Les complémentarités entre les nouvelles technologies, l'organisation du travail et les caractéristiques des salariés au sein des groupes de métiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les complémentarités entre les nouvelles technologies, l'organisation du travail et les caractéristiques des salariés au sein des groupes de métiers"

Transcription

1 Les complémentarités entre les nouvelles technologies, l'organisation du travail et les caractéristiques des salariés au sein des groupes de métiers Nathalie Greenan Centre d'etudes de l'emploi Emmanuelle Walkowiak IRIS, université Paris IX Dauphine 0

2 Résumé Cet article propose une étude empirique des liens entre qualifications, technologie et organisation s appuyant sur le volet «salariés» de l'enquête «Changements Organisationnels et l Informatisation» (C.O.I.). Nous montrons que l'usage cumulé des technologies de l'information et la communication (TIC), tout comme un usage complexe des machines automatiques sont corrélés positivement à la qualification des salariés. Nous observons également que les caractéristiques informationnelles et productives du poste de travail couramment attribuées aux nouvelles formes d'organisation correspondent, comme l usage de nouvelles technologies, aux positions dominantes dans la division verticale du travail. Nous explorons ensuite les liens entre technologie et organisation, conditionnellement à cinq groupes de métiers (cadres, professions intermédiaires, employés, ouvriers qualifiés et ouvriers non qualifiés). Nous vérifions l existence de corrélations entre l'organisation du travail et les usages des technologies, qui concernent à la fois les cinq catégories de métiers et les différents types de technologies considérées. Enfin, l introduction de variables socioorganisationnelles dans nos régressions permet de vérifier si les liens identifiés sont des effets propres aux technologies ou s ils proviennent des caractéristiques sociales des utilisateurs ou de caractéristiques des organisations dans lesquelles ils s insèrent. Abstract This paper proposes an empirical study of the relationships between skills, technology and organization using the labor force section of the survey on organizational change and computerization (C.O.I.) conducted in We show that the cumulated uses of Information and Communication Technologies (ICT), like the complex use of automated machines are positively correlated to the skill of employees. We also observe that the informational and productive characteristics of work posts currently attributed to new organizational practices correspond, like the use of new technologies, to dominant positions in the vertical division of labor. We then investigate the relationships between technology and organization, conditionally to five groups of occupations (executives, middle management, clerks, skilled blue collars, unskilled blue collars). We verify the existence of correlations between work organization and technology use that are common to the five groups of occupation and to the different types of technologies considered. At last, the introduction of socio-organizational variables in our regressions allow to check whether the identified relationships come from technology itself or if they result from the social characteristics of users or to the characteristics of the organizations they belong to. Key words : Technology ICT - Labor Organization Skill. JEL classification: J24 L23 L60 O33. 1

3 Introduction Dans les deux dernières décennies, les entreprises industrielles ont connu à la fois des réorganisations importantes et une diffusion massive des Technologies de l Information et de la Communication. Les transformations dans le travail qui en découlent sont décrites sous différents aspects par les économistes : décentralisation de l'autorité, accroissement de l'autonomie des travailleurs, intégration des tâches, valorisation du travail collectif par le biais du travail en groupe, d'équipes de résolution de problèmes etc. Globalement, la logique de travail, moins hiérarchique, deviendrait plus horizontale. Mais les travaux des sociologues (Gollac et Kramarz (2000), Cezard, Gollac et Rougerie (2000)) nous indiquent aussi que la logique de sélection des travailleurs et d'attribution des technologies informatiques est et reste verticale. Comment ces deux mouvements peuvent-ils se concilier au sein des entreprises? Dans ce travail, nous explorons les corrélations entre l usage des technologies modernes et l'organisation du poste de travail, au sein de cinq groupes de métiers 1 (cadres, professions intermédiaires, employés, ouvriers qualifiés, ouvriers non qualifiés). Les corrélations significatives que nous observons peuvent être un signe de complémentarité entre dimensions de la technologie et de l organisation au sens que Milgrom et Roberts (1990) ont donné à ce terme, c est à dire de lien résultant d une coordination entre choix technologiques et choix organisationnels. Nous vérifions ensuite si la forme de la relation identifiée entre technologie et organisation au niveau des postes de travail persiste suite à l'introduction de variables de contrôle mesurant le capital humain et social du salarié et de variables décrivant l entreprise. Ces tests sont conduits sur un échantillon de 4421 salariés stables (ayant au moins un an d ancienneté) rattachés à des entreprises manufacturières de plus de 50 salariés issu de du dispositif d enquêtes couplées employeur/employés sur les «Changements Organisationnels et l Informatisation» (C.O.I.) réalisée en 1997 par la DARES (volet «salariés»), les SESSI et le SCEES (volet «entreprises»). Les résultats des études empiriques réalisés par les économistes à partir de données d entreprises ou d établissements sur les liens technologie / organisation / qualification sont 1 Gollac (1989a), définit la qualification comme l'intermédiaire entre le travail considéré comme rapport privé entre employeur et salariés et le travail considéré comme rapport marchand. Le métier, selon lui, permet de lier l'activité du salarié à son identité sociale. Qualifications et métiers correspondent à la dimension «objectivable» du travail. Dans notre travail, comme les grilles de classifications de l'insee matérialisent cette dimension, nos sous-échantillons peuvent être considérés comme des sous-échantillons de métiers agrégés ou de qualifications agrégées. Nous utiliserons les termes qualifications, métiers ou groupes de PCS comme des synonymes. 2

4 contrastés (Bresnahan, Brynjolfsson et Hitt (2002); Caroli et Van Reenen (2001) ; Coutrot (2000) ; Greenan (1996, 2002)). Notre étude est complémentaire à ces travaux puisqu elle mobilise des mesures issues de déclarations de salariés plutôt que de représentants d entreprises. Notre contribution consiste à étudier en détail la relation entre technologie et organisation pour répondre aux questions suivantes : (1) La forme de la relation entre technologie et organisation est-elle uniforme pour les différents groupes de métiers? (2) Existe-t-il une rupture dans le lien entre technologie et organisation du travail selon que l on considère les TIC ou les machines automatiques? (3) Quelles sont les dimensions de l'organisation du travail associées à l'usage des nouvelles technologies? (4) Les corrélations entre technologie et organisation du travail sont-elles façonnées par le capital humain et le capital social des salariés et/ou par les caractéristiques de l'entreprise qui l'emploie? Dans une première section, nous proposons une revue des travaux théoriques et empiriques sur les liens entre qualifications, technologie et organisation puis nous présentons les données utilisées et les mesures de la technologie et de l organisation que nous avons retenues. Nous montrons que ces indicateurs sont corrélés à la qualification. Dans une seconde section nous explorons les liens entre technologie et organisation au sein des cinq groupes de métiers en introduisant des variables de contrôle socio-organisationnelles. Nous cherchons à cerner comment la logique verticale à l œuvre dans la sélection des utilisateurs de technologie se conjugue à la logique horizontale qui anime, selon la littérature théorique, la coordination des choix technologiques et organisationnels des entreprises. 1- Le cadre d'analyse des relations entre technologie, qualification et organisation 1-1- Les concepts de biais technologiques et de complémentarité ont évolué au cours du temps Les économistes se sont essentiellement intéressés aux liens entre la technologie et les qualifications pour lesquels ils ont développé deux concepts : le biais technologique et la complémentarité. La théorie du biais technologique décrit le progrès technique comme un choc exogène qui, s il n est pas neutre, déforme la combinaison productive, et donc le rapport des productivités des facteurs, changeant ainsi la demande relative de facteurs. La complémentarité, quant à elle, est une propriété de la fonction de production. Deux facteurs sont complémentaires lorsque la baisse du prix de l'un génère l'augmentation de l'utilisation de l'autre. Du point de vue économétrique, il peut être difficile de distinguer les effets provenant 3

5 d'un biais technologique de ceux d'une complémentarité, dès lors qu'un facteur ou son coût sont mal mesurés. Le concept de biais technologique envisage les relations entre capital et travail. Comme le montrent Bouabdallah, Greenan, Villeval (1999), des années trente à la fin des années cinquante, les économistes de la croissance ont successivement envisagé l hypothèse d un biais en faveur du capital puis celle d une neutralité du progrès technique. Ce n'est que dans les années quatre vingt-dix que les économistes du travail étudiant les inégalités d'accès à l'emploi et les différences salariales parlent d'un biais technologique affectant la structure des emplois. La diffusion des TIC génèrerait une déformation des demandes relatives de travail source d un biais en faveur de la main d œuvre la plus qualifiée. Empiriquement, on s attend donc à trouver une corrélation positive entre usage de nouvelle technologie et niveau de qualification. Ce lien entre diffusion des technologies et qualification a également fait l'objet d un débat en sociologie au cours des années soixante-dix autour des thèses de la déqualification et de la requalification. Un progrès technique déqualifiant générerait une hausse de la demande relative de travail non qualifié, alors qu un progrès technique qualifiant engendrerait une hausse de la demande relative de travail qualifié, tout comme dans le cas d'un biais technologique en faveur des plus qualifiés. A la fin des années soixante Griliches (1969) observe que malgré la hausse de l'offre de main d'œuvre qualifiée, sa rémunération se maintient, avec pour conséquence une hausse de la part des qualifiés dans les coûts totaux. Pour l expliquer, Griliches développe l idée d une complémentarité entre capital et main d œuvre qualifiée qu il propose d identifier empiriquement au travers de l estimation d élasticités de substitution partielles. La baisse du coût du capital augmenterait la demande de travail qualifié car les deux facteurs sont complémentaires. Plusieurs études empiriques ont montré que capital et travail qualifié sont complémentaires et substituables au travail non qualifié. La montée des inégalités entre travailleurs de différentes qualifications pourrait donc aussi bien s'expliquer par un choc sur les productivités relatives (biais technologique) que par la baisse du prix des TIC (complémentarité). La question de l'organisation a longtemps été négligée par les économistes, davantage axés sur la technique. En socio-économie, durant les années soixante, la réflexion sur le 4

6 déterminisme technique, selon lequel la technique imposerait une certaine forme de division du travail, reflète la nature indissociable de la technologie et de l'organisation. Chez les économistes français, la réflexion sur le paradoxe de productivité 2, a conduit à s intéresser au rôle de l organisation. L'ouvrage interdisciplinaire dirigé par Foray et Mairesse (1999), qui présente un bilan critique des travaux sur les relations entre informatisation et performance, montre que les TIC jouent un rôle médiateur dans la performance mais que les potentialités de ces technologies peuvent être freinées par l'inertie de l'organisation. C est de cette réflexion qu est née l enquête «Changements Organisationnels et Informatisation» (C.O.I.). Cette idée alimente aussi aux Etats-Unis les travaux de Milgrom et Roberts (1990). Ils proposent d augmenter la fonction de production traditionnelle d un ensemble de choix discrets réunis sous le terme de fonction de «design organisationnel». Les choix de quantités de facteurs, ainsi que les choix de type d équipement ou de pratiques organisationnelles peuvent être guidées par l existence de complémentarités productives sources de rendements croissants. Ainsi, selon ces auteurs, la baisse du prix de TIC a entraîné une augmentation de la demande d'équipements informatiques que les entreprises ont coordonnée à des choix spécifiques de pratiques organisationnelles qui auraient à la fois augmenté la demande de travail qualifié et la productivité. C est cette séquence de choix qui fonde le modèle de «modern manufacturing» ou d excellence industrielle. Cette vision de la complémentarité est différente de celle qui s appuie sur des mesures d élasticité de substitution entre facteurs mais elle reste déterministe puisque c'est le progrès technique (et plus précisément la baisse du prix des TIC) qui initie le changement organisationnel. Par ailleurs, il n existe pas de méthode permettant de mesurer de manière satisfaisante les complémentarités productives (Athey et Stern, 1998) L'ensemble des questions soulevées par les travaux empiriques En s'appuyant sur ces travaux, certains économistes qui testent les relations entre changement technologique, changement organisationnel et demande de qualification au niveau de la firme, utilisent le terme de «biais organisationnel», pour indiquer que la hausse de la demande de travail qualifié ne vient pas uniquement de la diffusion de TIC mais qu elle est aussi liée aux 2 Le paradoxe de productivité caractérise la situation d'adoption massive de technologies, avec une stagnation de la productivité. 5

7 nouvelles pratiques organisationnelles développées par les entreprises. Mais ces études empiriques, cherchent plutôt à mesurer des complémentarités productives. Bien que peu nombreuses, elles mènent à des résultats contrastés. Bresnahan, Brynjolfsson et Hitt (2002) obtiennent de fortes corrélations significatives entre l'usage des TIC, l'usage de nouveaux dispositifs organisationnels et différents indicateurs de qualifications aux Etats-Unis. Caroli et Van Reenen (2001) montrent que les changements techniques et organisationnels mènent à une baisse de la demande de travail peu qualifié mais ils ne trouvent qu'une faible complémentarité entre changement technique et organisationnel, pour la France et l'angleterre. Coutrot (2000a et b) trouve qu'en France, la structure des qualifications des firmes est plus sensible à la diffusion des TIC qu à l innovation organisationnelle. Mais les indicateurs de structure des qualifications qu il utilise viennent des déclarations qualitatives des employeurs plutôt que d une classification quantitative de la main d'œuvre en catégories précises. Greenan (1996, 2002) montre qu en France il existe une complémentarité entre technologie et organisation et que c est surtout l organisation qui transforme la structure des qualifications. Ces résultats soulèvent plusieurs interrogations. Tout d'abord, si qualifications, technologie et organisation semblent reliées, la forme de ces liens n'est pas tranchée. En particulier, si la qualification est à la fois corrélée à la technologie et l'organisation, nous pouvons nous demander si la complémentarité entre technologie et organisation ne dépend pas du type de qualification considéré. Autrement dit, les corrélations entre technologie et organisation peuvent-elles être différentes selon la qualification considérée? La deuxième interrogation porte sur la mesure des technologies. L'ensemble de ces travaux se concentre essentiellement sur les effets de l'informatisation, à l'exception de Greenan (1996, 2002) qui étudie les technologies de production avancées. Les technologies informatiques et les technologies de fabrication avancées entretiennent-elles des liens identiques ou différents avec l'organisation du travail? La troisième interrogation correspond également à un problème de mesure, mais cette fois ci de l'organisation. Caroli et Van Reenen (2001) mesurent le changement organisationnel par la baisse du nombre de niveaux hiérarchiques. Pour eux, il n'existerait qu une complémentarité faible entre la décentralisation de l'autorité et l'usage des technologies informatiques. Dans les autres études, les indicateurs utilisés d'organisation sont synthétiques et rendent compte de la mise en place d'une logique de travail plus «horizontale» s appuyant sur la décentralisation 6

8 de l'autorité, l'intégration des tâches, le travail en groupe etc. Bresnahan, Brynjolfsson et Hitt tout comme Greenan, trouvent une complémentarité entre la combinaison de ces dispositifs organisationnels et l'usage des nouvelles technologies. Ces différences de résultats ne traduisent-ils pas la sensibilité de la relation de complémentarité mesurée à la dimension de l organisation considérée? La quatrième remarque correspond au type des données utilisées. L'ensemble de ces études utilise des informations recueillies auprès des entreprises et qui traduisent le discours de leurs dirigeants. Il nous semble intéressant de confronter leurs résultats à des résultats obtenus à partir de déclarations de salariés qui traduisent la façon dont les changements technologiques et organisationnels affectent le profil des postes de travail. A notre connaissance, les économistes, contrairement aux sociologues, ne s appuient pas sur ce type de données. Lorsqu ils veulent étudier plus finement certains mécanismes, ils s adressent plutôt au terrain. Ainsi, Shaw (2002), à partir de l'étude de 84 usines de l'industrie sidérurgique montre que les politiques de gestion de ressources humaines innovantes sont complémentaires à l usage de nouveaux équipements informatiques, et que c est la combinaison des deux qui modifie les besoins de main d'œuvre. Un apport important de cette étude est d'identifier les nouvelles compétences demandées par les entreprises innovantes de l industrie sidérurgique : ce sont des compétences interpersonnelles (capacité à communiquer, à négocier, à s entendre avec les autres) qui ne sont que partiellement acquises par l éducation secondaire et la formation professionnelle. Ces résultats sont proches des conclusions statistiques de la sociologie du travail. A partir d une enquête auprès des salariés, Gollac (1989a), montre que la distinction entre travailleur d'exécution et travailleur d'encadrement est une dimension 3 centrale de l organisation du travail que reflète la qualification. Elle est intimement liée à l'autonomie et au réseau de communication du salarié. Cette importance des réseaux de communication dans la structuration des postes de travail fait écho aux travaux sur le capital social, relativement abondants en sociologie des réseaux sociaux, et qui commencent à se développer en économie (Sobel (2002)). 3 Cette différenciation des catégories de travailleurs est presque aussi forte que celle engendrée par le salaire. La deuxième dimension de l organisation du travail distinguée par Gollac recoupe la distinction entre ouvrier artisanal et ouvrier industriel liée au degré d'industrialisation de l'activité. Ce travail montre donc les liens étroits qui unissent caractéristiques organisationnels du poste de travail et qualification. Dès lors, il n est pas étonnant que les changements organisationnels vienne bousculer la qualification et brouiller ce qui la fonde. 7

9 Autrement dit, lorsque l'on envisage la relation entre technologie et qualification, on regroupe sous le terme de qualification non seulement le capital humain mesuré par le diplôme, mais aussi le capital social du salarié envisagé comme son réseau de relation. Dans ces termes, l'étude de Shaw (2002) montre que la sélection dans les entreprises innovantes de l'industrie sidérurgique se fait sur le capital social. D'un point de vue statistique, l'organisation du travail devrait être corrélée davantage au capital social qu'au capital humain des salariés. En ce qui concerne la relation entre technologie et qualification, Gollac (1989b) montre que l'ordinateur matérialise la division verticale du travail. Et en dépit de la massification de l'accès à l'informatique, il ne semble pas qu une démocratisation s amorce puisque sa diffusion des générations les plus avancées d ordinateurs reste très sélective et se fait à la manière d'un bien culturel (Gollac et Kramarz (2000) ; Cezard, Gollac et Rougerie (2000)). Tout comme la place dans l'organisation du travail, l usage des nouvelles technologies est corrélée non seulement au capital humain, mais aussi aux capital social des salariés. Nous pouvons alors nous demander si le capital humain et le capital social jouent également un rôle sur le lien entre organisation et technologie. Notre travail empirique cherche à répondre à nos quatre questions sur les relations de complémentarité entre qualification, technologie et organisation en mobilisant l enquête C.O.I. qui couvre les industries agricoles et alimentaires, le secteur industriel, la branche des experts comptables et la branche du commerce de bricolage. Après avoir sélectionné les entreprises dans les fichiers des Enquêtes Annuelles d'entreprise (EAE), le Service des Statistiques Industrielles (SESSI), le Service Central des Enquêtes et Etudes Statistiques du Ministère de l'agriculture (SCEES) et l'insee ont constitué le volet «entreprises» en interrogeant des dirigeants sur l organisation et l informatisation de leurs entreprises. Des salariés ont ensuite été sélectionnés de manière aléatoire au sein de chaque entreprise dans le fichier des Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS) de Ce volet «salariés», a été réalisé par l INSEE pour le compte de la DARES, auprès d environ 9000 salariés (tous secteurs confondus). Dans cette étude, nous utilisons la partie concernant les salariés du secteur industriel (IAA comprises). Il s agit de salariés rattachés à des entreprises de plus de 50 salariés et ayant au moins un an d'ancienneté. Ils ont été interrogés sur les caractéristiques de leur poste de travail en termes de marge d'initiative, de communication, de rythme de travail et d'usage des nouvelles technologies. Afin de conserver l'information relative à la politique poursuivie par l entreprise, nous avons apparié le volet «salariés» au volet «entreprises» de l'enquête, conduisant à un échantillon de 4421 salariés répondants. 8

10 1-3- Les mesures des technologies et de l'organisation du travail et de leur corrélation avec la qualification Les indicateurs d'usage des technologies construits rendent compte de la coexistence de plusieurs technologies sur un même poste de travail Nous avons construit deux indicateurs synthétiques de diversité d usage des technologies. Le premier concerne les TIC, l autre les machines automatiques. Les différentes technologies constitutives de nos indicateurs correspondent à trois phases différentes d un processus parfois décrit comme une algorithmisation des entreprises (Benghozi et Cohendet (1999)). Chacune de ces générations se caractérise par la spécificité de l'objet informatisé ou automatisé, un système technique particulier et des liens spécifiques entre informatique et organisation reflétés par l'interface de la technologie avec l'utilisateur (Caby et al (1999)). La première phase (tableau 1) est l automatisation des taches spécifiques qui vise à acquérir des gains de productivité. Elle s'est appliquée, dans les années 60, aux processus administratifs, puis, dans les années 70, aux processus industriels. Cette automatisation des taches spécifiques s appuie sur deux générations technologiques : une informatique lourde et centralisée (et donc l usage de terminaux), et le développement de la robotique et de la productique. L'interface machine / utilisateur est définie par les spécialistes, puisque les programmes sont spécifiques et le langage est spécialisé. La deuxième phase est l informatisation qui vise des gains de réactivité. Dans les années 80, l adoption de micro-ordinateurs et des matériels de bureautique (fax et minitel), contribuent à poursuivre ce mouvement : à l automatisation des processus s ajoute une automatisation locale des taches, des routines et des savoir-faire. Cette nouvelle vague technologique évite les rigidités et les blocages générés par une architecture centralisée (notamment les blocages de la production suite à une panne), le système informatique est structuré autour d un réseau de micro-ordinateurs. L'informatique répartie permet un accès direct de l'utilisateur aux ressources informatiques. Les années 90, marquées par la convergence des télécommunication, de l électronique, de l audiovisuel et de l informatique, caractérisent la troisième phase : le développement des technologies de communication. On peut la considérer comme une phase d automatisation des échanges. L'objet informatisé est alors la mise en relation des tâches et des savoirs. Ce sont d abord les échanges internes à l entreprise qui sont concernés avec le développement de 9

11 réseaux locaux (développement de l intranet et de l échange de données informatisées), puis dans les années 2000, les échanges externes avec l explosion de l Internet, et le développement de technologies mobiles (ordinateurs et téléphones portables). [Insérer tableau 1] Dans l entreprise, toutes ces technologies coexistent, puisqu'elles s accumulent par strates successives. Il y a d ailleurs de fortes corrélations dans l usage de ces technologies. Nous avons donc construit des indicateurs de cumul d usages des technologies mesurant à la fois l existence d une utilisation et sa diversité ou complexité 4. Pour les TIC, la variable synthétique NBOI est égale à la somme de l'usage de micro-ordinateurs, terminaux, intranet, Internet, échange de données informatisées, fax, minitels, téléphones portables (ou tatoo ou bip), ordinateurs portables. Pour les machines automatiques (NBMO), nous additionnons les différentes fonctions possibles qu'elles remplissent : l usinage, le formage, le laminage et les autres transformations de la matière ; l assemblage-montage-soudage ; la peinture-les traitements de surface ; les mélanges, cuisson et autres transformations chimiques de la matière ; les épreuves, tests et contrôles ; le conditionnement et l emballage ; la manutention et le stockage ; l imprimerie et la reprographie ; le découpage, le blanchissage, la couture et la confection. L'annexe 1 donne le détail de la construction de ces variables ainsi que celle des autres variables (durée d'usage, ancienneté d'utilisation, utilisation par le passé pour les nonutilisateurs) que nous utilisons pour caractériser l'usage des technologies. Munis de ces indicateurs, nous analysons la répartition de la diversité d usage des TIC et des machines automatiques au sein des groupes de PCS, afin de déterminer si les usages sont corrélés à la qualification. La diversité d'usage des technologies et la qualification sont corrélés pour les TIC comme pour les machines automatiques Aujourd'hui, 85% des salariés stables de l'industrie (IAA incluses) utilisent au moins un équipement technique (industriel ou bureautique) dans le cadre de leur travail. Les salariés exclus de l'usage de ces technologies sont en quasi-totalité des ouvriers (97%) : ce sont principalement des ouvriers qualifiés et non qualifiés de l'industrie agroalimentaire et de l'industrie chimique. Ressortent également les ouvriers non qualifiés de l'industrie de 4 Cet indicateur peut également s interpréter comme l intensité d usage des technologies. 10

12 fabrication textile et les ouvriers qualifiés de type artisanal. Les autres non-utilisateurs de technologie sont des agents de maîtrise (3%). Lorsque l'on exclut le fax, le minitel et le téléphone portable des technologies étudiées, 79% des salariés utilisent une technologie. Le tableau 2 donne le pourcentage des non-utilisateurs de l'informatique (terminal et micro-ordinateurs), de machines automatiques, et de ceux qui n'utilisent ni l'une ni l'autre de ces technologies. 32% des ouvriers n'utilisent ni l'informatique, ni de machines automatiques contre près de 12% des professions intermédiaires. Chez les cadres et les employés, ne pas utiliser l'informatique est très rare (moins de 8% des cas) 5. Les catégories exclues de l usage des TIC risquent de faire face à des difficultés d insertion sur le marché du travail. [Insérer tableau 2] La distribution du nombre de TIC utilisées pour les cinq groupes de PCS est représentée dans le graphique 1. Cette distribution est gaussienne sauf pour les ouvriers, avec un mode de 5 pour les cadres et les employés, et de 4 pour les professions intermédiaires. Les cadres constituent la catégorie qui cumule le plus de technologies. Pour les ouvriers, en revanche, la courbe a une asymétrie à gauche qui indique que la majeure partie d'entre eux n'a pas accès à ces technologies : 53 % des ouvriers qualifiés et 76 % des ouvriers non qualifiés n'utilisent aucun matériel informatique ou de télécommunication. [Insérer graphique 1] Le tableau 3 complète l'information sur l'usage des technologies en donnant le nombre moyen de technologies utilisées (NBOI et NBMO), et respectivement pour l informatique et les machines automatiques, l'ancienneté moyenne d'usage (resp. INFOAGE et MACAGE, en nombre d années), la durée moyenne d'utilisation (resp. DURINF et DURMAC, en heures par jour), et l utilisation par le passé pour les non utilisateurs (resp. USEAVT et MACAVT qui prennent la modalité 1 si le salarié a utilisé auparavant la technologie, 0sinon). La dernière colonne du tableau (USE2) indique l utilisation simultanée des deux types de technologies. 5 Dans les tableaux, les employés sont mis après les cadres, en raison de la nature du travail que réalisent ces deux catégories par rapport aux métiers de production directe de l industrie. Les employés de ce secteur sont dans une situation particulière par rapport à ceux du tertiaire. Il serait intéressant de comparer le travail des employés du tertiaire avec celui des ouvriers du secondaire. 11

Informatique, organisation du travail et interactions sociales

Informatique, organisation du travail et interactions sociales TRAVAIL-EMPLOI Informatique, organisation du travail et interactions sociales Nathalie Greenan et Emmanuelle Walkowiak* Les liens de complémentarité entre usage de l informatique et pratiques organisationnelles

Plus en détail

DU TRAVAIL AIL ET INTERACTIONS SOCIALES

DU TRAVAIL AIL ET INTERACTIONS SOCIALES DOCUMENT DE TRAVAIL INFORMATIQUE, ORGANISATION DU TRAVAIL AIL ET INTERACTIONS SOCIALES NATHALIE.GREENAN EMMANUELLE.WALKOWIAK N 31 mai 2004 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme

L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme IREDU-CNRS Ministère de la Culture et de la Communication Délégation aux Arts plastiques Magali Danner Gilles Galodé L'insertion professionnelle des diplômés DNSEP 2003 trois ans après le diplôme Enquête

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi

TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi TIC et conditions de travail dans la fonction publique. Salima Benhamou Département Travail et emploi www.strategie.gouv.fr 7 février 2014, Direction Générale de l administration et de la Fonction Publique.

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

q u estions santé d économie de la résultats Repères

q u estions santé d économie de la résultats Repères Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Fin 2003, l Irdes a mené une enquête sur la protection sociale complémentaire d entreprise (PSCE) auprès

Plus en détail

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres

LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres Février 2010 - N 008 LES PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION DES ENTREPRISES EN 2007 : des formules hybrides tant pour les cadres que pour les non-cadres En 2007, 86 % des entreprises de 10 salariés ou plus des

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

REMPLISSAGE DE L'ENQUÊTE SUR LA STRUCTURE ET LA RÉPARTITION DES SALAIRES AU MOYEN DU FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE

REMPLISSAGE DE L'ENQUÊTE SUR LA STRUCTURE ET LA RÉPARTITION DES SALAIRES AU MOYEN DU FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE Direction générale Statistique REMPLISSAGE DE L'ENQUÊTE SUR LA STRUCTURE ET LA RÉPARTITION DES SALAIRES AU MOYEN DU FORMULAIRE ÉLECTRONIQUE Année de référence 2014 1.0. L information reprise dans ce manuel

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers

Les mutuelles de santé en 1999 : une typologie qui reflète des différences de résultats économiques et financiers 542 mutuelles de santé ont été étudiées à partir des caractéristiques de leur activité et de leur situation économique et financière en 1999. Elles représentent près de 90 % de l'activité mutualiste française

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS

COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS 1 sur 9 COMMENT MAITRISER LA GESTION DES APPROVISIONNEMENTS ET DES STOCKS DE MEDICAMENTS (L'article intégral est paru dans Gestions Hospitalières n 357 de juin-juillet 1996) Pour plus d'informations concernant

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants

Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants [ Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants U N E É T U D E E N F R A N C E E T D A N S L E M O N D E U N E É T U D E E N F R A N C E E T D A N S L E M O N D E sommaire Page 2 3 3 3 4

Plus en détail

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service Un rapport Thought Leadership Paper élaboré par Forrester Consulting à la demande de Lexmark. Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses Décembre 2012 N 093 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Salaires conventionnels et salaires effectifs : une corrélation variable selon

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

Quelles sont les entreprises qui ont recours au commerce électronique?

Quelles sont les entreprises qui ont recours au commerce électronique? Nicolas POUSSING Anne-Sophie GENEVOIS octobre 2003 Quelles sont les entreprises qui ont recours au commerce électronique? Dans le cadre du projet «eeurope 2002», une enquête communautaire intitulée «E-commerce

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Management des organisations» Spécialité

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS

ENQUETE. ANALYSE des RESULTATS ENQUETE La Gestion de la Retraite dans le Cadre de la Mobilité Internationale Dans le cadre du 19 ème Salon de la Mobilité Internationale AVENIR EXPAT Etude réalisée par la Direction Internationale de

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales

Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales Des rémunérations plus complexes : un défi pour les négociations salariales Nicolas Castel, Noélie Delahaie, Héloïse Petit To cite this version: Nicolas Castel, Noélie Delahaie, Héloïse Petit. Des rémunérations

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données

Chapitre 10. Architectures des systèmes de gestion de bases de données Chapitre 10 Architectures des systèmes de gestion de bases de données Introduction Les technologies des dernières années ont amené la notion d environnement distribué (dispersions des données). Pour reliér

Plus en détail

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE A. du 1-7- 2002. JO du 10-7-2002 NOR : MENE0201542A RLR : 524-5 MEN - DESCO A4 Vu code de l'éducation, not. art. L. 311-1

Plus en détail

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES

ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ET CONVENTIONS COLLECTIVES Fiche technique à destination des SIAE Août 2013 SOMMAIRE 1 2 3 4 5 Introduction Éclairages sur les conventions collectives Panorama des conventions

Plus en détail

Les métiers du secrétariat et de la bureautique

Les métiers du secrétariat et de la bureautique Les métiers du secrétariat et de la bureautique Présentation des métiers Alors que l'on avait annoncé la quasi-disparition des secrétaires, supplantées par les ordinateurs, elles bénéficient aujourd'hui

Plus en détail

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme

La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme La prise en charge du délai de carence des arrêts maladie en France: Déterminants et impact sur l absentéisme Catherine Pollak DREES Séminaire Arrêts de travail 20 mai 2014 5/21/2014 1 Introduction Contexte

Plus en détail

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE

L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE N 198 PETREIN Olivier L IMPACT DES N.T.I.C. DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES CADRES DE L INSTITUTION MILITAIRE Introduction L'emploi des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication

Plus en détail

Le rôle croissant de la mobilité au travail

Le rôle croissant de la mobilité au travail Un profil du choix de technologie personnalisée commandé par Cisco Systems Février 2012 Les initiatives liées à la mobilité des entreprises se développent Les employés sont de plus en plus mobiles et une

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

Leçon 10. Procédures d inventaire et valorisation des stocks

Leçon 10. Procédures d inventaire et valorisation des stocks CANEGE Leçon 10 Procédures d inventaire et valorisation des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender les différentes techniques de valorisation des stocks et

Plus en détail

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation

Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Les politiques de rémunération des entreprises : diversification, individualisation et segmentation Jocelyne Barreau, Delphine Brochard, LESSOR, Rennes 2 L exploitation de l enquête REPONSE que nous avons

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1

Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 Degré de confiance pour les indicateurs de performance : degré de fiabilité du processus de production et écart significatif 1 L utilisation des indicateurs de performance ne peut se faire de manière pertinente

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

Le progiciel de gestion intégré (PGI)

Le progiciel de gestion intégré (PGI) Le progiciel de gestion intégré (PGI) dans les programmes de la série STG et les référentiels des sections postbaccalauréats Le progiciel de gestion intégré (PGI) est l outil logiciel privilégié des différentes

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Directeurs, Directeurs adjoints et conseillers en sécurité financière. DSF assouplit ses exigences pour les produits SOLO

Directeurs, Directeurs adjoints et conseillers en sécurité financière. DSF assouplit ses exigences pour les produits SOLO DESTINATAIRE(S) : COPIE (S) À : OBJET : Directeurs, Directeurs adjoints et conseillers en sécurité financière Coordonnatrices à l'administration DSF assouplit ses exigences pour les produits SOLO EXPÉDITEUR

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/09/102 DÉLIBÉRATION N 09/055 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident?

Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Les conducteurs automobiles évaluent-ils correctement leur risque de commettre un accident? Nathalie LEPINE GREMAQ, Université de Toulouse1, 31042 Toulouse, France GRAPE, Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

1 L adéquation des systèmes d information actuels

1 L adéquation des systèmes d information actuels 1 L adéquation des systèmes d information actuels 1.1 Le contexte de la question 1.1.1 La tendance à l omniprésence informatique LG : Les «objets communicants» vont générer énormément d informations de

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail