Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4 w.noi

5

6

7 EN ORIENT ET EN OCCIDENT

8 CORBEIL. IMPRIMERIE D. CRETE.

9 ww- %^CS et. %+PiOQU'/ PARIS CL.JAASSOK Editeur.

10

11 Aot Il n'est pas de voyage plus dlicieux que celui que l'on fait avec l'tre qu'on aime, loin du bruit des villes et des foules, dans le fond retir d'une aimable valle, ou sur un rivage solitaire, o l'on voit la nature avec des yeux qui sont pleins de l'image de l'tre chri. Mais ces voyages-l, on ne les raconte pas. On n'a rien retenu, sinon qu'on tait heureux. Quand on court aprs la distrection, aprs la sant, ou aprs ces recherches curieuses qui com blent le vide terrible de la vie solitaire, on a tout le temps d'observer. On n'oublie pas ce qu'on voit, puisque aucune pense n'occupe l'esprit et n'emplit le cur. Tous ces sont voyages faits la recherche d'un bonheur absent. Est-ce l qu'on peut le trouver? Il est certain que c'est l souvent j'ai cru un instant le rencontrer. Ce seul instant, instable et fuyant, que les gens heureux ne le mprisent pas. La vie en offre si peu ceux qu'une fcheuse toile guide ici bas, que si je pouvais, en publiant ces rcits, procurer quelques minutes de bonheur ces tres malheureux et tristes, je serais content de mon uvre.

12

13 LE MIDI DE LA FRANCE DAHEMBEHG.

14

15 ORANGE ; AVIGNON (la fontaine de vaucluse); ARLES; MARSEILLE 1875 Lorsqu' la fin d'octobre 1875 je quittai Paris sans grand espoir de le revoir, je m'enfuyais vers le Midi, comme le naufrag vers sa dernire planche de salut. Je fus merveill de laisser derrire moi, un soir, la pluie, le vent, le brouillard et le froid, me trouver pour tout coup, le lendemain, dans une atmosphre douce et tide, entre un ciel sans et une nuage verdure luxuriante. En arrivant Orange, je me croyais transport ent par ces vivre. une de agrables matines o l'on se sent heureux de Tout est nouveau pour moi. La longue alle qui mne de la gare la ville est borde de pla tanes, gros comme des beaux chnes ; et je n'avais jamais vu que les petits platanes rabougris des quais et des boulevards! Je suis tonn de voir la ville coupe par des rues troites et tortueuses,

16 4 en orient et en occident avec des boutiques basses aux fentres protges par des grilles bombes, tapisses de rideaux rouges et surmontes de larges toiles horizontales garan tissant du soleil. C'est le cachet de toutes les villes de notre Midi provenal. Le clbre arc de triomphe lev en l'honneur de Tibre, si connu, si souvent vu aux devantures des photographes, dont la copie s'lve sur la place du Carrousel, est ravissant au milieu de la cam pagne. Il est remarquablement conserv, surtout au nord et l'ouest, parce que le vent du sud-est, le plus frquent dans la rgion, fait frapper la pluie contre l'autre ct. Sur le fronton on peut suivre le dfil des guerriers romains pied ou cheval pleins de vie et d'animation. Des armes, des orne ments, des verges de licteurs, des monstres marins, des carnes agrmentent les bas-cts. C'est joli, lgant, et coquet. Le thtre romain en sa masse ma impose par jestueuse. Figurez-vous une immense faade, comme la colonnade du Louvre, aussi large et plus haute, avec trois ranges de galeries. Si l'on entre par la porte du milieu, on dcouvre un immense espace, adoss au rocher, grand comme la cour du Louvre et rempli de gradins en plein air qui peuvent re cueillir plus de sept mille personnes. Comme on aimerait voir des acteurs vtus de la toge onduleuse venir dclamer YAvare de Plaute ou le Misan thrope de Trence, ou assister des danses gra cieuses, accompagnes par la harpe corinthienne

17 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 5 et le chalumeau pastoral, pendant sous que l'arc de Tibre, un empereur, drap dans son manteau rouge, lancerait son char triomphal. Il est quatre heures, le jour baisse. De jolies femmes l'il noir et vif, la coiffure et la mise lgante, rentrent la maison. Les hommes'vont au caf, ou terminent la hte leur partie de boules. La nuit approche, envahit la montagne, et sur un sommet une immense statue de la se Vierge dresse comme un gibet au-devant d'un nuage noir qui court l'horizon. Sur le pont d'avignon, on ne devait pas s'en nuyer, quand on y dansait tout en rond. On pouvait entre les danses s'accouder avec sa belle sur le parapet, et dans un air frais et vivifiant admirer le Rhne, indocile, se fougueux, qui lance travers ses rives en les rongeant. A droite se dresse Avi gnon en amphithtre, avec ses toits en tuiles cylin driques, ses clochers, son beffroi, ses remparts et son chteau des Papes si admirablement rpar. A on gauche voit sur un monticule la masse norme des ruines du chteau fort de Villeneuve-les-Avignon. Ces grosses tours, ces portes massives, ces hauts murs, tout droits ou tout ronds, sont tristes et froids. C'est le moyen ge. Hier Orange j'tais Romain ; j'avais la tte et les pieds nus, et j'aurais volontiers fait la sieste sur un lit du repos dans l'atrium d'un riche patricien. Aujourd'hui je pars pour la croisade, j'ai un casque et de la ferraille sur tout le corps et je crois entendre, du haut des

18 6 EN ORIENT ET EN OCCIDENT remparts, l'archer s'crier : Montjoie Saint-Denis! Mais je ne regrette pas ce triste temps o j'aurais t rou de coups par un prlat ou une princesse, ou bien choisi pour tre le fou de monseigneur. On voit encore Avignon de magnifiques htels, dont les faades sont lgamment ornes de sculp tures de la Renaissance. Les plus beaux sont ceux du brave Crillon, l'ami et le compagnon d'armes de Henri IV, et celui de la famille Pamard qui a donn depuis 400 ans de grands chirurgiens Avignon. On est tonn de ne pas trouver beaucoup de belles glises dans une ville habite par des papes. Dans la cathdrale on peut voir le fauteuil en marbre des thocrates avignonnais. Ce sige devait tre bien froid; je pense qu'on le capitonnait, quand il servait. La faade de l'glise Saint-Pierre est fort remarquable. A l'entre est une belle Vierge entre deux portes admirablement travailles. Comme les sculpteurs florentins taient assez far ceurs, ils ont plac au milieu d'anges et d'archanges quatre beaux dieux gyptiens. Les vieux quartiers d'avignon ont gard leur physionomie originale et misrable ; et triste. Mais sur la place c'est humide du March on peut s'arrter devant un charmant petit coin form par une lgante tour octogone et un large cintre sou tenu par de grosses colonnes. Cela rappelle une rue de Bologne. L'hpital d'avignon est un superbe construit par Mignard ; btiment les deux corps de btiments

19 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 7 sont disposs angulairement ; on vite de cette faon l'acuit du mistral. Il faut aller visiter la fontaine de Vaucluse, cette profonde retraite o Ptrarque regardait amoureu sement Laure, en entendant l'eau bouillonner ses pieds. Aprs un on long trajet, arrive au milieu des montagnes grises, abruptes, arides, et on monte Vaucluse par un chemin raide et tortueux ; traverse le village et on grimpe un petit sentier au pied duquel coule imptueu on la fontaine par sement la rivire. De tous cts on ne voit que des rochers la valle se rtrcit ; pic. Plus on marche, plus on pntre dans un entonnoir profond. Le lit de la Vaucluse se remplit de rochers, comme les gaves des Pyrnes. On aperoit gigantesques quelques ruines, d'un chteau des vques de Cavaillon. sur les roches derniers vestiges Puis la gorge se ferme par un mur immense en forme de demi-cylindre. La clbre fontaine est l, au bas du roc. L'eau brillante s'chappe d'une anfractuosit de la pierre et tombe dans un lac lim pide. A droite, en gauche, face, se lvent des rochers droits, pic, ef on ne voit plus le ciel que par le sommet de ce grand puits. Dans ce site sauvage, on se demande ce qu'il y colossale et impntrable montagne, qui du monde. On comprend que le pote a au del de cette l : Tout s'arrte ici ; c'est la fin de tout. vous isole se soit cri En revenant nous entrons l'auberge ; on nous sert les plats classiques dans les villages qui bordent

20 8 EN ORIENT ET EN OCCIDENT les torrents : crevisses, et anguilles truites. Comme nous sommes- en Provence, on y ajoute des grives et des ortolans ruisselants de graisse. En revenant nous parcourons la campagne que l'on inonde pour tuer le phylloxra. Il n'y a plus de vignes ; la culture de la garance n'est plus fruc tueuse, parce que la chimie sait aujourd'hui bien mieux rougir que la nature. Les paysans se plai gnent. Ils ont cependant toujours devant eux ces belles montagnes qui mlent leurs cimes avec de gros nuages blancs et moutonneux comme des pa quets de ouate. A leur pied croissent d'immenses roseaux au milieu des ruisseaux ; plus haut, les les mriers et les oliviers. coteaux sont tapisss par Mais la beaut de la nature ne fait pas le bonheur du paysan qui vit toujours mieux sa fcondit. au milieu d'elle. Il aime A nous l'isle-sur-sorgues rencontrons une im mense procession prcde de trois tambours et d'un suisse spendide, tout de rouge habill, coiff d'un gigantesque tricorne gris surmont d'une vaste plume, qui pousse en arrire par le vent vient frler la figure du bedeau. Des enfants arms de banderoles multicolores chantent des cantiques. Des jeunes filles un portent tendard sur lequel sont inscrits en lettres d'or ces mots : Stat crux, dum volvitur orbis. La foi rgne encore dans le pays ; les passions politiques et religieuses A Arles, quand on longe la Grande Rue, stupfait en dcouvrant peu sont violentes. on reste peu les Arnes. Cet

21 deux superbes lions en marbre. 1. EN ORIENT ET EN OCCIDENT 9 immense cirque pouvait contenir plus de trente mille spectateurs. Au milieu, les Sarrasins avaient cons truit une ville forte avec de hautes tours, dans laquelle ils ont soutenu un sige de plusieurs mois. Nous foulons ce sol sur a lequel coul le sang des athltes luisant au soleil sous leur couche l'un sur l'autre comme de graisse fondue, et glissant d'agiles serpents. Les restes du thtre romain sont peu intres sants ; au milieu d'un amas de ou pierres plus moins bien on ranges, voit poindre deux gigantesques colonnes de marbre, solitaires et dcapites comme de grands arbres morts. L'glise de Saint-Trophime est belle. Son por tail est tout fouill de sculptures ; c'est un vrai bijou de pierre. Des petites ttes charmantes ou tranges semblent vous sourire ou vous faire la gri mace : c'est le paradis et l'enfer; le bon Dieu salue les uns, et le diable accueille les autres. A ct, le clotre tend en carr sa longue galerie orne de saints et surtout de dmons, riant, pleurant, grin ant des dents, les uns allongs, les autres crass. C'est une vritable galerie de caricatures, et si l'enfer est pav de ces on gens-l, doit bien rire en ses regardant voisins. Les quais d'arles sont fort beaux. Le Rhne y est deux fois plus large que la Seine Paris ; aujour d'hui il est houleux, car le mistral souffle. Le fleuve est travers par un grand pont de fer gard par

22 10 EN ORIENT ET EN OCCIDENT Il reste encore Arles quelques petites Arlsiennes aux verts et yeux la chevelure noire. Mais si vous aimez ce contraste des teintes, allez plutt Marseille, o viennent toutes les jolies femmes d'arles. A Marseille, allez la Rserve manger de la bouil labaisse, des oursins et des ravioli, et surtout allez voir la mer, toujours belle quand elle vient ronger des rochers abrupts ; promenez-vous sur le port si vivant, si anim, allez sur la colline de Notre- Dame de la Garde admirer le panorama de la ville et de la mer, gravissez petites ruelles ; sons, on dans la vieille ville les travers les cimes des hautes mai aperoit le ciel comme travers une lu carne. C'est l'avant-garde de l'orient, pour lequel ce je pars soir.

23 MENTON

24

25 MENTON LE TREMBLEMENT DE TERRE DU 23 FEVRIER 1887 Le mercredi 23 fvrier, j'ai t rveill en sursaut par lente qui m'a projet 6 heures du matin, une secousse vio hors de mon lit. Je me suis Vite relev et, au milieu d'un bruit assourdissant caus par un fort roulement souterrain et la chute des chemines; j'ai essay d'allumer une allumette, vainement, cause des oscillations violentes qui loignaient le porte-allumettes de l'allumette. A ce moment, je ne savais vraiment pas qu'il s'agissait d'un tremblement de terre. Comme on avait vid, pendant la nuit, la fosse de l'htel, en me rveillant, j'ai cru qu'une voiture de vidange entrait dans la maison en brisant et secouant tout sur son passage. Mais, aprs une vingtaine de la maison secondes, j'ai parfaitement senti que oscillait comme un bateau fortement secou qui reprend sa position normale, et alors seulement, j'ai bien vu que nous venions un trem d'prouver blement de terre.

26 14 EN ORIENT ET EN OCCIDENT Trs franchement, sans aucune forfanterie, je puis dire qu' ce moment je n'ai eu aucune frayeur, me disant que si ce n'tait que cela, un tremblement Je me suis ha de terre n'tait pas bien effrayant. bill fort tranquillement et bien chaudement pour aller voir s'il n'tait pas survenu d'accidents de personnes. Au moment o je traversais mon salon, encombr de dbris de toutes sortes, sens une je deuxime secousse. Alors, je l'avoue, j'ai peur; je me sauve dans la rue o je trouve une dj foule peine vtue, morne, atterre, ne poussant pas un cri, et au mme moment j'aperois parfaitement le fate des maisons oscillant comme des mts de na voir s'il n'est rien vire. Je cours dans le voisinage arriv quelques amis, et je suis terrifi en voyant deux maisons effondres. Je rencontre l'habitant de l'une d'elles atteint de pleursie, que l'on a ins tall dans la rue sur un fauteuil. J'envoie vite cher cher une voiture ferme pour l'y installer. Dans le jardin de l'autre maison, encore plus maltraite, je vois les trois habitants, trois vieillards de soixantecinq soixante-quinze ans, tendus sur des mate las. Il est vraiment extraordinaire qu'ils n'aient pas t tus ; ils ont reu les sur plafonds leurs lits. Mais comme ceux-ci taient entours d'une mous tiquaire fixe des barreaux de fer, les dbris se sont briss sur ces barreaux qui ont form une sorte de vote protectrice. L'absence de Menton est certainement due en partie des moustiquaires. morts l'usage

27 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 15 A ct, je vois une toiture qui prend feu autour d'une chemine dcapite; le maire arrive avec un dtachement de chasseurs pied et le feu est vite teint. On m'appelle en face auprs d'un individu qui jx reu un plancher sur la poitrine, il crache un peu de sang et a la bouche pleine de pltre; trois jours aprs il tait rtabli. Je vois encore quelques fortes contusions, des plaies de tte, une luxation du pied, des entorses. A 8 heures, je monte en voiture pour aller donner un peu de courage des malades affols qui m'envoient chercher de tout ct. En passant devant l'usine gaz, vers 8 heures et demie, je sens une commotion, je vois la grande chemine de l'usine se qui dcapite. Cette troisime forte secousse a beaucoup augment les premiers dgts, accrot considrablement l'affole et surtout elle ment. On croyait tout fini, il semble qu'il rien. Partout on me demande s'il faut partir, secousses vont se reproduire. Hlas! je n'en est si les n'en sais rien, l'tude des tremblements de terre ne fait pas partie de la mdecine. Je laisse chacun libre de sa dcision. Mais o aller? On rpand les bruits les plus sinistres ; le chemin de fer est coup, les tun nels sont dmolis, et comme le est in tlgraphe terrompu, il est impossible d'avoir des renseigne ments sur les stations voisines. les uns Cependant partent en chemin de fer, les autres en voiture, l'aventure, d'autres se procurent prix d'or un lan dau, un omnibus, ou se construisent une tente pour s'installer et attendre les vnements et les

28 16 EN ORIENT ET EN OCCIDENT nouvelles. Heureusement les fortes secousses ne se renouvellent pas, mais plusieurs fois dans la jour ne et dans la nuit, on sent des oscillations trs nettes qui secouent les voitures. C'est nervant, on secousses vont se demande toujours si les grandes recommencer. Le lendemain vers 6 heures du matin les retar dataires quittent leurs campements de bohmiens, recueillent les restes de leurs bagages, s'ils osent pntrer dans leurs chambres lzardes et encom bres de pltras. La se plage nettoie et fait sa toi lette du matin, on enlve les matelas et les draps fixs sur trois manches balai, les feux de bivouac s'teignent, on boit et on sur mange des tables en plein air; on est l errant, couverts de chles et de couvertures de lit. Au petit jour, on dirait une pro cession de dominicains, et on s'aborde en se deman dant toujours si c'est bien fini. On annonce des secousses pour l'aprs-midi, pour la nuit suivante; on prtend que deux trains se sont rencontrs entre Lyon et Marseille et a qu'il y deux cents tus. On ressent chaque instant des secousses imaginaires, et il est fort difficile de conserver son au sang-froid milieu de cette population affole. Personne n'ose encore rentrer dans les maisons, les uns gardent leurs voitures, les autres refont leurs tentes, d'au tres vont dans la montagne coucher la belle toile. J'ai trouv un de mes amis qui couchait dans la voiture de transport des pompes funbres. Dci dment l'tat crbral est compltement atterr ;

29 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 17 il vaut mieux que tous les malades quittent Men ton pour aller Monte-Carlo, Cannes, Hyres, ou dans d'autres stations hivernales plus loignes. Il leur est impossible de coucher ainsi dehors, de subir des terreurs successives, et je n'hsite pas conseiller le dpart gnral des trangers, qui s'opre alors tranquillement sans affolement, avec toute la rflexion ncessaire une dcision im portante. Mais que de maladies provoques ou aggraves par les motions et les accrocs l'hygine habi tuelle! j'en vois ou on m'en signale tous les jours ; et on n'en saura jamais le nombre. Les complica tions sont de tout genre : depuis les bronchites, les pneumonies, les pousses tuberculeuses, jus qu'aux fausses couches qui sont survenues au mi lieu de la place publique, jusqu'aux surexcitations nerveuses qui durent encore. J'ai vu des gens pendant plusieurs semaines le mal qui ont eu de mer, avec nauses, inapptence, vomissements. Du reste, tout le monde a eu, pendant deux ou trois jours, cette sensation de time. vertige mari Au moment de la premire grande commotion, il semble certain que la mer a subi un retrait; les marins des ports voisins l'valuent lm,50. A Lis bonne, au contraire, la mer avait subi un grand exhaussement. A Menton, je connais deux puits se sont qui taris pendant les vingt-quatre heures qui ont suivi le tremblement de terre ; mais on

30 18 EN ORIENT ET EN OCCIDENT pourrait discuter sur l'origine de ce phnomne, et je ne suis en mesure pas de le rendre solidaire de l'abaissement du niveau de la mer. Les bateaux qui taient en mer ont tous eu la mme sensation : ils ont cru toucher un fond ; il en est parat qu'il toujours ainsi. J'ai entendu discuter beaucoup sur le point de dpart grandes secousses, il semblait qu'on de haut en bas, tellement ces secousses parais saient rapides; puis on se sentait par-faitement bal et sur le sens des oscillations. Au dbut des ft secou lott comme dans un bateau qui reprend son qui libre. J'ai entendu dire que les maisons tablies sur le roc n'avaient pas t branles. Cette assertion est errone. A Menton, plusieurs maisons, solidement construites directement sur le rocher, tement atteintes, et le village de Castillon, perch sur le sommet d'un rocher, est compltement d truit. On a suivi le dit aussi que ontt for les oscillations avaient sens des valles. Ainsi, on disait que le quartier de Menton le plus prouv longeait la valle du Carre, se qui termine Castillon. C'est vrai ; mais entre Menton et Castillon se trouve, dans la valle, le village de Monti, qui atcom pltement pargn. De mme pour la valle de la Vsubie ; entre Nice et la Bollne, les deux points atteints, il y a plusieurs villages indemnes. Ce qui est certain, c'est que les maisons construites sur le granit n'ont pas t branles, tandis que celles

31 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 19 qui avaient leurs assises sur le calcaire ont t en dommages. Depuis les fortes secousses, il ne se passe pas vingt-quatre heures sans que l'on ressente, Men ton et aux environs, une secousse assez forte pour faire choquer les verres. Du reste, il parat qu'au tremblement de 1854, beaucoup moins fort que celui-ci, on a senti de petites secousses pendant une quinzaine de jours. Menton, novembre Qui pourrait dire aujourd'hui que sembl pendant plusieurs mois Menton a res une ville bombar de, ventre par les boulets? Elle est devenue la coquette station d'autrefois, propre et lgante. La promenade du Midi, qui longe la mer, est pleine de jolies toilettes, quand les belles promeneuses quit tent le au jardin public moment o le soleil va se cacher dans le rocher de Monaco. Le dlicieux petit port bord de vieilles maisons italiennes et domin par les hauteurs de la vieille ville, pli de j olis aux yachts blanches voiles. Garavent se peuple de jolies villas, est rem Le quartier de aux environs de ces roches rouges qui renferment les ossements de nos arrire-grands-pres de l'poque quaternaire. Puis l'italie, le petit village de Grimaldi perche dans la verdure au-dessus de la gorge abrupte de Saint-Louis ; d'asti sous la plus loin encore, allez prendre vigne vierge du vin de la Trattoria Gari-

32 20 EN ORIENT ET EN OCCIDENT baldi. Vous verrez d'un seul coup d'il Menton et ses deux baies, Monaco, Eza, le cap Saint-Jean et toutes ces dentelures brodes par la mer dans les ro ches de la Corniche. Mais qu'a-t-on fait de mon joli cap Martin, de ce bois dlicieux qui s'avanait sur la mer, o pendant dix ans, j'allais rver l'ombre des grands pins, sur le bord des chemins rocailleux, dans la mousse sche et cassante, en face de la mer, au milieu des petits oiseaux qui jouaient dans les feuilles? Hlas! maintenant, on y construit des htels et des maisons. Les amoureux n'iront plus au cap des petits vallons, cueillir des violettes et des pri Martin. Mais ils iront au fond mevres au bord des ruisseaux, et se reposer sous les petits bois touffus dans le silence profond si cher ceux qui aiment.

33 L'ALGRIE

34

35 ' (gv^w^ i. % %\W\W 'X X X X \ L'ALGRIE 1876 fois de sa vie on s'em Quand pour la premire barque sur un bateau qui va vous sur un porter rivage inconnu, quand on quitte sa chre France, quand on va au loin rparer une sant dlabre, le cur se serre ; les souvenirs tristes et agrables arrivent ple-mle l'esprit : les absents, les morts chers la mmoire, les bons amis, les camarades, les occupations de la vie habituelle ; tout ce qu'on a aim, tout ce qu'on aime. Au moment o le ba teau s'est branl en lchant ses amarres j'avoue que j'ai senti un frisson et des larmes. Pendant ce temps la terre s'enfuyait toujours et non pas les tristes penses. Puis le dner vient changer les ides. Pour un Parisien qui n'a jamais quitt le plancher terrestre, tout est tonnement sur mer : la salle manger du bateau, les cabines, les petites couchettes troites, le bruit de la machine, les cra quements du navire. Le matin tous les passagers sont sur le pont; le soleil est superbe et une brise frache vous to-

36 24 EN ORIENT ET EN OCCIDENT nifie. Le beau temps rend gai et communicatif, on se groupe; on cause. On aperoit les Balares d a- bord comme des paves flottantes. Puis elles se des sinent l'horizon avec leurs sinuosits, leurs mon tagnes, leurs villes, leurs bois, leurs charmantes campagnes parsemes de jolies habitations et l'l gant clocher de la cathdrale de Port-Mahon. Vues de loin travers une lorgnette, sur le pont d'un paquebot, les Balares semblent un agrable sjour. A Palma, capitale de l'le Majorque, de , le thermomtre n'est descendu que trois fois zro. La temprature moyenne est de 18. A Mahon, capitale de Minorque, la moyenne est de 17. L'hiver est plus humide Mahon qu' Palma. D'aprs les observations de l'archiduc Louis les d'ivica de Toscane, il parat que dans les petites et de Formentera la moyenne des mois les plus froids est de Le climat des Balares est donc beaucoup plus doux et en mme temps plus humide que la rgion mditerranenne voisine. A travers tous les bouleversements cosmiques qui les ont atteintes, elles ont gard leur caractre euro pen, tout en puisant quelques traits de leur phy sionomie l'afrique, et couronnant le tout d'un cachet insulaire particulier. A ct des pins d'alep, des chnes verts, on voit, travers la campagne, de magnifiques oliviers qui peuvent de circonfrence, des champs de caroubiers, d'im atteindre 9 mtres menses jardins d'orangers, dont chaque pied peut donner en une anne 3,000 de ces belles oranges de

37 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 25 Majorque si recherches dans toute la France, des figuiers dont chaque arbre peut fournir 150 kilos de figues sches et la nourriture ncessaire cinq ou six porcs. Telle est la vgtation la plus apparente des Balares, laquelle les alos, les cactus, les palmiers nains, les dattiers parsems dans les garrigues et dans les jardins, donnent un aspect oriental qui s'harmonise de la manire la plus heureuse avec le style mauresque des construc tions agricoles. Voil pour les arbres. Quant aux fleurs, nous ne saurions mieux faire que de ce reproduire billet envoy par Linn en 1770 Antoine Richard, fils du en jardinier chef de Trianon : J'ai pass la nuit dernire sans dormir ; je l'ai consacre tout lire votre Flore, et elle tait passe avant entire n'eusse fini ma lecture. Grand Dieu! qu'ils que je sont heureux les habitants de ce pays, d'avoir dans font l'ornement leurs prairies toutes ces fleurs qui de nos jardins, mme nos jardins acadmiques! Il est vraiment remarquable de voir ces petites les prsenter, dans le bassin limit qu'elles occupent, une vgtation spciale aussi varie. Cette particu larit tient la douceur de leur climat et leur histoire gologique. Les diverses parties de l'archipel balarique, qui ontttantt recouvertes en partie par les eaux pendant les priodes d'abaissement, et tantt ru de grandes terres pendant les priodes de nies soulvement, ont d partager le peuplement DAREMBErUi. 2 et la

38 26 EN ORIENT ET EN OCCIDENT vie des continents voisins, surtout des pninsules ibrique et italique. C'est en effet avec la vgta tion de ces deux contres que celle des Balares prsente le plus de ressemblance. Les flores de la France et de la Barbarie ont, avec celle de ces les, des affinits moins tendues. Le climat des Balares est plus chaud que celui de la France, moins ar dent et plus humide que celui de la Barbarie. Quant aux plantes qui n'existent que dans les Balares, il est probable, d'aprs le docteur Mares, qu'elles existaient autrefois dans les continents voisins o elles ontt dtruites par les cataclysmes golo giques. Elles ont rsist dans ces les, grce la ceinture marine qui a protg ce petit archipel. Pendant tout le jour nous ne voyons plus que la mer ; de temps en temps quelques marsouins vien nent sauter l'avant du navire, ou un goland s'approche de nous pour guetter les dtritus que l'on jette l'eau. A 6 heures du matin, nous dbarquons Alger. Un soleil splendide et blouissant darde ses rayons sur les maisons et les minarets blanchis la chaux de la vieille ville maure, encadre d'une agrable verdure. On dirait une masse de soie blanche sur un tapis de satin vert. La mer toute tincelante de lumire, calme et unie, semble, comme une glace immense, reflter les mille lu mires des feux du ciel. Sur le quai, au-devant des grandes maisons europennes cinq tages, on voit grouiller des Arabes ples, des ngres sou-

39 EN ORIENT ET EN OCCIDENT 27 riants, des juifs empresss, des Maltais actifs, des Mozabites vigoureux, des Maures placides. La premire impression du Parisien est confuse ; elle tient de la ferie, du carnaval, et ce serait ridicule, si l'on n'tait dans ce dlicieux bain de soleil qui fait tout pardonner quand on vient de quitter le froid et le verglas. Quel admirable agent de bon heur, que ce beau soleil. Quand on le voit le matin, et qu'on est sr de le voir pendant tout le jour, on dsire aller flner avec lui, l'avoir pour compagnon en regardant la vie de la rue, le calme de la mer, la tranquillit de la campagne ; travailler. Si on reste l sans bouger on n'a pas envie de regarder l'horizon, on n'a pas besoin de beaucoup manger ; si on s'endort le soir avec lui, sous le toit bleu con stell d'toiles, on n'prouve pas la ncessit d'avoir des murs bien clos et des serrures solides. Comme cet astre aimable rend la vie facile et gaie. Les environs sont d'alger charmants. Sur les col lines, mi-cte, on est au milieu des haies d'alos, et des ba des champs de mriers, des eucalyptus naniers. Le sommet du coteau est couronn sur toute son tendue par d'immenses et figuiers de beaux cactus. Voil ce que les yeux aiment voir dans le Midi ; des sommets verts et touffus en plein hiver, magnifiquement clairs. De temps en temps on passe devant de jolies villas, habites par des on traverse Anglais; deux villages franais, Birkadem et Birmandrais ; ils sont propres, neufs, mais sans animation ; nous nous arrtons pour regarder

40 28 EN ORIENT ET EN OCCIDENT d'lgantes fontaines arabes adosses sons europennes. Elles ressemblent un peu autel d'glise ; un fronton saillant, carr, des mai un avec des faences multicolores et uneinscription arabe, estsupport par deux coloniiettes de marbre ; le fond est tapiss de faences, et de la cuvette une eau s'chappe o btes et hommes viennent se rafrachir. limpide Sur la route nous grande croisons constamment des comme petits bourriquets gros des chiens et qui portent de lourdes en charges trottinant. Ces gentils animaux, trs sympathiques et gracieux, sont conduits par des Arabes horriblement malpropres. Leurs burnous ont pu tre blancs autrefois, mais de nos jours ils sont jaunes, crasseux et en loques. Ils sont assis sur le dos de leur ne, latte dansleur capuchon, et leurs pieds sales sur le cou de leur monture. Nous quittons la grande route pour entrer dans un petit chemin creus dans une terre rouge comme de l'ocre, au milieu des champs de bl, de haricots, de vignes, de pommes de terre, bords d'alos hauts comme de grandes aubpines. Je ne me lasse pas de les admirer, ces beaux alos, moi pauvre Pari sien, qui n'en n'ai jamais vu que dans les pots de fleurs et dcors du nom pompeux de plantes grasses. Nous arrivons en face d'un petit sentier trs troit, qui mne au village arabe de Tixerain, ha bit exclusivement par des indignes. Entre deux haies de figuiers, grands comme des marronniers, on grimpe toujours et on aperoit quelques masses blanches au milieu d'un petit bois de cactus. Les

Lycée Charles Bélair Groupe Pm Arcahaie Texte 2

Lycée Charles Bélair Groupe Pm Arcahaie Texte 2 Lycée Charles Bélair Groupe Pm Arcahaie Texte 2 Ma ville S il fallait au monde présenter ma ville Je dirais la fierté, je dirais l âpre orgueil L étagement des mornes éblouissantes Voir un enfant lâcher

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

ALPHONSE DAUDET LE MIROIR

ALPHONSE DAUDET LE MIROIR ALPHONSE DAUDET LE MIROIR Dans le Nord,au bord du Niémen,est arrivée une petite créole de quinze ans, blanche et rose comme une fleur d'amandier. Elle vient du pays des colibris, c'est le vent de l'amour

Plus en détail

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible

Liste de mots à copier (4 mots à copier 3 fois) Attention, écris «un» ou «une» devant le mot quand c est possible Série 1 maison papa porte rue Série 2 avec deux terre été Série 3 maman pipe pour table Série 4 école jardin mal bébé Série 5 carte cheminée livre nature Série 6 rouge sucre tête vache Série 7 achat barbe

Plus en détail

Poèmes écrits dans la nature par les étudiants de la classe 3A du Lycée de Locarno inspirés de L Alphabet des anges de X. Borel.

Poèmes écrits dans la nature par les étudiants de la classe 3A du Lycée de Locarno inspirés de L Alphabet des anges de X. Borel. Poèmes écrits dans la nature par les étudiants de la classe 3A du Lycée de Locarno inspirés de L Alphabet des anges de X. Borel. Octobre 2015 Froid Dans la forêt derrière ma maison, le feuillage est rouge

Plus en détail

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL)

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL) il avait la solitude au cœur. il découvrait qu il a raté plein de bonheur. qu il avait perdu la lune en comptant les étoiles. Il avait écrit des livres. il découvrait ses petits. que la raison d écrire

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

a / à a / à A, c est le présent du verbe avoir, à la 3 ème personne du singulier. On peut le remplacer par le verbe au passé : avait.

a / à a / à A, c est le présent du verbe avoir, à la 3 ème personne du singulier. On peut le remplacer par le verbe au passé : avait. a un arbre [a] un ami mardi du chocolat une amie samedi papa avec quatre il va il y a un chat un canard â il a la classe alors un garçon avec un jardin un âne assez je m appelle un arbre maman à des arbres

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pascal Garnier L Année sabbatique Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e L ANNÉE SABBATIQUE Ils n avaient nulle part où aller, alors, ils y allèrent. Ils partirent le 28 février vers 9

Plus en détail

1. Pétales de tendresse

1. Pétales de tendresse Introduction Ferme tes yeux, un instant. Je dirige ton corps sous la pluie éperdue qui nous enveloppe et nous sépare du monde. Nous n avons pas voulu les guerres, ni la pauvreté, ni la haine oppressante.

Plus en détail

Maeva PERROTON - ESPION OU AMI? -

Maeva PERROTON - ESPION OU AMI? - Maeva PERROTON - ESPION OU AMI? - Editions Val d'arve juin 2012 - CHAPITRE 1 - À Nairobi, en ce beau matin, Sébastien se lève, regarde par la fenêtre et dit: - Il fait beau! Il voit le soleil qui sort

Plus en détail

La Servante du Seigneur

La Servante du Seigneur JEAN-LOUIS FOURNIER La Servante du Seigneur STOCK J ai égaré ma fille. Je suis retourné à l endroit où je l avais laissée, elle n y était plus. J ai cherché partout. J ai fouillé les forêts, j ai sondé

Plus en détail

Fiches de travail à photocopier

Fiches de travail à photocopier Education International Internationale de l Education Internacional de la Educación Internationale de l Education - Education Development Center - Organisation mondiale de la Santé Apprendre pour la vie:

Plus en détail

Leslie Kaplan. Le Pont de Brooklyn. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Leslie Kaplan. Le Pont de Brooklyn. Roman. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Leslie Kaplan Le Pont de Brooklyn Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e La jeune femme et la petite fille sont arrivées tôt dans le parc. L homme les a vues de loin et les a longtemps regardées.

Plus en détail

Mboté na bino (Bonjour à vous)

Mboté na bino (Bonjour à vous) Mboté na bino (Bonjour à vous) Enfin je vous écris, après mes deux premiers mois dans mon nouveau Pays qu est la République Démocratique du Congo. Tout d abord je voudrais vous remercier pour votre soutien

Plus en détail

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim.

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Entre-temps, je m étais enfilé le deuxième paquet de crackers que j avais

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault Le grand concours Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault 1 Kim, une jolie fille aux longs cheveux roux et aux yeux clairs, et Melinda, une petite brune aux cheveux courts, se sont rencontrées

Plus en détail

L AU REVOIR D UN GENIE. L'Arc de Triomphe Et oui, cette place est déserte parfois... très tôt le matin!

L AU REVOIR D UN GENIE. L'Arc de Triomphe Et oui, cette place est déserte parfois... très tôt le matin! L AU REVOIR D UN GENIE L'Arc de Triomphe Et oui, cette place est déserte parfois... très tôt le matin! Gabriel Garcia Marquez s est retiré de la vie publique pour raison de santé: cancer lymphatique. A

Plus en détail

Indications pédagogiques

Indications pédagogiques 900 entraînements à la communication professionnelle Indications pédagogiques D2 / 31 Objectif général D : REALISER UN MESSAGE A L'ECRIT Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 3 Rédiger un message

Plus en détail

les 6 sens souvenirs Portraits de doyens Hélicoop 13, rue de la Parrière - Quieux 88210 Le Saulcy helicoop@helicoop.fr

les 6 sens souvenirs Portraits de doyens Hélicoop 13, rue de la Parrière - Quieux 88210 Le Saulcy helicoop@helicoop.fr les 6 sens www.lesportraits.org www.helicoop.fr en partenariat avec Scène2: www.scene2.org helicoop@helicoop.fr Les de ces doyens de l ancienne principauté de Salm, les meilleurs, nous racontent des histoires

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous Le bon berger Comment Dieu prend soin de nous Jésus dit : «Celui qui boit l eau que je lui donnerai n aura plus jamais soif. Au contraire, l eau que je lui donnerai deviendra en lui une source, et cette

Plus en détail

On a volé La plage de Sainte-Adresse!

On a volé La plage de Sainte-Adresse! On a volé La plage de Sainte-Adresse! par Ana 5e Aza 4e Ahmed 5e Dagman 5e Emilienne 6e Taïmoor 3e Jeudi 5 Mai 2011 08:32 Chapitre 1 Salut! Je m' appelle Séléna, j' ai 16 ans. Les vacances viennent de

Plus en détail

La sorcière. 2001, Juan Manuel Torres-Moreno

La sorcière. 2001, Juan Manuel Torres-Moreno La sorcière 2001, Juan Manuel Torres-Moreno Marcel a rêvé d une rue d une ville d autrui. Une rue distante, éloignée du bruit du centre-ville. Avec de grandes maisons, des jardins obscurs et remplis de

Plus en détail

- bonjour, je m appelle amélie et toi? - moi, c est mario. - tu es en 3è année? - non je suis en 2è année.

- bonjour, je m appelle amélie et toi? - moi, c est mario. - tu es en 3è année? - non je suis en 2è année. bonjour, je suis amélie. bonjour, je suis mario. voici mon école. c est mon école. - bonjour, je m appelle amélie et toi? - moi, c est mario. - tu es en 3è année? - non je suis en 2è année. j ai 9 ans

Plus en détail

1,2,3, consignes. Quatre types de consignes. Exprimer un texte par le mime. Sans retour au texte. Exprimer un texte par le dessin.

1,2,3, consignes. Quatre types de consignes. Exprimer un texte par le mime. Sans retour au texte. Exprimer un texte par le dessin. 1,2,3, consignes Instit90 (copyright) Objectifs! Mettre en œuvre des stratégies visant la compréhension de consignes ;! Gérer son activité : Anticiper et contrôler son ; Valider, invalider une proposition!

Plus en détail

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime

L e peu de clarté qui filtrait entre la cime Louis Lymburner 1 L envoûtement L e peu de clarté qui filtrait entre la cime des arbres n était pas pour encourager Will. Il continua cependant d avancer, un peu rassuré par le chant des oiseaux. Depuis

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com 1 AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure.

Un soir, le magicien Amstardam apparaît au seuil de la maison de Léo et frappe à l entrée de leur demeure. Tout débuta ainsi Frank le Guerrier, le meilleur combattant du seigneur d Artatia nommé Sengalos, partit en aventure pour sauver Artatia des mains de leur ennemi Lorslavas le Terrible. Il emmena avec lui

Plus en détail

CENDRILLON. Charles PERRAULT

CENDRILLON. Charles PERRAULT CENDRILLON Charles PERRAULT Un gentilhomme avait une fille qui était très douce et très jolie. Ayant perdu sa femme, il épousa une veuve très orgueilleuse qui avait deux grandes filles encore plus orgueilleuses

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

C est beau la vie Jean Ferrat

C est beau la vie Jean Ferrat C est beau la vie Jean Ferrat Le vent dans tes cheveux blonds Le soleil à l'horizon Quelques mots d'une chanson Que c'est beau, c'est beau la vie Un oiseau qui fait la roue Sur un arbre déjà roux Et son

Plus en détail

Susanna Tamaro. Pour voix seule. Récits traduits de l italien par Marguerite Pozzoli. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Susanna Tamaro. Pour voix seule. Récits traduits de l italien par Marguerite Pozzoli. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Susanna Tamaro Pour voix seule Récits traduits de l italien par Marguerite Pozzoli P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e De nouveau lundi Cher journal, de nouveau lundi. Aujourd hui, c est la première

Plus en détail

Lumière Noire 23/10 24/10

Lumière Noire 23/10 24/10 Lumière Noire 23/10 Je m appelle Loreley, j ai 22 ans. C est ici que commence mon journal. Je fais partie de ces gens qu on classe dans les populations «minoritaires». Je ne suis pas lesbienne, je ne suis

Plus en détail

COMMUNION: LE MOT OFFRIR

COMMUNION: LE MOT OFFRIR Attends-moi Seigneur! J'arrive! Attends-moi Seigneur, je m'habille! Mes yeux, je les habille de bonté Pour regarder tous les gens avec amitié. COMMUNION: LE MOT OFFRIR Mes mains, je les habille de paix,

Plus en détail

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT LE CHAT BOTTÉ Charles PERRAULT Un meunier ne laissa pour tous biens à trois enfants qu'il avait, que son moulin, son âne et son chat. Les partages furent bientôt faits, ni le notaire, ni le procureur n'y

Plus en détail

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes,

Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, Texte B CM2 de M. Pivano Chapitre 1 Il y a bien longtemps, dans un château recouvert de lierre et de plantes envahissantes, demeurait un roi qui avait été, des années auparavant, empoisonné par des huîtres.

Plus en détail

26 février 1918. Marie,

26 février 1918. Marie, Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre Lettres écrites par Julie, élève de 1L 26 février 1918 Je suis tellement heureux, ce temps maussade ne se finira jamais il me semble, maintenant. Mais je

Plus en détail

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5

Nantas. Fleurs d encre 3 e Chapitre 1. Petites histoires à lire entre les lignes SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : NANTAS 1 / 5 Nantas Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges La chambre que Nantas habitait depuis son arrivée de Marseille se trouvait

Plus en détail

Grammaire : le verbe et son sujet FGVS

Grammaire : le verbe et son sujet FGVS Grammaire : le verbe et son sujet FGVS progression 1. trouver le verbe qui convient ds liste 2. remplacer un v par un autre ds liste 3. repérer v d action dans ph simples, même sujet : que fait Paul? 4.

Plus en détail

nos coeurs sont pliés des chicanes, désirs d'enfants la lune nous écrit nos répliques idéales

nos coeurs sont pliés des chicanes, désirs d'enfants la lune nous écrit nos répliques idéales Depuis longtemps texty francouzština Depuis longtemps / Už dlouho paroles / text Zdenka Dobiášová et Ivana Fitznerová nos coeurs sont liés par des lianes depuis longtemps le soleil nous envoie la même

Plus en détail

WWW.ECRIT-TOUT.FR. Le Journal de l atelier d écriture Service d hématologie clinique N 106

WWW.ECRIT-TOUT.FR. Le Journal de l atelier d écriture Service d hématologie clinique N 106 Le Journal de l atelier d écriture Service d hématologie clinique N 106 Le Chat par Raymond Devos Il sait raconter une histoire sans être obligé de nous faire un dessin... et il sait aussi nous faire un

Plus en détail

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu Irina Teodorescu La malédiction du bandit moustachu roman GAÏA ÉDITIONS Dans l imaginaire collectif les accidents arrivent souvent la nuit. On se représente volontiers une route sinueuse dans une montagne

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Harry Mathews. 20 lignes par jour. traduit par Marie Chaix. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Harry Mathews 20 lignes par jour traduit par Marie Chaix P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e PRÉFACE Comme beaucoup d écrivains je trouve souvent que me mettre au travail le matin est une entreprise

Plus en détail

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau,

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, 1 On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, c est celui d à côté. Ancien, d une belle couleur

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

LA NON-DEMANDE EN MARIAGE GEORGES BRASSENS

LA NON-DEMANDE EN MARIAGE GEORGES BRASSENS LA NON-DEMANDE EN MARIAGE GEORGES BRASSENS Ma mie, de grâce, ne mettons Pas sous la gorge à Cupidon Sa propre flèche Tant d'amoureux l'ont essayé Qui, de leur bonheur, ont payé Ce sacrilège... R: J'ai

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

Recueil 1. Mise en page par le groupe informatique

Recueil 1. Mise en page par le groupe informatique Recueil 1 Mise en page par le groupe informatique Les enfants de la terre. Les mots te prennent par la main Te conduisent sur le chemin, Tu marches dans l oubli Que tes pas effacent. Demain est ton destin,

Plus en détail

Crocky le crocodile a mal aux dents

Crocky le crocodile a mal aux dents EPISODE 1 Crocky Ledur est une vraie «star». Quand il chante, tous les animaux de la jungle se rassemblent pour l écouter. Son sourire éclatant est célèbre dans le monde entier et les photographes se bousculent

Plus en détail

Yves Patrick AUGUSTIN Mon île est une absente Extraits

Yves Patrick AUGUSTIN Mon île est une absente Extraits Yves Patrick AUGUSTIN Mon île est une absente Extraits Nul à l'horizon de mon exil. Nul. Entre ma soif et toi, la distance : Éternité de mon rêve au réel. Nul à l'horizon de mon exil, Même pas la chute

Plus en détail

MAISON AUX BALCONS SUSPENDUS

MAISON AUX BALCONS SUSPENDUS MAISON AUX BALCONS SUSPENDUS T 3 A R C H I T E C T U R E 3 rue Pastoret-13006 Marseille Mail : contact@t3architecture.fr http : www.t3architecture.fr FICHE TECHNIQUE Programme: Maison individuelle neuve

Plus en détail

L UTILISATION DE L IMPARFAIT

L UTILISATION DE L IMPARFAIT L UTILISATION DE L IMPARFAIT A) Une description (= Beschreibung) Aujourd hui, notre village est assez grand. (petit) Mais avant, notre village... Aujourd hui, il y a 5'000 habitants. (300) Mais avant,.....

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

Canicule chez les grenouilles

Canicule chez les grenouilles Canicule chez les grenouilles Canicule chez les grenouilles Distribution 5 personnages : Toutancuisse, le père grenouille Toutancuisse, la mère grenouille Toutancuisse, le 1 er enfant têtard Toutancuisse,

Plus en détail

Jembo et le choix des étoiles

Jembo et le choix des étoiles Jembo et le choix des étoiles II était une fois un lionceau qui habitait une contrée lointaine située au caeur de la savane africaine. Dans cette région coulait une rivière, la végétation était abondante.

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

gjkdienjqmozuhoajy Chansonnier des Petits Alouette, gentille alouette Ban-moin un ti bo Refrain : Ban-moin un ti bo Alouette, gentille alouette,

gjkdienjqmozuhoajy Chansonnier des Petits Alouette, gentille alouette Ban-moin un ti bo Refrain : Ban-moin un ti bo Alouette, gentille alouette, Alouette, gentille alouette Ban-moin un ti bo Refrain : Alouette, gentille alouette, Alouette je te plumerai Je te plumerai la tête (bis) Et la tête (bis) Alouette (bis) Ah Refrain Je te plumerai le bec,

Plus en détail

I/ Compréhension orale Feuille du professeur MARJORIE ET LA GUITARE MAGIQUE.

I/ Compréhension orale Feuille du professeur MARJORIE ET LA GUITARE MAGIQUE. I/ Compréhension orale Feuille du professeur MARJORIE ET LA GUITARE MAGIQUE. Marjorie a un gros chagrin. Aujourd hui, il fait un temps superbe, c'est mercredi et il n y a pas d école. Son amie Sophie l

Plus en détail

C R O Q U I S D A I R

C R O Q U I S D A I R P l a c e S t. L a u r e n t INTENTIONS P a r c A. M i c h a l l o n P l a c e d e L a v a l e t t e L objectif de l analyse Nous avons essayé d observer l effet de l air sur la perception de l espace

Plus en détail

Jeu de l oie maligne. Les cartes «devinettes» sont à fabriquer soi-même. On les disposera au centre du plan de jeu.

Jeu de l oie maligne. Les cartes «devinettes» sont à fabriquer soi-même. On les disposera au centre du plan de jeu. Compétence sollicitée Jeu de l oie maligne Compétence verbo-prédictive : savoir compléter ou terminer un énoncé verbal à «trou» ; savoir anticiper, savoir compléter correctement une phrase. Compétence

Plus en détail

NOËL, FÊTE de LUMIÈRE et d ESPÉRANCE

NOËL, FÊTE de LUMIÈRE et d ESPÉRANCE NOËL, FÊTE de LUMIÈRE et d ESPÉRANCE Temps de rassemblement 1. Chant : C est Noël viens chanter 2. Intro une voix Cette nuit est une nuit de PROMESSE! Dans le cœur des gens L espérance se lève Comme une

Plus en détail

L écriture : une arme de libération du corps et de l esprit

L écriture : une arme de libération du corps et de l esprit L écriture : une arme de libération du corps et de l esprit Et si demain j étais une ville Serais-je sur une île? Je choisirai la solitude pour m épargner des personnes de mauvaise attitude. On oublierait

Plus en détail

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit [Choisir la date] LA PETITE FILLE ET LES ALLUMETTES HANS CHRISTIAN ANDERSEN CONTES D ANDERSEN, 1876, P.157-161 TEXTE INTEGRAL Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit n était pas loin ; c était

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Louis BROQUET Propos de rentrée : le sale trou Dans Echos de Saint-Maurice, 1919, tome 18, p. 120-123 Abbaye de Saint-Maurice 2010 Le «sale trou». Propos de

Plus en détail

La Vermode, sur les flancs ouest du Mont-d Or

La Vermode, sur les flancs ouest du Mont-d Or La Vermode, sur les flancs ouest du Mont-d Or Situation de la Vermode sur la carte fédérale de 1960 1 La Vermode, joli chalet à plan carré, toit pyramidal à quatre pans 2 L eau est excessivement rare sur

Plus en détail

PRÉSENT DE L'INDICATIF - VERBES EN -ER (1) PRÉSENT DE L'INDICATIF - VERBES EN -ER (2)

PRÉSENT DE L'INDICATIF - VERBES EN -ER (1) PRÉSENT DE L'INDICATIF - VERBES EN -ER (2) PRÉSENT DE L'INDICATIF - VERBES EN -ER (1) Ils (chanter) chantent une belle chanson. Est-ce que vous (acheter) ce pantalon? Tu (jouer) très bien de la guitare! Nous (écouter) la radio tous les matins.

Plus en détail

je récite. vive les vacances!

je récite. vive les vacances! je récite. vive les vacances! hier, c était le jour des prix. maintenant, vacances! vacances! oh! quelle chance! c est trop beau. je saute, je ris. plus de devoirs, plus de leçons jouer, jouer, pas autre

Plus en détail

MERCI POUR TOUTE CETTE ANNEE

MERCI POUR TOUTE CETTE ANNEE MERCI POUR TOUTE CETTE ANNEE C est bientôt les vacances! Notre année à l école s achève Qu avons-nous vécu cette année?? Que retenons nous des belles choses que nous avons vécues avec notre famille, ou

Plus en détail

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche LEÇON Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche Lis «Cela va trop loin!». Dessine un signal routier. Ajoute ton verset à mémoriser et place-le en évidence. Commence

Plus en détail

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire:

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire: C est l histoire d une petite fille, Noéline, et de son tonton qui vivait en Chine. Il n était pas là quand elle est née, car il escaladait une montagne sacrée. Alors, quand il est rentré, il a fallu tout

Plus en détail

Bonjour et Bienvenue au journal d

Bonjour et Bienvenue au journal d LE REFUGE EPONA Septembre 2013 Refuge enregistré sous le n. 0501006626 Ben attrapant les flocons de neige Bonjour et Bienvenue au journal d Nous vous souhaitons une bonne lecture A nouveau, de bien tristes

Plus en détail

Naissance des fantômes

Naissance des fantômes Marie Darrieussecq Naissance des fantômes Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e Elle était en train de promener autour d elle son regard à la recherche de quelque moyen de s enfuir, et elle

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

La petite fille qui voulait attraper le soleil

La petite fille qui voulait attraper le soleil La petite fille qui voulait attraper le soleil Un beau matin, une fillette fût réveillée par un drôle de petit rayon de soleil, qui rentra dans sa chambre, lui caressa la joue et vint lui chatouiller le

Plus en détail

EMERVEILLE. Psaume 19

EMERVEILLE. Psaume 19 EMERVEILLE Psaume 19 Cédric Chanson La Colline, le 12 juillet 2015 Soli Deo Gloria 1. S émerveiller, remercier, partager (Faire passer et déguster des morceaux de melon) Comment vous trouvez ce melon?

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

Il y a un mouton tout blanc, tonton mouton. Il se promène avec un poussin qui se nomme Poussin. Ils portent des sacs. Poussin sort du métro.

Il y a un mouton tout blanc, tonton mouton. Il se promène avec un poussin qui se nomme Poussin. Ils portent des sacs. Poussin sort du métro. Il y a un mouton tout blanc, tonton mouton. Il se promène avec un poussin qui se nomme Poussin. Ils portent des sacs. Poussin sort du métro. Un chien, Papi Toutou va visiter un château avec un éléphant,

Plus en détail

Parcours de visite DRÔLES DE BÊTES! (enfants de 3 à 5 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ

Parcours de visite DRÔLES DE BÊTES! (enfants de 3 à 5 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ Parcours de visite DRÔLES DE BÊTES! (enfants de 3 à 5 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ BIENVENUE Voici le guide qui t accompagnera pendant la visite. C est un habitué, il connaît

Plus en détail

Journal de Noémie Dondel du Faouëdic

Journal de Noémie Dondel du Faouëdic Journal de Noémie Dondel du Faouëdic [Buard, 11 septembre 1914] [ ] Hier soir, nouvelle surprise! Arrivée de Marthe avec sa petite Hermine. St-Nazaire est encombré de troupes anglaises de tous les pays,

Plus en détail

Cub Histoires : Au Far West

Cub Histoires : Au Far West Le cow-boy Assis au coin du feu Le vieux cow-boy Chante l histoire du Far-West Sur un air d harmonica Il chante la chasse aux bisons Dans les grandes plaines vertes Il chante les nuits à cheval A surveiller

Plus en détail

Chansons. Cache tes mains derrière ton dos, Où je te donne un coup d'marteau... Je vais à l'école. Je suis content. Je suis un grand.

Chansons. Cache tes mains derrière ton dos, Où je te donne un coup d'marteau... Je vais à l'école. Je suis content. Je suis un grand. Chansons Je vais à l'école Je suis content. Je suis un grand. Je vais à l'école. Je suis content. Je suis un grand. Je m'amuse gaiement Rangeons-nous par deux Rangeons-nous par deux, Je donne la main à

Plus en détail

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 Samedi 22 septembre 2012 10h15 à 12h00 Rencontre d'éveil à la foi pour l'enfant avec un de ses parents. Avant la séance : préparer la salle : 1

Plus en détail

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21

La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1. Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 La prière L Amour de Dieu Ephesiens 3:14-21 4 février 2007 1 Prier: L Amour de Dieu Éphésiens 3:14-21 Introduction Introduction : les requêtes spirituelles de Paul 1. Fortifier l homme intérieur, 2. Christ

Plus en détail

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT LE CHAT BOTTÉ Charles PERRAULT Un meunier avait trois fils. Il leur laissa son moulin, son âne, et son chat. Le fils aîné eut le moulin. Le second fils eut l'âne. Le plus jeune n'eut que le chat. Le pauvre

Plus en détail

J ai aidé à préparer et à servir et les gens ont été très sympathiques avec moi. C est fatigant, mais avec des horaires normaux.

J ai aidé à préparer et à servir et les gens ont été très sympathiques avec moi. C est fatigant, mais avec des horaires normaux. Témoignage 1 Voici le témoignage de Kevin : J ai passé une semaine d observation au restaurant d entreprise d une grosse société qui travaille pour l espace et fabrique des satellites. Tous les midis,

Plus en détail

Jardin secret. Hank Vogel

Jardin secret. Hank Vogel Jardin secret Hank Vogel Hank Vogel Jardin secret 1 L amour, une couronne d épines et de lauriers. 2 On n entre pas dans le royaume des anges la tête vide et les mains propres, on y entre souvent abattu

Plus en détail

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis JOIE Synopsis Antoine et Marianne Le Cloître, est un couple de personnes âgées d environ soixante ans. Un matin, ils reçoivent un coup de téléphone. Marianne répond et s agite en apprenant que l interlocuteur

Plus en détail

Marie Laberge JUILLET. Roman. Boréal

Marie Laberge JUILLET. Roman. Boréal Marie Laberge JUILLET Roman Boréal 1 Le vacarme des oiseaux, juste avant l aube dans la grisaille chargée de rose qui pesait sur la nuit, l avait déjà réveillé. Il avait passé la nuit à lutter contre l

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail