JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT. Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable"

Transcription

1 JEAN-RAPHAËL BERT CONSULTANT Audit du contrat d affermage et prospective pour la gestion de l eau potable Présentation du 6 novembre 2013

2 PLAN 1. Présentation de l audit du contrat actuel Aspects juridiques Aspects techniques Aspects financiers 2. Scénarii pour le futur mode de gestion du service 2

3 Rappel de l organisation actuelle 3

4 Présentation du service Production d eau brute assurée par la Ville de Saint Chamond Distribution de l eau potable assurée par le Syndicat : abonnés et compteurs pour plus de habitants, 8554 branchements répertoriés 257 km de réseau, hors branchements, dont 4 km d adduction 2 usines de potabilisation (capacité totale de m 3 /j) 17 réservoirs de stockage (capacité totale de m 3 ) 4

5 Mode de gestion actuel du Syndicat Contrat d affermage du Syndicat entré en vigueur le 1 er juillet 2008 pour 8,5 ans (31/12/2016) Gestion du service assurée par le Délégataire : bon fonctionnement du service opérations d entretien et de réparations courantes des réseaux et des ouvrages relation avec les usagers 5

6 Génie civil et canalisations Branchements Répartition des travaux entre le Syndicat et son Délégataire Compteurs et équipements annexes Aménagements extérieurs Délégataire Entretien du GC et renouvellement < 6m Entretien et renouvellement de 35 branchements par an Syndicat Renouvellement du GC et des canalisations (au-delà de 6 m) Renouvellement - Renouvellement Investissements - Extensions de réseaux et renforcement - 6

7 I. BILAN DE L AUDIT 7

8 BILAN DE L AUDIT JURIDIQUE 8

9 Bilan de l audit juridique Des évolutions réglementaires récentes non intégrées Dégrèvement en cas de consommation anormalement élevée Remise des plans et bases de données : au moins six mois avant la fin du contrat de DSP (L du CGCT) et non à l échéance du contrat comme prévu. =>Dispositions d ordre public dont l application n est pas conditionnée à leur intégration dans le contrat de DSP 9

10 BILAN DE L AUDIT TECHNIQUE 10

11 Bilan de l audit technique Evolution du nombre d'abonnés Nombre d'abonnés Prévision CEP Stabilité du nombre d abonnés 11

12 Bilan de l audit technique Evolution de la consommation (m 3 ) Volume comptabilisé 365 jours Prévision CEP Diminution des volumes consommés (- 1,3 %/an en moyenne) Comparaison au Compte d Exploitation Prévisionnel Tarifs établis sur une assiette sensiblement plus importante Mais clause de révision non atteinte 12

13 Rendement Indice linéaire de pertes (m3/km/jour) Niveau minimal de rendement (81 %) Rendement supérieur au niveau minimal défini au contrat Rendement supérieur aux obligations réglementaires (69 %) Bilan de l audit technique Contrat d affermage assez précis, comportant plusieurs obligations quantifiées 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Rdt selon l'exploitant (P104.3) Rdt (formule contractuelle) ILP selon l'exploitant - P106.3 (m3/jour/km)

14 Bilan de l audit technique Contrat d affermage assez précis, comportant plusieurs obligations quantifiées Âge maximal du parc compteurs Parc jeune : 25 % des compteurs ont moins de 3 ans 5 % des compteurs (1 060 en septembre 2012) ont plus de 18 ans 14

15 Bilan de l audit technique Contrat d affermage assez précis, comportant plusieurs obligations particulières Contenu et forme de l inventaire des biens (art.11 contrat) Listing des équipements avec précision des marques et caractéristiques pour la plupart, mais sans aucune remarque qualitative quant à leur état, leur localisation géographique, ou leur environnement Contenu du rapport annuel Rapport annuel riche, mais ne comportant pas la totalité des indicateurs définis au contrat : o o absence de 3 indicateurs de performance, rendement calculé non conforme à la définition du contrat, o pas d informations sur la sous-traitance des travaux ni sur le personnel affecté au service Informations collectées par le délégataire en mesure de les intégrer aux prochains RAD (Rapport Annuel du Délégataire) 15

16 Bilan de l audit technique Pas de dysfonctionnement essentiel, niveau de service satisfaisant Indicateurs techniques (rendement, interventions sur réseau) État des ouvrages (malgré des insuffisances ponctuelles relevées, principalement clôtures des sites) Peu de réclamations concernant la qualité du service (goût, odeur, pression) Des engagements non respectés ONEMA 2011 Nombre de réclamations écrites Taux de réclamations pour abonnés 0,21 0,37 0,21 7 Mais peu d outils à la disposition du Syndicat pour suivre son exécution 16

17 BILAN DE L AUDIT FINANCIER 17

18 Bilan de l audit financier PRIX DU SERVICE Prix du m 3 (2,02 TTC/m 3 en 2012) : inférieur à la moyenne départementale (2,14 TTC/m 3 en 2009), équivalent au tarif moyen sur Saint Etienne Métropole (2,02 TTC/m 3 en 2012, hors redevance prélèvement Agence de l eau) Décomposition du prix de l eau Délégataire 14% 5% Syndicat St Chamond Agence de l'eau TVA 33% 48% 18

19 Bilan de l audit financier RECETTES Chiffres d affaires du Délégataire : k en 2011 Recettes du service en Exploitation du service Part Collectivité Agence de l'eau et tiers Travaux attribués à titre exclusif Produits accessoires 19

20 Bilan de l audit financier RECETTES Analyse des recettes du délégataire Un bordereau des prix à compléter o Absence de tarifs pour la fourniture et pose de compteurs o Tarifs actuellement appliqués élevés Frais d accès au service d un niveau plutôt élevé 20

21 Bilan de l audit financier CHARGES Méthodologie d établissement du CARE Les charges inscrites aux CARE sont de 3 natures : Directes résultant directement de l exploitation du service (électricité, produits de traitement ) Calculées propres au contrat (provision pour renouvellement, investissement) Réparties à différents niveaux (charges communes à plusieurs contrats) selon une clé financière (valeur ajoutée) 21

22 Bilan de l audit financier CHARGES Niveau hiérarchique Charges 2011 ( HT) Contrat Service Clé Clé 0, Agence Centre Opérationnel Région Calculées Total Région; 23% Centre Opérationnel; 10% Agence; -1% Calculées ; 9% Contrat; 17% Service Clé 0,68; 22% Charges directes : 38 % des charges Charges directes et quasi-directes : 60 % des charges Niveau élevé de charges réparties à la valeur ajoutée moindre transparence par rapport à des clés techniques Service Clé 1; 21% 22

23 Bilan de l audit financier CHARGES CALCULÉES Renouvellement dit «fonctionnel» Opérations visant à garantir le bon fonctionnement du service, réalisées librement par le délégataire sur son initiative (art. 36.2) Charge prévisionnelle du CEP (base d établissement du prix du m 3 ) de 44 k (novembre 2007), soit 2% du CA Dépenses chaque année inférieures aux provisions Écart à fin 2011 équivalent à deux années de dépenses Aucune obligation contractuelle Lacune d origine du contrat : survalorisation du risque, «marge masquée» 23

24 Bilan de l audit financier CHARGES CALCULÉES Renouvellement dit «patrimonial» Programme défini en annexe au contrat Aucune liberté du délégataire (toute révision du programme doit faire l objet d un avenant) Un engagement de dépense annuelle respecté Intégration de frais généraux (12 %), pratique conforme aux stipulations contractuelles (art ) Règles d imputation des frais généraux et de la marge non définies au contrat Révision quinquennale du programme à opérer 24

25 Bilan de l audit financier CHARGES CALCULÉES Investissements Travaux prévus réalisés (sauf «modulation pression jour/nuit» en accord avec le Syndicat) Amortis sur la durée du contrat Travaux non amortis : en cas d arrêt anticipé au 30/06/14, le délégataire pourra prétendre à une indemnité de 118 k à ce titre. 25

26 Conclusion de l audit financier Prix de l eau inférieur à la moyenne départementale Bordereau des prix incomplet conduisant à des tarifs élevés (fourniture et pose de compteurs) Niveau des frais d accès au service élevé Renouvellement «fonctionnel» : provisionnement supérieur aux dépenses «patrimonial» : engagement de dépenses respecté mais imprécision du contrat sur les frais généraux et la marge pouvant y être intégrés 26

27 II. SCENARII POUR LE FUTUR MODE DE GESTION DU SERVICE 27

28 PRÉSENTATION DES DIFFÉRENTS MODES DE GESTION 28

29 Modes de gestion Gestion publique ou régie Gestion directe, avec personnel propre Marché(s) de prestation de services Gestion déléguée Article L du CGCT : contrat par lequel une personne morale de droit public confie la gestion d'un service public dont elle a la responsabilité à un délégataire public ou privé, dont la rémunération est substantiellement liée aux résultats de l'exploitation du service Régie intéressée Concession et affermage 29

30 Gestion publique ou régie Deux formes de régie SAUF pour un SIVU Dotée de la seule autonomie financière, administrée par un conseil et un directeur nommés par le comité syndical. Elle dispose d un budget annexe à celui du Syndicat Dotée de l autonomie financière et de la personnalité morale, qui possède une personnalité juridique et un patrimoine distincts de la collectivité Régie soumise au code des marchés publics 30

31 Gestion déléguée Régie intéressée : rémunération par le Syndicat avec une part substantielle liée aux résultats (ex. qualité de l eau, de service rendu aux usagers, d exploitation du réseau ) prime de gestion ou participation au résultat > 30 % de la rémunération totale le cocontractant n assume guère les risques de la gestion du service Concession : financement et construction d ouvrages puis exploitation confiés à un tiers Affermage : mode de gestion actuel tâches d exploitation confiées à un tiers Investissements essentiellement à la charge du Syndicat 31

32 Gestion déléguée Société publique locale (SPL): Société anonyme régie par le droit privé Capital exclusivement public détenu par au moins deux actionnaires publics Compétente pour exploiter un service public industriel et commercial Ne peut intervenir que pour ses actionnaires publics et sur leur territoire Peut se voire confier un contrat de DSP par ses actionnaires, sans mise en concurrence 32

33 SIMULATION DE LA GESTION EN RÉGIE 33

34 Evaluation du coût d exploitation en régie Organisation autonome, distincte des services communaux Comparaison ne portant que sur l exploitation du service et n intégrant pas les prestations déjà assurées par le Syndicat Objectif : comparer les modes de gestion sur des périmètres d intervention équivalents Deux scenarii : Gestion de l intégralité du service Organisation «transitoire» avec limitation des investissements matériels et externalisation des opérations pour lesquelles le volume d activité est insuffisant (travaux) 34

35 Evaluation du coût d exploitation en régie Personnel : transfert des contrats de travail Respect par la régie du Code du Travail (article L , précisé par la jurisprudence) Convention collective nationale des entreprises des services d eau et d assainissement 35

36 Evaluation du coût d exploitation en régie Transfert de personnel - position de l'exploitant Cadre réglementaire Code du Travail Convention collective Encadrement 1 1 Usines et ouvrages 4 3 Réseaux Clientèle 3 3 Support technique et administratif 1 2 TOTAL Masse salariale K 915K 36

37 Evaluation du coût d exploitation en régie Personnel : compétences complémentaires nécessaires 1 agent en charge des opérations transversales sur les aspects techniques dans l objectif de disposer d une compétence de bureau d études Embauche de 2 agents administratifs maîtrisant la commande publique et la comptabilité publique (gestion des recouvrements, appui aux chargés de clientèle) Evaluation finale: o 24 ETP o Charge annuelle : k 37

38 Evaluation du coût d exploitation en régie Scenario 2 organisation transitoire Externalisation de la production pas d impact financier significatif mais fiabilité du traitement (notamment absences du conducteur d usine) Externalisation des travaux o Mutualisation des travaux avec les services municipaux pourrait générer des économies d échelles 38

39 AUTRES CHARGES CHARGES D EXPLOITATION Evaluation du coût d exploitation en régie En Pour un niveau de prestation équivalent à l actuel Scénario 1 : intégralité du service Scénario 2 : organisation transitoire 1 Personnel Energie Produits de traitement Analyses Sous-traitance Matières et fournitures Renouvellement Sous-total charges d exploitation Gestion clientèle Impayés Investissements initiaux Autres dépenses d exploitation Fonds de précarité CCAS Impôts et taxes Sous-total autres charges Contribution des services techniques et généraux municipaux, frais généraux Aléas techniques et économiques Rémunération du besoin en fonds de roulement TOTAL Jean-Raphaël Bert Consultant/SI St Chamond l'horme/réunion du 11 avril

40 COMPARAISON RÉGIE / DSP 40

41 Comparaison régie / DSP actuelle Prix «raisonnable» en régie (sans synergie avec les services des communes, hors indemnité de résiliation) 15 % à 18 % inférieur au prix actuel Ecart de prix résultant principalement des postes «soustraitance, matières et fournitures», «autres dépenses d exploitation», «contribution des services centraux et de recherche», «impôts et taxes» Postes comprenant une part importante de charges réparties à la valeur ajoutée Prix d une future DSP à prestations identiques comparable voire inférieur au prix régie (concurrence, restructuration des entreprises) 41

42 Inconvénients Avantages Comparaison régie / DSP Régie (directe ou avec marchés) - Maîtrise totale du service, de son organisation, de ses choix de gestion et de son prix, - But non lucratif, - Prix statistiquement moins élevé, - Réversibilité du choix du mode de gestion à tout moment. Affermage Transfert d une partie des risques sur l exploitation sur les plans : - technique, - juridique, - financier. Expertise des entreprises spécialisées. Contexte actuel de prix bas. - Mise en œuvre d un contrôle interne pour la permanence d une gestion efficace, - Nécessité d un contrôle de la Collectivité sur le(s) prestataire(s) pour les prestations externalisées, - Technicité de l exploitation, - Nécessité de gestion de la transition lors du changement de mode de gestion. - Asymétrie dans l information du service. La Collectivité est essentiellement tributaire des informations remises par le Délégataire, - Nécessité d un contrôle de la Collectivité sur l opérateur, - Engagement sur le long terme sur un mode de gestion. 42

43 Comparaison des prix sur la période Deux cas : Poursuite du contrat jusqu à son échéance contractuelle (31/12/2016) au niveau de prix actuel Résiliation unilatérale du contrat au 30/06/2014 (art.65) o Versement au délégataire de l indemnité contractuelle fixée à k en valeur de base (soit k au 1 er janvier 2012) o Versement au délégataire d une indemnité calculée pour tenir compte d une reprise importante de personnel et évaluée à k (valeur 2011) Indemnité représentant 60 % à 80 % d une année de recettes du service 43

44 Comparaison des prix sur la période Nécessité pour la régie de percevoir des recettes suffisantes dès sa création et maintenir un budget équilibré Hypothèses d évolution Assiette : augmentation du nombre d abonnés de 0,5 % par an et baisse des consommations unitaires de 0,5 % par an Part fermière : augmentation annuelle de 2,6 % par an (augmentation moyenne annuelle depuis le début du contrat) Evolution des charges de la régie : augmentation moyenne des charges de la régie de 2,3 % par an (personnel, énergie et produits de traitement, gestion clientèle, autres charges) 44

45 Comparaison des prix sur la période

46 Comparaison des prix sur la période Graphe précédent : indemnité de résiliation financée sur 3 ans Durée plus longue nécessaire pour éviter une augmentation du prix (sauf utilisation d excédents antérieurs du Syndicat) 46

47 Conclusion Aucun point de blocage identifié pour le choix du prochain mode de gestion Passage en régie implique une reprise importante du personnel o Définition du type de régie à mettre en place o Prix de la régie inférieur au prix actuel du service Poursuite de la gestion déléguée avec maintien de l affermage o Renfort des obligations contractuelles o Instauration d un véritable suivi du contrat o Baisse de prix qui dépendra de la concurrence assez vive en ce moment 47

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central

COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE. Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central AMO / 2013 / 201 COMPARATIF DES MODES DE CONSTRUCTION ET DE GESTION POUR UN ÉQUIPEMENT AQUATIQUE Syndicat Mixte pour le Pays du Doubs Central 04 Septembre 2014 MISSION H 2 O, 13 Rue Victor Hugo, 92240

Plus en détail

Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF

Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF Ville de Carpentras EXPERTISE DU CONTRAT DE DELEGATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT COLLECTIF la mission 2 le contexte Gestion du service public d assainissement collectif confiée à la SDEI dans

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHÉS PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES ASSISTANCE JURIDIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIÈRE EN VUE DU CHOIX ET DE LA MISE EN PLACE DU MODE DE GESTION DU SERVICE D ASSAINISSEMENT Cahier des Clauses Techniques

Plus en détail

Délégations de service public de l eau et de l assainissement

Délégations de service public de l eau et de l assainissement Communauté urbaine Marseille Provence Métropole Délégations de service public de l eau et de l assainissement Le contrôle des délégataires, gouvernance et transparence *1,2 million d habitants alimentés

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.

Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport. Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I. Eléments pour un choix du mode de gestion du service public de transport Synthèse de l étude menée par le cabinet Trans I.D et proposition Le contexte Une absence de concurrence «réelle» lors de la procédure

Plus en détail

ANR - Villes Durables Programme de recherche «Eau et 3E»

ANR - Villes Durables Programme de recherche «Eau et 3E» ANR - Villes Durables Programme de recherche «Eau et 3E» Synthèse et analyse sur la gestion patrimoniale des services d eau des grandes agglomérations Intervenants : Guillem Canneva (AgroParisTech), Guillaume

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR

Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Les modes de gestion à la disposition des collectivités Anne BELLAMY, AGIR Réunion du 13 mai 2011, de l Observatoire Régional des Transports de Midi-Pyrénées Plan de l intervention 1) Rappel des principes

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014

Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 Rapport 2015 sur le Prix et la Qualité du Service Distribution de l Eau potable En 2014 1 Sommaire Préambule :...4 1. Caractérisation technique du service :... 5 2 Présentation du territoire desservi :...

Plus en détail

L EXPERTISE DES COMPTES DES CONCESSIONS de SERVICES PUBLICS ET L EFFICACITE DE LEUR SUIVI

L EXPERTISE DES COMPTES DES CONCESSIONS de SERVICES PUBLICS ET L EFFICACITE DE LEUR SUIVI L EXPERTISE DES COMPTES DES CONCESSIONS de SERVICES PUBLICS ET L EFFICACITE DE LEUR SUIVI Thèmes proposés Rappel historique Les concessions et les autres modes d action public/privé Les caractéristiques

Plus en détail

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau Service de distribution de l eau à Rennes Stratégie de renouvellement du réseau David Clausse Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais Rencontres de l'eau en Loire Bretagne Gestion

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

LES MODES DE GESTION DES SERVICES PUBLICS LOCAUX

LES MODES DE GESTION DES SERVICES PUBLICS LOCAUX LES MODES DE GESTION DES SERVICES PUBLICS LOCAUX 1 Sommaire Cadre juridique général 3 Définition du service public local 4 Intérêt général local 5 Intérêt local et intercommunalités 6 Distinction Service

Plus en détail

MISE ENPLACE SAVE(SEBCS) D UNESOCIÉTÉPUBLIQUELOCALE AUSYNDICAT DESEAUXBAROUSSECOMMINGES. Communauté de l Eau Potable, le 01/12/2011

MISE ENPLACE SAVE(SEBCS) D UNESOCIÉTÉPUBLIQUELOCALE AUSYNDICAT DESEAUXBAROUSSECOMMINGES. Communauté de l Eau Potable, le 01/12/2011 MISE ENPLACE D UNESOCIÉTÉPUBLIQUELOCALE AUSYNDICAT DESEAUXBAROUSSECOMMINGES SAVE(SEBCS) Communauté de l Eau Potable, le 01/12/2011 MISE EN PLACE D UNE SOCIÉTÉPUBLIQUELOCALE AU SYNDICAT DES EAUX BAROUSSE

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588. 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 2013-1588 17 - Délégation de Service Public - Réseau de gaz de Besançon - Exercice 2012 M. l Adjoint CYPRIANI, Rapporteur : Les services publics délégués sont

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 Pôle Services Urbains CCSPL RM / VILLE du 01/12/2015 N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 PREAMBULE Les délégations de service public des parcs en ouvrage s inscrivent dans

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF COMPTE-RENDU ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE EXERCICE 2014

SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF COMPTE-RENDU ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE EXERCICE 2014 SERVICE DE L ASSAINISSEMENT COLLECTIF COMPTE-RENDU ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE EXERCICE 2014 Voici les principales informations et commentaires qui concernent le service de l assainissement

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

CHARENTE-MARITIME RESE REGIE D EXPLOITATION DES SERVICE D EAU DE LA CHARENTE MARITIME COMITE SYNDICAL DU 16 MAI 2014. www.rese.fr

CHARENTE-MARITIME RESE REGIE D EXPLOITATION DES SERVICE D EAU DE LA CHARENTE MARITIME COMITE SYNDICAL DU 16 MAI 2014. www.rese.fr CHARENTE-MARITIME RESE REGIE D EXPLOITATION DES SERVICE D EAU DE LA CHARENTE MARITIME COMITE SYNDICAL DU 16 MAI 2014 GESTION EN REGIE Quel choix Principales caractéristiques des 2 modes de Régie en autonomie

Plus en détail

ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES RURAUX MOTORISES

ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES RURAUX MOTORISES Ministère de l'hydraulique et de l Assainissement DIERCTION DE L EXPLOITATION ET DE LA MAINTENANCE ATELIER D INFORMATION DU SECTEUR PRIVE SUR DELEGATION DE LA MAINTENANCE ET DE LA PRODUCTION DES FORAGES

Plus en détail

Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge de jeunesse Adoption de principe

Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge de jeunesse Adoption de principe Communauté d Agglomération du Pays de Morlaix Conseil de Communauté du 02 mai 2005 Nom du Rapporteur : Monsieur Jean-René PERON N : D 05-082 Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge

Plus en détail

Les modes de gestion du service public de chauffage urbain. ALE LYON le 27 octobre 2009

Les modes de gestion du service public de chauffage urbain. ALE LYON le 27 octobre 2009 Les modes de gestion du service public de chauffage urbain ALE LYON le 27 octobre 2009 LA NOTION DE SERVICE PUBLIC DE CHAUFFAGE URBAIN «Le chauffage urbain consiste, à partir d'une ou de plusieurs centrales

Plus en détail

FORMATION INTERNE DÉPENSES IMPUTABLES

FORMATION INTERNE DÉPENSES IMPUTABLES La formation est dite «interne» lorsqu elle est conçue et réalisée par une entreprise pour son personnel, avec ses propres ressources en personnel et en logistique, son matériel, ses moyens pédagogiques.

Plus en détail

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS

RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS DOC. N 2 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RÉGIME INDEMNITAIRE DE LA VILLE DE DIGNE-LES-BAINS En vertu de la délibération n 11 du conseil municipal du 6 février 2014 1 SOMMAIRE Article 1 : objet 3_ Article 2 : bénéficiaires

Plus en détail

Ville de Reims CCSPL RM / VILLE du 16/12/2014 Pôle Services Urbains N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2013

Ville de Reims CCSPL RM / VILLE du 16/12/2014 Pôle Services Urbains N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2013 Ville de Reims CCSPL RM / VILLE du 16/12/2014 Pôle Services Urbains N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2013 Les délégations de service public des parcs en ouvrage s inscrivent

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Le financement des travaux sur les réseaux par les fonds de concours

Le financement des travaux sur les réseaux par les fonds de concours Le financement des travaux sur les réseaux par les fonds de concours Matinale Fonds de Concours 4 février 2015 PAGE 1 3.3 INTERVENANTS M. Philippe LAGALLE Vice-président du SDEC ENERGIE M. Marc LEVILLY

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Assainissement

Principales missions opérationnelles : Assainissement Mètres cubes produits par jour : 15 690 m3 Origine : eaux de surface (captage en ruisseaux et étangs) Mode de production : affermage Mode de distribution : affermage Mode d intervention : affermage + régie

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Syndicat Mixte Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Annexe 1: Fiche n 1c = La gestion de la plateforme

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX

MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Landes - juillet 2013 MODELE DE CONVENTION A TITRE ONEREUX CONVENTION DE PRESTATION DE SERVICES RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D ACTIVITES PERISCOLAIRES

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

P. BEAUJON Responsable Services Adm. Tel: 03 20 10 14 50 pieter.beaujon@electricite-loos.fr La Régie est une Entreprise Locale de Distribution Article L111-54 Code de l Energie Sont des «entreprises locales

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul

Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul Présentation de la Direction Assainissement de la Communauté d Agglomération de Vesoul Luc SOMLETTE Directeur Assainissement CAV Ex chef de service eau assainissement à la Ville de Vesoul Les points abordés

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

2010 (m3) 2011 (m3) Variation. 526 781 551 154 4,42% 2010 2011 Variation 286 549 312 591 8,33% 277 322 206 051-34,59% 275 500 205 501-34,06%

2010 (m3) 2011 (m3) Variation. 526 781 551 154 4,42% 2010 2011 Variation 286 549 312 591 8,33% 277 322 206 051-34,59% 275 500 205 501-34,06% Rapport Annuel sur le Prix et la Qualité des Services Publics de l'eau potable & de l'assainissement COMMUNE DE TOULOUGES L ' A r c h i p e l d e s 3 6 C o m m u n e s... Caractéristiques Techniques du

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes Domaine : La gestion des ressources des communes Pour réaliser leur plan de développement et promouvoir des investissements, les communes sont appelées à mobiliser leurs ressources financières, opérationaliser

Plus en détail

Syndicat Intercommunal de l Eau et de l Assainissement de la Moyenne Durance

Syndicat Intercommunal de l Eau et de l Assainissement de la Moyenne Durance Syndicat Intercommunal de l Eau et de l Assainissement de la Moyenne Durance Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service public de l assainissement collectif Exercice 2014 Commune de Château-Arnoux

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

L observatoire des services publics d eau et d assainissement

L observatoire des services publics d eau et d assainissement L observatoire des services publics d eau et d assainissement Tarification et Financement des investissements Zoom sur la gestion patrimoniale Maria Salvetti Février 2013 Prix de l eau l et de l assainissement

Plus en détail

Business Plan. Ex : «Montpellier Business Plan»

Business Plan. Ex : «Montpellier Business Plan» Business Plan Ex : «Montpellier Business Plan» 1 Objectifs Créer, Reprendre, Prendre une participation (active/passive), Suivre une entreprise Recherche de fonds : Prêts bancaires Partenariats financiers

Plus en détail

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 12981 DIGITECH Société anonyme au capital de 408 000 e. Siège social avenue Fernand Sardou, Z.A.C. de Saumaty, 13016 Marseille. B 384 617 031 R.C.S. Marseille. Passif 2003 Produits constatés d avance..............

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-1-04 N 117 du 23 JUILLET 2004 TVA. CHAMP D APPLICATION. TAUX. SYSTEMES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. RACCORDEMENT AUX SYSTEMES D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE LA COMMUNE ET LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DE L EAU

CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE LA COMMUNE ET LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DE L EAU CONVENTION DE DELEGATION DE GESTION DES POMPES A MOTRICITE HUMAINE (PMH) ENTRE LA COMMUNE ET LES ASSOCIATIONS DES USAGERS DE L EAU ENTRE D UNE PART, La Commune de..... Province de. Représentée par le Maire

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

JOURNEE TECHNIQUE «Coordination des réseaux de transports publics»

JOURNEE TECHNIQUE «Coordination des réseaux de transports publics» JOURNEE TECHNIQUE «Coordination des réseaux de transports publics» Déploiement des systèmes de billettique sur les réseaux de transport départementaux : le point de vue d un exploitant Lyon, le 27 janvier

Plus en détail

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!!

PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! PCG et IAS/IFRS : Les dépréciations, tout le monde en parle!!! Intervenants Eric DELESALLE Expert-comptable, Président de la Commission de droit comptable du Conseil Supérieur Hervé QUERE Chef de section

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 19 DECEMBRE 2014

CONSEIL MUNICIPAL DU 19 DECEMBRE 2014 CONSEIL MUNICIPAL DU 19 DECEMBRE 2014 - tarifs municipaux - tarifs eau - tarifs assainissement collectif - tarifs assainissement non collectif - tarifs contrôle branchement assainissement collectif eaux

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Acte constitutif DU DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE APPROUVÉ LE 18 DÉCEMBRE 2012 PAR LE COMITÉ D ADMINISTRATION DU SIGEIF 6 4

Plus en détail

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère de l Alimentation, de l

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

RAPPORTN 13.19 CP DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLEEDUCATION, SPORTET JEUNESSE. Direction : Unité Programmation des Collèges

RAPPORTN 13.19 CP DIRECTIONGENERALEDESSERVICES PÔLEEDUCATION, SPORTET JEUNESSE. Direction : Unité Programmation des Collèges RAPPORTN 13.19 CP CONTRATDE PARTENARIAT PUBLIC PRIVE RELATIF A LA CONCEPTION, LE FINANCEMENT, LA REALISATION, LA MAINTENANCEET L'EXPLOITATION DU COLLEGEPOMPIDOUA COURBEVOIE DIRECTIONGENERALEDESSERVICES

Plus en détail

APTITUDE PROFESSIONNELLE POUR L ORGANISATION ET LA VENTE DE VOYAGES ET DE SEJOURS (IPAV06)

APTITUDE PROFESSIONNELLE POUR L ORGANISATION ET LA VENTE DE VOYAGES ET DE SEJOURS (IPAV06) APTITUDE PROFESSIONNELLE POUR L ORGANISATION ET LA VENTE DE VOYAGES ET DE SEJOURS (IPAV06) PUBLIC & PREREQUIS - Tout public ne répondant pas à la condition d aptitude professionnelle requise pour l'immatriculation

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

6 Travaux en régie production de logiciel

6 Travaux en régie production de logiciel 6 Travaux en régie production de logiciel Quels textes de référence? Instruction M14 Tome 1 Annexe 25 Tome 2 Titre 3 Chapitre 3 Instruction M52 Tome 2 Annexe 52 Tome 2 Titre 3 Chapitre 3 Instruction M71

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5

RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 RESUME DES OBLIGATIONS... 2 SANCTIONS... 3 CONTEXTE REGLEMENTAIRE... 3 PRECISION... 5 Document réalisé en avril 2010 mise à jour février 2013 Sources : sites http://www.legifrance.gouv.fr/ http://carrefourlocal.senat.fr

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Yvon SAINTILAN, Expert-Comptable Cabinet SAINTILAN à Quéven 1. Définition : ou point

Plus en détail

Le prix de l eau dans les Hautes-Alpes 2012. Direction départementale des territoires des Hautes-Alpes. 3, place du Champsaur BP 98 05007 GAP Cedex

Le prix de l eau dans les Hautes-Alpes 2012. Direction départementale des territoires des Hautes-Alpes. 3, place du Champsaur BP 98 05007 GAP Cedex Le prix de l eau dans les Hautes-Alpes 2012 Direction départementale des territoires des Hautes-Alpes 3, place du Champsaur BP 98 05007 GAP Cedex www.hautes-alpes.equipement-agriculture.gouv.fr Base de

Plus en détail

LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE

LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE LA RENEGOCIATION DES CONTRATS ET LES ECONOMIES D ENERGIE C L U B D E S C O N S E I L S S Y N D I C A U X J E U D I 0 9 A V R I L 2 0 1 5 DES ECONOMIES A FAIRE 3 principaux contrats d entretien peuvent

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

ASSAINISSEMENT COLLECTIF QUEAUX

ASSAINISSEMENT COLLECTIF QUEAUX ASSAINISSEMENT COLLECTIF QUEAUX ETUDE FINANCIERE PROSPECTIVE HYPOTHESE: QUEAUX TRANSFERE SA COMPETENCE ASSAINISSEMENT COLLECTIF AU SIVEER HYPOTHESES RETENUES POUR L ETUDE Le projet d investissement comprend

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise

Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Les Journées Régionales de la Création et de la Reprise d Entreprise 11 et 12 octobre 2007 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Déterminer le seuil de rentabilité de votre entreprise Animé par : Philippe

Plus en détail

DOSSIER SUR LE PRIX DE L EAU POUR LES USAGERS DE VERNEUIL-SUR-SEINE ET DE VERNOUILLET. Sommaire :

DOSSIER SUR LE PRIX DE L EAU POUR LES USAGERS DE VERNEUIL-SUR-SEINE ET DE VERNOUILLET. Sommaire : DOSSIER SUR LE PRIX DE L EAU POUR LES USAGERS DE VERNEUIL-SUR-SEINE ET DE VERNOUILLET Sommaire : Le coût de la production et distribution de l eau potable..p.2 Le coût de la collecte et du traitement des

Plus en détail

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013

SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013 SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE ANNEE 2013 1 1. PRESENTATION DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ET EVOLUTION DE SON MODE DE GESTION

Plus en détail

Groupement Collectivités Conseils Cabinet Bourgois SCP Sartorio. Réunion du comité de pilotage du 26 septembre 2012

Groupement Collectivités Conseils Cabinet Bourgois SCP Sartorio. Réunion du comité de pilotage du 26 septembre 2012 ETUDE COMPARATIVE DES MODES D EXPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE DU SMPBR ET DE LA VILLE DE RENNES ET ASSISTANCE A LA MISE EN ŒUVRE DU SCENARIO RETENU Groupement Collectivités Conseils Cabinet Bourgois

Plus en détail

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Comité technique du 23 avril 2015 Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Références : décret no 2010-619 du 7 juin 2010

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS)

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Fiche actualisée le 27/02/2015 Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Définition Une convention collective est un accord conclu entre un employeur ou un groupement d employeurs,

Plus en détail

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature.

2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. Direction des Finances Direction de l Urbanisme 2013 DF 86 DU 305 Parc des Expositions de la Porte de Versailles (15è) Résiliation anticipée de la convention. Autorisation Signature. PROJET DE DÉLIBÉRATION

Plus en détail

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS

PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS PROPOSITION DE PROGRESSION - BACCALAUREAT PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE EN 3 ANS 1 ère ANNEE (30 semaines + 4 semaines de stage) POLE 1 COMPTABILITE ET DES L ENTREPRISE. Notions générales sur l. Les principes

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

DÉPARTEMENT DU VAL D OISE

DÉPARTEMENT DU VAL D OISE DÉPARTEMENT DU VAL D OISE MAINTENANCE PREVENTIVE ET CURATIVE DE L ECLAIRAGE PUBLIC ILLUMINATIONS DE FIN D ANNEE INSTALLATIONS SPORTIVES MATS D ECLAIRAGE DES STADES SIGNALISATION TRICOLORE SIGNALISATION

Plus en détail

Présentation du modèle des Mixtas en Espagne

Présentation du modèle des Mixtas en Espagne Présentation du modèle des Mixtas en Espagne EXEMPLE D AGUAS DE BARCELONA (AGBAR) Chaire EPPP Jeudi 5 décembre 2013 SOMMAIRE Introduction : les différentes formes de gestion des services publics en Espagne

Plus en détail

Les SIG et le développement durable de l eau et de l assainissement. l dans les villes

Les SIG et le développement durable de l eau et de l assainissement. l dans les villes Les SIG et le développement durable de l eau et de l assainissement l dans les villes Jean-Lucien Seligmann Int l utilities GIS consultant jlseligmann@cegetel.net 115 Rue Brancas - 92310 Sevres France

Plus en détail

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé

Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé Les partenariats public-privé (PPP) au service du développement régional Cadre juridique des PPP Béatrice MAJZA Avocat associé 1 1. Qu est-ce qu un PPP? 2. Principaux montages en PPP en droit français.

Plus en détail