!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!"

Transcription

1 !! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! Meudon25*26novembre2013 L atelier«"quels"débouchés"scientifiques"pour"les"nanosatellites"?"»aréunipendant2jours environ70chercheursetingénieursmajoritairementissusdelacommunautéfrançaisedes sciencesdel univers.cetatelieravaitpourobjectifd explorerlepotentieldesnanosatellites pourlessciencesdel univers,enabordantlesdébouchéstechnologiquesetscientifiques, maisaussiéducatifs.ils inscrivaitdanslecadredelapréparationduséminairede prospectiveducnes(17*20mars2014). Lecadregénéraldel atelierétaitceluidesnanosatellites,maisleséchangessesontfocalisés surleconceptcubesat,dontlagénéricitéalargementcontribuéàl essordesnanosatellites. Cetatelieràrévéléuneforteeffervescencedansledomainedesnanosatellites,pour lesquelslesidéesd applicationsàvocationtechnologiqueetscientifiquedominent aujourd huilargementsurlesdébouchéspurementéducatifs.aprèsdesdébutshésitantset destauxd échecsimportants,onassisteaujourd huiàl émergenced unevéritablefilière. Decetateliersontissuesplusieursquestionsetrecommandations,quifigurentàlafindece document.danscequisuit,nousmettonsenexerguelesprincipauxpointssoulevéslorsde l atelier,sansrefaireundescriptifexhaustifdesnanosatellites. Les!avantages!et!les!contraintes!des!nanosatellites! Lesuccèsdesnanosatellites(plusexactement,desCubeSats)tientessentiellementàleur standardisation,ainsiqu`àplusieursavantages: Lefaiblecoûtcomparéàunemissionspatialeclassique(lancement,composants, etc.)etuntempsdedéveloppementpluscourt. Lerecoursàdescomposantsducommerce(cellulesphotovoltaïques,capteurs magnétiques,accéléromètres,etc.)sansqualificationspatialeparticulière.les

2 industrielsproduisantcescomposantssontparailleurssouventintéressésparle retourd expériencedecestestsdespatialisation. Formation:laparticipationàunprojetnanosatelliteesttrèsformatriceetmotivant. Lesétudiantssontparticulièrementbieninitiésauxaspectssystème,àlagestionde projet,etàl instrumentationspatiale. L existenced unetechnologieinternationalesurdeséléments clefenmain (contrôled attitude,senseursolaireoustellaire,communicationàbord,etc.). Toutefois,lesfaiblesdimensionsdesnanosatellitesenlimitentlechampd applications: Leparamètrelepluscontraignantestlafaibletaille.Celle*ciestnormalisée,chaque unitéfaisant10x10x10cm 3,pourunpoidsdel ordredukgetunepuissance maximaled environ1wquandseuleslesfacesducubesontcouvertesdecellules photovoltaïques. Laduréedevieestgénéralementlimitéeàquelquesmois,cequiprédisposeles nanosatellitesauxétudesévénementielles,audétrimentdesmesuresàlongcours. Latenueauxradiationsestfaible,enraisondelafaibleépaisseurdesparois. Enl absencedelanceursdédiés,laplupartdesnanosatellitessontaujourd hui tributairesducalendrieretdel orbitedelamissiondontilssontlepassager. Lesnanosatellitesconviennentsurtoutauxorbitesbasses(<700km)enraisondela LoirelativeauxOpérationsSpatiales(LOS),quiexigeunesolutiondedésorbitationen casdetempsdeviesupérieurà25ans. Lecontrôlethermiquepeuts avérerdélicatàcausedelafaibleinertiedusatellite. Pourlamêmeraison,certainesforcesnégligeablessurlesgrandssatellites,comme cellesgénéréesparlescourantsdefoucault,peuventaffecterlacapacitédepointage. Lecontrôled attitudepeutrapidementdevenirunenjeumajeurpourunobjetdesi petitetaille. Lacommunication:pourdesnanosatellitesquinesontpasenorbitebasse,la communicationauseind unessaim,avecunvaisseau*mèreouaveclesolest contrainteparlafaiblepuissancedisponible.beaucoupdeprojetsrecourent aujourd huiàlabandeuhf/vhfetauxradioamateurs(grâceauxquelslacouverture mondialeestexcellente).aterme,desbandesàplushautdébit(mais congestionnées)serontnécessaires(bandessetx). Les!différents!débouchés!des!nanosatellites!! L atelierapermisd identifierplusieurstypesdedébouchésdesnanosatellites,enplusdes projetsàvocationpédagogique. 1.!Projets!pédagogiques! Ledomained applicationleplusvisibleresteceluidesprojetspourétudiants,mêmesicette catégorieestaujourd huiéclipséeparlesapplicationsàvocationtechnologique.lesavoir*

3 fairerestelargementconcentrédanslesuniversitésetprèsdelamoitiédesprojetsexistants affichentunobjectifpédagogiqueenpremièreouensecondepriorité.l expériencemontre quesilapremièregénérationdesatellitesn apasforcémentd objectifaffichéhormisla formation,enrevanche,lesgénérationssuivantessontdavantageconçuesenfonction d objectifsscientifiquesprécis. 2.!Démonstrateurs! Plusdelamoitiédesprojetsvisentladémonstrationcommepremierobjectif.Les applicationsvontdelavalidationdeconceptsexistants(avecaméliorationdutrl)àla démonstrationdeconceptsnouveaux.l avantagedunanosatelliterésideicidanssonaccès rapideetbonmarchéàl espace.cesdébouchésconviennentdavantageauxsystèmes qu auxcomposantsindividuels;ilsserventplussouventàvalideretnesauraientremplacer unvéritableprocessusdequalification.leretourd expériencemontrequ iln estpas souhaitabledetesterplusd unsystèmeàlafoissurunmêmenanosatellite. Lesnanosatellitessontparticulièrementenphaseaveclesbesoinscroissantsen miniaturisationetnécessitentparfoisderepenserentièrementleconceptinstrumentalpour lerendrecompatibleaveclescontraintesdetaille,demasse,etc.plusieursacteursont soulignél importancedecechangementdeparadigme,danslequelilfautoserrepenser l instrumentetoserlesauttechnologique. Touteslescatégoriesdesystèmessontconcernées:capteursoptiquesdanstoutesles bandesduspectreélectromagnétique(projetsserb,μbos,circus),détecteursde particules(robusta,igosat),modesdepropulsion(propulsionélectrique,ouàgazneutre), systèmesdecontrôled attitude,etc. 3.!Applications!scientifiques! Moinsd uncinquièmedesnanosatellitesaffichentaujourd huilasciencecommeobjectif prioritaire.cependant,cettecatégoriesedéveloppetrèsrapidement.lefaiblecoûtdes nanosatelliteslesprédisposeàdesmissionsparticulières: Les!missions!ciblées,pourlesquellesiln estpassouhaitabled engagerunegrosse chargeutile.lenanosatellitepermetparexempled étudieràmoindrecoûtdes phénomènesphysiquesspécifiques,commel airglow(swisscube),latransmission d unsignalradarémisdepuislesol(rax)ouencoreengrangerdesdonnées observationnellesdanslemilieuinterplanétaire(marsflyby). Les!missions!à!caractère!préparatoire(«"pathfinder"»)enguisedepetit démonstrateurpourdesmissionsdeplusgrandeampleur.lenanosatellitepermet parexemplededimensionnerdesmesuresoptiquesavantd engagerunplusgros projet(first*s).lebénéficerésideicidanslaréductiondelaprisederisquesurdes futursprojets. Le!vol!en!réseau!ou!en!constellation!avec!des!mesures!distribuées,donnantaccèsà unecouverturespatialeinégalée.ils agitgénéralementdemesuresinsitu(qb50), quoiquelesmesuresoptiquessontennetteaugmentation.unautreatoutde l essaimestsarésilience,puisquelapertedecertainssatellitesn affectepasles

4 objectifsglobauxdelamission.cesvolsenréseauouenconstellationprédisposent évidemmentlesnanosatellitesàl étudedusystèmethermosphère/ionosphère; l arméedel airaméricaineesttrèsinvestiesurcecréneau.undesgrosdéfisestla communicationentrenanosatellitesetlesol,ainsiquelagestiondesinteractions entrenanosatellites. Les!missions!vers!des!horizons!qui!sont!hors!de!portée!pour!les!autres!projets,!et! avec!une!prise!de!risque!importante.paranalogieaveclesdronesenaviation,le nanosatellitepeutserviràexplorerdesrégionsdangereuses,voireaccomplirdes missions*suicide.celacomprendnotammentlarentréeatmosphériquepourfairedes sondagesd atmosphèresplanétaires(projetexcsite).ils agiticideprojetsdetype «"low"cost"for"high"risk"». Cesdifférentesapplicationsconcernentsurtoutl étudein*situdel environnementterrestre, maisilexisteaussidesprojetsenphysiquedel atmosphèreetobservationdelaterre,ainsi quepourlaplanétologieetl astrophysique. 4.!Formation!permanente!du!personnel! Unatoutnonnégligeabledesnanosatellitesestlaflexibilitéducalendrier,cequifavorise leurinsertiondanslesplansdechargesouventtrèsremplisdeslaboratoires.unedimension importante,etpourtantrarementévoquée,estl implicationfortedeséquipestechniques dansdesprojetsqu ilsjugentmotivants,etquileurpermettentdemaintenirunminimum d activitédeformation. 5.!Autres!applications!(militaires,!commerciales)! AuxEtats*Unis,ladéfenseestlepremierorganismefinanceurainsiqu unimportant utilisateurdenanosatellites.eneurope,enrevanche,lesfinancementsainsiqueles applicationsconcernentexclusivementlesecteurcivil. Lesapplicationscommercialesetlesfinancementsprivéssontencorerares,maisàtermeun marchédevraitsedévelopperautourdenouvellesapplications.lesprincipauxconstructeurs desatellitessuiventdeprèsl essordescubesats. Aujourd hui,leseulréelmarchéestceluidelafournituredekitsclés*en*mainpourles modulesdecommunicationradio,decontrôled attitude,etc.toutefois,trèspeu d utilisateursyontrecoursetceskitssouffrentd unmanquedestandardisationainsique d unserviceaprès*ventequasimentinexistant.

5 Retour!d expérience! L atelierasoulevéundéficitenretourd expérience,etunedemandefortepourmieux connaîtreleserreursinhérentesàcegenredeprojetnouveau.parmilespointssoulevés, signalons:! Lagestiondesressourceshumainesestcomplexeetnécessiteunorganigramme précis.cesdifficultéssontaccentuéesparleroulementimportantdesétudiants (lorsqu ilyena)etlesproblèmesdetransmissionsdecompétencequiendécoulent. Touslesacteursinsistentfortementsurlebesoinimpératifdenepasfaire l économiedesnombreuxtests(ait,aiv,etc.)etrevuesdeprojet.laplupartdes échecssontdusaunon*respectdestestsdanslesphasesfinalesderéalisation. Cependant,prèsdelamoitiédeséchecssubisjusqu icipardescubesatssont attribuablesaulanceuretnonausatellite. Lesconfigurationsen1U(unseulcube)et2U(2cubes)s avèrentsouventtrop contraignantespouraccueillirunechargeutileenplusdetouslessystèmesdela partieplateforme(contrôled attitude,batterie,etc.).enrevanche,ellessontbien adaptéespourdespremièresréalisations.laconfiguration3uestrecommandée pourdesmissionsnécessitantunbesoindecontrôled attitudeassezprécisetdes ressourcesenmasseetpuissancepourlesinstrumentsdel ordred 1kg/2W. Laréalisationd unprojetdetypenanosatelliteconvientbienàunréseaude laboratoires,cequipermetderépartirlesefforts.detelsprojetsseprêtentaussià descollaborationsinternationales. Applications!pour!la!science/technologie!:!bilan! L atelieramontréquelesnanosatellitesontderéelsatoutsparrapportauxprojets scientifiquesdeplusgrandetaille,àconditionde: RecouriràdesCubeSats,dontlastandardisationestunavantagemajeur. Viserdesdébouchéscompatiblesavecleurscaractéristiques,etnepaschercherà reproduireenpluspetitcequiestréalisableparailleurs.ilestdoncimportantde repenserlascienceetd oserdessautsconceptuelsoutechnologiques. Tenircomptedesnombreusescontraintes,dontlatailleréduite,quiexclutdefacto certainstypesd instruments(optiqueàtrèshauterésolution,etc.).enrevanche,la prisederisqueplusélevéepermetdes affranchirdecertainesrègles,tellesquela redondance. Nepassous*estimerl investissementnécessairepourréaliserunetellemissionet surtoutledéfiorganisationnelquecelareprésentesidesétudiantsysontassociés.le

6 coûtréeldunprojetcubesatestencoredifficileàévaluerbienqu ilsoittrèsinférieur àceluidunsatelliteclassique.lecoûtdedéveloppement(chargeutile,segmentsol, essais,lancement)dunprojetvarietypiquementde250keuropourune configuration1u,à1meuropouruneconfiguration3u.lachargereprésente5*7etp sur3*4ans.ceschiffressontcependantpeureprésentatifsdeprojetsscientifiques outechniques,carilsémanentdeprojetspourétudiants,faitsdeséquipesavecpeu dexpériencepréalabledanslespatial. Nepointsacrifierlesétapesdevalidation,enrespectantlamêmephilosophieque pourdesprojetsclassiques:lassuranceproduitetl assurancequalitédoiventêtre éventuellementallégéesmaisrestentaucœurdecesprojets. Quelles!pistes!pour!la!communauté!française!?! LeprogrammeJANUSduCNESaeulemérited initierplusieursuniversitésetlaboratoires françaisauxprojetscubesatpourétudiants.pourlesapplicationsscientifiqueset technologies,toutestàcréer.lesdébatsorganiséslorsdel atelierontsoulevéàcesujetde nombreusesquestionsmaisontaussiexprimédesbesoinsprécis: D abordunecertitude:lescubesatsnesontplusseulementréservésauxprojets éducatifsmaisoffrentderéelsdébouchésscientifiquesettechnologiques,à conditiondebienviserdesprojetspertinentspourlesquelsilspeuventapporterune plus*value. Detelsprojetsnepeuventsesubstituerauxprojetséducatifs:lesdeuxsont complémentairesetvisentdesobjectifsdifférents,mêmes ilestpossibled associer desétudiantsàdesprojetsàdominantescientifiqueoutechnologique,et inversement. Faceàl effervescenceactuelle,ilexisteunbesoinpourcanaliserlesdiverses initiatives.lecnespeuticijouerlerôled animateurenaidantlacommunautéà mettreenplaceunefeuillederoutepourlesannéesàvenir. S ilexisteunprogrammebienidentifiépourlefinancementdesprojetséducatifs(le programmejanus),enrevanche,iln yapasdeguichetdédiépourlesautresprojets. Lasituationestpluscomplexeencorepourlesmontagesinternationaux.Ilserait souhaitablequecnescommenceparlancerunappelàidéessurlesréalisations possibles,ens adressantàlafoisauxcommunautésd observationdelaterre,etdes sciencesdel Univers.Cetappelàidéesauraitpourbutderecenserlesbesoinsdela communauté(auniveausystèmeetinstrumental)etlesverroustechnologiquesà ouvrirpourparveniràunegénérationdecubesatsscientifiquementperformants. Pourcela,l appelàidéespourraêtreorientéautourdeprojetsscientifiquestrès innovants,accompagnésd unefeuillederoutedanslesquellesserontbienidentifiés lesverroustechnologiques.lalistedesverrousainsidégagéepourraitêtrealors proposéepourlesfutursprojetsétudiants.

7 Pourleséminairedeprospective,noussouhaitonsqu unetablerondesoitorganisée surlaplacedescubesatsdansleprogrammespatialfrançais. Ilexisteunbesoinclairementidentifiépourdessystèmesnormalisés(parexemplele contrôled attitude,lacommunicationàbord,lapropretéélectromagnétique,la propulsion,etc.).lecnespourraiticiaideràidentifierlessystèmesàdévelopperet encouragerdesactionsder&tsurlesélémentslesplusstratégiques. Pourconclure,lemontageidéald unprojetcubesatestreprésentéparletriptyque ci*dessous.selonletypedesujet(technologique,scientifiqueouéducatif),l accent seraplusfortementmissurundestroispôles,maisilestimportantquelestrois soientprésentsdansleprojet. " Lesdeuxpagesquisuiventoffrentunrecensementnonexhaustifdesapplicationsdes CubeSats,compiléparB.Segretlorsdel atelier. " " " Cet"atelier"a"bénéficié"du"soutien"du"CIAS"(Centre"International"d Ateliers"Scientifiques),"du"LABEX"ESEP" (Environnements"Spatiaux"et"Planétaires),"et"du"CNES."Son"comité"d organisation"était"constitué"de":"baptiste" Cecconi"(LESIA,"Meudon),"Pierre"Drossart"(LESIA,"Meudon),"Thierry"Dudok"de"Wit"(LPC2E,"Orléans),"Alain" Gaboriaud"(CNES,"Toulouse),"JeanWPierre"Lebreton"(LESIA,"Meudon"&"LPC2E,"Orléans),"Boris"Segret"(LESIA," Meudon)." 13"Décembre"2013"

8 Applications Scientifiques / Pédagogiques parmi toutes les applications scientifiques présentées à latelier, il est apparu nécessaire de distinguer celles à finalité scientifique (avec ou sans étudiants) et celles à vocation première pédagogique. => une classification de ces projets sera proposée suite à latelier. Météorologie de lespace (Obs.Terre, LEO) Mesure bruit thermique Mesure radar sur ionosphere Activité solaire (EMC / Solar Flares) Budget de radiations Terre Atmosphère terrestre / LEO Aérosols Photométrie bande O2 (64nm/CMOS, 760nm) Tropospheric CO2 total column Échappement atmo. (planéto. Comparée) Autres applications en observation de laterre Gravimétrie Terre Météorologie (épisodes cévenols via navires) Hors observation de la Terre, depuis LEO : Planétologie radio (depuis Terre, LEO) Exoplanétologie (par constella ou interféro.) Photo-Polarimétrie zodiacale Cosmologie par radio < 10MHz Soleil en IR lointain & interféro Irradiance solaire Plasma Terre (LEO/MEO) Ionosph., e-, γ / SAA & Cornets (MEO) Thermosphère Terre (LEO) Comptage e-, H+ relativistes (LEO) Caractérisa radio régions aurorales (LEO) Anomalie Magnétique (LEO) Sciences au-delà de la LEO : Magnétométrie (Lune) Structure interne Lune Planétologie in situ : premiers concepts / explora planétaire : surface & regolith petits corps (imagerie UV/IR), impacteurs Plasma & Hautes énergies : SEP / GCR hors influence Terre 26-nov-2013 Quels débouchés pour les nanosatellites?, Observatoire de Paris - Meudon 25-26/11/2013 p.1

9 Applications Technologiques / Pédagogiques parmi toutes les applications technologiques présentées à latelier, il est apparu nécessaire de distinguer celles à finalité technologique (avec ou sans étudiants) et celles à vocation première pédagogique. => une classification de ces projets sera proposée suite à latelier. De plus, les applications ci-dessous sont de deux types : - "pour Nanosats" : sous-systèmes développés afin de faciliter les projets CubeSats / Nanosats - "orientées TRL" : démonstration de technologies nouvelles (non spécifiques aux nanosats) Applications "pour Nanosats" Applications "orientées TRL" Instrumentation répartie, essaims / formations Éléments COTS spatialisés Télécomm. & GNSS inter-cubsats Plateformes 3U, 6U, 12U... Contexte de missions interplanétaires : Télécomm. directe (jusquà 1.5MKm) Navigation (positionnement & correction) Propulsion électrique, voile solaire Antennes Grand Gain (deployable) Modularisation des sous-systèmes CubeSats µ-processeur Contrôle dattitude, Avionique "plug & play" Contrôle dorbite (désorb., réhausse, correc ) Contrôle du potentiel électrique Systèmes support Stations sol Méthodes de tests "cubesat" (plug & test) Capteurs / Composants: Exposi aux radiations (environn. spatial) Composants en hyperfréquence optique Capteurs bolométriques Micro-mécanismes Systèmes: Rentrée atmosphérique, ét. limites atmo Spectro.de masse par laser dans un gaz Radio-réception numérique Ion-Neutral Mass Spectrometer Ionisation de particules Corner Cube Retro-reflectors miniatures Interférométrie multipupilles (HRA) Hypertélescope Navigation autonome Pre-processing (analyse à bord, data volume) 26-nov-2013 Quels débouchés pour les nanosatellites?, Observatoire de Paris - Meudon 25-26/11/2013 p.2

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

Characterizing the Ionosphere with a Radio receiver on a CUbe Sat

Characterizing the Ionosphere with a Radio receiver on a CUbe Sat Characterizing the Ionosphere with a Radio receiver on a CUbe Sat Bref historique du projet CIRCUS Janvier 2013 : Démarrage de la collaboraeon LESIA / Telecom- ParisTech sur le développement du récepteur

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM

Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation. eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Atelier INTENS E.Nuss, pour le comité d'organisation eric.nuss@univ-montp2.fr LUPM Historique Septembre 2012 : Master "Espace et Application", Université franco-vietnamienne des Sciences et Technologies

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance

Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Du GPS au climat, l'emprise du Soleil sous haute surveillance Frédéric Clette Observatoire Royal de Belgique World Data Center SILSO Structure interne 2 a L atmosphère solaire cm 3 3 Un large spectre de

Plus en détail

De la lunette de Galilée aux télescopes spatiaux: l observation en astronomie

De la lunette de Galilée aux télescopes spatiaux: l observation en astronomie Observer et comprendre l Univers cours 3, lundi 7 novembre 2011 : De la lunette de Galilée aux télescopes spatiaux: l observation IRAM, 30m Patrick Boissé, UPMC et IAP 0 Plan de la présentation - Quelques

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

PRESENTATION EYE-SAT

PRESENTATION EYE-SAT PRESENTATION EYE-SAT OBJECTIFS DE LA MISSION OBJECTIFS SCIENTIFIQUES La lumière zodiacale 3 n La lumière zodiacale, c est quoi? n n Ø Faible lumière qui correspond à la diffusion de la lumière solaire

Plus en détail

Une lueur dans l aube

Une lueur dans l aube 5 n Photographier le ciel de nuit La lumière zodiacale Une lueur dans l aube Lorsque le ciel est particulièrement limpide, sans aucune source de lumière, ni même la présence d un croissant de lune, il

Plus en détail

Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne

Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne Aperçu Qu est est-ce qu un un nanosatellite? Pourquoi utiliser des nanosatellites? Quand cela a-t-il a commencé?

Plus en détail

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives

5O ans du CNES tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives tous les atouts pour de futures aventures scientifiques quelques perspectives Catherine Césarsky, Haut commissaire àl Energie Atomique 50 ans du CNES Ce colloque était destiné à présenter un tableau de

Plus en détail

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Dernier cours à Paris Mardi 13 Mars 3 cours & séminaires à Nice les 22 et 23 Mars Détails sur www.college-de-france.fr/chaires/chaire11/lise.html

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Du Soleil à la Terre Vers une météorologie de l espace. Frédéric Pitout (OMP - IRAP, Toulouse)

Du Soleil à la Terre Vers une météorologie de l espace. Frédéric Pitout (OMP - IRAP, Toulouse) Du Soleil à la Terre Vers une météorologie de l espace Frédéric Pitout (OMP - IRAP, Toulouse) École d été e2φ, Toulouse, août 2012 Sommaire Un peu d histoire Le Soleil et son activité La magnétosphère

Plus en détail

Quelques Nouvelles. 1 er décembre 2015

Quelques Nouvelles. 1 er décembre 2015 Quelques Nouvelles 1 er décembre 2015 Pluton et Charon révélées sur toutes leurs faces par New Horizons Une rotation complète de Pluton, un jour plutonien, soit 6,4 jours. À mesure que New Horizons se

Plus en détail

La fin d un long cycle solaire et le climat alors?

La fin d un long cycle solaire et le climat alors? La fin d un long cycle solaire et le climat alors? Thierry Dudok de Wit Laboratoire de Physique et Chimie de l Environnement et de l Espace Observatoire des Sciences de l Univers en région Centre Une fabuleuse

Plus en détail

Le Centre Spatial de Liège

Le Centre Spatial de Liège Le Centre Spatial de Liège La Belgique est loin d être absente du secteur spatial ; en voici un bon exemple : le Centre Spatial de Liège (CSL), voisin de la société Amos 1, dans le parc scientifique du

Plus en détail

APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX

APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX DIRECTION DU CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE DIRECTION ADJOINTE SERVICE «TECHNIQUES ET PREPARATION DU FUTUR» Toulouse, le 23 juin 2015 DCT/DA/TF/2015-09816 APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX 1. CONTEXTE

Plus en détail

Ingénierie système sur le nanosatellite IGOsat, Phase A

Ingénierie système sur le nanosatellite IGOsat, Phase A Ingénierie système sur le nanosatellite IGOsat, Phase A Moufida Chariet Observatoire de Paris, Master 2 Outils et Systèmes de l Astronomie et de l Espace Stage Mars-août 2014, sous la direction de Natacha

Plus en détail

Projet OSAE : Phase 0/A du projet de nanosatellite UnivEarthS-I. Simon Bacholle Julio Rabanal 17 mars 2013

Projet OSAE : Phase 0/A du projet de nanosatellite UnivEarthS-I. Simon Bacholle Julio Rabanal 17 mars 2013 Projet OSAE : Phase 0/A du projet de nanosatellite UnivEarthS-I Simon Bacholle Julio Rabanal 17 mars 2013 1 Table des matières 1 Introduction 3 2 Contraintes liées au sous-système de télémétrie 3 2.1 contraintes

Plus en détail

Physique des relations Soleil-Héliosphère et météorologie de l espace

Physique des relations Soleil-Héliosphère et météorologie de l espace Physique des relations Soleil-Héliosphère et météorologie de l espace Karl-Ludwig Klein (ludwig.klein@obspm.fr) LESIA - UMR 8109 Observatoire de Paris, CNRS, Univ. P&M Curie, Paris-Diderot (F-92195 Meudon)

Plus en détail

Savoirs essentiels touchés L univers matériel Mélanges (Substances miscibles et non miscibles) L absorption

Savoirs essentiels touchés L univers matériel Mélanges (Substances miscibles et non miscibles) L absorption Préscolaire et 1 er cycle Tableau des savoirs essentiels - Animations volantes Débrouillards Compétence : Explorer le monde de la science et de la technologie. Thématiques Méli-mélo pour les explos Savoirs

Plus en détail

Le projet «Planet Solar Deepwater»

Le projet «Planet Solar Deepwater» Le projet «Planet Solar Deepwater» Martin Beniston Institut des Sciences de l Environnement Université de Genève Martin.Beniston@unige.ch Caractéristiques du bateau Le bateau solaire suisse, Tûranor Planet

Plus en détail

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16 1. Au commencement est l appareil photo.... 1 Les différents types de capteurs.. 2 Les capteurs CCD........... 3 Les capteurs CMOS.......... 3 Taille des capteurs.......... 4 Format et qualité des images....

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

Evolution de l observation par satellite: Perspective OMM

Evolution de l observation par satellite: Perspective OMM Organisation Météorologique Mondiale WMO OMM œuvrer ensemble sur le temps, le climat et l eau Evolution de l observation par satellite: Perspective OMM Jérôme Lafeuille Système d observation spatial Programme

Plus en détail

L état de l industrie aérospatiale canadienne

L état de l industrie aérospatiale canadienne Le 2013 rapport Report 2014 L état de l industrie aérospatiale canadienne Survol de la présentation Contexte L écosystème aérospatial canadien L impact économique L innovation (R et D) La production d

Plus en détail

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps Le but de ce Service est l'établissement et le maintien des repères spatio-temporels. Cette tâche traditionnelle de l'astronomie relève d'activités contractuelles

Plus en détail

Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives

Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives Réza Samadi & Eric Michel LESIA Observatoire de Paris François Bouchy LAM / Observatoire de Genève Colloque de prospectives PNPS

Plus en détail

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes - Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes Equipe Plasmas Spatiaux du LPC2E Plan de la présentation Le LPC2E et les BdD spatiales Les projets spatiaux auxquels

Plus en détail

Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique

Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique Prospection Géophysique : Méthode Electromagnétique Romain Brossier romain.brossier@ujf-grenoble.fr ISTerre, Université Joseph Fourier Grenoble L3P PPRS 2013-2014 R. Brossier (ISTerre, UJF) Méthode EM

Plus en détail

Les nanosatellites, vecteurs d'expérimenta6on: avantages et limites actuelles

Les nanosatellites, vecteurs d'expérimenta6on: avantages et limites actuelles Les nanosatellites, vecteurs d'expérimenta6on: avantages et limites actuelles V.Ponsa 14/11/2013 (Pr.L.Dusseau) 1/25 Sommaire 1)Un cubesat, c est quoi? 2)Un cubesat, pour qui? 3)Un cubesat, pour quoi faire?

Plus en détail

Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente

Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente Lien optique cohérent à travers l atmosphère turbulente Mini-DOLL : Deep Space Optical Laser Link Journées de Télémétrie Laser Présenté par : Khelifa DJERROUD Personnes impliquées dans le projet: Acef

Plus en détail

Le 28 octobre 2003, nos divers observatoires enregistraient

Le 28 octobre 2003, nos divers observatoires enregistraient Vers une météorologie de l espace Fin octobre 2003 s est produite une série d éruptions solaires parmi les plus intenses de nos archives. Le flux de particules de la première s est dirigé vers notre planète

Plus en détail

Conf lunch Les drones au service de la cartographie et non l inverse. Geoffroy Etaix CEO Tellus Environment

Conf lunch Les drones au service de la cartographie et non l inverse. Geoffroy Etaix CEO Tellus Environment Conf lunch Les drones au service de la cartographie et non l inverse Geoffroy Etaix CEO Tellus Environment Les gènes de Tellus Environment Créateurs : Geoffroy Etaix, Industriel PSA - Bosch & Bruno Wirtz,

Plus en détail

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie infrarouge (ir) Introduction Historique Domaines d application types d équipements Fonctionnement de la caméra ir Facteurs d erreurs

Plus en détail

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Collège de France Chaire d Astrophysique Observationnelle Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Cous à Paris les mardis de Janvier et Mars cours à Marseille le 20 Février, à Nice

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS Thierry.Chapuis@cnes.fr 08/04/2014 1 EVOLUTION DU SYSTÈME GNSS 1995-2005 2005-2014 2014 GPS GNSS-1 GNSS-2 GLONASS Pas de garantie de service Dégradation

Plus en détail

De haut vol : radiosurveillance aéroportée fiable

De haut vol : radiosurveillance aéroportée fiable De haut vol : radiosurveillance aéroportée fiable Site élevé vue panoramique : ce cliché bénéficie pleinement au nouveau système de radiosurveillance et de radiolocalisation sur plates-formes aéroportées.

Plus en détail

OGMS- SA CubeSat QB50 Project. Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC

OGMS- SA CubeSat QB50 Project. Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC OGMS- SA CubeSat QB50 Project Master 2 OSAE, Master 2 SGE Master 2 Electronique UPEC IUT Génie Electrique UPEC QB50 CubeSat : Projet Etudiants ObjecEf du projet CubeSat : Développer un pico- satellite

Plus en détail

Ionospheric and gamma-ray Observations Satellite

Ionospheric and gamma-ray Observations Satellite Ionospheric and gamma-ray Satellite NOTE SUR LE MANAGEMENT DU PROJET IGOSAT (REVUE D'EXIGENCES PRÉLIMINAIRES) Résumé Ce document définit les rôles et liens respectifs de chaque entité et acteurs du projet,

Plus en détail

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1

Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Sciences 9M1Ch11 2011-2012 NOM: 1 Sciences 9 Chapitre 11 L exploration spatiale et l amélioration progressive de nos connaissances sur le système solaire Notes #1 Section 11.1: Le Soleil et son influence

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau. Cnes Paris - Affaires Internationales. UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010

Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau. Cnes Paris - Affaires Internationales. UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010 Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau Cnes Paris - Affaires Internationales UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010 Le Centre National d Etudes Spatiales, pour une politique

Plus en détail

Le Soleil Les étoiles

Le Soleil Les étoiles Le Soleil Les étoiles Le soleil est une étoile paramètres: Rayon: 695997 km ~ 109 rayons terrestres Masse: 1.989 10 30 kg ~ 333000 masses terrestres Luminosité: 3.826 10 26 W Température de surface: 5770

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

Figure 1. radiotélescope

Figure 1. radiotélescope O1 Activité 1 1) Replacez dans les cadre, sous le schéma, le type d'ondes correspondant :rayons X, infrarouge (IR), millimétrique ou micro-ondes (mm), rayons gamma (γ), visible (V), radio, ultraviolet

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

«L autobus communicant»

«L autobus communicant» «L autobus communicant» Comment le satellite peut-il contribuer à la valorisation des déplacements dans les transports métropolitains? Sébastien AMBELLOUIS Sebastien.ambellouis@inrets.fr Contexte Projet

Plus en détail

Les outils CNES pour la pérennisation des données

Les outils CNES pour la pérennisation des données Les outils CNES Les outils CNES pour la pérennisation des données Béatrice LARZUL Danièle BOUCON Dominique HEULET Réunion PIN du 22 mars 2012 SOMMAIRE Introduction L atelier BEST de description des données

Plus en détail

Atelier outils en ligne Observatoire Virtuel et Bases de données. Atelier Magnétosphères Comparées

Atelier outils en ligne Observatoire Virtuel et Bases de données. Atelier Magnétosphères Comparées Atelier outils en ligne Observatoire Virtuel et Bases de données Atelier Magnétosphères Comparées Meudon, Février 2015 Contexte Il existe beaucoup de données sol et spatiales disponibles à travers de nombreuses

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

Phase 0 : Conception de l architecture électrique Étude énergétique

Phase 0 : Conception de l architecture électrique Étude énergétique Rapport de projet M2 Ingénierie Physique des Energies UNIVERSITÉ PARIS-DIDEROT Phase 0 : Conception de l architecture électrique Étude énergétique Auteurs : Aymar Quarré de Boiry, Thomas Dufour, Olivier

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

Le chasseur d exoplanètes SPHERE livre ses premières images

Le chasseur d exoplanètes SPHERE livre ses premières images COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 4 JUIN 2014 Le chasseur d exoplanètes SPHERE livre ses premières images Installé avec succès sur le Très Grand Télescope (VLT) de l ESO, l instrument européen SPHERE

Plus en détail

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique

Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique Rayonnement et Radiométrie Télédétection : l historique L'expression "télédétection" désigne l'observation de la surface terrestre à partir de l'espace en utilisant les propriétés des ondes électromagnétiques

Plus en détail

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales Simulation numérique Conception de bancs d études Mesure Impression Gabel 02 32 82 39 39 - Conception : Nord-Ouest création 02 32 82 39 37 Technopôle du Madrillet 76801 Saint-Etienne-du-Rouvray Tél. 33

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Conçois une sonde planétaire

Conçois une sonde planétaire ACTIVITÉ DE CLASSE Conçois une sonde planétaire Informations générales Niveau scolaire : Troisième cycle du primaire, Secondaire 1 à 5 Nombre d élèves par groupe : Trois à quatre Durée de l activité :

Plus en détail

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre

Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris, mercredi 15 octobre Présentation du livre collectif du Bureau des longitudes (publié chez Hermann) Les observatoires: observer la Terre Application au système SONEL «Système d observation du niveau des eaux littorales», Paris,

Plus en détail

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers

Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Activité Documentaire A01 Les rayonnements de l univers Document 1: L'astronomie de l'invisible Les astronomes s'intéressent beaucoup aux rayonnements électromagnétiques appartenant aux domaines non visibles.

Plus en détail

Pourquoi le rayonnement en météorologie?

Pourquoi le rayonnement en météorologie? Rayonnement Atmosphérique: Equation du Transfert Radiatif: modèles simplifiés 1 Pourquoi le rayonnement en météorologie? C est la seule source d énergie du système Terre-Atmosphère L atmosphère ne consomme

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

2012/2013. Domaine de formation Instrumentation Avancée et Applications Parcours Tronc commun. Semestre : 1. Nature de l'ue

2012/2013. Domaine de formation Instrumentation Avancée et Applications Parcours Tronc commun. Semestre : 1. Nature de l'ue 0/0 Domaine de formation Instrumentation Avancée et Applications Parcours Tronc commun Semestre : l' Elément constitutif d' () Fonctions d'électronique Capteur et interfaçage Capteur et instrumentation

Plus en détail

Le cellulaire et les ondes électromagnétiques éti Mai 2011 APDPIQ Acquisition et affaires municipales Gerard.belisle@videotron.ca Les ondes électromagnétiques But / Comment Notions de base Les différents

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

Présentation des formations de Planète Sciences Nord-Pas-de-Calais

Présentation des formations de Planète Sciences Nord-Pas-de-Calais Présentation des formations de Planète Sciences Nord-Pas-de-Calais ASTRONOMIE Stage 1ère Étoile - Observer de façon autonome la voûte céleste À l issue de ce stage, résolument pratique, vous serez capable

Plus en détail

Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK. Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart

Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK. Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart Global Navigation Satellite Systems Systèmes GNSS existants et futurs NAVSTAR GPS USA, système

Plus en détail

Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS

Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS ELEC 2811 : Instrumentation et capteurs 2011-2012 Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS 1. INTRODUCTION 2. NOTIONS ET TERMINOLOGIE 2.1. Distinction entre grandeurs et paramètres physiques 2.2.

Plus en détail

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO Applications aux instruments spatiaux C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO 1. Généralités sur l utilisation du transfert radiatif au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

La mission Cassini-Huygens

La mission Cassini-Huygens La mission Cassini-Huygens Une collaboration internationale La mission Cassini-Huygens est le fruit d une collaboration entre trois agences spatiales. Dix-sept pays ont contribué à l élaboration de cette

Plus en détail

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Département Optique Théorique et Appliquée (DOTA) Modélisation de dispositifs optroniques et Validations

Plus en détail

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences Master 2 Télédétection et techniques spatiales Parcours professionnel : Systèmes spatiaux de navigation et géolocalisation Mention : Sciences de la Terre, de l environnement et des planètes Responsable

Plus en détail

Université Paris Diderot

Université Paris Diderot Université Paris Diderot Science de la Terre, de l'environnement et des Planètes Stage de Master 1 en Télédétection et Techniques Spatiales Mémoire de Ari JEANNIN Etude d un récepteur GPS Bi-fréquence

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Sommaire. Le dossier de vol : les infos utiles à la préparation paration d un d

Sommaire. Le dossier de vol : les infos utiles à la préparation paration d un d Vol de nuit Sommaire Introduction : Nuit aéronautique a et types de vol. 1. Un peu de réglementationr A. Au niveau du pilote a. Qualification et aptitude au vol de nuit b. Conditions d expd expérience

Plus en détail

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1

Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Université Paris Diderot Physique L2 2014-2015 Simulations Numériques SN4 Projet : Recherche de source d onde gravitationnelle (analyse de données Metropolis Hastings Markov Chain) 1 Objectifs : Simuler

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Télédetection - Formation des images SAR

Télédetection - Formation des images SAR p. 1/6 Télédetection - Formation des images SAR Stéphane Derrode École Centrale de Marseille Institut Fresnel (GSM) p. 2/6 «Télé» et «Détection» Définition 1 : «Méthode d acquisition à distance» Exemples

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Optronique

SOMMAIRE Thématique : Optronique SOMMAIRE Rubrique : Optique... 2 Rubrique : Opto-Electronique... 5 Rubrique : Sécurité laser...11 1 Rubrique : Optique SOMMAIRE Initiation à l optique (1ère partie)... 3 Initiation à l optique (2ème partie)...

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

http://master.obspm.fr C. Sauty FORUM 6 juin 2008

http://master.obspm.fr C. Sauty FORUM 6 juin 2008 http://master.obspm.fr C. Sauty FORUM juin 8 Ancien cursus L.M.D.=Bologna agreement er cycle DEUG DEUG Licence 8 ECTS L L ème cycle ème cycle Ecole Doctorale Licence Maîtrise DEA Doctorat Master ECTS Doctorat

Plus en détail

PROJET NAVIGATION. Dominique ZOBLER CNES. 17/04/2014 Présentation au GTI. Projet NAVIGATION

PROJET NAVIGATION. Dominique ZOBLER CNES. 17/04/2014 Présentation au GTI. Projet NAVIGATION PROJET NAVIGATION Dominique ZOBLER CNES 17/04/2014 Présentation au GTI 1 Missions assignées au Projet Navigation Mission «Performances» : caractériser et maîtriser les performances atteintes et atteignables

Plus en détail

UniverSite De montpellier. évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français U N I V E R S I T A I R E CENTRE SPATIAL

UniverSite De montpellier. évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français U N I V E R S I T A I R E CENTRE SPATIAL NANOSATELLITES UNIVERSITAIRES évènement 1ère pierre DU 1 er Centre Spatial Universitaire français UniverSite De montpellier 1er Centre SpAtiAL UniverSitAire français UniverSite De montpellier Le Centre

Plus en détail

Vitodens 200 6-24 kw 24 kw. Vitocell 100-W (500 l)

Vitodens 200 6-24 kw 24 kw. Vitocell 100-W (500 l) 2 x Vitosol 200-T SP2 2m² Surface totale brute:5,76 m² Azimut: 0 Incl.: 40 160 Litre/Jour 45 C Vitodens 200 6-24 kw 24 kw Vitocell 100-W (500 l) Résultats de la simulation annuelle Puissance installée:

Plus en détail

Prise en mains d un logiciel d analyse mission, application au projet Nano-satellite de l Université Paris Diderot

Prise en mains d un logiciel d analyse mission, application au projet Nano-satellite de l Université Paris Diderot Année Universitaire 2012/2013 Rapport de stage Prise en mains d un logiciel d analyse mission, application au projet Nano-satellite de l Université Paris Diderot ASSAYAG DAN Université Paris Diderot 7

Plus en détail

Exemple d application dans la Robotique (Hexapodes)

Exemple d application dans la Robotique (Hexapodes) Exemple d application dans la Robotique (Hexapodes) Automated Precision Europe GmbH Im Breitspiel 17 69126 Heidelberg Tel: +49 (0) 6221 729 805 0 Fax: +49 (0) 6221 729 805 23 Fig.: SYMETRIE/IFREMER Exemple

Plus en détail

Sommaire MILIEU INTERIEUR

Sommaire MILIEU INTERIEUR Sommaire Préfaces, par François GREMY XI MILIEU INTERIEUR Chapitre 1. Compartiments liquidiens de l organisme 3 Liquides et solutions 3 L eau et les solutés dans l organisme 9 Mesure des stocks d eau et

Plus en détail

L'imageur interférométrique de Fresnel: un instrument spatial pour la haute résolution angulaire

L'imageur interférométrique de Fresnel: un instrument spatial pour la haute résolution angulaire L'imageur interférométrique de Fresnel: un instrument spatial pour la haute résolution angulaire Denis Serre, Laurent Koechlin, Paul Deba 1: Principe optique d un imageur de Fresnel 1.1: principe d un

Plus en détail

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD

Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261. 4 e édition DUNOD Uni Gottingen 7 229 665 87X 2011 A 11261 El 4 e édition DUNOD TABLE DES MATIÈRES Avant-propos VII Chapitre 1. Notions de base 1 1.1 La notion d'échelle : échelle spatiale et échelle temporelle 2 1.2 La

Plus en détail