Panel n 1 L évaluation vecteur de bonne gouvernance 29 octobre 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Panel n 1 L évaluation vecteur de bonne gouvernance 29 octobre 2015"

Transcription

1 1 er Forum international francophone de l évaluation Panel n 1 L évaluation vecteur de bonne gouvernance 29 octobre 2015 Katia HORBER-PAPAZIAN, Professeure de politique locale et d évaluation à l IDHEAP, Université de Lausanne, Suisse KAKO NUBUKPO, MINISTRE CHARGE DE LA PROSPECTIVE ET DE L EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES, TOGO Le 11 octobre 2013, par décret N /PR portant création du Ministère auprès de la Présidence de la République, Chargé de la Prospective et de l Evaluation des Politiques Publiques (MPEPP), le Président de la République togolaise, S.E.M. Faure Essozimna GNASSINGBE, a institutionnalisé sa volonté de faire entrer le Togo dans une nouvelle ère, celle de l audace dans la vision du développement du pays et du sérieux dans la gestion des ressources à mobiliser pour ce développement. L objectif de notre communication est de rappeler les enjeux et les défis de l évaluation des politiques publiques afin, d une part, d en expliciter les fondements théoriques et méthodologiques et, d autre part, d en inférer les impacts attendus en matière d organisation et de gestion de l action publique au Togo. La première partie exposera les résultats issus de la semaine nationale de l évaluation (25 au 28 mars 2014), domaine qui constitue un défi majeur pour des économies et des sociétés exposées à une multiplicité de chocs, induisant une perception souvent biaisée des déterminants des performances économiques et sociales. Partant du principe selon lequel il convient de comprendre le passé et le présent (l évaluation) pour construire l avenir (la vision), la deuxième partie mettra en évidence l importance pour une nation d opter pour une démarche prospective, un prérequis indispensable pour l atteinte d une vision partagée des futurs possibles du Togo.

2 Les enjeux de l évaluation des politiques publiques au Togo La mutation de l'action des pouvoirs publics sous l'effet conjugué de la raréfaction des ressources et de la complexité croissante des modes d'intervention suscite pour les acteurs de la vie publique des attentes croissantes et diverses en matière d'évaluation. L évaluation des politiques publiques vise à produire des connaissances sur les actions publiques, notamment quant à leurs effets, dans le double but de permettre aux citoyens d en apprécier la valeur et d aider les décideurs à en améliorer la pertinence, l efficacité, l efficience, la cohérence et les impacts. Elle contribue ainsi à rationaliser la prise de décision publique, à moderniser la gestion de l administration et des services publics, et à rendre plus efficaces les dépenses publiques. Elle contribue simultanément au développement de la responsabilité et des pratiques de redevabilité interne et externe, ainsi qu'à l'apprentissage organisationnel. Elle participe enfin aux progrès parallèles de la bonne gestion et du débat démocratique à tous les niveaux de gouvernement. Les enjeux de l évaluation des politiques et programmes publics transcendent le seul intérêt des protagonistes directs et concernent l'ensemble des citoyens. L évaluation doit être décidée, organisée et conduite en vue de l intérêt général. C'est pour cela qu elle doit s exercer dans un cadre institutionnel explicite et que sa pratique doit être régie par des principes spécifiques, au premier rang desquels il convient de citer l indépendance d esprit. Ses finalités sont à interpréter à la lumière de deux idées régulatrices : la démocratie, qui impose à l évaluation d être transparente, et l intérêt général qui définit le point de vue à partir duquel on doit questionner l action publique. Sur le plan méthodologique, les enjeux sont également stimulants : en effet, dans le contexte de ce qu il est désormais convenu d appeler «la fatigue de l aide», expression utilisée pour caractériser la faiblesse structurelle des performances au regard de l immensité des besoins, la communauté des partenaires au développement est passée progressivement de la mesure du développement à la mesure de la volonté de développement. Par ailleurs, il subsiste, au sein de la population, des difficultés à appréhender les contours de la construction du système national d évaluation de l action publique et de gestion axée sur les résultats de développement. La création d une synergie d action entre les différentes initiatives en matière d évaluation serait un puissant levier pour l atteinte des résultats, car elle traduirait la volonté du Gouvernement d opter pour une approche participative de l évaluation et surtout réaffirmerait le caractère transpartisan de l impératif de bonne gouvernance. 2

3 Les défis de l évaluation des politiques publiques au Togo L évaluation des politiques publiques au Togo répond à deux (2) objectifs généraux : Améliorer les capacités institutionnelles, règlementaires et juridiques, afin de mieux répondre aux exigences de la bonne gouvernance ainsi qu à celles de la modernisation administrative et de la performance publique ; Améliorer significativement la gouvernance au Togo. De manière spécifique, l adoption de la démarche évaluative devrait faciliter les actions ci-après : Mettre en place le cadre juridique, règlementaire et institutionnel et les outils et l organisation nécessaires à une meilleure appréciation des politiques et de la qualité des services publics ; Créer les meilleures conditions de mise en œuvre de la politique de l Etat en matière d évaluation des politiques publiques ; Elaborer et adopter la politique nationale d évaluation ; Assurer la mise en œuvre effective et efficace de la politique nationale d évaluation ; Instaurer, renforcer et moderniser les capacités d évaluation des politiques publiques ; Consolider et professionnaliser les métiers d évaluation des politiques publiques, en conformité avec les meilleures pratiques internationales ; Apporter aux départements sectoriels l appui, l accompagnement ainsi que les techniques et les outils nécessaires pour l évaluation des politiques publiques qu ils mettent en œuvre. La mise en œuvre des actions du Ministère chargé de l Evaluation des Politiques publiques bénéficiera à toutes les couches socioprofessionnelles du pays dans la mesure où elle renforcera la gouvernance, améliorera le service public et rentabilisera au mieux les ressources. Les rapports d évaluation des politiques publiques permettront aux décideurs de se mettre à un niveau d information qualifié pour mieux orienter les interventions futures dans lesdits secteurs. Au final, le séminaire relatif à l évaluation des politiques publiques a mis en évidence les fortes attentes du public sur les aspects ci-après qui serviront de balises dans le cadre du processus et d éléments de discussion dans le cadre du FIFE : la prise en compte de toutes les catégories socioprofessionnelles dans le processus d évaluation, afin de donner à ce processus, un caractère participatif élevé ; l impératif de redevabilité et de transparence dans le processus d évaluation des politiques publiques ; l exigence de mise en pratique des résultats et recommandations issus des évaluations qui seront menées ; l exemplarité des évaluateurs et le contrôle qualité des évaluations qui seront menées, avec si possible, la mise en place d un dispositif institutionnel d évaluation des évaluateurs. 3

4 ROGER MBASSA NDINE, SENATEUR, PRESIDENT DU COMITE EXECUTIF DU RESEAU DES PARLEMENTAIRES AFRICAINS SUR L EVALUATION DU DEVELOPPEMENT, CAMEROUN Gouvernance et Evaluation sont deux notions qui, dans le monde d aujourd hui, caractérisent de plus en plus tant la conduite des affaires publiques que la gestion des structures et entités privées. Elles interpellent aux plans technique et politique les institutions locales et nationales, régionales et internationales. La gouvernance a en particulier servi, à partir des années 90 et selon les orientations de ce qui a été appelé «Consensus de Washington», de fondement théorique aux conditionnalités fixées par les institutions financières internationales pour apporter leur soutien aux politiques de développement des Etats membres. Au-delà de la grande diversité des définitions et de la multiplicité quasi infinie des adjectifs qui l accompagnent désormais, la gouvernance peut être simplement comprise comme étant la manière dont sont utilisées les ressources globales d une nation, d une entreprise ou d une organisation pour atteindre ses objectifs et réaliser sa mission. Ainsi définie, la gouvernance est qualifiée de bonne lorsqu elle permet à la structure considérée de remplir ses missions avec la plus grande efficacité possible. Dans la sphère de la gestion des affaires publiques, la bonne gouvernance se reconnait aussi bien dans la capacité des gouvernements à mettre en œuvre des politiques pertinentes et à mobiliser et gérer efficacement les ressources, que dans le respect de l état de droit et l existence d un contrôle démocratique sur les agents chargés de l autorité publique. La planification apparaît dans ce cadre comme l un des principaux instruments de la bonne gouvernance d une entité, en ce sens qu elle permet d articuler la réflexion sur sa mission fondamentale, de formuler une vision à long terme de son futur et de définir des objectifs clairs à atteindre à un horizon donné. Elle permet, en d autres termes, de préciser là où l on veut aller et le chemin que l on compte emprunter pour y arriver. La question qui vient immédiatement à l esprit, après cette définition, est évidemment de savoir comment mesurer quantitativement et qualitativement les progrès accomplis dans la réalisation des missions et objectifs qu on s est fixé. Le bons sens commande en effet, à notre humble avis, de suivre et d évaluer régulièrement en aval les progrès accomplis dans ces domaines. Le suivi-évaluation permet de mesurer les résultats obtenus, de les jauger par rapports aux missions et objectifs arrêtés dans le cadre de la planification et d apprécier la manière dont les ressources globales disponibles ont été mobilisées et utilisées pour atteindre ces résultats. Si le suivi recense en particulier les résultats intermédiaires (court terme), l évaluation, permet de mesurer, sur la base des faits et à l aide d indicateurs, les changements profonds (à moyen et long termes) liés à la mise en œuvre des politiques et programmes. Le rôle de l évaluation dans le cadre de la bonne gouvernance apparaît ainsi fondamental et complémentaire à la planification. Il consiste, en d autres termes, à dire, sur la base des faits, que la gouvernance pratiquée est effectivement de bonne qualité et invite, dans le cas contraire ou lorsque certaines insuffisances sont mises en évidence, à améliorer ou à corriger la trajectoire suivie. L évaluation apparaît ainsi comme un gage de bonne gouvernance. L évaluation ne peut toutefois jouer ce rôle que si elle largement acceptée par les acteurs politiques et sociaux, parce qu elle est fondamentalement susceptible de provoquer des remises en cause plus ou moins significatives dans la conduite d une politique, d un programme ou d un projet. Elle peut en effet contrarier les intérêts de certains acteurs et ne peut donc prospérer sans un ancrage institutionnel fort. 4

5 Dans le processus d institutionnalisation de l évaluation, les gouvernements, les parlements, la société civile et les experts en évaluation ont chacun un rôle à jouer, afin d aboutir à une définition aussi consensuelle que possible des champs, des principes, des méthodes, des pratiques et même des calendriers d évaluation des politiques, des programmes et des projets. Les parlements, qui sont généralement investis de la mission non seulement de voter des lois mais aussi de contrôler l action des gouvernements de leurs pays respectifs, ont un rôle particulier à jouer à cet égard. Au niveau du Réseau des Parlementaires Africains sur l Evaluation du Développement, de création récente, nous avons ainsi inscrit dans le préambule de nos statuts l engagement des parlementaires africains à créer une véritable culture de l évaluation dans leurs pays respectifs, en «promouvant notamment la prise de conscience de l importance de l évaluation pour une bonne gouvernance, la demande et l utilisation de solides travaux d évaluation dans notre travail parlementaire ainsi que l institutionnalisation de l évaluation comme support pour la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques.» Mais il faut le dire, le chemin à parcourir en Afrique est encore long, car beaucoup de nos Etats commencent à peine à mesurer l importance de l évaluation dans la gestion des affaires publiques et dans le renforcement de la démocratie. Le Cameroun, à l instar de plusieurs autres états africains, est lui aussi au début de ce processus d institutionnalisation de l évaluation. Il a entrepris, depuis cinq à six ans, de restaurer, moderniser et généraliser la pratique de la planification à court, moyen et long termes, dans la gestion des affaires publiques, tant au niveau national que local et dans le secteur public productif en général. Un nouveau modèle de planification stratégique, généralisée à tous les acteurs publics ou bénéficiant de fonds publics, se met ainsi progressivement en place. Les outils utilisés dans cet exercice de planification sont : Une vision à très long terme sur un horizon de 25 ans, baptisée Cameroun Vision 2035, qui projette le Cameroun à l horizon d une génération comme «un pays émergent, démocratique et uni dans sa diversité» ; Un plan national de développement, baptisé Document de Stratégie pour la Croissance et l Emploi (DSCE), qui planifie la mise en œuvre de la vision au cours de la première période décennale Il repose sur trois leviers principaux qui sont la croissance, l emploi et la gouvernance ; Sept stratégies sectorielles de développement, véritables plans sectoriels de développement alignés sur le DSCE couvrant tous les secteurs de développement ; Un ensemble d outils de programmation et de budgétisation de la mise en œuvre de ces plans sectoriels (cadres de dépenses à moyen terme, budget-programmes, programmes de compétitivité des filières, etc.) ; Des plans de développement communaux, élaborés selon une méthodologie unique qui assure leur alignement sur le DSCE : 92% des 360 communes du pays en disposent déjà ; Des stratégies de coopération avec les partenaires techniques et financiers multilatéraux et bilatéraux, toutes alignées ou réalignées sur le DSCE, conformément aux principes de la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide au développement. En complément à cet effort de planification du développement, un système institutionnel de suivi a été mis en place, qui produit des rapports annuels ou semestriels de suivi des résultats de la mise en œuvre globale du plan national de développement (DSCE), des stratégies sectorielles et du programme d investissement public. Pour ce qui concerne en particulier le programme d investissement public, des 5

6 comités de suivi participatifs, présidés chacun par un parlementaire, sont à pied d œuvre dans chacun des 59 départements du pays. Ce dispositif de suivi tend cependant à montrer ses limites, car s il permet de recenser les réalisations année par année, il n offre pas au décideur politique le recul et la vision globale sur les progrès accomplis dans la réalisation des missions fondamentales d un département ministériel, d une agence gouvernementale, d une région ou d une commune. S il permet par exemple de dire combien de formations sanitaires ont été construites sur une période donnée et combien de personnels de santé sont en fonction, il ne dit pas quel est le taux d accès effectif des populations aux soins et services de santé : or c est bien ce taux qui peut servir comme un des indicateurs de l état de santé de la population. C est pour cette la raison qu à la faveur de l introduction du nouveau régime financier de l Etat et de son instrument principal qu est le budget-programme, l Etat du Cameroun a entrepris depuis 2012 d institutionnaliser l évaluation des politiques et programmes d actions ministériels. Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a ainsi institué dans ses services un Comité Interministériel d Examen des Programmes, qui procède chaque année vers les mois de juillet et août, à l examen des programmes d actions des différents départements ministériels et donne les recommandations permettant de mieux les mettre en cohérence avec leurs missions premières. Le projet de Loi des Finances, déposé en novembre sur les tables des deux chambres du Parlement, intègre les résultats de cet exercice. De même, le nouveau régime financier de l Etat fait désormais obligation au Gouvernement de soumettre à l avis préalable de la Chambre des Comptes le projet de Loi de Règlement, qui évalue l exécution du budget de l année précédente, avant son dépôt au Parlement en même temps que le projet de Loi des Finances de l année suivante. Ce dispositif d évaluation interne vient d être complété pour la première fois par une «évaluation indépendante triennale de la mise en œuvre du Document de Stratégie pour la Croissance et l Emploi» (plan national de développement) sur la période allant du 1er janvier 2010 au 31 décembre Le rapport de cette étude confiée à une expertise nationale indépendante, vient d être remis à son commanditaire, le Premier Ministre Chef du Gouvernement. L institutionnalisation de l évaluation est ainsi bien lancée au Cameroun. Le soutien du Président du Sénat du Cameroun à la création du Réseau des Parlementaires Africains sur l Evaluation du Développement, laisse espérer que le Parlement camerounais jouera, dans les mois et années à venir, un rôle de plus en plus important dans la promotion d une véritable culture de l évaluation, indispensable à la consolidation de la bonne gouvernance./. 6

7 NICOLAS SIMARD, DIRECTEUR DE L EVALUATION A L ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE, FRANCE Permettez-moi tout d abord de transmettre les chaleureuses salutations de son Excellence le Président Abdou Diouf, Secrétaire Général de la Francophonie, et de l Administrateur de l Organisation internationale de la Francophone, Monsieur Clément Duhaime. Dans le cadre de l agenda international pour l efficacité du développement, l évaluation des politiques publiques s impose de plus en plus comme un instrument permettant d accroître la performance des gouvernements et des services qu ils offrent à leurs populations, notamment aux plus pauvres et plus vulnérables (tels que les femmes et les jeunes, qui seront au cœur des enjeux du prochain Sommet de la Francophonie). S il existe quelques expériences francophones très intéressantes en matière d évaluation des politiques publiques, l espace francophone sur les cinq continents est globalement caractérisé par un plus faible ancrage de la fonction évaluative dans les paysages politiques, administratifs et institutionnels des pays. Mesdames, Messieurs, permettez-moi de partager avec vous quelques brefs éléments de diagnostic concernant l état de l évaluation dans l espace francophone : Une partie significative de la production scientifique et méthodologique sur l évaluation des politiques publiques, n est pas disponible en français. Cette situation crée une barrière linguistique qui accentue l écart pour les pays francophone dans un contexte international où la pratique de l évaluation progresse rapidement et les innovations sont nombreuses ; Les expériences francophones d institutionnalisation de l évaluation, avec les défis méthodologiques associés à ces expériences, ne sont pas suffisamment partagées et valorisées au sein de l espace francophone ; La faiblesse des pratiques évaluatives touche particulièrement les pays d Afrique francophone. Une étude du Centre pour l Apprentissage sur l Évaluation et les Résultats (Université Witwatersrand d Afrique du Sud) rapporte que peu de pays d Afrique francophone ont institutionnalisé et formalisé des pratiques évaluatives. Par contre, comme nous le voyons actuellement avec ce Forum, la même recherche démontre aussi que plusieurs pays manifestent un intérêt grandissant pour le renforcement de l évaluation. Des efforts sont à faire pour mieux arrimer la fonction d évaluation avec les processus de prise de décision à l intérieur des administrations publiques et du secteur des organisations non-gouvernementales ; Les administrations publiques des pays en développement (particulièrement en Afrique) sont parfois exposées à des impératifs méthodologiques liés à de nouveaux paradigmes de gestion publique, souvent commandés par des exigences internationales, qui ne sont pas nécessairement compatibles et faciles à gérer avec les moyens disponibles et les procédures en vigueur dans ces pays, alors même que l enjeu d appropriation est extrêmement important. 7

8 Comme j ai eu l occasion le mentionner plus tôt, la Francophonie est fortement impliquée dans les engagements internationaux visant à accroître l efficacité du développement et est convaincue de l efficacité de l évaluation comme outil de pilotage : Pour les gouvernants, dirigeants, maîtres d œuvre de politiques publiques et autres décideurs, elle permet de guider et mieux rendre compte de l action publique auprès des citoyens et des partenaires ; Pour les opérateurs, l évaluation offre des moyens d appréciation et de rétroaction. L évaluation offre l occasion aux citoyens et à toute partie prenante de l action publique de valoriser leur implication, favoriser leur appropriation, restituer de l information, utile pour l amélioration des politiques et des programmes. L évaluation constitue en effet une formidable opportunité de décrire un programme ou un projet et de le faire connaître, pour en maximiser la portée. En tirant des enseignements des échecs et des succès de l action publique en toute indépendance et impartialité, l évaluation éclaire la prise de décision et permet d opérer une meilleure gestion de l action publique. En analysant difficultés et opportunités des politiques menées, des pistes d améliorations de la performance sont recommandées. Ainsi l évaluation sécurise les trajectoires des interventions publiques pour les conduire vers davantage d efficacité. En plus de son utilité comme «instrument d efficacité» de l action publique, l évaluation s impose désormais comme une garantie de solide gouvernance démocratique qui renforce la transparence, la reddition de comptes et la redevabilité mutuelle. L évaluation constitue pour le décideur l occasion d associer les administrations, les partenaires et les citoyens d une démarche de consultation et d analyse et d ainsi alimenter le débat public. Démarche ouverte et participative, l évaluation présente un potentiel d apprentissage collectif à travers lequel les citoyens peuvent accélérer la réduction des inégalités et injustices qui les frappent. Auprès de l opinion publique, l évaluation renforce également le sens des responsabilités des dirigeants qui s y engagent de manière volontaire. Elle permet d affirmer des valeurs d exemplarité en matière de redevabilité et de transparence. Auprès des partenaires techniques et financiers, la crédibilité apportée à l action publique par l évaluation, renforce la position des institutions sur la scène internationale et leur capacité à réunir des financements pour le développement. Enfin, auprès de la société civile, la transparence qui découle de l évaluation renforce la confiance envers les pouvoirs publics, quels qu en soient les résultats, puisque des aspects critiques permettent de montrer qu il y a un engagement à rectifier le tir, et que des aspects positifs renforcent la perception du succès de certaines initiatives. Mesdames, Messieurs, en guise de conclusion, j ajouterai quelques mots sur l accompagnement de l OIF et quelques perspectives d avenir. 8

9 L OIF s est engagée de longue date dans la valorisation de l évaluation francophone, notamment dans le renforcement des capacités en termes d évaluation. Cette année, avec ce premier forum international de l évaluation, un cap est franchi. Appuyé par l OIF, le RFE a su, pour cet évènement, mobiliser l ensemble des acteurs francophones impliqués dans l évaluation, et nous l en remercions chaleureusement, ainsi que tous les acteurs impliqués. Dans la perspective de 2015, Année internationale de l évaluation, l OIF a amorcé un plaidoyer en faveur de l évaluation auprès des décideurs de l action publique. Des outils de communication ont notamment été développés en partenariat avec le RFE et EvalPartners. Dans les années à venir, l OIF compte poursuivre son effort de promotion de l évaluation auprès de ses Etats membres, en particulier dans les pays en développement, notamment dans le cadre de l adoption du Programme de développement pour l après-2015 des Nations Unies, au travers d un accompagnement pour la conception et la mise en œuvre des Stratégies nationales de Développement Durable, et les liens entre ces stratégies et les initiatives aux niveaux régional et local et une plus forte appropriation des principes et pratiques de la gestion axée sur les résultats, dont l évaluation est une composante essentielle. Sur cette note d espoir, Mesdames et Messieurs, je souhaite plein succès aux travaux de ce Forum. Je vous remercie de votre attention. 9

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat

Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre du plan de trésorerie de l Etat FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre Libreville, Gabon Termes de référence du séminaire sur le cadre d élaboration et de mise en œuvre

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD

(Stratégies de mise en œuvre, défis et solutions pratiques) Un Séminaire de renforcement des capacités pour les points focaux nationaux du CAFRAD Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Institut Islamique de Recherches et de Formation Séminaire sur L Opérationnalisation de la gestion axée sur la performance

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء

المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES CONFERENCE INTERAFRICAINE DE LA PREVOYANCE SOCIALE C.I.PRE.S --------------------- DIX-SEPTIEME SESSION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES GENEVE, LE 10 JUIN 2011 COMMUNIQUE FINAL DU CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES TOGOLAIS EN «LECTURE ET EXAMEN DE PROJET DE LOI DE FINANCE» RAPPORT

ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES TOGOLAIS EN «LECTURE ET EXAMEN DE PROJET DE LOI DE FINANCE» RAPPORT ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME : RENFORCEMENT DES CAPACITES DES PARLEMENTAIRES TOGOLAIS EN «LECTURE ET EXAMEN DE PROJET DE LOI DE FINANCE» RAPPORT Les 25 et 26 novembre 2013 Salle Plénière de l Assemblée

Plus en détail

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00.

Marrakech (Hôtel des Idrisses), le 03 novembre 2014 à 09h00. Discours du Professeur EL Houssaine Louardi, Ministre de la Santé à l occasion de l'inauguration de la Conférence Internationale de l Association Internationale des Instituts Nationaux de Santé Publique

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004

FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 FORUM UNION EUROPEENNE AFRIQUE SUR LE COTON Centre de Conférences Internationales, Paris, les 5 et 6 juillet 2004 Déclaration de Monsieur Fatiou AKPLOGAN Ministre de l Industrie, du Commerce et de la Promotion

Plus en détail

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien Nouveau processus budgétaire axé sur le résultat r et la performance: Le projet tunisien Mohsen Thabet Ministère des Finances Unité GBO Atelier GBO Tunis 26-27 27 Juin Plan de l interventionl 1. Système

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

CELLULE ASSURANCE QUALITE (CELLAQ) UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI NIAMEY NIGER DAKAR 13-15 NOV 2014

CELLULE ASSURANCE QUALITE (CELLAQ) UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI NIAMEY NIGER DAKAR 13-15 NOV 2014 CELLULE ASSURANCE QUALITE (CELLAQ) UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI NIAMEY NIGER DAKAR 13-15 NOV 2014 PLAN Introduction I. L assurance qualité dans l enseignement supérieur II. L évaluation de la performance

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative

Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Mécanisme de Déploiements pour le Développement Démocratique (DDD) Formulaire de demande d initiative Titre de l'initiative : Appui à la mise en œuvre du plan d action de la stratégie nationale de développement

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière de e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original: Anglais Séminaire sur le partage des

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail