Dégâts d eau Nouveaux enjeux. Nouveaux défis.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dégâts d eau Nouveaux enjeux. Nouveaux défis."

Transcription

1 Présenté par Dégâts d eau Nouveaux enjeux. Nouveaux défis. Guide à l intention des professionnels de l assurance de dommages Ce supplément d Assurance est commandité par : Mars 2011

2

3 Dégâts d eau Nouveaux enjeux. Nouveaux défis. Guide à l intention des professionnels de l assurance de dommages Les dommages causés par l eau figurent aujourd hui au 1 er rang des sinistres déclarés. En 2009, ils ont engendré la moitié des réclamations en assurance habitation, contre 25 % en Selon le Bureau d assurance du Canada, pour chaque dollar versé par les assureurs, 50 paient aujourd hui des dégâts d eau. Ce supplément d Assurance fait état de la réalité quotidienne des intervenants en assurance de dommages au Québec lors d un dégât d eau. Quels sont les défis? Quelles sont les propositions de l industrie afin que tous y trouvent leur compte? Comment agents et courtiers peuvent-ils se mobiliser, dans l intérêt du client? 4 RÉGLEMENTATION Faut-il repenser les couvertures? 6 Copropriété Le partage des responsabilités 8 Après-sinistre Collecte d information et problèmes de communication 11 Qualité du service Renforcer les normes 13 MODÈLE PRATIQUE Questionnaire lors du premier appel de l assuré Dégâts d eau Un supplément d Assurance

4 Faut-il repenser les couvertures? Les dommages causés par l eau sont devenus si complexes et si coûteux à régler que l industrie semble s en remettre presque entièrement aux assureurs. Selon Robert Melo, vice-président indemnisation chez Lussier Cabinet d assurances, les assureurs veulent avoir un contrôle sur ces cas, car il y a trop d impondérables. Sophie Stival Depuis cinq ans, ce cabinet ne règle plus les dommages causés par l eau. «Nous sommes l un des rares cabinets de courtage au Québec à posséder notre propre département de règlement de sinistre, mais quand il s agit de dégâts d eau, on n y touche plus du tout», avoue-t-il. Les dossiers sont de plus en plus complexes et les assureurs, les mieux placés pour s en occuper, affirme M. Melo. «En plus, ça nous cause moins de frictions avec nos clients», ajoute-t-il. Une couverture insuffisante? Malgré des résultats qualifiés de solides en 2010, l assureur Intact annonçait, au début de 2011, une hausse de près de 10 % des primes en assurance des biens des particuliers. Pourquoi? Les répercussions des sinistres causés par l eau, la fréquence et la gravité accrues des intempéries sont notamment en cause. Selon Mario Caetano, président de la Fédération de l industrie de la restauration après sinistre (FIRAS), beaucoup d assurés ont ainsi vu leurs franchises augmenter de façon importante. Celui qui est également président de Refexio, une entreprise de nettoyage et de restauration après sinistre, se désole de la couverture insuffisante de beaucoup de gens. «Les assureurs offrent une multitude de produits et couvrent la plupart des dégâts d eau, admet-il, mais si on ne souscrit pas les avenants, les couvertures de base sont de moins en moins étendues.» Dégâts d eau Un supplément d Assurance

5 Avant le 1 er mai 2010, seul le refoulement d égout nécessitait un avenant. L an dernier, le BAC a divisé les dégâts d eau en deux avenants : un pour les eaux pluviales et un autre pour les eaux souterraines. Tout n est donc pas couvert dans les polices de base. C est qu en fonction de la nature du dommage, de sa fréquence et de la provenance de l eau, l assureur segmentera ses couvertures, selon son gré. Ainsi, à AXA Assurances, outre les garanties de base à l intérieur des bâtiments tels qu un bris de tuyau, on a segmenté les dégâts d eau en trois avenants, explique son vice-président, Indemnisation, Opérations, Pierre Dépatie. «À l extérieur du bâtiment, on a séparé le dommage qui provient au-dessus du sol, sous le sol, incluant les refoulements d égout, et enfin tout ce qui est lié aux entrées d eau.» Couverture selon les besoins Jack Chadirdjian, directeur des Affaires publiques et gouvernementales pour le Québec au Bureau d assurance du Canada (BAC) s en défend : c est dans l intérêt du consommateur d avoir une offre de produits d assurance très diversifiée, affirme t-il. Chaque client a des besoins spécifiques. «Si notre sous-sol n est pas terminé, on ne voudra pas avoir une couverture aussi coûteuse qu un autre qui a un cinéma-maison et du bois franc.» De plus, au Québec, la majorité des dommages d eau sont assurables, fait également valoir M. Chadirdjian. Le seul risque qui n est pas couvert est l inondation, souligne-t-il. Et quand c est non assurable, le gouvernement couvrira par décret certaines situations plus catastrophiques. Les limites de remboursement Il y a quatre ou cinq ans, la limite pour un dégât d eau était bien souvent celle de la police d assurance même, explique Mario Caetano. Un assuré pouvait réclamer parfois plus de $ en dommages. Et il y a certainement eu des abus, concède-t-il. Aujourd hui, les polices présentent pour la plupart des limites. Lors des fortes pluies de juillet 2010, beaucoup d assurés ont accepté des ententes forfaitaires, en argent, où la limitation d assurance ne couvrait pas tout le nettoyage et la restauration, se souvient M. Caetano. Une intervention d urgence qui consiste à pomper l eau, assécher, contrôler l humidité et nettoyer le dégât d eau peut rapidement s élever à plus de 2000 $. Une limite de $ peut vite se révéler insuffisante. Dans ce cas précis, les gens n ont pas tous fait les travaux suggérés, comme d ouvrir un mur ou encore de jeter leurs meubles endommagés. «La moisissure et les problèmes de santé sont pourtant des conséquences possibles, dans ce genre de situation», rappelle-t-il. Sensibiliser le grand public Les gens oublient également de revoir leur police d assurance avec le passage des années. Les besoins évoluent et les changements climatiques changent aussi la donne. Les gens ont maintenant des cinémas maison ou des adolescents qui vivent dans leur sous-sol. Les gadgets technologiques sont aussi plus nombreux et coûteux. «Les courtiers et les agents doivent rappeler à leurs clients que les temps changent», affirme M. Caetano. Ils doivent avoir un questionnaire qui permet d établir la valeur de ce qui se trouve au sous-sol, par exemple. Lorsqu un assuré apprend qu il n est pas couvert, il dira parfois qu on ne lui a pas offert le produit. En vérité, certains assurés croient que ce qui n est pas inclus dans la couverture de base n est pas une nécessité absolue. Et l assurance habitation n étant pas obligatoire, les gens sont chatouilleux quant aux coûts des polices. «La population doit être mieux informée et plus consciente des coûts associés aux dégâts d eau», croit Christine Dufour. Bien sûr, la décision ultime revient à l assuré et malheureusement, la vraie prise de conscience survient souvent après un premier sinistre Dégâts d eau Un supplément d Assurance

6 Le partage des responsabilités en copropriété Les condominiums ont la faveur populaire sauf auprès des assureurs de dommages! Sophie Stival «Le degré de complexité dans le cas des copropriétés est accru et la construction toujours plus importante de condos rend les choses encore plus compliquées», concède Jack Chadirdjian des Affaires publiques et gouvernementales pour le Québec au Bureau d assurance du Canada (BAC). Complexe pour l assureur En général, l assureur du syndicat est le responsable du bâtiment. Le copropriétaire, de son côté, assure ses biens et la plus-value des améliorations locatives. Si à l origine, c était du tapis (valeur de 1000 $) et que le copropriétaire a fait installer un parquet de bois franc (valeur de 3000 $), on évaluera les améliorations locatives à 2000 $, soit la différence entre les deux. Si un dégât d eau endommage le plancher, l assureur du syndicat devra débourser les 1000 $ et l assureur du copropriétaire devra payer la différence liée aux améliorations locatives, soit 2000 $. «Le plus complexe, c est de déterminer ce qui existait à l origine dans la convention. Il faut ensuite indiquer quelles ont été les améliorations locatives apportées au fil des ans et en faire la démonstration», explique Pierre Dépatie, viceprésident, Indemnisation, Opérations, AXA Assurances. Complexe pour l assuré «Même dans le cas d un petit immeuble à six logements, ça peut être un vrai casse-tête», admet Mario Caetano, Dégâts d eau Un supplément d Assurance

7 président de la Fédération de l industrie de la restauration après sinistre (FIRAS). «Les gens ne se parlent pas nécessairement. Peu de copropriétaires sont conscients qu ils partagent des aires communes avec leurs voisins. Lorsqu un sinistre survient, cela crée souvent des tensions. Par exemple, le fonds de réserve peut se révéler insuffisant si des travaux ont été faits dans le passé et que la franchise du syndicat est élevée», explique celui qui est également président de Refexio, une entreprise en restauration après sinistre. «Les copropriétaires connaissent aussi mal le fonctionnement d une réclamation que les contrats d assurances», affirme Élaine Savard, expert en sinistre indépendante. Cette dernière, qui représente souvent l assureur du syndicat de copropriétaires, peut passer sa journée à expliquer à chaque sinistré ce qu il en est. «Idéalement, je préfère discuter avec le représentant du syndicat, mais la réalité n est pas toujours aussi simple. Les gens veulent être rassurés», explique-t-elle. Le travail de l expert en sinistre nécessite beaucoup de diplomatie. «Le seul moment où l assuré peut évaluer l efficacité de son assureur ou de son courtier, c est au moment d une réclamation», rappelle Mme Savard. «Nous sommes l image de tout le monde», ajoute-t-elle. Un courtier ou un agent qui assure une bâtisse en copropriété pourrait fournir un petit manuel à tous les propriétaires pour expliquer les responsabilités de chacun, suggère M. Caetano. Ce livret pourrait expliquer les étapes ou les procédures à enclencher lorsque survient un sinistre. Améliorations locatives et retards Lorsqu un dégât survient dans une tour d habitation et que l eau coule sur plusieurs étages, il va sans dire que cela peut mettre en cause beaucoup d assureurs Ce qui semble le plus problématique n est pas le mandat d urgence, mais plutôt ce qui survient ensuite. «Si des travaux ou des améliorations locatives doivent être faits, il faut déterminer qui fait quoi et, souvent, c est la confusion», explique Christine Dufour, présidente de l entreprise de restauration Sinisco. «Parfois, un copropriétaire voudra faire affaire avec son propre entrepreneur et cela peut aussi ralentir le processus», souligne Robert Melo, vice-président indemnisation chez Lussier Cabinet d assurances. Chaque cas est différent. S il s agit d un bris de tuyau ou d un lave-linge qui déborde, ce genre de dégât prend souvent naissance dans un condo en particulier, mais les dommages touchent parfois les aires communes. L assureur de la bâtisse et celui du propriétaire de l unité vont alors se lancer la balle afin de déterminer le responsable. Quand plusieurs logements sont en cause, on peut imaginer la confusion Cela est particulièrement vrai quand il y a beaucoup d améliorations locatives. «Certains dossiers peuvent traîner plusieurs semaines avant qu il y ait une véritable intervention. On doit alors faire preuve de diplomatie puisqu on représente à la fois l assureur et l assuré», ajoute Mme Dufour. Nos clients copropriétaires vont évidemment nous appeler lorsqu ils subissent un dégât d eau, explique M. Melo. «Comme courtier, on ne règle pas ces réclamations. On appelle l assureur et on suit le dossier pour notre client», indique-t-il. Partage de la facture Dans le cas d améliorations locatives, le restaurateur après sinistre doit attendre les autorisations de l assureur pour procéder aux travaux. Il faut déterminer quel montant de la facture ira au propriétaire de l unité et quelle portion sera payée par le syndicat. «Il n est pas rare que le partage de la facture change plus d une fois au cours des travaux», affirme Mme Dufour. Chez Refexio, dès qu un dossier de copropriété est ouvert, on s assure tout de suite d avoir le nom des décideurs. Qui est le président du syndicat de copropriétaires? Qui est l assureur de la bâtisse et qui sont les assureurs des copropriétaires? Ensuite, on envoie un courriel à toutes ces personnes pour les convoquer sur les lieux du sinistre, idéalement en même temps, afin de rencontrer le chargé de projet. Véritable entente entre assureurs Ça fait des années que la section québécoise du BAC tente d arriver à une entente entre les assureurs sur la problématique de la copropriété dans le domaine des dommages liés aux biens. Une entente formelle est d ailleurs en cours et sera parachevée d ici septembre, mais il reste encore des incertitudes, nous confirme M. Dépatie. L industrie s est tout de même entendue sur un Tableau du partage de l indemnisation dans le cas précis des copropriétés. En bref, «cette entente souhaite éclaircir et déterminer qui paie quoi», précise-t-il. À ce jour, cette entente formelle, initiée par le BAC, a déjà été signée par 90 % des assureurs au Québec, confirme l organisme lui-même. Il existe aussi une autre entente qui exclut un article de l entente globale : la renonciation au droit de recours entre l assureur du syndicat et les assureurs des copropriétaires. «AXA Assurances n a pas adhéré à la perte de ce droit de recours, tout comme plusieurs autres assureurs», précise M. Dépatie. Cette convention globale, explique le BAC, reprend les grandes lignes de l assurance habitation quant au partage des responsabilités. On se serait entendu sur ce qui revient habituellement à l assureur du syndicat et ce qui revient aux assureurs des copropriétaires. Puisqu on s entend d avance sur ce partage, on renonce au droit de poursuite de l autre partie. Cette entente souhaite alléger les recours judiciaires liés aux paiements des indemnisations entre les assureurs des copropriétaires et les assureurs des syndicats, qui sont de plus en plus lourds et compliqués, souligne le BAC. Dégâts d eau Un supplément d Assurance

8 Après-sinistre Collecte d information et problèmes de communication Auparavant, la transmission de l information entre l assureur, le courtier et les nettoyeurs après sinistre se faisait par téléphone. Aujourd hui, les assignations sont presque entièrement numériques, grâce au courriel et au télécopieur. «Ça a du bon et du moins bon», croit Christine Dufour, présidente de Sinisco, un spécialiste en nettoyage après sinistre. Sophie Stival Les assignations sont beaucoup plus claires. Le mandat d urgence lors d un dégât d eau est rapidement envoyé électroniquement au nettoyeur après sinistre. Tous les renseignements tels que les numéros de dossier et de police et ce qui est couvert ou non (les avenants) sont détaillés. Là où il semble y avoir un manque d informations pertinentes, c est à propos du dégât d eau lui-même. «Il n est pas rare, affirme Mme Dufour, que le mandat d urgence reçu par télécopieur ne mentionne que le type de dommage : dégât d eau.» «Les détails des circonstances sont souvent trop sommaires, voire inexistants», confirme Mario Caetano, président du fournisseur après-sinistre Refexio. Dégâts d eau Un supplément d Assurance

9 Suivre un questionnaire détaillé peut faciliter la récolte d informations précises dès le premier appel du sinistré. Pourtant, toute l information semble avoir été transmise au courtier, à l agent ou à l assureur par les clients. La preuve étant que beaucoup d entre eux, exaspérés, se plaignent de répéter à plusieurs reprises les circonstances du sinistre. Le premier appel de l assuré Le courtier ou l agent est véritablement l intermédiaire entre l assureur et l assuré, spécialement dans les dommages causés par l eau, explique Robert Melo, viceprésident indemnisation chez Lussier Cabinet d assurances. «Le client nous fait part du dommage qu il vient de subir. Les cas de dégât d eau sont tout de suite catalogués non régleur par notre firme et nous envoyons immédiatement la réclamation chez l assureur. Nous avons quatre personnes qui répondent à l ensemble des réclamations de nos clients. Un délai de 72 h est accordé à l assureur pour qu il fasse appel à ses experts en sinistre, ses entrepreneurs, etc. Ensuite, nous appelons l assuré pour savoir si l assureur a pris contact avec lui. On lui demande si tout va bien. Un autre suivi est effectué 15 jours plus tard.» Pierre Dépatie vice-président, Indemnisation, Opérations, AXA Assurances, confirme que les courtiers n interviennent généralement pas dans le cas des dégâts d eau; ceux qui reçoivent le premier appel sont priés de le transférer au centre de répartition de l assureur. «On sait que dans le cas d un dégât d eau, une intervention rapide est nécessaire afin de limiter les dommages et qu il convient d envoyer sur place les bons intervenants», explique-t-il. La première intervention, c est l urgence. «Dans un tel cas, si le dommage est couvert, on alloue rapidement au restaurateur après sinistre un budget d intervention à court terme afin de procéder aux nettoyages préliminaires», explique M. Dépatie. Ensuite, on procède à l enquête et un expert après sinistre est envoyé sur les lieux. «Il se peut que les informations ne soient pas complètes», concède M. Dépatie. «On y va avec ce qu on peut soutirer du client. Nos gens en répartition sont expérimentés et ils savent poser les bonnes questions.» Le cas des experts en sinistre Les experts en sinistre indépendants n ont pas non plus accès à la même information que ceux qui travaillent directement pour l assureur, explique M. Dépatie. Les premiers n ont accès qu à une copie à l écran des notes prises lors de la première intervention alors que les autres ont accès au serveur à distance. Élaine Savard, expert en sinistre indépendante, confirme que l avis de sinistre qu elle reçoit de l assureur est souvent peu explicite. «Pourtant, le premier répondant a entendu la version complète de l assuré. Si on en savait un peu plus, on aurait peut-être moins de versions. Cela dit, on fait un travail d équipe et tout le monde fait son possible», nuance-t-elle. L expert en sinistre intervient habituellement après que le mandat d urgence a été envoyé. Mme Savard est également présidente de l Association des experts en sinistre indépendants du Québec. Elle est souvent sur la route. C est son employeur qui reçoit le mandat par courriel ou télécopieur de l assureur et qui l envoie constater les dégâts. Sur place, l expert en sinistre posera une série de questions à l assuré afin d apprécier la perte, d entamer les négociations nécessaires et de faire les recommandations de paiement à l assureur. Cerner la nature et la gravité du sinistre «La qualité de l information récoltée est cruciale pour les nettoyeurs, afin de déterminer le genre d équipement nécessaire pour assécher les lieux», ajoute M. Caetano. En connaissant l ampleur du sinistre, le client recevra un meilleur service. «Il faut connaître les détails techniques comme Y a-t-il un pouce ou quatre pouces d eau? S agit-il d eau d égout ou d eau propre?», illustre Mme Dufour. «Les gens sont parfois émotifs lorsqu un dégât d eau survient. Ils ne sont pas préparés», ajoute-t-elle. Les assurés ont parfois perdu des biens, leurs enfants ne peuvent plus dormir dans leur chambre, il faut planifier des rénovations qui seront longues et qui changeront les habitudes de la maisonnée. «L assuré ne sait pas toujours au premier appel d où provient l eau. C est souvent la panique. Même si on pose les bonnes questions, le sinistré peut avoir de la difficulté à préciser si l eau dans sa cave vient des fondations, du puits de captation, d un refoulement d égout», explique M. Dépatie. Souvent, il faudra rappeler l assuré pour en savoir plus. L expert en sinistre pose aussi son lot de questions. Selon Mme Savard, tout est sujet à interprétation. Les gens ne vivent pas tous de la même façon un dégât d eau. Pour certains c est la fin du monde et pour d autres, si c est au sous-sol, ce n est pas bien grave puisqu ils n y vont jamais L heure de la journée La gravité du sinistre, l heure de la journée et la réaction de l assuré sont aussi des variables qui influent considé- Dégâts d eau Un supplément d Assurance

10 Compte tenu de sa relation privilégiée au client, le courtier ou l agent est véritablement l intermédiaire entre l assureur et l assuré. Or, ceux qui reçoivent le premier appel de l assuré sont généralement priés de le transférer au centre de répartition de l assureur. rablement sur le déroulement d une intervention lors d un dégât d eau. Qui l assuré choisira d appeler en premier aura une incidence directe sur la transmission de l information lors de l assignation et de la réclamation. «Avant d appeler un nettoyeur en sinistre ou son plombier, l assuré devrait parler à son courtier ou à son agent», note Mme Dufour. «Ça simplifierait beaucoup les choses puisque les assurés sauraient dès le départ ce qui est couvert ou non.» En temps normal, le jour, l assuré appelle son courtier et lui fait part de son dommage. Ce dernier prend alors en note les premières impressions du sinistré et envoie à son assureur cette information. Ensuite, l assureur envoie une réclamation au nettoyeur après-sinistre. La nuit, c est souvent plus difficile. L assuré, paniqué, appelle une ligne d urgence et veut être aidé immédiatement. Il ne souhaite pas répéter toute l information trois ou quatre fois. En dehors des heures de bureau, c est un centre d appel qui prend la relève, chez le courtier, l agent ou l assureur. C est le bureau d experts en sinistre indépendants IndemniPro qui assure le relais chez AXA Assurances et Lussier Cabinet d assurances, notamment. Ce service d urgence répond aux appels des assurés et pose les questions tout comme l assureur le ferait, explique M. Dépatie. Peu d uniformité au sein des assureurs Chaque assureur a ses façons de faire. Le traitement des dossiers se fait sur des logiciels particuliers (Xactimate est le plus connu), les montants d urgence sont limités et varient d un assureur à l autre. Pour les nettoyeurs après sinistre, comme Sinisco, ça sous-entend que toute l information soit regroupée dans des calepins de notes et des cartables. «Dès qu on a une réclamation, on doit retrouver la bonne information et s assurer qu elle est à jour», explique sa présidente. Les assureurs ont aussi des politiques très variables. «Certains vont nous obliger à enlever les plinthes lorsqu on nettoie, d autres non. Parfois, les montants d urgence incluent les taxes, parfois non. Les équipements d assèchement sont parfois inclus, parfois non. Les risques d erreur sont alors plus élevés», déplore Mme Dufour. Questionnaire pour les assurés Il y a une dizaine d années, M. Caetano a élaboré, de concert avec un assureur, un questionnaire détaillé concernant les dommages liés à l eau. Dès le premier appel du client, on s assurait d avoir l information la plus pertinente grâce à des questions précises. «Les gens devaient remplir un formulaire. Aujourd hui, cette information n est plus vraiment consignée et c est dommage», déplore-t-il. Assurance vous propose d ailleurs en p.13 un questionnaire détaillé qui permettra à ceux qui recueillent les premières informations de l assuré d avoir en main les informations pertinentes pour la suite des choses. Dégâts d eau Un supplément d Assurance

11 qualité du service Renforcer les normes «Aux États-Unis, les restaurateurs après sinistres sont mieux encadrés et beaucoup plus réglementés qu au Québec», note Christine Dufour, présidente de Sinisco. La législation américaine est sévère et les poursuites sont plus nombreuses. Sophie Stival Chez nous, n importe qui peut s improviser nettoyeur après sinistre. «Aucune réglementation n est en place», déplore Mme Dufour. «Pourtant, beaucoup d interventions de nettoyage nécessitent l utilisation de produits chimiques comme des germicides et des fongicides. Dès qu on a affaire à de l eau contaminée, les procédures sont complexes. Certes, les formations se donnent beaucoup aux États-Unis et les équipements sont très dispendieux, mais il en va de la santé des gens et de nos employés», rappelle-t-elle. «En région, c est particulièrement problématique», affirme Mme Dufour. Quiconque peut devenir nettoyeur après sinistre en achètant la franchise d une bannière; ce n est pas du tout réglementé. «J ai de gros doutes quant aux formations que suivent ces gens et à la qualité des équipements qu ils utilisent. Et le grand public ignore cette information», ajoute-t-elle. L expert en sinistre est souvent le seul lien entre l assureur et le sinistré. «Lorsqu un restaurateur après sinistre ne fait pas son travail adéquatement, comme ça arrive parfois, c est nous qui ramassons les pots cassés», reconnaît Élaine Savard, expert en sinistre indépendante. Dégâts d eau Un supplément d Assurance

12 «Au Québec, la qualité du service des nettoyeurs après sinistre préoccupe de plus en plus les assureurs.» Contrôler la qualité Consciente du peu de réglementation qui existe dans le domaine de la restauration après sinistre, AXA Assurances emploie une personne d expérience qui sélectionne les entrepreneurs et les nettoyeurs après sinistre. Ce contrôleur de qualité se déplace également chez les fournisseurs. «Nous avons trois contrôleurs de qualité dans le domaine de l automobile. En assurances des biens, on en a un seul alors qu on devrait en avoir au moins deux. On examine ça présentement», indique Pierre Dépatie, vice-président, Indemnisation, Opérations, AXA Assurances. Les assureurs commencent à reconnaître un peu plus cette différence dans la qualité des services rendus, admet la présidente de Sinisco. «Les assureurs ont tout à gagner à faire affaire avec des entreprises professionnelles. Malgré tout, certains assureurs privilégient encore les moins chères», remarque-t-elle. Effort de rattrapage «Depuis cinq ans, l industrie des nettoyeurs après sinistre a tout de même fait des bonds de géant du côté de la formation», remarque le président de la Fédération de l industrie de la restauration après sinistre (FIRAS), Mario Caetano. «Avant, nous n étions qu une poignée de Québécois à suivre des séminaires et des formations aux États-Unis. Le Québec était très en retard dans le domaine de la restauration après sinistre, spécialement dans le cas des dégâts d eau», estime-t-il. Maintenant, ces associations viennent au Canada, à Toronto notamment, donner des formations. Les conventions annuelles comme le Disaster Recovery Center, organisées par le réseau Disaster Kleenup, permettent aux Québécois de se mettre à jour sans aller aux États-Unis. Selon M. Caetano, les normes de l Institute of Inspection, Cleaning and Restoration Certification (IICRC) ne sont plus seulement un standard américain, mais elles s étendent maintenant à toute l Amérique du Nord. Bien qu elles ne soient pas encore obligatoires, on vise à les atteindre, explique M. Caetano. «Dans le cas d un dégât d eau, les restaurateurs se réfèrent donc à la norme IICRC S500 et tentent de s y conformer», explique-t-il. Depuis trois ans, la FIRAS travaille avec EnviroCompétences et le gouvernement du Québec afin d établir une norme professionnelle pour le métier de technicien en restauration après sinistre. La FIRAS compte présentement 74 membres sur environ 350 joueurs d importance au Québec (incluant les différents franchisés). L ensemble de l industrie sera invité à compléter l apprentissage de deux ou trois ans. Bien sûr, il y aura une possibilité de simplement faire valider son expérience afin d obtenir la certification, explique M. Caetano. Un programme d apprentissage en milieu de travail, sera vraisemblablement lancer en janvier «Cela devrait permettre de standardiser les interventions dans notre industrie», estime M. Caetano. On entend par là l établissement de normes en matière de qualité des services et des procédures. «L assureur nous dit, par exemple : je veux que tu règles mon problème en moins de quatre jours, sinon on ne paie pas ton équipement. Certains y arriveront, d autres non. La qualité est présentement inégale d un restaurateur à l autre.» Avec cette norme professionnelle, la FIRAS s attend donc à ce que ses membres soient rétribués convenablement, en fonction d un travail de qualité. M. Caetano admet également que ces nouvelles normes risquent d éliminer certains petits joueurs moins compétents dans l industrie. Nouvelle norme professionnelle au Québec Au Québec, la performance des nettoyeurs après sinistre préoccupe de plus en plus les assureurs. Il en va de leur réputation également. «Qu il s agisse de limiter les coûts ou d assurer un meilleur service au client, un meilleur contrôle de la qualité rehausserait les normes de la profession», croit le président de la FIRAS. Dégâts d eau Un supplément d Assurance

13 Questionnaire lors du premier appel de l assuré Assurance vous propose un questionnaire détaillé qui permettra à ceux qui recueillent les premières informations de l assuré d avoir en main les données pertinentes pour la suite des choses. Quel est le nom complet de l appelant? (Utiliser le nom de famille dès que possible lors de la conversation. Cette marque de politesse établie rapidement la relation de confiance.) Quelle est l adresse du sinistre, l adresse de la facturation (lorsque différente)? Les numéros de police et de dossier? Les numéros de téléphone pertinents (de chaque assuré et du responsable du syndicat dans le cas des copropriétés)? Quel est le type d habitation? À quel moment le sinistre s est-il produit? Quelle est la cause «probable» du sinistre, selon l assuré? Y a-t-il une accumulation d eau (eau stagnante)? Combien de pouces? Qu elles sont les pièces touchées et leurs dimensions? L étage touché? Quels types de revêtement de sol sont touchés (tapis, bois franc, faux plancher)? L eau provient-elle d une source propre ou contaminée? Si la personne ne sait pas, lui demander si ça pue. Il pourra alors s agir d un simple bris de tuyau (eau non contaminée). Est-ce que la source d eau a été neutralisée? Y-a-t-il toujours de l électricité disponible? (Permet entre autres de déterminer les appareils qui pourront être utilisés lors de l intervention après sinistre.) Quel système de chauffage est fonctionnel afin de maintenir la température entre 20 C et 22 C (68º et 72 F)? Quelle quantité de meubles se trouve sur le sol mouillé? La réponse peut sensiblement varier; mieux vaut demander des précisions quant au nombre de meubles atteints par rapport à la surface mouillée (pieds carrés). Y a-t-il des inquiétudes précises? Quelqu un souffre-t-il d asthme? Craint-on la formation imminente de moisissures? Y a-t-il des enfants, des personnes âgées ou à mobilité réduite? Amasser le plus d information possible au sujet de la police d assurance, s il y a lieu (appel fait au restaurateur après sinistre). L appelant est-il propriétaire ou locataire des lieux? (Peut-il légalement autoriser les travaux?) Comment l appelant réglera-t-il la franchise? L appelant a-t-il contacté quelqu un pour effectuer les réparations? Si oui, quand doivent-elles commencer? Les pompiers sont-ils intervenus? L accès à de l eau potable est-il toujours possible? Nos remerciements à Christine Dufour (Sinisco), Élaine Savard (expert en sinistre indépendante) et Mario Caetano (Refexio) pour l aide apportée à la préparation de ce questionnaire. Dégâts d eau Un supplément d Assurance

14 La référence en assurance De Dommages au QUébec Abonnez-vous gratuitement à notre cyberbulletin hebdomadaire : Par télécopie : Par courrier : Assurance, 1200 McGill College, bureau 800, Montréal, QC, H3B 4G7 Un astérisque rouge * indique un champ obligatoire. Prénom * Nom de famille * Titre * Compagnie * Un cyberbulletin francophone exclusivement dédié à l assurance de dommages au Québec Des nouvelles de l heure sur les enjeux et les défis de l industrie Des propos pertinents de professionnels de l industrie Adresse postale * Ville * Province * Code postal * Téléphone Télécopieur Courriel * Principal domaine d activités * (Une seule case possible, celle qui vous décrit le mieux) Courtier Agent général Assureur Nombre de clients * et + Ne s applique pas Je souhaite recevoir le cyberbulletin d information * Oui Non Réassureur Expert en sinistre Service des réclamations Association Consultants Autre précisez Type d assurance vendue *(Vous pouvez cocher plus d une case) Automobile Habitation Secteur commercial/service aux entreprises Véhicules récréatifs Construction/Rénovation Machinerie agricole/équipement lourd Objets de valeur (bijoux, voitures antiques, tableaux d art, etc.) Routier/Maritime/Aérien/Ferroviaire Équipement informatique Ne s applique pas Autre précisez POUR L AUDIT SEULEMENT Au lieu d une signature personnelle, l Audit Bureau of Circulations (ABC) demande que vous répondiez à une question de vérification pour assurer l authenticité de votre demande d abonnement. Quel est votre mois de naissance? Assurance 2010

Guide d accompagnement du sinistré

Guide d accompagnement du sinistré Assurance de dommages Guide d accompagnement du sinistré Vous êtes victime d un dégât d eau, d un incendie ou d un cambriolage? Vous en avez avisé votre assureur? Qu arrive-t-il maintenant? Ce guide vous

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau Tout connaître sur l assurance et les dommages causés par l eau Les dommages causés par l eau : première cause de réclamation en assurance habitation Les dommages causés par l eau représentent environ

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010.

Montréal, le 29 janvier 2010. Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association. Objet : Assurance responsabilité civile 2010. Montréal, le 29 janvier 2010 Aux Clubs cyclistes De Vélo Québec Association Objet : Assurance responsabilité civile 2010 Bonjour, Vélo Québec Association offre la possibilité aux clubs cyclistes de profiter

Plus en détail

CONDOLIAISON RITZ-CARLTON LUXE ET RAFFINEMENT

CONDOLIAISON RITZ-CARLTON LUXE ET RAFFINEMENT CONDOLIAISON Vol. 15 I N 1 I Hiver 2014 REVUE D INFORMATION DU REGROUPEMENT DES NAIRES ET COPROPRIÉTAIRES DU QUÉBEC 2000 AVENUE MC GILL COLLEGE, BUREAU 1600, MONTRÉAL, (QUÉBEC) H3A 3H3 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Catastrophes naturelles : Une occasion d accroître la valeur du rôle des professionnels

Catastrophes naturelles : Une occasion d accroître la valeur du rôle des professionnels Catastrophes naturelles : Une occasion d accroître la valeur du rôle des professionnels MAYA RAIC PRÉSIDENTE-DIRECTRICE GÉNÉRALE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES 12 MARS 2014 COUVERT OU NON? Dommages

Plus en détail

problèmes et solutions...

problèmes et solutions... Julien Arsenault Regard sur la sous-assurance Assurance habitation mythes, Pour plusieurs individus, l achat d une police d assurance habitation peut sembler superflu pour diverses raisons. Que ce soit

Plus en détail

Copropriété : des solutions à portée de main. Par Johanne Lamanque, Vice-présidente, Québec

Copropriété : des solutions à portée de main. Par Johanne Lamanque, Vice-présidente, Québec Copropriété : des solutions à portée de main Par Johanne Lamanque, Vice-présidente, Québec Journée de l assurance de dommages 17 mars 2015 Une situation réversible En 2013, 50% des dommages causés par

Plus en détail

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages

Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages AGENTS ET COURTIERS EN ASSURANCE Assurance des syndicats de copropriétés Liste de documents pour les courtiers et les agents en assurance de dommages Lors de la souscription initiale et lors des renouvellements

Plus en détail

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle!

Ma première assurance auto. Je suis en contrôle! Ma première assurance auto Je suis en contrôle! L assurance auto, c est obligatoire! Obligatoire L assurance auto sert d abord à couvrir les dommages que tu pourrais causer aux autres. Ça s appelle la

Plus en détail

Table des matières. L assurance de la copropriété... 23. Avant-propos... 15 Remerciements... 17 Introduction... 19. chapitre I

Table des matières. L assurance de la copropriété... 23. Avant-propos... 15 Remerciements... 17 Introduction... 19. chapitre I Table des matières Avant-propos............................. 15 Remerciements............................ 17 Introduction.............................. 19 I L assurance de la copropriété............ 23

Plus en détail

Sondage. Assurance en copropriété. Présenté par

Sondage. Assurance en copropriété. Présenté par Sondage Assurance en copropriété Présenté par Mise en contexte Les syndicats de copropriétaires au Québec font face à des augmentations de primes et de franchises d assurance; Ils se voient parfois imposer

Plus en détail

Table des matières. Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31. Achat d un condo...

Table des matières. Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31. Achat d un condo... Table des matières Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31 partie I Achat d un condo... 35 1. J amorce ma réflexion sur l achat d un condo,

Plus en détail

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu.

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. Vous êtes victime ou responsable d un dégât des eaux? Pas de panique. Dans la majorité des cas, ces

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

Sondage. Assurance en copropriété. Présenté par

Sondage. Assurance en copropriété. Présenté par Sondage Assurance en copropriété Présenté par Mise en contexte Les syndicats de copropriétaires au Québec font face à des augmentations de primes et de franchises d assurance; Ils se voient parfois imposer

Plus en détail

INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC

INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC INTERVIEW DU PRESIDENT DE LA CHAMBRE PROFESSIONNELLE DES EXPERTS TECHNIQUES DJEUHON FREDERIC 1- Monsieur le président, la notion d expert technique est ambiguë pour le commun des lecteurs. Pouvez-vous

Plus en détail

LES ASSURANCES : de la négociation des contrats jusqu au versement des LA PROTECTION JURIDIQUE

LES ASSURANCES : de la négociation des contrats jusqu au versement des LA PROTECTION JURIDIQUE LES ASSURANCES : de la négociation des contrats jusqu au versement des indemnités. LA PROTECTION JURIDIQUE LES THEMES QUI SERONT ABORDES LES DIFFERENTS INTERVENANTS EN MATIERE D ASSURANCE DE COPROPRIETE

Plus en détail

Dossier Technologies. 16 Assurance

Dossier Technologies. 16 Assurance Pour y voir Qu il soit question de normes, d élaboration d outils de gestion de données ou de vente de produits d assurance en ligne, des interrogations, des inquiétudes, 16 Assurance Elenka Alexandrov

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE COMPLET

PROGRAMME D'ASSURANCE COMPLET PROGRAMME D'ASSURANCE COMPLET Un programme d'assurance collective réalisé exclusivement à l'intention des membres canadiens de l'iabc* Souscrit par : AXA Compagnie d'assurance du Canada Ligne téléphonique

Plus en détail

Asssurance du bâtiment en vertu de l assurance Trois-en-un MC

Asssurance du bâtiment en vertu de l assurance Trois-en-un MC Proposition Asssurance du bâtiment en vertu de l assurance Trois-en-un MC Si vous avez besoin d aide pour remplir la présente, appelez le : CDSPI Services consultatifs Inc. 1 877 293-9455 (sans frais)

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route

Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi modifiant la Loi sur les véhicules hors route Présenté à la : Commission des transports et de L Environnement Juin 2001 Mémoire relatif au projet de loi 13 Loi

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le

Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le Mémoire présenté par Co operators au Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance en réponse au document de discussion sur le commerce électronique Le mercredi 28 mars 2012 Co-operators

Plus en détail

Déclarer un sinistre

Déclarer un sinistre Déclarer un sinistre Que vous soyez victime ou responsable d un dégât des eaux, les démarches de déclaration du sinistre sont les mêmes. Dans tous les cas de figure, votre Compagnie d'assurances doit être

Plus en détail

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal

À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal JEAN PELLETIER, COMPTABLE PROFESSIONNEL AGRÉÉ (CA) À qui confier ses impôts? Mais examinons pour commencer 1)Les grandes lignes de notre système fiscal Au Canada, l impôt sur le revenu est prélevé sur

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...»

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...» conseils à l intention des propriétaires et des locataires foire aux questions «des consommateurs en confiance des collectivités en sécurité» «Réponses aux questions les plus fréquentes...» Mon propriétaire

Plus en détail

# Pistes d amélioration recommandées par KPMG État actuel Date cible

# Pistes d amélioration recommandées par KPMG État actuel Date cible 1 Mettre en place les mesures proposées par Loto-Québec : Diffuser une campagne de sensibilisation sur l importance d endosser les billets à l achat. Continu Depuis janvier 2008 Promouvoir le matériel

Plus en détail

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété

Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété Propriétaires, Locataires, Administrateurs de Biens et Assurance en Copropriété 1. Caractéristiques et champ d application d une Assurance Immeuble : Existe -t-il une obligation d assurance? Aucun texte

Plus en détail

OTPQ ACQC. Formulaire de déclaration du propriétaire-vendeur

OTPQ ACQC. Formulaire de déclaration du propriétaire-vendeur Ordre des technologues professionnels du Québec 1265, rue Berri, bureau 720 Montréal (Qué.) H2L 4X4 Tél.: (514) 845-3247 - 1-800-561-3459 Téléc.: (514) 845-3643 www.otpq.qc.ca Association des consommateurs

Plus en détail

Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but

Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but Ce qu il faut savoir avant de partir : faire respecter vos droits, c est notre but Cinq millions de supporters sont attendus pour l Euro 2008 cet été. Malheureusement certains d entre eux risquent de rencontrer

Plus en détail

oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur

oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur oéëéáêéò=çé=äû~áê=ë~áå= Ç~åë=îçíêÉ=ã~áëçå Guide à l intention des consommateurs sur les investigations de la qualité de l air intérieur Saviez-vous qu une piètre qualité de l air intérieur (QAI) dans votre

Plus en détail

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT)

Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Proposition Technologie de l information pour l Association québécoise des technologies (AQT) Ceci est une proposition pour une assurance contre les erreurs et omissions. Veuillez indiquer si vous demandez

Plus en détail

Un projet dont vous avez été le héros ou le zéro? André Gagné et Natacha Boivin

Un projet dont vous avez été le héros ou le zéro? André Gagné et Natacha Boivin Un projet dont vous avez été le héros ou le zéro? André Gagné et Natacha Boivin Vos héros préférés 1. 2. 3. 4. 5. 6. Un projet dont vous avez été le héros? Ou le zéro Mise en situation Mise en situation

Plus en détail

MÉMOIRE DU RGCQ SUITE AU RAPPORT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER

MÉMOIRE DU RGCQ SUITE AU RAPPORT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER MÉMOIRE DU RGCQ SUITE AU RAPPORT SUR L APPLICATION DE LA LOI SUR LE COURTAGE IMMOBILIER ADRESSÉ À M. CARLOS J. LEITÃO, MINISTRE DES FINANCES REGROUPEMENT DES GESTIONNAIRES ET COPROPRIÉTAIRES DU QUÉBEC

Plus en détail

GESTION DE RISQUES Août 2007

GESTION DE RISQUES Août 2007 GESTION DE RISQUES Août 2007 Qu est-ce qu un risque? Toute incertitude au sujet d un événement qui menace des éléments d actif Quels sont nos éléments d actif? Les gens : conseils d administration, employés,

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le choix d un local commercial est une étape cruciale dans le développement d une entreprise. L endroit choisi peut sembler prometteur mais il faut

Plus en détail

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation

Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Repenser les procédures d expulsion des coopératives d habitation Rapport du Conseil de l Ontario sur la résolution N R3 de l assemblée membres de l Ontario Avril 2003 Fédération de l habitation coopérative

Plus en détail

BIC. les GUIDES DE PLANéte copropriété. de Copropriété. Tous les questionnaires. Fiche téléchargeable sur www.planetecopropriete.

BIC. les GUIDES DE PLANéte copropriété. de Copropriété. Tous les questionnaires. Fiche téléchargeable sur www.planetecopropriete. les GUIDES DE PLANéte copropriété LE Bilan Initial de Copropriété BIC Tous les questionnaires 2 LE GUIDE DU BIC Des questionnaires pour mieux comprendre sa copropriété Les données de base permettant de

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance. automobile

Tout connaître. sur l assurance. automobile Tout connaître sur l assurance automobile Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Table des matières Acheter une assurance automobile

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Information à l'intention des locataires résidentiels de l'î.-p.-é. L information offerte dans la présente brochure offre des réponses

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART CONDITIONS GENERALES DE LOCATION EASYCART ARTICLE 1 OBJET DU CONTRAT Le présent contrat a pour objet la location de véhicules électriques ou thermiques utilisés dans le cadre de manifestations sportives,

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers

Commentaires présentés à. L Autorité des marchés financiers Consultation sur les projets de «Ligne directrice sur la conformité» «Ligne directrice sur les risques liés à l impartition» «Ligne directrice sur la gouvernance» «Ligne directrice sur la gestion intégrée

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance. habitation

Tout connaître. sur l assurance. habitation Tout connaître sur l assurance habitation Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2011 Table des matières Acheter une assurance habitation

Plus en détail

ASSURANCE DE DOMMAGES. Une personne sur quatre n a pas l esprit tranquille une fois assurée. Et

ASSURANCE DE DOMMAGES. Une personne sur quatre n a pas l esprit tranquille une fois assurée. Et ASSURANCE DE DOMMAGES Une personne sur quatre n a pas l esprit tranquille une fois assurée. Et Qu est-ce que l assurance de dommages? L assurance de dommages protège vos biens contre les pertes ou les

Plus en détail

DÉCLARATION DU VENDEUR

DÉCLARATION DU VENDEUR DÉCLARATION DU VENDEUR Le Vendeur doit compléter cette déclaration au meilleur de sa connaissance en y apportant, si nécessaire, des précisions et en considérant que seul un propriétaire occupant est en

Plus en détail

Loi sur la location à usage d habitation

Loi sur la location à usage d habitation Loi sur la location à usage d habitation mars 2007 2 Table des matières La Loi sur la location à usage d habitation... 4 Contrat de location... 5 Règles relatives au loyer... 10 Dépôts de garantie... 17

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

FORMULAIRE DE RÉCLAMATION - ENTREPRISES

FORMULAIRE DE RÉCLAMATION - ENTREPRISES FORMULAIRE DE RÉCLAMATION - ENTREPRISES PROGRAMME GÉNÉRAL D AIDE FINANCIÈRE LORS DE SINISTRES RÉELS OU IMMINENTS DATE DU SINISTRE : À expédier au plus tard trois mois suivant la date de publication à la

Plus en détail

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Mémoire de l OAQ Mai 2012 INTRODUCTION Présentation de l Ordre des

Plus en détail

Dans l éventualité qu il y aurait plus d une raison sociale, veuillez indiquer le lien entre chacune d elle :

Dans l éventualité qu il y aurait plus d une raison sociale, veuillez indiquer le lien entre chacune d elle : Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

Chapitre 4. 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties

Chapitre 4. 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties Chapitre 4 4.1 La structure de la police 4.2 Les dispositions générales 4.3 L analyse des formules et garanties 4.1 La structure de la police Les dispositions selon le Code civil du Québec L assurance

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Comment faire fortune grâce à l immobilier?

Comment faire fortune grâce à l immobilier? Comment faire fortune grâce à l immobilier? Un E-book qui vous explique les différents types d investissements. Saviez-vous qu il existe des techniques qui ne requièrent aucun temps et qui sont très rentables?

Plus en détail

Brevet Professionnel

Brevet Professionnel Brevet Professionnel ASSURANCES E32 Communication professionnelle orale Durée : 20 +20 Coefficient : 2 Session 2014 Ce sujet se compose de 5 pages, numérotées de 1/5 à 5/5. Dès que le sujet vous est remis,

Plus en détail

Comité permanent du développement des ressources humaines et de la condition des personnes handicapées. Mémoire présenté par

Comité permanent du développement des ressources humaines et de la condition des personnes handicapées. Mémoire présenté par Comité permanent du développement des ressources humaines et de la condition des personnes handicapées Mémoire présenté par Tony Norrad Président L Association canadienne des responsables de l aide financière

Plus en détail

Obtenir de bons résultats en réalisant de bonnes actions

Obtenir de bons résultats en réalisant de bonnes actions Obtenir de bons résultats en réalisant de bonnes actions Un guide pratique destiné au programme de mentorat portant sur les services juridiques bénévoles de l ABC www.cba.org Un grand nombre d entre nous

Plus en détail

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE

DÉMYSTIFICATION DE L AUTO-ASSURANCE POURQUOI L AUTOASSURANCE? Une chaîne de casinos canadiens offre l expérience client idéale. Dès l arrivée des clients et jusqu à leur départ, c est satisfaction garantie! Leurs chambres offrent tous les

Plus en détail

Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014

Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014 Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014 (Questions soumises par le comité de loisirs, culture et vie communautaire) Q1.Quelle est la nature des réparations requises à la section de l aréna du

Plus en détail

ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE

ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE Au fur et à mesure que le Canada passe à une économie tertiaire, les travailleurs du savoir prospèrent. Aidés par la technologie et exploitant leur

Plus en détail

Veuillez répondre à toutes les questions. Si une question ne s applique pas à votre situation, indiquer «S/O».

Veuillez répondre à toutes les questions. Si une question ne s applique pas à votre situation, indiquer «S/O». Proposition Assurance responsabilité professionnelle et Assurance de la responsabilité civile générale pour les membres de l Ordre des technologues professionnels du Québec Veuillez répondre à toutes les

Plus en détail

ASSURANCE POUR LES ORGANISMES BÉNÉVOLES VOS BÉNÉVOLES ET VOS CLIENTS SONT-ILS COUVERTS?

ASSURANCE POUR LES ORGANISMES BÉNÉVOLES VOS BÉNÉVOLES ET VOS CLIENTS SONT-ILS COUVERTS? ASSURANCE POUR LES ORGANISMES BÉNÉVOLES VOS BÉNÉVOLES ET VOS CLIENTS SONT-ILS COUVERTS? ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA Près de 12 millions de Canadiens, ou 45 pour cent de la population, font du

Plus en détail

Contenu. Soins des dents

Contenu. Soins des dents Contenu Soins des dents 134 Comment le professionnel procède-t-il pour se faire rembourser des soins dentaires? 137 Pourquoi le professionnel/fournisseur demande-t-il à votre client de payer pour son service?

Plus en détail

Travailleur autonome. 6. Avez-vous eu des changements dans vos activités/opérations depuis le dernier renouvellement? :

Travailleur autonome. 6. Avez-vous eu des changements dans vos activités/opérations depuis le dernier renouvellement? : FORMULAIRE POUR NOUVEAU ADHÉRANT PROGRAMME D ASSURANCE DIC Assurance de responsabilité civile et professionnelle pour les membres de designers d intérieur du Canada (DIC) Une copie des documents suivants

Plus en détail

Gestion des programmes d assurance multinationaux

Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Gestion des programmes d assurance multinationaux Dans une économie mondialisée liée par la livraison de nuit, les télécommunications avancées et l Internet,

Plus en détail

Les courtiers auront de plus en plus

Les courtiers auront de plus en plus GÉRARD BÉRUBÉ Au cours de la dernière décennie, les transformations qui ont façonné le réseau de distribution en assurance n ont donné d autre choix que d examiner ce volet du marché et de se questionner

Plus en détail

responsable? Qui est Sinistres «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas»

responsable? Qui est Sinistres «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas» Sinistres Qui est responsable? «Nous tenons compte des circonstances de chaque cas» Comment l expert en sinistres détermine la responsabilité L incidence de la responsabilité Possibilités d appel Mars

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION BAM

QUESTIONNAIRE/PROPOSITION BAM QUESTIONNAIRE/PROPOSITION BAM Nom de l établissement ou de l enseigne : Situation du risque : Proposant : Agissant en qualité de : Adresse : Code postal : Ville : Téléphone : Télécopie : I. ACTIVITE -

Plus en détail

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est :

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est : Spécimen de questionnaire d examen CET EXAMEN PORTE SUR LA MATIÈRE CONTENUE DANS LES DEUX COURS SUIVANTS : C12 : L assurance des biens et C12 : L assurance des biens, 1 re partie IMPORTANT : Vous disposez

Plus en détail

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis.

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

DEMANDE DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ (DEMANDE POUR LE PASSAGE DE L INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE À L INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE)

DEMANDE DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ (DEMANDE POUR LE PASSAGE DE L INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE À L INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE) DEMANDE DE RÈGLEMENT INVALIDITÉ (DEMANDE POUR LE PASSAGE DE L INVALIDITÉ DE COURTE DURÉE À L INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE) Demande de règlement invalidité (demande pour le passage de l invalidité de courte

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Libre choix du réparateur en assurance automobile

Libre choix du réparateur en assurance automobile Mise à jour du 05/01/2015 Libre choix du réparateur en assurance automobile Que dit la Loi? La Loi impose aux Assureurs de mentionner la faculté pour l assuré, en cas de dommage garanti par le contrat,

Plus en détail

La Réserve de Remplacement

La Réserve de Remplacement La Réserve de Remplacement Guide d utilisation mai 2006 Services familiaux et communautaires Habitation et soutien du revenu Province du Nouveau Brunswick La réserve de remplacement GUIDE D UTILISATION

Plus en détail

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE

FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE FORMULAIRE DE DECLARATION DU RISQUE Nom, Prénom Adresse du proposant : (sera le preneur d assurances si le contrat est souscrit)------------------------------- Affaire Nouvelle Avenant Remplacement No

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué!

URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! URGENCE SINISTRE! Propriétaire paniqué! Un feu? Une inondation? Une explosion? Un arbre est tombé sur votre maison suite à une tempête? Un refoulement d égout? Voici les étapes à suivre, en bref : 1. Communiquez

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Proposition Assurance erreurs et omissions excédentaire pour avocats

Proposition Assurance erreurs et omissions excédentaire pour avocats Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance erreurs et omissions excédentaire

Plus en détail

Programme d assurance pour les OBNL des municipalités membres de l Union des municipalités du Québec Il est important pour les organismes à but non lucratif de détenir des garanties d assurance visant

Plus en détail

Le certificat d assurance

Le certificat d assurance Le certificat d assurance Stipulations générales Lorsque le contexte le veut ainsi, le masculin implique le féminin et le singulier implique le pluriel. Article I Définitions Assureur Canassurance Compagnie

Plus en détail

DIVULGATION DU PROPRIÉTAIRE VENDEUR

DIVULGATION DU PROPRIÉTAIRE VENDEUR DIVULGATION DU PROPRIÉTAIRE VENDEUR Note: Ce formulaire de divulgation vous est proposé en vue de favoriser une transaction juste, honnête et équitable. Le Code civil du Québec impose au propriétaire de

Plus en détail

Constat amiable Dégâts des eaux

Constat amiable Dégâts des eaux couv.constat 11/01/08 10:18 Page 1 Des contrats pour tous La Macif, assureur de la famille, premier en automobile et habitation, vous propose une large gamme de garanties et services, en réponse à chacun

Plus en détail

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont

UN VRAI STATUT. pour l assurance collective. Les conseillers en sécurité. financière qui veulent. continuer à vendre de. l assurance collective ont UN VRAI STATUT pour l assurance collective Les conseillers en sécurité financière qui veulent continuer à vendre de l assurance collective ont jusqu en juillet 2002 pour se requalifier auprès du Bureau

Plus en détail