Transfert de vapeur d eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transfert de vapeur d eau"

Transcription

1 S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine et au nombre d occupants : Cuisine : 1,4 à 6 l/jour Salle de bains : 1,2 à 2,4 l/jour personne : 1,7 à 4,4 l/jour Mais aussi peut provenir de l extérieur (pluie, neige, fuite ou courant d air dans les joints ou fissures des murs, par capillarité,.) La vapeur d'eau se déplace du milieu où elle est en forte concentration vers les milieux où elle est en faible concentration. La condensation de cette vapeur d'eau à l intérieur des parois au travers de celles-ci peut provoquer des pathologies chez certaines personnes. Un des rôles de la ventilation est d'évacuer cette vapeur d'eau excédentaire. Saturation de l air en vapeur d eau et condensation Lorsque de la vapeur d'eau traverse une paroi, en hiver, sa température baisse progressivement de l'intérieur vers l'extérieur. À une certaine température, cette vapeur peut se condenser en eau liquide. C'est cette eau qui génère des pathologies. 2. Notions de base sur l air humide : L air ambiant contient une part plus ou moins importante de vapeur d eau. L air humide est défini comme l assemblage d une masse d air sec et d une masse de vapeur d eau. Ce mélange de deux gaz est généralement assimilé à un mélange de Air sec Masse Vapeur d'eau Air Ambiant gaz parfaits. A une pression et à une température donnée, l air peut contenir une quantité limitée de vapeur d eau. (ex : salle de bain avant une douche) Une quantité d eau supplémentaire, à la même température et à la même pression se traduira par la présence d eau liquide en suspension dans l air (brouillard, dépôt sur glace ou/et vitre).

2 -Diagramme de Mollier Les propriétés de l air humide sont résumées par le diagramme de MOLLIER. L observation de celui-ci permet d observer les phénomènes suivants : -Lorsque la température baisse, la teneur en vapeur d eau diminue rapidement. -L air a la capacité d emmagasiner de l eau sous forme de vapeur, plus l air est chaud, plus cette capacité est grande. - Pour une température donnée, lorsque l air a emmagasiné le maximum possible de vapeur d eau, on dit qu il est saturé ou que son «Humidité Relative» (HR) est de 100%. 8,8 - Ainsi de l air à 20 C est à 100% d HR lorsqu il contient 14,7 grammes d eau sous forme de vapeur d eau, par Kilogramme d air sec. - Si son humidité relative est de 60%, il ne contiendra que 8.8 grammes / kilo. P r e s s i o n Pour utiliser le diagramme, il suffit de : -Repérer la température t sur l axe horizontal. -Lire la teneur en eau (g / Kg ) sur l axe vertical en fonction du % HR. -Lire la pression exercée par la vapeur d eau dans le mélange gazeux (exprimé en mm de mercure sur l axe verticale à droite) Autre abaque mais même information à en retirer! Pour un air ambiant intérieur de 20 à 70% d humidité : 1-Le point de rosée sur la surface interne de la paroi apparaîtra si la température de la paroi est 15 C. 2-Si la température de la paroi est >15 C il n y a aucun phénomène de condensation. 17,5 mmhg 3-La pression de vapeur d eau partielle de mercure est la pression de vapeur correspondant à une température de 20 C et 70 % d humidité relative ici 12,5mm. 10,5 g /kg 14,7 g /kg 12,5 mmhg 4-Si cette humidité relative évoluait jusqu à 100 %, on atteindrait un niveau de pression dite saturante (17,5 mm de mercure) provoquant un point de rosée en surface.

3 EXEMPLE : Une paroi simple en béton de 14 cm. Le calcul de la résistance totale de la paroi permet de définir le profil de température pour deux hypothèses (méthode graphique selon proportions des résistances thermiques de chaque composant de la paroi) : Dans les deux cas, Il y a condensation sur la Par contre ici il n y a pas de condensation sur la surface du mur car les températures sont surface du mur car la température est > à 15 C. < à 15 C. -Diagramme PSYCHROMETRIQUE Le «diagramme psychrométrique» encore appelé diagramme de l air humide traduit lui aussi le lien entre température et humidité de l air. Il se présente sous une autre forme mais donne les mêmes résultats.

4 Lorsque le point de rosée est supprimé sur la surface intérieure de la paroi, on peut imaginer que celui-ci a peut être été «repoussé» un peu plus loin à l intérieur de la paroi. Il convient donc de faire une étude. La migration de la vapeur d eau se fait de la pression la plus forte vers la pression la plus faible. Ces pressions dépendent des températures et des taux d humidité. Nota : si les 2 ambiances sont identiques il n y a pas de migration de vapeur d eau. Définition de l humidité relative: Pour un mélange de gaz, la loi de Dalton énonce : Pression absolue du mélange = des pressions partielles des différents gaz en mélange Dans un mélange air sec + vapeur d eau, on distinguera la pression partielle de vapeur d eau. L humidité relative HR peut être exprimée par : = HR = P v / P vs * 100 avec: P v (en Pa): pression partielle de vapeur d eau dans l air humide. P vs (en Pa): pression de vapeur saturante, à la température de l air humide. Notion de température de rosée: La température de rosée correspond à la température en dessous de laquelle de l air humide refroidi atteint la saturation. Une partie de la vapeur d eau contenue dans l air humide va être condensée, c est-à-dire va se liquéfier. Exemple à partir du diagramme de l air humide : Soit de l air humide à 25 C et 50% d humidité relative. Déterminer sa température de rosée.

5 3. Débit de vapeur au travers d une paroi plane : 3.1 Perméabilité à la vapeur d'eau : Elle traduit la capacité d un matériau à être traversé par la vapeur d eau, exprimée en kg/m.s.pa Mais peut aussi être exprimée en g / m.h.mmhg (grammes par mètre et par heure et par millimètre de mercure) Valeur particulière pour l'air : (air) = 1, kg / m.s.pa = 0,09 g / m.h.mmhg 0,09. = 1, kg / m.s.pa ,322 Nota : 1 mmhg = 133,322 Pa et 1Pa = 7, mmhg Règle de conversion : X g/(m.h.mmhg) = (X/133,322).10 3 mg/(m.h.pa) 3.2 Coefficient de résistance à la diffusion de vapeur d'eau ( ) : La résistance à la diffusion de la vapeur d eau est la capacité à freiner la migration de la vapeur d eau. On trouvera cette caractéristique du matériau homogène dans le DTU* Th-U (réglementation thermique) *( DTU : Document Technique Unifié).

6 = (air ) (sans unité) Plus le coefficient est faible et plus la vapeur d eau peut s évacuer rapidement à travers le matériau. 3.3 Résistance à la diffusion de vapeur d'eau (Rd) : dépend de l'épaisseur du matériau R d = e = e. (air ) en (m 2. s. Pa)/kg) Nota : Pour les matériaux hétérogènes, on donne directement la valeur de R d et non la perméabilité. Les pare-vapeur sont caractérisés par leur aptitude à résister plus ou moins à la diffusion de vapeur d eau. Le coefficient Sd, exprimé en mètres, représente la résistance d un parevapeur par rapport à celle qui correspondrait à une épaisseur équivalente d une couche d air. Sd est donc défini comme l épaisseur de la couche d air ayant une diffusion équivalente en mètre. S d (m)=.e épaisseur du pare vapeur en m Plus la valeur de Sd est grande, moins le produit laisse passer la vapeur d eau. Règle de conversion : X g/m².h.mmhg = (X/133,322).10 3 mg/m².h.pa

7 3.4 Perméance La perméance est la quantité de vapeur d'eau qui peut traverser une surface de paroi par unité de temps sous une différence de pression donnée. P = e = 1 R d en g/m². h. mmhg ou en (kg/m². s. Pa) L ACERMI détermine 5 catégories de perméance par ordre croissant : E1 : P > 2.25 E2 : 0,045 > P > 2,25 E3 : 0,113 > P > 0,045 E4 : 0,113 > P > 0,0075 E5 : 0,0075 > P Ce classement indique si l isolant utilisé nécessite un frein vapeur selon l endroit où il est placé. 3.5 Débit de vapeur traversant la paroi Qmv : - pour un matériau de perméabilité (en kg/m.s.pa) et d épaisseur e (m). Qm v Pv int pression partielle intérieure de vapeur d eau Pv ext pression partielle extérieure de vapeur d eau Qm V = (P v1 P v2 ) R d avec : P vi (en Pa) : pression partielle de vapeur du milieu i. Qm v (en kg/m 2.s) : débit de vapeur d eau Rd (en m 2. s. Pa)/kg): Résistance à la diffusion de la vapeur d eau - pour l ensemble de la paroi constituée de plusieurs matériaux. Qm V = (P v int P v ext ) R d R d = R Mur +R Isolant + R Cloison

8 avec Calcul pratique (démarche) : R d = e i i 1- Déterminer l'évolution des températures dans la paroi. 2- Déterminer la pression partielle P v int fonction de l humidité relative HR int et P vs int. De même pour P v ext fonction de l humidité relative HR ext et P vs ext. Voir sur le «Diagramme de l air humide» Ex. : T int = 20 - HR 70% -> PV int = 12,5 mmhg soit 12.5*133,32 =1665,5 Pa pour HR 100% ->Pvs int = 17,5 mmhg soit 17.5*133,32 =2333,1 Pa 3- Déterminer les valeurs de la pression de vapeur saturante P vs (diagramme psychrométrique en fonction de l évolution des températures dans la paroi, en Pa). 4- Calculer Qm v. 5- Déterminer les pressions de vapeur aux interfaces des couches. 6- Faire un graphique montrant l'évolution de P V dans la paroi. 7- Ajouter sur le graphique l'évolution de P vs dans la paroi. Si les deux courbes se croisent, il y a risque de condensation interne. Il faudra donc utiliser un pare vapeur. Exemples - Température extérieure de base : -10 C - Température intérieure : 21 C - Humidité relative extérieure : 70% - Humidité relative intérieure : 30% Ces données d'entrée sont censées représenter les conditions extrêmes observées au cours d'une année. - Simulation 1 (fichier simulation 1) Sd

9 Plaque FERMACELL Frein vapeur Panneau bois Le phénomène de condensation se produit dans la zone où les 2 courbes se croisent. Pare pluie Commentaire : le graphique indique un risque de condensation au sein du panneau de bois du côté du pare-pluie. La vapeur d'eau est retenue par les propriétés de cette membrane dont le Sd est sensiblement équivalent à celui de l'épaisseur de laine de bois. - Simulation 2 (fichier simulation 2) - La membrane pare-pluie (Sd = 0,5) est remplacée par un pare pluie en fibre de bois de 6 centimètres d'épaisseur type Pavatex Diffutherme avec un Sd plus faible de 0,2. Changement de matériau

10 Plaque FERMACELL Frein vapeur Panneau bois Pavatex Commentaire : le graphique indique qu'il n'y a plus de risque de condensation au sein de la paroi. Type de paroi Bonne ventilation (1) Mauvaise ventilation (1) Risques limités et faibles à l intérieur des parois Risques limités et faibles Risques limités et faibles à l intérieur des parois à l intérieur des parois Risques limités et faibles à l intérieur des parois

11 Risques limités et faibles 1) Température intérieure : température de référence de la RT (19 C) (2) Dans le cas de travaux de rénovation, par pose d une isolation thermique intérieure, il faut s assurer que le parement extérieur ne constitue pas un frein à la migration de la vapeur d eau.

12 Analogie entre thermique et hygrothermique Conductivité THERMIQUE W/m.K ou W/m. C HYGROTHERMIQUE Perméabilité kg / m.s.pa ou g / m.h.mmhg Conductance W.m -2.K -1 ou W/m².K Perméance U = 1 R th P = 1 R d = e en g/m². h. mmhg ou en (kg/m². s. Pa) Résistance thermique Résistance à la diffusion Avec Flux thermique Débit de vapeur traversante Bibliographie : Agence qualité construction : Perméance des façades Nombreux extraits trouvés sur Internet

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques

Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques Risque de condensation superficielle et dans la masse Définitions > Point de rosée : Point à partir duquel la vapeur d'eau contenue dans l'air devient liquide. > Condensation dans la masse : Passage de

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue du Molinay Étude de la nouvelle façade 09 03 2012 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) :

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Tutoriel Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Composition de l existant: Plaque de plâtre BA 13 (1,25 cm) Polystyrène

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Emissivité 5 % Chauffage. Climatisation. Sortie d'air et de vapeur d'eau. Chauffage ou climatisation Vapeur Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

GUIDE DE POSE METISSE

GUIDE DE POSE METISSE GUIDE DE POSE METISSE Chemin des Dames 62 700 Bruay La Buissière Tel: 03 21 01 77 60 Fax: 03 21 62 02 78 E-mail: metisse@le-relais.net www.isolantmetisse.com GUIDE DE POSE Métisse se met en œuvre conformément

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs?

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs? Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? A2M Aline BRANDERS Architecte partner, A2M Objectifs de la présentation

Plus en détail

Auteur : Clément CARPENTIER. Avril 2011

Auteur : Clément CARPENTIER. Avril 2011 Notes techniques et réflexions Les transferts d humidité dans les bâtiments Auteur : Clément CARPENTIER Avril 2011 Ingénierie énergétique 26160 FELINES S/RIMANDOULE TEL & FAX : (33) 04.75.90.18.54 email

Plus en détail

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Durabilité des solutions d'enveloppe Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Trois questions... L'étanchéité à l'air, pointe de l'iceberg

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat - Parois de locaux - Isolation intérieure / Isolation extérieure La figure représente la coupe transversale de la paroi d un pavillon. Pour une étude simplifiée cette paroi

Plus en détail

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE 1 PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comportement et compatibilité des matériaux pour le bâti ancien Bruno JARNO 2 AJENA Énergie et Environnement Association loi 1901 sans but lucratif 30 années

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple

FERMACELL contre-cloisons (doublages) Parement simple Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. La cloison de doublage, aussi appelée contre-cloison ou doublage, FERMACELL est destinée à être

Plus en détail

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation

Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Introduction au système du rafraîchissement par évaporation Pour comprendre avec facilité le processus de climatisation, il est vital de connaître les concepts de base Air L air libre que nous respirons

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS

L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS INFORMATIONS TECHNIQUES T 22 Mutuelle des Architectes Français assurances SEPTEMBRE 2011 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE T 22 DE NOVEMBRE 1996 L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS Fiche élaborée par Clément Carpentier,

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie PARTIE 1 D.Langendries Division Energie et Bâtiment CSTC Isolation thermique des toitures inclinées Les Isnes 18 mars

Plus en détail

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS SYNTHESE Etude financée par la DHUP, CODIFAB et FBF 22 fev.-11 Table des matières 1. DEFINITIONS ET SYMBOLES...

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie.

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Philippe COUGNET Guide nature et apiculteur Dossier Miel Nous savons tous que le taux dʼhumidité du miel doit être inférieur à 18 %. Or, bien souvent,

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Matériaux d isolation

Matériaux d isolation Mardi 30 Octobre 2012 en LORRAINE Matériaux d isolation Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

Diagramme psychrométrique. Utilisation

Diagramme psychrométrique. Utilisation Diagramme psychrométrique Utilisation AFPA DEAT Froid et climatisation Ressources formatives Diagramme Psychrométrique F. Cabeza - Mai 2002 --- Diagramme psychrométrique Utilisation 2/41 CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Thierry Gallauziaux David Fedullo La L isolation plomberie thermique Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Pourquoi isoler? POURQUOI ISOLER? La question de l isolation des bâtiments peut paraître

Plus en détail

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau

TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau TP 17 : Notion de résistance thermique d un matériau Objectifs : - Mesurer la résistance thermique de certains matériaux. - Comparer ces matériaux pour l appliquer à l isolation des bâtiments. Compétences

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

ISOLAIR Panneau de sous-toiture / pare-pluie ouvert à la diffusion

ISOLAIR Panneau de sous-toiture / pare-pluie ouvert à la diffusion ISOLAIR Panneau de sous-toiture / pare-pluie ouvert à la diffusion Produit pouvant être exposé directement aux intempéries pendant 3 mois en tant que couverture provisoire ou dispositif d étanchéité utilisé

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS

ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS ETUDE HYGROTHERMIQUE de l INFLUENCE de PLUSIEURS PARAMETRES dans des PAROIS à OSSATURES BOIS RAPPORT FINAL Etude financée par la DHUP, CODIFAB et FBF Auteurs principaux : LAMOULIE Julien, POMPEO Claude,

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Air humide : corrigé

Air humide : corrigé Air humide : corrigé 1 Prise en mains du diagramme Notations : w = humidité absolue, ψ = humidité relative, P w = pression partielle de vapeur d eau, P s w = pression de saturation de l eau Placer le point

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Isolation murs maisons à ossature bois:

Isolation murs maisons à ossature bois: Isolation murs maisons à ossature bois: La mise en œuvre consiste à poser l isolant Magripol entre une ossature bois sur laquelle sera fixé un parement en plaque de plâtre ou en bois. Prescriptions de

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés!

L isolation en rénovation: dernières nouveautés! L isolation en rénovation: dernières nouveautés! Bruxelles Environnement Vers une isolation des murs bien étudiée Arnaud EVRARD UCL Architecture et Climat Objectifs de la présentation Présenter des outils

Plus en détail

Doublage haute performance thermique Polyplac

Doublage haute performance thermique Polyplac Doublage haute performance thermique Polyplac R 01 lus s impl avec e Kna Tout e T st p uf! Le produit : présentation Longueurs standard : 500, 600, 700 mm Autres longueurs : 800, 3000 mm Polyplac est le

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Le doublage haute performance Polyplac

Le doublage haute performance Polyplac Le doublage haute performance Polyplac RT 01 Tout est plus simple avec Knauf! Longueurs standards : 500, 600, 700 mm Autres longueurs : 800, 3000 mm Largeur : 100 mm épaisseur de l isolant : de 0 à 140

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

IBGE. Diagnostic et améliorations thermiques de l enveloppe des bâtiments. Recueil de notions de base

IBGE. Diagnostic et améliorations thermiques de l enveloppe des bâtiments. Recueil de notions de base IBGE Diagnostic et améliorations thermiques de l enveloppe des bâtiments Séminaire des 03 et 10 mai 2007. Recueil de notions de base Crabbé Claude Ir. Arch. Chapitre I Définitions et théorie Quelques définitions

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8 TF06_P09_final_exo a.mcd TF06 - P2009 - Final - exercice Patinoire 5.670 8 Wm 2 K ir extérieur Text 5 C hpext 00 W/m² K Isolation, P 0,035 W/m K, épaisseur ep 30 cm ou e P 60 cm Plafond, TP, émissivité

Plus en détail

Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique

Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique Page 1 sur 42 Remerciements Je remercie les intervenants

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

HiCompact PLUS Panneau superisolant à haute densité

HiCompact PLUS Panneau superisolant à haute densité Panneau superisolant à haute densité Un produit de l'entreprise Européen des brevets EP 2 111 962 A2 Juin 2011 1680 Romont FR Nouveauté 2011 Résolution jusqu à ce jour: Application d une isolation intérieure

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Durabilité des isolants biosourcés

Durabilité des isolants biosourcés Durabilité des isolants biosourcés Vers la création de classes d emploi Julien Lamoulie Rappel du contexte Fort développement du marché des isolants biosourcés, mais : Nécessitéd apporter desgaranties

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

LA OUATE DE CELLULOSE

LA OUATE DE CELLULOSE L isolation écologique Economie de chauffage Sans danger pour la santé Classement au feu LA OUATE DE CELLULOSE pour combles perdus, planchers et murs Fabrication française www.ouatedecellulose-cedmat.fr

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? Arnaud Evrard UCL / Architecture et Climat Objectifs de la présentation

Plus en détail

Déshumidification de l air

Déshumidification de l air Déshumidification de l air Gérard Chassériaux Institut National d Horticulture - Angers INH De la science du végétal à la culture du paysage Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

Plus en détail

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité

Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil A2 Aérer et éviter l humidité 1 Origine et cheminement de l humidité Définir le confort 2 1) Origine de l humidité dans l habitat: Production

Plus en détail

Guide technique. Transferts d humidité à travers les parois. Évaluer les risques de condensation

Guide technique. Transferts d humidité à travers les parois. Évaluer les risques de condensation Guide technique Transferts d humidité à travers les parois Calcul des transports d humidité et de chaleur Règles de mise en œuvre associées GUIDE TECHNIQUE Transferts d humidité à travers les parois La

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009 Notes techniques et réflexions Isolation extérieure : influence de la nature des fixations de bardage sur la résistance thermique de la paroi Auteur : Physibel pour ENERTECH Juillet 2009 Ingénierie énergétique

Plus en détail