Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre"

Transcription

1 Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre

2 Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++

3 La prise en charge initiale Contrôle de la ventilation et de la circulation VVP Contrôle de la PAM (PAS>90mmHg) : 73% d hypotension sur 417 patients +++ Intubation oro-trachéale Crash induction (étomidate, célocurine) Alignement sans traction Auscultation, EtCO2, SaO2 Quelque soit la situation : pas de curares non dépolarisants

4 La prise en charge initiale La mobilisation : transport et minerve rigide Ne pas aggraver +++ Reconnaître la lésion (complète ou incomplète) transport régulé vers centre de référence +++ Toutes les études montrent qu aujourd hui : les aggravations secondaires sont toujours un défaut de négligence

5 2- Intubation

6 Traumatismes vertébraux-médullaires 3- Importance de l'accueil +++ Eviter : Hypoxie - Hypotension

7 L organisation avant l arrivée Régulateur Importance du 1er bilan Transporteur téléphone direct AR Trauma Radio, Bloc Chirurgien Ortho, N CTS, Labo Manips Radios Zone d accueil Infirmières KIT ventilation Circulation, drainage

8 La prise en charge initiale La mobilisation de la chaîne de soins permet une amélioration significative des résultats Exemple de l étude FLAMME Neurologie, 2004

9 Scope Asp Inf Echo Vent Interne O Manip AS Manip AR

10 L évaluation clinique, Score ASIA Toucher rectal

11 L évaluation clinique Etude de 417 traumatismes médullaires Etude observationnelle multicentrique française (38 centres) Durée = 2 ans ( ), dernier examen 2004 Paramètres à l admission : -Niveau lésionnel, complet ou incomplet, score ASIA moteur -Hypotension préhospitalière, hypotension 1 ères 24 heures -Délai entre accident et chirurgie Paramètres prospectifs : -ASIA moteur à 3 mois et 1 an Définition récupération = ASIA moteur arrivée - 1 an 10 points

12 Méthodologie Critères d inclusion Atteinte neurologique d au moins 15 points score ASIA moteur Critères d exclusion Autre pathologie interférente Polytraumatisés (ISS>30) Glascow Coma Score inférieur à 13 Objectif principal Risques et bénéfices de la précocité de la chirurgie du rachis dans les traumatismes de la moelle épinière Objectif secondaire Influence du traumatisme thoracique et des complications respiratoires

13 Paramètres mesurés Recueillis de façon rétrospective Pression artérielle Pré-hospitalière PAS<90mmHg 24h hospitalière PAM<80 mmhg Corticothérapie Protocole complet méthylprednisolone Complications pulmonaires Intubation, trachéotomie, diagnostic d'infection pulmonaire Durée de la ventilation Durée d hospitalisation

14 Données démographiques 417 patients Etiologie AVP n=222 (53%) Chute n=91 (22%) Sexe 100 femmes / 317 hommes = 1/3 Âge Jeunes 52% < 35 ans

15 Résultats Localisation Tous types de déficits Complets Incomplets Cervicaux 160 (38,2 %) 87 (20,6 %) 73 (17,6 %) Thoraciques 211 (50,8 %) 181 (43,4 %) 30 (7,4 %) Haut (D1-D6) 82 (19,6 %) 76 (18,2 %) 6 (1,4 %) Bas (D7-D12) 129 (31,2 %) 105 (25,2 %) 24 (6,0 %) Lombaires 45 (10,8%) 20 (4,8 %) 25 (6,0 %) Total (69 %) 129 (31 %)

16 Définitions Récupération 10 points ASIA moteur en un an score ASIA 1 an score ASIA J 0 10

17 Récupération à 1 an Déficits complets Patients (n) ASIA 10 Cervical (30%) Dorsal (17%) Lombaire (56%) Déficits incomplets Cervical (91%) Dorsal (84%) Lombaire (85%) Récupération motrice selon les classes d âge: ns Tendance à une meilleure récupération chez les femmes p=0,005 p=0,5

18 Récupération motrice à 3 mois prédictive d 1 an Atteinte complète (n=288) Atteinte incomplète (n=129)

19 Récupération à 1 an Complet Incomplet Récup à 1 an 57(23%) 97(88%) 359 (100%) p<0,0001

20 Traumatismes vertébraux-médullaires 4- L atteinte médullaire complète n est pas la même pathologie que l atteinte incomplète Une définition consensuelle de la récupération manque ++

21 Discuter la récupération Qu est ce que récupérer? ASIA de 10 points Tétraplégique : Paraplégique : les mains les jambes

22 Score ASIA 17/09/06 7:00

23 Score Franckel à l arrivée Discuter la récupération Combien marchent à 1 an? Score Franckel à un an A B C D E Total A B C D Total

24 Les traitements médicaux Le contrôle tensionnel 17/09/06 7:00 Hypotension : PAM<80mmHg : 43% les 1ères 24h Pas assez d utilisation des catécholamines Rappel : 75% d hypotension à l'accueil Le problème statistique d évaluation +++

25 Les traitements médicaux Complications respiratoires Cervical vs dorsal Complet Complications respiratoires : Cervical > Dorsal ; Dorsal haut>dorsal bas Ventilation : Cervical (36±21 j) > Dorsal (17±13 j) Hospitalisation : Cervical (63±50j) > Dorsal (30±23j) Incomplet Complications respiratoires Ventilation Hospitalisation Cervical vs Dorsal : ns Complet ou incomplet Lésions thoraciques associées au niveau dorsal

26 Les traitements médicaux La transfusion: Pas de risque hémorragique à la chirurgie précoce Les corticoïdes Problème de répartition: Cervical/meilleure récupération Controverse: non recommandés (SFAR) Pas d'augmentation des infections pulmonaires visibles

27 Corticothérapie : Très discutée et n est plus recommandée Méthodologie des études NACIS Type de récupération Mesure de la récupération (1/2 corps) Mélange tous types de lésion Augmentation des pneumopathies Pas d aggravation de la mortalité

28 Les problèmes médicaux en réa Spasticité Poumons Cœur et vaisseaux Digestif Hypothermie Escarres Vésicaux Sexe Fixation précoce

29 Le traitement chirurgical Délai opératoire < 6h 99 (26%) De 6 à 8 h 80 (22%) De 8 à 24 h 106 (28%) Plus de 24 h 69 (18%) Non opéré 24 (6%) 48% 76% Répartition selon le déficit, selon la localisation (C, D, L): ns Les patients les plus jeunes sont opérés plus tôt Avant 8 heures, 61% des patients < 35 ans

30 Le traitement chirurgical Délai opératoire Récupération motrice Délai opératoire Incomplet Complet Moins de 8 h 47/52 (90%) 33/117 (28%) Plus de 8 h 43/48 (90%) 19/100 (19%) p=0,89 p=0,11 Moins de 24 h 71/80 (89%) 48/180 (27%) Plus de 24 h 19/20 (95%) 4/37 (11%) p=0,4 p=0,04 Diagnostic d infection pulmonaire : Diminution chez les opérés < 8h, p=0,02

31 17/09/06 7:00

32 Le traitement Chirurgical (Fehlings, 2012)

33 17/09/06 7:00

34 Le traitement chirurgical Facteurs de risque hémorragique per-op? Quels sont les facteurs prédictifs? Intérêt pour le délai trauma-bloc Quelles modifications d attitude?

35 Facteurs de risque hémorragiques per-op Analyse de 65 dossiers rétrospectifs sur 4 ans Opérés à KB pour Trauma médullaire

36 Facteurs de risque hémorragiques per-op Méthodologie 17/09/06 7:00 Méthode de Mercuriali Mercuriali, Curr Med Res Opin, 1996

37 Facteurs de risque hémorragiques per-op Résultats

38 Facteurs de risque hémorragiques per-op Résultats 17/09/06 7:00

39 Facteurs de risque hémorragiques per-op Analyse multivariée 17/09/06 7:00

40 Facteurs de risque hémorragiques per-op Bilan d hémostase pré-op 17/09/06 7:00

41 Le traitement chirurgical Autres particularités L intubation Exacyl Les changements de position Le PP (Biais, 2010) et risque d OAP

42

43 Les voies de recherche Pré-conditionning Principe : Ischémie-reperfusion pré-op pour renforcer les moyens de défense de l organisme Résultat sur ischémie d autres organes : membres inférieurs Existe aussi Post-conditionning : travaux avec molécules per-op «From Bench to Bedside» Intervenir sur la réparation moelle épinière anti corps anti-nogo mais, augmentation des allodynies!!!

44 «From Bedside to Bench» 17/09/06 7:00

45 Les voies de recherche Echographie (Dr Marc Soubeyrand)

46 Les voies de recherche Echographie (Dr Marc Soubeyrand) 17/09/06 7:00

47 Conclusion Lésion incomplète = principal facteur retrouvé de bon pronostic En 3 mois, les jeux sont faits Négligence = agravation Bonne chaîne de soin = amélioration du pronostic Hypoxie Hypotension +++ PAM n est pas assez bien contrôlée La corticothérapie n est plus recommandée Bloc précoce = meilleure récupération motrice à 1 an Pas de risque grave (hémorragie) et diminution des complications pulmonaires = chirurgie < 8 heures. Etudes randomisées: préciser la "fenêtre thérapeutique» favorable. C est à nous...

48 17/09/06 7:00

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

Base de données FIRST: Qu en faire?

Base de données FIRST: Qu en faire? Journée(scien,fique(du( Collège(Français(de(Médecine( du(trafic( 9(Octobre(2013( Base de données FIRST: Qu en faire? Dr MIREK Sébastien CHU Dijon Introduc,on( Traumatologie( Enjeu&de&santé&publique& Pathologie&du&jeune&

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE

L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE DU TRAUMATISE THORACIQUE P. Beuret Réanimation polyvalente C.H. Roanne AER 11/2014 LESIONS SOUVENT ASSOCIEES Pneumothorax Contusion pulmonaire Hémothorax Fractures costales

Plus en détail

RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT

RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT RÔLE DU MEDECIN EN CAS D ACCIDENT PRISE EN CHARGE SOINS D URGENCE EVACUATIONS SANITAIRES Dr EGBOHOU SAR CHU SO Lomé QUELQUES CHIFFRES URGENCES DU CHU SO de Lomé: 12 mois: 10/2014 10/ 2015: 6874 traumatisés

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX

PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX PRISE EN CHARGE PRATIQUE DES TRAUMATISÉS S DU THORAX M. El Hajjam, P. Lacombe, C. Beigelman-Aubry Aubry, J. Desperramons,, S. Chagnon, S. Binsse Hôpital Ambroise Paré (APHP) Université de Versailles-St

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins " coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins  coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence harmonie OBJECTIF Harmoniser les pratiques, les soins, la formation! qualité des soins " coût #continuité Dans le cadre d une fédération de l urgence HARMONISATION POINT PAR POINT INDENTITE DU PATIENT

Plus en détail

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités:

FRACTURES DU RACHIS. I/ Généralités: I/ Généralités: 32 ou 34 vertèbres (7 VC+12VT+5VL+5VS+3 ou 5VCc) Fractures graves /AVP Stabilité de la fracture Pronostic neurologique II/ Fracture de l odontoïde: Axis (2ème VC après Atlas) + fréquente

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER

PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES. Dr GONTHIER PRISE EN CHARGE DES PNEUMOTHORAX AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Dr GONTHIER LE PNEUMOTHORAX Classification en fonction des principales étiologies Pneumothorax spontanés Pneumothorax traumatiques Pneumothorax

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

Les pièges de la prise en charge en SMUR et au déchoquage du TC

Les pièges de la prise en charge en SMUR et au déchoquage du TC Les pièges de la prise en charge en SMUR et au déchoquage du TC Karim Tazarourte Pôle Urgence-Réanimation-SAMU 77 DAR Kremlin Bicêtre 94 karim.tazarourte@ch-melun.fr Problème de santé publique TC : 200

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Les fractures du sujet âgé

Les fractures du sujet âgé Les fractures du sujet âgé Les Fractures du sujet âgé constituent un problème majeur de santé publique - La première considération est l état mental - état physique et degré d autonomie antérieur - score

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda

TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE. Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda TRAUMATOLOGIE CLINIQUE: SOINS ET RECHERCHE Ronald R Lett MD MSc. FCS(ECSA) FRCSC RCCI &Injury Control Center, Ouganda OBJECTIFS 1. Comprendre les protocoles de soins des blessures 2. Définir et comprendre

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Notions générales. La colonne vertébrale comprend :

Notions générales. La colonne vertébrale comprend : La PARAPLEGIE 1 Plan - Notions générales sur la colonne vertébrale, - Impulser un mouvement - Définition et épidémiologie - Différents niveaux de paralysie - Quelles sont les causes? - Fréquence des causes

Plus en détail

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION

LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION LE LIVRET D ACCUEIL DES ELEVES EN SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Bienvenue dans le service de réanimation. Le livret que nous venons de te confier a pour principal intérêt de te permettre d avoir une

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE

MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE MESURE DU CONTENU VÉSICAL PAR TECHNIQUE ULTRASONIQUE (SYSTÈME D ÉCHOGRAPHIE PORTABLE POUR LA VESSIE) RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DÉCEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Rôle de l IADE dans la prise en charge peropératoire Du traumatisé grave

Rôle de l IADE dans la prise en charge peropératoire Du traumatisé grave Rôle de l IADE dans la prise en charge peropératoire Du traumatisé grave Montpellier le 8 Octobre 2016 Mme Géraldine Mallebrera Mr Olivier Picard (Abs.) CHU de Nîmes Plan Recommandations Présentation d

Plus en détail

Tuberculose au bloc opératoire. Inf. HPCI/BOP/CHUV

Tuberculose au bloc opératoire. Inf. HPCI/BOP/CHUV Tuberculose au bloc opératoire Prise en charge Michelle Limet Dutoit Inf. HPCI/BOP/CHUV 1 1 er cas 2 Quoi? Prise en charge Patient planifié pour excision ganglion lymphatique axillaire droite et bronchoscopie

Plus en détail

En souvenir du P r Olivier Dizien, décédé le 1 er juillet 2007

En souvenir du P r Olivier Dizien, décédé le 1 er juillet 2007 En hommage au D r Marc Maury, ancien médecin chef du CRM de Fontainebleau et ancien vice-président de l APF, pour son œuvre sur la paraplégie et son action au service du rapprochement associations / médecine

Plus en détail

Stage en Soins intensifs

Stage en Soins intensifs Stage en Soins Hôtel-Dieu de Lévis 1. Préambule L Hôtel-Dieu de Lévis est un centre hospitalier régional, affilié à l université Laval, qui offre une gamme complète de soins généraux et spécialisés. Nous

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

PLACE DE L HÉLICOPTÈRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES URGENCES. Eric TENTILLIER SAMU 33

PLACE DE L HÉLICOPTÈRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES URGENCES. Eric TENTILLIER SAMU 33 PLACE DE L HÉLICOPTÈRE DANS LA PRISE EN CHARGE DES URGENCES Eric TENTILLIER SAMU 33 1 Composante importante des systèmes de soins d urgence Juxtaposition en France de 2 types de prise en charge (hélicoptères

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES

RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES RADIO-ANATOMIE ET LESIONS ARTERIO- VEINEUSES MEDULLAIRES F TOULGOAT Neuroradiologie diagnostique et interventionnelle CHU NANTES DES NEUROLOGIE 29 MARS 2013 MENINGES Même agencement qu à l étage encéphalique

Plus en détail

M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010. Objectifs thérapeutiques de. sepsis

M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010. Objectifs thérapeutiques de. sepsis M.Griton, DESC Réanimation Médicale 24 Mars 2010 Objectifs thérapeutiques de l évaluation hémodynamique h dans le sepsis Surviving Sepsis Campaign 2008 Initial resuscitation (First 6 hours) Recommandations

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

TRAUMATISME VERTEBRO- MEDULLAIRE. Yann Leveques AMC/Samu 42 CHU de St Etienne 42 AER 13&14 Novembre 2014

TRAUMATISME VERTEBRO- MEDULLAIRE. Yann Leveques AMC/Samu 42 CHU de St Etienne 42 AER 13&14 Novembre 2014 TRAUMATISME VERTEBRO- MEDULLAIRE Yann Leveques AMC/Samu 42 CHU de St Etienne 42 AER 13&14 Novembre 2014 Plan l Identification l Mécanisme l Pec INDENTIFIER LA PROBLEMATIQUE l l l! Tout traumatisé sévère

Plus en détail

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet.

Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Le patient oncologique au soins intensifs. Détresse respiratoire et support ventilatoire. AP Meert. Institut Jules Bordet. Epidémiologie Etiologies Diagnostic Causes d IRA selon le délai dans les hémopathies

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes graves du rachis : Evaluation clinique par le neurochirurgien

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes graves du rachis : Evaluation clinique par le neurochirurgien Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes graves du rachis : Evaluation clinique par le neurochirurgien Bertrand DEBONO, François

Plus en détail

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus TRAUMA 2000

HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION. Syllabus TRAUMA 2000 HÉLÈNE QUEVILLON inf. FORMATION Syllabus TRAUMA 2000 Hélène Quevillon, inf. Maître-instructeure de soins avancés en réanimation cardiovasculaire (ACLS) Maître-instructeure de soins avancés en pédiatrie

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Evènements indésirables graves en maternité.

Evènements indésirables graves en maternité. Evènements indésirables graves en maternité. Bilan de 4 années de recueil prospectif au CHU de Toulouse. Pr. O. Parant, M.Herman, E.Delon, C fleury CHU Toulouse Introduction (1) Améliorer la qualité en

Plus en détail

Fracture du scaphoïde

Fracture du scaphoïde Fracture du scaphoïde Pouvez vous répondre à ces 10 questions? Christian Dumontier SOS Mains saint Antoine Merci à Roure, Herbert 10 Questions Fréquence Signes cliniques Les radios à prescrire Classification

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73

B ILAN et ALERTE. Formation Continue Secouristes 2005-2006. Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 B ILAN et ALERTE Formation Continue Secouristes 2005-2006 Dr Laurence Nivet - ANMSM Dr Thierry Sécheresse - SAMU 73 1 B ilan s ur le terrain : pourquoi? Plan d examen de la victime (éviter les oublis)

Plus en détail

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner

Le télé AVC Aspects règlementaires. COLMU-18 juin 2013- Dr Arielle Brunner Le télé AVC Aspects règlementaires Rappels: L AVC est un déficit brutal d une fonction cérébrale sans autre cause apparente qu une cause vasculaire Tout AVC comporte : - une lésion cérébrale responsable

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE CONDUITE A TENIR DEVANT UN TRAUMATISME FACIAL GRAVE 1.INTRODUCTION : Les traumatismes maxillo-faciaux (TMF) sont fréquents dans le cadre de la traumatologie actuelle. Chez 9 543 patients (Autrichiens)

Plus en détail

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU 13eme CPLF Lyon 18/01/2009 Aline CHAPUIS (KRA-Lyon) Audrey MAURRIC-DROUET (SUK-Paris) Eric BEAUVOIS (CKRF-Lyon) Contexte épidémiologique

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :...

DEMANDE D ADMISSION. 3. Médecin traitant :... Date: DEMANDE D ADMISSION Mme M-J Servais Tél. : 085/519289 1 Fax : 085/410315 Email : mj.servais@cnrf.be Mise à jour doc : 01/12/2013 Données administratives 1. Identification du patient : Nom :... Prénom

Plus en détail

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre

La fièvre en réanimation. Catherine Ract DAR Bicêtre La fièvre en réanimation Catherine Ract DAR Bicêtre Problèmes Difficultés diagnostiques avec risque vital de méconnaître une infection intrication de pathologies multiples clinique limitée gravité des

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00

Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 09.45 10.00 10.00 11.00 11.00 12.00 Session 1 Lundi 5 novembre 2012 Visioconférence Horaires Généralités et évaluation Intervenants 08.30 08.45 08.45 09.45 10.00 11.00 11.00 12.00 14.00 15.00 15.00 16.00 16.00 16.15 16.00 16.30 16.30 17.15

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Les fourmis du réveil

Les fourmis du réveil Les fourmis du réveil PREAMBULE Suite au décret du 05-12-94 notifiant la nécessité de mettre en conformité la salle de réveil ( SSPI ) : opérationnelle 24h/24h, et sachant que les besoins de notre bloc

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans

TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN. QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans TRAUMATISMES EN UROLOGIE TRAUMATISMES DU REIN QUI présente ces traumatismes? C est un homme jeune 3 hommes pour 1 femme âge moyen = 25 ans Etiologie des traumatismes du rein Les signes cliniques Signes

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS SES BUTS : LE DOSSIER D ADMISSION - Apprécier l adéquation de l état de santé, de l autonomie du futur résident avec les possibilités d accueil de l EHPAD à un moment

Plus en détail

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire

Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Causes d insatisfactions du patient pris en charge en ambulatoire Michel MAILLET Unité d Anesthésie & Chirurgie Ambulatoires Hôpital Tenon, AP-HP 4 rue de la Chine; 75020 Paris Chemin Clinique Éligibilité

Plus en détail

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION

INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION INDICATION DE LA BIOPSIE PULMONAIRE CHIRURGICALE AU LIT DU PATIENT EN REANIMATION ALOPH VALERIE (Bordeaux ) DESC REANIMATION TOULOUSE INTRODUCTION SYNDROME DE DETRESSE RESPIRATOIRE AIGUE ( SDRA) d éd étiologies

Plus en détail

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN

EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN EXPÉRIENCE GRENOBLOISE DE LA PRISE EN CHARGE EN APA DES AJA JOURNÉE DU 16 JUIN 2014, PARIS SANDRA BINIEK, PROFESSEUR D ACTIVITÉ PHYSIQUE ADAPTÉE LEILA GOFTI-LAROCHE, PHARMD, PHD Etablissements de santé

Plus en détail

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien.

VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation. Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Département d'anesthésie, Réanimation Chirurgicale, SAMU VIIIème journée normande d'anesthésie-réanimation Traumatismes Graves du Rachis : La Vision du Neurochirurgien. Introduction F. Proust, O. Langlois,

Plus en détail

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes

LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE. Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE. traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes LESIONS TRAUMATIQUES DE LA CEINTURE PELVIENNE Dr BOUAKKADIA EPIDEMIOLOGIE traumas violents traumatologie routière lésions associées fréquentes 20% des polytraumatiséont une fracture du bassin EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail

PROCEDURE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAUMATISES GRAVES : Du lieu de l accident à l hôpital. Texte long.

PROCEDURE DE PRISE EN CHARGE DES PATIENTS TRAUMATISES GRAVES : Du lieu de l accident à l hôpital. Texte long. N de version: 01 Date d'application : Février 2011 Réf.: CMUB-04 Pagination : 1 de 1 Rédacteurs Date Février 2011 Validation COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 04 Dr. Alexis GIRARD

Plus en détail

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Dr S.Khimoud Dr F.Mazari Dr H.Zemour Dr A.Chachoua Dr I.Derder Pr L.Chachoua INTRODUCTION Le glaucome

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS Date de la demande : Date d entrée souhaitée : DEMANDEUR Centre hospitalier : Service :. Médecin demandeur : : Fax : Assistante sociale : : Fax :

Plus en détail

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES

APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES APPLICATION DES RECOMMANDATIONS DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE POUR LA PRESCRIPTION DES RADIOGRAPHIES THORACIQUES AU SERVICE D ACCUEIL DES URGENCES Tiphaine Cassan, Dr Romain Vialle, Pr Jean-Pierre Tasu,

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010

Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Indicateurs de rendement de base de la Stratégie canadienne de l AVC Mise à jour de 2010 Préparé par le Groupe de travail sur l information et l évaluation Juin 2010 Tableau 1 : Ensemble d indicateurs

Plus en détail