!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»!"

Transcription

1 !! Compte(rendu!de!l atelier! «!Quels!débouchés!scientifiques!pour!les!nanosatellites!?!»! Meudon25*26novembre2013 L atelier«"quels"débouchés"scientifiques"pour"les"nanosatellites"?"»aréunipendant2jours environ70chercheursetingénieursmajoritairementissusdelacommunautéfrançaisedes sciencesdel univers.cetatelieravaitpourobjectifd explorerlepotentieldesnanosatellites pourlessciencesdel univers,enabordantlesdébouchéstechnologiquesetscientifiques, maisaussiéducatifs.ils inscrivaitdanslecadredelapréparationduséminairede prospectiveducnes(17*20mars2014). Lecadregénéraldel atelierétaitceluidesnanosatellites,maisleséchangessesontfocalisés surleconceptcubesat,dontlagénéricitéalargementcontribuéàl essordesnanosatellites. Cetatelieràrévéléuneforteeffervescencedansledomainedesnanosatellites,pour lesquelslesidéesd applicationsàvocationtechnologiqueetscientifiquedominent aujourd huilargementsurlesdébouchéspurementéducatifs.aprèsdesdébutshésitantset destauxd échecsimportants,onassisteaujourd huiàl émergenced unevéritablefilière. Decetateliersontissuesplusieursquestionsetrecommandations,quifigurentàlafindece document.danscequisuit,nousmettonsenexerguelesprincipauxpointssoulevéslorsde l atelier,sansrefaireundescriptifexhaustifdesnanosatellites. Les!avantages!et!les!contraintes!des!nanosatellites! Lesuccèsdesnanosatellites(plusexactement,desCubeSats)tientessentiellementàleur standardisation,ainsiqu`àplusieursavantages: Lefaiblecoûtcomparéàunemissionspatialeclassique(lancement,composants, etc.)etuntempsdedéveloppementpluscourt. Lerecoursàdescomposantsducommerce(cellulesphotovoltaïques,capteurs magnétiques,accéléromètres,etc.)sansqualificationspatialeparticulière.les

2 industrielsproduisantcescomposantssontparailleurssouventintéressésparle retourd expériencedecestestsdespatialisation. Formation:laparticipationàunprojetnanosatelliteesttrèsformatriceetmotivant. Lesétudiantssontparticulièrementbieninitiésauxaspectssystème,àlagestionde projet,etàl instrumentationspatiale. L existenced unetechnologieinternationalesurdeséléments clefenmain (contrôled attitude,senseursolaireoustellaire,communicationàbord,etc.). Toutefois,lesfaiblesdimensionsdesnanosatellitesenlimitentlechampd applications: Leparamètrelepluscontraignantestlafaibletaille.Celle*ciestnormalisée,chaque unitéfaisant10x10x10cm 3,pourunpoidsdel ordredukgetunepuissance maximaled environ1wquandseuleslesfacesducubesontcouvertesdecellules photovoltaïques. Laduréedevieestgénéralementlimitéeàquelquesmois,cequiprédisposeles nanosatellitesauxétudesévénementielles,audétrimentdesmesuresàlongcours. Latenueauxradiationsestfaible,enraisondelafaibleépaisseurdesparois. Enl absencedelanceursdédiés,laplupartdesnanosatellitessontaujourd hui tributairesducalendrieretdel orbitedelamissiondontilssontlepassager. Lesnanosatellitesconviennentsurtoutauxorbitesbasses(<700km)enraisondela LoirelativeauxOpérationsSpatiales(LOS),quiexigeunesolutiondedésorbitationen casdetempsdeviesupérieurà25ans. Lecontrôlethermiquepeuts avérerdélicatàcausedelafaibleinertiedusatellite. Pourlamêmeraison,certainesforcesnégligeablessurlesgrandssatellites,comme cellesgénéréesparlescourantsdefoucault,peuventaffecterlacapacitédepointage. Lecontrôled attitudepeutrapidementdevenirunenjeumajeurpourunobjetdesi petitetaille. Lacommunication:pourdesnanosatellitesquinesontpasenorbitebasse,la communicationauseind unessaim,avecunvaisseau*mèreouaveclesolest contrainteparlafaiblepuissancedisponible.beaucoupdeprojetsrecourent aujourd huiàlabandeuhf/vhfetauxradioamateurs(grâceauxquelslacouverture mondialeestexcellente).aterme,desbandesàplushautdébit(mais congestionnées)serontnécessaires(bandessetx). Les!différents!débouchés!des!nanosatellites!! L atelierapermisd identifierplusieurstypesdedébouchésdesnanosatellites,enplusdes projetsàvocationpédagogique. 1.!Projets!pédagogiques! Ledomained applicationleplusvisibleresteceluidesprojetspourétudiants,mêmesicette catégorieestaujourd huiéclipséeparlesapplicationsàvocationtechnologique.lesavoir*

3 fairerestelargementconcentrédanslesuniversitésetprèsdelamoitiédesprojetsexistants affichentunobjectifpédagogiqueenpremièreouensecondepriorité.l expériencemontre quesilapremièregénérationdesatellitesn apasforcémentd objectifaffichéhormisla formation,enrevanche,lesgénérationssuivantessontdavantageconçuesenfonction d objectifsscientifiquesprécis. 2.!Démonstrateurs! Plusdelamoitiédesprojetsvisentladémonstrationcommepremierobjectif.Les applicationsvontdelavalidationdeconceptsexistants(avecaméliorationdutrl)àla démonstrationdeconceptsnouveaux.l avantagedunanosatelliterésideicidanssonaccès rapideetbonmarchéàl espace.cesdébouchésconviennentdavantageauxsystèmes qu auxcomposantsindividuels;ilsserventplussouventàvalideretnesauraientremplacer unvéritableprocessusdequalification.leretourd expériencemontrequ iln estpas souhaitabledetesterplusd unsystèmeàlafoissurunmêmenanosatellite. Lesnanosatellitessontparticulièrementenphaseaveclesbesoinscroissantsen miniaturisationetnécessitentparfoisderepenserentièrementleconceptinstrumentalpour lerendrecompatibleaveclescontraintesdetaille,demasse,etc.plusieursacteursont soulignél importancedecechangementdeparadigme,danslequelilfautoserrepenser l instrumentetoserlesauttechnologique. Touteslescatégoriesdesystèmessontconcernées:capteursoptiquesdanstoutesles bandesduspectreélectromagnétique(projetsserb,μbos,circus),détecteursde particules(robusta,igosat),modesdepropulsion(propulsionélectrique,ouàgazneutre), systèmesdecontrôled attitude,etc. 3.!Applications!scientifiques! Moinsd uncinquièmedesnanosatellitesaffichentaujourd huilasciencecommeobjectif prioritaire.cependant,cettecatégoriesedéveloppetrèsrapidement.lefaiblecoûtdes nanosatelliteslesprédisposeàdesmissionsparticulières: Les!missions!ciblées,pourlesquellesiln estpassouhaitabled engagerunegrosse chargeutile.lenanosatellitepermetparexempled étudieràmoindrecoûtdes phénomènesphysiquesspécifiques,commel airglow(swisscube),latransmission d unsignalradarémisdepuislesol(rax)ouencoreengrangerdesdonnées observationnellesdanslemilieuinterplanétaire(marsflyby). Les!missions!à!caractère!préparatoire(«"pathfinder"»)enguisedepetit démonstrateurpourdesmissionsdeplusgrandeampleur.lenanosatellitepermet parexemplededimensionnerdesmesuresoptiquesavantd engagerunplusgros projet(first*s).lebénéficerésideicidanslaréductiondelaprisederisquesurdes futursprojets. Le!vol!en!réseau!ou!en!constellation!avec!des!mesures!distribuées,donnantaccèsà unecouverturespatialeinégalée.ils agitgénéralementdemesuresinsitu(qb50), quoiquelesmesuresoptiquessontennetteaugmentation.unautreatoutde l essaimestsarésilience,puisquelapertedecertainssatellitesn affectepasles

4 objectifsglobauxdelamission.cesvolsenréseauouenconstellationprédisposent évidemmentlesnanosatellitesàl étudedusystèmethermosphère/ionosphère; l arméedel airaméricaineesttrèsinvestiesurcecréneau.undesgrosdéfisestla communicationentrenanosatellitesetlesol,ainsiquelagestiondesinteractions entrenanosatellites. Les!missions!vers!des!horizons!qui!sont!hors!de!portée!pour!les!autres!projets,!et! avec!une!prise!de!risque!importante.paranalogieaveclesdronesenaviation,le nanosatellitepeutserviràexplorerdesrégionsdangereuses,voireaccomplirdes missions*suicide.celacomprendnotammentlarentréeatmosphériquepourfairedes sondagesd atmosphèresplanétaires(projetexcsite).ils agiticideprojetsdetype «"low"cost"for"high"risk"». Cesdifférentesapplicationsconcernentsurtoutl étudein*situdel environnementterrestre, maisilexisteaussidesprojetsenphysiquedel atmosphèreetobservationdelaterre,ainsi quepourlaplanétologieetl astrophysique. 4.!Formation!permanente!du!personnel! Unatoutnonnégligeabledesnanosatellitesestlaflexibilitéducalendrier,cequifavorise leurinsertiondanslesplansdechargesouventtrèsremplisdeslaboratoires.unedimension importante,etpourtantrarementévoquée,estl implicationfortedeséquipestechniques dansdesprojetsqu ilsjugentmotivants,etquileurpermettentdemaintenirunminimum d activitédeformation. 5.!Autres!applications!(militaires,!commerciales)! AuxEtats*Unis,ladéfenseestlepremierorganismefinanceurainsiqu unimportant utilisateurdenanosatellites.eneurope,enrevanche,lesfinancementsainsiqueles applicationsconcernentexclusivementlesecteurcivil. Lesapplicationscommercialesetlesfinancementsprivéssontencorerares,maisàtermeun marchédevraitsedévelopperautourdenouvellesapplications.lesprincipauxconstructeurs desatellitessuiventdeprèsl essordescubesats. Aujourd hui,leseulréelmarchéestceluidelafournituredekitsclés*en*mainpourles modulesdecommunicationradio,decontrôled attitude,etc.toutefois,trèspeu d utilisateursyontrecoursetceskitssouffrentd unmanquedestandardisationainsique d unserviceaprès*ventequasimentinexistant.

5 Retour!d expérience! L atelierasoulevéundéficitenretourd expérience,etunedemandefortepourmieux connaîtreleserreursinhérentesàcegenredeprojetnouveau.parmilespointssoulevés, signalons:! Lagestiondesressourceshumainesestcomplexeetnécessiteunorganigramme précis.cesdifficultéssontaccentuéesparleroulementimportantdesétudiants (lorsqu ilyena)etlesproblèmesdetransmissionsdecompétencequiendécoulent. Touslesacteursinsistentfortementsurlebesoinimpératifdenepasfaire l économiedesnombreuxtests(ait,aiv,etc.)etrevuesdeprojet.laplupartdes échecssontdusaunon*respectdestestsdanslesphasesfinalesderéalisation. Cependant,prèsdelamoitiédeséchecssubisjusqu icipardescubesatssont attribuablesaulanceuretnonausatellite. Lesconfigurationsen1U(unseulcube)et2U(2cubes)s avèrentsouventtrop contraignantespouraccueillirunechargeutileenplusdetouslessystèmesdela partieplateforme(contrôled attitude,batterie,etc.).enrevanche,ellessontbien adaptéespourdespremièresréalisations.laconfiguration3uestrecommandée pourdesmissionsnécessitantunbesoindecontrôled attitudeassezprécisetdes ressourcesenmasseetpuissancepourlesinstrumentsdel ordred 1kg/2W. Laréalisationd unprojetdetypenanosatelliteconvientbienàunréseaude laboratoires,cequipermetderépartirlesefforts.detelsprojetsseprêtentaussià descollaborationsinternationales. Applications!pour!la!science/technologie!:!bilan! L atelieramontréquelesnanosatellitesontderéelsatoutsparrapportauxprojets scientifiquesdeplusgrandetaille,àconditionde: RecouriràdesCubeSats,dontlastandardisationestunavantagemajeur. Viserdesdébouchéscompatiblesavecleurscaractéristiques,etnepaschercherà reproduireenpluspetitcequiestréalisableparailleurs.ilestdoncimportantde repenserlascienceetd oserdessautsconceptuelsoutechnologiques. Tenircomptedesnombreusescontraintes,dontlatailleréduite,quiexclutdefacto certainstypesd instruments(optiqueàtrèshauterésolution,etc.).enrevanche,la prisederisqueplusélevéepermetdes affranchirdecertainesrègles,tellesquela redondance. Nepassous*estimerl investissementnécessairepourréaliserunetellemissionet surtoutledéfiorganisationnelquecelareprésentesidesétudiantsysontassociés.le

6 coûtréeldunprojetcubesatestencoredifficileàévaluerbienqu ilsoittrèsinférieur àceluidunsatelliteclassique.lecoûtdedéveloppement(chargeutile,segmentsol, essais,lancement)dunprojetvarietypiquementde250keuropourune configuration1u,à1meuropouruneconfiguration3u.lachargereprésente5*7etp sur3*4ans.ceschiffressontcependantpeureprésentatifsdeprojetsscientifiques outechniques,carilsémanentdeprojetspourétudiants,faitsdeséquipesavecpeu dexpériencepréalabledanslespatial. Nepointsacrifierlesétapesdevalidation,enrespectantlamêmephilosophieque pourdesprojetsclassiques:lassuranceproduitetl assurancequalitédoiventêtre éventuellementallégéesmaisrestentaucœurdecesprojets. Quelles!pistes!pour!la!communauté!française!?! LeprogrammeJANUSduCNESaeulemérited initierplusieursuniversitésetlaboratoires françaisauxprojetscubesatpourétudiants.pourlesapplicationsscientifiqueset technologies,toutestàcréer.lesdébatsorganiséslorsdel atelierontsoulevéàcesujetde nombreusesquestionsmaisontaussiexprimédesbesoinsprécis: D abordunecertitude:lescubesatsnesontplusseulementréservésauxprojets éducatifsmaisoffrentderéelsdébouchésscientifiquesettechnologiques,à conditiondebienviserdesprojetspertinentspourlesquelsilspeuventapporterune plus*value. Detelsprojetsnepeuventsesubstituerauxprojetséducatifs:lesdeuxsont complémentairesetvisentdesobjectifsdifférents,mêmes ilestpossibled associer desétudiantsàdesprojetsàdominantescientifiqueoutechnologique,et inversement. Faceàl effervescenceactuelle,ilexisteunbesoinpourcanaliserlesdiverses initiatives.lecnespeuticijouerlerôled animateurenaidantlacommunautéà mettreenplaceunefeuillederoutepourlesannéesàvenir. S ilexisteunprogrammebienidentifiépourlefinancementdesprojetséducatifs(le programmejanus),enrevanche,iln yapasdeguichetdédiépourlesautresprojets. Lasituationestpluscomplexeencorepourlesmontagesinternationaux.Ilserait souhaitablequecnescommenceparlancerunappelàidéessurlesréalisations possibles,ens adressantàlafoisauxcommunautésd observationdelaterre,etdes sciencesdel Univers.Cetappelàidéesauraitpourbutderecenserlesbesoinsdela communauté(auniveausystèmeetinstrumental)etlesverroustechnologiquesà ouvrirpourparveniràunegénérationdecubesatsscientifiquementperformants. Pourcela,l appelàidéespourraêtreorientéautourdeprojetsscientifiquestrès innovants,accompagnésd unefeuillederoutedanslesquellesserontbienidentifiés lesverroustechnologiques.lalistedesverrousainsidégagéepourraitêtrealors proposéepourlesfutursprojetsétudiants.

7 Pourleséminairedeprospective,noussouhaitonsqu unetablerondesoitorganisée surlaplacedescubesatsdansleprogrammespatialfrançais. Ilexisteunbesoinclairementidentifiépourdessystèmesnormalisés(parexemplele contrôled attitude,lacommunicationàbord,lapropretéélectromagnétique,la propulsion,etc.).lecnespourraiticiaideràidentifierlessystèmesàdévelopperet encouragerdesactionsder&tsurlesélémentslesplusstratégiques. Pourconclure,lemontageidéald unprojetcubesatestreprésentéparletriptyque ci*dessous.selonletypedesujet(technologique,scientifiqueouéducatif),l accent seraplusfortementmissurundestroispôles,maisilestimportantquelestrois soientprésentsdansleprojet. " Lesdeuxpagesquisuiventoffrentunrecensementnonexhaustifdesapplicationsdes CubeSats,compiléparB.Segretlorsdel atelier. " " " Cet"atelier"a"bénéficié"du"soutien"du"CIAS"(Centre"International"d Ateliers"Scientifiques),"du"LABEX"ESEP" (Environnements"Spatiaux"et"Planétaires),"et"du"CNES."Son"comité"d organisation"était"constitué"de":"baptiste" Cecconi"(LESIA,"Meudon),"Pierre"Drossart"(LESIA,"Meudon),"Thierry"Dudok"de"Wit"(LPC2E,"Orléans),"Alain" Gaboriaud"(CNES,"Toulouse),"JeanWPierre"Lebreton"(LESIA,"Meudon"&"LPC2E,"Orléans),"Boris"Segret"(LESIA," Meudon)." 13"Décembre"2013"

8 Applications Scientifiques / Pédagogiques parmi toutes les applications scientifiques présentées à latelier, il est apparu nécessaire de distinguer celles à finalité scientifique (avec ou sans étudiants) et celles à vocation première pédagogique. => une classification de ces projets sera proposée suite à latelier. Météorologie de lespace (Obs.Terre, LEO) Mesure bruit thermique Mesure radar sur ionosphere Activité solaire (EMC / Solar Flares) Budget de radiations Terre Atmosphère terrestre / LEO Aérosols Photométrie bande O2 (64nm/CMOS, 760nm) Tropospheric CO2 total column Échappement atmo. (planéto. Comparée) Autres applications en observation de laterre Gravimétrie Terre Météorologie (épisodes cévenols via navires) Hors observation de la Terre, depuis LEO : Planétologie radio (depuis Terre, LEO) Exoplanétologie (par constella ou interféro.) Photo-Polarimétrie zodiacale Cosmologie par radio < 10MHz Soleil en IR lointain & interféro Irradiance solaire Plasma Terre (LEO/MEO) Ionosph., e-, γ / SAA & Cornets (MEO) Thermosphère Terre (LEO) Comptage e-, H+ relativistes (LEO) Caractérisa radio régions aurorales (LEO) Anomalie Magnétique (LEO) Sciences au-delà de la LEO : Magnétométrie (Lune) Structure interne Lune Planétologie in situ : premiers concepts / explora planétaire : surface & regolith petits corps (imagerie UV/IR), impacteurs Plasma & Hautes énergies : SEP / GCR hors influence Terre 26-nov-2013 Quels débouchés pour les nanosatellites?, Observatoire de Paris - Meudon 25-26/11/2013 p.1

9 Applications Technologiques / Pédagogiques parmi toutes les applications technologiques présentées à latelier, il est apparu nécessaire de distinguer celles à finalité technologique (avec ou sans étudiants) et celles à vocation première pédagogique. => une classification de ces projets sera proposée suite à latelier. De plus, les applications ci-dessous sont de deux types : - "pour Nanosats" : sous-systèmes développés afin de faciliter les projets CubeSats / Nanosats - "orientées TRL" : démonstration de technologies nouvelles (non spécifiques aux nanosats) Applications "pour Nanosats" Applications "orientées TRL" Instrumentation répartie, essaims / formations Éléments COTS spatialisés Télécomm. & GNSS inter-cubsats Plateformes 3U, 6U, 12U... Contexte de missions interplanétaires : Télécomm. directe (jusquà 1.5MKm) Navigation (positionnement & correction) Propulsion électrique, voile solaire Antennes Grand Gain (deployable) Modularisation des sous-systèmes CubeSats µ-processeur Contrôle dattitude, Avionique "plug & play" Contrôle dorbite (désorb., réhausse, correc ) Contrôle du potentiel électrique Systèmes support Stations sol Méthodes de tests "cubesat" (plug & test) Capteurs / Composants: Exposi aux radiations (environn. spatial) Composants en hyperfréquence optique Capteurs bolométriques Micro-mécanismes Systèmes: Rentrée atmosphérique, ét. limites atmo Spectro.de masse par laser dans un gaz Radio-réception numérique Ion-Neutral Mass Spectrometer Ionisation de particules Corner Cube Retro-reflectors miniatures Interférométrie multipupilles (HRA) Hypertélescope Navigation autonome Pre-processing (analyse à bord, data volume) 26-nov-2013 Quels débouchés pour les nanosatellites?, Observatoire de Paris - Meudon 25-26/11/2013 p.2

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur

Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur PROJET JANUS Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites au sein des Universités et des écoles de l enseignement Supérieur Contact : alain.gaboriaud@cnes.fr OBJECTIFS Satellites Etudiants

Plus en détail

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation

3 - Description et orbite d'un satellite d'observation Introduction à la télédétection 3 - Description et orbite d'un satellite d'observation OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Description d'un satellite d'observation 5 A. Schéma d'un satellite...5

Plus en détail

Small-Satellite Engineering and Applications

Small-Satellite Engineering and Applications Amandine DENIS Satellite Engineering Mai 2008 Aperçu de la présentation 1. De Spoutnik aux CubeSats 2. Caractéristiques-clés des petits satellites 3. Plateformes développées par le SSTL 4. Opportunités

Plus en détail

APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX

APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX DIRECTION DU CENTRE SPATIAL DE TOULOUSE DIRECTION ADJOINTE SERVICE «TECHNIQUES ET PREPARATION DU FUTUR» Toulouse, le 23 juin 2015 DCT/DA/TF/2015-09816 APPEL A IDEES EXTERNE R&T SYSTEMES SPATIAUX 1. CONTEXTE

Plus en détail

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales

Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Prospective: Champ de gravité, méthodes spatiales Richard Biancale Conseil Scientifique du GRGS Observatoire de Paris, 10 avril 2008 L état de l art des modèles CHAMP: modèles 50 fois moins précis que

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne

Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne Les nanosatellites : pourquoi, quand, quoi, qui et où? Alfred Ng Agence spatiale canadienne Aperçu Qu est est-ce qu un un nanosatellite? Pourquoi utiliser des nanosatellites? Quand cela a-t-il a commencé?

Plus en détail

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques

Panorama de l astronomie. 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Panorama de l astronomie 7. Spectroscopie et applications astrophysiques Karl-Ludwig Klein, Observatoire de Paris Gilles Theureau, Grégory Desvignes, Lab Phys. & Chimie de l Environement, Orléans Ludwig.klein@obspm.fr,

Plus en détail

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps

AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps AA- SO1 Métrologie de l'espace et du temps Le but de ce Service est l'établissement et le maintien des repères spatio-temporels. Cette tâche traditionnelle de l'astronomie relève d'activités contractuelles

Plus en détail

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16 1. Au commencement est l appareil photo.... 1 Les différents types de capteurs.. 2 Les capteurs CCD........... 3 Les capteurs CMOS.......... 3 Taille des capteurs.......... 4 Format et qualité des images....

Plus en détail

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire

Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire Chapitre 6 : les groupements d'étoiles et l'espace interstellaire - Notre Galaxie - Amas stellaires - Milieu interstellaire - Où sommes-nous? - Types de galaxies - Interactions entre galaxies Notre Galaxie

Plus en détail

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes

- Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes - Le LPC2E et les Bases de Données Spatiales - Valorisation des bases de données ondes Equipe Plasmas Spatiaux du LPC2E Plan de la présentation Le LPC2E et les BdD spatiales Les projets spatiaux auxquels

Plus en détail

Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives

Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives Moyens d'observations en astérosismologie : Etat des lieux et perspectives Réza Samadi & Eric Michel LESIA Observatoire de Paris François Bouchy LAM / Observatoire de Genève Colloque de prospectives PNPS

Plus en détail

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation

Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Collège de France Chaire d Astrophysique Observationnelle Exo-planètes, étoiles et galaxies : progrès de l'observation Cous à Paris les mardis de Janvier et Mars cours à Marseille le 20 Février, à Nice

Plus en détail

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS Thierry.Chapuis@cnes.fr 08/04/2014 1 EVOLUTION DU SYSTÈME GNSS 1995-2005 2005-2014 2014 GPS GNSS-1 GNSS-2 GLONASS Pas de garantie de service Dégradation

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

pour applications spatiales

pour applications spatiales Systèmes d imagerie 3D flash LiDAR pour applications spatiales Alexandre Pollini, Centre Suisse d Electronique et de Microtechnique Toulouse, 07.04.2013 atelier "Systèmes embarqués d'imagerie 3D par laser"

Plus en détail

Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau. Cnes Paris - Affaires Internationales. UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010

Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau. Cnes Paris - Affaires Internationales. UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010 Centre National d Etudes Spatiales - Summary of Activities - Mario Hucteau Cnes Paris - Affaires Internationales UN-COPUOS - Vienne, 10 février 2010 Le Centre National d Etudes Spatiales, pour une politique

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction

Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Activité 1 : Rayonnements et absorption par l'atmosphère - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur l'absorption des rayonnements par l'atmosphère terrestre. Connaitre des sources

Plus en détail

Le cellulaire et les ondes électromagnétiques éti Mai 2011 APDPIQ Acquisition et affaires municipales Gerard.belisle@videotron.ca Les ondes électromagnétiques But / Comment Notions de base Les différents

Plus en détail

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO

Applications aux instruments spatiaux. C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO Applications aux instruments spatiaux C. Pierangelo, A. Deschamps et tout le service physique de la mesure optique CNES DCT/SI/MO 1. Généralités sur l utilisation du transfert radiatif au CNES SOMMAIRE

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

Le satellite Gaia en mission d exploration

Le satellite Gaia en mission d exploration Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Division Affaires spatiales Fiche thématique (16.12.2013)

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK. Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart

Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK. Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart Développements actuels dans le positionnement satellites GNSS - RTCM - RTK Moritz Lauwiner / Dr. Werner Lienhart Global Navigation Satellite Systems Systèmes GNSS existants et futurs NAVSTAR GPS USA, système

Plus en détail

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Retour d expérience, portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI

Retour d expérience, portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI , portage de code Promes dans le cadre de l appel à projets CAPS-GENCI PROMES (UPR 8521 CNRS) Université de Perpignan France 29 juin 2011 1 Contexte 2 3 4 Sommaire Contexte 1 Contexte 2 3 4 Laboratoire

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Nations Unies A/AC.105/C.1/L.320 Assemblée générale Distr. limitée 30 octobre 2012 Français Original: anglais et russe Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Sous-Comité scientifique

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

UTILISATION DU MESSAGE BINAIRE POUR DES APPLICATIONS DE SÉCURITÉ MARITIME

UTILISATION DU MESSAGE BINAIRE POUR DES APPLICATIONS DE SÉCURITÉ MARITIME UTILISATION DU MESSAGE BINAIRE POUR DES APPLICATIONS DE SÉCURITÉ MARITIME PIERRE-YVES MARTIN Centre d'études Techniques Maritimes et Fluviales 2, boulevard Gambetta BP 60039-60321 Compiègne cedex - France

Plus en détail

MINISTERE DE L ENERGIE ET DES MINES

MINISTERE DE L ENERGIE ET DES MINES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENERGIE ET DES MINES EMIS FORUM Solar Energy & Energy Efficiency (FORSEE) Tunis, 25 & 26 juin 2012 Présentée par Mr. Fawzi BENZAID, Chef de

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES L ingénierie de systèmes regroupe l ensemble des activités de pilotage des projets de construction effective d un système en s appuyant sur sa décomposition architecturale

Plus en détail

La (les) mesure(s) GPS

La (les) mesure(s) GPS La (les) mesure(s) GPS I. Le principe de la mesure II. Equation de mesure GPS III. Combinaisons de mesures (ionosphère, horloges) IV. Doubles différences et corrélation des mesures V. Doubles différences

Plus en détail

De!Paris!à!Zurich!en!passant!par!Genève!!Retour!sur!trois!jours!D!

De!Paris!à!Zurich!en!passant!par!Genève!!Retour!sur!trois!jours!D! DeParisàZurichenpassantparGenève RetoursurtroisjoursD Du#02#au#04#mai#2012# Poursonpremiervoyaged étudeeneurope,lemastèrespécialisé«immobilier,bâtimentet Energie» proposa d étudier la Suisse. Un pays caractérisé

Plus en détail

Eléments affectant la précision du GPS RTK

Eléments affectant la précision du GPS RTK Eléments affectant la précision du GPS RTK Gilles Wautelet Unité de géomatique Formation continuée ARGELg Liège, le 18 avril 2013 Quelle est la précision de la technique GPS-RTK? Annoncée : Horizontal

Plus en détail

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions :

Parcours Astronomie. Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Parcours Astronomie Dossier pédagogique pour les enseignants Cher Terrien, bienvenue à la Cité des sciences et de l industrie! Voici tes missions : Explore les expositions «Objectifs Terre» et «le Grand

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

LES GEOCUBES RÉSEAU DE CAPTEURS GÉOLOCALISÉS

LES GEOCUBES RÉSEAU DE CAPTEURS GÉOLOCALISÉS LES GEOCUBES RÉSEAU DE CAPTEURS GÉOLOCALISÉS ign.fr 01. DESCRIPTION DESCRIPTION MODULE GPS Module GPS mono-fréquence, faible coût TRÈS FAIBLE CONSOMMATION PORTÉE

Plus en détail

Robert Guichet. Conférence DERBI Juin 2008

Robert Guichet. Conférence DERBI Juin 2008 Robert Guichet Conférence DERBI Juin 2008 Plan de l exposé 1) Introduction le bâtiment et l énergie les enjeux 2) Le projet Monitoring THPE les partenaires la réglementation l indicateur de performance

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Architecture et énergies renouvelables

Architecture et énergies renouvelables Architecture et énergies renouvelables - Conférence DERBI - 6 juin 2008 Un contexte régional marqué par une forte croissance du solaire Solaire photovoltaïque: une croissance de 165 % de le filière entre

Plus en détail

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique

Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/fmillour cf le cours de Pierre Léna : «L

Plus en détail

Les nouveaux DUSTTRAK II et DRX

Les nouveaux DUSTTRAK II et DRX Les nouveaux DUSTTRAK II et DRX HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Surveillance de l exposition TRUST. SCIENCE. INNOVATION. La surveillance des poussières en temps réel avance a pas de géant. La révolution en matière

Plus en détail

Lumière zodiacale et nuage zodiacal

Lumière zodiacale et nuage zodiacal Lumière zodiacale et nuage zodiacal La Silla, Chile, sept. 2009 ESO Y. Beletsky, / Y. Beletsky ESO A.-Chantal Levasseur-Regourd UPMC (Univ. P. & M. Curie) / LATMOS-CNRS aclr@latmos.ipsl.fr Lumière zodiacale

Plus en détail

imaginez-vous un univers de possibilités BOOK2014-2015 imagine yourself in a world of opportunities... http://recrutement.akka.eu

imaginez-vous un univers de possibilités BOOK2014-2015 imagine yourself in a world of opportunities... http://recrutement.akka.eu BOOK2014-2015 imaginez-vous un univers de possibilités imagine yourself in a world of opportunities... http://recrutement.akka.eu BOOK France imaginez-vous un univers de possibilités http://recrutement.akka.eu

Plus en détail

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon

Vie et mort des étoiles. Céline Reylé Observatoire de Besançon Vie et mort des étoiles Céline Reylé Observatoire de Besançon Qu est-ce qu une étoile? Sphère de gaz hydrogène (¾) hélium (¼) pèse sur le centre qui est alors chauffé E. Beaudoin Sphère de gaz hydrogène

Plus en détail

Acoustique Étude des phénomènes liés à la propagation des sons dans l air et dans d autres milieux.

Acoustique Étude des phénomènes liés à la propagation des sons dans l air et dans d autres milieux. Sciences qui cherchent à formuler les lois du monde qui nous entoure. Elles tentent de comprendre l'essence de concepts fondamentaux : la matière, le temps, le mouvement, les forces, l'énergie, la chaleur,

Plus en détail

Faculté des Sciences d ORSAY

Faculté des Sciences d ORSAY Université Paris-Sud 11 Faculté des Sciences d ORSAY Personnes ressources des disciplines représentées : Département de Biologie Vice-Président : Hervé DANIEL Secrétaire : Malika DERRAS Université Paris-Sud

Plus en détail

Le GPS différentiel (DGPS) et temps réel (GPS RTK)

Le GPS différentiel (DGPS) et temps réel (GPS RTK) MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE Centre d'études Techniques Maritimes et Fluviales Département Ports Maritimes et Voies Navigables 2 Boulevard

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre

L Ecole et observatoire des sciences de la Terre L Ecole et observatoire des sciences de la Terre Michel GRANET LabEx G-EAU-THERMIE PROFONDE JOURNÉE DE LANCEMENT 14 Juin 2012 Un peu d histoire des sciences de la Terre à Strasbourg Quelques dates clés

Plus en détail

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec 7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec De la Station Spatiale à la Salle de Radiothérapie: Dosimétrie MOSFET pour Astronautes et Patients EVARM: From the Space

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Opérations et infrastructures

Opérations et infrastructures Opérations et infrastructures La Direction Opérations et infrastructure, mise en place le 1er avril, regroupe les départements Conduite des missions et Ingénierie des systèmes sol de l ancienne Direction

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

dépourvues d énergie EXTRÈMES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques

dépourvues d énergie EXTRÈMES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques COMMUNIQUEZ AVEC VOS INSTALLATIONS DANS DES CONDITIONS EXTRÈMES Caractéristiques techniques Unité centrale Circuit multicouche et CMS µprocesseur ATMEL Ultra faible consommation < 120µA Données sauvegardées

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

La précision dans les mesures RTK

La précision dans les mesures RTK La précision dans les mesures RTK Gilles Wautelet Unité de géomatique Club d utilisateurs du PICC & dix ans de Walcors Wépion, le 6 décembre 2013 Quelle est la précision de la technique GPS-RTK? Annoncée

Plus en détail

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT

Journée d information du 22 novembre 2011 COPYRIGHT Enjeux et objectifs du projet 1 Réduire les pressions environnementales et les risques potentiels pour la santé des opérateurs ainsi que la pénibilité des tâches Visé 20 à 30% de réduction d énergie, produits

Plus en détail

AÉRIENNE UNE STRATÉGI. Organisation. n de l aviation. Montréal, 19 1.1. SOMMAIRE et à moyen terme. la surveillance. fusion de. tions du 5.3.

AÉRIENNE UNE STRATÉGI. Organisation. n de l aviation. Montréal, 19 1.1. SOMMAIRE et à moyen terme. la surveillance. fusion de. tions du 5.3. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL AN-Conf/12-WP/146 31/10/12 Français et anglais seulement 1 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 Point

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Glossaire 3D OU IMAGE STÉRÉOSCOPIQUE Dans la vision naturelle, les yeux saisissent un objet sous deux angles légèrement différents du fait de l écartement oculaire. C est cette différence d angle qui fait

Plus en détail

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse.

À TOI DE JOUER! VIVRE EN FRANCE L EXPLORATION DE L ESPACE. 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. A B C 1. Observez ces documents et cochez la bonne réponse. 1. Quel est l argument de tous ces documents? 4. Helios est un film L espace traditionnel La Terre en relief Les avions en noir et blanc 2. Dans

Plus en détail

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques Energies renouvelables Leader mondial en systèmes solaires thermiques Un choix de 3 collecteurs Tous nos collecteurs fonctionnent selon le système plug and play (branchez et ça marche) et sont disponibles

Plus en détail

Low Frequency radio data

Low Frequency radio data Low Frequency radio data Frequency band: - a few khz to ~50 MHz Solar system sources: - magnetized planets (auroral emissions) - the Sun Data: - type: dynamic spectra - main physical parameters: spectral

Plus en détail

Les technologies Thales à bord du Rafale

Les technologies Thales à bord du Rafale Les technologies Thales à bord du Rafale Un avion de combat omnirôle Le Rafale est l avion de combat le plus avancé de sa génération. Il offre des capacités multimission qui lui permettront de rester pleinement

Plus en détail

Monitoring et télésuivi de bâtiments BBC

Monitoring et télésuivi de bâtiments BBC Monitoring et télésuivi de bâtiments BBC Pascal EUVRARD NEOL ENTREPRISE 5, rue du Levant ZI des Speyres 38450 VIF Tel : 04 76 73 02 72 Fax : 04 76 73 02 76 Mail : neolinfo@neol-energies.fr Web : www.neol-energies.fr

Plus en détail

AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2012 INSCRIPTION DONNEURS D ORDRES

AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2012 INSCRIPTION DONNEURS D ORDRES AEROSPACE MEETINGS TUNISIE 2012 INSCRIPTION DONNEURS D ORDRES Vous pouvez compléter votre dossier directement en ligne : http://www.bciaerospace.com/tunis/rendezvous2012/ FORFAIT 1.150 Euros HT Séminaire

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

Autonomie des systèmes

Autonomie des systèmes Autonomie des systèmes Bilan énergétique et optimisation Julien Werly, ingénieur R&D électronique Le CRT CRESITT est soutenu par Autonomie des systèmes Définition : Un module autonome en énergie et en

Plus en détail

Droit fondamental et appliqué et droit de l'entreprise (DEG)

Droit fondamental et appliqué et droit de l'entreprise (DEG) Annexe n 1 : Offre de formation de l Université Paris-Sud 11 Diplômes de Masters demandés en habilitation ou cohabilitation pour le contrat quadriennal 2010-2013. Deux domaines (DEG = Droit Economie Gestion,

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Services internationaux en géodésie spatiale

Services internationaux en géodésie spatiale «40 ans du GRGS, 1971 2011» Services internationaux en géodésie spatiale F. Deleflie, D. Gambis, P. Bonnefond, et Z. Altamimi, S. Bonvalot 1 Implication GRGS dans les services «40 ans du du GRGS, 1971

Plus en détail

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique

Cerea. Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Cerea Centre d enseignement et de recherche en environnement atmosphérique Laboratoire commun École des Ponts ParisTech / EDF R&D Université Paris-Est Le Cerea : une cinquantaine de chercheurs sur trois

Plus en détail

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom?

Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Comment aborder en pédagogie l aspect «système» d une chaîne télécom? Introduction : Guillaume Ducournau, Christophe Gaquière, Thierry Flamen guillaume.ducournau@polytech-lille.fr Plate-forme PolyCOM,

Plus en détail

Identifier Stocker Distribuer Transformer

Identifier Stocker Distribuer Transformer Les énergies dans les transports Stocker Distribuer Transformer JPS - MAZAMET _ACT6_Energies.pub - 1 Les différentes énergies utilisées dans les transports... Tâche 1 IDENTIFIER LES ÉNERGIES... Dans le

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

Quels débouchés pour les nanosatellites?

Quels débouchés pour les nanosatellites? Quels débouchés pour les nanosatellites? 25-26 nov. 2013 France Table des matières Spectrometry of the Earth Thermosphere : density and energy measurements, F. Leblanc...1 Utilisation d'une source d'électrons

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail