Système d information et supply chain management : rôle d un prestataire de services logistiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Système d information et supply chain management : rôle d un prestataire de services logistiques"

Transcription

1 Système d information et supply chain management : rôle d un prestataire de services logistiques Jean-Pierre TANG-TAYE et Pascal PICARD Laboratoire GREGEOI, IAE, Université de la Réunion La logistique est un domaine des Sciences de Gestion qui continue à évoluer à la fois sur le plan des outils mais aussi de manière plus conceptuelle, sur la manière d aborder le management de la chaîne logistique. Depuis une dizaine d années, des outils comme la Qualité Totale, le «Juste A Temps» ou des technologies comme l Echange de Données Informatisé et plus récemment, l Internet, entretiennent une proportion significative des travaux mobilisant à la fois le monde académique et professionnel. Dans une approche plus générique, le concept de «Logistique intégrée» ou «Supply Chain Management» (SCM) est d actualité en proposant une vision globale du management de la logistique. Dans ce contexte, certains maillons de la chaîne logistique semblent jouer un rôle particulier comme par exemple, les Prestataires de Services Logistiques (PSL). Le but de notre travail est d analyser l impact du système d information des PSL sur la performance de la chaîne logistique. Nos premiers résultats tendent à montrer que cet impact est important et que les enjeux se situent dans la capacité du système d information du PSL à gérer simultanément et interactivement les sous-systèmes intra-entreprise (processus propres au PSL) et inter-entreprises (processus avec les partenaires du PSL). Maîtriser efficacement ces enjeux pourrait «élever» le PSL au statut de «Réseau Logistique à valeur Ajoutée». Dans le domaine de la logistique, le management global de la chaîne d activité ou «Supply Chain Management» (SCM) est un concept d actualité à la fois pour les chercheurs et les professionnels. De plus en plus d initiatives tendent à montrer que les entreprises mettent en œuvre des projets en ce sens avec des objectifs affichés comme des gains sur les coûts, les délais et le service client [2]. La notion de «globalité» considérée est cependant double : pour certains, il s agit d une globalité à la seule échelle de l entreprise, donc plutôt associée à une dimension intra-organisationnelle alors que pour d autres, c est l ensemble des acteurs de la chaîne logistique qui est concerné ; on peut alors ajouter la prise en considération d une dimension inter-organisationnelle [5]. Dans ce dernier cas, les Prestataires de Services Logistiques (PSL) jouent depuis plusieurs années un rôle particulièrement actif [19] et ce, aussi bien pour la gestion du flux physique que du flux d informations [22]. Comme on assiste dans un même temps à une accélération du développement des technologies, notamment dans le domaine des systèmes d information et de communication pour la logistique, il paraît logique de s intéresser au rôle joué par les PSL [8]. L objectif principal de ces systèmes est d améliorer, qualitativement et quantitativement, le traitement des informations pour parvenir à un meilleur pilotage logistique donc, in fine, à une amélioration de la performance de la chaîne. Parmi les technologies couramment utilisées, on trouve par exemple ce qui touche à l identification les auteurs sont Maîtres de Conférences à l Université de la Réunion ; leurs thèmes de recherche concernent respectivement les systèmes d information et les processus logistiques ainsi que la logistique et les alliances inter-entreprises Vol. 8 N 2,

2 automatique des produits (avec les codes à barres) ainsi que tout ce qui se rapporte à la notion d échanges informatisés de données ou EDI [19]. De plus, avec la montée en puissance du phénomène Internet, de nombreuses propositions de complément et/ou de remplacement des technologies existantes sont annoncées, par exemple dans la presse professionnelle française [18, 1, 12]. Les conditions semblent donc réunies pour offrir aux acteurs de la chaîne logistique les moyens d une gestion performante. Qu en est-il concrètement? Les technologies citées sont-elles pleinement efficaces et ce, pour toutes les entreprises et dans toutes les conditions opérationnelles? La sophistication croissante des systèmes d information, qui semble devenir une des plus importantes alternatives organisationnelles, n entraîne-t-elle pas pour certaines entreprises un obstacle majeur? Si c est parfois le cas, faut-il systématiquement en faire porter la responsabilité à l entreprise ou n y aurait-il pas une part de besoins de cette dernière qui ne serait pas satisfaite par les capacités de ces technologies? Quel rôle peut jouer un acteur comme un PSL dans une perspective de management global d une chaîne logistique? Nous nous proposons dans cet article d analyser les impacts d un système d information sur la performance des processus de commande et de livraison entre les acteurs d une chaîne logistique avec un accent particulier sur le rôle joué par les PSL. Notre démarche de type exploratoire est basée sur l étude de deux cas à l Ile de la Réunion ; l un concerne en amont de la chaîne de valeur, des fournisseurs du secteur de l agro-alimentaire, l autre en aval de la chaîne, des clients du secteur de la grande distribution. Nos résultats tendent à montrer l importance d une approche globale basée sur les processus et la nécessité de prendre particulièrement en considération les boucles d information dites de «rétroaction», i.e. qui interviennent pour les aléas et dysfonctionnements constatés. De plus, le rôle central du PSL déjà mis en évidence au niveau de la gestion des flux physiques, est accentué au niveau de la gestion des flux d informations. Le cadre de recherche Notre recherche fait référence à la fois aux Systèmes d Information (SI), au SCM et à la performance et ce, en se focalisant sur les PSL. Notre démarche est de type «opérationnelle» plutôt que «stratégique», dans le sens où nous nous intéressons exclusivement aux pratiques dans la gestion effective des flux physiques et d informations. Notre problématique se ramène donc à proposer des éléments de réponse aux questions suivantes : Pourquoi le rôle du système d information des PSL est primordial dans la performance de la chaîne logistique? Comment pourrait-on améliorer le système d information inter-organisationnel dans une perspective de SCM? La logistique et le Supply Chain Management Il faut remarquer que des compléments existent entre les deux définitions. Ainsi, il est possible de retenir la définition suivante de la logistique [24]: «Logistics is the process of planning, implementing and controlling the efficient, effective flow and storage of goods, services and related information from point of origin to point of consumption for the purpose of conforming to customer requirements». Pour le SCM [17], «Supply Chain Management is the integration of business processes from end user through original suppliers that provides products, services and information that add value for customers» (p. 504). Les deux définitions sous entendent une vision d ensemble du système d information mais le SCM ajoute la prise en considération des processus clés entre les acteurs de la chaîne. Les Prestataires de Services Logistiques (PSL) Figure 1 Exemple de triade «Fournisseur-PSL-Client» Les PSL sont le plus souvent sollicités dans le cadre d alliances logistiques entre des fournisseurs (par exemple des industriels) ou des clients (par exemple des distributeurs) [16]. La dyade «client-fournisseur» est alors remplacée par une configuration comme celle de la Figure 1 où nous proposons de nommer «PSL/fournisseur» la relation 1 et «PSL/client» la relation Vol. 8 N 2, 2000

3 Figure 2 Les sous-systèmes de la logistique [23] La notion de «client» est prise ici au sens le plus général du terme ; il ne s agit donc pas d un consommateur final mais d un acteur qui suit dans la chaîne. La figure précédente peut être considérée comme une représentation d une chaîne logistique où la position centrale du PSL est mise en évidence. Il semble alors logique de s intéresser au rôle joué par ce dernier dans la mise en œuvre du système d information inter-organisationnel. Le rôle du PSL dans le SCM La définition du SCM mentionnée précédemment et la position centrale du PSL de la Figure 1 renforcent l intérêt d étudier le rôle du système d information d un PSL dans le SCM. D ailleurs, l impact de l utilisation de PSL dans la chaîne logistique est reconnu comme important. Dans les canaux de distribution par exemple, il a été montré que l utilisation de ce type d intermédiaire peut réduire les coûts de marché [20] à condition toutefois que les transactions concernées soient routinières i.e. pilotées selon des processus répétitifs [17]. Etant donné que l étude de la chaîne logistique dans sa globalité paraît excessivement complexe, s intéresser à un maillon opérationnel important est, selon nous, un bon moyen de mettre en évidence des facteurs clés de performance qui seraient «en cascade» reportés au niveau de la chaîne globale. Pour les flux physiques, le PSL a un rôle différent des autres acteurs puisque si on se réfère à la Figure 2, la transformation ou «production logistique interne» concerne d abord le transport mais aussi le stockage, le groupage et l éclatement, voire le co-packing ou le co-manufacturing. D un point de vue informationnel, il faut y ajouter pour les commandes et livraisons, la gestion des flux amont vers les fournisseurs et aval vers les clients. Ces flux informationnels peuvent être considérés comme normaux pour l activité courante et en tant que rétroaction pour tous les aléas et dysfonctionnements constatés. Gérer efficacement le système d information d un PSL dans une perspective de SCM semble à la fois complexe et incontournable pour parvenir à une chaîne logistique performante. Selon nous cependant, la tendance dominante est sur l analyse des flux normaux, i.e. ceux qui tendent à apporter de la valeur ajoutée au processus logistique. Malheureusement, cette valeur ajoutée est souvent diminuée par les dysfonctionnements et aléas. Or, ces aléas génèrent eux-mêmes des flux d information (que nous avons qualifié de «rétroaction» dans la figure précédente) qui ne sont que très rarement pris en considération dans les études. Nous proposons ci-après un modèle de système d information pouvant être utilisé dans cette perspective. Le Système d Information et de Communication Logistique Le cadre des Systèmes d Information est particulièrement vaste en Sciences de Gestion ; il paraît donc important de l affiner lorsque comme c est le cas de notre recherche, nous travaillons dans un contexte logistique fort. Vol. 8 N 2,

4 parfaitement au SCM. En particulier pour le PSL, il sera impératif de gérer à la fois leur propre activité (dimension intra-organisationnelle), les échanges d information avec les partenaires (dimension inter-organisationnelle amont et aval) ainsi que le couplage de ces informations avec leur propre système d information (double dimension intra et inter-organisationnelle). Nous postulons donc que le modèle de SICLE est particulièrement adapté au PSL dans le cadre du SCM. La performance logistique Figure 3 - Modèle conceptuel de SICLE Fabbe-Costes [8] propose de distinguer une classe spécifique adaptée à la logistique, le Système d Information et de Communication Logistique (SICLE) avec cinq composants qui sont reportés dans la Figure 3 suivante. Le composant ➊ représente le sous-système de communication externe (SCE) assurant les échanges d information entre les acteurs externes. Le composant ➋ représente le sous-système d information externe (SIE) exploitant ou produisant des informations en provenance et/ou à destination des acteurs externes. Le composant ➌ représente le sous-système de communication interne (SCI) assurant les échanges d information en interne. Le sous-système ➍ représente le sous-système d information interne (SIRI) exploitant ou produisant des informations destinées au réseau interne. Enfin, le sous-système ➎ représente le sous-système d information (SII) propre à un acteur ; il peut produire lui-même des informations et en échanger avec le SIE et le SIRI. Le modèle proposé offre les particularités suivantes : 1) il distingue une dimension «information» pour la mémorisation et le traitement et une dimension «communication» pour les échanges d information 2) il différencie les espaces de circulation de l information (interne ou externe à l entreprise) en imbriquant une dimension intra-organisationnelle et inter-organisationnelle Ces particularités nous paraissent avantageuses puisque d une part, il est possible de séparer les données échangées des informations qu elles représentent et donc de se focaliser sur l aspect opérationnel des échanges, d autre part, la double perspective d analyse proposée, intra et inter organisations, se prête La performance logistique intègre non seulement des indicateurs par activité mais aussi des indicateurs organisationnels [13]. Les indicateurs par activité Colin [6] écrit : «il ne saurait y avoir de performances intrinsèques à la logistique. Seules sont intéressantes les performances des activités (ou fonctions) soutenues par la logistique [ ] et les performances du processus de distribution-production [ ]». Ceci n empêche cependant pas d affiner la recherche d indicateurs pouvant apporter une contribution à la performance logistique. Pour notre part, les mesures que nous retiendrons pour la performance logistique font référence aux dimensions de temps (rotation de stock) et d espace (nombre et surface de stockage), ce qui est très courant en logistique [13] : «l amélioration des performances à travers la maîtrise du temps et de l espace induisent la notion de performance logistique». Par ailleurs, il nous semble important d intégrer une dimension supplémentaire dans la recherche de performance, en particulier si on se place dans le domaine du traitement de l information. Comment en effet, espérer une amélioration des indicateurs reliés à la dimension «Temps», si on ne se place pas en amont de celle-ci? Or, selon Véran [26], «répondre plus vite, c est concevoir des systèmes d information efficients, c est créer ou accroître l interactivité le long des processus productifs (interaction acheteurs-fournisseurs, producteurs-sous traitants, vendeursclients)» (p. 29). Nous proposons donc dans notre approche de se focaliser sur les processus organisationnels en admettant que tout dysfonctionnement a pour conséquence une performance logistique réduite La prise en considération des processus Une dimension «Processus» est basée sur la connaissance complète de la succession de tâches réalisées ainsi que les liaisons entre 20 Vol. 8 N 2, 2000

5 celles-ci au sein d une chaîne finalisée [4]. Il s agit non seulement de s intéresser à la communication entre les tâches mais surtout à leur coordination aussi bien en interne qu en externe comme sur la Figure 4 ci-après. Nous pensons qu intégrer la maîtrise des processus dans une perspective de performance logistique permet de se placer «en amont» des dimensions habituelles «Temps» et «Espace». En effet, l amélioration de la performance logistique sur une de ces deux dernières dimensions est relative aux acteurs pris individuellement. Par exemple, dans le secteur de la distribution, on peut réduire l espace de stockage d un magasin pour en augmenter l espace de vente (pour une meilleure efficacité spatiale au niveau du magasin) ou optimiser le taux de remplissage des véhicules de transport pour améliorer le temps de livraison d un PSL (pour une meilleure efficacité temporelle au niveau du PSL). Or, dans le cas du SCM et d une recherche de performance globale de la chaîne logistique, l interdépendance des échanges d information, mais aussi de matières entre les acteurs, augmente la difficulté de cerner une éventuelle amélioration isolée de la performance. De plus, le système d information inter-organisationnel n agit que de manière indirecte sur les dimensions «Temps» et «Espace» : ce n est pas le système d information qui permet une amélioration de la performance sur l une de ces deux dimensions mais, permettant de gérer les processus de traitement de l information, il peut indirectement y contribuer. Nous avons donc décidé d orienter notre recherche en prenant en considération les trois dimensions «Temps», «Espace» et «Processus». Nous pensons que ce choix cadre bien avec les définitions proposées précédemment sur la logistique et le SCM ; nous rejoignons Pascot [21] qui, à un niveau conceptuel, propose de modéliser les systèmes d information organisationnels selon ces trois dimensions. Modèle de recherche Les travaux que nous avons pu répertorier nous font dire que : Figure 4 Coordination des processus 1) les systèmes d information logistiques peuvent être étudiés comme des systèmes d information généraux, à condition de prendre en considération à la fois une dimension interne et une dimension externe aux organisations. A notre connaissance, seul le modèle de SICLE répond à ces exigences et dans sa mise en œuvre, il est possible de se focaliser sur l un ou l autre des sous-systèmes qui le composent 2) dans un contexte de SCM, le fait de faire intervenir un PSL a une influence sur la performance logistique. Le rôle spécifique du système d information mis en œuvre pourrait compléter le reste des indicateurs [25] : «un prestataire [logistique] performant devra exceller dans la fourniture, non seulement des services basiques de transport et d entreposage, mais aussi de services à valeur ajoutée» (p. 43) et surtout, «la performance logistique s accroît surtout par une meilleure disponibilité de l information beaucoup de responsables logistiques, avant que leur entreprise développe une alliance, sont mécontents de leur système d information» (p. 41). On peut donc supposer que le rôle du PSL dans le système d information développé influence la performance globale de la chaîne logistique 3) peu de résultats sur la performance logistique sont mis en évidence et lorsque c est le cas, ils sont dans la plupart des cas de nature financière [3, 15] ou ne prennent en considération que les dimensions «Temps» et /ou «Espace» [7, 10] même si l importance de l étude des processus est reconnue 4) dans le domaine des systèmes d information, c est l analyse des flux d informations «normaux» qui est toujours privilégiée alors que les flux de rétroaction ne sont pas ou peu abordés. Nous avons donc situé la problématique de notre recherche dans l analyse du rôle du PSL dans le système d information mis en œuvre et Vol. 8 N 2,

6 Tableau 1 Description et intérêts du choix des cas Interlocuteurs directeur informatique PSL vice-président responsable de l entrepôt directeur de l approvisionnement employé approvisionnement responsable magasin Secteur d activité Grande distribution flux importants en volume processus routiniers (commande, Cas 1 Cas 2 directeur informatique PSL directeurs informatique producteurs (2) producteurs (2) responsable transport Industrie agro-alimentaire gestion de produits frais et de la chaîne du froid livraison) gestion de Date Limite de Consommation standardisation au niveau de la codification (DLC) et de l étiquetage des produits gestion du délai d exposition sur les rayons Type de traction approche et terminale terminale Activités du PSL partage d un entrepôt, d une centrale d achat et d une plate-forme de livraison Principaux avantages perçus et/ou attendus de l utilisation du PSL centrale d achat (économies d échelle, prestations connexes hors-traction) gestion d un stock de roulement optimisation globale de la flotte de camions de transport (files d attente aux quais, taux de remplissage) et des flux physiques diminution des stocks en magasin et augmentation de l espace de vente amélioration de la gestion du flux d information partage d une plate-forme de livraison optimisation globale de la flotte de camions de transport amélioration de la gestion des emballages amélioration de la gestion du flux d information amélioration de la gestion de la chaîne du froid amélioration du délai de prise de commande son impact sur la performance logistique de la chaîne via les processus mis en jeu par chaque acteur. Méthodologie Etant donné : l importance croissante des technologies de l information et de communication utilisées particulièrement en logistique [11] la difficulté qu ont encore les entreprises pour se positionner clairement par rapport à celles-ci et en particulier face à la montée en puissance du phénomène «Internet» [12, 14] l absence de cadre théorique validé autour des relations entre les dites technologies, les systèmes d information pour la logistique et leurs impacts sur la performance des entreprises, nous avons opté pour une démarche exploratoire et qualitative afin de compléter et affiner les propositions émises dans la littérature. Nous présentons ci-après notre terrain d exploration et notre collecte d informations. Terrain d exploration Le terrain d exploration choisi concerne les secteurs de la grande distribution et de l industrie agro-alimentaire et les PSL retenus sont respectivement un «PSL/client» (cas 1) et un «PSL/fournisseur» (cas 2). Dans le cas 1, des enseignes de supermarchés s adressent à une centrale d achat servant d intermédiaire auprès des grossistes et fournisseurs et dans le cas 2, des producteurs agro-alimentaires font appel à une plate-forme logistique où les fonctions principales réalisées pour le moment sont le stockage, la manutention et le transport. Le descriptif ainsi que les intérêts de ces choix sont donnés dans le Tableau 1 ci-dessus. Collecte d informations Les informations ont été recueillies par interview en face à face auprès de différents intervenants. Nous avons choisi de consulter en premier le responsable informatique du PSL qui par la suite nous a mis en contact avec les interlocuteurs lui paraissant concernés par notre recherche. Pour les deux cas, le Tableau 2 décrit les principaux processus mis en œuvre, la Figure 5 et la Figure 6 les flux associés. Nous n avons retenu que le processus nous paraissant fondamental, à savoir celui «déclenchant» les flux et avons choisi de le décrire de manière générale en y intégrant les principaux points d achoppement ainsi que des boucles de rétroaction pour la gestion du flux d informations. Le but principal est de répertorier les différentes actions mises en 22 Vol. 8 N 2, 2000

7 Tableau 2 Processus principaux mis en œuvre Déclenchement des flux Cas 1 Cas 2 Commande (1) Tous les soirs, les responsables de magasin saisissent les commandes d articles, pour certaines enseignes sur un équipement informatique et pour les autres, sur un terminal portable autonome disposant d un lecteur optique et d un clavier de saisie. Les références des articles sont saisies à partir d un listing (3) à un format interne, même si le code EAN (code à barres) y apparaît. Un fichier informatique «à plat» (4) est ensuite transmis au PSL qui retourne systématiquement un fax d accusé de réception grâce à un automate informatisé. La commande est transmise à l entrepôt qui effectue la préparation et par un planning de livraison assure la livraison en «J+2». Il n y a pas d autre retour d informations vers le magasin. A la livraison, un bon faisant office de «facture» est remis au magasin. Commande (2) Tous les jours, les «télévendeuses» saisissent les commandes de produits sur des terminaux reliés à un mini-ordinateur. Les commandes sont directement accessibles par le service production via un réseau qui les complète avec des paramètres de poids (transformation unitaire en poids, emballage) et d optimisation des séries à produire. Une étiquette est imprimée (nom client, prix de vente à la distribution, DLC, promotions, informations relative à la traçabilité) avec un code à barres. Les produits sont stockés dans des «roll-container» et livrés au PSL en chambre froide accompagnés du bon de livraison ; ce dernier regroupe les diverses commandes par client (plusieurs producteurs éventuellement et/ou plusieurs produits) et assure les livraisons en «J+1». Une fois la livraison effectuée, le PSL transmet à chaque producteur le double du bon de livraison. Le producteur crée à partir de celui-ci une facture qui sera transmise par courrier. (1) toujours à l initiative du client (2) à l initiative du client par téléphone ou fax ou à l initiative du producteur via des «télévendeuses» (3) nommé «cadencier» dans le jargon de la distribution (4) i.e. dans un format propriétaire œuvre pour la gestion du processus. Bien entendu, il aurait été possible d augmenter le niveau d analyse en prenant en considération par exemple des processus connexes mais associés, comme les flux financiers ou le retour des emballages (des palettes dans le cas 1 et des roll-containers dans le cas 2) ; ce choix n aurait pas offert selon nous, d informations fondamentales et complémentaires à ce stade de notre recherche. Toutefois, pour un affinement des résultats obtenus, il serait intéressant de les considérer. D un point de vue organisationnel, on peut constater que le processus «commande» apparaît relativement simple du côté du client et complexe du côté PSL. Au niveau de la transmission de la commande, l utilisation d un modem avec la même heure «butoir» pour tous les magasins (11h pour les produits frais et 17h pour les produits secs) provoque de nombreux engorgements au niveau des communications, ce qui suscite une réelle perte de temps. Pour l accusé de réception, il arrive que celui-ci n étant pas renvoyé assez rapidement, les magasins renvoient une deuxième fois la même commande. Les deux autres points d achoppement sont en relation : il arrive fréquemment que des erreurs (omission ou inversion) soient commises sur des articles par les préparateurs de l entrepôt. Or, ces erreurs ne peuvent pas être toutes décelées au niveau du PSL puisque les commandes sont regroupées sur une palette qui est recouverte d un film pour assurer un meilleur transport. Les articles situés en milieu de palette ne peuvent donc pas être contrôlés avant la réception des marchandises en magasin. Ce dysfonctionnement entraîne «en rétroaction», une succession de problèmes dans le traitement du flux d information (articles non commandés et livrés, articles commandés et non livrés, facturation non concordante, gestion d articles «fantômes»,...). Ce problème crée Figure 5 Flux physique et d information pour le processus «Commande» ( cas 1) Vol. 8 N 2,

8 au fournisseur est de ce fait important et a un effet négatif sur la performance du processus. Résultats Un certain nombre de résultats peuvent être énoncés à l issue de ces descriptions de gestion de processus ; nous les rapportons ci-après en les rapprochant des composantes concernées du SICLE et du rôle du PSL. Résultats observés Figure 6 Flux physique et d information pour le processus «Commande» ( cas 2) 1 - on traite en série par exemple toutes les commandes pour une référence d article 2 - ou «éclatement sur plate-forme» qui consiste à livrer en un lieu, des produits qui n y seront pas stockés mais qui seront immédiatement éclatés vers les points de destination finaux. Les unités destinées à ces points peuvent avoir été préparées par le fournisseur ou être constituées sur la plate-forme à partir d unités homogènes livrées par le fournisseur 3 - selon cet auteur, dans le contexte logistique, la continuité ou fluidité du processus dans son ensemble peut être assurée par trois principes-clés : la compatibilité des technologies par des possibilités d interactions, l interopérabilité par le «passage de relais» entre des systèmes hétérogènes et l interconnectivité par l accès à l information, où qu elle soit bien entendu des tensions au niveau des relations commerciales entre le magasin et le PSL. Les boucles de rétroaction concernent donc l accusé de réception de la commande et le retour du bon de livraison et sont fortement impliquées dans les principaux dysfonctionnements répertoriés. Les bénéfices annoncés les plus importants sont une augmentation du nombre de références, un gain de temps considérable sur la préparation du document pour la passation des commandes et sur la réception des livraisons puisque celles-ci sont regroupées. Ainsi, le magasin est passé à 2000 références au lieu de 800 références de départ. Pour la gestion de la commande, il faut compter maintenant 2h par jour au lieu de 6h et il n y a plus que 3 livraisons par semaine au lieu de réceptionner parfois 10 fournisseurs par jour. La production se fait «par gamme» 1 ce qui nécessite ensuite un tri par client pour remplir les roll-containers ; il arrive fréquemment que des inversions soient réalisées au niveau de cette opération. Or, le PSL ne contrôle plus les unités et les transmet directement au client. Par ailleurs, le PSL réalise du «cross-docking» 2 et gère de plus, des unités hétérogènes de conditionnement. Le groupement des différents produits et des différentes unités pour les différents clients concentre les risques d erreurs. Le principal dysfonctionnement rapporté concerne la boucle de rétroaction sur le retour du bon de livraison qui est assuré par le transporteur. Les problèmes éventuellement constatés (emballage défectueux, denrées abîmées, ) sont reportés sur le document qui revient dans un premier temps au PSL pour être ensuite transmis aux fournisseurs concernés. Le décalage entre la constatation du problème par le client et le retour d informations 1) le choix de travailler selon un schéma d organisation comme celui de la Figure 1 permet aux entreprises concernées de se recentrer sur leur métier («vendre» dans le cas 1 et «produire» dans le cas 2). L externalisation d une partie de la logistique vers un PSL influence le système d information de chacun des acteurs 2) du côté des clients, c est surtout au niveau de l identification des articles à commander (codes à barres, cadencier) et des transmissions des commandes (modem) que des évolutions sont sensibles ; du côté des fournisseurs, un accent particulier est mis sur le groupage des commandes. Dans l ensemble cependant, on peut constater que peu de changements sont sensibles pour ces deux acteurs. Le PSL par contre avec sa position de «pivot», prend en charge l essentiel de la gestion du système d information. Son rôle de plate-forme logistique reconnu principalement dans la gestion des flux physiques, est complété par celui de plate-forme informationnelle. En effet, comme pour les flux physiques, une partie des flux d informations de ses partenaires se concentre sur le PSL. Les enjeux autour de son système d information sont donc primordiaux ; en particulier, comme coordinateur de l ensemble des flux autour du processus «commande», un objectif est d assurer au minimum la compatibilité des différents systèmes d information [9] 3. En rapport avec le SICLE, l attention est ici portée sur le SCE. Il apparaît donc que le rôle central du PSL dans la gestion du flux d informations conditionne la performance de la chaîne logistique. Si on se réfère aux trois critères de performance que nous avions proposés «Temps», «Espace» et «Processus», on peut avancer qu il est possible en améliorant la gestion des processus par le système d information d aboutir à une 24 Vol. 8 N 2, 2000

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² )

secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) secteur logistique «Focus» divers ( bâtiments de plus de 10 000 m² ) 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 TERMES ANGLAIS APS (Advanced Planning and Scheduling

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

!"#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION

!#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION !"#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION OBJECTIF : VOUS CONNAISSEZ ET COMPRENEZ LES DIVERS SYSTÈMES DE GESTION. A QUOI SERT-IL? Effectuer les commandes Enregistrer les arrivages Etiqueter les nouveaux articles

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN LOGISTIQUE STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Association Française de Management FAPICS des Opérations de la Chaîne Logistique. 19èmes journées des CPIM de France

Association Française de Management FAPICS des Opérations de la Chaîne Logistique. 19èmes journées des CPIM de France n MILLET, SFIG/SDS Thierry JOUENNE, CNAM Paris Plan Un rendez-vous attendu L intérêt d un langage commun de la performance Visite guidée au cœur de la performance Comment utiliser les indicateurs Supply

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

FORUM D ÉTÉ. E-commerce : une logistique à part L importance du système d information

FORUM D ÉTÉ. E-commerce : une logistique à part L importance du système d information André Benayoun Jean-Pierre Gautier FORUM D ÉTÉ MARDI 6 JUILLET 2010 E-commerce : une logistique à part L importance du système d information L4 Epsilon : Fiche d identité Inventeur et éditeur de L4 Epsilon

Plus en détail

Propriété de VISEO SA reproduction interdite

Propriété de VISEO SA reproduction interdite Propriété de VISEO SA reproduction interdite 1 Gilles PEREZ Directeur Activité SCO Gilles.perez@viseo.com Speakers Mehdi KHARAB Responsable Colibri France mkharab@colibri-aps.com Comment répondre aux nouveaux

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6

QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 INTEGRATION DE L OFFRE PROFECI DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE D UNE RELATION D OUTSOURCING 6 QUELS SONT LES DEFIS DE L OUTSOURCING? 3 DEFINIR VOS REGLES DU JEU 3 CONTROLER L APPLICATION DES REGLES 3 VOUS OBLIGER A JOUER LE JEU : «RECONNAITRE ET ACCEPTER LES CONTRAINTES S IMPOSANT A VOUS» 4 CONCLUSION

Plus en détail

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal

La partie production + vente est principalement concernée par l optimisation et la rationalisation des transports qui représentent l enjeu principal Chapitre 9 LA FONCTION SUPPLY CHAIN 9.1 Les bases du plan de performance Supply chain et Logistique La Direction de la Supply chain est née récemment des nouveaux enjeux internes liés à l évolution du

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Traçabilité Du besoin à la mise en oeuvre

Traçabilité Du besoin à la mise en oeuvre 20/09/2007 Traçabilité Du besoin à la mise en oeuvre Joseph FELFELI, PDG Groupe ACTEOS 1 PRESENTATION ACTEOS Éditeur de progiciels et intégrateur de technologies avancées pour la synchronisation et l optimisation

Plus en détail

«moteur» de la chaîne logistique

«moteur» de la chaîne logistique Le transport, «moteur» de la chaîne logistique Pascal Devernay Chef de Service Logistique Industrielle, RENAULT S il est vrai que la logistique doit être globale et intégrée, il est non moins vrai que

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Performance Logistique Industrielle

Performance Logistique Industrielle Performance Logistique Industrielle Engagez-vous avec nous Vers une nouvelle politique Approvisionnements Dans le souci de moderniser et de pérenniser les processus de logistique industrielle, la Direction

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens THEME 9 LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Chapitre 1 Définitions et moyens L'ASLOG (Association française pour la logistique) définit la logistique comme étant "l'art et la manière de mettre à disposition

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Supply chain & Lean management. «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort

Supply chain & Lean management. «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort Supply chain & Lean management «Les facteurs clés d une entreprise performante» Jeudi 14 février 2013 Centre de services Ecoparc - Blanquefort Les facteurs clés d une entreprise performante Qu est ce qu

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Transformez votre supply chain en atout compétitif

Transformez votre supply chain en atout compétitif Industrie Transformez votre supply chain en atout compétitif Votre marque est unique, votre supply chain aussi Quand il s agit de stratégie supply chain, chaque industriel est unique. Chaque organisation

Plus en détail

Assistance à la rédaction du cahier de charges fonctionnel suite à votre expression de besoins.

Assistance à la rédaction du cahier de charges fonctionnel suite à votre expression de besoins. NOTRE OFFRE «CODE à BARRES» L'implémentation de systèmes code à barres et/ou terminaux mobiles peut intervenir dans tout ou partie des activités de votre entreprise : la gestion de stocks, la logistique,

Plus en détail

2 Le choix. d une solutiontransport

2 Le choix. d une solutiontransport 2 Le choix d une solutiontransport 1. Première étape : définir les solutions possibles 21 1.1. Le parcours 21 1.1.1. Concernant le lieu de départ (l usine ou l entrepôt dans le cas de l export) 21 1.1.2.

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION WEBEDI IXPATH

GUIDE D UTILISATION WEBEDI IXPATH Guide d utilisation WebEDI IXPath Page 1 sur 20 GUIDE D UTILISATION WEBEDI IXPATH SOMMAIRE 1. Objet... 2 2. Introduction... 2 3. Processus d échange entre OCP et un fournisseur... 4 4. Exploitation WebEDI

Plus en détail

Supply Chain et collaboration clients-fournisseurs

Supply Chain et collaboration clients-fournisseurs Supply Chain et collaboration - 1 - Supply Chain et collaboration clients-fournisseurs Entretiens de Rungis 24 septembre 2009 Supply Chain et collaboration - 2 - L organisation traditionnelle Achats Approvis.

Plus en détail

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris

L offre de formation en supply chain. Le positionnement de Centrale Paris L offre de formation en supply chain Le positionnement de Centrale Paris Pourquoi Centrale Paris Executive Education a choisi un positionnement fort en supply chain L excellence reconnue du Laboratoire

Plus en détail

Chaîne logistique & TIC

Chaîne logistique & TIC Chaîne logistique & TIC (from commerce to e-commerce to c-commerce). 1 2 3 4 Les Les méthodologies méthodologies m ECR ECR Mise Mise en en œuvre œuvre d une d une d chaîne chaîne logistique intégrée. grée.

Plus en détail

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1

LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 LE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL GESTION ADMINISTRATION Janvier 2012 Page 1 La rénovation de la voie professionnelle, filière du tertiaire administratif a conduit à la création du baccalauréat professionnel

Plus en détail

INFOLOG Suite. Comment transformer une contrainte réglementaire en avantage concurrentiel? INFOLOG GTS Goods Traceability System 16 mars 2006

INFOLOG Suite. Comment transformer une contrainte réglementaire en avantage concurrentiel? INFOLOG GTS Goods Traceability System 16 mars 2006 Comment transformer une contrainte réglementaire en avantage concurrentiel? INFOLOG GTS Goods Traceability System 16 mars 2006 1/34 INFOLOG Solutions des progiciels pour la supply chain Infolog R.M.S.

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

Révisé le 13/05/2013 MANUEL QUALITÉ

Révisé le 13/05/2013 MANUEL QUALITÉ Révisé le 13/05/2013 MANUEL QUALITÉ Conception, conditionnement, stockage et transport de produits destinés aux secteurs de l agro-alimentaire, des cosmétiques, des activités sportives et du jouet. Depuis

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

ITIL V3. Stratégie des services - Processus

ITIL V3. Stratégie des services - Processus ITIL V3 Stratégie des services - Processus Création : juillet 2011 Mise à jour : Juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MODULE C03 - Séquence 1 INTRODUCTION I. UN PEU D'HISTOIRE II. LES RESSOURCES D'UN SI III. LA DÉFINITION D UN SI À

Plus en détail

SOLUTIONS DE COMMERCIALISATION WEB POUR LES INSTITUTIONNELS

SOLUTIONS DE COMMERCIALISATION WEB POUR LES INSTITUTIONNELS SOLUTIONS DE COMMERCIALISATION WEB POUR LES INSTITUTIONNELS Des études datant de quelques années montraient déjà un phénomène dans le comportement des internautes et cela perdure. A la question «pour préparer

Plus en détail

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration

Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Jacques Vallerand Directeur administratif Maîtrise en gestion de la chaîne d approvisionnement mondiale Faculté des sciences de l administration Université Laval 1 Gestion des fournisseurs par rapport

Plus en détail

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET LES OUTILS DE LA GESTION DE PROJET PROJET : «ensemble des actions à entreprendre afin de répondre à un besoin défini dans des délais fixés». Délimité dans le temps avec un début et une fin, mobilisant

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Gestion de production

Gestion de production Maurice Pillet Chantal Martin-Bonnefous Pascal Bonnefous Alain Courtois Les fondamentaux et les bonnes pratiques Cinquième édition, 1989, 1994, 1995, 2003, 2011 ISBN : 978-2-212-54977-5 Sommaire Remerciements...

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

s o l u t i o n s * * *

s o l u t i o n s * * * Sommaire Qui sommes nous? Notre métier Notre positionnement Une solution complète Notre champ d intervention Notre process Cas clients Nos références Contacts Qui sommes nous? Un éditeur de logiciels spécialisé

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Technicien Logistique CQPM 0121 -

Technicien Logistique CQPM 0121 - Technicien Logistique CQPM 0121 - Public concerné Agent logistique confirmé Méthode et moyens Théorie en salle, Travaux pratiques Exposé, exercices, conduite de projet Validation du CQPM Technicien Logistique

Plus en détail

Magisoft. Gestion commerciale. L intelligence Software. Progiciels de gestion pour l industrie

Magisoft. Gestion commerciale. L intelligence Software. Progiciels de gestion pour l industrie ZA LA LAYE 12 Rue de Truchebenate 01100 ARBENT Tél : +33 (0)4.74.81.22.20 Fax : +33 (0)4.74.73.08.99 contact@cerai.fr Www.cerai.fr Gestion commerciale Magisoft L intelligence Software Progiciels de gestion

Plus en détail

Didier Taormina Christophe Piard

Didier Taormina Christophe Piard COMMENT AU QUOTIDIEN LA E-LOGISTIQUE RENFORCE LE LIEN CHARGEUR E-COMMERCANT/LOGISTICIEN PRÉPARATEUR/TRANSPORTEUR LIVREUR? DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE INDUSTRIELLE Didier Taormina Christophe Piard Sommaire

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS

La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS La conduite du projet de dématérialisation dans les EPS Objet de la présente fiche La fiche vise à présenter le contexte organisationnel et informatique de la conduite d un projet de dématérialisation

Plus en détail

Gestion Administration

Gestion Administration Gestion Administration SCÉNARIO PÉDAGOGIQUE DU LYCÉE CLARET TOULON 1 ère étape Création d une activité commerciale Objets de décoration 1 ère réunion informelle de travail Problématique associée au lancement

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Le club des experts de la CCIRE

Le club des experts de la CCIRE APPEL A CANDIDATURE Le club des experts de la CCIRE Date limite de remise des candidatures Le 30 octobre 2015 à 12h 1 I La problématique Les entreprises pour assurer leur développement dans les meilleures

Plus en détail

cterrier.com 1/5 04/05/2010 GSI

cterrier.com 1/5 04/05/2010 GSI cterrier.com 1/5 04/05/2010 GSI Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique et non commercial

Plus en détail

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique

Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Supply Chain Management ou Gestion de la Chain Logistique Définition : Gestion de la Chaine Logistique «Supply Chain Management» ou «La gestion de la chaîne logistique» est fait l'activité consistant à

Plus en détail

Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités. progiciels 2 0

Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités. progiciels 2 0 Planifier la production avec un système GPAO Mythes et réalités La planification Pour être un succès, un acte de production doit être préparé A long terme A moyen terme A court terme octobre, Les systèmes

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Information sur notre société et notre gestion d atelier

Information sur notre société et notre gestion d atelier Information sur notre société et notre gestion d atelier Qui est ICN? Informatique et Conseils du Nord Créée en 1984, la société ICN s est spécialisée dans la réalisation de logiciels spécifiques, notamment

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Sage ENTREPÔTS. La solution progicielle de gestion de vos flux d entreposage. «S engager auprès de vous pour fiabiliser votre quotidien»

Sage ENTREPÔTS. La solution progicielle de gestion de vos flux d entreposage. «S engager auprès de vous pour fiabiliser votre quotidien» Sage ENTREPÔTS La solution progicielle de gestion de vos flux d entreposage «S engager auprès de vous pour fiabiliser votre quotidien» Entrez dans le monde de Sage Un éditeur leader spécialiste de votre

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

La Localisation de l entrepôt

La Localisation de l entrepôt La Localisation de l entrepôt Répartition des coûts logistiques La répartition des coûts logistiques. dépend des industries étudiées, du niveau d intégration industrielle de la structure des commandes

Plus en détail