Parenté, patrimoine et émigration dans les communautés rurales du Larzac Héraultais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parenté, patrimoine et émigration dans les communautés rurales du Larzac Héraultais"

Transcription

1 Parenté, patrimine et émigratin dans les cmmnatés rrales d Larzac Héraltais Jacqes Frayssenge - Sylvie Greff - Elie Pélaqier Ministère de la Cltre Missin d patrimine Ethnlgiqe Office Départemental d'actin Cltrelle de l'héralt mf]

2 Ns tenns à remercier ts cex qi nt cntribé à ce travail, particlièrement Anne Petitfils et Rselyne Pélaqier, qi nt participé ax dépillements, et Françise Rdrigez, qi a effecté la dactylgraphie. Merci srtt à ts les Caylaris qi ns nt apprté ler amitié lrs des entretiens et des recherches sr le terrain. Afin d'assrer ler annymat, lers nms, cmme cex de ttes les familles étdiées, nt été changés pr cette pblicatin. Ce travail a été réalisé ss la directin scientifiqe de Martine SEGALEN

3 í»- _ ~E>r,^r~"'* "*Qimón',~» ryvï "" S^ET '?»«*""/' «- 0 ' ~ ^ T,*, "--"- * "-*- /»?<.

4 INTRODUCTION Le cantn d Caylar (département de l'héralt) est sité à la brdre sd-est d casse d Larzac, à 20 kilmètres a nrd de Ldève, de part et d'atre d'ne très ancienne vie de cmmnicatin, à présent la natinale 9 Paris-Perpignan. Le platea d Larzac (), dnt l'altitde varie entre 700 et 900 mètres, est le pls vaste des Grands Casses avec ses 000 kilmètres carrés de relief tablaire, calcaire et dlmitiqe. De grands accidents gélgiqes nt mis à sa srface ne extrême variété de terrains svent très argilex. Des dépressins énrmes, appelées lcalement Crs, Crex Stchs, receillent l'ea des plies et frment des "asis" clisnnés dans n pays tt de pierres, de rcs et d'abîmes. A sd d Caylar, chef-lie d cantn, les calcaires silicex d bajcien, appelés Ségalas, dnnent de bnnes terres de labr prpices à la cltre des céréales et des prairies artificielles. L'est, hérissé de qilles rcheses, parsemé de sables dlmitiqes n'ffre gère, en revanche, de terrains fertiles. Sr les cllines (Serres Pechs), très svent dépillées par les déblaiements intensifs a crs des siècles, s'étale l'nifrmité grise des devèzes pacages à mtns. La rdesse d climat cntribe à maintenir ne végétatin éparse, clairsemée. Des taillis de chênes pbescents s'abritent entre les rchers dlmitiqes mais partt aillers dmine ne lande mchetée de bis, de prnelliers, d'églantiers et de genévriers. Sr le territire de la cmmne d Caylar, les frênes et les rmeax, plantés par l'hmme, slignent les limites des parcelles cltivées. Dans ce cadre sévère, l'activité hmaine est dminée depis le nélithiqe par l'élevage vin, par ne plycltre à base de seigle et d'rge, pls récemment de blé et de pmmes de terre. Bltti près d'n dédale de rchers rinifrmes, et siège d'n antiqe castrm, le village d Caylar ccpe ne frte psitin sr la rte d Bas-Langedc à l'avergne. C'était n brg imprtant a XVIIIe siècle et dans la première mitié d XIXe siècle : qatre fires s'y tenaient chaqe année, elles étaient très fréqentées pr le trafic des befs et des chevax, de la laine et des draps fabriqés sr le Casse. La rte prcrait d travail ax valets d'écrie, rliers, --

5 cantnniers, et à ne mltitde d'artisans. Elle faisait la frtne des marchands, abergistes et cabaretiers. La pplatin atteignit sn ptimm démgraphiqe en 86 avec 78 habitants pr l'ensemble d cantn (800 pr le Caylar). Dès ce mment prtant, la crise qi se dévelppait dans le mnde rral tcha vilemment la régin. La pavreté des sls, le manqe de terres avivé par le trp plein démgraphiqe, le faible prfit tiré des céréales par cmparaisn a dévelppement rapide de la viticltre bas-langedcienne, jetèrent sr les rtes en ne série de vages sccessives les dmestiqes, les jrnaliers, qelqes prpriétaires mdestes et même de pls aisés. Un dépeplement sans précédent s'installa prgressivement. De 6,8 habitants a kilmètre carré en 86, la densité de pplatin tmba à 5,9 en 946. Ajrd'hi, le Caylar, qi demere le centre le pls actif d cantn, ne regrpe qe 295 habitants (2). La qestin de l'émigratin, n le vit, est bien l'indicater le pls frappant - et le pls svent évqé par les habitants ex-mêmes - d'ne évltin défavrable qi dre depis pls de 20 ans. Elle ne pet prtant pas être saisie niqement en fnctin des cnditins écnmiqes ambiantes. Le pls svent, les partants snt des individs islés et le mment de ler départ dit être sité dans l'évltin d grpe familial aqel ils appartiennent, dans le je cmplexe des rapprts de parenté atr d'n enje fndamental : le bien. C'est là qe se site l'bjet de ntre recherche. Sr le Larzac, cmme dans l'ensemble des régins qi cmpsent la France d sd, la dévltin des biens béit a régime dit "préciptaire" : sn principe fndamental est d'institer n héritier niqe dans chaqe famille et de l'établir "par avantage et précipt sr les atres enfants" a mment de sn mariage (). Il paraît intéressant de s'interrger sr le fnctinnement cncret de ce système. S'appliqe-t-il de la même façn à ttes les épqes et dans ts les miliex sciax? Impliqe-t-il l'éqatin patrimine = famille = maisn, svent cntene dans le terme ccitan d"'stal"? Qelle est sn articlatin avec la stratégie d'alliance chisie par chaqe famille, à chaqe génératin? Qelles snt, enfin, les cnséqences de ce système sr le départ des emigrants? L'bjectif de la présente enqête, n le vit, est dnc d'analyser, sr ne drée sffisamment lnge pr pvir en apprécier l'évltin, l'infrastrctre patrimniale, les strctres de parenté et le crant d'émigratin, dans lers relatins réciprqes. Pr cela, ns ns smmes attachés à la péride a crs de laqelle l'abndance des dcments permet d'assrer ne étde cntine. -2-

6 *tx nz ÍL«s«kñáBmmMhmWMMk lias,

7 A l'rigine, ns hypthèses de travail stenaient la permanence - et la prégnance - d'n mnde paysan dnt l'ccpatin première était l'élevage d mtn et la cltre des céréales, et pr qi le patrimine fncier jait n rôle abslment central. Les alliances attendes devaient être frtement endgamiqes, les sccessins strictement préciptaires. C'est prqi ns avns adpté ne méthde de travail atrisant l'étde des strctres lignagères, qi repsent sr la pérennité de la maisn et d bien. Ce chix a abti à la sélectin de dze patrnymes dnt la présence est cntine dans les diverses séries dcmentaires d Caylar depis le débt d XIXe siècle jsq'à ns jrs et qi snt prtés encre par des individs vivants. Pr chacn de ces patrnymes ns avns cherché le les "grands ancêtres" vivant à la fin d XVIIIe siècle (4) et cnstrit ler généalgie descendante par les mâles, jsq'à ajrd'hi qand cela était pssible. Les archives ntariales et les cadastres nt permis de tracer pr chaqe lignée la dévltin des biens sr la lnge drée et les devenirs prfessinnels. Une série d'entretiens avec les descendants a cmplété ntre infrmatin sr ler sitatin actelle et celle de lers parents émigrés. Ils ns nt permis également d'abrder la qestin de la mémire généalgiqe et le champ des représentatins de la famille et de la prpriété. Beacp d'individs qi échappaient à la généalgie primitive, basée niqement sr l'état-civil, nt été retrvés à l'ccasin d'n acte ntarié, d'ne mentin cadastrale dnnant ler adresse et parfis ler métier, d'ne discssin avec n parent. Précisns qe sels les actes ntariés d Caylar antériers à 850 nt p être dépillés systématiqement parce q'ils snt cnservés ax archives départementales de l'héralt (5). Les dénmbrements de 86 à 86 nt également été tilisés (6). Assez vite, la crainte ns est vene qe la méthde adptée ne sit génératrice de biais dans l'analyse qe ns prjetins de faire, sit d fait d'ne mavaise représentativité de l'échantilln primitif, sit par le privilège accrdé à des lignées de lnge drée, sit enfin à case d'ne prise en cmpte insffisante de la transmissin des biens par les filles. Sr le premier pint, il s'est avéré en effet qe la sciété d Caylar présentait ne diversité beacp pls grande qe celle qe ns avins spptée : l'écnmie lcale, à base agricle, est largement cntrainte par le dble rôle de lie de marché et de relais rtier qe je depis lngtemps le brg. Ntre échantilln devait en rendre cmpte : sr les 20 grands ancêtres prters des 2 patrnymes à la fin d XVIIIe siècle, a débt d XIXe, figrent 2 dmestiqes fraîchement arrivés, 4 travaillers de terre (jrnaliers-cltivaters), 6 cmmerçants artisans, --

8 négciant, fermier, labrer et 5 ménagers (c'est-à-dire des agriclters assis). Ce dernier chiffre pet paraître trp grand a regard de imprtance strictement qantitative de la cche sciale des ménagers, mais c'est elle qi frnit les ntables lcax : il imprtait q'elle sit bien représentée. Une fis tracées les généalgies, les 20 sches primitives se snt différenciées prgressivement en ne trentaine de branches bien séparées, dnt l'inégalité des devenirs et d mde sccessral a agmenté encre la dispersin scilgiqe ; en 946, lers descendants se répartissaient cmme sit : Cltivaters Sans prfessin (jrnalier agricle) Cmmerçants artisans Salariés Retraités Ntre échantilln Ttal de la prfessin a Caylar La représentativité de ntre échantilln reste crrecte a bt d'n siècle et demi d'évltin familiale. Elle n'est pas trblée par la disparitin de certaines branches, pisqe ss n même patrnyme cexistent des lignées lnges et d'atres qi nt cnn n srt pls précaire. Qand à la transmissin par les filles, qi ns a dnné qelqe inqiétde, l'étde des "entrées pr gendre" effectées par les fils de ns lignées dans d'atres familles et l'examen des mariages des filles de ces mêmes lignées en rendent cmpte sffisamment. Ces difficltés d'rdre méthdlgiqe étant levées, ns avns entrepris la mise en place de ntre til fndamental : l'ensemble des généalgies descendantes, prtant mentin de manière cncise mais précise des divers actes sccessrax (cntrats de mariage, testaments, partages) et de l'état d patrimine (terres, maisns et bâtiments) pris ax mments-clefs de la vie de chaqe individ. Ce crps rend cmpte d mvement des biens de génératin en génératin, des ccpatins des hmmes (prfessins, fnctins électives), des alliances et de l'émigratin. -4-

9 A. RYTHMES ET CLIVAGES.. A rythme des crises... Le Caylar, ns l'avns v, a cnn ne décadence dnt les premiers symptômes remntent à la fin de la première mitié d siècle dernier. La lente apparitin de écnmie de marché a crs de la première mitié d XIXe siècle, qe l'n pet mesrer a recl prgressif des céréales traditinnelles devant le blé, a sans dte cntribé à rendre les caylaris pls dépendants d cntexte écnmiqe natinal. Il n'y avait pratiqement pas de frment dans le cantn d Caylar en 759 ; en 857, il y en a déjà 24 hectares pr selement 200 de seigle et 29 d'rge (). De là, ne sensibilité redtable à la baisse massive des prix céréaliers dans la première mitié d XIXe siècle. Certes, le Larzac dispse déjà de sltins de remplacement. Les besins crissants des frmageries de Rqefrt animées par le dynamisme d capital lcal (2) prvqent n dévelppement sans précédent de l'élevage vin et des prairies artificielles, a détriment des céréales : le cantn d Caylar avait 898 vins en 857, il en ara 4874 en 89. Les prairies qi cvraient 89 hectares en 824 en ccpent 789 en 857 (pr 255 hectares de céréales) et 899 hectares en 928 (pr 782 hectares de céréales); il y a dnc inversin d rapprt de ces dex prdctins en l'espace de sept décennies. Mais là encre, l'écnmie caylarise, devene trp sensible a mvement d prix d lait fixé par les sciétés rqefrtaises, ne résiste pas à la cncentratin bligée qi se dessine dans la première mitié d vingtième siècle. Les grands trpeax demerent dans le nrd d Larzac, mais le cantn d Caylar n'a pls, en 99, qe 8245 vins. Malgré ne légère remntée, la cmmne elle-même n'en abrite pls ajrd'hi qe 800 envirn. Une sltin récente adptée par dex élevers est l'élevage bvin, pratiqé sr les champs fertiles d ségala semés en prairies et en grains. Mais les prblèmes de l'agricltre ne pevent tt expliqer a Caylar. A la veille de la dernière gerre, le brg jait encre sn rôle de lie de passage et de centre d cmmerce lcal. Il y avait alrs qatre fires par an, qatre hôtels, tris cafés et, parmi les salariés vivant de la rte, hit cantnniers. Les Caylaris d'ajrd'hi se sviennent d cncrs agricle qi dans les années sixante, attirait atr des bêtes n grand nmbre d'habitants d visinage. Sans dte cette manifestatin n'était-elle pas cmparable en ampler ax grands rassemblements d débt d siècle, encre mins ax -5-

10 fires des années , qand la régin était a maximm de sa pplatin. L'essr démgraphiqe de la fin d XVIIIe siècle s'est prsivi en effet pendant tte la première mitié d siècle sivant. Il abtit à ne srpplatin dramatiqe a mment même ù se déclenchent la crise de srprdctin et l'effndrement brtal des prix agricles des années (). La cnséqence, ns l'avns dit, est ne phase brtale d'émigratin, sensible dans les dénmbrements de 866 à 876 (près de 400 départs par décennies dans le cantn). Ce mvement cntinera en dents de scie jsq'à la première gerre mndiale, avec dex accalmies significatives pendant les crises de la viticltre : atr de 880 à case d phyllxera, et vers 906 d fait de la mévente d vin, la plaine ne je pls sn rôle attractif (fig. la). Or le mvement de ralentissement démgraphiqe est déjà perceptible dès les années 80. Le tax de natalité cmmence à baisser, jsq'à s'écrler littéralement après les années 870 (il passe alrs de 0% en 858 à 0% en 98) (4). C'est là le signe d'n vieillissement de la pplatin et d'ne dimintin brte d nmbre des naissances lié à n changement de mentalité. Ns en verrns l'imprtance lrs de l'étde des généalgies. Pendant ce temps, le tax de nptialité reste cnstant, n'accsant ne baisse ntable qe dans dex pérides : entre 888 et 898 qand les jenes émigrent lrs de la grande crise des prix agricles et de 98 à 98 lrs de la dernière vage des grands départs. Le chiffre de la pplatin sbit bientôt les effets cnjgés de l'émigratin et d malthsianisme : relativement stable a milie d XIXe siècle, d fait d'ne crissance prpre qi cmpense encre les départs, il s'effndre réglièrement de 875 jsq'à ajrd'hi, a rythme myen de 57 habitants de mins par décennie (figlb). Le nmbre des ménages cnnaît pendant ce temps ne dimintin pls mdérée et pls tardive : il ne décrît q'à partir de 900. La cnséqence est ne mdificatin prfnde de la strctre des ménages (dnt ns examinerns pls lin le détail) : n passe de 4,2 persnnes par ménage en 840 à,2 en 880 (fig.lb). Les ménages de pls de 6 persnnes snt les pls tchés : ils représentent 25% d ttal des ménages en 86 et selement 0% en 946. La cnséqence est ne pyramide des âges qi tend à se transfrmer en "clnne" dès 92. Elle reste marqée cependant par la dernière génératin large d Caylar, née entre 896 et la gerre de 94, trp jene encre pr être décimée par celle-ci. -6-

11 >, TO O TJ c O O) r c a> E O. c Q. O O.! m CO r OÍ - I r- I O)

12 Un dépeplement sans précédent..

13 2. Le vivant et le scial. L'étde des familles prteses des dze patrnymes sélectinnés cnfirme et précise les dnnées générales de la démgraphie. La cnstrctin des généalgies ns a cndit à mettre à jr ne trentaine de branches familiales bien différenciées qi se rattachent à vingt trncs cmmns descendants des vingt grands ancêtres. Ns entendns par branche familiale ne strctre lignagère qi, à partir d'ne sccessin primitive ù elle acqiert n bien dnné, se perpéte atr de la pssessin de ce bien, d'n bien éqivalent, pendant plsiers génératins. Ns désignerns svent ces branches par ler patrnyme, sivi d prénm d grand ancêtre, svent prté par les aînés drant plsiers génératins et/ d nm d métier qi a dminé dans la branche. Ainsi, ns parlerns des Privat Flcran, crdnniers des Privat Gillame, ménagers. Chacne des génératins d'ne branche cnstite ne fratrie. Sr l'ensemble de la péride étdiée, ns dispsns d'envirn 200 fratries, mais selement 6 d'entre elles snt sffisamment bien cnnes pr q'n pisse pérer sr elles des cmptages sûrs. Elles rassemblent 800 enfants : 42 garçns et 78 filles. La différence d'envirn 0% qi existe entre le nmbre des garçns et le nmbre des filles est de a léger biais apprté par ntre chix des familles. S'agissant pr la plpart de lignées patrilinéaires de lnge drée, les familles qi nt e à n mment à n atre des génératins cmpsées niqement de filles snt mins bien prises en cmpte qe les atres. L'étde qalitative des généalgies met en évidence pr chacne des branches ne brtale dimintin d nmbre des enfants qi intervient pls mins tôt, mais en général vers le milie d XIXe siècle. Pr dnner ne mesre grssière de cette évltin, il ns a par nécessaire de traiter à part les fratries nées avant 850 et celles nées après 850 (la date de la première naissance de chaqe fratrie sera ntre critère). Le tablea I dnne le résltat des cmptages effectés. Ils prtent sr 78 fratries d'avant 850, regrpant 475 enfants, et 85 fratries d'après 850, regrpant 25 enfants. L'âge myen a mariage des pères est élevé, assi bien avant 850 (28,8 ans) q'après cette date (27,9 ans). Celi des mères est en myenne de cinq années mindre sr tte la péride (2,8 ans et 22, ans). Le nmbre d'enfants cnnaît ne évltin beacp pls nette qe l'âge a mariage. De 5,9 enfants par fratrie avant 850, il tmbe à,8 enfants après cette date (et à 2,7 si l'n ne cnsidère qe les fratries d'après 94). Si l'n ne tient cmpte qe des familles cmplètes, c'est-à-dire celles dnt le cycle prcréatif n'a pas été -7-

14 Tablea I CARACTERES DEMOGRAPHIQUES MOYENS Acre a premier mariacre avant 850 après 850 Nmbre de crarcns et de filles avant 850 après 850 HOMMES "PERES" 28,8 27,9 "FILS",8 2,0 FEMMES "MERES" 2,8 22, "FILLES" 2,74,74 Nmbre ttal d'enfants avant 850 après 850 Espace rtcfénétiqe avant 850 après 850 Espace entre la ère et la 2ème naissance avant 850 après 850 Espace interqénétiqe mven (FAMILLES COMPLETES) avant 850 après 850 TOUTES FAMILLES 5,87,76,85 5, 26,45 4,06 FAMILLES COMPLETES SEULEMENT 6,85,89,04 55,4

15 interrmp prématrément par le décès d'n des dex épx, l'écart est même encre pls grand : il passe de 6,8 enfants avant 850 à,9 après cette date (il y a 48 fratries cmplètes avant 850, 44 après). L'évltin d nmbre des enfants ne pet être cmprise selement par l'évltin de l'âge a mariage, qi, ns l'avns v, varie pe. Sn appréhensin passe assi par l'analyse de ' espacement des naissances. L'intervalle prtgénésiqe (temps entre le mariage et la naissance d premier enfant) passe de,8 mis avant 850 à 5, mis après cette date, l'intervalle primgénésiqe (entre le premier et le secnd enfant) passe de 26,4 à 4, mis et l'intervalle intergénésiqe myen (myenne de ts les intervalles séparant les naissances des divers enfants, calclé niqement pr les familles cmplètes) de à 55, mis. L'espacement des grssesses, et cela dès la première d'entre elles, s'il n'est pas la cnditin fndamentale de la dimintin d nmbre d'enfants, est néanmins le signe traditinnel d'n cntrôle vlntaire des naissances. Ce phénmène se prdit pls mins tôt seln les familles, la date de 850 n'étant q'ne date myenne. L'examen des généalgies mntre qe les familles les pls aisées, celles des prpriétaires fnciers, nt mins d'enfants pls tôt qe les atres : dès la première mitié d XIXe siècle, parfis même dès la génératin de A cntraire, les travaillers de terre, les petits salariés, cntinent d'avir des familles nmbreses parfis jsq'a débt d XXe siècle. Il s'intrdit là n paramètre scial dnt ns avns vl mesrer l'impact. Pr tenter d'y parvenir,, ns avns tracé n diagramme qi dnne ne ve synthétiqe de l'évltin des dex principax critères cnsidérés, pris séparément pr chacne de ns branches familiales : la myenne d'âge a mariage des hmmes ( des femmes) et la myenne d nmbre des enfants; et cela pr les génératins d'avant 850 d'ne part, et celles d'après 850 d'atre part. Ces myennes ne prtent qe sr dex à qatre génératins, mais chaqe génératin pet cmpter plsiers mariages s'il"y a plsiers frères. A défat d'ne statistiqe sffisante, ces chiffres ne divent être pris qe cmme ne indicatin d cmprtement de chaqe branche familiale, prise dans sn ensemble. Le diagramme (fig. 2) est cnstrit en prtant sr n axe le nmbre d'enfants et sr l'atre l'âge a mariage. Pr chaqe branche familiale, n a relié le pint bten avant 850 à celi bten après cette date (les branches qe ns ne cnnaissns q'avant 850 q'après cette date se rédisent évidemment à n pint). On btient ainsi n faiscea de "trajectires démgraphiqes familiales". Examinns le diagramme cnstrit sr l'âge a mariage des hmmes, qi ns paraît pls significatif pr ne étde des lignées. On distinge dans ce diagramme dex grpes de trajectires qe ns avns séparés par n trait -8-

16 Age a mariage Fig 2."Trajectires démgraphiqes familiales* Ttes catégries après 850 avant 850 -i r T i i 9 Nbre d'enfants Age a mariage Fig. Travaillers Nbre d'enfants

17 Age a mariage Fig4. Artisans et cmmerçants T -i r 6 9 Nbre d'enfants Age a mariage Fig 5.Grs prpriétaires ' ' 6 ' ' 9 ' Nbre d'enfants

18 pintillé. Le premier se tient dans ne zne ù l'âge a mariage est cmpris entre 25 et 0 ans et le nmbre d'enfants est élevé (spérier à 6 avant 850, à après cette date). Le secnd grpe cncerne srtt des mariages cntractés à n âge spérier à 0 ans, et n nmbre d'enfants relativement bas (inférier à 7 avant 850 et à 4 après cette date). Le nmbre de trajectires "mixtes", c'est-à-dire passant d'ne zne à l'atre, n'est qe de 4, ce qi est pe (encre ces trajectires "mixtes" relèvent-elles essentiellement d'ne des dex znes et empiètent-elles très pe sr la zne visine). Il est remarqable qe si le critère de l'âge a mariage sépare bien les dex grpes, celi d nmbre des naissances n'y sffit pas, et de lin, la plpart des familles ayant entre 6 et 7 enfants avant 850, entre et 4 après. Si n en reste là, n ne pet dnc parler qe d'ne simple crrélatin entre ne tendance a mariage tardif et n nmbre d'enfants faible (et vice-versa), ce qi ne cnstite certes pas ne srprise! Les chses deviennent pls intéressantes si l'n s'ccpe des grpes sciax représentés par les diverses trajectires. Ns avns tracé le même diagramme qe celi de la figre 2, mais en cnsidérant séparément les petits cltivaters, jrnaliers salariés (fig. ), les artisans cmmerçants prpriétaires (fig. 4) et les grs prpriétaires (fig. 5). Cette séparatin a été faite en sélectinnant les branches familiales seln lers biens cadastrax, et ler statt scial déclaré (prfessin de l'état-civil et d cadastre). Pr simplifier, ns adpterns pr chacn de ces grpes ne dénminatin qi sera jstifiée par la site. Les individs de la première catégrie sernt dénmmés "travaillers": c'est ainsi qe l'n désignait ss l'ancien régime les petits cltivaters-jrnaliers, c'est ainsi qe l'n appelait encre récemment les petits salariés, le terme ns paraît dnc srvivre à l'évltin de ce grpe scial. De même, ns qalifierns d'"artisans" le grpe dnt ns verrns pls lin q'il s'appie à la fis sr le cmmerce l'artisanat, et la prpriété myenne. Et le terme de "grs prpriétaire" désignera cex qi étaient ss l'ancien régime "ménagers", axqels se mêlent qelqes "brgeis", pls récemment qalifiés de "prpriétaires fnciers". Les trajectires d premier grpe (les travaillers, fig.) crrespndent presqe ttes à des nmbres myens d'enfants élevés (spériers à 6 avant 850, à après 850) et à des âges a mariage des hmmes qi tendent à diminer nettement entre ces dex pérides (flèches descendantes vers la gache). A cntraire, celles d trisième grpe (les grs prpriétaires, fig.5) crrespndent (saf ne), à n nmbre myen d'enfants pls faible (svent inférier à 6 avant 850, mais tjrs inférier à après 850) et à des âges a mariage des hmmes qi tendent à agmenter (flèches ascendantes vers la -9-

19 gache). Enfin les trajectires d grpe intermédiaire (artisans, fig.4), partant de sitatins très diverses avant 850, tendent à cnverger après cette date vers ne zne crrespndant à n âge a mariage pltôt prche de celi d premier grpe (travaillers), et n nmbre d'enfants intermédiaire entre les dex atres grpes. C'est dnc l'évltin démgraphiqe qi différencie les grpes sciax pltôt qe ler sitatin d'rigine a pint de départ de ntre étde. Les grs prpriétaires nt adpté le malthsianisme beacp pls tôt qe les atres catégries et nt évlé vers n mariage tardif. De ce pint de ve, la qasi-cnstance de l'âge a mariage qe ns avins bservée pls hat sr l'ensemble de la pplatin n'est qe le frit d'ne myenne entre des cmprtements divergents et scialement marqés. Le tablea II mntre clairement qe si l'âge a mariage des hmmes n'est pas n critère discriminant avant 850, il le devient après cette date : il passe en myenne de 28,7 à 6,6 ans chez les grs prpriétaires alrs q'il évle de 28,7 à 26,4 ans chez les travaillers, et q'il reste stable chez les artisans. Pr les femmes, l'ampler des variatins est nettement mins frte : la différence d'âge entre les épx est en effet de pls de 5 ans pr les travaillers, de 4 ans pr les artisans, mais pr les grs prpriétaires, elle passe de 5 ans avant 850 à pls de 0 ans après cette date! Ils se marient bien pls tard, mais avec des femmes presqe assi jenes q'avant. L'âge a mariage des femmes est dnc n critère beacp mins discriminant, scialement parlant, qe celi des hmmes. Ns reviendrns sr cette particlarité. Le nmbre myen d'enfants caractérise les grs prpriétaires dès avant 850 par sa faiblesse (4,9 cntre 6 pr les atres catégries) et devient n signe distinctif de chacn des grpes sciax après 850 (4, pr les travaillers;,6 pr les artisans; 2,6 pr les grs prpriétaires). Le mécanisme de ce prcesss ne pet pas être éclairé par l'étde des intervalles entre les naissances calclés séparément pr chacne des catégries sciales : les intervalles prtgénésiqes et intergénésiqes myens d'avant 850 snt en effet pltôt pls élevés pr les travaillers qe pr les atres catégries; après 850, sels les intervalles primgénésiqes (entre la première et la dexième naissance) se différencient de manière significative (et encre le chiffre de l'espace primgénésiqe des grs prpriétaires, 8,5 mis, repse-t-il sr ne statistiqe très faible). Il est remarqable qe les familles nmbreses, qi nt lers premiers enfants rapprchés, pis les sivants de pls en pls élignés dans le temps, cnstrisent de cette façn des intervalles intergénésiqes myens élevés, pratiqement égax à cex des familles malthsiennes! Le critère de l'espace intergénésiqe myen n'est dnc ici d'acne tilité. La limitatin d nmbre -0-

20 Tablea II CARACTERES DEMOGRAPHIQUES par TYPES SOCIAUX HOMMES FEMMES Variable () (2) () () (2) () Aae a premier mariaae avant 850 après ,7 26,4 28,4 28,4 28,7 6,6 2 2, 24,5 22, 2,7 25,4 Nmbre de aarçns et de filles avant 850 après 850,27 2,2,42 2 2,6,28,04,9 2,7,6 2,45,6 TOUTES FAMILLES FAMILLES COMPLETES SEULEMENT Nmbre ttal d'enfants avant 850 après 850 6,2 4, 6,5,6 4,86 2,57 7 4,4 7,70,75 5,89 2, Espace prtaénétiqe avant 850 après 850 2, 2,0,90 2,80,4 8,5 Espace entre la ère et la 2ème naissance avant 850 après ,4 5,9 24,40 48,40 25,7 55,8 Espace interaénétiqe myen (FAMILLES COMPLETES) avant 850 après 850 6,7 52,8,90 58,0 0,4 58,2 () Petits cltivaters, travaillers (2) Artisans, prpriétaires () Grs prpriétaires.

21 des naissances est lié à la crissance glbale de ler espacement, mais il n'est pas pssible d'en percevir les différents régimes par n examen détaillé d cmprtement des diverses catégries sciales. La décisin d'arrêter à n mment dnné d'avir des enfants, qi n'a acne répercssin sr les intervalles des naissances, je dnc n rôle assi imprtant qe l'agmentatin de l'espacement intergénésiqe. L'n et l'atre de ces prcédés snt emplyés dans chacn des grpes sciax, mais ils le snt de façn beacp pls efficace et déterminée chez celi des grs prpriétaires, et beacp mins rigrese chez les travaillers. Pet-être est-ce là ne cnséqence de l'âge a mariage : les fils de grs prpriétaires, mariés tard, mtivés par ne lnge matratin dans ler milie scial, appliqent avec pls de riger les cdes de ce milie : ils maintiennent la dimensin de la famille a minimm nécessaire. Si l'n admet cette hypthèse, les disparités de l'âge a mariage entre des familles de nivea scial différent rendent cmpte de la pls mins grande vlnté de cntrôle qe celles-ci velent appliqer à ler devenir. Crrélativement, le fait qe ces disparités sient bien pls marqées chez les hmmes qe chez les femmes apparaît cmme n signe certain q'a XIXe siècle, en matière de prcréatin, la décisin appartient ax hmmes. --

22 . La mrt et le scial Vici dnc caractérisé dans sa diversité le régime dminant de la fécndité chez les habitants d Caylar. Reste à savir cmbien parmi cex dnt ns avns cnstaté la naissance parviendrnt à l'âge adlte. C'est là ne évalatin qi cmprte qelqes difficltés d'rdre méthdlgiqe. D'abrd, q'entend-t-n par "âge adlte"? Ns avns chisi pr ntre part l'âge en-deçà dqel n ne trve qe très pe de mariages, a-delà dqel a cntraire la nptialité devient brsqement imprtante : 20 ans. La mesre de la mrtalité infantile et jvénile sera dnc établie en calclant le prcentage des persnnes qi se snt éteintes avant cet âge : par rapprt a nmbre ttal des naissances, il s'élève à 27 % pr les garçns et 28 % pr les filles sr l'ensemble de la péride étdiée. Une nvelle difficlté apparaît alrs. Car 4 % des individs dnt ns cnnaissns l'existence (essentiellement par ler naissance, qelqefis par ne mentin dans n acte de ntaire) disparaissent sans laisser de trace : ns ne les vyns ni se marier, ni avir des enfants, ni être cités dans la sccessin de lers parents, ni psséder d bien cadastré, ni même mrir. Les "dispars", sr lesqels n ne pet rien dire, frment pet-être ne catégrie disparate : ils rendent cmpte en partie d ss-enregistrement des décès d'enfants en bas-âge, particlièrement dans les registres parissiax de l'ancien régime, assez mal tens; certains nt p mrir dans d'atres cmmnes, en nrrice par exemple; d'atres nt émigré et snt partis sans laisser de trace. Or, calcler les prcentages de "décédés avant 20 ans" sr ne pplatin d'ù les "dispars" nt d'abrd été éliminés, revient à faire l'hypthèse qe le nmbre de ces "dispars" cmprte la même prprtin de mrts avant 20 ans qe le reste de la pplatin. Cela ne ns paraît pas jste: Il se prrait a cntraire, par exemple, q'il s'agisse essentiellement d* enfants mrts en bas-âge. Examinns le tablea III : ns y mntrns les principax prcentages caractérisant les fratries qe ns avns étdiées. Avant 850, le ss-enregistrement des décès je frtement, et l'émigratin est encre faible : la prprtin des "dispars" s'élève à 8 % de la pplatin. Après 850, les registres snt tens avec beacp pls de sin et l'émigratin devient frte : les dispars ne représentent pls qe 0 à % (et même 0 % après 94)! Crrélativement, le prcentage de décès avant 20 ans n'est avant 850 qe de 24 % pr les garçns et 29 % pr les filles, après 850 de 9 % pr les garçns et 0 % pr les filles. Il n'est pas raisnnable de penser qe la mrtalité infantile ait p crître à ce pint dans la dexième mitié d XIXe siècle. Cela ns incite dnc à penser qe la pls grande partie des "dispars" snt des -2-

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs

Résumé Les particularités des machines à sous et leur incidence sur le comportement des joueurs compulsifs Résumé Les particularités des machines à sus et leur incidence sur le cmprtement des jueurs cmpulsifs K. Finlay 1 H. H. C. Marmurek V. Kanetkar J. Lnderville Sujet de la recherche Quelques recherches laissent

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

Gestion des Prospects : Adresses à exporter

Gestion des Prospects : Adresses à exporter Gestin des Prspects : Adresses à exprter 2 Tables des matières 1. Intrductin : Adresses à exprter p 3 2. Que signifie une adresse qualifiée? p4 2.1 Particulier = le client final 2.2 Cnducteur lié à une

Plus en détail

L Association sans but lucratif, asbl

L Association sans but lucratif, asbl L Assciatin sans but lucratif, asbl 1. Intrductin Lrsque deux u plusieurs persnnes s'asscient pur mettre des activités u des biens en cmmun, cette cllabratin est qualifiée, du pint de vue juridique, de

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008 Paris, Nvembre 2008 Lcallife Leader de l éditin d annuaires lcaux en ligne, Présent en France depuis ctbre 2008 Dssier de Presse Lcallife en bref La recherche d infrmatins lcales et le référencement naturel

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE Snt éligibles au de la Fndatin Médéric Alzheimer les thèses de dctrat en sciences humaines et sciales et en santé publique sutenues entre le 15 septembre 2013 et le 31 mai 2015 et

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

Physique Chimie LA GRAVITATION

Physique Chimie LA GRAVITATION Dcument du prfesseur 1/6 Fiche prfesseur Physique Chimie LA GRAVITATION LA GRAVITATION Niveau 3 ème Sciences Physiques Prgramme C - De la gravitatin à l énergie mécanique Cnnaissances Capacités Cmmentaires

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

- Le service aux tables. - Le service rapide & commande pour emporter. - Le service à l auto. - La livraison. o Voir le feuillet Livraison.

- Le service aux tables. - Le service rapide & commande pour emporter. - Le service à l auto. - La livraison. o Voir le feuillet Livraison. Pint De Vente Lgiciel de gestin Les Lgiciels Velce, Vtre gestinnaire La versatilité, la simplicité et la rapidité de ntre pint de vente, ne fnt pas qu amélirer vtre service à la clientèle, elles permettent

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012

GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012 GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012 DATE DE REUNION 10/05/2012 Lieu de réunin GIP ATGeRi Affaire suivie par : Philippe LORIOT

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 mars 2015 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 22 avril 2015 Au 1 er trimestre 2015, Michelin affiche des ventes nettes de 5

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Protection Complémentaire Santé

Protection Complémentaire Santé Nus smmes là pur vus aider Prtectin Cmplémentaire Santé Cuverture Maladie Universelle et Déductin sur les ctisatins u primes de prtectin cmplémentaire santé Vus truverez dans ce dssier tut ce dnt vus avez

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

Promotion Le défi des étoiles Aéroplan 2013. Q1. Qu est-ce que la promotion Le défi des étoiles Aéroplan?

Promotion Le défi des étoiles Aéroplan 2013. Q1. Qu est-ce que la promotion Le défi des étoiles Aéroplan? Prmtin Le défi des étiles Aérplan 2013 Q1. Qu est-ce que la prmtin Le défi des étiles Aérplan? La prmtin Le défi des étiles est une ffre de milles-bnis destinée à récmpenser les membres qui accumulent

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver!

Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est aussi la conserver! Santé et travail sr poste informatisé bonnes postres et bonnes pratiqes Le travail c est la santé... bien se positionner devant son écran, c est assi la conserver! www.simt.fr Santé et prévention a bénéfice

Plus en détail

Internet : support de promotion et de commercialisation incontournable dans le monde du vin

Internet : support de promotion et de commercialisation incontournable dans le monde du vin Jeudi 13 mars 2014 Philippe RODHAIN Cnseil en prpriété industrielle Chargé d enseignement - Université Brdeaux IV IP SPHERE 8 curs Maréchal Juin 33000 BORDEAUX Tél.: 05 56 96 50 11 Fax. : 05 56 79 12 28

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Votre solution de gestion et de sécurisation des postes de travail

Votre solution de gestion et de sécurisation des postes de travail Vtre sltin de gestin et de sécrisatin des pstes de travail Les entreprises, de tte tailles et de ts secters, deviennent de pls en pls dépendantes de ler résea infrmatiqe pr assrer ler rentabilité et accrître

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Expertises juridiques et entreprises dans la Région Nord - Pas de Calais : quels besoins? Quelles réponses? Quelle adéquation?

Expertises juridiques et entreprises dans la Région Nord - Pas de Calais : quels besoins? Quelles réponses? Quelle adéquation? Expertises juridiques et entreprises dans la Régin Nrd - Pas de Calais : quels besins? Quelles répnses? Quelle adéquatin? EDHEC Survey Etude réalisée par Sarah CUNY, Charltte GARD, Mandana LATIFI, Camille

Plus en détail

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Enquête Sectrielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Janvier 2011 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 METHODOLOGIE... 4 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL... 5 B.

Plus en détail

Présentation de Mindjet on-premise

Présentation de Mindjet on-premise Présentatin de Mindjet n-premise Mindjet Crpratin Numér gratuit : 877- Mindjet 1160 Battery Street East San Francisc CA 94111 États- Unis Téléphne : 415-229-4200 Fax : 415-229-4201 www.mindjet.cm 2012

Plus en détail

Je suis capable tout seul!

Je suis capable tout seul! Je suis capable tut seul! Cette vignette vise à faire décuvrir aux parents (et autres membres significatifs de l enturage) cmment favriser l autnmie de leur enfant dans tutes les sphères de sn qutidien.

Plus en détail

INITIATION À LA TENUE DE LIVRE

INITIATION À LA TENUE DE LIVRE INITIATION À LA TENUE DE LIVRE POURQUOI TENIR DES REGISTRES COMPTABLES? Une bnne tenue des livres vus renseigne sur la situatin financière passée et actuelle de vtre entreprise. Une bnne tenue des livres

Plus en détail

BOURSE EXPLO RA SUP (Région Rhône-Alpes) Toutes destinations-séjour académique et stage

BOURSE EXPLO RA SUP (Région Rhône-Alpes) Toutes destinations-séjour académique et stage BOURSE EXPLO RA SUP (Régin Rhône-Alpes) Tutes destinatins-séjur académique et stage A/Demande de burse Expl RA Sup 1/Eligibilité La mbilité (stage u séjur académique) dit être validée par des crédits ECTS

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES

ÉLECTIONS MUNICIPALES ÉLECTIONS MUNICIPALES MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE D ÉLECTION Le 3 nvembre 2013, vus aurez le privilège d'exercer vtre drit de vte en vue du chix des élus municipaux de la Municipalité de Lac-du-Cerf. Le drit

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Club des Léopards de Rouen

Club des Léopards de Rouen Club des Lépards de Ruen Saisn 201 4 / 2015 Qui et quand dis-je vir rendre le dssier d inscriptins? Après les entrainements en direct avec les nms/mails suivants : Les lundis et mercredis pur les sénirs/flag

Plus en détail

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE N.B. : Le masculin est utilisé au sens générique; il désigne autant les femmes que les hmmes ARTICLE 1 OBJET 1. La Faculté de médecine de l

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

Gestionnaire de Prêts Margill 4.1

Gestionnaire de Prêts Margill 4.1 Gestinnaire de Prêts Margill 4.1 A P E R ÇU DES FENÊTRES E T DES P R I N CIPALES F ONCTIONNALITÉS avec Table des matières 2 Fenêtre Principale Fenêtre recherche de dnnées Fenêtre du Dssier Dnnées Calculer

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires Grupe ERAMET Accrd Cmpte Epargne Temps Grupe MODIFICATION CGT - Rajuter avenant 1 et 2 Paris le 18 ctbre 2012 Préambule La Directin du Grupe ERAMET et les Organisatins Syndicales nt suhaité cmpléter les

Plus en détail

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis manuel de l' teur tebis SOMMAIRE SOMMAIRE Page 1. PRESENTATION GENERALE DU SITE HAGER-ENERGY... 2 2. CONNEXION AU SITE... 3 3.... 4 3.1 COMPTE... 4 3.2 PAGE D ACCUEIL... 5 3.3 APPAREILS... 5 3.4 MON LOGEMENT...

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS Buygues immbilier est un acteur majeur de l immbilier neuf. Nus smmes à vs côtés pur vus guider dans vtre chix d investissement tut en respectant vs prirités.

Plus en détail

Guide du locataire - Résidentiel. Foire aux questions (FAQ)

Guide du locataire - Résidentiel. Foire aux questions (FAQ) Guide du lcataire - Fire aux questins (FAQ) Résidentiel Le GROUPE ROBIN ADRESSE 770 bulevard Casavant Ouest, Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 7S3 TELEPHONE 450 250-2222 TELECOPIEUR 450 773-6303 INTERNET www.gruperbin.cm

Plus en détail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail

Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d option sur poste de travail Les Systèmes ADDATech Inc. Clinicmaster Changement d ptin sur pste de travail 1 Ce que vus devez savir À Partir de la versin 7.16.00, l arrière scène des ptins de pste de travail vnt se cmprter différemment.

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC (classique)

CONTRAT DE SYNDIC (classique) PARTIES : ENTRE LES SOUSSIGNES CONTRAT DE SYNDIC (classique) LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES L'immeuble RESIDENCE XXX sis : XXX 65000 TARBES cmprtant XXX lts principaux. Représenté par le Président de

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC . Intérêt d redressement Le redressement MCC Si on désire faire fonctionner n moter à corant contin (MCC) en alternatif il ne torne pas mais vibre. Explication : le corant alternatif change de sens réglièrement

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION COMMUNICATION

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION COMMUNICATION COMPTE RENDU DE LA COMMISSION COMMUNICATION La cmmissin s est bien tenue le 3 mars 2010 à la brasserie Fl située dans la Gare de l Est. La cmmissin a cmmencé avec 10 minutes d avance, tus les membres de

Plus en détail

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis Cnstat Désrmais, tutes les entreprises, même les plus petites, se divent d'être présentes sur Internet. La créatin de sites demeure cûteuse, particulièrement en termes de maintenance. Le marché manque

Plus en détail

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience Créer un util pur les nn-prfessinnels de la statistique : Récit d une expérience Stéphane HERAULT cntact@adscience.fr I. INTRODUCTION Dcteur en Bilgie-Santé, les quelques années pendant lesquelles j ai

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

FICHE DE L ANNEXE 2 - FORMULAIRE DE DECLARATION DE SINISTRE DES PARTICULIERS. Adresse..........

FICHE DE L ANNEXE 2 - FORMULAIRE DE DECLARATION DE SINISTRE DES PARTICULIERS. Adresse.......... FICHE DE L ANNEXE 2 - FORMULAIRE DE DECLARATION DE SINISTRE DES PARTICULIERS A returner à avant le.. Adresse... N DE DOSSIER IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Nm, Prénms....... Né(e) le à......... Adresse de

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

Extensions du système

Extensions du système Extensins du système Les cmptes trimestriels L'un des principaux incnvénients des cmptes annuels est de ne pas permettre le suivi de la cnjncture. En effet, ils ne dnnent aucune indicatin sur l'évlutin

Plus en détail

Intégration «SugarCRM Asterisk» Ajouter la Téléphonie à votre CRM

Intégration «SugarCRM Asterisk» Ajouter la Téléphonie à votre CRM Intégratin «SugarCRM Asterisk» Ajuter la Téléphnie à vtre CRM Un lgiciel CRM sans téléphnie, un nn-sens? Traditinnellement, les mndes de l infrmatique et des télécms nt tujurs été frtement clisnnés. Cnséquence

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Guide du participant (Défi trio) 2015

Guide du participant (Défi trio) 2015 Guide du participant (Défi tri) 2015 INFORMATIONS GÉNÉRALES Se rendre sur le site de la cmpétitin L évènement se tiendra au Parc de la rivière Gentilly. Accueil de Sainte-Marie-de-Blandfrd : 1000, rute

Plus en détail

Guide d aide à la rédaction d un essai

Guide d aide à la rédaction d un essai Guide d aide à la rédactin d un essai Un essai peut avir plusieurs bjectifs, mais la structure de base reste la même quel qu en sit le sujet. Vus puvez l écrire afin de discuter d un pint de vue particulier

Plus en détail

esil PROJET DE MODELISATION ORIENTEE OBJET INFORMATIQUE - 3 ANNEE

esil PROJET DE MODELISATION ORIENTEE OBJET INFORMATIQUE - 3 ANNEE Thmas DE SIANO Cédric ESCALLIER Thierry BAUD esil département infrmatique 3 ième année Prfesseur Mr. F. DUMAS Table des matières CHAPITRE 1 : ETUDE SUR RATIONAL ROSE ENTREPRISE V.2001A... 3 1.1. FONCTIONNALITES...3

Plus en détail

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles

Facilité d'utilisation et usages des MMS sur les mobiles Facilité d'tilisation et sages des MMS sr les mobiles Mobilité & Ubiqité 2004 Rachel Demmiex & Farid Habboche (France Télécom R&D - Lannion) Le présent docment contient des informations qi sont la propriété

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Règlement du jeu "Grand Jeu Semaine de la Banque Digitale 2015"

Règlement du jeu Grand Jeu Semaine de la Banque Digitale 2015 Règlement du jeu "Grand Jeu Semaine de la Banque Digitale 2015" Article 1 : Sciété Organisatrice La Caisse réginale de Crédit Agricle Mutuel Tuluse 31, sciété cpérative à capital variable, agréée en tant

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

SUCCESSION : DROITS ET FRAIS QUI PAIE QUOI?

SUCCESSION : DROITS ET FRAIS QUI PAIE QUOI? Cnférence-débat du jeudi 11 septembre 2014 SUCCESSION : DROITS ET FRAIS QUI PAIE QUOI? Lrs d un décès, il est nécessaire de régler la successin du défunt afin que sn patrimine puisse être transmis à ses

Plus en détail

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution :

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution : Les dssiers de FO Maj septembre 2013 RÉSIDENCE PRINCIPALE Prêts sumis à cnditins de revenus : Critères d attributin : Salarié sus cntrat à durée indéterminée dnt l'ancienneté minimale est de 1 an, en vue

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE Ecles eurpéennes Bureau du Secrétaire Général du Cnseil Supérieur Unité de dévelppement pédaggique Ref. : 011-01-D-8-fr- Orig. : EN PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEE 5 DU SECONDAIRE Curs à 6 pérides/semaine

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Prénom et nom de l enfant : Sexe de l enfant : M F L âge de l enfant : Nom de la garderie ou du CPE : Adresse : Téléphone :

Prénom et nom de l enfant : Sexe de l enfant : M F L âge de l enfant : Nom de la garderie ou du CPE : Adresse : Téléphone : Veuillez prendre nte qu il est primrdial que le questinnaire sit transmis de façn cnfidentielle, sit directement de la garderie à l écle. Tut dcument reçu par l entremise des parents sera refusé. Date

Plus en détail

Çi-dessous le livret du module de réservation de sièges. Via Thomascookagent.be (pour les agences)

Çi-dessous le livret du module de réservation de sièges. Via Thomascookagent.be (pour les agences) Réservatin de places, enregistrement en ligne et lcatin du Digeplayer chez Thmas Ck Airlines. Réservatin de places chez Pegasus et TUI Airlines Belgium (Lng Haul). Une agence de vyage peut prcéder à la

Plus en détail

Avenir des GAEC Agrément et transparence

Avenir des GAEC Agrément et transparence Analyse/résumé Janvier 2015 PAC 2014-2020 Avenir des GAEC Agrément et transparence Pôle réginal Écnmie & Prspective La France a btenu dans la négciatin cmmunautaire sur la PAC de faire inscrire juridiquement

Plus en détail

COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU CYF Le 9 septembre 2013

COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU CYF Le 9 septembre 2013 COMPTE RENDU ASSEMBLEE GENERALE DU CYF Le 9 septembre 2013 12 membres présents, 22 puvirs = 34, qurum atteint. Secrétaire de séance : Jactte Ordre du jur : 1. Rapprt mral 2. Rapprt Financier 3. Pièces

Plus en détail

Ce litige concerne les travaux de raccordement électrique de votre logement et la facturation de vos consommations d électricité.

Ce litige concerne les travaux de raccordement électrique de votre logement et la facturation de vos consommations d électricité. Paris, le 2 juillet 2015 Dssier suivi par : XXXX Tél. : XXXX Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : XXXX N de recmmandatin : 2015-0767 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre litige

Plus en détail