L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine"

Transcription

1 L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2012 Réalisés par Avec le soutien financier de

2 Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT Présent dans les secteurs de l Alimentation, du Bâtiment, de la Production et des Services, l artisanat rassemble plus de 510 activités réparties au sein de 250 métiers. Avec entreprises artisanales sur le territoire des Hauts-de-Seine et plus de emplois, l artisanat représente une force vive, porteur de valeurs, de savoir-faire mais également de cohésion sociale dans nos villes! En effet, nos entreprises contribuent à la qualité de la vie de chacun d entre nous par le service de proximité qu elles procurent au quotidien. C est aussi un secteur qui crée des emplois. Rappelons que près de 80% des apprenti(e)s formé(e)s dans nos CFA trouvent un emploi! Je vous invite à en savoir plus sur l artisanat alto-séquanais grâce au baromètre et aux études statistiques réalisés par la CMA92 avec le soutien du Conseil général des Hauts-de-Seine. Je voudrais à ce titre leur renouveler mes plus sincères remerciements. Leur contribution financière nous permet de mettre en place des actions d envergure qui aident concrètement nos dirigeants de la création à la transmission d entreprise, de l implantation au développement commercial et numérique Agir pour vous, avec vous! La force de notre engagement au service des attentes de nos entreprises et de nos partenaires. Daniel Goupillat Président de la Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine Deux critères définissent l entreprise artisanale : La nature de son activité : l entreprise doit exercer l activité professionnelle de production, de réparation, de transformation ou de prestation de services. La dimension : elle doit employer moins de 10 salariés au moment de sa création. Le droit de suite lui permet, toutefois, de garder son rattachement au secteur des métiers au-delà du seuil de 10 salariés. La nomenclature d activités française de l Artisanat répertorie et classifie 250 activités artisanales qui peuvent être exercées aussi bien sous statut individuel (EIRL) qu en société (SARL, EURL, SA). L Artisanat dans les Hauts-de-Seine représente entreprises réparties sur 4 secteurs : Alimentation : 8% boulangers, pâtissiers, poissonniers, vente à emporter de plats cuisinés, etc. Fabrication : 11% fabricants de meubles, bijoutiers, fabricants de produits textiles, imprimeries et arts graphiques, prothésistes dentaires, etc. Bâtiment : 40% maçons, plombiers, électriciens, serruriers, etc. Services : 41% taxis, coiffeurs, fleuristes, réparateurs d automobiles et de cycles, réparateurs de matériel électroménager et informatique, cordonniers, blanchisseurs, teinturiers, nettoyeurs de locaux, etc.

3 Le département des Hauts-de-Seine compte entreprises artisanales Répartition des entreprises par secteur d activités Alimentation (Source RM 92 au 31/12/2011) L artisanat emploie salariés et forme apprenti(e)s Répartition des salariés par secteur d activités Alimentation (Source RM 92 au 31/12/2011) Les chefs d entreprise artisanale : ont la qualification d artisan et 111 le titre de maître-artisan. ont en moyenne 46 ans (Source RM 92 au 31/12/2011) 41% 40% Fabrication Fabrication 8% 16% 34% 40% 11% Bâtiment Bâtiment 10% Services Services L ARTISANAT, une présence forte dans les Hauts-de-Seine! Vaucresson 71 Rueil-Malmaison 682 Garches 162 Marnes-la- Coquette 10 Ville d Avray 69 Chaville 155 La Garenne- Colombes 332 Nanterre 1029 Saint-Cloud 179 Sèvres 164 Suresnes 440 Meudon 372 Bois-Colombes 276 Colombes 974 Puteaux 445 Boulogne- Billancourt 1179 Courbevoie 715 Neuilly-sur-Seine 499 Clamart 729 Issy-les- Moulineaux 497 Plessis- Robinson 179 Châtenay-Malabry 246 Gennevilliers 476 Levallois 697 Vanves 241 Sceaux 119 Malakoff 329 Châtillon 314 Bagneux 387 Fontenay-aux Roses 138 Antony 492 Clichy 732 Villeneuve-la-Garenne 216 Asnières-sur-Seine 1058 Montrouge 487 Bourg-la-Reine 172 Pyramide des âges des chefs d entreprise <20 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16% Nombre d entreprises artisanales au 31/12/ de 480 à 720 de 310 à 479 de 170 à 309 < 170 Source RM 92 au 31/12/11 (Source RM 92 au 31/12/2011)

4 Statistiques 2012 CMA92 Statistiques Hausse record du nombre d entreprises DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES STATISTIQUES En 2011, le Répertoire des Métiers du 92 a enregistré une hausse record de 7,3% soit une croissance supérieure de 2 points par rapport à celle de l année précédente. Au total, le département des Hauts-de-Seine compte entreprises, de plus par rapport à la même période en Evolution du nombre d entreprises Depuis 2004, le nombre d entreprises artisanales ne cesse d augmenter après une décennie de baisse. Malgré un ralentissement de la croissance en 2009 le stock des entreprises est remonté en flèche à partir de < Evolution du nombre d entreprises par secteur ,0% Variation annuelle Nombre d entreprises Nombre d entreprises hors auto-entrepreneurs 0,7% Source RM 92 au 31/12 Secteurs ALIMENTATION FABRICATION BATIMENT SERVICES ENSEMBLE Source RM 92 au 31/ ,2% Evolution du nombre d entreprises 3,3% ,5% 1,3% ,9% 5,0% ,3% Les immatriculations à l origine de la hausse. C est principalement le grand nombre d immatriculations qui a fait progresser le stock d entreprises. Même si les radiations ont connu une hausse importante (+7%), les 20% d immatriculations supplémentaires ont compensé la disparition des entreprises radiées. Cette hausse n est pas uniquement imputable au nouveau régime d auto-entrepreneur. En effet, le nombre d entreprises hors auto-entrepreneurs a également connu une augmentation de 0,8%, soit une hausse légèrement supérieure à l année Les secteurs les plus dynamiques en Les principaux secteurs d activités (ayant plus de 100 entreprises) ont connu une période de hausse ou de stabilité. Le secteur le plus en forme est, une fois de plus, le Bâtiment. Mais à la différence des années précédentes, les activités de gros oeuvre semblent avoir repris un nouveau souffle : «construction de bâtiments à usage collectif» (+26%), «travaux de couverture» (+13%) et «construction de maisons individuelles» (+8%). Faut-il comprendre qu il s agit là d une conséquence du dynamisme de la construction neuve en 2011? Parmi les activités qui confirment une évolution importante, on trouve une fois de plus l «activité photographique» (+26%) et le secteur «habillement et fourrure» (+15%). Le secteur de la «fabrication de matériel médicochirurgical» a créé la surprise cette année avec une augmentation de 6% du nombre d entreprises, après quelques années de baisse consécutive, confronté à des problèmes liés à la concurrence, à l évolution du métier, etc. L alimentaire est le seul secteur où l évolution du nombre d entreprises est inférieure à l année précédente. La Boulangerie-Pâtisserie, secteur à fort dynamisme ces dernières années, montre une tendance à la stagnation. Les 20% d augmentation dans la «vente à emporter des plats cuisinés» sont, en grande partie, à l origine de la hausse du nombre d entreprises. La «vente à emporter de plats cuisinés» foisonne de nouveaux concepts qui attirent de plus en plus de créateurs. Les autres activités de l alimentation ont connu une stagnation voire une diminution des effectifs. Voir cartographie p l 3

5 + 20% d immatriculations DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES Pour la deuxième année consécutive, les immatriculations ont fortement progressé. Le RM92 a enregistré immatriculations soit 487 de plus que pour l année Les radiations n ont augmenté que de 7% mais cette hausse est plutôt liée à un plus grand nombre d entreprises nouvelles Mouvements du répertoire des métiers du Immatriculation Radiation Source RM 92 au 31/12 La SARL est le statut le plus plébiscité. Les entreprises immatriculées en 2011 ont principalement choisi le statut de SARL (43%). Cependant, depuis 2010, la part de ce statut dans les immatriculations a considérablement diminué. En effet, en 2009, ce statut représentait 65% des immatriculations. Le régime d auto-entrepreneur vient en deuxième place avec 38% des immatriculations. Cette progression de l auto-entrepreneur s est principalement effectuée au détriment de l entreprise individuelle qui, malgré le nouveau statut de EIRL, a enregistré une nette diminution : de 31% en 2009 à 14% en Les créateurs d entreprise sont plutôt tentés soit par le régime d autoentrepreneur car la prise de risque est perçue comme étant moins importante, soit par une forme sociétale (meilleur protection du patrimoine personnel). Bien que beaucoup plus discrètement, la société par actions simplifiées (y compris sous sa forme unipersonnelle) gagne du terrain ces dernières années. C est souvent le statut choisi par des salariés cadres en reconversion, car cela leur permet de garder leur affiliation au régime général de la sécurité sociale. Après une baisse des immatriculations en 2009, celles-ci sont reparties à la hausse en Les radiations quant à elles fluctuent depuis 2003 sans vraiment connaître une augmentation significative. < 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% Statut des entreprises immatriculées en % SARL SAS Entreprise individuelle Auto-entrepreneur 38% 14% 4% 43% 1 entreprise sur 2 est immatriculée dans le Bâtiment. Le Bâtiment totalise 50% des immatriculations, une part supérieure à son poids réel dans la population des entreprises alto-séquanaises. Les électriciens sont en pleine progression. Pour la deuxième année consécutive, les immatriculations augmentent de plus de 40%. L évolution de la réglementation relative à la sécurité des installations et le développement des nouveaux marchés (l économie d énergies, domotique, etc.) sont probablement à l origine de cette évolution. Les Services arrivent en deuxième place avec 35% des immatriculations. Le secteur des «Soins à la personne» affiche une très forte progression des immatriculations avec 42% d immatriculations supplémentaires par rapport à l année Outre la création de nouveaux établissements, la part des chefs d entreprise de plus de 55 ans étant relativement élevée, les possibilités de reprise de fonds se multiplient. Contrairement aux années précédentes, les nouvelles entreprises ont plutôt choisi le statut de personne physique, de l entreprise individuelle ou du régime d auto-entrepreneur. Néanmoins la SARL reste le premier statut en nombre d immatriculations. <

6 Statistiques 2012 CMA92 DÉMOGRAPHIE DES ENTREPRISES La Fabrication connaît la plus forte progression. C est le secteur de la Fabrication qui a connu la plus forte progression avec une augmentation des immatriculations de 35%. Le secteur de la «Fabrication d articles divers» et notamment celui de la «Bijouterie fantaisie», connait une évolution particulièrement favorable. Cette profession est le plus souvent exercée en auto-entrepreneur, 61% des immatriculations en 2011 correspondent à ce régime. Les investissements de démarrage sont plus légers et les compétences techniques ne requièrent pas d années d expérience ni de formation. Le nouveau régime, particulièrement adapté à ce type d activités, à faible chiffre d affaires, a sans doute incité de nombreux créateurs à se lancer. Une hausse logique des radiations. Suite à un grand nombre d immatriculations les années précédentes, le nombre de radiations a également augmenté. En effet, les nouvelles entreprises sont plus fragiles durant les 3 premières années de fonctionnement. De ce fait, il est tout à fait logique de voir augmenter le nombre de radiations. La part des nouvelles entreprises (< de 5 ans) dans les radiations a considérablement augmenté ces dernières années passant de 53% en 2005 à 63% en En conclusion, cette hausse de 7% par rapport à l année précédente, reste tout à fait raisonnable si l on tient compte de l évolution des immatriculations pendant l année 2010 qui avaient augmenté de 37%. Le TOP 3 des années précédentes... Classement 2010 Vente à emporter de plats cuisinés 49% Soins de beauté 19% Revêtement des sols 19% Classement 2009 Revêtement des sols 19% Travaux de couverture 16% Habillement et fourrures 8% Classement 2008 Revêtement des sols 19% Plomberie 9% Menuiserie 19% Taux d immatriculation Classement, selon évolution annuelle du nombre d entreprise, des activités artisanales le mieux représentées en 2011 Secteur à la hausse Activité photographique % Construction de bâtiments à usage collectif % Revêtement des sols % Vente à emporter de plats cuisinés % Soins de beauté % Habillement et fourrures % Travaux de couverture % Installation d eau et de gaz % Travaux de peinture % Electricité % Construction de maisons individuelles 813 8% Serrurerie, Aluminerie 225 8% Nettoyage de locaux 553 7% Taxi % Fabrication de matériel médico-chirurgical 137 6% Menuiserie 332 6% Coiffure % Secteurs stables Imprimerie 234 2% Travaux de maçonnerie générale 574 2% Plomberie 227 1% Réparation automobile et motocycle 670 1% Finition de meubles 210 1% Boulangerie-Pâtisserie 545 0% Réparation de matériel informatique 124-1% Fleuriste 231-1% Secteurs à la baisse Entreprises en 2011 Blanchisserie-Teinturerie 188-3% Atelier de retouches 114-4% Boucherie-Charcuterie 320-5% Cordonnerie 118-9% Source RM 92 au 31/12/11 Evolution Voir cartographie p l 5

7 EMPLOI ARTISANAL L emploi confirme la reprise Pour la deuxième année consécutive, le nombre d emplois dans les entreprises artisanales a augmenté. Après une baisse de 2,5% en 2009, l année 2010 avait été le théâtre d un rapide redressement de la situation marque la confirmation de la reprise avec une progression de 1,6% des emplois artisanaux. Evolution du nombre d entreprises Variation annuelle Nombre d entreprises ,4% 1,7% 1,4% ,9% ,6% Plus d établissements employeurs. L augmentation du nombre de salariés est plutôt liée à un nombre grandissant d entreprises employeurs. En 2011, leur nombre a progressé de 2,1% par rapport à l année précédente. Ce constat est applicable pratiquement à l ensemble des activités artisanales ayant vu le nombre des effectifs salariés augmenter. Quelques exceptions subsistent néanmoins, telle que la Menuiserie-Serrurerie, ou l Alimentation (hors viandes et poissons). En effet, dans ces secteurs, c est le nombre de salariés par entreprise qui est en augmentation et non pas le nombre d entreprises employeurs. Cela indique une consolidation des entreprises existantes et une restructuration du secteur autour des entreprises plus «solides». On observe également le cas contraire, comme dans la «fabrication d articles divers» où le nombre de salariés diminue malgré une augmentation des entreprises employeurs. Ce mouvement s explique par l installation d activités, notamment dans la «Bijouterie fantaisie» ayant recours à des moyens de production plus légers. Après une baisse des effectifs en 2009, suite à contexte économique plutôt difficile et qui inspirait guère confiance dans le futur, l emploi a de nouveau repris une bonne cadence dans sa progression. < Evolution du nombre de salariés -2,5% Source URSSAF-ACOSS au 31/12 de chaque année Secteurs ALIMENTATION FABRICATION BATIMENT SERVICES ENSEMBLE Source : URSSAF-ACOSS au 31/12 Evolution du nombre d entreprises Les secteurs qui recrutent. Deuxième employeur derrière les Services, le secteur du Bâtiment représente la plus forte progression. En un an, ce secteur a enregistré une hausse de 3% de ses effectifs de salariés soit 281 salariés supplémentaires. A l intérieur de ce secteur, c est la Maçonnerie qui a enregistré la hausse la plus spectaculaire avec une évolution de +9%. Le secteur «Couverture, Plomberie et le chauffage» arrive en seconde place avec 6,5% d augmentation. Dans les sous-secteurs «viandes et poissons», l emploi a confirmé la bonne marche de ces trois dernières années : +4,9% par rapport à l année précédente. Ceci s explique, notamment, par l augmentation du nombre d entreprises dans l activité de «plats cuisinés à emporter», secteur où le recours à la main-d oeuvre salarié est presque toujours indispensable. Dans le secteur des services, les différents sous-secteurs connaissent un sort très inégal. Autant dans les activités comme le Nettoyage (+4%) et les Soins à la personne (+1,9%), le nombre de salariés évolue positivement, autant dans les Transports (-3,4%) et la Réparation (-1,5%) le nombre de salariés a diminué. Dans l ensemble l effectif de salariés du secteur des services a progressé de 1,3%. Voir cartographie p. 11

8 Baromètre 2012 CMA92 Baromètre Une enquête annuelle pour mieux connaître l Artisanat Les artisans donnent leur avis : Depuis 2008, la CMA92 réalise chaque année une enquête d opinion auprès des chefs d entreprise artisanale. A travers cette enquête les chefs d entreprise nous livrent leur opinion sur leur secteur d activité et sur la situation de leur entreprise à un instant T. CONJONCTURE ECONOMIQUE BAROMETRE PERSPECTIVES POUR 2012 Selon vous, en 2011, la situation économique de votre secteur d activité était? Au regard de la situation économique de votre secteur d activité, êtes-vous pour 2012 optimiste ou pessimiste? 49% Très bonne Bonne Plutôt bonne Plutôt mauvaise Mauvaise Très mauvaise 34% 45% % d optimistes % 2% 8% 6% Note méthodologique 12% 14% 17% 24% % 27% 27% 26% 33% 40% Plus de la moitié des chefs d entreprise a une opinion positive de la situation économique de son secteur d activité... L opinion sur la situation économique de leur secteur d activité reste au même niveau que l année dernière soit : 54% d opinions positives. En revanche, les opinions sont plus partagées qu en En effet, «bonne» et «mauvaise» gagnent du terrain au détriment de «plutôt bonne» et de «plutôt mauvaise». Signe, peut-être, d une véritable récupération de certaines entreprises alors que d autres ont de plus en plus de mal à tirer leur épingle du jeu dans ce climat d affaires plutôt morose. Il existe des différences significatives entre les secteurs : alors que les chefs d entreprise du Bâtiment et de l Alimentaire estiment que la situation est positive à plus de 60%, dans les Services et la Fabrication seulement 43% à 45% des dirigeants sont de cet avis.... mais scrutent l horizon avec inquiétude. En dépit de l opinion plutôt positive de l année écoulée, les artisans portent un regard assez pessimiste sur l année en cours. 40% des chefs d entreprise avouent être pessimistes pour l année Certes, par rapport à 2009 où les optimistes ne représentaient que 34%, l avancée est significative mais en comparaison à l année 2011, le recul est tout de même de 6 points. Parmi les 1000 chefs d entreprise interrogés, 340 ont répondu,. L échantillon a été sélectionné au hasard, selon la méthode de quotas, parmi les entreprises immatriculées au RM 92 depuis plus de 3 ans. Cette enquête a été administrée par courrier et par téléphone aux mois de mars et d avril Les années précédentes % Opinion positive* % % % % * Somme de «très bonne», «bonne» et «plutôt bonne» 6 l 7

9 CHIFFRE D AFFAIRES Solde* Evolution de votre chiffre d affaires : % 36% 25% 21% 25% 26% 36% 30% 38% 33% 49% 43% 45% 26% 31% En augmentation Stable En diminution Au premier trimestre 2012, votre chiffre d affaires est : Les indicateurs de chiffre d affaires restent plutôt stables. On note même un très légère amélioration pour Le solde est néanmoins négatif depuis 2009, année qui a fait ralentir la bonne marche de l Artisanat départemental. L Alimentation est le seul secteur qui affiche un solde positif. Dans le Bâtiment, bien que négatifs, les résultats sont moins alarmants. Ce sont particulièrement la Fabrication et les Services qui plombent la capacité de récupération du tissu artisanal du département. Pour le premier semestre 2012, seulement 13% des chefs d entreprise estiment que leur chiffre d affaires a augmenté par rapport à la même période de l année précédente. Ce pourcentage est le plus bas des ces dernières années. 47% En augmentation Stable 13% 40% En diminution Les années précédentes Solde d opinion* *solde = % en augmentation - % en diminution COMMANDES Evolution des commandes : Solde* % 13% 19% 34% 51% En augmentation Stable Pensez vous qu en 2012 les commandes vont : 42% 50% 47% 37% 35% 11% 14% 33% En diminution La situation des commandes s améliore. Après deux années de diminution, la situation des commandes tend à se stabiliser. En 2011 presque la moitié des chefs d entreprise a déclaré que la situation des commandes était restée stable. Bien que négatif le solde d opinions est remonté à -16. Les dirigeants ont beaucoup de mal à se projeter dans le futur. La baisse du chiffre d affaires enregistrée début 2012 semble avoir semé quelques doutes. En effet, les prévisions du niveau de commandes, si l on tient compte de l évolution du solde d opinions, sont très légèrement encourageantes que pour les années précédentes. Les années précédentes Solde d opinion* *solde = % augmenter - % diminuer Augmenter Rester stable Diminuer Ne sait pas

10 Baromètre 2012 CMA92 TYPE D INVESTISSEMENTS INVESTISSEMENTS 48% Avez-vous investi? 43% Pensez-vous investir en 2012? 54% 36% % 19% Oui Non Ne sait pas Quel type d investissement avez-vous réalisé? 10% 17% Mise aux normes de vos équipements 69% 50% Renouvellement des machines, outillages, véhicules 23% 17% 17% Accroissement du nombre de machines, outillages, véhicules 33% Achat de matériel informatique/ bureautique % d entreprises ayant investi 10% 21% 34% % Acquisition ou agencement de locaux 12% 18% Stratégie commerciale publicité, site internet, etc. Les investissements repartent à la hausse. Le pourcentage des entreprises ayant investi est passé de 21% en 2010 à 34% en Celà pourrait être le signe d un certain regain de confiance envers le devenir de la conjoncture économique. La légère amélioration observée dans les commandes et la stabilisation du chiffre d affaires ont certainement permis de réaliser des investissements qui étaient un peu en attente de l évolution du climat économique. Les prévisions d investissements indiquent une hausse des investissements en 2012 : la plus élevé de ces dernières années. Le nombre d indécis est encore trop élevé, plus élevé encore que les années précédentes. La volonté d investir existe chez les dirigeants, mais beaucoup préfèrent y voir plus clair avant de se lancer. Les années précédentes % entreprises qui pensent investir % % % Des investissements plus légers? Les réponses des chefs d entreprises semblent indiquer une baisse du montant des investissements. Le renouvellement du matériel a connu une baisse de presque 20 points entre 2010 et Ce type d investissement continue, néanmoins, à occuper la première place. Il est vrai que les valeurs de 2010 étaient exceptionnelles si l on regarde l historique des investissements depuis En revanche, le matériel informatique et bureautique est nettement à la hausse, retrouvant ainsi la deuxième place qu il avait perdu en Les autres types d investissements ont connu de variations peu significatives qui peuvent être attribuées à des facteurs liés à la marge d erreur des enquêtes par sondage. 8 l 9

11 TRESORERIE Evolution de la trésorerie : Solde* % 13% 11% 11% 15% 47% 55% 36% 32% 39% 41% 50% 45% 40% Améliorée Maintenue Dégradée Origine des problèmes de trésorerie : 81% 69% 47% La trésorerie respire un peu. La tendance à la dégradation de trésorerie s est atténuée quelque peu en En 2009, la baisse de trésorerie avait pris une tournure inquiétante : la moitié des entreprises avait vu leur trésorerie se dégrader. Dans le même temps, la moitié des entreprises a été confrontée à des problèmes de trésorerie en 2011, même si ceux-ci semblent un peu moins récurrents. L origine de ces problèmes a évolué en Tandis que les délais de paiements ont eu une incidence plus forte qu en 2010, le facteur «diminution d activité» a baissé de 12 points. Les solutions bancaires (38%) et la diminution des revenus/prélèvements des dirigeants (37%) sont les deux remèdes les plus courants pour les entreprises confrontées à un problème de trésorerie. *solde = % améliorée - % dégradée 44% 43% EMPLOI Une diminution du niveau d activité de l entreprise 18% Pensez-vous que pour l année en cours votre effectif de salariés va : 73% Des factures impayées 22% 26% 20% Des niveaux de prix Un accroissement de vos produits/services du prix des trop faibles matières premières 17% 76% 28% Un accroissement des délais de paiement clients 5% 17% Une diminution des délais de paiement fournisseurs Les entreprises existantes ne s estiment pas en situation de recruter en Malgré des chiffres statistiques de l URSSAF très encourageants en 2011, les entreprises ayant l intention d augmenter le nombre de leurs effectifs en 2012 se font rares : à peine 2% en % 15% 5% 2% 17% 5% COMMUNIQUER SUR INTERNET Avez-vous ou souhaitez vous développer un site internet?* Possède un site internet 2011 (prévisions) 2012 (prévisions) Augmenter Rester stable Diminuer Ne sait pas Souhaite développer un site internet 37% 10% 53% Pas de projet internet 47% des répondants ont un site ou souhaitent en développer un. 37% des entreprises possèdent un site internet et 10% souhaitent en développer un, 15% des entreprises ont également recours à d autres outils internet pour communiquer sur leur entreprise (blog, réseaux, sociaux, newsletter, etc.). Bien que très timidement les réseaux sociaux font également leur entrée dans le monde l Artisanat : 16% des entreprises souhaitant investir dans le net voudraient également développer cet outil. * Ces chiffres correspondent uniquement aux entreprises ayant plus de 3 ans de fonctionnement

12 CARTOGRAPHIE Evolution du nombre d entreprises artisanales Nanterre +11% Asnières +11% Levallois 3% Taux d immatriculations Villeneuve 29% Colombes 26% Levallois 16% St-Cloud 27% Ville d Avray +13% Chaville +12% Meudon +13% Sèvres +12% Vanves 3% Sceaux -1% Meudon 26% Malakoff 18% Evolution sur un an entre le 31/12/2010 et le 31/12/ % de 8 à 12% de 4 à 8% de 0 à 4% < 0% Nombre d immatriculations en 2011/entreprise existante fin % de 22 à 23% de 19 à 22% de 18 à 19% < 18% Antony 16% Evolution du nombre de salariés dans l Artisanat Densité artisanale Asnières +10% Puteaux -6% Vaucresson +11% Sèvres +12% Chaville +10% Malakoff -15% Plessis-Robinson +9% Evolution sur un an entre le 31/12/2010 et le 31/12/2011 Nombre d établissements pour habitants 9% de 4 à 9% de 0 à 4% de -6 à 0% < -6% 128 de 114 à 128 de 100 à 114 de 86 à 100 de 72 à 86 < l 11

13 Les entreprises et l emploi salarié dans l Artisanat par commune Entreprises Emploi Commune Nbre Nbre Antony 492 3,8% 962-1,0% Asnières-sur-Seine ,3% ,1% Bagneux 387 7,5% 745 8,4% Bois-Colombes 276 4,5% 469 4,2% Boulogne-Billancourt ,7% ,5% Bourg-la-Reine 172 8,2% 307-3,5% Chatenay-Malabry 246 8,4% 298-6,0% Chatillon 314 4,0% 660-3,5% Chaville ,5% 290 9,8% Clamart 729 8,8% ,4% Clichy 732 3,4% ,1% Colombes ,8% ,9% Courbevoie 715 7,5% ,8% Fontenay-aux-Roses 138 8,7% 206 1,0% Garches 162 5,9% 211 3,4% Gennevilliers 476 7,0% ,3% Issy-les-Moulineaux 497 5,1% 978 3,3% Le Plessis-Robinson 179 4,4% 297 9,2% La Garenne-Colombes 332 8,5% 821 3,1% Levallois 697 3,4% ,3% Malakoff 329 8,9% ,0% Marnes-la-Coquette 10-16,7% 17 6,3% Meudon ,1% 520-2,4% Montrouge 487 5,0% 912 0,9% Nanterre ,8% ,0% Neuilly-sur-Seine 499 3,7% ,5% Puteaux 445 3,0% 631-6,1% Rueil-Malmaison 682 8,8% ,2% Saint-Cloud 179 6,5% 228 1,3% Sceaux 119-0,8% 381 3,0% Sèvres ,6% ,8% Suresnes 440 6,0% 925-5,9% Vanves 241 3,0% 465 0,0% Vaucresson 71 7,6% ,3% Ville-d Avray 69 15,0% 103 6,2% Villeneuve-la-G ,0% 251-4,2% Hauts-de-Seine ,3% ,6% Source RM 92 ET URSSAF-ACOSS au 31/12/2011

14 La CMA92 réalise une analyse personnalisée de la zone de chalandise de l établissement artisanal. Cette analyse est très appréciée des porteurs de projets mais également des communes qui, à travers cette étude bénéficient d une photographie précise et complète du potentiel de consommation d une zone d attractivité délimitée avec précision. Ces éléments sont particulièrement utiles dans le cadre de l installation d une activité artisanale de proximité. L étude proposée par la CMA92 comprend : la composition et le profil des ménages de la zone de chalandise, les dépenses commercialisables des ménages et l évolution de l offre artisanale. En complément de l analyse de potentialité, la CMA92 soutient et accompagne individuellement ou dans le cadre de réunions thématiques les créateurs d entreprise. VOTRE CONTACT : Xavier Iriondo Chargé des statistiques Tél. :

15 A Nanterre A Sceaux Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine 17 bis, rue des Venêts Nanterre Tél. : Antenne de la CMA92 Résidence Clémenceau 5, square Robinson Sceaux Tél. : Partenaire de l Artisanat 06/ Communication CMA92 - Création :

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine

L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine L ARTISANAT dans les Hauts-de-Seine Statistiques Baromètre 2013 Réalisés par Avec le soutien financier de Président de la CMA92 Daniel GOUPILLAT 1 000 entreprises artisanales supplémentaires dans les Hauts-de-Seine!

Plus en détail

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE

CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE CHIFFRES-CLÉS CONJONCTURE 2013 Val d Oise SOMMAIRE entreprises département Au 31 décembre 2012 138,1 entreprises artisanales pour 10 000 habitants 3 430 immatriculations Enregistrées par le Centre de Formalités

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 354 - Avril 2011 Emploi L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris Au 1

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74%

LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT. Bilan des immatriculations / radiations d entreprises artisanales. Solde net 1 002 entreprises 74% n 6 - JANVIER 21 LES CHIFFRES CLÉS DE L ARTISANAT 23 629 c est * le nombre d entreprises 2 inscrites au Répertoire des métiers de l Essonne. dirigeants d entreprise artisanale ont été interrogés à la fin

Plus en détail

au microscope Les Levalloisiens s expriment vivre à levallois N 9

au microscope Les Levalloisiens s expriment vivre à levallois N 9 LEVallois au microscope vivre à levallois Les Levalloisiens s expriment N 9 Au quotidien, la Municipalité, élus et agents communaux, sont à l écoute des Levalloisiens, de leurs problèmes et de leurs aspirations.

Plus en détail

e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n

e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n Accueil des enfants handicapés de moins de 6 ans e nfa n t h a n d i ca p é e nfa n t c i toye n Ce document a été élaboré par la Commission départementale de l accueil des jeunes enfants en novembre 2006.

Plus en détail

Planification urbaine et Grand Paris

Planification urbaine et Grand Paris Planification urbaine et Grand Paris François Bertrand DRIEA/UT92-29 novembre 2012 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE Direction régionale et interdépartementale de l'équipement et de l'aménagement Ile-de-France

Plus en détail

Documents à fournir pour une première demande de titre de séjour :

Documents à fournir pour une première demande de titre de séjour : Demande de titre de séjour Pour un séjour supérieur à trois mois, tous les chercheurs étrangers doivent demander un titre de séjour, sauf les ressortissants des 15 anciens de l Union Européenne, ceux des

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE L ASSEMBLEE GENERALE DE L UDCCAS 92 ISSY LES MOULINEAUX, LE JEUDI 6 MAI 2004, SALLE MULTIMEDIA

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE L ASSEMBLEE GENERALE DE L UDCCAS 92 ISSY LES MOULINEAUX, LE JEUDI 6 MAI 2004, SALLE MULTIMEDIA COMPTE RENDU DE LA REUNION DE L ASSEMBLEE GENERALE DE L UDCCAS 92 ISSY LES MOULINEAUX, LE JEUDI 6 MAI 2004, SALLE MULTIMEDIA Etaient présents : Monsieur Marie-Auguste GOUZEL, Président de l UDCCAS des

Plus en détail

Évolution du tissu artisanal en Bretagne

Évolution du tissu artisanal en Bretagne du tissu artisanal en Bretagne Alors que le nombre d entreprises artisanales bretonnes a baissé depuis 1990, 28 000 emplois salariés supplémentaires ont été créés dans le secteur en 14 ans. La taille des

Plus en détail

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais

ARTISANAT. 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais CPRDFP Document d orientation État 1/5 ARTISANAT 1 Résumé de l étude Insee sur les marges de progression pour l artisanat en Nord-Pas-de-Calais 1.1 Panorama des métiers de l artisanat Les coiffeurs, les

Plus en détail

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives

Atlas Artisanat. de Haute-Garonne. Chambre de Métiers et de l Artisanat Haute-Garonne. Janvier 2012. Etat des lieux et Perspectives Chambre de Métiers et de l Artisanat alimentation services bâtiment production Atlas Artisanat de Janvier 2012 Etat des lieux et Perspectives Réalisé par Karima BELKALEM Service Etudes Statistiques et

Plus en détail

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013)

Artiscope. Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 2013 (2ème Semestre 2013 - Année 2013) Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Juin 214 Artiscope Les chiffres clés de l emploi dans l Artisanat en Région Centre Au 31 décembre 213 (2ème Semestre 213 - Année 213) La révision

Plus en détail

Un moyen de limiter les risques

Un moyen de limiter les risques du Bâtiment er Trimestre Aquitaine de votre Centre de Gestion Agréé édito Dans ce nouveau numéro de l Observatoire du bâtiment, votre Centre de gestion fait le point sur le nouveau régime d Entrepreneur

Plus en détail

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE.

ETUDE THEMATIQUE. Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS SOMMAIRE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE. ETUDE THEMATIQUE L ARTISANAT DE L ALIMENTATION EN HAUTE-NORMANDIE Parution janvier 2015 CHIFFRES CLEFS 3 311 entreprises 3 471 établissements 2 198 établissements employeurs 5 971 salariés 1 551 apprentis

Plus en détail

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015

AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 AUTO ENTREPRENEURS NOUVEAUTES 2015 Introduction A compter du 1 er janvier 2015, certaines conditions de l auto entreprise changent : un seul statut unique immatriculation obligatoire aux chambres consulaires

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts

Heures Noires. IDF Croissant Ouest T1 2015. DTZ Research PROPERTY TIMES. Sommaire. Auteur. Contacts DTZ Research PROPERTY TIMES Heures Noires IDF Croissant Ouest T1 215 1 Avril 215 Sommaire Contexte économique 2 Croissant Ouest 3 Boucle Sud 5 Boucle Nord 7 Neuilly-Levallois 9 Péri Défense 11 Définitions

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais. L artisanat de la région. Nord - Pas de Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas de Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais Éditorial...5 I. État et évolution de l artisanat du Nord-Pas de Calais... 7 1. 46 341

Plus en détail

ÊTRE ARTISAN. Pourquoi pas Moi?

ÊTRE ARTISAN. Pourquoi pas Moi? ÊTRE ARTISAN Pourquoi pas Moi? l rtisanat, c est quoi? Des Métiers créatifs qui permettent de s exprimer et d évoluer Des Métiers ouverts qui concernent les secteurs les plus divers Des Métiers porteurs

Plus en détail

Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013

Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013 Nouvelle consultation pour le co-investissement initial des câblages d immeubles FTTH déployés par SFR en 2013 Madame, Monsieur, SFR a publié en juin 2010 son offre d accès aux lignes de communications

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59

Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 Bulletin trimestriel de conjoncture n 59 2 ème trimestre 2013 Repli accentué au 2 ème trimestre (-2%) du volume de travaux d entretienrénovation de logements Cette baisse d activité correspond à une baisse

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE

COMMINGES 2010. Etude portant sur l Artisanat en zones d activités. Contribution de CMA Haute-Garonne. Octobre 2010. Canton de BOULOGNE- SUR-GESSE BOULOGNE- SUR-GESSE Canton de AURIGNAC MONTREJEAU SAINT-MARTORY SAINT-GAUDENS SALIES-DU- SALAT BARBAZAN Canton d'aspet de SAINT-BEAT COMMINGES 2010 Etude portant sur l Artisanat en zones d activités LUCHON

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

REPRÉSENTER L ARTISANAT DÉFENDRE SES INTÉRÊTS. Ensemble, pour vous, avec vous! LA CMA92, TOUJOURS PLUS PROCHE!

REPRÉSENTER L ARTISANAT DÉFENDRE SES INTÉRÊTS. Ensemble, pour vous, avec vous! LA CMA92, TOUJOURS PLUS PROCHE! La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine Ensemble, pour vous, avec vous! Agir au quotidien pour représenter et défendre les intérêts de notre secteur, un engagement fort qui se traduit

Plus en détail

L ARTISANAT EN REGION CENTRE

L ARTISANAT EN REGION CENTRE L ARTISANAT EN REGION CENTRE 1 842 communes 2 457 516 habitants (est. 1.1.2) 32 813 entreprises artisanales employant 9 113 salariés (eff. moyen : 2,7) Dreux Nogent le Rotrou CHARTRES Châteaudun Pithiviers

Plus en détail

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ

NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ P0 Auto-entrepreneur NOTICE DÉCLARATION DE DÉBUT D ACTIVITÉ N 19#0 PERSONNE PHYSIQUE ACTIVITÉ COMMERCIALE, ARTISANALE, LIBÉRALE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère

Plus en détail

PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 1 1 er janvier 2012 1 PREFECTURE DES HAUTS-DE-SEINE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS N 1 du 1 er janvier 2012 SOMMAIRE Arrêté Date CABINET

Plus en détail

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012 Philippe PAYET MEFPIE Introduction... 3 L Entreprise et son dirigeant... 4 L entreprise et son marché... 6 L entreprise et son personnel... 9 Projets de recrutement... 11 En

Plus en détail

POUR LA DÉCENCE DES LOGEMENTS

POUR LA DÉCENCE DES LOGEMENTS Le guide du logement décent de la Caf et de l Adil des Hauts-de-Seine POUR LA DÉCENCE DES LOGEMENTS DANS LES HAUTS-DE-SEINE SOMMAIRE page 4 page 6 Éditorial Avant-propos Évaluation de la décence page 8

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

BREVET DE MAITRISE. Inscrivez-vous sans tarder à la formation du : COMPÉTENCE - DÉPASSEMENT - EXCELLENCE

BREVET DE MAITRISE. Inscrivez-vous sans tarder à la formation du : COMPÉTENCE - DÉPASSEMENT - EXCELLENCE La lettre d information de l Artisanat N 127 - Septembre 2012 Edito Changement de direction mais pas de directions... 2012 marque le départ d Alain Ordas, Secrétaire général après de longues années au

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais

Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Commerce et Services de proximité dans le Beaujolais Mai 2012 Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais Juin 2012 1 Méthodologie La Chambre de Commerce et d Industrie du Beaujolais a mis en place

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE REUNION DU 10 JUIN 2013-14 H 30 ORDRE DU JOUR

COMMISSION PERMANENTE REUNION DU 10 JUIN 2013-14 H 30 ORDRE DU JOUR Secrétariat général de l Assemblée départementale COMMISSION PERMANENTE REUNION DU 10 JUIN 2013-14 H 30 ORDRE DU JOUR N DES Administration Générale 13.251 CP Information sur les marchés et avenants attribués

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine

La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine Hauts-de-Seine Daniel Goupillat, Président de la Chambre de Métiers et de l Artisanat des Hauts-de-Seine. www.cma92.fr La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine La formation, un incontournable!

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES

RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES RAPPORTN 12.250 CP SUBVENTION DE FONCTIONNEMENTPOURLESGROUPESD'ENTRAIDE MUTUELLE- ANNEE2012 DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLESOLIDARITES Direction : Personnes âgées et handicapées, santé DEPARTEMENT DES

Plus en détail

FONDS DES HYPOTHEQUES

FONDS DES HYPOTHEQUES FONDS DES HYPOTHEQUES REPERTOIRE METHODIQUE DE LA 3EME CONSERVATION DES HYPOTHEQUES DE LA SEINE An VII 1900 Inventaire établi par Marc Echasseriau sous la direction de Patrick Chamouard et Frédéric Douat

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Demande de mise en accessibilité d'un ERP dans une période de trois ans maximum.

Demande de mise en accessibilité d'un ERP dans une période de trois ans maximum. Cerfa 13824-03 Mise à jour : 4 juin 2015 ERP entrés dans la démarche Ad ap avec le Cerfa 13824*03 Demande de mise en accessibilité d'un ERP dans une période de trois ans maximum. Nom de l établissement

Plus en détail

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE

REPRISE - CREATION D ENTREPRISE REPRISE - CREATION D ENTREPRISE Stage de préparation à l installation Une équipe de chargés de développement économique à votre écoute Vous souhaitez devenir chef d entreprise, la Chambre de Métiers et

Plus en détail

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1

Michaël VIDEMENT m.videment@cma84.fr Tél : 04 90 80 65 43 35 rue Joseph Vernet BP 40208-84009 Avignon Cedex 1 La Chambre de Métiers et de l Artisanat de Vaucluse (CMA 84) et le réseau des Chambres de Métiers de la Région Provence-Alpes-Côte d Azur se mobilisent en 2013. Afin de promouvoir, auprès des jeunes de

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE

Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Produire de l électricité photovoltaïque sur les bâtiments publics / Solutions proposées par le SIPPEREC 24/06/09 EFE Erwan Cornen 080609 Les Pavillons-sous-bois 1 Le SIPPEREC en quelques dates 1924 :

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur Le point sur Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte» ou à titre

Plus en détail

Pour le transport de vos colis gagnez en performance et en efficacité grâce à nos solutions flexibles adaptées tout à chacun.

Pour le transport de vos colis gagnez en performance et en efficacité grâce à nos solutions flexibles adaptées tout à chacun. Pour le transport de vos colis gagnez en performance et en efficacité grâce à nos solutions flexibles adaptées tout à chacun. MCE Express 9, rue Frédéric Bastiat 75008 Paris Tel: 01 56 69 26 26 Fax: 01

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

Le guide des formalités

Le guide des formalités Le guide des formalités Tout au long la de votre vie, CMA 30 est là... Sommaire Quelques rappels importants permettant de faciliter la réalisation des formalités auprès du Service Formalités des Entreprises

Plus en détail

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce

Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce Commerces de proximité Quelles politiques architecturales, urbaines et économiques des collectivités locales et opérateurs pour optimiser le commerce de proximité Carole Delaporte et Christine Tarquis

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33

Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 M A R S 2 0 0 7 Bulletin trimestriel de conjoncture n 33 4 e trimestre 2006 Forte augmentation des prix et croissance limitée du volume de travaux d entretien-amélioration du logement Le chiffre d affaires

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM. À jour au 1 er janvier 2015 Le point sur ( ) SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur À jour au 1 er janvier 2015 L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE IMPORTANT! Date limite de versement : Jeudi 28 février 2013

TAXE D APPRENTISSAGE IMPORTANT! Date limite de versement : Jeudi 28 février 2013 La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine N 129 - Janvier 2013 Edito En 2013 aussi... Vous avez toutes raisons de faire confiance à l Artisanat «première entreprise de France» et à ceux

Plus en détail

UN REGAIN D OPTIMISME

UN REGAIN D OPTIMISME 2015 UN REGAIN D OPTIMISME Activité : reprise en pente douce Emploi : renforcement des effectifs Comme pressenti en novembre dernier, les chefs d entreprise de la région Rhône- Alpes anticipent un développement

Plus en détail

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer

Facilitez vos démarches, Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers. renseignez-vous avant de vous déplacer Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer CIRCULER EN TOUTE SÉCURITÉ Taxis parisiens : tarifs, réglementation et droits des usagers Pour obtenir une information ou connaître l adresse

Plus en détail

P0 C M B N 50782#05 NOTICE DÉCLARATION DE CRÉATION D UNE ENTREPRISE C OMMERCE MÉTIERS BATELLERIE PERSONNE PHYSIQUE Merci de bien vouloir fournir les renseignements demandés qui ont un caractère obligatoire.

Plus en détail

bilan de la concertation avant enquête publique

bilan de la concertation avant enquête publique bilan de la concertation avant enquête publique DÉCEMbre 2014 sommaire Synthèse 04 Une concertation au plus près du terrain 07 préambule 09 Le projet en bref 10 Caractéristiques du projet et territoires

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Zoom. Partenaire des entreprises et du territoire libournais. www.libourne.cci.fr

Zoom. Partenaire des entreprises et du territoire libournais. www.libourne.cci.fr Zoom sur Partenaire des entreprises et du territoire libournais Actualisé le : 15/01/2015 Info juridique : L auto-entrepreneur n existe plus! Depuis la loi Artisanat, commerce et petite entreprise (dite

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4 FM N 111528 Contact Ifop : Frédéric Micheau Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM

Le régime. L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut. Le point sur. Auto-entrepreneur SPÉCIAL DOM Le point sur SPÉCIAL DOM Le régime Auto-entrepreneur L activité déclarée sous le régime auto-entrepreneur peut être exercée à titre principal, par exemple, par un chômeur qui veut se lancer «à son compte»

Plus en détail

Edito. Vous recherchez un(e) apprenti(e)? www.cma92.fr/apprentissage. disponibles et motivés, Lignes directes : 01 47 29 43 60 / 43 61 / 43 74

Edito. Vous recherchez un(e) apprenti(e)? www.cma92.fr/apprentissage. disponibles et motivés, Lignes directes : 01 47 29 43 60 / 43 61 / 43 74 La lettre d information de l Artisanat des Hauts-de-Seine Edito N 121 - Juillet 2011 L artisanat a créé 2 600 emplois dans les Hauts-de-Seine! Le baromètre et les statistiques réalisés par la Chambre de

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

CRÉER UNE ENTREPRISE

CRÉER UNE ENTREPRISE CRÉER UNE ENTREPRISE QUELLES SONT LES ACTIVITES QUI RELEVENT DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L ARTISANAT? Les professions dans lesquelles sont exercées les activités suivantes font l objet d une inscription

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail