collier, le trophée qui est le signe, la preuve de la réussite, de la victoire, Mais il est des pêcheurs de perlés qui ne remontent pas... Quelque requin les a sans doute croqués, sans crier gare. Ce sont des accidents qui arrivent tous les jours, et dont on parle avec désinvolture dans les salons où toutes ces dames, ces demoiselles et même ces fillettes ont leur collier. Cela dit, permettez-moi de vous souhaiter, charmante lectrice, une heureuse année, une année à perles.. t puissiez-vous ne pas les perdre ou ne pas vous les faire voler. Car ce sont des choses qui arrivent... Le bonheur d'avoir son collier ne tient, comme tous les bonheurs, qu à un fil. OQUTTR JAN STYLO. RÉFLXONS U MANCH L S moralistes n'ont jamais saisi l'immense portée morale de la distraction. ls n'ont vu que des dangers dans les amusements. Ceux-ci en renferment à coup sûr, de même que la vie tout entière. Mais l'humanité a mis longtemps à comprendre que les choses les plus importantes étaient pleines de péril. Les pieux puritains' qui fondèrent les tatsunis redoutaient la danse et tous les divertissements. e même, au moyen ege, il fallait pour être vertueux, être solennel, et l'homme qui s'infligeait de constantes macérations, qui se retirait des femmes, des enfants et de la gaieté, était supposé le plus saint. Que résultait-il de cet état d'esprit? La réponse est : intolérance, bigoterie et cruauté. Comme l'a dit un philosophe : " Les gens qui n'avaient pas d'autres amusements se sont montrés fortement disposés à se distraire en persécutant leurs semblables ". l ajoute plus loin : " Certainement, l'ennui et le vice ont tendance à marcher la main dans la main ". Au contraire, il existe un lien secret entre le rire et la bonté. La charité et la gaieté sont sœurs jumelles. videmment, on peut donner aux récréations trop de place, comme on peut manger, dormir ou travailler avec excès. La loi suprême du ciel et de la terre, c'est la modération. Mais une des découvertes les plus vitales de notre époque, c'est d'avoir reconnu qu'il y a dans un amusement bien ordonné plus de puissance d'action sur le caractère que dans toute autre chose. La trouvaille de la pensée nouvelle dans l'éducation moderne, c'est que l'enfant apprend en jouant dix fois plus vite et mieux qu'en travaillant. Le roman, la nouvelle et toutes les œuvres de fiction sont une sorte de jeu mental. t l'essence morale d'un conte, d'une histoire pénètre dans la pensée du lecteur bien plus efficacement que l'influence d'un sermon. n fait, l'enseignement didactique, consistant en conférences, en exhortations et en graves conseils, est un moyen inférieur d'améliorer les hommes. Le Christ, le plus grand des prédicateurs, le savait bien. La majeure partie de son enseignement était sous forme d'allégories intêres-. santés. " l ne leur parlait pas sans paraboles ", rapporte iévangéliste. Nous commençons seulement à nous rendre compte du puissant dynamisme moral du théâtre. Non'que les pièces doivent être sermonneuses, mais la représentation de la vie sur la scène peut, plus que tout autre spectacle public, être sti-, mulatrice d'idéal, créatrice de beauté et de SOYONS AU COURANT... noblesse spirituelle. Le jour viendra où chaque petite ville aura un théâtre municipal, où chaque grande ville en aura plusieurs, qui mettront en valeur, d'attrayante façon, la splendeur d'une vie saine, féconde et bien remplie. Car nous n'allons pas au théâtre pour rire, mais pour sentir, et les pièces que le temps respecte, qui gardent la même action sur les générations successives, sont celles qui touchent au cœur et n excitent pas simplement l'hilarité. Le temps viendra aussi où l'école ne comportera pas des heures de travail entrecoupées de récréations, mais où tout sera jeu, un jeu intelligemment dirigé pour imprégner l'être humain en croissance de sagesse et de principes utiles. t les parents considéreront qu'il est aussi important de jouer avec leurs enfants que de prier avec eux. L'esprit le plus -sain est celui qui, le plus facilement, peut passer de l'effort sérieux au divertissement, à la détente complète, pour revenir ensuite à l'application du travail. Le plus profond courant de sagesse a des bulles et des tourbillons d'humour. L'élément moral essentiel d'une nation se trouve dans ses amusements. HTOUT le monde aurait pu l'entendre, mais * c'est â moi qu'est parvenu le murmure de ieu, a dit un poète. ieu parle toujours en murmure. A l'âme, du moins. Aux nations, il peut parfois s adresser dans le tonnerre et les éclairs, mais à l'individu, son message n'est pas " dans le vent impétueux, ni dans le tremblement de terre ou dans le feu, mais dans le son doux et subtil '. ieu est le trésor caché dans la solitude. l se révèle aux hommes dans la retraite et lè silence. l est le plus profond secret du cœur. Le murmure de ieu parcourt la terre. On peut l'entendre dans les chaumières et les palais, dans les marchés et les bureaux, si l'on sait écouter. C'est un art que vous n'acquerrerez pas en un jour. l faut faire taire le tumulte : cris des passions, combats du doute, protestations de la rancune, clameurs et plaintes: Silence!... nfin naîtra en vous ce sixième sens, grâce auquel vous entendrez h murmure. Quelque chose en voiis peut-être se lèvera comme une étrange. aurore, ou frémira comme la vie qui s'éveille. Un appui dans les heures d'angoisse, une force dans les moments de faiblesse, un secret vital vous appartiendra. Nul ne peut révéler ce qu'enseigne ce murmure. Toute âme doit l'entendre elle-même, dans le FRANK CRÂN. silence.... de l'installation du musée de la Légion d'honneur QX salles vont être ouvertes, au Palais de ^ la Légion d'honneur, qui formeront un musée payant et permanent. A gauche du vestibule d'entrée, orné par le monument d'henri Bouchard, élevé'aux légionnaires morts pour la France, seront les ordres de chevalerie, avec les tableaux de Van Loo et de Troy, cédés par le Louvre, et parmi lesquels on verra le grand cordon porté par Louis XV au Temple, un grand manteau brodé du Saintsprit, et des tapisseries de Beauvais et des Gobelins. A droite, sous une toile d'yvon, d'après Gros, représentant Napoléon décorant avid, et une copie faite à Liège du Premier Consul, d'ngres, il y aura des tableaux, des dessins, des pièces rares et des documents relatifs à l'histoire de la Légion d'honneur sous l'mpire et la Restauration, la salle du Souvenir franco-américain, consacrée à la guerre de l'ndépendance, avec notamment, les maquettes sur soie, d'après les dessins de Casanova et Lefram, commandées par Louis XV, puis la salle du Second mpire et de la Troisième République. nfin, au premier étage, seront exposés les cent pastels de Burnan, offerts par un donateur généreux, M. W. N. Crpmwell, dont les libéralités complètent celles de M. Maurice Buquet pièces léguées en 1920 et permirent de surmonter toutes les difficultés financières. Les salles, renfermant cet ensemble de richesses historiques de grande valeur, seront très prochainement ouvertes au public.... des tarifs d'envoi des cartes de visite pour la France, tes Colonies et l'tranger -X l'occasion.des envois du Premier de l'an, l'administration des Postes rappelle les tarifs applicables aux cartes de visite, dans le régime intérieur franco-colonial et étranger : Cartes de visite. 1 Cartes de visite contenant des indications imprimées ou manuscrites ci-après : nom, prénom, qualité ou profession et adresse de l'expéditeur, jours et heures de consultation ou de réception : 5 centimes, sous bande ou sous enveloppe ouverte. 2 Cartes de visite portant toutes indications imprimées ou manuscrites autres que "celles indiquées ci-dessus : jusqu'à 5. mots : 15 centimes, sous bande ou sous enveloppe ouverte; au-dessus de 5 mots : 25 centimes, quel que soit le mode d'envoi. 3 Pour l'étranger. Le tarif des cartes de LUN 29 ÉCMBR visite est le suivant : 15 centimes pour 5 mots VNR 2 JANVR écrits ou imprimés en sus du nom et des titres Lever dû soleil : 7 h coucher : 16 h. Lever du soleil : 7 h coucher : 16 h. 4. de l'envoyeur, l'envoi se fait sous bande ou Lever de la lune : 10 h coucher : 20 h. 21. Lever de la lune : 12 h. 7 - coucher : enveloppe non fermée. Au-dessus de 5 mots, Le jour, stationnaire le matin, croît 1 m. soir. Le jour, stationnaire le matin, croît m. soir. l'enveloppe peut être close et le tarif applicable Saint AV : 364 jour + 2. Saint BASL : 2e jour est celui de la lettre ordinaire, soit 75 centimes. MAR 30 ÉCMBR SAM 3 JANVR... de la foire des petites baraques Lever du soleil : 7 h coucher : 16 h 1. Lever de la lune : 10 h coucher : 21 h 35. Lever du soleil : 7 h. 46 coucher 16 h. 5. OMM de grosses fleurs cubistes poussées Le jour, stationnaire le matin, croît m. soir. Lever de la lune 12 h. 31 coucher 1 h. 1. au cœur de l'hiver, les petites baraques Saint SABN : 365e jour + 1. Le jour, stationnaire le matin, croît 1 m. soir. multicolores ont fleuri à nouveau sur les boulevards de Pans. On y vend tous les jouets Sainte GNVÈV : 3e jour MRCR 31 ÉCMBR modestes, tous les petits articles ménagers, les Lever du soleil : 7 h coucher : 16 h. 2. Courses de chevaux à Vincennes et à Nice. inventions pratiques qui ont fait le succès du Lever de la lune : H. 17 coucher : 22 h. 46. plus récent conepurs Lépine ou du dernier Le jour, stationnaire le matin, croît 1 m. soir. Salcn dés appareils ménagers. Tout cela voimanch 4 JANVR Saint SYLVSTR : 366 jour. sine avec des bonbons et des fleurs, au milieu Lever du soleil : 7 h coucher : 16 h. 6. des appels des camelots et du bruit infernal JU 1er JANVR Lever de la lune : 12 h coucher : 2 h. 6. dés voitures. Cela prête aux boulevards une Lever du soleil : 7 h coucher : 16 h. 3. Le jour, stationnaire le matin, croit 1 m. soir. physionomie fugitive, mais bien particulière, Lune : (p.q., 23 h. 25), 11 h couch.: 23 h.55. Saint RGOBRT : 4e jour et le passant épris de vie et d'animation pittole jour, stationnaire le matin, croît 1 m. soir. resque y flâne volontiers; Alger : course du kilomètre, organisée par CRCONCSON JÉSUS : 1er jour A Colombes : match de rugby France contre l'automobile Club d'algérie.... d'une xposition des Arts du Livre rlande. Courses de chevaux à Vincerine*. TT xposition des Arts du Livre Français se tient au musée Galliéra, à Paris. Non seulement, elle comprend une exposition AUJOUR'HU MANCH 28 CMBR de. livres,\ mais encore d'imprimerie, de procédés de reproduction, de reliure, voire de Barcelone : épreuve internationale automobile du kilomètre. Courses à Vinpublicité. lle comprend, en outre, les meubles cennes. Suresnes : épreuve de cross-country dite " Coupe de Noël, organisée destinés à recevoir les livres, c'est-à-dire des par la Ligue Parisienne d'athlétisme. bibliothèques de tous genres, dues aux meu«bliers modernes. LA SMAN PROCHAN C C J

4 mmin MANCH-LLUSTRÉ iiitiiiiiimiiiiiiiiiiiiiihiiiihiiiimiiiiimniiiiiniiinihi"»hiiiiiiiiiuimuiiiniii' 4 >n"»nniiiiiiiinimiiiinimiii nhiiiiii»niiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiijiitiiiiii!iitiiiimiimi L 23 CHMiJKli 1324 nnimiii LA SMAN Q 52e Semaine de l'année LA LUTT CONTR LS MNÉS COMMUNSTS M. MUSSOLN POS UN PROJT RÉFORM ÉLCTORAL L RCH MAN L'ÉVACUATON COLOGN M. Mussolini, à la fin de là séance de la Chambre, a annoncé qu'il présentait un projet de loi modifiant la loi électorale actuelle. Les bureaux de la Chambre devront se réunir le 3 janvier, à 10 heures du matin, peur examiner le projet. La Chambre est convoquée également pour le 3 janvier après-midi afin d'entreprendre immédiatement la discussion du projet de loi. A 1 annonce de ce projet de réforme électorale, tous les députés, y compris M. Giolitti et ses amis de la gauche, ont applaudi le président du Conseil. On prête généralement à M. Mussolini l'intention de faire dissoudre la Chambre et de convoquer les électeurs à une date prochaine. L'initiative de M. Mussolini est considérée comme étant de nature à modifier profondément la situation politique en réalisant le retour à la vie constitutionnelle. Le nouveau projet de loi envisagerait le rétablisssment du système de vote uninominal par arrondissement. réactionnaire entame une campagne contre la non-évacuation au 10 janvier de la zone de Cologne. M. von Hoesch a fait à M. Laroche, directeur des affaires politiques au ministère des Affaires étrangères, des déclarations à ce sujet, et a insisté sur le fait que le non-évacuation au 10 janvier, de la zone de Cologne par les troupes alliées rendrait bien difficile, pour ne pas dire impossible, la constitution, à Berlin, d'un cabinet résolu à poursuivre l'application du plan awes. L'ambassadeur d'allemagne à Londres a rendu visite à M. Chamberlain, ministre des Affaires étrangères, pour lui faire part des difficultés dans lesquelles se trouvera placé le président du Reich pour la constitution d'un cabinet, si la zone de Cologne n'est pas évacuée à la date du 10 janvier prochain. Le secrétaire d'tat aux Affaires étrangères s'est borné à répondre à l'ambassadeur d'allemagne que la question regardait au même degré tous les alliés et qu aucune décision ne pouvait être prise au sujet de l'évacuation tant que le rapport final de ïa commission militaire de contrôle interalliée n'aurait pas été reçu. M. von Keller, ministre d'allemagne à Bruxelles, a fait auprès de M. Hymans une démarche analogue à celle faite par M. von Hoesch au Quai d'orsay au sujet de l'évacuation de Cologne et par l'ambassadeur à Londres. M. Hymans a rappelé au ministre du Reich qu'il avait été convenu entre les alliés d'examiner en temps opportun, la question de savoir si l'allemagne a fidèlement observé les stipulations du traité de Versailles, notamment les clauses concernant le désarmement. Une déclaration du gouvernement L président du Conseil avait demandé aux représentants de!a presse française de se rendre samedi soir au Quai d'orsay pour s'entretenir avec eux au sujet des fausses nouvelles lancées à Paris, dans les départements et à l'étranger relativement aux menées communistes, fausses nouvelles " perfidement répandues chaque jour pour alarmer l'opinion". l leur a communiqué la note suivante : " A la suite des débats qui ont eu lieu à la Chambre et des discussions légitimes qui se sont ouvertes dans la presse au sujet de l'action communiste, de fausses nouvelles sont chaque icur perfidement répandues pour alarmer l'opinion. ' Le gouvernement n'a pas attendu les circonstances actuelles pour surveiller étroitement les agitateurs français ou étrangers, qui annoncent leur intention de troubler la paix puhlique et de faire appel à la violence. " ès sa prise de possession du pouvoir, il a donné à ses agents les instructions nécessaires et, en fait, sur aucun point du territoire, l'ordre n a été à aucun moment troublé, " ans l'avenir, il sera de même façon assuré. " Mais on a créé et on tend à généraliser dans le pays un te! état d'esprit que les précautions.marnes prises par le gouvernement sont interprétées cemme l'indice de dangers immédiats. C'est ainsi qu'on a faussement allégué que des événements graves étaient sur le peint de se preduire à Amiens, parce que les autorités "avaient pris des mesures normales de sécurité ; on a inventé des faits imaginaires. " Je fais "appel à tous les bons citoyens, à.tous ceux que n'égare pas la passion politique, peur réagir centre de tris précédés, qui risqueraient, en se prolongeant, de porter atteinte au crédit moral et matériel de la France, au moment même où la situation extérieure de notre pays est excellente et où sa situation financière se rétablit. " Le gouvernement n'a besoin d'aucune sommation pour continuer à faire sen devoir avec autant de calme que de méthede et de résolution. Le cas échéant, il réprimerait avec la dernière énergie toute tentative de désordre, d'où qu'elle vînt. " 11 compte sur la clairvoyance des travailleurs, qui savent qu ils ont plus à attendre d une politique réformatrice que de quelqufs spasmes de violence. " Paris, qui ne s'est pas laissé émouvoir par des pénis réels pendant la guerre, ne se laissera pas troubler par des périls imaginaires. " Notre pays veut la paix ; nous la lui garantissons. Poursuites centre un journal Sur les instructions du Carde des sceaux, M. Prcuharam, procureur de la République a relevé le délit de publication de nouvelles fausses contre le gérant de la Liberté, son directeur et un rédacteur. Une réunion calme Une grande manifestation communiste avait été annoncée pour dimanche après-midi au PréSaint-Gcrvais. L'affluénce fut moins nombreuse que l'an dernier, au ccurs d'une semblable manifestation. On ne compta, en effet, que communistes, qui défilèrent dans le calme le plus complet. LS RLATONS MARTMS FRANCO-RUSSS A!a suite d'un échange de télégrammes entre MM. Herriot et Tchitchcrine, tous les ports soviétiques sont ouverts aux navires qui naviguent sous pavillon français, et perei.'lement, les ports français sent ouverts aux navires soviétiques. ' es*, de plus, établi qu'à leur entrée dans les ports, les d-.ts navires auront à supporter des droits égaux à feux que paient les navires des autres tats déjà en relations officielles avec la France et PU. R. S. S. S AM, LA VLL PARS CONTRACTRAT N AMÉRQU UN MPRUNT 25 MLLONS OLLARS On annonce dans les milieux financiers que les grandes banques de New-York seraient sur le point de lancer un emprunt à la Ville de Paris, et qu'une déclaration officielle, à ce sujet, sera faite dans quelques jours. Cet emprunt, dent le Conseil municipal a déposé le projet devant le Sénat atteindrait exactement 620 millions. POUR ÉTNR L'MPLO U CHÈQU Les insurgés ont occupé Kroja, coupant ainsi les communications de Tirana avec urazzo et Scutari. \. Les troupes insurgées, commandées par l'ancien président. Ahmed Zogou se trouvent à moins de 12 kilomètres de Tirana. es luttes sanglantes ont eu lieu aux environs de celte ville.. L 'OPNON éclaration de la commission interalliée de contrôle L'Allemagne n'a pas ' complètement satisfait aux obligations que lui impose le traité Le ministre des Finances a déposé un projet de Versailles en matière de désarmement. de loi tendant à favoriser par des exonérations Telle est la conclusion du dernier rapport fiscales les règlements sans déplacement partiel que la commission interalliée de cond espèces. Cette exonération consisterait dans trôle a fait parvenir lundi après-midi à la confél'abandon du droit de quittance. rence des ambassadeurs. Celle-ci l'a transmis L'emploi du chèque dans les paiements sans retard au comité militaire de Versailles permettrait de diminuer considérablement la qui, réuni sous la présidence du maréchal Foch, circulation des billets de banque. en a pris aussitôt connaissance. Le dernier rapport de la commission de contrôle, montre l'importance du matériel de guerre existant encore en Allemagne, et que LA STUATON POLTQU les effectifs des organisations dites défensives N SPAGN sent supérieurs au chiffre prévu par le traité, sçit hommes. L opinion espagnole se montre très inquiète nfin le rapport insiste sur l'activité du grand au sujet du Maroc. état-major dont!e général vonsecckt est l'anil'indisposition du roi qui garde le lit et mateur. qui a dû suspendre i'expédition quotidienne onc, malgré les démarches faites par le des affaires avec le directoire, ainsi que la préreich auprès des cabinets de Londres et de sence au palais royal du général Weyle, ont Bruxelles, la zone de Cologne ne sera pas fait l'objet, de nombreux commentaires. évacuée le 10 janvier prochain par les soldats Le général Primo de Rivera a ordonné de britanniques. réprimer impitoyablement le défaitisme dans la zone des armées. La conférence des ambassadeurs se réunira aujourd'hui NCN 'UN AVON LONRS-PARS HUT MORTS Un av on-rapide allant de Londres à Paris a culbuté et a pris feu mercredi après son départ de aérodrome de Croydon. L avion avait atteint une faible hauteur quand il est venu s'abattre sur le côté. Aussitôt après une colonne de fumée s'échappait de l'appareil, suivie par une haute flamme, et, avant qu il ait été possible de venir à leur secours. Tséroplane et les passagers, au nombre de sep', plus le pilote, étaient complètement carbonisés. On ne connaît pas exactement les causes de accident mais il semble que. dès le départ, ''avion avait eu quelque peine à s'élever et que le pilote n'eut pas le temjjs d'atterrir. LA TMPÊT ANS L'ULSTR STUATON GRAV N ALBAN Les démarches de M. von Hoesch Une violente tempête, la plus terrible, dit-on, qi>i se serait produite depuis un siècle, a sévi, cette semaine, en Ulster. A Belfast, des toitures ont été emportées : des arbres ont été abattus et sont tombés sur la voie ferrée. ans la mer d'rlande, de nombreux vaisseaux sont désemparés ët plusieurs ont sombré. es canots de sauvetage ont été rejetés sur le rivage avant d'avoir pu porter secours aux naufragés. Le dernier rapport de la commission interalliée de contrôle militaire sera examiné ce matin par la conférence des ambassadeurs. lle prendra des décisions sur le maintien de l'occujjation rhénane. l semble que cette dernière sera maintenue totalement. Une note du conseil des ministres tenu mercredi le laisse, d'ail'eurs, entrevoir. M M N T O TRANGR 20 décembre. M, Jean Hennessy, le nouvel ambassadeur de France en Suisse, arrive à Berne. 22 décembre. M. Peretti délia Rocca, nouvel ambassadeur de France à Madrid, présente ses lettres de créance au roi d'spagne. 23 décembre. Les juges de Magdebourg condamnent à trois mois de prison le journaliste Rothard, accusé d'avoir diffamé le président bert. Le roi Fouad dissout le parlement égyptien, 24 décembre. Le pape ouvre solennellement la fameuse porte sacrée à Saint-Pierre, pour commencer l'année sainte qui est célébrée tous les vingt-cinq ans. POLTQU 23 décembre. M. Clémentel, ministre des Finances, dépose sur le bureau de la Chambre un projet de loi tendant à ouvrir deux douzièmes provisoires applicables aux mois de janvier et février Le projet de loi sur l'approvisionnement en blé, accepté par le Sénat, est voté par la Chambre. CÉRÉMONS 21 décembre. M. J.-L. umesnil, ministre de la Marine, remplaçant M. Herriot, inaugure le monument aux morts de Cherbourg. FATS VRS PARS 22 décembre. Rue du Mont-Cenis, des malfaiteurs qui venaient de voler un réticule à une passante sont poursuivis par la police, tirent sur la foule et blessent cinq passants L'un d'eux, un spagnol nommé Perez, est abattu par un agent. ÉPARTMNTS 2- décembre. Pour sauver une femme qui, au cours d'un accès de fièvre, s'était jetée dans un puits,, l'abbé Salaûn, de Tregourez, descend dans le puits et sauve la malheureuse. 22 décembre. Un jeune dessinateur de vingt ans, Robert Lamy, tente de tuer, à la Ferté-sous-Jouarre, un chauffeur russe. Arrêté, il déclare avoir agi sur l'ordre d'un groupe communiste. Un garagiste normand,-m. Plumhanz, qui a un domicile à Paris, est trouvé sur la route, près d'orléans. l déclare avoir été enlevé, séquestré, endormi et dévalise. ÉTRANGR 20 décembre. Un tamponnement s'est produit entre le rapide d'andalousie et un train cmnibus. 11 y a un, tué et six blessés. SPORTS, 21 décembre. Rigoulot bat le record du monde de l'épaulé et jeté de la barre à deux mains, en soulevant 152 kg décembre. L'aviateur oret bat le record du monde de vitesse sur 500 kilomètres avec 250 kilos de charge, à une moyenne horaire de 223 km. 098 TMBRS-POST XTRAORNAR emandez ratalnguc, gratis e* ira ranco J tonn CliMACK, 49 *», ruesahi:e-anne,ps PARS 2' / GRATS Â TOUS l Pour faire connaître no. articles nous nuribuerooï : GRATUTMNT Va GRAN NOMBR BCYCLTTS de FABRCATON SOGNÉ p.ui borna; dame, fillette et gsrçrnnet Ce sacrifice eit fait pour toucher directement le pallc. 1) îaut.nous envoyer de suit? una ÇV?;OPP3 2Ciar.chie à 0 ir. 5, ortant V03 noms et adresse Écr.Bayen 9, TAB'- "VL0XA",r.iielaVtii]ucrie,16,FARS L'NTRÉ U RCH ANS LA S..N. Le gouvernement allemand a adressé à la S.. N. une note, dans laquelle il dit qu'il est maintenant en possession des réponses au mémorandum qu'il avait fait tenir aux gouvernements membres de la S.. N., pour les amener à prendre position dans la question de l'admission du Reich et surtout dans celle de sa participation aux sanctions prévues par l'article 16 du pacte. L'HOMM COUPÉ N MORCAUX On creit être sur la piste des assassins de 1 homme dont on retrouva le cadavre découpé aux environs du canal Saint-Martin. eux hommes suspects ont été aperçus le jour présumé du crime et on espère retrouver leuis traces. o jj -v Un pas leste, un corps sojpie, U! a r ) ' de grâce... un rien, dévoile sa présence. ci, l'ont-elîes toutes > l'hanck F.T PARS : 350 ÉVOTS Pri.x : e G à 20 ans, 32 fr. à 55 fr. su'vant Page xposition et vente : 35, rue Le Peletier, Paris emande: Notice iuiisttfé contre 0' fr. 25 Corsoterie Spéciale de France, Ohelles (S.-et-M.)

5 «uni L 28 ÉCMBR 1924 LS M i RABAU, comme tout personnage ayant pris part à des événements qui ont changé la face de son pays, a été l'objet des jugements les plus passionnés et les plus divers. Le symbole de cette existence mouvementée, on le trouve à sa mort, quand, après avoir été porté triomphalement au Panthéon, il en fut, quelques mois plus lard, honteusement retiré par les démagogues et jeté à la fosse commune. La vente, comme toujours, se trouve entre ces extrêmes. Mirabeau ne fut pas l'apôtre surhumain qu'on avait cru, mais il ne fut pas non plus le traître qu'on honnit; il fut tout simplement un orateur de grand talent, un écrivain de mérite, qui avait songé à concilier les intérêts de son immense ambition avec ceux de sa patrie. de H Mirabeau, naquit au château, decomte Bignon, ONORÉ-GABRL 5 uiiii«iiiiiiiiii«iii«i«iuhuiimiiiiiiiiiiimiiiiiniimiiiinmii"i"n;n««"«nn RQUTT près Nemours, le 9 mars Son pèr.e était ce certain marquis de Mirabeau, presque l'inventeur de 1 économie politique, et qui, tout en s'intitulant " l'ami des hommes ', fut le plus déplorable père de famille qu'on puisse voir. passa sa vie à lancer des lettres de cachet contre son fils, qu'il arriva à maintenir en prison pendant toute sa jeunesse. Comment s'étonner, après cela, des fougueuses incohérences de ce jeune homme? Sa naissance destinait Mirabeau à la carrière des armes. l fit donc ses études militaires, mais montra de bonne heure ses goûts littéraires, puisqu'à- quatorze ans il écrivait un éloge du grand Condé. A dix-sept ans, il était nommé sous-lieutenant au Royal-Comtois et était admis à l'honneur de monter dans les carrosses du roi. L'avenir s'ouvrit donc brillant et facile devant ce jeune courtisan. On va voir que ces heureuses prévisions ne se réalisèrent pas, puisque, sur les quarante-deux ans que dura sa courte vie, il en passa plus de dix en prison ou en exil. Certes, ses légèretés, son amour du plaisir méritèrent dans sa jeunesse quelques sévérités, mais son père ne fut pas un guide, il fut pour lui un ennemi, qui le poursuivit avec Une dureté et un acharnement qu on ne.saurait trop déplorer. Le jeune sous-lieutenant avait à peine dix-sept ans que ce redoutable marquis, à la suite de quelques dettes contractées par son fils, obtient contre lui une première lettre de cachet et le fait enfermer à l'île de Ré. Quelque temps après, comme le jeune officier demandait à son père de lui acheter une compagnie, ce dernier lui répondit avec le plus grand sang-froid " que Bayard et uguesclin n'avaient jamais fait leur carrière de cette façon, mais qu'il l'autorisait à aller se battre en Corse *. Mirabeau partit donc pour la Corse ; il en revint avec une étude philosophique écrite pendant la campagne, et que son père s'empressa de brûler, parce qu'elle contenait des opinions contraires aux siennes. Vers la fin de 1769, Mirabeau, qui se sentait fait pour autre chose que pour le métier des armes, quitta brusquement le service et, grâce à l'appui de son oncle le bailli, qui était, lui, un excellent homme, put rentrer en grâce auprès de son père. Celui-ci alors, passant d'un extrême à l'autre, donna à son fils une procuration générale et le chargea de l'administration de ses vastes domaines en Provence, en Péngord et dans le Limousin. Mirabeau profita de ces bonnes dispositions paternelles pour se marier et il épousa une riche héritière : milie de Marignanne, fille du premier président au parlement de Provence. Tout marcha donc assez bien jusqu'au moment où le jeune homme fut forcé d'avouer à son père francs de dettes, et à partir de ce moment les choses se gâtèrent pour tout de bon. Le marquis de Mirabeau, furieux, le fit brutalement interdire, et obtint du roi un ordre 1 exilant dans son château de Manosque, où il lui octroya, pour s'entretenir, lui, sa femme, son fils et ses cinq domestiques, une rente de écus par an. Fut-ce le manque d'argent, ou bien fa seule exubérance de son caractère, mais, au bout de fort peu de temps, Mirabeau abandonnait sa femme, après lui avoir mangé une grosse partie de sa fortune. l n'alla pas loin, car le terrible père le faisait aussitôt enfermer au château d lf. Les mémoires adressés à cette époque par son fils à cet homme terrible auraient attendri un roc. " Mon père, lui écrivait celui-ci, vous m'avez condamné à la mort civile, c'est beaucoup plus qu'une mort violente... Vous me jugez, vous me condamnez sans même m'avoir ROMANS R A par JULS >iiiiiiiiiiiiiii>iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!ii!ii:ii:iiiiiiii.'iii B LA V A mima U CHAMCL Sa naissance destinait Mirabeau à la carrière des armes. Le destin en disposa autrement puisque le tribun devait aborder la scène politique, ce qui était sa véritable vocation. Vie mouvementée jusqu'après la mort même, telle que la décrit, dans cette étude, notre collaborateur Jules Chancel, et qui fut l'objet des jugements les plus passionnés. entendu, et me voici plongé dans une enceinte de dix pieds carrés qui est tout mon univers. Quelle effroyable existence! Malgré sa douleur, il arrive tout de même à subjuguer la femme d'un cantinier de la prison, ce qui lui vaut d'être transféré au fort de Joux. l faut constater que ces internements n'étaient pas aussi rigoureux qu'il veut bien le dire dans ses Mémoires, puisqu'il peut se rendre à Pontarlier assez souvent pour y connaître Sophie de Ruffey, jeune épouse d'un vieux magistrat de ôle. Cette liaison scandaleuse, succédant à toutes ses folies de jeunesse, risquait d attirer sur MANCH-LLUSTR cause. Le voici donc sans ressources et pas mal brûlé. l part pour Londres, où il ne resta que quelques mois. A son retour à Paris, il se jette carrément dans la finance et l'économie politique. l alla même jusqu'à faire ce qu'on appellerait aujourd'hui du journalisme tendancieux, en écrivant des libelles contre des banques ou des grandes sociétés, comme la Compagnie des aux. Mais cette fois il tomba mal, car l'administrateur de cette compagnie était Beaumarchais, qui se chargea de répondre de la belle façon à Mirabeau. Après cette escarmouche, le futur tribun, hanté par le désir de jouer un rôle, intrigua pour obtenir une mission qui pourrait le mener Malheur aux ordres privilégiés, car les privilèges finissent, tandis que le peuple est éternel." Le peuple devina la force de celui qui avait dédaigné la noblesse, et il fut proclamé à la fois député du Tiers État à Aix et à Marseille. A partir de ce moment, commence la vie politique de Mirabeau. ès sa première entrée au parlement, à Versailles, tous les regards se fixèrent sur cet homme qui, cependant, n'était pas beau. était petit, ventripotent et horriblement grêlé. Mais sa tête, sa tête énorme, augmentée encore par sa chevelure hérissée, le rictus de sa bouche, son geste, rare et puissant, suffisaient à faire oublier toutes ses imperfections. À la tribune, d'ailleurs, cet homme devenait siiperbe et tout d'un coup, sans préparation, il s'improvisa grand orateur, créant en quelque sorte l'éloquence politique et le débat parlementaire. l pratiqua cette langue grandiloquente qui était nécessaire dans le temps où il parlait. evant les orages populaires, il restait calme, et ce fut également sans sourciller qu'il brava les colères royales en lançant à M. de reuxbrézé la fameuse apostrophe : " Allez dire à votre maître que nous.sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes! Ses formules étaient éclatantes, ses reparties foudroyantes et, cependant, il ne flagorna pas plus le peuple que les grands. A tous il osa dire de cruelles vérités. Le maintien de la société est le premier devoir du citoyen, parce que chaque homme se doit avant tout le souci de son bien-être, mais doit aussi ordre et secours à ses semblables. Tout grand inutile est un véritable banqueroutier. l n'y a que trois façons d'exister dans la société : il faut être voleur, mendiant, ou salarié. Le silence du peuple est la leçon des rois. t ainsi de suite; il faudrait des volumes pour citer toutes les répliques cinglantes, les formules lapidaires que cet homme prodigieux laissait tomber du haut de la tribune, où ii semblait littéralement chez lui. l est facile de comprendre qu'une semblable maîtrise devait faire de Mirabeau le guide, l'arbitre de la Révolution. n 1791, son influence était prépondérante, il avait été nommé chef de bataillon de la garde nationale, membre de l'administration du département de la Seine et président de l'assemblée. l pouvait songer à réaliser ses véritables ambitions? Quelles étaient ces ambitions? C'était de devenir ministre de la monarchie. historiens veulent que Mirabeau, C le fourrier de la Révolution, ait toujours été un monarchiste constitutionnel convaincu ; RTANS UN,PORTRAT MRABAU, n bas : d'après une gravure de Levachez. L TRBUN RFUSANT QUTTR, LA SALL S ÉTATS GÉNÉRAUX. lui des châtiments plus sérieux que les prisons paternelles. Pour les éviter, il s'enfuit en Hollande, en enlevant la malheureuse Sophie, qu'il tenait sous l'empire d'une sorte d'envoûtement. Sans ressources, pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa compagne, il se met à la solde des libraires et écrit plusieurs ouvrages, mais bientôt le gouvernement français obtient son extradition. On vient! arrêter à Amsterdam et on l'enferme au donjon de Vmcennes. urant cette captivité, qui dura trois ans et demi, Mirabeau écrivit la plupart de ses oeuvres, dont beaucoup semblent inspirées par sa passion pour celle dont il avait été si brutalement séparé. Les Lettres à Sophie ont été réunies et publiées en Citons également son ouvrage ; es lettres de cachet et des prisons d tat, vigoureux pamphlet bourré de faits et de pensées dans le genre de celle-ci : " Quel est l'homme assez grand pour braver la vengeance d'un ministre ou assez petit pour se dérober à l'inimitié d'un commis? " Le 13 décembre 1780, à la suite d une intervention de son excellent oncle le bailli, Mirabeau put enfin sortir de Vincennes, mais il n'en avait pas fini avec les ennuis. l doit encore aller purger sa contumace à Pontarlier, plaider contre sa femme qui, non sans raison, demandait la séparation. lle l'obtint d'ailleurs, malgré la façon brillante dont il plaida lui-même sa à une ambassade, son rêve. l obtient d'être envoyé en Prusse, pour y étudier la situation de ce pays au moment de la mort du grand Frédéric. Non seulement il rendit compte de cette mission en soixante-dix lettres qui constituèrent son Histoire secrète de la cour de Berlin, mais encore il a l'aplomb de donner publiquement ses conseils au roi de Prusse. Mirabeau n était écrivain qu'en attendant le moment d'aborder en orateur la scène politique, car là était sa véritable vocation. La convocation des États généraux vint lui fournir le théâtre qui était nécessaire à sa valeur et à sa grande ambition. La lutte contre la tyrannie devait trouver en lui un vaillant champion. n dépit de sa naissance, de son titre, n'était-il pas lui-même une victime de la tyrannie? Le moment était venu de combattre pour la liberté : il se jeta dans l'arène avec son enthousiasme et ses rancunes. Le 13 janvier 1789, il pose sa candidature à Aix comme représentant de la noblesse, mais il reçut des nobles provençaux un camouflet : ceux-ci le refusèrent, sous prétexte qu'il n'était pas propriétaire dans le pays. rrité, Mirabeau se tourna alors du côté du peuple en lançant l'anathème contre ceux de sa classe. " Les grands, s'écria-t-il, ont toujours implacablement poursuivi les amis du peuple» d'autres l'accusent d'avoir trahi ses commettants. Hélas! les documents trouvés dans l'armoire de fer des Tuileries, après la chute ds la monarchie, semblent donner raison aux seconds. ls prouvent que, si Mirabeau ne s'était peut-être pas vendu, il s'était tout au moins laissé acheter. Si l'on examine de près les rapports qui existèrent entre le tribun populaire et la royauté, on devra constater que la conduite de Mirabeau mérite les circonstances atténuantes. Son excuse, c'est d'abord sa naissance, son atavisme qui le portait tout naturellement à faire servir son influence pour la défense de ce principe monarchique qui, modifié, amendé par lui, constituait le gouvernement qu'il estimait devoir être le meilleur pour son pays. t de cela il était réellement convaincu. l était, en effet, trop avisé pour ne pas avoir deviné les lois de fa surenchère démagogique, qui, fatalement, si elle n'est pas enrayée, mène les nations à l'abîme.c'est d'ailleurs cette opinion qu'il formulera après la révolution d'octobre. " La société, écrivait-il, serait bientôt dissoute si la multitude s'accoutumait au sang, au désordre, se mettait au-dessus de l'autorité et bravait la loi. " l voulait donc rétablir cette autorité, qu il ne jugeait pas devoir être exercée par une autre personne que lui-même, sous le couvert de la monarchie constitutionnelle. t cette monarchie, pourquoi y tenait-il autant? Là encore doivent intervenir des considérations personnelles. Mirabeau était non seulement un grand ambitieux, mais aussi un orgueilleux et la reine songea à se servir de ces défauts. n juin 1790,, Marie-Antoinette se met en rapport avec le tribun par l'intermé(lire la suite page 15.)'

6 nuraimi MANCH-LLUSTRÉ' i«hiiiiy«iihiiihtiiiiiiiiiiiiiiiihïiiiiiiii UMUiiiiiiiiiiiiiiiiTiiniiii L S. n. g iiimmiiimiiimiii CONTS UX iiiiitiiiiiiiiiiùiihhiiiiuiuiiiinjhiiiiiiiiiihiiiiïiiiiiiiii L 23 CMBR 1924 «imirthi 'AC T 0 N FA par H., de VR STAGPOOL NS parla Aminaï, l'esclave, s'adressant au calife : if \\ Un jour, Cogia Baba, un marchand de verrerie de Bagdad, était assis au milieu de ses marchandises et fumait son chibouque, en observant d'un œil ceux qui circulaient dans le bazar et en surveillant, de l'autre, son éventaire, où se trouvaient, parmi d'autres objets qui, ce jour-là, ne paraissaient tenter aucun acheteur, deux grands flacons à col étroit, d'une teinte verdâtre, et bouchés chacun par un bouchon en verre. Tandis que Cogia Baba, tout en fumant de la sorte, remuait dans sa cervelle mille projets d'affaires, un marchand du nom de Hamid s'arrêta devant lui, et s'étant informé de 'état de sa santé, s'assit à côté de lui sur son tapis pour fumer, causer et boire du café en sa compagnie. Pour dire la vérité, Hamid avait précisément besoin d'un flacon semblable à l'un des deux qui étaient exposés parmi l'étalage de son ami, mais.comme il ne lui en fallait pas une paire, et comme d'autre part, il craignait qu'il ne lui fût demandé un prix plus élevé s'il laissait voir que cet objet lui était nécessaire, il affecta, au contraire, de parler de choses indifférentes, et insista tout particulièrement sur la condition médiocre où il se trouvait depuis que son commerce allait si mal. n se levant pour prendre congé, il parut se rappeler tout à coup que sa femme l'avait chargé d'acheter un flacon pour mettre les olives : Or, dit-il, voici précisément ce qu'elle désire ; seulement, je m'aperçois qu'il y en a deux. ÎVfais cela ne fait rien ; quand j'aurai le temps, j'irai fureter dans les bazars et j'y découvrirai certainement ce qu'il lui faut. Je te vends les deux que voici pour une pièce d'or, proposa le marchand de verrerie, en rattrapant Hamid par le pan de sa robe. Us en valent dix ; mais, Comme tu dis toi-même, les affaires sont très mauvaises à Bagdad en ce moment, et, si beaux qu'ils soient, plutôt que de rester toute la journée à les contempler, je consens à m'en défaire pour le prix que je t'ai dit. Certes, j'ai maintenant des remords de conscience de m'être laissé aveugler par 'amitié que je te porte au point de t'avoir fait une proposition aussi folle ; néanmoins, ce que j'ai dit est dit, et je n'ai point pour habitude de revenir sur ma parole. Cogia Baba est un homme d'honneur, et personne ne pourra jamais soutenir le contraire. Hélas! soupira Hamid, il ne me reste pas au monde une seule pièce d or dont je puisse disposer. t, sur ces mots, il s'en fut ; mais le lendemain, on le vit de nouveau s arrêter devant 'étalage du marchand de verrerie et, comme la veille, s'asseoir à ses côtés pour fumer une pipe et déguster une tasse de café. ls se remirent à parler de choses et d autres jusqu'au moment où Cogia Baba, incapable de résister davantage, s'écria : Je sais que je frustre mes enfants ; néanmoins, pour la. satisfaction de vendre quelque chose, ce gui ne m est pas arrivé depuis dix jours entiers, et aussi avec 1 espoir que cet acte de générosité me rendra la fortune plus favorable, je. consens à t abandonner les flacons pour dix piastres. fk \ l Ce récit, rénové des vieux contes orientaux, est écrit de main de maître. Les péripéties en sont toujours inattendues, et leur progression atteint au drame par les voies les plus naturelles. Voici de belles pages, évocatrices du grand désert de sable qui s'allonge à l'infini sous le soleil de feu. n conséquence, il appela sa femme et l'envoya chez une femme qui était amie avec la femme de Hamid pour tâcher, si c'était possible, de découvrir dans quelle intention Hamid s'était procuré un flacon à bouchon de verre. Pourtant, lui recommanda-t-il, ne t'avise pas de lui poser la question directement, car elle et la fernme d'hamid sont comme les deux boules d'un sablier, et tous les cancans qui sont dans l'esprit de l'une se déversent immédiatement dans celui de l'autre. Ayez confiance en moi, répondit-elle en s'en allant, avec un panier de figues en qualité de présent. Tandis que Cogia Baba attendait le retour J de sa femme, avec cette remarquable patience qui se rencontre seulement chez ceux qui vendent dans les bazars, un juif s arrêta et regarda le flacon vert dont Hamid avait acheté le pendant pour cinq piastres ; et, s'apercevant qu'il était de grande valeur, puisque, jusqu'à ce jour, on n'avait jamais fait de flacons semblables, le juif, dont le nom était Ben Oram, et qui, en outre, était un ami du marchand de verrerie, s'assit à côté de lui sur le tapis, et demanda quel était le prix du flacon et s'il avait son pendant. Cogia Baba, ne répondant qu'évasivement à cette question, demanda à Ben Oram quelle somme il serait disposé à payer pour une paire de flacons comme celui-là, et ce dernier lui en l l ifill jfe ^ft LS discutèrent ensemble pendant plusieurs heures, se parjurant tous deux maintes et maintes fois, et, finalement,. Hamid: obtint d'emporter un seul flacon pour cinq piastres, et Cogia, tout en criant bien haut qu'il était ruiné, se frotta avec satisfaction les mains sur sa robe, car il avait acheté les flacons à un voleur et ne les avait payés que deux piastres la paire. Avant d'en acquitter le prix, Hamid,. tenant le flacon sur ses genoux, en examina avec soin le bouchon, afin de s'assurer qu'il fermait hermétiquement, puis s'en alla en cachant le flacon sous sa robe. Or, Hamid n'était pas plutôt parti que Cogia Baba, qui avait mis. 1 argent dans sa bourse et le tuyau de sa pipe dans sa bouche, se prit à se. demander pour quelle raison Hamid avait semblé attacher tant d'importance à la fermeture du flacon. Quel usage Hamid veut-il donc faire du flacon? sorigea-t-il.:l ne peut avoir l'intention d'y mettre des volives, comme il le prétend, attendu qu'on ne se sert pas pour cela d'un flacon à goulot si.étroit. Mais alors pourquoi ni a-t-il menti? C'est donc qu'il veut l'employer dans quelque but malhonnête', ou bien >'est qu'il a un à cacher. '1 secret mêê offrant, séance tenante, dix pièces d'or, l'infortuné marchand de verrerie prit le ciel à témoin de sa malchance. l n'y a pas une heure, déclara-t-il, j'ai vendu le pendant de ce flacon à Hamid pour cinq piastres, tandis que maintenant, vous le voyez vous-même, j'aurais pu vendre la paire pour dix pièces d'or! Ah! je ne suis guère favorisé.par le sort, moi. Néanmoins, mon ami, au nom du Prophète, prenez celui qui reste. Je vous le donne de grand coeur. Je vous le cède pour cinq pièces, et je ne dirai rien des cinq que j'ai perdues. Non pas, protesta Ben Oram. N'étant pas accouplé à l'autre, ce flacon a beaucoup moins de valeur. t comme il se levait pour aller chez Hamid, afin de tâcher de lui racheter, si possible, l'autre flacon pour dix piastres, avec l'intention de revenir ensuite marchander à Cogia Baba celui qui lui servait de pendant, la femme du marchand de verrerie rentra toute chargée de nouvelles fraîches ; et comme elle se mettait à parler à cinq pas de son mari, Ben Oram attendit pour savoir ce qu'elle allait raconter. Vous n'imagineriez jamais, dit-elle, ce que Hamid veut faire avec le flacon : c'est pour y mettre de l'attar de roses. Bismillah! s'écria Cogia Baba, en caressant sa barbe, depuis quand Hamid trafiquet-il les parfums, et que veut-il faire avec cet attar de roses? Apprenez, reprit sa femme en parlant sans se gêner devant le juif, qui était un ami de la famille, qu'à Shiraz, la récolte des roses a été très mauvaise, si bien que le prix de l'attar de roses y est trois fois plus élevé qu'à Bagdad. Lorsqu'il a su cela, Hamid a acheté pour mille pièces d'or tout l'attar de roses qu'il y avait sur le marché, et son intention est de se joindre, demain, à la caravane qui part pour Shiraz, en emportant l'attar de roses dans votre flacon : voilà la raison pour laqurlle il en avait besoin. Toutes ces choses, je les ai apprises par la bouche d'amnila, la femme du cordier, pour qui la femme d'hamid n'a pas de secrets. n entendant cela, le visiteur eut une soudaine inspiration, et, tirant Cogia Baba par la manche, il l'entraîna dans le fond de la boutique, où il leur serait possible de causer en secret, et il lui dit : Puisque Hamid, en vous prenant votre flacon, vous a frustré de dix pièces d'or, moins cinq piastres, j'ai un - projet grâce auquel vous pourrez le dépouiller de trois mille pièces d'or, puisqu'il en a payé mille pour de A 1 attar de roses qu'il revendra, à Shiraz, trois fois plus cher. xposez-moi votre plan, dit Cogia ; s'il m agrée et s'il réussit, je vous donnerai un tiers du bénéfice. Alors T autre s'expliqua en ces termes : emain, rendez-vows également à Shiraz avec la caravane, et emportez avec vous le flacon qui fait pendant à celui qui est en la possession d'hamid, remplissez-'e d'eau et dites qu'il est plein d'attar de roses. Puis, une nuit, pendant qu'hamid dormira, échangez les flacons l'un avec l'autre ; de cette manière, Hamid arrivera à Shiraz avec un flacon d'eau et vous avec un flacon d'attar de roses. Mais, objecta Cogia Baba, à qui cette proposition ne paraissait pas déplaire, à Shiraz, il m'accusera certainement lorsqu'il ira pour vendre son flacon et s'apercevra qu'il ne renferme que de l'eau. Niais que vous êtes! s'exclama Ben Oram, ne comprenez-vous donc pas que votre parole, à vous, vaut celle d'hamid? Les flacons se ressemblent comme deux gouttes d'eau, par conséquent personne ne pourra les distinguer l'un de l'autre, et si, d'aventure, il prend fantaisie à quelques méchants jinn, le long de la route, de changer en eau le contenu de celui d'hamid, la faute en est-elle à vous? Bismillah! s'exclama Cogia Baba, en caressant de nouveau sa barbe,"vous parlez comme un sage, et il sera fait ainsi que vous me lè conseillez. L Cogia, foudroyé par le même coup qui avait terrassé Hamid, roula sur le sol; et le juif, portant le précieux ftecori devant lui, pressa davantage son chameau sans se retourner pour regarder les vautours qui dévoraient ses compagnons: lendemain matin, tandis que la caravane, prête à partir pour Shiraz, était rangée sur le pont de Bagdad quelle ne fut pas la surprise d'hamid en voyant se joindre à elle Cogia Baba, monté sur un chameau. Mais la surprise le céda aussitôt à la contrariété lorsqu'il vit que Cogia portait, lui aussi, un flacon vert, et apprit que ce flacon était plein d'attar de roses que Cogia allait vendre à Shiraz. Au moment où la caravane, composée de

7 niiiiiiin J_,Ë 28 ÉCMBR 1924 liiiiiiiuiiiiinhiiiiuiiiiiimitihiiiiiiiiiiiimiiiliiiiiniiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiniiiiiii cinq marchands, se mettait en marche, un autre chameau la rejoignit, et quelle ne fut pas la surprise de Cogia en voyant qu'il était monté par Ben Oram, le juif. L'homme adressa, à la dérobée, au marchand de verrerie des signes, comme pour lui donner à entendre que son but, en se rendant à Shiraz, était de s'assurer qu'on le traiterait équitablement lors du partage des bénéfices ; et Cogia, rendu timoré par la mauvaise action qu'il s apprêtait à commettre, n'osa soulever aucune objection, de sorte qu'ils se mirent tous en route pour accomplir leur voyage. Le juif portait sur son chameau un fardeau volumineux qu'il affirma être composé de soieries destinées aux bazars de Shiraz, mais qui, en réalité, était une outre pleine d'eau et recouverte d'un tapis. t il avait aussi, dans' son esprit, un projet très artificieux et très coupable, ainsi que votre Majesté l'apprendra bientôt. n effet, trois nuits plus tard, alors que la caravane était plongée dans le sommeil, il s en fut éventrer les outres que portaient les chameaux, si bien que toute la provision d'eau de ces compagnons de voyage, se trouva répandue sur les sables. Le lendemain, à l'aube, de grandes lamentations s'élevèrent dans la caravane lorsqu'on constata que la première nécessité de l'existence faisait défaut ; mais celui qui se lamentait encore le plus et le plus fort, c'était le juif. Pourtant, ô roi, ce n'était là qu'un subterfuge, attendu que dans l'outre dissimulée sur son chameau il avait introduit un tube de chiboùque, au moyen duquel il pouvait se désaltérer clandestinement chaque fois qu'il en éprouvait le besoin ; néanmoins, je le répète, c'était bien lui que l'on remarquait le plus parmi ceux qui se désolaient et imploraient le ciel de leur venir en aide. Sans doute votre Majesté a-t-elle deviné déjà que l'intention du juif était de se débarrasser par la soif, des cinq hommes dont se composait la caravane, et de s'emparer ainsi du flacon d'attar de roses, sans avoir à craindre qu'aucun témoin "ivant pût le dénoncer en révélant son horrible vol. A vrai dire, il n'avait conçu ce dessein qu en cherchant en vain le sommeil pendant la nuit consécutive à cette journée où, dans la boutique de Cogia Baba, il avait incité le marchand de verrerie à soustraire à Hamid son flacon. O le ciel sembla favoriser ce dessein hâtivement élaboré, car lorsque la caravane se remit en marche, trois des marchands tombèrent l'un après l'autre et moururent, si bien que sur les six qui étaient partis, il ne resta plus que Hamid, Cogia Baba et le juif. Ces trois hommes poursuivirent leur voyage sous le soleil brûlant et au milieu de la poussière du désert, car le désert, ô roi, remplit l'air de son sable, de même que la mer remplit l'air de son bruit. La tête penchée sur l'encolure de leurs chameaux, Cogia et Hamid, dévorés par la soif, avançaient péniblement, tandis que le juif, souriant dans sa barbe, s'attardait en arrière sous couleur de gémir de souffrance, mais bien plutôt pour pouvoir aspirer tout à son aise l'eau de son outre avec le tuyau de chiboùque. Le soir vint, et déjà les ombres des chameaux s'allongeaient démesurément sur le sable, lorsque Cogia Baba, qui avait une grande pratique du désert, aperçut en relevant la tête, ce que ni l'un ni l'autre de ses compagnons n'avaient remarqué, à savoir qu'il y avait des indices certains qu'on approchait d'une oasis. Aussi, en même temps que la joie et l'espérance renaissaient dans son cœur, toute sa vieille fourberie se réveilla en lui, et il résolut de tirer immédiatement parti des circonstances, pendant que l'eau était encore plus précieuse que l'or et avant qu'elles ne fussent modifiées par la vue de l'oasis. S'adressant donc à Hamid qui marchait en baissant le yeux d'un air navré comme s'il était plongé dans la contemplation de sa propre tombe, il lui dit : coute, Harnid, je dois t avouer que je nourrissais des intentions déshonnêtes à ton égard, car lorsque j'ai appris que tu avais rempli ton bocal avec de l'attar de roses pour l'aller vendre sur les marchés de Shiraz, j'ai rempli d'eau claire l'autre flacon, son frère, dans l'espoir de pouvoir les substituer l'un à l'autre pendant ton sommeil. t voici qu'allah a rendu, ici dans le désert, ce flacon d'eau plus précieux que ton flacon d'attar de roses. Je te propose donc de troquer le tien contre le mien, car ma conscience me reproche amèrement la mauvaise action que j'ai commise. Atrocement tourmenté par la soif, Hamid poussa un cri de joie qui se répandit dans le désert comme celui d'une mouette sur l'océan, et saisissant avec avidité le flacon plein d'eau, tendit en échange à Cogia Baba celui d'attar de roses. Mais l'échange n'était pas plutôt opéré, qu'il en eut du regret, car il se souvint que R, 7 nimiiiim HHHUU iuiuiiiiiii«iiuuutiiuni iiiuuhniii«manch-llustré <>»""» tune fortune dont ils ne pouvaient se servir et eau qu'ils n'osaient boire, tandis que Ben Oram, avec la plus vive attention, observait les allées et venues successives du flacon d'attar de roses. l était entre les mains d'hamid lorsque tout à coup Hamid tomba frappé de mort ; et sans doute l'aurait-il lâché dans sa chute si l'astucieux juif n'avait poussé' son chameau en avant et n'avait rattrapé le flacon juste à temps. A ce moment, Cogia, foudroyé pour ainsi dire par le même coup qui avait terrassé Hamid, roula sur le sol à son tour ; et le juif, portant le précieux flacon devant lui, pressa encore davantage son chameau sans se retourner une seule fois pour regarder les vautours qui dévoraient ses compagnons. * * * U semaine plus tard, ô roi, grâce à cette bonne fortune qu'allah accorde parfois aux méchants afin qu'ils la puissent changer en mauvaise fortune, le juif le plus poudreux des juifs que l'on eût jamais vu parvint à Shiraz. Sans prendre seulement le temps de se laver ni de manger, il se rendit sur-le-champ aux bazars pour y vendre son attar de roses, et dressé sur son chameau, élevant à bout de bras le flacon vert, il s'écria : Holà, vous autres! Je suis venu ici pour vous vendre de l'attar de roses. Qui veut m'acheter, pour la somme de trois mille pièces d'or, ce flacon que j'ai apporté tout exprès de la lointaine Bagdad. Une foule considérable s'assembla autour de lui, car l'attar de roses était devenu si rare dans la ville que diverses industries auxquelles il servait, telles que celles du cuir et des étoffes de laine qu'on l'employait à parfumer, en étaient réduites à chômer. Alors on vit sortir de la foule un marchand à barbe grise qui accepta sans discuter la proposition du juif, et l'emmenant à sa maison, il lui versa en or la somme qu'il demandait. t le juif s'en fut avec son or, tandis que le marchand rentrait chez lui avec le précieu» flacon. Mais, ô roi, à peine le juif et son bien mal acquis avaient-ils tourné le coin de la rue que tout à coup, entendant de violentes clameurs derrière lui, il se retourna et vit la foule qui lœ poursuivait, conduite par le marchand qui, d'une main tenait le flacon et de l'autre, un bâton. Plusieurs saisirent son chameau par la bride et le forcèrent à faire demi-tour, en criant : Qu'on le conduise au cadi! A mort, le juif! t bien que Ben Oram, au comble de l'étonnement et de la terreur, suppliât qu'on lui apprit quelle offense il avait commise, personne ne prit la peine de lui répondre, et on le jeta à bas de son chameau, tandis que l'un lui arrachait son turhan et que l'autre lui déchirait sa robe. t ainsi, tiraillé de droite et de gauche, bousculé, roué de coups, il se trouva enfin en présence du cadi, qui imposa silence à tous et demanda à savoir de quel délit était accusé l'étranger. Alors, le marchand à barbe grise déclara : Ce juif infâme m'a extorqué trois mille pièces d'or en me faisant accroire que ce flacon était plein d'attar de roses, tandis qu'il ne renferme que de l'eau, ainsi que je l'ai constaté en l'ouvrant. Ce disant, il retira le bouchon du flacon et en vida le contenu aux pieds du cadi ; et de fait, ce n'était que de l'eau croupie. Car, pendant cette nuit qu'ils avaient passée dans l'oasis, lorsque Hamid s'était levé et avait marché en dormant, il s'était approché de Cogia Baba, et avait échangé les flacons, sans qu'aucun des deux autres s'en aperçût et sans lui-même avoir conscience de ce qu'il M faisait. Si bien que le juif, tout en suivant avec le plus grand soin les divers échanges qui avaient Ben Oram supplia qu'on lui apprit quelle offense il avait commise ; personne ne prit la peine de lai répondre, et on lieu entre ses deux compagnons, avait pris un le jeta à bas de son chameau, tandis que l'un lui arrachait son turban et que l'autre lui déchirait.sa robe. flacon pour l'autre, et laissé dans le désert celui où se trouvait le précieux parfum, pour ls dormirent ainsi jusqu'à l'aube avec un n'emporter à Shiraz que celui qui renfermait lejprix de l'eau représentait sa fortune, et que s'il la buvait, chaque gorgée lui coûterait pari de leur robe ramené sur leur figure pour de l'eau croupie. n vain, Ben Oram chercha-t-il à démonse défendre contre les rayons de k lurie, et ils beaucoup de pièces d'or. Cette seule pensée suffit à atténuer presque auraient sans doute dormi jusqu'à ce que 'le trer que, s'il avait, dans sa vie, commis beauaussitôt sa soif, "et avant même d'avoir, touché soleil fût complètement levé, si Hamid, qui coup d'autres méfaits, il était du moins inno-. à l'eau, il supplia Cogia d'annuler le marché, était somnambule, rie s était levé pendant son cent ce qui était exact de cette dupeeu tout au moins de lui accorder encore un sommeil et, errant au hasard avec son flacon à rie. "' Le cadi fronçale sourcil, et dit à ceux qui délai d'une heure ayant de le conclure, et de lui la main, n'avait buté contre la racine du rendre le flacon d'attar de roses. Mais Cogia, dattier, ce qui l'avait réveillé lui-même'et l'avaient conduit devant lui : mmenez-le et faites de lui ce que vous sachant.que l'oasis était proche, se contenta réveillé eh-olême temps ses compagnons. ls reprirent donc leur voyage, de plus en voudrez. Jë laisse au peuple de Shiraz le soin de sourire dans sa barbe, tout comme le juif, plus harcelés par la soif, et Cogia, qui en de récompenser cette belle innocence comme et stimula son chameau exténué. devenait fou, finit par s'écrier : elle le mérite. Alors, ô roi, on entraîna Ben Oram, et on le Tiens, prends ce maudit flacon qui contient ma fortune, et donne-moi le flacon crucifia, car c'est un châtiment qui est encore LHCRU3MNT pour lui il avait compté en faveur en Perse. d'eau. t lès vautours lui arrachèrent les yeux, sans la sécheresse, car lorsqu'ils furent e sorte qu'ils effectuèrent un nouvel parvenus dans l'oasis, ils n'y trouvèrent échange; au grand amusement du juif qui comme ils avaient arraché les yeux à Hamid, qu'un puits, tari et un dattier desséché,, et marchait toujours derrière eux, en suçant et au marchand de verrerie, Cogia Baba. découragés, à bout de fatigue, ils s'allongè- de temps en temps son tuyau de chiboùque. H. VR STACPOOL. rent sur le sol pour prendre quelques heures Ainsi ces malheureux troquaient tour à tour (Traduit de ïanslais par René Lécuyer)la fortune contre l'eau et l'eau contre la forde repos avant de repartir. N

8 Tjimni MANCH-JUT'STRË rkhmî.mmhmmmmumulkhii»iiiiim'i"irhpinii.fin[iiiiiiihiiiiiiiiiii 8 iii!!:iitinn[i!ii:irinirnniiiiiiiniii!i!ini!i![iii:ii!r iïiiimii!!iiiiii!:i![;::!niiiimii \J P r ^ BCOT, président de club UJV BOJVm ÀtWÀ/M OH'. OH[ L JOL PTT CjARÇON! Qu'CîT-CB gu'l- FAT AN5 L- JARN Si BONN HUR, L JOL PTT CtAR.'kON *? Oi7l -T POURTANT ru L ST L RNR Si7R LA AS L' AR. BltS joyeux, (3COT L-l^Tl! TOUR,CAMARA-J l AUJOUR'HU J'A È-L ÇU J VAS RÉCOLTR BAUCOUP O'A&oNNr-friTS POuP L'HtMfJTROP J VAS COUpR AU COURT À TRAVRS C JARN ^rto^ AJ PRopo A&ONNMNTb AU MA6,AZ_(N L' HÉLOTROP C&ST L PLUS, BAU JOURNAL-U MON -L N COUT OU ^15 PAR AN _ LA H F-RA ÇA^NR Ou» TMPS 1 Tl-NS! T< - MS '. <?uu. MAQAZ. N! OH i C'ST TR^> BAU MAG,A2,1N 1 J'A NV/l / A&ONHR plu<bibur5 J'A Ht-OR BAUCOUP N 'AMS-J H CROS PAS OU'L. y AT ASt>M- >.B*-"-l-t 'OH! CA NfAi[ TNS POUR TOub US 6,HS R^MOKSUR,!.AUXÇfLS J STN C ATTNlrM l U^ MNTSJ VAS VOUS L Vv 6-N RAPPORTR 'AUTR)} PARFAT HO M Si-^R! J'Ai uâ OULÇuCj BUL.Lt TiNb 'A&ONN M-NT H BLANCVOU<> POURRZ. L.S RMPLR, i. TOUT P 5L>lTtj/ llilill O u _ "]~T~~L HÉ! AUGUST '. J Ai UN CL[ UT SËRli//.. PRÊT-MO S &ul LTltiS ABONNMNT N BLANC-. Si TO V /X J ( T VA &SN-J T L b VNS &ux\ SOUS PÈC MOi AUSS, J'A S CLNTS" VOLA MONSURPJULLTNS N &LANC. >U /C'ST TRÈ"> BN! J N Al NCOR u'n VÏNGjTAl N A RMPLR J N VOURAS OUBLR AuçaM O ne") \^ A-Mi-b ( t>uls-mol JUSQU'A L A AKAlSOW - Jt VAl^. T PAYR. TOUT SUT, 'OH'.LALA.CHOUT T'.TRNT T UN BULLTNS 'ABONNMNT! [\ T A U'ARc,-NT, / { MONSUR L-S PAYRA _ vous VOUA, NAPOLÉON LÈ-TA1T TMPS Çu vous R^TRlZ-lOrf C-HRcNfMT PARTOUT [VAPRi/^VOUj. AH; 50NS0VR.V VOLA MA CHAKC PÉTAT i>n FOUill A, KsuCtATSstCS^ Pg- t-a JOuRN ^et^ Av <W>fan 51-AbOH : P0NT3.RN.ST n ^9-ABON: 2^5ooPONTS, -"-'LOT Z3. iv. A6otS; 2.aS"00P0tNTJ &COT 25.A&ON: ai500 Copyright pur imatiche-'likiiré, Chicago Trihane, PONTS.

9 NFANTS iiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniuniiiriiiiitiiiiiiiiiifiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 9 iiiiuiiiiiimiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiii.'.ii) UVT ANCH-LLUSTRÉ HVW r VOtL_A,j VAS RPNR CTT VOTUR, QU N A &.501H RCjARpe-'MOl & -N/ NSTOR J 5L/(i> UN VRTUOS Ou PNCAU)-, -T N ix MNUTS, C MAL-HURUX TACOT VA RSPLNR COMM. VS SOt--tl L.-VAHT. L N FAVT PAS AVOR. PVFv P MTTR- L-A PNTUR- _ -UL COÛT- CH-R.;KAS NSUlT-ON N RTR L. &É-NÉFC. 'AVOR UN AuTOMOBlU A&SOJ-UM NT NUV --T Copyright par imanche-llustré, Chicago Tribune.

10 »"»» MANCH-LLUSTR iifiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiffircilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiii n 10 iirmniiiiiiiimiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiirmirmminiiiiuiiiiii L 28 CMBR 1924 ««niinii J VOURAS BN S AVOR... Quelles furent les premières étrennes? C furent les étrennes herbacées, les étrennes aux herbes symboliques, dont Martial et Ovide font plusieurs fois mention. A. la verveine, que les Romains allaient cueillir dans les bois sacrés pour l'offrir pieusement nu roi Tatius, avec leurs souhaits de bonne année, se mêlaient d'autres plantes, comme le laurier et le myrte. On offrait aussi du miel, des dattes, des figues sèches, du vin, de l'huile et jusqu'à du pain spécialement pétri et présenté. Le ciel, la terre et les eaux étaient mis à contribution : les oiseaux, les poissons, les botes, étaient des offrandes de choix. Quand le miel ainsi que l'exprime Ovide parut moins doux que l'argent, il y eut les étrennes dispendieuses, constituant un véritable impôt direct (stipes), que le pauvre payait au riche, le client au patron, le peuple à ses magistrats ou à César. l y eut des étrennes d'airain, d'argent et d'or ; il y avait même, pour les empereurs, une monnaie spéciale, d'une forme et d'un poids déterminés, avec des légendes de circonstance. On offrait encore des bijoux ou de la vaisselle richement ornée. Les lampes, les vases d'argile, avec inscription des vœux. Les tablettes, qui étaient les agendas du temps, étaient échangées. Sénèque, dans ses pîtrcs, enregistre qu'on lui envoya beaucoup de ces tablettes et beaucoup de figues. Vêtements, objets d'ameublement, armes plus ou moins riches étendaient la gamme des cadeaux. n France, dès le moyen âge on songeait aux étrennes utiles. Marot écrit à une jeune dame : giiiiiiiiiiiiiififiiiiiiiiii>iiiiiiiiiiiiiiftiftiiiiiiiiiiiiiuiititiiiiiiiiiiiiiifliifitiiiiiiiiiii«iiriiiiiiiiiitifiiiisiiiiiiiiiiiii'iiii"iijii>( 11illialtacllll,lll>1S 1 Cette rubrique est ouverte à tous nos lecteurs. lle leur permettra de se tenir en contact constant avec leur journal, qui les renseignera volontiers sur tous les faits d'un intérêt général et d'ordre documentaire ou pratique. L suffit d'avoir tourné souvent les yeux vers la Lune pour s'être aperçu que les taches qu'elle présente occupent toujours la même disposition. On en déduit évidemment que nous voyons toujours le même hémisphère de notre satellite. Pour expliquer facilement ce phénomène, imaginons un système simple dans lequel la Terre serait fixe et où la Lune tournerait autour d'elle en décrivant une trajectoire circulaire. A un moment donné, nous voyons une certaine face de la Lune. Si, lorsque cette dernière a accompli un quart de tour autour de notre planète, elle a en même temps tourné d'un quart de circonférence sur ellemême dans un sens convenable (le même sens), il est clair que nous verrons encore la même face de notre voisine céleste. Or, c'est précisément ce qui se produit, et la concordance absolue entre la rotation propre et la révolution sidérale de la Lune est affirmée par les plus vieilles observations. La durée est exactement de 27 jours; 7 heures, 43 minutes, 11 secondes et demie. Cependant, son axe de rotation propre n'étant pas rigoureusement perpendiculaire au plan de son orbite, il existe en réalité une petite région des pôles qui se montre ou se cache à nos.yeux. e même la rotation étant uniforme, tandis que le. mouvement autour de la Terre ne l'est pas absolument, un faible-faisceau latéral apparaît ou disparaît. Si beaucoup de cathédrales ont plus de 100 mètres de hauteur? S cathédrales les plus élevées sont celles d'ulm (161 m.); Cologne" {156 m.) ; Rouen- (148 m.) ; Hambourg SaintNicolas (144 m.) ; Strasbourg (142 m.) Rome, Saint-Pierre.(132 m.}; Chartres (115 m.); Amiens (112 m.) ; Milan (103 m.) RorSaint-Michel (!08 m.). ct C'.lfr.mcntF 108 Le Sacré-Coeur de Montmartre a 89 mètres sans le clocher et.se classe après Metz (95 m.), Moulins (93 m.).et Cacn. Saint-tienne (90 m.). Notre-ame a É8 mètres. La cathédrale de Strasbourg est la seconde de France. Malines, en devait possède/ la plus haute-.flèche du monde t 1-68 m.), la tour inachevée mesure 97 mètres à ijxtrémité de sa flèche. n 1550, Jean de V/aast rêvait de construire au-dessus de la cathédrale de Beauvais la flèche ta plus élevée de l'époque. lle atteignit 153 mètres et s'écroula en La cathédrale de Reims, haute de 81 m. 5, devait recevoir des flèches qui auraient dépassé 120 et voire 140 mètres, d'après certains auteurs. Les plus hautes églises appartiennent à l'art gothique. Si dans l'ancien temps on ne vendait Ce qu'est le radium et d'où il provient? pas dans la rue des aliments préparés? 'ST au cours du traitement de la pech- C importe, avant tout, que le corps soit à l'aise, assis sur un siège à dossier dans la position la moins fatigante, bien d'aplomb, la jambe droite perpendiculaire au plancher, la gauche allongée sans raideur, cette situation des jambes, qui ne doivent jamais être croisées, alternant au gré de l'enfant. Le torse doit êtré toujours vertical ; la poitrine ne doit jamais s'appuyer sur le Bord du pupitre. Les avant-bras seuls doivent porter sur celui-ci, coudes en dehors. Le papier ou cahier doit obéir au corps et non le corps au papier. L'enfant doit se pencher le moins possible, lé moins souvent possible, et revenir tout de suite à la position verticale. Si celle-ci le gêne pour son travail, il y a lieu d'en examiner les raisons. C'est le plus souvent parce qu'il est mal installé. Cela peut être parce qu'il a quelque faiblesse de la vue ou quelque tendance à se mal tenir, tendance intéressant la constitution. L blende, minerai que l'on trouve dans certaines mines de Cornouailles, de Saxe, de Bohême, que Curie, Brémont et Mme Curie ont découvert cet élément auquel ils ont donné le nom de radium. Le radium est un métal extrêmement rare. Les minerais qui le renferment sont des minerais d'urane. Plusieurs tonnes de ces minerais ne donnent que quelques décigrammes de sels de radium. Le métal a été isolé par l'électrolyse de son chlorure. 11 fond à 700, il décompose l'eau à froid. Le radium est en voie de désintégration : c'est dire que son atome se décompose spontanément, en une période de ans, en donnant un gaz 'où vient te nom de casier judiciaire et comment il est tenu à jour? (hélium) et des substances radio-actives. Le radium est lui-même un produit de transl existe, au greffe de chaque tribunal de formation de l'uranium. urant sa désintépremière instance, un meuble divisé en gration, il émet une grande quantité d'énergie plusieurs compartiments répondant à cha( gramme de radium donne une quantité d'énergie égale à celle que développerait la cune des lettres de l'alphabet et destinés à combustion de 300 kilogrammes de charbon). recevoir, classés par ordre alphabétique, des bulletins constatant les condamnations proles radiations émises par le radium impresnoncées contre les personnes nées dans l'arronsionnent la plaque photographique ; elles ont dissement du tribunal. Ce meuble, à raison de une action physiologique, détruisent les tissus sa forme et de sa destination, est appelé casier et possèdent un pouvoir bactéricide considéjudiciaire, et il permet de se rendre compte, de rable. 'où l'emploi du radium en médecine. la situation pénale de chaque personne. l active la phosphorescence de diverses suble service du casier judiciaire est dirigé stances (sulfure de zinc) et permet de réaliser par le greffier du tribunal, sous la surveillance des préparations lumineuses la nuit. du procureur de la République et du procureur général. Lorsqu'une condamnation a été prononcée contre une personne, le greffier du tribunal de première instance doit, dans la Ce qu'est une nébuleuse et sous quel aspect elle apparaît à nos yeux\ quinzaine du jour où la décision est définitive, étoiles? L'analyse par l'étude d\i spectre de dresser un résumé de la condamnation. Ce N nébuleuse est une masse lumineuse du ciel, ressemblant à un nuage. Après la lumière- émise par les nébuleuses fournit résumé, ou bulletin, est adressé au greffe de des indications utiles. 1 arrondissement d'origine de celui qui en est les étoiles multile spectre de certaines l'objet, par l'intermédiaire des procureurs ples et les amas d'étoiles, nébuleuses est continu, généraux. la nébuleuse est ce qui avec des raies obscures : nous paraît comme non est trois sortes de bulletins. Le bulletin n 1 dans ce cas la nébu- est celui que se transmettent les'greffiers. l résoluble, c'est-à-dire leuse est dite résoluble, constitue la minute de la situation judiciaire dont les meilleurs appac'est-à-dire cju'elle est de chaque personne ayant subi des condamreils d'observation ne composée d un amas nations. Le bulletin n 2 est le relevé intégral peuvent permettre de d'étoiles très serrées, car des bulletins n 1. Le bulletin n 3 ne reprodiscerner les parties le spectre est du même duit qu'une partie des condamnations. Les constituantes. On en genre que celui des autres, qui ont été formellement déterminées, connaît plus de dix corps incandescents. doivent en être exclues. mille. Les plus célèbres C'est le cas de la nébusont : la nébuleuse d'anle bulletin n 2 est délivré, aux magistrats du leuse d'andromède; parquet, de l'instruction, au préfet de police et dromède, d'orion. Celle d'orion, au aux présidents des tribunaux de commerce, aux Cette dernière couvre contraire, donne un autorités militaires et maritimes et aux admiplusieurs milliers de spectre discontinu avec nistrations publiques. Le bulletin n 3 est fois la surface de l'orun petit nombre de raies délivré à la personne qu'il concerne et qui le bite de Neptune, plabrillantes comme celui réclame (extrait du casier judiciaire). n aucun nète très éloignée du d'un gaz. cas i! ne peut être délivré aux tiers. Soleil. Les nébuleuses ASPCT 'UN NÉBULUS PHOTOGRALa nébuleuse est alors sont-elles des amas PHÉ AVC UN FORT GROSSSSMNT irrésoluble et est ford étoiles, que des apmée de gaz, principalepareils assez puissants seraient capables de déceler, ou bien un ment d'hydrogène Lés nébuleuses affectent Comment on explique la période glafluide lumineux capable d'entourer d'autres des formes variées, souvent en spirale. ciaire dans l'évolution de la Terre? ANS * * u Quels sont les grands hommes qui reposent dans la crypte du Panthéon? crypte du Panthéon renferme 47 tom beaux et 5 urnes contenant des cœurs. Ce sont les restes de : fean-jacques Rousseau (1794, déplacé en 1821 et 1830): Voltaire (1791, déplacé en 1821 et 1830) ; Lacques Soufflet (1829) ; le maréchal Linnes (1809): Marceau (1889) ; Lav.ore Carnet (1889) ; La -Tour d'auvergne (1889): 'ean-faudin, représentant du peuple (889j ; Sadî Carnot (1894): Victor. Hu?o (1885); Zojafj 905) ; Marco Min ei M""c Beithl lot ( 1907) ;: Jaurès (1924). Les caveaux, renfermant les restes de personnages du premier mpire, ne sent que très exceptionnellement visités. Ce. sont :.Le sénateur gnace- Jncque minnt comte de H--;nv(,i8i 3) ; le comte AJexândft-1.ca.rarïd. pair de France (1-815) ; le sénateur comte Jean emrumer,(î8m) ' le sénateur et comte. Lagvange (1813) : le Bouverneur du palais de Compiègne corriie Ordener (18'1): 'e généra! comte L= Paigne orsenne (1812) ; le sénateur comté de Viry (1813); Charles Régnier. due de 'Massa (1814) ; Timoléon de Cosse, comte d> Brnsuc (1813) ; le vice-amiral comte Thévenard (1 R 5); et, dans une urne le cœur du général baron Hureau de Senarmont (1810) ; le cardina'-évêque de Sabine,; Ma?en (1811) ; le. vire-amiral comte de BougainviMe (1811) ; le peintre Marie Vien {1809) i le général Lcblond de Saint'Hifaire (1809); le ministre" Fmmonue! Cret'et. comte de Champmoi (1809) ; le généra! comte A * f '.'nnilm!m;i::niniiiiiii:irniinniiimiiminr]miiirmniiiiikiiiimmiimiimiimim;minimiminiiipiiniimnkiiiimillmiiiimimiiimmhnninmnhiiiii:l-.i-f.- le Paris des X et X siècles, le commerce de la rue était extrêmement divers et actif, et nombreux étaient les crieurs de comestibles, volailles, légumes et fruits. On vendait dans la rue de la viande fraîche et salée, des œufs, du miel, des poissons de mer et d'eau douce, de l'ail et de la sauce d'ail, des pois piles, de la purée de pois toute chaude, des fèves chaudes, des pâtés chauds, des galettes, des flans, des oublies renforcées, des gâteaux à fèves, des tartes, des siminaux, espèce de pâtisserie, etc. es aliments préparcs étaient criés et les plus simples étaient des rainsoles, ou couennes de cochon grillées. Les boissons, le vin à six deniers la quarte, le vinaigre ordinaire, le vinaigre à la moutarde, le verjus et l'huile de noix, les noix fraîches, les cerneaux, les châtaignes de Lombardié, les raisins de Mélite ou de Malte, sont à ajouter à celte nomenclature des principales crieries... Recevoir veuillez aussi les gants, Q^c de bon aœu vous transmets pour l'estraine de la capitale. : l'an présent L.e hareng frais, le hareng saur, le vivet ou nfin, les livres eurent, de tous temps, une la vive, le merlan frais ou salé, un oiseau de place d'honneur dans ce grand commerce de mer appelé l'olète, le poisson d'eau douce que i on péchait dans les étangs de Bondi et dénommé présents. poisson de Bondi, permettaient à chacun de!?o s'approvisionner au passage des crieurs. Pourquoi la lune présente toujours la même face vers la Terre? Quelle est la meilleure attitude pour un écolier qui écrit? de La Boissièrc ( 1809) ; le cardinal-diacre Charles rskme (181 ) ; le cardinal-archevêque de Milan Jean Caprara, légat du pape, qui conclut le Concordat de 1801 et sacra Napoléon F'r roi d'talie en 1805 (1810) ; le gouverneur des 1 uderics et du Louvre, comte Clarct de Fleurie'.! ('810); l'inspecteur général de l'artillerie Scngis (1810); le président au conseil d'tat, comte Trci'hard (!8i0); deux urnes, contenant l'une le cœur du sénateur comte Sers (1809), et 1 autre celui du sénateur comte Ronaventure Morand oie 'Galles. (1809): le sénateur Jean Ferregam (? 08) ; le vice-amiral comte de, Winter(18l2) ; le général comte benezer Reymer (-1814) ; le colonel "des grenadiers à cheval de a girde impériale Frédéric-Henri, comte Waltcr fi 314); le sénateur Çb.oiseul-Praslin (1808) ;4e ministre Portalis. (1807) ; ie sénateur Louis Régnier (1807) ; le sénateur comte Louis de.cauîaincourt (1808) ; le ministre Claude Pept (1806). le sénateur 'Jean Papin comte, de Saint- Christan ( 1809) le gênerai comte Beguignot (1808) ; le sénateur Tronche».'; le pierm.-r des hommes de l'mpire qui entra an Panthéon (1807) ; le sénateur Pierre Cabanis (1808) ; enfin deux urnes, contenant l'une" le cœur- du général Firmin Malher (1808), l'autre ce lu: du sénateur François- joseph", comte de i>unzzo(l809;. '. j, L"s dates indiquées entre parenthèses sont celles de l'entrée au Panthéon. B que existence de cette période glaciaire (on dit aussi : l'âge du renne) ne soit mise en doute par personne, car une grande partie de l'urope et de l'amérique du Nord présente sur d'immenses étendues des matériaux ordinairement trouvés sur les glaciers (moraines, cailloux glaciaires, surfaces polies et striées par le frottement de la glace), l'explication de cette extension de la glace sur la Terre adonné lieu à denombieuses hypothèses, dont on ne peut affirmer qu'elles soient comjolètement satisfaisantes. Les " cataclysmiens ", dont l'opinion a été généralement admise jusqu'ici, y voient une période durant1 laquelle les étendues précitées étaient recouvertes d'une calotte de glace, avec abaissement de température et une faune appropriée à- cè climat rigoureux... Les " actualistes " pensent que cette, ealctte n était pas continue, mais que les traces que l'on découvre ne sont dues qu au retrait progressif de glaciers qui entouraient les massifs mentaeneux, dont le volume était bien plus considérable qu aujourd'hui et dont les chaînes actuelles ne. sont que les ruines. Comme on je voit, ces hypothèses ne résolvent pas le problème, car qu'est-ce qui a produit l'abaissement de température déterminant l'époque glaciaire? Ce que l'on peut aïrmer, c est que! on trouve à la fois des vestiges d'animaux de pays froids et de pays chauds faut donc admettre, ou qu'il y a eu des époques mterglaciaircs OJ le climat se radoucit ou bien que la calotte glaciaire ne s étendait pas uiu{oimément sur la terre. N

11 l " L 28 ÉCMBR 1924 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiniiiii ; imiiiiii '" nmi il iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ' '; ' iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiii iniiiiiiiiiiiiiii H ' MANCH-LLUSTRÉ ', _. HUHMJ ^ PROFTONS NOS LOSRS U MANCH POUR NOUS NSTRUR UN PU CLOVS C roi d'une tribu, celle des Francs Saliens, possesseur d'une assez mince région en Belgique, d'une armée de quatre à cinq mille hommes sur lesquels il exerçait une médiocre autorité au début, peut être considéré cependant comme le fondateur du royaume des Fiancs. Le commencement de son règne reste assez obscur. Alors qu'il, atteignait vingt ans, il s'allia au roi de Cambrai, et avec lui, entreprit une expédition contre un autre chef de tribu, Syagrius, qu'il défit près de Soissons. C'est lors du partage des dépouilles de ce Syagrius que se passa l'incident du vase de Soissons, qui prouve le peu de puissance de Clovis sur ses guerriers et aussi son amitié, bien qu'il fût. encore païen, avec Remi, l'évêque de_ Reims. Cette amitié avec un des chefs de l'glise sera des plus utiles au chef des Francs Saliens, qui comprend bien avant sa^conversion la force que lui pourra donner l'glise dans son entreprise d'unification. Après Soissons, Clovis combat contre les tribus qui tiennent les villes entre la Somme et la Loire. l échoue devant Paris que défend sainte Geneviève, mais tourne ses regards vers le Rhin, d'où viennent de nouvelles menaces d'invasion, et bat les Thuringiens. _. Après cette guerre, Clovis épouse la douce Clotilde, nièce du roi des Burgondes, Gondebaud. Clotilde est catholique et c'est, en réalité, une alliance avec les catholiques que lui vaut ce mariage.toutes les cités du Nord de la Gaule : Amiens, Beauvais, Rouen, Paris, que dirigent des évêques, ouvrent alors leurs portes au chef franc, en lequel elles voient le défenseur le plus sûr. La puissance de Clovis inquiéta les barbares d'outrerhin, et les Alamans, une fois de plus, assaillirent la Gaule. Les Francs soutinrent leur CLOVS choc à Tolbiac. Se croyant vaincu, Clovis invoqua le ieu, le ieu de Clotilde, lui promettant sa conversion s'il lui donnait la victoire. Les Alamans furent battus, et Clovis tint sa promesse et se fit baptiser par l'évêque Remi. Si le chef franc n'en acquit point des mœurs beaucoup plus douces, il devenait le seul roi catholique de la Gaule, celu' qu'appelaient de leurs vœux tous les Gallo-Romams, persécutés par les barbares installés sur leur sol.! put pacifier les pays entre Somme et Loire, gagner la Bretagne à son alliance, vaincre les Burgondes à ijon et tenir toute leur région. Appelé par les chrétiens du Sud, il vainquit les Visigoths à Voulon et entra à Poitiers, Saintes, Bordeaux. Toulouse. l conquit la Provence et, vers l'an 507, il était maître de la Gaule, depuis le Rhin jusqu'aux Pyrénées. L'empire franc était fondé, le principe de l'unité nationale était posé. Clovis mourut en 511, à Paris, où il fut enterré dans l'église des Saints-Apôtres (SainteGeneviève), qu'il avait fait construire sur l'emplacement compris entre le point où il avait lancé sa hache et celui où elle s'était fichée dans le sol. Ce grand chef avait voulu que les siècles à venir connussent la force de son bras. L'ORACL LPHS la ville de elphes, située en Phocide, sur le penchant d'un des pics du Parnasse, s'élevait un. temple d'apollon, le plus célèbre et le plus riche de la Grèce. Tout près de ce temple s'exhalaient, d'une fente de rocher, des vapeurs que les anciens croyaient être une émanation du dieu luimême. ans : les temps les plus reculés, un pâtre, gardant ses chèvres sur le Parnasse, s'aperçut que son troupeau, s'approchant du soupirail, était pris d'agitations convulsives et étranges. A coup sûr, Apollon, qui hantait ces lieux avec les Muses, manifestait sa présence. Les habitants du voisinage vinrent à leur tour et furent saisis du même trouble sacré. ans leur délire ils prononcèrent des paroles sans suite, qu'ils considérèrent comme inspirées par le souffle d'apollon. Peu après, les prêtres organisèrent euxmêmes la transmission des messages divins aux mortels. ls placèrent sur le soupirail un trépied et sur le trépied une femme. Cette femme, appelée la Pythie, rendue délirante ANS par les vapeurs malignes qui agissaient sur son système nerveux, proférait des phrases sans sens défini. Mais on les interprétait selon la question posée par le pèlerin qui était venu interroger Apollon. Très vite, l'oracle de elphes fut célèbre en Grèce et dans tout le monde antique. Les princes d'asie et les Romains envoyaient des ambassadeurs pour connaître l'opinion d'apollon sur l'avenir de leurs affaires. Les cités grecques n'entreprenaient aucune grande opération sans consulter la Pythie. On sait que Thémistocle apprit d'elle que, pour vaincre les Perses, il fallait se battre sur mer. lle avait parlé de maisons de bois, il avait traduit bateaux. Naturellement, chaque particulier, chaque tat laissait à elphes un présent en échange de l'oracle demandé ; le sanctuaire d'apollon devint ainsi L ST OU LA PYTH LPHS, N PHOC, RNAT SS ORACLS le plus riche palais du monde ancien, tant en œuvres d'art qu'en or. La Pythie, principal personnage de l'oracle, fut à l'origine une jeune fille, mais, très rapidement, fut recrutée parmi des femmes de cinquante ans dont les mœurs avaient été particulièrent pures. Les vapeurs la rendaient fort vite malade, et il n'était pas rare que les prêtres fussent obligés de la forcer par des menaces à monter sur le trépied sacré. L'emplacement de la ville de elphes est occupé en partie aujourd'hui par le village de Kastri, mais de nombreux vestiges subsistent et même certains matériaux de la cité antique ont servi à la construction du village moderne. On y retrouve, à chaque pas, des souvenirs de cette époque, où elphes était le foyer d'un culte ardent. A & CLAU C PRRAULT frère du célèbre auteur des contes de fées eut ceci de remarquable que, possédant une culture étendue et une imagination rare, il sut se révéler grand homme dans une science qui paraissait lui être étrangère. octeur, il fit de l'architecture, et son coup d'essai n'est autre que la fameuse Colonnade du Louvre. Né en 1613, à Paris, d'un conseiller au Parlement, il étudia la médecine, mais s'intéressa surtout à l'anatomie des animaux, à la physique, aux lettres et aux arts. Colbert le chargea il était excellent latiniste de traduire Vitruve en français, et c'est dans cet auteur que Claude Perrault prit le goût de l'architecture. Cependant il n'était encore connu que par ses travaux sur la dissection des animaux, qui lui avaient valu son entrée à CLAU l'académie des Sciences, lorsque Louis XV décida de donner au Louvre une façade digne de ce palais. Le roi n'ayant pas été heureux avec les artistes italiens mandés pour ce dessein, on ouvrit une sorte de concours entre artistes français. Claude Perrault envoya un projet et ce fut celui-ci que retinrent le roi et Colbert. On construisit la Colonnade qu'il avait ima ginée de 1666 à La grande allure de son œuvre, qui la classe parmi les meilleurs ensembles architecturaux du XV siècle, valut àperrault une célébrité immédiate. Aussi, tout en continuant à étudier l'anatomie animale, la physique et la mécanique sur lesquelles il publiait plusieurs mémoires, entreprit-il la construction de nouveaux bâtiments, et on lui doit notamment celle de l'observatoire de Paris, où ne voulant se servir ni de bois ni de fer, il révéla une extraordinaire utilisation de la pierre. Mais ce n'est point tout. xtrêmement lettré, Perrault ouvrit la fameuse querelle des anciens et des modernes. stimant son époque supérieure au point de vue artistique et littéraire à toutes celles, latines ou grecques qui PRRAULT l'avaient précédée, il ne se fit point faute de le dire avant son frère qui devait rompre tant de lances dans cette affaire. Cela valut naturellement à Claude Perrault les sarcasmes de Boileau qui lui décocha en particulier ce trait : " Soyez plutôt maçon, si c est votre métier. " Le maçon, à la vérité, était de premier ordre. Perrault mourût d'une piqûre qu'il se fit en 1688, alors qu'il disséquait un chameau. CATNAT B que de moindre génie qu'un Condé, un Turenne ou un Luxembourg, Catinat mérite une place d'honneur dans la galerie des grands capitaines du règne de Louis XV. Né en 1637, il n appartenait pas à une famille illustre, était même roturier, ce qui ne l'empêcha pas, et ce n'est pas un fait exceptionnel sous l'ancienne monarchie, d'atteindre aux plus hauts grades. Son père était conseiller au parlement et le destina au barreau, Nicolas Catinat devint donc avocat ; mais la perte d'une cause le désintéressa du métier et il se fit soldat. Au siège de Lille, en 1667, il se montra si héroïque que le roi lui donna une lieulenance dans ses gardes. ès lors, Catinat progresse rapidement. l sert brillamment sous Condé à Senef, où il est blessé, mérite les éioges de Luxembourg à la prise de Valenciennes et reçoit successivement le commandement de diverses places fortes. nfin, 1687, il commande en c.:hcf Savoie, puis, après être devenu gouverneur du Luxembourg, reçoit de nouveau la mission de combattre les troupes du duc de Savoie. l est vainqueur à Staffarde, en 1690, et trois ans après, ayant occupé tout le comté de Nice, bat le prince ugène à la mémorable bataille de la Marsaille. ans l'armée française, dont les soidats le nomment le Père la Pensée pour son étonnante prudence et sa tranquille assurance, Catinat est illustre autant pour sa simplicité, sa bonté et sa générosité que par sa valeur de tacticien. Néanmoins il essuie, sur la fin de sa carrière, quelques revers ; battu à Capri en 1701, il est obligé d ' abandonner ses positions en talie sur l'adige et l'adda. Nommé maréchai de France et CATNAT chevalier de SaintLouis, il se retire dans sa propriété de SaintGratien, qu'il ne quitte plus guère. Louis XV, qui professe pour lui le plus grand respect, lui reproche de ne point venir à Versailles. " La cour est très nombreuse, répond Catinat, et j'en use ainsi pour laisser aux autres la facilité d'offrir leurs hommages à Votre Majesté. " Catinat mourut à Saint-Gratien én 1712, ayant écrit des Mémoires militaires, qui retracent sa carrière de grand capitaine d une rare modestie et d'une non moins rare noblesse d'âme. N W L TRATÉ 'AX-LA-CHAPLL LA BATALL RVOL son entrée en talie, en avril 1796, Bonaparte, après avoir séparé les Sardes de leurs alliés autrichiens et les avoir réduis à la paix, avait successivement battu les armées autrichiennes de Beaulieu à Lodi, de Wurmser à Lovato, Castiglione et Bassano, d'âlvinzy à Arcole. Après ces brillantes campagnes; il était le maître de l'talie du Nord; mais,'s'il assiégeait Mantoue, il ne tenait point encore cette ville, et l'autriche ne désespérait pas encore de l'obliger à lever le siège et à abandonner toutes ses conquêtes. 'ailleurs,, l'armée française, épuisée par tant de batailles glorieuses, était considérablement réduite ; contre elle 1 Autriche équipa une cinquième armée de troupes fraîches, qu elle confia encore au général Alvinzy. Celui-ci eut le tort, en face d'un adversaire tel que Bonaparte, de diviser ses forces en deux colonnes, qui descendirent parallèlement le long de l'adige. Le 14 janvier 1797, les Français, en position sur le plateau PUS de Rivoli, qu entourent de hautes montagnes, arrêtent 1 ennemi. Bonaparte manœuvra avec sa précision et son opportunité ordinaires, afin que les deux colonnes d'alvinzy ne puissent se réunir et former une unique masse de choc, par trop dangereuse. l y parvient, les bat successivement et, par une série de manœuvres de poursuite, les décime complètement. Les troupes françaises, animées par le génie de leur chef, ne connaissent plus la fatigue et le jeûne, et déjà l'incomparable capitaine peut écrire au irectoire : " Les légions romaines faisaient vingt-quatre milles par jour ; les Français en font trente et se battent dans l'intervalle. " Après Rivoli, Mantoue tomba entre nos mains. Bonaparte pouvait imposer sa volonté à l'talie et au début du printemps il n'eut plus qu'à s'avancer vers l'autriche pour que celle-ci, après un semblant de résistance dans les Alpes, signât l'armistice de Leoben, que devait suivre le traité de Campo-Formio. BONAPART A LA BATALL RVOL (14 JANVR 1797) L 2 mai 1668, en acceptant les clauses du traité d'aix-la-chapelle, Louis XV, la seule fois de sa vie, lâcha la proie pour l'ombre. Trois ans auparavant, à la moit du roi d'spagne Philippe V, il avait réclamé les Pays-Bas, comme héritage revenant à sa femme, Marie-Thérèse, d'après une ancienne coutume des Pays-Bas, dite droit de dévolution, qui réservait aux enfants d'un premier mariage, à l'exclusion des autres, les biens paternels. Or Marie-Thérèse était née d'un premier mariage. Une discussion juridique s'en suivit avec les spagnols et, comme l'on n'était point d'accord, Louis XV entra en Flandre à la tête de hommes, ayant Turenne à ses côtés. n trois mois, la-province fut conquise : mais, commé les spagnols ne s'avouaient pas vaincus,.louis XV, cette fois-ci accompagné du grand Condé, se rend en Franche-Comté et se saisit, en trois semaines, de cette nouvelle province. e pareils succès remplirent d'inquiétude les Anglais et les Hollandais, qui craignaient, à des titres différents, la mainmise de la France sur les Pays-Bas. ls décidèrent donc, en s adjoignant la Suède, d'imposer leur médiation. Louis -XV n'en eût eu cure s'il n'avait traité secrètement avec l'empereur d'allemagne d'un' partage éventuel des tats espagnols, à la mort probablement prochaine de l'enfant maladif qui trônait à Madrid. Le roi de France jugea donc inutile de combattre pour obtenir une partie des possessions qui lui reviendraient dans un avenir peu éloigné. l accepta donc de signer le traité d'aix-lachapelle, par lequel il abandonnait la FrancheComté, s'il conservait Lille, ouai et les autres places flamandes. Louis XV ne se doutait évidemment pas i que le jeune roi d'spagne, presque moribond, i vivrait encore trente-deux ans.

12 . llîmilll MANCH-LLUSTRÉ Ul»WillUUUmilUlllllllUlMlllllllllllllllHllll4UlUlUilUM41UHHUlllllli: LA 12 UUlUUlllUUUHUtUWHUlllUlUUlUUlUHlHlllHUUUUUUUtl SMAN BLLS La tanle Ursule a envie d'un phonographe; on lui fera ce cadeau pour ses étrennes, décide M. Barbitras. t, pour corser le cadeau, il chantera, avec M1** Barbilras, un duo devant le disçue enregistreur. ÉTRNNS T L 28 ÉCMBR 1924 «""M"* COMQU VŒUX SN( " Légères hirondelles. Oiseaux bénis de ieu, Ouvrez, ouvrez vos ailes... nvolez~vous... adieu!... Toto. Ben, si après ça on n'hérite pas de la vieille tante i Le grand jour., " Ouvrez, ouvrez vos ailes... ' d'angoisses, que d'incertitudes à la veille du jour de l'an, lorsqu'il s'agit d'acheter ces mille petits riens inutiles et charmants qui feront la joie de nos amis en ce jour de fête. Souvent même on se contentera, en désespoir de cause, de d nner à un emi un cadeau que 1 on vient de recevoir soi-même d un autre ami. Le boomerang est un nouveau petit cadeau spécialement inventé à cet effet et qui peut, ccmrhc son nom l'indique, circuler de main en main, revenir même à son premier donateur sans nul inconvénient, tout en faisant plaisir à tout le monde. Ce cadeau a ceci de particulier qu'il peut être présenté sous mille aspects différents et qu'il peut resservir ainsi indéfiniment. C est, en somme, un por le-cigaretroche en ambre, que l'on peut, à volonté, enrichir de quelques brillants. 11 est construit de telle façon que l'on peut le dcr.r.er, sert cemme taille-crayon, soit comme l.cut d'ombrelle, soit comme fiche de tableau téléphonique, soit comme porte-plume, comme j" nvolez-vcu, adieu!... " (Vcix de Toto:) Ben, si après fça on n'hérite pas de la vieille tante!.., U petit diorama. comme cure-dents ou en tant que sifflet pour chiens. On le voit, cet objet est d'un placement facile. l simplifie les recherches et les hésitations à un moment de 1 année où tout effort d'imagination devient particulièrement pénible. s est décidé cette année, pour la première fois, à lancer enfin des jouets véritables, capables de plaire aux enfants à qui on les donne, et non pas aux grandes personnes qui les achètent. C'est ainsi que l'on peut voir, un peu partout, de nouvelles assiettes à soupe à renversement, que le plus léger choc suffit à précipiter sur le sol lorsqu'elles sont pleines. l y a aussi des timbales trouées, d'où le vin s'écoule sur la nappe. 11 faut signaler également le tir de salon, qui permet, avec une N ( arbalète, de lancer des allumettes enflammées sur les rideaux et de les y fixer au moyen d'un petit crampon. On appréciera également les petits bonshommes de sports d'hiver en plomb, que l'on peut fixer, au moyen d'une pointe, sur la tête chauve des grands-pères paralysés. On peut composer ainsi de très jolies scènes de montagne représentapt l'ascension d'un glacier. rjarmi les nguveautés mondaines de l'année» d'un caractère élégant, il faut signaler le nouveau kouse-pyjama-housse, pour réceptions du malin. Ce pyjama, en gaze jaune cirée, analogue aux housses que l'on met sur les lustres dorés en province, recouvre entièrement le visage et le corps de la personne qui le porte. l permet de recevoir, le matin, des quémandeurs ou des importuns, sans fatigue, et de somnoler. (essin inédit de R. CHANCL.) au besoin, sans être remarqué par son interlocuteur, pendant qu'il parle. Au surplus, cette petite tenue négligée indique suffisamment à la personne reçue qu'on ne lient pas à prolonger l'entretien. lle est un avertissement discret : elle est à l'esprit ce que les housses sont aux meubles. connaît la montre-bracelet et ces petits chronomètres minuscules que i on monte aujourd'hui un peu partout en guiséde chatons de bague. Un bijoutier s'est avisé de perfectionner encore cette utile invention en lançant des boucles d'oreilles réveille-matin fort ingénieuses. Au heu de brillants, les boucles d'oreilles supportent deux petits réveille-matin, dont on peut régler la sonnerie à quelques minutes d'intervalle pour assurer un réveil parfait. Ces nouveaux bijoux seront bien accueillis par tous les gens qui voyagent et qui craignent de ne pas se lever à l'heure pour prendre leur train. O N G. PAVTLOWSK.

13 mnimn L 28 CMBR 1924 > nnmiiminiimiinin HHM ihiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiumiiniiii 13 iiri iiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiihiittiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiii'ii MANCH-LLUSTRÉ " ' POURBOR Monsieur, c'est deux sous que vous laissez, je pense que vous faites erreur. Ça ne tire pas à conséquence, mon brave, gardez-les pour votre honnêteté! (essin inédit de S.-M. BRTN) UN AM QU N MANQU PAS TOUPT! LS GRANS MOYNS Msieur, c'est pour les étrennes. Une voix derrière la porte. Je veux bien ouvrir... mais, je vous préviens que j'ai une maladie contagieuse!... (essin inédit de UN 4JVUPAWC6 mm2 s f f fii i S» 3 1 a M. SAUVAYR.) MONSUR QU A MAL TOURNÉ On m'a flanqué à la porte parce que j'ai mal tourné! Qu'est-ce que lu faisais donc, malheureux? Je faisais du cinéma 1 (essin inédit de ÀRSÊN BRVOT.) Q «.^t-or^puan Ùr4 ST SSORÉ, VoOr t PAYZ TOUTCQV (L-CRrAltVMÊiV MAAM /TOUT OU &ROL... OBSSANC ÇA VAT Voyons, mon petit ami... pourquoi ne viens-tu pas m'embrasser?... 7 peux pas... madame... maman m'a tan! recommandé de rester assis pour cacher le trou qu'y a à l'étoffe de la chaise!... ARRVR Tu sais que Floriane est devenue sourde... Pas étonnant! lle aimait trop les couleurs criardes!... (essin inédit de A. (essin inédit de GASTON MAS.1 Roux.) <. x_ Vou RA is M FAR RMBOURS R VM - de Sftc ' AMTHRA C\T. (essin inédit de ALAN SANT-OCAN.) QUSTON SPC Pourquoi as-tu eu la croix, grand-père } Parce que je me suis bien battu... Ah 1 ben moi, si je me battais, on me la retirerait tout de suite! (essin inédit de ûlly.) XPRTS Combien peut valoir un collier comme ça? ouze mois de prison pour le moins!... (essin inédit de CLM.) PAS RCT VOYAG BreJ, après m avoir fait prisonnier, les 'chasseurs de chevelures '' voulurent me scalper! (essin inédit de HARM.) LS GRANS XGANT ites-moi, monsieur le gérant, je n'aurais pas laissé un pardessus ici, hier en venant déjeuner? Quelle sorte de pardessus? Oh! vous savez cela m'est égal, pourvu qu'il vous en reste un, je n'en contenterai MNACS - Un mol de plus, Sigismond, et je me jette par la fenêtre. (ess'.n nédit de V*ai) (essin inédit de MA?)

14 iniiiiii MANCH-LLUSTR iiiiiiiiiiiiiii>.'iuiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii CM O HURUX L T NFANTS tâche des parents, en Tchécoslovaquie, n'est point aisée entre la fin de novembre et le commencement de décembre. On en conviendra si l'on songe qu'en moins de dix jours il n'est pas moins de trois saints dont les petits enfants attendent qu'ils remplissent leurs souliers, ou plutôt leurs bas, suspendus dans!a cheminée. l y a sainte Catherine, saint André et saint Nicolas; ce dernier se montre le plus généreux et par conséquent appauvrit d'autant 'es parents. Ce grand vieillard à la barbe blanche apparaît chaque année avec un sac plein, non seulement de bonnes choses qu'il laisse pour les enfants sages, mais aussi avec une poignée de verges, destinées aux petits désobéissants. Tous les marchés regorgent de gâteaux, de bonbons qui, à vrai dire, semblent moins ('datants que les grands pavots vermillons décorant les verges dorées, dont la présence est décrétée indispensable dans les maisons où règne la jeunesse. Tout aussi gais apparaissent /es diables rouges qu'on vend partout à cette époque de l'année, car saint Nicolas n'est pas sans avoir des relations avec le Malin lui-même. t tout autant que la grande poupée blanche représentant le bon saint, on vend la poupée écarlate dont la tête s'orne de cornes noires. Après toutes ces fêtes, viennent la Noël et Saint-Sylvestre, à-qui sont dus plus d'honneurs encore. Morning Post. A 14 La Rcnaùsance. PRSTGTATON SUR L TRRAN... L'SPRT S eut un duel avec M. ubois (de la Loire-nférieure), qu il avait appelé, dans un article du Globe, ubois de la Gloire inférieure. Quand les adversaires furent en présence, la pluie tombait à torrent. SainteBeuve ouvrit son parapluie. Protestation de ubois, suivie d'une contreprotestation de Sainte-Beuve. Je veux bien être tué, déclara-t-il, mais je ne veux pas être mouillé. La Gazette du Centre. est au calcul ordinaire ce que la sténographie est à l'écriture.*emandez à l'cole Universelle, 59, Bd xelmans, Paris (16e), sa brochure gratuite n 6110, qui vous indiquera le moyen d'égaler les calculateurs prodiges et d'améliorer votre situation. les environs de Philadelphie s'élève une grande pierre de forme brute sur laquelle se lit cette inscription : ANS CTT PRR, LA PRMÈR N AMÉRQU, ST ÉÉ ( A AAM, L PRMR HOMM Sur la partie horizontale de ce monument se trouve un cadran Solaire, entouré de ces rnots : Sic transit gloria mundi. C'est par les soins de Mr. John P. Brady, entrepreneur de bâtiments, que cette pierre a été élevée à la gloire du premier homme. l a bien voulu confier à un reporter qu'il était indigné de 1 indifférence des hommes envers le père du genre humain. " Adam, a-t-il. dit, devrait avoir des milliers de monuments. l y.a tant de gens dont l'effigie en bronze ou en pierre se dresse partout alors que personne ne pense jamais à Adam. l fallait combler cette lacune. Je m'honore de l'avoir fait. " Le 28 octobre de chaque année, Mr. Brady se rend au monument d'adam, car il a découvert que ce jour est celui de son anniversaire. Mr. Brady acçueille avec beaucoup d'amabilité tous ceux qui viennent faire leur pèlerinage au dit monument. l espère avoir des imitateurs, mais jusqu à présent il est le seul qui ait songé à manifester, au moins de cette manière, sa - gratitude envers notre père commun. " Berliner Tageblatt. Q nouveaux livres de Tite-Live. L'historien latin restera incomplet comme tant d'autres anciens BONN ORTHOGRAPH T FAUSS MONNA dont les œuvres nous manquent. Même celles que nous possédons sont-elles L MLLUR SAVON TOLTT L s'agit d'une faute d'orthographe qui a toutes authentiques? AR fondre à feu doux avec un peu d'eau perdu et c'est heureux des faux l s'est trouvé, au XV siècle, un savant 300 grammes de bon savon blanc ; ajouter, monnayeurs.'ah! si les escrocs et les bandits jésuite pour le contester. Sauf Homère, Héro- en malaxant, 100 grammes d'amidon. Quand le pensaient à- tout! dote, Cicéron, Pline, les. Géorgiques, des satires mélange est complet, pétrir la masse sur marbre, Une bande d'individus fabriquaient des et des épîtres d'horace, le père Hardouin en y ajoutant encore 100 grammes d'amidon. billets de vingt francs. Ces billets, étaient en estimait que tous les autres ouvrages attriiviser la pâte, la mettre dans un moule à sa ANT-BUV L CALCUL XTRA-RAP N MÉMOR U PRMR HOMM n convenance et laisser sécher. Parfumer à votre goût. xcellent pour les épidermes délicats, pour faire la barbe, etc... Le Réveil. 'LLUSONNST Républicain. L 28 ÉCMBR 1924 TOUT bués aux anciens avaient été fabriqués au X siècle, sous la direction d'un certain Severus Archontius, par des bénédictins. l considérait l'néide comme un ouvrage mystique. L'incendie de Troie était le symbole de la destruction de Jérusalem, et le voyage d'née représentait l'vangile porté aux Romains. Le père Hardouin, qui était bibliothécaire de Louis le Grand, écrivit tout un volume pour démontrer que le latin de l'néide est très contestable et qu'on y trouve mainte tournure de phrase qui révèle un conteur français. Les premiers mots du poème lui semblent déjà un gallicisme, et il propose de traduire Arma... cano par : " Je chante les hallebardes ". Quand on lui reprochait son effrénée passion du paradoxe, il disait : Croyez-vous qu'on se lève à trois heures du matin pendant cinquante ans, pour penser comme tout le monde! Le Cri de Paris. américain Cari Hertz, dont les souvenirs viennent de paraître chez Heinemann, raconte qu'un jour, à Louisville, il venait d'accomplir un de ses tours favoris qui consistait en ceci : faire passer une pièce de monnaie marquée d'avance à l'intérieur d'une orange non coupée. l compliquait encore le tour en faisant passer ensuite la pièce dans la poche d'un petit garçon du public qu'il faisait monter sur la scène. Hertz reconnaît que le petit garçon était d'ordinaire un complice, qui avait la pièce (un dollar d'argent) dans sa JOYUX PARS poche avant le commencement de la représentation. Une autre personne du public N Amérique, les vaincus des scrutins élecprêtait à Hertz un second dollar qu'il marquait toraux ne sont pas fatalement condamnés d'une marque exactement semblable à celle aux pleurs et aux grincements de dents. l leur que portait le dollar du petit garçon. reste la ressource de s'amuser aux dépens des Tout alla bien jusqu'au moment où l'enfant gens qui ont parié pour les succès et perdu leurs monta sur la scène et où l'illusionniste demanda paris. Car on parie autant pour les candidats à l'enfant de chercher dans la poche droite que les chevaux, outre-atlantique. t l'on parie de son-pantalon s'il n'y trouverait pas-par hasard de façon plus originale, pariant des " actes un dollar. Tel financier de Wall Street, soutenant Le petit garçon hésita, puis, à la stupéroosevelt, s'était engagé à pousser une noix à faction irritée du prestidigitateur, il tira de la coups de canne dans les rues de New-York, poche désignée une poignée de petite monnaie. comme on pousse une halle de golf, si Wilson " ne me reste que dix-neuf cents, monsieur, était élu ce qui eut lieu, en effet. dit-il. J ai eu soif et j'ai bu un verre de citrontel autre devait monter dans la statue nade. " de la Liberté en portant un œuf sur une fourjournal de l'ailier. chette. Quant aux femmes, non moins ardentes AUTURS ANCNS que les hommes aux paris, on en vit jurer de ne point suivre la mode des années entières U nos lycéens se rassurent : M. de Martino(acte suprêmement héroïque). Fusco ne les obligera pas à étudier de ouai U V L L tous points semblables à ceux de la Banque de France et tout le monde s'y trompait. Cependant, on découvrit la falsification par suite d'une faute d'orthographe, que vous, comme moi, nous aurions commise aussi bien que les faux monnayeurs. n effet, au verso des billets,de vingt francs, il est écrit: " L'art. 139 du Code pénal punit des travaux forcés ceux qui auront contrefait ou falsifié les billets de banques autorisées par la loi. Ce n'est pas écrit dans un français très châtié, parce que c'est du style officiel ; mais nos contrefacteurs ne s'attaquèrent pas au français ; ils s'attaquèrent à l'orthographe et écrivirent " contrefait ou falsifié les billets de banque autorisés par la loi ". C'est plus logique que le style officiel, mais c'est cela précisément qui les a perdus!... L iiiiiii!iii;;iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiii:!!ii::iiiiiiiiiiiim F ^MM^ RLUR MOBL fabriqué spécialement pour conserver j = L CHOX 'UN STUATON s U O ANS 1 er as* f L, A p > A» e A ÂFFÂri Ouvrage envoyé GRATUTMNT par ÉCOL FiaiR - 53, nue de fiivoll - PARS NC 0LAS 1 F ChdJnp&ône à S^Môo^uhn^me!À Couverture élégante et solide, dos souple, ceins = peau, litre et filet or sur le plat Sans collage, per. foration, ni mécanisme ; pose et retrait de chaque fasclule sans déranger les fascicules Voisins. = H s = = r H z Prix : dans nos bureaux 15 fr. ; en colis postal 17 fr., métropole; 19.50, Corse, Algérie, Tunisie. ^Mlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll^ UTS LCTRQUS et nombreux articles pour Cadeaux de NOËL emandez nos 'TS ifffliti'iimtiiriit Z& SLVA, Catalogues 55, Rue Ste-Anne, PARS Lustrerie T. S. F.

15 MiiiiiiH L 28 CMBR 1924 itiiiiiimipiiiiiimiiiiiiiiiiiiuiiiii»iiuiimuiamiiiitijiiiiimim> imimiii MRABAU VARÉTÉS (Suite du texte de la page 5.) LA PLUS PTT NOS POSSSSONS COLONALS chaire de La Marck. C'est à elle que Mirabeau faisait tenir ses conseils, qui, disait-il, étaient trop subtils pour la faible tête du roi. Flattée, la reine s'oublia jusqu'à accorder à Mirabeau une entrevue secrète. Quel triomphe pour ce grand amoureux! Cette entrevue eut lieu dans l'enceinte réservée du parc de Saint-Cloud, où la reine resta près d'une heure seule avec lui. Quand l'entretien fut terminé, Marie-Antoinette donna sa main à baiser à Mirabeau, qui s'en fut, ivre de joie, en s'écriant : Ce baiser sauve la monarchie! " l l'aurait peut-être sauvée, en effet, si, quelques mois plus tard, Mirabeau, épuisé par ses excès de tous genres, excès de travail et excès de plaisirs, n'était brusquement tombé malade. Cette maladie fut une désolation générale. Le bel hôtel de la chaussée d'antin où logeait le tribun'fut, dès l'annonce de sa maladie, assiégé par la foule anxieuse, qui venait aux nouvelles. Le roi envoyait heure par heure chercher un bulletin de santé. Quant au malade, il continuait à s'intéresser aux affaires publiques. Le 1er avril 1791, veille de sa mort, il disait à son médecin Cabanès : " Mon ami, je mourrai aujourd'hui. Quand on en est là, il ne reste plus qu'une chose à faire : se parfumer, se couronner de fleurs et écouter la musique afin d'entrer agréablement dans le grand sommeil. " Puis il fit approcher son lit delà fenêtre et contempla avidement le soleil printanier qui égayait son jardin. Le soir il était mort. L'Assemblée nationale décréta qu'elle assisterait tout entière aux funérailles. L église Sainte-Geneviève, érigée en Panthéon, reçut sa dépouille qui y fut portée en grande pompe. Les découvertes de l'armoire de fer vinrent brusquement changer les sentiments de la Convention et, après le 9 Thermidor, on décida d'expulser Mirabeau du Panthéon, pour le mettre honteusement à Clamart, dans le cimetière des suppliciés. fut ainsi que le grand orateur connut C successivement toutes les gloires et subit toutes les opprobres. Fut-il coupable? Non, si l'on ne considère que le fait brutal de la corruption vénale ; oui, si l'on s'en tient à la belle formule de l'honnêteté politique, qui est celle-ci : " On est coupable non seulement de manquer à son devoir pour-de l'argent, mais aussi d'exiger de l'argent pour faire son devoir. JULS CHANCL. 15 m iiiiiimimiiiiiiiiimii">iiii>i>iiiii^»im>>>'imii>i*nimmi>i>iimm!mi >>>i>iim>i '< SUR LA COT CHNOS C'ST "L'L FRANÇAS" PRÈS TCHÉ-FOU MACHNS A VAPUR MOTURS ÉLCTRQUS BOBNS RHUMKORFF regard de notre immense domaine _ TSF' colonial, sait-on quelle est la plus petite iimiiiiiiiiiiiiiiiniiiiii'iiiiiiiiihiiriiiin de nos possessions lointaines? C'est, sans contredit, cette petite terre émergeant en G. PÉRCAU face de la côte chinoise, à cinq milles.de la 19 00) ville de Tché-Fou. lle est si minuscule que son 26, 28, 30, rue des Mignottes nom n'est même pas porté sur les cartes PARS marines-. : nos officiers, nos équipages ne Catal. complet contre 0 fr. 75 en timbres l'appellent que Yle française. lle termine un groupe d'îles qui constituent une sorte, de chaussée sous-marine, prolongement du cap Tché-Fou. L'le française n'a r guère que 200 mètres de large sur 300 mètres L'OHYRN du SCHÂMP de long, et, par cela même, justifie le titre de cet article. Mais ce n'est pas son seul intérêt. Sans nuire à la Santé Lorsque, de 1882 à 1885, une terrible épidémie B 60C AcnTS-PiMlt-AlRS : 13 ir. 50 franco de choléra décima les équipages de l'amiral LALUF,49,Av.dela!otte-Picqnet,PAS.-R.C.S.20llia N (MASON garantis non triés, vendus au fc//û emandez notice explicative su irecteur de l'office, des Timbres des Missions 41, rue des Redoutes, TOULOUS (France) avec les clous vous f>i\ SRVZ- quisefisedvecune aiguille acierdons tous les murs mènef? enbrjque.nelaisseaocunetraceoprèsextraction porte 10\Sd\î SO U/xyet le véritable Crochet X. n vente éwiag.ouinc BRACLTS-MONTRS UT AC AU APPARL - ACQUST10U ÊLCTROU PUSSANT SMPL PU VSBL ; TlsJ. SMARTZ 17U Rue du Temple PARS ( ear-) Notice franco an^n whhitmmm BN 7 \ ORMZ-VOUS S NON Prenez du " BLLONAL" Guérit MALAS NRVUSS les SOCÉTÉ " L et ROOU ASTHM 1 BLLONAL" 30, rue de Miromesnil, 30, PARS (S>>. 5 fr. PUX : f" SO embellit le flacon ; 3 fr. le demi-flacon. r'" T"1" ' MANUFACTUR CUVRRL le T î " NT PRX : ÉTABLSSMNTS 2 (g! CH. ROUSSAU & C ÉTUS CHZ SO «. emandez à l'cole Universelle, 59, bd xclmans, Paris (16e), l'envoi gratuit des brochures concernant toutes études ou carrières qui vous intéressent : Broch : Classes primaires complètes. Broch : Classes secondaires complètes. Broch :"Grandes écoles spéciales. Broch : Carrières administratives. Broch : Carrières industrielles, agricoles. Broch : Carrières commerciales. Broch. 85GO : Langues étrangères. Broeh : Orthogr., védact., calcul, écriture. Broch : Carrières de la, marine marchande. Broch : tudes musicales. f r=n= 3t=12=n s LYS tiase de Crème Rodoll, Lanoline, Beurre d» Caeae> O8.R0 S* MAUR..Ô8 tl blanchit j:;parïsixiï»". UJ et adoucit merveilleusement l'épiderms. Recommandé par les médecins pour la toiletta des épidémies délicats des ames et des Bébés. trfeo«8u SAVON«RQOLL» «épôt Paris : Palita, 67, rue de Provence *our CiNO francs, nous offrons au oublie ce to UJ Ainsi que des M0N0 ÛGUS de CHOX ultra comiquês, TOUT LA CNVRR POUR NSTALLATONS MAGASNS, BANQUS. MUSÉS MANS COURANTS.T CYMASS Tous travaux t/e Cuivrer/? sur plans TOUS LS SUCCÈS PARSNS de anse, ûe Musiqueeî ds Cnani, rendus oartou; 0, là et fr, chaqu«; n plus et GRATS, «a lointa enaoue flnvol ïooes Chansons nouvelles lancôesflans le semaine2» Un superbe CATALOGU LLUSTR : fio TROS BONS PRMS pou*.8 volumes SNSAUONNLS ol L»TR PATANT fcïsg J S'AMUSR, et RR PASSR GAMNT FAR RR un HARMONCA, cevoyet ie monianl ayee la oemande au lomé* ' 1 rranc tu timbres irançais JOU irais ut» remboursement ditions b, GASTYL' 82, Rue Michel-Ange, PARS SORÉS 'HVKR ^las" ùelagaité F«.65, Fuub.-SMïoiiis, Pari$-10e lance un nouveau parfum OUR RR et -FAR RB L'HU U BAS \ en-voie eontrel fr.nouvl ALBUM (260 pages avec gravures comiques) QUO RR S MOS Fai*ces,Physique.A/«usements de tontes ) sortes.l'tèypriotisme àla pnrtéede tous Propos gais." A de plaire. Magnétisme POUR APPRNR SUL TOUTS LS ANSAS. Secrets d'a tel1" trucs et wurs de mains de L* métiers. éfendre K ses intérêts p la loi. Se créer position où l'améliorer. Secrets debeanté. Chanson etmonolora:» Théâtres. librairie spéciale Que vous ayez grande ferme ou petit jardin Accordéons, Harmonicas, Hôtes. Méthode pt apprendre seul TRAVSTS, COTLLON, PARURS FÊT. î. O.Paris 3831 iiiiihiiiimiiiiiimiiiiiiiiitiiiiiiii PRMANNT PAR SO-MM Sans aucun pisqueçfe brûlure WC L'APPARL d'une tonalité nouvelle < délicieux et tenace Seine 0 V ar=jr=ir. Le Magazine Cinématographique Le Gérant : Paris. HÉMRY, pan qui baraîl lei 2* tt 4* SAMS dt chaqae moà QNULÂTOR RX Breveté S.G..G. Sonnant l'ondulation ndéfrisable J>ARLAVAPUR_ 3 t=i H. L PAG. imprimeur, 18, rue d'nghien. mmédiatement SSPÉS Rapi dément, Radicalemen t G.U É R S L'AGRCULTUR - NOUVLL - L'ONULATON.tllltlllllllllllllllllllUllllllllllll H. BÏ,LY rue des Carmes» P-aris- MASON FON'Ê en 1808 '"^C, Cent. Parce qu'en plus de sa qualité supérieure garantie c'est le Cirage-crème le plus économique CR Courbet, nos morts y furent enterrés, mais le cimetière qui renferme leurs tombes possède un monument commémoratif sur lequel on peut lire la date de 1867, qui atteste que depuis cette époque, au moins, la France avait fait sa possession de l'île. Un gardièn chinois entretient les tombes, qui reçoivent la visite de nos marins chaque fois qu'un navire français vient jeter 1 ancre dans cette fade lointaine. A cette occasion, chaque fois aussi, le pavillon tricolore, en signe de salut, est hissé sur 1 île, suivant le rite établi, par ce même gardien chinois du consulat français de Tché-Fou. Autour dû capitaine de corvette Martial, commandant du Champlain, une trentaine de marins du Lapeyrouse, du Roland, de la Galissonnière et de la Triomphante dorment là leur dernier sommeil, parmi les flots jaunes de la mer de Chine. emandez les Catalogues rie Farces, Attrapes Surprises pour Soirées, îners et pour Noces - Articles de Physique et Prestidigitation - Chansons, Monologues. èces de Comédie pour Salons/ Familles e. Sociétés - Librairie Amusante, -Agricole e Médicale, Livres utiles et de Jeux, Magie Magnétisme, Hypnotisme, etc. nvoi con're 1 fr. en timbres, 9 8, SO LON NOR? L CMTÈR " L'L FRANÇAS " L'NNU c'est LA MORT n vente partout : devez-vous exiger n vente chez les Horlogers le Parfumeur Parisien créateur de YAMBR'S PAGOS C. Pourqùoi HAUT ÉLÉGANC HAUT PRÉCSON Coultos et Antjlo-French Ç 5Ârue dlngliien. Paris R. N OT NABMZPUSVOSMURS ou MRVLLUX FONÉ FAST MAGRR immédiatement et radicalement soulagées TMBR?-POST AUTHNTQUS S MSSONS ÉTRANGÈRS UKH HT JOUTS SCNTFQUS HNRY MÉGUN. par le port rationnel des Bas élastiques de V.-A. CLAVR, Fabricant, 234, Faubourg Saint-Martin, PARS. Lisez l'intéressante Notice sur les Varices, envoyée gratuitement avec feuilles de mesures et tous renseignements désiws, MANCH-LLUSTR vous donne les moyens d'en tirer la production maximum par les cultures et les élevages les mieux appropriés. Livré dans un élégant échn nvoyé franco contre 19 & Contre remboursement f9&75 NSTTUT 'HYGÈN SrolUife <w,r demande,170.a^ue d talie PARS 32 PAGS L'POQUAUN TXT Si GRAVURS Lenuméro: 50 cent. n vente partout 7 fr. le Flacon' dans toutes les Pharmacies; 8 fr. franco einandcz de suite la Brochure gratuite envoyée sous pli ferméâ V.BOURGOS,Pharm.i"il., 61, Av, desgobelins,pars-l3" Abonnements: 12 francs par an (à l'administration. 18. Rue d'nghien. Paris). ik *XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

16 Hllllin MANCH-LLUSTRÉ H»i"i"mimiimM!Nlll<i;miimiiNiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiii,iii,i,,i,,,i,, g ililiiliiiiilliiimiiiimiiii m liiuillllll muni lin HHÛ L 28 ÉCMBR 1924 POUR LS TRNNS abonnez la jeunesse m L JOURNAL miiiiii u 5 VOYAGS RVU RÉCRÉATON SCNTFQU lïï 0 u Gaston 01N diteur US NRS A51.S ROUGS irecteur scientifique : ABBÉ MORUX S, Place de l'ode'on Paris (6e) TOUS LS JUS 18 PAGS BULLTN 'ABONNMNT Contes, récits, voyages - Figures en noir et en couleurs Romans scientifiques pour la jeunesse Veuillez m'inscrire comme abonné au JOURNAL S VOYAGS pour une période d'un an, à dater du 192 Abonnements pour 52 Numéros : 1 An France : 30 francs Étranger : 40 francs Le numéro : 60 centimes SPCMN GRATUT SUR :irecteur littéraire : PAUL CHARPNTR! j (L'abonnement part du premier jeudi de chaque mois.) Ad resse.. Signature MAN ' PAMNT : PAR MANAT OU PAR CHQU chez GASTON ON, éditeur, 8, place de FOdéon, Paris (6) SPÉCMN M 3]Q UsH GRATUT [ ]( ][ ] SUR MAN m 1 m

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le

Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le Bienheureux Raphaël Arnáiz Barón (1911-1938) Raphaël Arnáiz, en religion frère Marie-Raphaël, est né le 9 avril 1911 à Burgos en Espagne, premier de quatre enfants d une famille aisée, catholique pratiquante.

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR 1 Le verbe 6: le passé composé avec avoir Mettez les verbes au passé composé, comme dans l'exemple. exemple: Hier, nous (manger)...chez les Durand. Hier, nous avons mangé

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Versailles : arme du pouvoir (1)

Versailles : arme du pouvoir (1) Versailles : arme du pouvoir (1) 1 2 Versailles en 1668. La galerie des glaces. 3 4 Le pavillon de chasse de Louis XIII dessiné par J.C Le Guillou. Edition Deux Coqs d or. La chambre du roi 5 Le réseau

Plus en détail

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre

Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre Allocution du Président de la République à l occasion du lancement du livre «Ile Maurice, 500 cartes postales anciennes» d André de Kervern et d Yvan Martial le vendredi 7 décembre 2012 à 17h00 Blue Penny

Plus en détail

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher)

Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Un Conte de Noël (à raconter à vos enfants avant de se coucher) Avant-propos : Chaque soir, je raconte une histoire à mon fils pour qu il s endorme. Il a 2 ans. Habituellement, c est les 3 petits cochons.

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 : en bref Thème : La vie en banlieue parisienne Après une mise en route sur le début du film, les apprenants découvriront l

Plus en détail

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Chapitre 71 Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Il y a deux catégories de pauvres que nous aurons toujours parmi nous: ceux qui se ruinent eux-mêmes en faisant leur propre volonté et qui persévèrent

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait?

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? Approchez, tendez l oreille, écoutez notre petit lapin et vous saurez comment l école maternelle transforme les bébés en écoliers. C est

Plus en détail

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.»

Septième Tradition. «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Septième Tradition «Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l extérieur.» Des alcooliques qui subviennent à leurs besoins? A-t-on jamais entendu

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général.

Napoléon. Grâce à ces différentes victoires, il devient général. Napoléon Lorsque la Révolution éclate en 1789, le lieutenant Napoléon Bonaparte a 19 ans. Il est déjà soldat dans l armée et participe aux batailles entre les français qui sont pour la révolution et ceux

Plus en détail

Des idées nouvelles. Fiche 2, Les philosophes des Lumières. Écoles primaires, cycle 3

Des idées nouvelles. Fiche 2, Les philosophes des Lumières. Écoles primaires, cycle 3 Écoles primaires, cycle 3 En 2012, on fête le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau! Qui était-il? Découvrons ce Monsieur extraordinaire qui est fêté cette année dans les écoles et en

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

En sécurité sur le chemin de l école!

En sécurité sur le chemin de l école! opération cartable En sécurité sur le chemin de l école! 5 histoires à découvrir plus des jeux très amusants! à l école à pied Une, deux Une, deux Un pas, puis un autre et nous voilà à l école. Facile

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par.

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par. LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour Daniel Lambert Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par Kim Dupuy Soins infirmiers (groupe 1115) Collège de Sherbrooke 12 mars 2004 Histoire

Plus en détail

BROUILLON. Nous vous offrons également la possibilité de livrer votre propre perception de façon tout à fait confidentielle.

BROUILLON. Nous vous offrons également la possibilité de livrer votre propre perception de façon tout à fait confidentielle. numéro d identification MON ÉDUCATION, MES LOISIRS Droits de l enfant Consultation des 6/18 ans MA VIE DE TOUS LES JOURS 2013 ma santé Adulte JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS 2 Bonjour, Vous avez entre

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001

La souris voyageuse. Pipistrelle à Venise. Annick et Jacques Laban OCOKRNWOG. Novembre 2001 La souris voyageuse Pipistrelle à Venise Annick et Jacques Laban Novembre 2001 1 Dans la gare de Nice, sous une grosse traverse en bois vivait une famille de souris. La demeure était certes un peu bruyante,

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité.

Ce rêve est devenu réalité. Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Avez-vous de la difficulté à garder un emploi et vivre sans inquiétude?

Avez-vous de la difficulté à garder un emploi et vivre sans inquiétude? Avez-vous de la difficulté à garder un emploi et vivre sans inquiétude? Sommaire Avant-propos Les opportunités de la vie se présentent de façon étrange et sans avertissement! Est-ce que l'éducation tue

Plus en détail

QUELQUES MOTS AVANT D'ENTRER EN MATIERE.

QUELQUES MOTS AVANT D'ENTRER EN MATIERE. QUELQUES MOTS AVANT D'ENTRER EN MATIERE. On a fait beaucoup d'ouvrages sur Paris; sans doute ou en fera beaucoup encore! Il y a tant de choses à dire sur cette ville immense, devenue le centre des arts,

Plus en détail

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible Série 1 maison papa porte rue Série 2 avec deux terre été Série 3 maman pipe pour table Série 4 école jardin mal bébé Série 5 carte cheminée livre nature Série 6 rouge sucre tête vache Série 7 achat barbe

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici.

Un taxi à New York. L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Version audio - CLIQUE ICI Un taxi à New York L histoire commence aux Etats-Unis et notre héros, c est un taxi! Un jaune et noir, très joli, comme on en voit souvent ici. Ici, on est à New York City, c

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu Irina Teodorescu La malédiction du bandit moustachu roman GAÏA ÉDITIONS Dans l imaginaire collectif les accidents arrivent souvent la nuit. On se représente volontiers une route sinueuse dans une montagne

Plus en détail

PROJET ATELIER MARIONNETTES Fiche descriptive récapitulative

PROJET ATELIER MARIONNETTES Fiche descriptive récapitulative Koloaina avril 09 PROJET ATELIER MARIONNETTES Fiche descriptive récapitulative Partenariat Koloaïna Inter Aide Antananarivo, Madagascar Présentation de l atelier : Suite à la formation «atelier marionnettes»

Plus en détail

ETUDE ERA IMMOBILIER DANS 12 PAYS EUROPEENS

ETUDE ERA IMMOBILIER DANS 12 PAYS EUROPEENS Retour accueil Articles de fond Immobilier : état des lieux du marché en Europe David Peyrat le 16 Novembre 2004 ETUDE ERA IMMOBILIER DANS 12 PAYS EUROPEENS ERA, premier réseau d'agences immobilières en

Plus en détail

Questions p. 14. 1 p. 15. Questions p. 17

Questions p. 14. 1 p. 15. Questions p. 17 Questions p. 14 1. L animal à l origine de la première lettre de notre alphabet est le ta u- reau, parce qu il signifie la force, l énergie utile à la vie et au transport. 2. 1 p. 15 Questions p. 17 1.

Plus en détail

Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1

Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1 Noël, une rencontre! D.D.E.C. 43 Pôle Primaire SDC Le Puy Avent/Noël 2014 Page 1 1 ère rencontre En marche vers Noël : Restons éveillés Ecoute de la Parole de Dieu (Cf. Annexe 1) Mime les attitudes des

Plus en détail

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Espace Education Art et Culture, 19, rue du Cambout, 57000 METZ, P.W. 2011 03 87 36 01 88 www.espace-eac.fr contact@espace-eac.fr LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Inaugurée en 1908, œuvre de l architecte

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES 1 le passé composé (avoir ou être) Mettez les verbes au passé composé (auxiliaires avoir ou être) 1. Elle (manger)... tous mes sandwiches! 2. Je (aller)...

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Origine. Religieuse : apparition de Jésus aux Trois Mages.

Origine. Religieuse : apparition de Jésus aux Trois Mages. Fêtes en France Fête Date Origine Caractéristiques et activités Le Jour de l An Premier janvier Laïque On décore la maison avec du gui, symbole du bonheur. On s embrasse à minuit en se souhaitant "bonne

Plus en détail

Déroulement de la présentation LANCEMENT:

Déroulement de la présentation LANCEMENT: Quand la différence s'élève au carré Institut Libanais d'educateurs: projet commun des ateliers artistiques 1er semestre 2010-2011 Inspiré de ELMER (David Mckee) Déroulement de la présentation LANCEMENT:

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

H i s t o i r e s e n f a n t i n e s

H i s t o i r e s e n f a n t i n e s Histoires ep 4_Attila 09/01/2014 19:53 Page4 P E T E R B I C H S E L H i s t o i r e s e n f a n t i n e s Merci aux antennes espiègles de Gisela Kaufman, libraire bienfaitrice de la rue Burq, qui après

Plus en détail

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS ACADÉMIE DE STRASBOURG COLLÈGE FRANÇOIS TRUFFAUT CLASSE DE 3 e Entreprise BREVET DES COLLÈGES SÉRIE PROFESSIONNELLE ÉPREUVE D ENTRAÎNEMENT ÉPREUVE DE FRANÇAIS TEXTE D ÉTUDE Alex, un adolescent sans histoire,

Plus en détail

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1

Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Objectifs ACTIVITÉ D ÉDUCATION CHRÉTIENNE Les sept jours de la création Activité d éducation chrétienne inspirée du récit en Genèse, chapitre 1 Après cette activité, le jeune sera capable de : Raconter

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

Plainte avec Constitution de Partie Civile Nicole Guihaumé c/ UDAF 12 octobre 2015 1/13

Plainte avec Constitution de Partie Civile Nicole Guihaumé c/ UDAF 12 octobre 2015 1/13 Nicole Guihaumé 9 rue des Périchaux 75015 PARIS 0155769184 nicole.guihaume@hotmail.fr Tribunal de Grande Instance Monsieur le Doyen des Juges d'instruction Place Pierre Flotte 34040 Montpellier Cedex 1

Plus en détail

Dossier de références de l élève : grammaire

Dossier de références de l élève : grammaire Dossier de références de l élève : grammaire Titre : Dossier grammaire de l élève Prérequis : Dès le niveau 2P, quand la grammaire est abordée (les groupes de la phrase et les catégories de mots : déterminant,

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom :

R Projet d écoute FLA 10-2. Texte ludique : Fais ton ménage! Cahier de l élève. Nom : R Projet d écoute Texte ludique : Fais ton ménage! FLA 10-2 Cahier de l élève Nom : Fais ton ménage! DESCRIPTION DU PROJET Tu écouteras un extrait intitulé : Les petits pouvoirs de Suzanne Lebeau. L extrait

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité.

Ce rêve est devenu réalité. Vous venez de trouver une règle mise en ligne par un collectionneur qui, depuis 1998, partage sa collection de jeux de société et sa passion sur Internet. Imaginez que vous puissiez accéder, jour et nuit,

Plus en détail

VISITE DU CIMETIERE DES ALYSCAMPS A L INTENTION DES ENFANTS LES ALYSCAMPS ET LEURS LEGENDES

VISITE DU CIMETIERE DES ALYSCAMPS A L INTENTION DES ENFANTS LES ALYSCAMPS ET LEURS LEGENDES VISITE DU CIMETIERE DES ALYSCAMPS A L INTENTION DES ENFANTS LES ALYSCAMPS ET LEURS LEGENDES Nous allons visiter ensemble les Alyscamps. A l époque des romains, ce lieu était une nécropole (ce mot veut

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche LEÇON Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche Lis «Cela va trop loin!». Dessine un signal routier. Ajoute ton verset à mémoriser et place-le en évidence. Commence

Plus en détail

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Nom : Prénom :.. Classe : LES FÉES Texte long donné aux élèves au préalable afin qu ils aient le temps de le lire à la

Plus en détail

Une enquête de Biot en 1803, sur l origine extra-terrestre des météorites

Une enquête de Biot en 1803, sur l origine extra-terrestre des météorites Une enquête de Biot en 1803, sur l origine extra-terrestre des météorites par Alexandre Moatti, directeur de la publication de www.science.gouv.fr Février 2008 Le 7 messidor an XI (26 avril 1803), un météore

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Europe : La mer farceuse Objectifs : Dire les opposés Décrire une situation avec des verbes d'action contraires Public : 8-12 ans Niveau : A1 Avant la vidéo lancement Salutations - Se saluer Les

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

AVOIR ÊTRE FAIRE VENIR ALLER

AVOIR ÊTRE FAIRE VENIR ALLER *Summer Packets are due Friday, August 12 th No exceptions Conjuguez les verbes suivants au PRÉSENT. AVOIR ÊTRE FAIRE VENIR ALLER 1 L histoire de Superman Choisissez la bonne forme du verbe (le passé composé

Plus en détail

Réunion : la Diagonale des Fous

Réunion : la Diagonale des Fous J ai besoin de courir. Depuis toujours. Mes parents disent que j ai su trotter avant de marcher. J ai maintenant 32 ans et je viens de réaliser un vieux rêve : terminer la Diagonale des Fous, une course

Plus en détail

Sans communication, la guerre n'est pas possible

Sans communication, la guerre n'est pas possible 1 Sans communication, la guerre n'est pas possible Les Grands méchants loups sont allés au musée de la Communication de Berlin et ont parlé à Thomas Jander et Jutta Scherm. Ils ont eu la chance de pouvoir

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui.

Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Activité 1 - Noël et la publicité depuis 1905. aujourd hui. Est-ce que les habitudes de consommation ont beaucoup changé au Québec depuis 1905? Ce document doit être utilisé avec la ligne du temps «*La consommation au Québec au 20 e siècle» disponible dans les

Plus en détail

5 TESTS RAPIDES A FAIRE

5 TESTS RAPIDES A FAIRE 5 TESTS RAPIDES A FAIRE Si vous résolvez le premier test, prière de m'effacer tout de suite de votre carnet d'adresse... TEST 1 Ceci est un vrai test psychologique.. C'est l'histoire d'une jeune fille.

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer Les trois brigands 1 Quel est le titre de ce livre? Qui est l'auteur de ce livre? Quelle est l'édition de ce livre? A ton avis, que peut raconter cette histoire? Les trois brigands 2 Il était une fois

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU 1. Généalogie des Pithou 2. Notices biographiques (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT)! 1 1. Généalogie des Pithou Marguerite Bazin = première épouse Pierre

Plus en détail

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1 Bruxelles histoire spirituelle (1) La Place Saint-Géry Les plus anciennes racines de Bruxelles Cet article a pour but de donner

Plus en détail