Opérations entre apparentés

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Opérations entre apparentés"

Transcription

1 exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012 Le présent exposé-sondage est publié par le Conseil sur la comptabilité dans le secteur public. Les membres du Conseil proviennent des secteurs de l Administration publique, de la vérification législative, de l expertise comptable, des affaires et de l enseignement supérieur. Tous les membres siègent à titre personnel et non en tant que représentants d un gouvernement, de leur employeur ou d une organisation. Les personnes, les gouvernements et les organisations sont invités à faire parvenir par écrit au Conseil leurs commentaires sur les propositions contenues dans l exposé-sondage. Il est souhaitable que les personnes qui sont en faveur du texte proposé expriment leur opinion au même titre que celles qui ne le sont pas. Tous les commentaires reçus seront postés sur le site Web du CCSP à l adresse peu après la date limite de réception des commentaires, sauf si le répondant demande qu ils soient tenus confidentiels. La demande de confidentialité doit être énoncée explicitement dans la réponse. Pour être pris en considération, les commentaires devront être reçus d ici le 21 novembre 2012, adressés à : Tim Beauchamp, directeur Comptabilité du secteur public 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Un formulaire de réponse en format PDF a été posté avec le document pour faciliter votre tâche. Par ailleurs, vous pouvez faire parvenir vos commentaires écrits par courriel, en format Word, à l adresse suivante : Les normes, les notes d orientation et les énoncés de pratiques recommandées concernant la comptabilité dans le secteur public ne visent que les éléments d information dont l importance relative est grande. L appréciation de l importance relative d un élément relève du jugement du praticien dans une situation donnée. L importance relative d un élément peut être définie en termes de probabilité que cet élément puisse influer sur les évaluations et les jugements éventuels des utilisateurs d états financiers. Un élément d information important est un élément dont on peut croire qu il influerait sur les évaluations et jugements des utilisateurs relativement aux activités et à la gestion financières du gouvernement.

2 Points saillants Le Conseil sur la comptabilité dans le secteur public (CCSP) propose, sous réserve des commentaires qu il recevra à la suite de la publication de l exposé-sondage, de publier un nouveau chapitre, OPÉRATIONS ENTRE APPARENTÉS. Ce chapitre s appliquerait à tous les ordres de gouvernement et à tous les organismes publics dont les méthodes comptables se fondent sur le Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public. Les documents suivants accompagnent l exposé-sondage : Une «analyse des questions» qui résume l examen du CCSP en présentant des informations sur le contexte et les différentes solutions évaluées. Un «feuillet d information» expliquant les propositions en langage non technique. Principaux éléments de l exposé-sondage Les principaux éléments de l exposé-sondage sont les suivants : Les apparentés comprennent les entités qui contrôlent l entité publiante ou qui sont contrôlées par celle-ci, les entités qui sont soumises à un contrôle commun, et les entités qui exercent un contrôle partagé sur l entité publiante ou qui sont sous le contrôle partagé de celle-ci. Les principaux dirigeants et leurs proches parents sont des apparentés. Il n est pas obligatoire de fournir des informations sur les régimes de rémunération, les allocations pour frais et les autres paiements semblables couramment consentis aux principaux dirigeants pour services rendus. La détermination des opérations entre apparentés à communiquer est une question de jugement et d évaluation des éléments suivants : les modalités selon lesquelles les opérations ont été conclues; l importance financière des opérations; la pertinence de l information; le besoin d information des utilisateurs pour comprendre les états financiers et faire des comparaisons. Les opérations entre apparentés, à l exception des apports de biens et de services, doivent normalement être comptabilisées à la fois par l entité prestataire et l entité bénéficiaire à leur montant brut. Une entité publiante peut : soit fournir des informations sur les apports de biens et de services; soit comptabiliser un produit et une charge dans les cas où ces biens et services auraient dû être achetés à défaut d un apport. Les opérations entre apparentés, lorsqu elles sont comptabilisées, devraient l être à la valeur d échange. Les politiques, les pratiques budgétaires ou les structures de reddition de comptes d une entité du secteur public peuvent indiquer que la valeur d échange est la valeur comptable, la contrepartie payée ou reçue, ou la juste valeur. Il se peut qu il ne soit ni nécessaire ni praticable, pour l entité prestataire ou l entité bénéficiaire, de fournir des informations sur les opérations effectuées par l entité dans le cours de ses activités. opérations entre apparentés i

3 Incidences des propositions Ce nouveau chapitre n impose la communication d informations que lorsque les opérations entre apparentés sont significatives par rapport aux états financiers. Lorsqu on détermine si des opérations entre apparentés doivent être communiquées, on tient compte de l aspect quantitatif de l importance relative de ces opérations. Certaines opérations entre apparentés sont d une importance telle qu il faut en fournir une description adéquate pour assurer la compréhension des résultats financiers et de la situation financière de l entité qui publie les états financiers. On s attend à ce que l incidence de ce chapitre sur le périmètre comptable du gouvernement soit minime. Le chapitre ne traite pas des opérations avec des entités comprises dans le même périmètre comptable. Les opérations entre apparentés effectuées avec les principaux dirigeants ou leurs proches parents ne sont de manière générale pas importantes sur le plan financier à l échelle du périmètre comptable du gouvernement. De même, il existe dans la plupart des ressorts territoriaux des lois en matière d information financière et de conflits d intérêts. Les entités qui sont soumises à ces lois sont susceptibles de disposer de processus visant à protéger l intégrité des opérations financières et à rendre des comptes au public. Elles peuvent tabler sur ces processus pour se conformer au chapitre. Au besoin, elles pourraient faire mention dans leurs états financiers d autres rapports publics contenant des informations utiles. Les organismes publics qui appliquaient auparavant les normes comptables en vigueur avant le basculement de la partie V du Manuel de l ICCA Comptabilité devront peut-être revoir les informations qu ils fournissent actuellement, car il n est pas question d influence notable dans cet exposé-sondage. Appel à commentaires Le CCSP invite les personnes, les gouvernements et les organismes à formuler des commentaires sur tout aspect de l exposé-sondage. Lorsque des commentaires ont été préparés à la suite d un processus de consultation au sein d une organisation, il est utile d indiquer, de façon générique, la source des commentaires. Cette façon de faire permet de comprendre comment les propositions touchent différents aspects de l organisation. Les commentaires ont d autant plus de valeur qu ils portent sur un principe, un paragraphe ou un groupe de paragraphes précis et, s ils expriment un désaccord avec l exposé-sondage, qu ils expliquent clairement le problème en cause et qu ils comportent le libellé exact des modifications suggérées, avec motifs à l appui. Les motifs à l appui des commentaires ont d autant plus de valeur qu ils indiquent comment les propositions contenues dans l exposé-sondage, ou les modifications suggérées : permettent de produire des informations plus pertinentes aux fins de la reddition de comptes et de la prise de décisions par des utilisateurs externes; améliorent la représentation de la substance d une opération ou d un événement sous-jacent; contribuent à l amélioration des mesures et à la compréhension de la situation financière et des résultats annuels; contribuent à améliorer la comparabilité; ii exposé-sondage septembre 2012

4 fournissent suffisamment d informations aux utilisateurs externes pour leur permettre de comprendre les états financiers. Nous vous serions reconnaissants de répondre aux questions suivantes : 1. Êtes-vous d accord pour que seuls les aspects quantitatifs de l importance relative soient pris en considération pour déterminer si une opération entre apparentés doit être communiquée? 2. Êtes-vous d accord avec les caractéristiques essentielles d un apparenté? 3. Êtes-vous d accord pour que les opérations entre apparentés, à l exception des apports de biens et de services, doivent être comptabilisées à la fois par l entité prestataire et l entité bénéficiaire pour leur montant brut à la valeur d échange? 4. Êtes-vous d accord pour qu une entité publiante puisse soit fournir des informations sur les apports de biens et de services, soit les comptabiliser? 5. Êtes-vous d accord avec les obligations d information proposées? Un formulaire de réponse en format PDF a été posté avec le présent document pour faciliter votre tâche. Vous pouvez sauvegarder le formulaire pendant et après la rédaction de votre réponse pour consultation future. Vous n êtes pas restreint par la taille des champs de commentaires interactifs dans le formulaire de réponse, qui comporte également une section Commentaires généraux. Par ailleurs, vous pouvez faire parvenir vos commentaires écrits par courriel, en format Word, à l adresse : opérations entre apparentés iii

5 Opérations entre apparentés TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Objet et champ d application Définitions Opérations à communiquer Identification d un apparenté Principaux dirigeants Proches parents des principaux dirigeants Comptabilisation Attribution et recouvrement des coûts Apports de biens et de services Évaluation Informations à fournir Opérations non comptabilisées Opérations effectuées dans le cours des activités Dispositions transitoires OBJET ET CHAMP D APPLICATION.01 Le présent chapitre établit des normes de comptabilisation, d évaluation et d information applicables aux opérations entre apparentés..02 Le présent chapitre établit des normes d information applicables aux modalités des opérations entre apparentés et aux relations sous-jacentes. Des informations suffisantes sur les opérations entre apparentés permettent aux utilisateurs d en évaluer l incidence sur la situation et la performance financières présentées..03 Le présent chapitre indique : a) ce qu est un apparenté; b) la mesure dans laquelle des opérations entre apparentés sont comptabilisées dans les états financiers tant de l entité prestataire que de l entité bénéficiaire; c) la méthode d évaluation appropriée pour les opérations entre apparentés comptabilisées; d) les obligations d information relatives aux opérations entre apparentés, y compris celles qui ne sont pas comptabilisées..04 Le présent chapitre ne traite pas de ce qui suit : a) les rapports spéciaux; b) les fusions et restructurations; c) les opérations entre gouvernements qui constituent des entités comptables distinctes sur le plan de l information financière (voir le chapitre SP 1300, PÉRIMÈTRE COMPTABLE DU GOUVERNEMENT); d) les opérations avec des entités comprises dans le même périmètre comptable, y compris les opérations qui sont comptabilisées selon la méthode modifiée de la comptabilisation à la valeur de consolidation; e) les ententes de partage de frais; opérations entre apparentés 1

6 f) les informations à fournir sur les régimes de rémunération, les allocations pour frais et les autres paiements semblables couramment consentis aux principaux dirigeants pour services rendus; g) les participations de particuliers dans une entité du secteur public. DÉFINITIONS.05 Les définitions qui suivent s appliquent au présent chapitre. a) La valeur comptable est la valeur d un élément transféré ou le coût de services fournis qui est inscrit dans les comptes de l entité prestataire, après régularisation, le cas échéant, pour amortissement ou dépréciation. b) La valeur d échange est le montant de la contrepartie dont ont convenu les apparentés. c) La juste valeur est le montant de la contrepartie dont conviendraient des parties compétentes agissant en toute liberté dans des conditions de pleine concurrence. d) Les principaux dirigeants sont les personnes ayant l autorité et la responsabilité de planifier, de diriger et de contrôler les activités de l entité publiante. e) Deux parties sont des apparentés lorsque l une des parties a la capacité d exercer un contrôle exclusif ou partagé sur l autre. Deux ou plusieurs parties sont des apparentés lorsqu elles sont soumises à un contrôle commun ou partagé. Les principaux dirigeants et leurs proches parents comptent également au nombre des apparentés. f) Une opération entre apparentés est un transfert de ressources économiques ou d obligations entre des apparentés, ou la prestation de services par une partie à un apparenté. Ces types de transferts sont des opérations entre apparentés, indépendamment du fait qu une contrepartie ait été versée ou non ou que les opérations aient été comptabilisées ou non. Les parties à l opération sont apparentées avant que l opération n ait lieu. Lorsque la relation découle de l opération, celle-ci n est pas une opération entre apparentés. g) Il y a contrôle partagé lorsque deux ou plusieurs entités sont liées par un accord contractuel établissant qu elles se partagent le contrôle d une autre entité et précisant qu elles exercent collégialement le pouvoir de définir de manière durable les politiques financières et opérationnelles de cette autre entité. OPÉRATIONS À COMMUNIQUER.06 Les gouvernements exercent couramment des activités liées à différents aspects de leurs responsabilités et à l atteinte de leurs objectifs par l entremise d entités distinctes. Ces entités peuvent préparer des états financiers visant à fournir aux utilisateurs des informations pertinentes et fiables pour la prise de décisions et à rendre compte de la gestion, par celles-ci, des ressources qui leur sont confiées..07 Les gouvernements peuvent aussi établir entre les entités différentes relations fonctionnelles qui permettent à ces entités d interagir en vue de l atteinte des objectifs gouvernementaux globaux. Les gouvernements établissent, relativement aux ententes interorganismes, des politiques individuelles qui reflètent les objectifs des politiques du gouvernement, ses structures de reddition de comptes et ses pratiques budgétaires. 2 exposé-sondage septembre 2012

7 .08 La détermination des opérations à communiquer parmi toutes celles conclues entre l entité publiante et ses apparentés est une question relevant du jugement professionnel. Par exemple, il peut être nécessaire de fournir des informations sur les apports de biens et de services et sur d autres opérations non comptabilisées afin que les utilisateurs puissent comprendre l environnement dans lequel l entité publiante exerce ses activités. Les facteurs dont il faut tenir compte pour évaluer les besoins des utilisateurs comprennent notamment les suivants : a) le fait que les opérations ont été conclues ou non selon des modalités différentes de celles qui auraient été normalement adoptées si, dans les mêmes circonstances, les parties avaient agi dans des conditions de pleine concurrence; b) l importance financière des opérations quant à l incidence qu elles ont ou qu elles pourraient avoir sur la situation et la performance financières de l entité publiante; c) la pertinence de l information au regard de la prise de décisions par les utilisateurs et de leur évaluation de l incidence financière réelle ou potentielle des opérations sur la situation et la performance financières de l entité publiante; d) la mesure dans laquelle l information permettrait aux utilisateurs de comprendre le contexte dans lequel l entité publiante évolue ainsi que les états financiers; e) la nécessité de l information pour permettre aux utilisateurs de comparer la situation et la performance financières de l entité publiante avec celles d autres entités. IDENTIFICATION D UN APPARENTÉ.09 Un apparenté s entend d une entité ou d un particulier (une «personne») ayant un lien avec l entité publiante. Les apparentés répondent à l une ou l autre des caractéristiques suivantes : a) les entités qui contrôlent l entité publiante ou qui sont contrôlées par celle ci; b) l entité publiante et les autres entités soumises à un contrôle commun; c) les entités qui exercent un contrôle partagé sur l entité publiante ou qui sont sous le contrôle partagé de celle-ci; d) l un des principaux dirigeants de l entité publiante ou un proche parent de cette personne; e) une entité soumise au contrôle exclusif ou partagé d un des principaux dirigeants de l entité publiante ou d un proche parent de celui-ci; f) une entité dont la direction ou le conseil de direction comprend l un des principaux dirigeants de l entité publiante ou un proche parent de celui-ci, ce qui permet à ces personnes de participer aux décisions financières et opérationnelles de l entité..10 La question de savoir si une entité contrôle ou non une autre entité s apprécie à la lumière de la définition du contrôle énoncée dans le chapitre SP 1300, PÉRIMÈTRE COMPTABLE DU GOUVERNEMENT. Il convient aussi de se reporter aux caractéristiques du contrôle partagé énoncées dans le chapitre SP 3060, PARTENARIATS..11 Les parties à un accord contractuel établissant qu elles exercent un contrôle partagé sur une entité ne sont pas nécessairement des apparentés. La question de savoir si les parties à un accord de contrôle partagé sont apparentées ou opérations entre apparentés 3

8 non s apprécie en tenant compte de la définition et des caractéristiques d un apparenté. Par exemple, si toutes les parties à un accord de contrôle partagé sont soumises à un contrôle conjoint, elles sont considérées comme des apparentés. De façon analogue, lorsque deux ou plusieurs entités sont sous le contrôle partagé de la même entité publiante, chacune d elles est un apparenté. Principaux dirigeants.12 La question de savoir si une personne fait partie ou non des principaux dirigeants d une entité requiert l exercice du jugement. Les principaux dirigeants pourraient comprendre : a) les administrateurs ou les membres du conseil de direction de l entité, lorsque ce conseil a le pouvoir et la responsabilité de planifier, de diriger et de contrôler les activités de l entité publiante; b) la haute direction de l entité publiante, y compris le chef de la direction ou le responsable permanent et le comité de direction de l entité publiante; c) toute autre personne ayant le pouvoir et la responsabilité de planifier, de diriger et de contrôler les activités de l entité publiante. Pour un gouvernement, le conseil de direction peut être composé de représentants élus ou nommés, comme des ministres ou des conseillers..13 De plus, une entité peut être apparentée à l entité publiante si l un des principaux dirigeants de cette dernière répond à l une ou l autre des conditions suivantes : a) il exerce un contrôle exclusif ou partagé sur l entité; b) il détient une participation qui lui permet d influer sur les décisions financières et opérationnelles de l entité; c) il fait partie de la direction ou du conseil de direction de l entité, ce qui lui permet de participer aux décisions financières et opérationnelles de celle-ci..14 La question de savoir si une entité est apparentée ou non à l un des principaux dirigeants dépend du degré de l influence que cette personne exerce sur l entité. Dans certains cas, il se peut que le degré d influence soit si faible qu il n est pas nécessaire de considérer les parties comme apparentées. Par exemple, il est possible que deux entités ne soient pas apparentées même si l un des principaux dirigeants est membre du conseil d administration de chacune d elles. Dans un tel cas, c est le degré de l influence exercée par l administrateur sur les politiques financières et opérationnelles de chacune des entités qui indiquera si les entités sont apparentées. Proches parents des principaux dirigeants.15 Les apparentés comprennent les proches parents des principaux dirigeants de l entité publiante. L exercice du jugement est nécessaire pour déterminer si une personne fait partie ou non des proches parents d un des principaux dirigeants. Dans la plupart des cas, les proches parents comprennent le conjoint du dirigeant et les personnes qui sont à la charge soit du dirigeant soit de son conjoint..16 De façon analogue, une entité est apparentée à l entité publiante si un proche parent d un des principaux dirigeants de cette entité répond à l une ou l autre des conditions suivantes : a) il exerce un contrôle exclusif ou partagé sur l entité; 4 exposé-sondage septembre 2012

9 b) il détient une participation qui lui permet d influer sur les décisions financières et opérationnelles de l entité; c) il fait partie de la direction ou du conseil de direction de l entité, ce qui lui permet de participer aux décisions financières et opérationnelles de l entité. COMPTABILISATION.17 Les opérations entre apparentés, à l exception des apports de biens et de services mentionnés aux paragraphes.24 à.29, doivent être comptabilisées à la fois par l entité prestataire et l entité bénéficiaire..18 L entité publiante comptabilise les actifs et les passifs dans ses états financiers lorsque l élément répond aux définitions du chapitre SP 1000, FONDEMENTS CONCEPTUELS DES ÉTATS FINANCIERS, et satisfait aux critères de comptabilisation qui y sont énoncés. Par conséquent, si une opération entre apparentés donne lieu au transfert d un actif ou d un passif, l entité prestataire et l entité bénéficiaire comptabilisent toutes deux l opération. Attribution et recouvrement des coûts.19 Lorsqu une politique d attribution des coûts liés à la prestation des biens et des services est en place : a) l entité prestataire doit présenter tous les produits et les charges à leur montant brut; b) l entité bénéficiaire doit présenter toutes les charges à leur montant brut..20 Il se peut qu un gouvernement ait adopté une structure organisationnelle par laquelle un organisme central fournit des biens et des services à d autres entités sous contrôle commun. L entité prestataire peut être soumise à une politique imposant que les coûts connexes soient attribués aux entités bénéficiaires. Par exemple, un organisme central peut être responsable de la prestation de services d information à d autres entités. Cet organisme comptabilise à leur montant brut tous les produits et charges afférents à la prestation des services d information..21 Présenter les produits bruts et les coûts des biens ou des services permet aux utilisateurs d avoir une vue d ensemble des activités de l entité prestataire. Dans certaines situations, cependant, il peut être approprié de présenter un montant net. La décision de présenter les montants bruts ou un montant net peut être une question de jugement. Aux fins de cette détermination, il convient de se demander si l entité publiante : a) réalise les opérations pour son propre compte ou plutôt à titre d intermédiaire; b) assume ou non les avantages et les risques inhérents à la propriété; c) est ou non la principale responsable de la prestation des biens ou des services requis par l entité bénéficiaire..22 Le fait qu un fournisseur ou un autre tiers soit responsable de la prestation des biens ou des services demandés par l entité bénéficiaire est fort probablement le signe d une entité qui agit à titre d intermédiaire. Dans ce cas, il peut être approprié de comptabiliser un montant net. opérations entre apparentés 5

10 .23 Selon la politique d attribution des coûts, l entité bénéficiaire comptabilise les charges dans ses états financiers. Les charges sont présentées à leur montant brut aux fins de la détermination de l excédent ou du déficit de l exercice. Apports de biens et de services.24 Il n est pas rare qu une entité centrale exerce certaines activités pour soutenir les activités d autres ministères ou organismes publics. Par exemple, une entité centrale peut s occuper de la gestion de la dette, de l administration du régime de retraite, de l approvisionnement ou d autres services partagés pour toutes les entités publiques..25 Il se peut que l entité prestataire ait comme politique de financer les charges liées à ces services communs au moyen de crédits budgétaires ou d autres sources de revenus, et de ne pas en attribuer les coûts aux entités bénéficiaires comprises dans le périmètre comptable de l entité du secteur public. Ces apports de biens ou de services d une entité à une autre sont des opérations entre apparentés..26 Il se peut que l entité publiante comptabilise les apports de biens et de services qui auraient dû être achetés à défaut d un apport. L entité publiante peut choisir, ou être tenue par le gouvernement : a) soit de fournir des informations sur l opération; b) soit de comptabiliser un produit et une charge..27 La question de savoir si les opérations entre apparentés comportant l apport de biens et de services sont à comptabiliser ou à présenter par voie de notes dans les états financiers de l entité bénéficiaire requiert l exercice du jugement. Les facteurs dont il faut tenir compte comprennent notamment les suivants : a) les objectifs des états financiers à vocation générale; b) les besoins d information des utilisateurs; c) la nature des activités et du contrôle législatif; d) la loi ou la politique qui oblige l entité à établir des états financiers à vocation générale; e) en l absence d une obligation légale, un modèle organisationnel établi qui reflète les objectifs des politiques du gouvernement, ses structures de reddition de comptes et ses pratiques budgétaires..28 Si les objectifs sont de satisfaire à l obligation de reddition de comptes de l entité publiante quant à l utilisation des ressources dont elle est responsable et de permettre aux utilisateurs d évaluer si les ressources ont été gérées dans le respect des limites établies par les autorisations législatives, il se peut qu il ne soit pas nécessaire de comptabiliser les apports de biens et de services. Par contre, si l objectif est d évaluer le coût des ressources consommées pour chaque type d activité, il peut être nécessaire de comptabiliser les apports de biens et de services..29 L entité bénéficiaire qui comptabilise les apports de biens et de services les présente à titre de charge dans l état des résultats. Elle comptabilise aussi un montant équivalent à titre de crédit dans l état des résultats. 6 exposé-sondage septembre 2012

11 ÉVALUATION.30 Les opérations entre apparentés doivent être comptabilisées à la valeur d échange, laquelle pourrait correspondre : a) soit à la valeur comptable; b) soit à la contrepartie payée ou reçue; c) soit à la juste valeur..31 En général, lorsqu une opération entre entités publiantes sous contrôle commun donne lieu au transfert d un actif ou d un passif, ou à la prestation d un service, la substance de la participation consolidée dans l élément ne change pas. Par conséquent, il n est pas nécessairement justifié de changer de méthode d évaluation de l élément. Il se peut dans ce cas que la valeur comptable soit appropriée..32 Le montant de la contrepartie payée ou reçue peut être approprié pour une opération entre apparentés qui donne lieu à la fourniture de biens ou à la prestation de services par une entité à une autre entité. Ce montant reflète le cadre de reddition de comptes existant des entités du secteur public et la manière dont leurs activités sont gérées. Il reflète également la substance économique de l opération, et il est suffisamment fiable pour qu on l utilise aux fins de l information financière..33 La juste valeur peut être appropriée lorsque la variation attendue des flux de trésorerie futurs ou du potentiel de service de l entité bénéficiaire du fait de cette opération est significative. Par exemple, une Administration locale peut transférer un parc de stationnement à une régie des stationnements qui exigera les tarifs du marché pour l utilisation du parc. Dans ce cas, une variation de la valeur des installations pourrait être justifiée, puisque le transfert peut changer considérablement le risque, l échéancier et le montant des flux de trésorerie futurs associés à l actif..34 Lorsqu il existe un écart entre la valeur d échange et la valeur comptable, un gain ou une perte doit être présenté dans l état des résultats de l exercice..35 Il peut être difficile d évaluer les apports de biens et de services. En l absence de politique, de pratique budgétaire ou de structure de reddition de comptes indiquant comment l entité du secteur public évalue les apports de biens ou de services, ceux-ci sont évalués : a) soit à la valeur comptable; b) soit à la juste valeur. INFORMATIONS À FOURNIR.36 L entité publiante doit fournir les informations suivantes : a) des informations adéquates sur la nature de la relation avec les apparentés ayant pris part aux opérations; b) les types d opérations entre apparentés qui ont été comptabilisées; c) les montants comptabilisés pour les opérations classées par rubrique figurant dans les états financiers; d) la base d évaluation utilisée; e) le montant des soldes et les modalités qui s y rattachent; f) les obligations contractuelles envers des apparentés, présentées séparément des autres obligations contractuelles; opérations entre apparentés 7

12 g) les éventualités mettant en cause des apparentés, présentées séparément des autres éventualités; h) les types d opérations qui ont été conclues avec les apparentés pour lesquelles aucun montant n a été comptabilisé. Les éléments de nature semblable doivent être regroupés..37 L entité publiante fournit des informations suffisantes sur les opérations entre apparentés et les relations sous-jacentes afin que les utilisateurs puissent comprendre l incidence de ces opérations sur sa situation et sa performance financières. La connaissance des opérations conclues par l entité publiante avec des apparentés, ainsi que des modalités de ces opérations, est nécessaire à des fins de reddition de comptes et pour permettre aux utilisateurs d évaluer le coût des services et la gestion des ressources..38 La détermination du niveau de détail des informations à fournir requiert l exercice du jugement. Les facteurs dont il faut tenir compte aux fins de cette détermination comprennent notamment les suivants : a) l étroitesse de la relation entre apparentés; b) l importance relative du montant de l opération; c) le fait que l opération ait été conclue ou non selon des conditions différentes de celles pratiquées sur le marché..39 Des éléments de nature semblable peuvent être regroupés, sauf si une présentation distincte est nécessaire à la compréhension de l incidence des opérations entre apparentés sur les états financiers de l entité publiante. Opérations non comptabilisées.40 L entité publiante doit indiquer dans les notes ou les tableaux complémentaires des états financiers la nature des opérations entre apparentés qui n ont pas été comptabilisées..41 L échange de biens ou de services entre apparentés qui n est pas comptabilisé constitue tout de même une opération entre apparentés. Ce type d opération pourrait avoir des répercussions importantes sur la situation et la performance financières présentées dans les états financiers. L entité publiante fournit des informations sur les opérations qui ont été conclues entre les apparentés et pour lesquelles aucun montant n a été comptabilisé, de manière suffisamment détaillée pour permettre aux utilisateurs de ses états financiers de comprendre le contexte dans lequel elle exerce ses activités..42 Les informations fournies comprennent des indications qualitatives ou quantitatives de l ampleur des opérations entre apparentés non comptabilisées. Lorsque seules des informations qualitatives sont fournies sur les opérations entre apparentés non comptabilisées, les utilisateurs peuvent avoir du mal à déterminer les modalités selon lesquelles ces opérations auraient pu être conclues si les parties n avaient pas été apparentées. Toutefois, une description de la nature des opérations aide les utilisateurs à déceler et à expliquer certaines différences qu il peut y avoir dans les modalités et à déterminer l importance de ces différences par rapport à la performance de l entité publiante. 8 exposé-sondage septembre 2012

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP

Bases des conclusions. Placements de portefeuille Chapitre SP 3041. Avril 2012 CCSP Placements de portefeuille Chapitre SP 3041 Avril 2012 CCSP AVANT-PROPOS Le chapitre SP 3041, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, qui modifie et remplace le chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE, fait partie

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats»

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Alerte info financière NCECF JANVIER 2015 Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en septembre 2014 le chapitre 3056 de la Partie II (Normes comptables

Plus en détail

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées

Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Norme comptable internationale 24 Information relative aux parties liées Objectif 1 L objectif de la présente norme est d assurer que les états financiers d une entité contiennent les informations nécessaires

Plus en détail

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE

COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE Alerte info COMMUNICATION DE L INFORMATION D ENTREPRISE JANVIER 2016 Préparation des informations à fournir sur la situation de trésorerie et les sources de financement dans le rapport de gestion Pour

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions

Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450. Septembre 2012 CCSP. Bases des conclusions Instruments financiers : dispositions transitoires Chapitres SP 2601 et SP 3450 Septembre 2012 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 36 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Province du Nouveau-Brunswick

Province du Nouveau-Brunswick Ministère des Gouvernements locaux Adoption des normes du CCSP Province du Nouveau-Brunswick Ministère des Gouvernements locaux Adoption des normes du CCSP Ministère des Gouvernements locaux Adoption des

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Information relative aux apparentés

Information relative aux apparentés Information relative aux apparentés Base des conclusions Chapitre SP 2200 Manuel de comptabilité de CPA Canada pour le secteur public Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

CCSP. Appel à commentaires. Opérations entre apparentés Définition et informations à fournir

CCSP. Appel à commentaires. Opérations entre apparentés Définition et informations à fournir Appel à commentaires Opérations entre apparentés Définition et informations à fournir Préparé par : le Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2011 Date limite de réception des commentaires

Plus en détail

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations Directives du Programme 20-1 Volume 1 Affaires indiennes et inuit Chapitre 6 Installations fixes et services communautaires DP 6.13 Financement des immobilisations : Projets de planification des immobilisations

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012

Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 Charte du comité de vérification Révisée en décembre 2012 BUT La principale fonction du Comité de vérification (le «comité») de TransForce Inc. (la «Société») consiste à aider le conseil d administration

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP

Paiements de transfert Chapitre SP 3410. Avril 2011. Bases des conclusions CCSP Paiements de transfert Chapitre SP 3410 Avril 2011 CCSP AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 33 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en mars 2011, comprenait le chapitre

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Instruments financiers Septembre 2009 date limite de réception des commentaires : le 15 JANVIER 2010 Le présent

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Centre de politique et d administration fiscales

Centre de politique et d administration fiscales Centre de politique et d administration fiscales Orientations en matière d impôts sur la consommation Orientations en matière d enregistrement simplifié Orientations en matière d enregistrement simplifié

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 :

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Situation antérieure et obligations prochaines www.semaphores.fr Situation antérieure à la

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Exposé pour l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Normes comptables du secteur public et incidences sur les commissions des déchets solides 28 octobre 2010 Présenté par John Sanford, FCA,

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Énoncé de la politique de placements Document 215027

Énoncé de la politique de placements Document 215027 Contexte et objet Énoncé de la politique de placements Document 215027 Le cumul des actifs investis par l Institut canadien des actuaires s est accru au fil des ans. La plupart de ces actifs se sont accumulés

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS SUPPLEMENTAIRES SUR DES ASPECTS SPECIFIQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 501 ELEMENTS PROBANTS CONSIDERATIONS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Adoption des normes du CCSP. Première application par les organismes publics

Adoption des normes du CCSP. Première application par les organismes publics Adoption des normes du CCSP Première application par les organismes publics Gouvernement locaux mai 2011 Table des atières Page Introduction 1 Date de transition 1 Exemptions 1 Exceptions à l application

Plus en détail

Présentation de l information financière à l attention des conseils scolaires. Présentation à la conférence annuelle des CODE/AAS 22 janvier 2004

Présentation de l information financière à l attention des conseils scolaires. Présentation à la conférence annuelle des CODE/AAS 22 janvier 2004 Présentation de l information financière à l attention des conseils scolaires Présentation à la conférence annuelle des CODE/AAS 22 janvier 2004 Spécialistes Marion Jarrell Chef de projet - Responsabilisation

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT LES PROPRIÉTAIRES DE PETITS LOTS D ACTIONS

POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT LES PROPRIÉTAIRES DE PETITS LOTS D ACTIONS POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT POUR Champ d application de la politique Les porteurs de moins qu un lot régulier (les «porteurs de lots irréguliers») qui désirent vendre leurs actions ou

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval Faits saillants et analyse 22 mars 2012 1. Objet et déroulement de l enquête À la suite d un article publié le

Plus en détail

OUTIL DU MRCC2 : INDICES DE RÉFÉRENCE DU RENDEMENT ET COMMENT LES UTILISER

OUTIL DU MRCC2 : INDICES DE RÉFÉRENCE DU RENDEMENT ET COMMENT LES UTILISER OUTIL DU MRCC2 : INDICES DE RÉFÉRENCE DU RENDEMENT ET COMMENT LES UTILISER Texte modèle pour le document d information sur la relation, l addenda au document d information sur la relation, le bref aperçu

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité

Rapport de certification indépendant. Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Rapport de certification indépendant Au conseil d administration et à la direction de La Banque Toronto- Dominion (la «Banque») Notre responsabilité Nous avons planifié et effectué notre mission de certification

Plus en détail

Votre rente en cas de séparation ou de divorce

Votre rente en cas de séparation ou de divorce Votre rente en cas de séparation ou de divorce Rupture de l union conjugale Votre rente en cas de séparation ou de divorce Nombreux sont ceux et celles qui vivent une rupture de leur mariage ou de leur

Plus en détail

10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat

10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat 1 FIPECO le 07.04.2016 Les fiches de l encyclopédie III) Programmation et pilotage des finances publiques 10) Les outils de pilotage des dépenses de l Etat Les outils de pilotage des dépenses de l Etat

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique

Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique Conflits d intérêts Synthèse de la politique de BNP PARIBAS CARDIF Belgique 1 Contents Introduction... 3 La politique de gestion des Conflits d Intérêt de BNP Paribas Cardif Belgique... 3 Conflits d intérêts...

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Autorité : L (ORMR) est établi en tant que personne morale sans capital-actions en vertu de la Loi de 2010 sur les maisons de retraite. Le mandat de l ORMR

Plus en détail

Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage

Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage Actions privilégiées rachetables émises à titre de mesure de planification fiscale (exposésondage publié) En Bref Le 1 er octobre 2014, le Conseil des normes comptables du Canada (CNC) a publié un exposé-sondage

Plus en détail

Projet de règlement grand-ducal fixant le nombre et les critères d attribution des postes de secrétaires de direction

Projet de règlement grand-ducal fixant le nombre et les critères d attribution des postes de secrétaires de direction Projet de règlement grand-ducal fixant le nombre et les critères d attribution des postes de secrétaires de direction Texte du projet de règlement grand-ducal Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services HP Données techniques Les Services-conseils et d intégration d applications réseau HP (les «Services») sont en mesure de répondre à

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE POUR MODIFIER UN PERMIS D ASSUREUR Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques

CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques Mars 2014 Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques ENTREPRISE PUBLIQUE S entend d un organisme

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION RESSOURCES GÉOMÉGA INC. (la «société»)

POLITIQUE DE DÉNONCIATION RESSOURCES GÉOMÉGA INC. (la «société») POLITIQUE DE DÉNONCIATION RESSOURCES GÉOMÉGA INC. (la «société») Approuvé par le conseil d administration le 24 octobre 2013 Page 1 1. GÉNÉRALITÉS La société est soucieuse de maintenir les normes de conduite

Plus en détail

Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan. Communications et reddition de comptes à la communauté. Octobre 2015

Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan. Communications et reddition de comptes à la communauté. Octobre 2015 Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan Communications et reddition de comptes à la communauté Octobre 2015 1. Contexte 2. Objectifs 3. Champ d application 4. Définition 5. Communications et reddition

Plus en détail