Les assurances de dommages au Québec et Internet : Enquête auprès des assureurs en IARD PAR MELANIE KABLA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les assurances de dommages au Québec et Internet : Enquête auprès des assureurs en IARD PAR MELANIE KABLA"

Transcription

1 Les assurances de dommages au Québec et Internet : Enquête auprès des assureurs en IARD PAR MELANIE KABLA DÉCEMBRE

2 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 3 SOMMAIRE...4 INTRODUCTION...5 REVUE DE LITTERATURE...7 Le marché... 7 les acteurs du marché Les internautes Attentes et besoins du marché : l avenir...29 PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE...31 ENTRETIENS AVEC LES CADRES DE L INDUSTRIE...32 DE L ASSURANCE DE DOMMAGES...32 Objectifs de la recherche Questions de recherche Méthodologie de la recherche Population RESULTATS DE LA RECHERCHE...39 Le site Les Ressources humaines Les Technologies utilisées L entreprise et ses concurrents La publicité Le site et le consommateur La rentabilité du site La vente d assurance en ligne Le futur RECOMMANDATIONS MANAGERIALES...68 ANNEXES...70 État des principales entreprises d assurance de dommages québécoises présentes sur Internet Références bibliographiques

3 REMERCIEMENTS La rédaction de ce document n aurait pas été possible sans la participation des nombreux dirigeants de compagnies d assurance qui ont accepté de m accorder un peu de leur temps, afin que je puisse les rencontrer pour des entrevues. Je tiens à les remercier tous pour leur disponibilité. Un merci tout particulier doit être adressé à madame Suzanne Michaud, directrice du marketing de l Industrielle Alliance, Assurance auto et habitation, qui m a donné accès à la bibliothèque de l entreprise, afin d étoffer ma revue de littérature et qui a supervisé la rédaction du document. Mélanie Kabla 3

4 SOMMAIRE Au moment où l on se parle, on peut remarquer que l industrie de l assurance n est pas encore entrée de plain-pied dans l ère de l Internet. Cela reste difficile à comprendre, étant donné qu Internet est un moyen supplémentaire pour les assureurs de distribuer leurs produits à la clientèle. Étant donné qu il reste des gens pour qui Internet est encore inconnu, on peut dire que cette nouvelle façon d acquérir de l information bouleverse les habitudes d une société considérée comme encore très conservatrice. En effet, on remarque que la plus grande préoccupation des gens qui utilisent Internet est en lien avec la protection des renseignements personnels. Malgré ce fait, il existe des compagnies d assurance pour qui le commerce électronique fait partie des plans de développement. Il y en a même qui sont déjà bien avancé dans l industrie d Internet avec leur site. Après les achats de livres, de logiciels, de musique et de voyages en ligne, ce sera bientôt aux compagnies d assurance de vendre leurs produits en ligne. Afin de savoir où en était rendue l industrie de l assurance sur Internet, une recherche a été effectuée auprès de dix entreprises situées à Québec et à Montréal. Cette recherche nous a permis de démontrer que les sites dits «vitrines» deviendront majoritairement transactionnels d ici la fin En effet, l industrie de l assurance veut amener le client à utiliser Internet au moment où il désire, dans le but que l intégration de son dossier d assurance soit totale. Malheureusement, la migration sur Internet prendra beaucoup de temps avant que le client puisse faire l achat de polices en ligne. Mais tout cela en vaut la peine, étant donné que toutes ces compagnies s accordent à dire qu Internet augmente le développement de l entreprise. Le domaine de l assurance est un domaine conservateur. Internet est un nouveau canal de communication, mais n en reste pas moins que les gens ont sentent le besoin de parler à quelqu un pour finaliser une vente : mais cela va bientôt changer. 4

5 INTRODUCTION En septembre 2000, le Journal de l Assurance a étudié la présence des assureurs canadiens sur la Toile et Stéphane Desjardins, responsable du projet écrit : «Un fait demeure : si la présence des assureurs sur la Toile est actuellement assez timide, cela risque de changer radicalement au cours des prochains mois. Au moment où nous faisons notre recherche, beaucoup de compagnies planchaient sur Internet et avaient prévu des sommes parfois astronomiques pour se tailler une place dans le cyberspace». Il est clair que, dans la plupart des cas, les directions ont dépassé le stade de la réflexion. Les projets se multiplient et les énergies sont toutes orientées vers un seul but : maintenir, sinon gagner des parts de marché dans un univers encore plus compétitif, où le client est plus que jamais infidèle. Au commencement de cette recherche, seulement six assureurs canadiens avaient entrepris de s attaquer à la vente directe par Internet : Belairdirect, Canada Vie, Assurance vie Desjardins-Laurentienne (par la filiale Finactive), Allstate, Assurnat (la filiale en ligne de la Banque Nationale) et AXA Assurances. Sur Internet, les segments de marché les plus explorés par les assureurs ont été l automobile et l habitation. C est d ailleurs en IARD que l on a vu le premier site Internet transactionnel canadien où l on pouvait même acheter une police en ligne, chez Belairdirect. Même si peu d entre eux permettent l achat en ligne, il est important de constater que l avancée des sites transactionnels est immense dans l industrie. Chez plus d un assureur, on peut effectuer certaines modifications à son dossier, localiser un courtier à l aide d un moteur de recherche, remplir un formulaire et obtenir une soumission en temps réel. Belairdirect n est donc pas le seul dans le cyberespace. L assureur est talonné de près par la filiale Finactive de Desjardins, et un nouveau venu, Allstate. Cela dit, au cours des prochains 5

6 mois, le petit groupe des cyberassureurs canadiens va s élargir et l avantage ne se limitera pas aux assureurs directs. Les courtiers n ont pas dit leur dernier mot et veulent aussi bénéficier des avantages technologiques et de l incroyable flexibilité d Internet. Leurs assureurs ont généralement compris le message et voient dans Internet un formidable outil stratégique. Nous allons nous intéresser, dans cette étude, aux assurances de dommages dans le marché québécois uniquement. Notre étude s organisera donc en deux temps : 1. Une étude de la littérature actuelle pour comprendre le marché des assureurs sur Internet, connaître les acteurs de ce marché et les internautes 2. Une recherche qualitative sous forme d un entretien semi-directif passé aux cadres de l industrie de l assurance de dommages québécoise pour connaître, comprendre et analyser la stratégie des principales firmes d assurance de dommages au Québec. 6

7 Revue de littérature Où en est l assurance de dommages sur Internet? LE MARCHE Tendance L industrie de l assurance est à la veille d assister à une véritable explosion des ventes sur Internet. Plus qu une prédiction d un expert avec sa boule de cristal, cette affirmation s appuie sur de nombreuses études recensées par le Journal de l assurance lors d une tournée internationale sur l effet de la Toile sur l assurance i. L industrie de l assurance n est pas encore entrée de plain-pied dans l ère de l Internet. Malgré l accroissement progressif des affaires par l entremise du réseau mondial, les compagnies tardent à proposer des produits adaptés à cette réalité ii. Une étude du marché européen de l assurance démontre que 46% des dirigeants pensent que les produits simples d assurance se transigeront par Internet. Présentement, l Internet est utilisé davantage pour la présentation du produit que pour sa distribution iii. Internet sera un moyen supplémentaire pour les assureurs afin de distribuer leurs produits. La complexité des produits sera un facteur déterminant dans la popularité des types d assurance. Un sondage de Forrester Research démontre que ce sont les assurances automobile et habitation qui seront privilégiées iv. En effet, la plupart des ventes actuelles sont réalisées en assurance auto (76%) v. Le transfert est effectué électroniquement, la plupart du temps par Internet. Discret, sans douleur et à la portée de n importe quelle entreprise ou courtier. Plus de support physique à cacher ou à déménager d endroit! vi «Traditionnellement, les compagnies 7

8 d assurance attendent de voir les résultats d un projet judicieux avant de copier leurs compétiteurs», explique Tom Cochran, un consultant senior en assurance vie et invalidité chez Towers Perrin, de New York et auteur d un sondage mené auprès de dirigeants de l industrie américaine de l assurance 1. «Avec Internet, ceux qui attendent vont perdre le marché» dit-il. Des chiffres étonnants Certains chiffres font réfléchir : 80% des consommateurs en ligne considèrent ce type de magasinage pratique, 73% affirment qu il permet de comparer aisément les prix, 23% n effectuent pas de recherche ailleurs et enfin, 22% considèrent qu Internet leur permet de déterminer facilement leurs besoins en assurance vii. La firme de sondage Internet irlandaise NUA 2 annonçait à la fin 1998 que les ventes mondiales d assurance dans Internet se chiffreront à 4 milliards US en Elles s élevaient à 155 millions de $ US en NUA estimait qu en 1998, quatre-vingt millions de ménages américains avaient acheté leur assurance auto grâce à Internet, alors que les autres types d assurance avaient séduit 4 millions de foyers. Une autre étude de Forrester Research 3 révèle que si, actuellement, seulement 1% des consommateurs d assurance américains achètent leurs polices en ligne (pour les ventes totales de 9,6 millions de $ US en 1999), leur nombre va passer à 8,6% en De plus, Forrester Research rappelle que même si 60% des ménages branchés ont acheté quelque chose sur la Toile, seulement de ces 28 millions de ménages ont acheté de l assurance en ligne. Internet bouleverse donc les habitudes d une industrie souvent considérée comme très conservatrice. De plus, au décompte du mois de janvier 2000, Internet comptait plus de 72 millions d adresses. Le moteur de recherche Google à lui seul, recense pages Web reliées au 1 Agents Not Surfing The Web Face Wipeout, Alex Maurice, National Underwriter, janvier 1999, Insurance s Researched Future, Kenneth Clemmer, Forrester Research, mars 2000, 8

9 domaine des assurances; Yahoo Canada recense 50 catégories et 362 sites; La Toile du Québec fait 377 liens. Des chiffres qui vont en augmentant quasi quotidiennement. États-Unis : Dans une étude rendue publique au début de l an 2000, Booz-Allen & Hamilton révélait qu aux États-Unis, sur les 120 sites Web de compagnies d assurance, 50% constituaient essentiellement des outils de marketing, 22% offraient des informations sur les produits d assurance, 7% offraient des cotes pour une police d assurance et 1% seulement offrait des ventes en ligne et un service à la clientèle véritablement interactif viii. Une étude de la société américaine Forrester Research annonce des chiffres étonnants : certains assureurs américains qui réalisent déjà de 1% à 5% de leurs ventes sur la Toile, s attendent à ce que d ici trois ans cette proportion passe à 35% en assurance vie et à 54% en IARD! 4 Québec : Selon une entrevue de Louis Cyr, vice-président des technologies et systèmes ix, Belairdirect a vendu 1241 polices en 1998 sur Internet. Et selon le Journal de l Assurance de décembre 2000, en 1999, plus de internautes québécois ont demandé des renseignements par le biais du site Internet de Bélairdirect. De ce nombre, l assureur a finalement vendu 5050 polices. En 1999, 300 polices ont été entièrement conclues dans l espace virtuel du site Web de Bélairdirect. Le site générait quelques soumissions par année. Trente-deux agents des centres d appels sont affectés au trafic généré par le site Internet (Seize à Montréal et seize à Toronto). De ce nombre, quatre traitent exclusivement les soumissions faites via le site, alors que les autres répondent en priorité aux appels provenant du numéro sans frais réservé aux internautes. 4 Forrester Research, septembre 1999, cité par Ernst & Young en mars

10 Internet, le canal de distribution le moins coûteux La distribution par courtage est-elle moins coûteuse que par une banque? Celle par Internet l est-elle encore moins que cette dernière? Le débat alimente bien des conversations dans les corridors de l industrie. Il s en trouve plusieurs pour avancer que la distribution par Internet est la voie la moins coûteuse. Marcel Gingras, vice-président exécutif de l organisation canadienne à la Financière Sun Life, a jeté un éclairage nouveau sur une partie du débat : les frais d acquisition. Au dernier Congrès de l assurance et des produits financiers, M. Gingras a fait état d une étude américaine en ce qui concerne les frais d acquisition de contrat d assurance vie, par dollar et par canal de distribution. Selon l Insurance Advisory Board (1997), ces frais s élèveraient comme suit : Courtage et agents 1,36$ Conseillers, milieu bancaire 1,06$ Vente directe (800) 0,97$ Publicité directe 0,13$ Internet 0,06$ Même si les Américains ont une longueur d avance en ce domaine, les assureurs québécois réalisent déjà des percées dans la Toile, comme en fait foi la performance de Belairdirect, qui a réalisé 5% de ses ventes à partir de son site, depuis avril 1999 x. De même, on peut lire sur une étude du site Axa France qu «Internet permet de réduire les coûts de souscriptions de 40 à 60% pour les assurances de dommages». Différents outils publicitaires Grâce à une campagne publicitaire radio combinée à des panneaux publicitaires placés à des endroits stratégiques qui font la promotion de leur site Internet, Belairdirect a vu son taux de soumissions en ligne passer de 100 à 1000 par jour. Les centres d appels traditionnels ont aussi profité de ces campagnes xi. 10

11 L assureur américain en ligne E*Trade a envoyé un chèque de $ US dans le cadre d un tirage organisé parmi ses premiers clients internautes. Le gagnant, un Californien, affirme qu il a sauvé 200 $ US en achetant son assurance auto en ligne. JBM Logic ne lésine pas sur l importance pour les entreprises de publiciser leurs initiatives de commerce électronique. Dépenser autant pour la publicité que pour le site, cela vaut pour une entreprise qui entend utiliser le commerce en ligne afin de fidéliser ses clients existants. «Mais l entreprise qui entend utiliser le commerce électronique pour développer une nouvelle clientèle devra investir en publicité jusqu à deux fois le coût de développement de son site internet», lance Eric Janosz, directeur du développement Web chez JBM Logic xii. Reader s Digest s associe à Belairdirect pour offrir à ses abonnés de l assurance automobile en ligne. Pour appuyer ce service, Reader s Digest met à contribution cinquante ans d expérience de marketing direct et de publipostage xiii. Internet permet surtout de comparer des prix ou des informations Ainsi, une société comme Insweb, un service américain de tarification comparative, annonçait des résultats spectaculaires pour le premier semestre de 1999, avec références menant à un achat, comparativement à pour la même période en De même, des 12,5 millions de consommateurs américains qui ont magasiné de l assurance l an dernier, 56% l auraient fait dans la Toile, ce qui représenterait plus de 9 milliards $ US de primes en assurance vie et IARD (ou 9% de la population détenant une assurance). Près de 60% des Américains qui magasinent de l assurance dans la Toile le font initialement à partir des sites de recherche, et non en tapant le nom d une compagnie d assurance sur leur navigateur ( le cas de 27% des internautes) ou inspirés par une annonce télévisée (21%) xiv. 5 Rapporté dans Financial Services, Third Quarter 1999 Matrix, Jupiter Communications. 11

12 La sécurité en ligne Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) a décidé de scruter le commerce électronique de plus près. Deux volets sont analysés : les risques pour les assureurs et les risques pour les consommateurs. «Il est relativement simple de vendre des polices habitation ou auto sur Internet. Mais des contrats d assurance vie ou de capital, c est autre chose», dit le responsable xv. De même, un sondage mené par la Lloyd s en mai 2000, au Risk Insurance Management Society, une conférence tenue à San Francisco, mentionne que 70% des conférenciers considèrent le commerce électronique comme le plus grand risque du présent siècle. En effet, le commerce électronique expose les entreprises à des marchés planétaires, mais aussi à des cyberterroristes et autres hackers du monde entier xvi. «La sécurité informatique, c est un peu comme l assurance. Bien des gens pensent qu ils n ont pas besoin de protection jusqu à ce qu ils soient frappés par un sinistre», affirme Denis Poirier, vice-président de la technologie de l information chez ING Groupe Commerce. Il reconnaît que les questions informatiques préoccupent de plus en plus les assureurs : «Avec ce qui s est passé il y a quelques mois chez Amazon et Ebay, on se dit qu il ne faut pas prendre de chance. Même si un système de protection totalement infaillible n existe pas, il faut tout de même prendre les moyens de rassurer nos courtiers et nos clients» dit-il. L Unique a pris la précaution d installer le serveur du site sur un ordinateur différent de celui qui abrite le serveur central de la compagnie. Pour le reste, l Unique se sert de la batterie de moyens habituels, logiciels anti-virus et murs coupe-feu, pour se protéger des attaques possibles, qui ne se sont jamais produites jusqu à maintenant selon M. Tremblay. Le site Internet de la Fédération loge sur le serveur de l entreprise, mais il est entouré des murailles habituelles : murs coupe-feu et logiciels de détection. Autre aspect central en matière de sécurité informatique : la sauvegarde des données. Des assureurs se dotent de systèmes plus ou moins sophistiqués, à ce chapitre. Parmi les approches les plus avancées, il y a celle de traiter électroniquement avec une firme spécialisée. Généralement, la sauvegarde se fait durant la nuit et les données sont entreposées chez ce fournisseur. 12

13 LES ACTEURS DU MARCHE Sur le site qui a été créé par la Banque de Montréal, on peut lire qu il sera possible, d ici peu, d acheter de l assurance en ligne via les services d assureurs directs. Le site permet à l internaute de choisir entre un assureur direct et un courtier, ce qui ne plaît pas à l Association des courtiers en assurance de l Ontario (IBAO) et au Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec (RCCAQ). Les assureurs directs : Un sondage mené par Media Metrix, en octobre dernier, auprès de internautes américains, a démontré que parmi les sites d assurance les plus visités, on retrouve en première place suivit de et arrivent respectivement à la septième et à la huitième places. est un site offrant les tarifs de plus de quarante assureurs et est accessible à partir de plus de deux-cents autres sites Internet xvii. Allstate, le deuxième plus important assureur automobile et habitation américain, prévoit que d ici cinq ans, 15 à 20% de ses affaires IARD proviendront de l Internet et de ses centres d appels. Le volume-primes généré serait de l ordre de 20 milliards de $ US d ici 2003 xviii. Les courtiers d assurance sont inquiets lorsque leur institution financière est aussi un assureur direct. Ils craignent que la banque en obtienne un «avantage concurrentiel» puisqu elle dispose, dans les faits, du nom de leurs clients et du montant des primes que paient ces derniers, lorsqu elle traite les chèques que reçoit le cabinet de courtage xix. Les assureurs par courtage La valeur ajoutée du courtier, telle qu établie par sa relation privilégiée avec un client, par sa connaissance «intime» de ses besoins et de ses attentes, et par son offre de produits et 13

14 services taillés à la mesure de ce client, ne peut de quelque manière, être remplacée du jour au lendemain par un site Web, fut-il le plus sophistiqué. Cette valeur ajoutée, encore faut-il l identifier aussi concrètement et pratiquement que possible, et savoir la mettre en valeur. Aussi contradictoire que cela puisse paraître, la manière la plus efficace et la plus commode d assurer cette mise en valeur aujourd hui est, sans doute Internet, avec la création d un site Web. Encore faut-il optimiser les avantages offerts par Internet, et capitaliser cette présence sur le Web pour enrichir à la fois ses canaux de distribution, ses processus d affaires et ses services à la clientèle, actuelle et future. Dans les transactions commerciales (le fameux B2B, principalement entre assureurs et courtiers), il est clair qu Internet est un agent de rationalisation important xx. Selon certains analystes, Internet ne menace nullement les systèmes de distribution par intermédiaires. L étude de Forrester Research mentionne qu aux États-Unis, 85% des gens qui magasinent leur assurance dans la Toile ont un agent et lui confient 92% de leurs achats en assurance auto et habitation. Les acheteurs en ligne aiment leur courtier puisqu ils considèrent, à 71%, que ce dernier leur permet de mieux comprendre leur contrat d assurance. Hal Stucker, responsable de l étude Forrester Research, cite entre autres un grand patron de State Farm qui se dit très attaché au développement technologique de l entreprise, mais également à son système de distribution faisant appel à des agents. Mais M. Stucker évoque aussi un passage d une étude de la société Cunning qui révèle que 60% des assureurs vie américains considèrent qu Internet menace le système de distribution faisant appel à des agents. «Même si les chiffres de ventes semblent assez bas, Internet se présente déjà comme un nouveau canal de vente directe d assurance», ajoute de M. Stucker. Pour d autres, les investissements massifs dans Internet, de la part des compagnies d assurance, risquent de rendre certains agents ou courtiers superflus! C est l opinion de Tom 14

15 Cochran : «Quand les compagnies d assurance vont réellement maîtriser Internet, il y aura moins de travail pour les courtiers et un besoin moins grand de recourir à des agents» 6. Pourtant la compagnie USAA rapporte que les affaires issues de son réseau d agents ont plus que doublé entre avril 1999 et avril 2000 grâce à Internet et qu environ 70% des transactions réalisées par ses courtiers à escomptes l ont été électroniquement 7. Ce qui tend à créditer la thèse de Steven Aldrich, directeur général d Alexandria, une filiale Internet d Intuit, basée en Virginie. M. Aldrich affirme qu Internet va «progressivement libérer les agents de leurs tâches administratives, ce qui leur permettra de consacrer plus de temps à la vente». Pour ce dernier, les courtiers doivent voir en Internet un allié et non un ennemi. Pour Alex Maurice, journaliste au National Underwriter, les intermédiaires qui ne surfent pas sur Internet seront tout simplement éliminés du marché! 8 M. Maurice appuie son propos par une citation du président d Insweb, Kevin Keegan : «Les agents qui ne sont pas très enthousiastes à Internet se retrouveront avec de moins en moins de clients potentiels.( ) Internet est un moyen de plus en plus sérieux de faire des affaires.( ) Avec des compagnies d assurance qui investissent massivement dans la Toile, les courtiers qui ne suivent pas créeront des problèmes». Lloyd s a fondé une nouvelle filiale, Lloyd s Canada, située à Montréal. Telus Entreprise Solutions a été choisie pour s occuper des opérations en sous-traitance. Telus apportera de nouvelles solutions technologiques, axées principalement sur l Internet, afin d améliorer la synergie avec les courtiers. Notons que 90% des informations relatives à la souscription sont transmises sous forme de papiers xxi. Le portail de DWL S Unifi Insurance Broker a été retenu par AXA Canada, afin d offrir à ses courtiers la plate-forme Internet permettant de fermer les dossiers d assurance auto et habitation en temps réel xxii. 6 Agents Not Surfing The Web Face Wipeout, Alex Maurice, National Underwriter, janvier 1999, 7 The web they weave, Best s Review, mai 2000, page Agents Not Surfing The Web Face Wipeout, Alex Maurice, National Underwriter, janvier 1999, 15

16 Le plus important assureur auto et habitation aux États-Unis, State Farm, prévoit vendre de l assurance auto en ligne au printemps. La clientèle visée est celle qu on dénomme la «Génération X» qui est âgée entre 16 et 22 ans et qui est très familière avec l Internet. Les agents d assurance de State Farm recevront une commission, si l internaute qui achète sa police en ligne est déjà un de leurs clients. L internaute qui n a pas de produit avec la compagnie sera dirigé vers l agent le plus proche ; ce dernier recevra une commission moindre, car ses frais de développement sont moins coûteux. Les agents de State Farm perçoivent de plus en plus l Internet comme un outil additionnel pour générer de nouvelles affaires xxiii. Le site State Farm affiche une page où l on inscrit, avec photos et nombre de collisions à l appui, les intersections les plus dangereuses des États-Unis en 1998! xxiv TAM 2000 voit l avenir du courtage passer par Internet. À l instar de son grand-père américain Applied Systems, TAM 2000 se prépare à prendre le virage de l Internet. Ses produits y seront non seulement adaptés, mais en plus la compagnie s apprête à déployer ses logiciels chez un gestionnaire de service électronique externe de sorte que les courtiers pourront les utiliser en y accédant par Internet. Le gestionnaire externe peut loger dans ses serveurs un nombre illimité de clients. Il voit toutefois à compartimenter chaque client et s assure de la confidentialité de l information. Parallèlement, TAM 2000 entend importer au Canada deux nouveaux outils de gestion, l un appelé WRAP et l autre Freedom. Développées et actuellement disponibles aux États-Unis, ces deux nouvelles solutions sont, selon M. Arseneault, vice-président de TAM 2000, la future génération des systèmes utilisés au Québec. Construit encore sur la technologie Internet, WRAP permet aux courtiers de procéder à une tarification et à une souscription comparative en temps réel avec plusieurs assureurs. Quant à Freedom, elle permet d avoir accès à une base de données où sont incluses les règles de souscription et de tarification de plusieurs compagnies. Dans ce dernier cas, la base de données est chez le courtier. Les assureurs peuvent y mettre à jour les données à leur rythme. Quant à eux, les courtiers doivent expédier eux-mêmes une fois par jour les transactions faites. 16

17 Les principales différences entre les deux systèmes se situent au niveau du lieu de résidence de l information et du mode de communication utilisé pour les diffuser. Elles sont liées à la capacité de l assureur de maîtriser les transactions en temps réel. Mais au-delà des nouveaux systèmes proposés, TAM 2000 souhaite d abord mettre en avant un nouveau logiciel, Vision. Réécriture complète du logiciel Wintam actuellement disponible au Québec, ce logiciel est axé sur Internet. «C est, explique le vice-président, une plate forme moderne, élaborée pour permettre le commerce électronique entre deux parties, que ce soit les coutiers et les compagnies d assurance ou encore les particuliers et les cabinets de courtage». Chez ING, comme chez AXA, le commerce électronique figure au nombre des prochains développements que connaîtront les courtiers. Ainsi, ING Groupe Commerce travaille à développer une formule de site transactionnel qui sera exploité par ses courtiers xxv. L Unique s impose sur Internet avec Cet assureur par courtage a lancé, en janvier 2001, le site dont l objectif est de solliciter des clients et de les aiguiller vers les courtiers les plus près. Cette générosité a toutefois un prix : la commission ne sera que de 5% pour tout dossier qui aura transité par le site Internet xxvi. Jean Tardif, directeur général de l Unique, a clairement indiqué aux courtiers qu il visait le marché des assureurs directs qui vendent sur Internet, comme Belairdirect ou encore Desjardins. Le site Internet permet d obtenir une soumission en ligne en assurance auto. Si le consommateur veut aller plus loin, le site affiche une liste de courtiers présents dans sa région. Il peut même envoyer la soumission au courtier de son choix par courriel. Ce dernier prend alors le relais. Fait à noter, l Unique vise les jeunes automobilistes, puisqu il ne sera proposé de soumissions en ligne que pour les voitures évaluées à $ ou moins. Les autres modèles seront automatiquement référés au courtier choisi par le consommateur. De plus, le client qui a une fréquence élevée de sinistres devra contacter le courtier, car le site le rejettera de façon 17

18 amicale. M. Tardif affirme que la majorité des clients internautes potentiels sont de toutes façons de jeunes conducteurs qui ne sont pas rebutés par la technologie et dont le coût de la prime d assurance est assez élevé. L achat en ligne est souvent considéré, par cette tranche de consommateurs, comme un facteur d économie. Selon lui, 80% des clients de Belairdirect ont moins de trente ans xxvii. «Nous prévoyons que 25% du marché de l assurance auto va migrer sur le net d ici très peu de temps», affirme M. Tardif. Il a aussi évoqué qu aux États-Unis, des études indiquent que l assurance vendue grâce à Internet se chiffre à 500 millions $ US actuellement, une donnée qui devrait grimper à 11,5 milliards $ US d ici quatre ans. L assureur avance que la solution Internet est pratique pour une clientèle qui cherche un service disponible 24 heures par jour. L Unique s est engagée à publiciser massivement le nouveau service dans l année L assureur étudie présentement comment joindre la clientèle potentielle : «Nous allons certainement nous concentrer sur les médias qui visent les jeunes, mais nous devons évaluer les coûts». Les quelques vingt-quatre «courtiers Web» branchés à ce canal de distribution implanté par l Unique pourront dorénavant conclure une proposition d assurance provenant d un internaute qu ils n ont jamais eu à solliciter eux-mêmes comme client potentiel. Bien que cette formule ne fasse pas l unanimité dans le milieu du courtage, les «courtiers Web» saluent pour leur part le sens innovateur de l Unique. Ils reconnaissent à l assureur le mérite d essayer de contrer les directs en mettant un nouvel outil de développement à la disposition du réseau de courtage moyennant une diminution permanente de commission : 5% à la signature de la nouvelle police (comparativement à 12,5% par voie traditionnelle) et 8% au renouvellement xxviii. M. Demers, un des «courtiers Web» de l Unique, reconnaît à l assureur le mérite d avoir présenté un outil additionnel de développement à ses courtiers. Selon Yves Gagnon, directeur de la commercialisation à l Unique, «Il n y a aucun avantage à aller sur le Web si nous ne pouvons pas concurrencer les directs». Bien que le créneau des conducteurs de seize à vingt-neuf ans représente à ce jour un marché marginal pour l Unique, l assureur compte investir des sommes considérables afin de freiner l exode des jeunes vers les directs. «Nous croyons que 40% des visiteurs demanderont 18

19 une soumission de prix, mais que 7% achèteront un contrat d assurance», précise M. Gagnon. Si l internaute/client potentiel a la réputation de rechercher uniquement le prix, il incombera au «courtier Web» de révéler au jeune conducteur les vertus d un conseiller en assurance et le danger de sacrifier des couvertures au simple avantage du prix. En d autres mots, que vaut le service personnalisé dans l esprit d un client? En toute logique, c est l écart de prix entre le courtier et le direct. Le site servira sans doute de test aux fonctions illimitées du cyberespace et à la progression de la touche du courtier dans la Toile Internet! xxix Zurich a lancé, en avril 2001 xxx, sa plate forme EZSB (pour Electronic Zurich Small Business). Il s agit d un site Internet destiné aux courtiers de Zurich et qui leur permettra de mieux desservir le marché de la PME. Grâce à EZSB, le courtier peut obtenir, instantanément, des renseignements, une soumission, un prix ou même une police complète. M.Gilway, président de Zurich Canada, ne cache pas qu il veut augmenter le nombre de courtiers faisant affaires avec Zurich et améliorer les communications. «Au Canada, EZSB constitue une suite logique de notre site Internet couvrant l assurance résidentielle, lancée l an dernier. En septembre, nous comptons y ajouter l automobile et, plus tard cette année, le paiement en ligne ainsi que la facturation par Internet». Les portails d assurance Gomez Internet Insurance Scorecard, une société de cybercommerce aux États-Unis, vient de nommer, pour une troisième année de suite, le site (site de tarification comparative), premier site Internet d assurance. Parmi les autres, on retrouvait et xxxi. Un nouveau site Internet, a été lancé. Ce site offre les tarifs de cinquante assureurs. Des soumissions en ligne sont disponibles pour l assurance automobile, l assurance habitation, l assurance voyage et l assurance pour les bateaux. Les consommateurs peuvent acheter leurs polices en ligne (carte de crédit ou ordre de commande) ou contacter le centre d appels de Insurance Village xxxii. 19

20 Le concepteur de Rate4me a approché différents assureurs pour ce site «hypermarché» de l assurance où un consommateur peut, en remplissant un seul formulaire, obtenir des soumissions de la part de plusieurs assureurs. Ce site est maintenant en opération sous l adresse Gregory Ellis, cofondateur du site canadien Kanetix, révélait au Journal de l Assurance dans son édition de mai 2000, que son service de tarification comparative (couvrant pour l instant une partie du Canada anglais et le Québec) recevait des milliers de visites et compilait des centaines de soumissions sur une base quotidienne. Mais le site soulève toute une controverse depuis son décollage, en décembre La compagnie, une filiale de Canada Vie, possède un site Internet qui se présente comme un outil de tarification comparative permettant d obtenir quasi-instantanément des soumissions en temps réel en assurance vie, auto et habitation. Les soumissions proviennent de tarifs d une douzaine de compagnies d assurance. Les données sont fournies par la société CompuQuote. Kanetix offre aussi la possibilité d acheter une police par le biais d un centre d appels et, théoriquement, directement en temps réel à l aide d un hyperlien. Mais, dans les faits, le seul hyperlien actif est celui de Canada Vie! xxxiii Et Kanetix s en vient au Québec Les dirigeants de Kanetix préparent une version francophone du site, qui sera disponible à la fin de l année «Nous nous attaquerons bientôt au marché québécois de l assurance automobile, révèle M. Ellis. Nous négocions intensivement avec un courtier important de Montréal. Ensuite nous nous attaquerons au marché de l assurance habitation. Mais ce ne sera pas avant plusieurs mois» xxxiv. Mais, malgré qu il soit le site de tarification comparative en assurance le plus en vue au Canada, Kanetix n est pas à la veille de présenter un bilan financier équilibré, et ce malgré ses 1000 visites pas jour. Son propriétaire, Canada Vie, n entrevoit les profits qu en 2004 ou 2005 xxxv. Chez Canada Vie, on croit profondément en l utilité d un tel site. Cela facilite le magasinage de produits d assurance pour les consommateurs qui veulent faire une démarche autonome. 20

Présentation à l Autorité des marchés financiers. Offre d assurance par Internet au Québec

Présentation à l Autorité des marchés financiers. Offre d assurance par Internet au Québec Présentation à l Autorité des marchés financiers Offre d assurance par Internet au Québec Par l Association canadienne des institutions financières en assurance Mai 2012 Au sujet de l ACIFA L ACIFA a été

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne

Servez-les bien ou vous les perdrez. Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Servez-les bien ou vous les perdrez Les clients des compagnies d assurance canadiennes en attendent plus de leur assureur en ligne Le secteur canadien de l assurance multirisque est en train de subir des

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU. Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1

L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU. Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1 L INTÉRÊT D INTERNET PIERRE DANSEREAU RICHARD TASCHEREAU JEAN-YVES ST-ARNAUD Association des actuaires I.A.R.D 21 novembre 2003 Page 1 AGENDA de la présentation Faire le point sur Internet Au-delà des

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Les courtiers auront de plus en plus

Les courtiers auront de plus en plus GÉRARD BÉRUBÉ Au cours de la dernière décennie, les transformations qui ont façonné le réseau de distribution en assurance n ont donné d autre choix que d examiner ce volet du marché et de se questionner

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise TABLE DES MATIÈRES LE NUAGE : POURQUOI IL EST LOGIQUE POUR VOTRE ENTREPRISE INTRODUCTION CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CONCLUSION PAGE 3 PAGE

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct

INVESTIR À propos de Banque Nationale Courtage direct. Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct Prenez le contrôle avec Banque Nationale Courtage direct 01 Au service des investisseurs canadiens depuis plus de 25 ans Filiale d une des plus grandes institutions financières au pays, offre aux investisseurs

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

Flanqué d une montagne de documents généalogiques,

Flanqué d une montagne de documents généalogiques, PIERRE RACINE L univers des col PHOTOS : JAMES WAGNER Flanqué d une montagne de documents généalogiques, Jean-Pierre Pépin, propriétaire du Fonds de l Institut généalogique Drouin, pelote ses archives

Plus en détail

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5 Le but de l entreprise est d offrir la meilleure qualité de service dans la vente de pièces automobiles. Les clients de Pintendre on besoin de se procurer les pièces automobiles rapidement afin de changer

Plus en détail

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial

L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial Intact Corporation financière (TSX : IFC) L acquisition de JEVCO Intact est sur la bonne voie pour devenir un assureur de dommages de calibre mondial 2 mai 2012 Énoncés prospectifs et mise en garde Certains

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

GARANTIR LE SUCCÈS GRÂCE À LA TECHNOLOGIE

GARANTIR LE SUCCÈS GRÂCE À LA TECHNOLOGIE BROCHURE DE PRODUIT APPLIED TAMOnline GARANTIR LE SUCCÈS GRÂCE À LA TECHNOLOGIE L ACCÈS INSTANTANÉ À L INFORMATION a établi de nouvelles attentes pour le service à la clientèle. De plus en plus de clients

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C. L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a

B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C. L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a B U L L E T I N S U R L E S F O U R N I S S E U R S D I D C L é vo l u t i o n d u pays a g e d e s I a as publiques et p r i vé e s a u C a n a d a Avril 2014 Mark Schrutt, directeur des services et applications

Plus en détail

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement

Présenté à. La Commission des transports et de l environnement La sécurité routière au Québec : les cellulaires au volant, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales Mémoire Présenté à La Commission des transports et de l environnement Février

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Se refaire un nom grâce à FCI Financière crédit? Une offre à décliner

Se refaire un nom grâce à FCI Financière crédit? Une offre à décliner SE REFAIRE UN NOM GRÂCE À FCI FINANCIÈRE CREDIT? UNE OFFRE À DÉCLINER Montréal, le 28 avril 2004 Nous vous présentons aujourd hui les résultats d une enquête menée entre janvier et mars dernier sur FCI

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec. Québec, 29 avril 2015

La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec. Québec, 29 avril 2015 La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec Québec, 29 avril 2015 La performance économique du secteur de l assurance à Québec et au Québec Modérateur: Jean-Pierre Lessard

Plus en détail

conception de site web production vidéo stratégie internet catalogue de services

conception de site web production vidéo stratégie internet catalogue de services conception de site web stratégie internet production vidéo catalogue de services NEXION.BIZ Imprimé sur du papier recyclé NOTRE EXPERTISE Chez Nexion, nous possédons une solide expertise dans le domaine

Plus en détail

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011

Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Le succès du multicanal intégré en assurance auto Séminaire innovation CHEA 5 mai 2011 Véronique Brionne Marilyn Faugas Karine Paul Jean-Christophe Boccon-Gibod Sommaire 1. Pourquoi avons-nous choisi Progressive?

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution

DU Paris II Modèle de l économie numérique. Commerce électronique et conflits de canaux de distribution DU Paris II Modèle de l économie numérique Commerce électronique et conflits de canaux de distribution Introduction La notion de canaux de distribution : => réseaux de distribution propre : automobiles,

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

À propos de Co operators

À propos de Co operators Co-operators est heureuse de présenter un mémoire en réponse au document de réflexion du Groupe de travail sur les pointages de crédit du CCRRA sur l utilisation des pointages de crédit par les assureurs,

Plus en détail

Dossier Technologies. 16 Assurance

Dossier Technologies. 16 Assurance Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance Elenka Alexandrov

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance. automobile

Tout connaître. sur l assurance. automobile Tout connaître sur l assurance automobile Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Table des matières Acheter une assurance automobile

Plus en détail

S initier aux options... pour ses clients initiés

S initier aux options... pour ses clients initiés Les options sont des outils financiers admissibles à un REER. On les présente également comme étant des instruments de protection et de couverture. Pourtant, le recours aux options dans les portefeuilles

Plus en détail

Évaluer les besoins en assurance collective

Évaluer les besoins en assurance collective La valeur ajoutée du conseiller auprès des PME par Gérard Bérubé Les produits collectifs se heurtent rapidement à la capacité de payer des participants. Il en résulte des arbitrages constants qui permettent

Plus en détail

CONFÉRENCE-ATELIER : BRUNCHEZ VOS AFFAIRES AVEC LA CDEC. Le commerce électronique : un enjeu stratégique pour votre entreprise

CONFÉRENCE-ATELIER : BRUNCHEZ VOS AFFAIRES AVEC LA CDEC. Le commerce électronique : un enjeu stratégique pour votre entreprise CONFÉRENCE-ATELIER : BRUNCHEZ VOS AFFAIRES AVEC LA CDEC Le commerce électronique : un enjeu stratégique pour votre entreprise À PROPOS DU CONFÉRENCIER MIRZET KADRIC Co-fondateur d une agence numérique

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont UN VRAI STATUT pour l assurance collective Les conseillers en sécurité financière qui veulent continuer à vendre de l assurance collective ont jusqu en juillet 2002 pour se requalifier auprès du Bureau

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

LIVRE BLANC. Migration de Magento Community Edition MD à Magento Enterprise Edition MD

LIVRE BLANC. Migration de Magento Community Edition MD à Magento Enterprise Edition MD LIVRE BLANC Migration de Magento Community Edition MD à Magento Enterprise Edition MD INTRODUCTION La plateforme de commerce électronique Magento MD offre aux commerçants une solution complète, souple

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne

Les Fiches thématiques Jur@tic. ecommerce. Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@tic ecommerce Bien préparer son projet de site de vente en ligne Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi passer le cap du e-commerce? (e-commerce signifiant commerce électronique)

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Gestion du risque de change

Gestion du risque de change LIVRE BLANC Gestion du risque de change Le dollar canadien a fait la manchette à maintes reprises au cours des dernières années. Sa valeur a fluctué de manière importante et soudaine à de nombreuses occasions,

Plus en détail

Incidence des tendances de marketing

Incidence des tendances de marketing Incidence des tendances de marketing La publicité au Canada joue un rôle important dans l économie canadienne avec des dépenses qui devraient atteindre plus de 23,3 milliards de dollars en 211. Dépenses

Plus en détail

Les PME perdent des milliards! 88% des entreprises d ici ne font pas de commerce électronique

Les PME perdent des milliards! 88% des entreprises d ici ne font pas de commerce électronique François Charron Les PME perdent des milliards! 88% des entreprises d ici ne font pas de commerce électronique CEFRIO: ICEQ 2012-2013 Les PME perdent des milliards! Montant dépensé en ligne par les adultes

Plus en détail

BOURSE DE. de produits dérivés. Le supermarché

BOURSE DE. de produits dérivés. Le supermarché BOURSE DE Le supermarché de produits dérivés Photo : Spyros Bourboulis 12 Depuis le 27 mars dernier, la Bourse de Montréal est le seul marché d options au Canada, avec un total de 141 catégories d options

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

La touche personnelle. Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects

La touche personnelle. Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects La touche personnelle Rapport Pitney Bowes sur le degré de personnalisation actuel des communications B2B vers les clients et prospects Éléments clé Le degré de personnalisation, même à un niveau élémentaire,

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

Cartes de crédit à vous de choisir. Choisir la carte de crédit qui vous convient

Cartes de crédit à vous de choisir. Choisir la carte de crédit qui vous convient Cartes de crédit à vous de choisir Choisir la carte de crédit qui vous convient À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence?

Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? Voulez-vous donner à vos clients la meilleure expérience possible en agence? SOLUTIONS D AGENCE NCR Pour une expérience d agence financière plus moderne, intelligente et efficace. Experience a new world

Plus en détail

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques

Le commerce. électronique et ses répercussions sur les boutiques Le commerce électronique et ses répercussions sur les boutiques Table des matières 2 Introduction 3 4 5 6 Le commerce en ligne gruge une partie des ventes au détail Le furetage en magasin est maintenant

Plus en détail

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com

Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com Utiliser l informatique en nuage pour stimuler les revenus des compagnies d assurance Alliance Fujitsu-salesforce.com Pourquoi Fujitsu? - Fujitsu est une grande société qui a réussi à l échelle mondiale...

Plus en détail

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées Des caisses diversifiées et gérées professionnellement Les Caisses privées 3 La simplicité rendue accessible 4 Qu est-ce qu une Caisse privée? 6 La diversification, ou comment réduire votre risque 8 Une

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie!

ésultats RÉ/USSISSEZ tous vos projets avec les courtiers les plus performants de l industrie! RE/NOMMÉS pour leurs performances, leur efficacité et leur implication, les courtiers RE/MAX se distinguent également par leur connaissance approfondie du marché, et le grand nombre d outils et de ressources

Plus en détail

Traitement des paiements par carte pour votre entreprise.

Traitement des paiements par carte pour votre entreprise. Traitement des paiements par carte pour votre entreprise. Solutions faciles, fiables et sécuritaires. Facile Nous simplifions les choses pour vous et vos clients. Fiable Nous sommes toujours là pour votre

Plus en détail

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales

Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sondage d opinion sur les livres, les longs métrages, les périodiques canadiens et les œuvres musicales Sommaire exécutif Préparé pour le ministère du Patrimoine canadien 4 septembre 2012 Date d attribution

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant?

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Toucher le public désiré, voilà un pari ambitieux, en particulier dans un paysage médiatique mouvant. Comment améliorer vos performances digitales

Plus en détail

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Livre Blanc e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Optimisation des opportunités en ligne pour les PME Opportunités en ligne La conjoncture n a jamais été aussi favorable

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS - PÉRIODE SUIVANT LA LEVÉE DES RÉGIMES DE PROTECTION (en vigueur à compter du 7 janvier 2011)

FOIRE AUX QUESTIONS - PÉRIODE SUIVANT LA LEVÉE DES RÉGIMES DE PROTECTION (en vigueur à compter du 7 janvier 2011) FOIRE AUX QUESTIONS - PÉRIODE SUIVANT LA LEVÉE DES RÉGIMES DE PROTECTION (en vigueur à compter du 7 janvier 2011) I. QUESTIONS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Quand le plan de réorganisation a-t-il été confirmé? Le

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir.

UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. UN GUIDE POUR INVESTISSEMENTS RUSSELL Investir. INVESTIR. ENSEMBLE ṂC Une approche de placement pour la conception, la construction et la gestion de portefeuilles dans le meilleur intérêt des investisseurs

Plus en détail

Description de ia Groupe financier

Description de ia Groupe financier Industrielle Alliance Profil de l entreprise Données au 31 décembre 2014 Description de ia Groupe financier ia Groupe financier est une société d assurance de personnes qui compte quatre grands secteurs

Plus en détail

Digitas lance une offre 100% dédiée au Commerce Connecté. La France, agence «pilote» pour le réseau.

Digitas lance une offre 100% dédiée au Commerce Connecté. La France, agence «pilote» pour le réseau. COMMUNIQUE DE PRESSE POUR DIFFUSION IMMEDIATE Digitas lance une offre 100% dédiée au Commerce Connecté. La France, agence «pilote» pour le réseau. Neuilly sur Seine, le 26 janvier 2011 Digitas France (VivaKi/Publicis

Plus en détail

DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX CONTRATS D ASSURANCE (art. 2389-2414 C.c.Q.)

DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES RELATIVES AUX CONTRATS D ASSURANCE (art. 2389-2414 C.c.Q.) Préface... v Remerciements... vii À propos des DIRECteurs... ix À propos des auteurs... xi Contribution des auteurs... xvii Table des abréviations... xix Introduction... 1 PARTIE I DES DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

desjardinssecuritefinanciere.com

desjardinssecuritefinanciere.com Assurance collective efficaces simples sécurisés desjardinssecuritefinanciere.com Votre régime entre vos mains Les services en ligne offerts par Desjardins Sécurité financière vous permettent de prendre

Plus en détail

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Introduction Il se dit beaucoup de choses sur les habitudes de recherche des internautes

Plus en détail

MARKETING INTERNET ET IMPRIMÉ STRATÉGIE, CONSEILS, CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT

MARKETING INTERNET ET IMPRIMÉ STRATÉGIE, CONSEILS, CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT MARKETING INTERNET ET IMPRIMÉ STRATÉGIE, CONSEILS, CRÉATION ET DÉVELOPPEMENT CONCEPTION DE SITE WEB Rien qu au Canada, 160 millions de recherches se font à chaque jour sur internet! 86% des Canadiens visitent

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Cette initiative fait partie du plan quinquennal du Manitoba pour une meilleure protection du consommateur.

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003

Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003 Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003 Table des matières Table des matières INTRODUCTION...1 BILAN DES ACTIVITÉS...2 1. La croissance des coûts en assurance

Plus en détail

Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet

Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet Découvrez La Formule Magique Pour Gagner De L argent Sur Internet De VOTRE NOM votre-site.com Licence Licence Droit De Revente Maître : [OUI] Vendre le ebook en version PDF (minimum 17 euros) [OUI] Vendre

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

L AMF FIXE DES BALISES EN MATIÈRE DE VENTE D ASSURANCE SUR INTERNET

L AMF FIXE DES BALISES EN MATIÈRE DE VENTE D ASSURANCE SUR INTERNET ARTICLES PROFESSIONNELS PROFESSIONAL ARTICLES Assurances et gestion des risques, Mars-juin 2015, Vol. 82 (1-2) Insurance and risk management, March-June 2015, Vol. 82 (1-2) L AMF FIXE DES BALISES EN MATIÈRE

Plus en détail