Panel n 1 L évaluation vecteur de bonne gouvernance 29 octobre 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panel n 1 L évaluation vecteur de bonne gouvernance 29 octobre 2015"

Transcription

1 1 er Forum international francophone de l évaluation Panel n 1 L évaluation vecteur de bonne gouvernance 29 octobre 2015 Katia HORBER-PAPAZIAN, Professeure de politique locale et d évaluation à l IDHEAP, Université de Lausanne, Suisse KAKO NUBUKPO, MINISTRE CHARGE DE LA PROSPECTIVE ET DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES, TOGO Le 11 octobre 2013, par décret N /PR portant création du Ministère auprès de la Présidence de la République, Chargé de la Prospective et de l Evaluation des Politiques Publiques (MPEPP), le Président de la République togolaise, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, a institutionnalisé sa volonté de faire entrer le Togo dans une nouvelle ère, celle de l audace dans la vision du développement du pays et du sérieux dans la gestion des ressources à mobiliser pour ce développement. L objectif de notre communication est de rappeler les enjeux et les défis de l évaluation des politiques publiques afin, d une part, d en expliciter les fondements théoriques et méthodologiques et, d autre part, d en inférer les impacts attendus en matière d organisation et de gestion de l action publique au Togo. La première partie exposera les résultats issus de la semaine nationale de l évaluation (25 au 28 mars 2014), domaine qui constitue un défi majeur pour des économies et des sociétés exposées à une multiplicité de chocs, induisant une perception souvent biaisée des déterminants des performances économiques et sociales. Partant du principe selon lequel il convient de comprendre le passé et le présent (l évaluation) pour construire l avenir (la vision), la deuxième partie mettra en évidence l importance pour une nation d opter pour une démarche prospective, un prérequis indispensable pour l atteinte d une vision partagée des futurs possibles du Togo.

2 Les enjeux de l évaluation des politiques publiques au Togo La mutation de l'action des pouvoirs publics sous l'effet conjugué de la raréfaction des ressources et de la complexité croissante des modes d'intervention suscite pour les acteurs de la vie publique des attentes croissantes et diverses en matière d'évaluation. L évaluation des politiques publiques vise à produire des connaissances sur les actions publiques, notamment quant à leurs effets, dans le double but de permettre aux citoyens d en apprécier la valeur et d aider les décideurs à en améliorer la pertinence, l efficacité, l efficience, la cohérence et les impacts. Elle contribue ainsi à rationaliser la prise de décision publique, à moderniser la gestion de l administration et des services publics, et à rendre plus efficaces les dépenses publiques. Elle contribue simultanément au développement de la responsabilité et des pratiques de redevabilité interne et externe, ainsi qu'à l'apprentissage organisationnel. Elle participe enfin aux progrès parallèles de la bonne gestion et du débat démocratique à tous les niveaux de gouvernement. Les enjeux de l évaluation des politiques et programmes publics transcendent le seul intérêt des protagonistes directs et concernent l'ensemble des citoyens. L évaluation doit être décidée, organisée et conduite en vue de l intérêt général. C'est pour cela qu elle doit s exercer dans un cadre institutionnel explicite et que sa pratique doit être régie par des principes spécifiques, au premier rang desquels il convient de citer l indépendance d esprit. Ses finalités sont à interpréter à la lumière de deux idées régulatrices : la démocratie, qui impose à l évaluation d être transparente, et l intérêt général qui définit le point de vue à partir duquel on doit questionner l action publique. Sur le plan méthodologique, les enjeux sont également stimulants : en effet, dans le contexte de ce qu il est désormais convenu d appeler «la fatigue de l aide», expression utilisée pour caractériser la faiblesse structurelle des performances au regard de l immensité des besoins, la communauté des partenaires au développement est passée progressivement de la mesure du développement à la mesure de la volonté de développement. Par ailleurs, il subsiste, au sein de la population, des difficultés à appréhender les contours de la construction du système national d évaluation de l action publique et de gestion axée sur les résultats de développement. La création d une synergie d action entre les différentes initiatives en matière d évaluation serait un puissant levier pour l atteinte des résultats, car elle traduirait la volonté du Gouvernement d opter pour une approche participative de l évaluation et surtout réaffirmerait le caractère transpartisan de l impératif de bonne gouvernance. 2

3 Les défis de l évaluation des politiques publiques au Togo L évaluation des politiques publiques au Togo répond à deux (2) objectifs généraux : Améliorer les capacités institutionnelles, règlementaires et juridiques, afin de mieux répondre aux exigences de la bonne gouvernance ainsi qu à celles de la modernisation administrative et de la performance publique ; Améliorer significativement la gouvernance au Togo. De manière spécifique, l adoption de la démarche évaluative devrait faciliter les actions ci-après : Mettre en place le cadre juridique, règlementaire et institutionnel et les outils et l organisation nécessaires à une meilleure appréciation des politiques et de la qualité des services publics ; Créer les meilleures conditions de mise en œuvre de la politique de l Etat en matière d évaluation des politiques publiques ; Elaborer et adopter la politique nationale d évaluation ; Assurer la mise en œuvre effective et efficace de la politique nationale d évaluation ; Instaurer, renforcer et moderniser les capacités d évaluation des politiques publiques ; Consolider et professionnaliser les métiers d évaluation des politiques publiques, en conformité avec les meilleures pratiques internationales ; Apporter aux départements sectoriels l appui, l accompagnement ainsi que les techniques et les outils nécessaires pour l évaluation des politiques publiques qu ils mettent en œuvre. La mise en œuvre des actions du Ministère chargé de l Evaluation des Politiques publiques bénéficiera à toutes les couches socioprofessionnelles du pays dans la mesure où elle renforcera la gouvernance, améliorera le service public et rentabilisera au mieux les ressources. Les rapports d évaluation des politiques publiques permettront aux décideurs de se mettre à un niveau d information qualifié pour mieux orienter les interventions futures dans lesdits secteurs. Au final, le séminaire relatif à l évaluation des politiques publiques a mis en évidence les fortes attentes du public sur les aspects ci-après qui serviront de balises dans le cadre du processus et d éléments de discussion dans le cadre du FIFE : la prise en compte de toutes les catégories socioprofessionnelles dans le processus d évaluation, afin de donner à ce processus, un caractère participatif élevé ; l impératif de redevabilité et de transparence dans le processus d évaluation des politiques publiques ; l exigence de mise en pratique des résultats et recommandations issus des évaluations qui seront menées ; l exemplarité des évaluateurs et le contrôle qualité des évaluations qui seront menées, avec si possible, la mise en place d un dispositif institutionnel d évaluation des évaluateurs. 3

4 ROGER MBASSA NDINE, SENATEUR, PRESIDENT DU COMITE EXECUTIF DU RESEAU DES PARLEMENTAIRES AFRICAINS SUR L EVALUATION DU DEVELOPPEMENT, CAMEROUN Gouvernance et Evaluation sont deux notions qui, dans le monde d aujourd hui, caractérisent de plus en plus tant la conduite des affaires publiques que la gestion des structures et entités privées. Elles interpellent aux plans technique et politique les institutions locales et nationales, régionales et internationales. La gouvernance a en particulier servi, à partir des années 90 et selon les orientations de ce qui a été appelé «Consensus de Washington», de fondement théorique aux conditionnalités fixées par les institutions financières internationales pour apporter leur soutien aux politiques de développement des Etats membres. Au-delà de la grande diversité des définitions et de la multiplicité quasi infinie des adjectifs qui l accompagnent désormais, la gouvernance peut être simplement comprise comme étant la manière dont sont utilisées les ressources globales d une nation, d une entreprise ou d une organisation pour atteindre ses objectifs et réaliser sa mission. Ainsi définie, la gouvernance est qualifiée de bonne lorsqu elle permet à la structure considérée de remplir ses missions avec la plus grande efficacité possible. Dans la sphère de la gestion des affaires publiques, la bonne gouvernance se reconnait aussi bien dans la capacité des gouvernements à mettre en œuvre des politiques pertinentes et à mobiliser et gérer efficacement les ressources, que dans le respect de l état de droit et l existence d un contrôle démocratique sur les agents chargés de l autorité publique. La planification apparaît dans ce cadre comme l un des principaux instruments de la bonne gouvernance d une entité, en ce sens qu elle permet d articuler la réflexion sur sa mission fondamentale, de formuler une vision à long terme de son futur et de définir des objectifs clairs à atteindre à un horizon donné. Elle permet, en d autres termes, de préciser là où l on veut aller et le chemin que l on compte emprunter pour y arriver. La question qui vient immédiatement à l esprit, après cette définition, est évidemment de savoir comment mesurer quantitativement et qualitativement les progrès accomplis dans la réalisation des missions et objectifs qu on s est fixé. Le bons sens commande en effet, à notre humble avis, de suivre et d évaluer régulièrement en aval les progrès accomplis dans ces domaines. Le suivi-évaluation permet de mesurer les résultats obtenus, de les jauger par rapports aux missions et objectifs arrêtés dans le cadre de la planification et d apprécier la manière dont les ressources globales disponibles ont été mobilisées et utilisées pour atteindre ces résultats. Si le suivi recense en particulier les résultats intermédiaires (court terme), l évaluation, permet de mesurer, sur la base des faits et à l aide d indicateurs, les changements profonds (à moyen et long termes) liés à la mise en œuvre des politiques et programmes. Le rôle de l évaluation dans le cadre de la bonne gouvernance apparaît ainsi fondamental et complémentaire à la planification. Il consiste, en d autres termes, à dire, sur la base des faits, que la gouvernance pratiquée est effectivement de bonne qualité et invite, dans le cas contraire ou lorsque certaines insuffisances sont mises en évidence, à améliorer ou à corriger la trajectoire suivie. L évaluation apparaît ainsi comme un gage de bonne gouvernance. L évaluation ne peut toutefois jouer ce rôle que si elle largement acceptée par les acteurs politiques et sociaux, parce qu elle est fondamentalement susceptible de provoquer des remises en cause plus ou moins significatives dans la conduite d une politique, d un programme ou d un projet. Elle peut en effet contrarier les intérêts de certains acteurs et ne peut donc prospérer sans un ancrage institutionnel fort. 4

5 Dans le processus d institutionnalisation de l évaluation, les gouvernements, les parlements, la société civile et les experts en évaluation ont chacun un rôle à jouer, afin d aboutir à une définition aussi consensuelle que possible des champs, des principes, des méthodes, des pratiques et même des calendriers d évaluation des politiques, des programmes et des projets. Les parlements, qui sont généralement investis de la mission non seulement de voter des lois mais aussi de contrôler l action des gouvernements de leurs pays respectifs, ont un rôle particulier à jouer à cet égard. Au niveau du Réseau des Parlementaires Africains sur l Evaluation du Développement, de création récente, nous avons ainsi inscrit dans le préambule de nos statuts l engagement des parlementaires africains à créer une véritable culture de l évaluation dans leurs pays respectifs, en «promouvant notamment la prise de conscience de l importance de l évaluation pour une bonne gouvernance, la demande et l utilisation de solides travaux d évaluation dans notre travail parlementaire ainsi que l institutionnalisation de l évaluation comme support pour la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques.» Mais il faut le dire, le chemin à parcourir en Afrique est encore long, car beaucoup de nos Etats commencent à peine à mesurer l importance de l évaluation dans la gestion des affaires publiques et dans le renforcement de la démocratie. Le Cameroun, à l instar de plusieurs autres états africains, est lui aussi au début de ce processus d institutionnalisation de l évaluation. Il a entrepris, depuis cinq à six ans, de restaurer, moderniser et généraliser la pratique de la planification à court, moyen et long termes, dans la gestion des affaires publiques, tant au niveau national que local et dans le secteur public productif en général. Un nouveau modèle de planification stratégique, généralisée à tous les acteurs publics ou bénéficiant de fonds publics, se met ainsi progressivement en place. Les outils utilisés dans cet exercice de planification sont : Une vision à très long terme sur un horizon de 25 ans, baptisée Cameroun Vision 2035, qui projette le Cameroun à l horizon d une génération comme «un pays émergent, démocratique et uni dans sa diversité» ; Un plan national de développement, baptisé Document de Stratégie pour la Croissance et l Emploi (DSCE), qui planifie la mise en œuvre de la vision au cours de la première période décennale Il repose sur trois leviers principaux qui sont la croissance, l emploi et la gouvernance ; Sept stratégies sectorielles de développement, véritables plans sectoriels de développement alignés sur le DSCE couvrant tous les secteurs de développement ; Un ensemble d outils de programmation et de budgétisation de la mise en œuvre de ces plans sectoriels (cadres de dépenses à moyen terme, budget-programmes, programmes de compétitivité des filières, etc.) ; Des plans de développement communaux, élaborés selon une méthodologie unique qui assure leur alignement sur le DSCE : 92% des 360 communes du pays en disposent déjà ; Des stratégies de coopération avec les partenaires techniques et financiers multilatéraux et bilatéraux, toutes alignées ou réalignées sur le DSCE, conformément aux principes de la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement. En complément à cet effort de planification du développement, un système institutionnel de suivi a été mis en place, qui produit des rapports annuels ou semestriels de suivi des résultats de la mise en œuvre globale du plan national de développement (DSCE), des stratégies sectorielles et du programme d investissement public. Pour ce qui concerne en particulier le programme d investissement public, des 5

6 comités de suivi participatifs, présidés chacun par un parlementaire, sont à pied d œuvre dans chacun des 59 départements du pays. Ce dispositif de suivi tend cependant à montrer ses limites, car s il permet de recenser les réalisations année par année, il n offre pas au décideur politique le recul et la vision globale sur les progrès accomplis dans la réalisation des missions fondamentales d un département ministériel, d une agence gouvernementale, d une région ou d une commune. S il permet par exemple de dire combien de formations sanitaires ont été construites sur une période donnée et combien de personnels de santé sont en fonction, il ne dit pas quel est le taux d accès effectif des populations aux soins et services de santé : or c est bien ce taux qui peut servir comme un des indicateurs de l état de santé de la population. C est pour cette la raison qu à la faveur de l introduction du nouveau régime financier de l Etat et de son instrument principal qu est le budget-programme, l Etat du Cameroun a entrepris depuis 2012 d institutionnaliser l évaluation des politiques et programmes d actions ministériels. Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a ainsi institué dans ses services un Comité Interministériel d Examen des Programmes, qui procède chaque année vers les mois de juillet et août, à l examen des programmes d actions des différents départements ministériels et donne les recommandations permettant de mieux les mettre en cohérence avec leurs missions premières. Le projet de Loi des Finances, déposé en novembre sur les tables des deux chambres du Parlement, intègre les résultats de cet exercice. De même, le nouveau régime financier de l Etat fait désormais obligation au Gouvernement de soumettre à l avis préalable de la Chambre des Comptes le projet de Loi de Règlement, qui évalue l exécution du budget de l année précédente, avant son dépôt au Parlement en même temps que le projet de Loi des Finances de l année suivante. Ce dispositif d évaluation interne vient d être complété pour la première fois par une «évaluation indépendante triennale de la mise en œuvre du Document de Stratégie pour la Croissance et l Emploi» (plan national de développement) sur la période allant du 1er janvier 2010 au 31 décembre Le rapport de cette étude confiée à une expertise nationale indépendante, vient d être remis à son commanditaire, le Premier Ministre Chef du Gouvernement. L institutionnalisation de l évaluation est ainsi bien lancée au Cameroun. Le soutien du Président du Sénat du Cameroun à la création du Réseau des Parlementaires Africains sur l Evaluation du Développement, laisse espérer que le Parlement camerounais jouera, dans les mois et années à venir, un rôle de plus en plus important dans la promotion d une véritable culture de l évaluation, indispensable à la consolidation de la bonne gouvernance./. 6

7 NICOLAS SIMARD, DIRECTEUR DE L EVALUATION A L ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE, FRANCE Permettez-moi tout d abord de transmettre les chaleureuses salutations de son Excellence le Président Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie, et de l Administrateur de l Organisation internationale de la Francophone, Monsieur Clément Duhaime. Dans le cadre de l agenda international pour l efficacité du développement, l évaluation des politiques publiques s impose de plus en plus comme un instrument permettant d accroître la performance des gouvernements et des services qu ils offrent à leurs populations, notamment aux plus pauvres et plus vulnérables (tels que les femmes et les jeunes, qui seront au cœur des enjeux du prochain Sommet de la Francophonie). S il existe quelques expériences francophones très intéressantes en matière d évaluation des politiques publiques, l espace francophone sur les cinq continents est globalement caractérisé par un plus faible ancrage de la fonction évaluative dans les paysages politiques, administratifs et institutionnels des pays. Mesdames, Messieurs, permettez-moi de partager avec vous quelques brefs éléments de diagnostic concernant l état de l évaluation dans l espace francophone : Une partie significative de la production scientifique et méthodologique sur l évaluation des politiques publiques, n est pas disponible en français. Cette situation crée une barrière linguistique qui accentue l écart pour les pays francophone dans un contexte international où la pratique de l évaluation progresse rapidement et les innovations sont nombreuses ; Les expériences francophones d institutionnalisation de l évaluation, avec les défis méthodologiques associés à ces expériences, ne sont pas suffisamment partagées et valorisées au sein de l espace francophone ; La faiblesse des pratiques évaluatives touche particulièrement les pays d Afrique francophone. Une étude du Centre pour l Apprentissage sur l Évaluation et les Résultats (Université Witwatersrand d Afrique du Sud) rapporte que peu de pays d Afrique francophone ont institutionnalisé et formalisé des pratiques évaluatives. Par contre, comme nous le voyons actuellement avec ce Forum, la même recherche démontre aussi que plusieurs pays manifestent un intérêt grandissant pour le renforcement de l évaluation. Des efforts sont à faire pour mieux arrimer la fonction d évaluation avec les processus de prise de décision à l intérieur des administrations publiques et du secteur des organisations non-gouvernementales ; Les administrations publiques des pays en développement (particulièrement en Afrique) sont parfois exposées à des impératifs méthodologiques liés à de nouveaux paradigmes de gestion publique, souvent commandés par des exigences internationales, qui ne sont pas nécessairement compatibles et faciles à gérer avec les moyens disponibles et les procédures en vigueur dans ces pays, alors même que l enjeu d appropriation est extrêmement important. 7

8 Comme j ai eu l occasion le mentionner plus tôt, la Francophonie est fortement impliquée dans les engagements internationaux visant à accroître l efficacité du développement et est convaincue de l efficacité de l évaluation comme outil de pilotage : Pour les gouvernants, dirigeants, maîtres d œuvre de politiques publiques et autres décideurs, elle permet de guider et mieux rendre compte de l action publique auprès des citoyens et des partenaires ; Pour les opérateurs, l évaluation offre des moyens d appréciation et de rétroaction. L évaluation offre l occasion aux citoyens et à toute partie prenante de l action publique de valoriser leur implication, favoriser leur appropriation, restituer de l information, utile pour l amélioration des politiques et des programmes. L évaluation constitue en effet une formidable opportunité de décrire un programme ou un projet et de le faire connaître, pour en maximiser la portée. En tirant des enseignements des échecs et des succès de l action publique en toute indépendance et impartialité, l évaluation éclaire la prise de décision et permet d opérer une meilleure gestion de l action publique. En analysant difficultés et opportunités des politiques menées, des pistes d améliorations de la performance sont recommandées. Ainsi l évaluation sécurise les trajectoires des interventions publiques pour les conduire vers davantage d efficacité. En plus de son utilité comme «instrument d efficacité» de l action publique, l évaluation s impose désormais comme une garantie de solide gouvernance démocratique qui renforce la transparence, la reddition de comptes et la redevabilité mutuelle. L évaluation constitue pour le décideur l occasion d associer les administrations, les partenaires et les citoyens d une démarche de consultation et d analyse et d ainsi alimenter le débat public. Démarche ouverte et participative, l évaluation présente un potentiel d apprentissage collectif à travers lequel les citoyens peuvent accélérer la réduction des inégalités et injustices qui les frappent. Auprès de l opinion publique, l évaluation renforce également le sens des responsabilités des dirigeants qui s y engagent de manière volontaire. Elle permet d affirmer des valeurs d exemplarité en matière de redevabilité et de transparence. Auprès des partenaires techniques et financiers, la crédibilité apportée à l action publique par l évaluation, renforce la position des institutions sur la scène internationale et leur capacité à réunir des financements pour le développement. Enfin, auprès de la société civile, la transparence qui découle de l évaluation renforce la confiance envers les pouvoirs publics, quels qu en soient les résultats, puisque des aspects critiques permettent de montrer qu il y a un engagement à rectifier le tir, et que des aspects positifs renforcent la perception du succès de certaines initiatives. Mesdames, Messieurs, en guise de conclusion, j ajouterai quelques mots sur l accompagnement de l OIF et quelques perspectives d avenir. 8

9 L OIF s est engagée de longue date dans la valorisation de l évaluation francophone, notamment dans le renforcement des capacités en termes d évaluation. Cette année, avec ce premier forum international de l évaluation, un cap est franchi. Appuyé par l OIF, le RFE a su, pour cet évènement, mobiliser l ensemble des acteurs francophones impliqués dans l évaluation, et nous l en remercions chaleureusement, ainsi que tous les acteurs impliqués. Dans la perspective de 2015, Année internationale de l évaluation, l OIF a amorcé un plaidoyer en faveur de l évaluation auprès des décideurs de l action publique. Des outils de communication ont notamment été développés en partenariat avec le RFE et EvalPartners. Dans les années à venir, l OIF compte poursuivre son effort de promotion de l évaluation auprès de ses Etats membres, en particulier dans les pays en développement, notamment dans le cadre de l adoption du Programme de développement pour l après-2015 des Nations Unies, au travers d un accompagnement pour la conception et la mise en œuvre des Stratégies nationales de Développement Durable, et les liens entre ces stratégies et les initiatives aux niveaux régional et local et une plus forte appropriation des principes et pratiques de la gestion axée sur les résultats, dont l évaluation est une composante essentielle. Sur cette note d espoir, Mesdames et Messieurs, je souhaite plein succès aux travaux de ce Forum. Je vous remercie de votre attention. 9

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE

IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE AFRICAN DEVELOPMENT BANK GROUP IL EST TEMPS D ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ ET L INÉGALITÉ EN AFRIQUE Steve Kayizzi-Mugerwa, économiste en chef et vice-président, Groupe de la Banque africaine de développement

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport

Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport Présenté par M. Louis Vlavonou (Bénin) Rapporteur Kinshasa (République démocratique du Congo) 5-8 juillet 2011 Mesdames, Messieurs, Mes

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

Groupe de rapporteurs sur la coopération juridique (GR-J), réunion du 7 octobre 2014

Groupe de rapporteurs sur la coopération juridique (GR-J), réunion du 7 octobre 2014 M. Jean-Philippe WALTER 1 Président du Comité consultatif de la Convention pour la protection des personnes à l égard du traitement automatisé des données à caractère personnel Conseil de l Europe 67075

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial

cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial cycle supérieur de management de L inet master 2 management public territorial INSTITUT NATIONAL DES ÉTUDES TERRITORIALES Conçu pour des cadres expérimentés, le cycle supérieur de management (CSM) vise

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Rapport sur la situation en matière de développement durable

Rapport sur la situation en matière de développement durable Rapport sur la situation en matière de développement durable des collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre, de plus de 50 000 habitants Des pratiques différenciées & des évolutions méthodologiques

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3"

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3 République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3" Termes de référence Pour le recrutement d un consultant spécialisé en Gestion Axée sur les Résultats

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015

Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015 Document d analyse sur le Suivi et l examen du Programme de Développement pour l après-2015 11 mai 2015 Introduction Le présent document d analyse met en exergue quelques éléments clés du suivi et de l

Plus en détail

ASSOAL En partenariat avec

ASSOAL En partenariat avec ASSOAL En partenariat avec AC-BP-FL, le PNDP? et le FEICOM? JOURNEES NATIONALES DE LA TRANSPARENCE BUDGETAIRE Contexte PREMIERE EDITION YAOUNDE, OCTOBRE 2014 TERMES DE REFERENCE Au Cameroun, la loi constitutionnelle

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Le Conseiller pour les Affaires Sociales Travail/Emploi Formation professionnelle Santé/Protection sociale Action sociale/population Rabat, le 28 décembre 2011 L emploi : une

Plus en détail

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable

La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable La Loi québécoise et la Stratégie gouvernementale de développement durable Robert Lauzon, directeur Bureau de coordination du développement durable Association québécoise de vérification environnementale

Plus en détail

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement

Direction du réseau DRH réseau. Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement Direction du réseau DRH réseau Elaboration concertée d une méthodologie d analyse du changement INC du 23 avril 2014 1 Afin de lancer la démarche d élaboration d une méthodologie concertée d analyse du

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

Termes de référence pour la mise en place du Forum National «Education Pour Tous»

Termes de référence pour la mise en place du Forum National «Education Pour Tous» Termes de référence pour la mise en place du Forum National «Education Pour Tous» Octobre 2011 2 SOMMAIRE PREAMBULE... 4 1. Description du forum national EPT... 6 1.1 Instances de coordination nationale

Plus en détail

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE

RAPPORT DE RÉUNION PHOTO DE GROUPE RAPPORT DE RÉUNION Réunion des Organes et Institutions Spécialisées de la CEMAC consacrée à l élaboration des fiches-projets, cadres logiques et stratégies de promotion du Programme Économique Régional

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle

Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle 1 Cérémonie de clôture de la réunion débat sur le thème de la 56 e session ministérielle Discours de Madame ALBATOUL Zakaria, Ministre de l'enseignement fondamental et de l'alphabétisation du Tchad, Présidente

Plus en détail

Intervention d Axelle LEMAIRE Secrétaire d Etat chargée du Numérique, Lors du Colloque de l AVICCA

Intervention d Axelle LEMAIRE Secrétaire d Etat chargée du Numérique, Lors du Colloque de l AVICCA AXELLE LEMAIRE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU NUMERIQUE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DU REDRESSEMENT PRODUCTIF ET DU NUMERIQUE D i s c o u r s D i s c o u r s Paris, le 13 05 2014 Intervention d Axelle

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

www.evaluation.francophonie.org

www.evaluation.francophonie.org Dans le cadre de son programme de soutien des initiatives de développement de l évaluation dans les pays du Sud, et sous l objectif de renforcer l information et le réseautage des professionnels francophones,

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

MESSAGE DE VŒUX DE S.E.M. L AMBASSADEUR ILEKA AU PERSONNEL DE L AMBASSADE

MESSAGE DE VŒUX DE S.E.M. L AMBASSADEUR ILEKA AU PERSONNEL DE L AMBASSADE MESSAGE DE VŒUX DE S.E.M. L AMBASSADEUR ILEKA AU PERSONNEL DE L AMBASSADE Bonsoir, Il est de coutume, que chaque année, nous nous réunissons pour la traditionnelle cérémonie des vœux, et, je suis heureux

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France Panorama des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable en France Décembre 2009 TERRITOIRES AYANT DÉCLARÉ UN AGENDA 21 LOCAL - SEPTEMBRE 2009 En 2009, l Observatoire s est

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Dans ce cadre, cette communication poursuit au moins un triple objectif :

Dans ce cadre, cette communication poursuit au moins un triple objectif : 3.2.4 La gouvernance démocratique et l évaluation des politiques publiques : enjeux, contraintes, et ressources Fred CONSTANT, Recteur de l université Senghor. Ces dernières décennies, la réflexion concernant

Plus en détail

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017 27 juillet 2015 Original : anglais À titre d information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième session ordinaire de 2015 8-10 septembre 2015 Point 5 de l ordre du jour

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL INTERNATIONAL SOUS LE THÈME. «Management stratégique dans les banques centrales» ALLOCUTION DE Monsieur le Directeur Général

GROUPE DE TRAVAIL INTERNATIONAL SOUS LE THÈME. «Management stratégique dans les banques centrales» ALLOCUTION DE Monsieur le Directeur Général GROUPE DE TRAVAIL INTERNATIONAL SOUS LE THÈME «Management stratégique dans les banques centrales» ALLOCUTION DE Monsieur le Directeur Général Rabat Lundi 4 mai 2015 Mesdames, Messieurs, C est pour moi

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR)

Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR) p Délégation interministérielle à l aménagement territoriale et à l attractivité régionale (DATAR) Evaluation à mi-parcours des Contrats de Projets Etat-Région Volet Enseignement Supérieur et Recherche

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE

CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE M i n i s t è r e d e l a S a n t é CEREMONIE D OUVERTURE DE L ATELIER DE CAPITALISATION DES INTERVENTIONS BENINO- BELGE DANS LE SECTEUR DE LA SANTE *-*-*-* Cotonou, Hotel du Lac le 11 novembre 2014 Discours

Plus en détail

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement

Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement Rapport mondial 2010 sur l e-parlement Chapitre 10 Le Cadre de référence 2010-2020 pour l e-parlement La première édition du Rapport mondial sur l e-parlement a montré qu en 2008 seulement quelques assemblées

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle المملكة المغربية وزارة التشغيل والتكوين المهني A L L O C U T I O N de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation

Plus en détail

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger

Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Argumentaire du Développement de la Couverture Universelle en Santé au Niger Dr HIM & AGK Niamey, avril 2014 P a g e 1 Introduction La Constitution nigérienne du 25 Novembre 2010 dispose, en son article

Plus en détail

3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014

3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014 DCPB/OESC/UNDES DRAFT V.2 -Septembre 201 3 ème SONDAGE SUR LA RESPONSABILITE MONDIALE EN PREPARATION DU FCD 2014 RESPONSABILITE MUTUELLE ET PARTENARIATS AU DEVE- LOPPEMENT AU NIVEAU NATONAL Les quelques

Plus en détail

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat.

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat. Séminaire sur les normes comptables de l Etat Intervention d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Bercy, 1 er décembre 2003 Mesdames, Messieurs, C est avec grand plaisir

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail