Omar Chaallal Nicole Demarquette Vincent Duchaine Handy Fortin Blanchette

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Omar Chaallal Nicole Demarquette Vincent Duchaine Handy Fortin Blanchette"

Transcription

1 JOURNAL DE L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE Vol. 11 N 1 Été Le Carrefour d innovation INGO certifié LEED Or 18 DÉVELOPPEMENT DURABLE Des bornes de recharge pour véhicules électriques à l ÉTS 12 RECHERCHE Omar Chaallal Nicole Demarquette Vincent Duchaine Handy Fortin Blanchette PARTENARIATS 5 Entente avec la Nanyang Technological University de Singapour 7 ÉTS AmorChem Hôpital du Sacré-Cœur Univalor

2 SOMMAIRE MOT DU DIRECTEUR DES COMMUNICATIONS Vol. 11 N 1 Été 2015 Le Carrefour d innovation INGO certifié LEED Or 3 Première bourse d entrepreneurship BDC 4 Partenariat avec la Nanyang Technological University 5 L École de l innovation citoyenne reçoit une importante subvention 5 Partenariat ÉTS-AmorChem 7 Une ville intelligente signée ÉTS et Metix 7 Classe techno : provoquer l étincelle 8 Nuit blanche à l ÉTS 9 Les filles et les sciences 10 Journée portes ouvertes La Dictée ÉTS 11 RECHERCHE Omar Chaallal 12 Nicole Demarquette 13 Vincent Duchaine 14 Handy Fortin Blanchette 15 Produire de l énergie en mastiquant 16 Subventions de recherche 16 Substance ÉTS 17 DÉVELOPPEMENT DURABLE Le programme incitatif de transport en commun : un succès 18 Installation de 14 bornes de recharge pour véhicules électriques 18 Les retombées du Fonds de développement durable étudiant 19 PRIX ET DISTINCTIONS 20 Les chantiers ÉTS 21 DU CÔTÉ DES ÉTUDIANTS 22 DES NOUVELLES DU RÉSEAU ÉTS 26 DES NOUVELLES DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT 29 L ÂGE DE LA MATURITÉ COMME LA NATURE qui s active avec le retour des beaux jours, l ÉTS continue à s enraciner de plus en plus profondément dans sa communauté d accueil. Plus que jamais, l École s ouvre sur son environnement et l effervescence qu on y observe rejoint un nombre croissant de citoyens et d organismes de Griffintown. Il en va ainsi de l École de l innovation citoyenne, qui multiplie les projets avec le milieu, du Carrefour d innovation INGO, qui accueille des entreprises de l extérieur et, bientôt, de la Maison des étudiants. Clairement, l ÉTS grandit, mûrit et arrive à l âge de la maturité. Le parcours de l École est d autant plus remarquable qu il s accomplit en symbiose avec les grands changements qui marquent notre époque, notamment dans le domaine du développement durable, à l aune d un souci authentique pour une utilisation responsable et pour la protection des ressources qui sont à notre disposition. L obtention de la certification LEED Or pour le Carrefour d innovation INGO, le travail du Fonds de développement durable de l Association étudiante de l ÉTS, qui a offert un soutien financier à une trentaine de projets en 2014, et l organisation de notre journée portes ouvertes annuelle, qui a permis de compenser les gaz à effet de serre émis par le transport des visiteurs, sont quelques exemples de l engagement de l École envers le développement durable. Les travaux de certains professeurs, dont ceux de Jérémie Voix, qui ont eu des retombées médiatiques importantes, l installation de bornes de recharge pour véhicules électriques et la construction de la Maison des étudiants, un bâtiment signature sur le plan environnemental, sont d autres initiatives qui s inscrivent dans la même ligne de pensée. Enfin, au moment où les grands événements qui ont marqué le 40 e anniversaire de l École trouvent leur place dans le grand livre de l histoire de l École, d autres projets porteurs nous occupent déjà. Parmi ceux-ci, la promotion des cycles supérieurs et de la recherche, de même que des études de premier cycle, en collaboration avec le Bureau du recrutement étudiant et de la promotion des programmes, et la préparation d un nouveau Plan de communications institutionnelles pour Tout cela s inscrira dans le cadre de la réflexion sur son Plan stratégique triennal que la Direction de l École s apprête à entreprendre. D ici là, bon été! Antoine Landry L ÉTS 360 º est une publication de l École de technologie supérieure. L ÉTS est une constituante du réseau de l Université du Québec. 2 L ÉTS 360 º 9 N 2 º Vol. 7 N 2 Printemps Automne ISSN Rédaction Olivier Audet, Stéphanie Benoit, Emmanuelle Berthou, Chantal Crevier, Brigitte Dion, Cindy D. Gauthier, Manon Lamoureux Ont collaboré à ce numéro Gino Bélanger, Mathieu Bergeron, André Bisson, Brigitte Boucher, Alexandre Goulet, Julien-Pierre Lacombe, Éric Vigneault Rédactrice en chef Manon Lamoureux Photos ÉTS, Lino Cipresso, Gilbert Duclos Infographie Lorraine Cusson Retourner toute correspondance ne pouvant être livrée au Canada à : École de technologie supérieure, Fonds de développement de l ÉTS 1100, rue Notre-Dame Ouest, Montréal (Québec) H3C 1K3 Poste-publications canadiennes Numéro de convention Information École de technologie supérieure 1100, rue Notre-Dame Ouest Montréal (Québec) H3C 1K3 Tél. :

3 SECTION? L ÉTS REÇOIT UNE CERTIFICATION LEED OR Grâce à des travaux respectueux du patrimoine bâti et de l environnement, l ÉTS a souligné en mars dernier l obtention de la certification LEED Or dans la catégorie «Noyau et enveloppe» pour la conversion de l ancienne tour de brassage Dow en Carrefour d innovation INGO. Le Carrefour d innovation INGO, à l angle des rues Peel et William. DEPUIS l existence du programme au Québec, six autres bâtiments seulement peuvent se prévaloir du niveau de certification Or. Aujourd hui, ce lieu offre près de 6000 mètres carrés d espace à des entreprises actives en technologies innovatrices. Située rue Peel, l ancienne tour de brassage est un témoin important du riche passé industriel du quartier Griffintown et de Montréal. «En recevant cette certification, l ÉTS démontre qu en construction, le génie va au-delà des plans et des structures. Le génie, c est aussi savoir réaliser des projets qui améliorent la qualité de vie des citoyens sur les plans environnemental, social et culturel. Et c est justement la marque que l ÉTS veut laisser dans Griffintown», a déclaré le directeur général de l École, Pierre Dumouchel. La certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), de niveau Or, remise par le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa), témoigne que les travaux de conversion ont non seulement été réalisés dans le respect du patrimoine bâti, mais aussi en fonction de normes élevées en matière de développement durable. Les critères pris en compte par le CBDCa pour la certification LEED portent sur l efficacité énergétique, la consommation d eau, le type et la provenance des matériaux, ainsi que sur la réutilisation ou la récupération des déchets de construction. Rappelons que l ÉTS avait reçu à l automne 2014 le Prix du patrimoine commercial pour le Carrefour d innovation INGO. Ce prix est décerné par la Ville de Montréal en collaboration avec Héritage Montréal, dans le cadre de l Opération patrimoine architectural de Montréal. Benoît Dorais, maire de l arrondissement du Sud-Ouest, Louis Réjean Gagné, architecte, MUP/Directeur, bâtiment durable, Les Services exp, Luc Paquin, directeur du projet, ÉTS, Louis-Philip Bolduc, président du conseil d administration, Section du Québec du CBDCa, et Louis Marquis, secrétaire général, ÉTS, lors d un événement soulignant l obtention de la certification LEED Or. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

4 LA BDC REMET UNE PREMIÈRE BOURSE D ENTREPRENEURSHIP DE $ Pascal Chiva-Bernard et Charles Brunelle, étudiants du microprogramme en entrepreneurship et fondateurs d ARA Robotique, ont reçu le 9 avril dernier la toute première bourse de $ décernée par la Banque de développement du Canada dans le cadre du programme de bourses d entrepreneurship BDC. Une technologie unique ARA Robotique est spécialisée dans la conception d un autopilote indépendant pour les drones de type multirotor. Véritable «cerveau électronique», il peut être installé sur tous les types de multirotor et permet à l utilisateur de contrôler son appareil à distance à l aide d une télécommande ou d un ordinateur. En plus de proposer un produit et une technologie uniques, les deux récipiendaires se sont démarqués des autres candidats étudiants grâce à un excellent plan d affaires témoignant de leur excellente compréhension du marché visé, présentant des prototypes avancés et expliquant clairement l utilisation qu ils comptent faire de la bourse. Leur passion pour les drones a pris naissance dans le club Dronolab, dont ils sont membres. Aujourd hui, l entreprise est en période d incubation au Centre de l entrepreneurship (Centech), qui accompagne les entrepreneurs dans toutes leurs démarches de création d entreprise. Le programme de bourses d entrepreneurship BDC Le programme de bourses d entrepreneurship BDC est le fruit d un partenariat entre la Banque de développement du Canada et l ÉTS et vise à encourager les étudiants en génie désirant se lancer en affaires. Créé en septembre 2014, il est ouvert aux étudiants du microprogramme en entrepreneurship. Lors de la cérémonie de remise de la bourse, Michel Bergeron, premier vice-président, Marketing et Affaires publiques, à la BDC, a déclaré que «nos campus regorgent d étudiants talentueux qui développent de nouvelles technologies. Il nous fait donc plaisir d appuyer ARA Robotique qui, nous l espérons, connaîtra une formidable croissance dans les années à venir.» Le microprogramme en entrepreneurship Ce microprogramme de quatre cours s adresse aux étudiants du baccalauréat qui ont déjà réussi au moins 30 crédits, mais également aux étudiants d autres universités. Son objectif est d offrir l essentiel des connaissances aux étudiants en génie pour qu ils soient en mesure de lancer leur entreprise. Cette formation porte donc autant sur l acquisition de connaissances que sur l apprentissage de certaines conduites. Elle fait appel aux méthodes reconnues de formation en entrepreneuriat et met notamment à contribution l expérience et l expertise existantes dans les milieux entrepreneuriaux. «Tous les ingrédients sont réunis pour faire de l ÉTS la meilleure école pour le démarrage d entreprise. Il n y a aucun doute que l entreprenariat fait partie intégrante de notre mission si nous pensons aux clubs étudiants, où les étudiants mettent leur connaissance théorique en pratique dans un projet commun, au riche environnement de recherche, au Centech ou encore au nouveau microprogramme en entrepreneurship», a souligné Pierre Dumouchel, directeur général de l ÉTS. Membres du jury n David Bernardi, chef de la technologie, Telesystem n Luc Giguère, entrepreneur, administrateur Biocognisafe Canada Inc. n Nicolas Gravel, directeur, capital de risque, investissements stratégiques et partenariats, BDC n James Lapalme, professeur, Département de génie logiciel et TI, ÉTS n David Nault, directeur d investissement, Inovia Capital n Pierre Rivet, directeur, Service des relations avec l industrie, ÉTS De gauche à droite, Pierre Laferrière, directeur du microprogramme, Michel Bergeron, les récipiendaires de la bourse BDC Charles Brunelle et Pascal Chiva-Bernard, et Pierre Dumouchel. À propos de la BDC La Banque de développement du Canada fait passer l entrepreneur d abord. Elle offre des prêts, des services de consultation, du capital de croissance et de transfert d entreprise, des services de titrisation ainsi que du capital de risque à plus de petites et moyennes entreprises. Leur réussite est cruciale pour la prospérité de l économie canadienne. 4 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

5 NTU Full Logo printing on uncoated stock: CMYK 0C 100M 90Y 0K 100C 68M 7Y 28K PARTENARIAT AVEC LA NANYANG TECHNOLOGICAL UNIVERSITY Les étudiants et les chercheurs de l ÉTS ont dorénavant la possibilité d aller étudier dans l une des meilleures universités du monde ou collaborer avec ses chercheurs. L École a en effet signé une entente avec la Nanyang Technological University (NTU), une université de Singapour classée au 9 e rang mondial de la catégorie Génie et technologie, selon QS World University Rankings. DEPUIS ce printemps, les étudiants de l ÉTS peuvent participer à des programmes d échanges avec la NTU. Deux de ses facultés se classent au quatrième rang mondial, derrière le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et les universités Berkeley et de Stanford. Il s agit de la School of Electrical and Electronic Engineering et de la School of Computer Engineering. La Faculté de génie de NTU compte étudiants, dont 4000 aux cycles supérieurs. De futures collaborations avec les chercheurs du NTU Les chercheurs de l ÉTS peuvent eux aussi tirer profit de cette entente, notamment en aéronautique et en nanotechnologies, deux domaines dans lesquels les deux universités excellent. Les chercheurs de l ÉTS auront éventuellement accès au Global Alliance of Technology, un regroupement international d universités de recherche qui réunit le California Institute of Technology (Caltech- USA), la Eidgenössische Technische Hochschule Zürich (ETH-Suisse), le Georgia Institute of Technology (Georgia Tech-USA), l Imperial College of London (Royaume-Uni), l Indian Institute of Technology Bombay (Inde) et la Shanghai Jiao Tong University (Chine). Une culture axée sur l entrepreneuriat, l innovation et le transfert technologique En 2013, la NTU est l université qui a généré le plus de revenus au monde dans les secteurs de l innovation et du transfert technologique avec l industrie. En d autres termes, l innovation et le transfert technologique font partie de son ADN. Elle compte des partenaires industriels de taille, tels Rolls Royce, BMW et Lockheed Martin. On y trouve également un centre d entrepreneuriat, le Nanyang Technopreneurship Center (NTC), dont la mission consiste à enseigner l entrepreneuriat. La NTU est par ailleurs le seul établissement universitaire asiatique financé par la Fondation Kauffman qui, avec un capital de 2 milliards de dollars, figure parmi les plus importantes fondations américaines. Bref, la signature de cette entente de partenariat offre de belles perspectives aux étudiants et chercheurs de l ÉTS. IMPORTANTE SUBVENTION À L ÉCOLE DE L INNOVATION CITOYENNE L École de l innovation citoyenne (ÉIC) de l ÉTS a reçu en mars une importante subvention de $ de La fondation de la famille J.W. McConnell dans le cadre de son programme RECODE. Ce soutien financier, versé sur une période de deux ans, contribuera à la création de la zone d innovation sociale de l ÉIC. CETTE ZONE place les étudiants de l ÉTS au centre d un vaste mouvement de solidarité qui permettra de développer, avec la collaboration de citoyens, des solutions pour améliorer la qualité de vie de la population du Grand Montréal. Ce qui correspond en tous points aux objectifs du programme RECODE de la Fondation. La subvention soutiendra la réalisation des projets suivants : 1. un laboratoire de solutions sur les enjeux urbains; 2. un réseau d intelligence collective réunissant des étudiants, des professeurs et des partenaires multisectoriels; 3. le développement de solutions à des défis qui seront identifiés sur la base des besoins des communautés; 4. des partenariats avec d autres organisations pour le financement et la réalisation des projets. «Nous sommes persuadés que cette initiative aura beaucoup à offrir à l ÉTS et à la communauté environnante, ainsi qu au secteur éducatif postsecondaire canadien», a mentionné Stephen Huddart, présidentdirecteur général de la Fondation. Pour Francine Verrier, directrice des relations avec la collectivité à l ÉTS et instigatrice des projets de l ÉIC, «la subvention de La fondation de la famille J.W. McConnell est déterminante pour le déploiement de solutions intégrées et novatrices en matière de qualité de vie. Nous sommes grandement reconnaissants de l intérêt et de la confiance dont a fait preuve cette fondation», ajoute-t-elle. La fondation de la famille J.W. McConnell Mise sur pied en 1937 par John Wilson McConnell, La fondation de la famille J.W. McConnell a pour objectif d améliorer la qualité de la vie des Canadiens en bâtissant des collectivités qui aident les gens à développer leur potentiel afin de contribuer au bien commun. L École de l innovation citoyenne Créée par l ÉTS en 2013, l ÉIC est une initiative dont l objectif est de contribuer à l amélioration de la qualité de vie des citoyens de Montréal. Toutes ses démarches visent à favoriser la collaboration, l interdisciplinarité et les valeurs entrepreneuriales. Par ses actions, elle souhaite faire croître le sens de la responsabilité citoyenne des étudiants, des élèves et de l ensemble de la population, tout en valorisant des solutions qui tiennent compte des impacts sociaux, économiques, culturels et environnementaux. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

6 Des équipes de confiance qui proposent des solutions stables et durables pour bâtir l avenir financier des ingénieurs et diplômés en génie, de leurs familles et entreprises. PLACEMENTS ÉPARGNE-PROJETS CELI REEE RETRAITE REER Et bien plus encore... ferique.com FÉRIQUE est une marque déposée de Gestion FÉRIQUE et est utilisée sous licence par sa filiale, Services d investissement FÉRIQUE. Gestion FÉRIQUE est gestionnaire de fonds d investissement et est le gestionnaire des Fonds FÉRIQUE. Services d investissement FÉRIQUE est un courtier en épargne collective et cabinet de planification financière et est le placeur principal des Fonds FÉRIQUE. Un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des courtages, des commissions de suivi, des frais de gestion et d autres frais. Les ratios de frais de gestion varient d une année à l autre. Veuillez lire le prospectus avant d effectuer un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendement passé n est pas indicatif de leur rendement futur. Les Fonds FÉRIQUE sont distribués par Services d investissement FÉRIQUE, à titre de Placeur principal.

7 TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ L ÉTS FINANCÉE PAR AMORCHEM L ÉTS a créé un partenariat avec AmorChem et l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, en collaboration avec Univalor. Le projet consiste à développer un instrument médical visant à réparer les fractures du grand trochanter. La société de capital de risque AmorChem a injecté $ pour soutenir le développement de ce dispositif jusqu au stade des essais cliniques. CE PROJET est issu d un partenariat entre le professeur Yvan Petit, du Département de génie de la production automatisée, son ancien étudiant Yan Bourgeois, et le D r Georges-Yves Laflamme, de l Hôpital du Sacré-Cœur. «Ce projet représente une première occasion de travailler avec deux nouvelles institutions, l ÉTS et l Hôpital Sacré-Cœur, ce qui nous permet d accroître notre accès aux technologies innovantes du Québec», a expliqué la D re Inès Holzbaur, associée principale d AmorChem. «Cette innovation dans le domaine médical a été développée et amenée à un très haut niveau scientifique par l équipe du professeur Petit. Nous sommes convaincus que cet implant à géométrie unique contribuera à l amélioration de la condition des patients qui subissent des complications après un remplacement de la hanche», selon le doyen de la recherche de l ÉTS, Sylvain Cloutier. «Cette technologie récemment brevetée représente une percée importante en orthopédie. Nous ne pouvons que nous réjouir que ce projet amorce une étape de son développement qui devrait mener à la commercialisation d un produit pouvant améliorer la qualité de vie des patients», a poursuivi le D r Clermont Beaulieu, directeur, développement des affaires (Sciences de la vie), d Univalor. Vue antérieure de la prothèse visant à réparer les fractures du grand trochanter. Le professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génie pour l innovation en traumatologie spinale Yvan Petit. Une complication qui affecte de nombreux patients La fracture de l os du grand trochanter est une complication de l arthroplastie totale de la hanche qui affecte près de 30 % des patients ayant subi cette intervention. Les instruments présentement sur le marché ne répondent pas à tous les besoins et comportent des imperfections, dont la rupture des câbles est la plus problématique. L instrument mis au point corrige ces imperfections et les résultats préliminaires démontrent qu il améliore les chances de réparation de la fracture de façon adéquate. «Le domaine de l instrumentation orthopédique offre plusieurs occasions d affaires lorsqu on réussit à résoudre des problèmes spécifiques. Et nous croyons que le professeur Petit et le D r Laflamme y sont parvenus avec leur approche», a conclu la D re Élizabeth Douville, associée principale d AmorChem. UNE VILLE INTELLIGENTE SIGNÉE ÉTS ET METIX Les résidents de Brossard auront accès à une carte citoyenne numérique développée par un groupe de chercheurs de l ÉTS et la firme Metix, spécialisée dans les applications numériques. EN S APPUYANT sur des technologies mondialement reconnues, la numérisation de la carte citoyenne constituera un levier de choix pour intégrer le citoyen aux activités de sa ville. B-CITI (Carte intelligente transactionnelle interactive) donnera d abord accès à certains services publics, comme l emprunt de livres à la bibliothèque, les installations municipales ou le camp de jour. Progressivement, les citoyens pourront profiter de nouvelles applications qui faciliteront leur interaction avec les différents services de la Ville, allant de l information géolocalisée sur le déneigement au signalement d événements par envoi de photos, en passant par la participation citoyenne aux affaires municipales. Le déploiement du projet compte trois grandes phases : l inventaire des services à intégrer dans B-CITI; le développement du prototype de la plateforme; et la mise en service. Les chercheurs de l ÉTS engagés dans le développement de B-CITI font partie du Laboratoire de communications et d intégration de la microélectronique, le LACIME. Metix est une plateforme collaborative qui crée des innovations numériques visant à transformer et améliorer la vie des gens. Au cours des deux dernières années, elle a investi les plateformes suivantes : Accès rapide aux soins de santé avec Chronometriq; Accès aux compétences instantanées avec CertifieTech, Accélération de croissance des projets avec METO, micro-elearning mobile avec NVS. Installée depuis deux ans au Carrefour d innovation INGO, dans le Quartier de l innovation, la jeune firme collabore avec les chercheurs du LACIME à plusieurs projets comme B-CITI. Par ses activités qui conjuguent le développement des affaires et la recherchedéveloppement, Metix incarne parfaitement la mission du Carrefour INGO et du Quartier de l innovation. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

8 CLASSE TECHNO 2015 PROVOQUER L ÉTINCELLE On connaissait déjà les classes vertes et les classes neige À l ÉTS, fidèle à notre vocation, on a créé la classe techno! Le 23 avril, plus de 200 élèves d écoles secondaires de la grande région de Montréal envahissaient l École pour vivre une journée complètement techno. Atelier de soudure, de robotique ou de fabrication de crème glacée : il y en avait pour tous les goûts! On se concentre sur la construction d un sonomètre. Provoquer l étincelle pour les sciences Visant à susciter l intérêt et à éveiller l enthousiasme des jeunes pour les sciences et les technologies, la classe techno existe depuis Pendant une journée bien remplie, les élèves participent à quatre ateliers animés par des étudiants, techniciens et enseignants de l ÉTS. Ils ont ainsi l occasion de manipuler, programmer ou construire eux-mêmes différents objets ou prototypes, en plus d assister à des exposés leur démontrant concrètement le rôle et l utilité des sciences et du génie dans la vie de tous les jours. Une véritable immersion dans ce monde! Des ateliers étonnants En choisissant quatre ateliers parmi douze possibilités, ils ont la chance de construire un pont à l aide de bâtons de popsicle et de colle chaude, de percer les mystères de l électrostatique, de fabriquer une voiture solaire miniature, de la crème glacée, un sonomètre, de tester leurs connaissances sur l environnement, les énergies vertes et le recyclage et même de toucher à la programmation robotique, à la modélisation 3D et de découvrir la mémoire des matériaux. Aussi appréciée des élèves que de leurs enseignants, la classe techno de l ÉTS s insère dans les activités parascolaires privilégiées par plusieurs écoles secondaires. Et il est vrai qu elle atteint tout à fait l objectif visé, celui de démystifier les sciences, de les rendre accessibles, intéressantes et même ludiques. Avec un taux de satisfaction de plus de 90 %, la classe techno est un véritable succès : «Très intéressant, j ai appris beaucoup de choses sur plusieurs sujets scientifiques. Je suis maintenant intéressé à en apprendre plus sur la mémoire des matériaux. La programmation des robots pour une course m a aussi très impressionné», est l un des nombreux commentaires recueillis par l ÉTS auprès de l un des élèves de l école secondaire Mont-Royal. La prochaine classe techno aura lieu en octobre. FORMATIONS PRÈS DE 300 THÉMATIQUES DE FORMATION Montréal Québec Brossard (Dix30) Sainte-Thérèse Abitibi En entreprise À l international POUR GESTIONNAIRES ET PROFESSIONNELS LE PLUS IMPORTANT FOURNISSEUR DE FORMATION DE L INDUSTRIE! 8 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

9 SECTION? NUIT BLANCHE JOUTE LUMINOCINÉTIQUE ET BIÈRES ARTISANALES Prenant part à l effervescence de la nuit hivernale la plus enlevante de l année, l ÉTS a ouvert ses portes jusqu à 2 h dans la nuit du 28 février au 1 er mars à l occasion des festivités de la Nuit blanche, dans le cadre de Montréal en lumière. Les étudiants du club GéniALE ont offert aux visiteurs leurs bières artisanales élaborées selon un procédé innovateur. PARTICIPANT à des joutes de type souque à la corde où la corde était remplacée par la lumière et la force des bras par celle du souffle des joueurs, les visiteurs, postés à chacune des extrémités du Circuit de Bachelard, devaient souffler sur leur téléphone mobile et faire avancer la lumière le plus rapidement et le plus loin possible dans les tubes lumineux. Des joutes ludiques, rapides et géniales! Cette application pour téléphones mobiles a été développée expressément pour la Nuit blanche par les professeurs Ghyslain Gagnon, du Département de génie électrique, et Jean Dubois, de l UQAM, et par des étudiants de l ÉTS. En bonne partie l équipe qui avait conçu cette installation luminocinétique unique inaugurée en 2014, pour le 40 e anniversaire de l École. À quelques pas des joueurs, les étudiants du club GéniALE offraient aux noctambules de reprendre leur souffle en dégustant des bières artisanales, élaborées selon un procédé innovateur, en collaboration avec la microbrasserie Brasseur de Montréal. LE CIRCUIT DE BACHELARD Ce circuit rend hommage au trajet intellectuel du philosophe Gaston Bachelard ( ), qui a su composer ses idées avant-gardistes abordant autant les rouages de la raison que ceux de l imagination, contribuant ainsi à nous inspirer aujourd hui une société profondément marquée par la créativité. Les professeurs Ghyslain Gagnon, de l ÉTS, et Jean Dubois, de l École des arts visuels et médiatiques de l UQAM. On participe à la joute luminocinétique sur le circuit de Bachelard. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

10 LES FILLES ET LES SCIENCES PRENDRE SA PLACE EN GÉNIE ET EN SCIENCES Le 14 mars dernier, l ÉTS accueillait l événement Les filles et les sciences, un duo électrisant! Pas moins de 332 filles enthousiastes de secondaire 2 et 3 et 60 adultes (parents et intervenants scolaires) se sont rendus à l École pour participer activement à des ateliers à la fois ludiques, scientifiques et technologiques et en apprendre plus sur les carrières liées à ces domaines. ÉCOLES, universités, entreprises et organismes avaient rivalisé d originalité et d imagination pour concevoir des activités visant à stimuler l intérêt des jeunes filles pour les sciences, voire provoquer l étincelle qui déclenchera une passion chez certaines. De la construction d un centre de tri, en passant par un atelier de soudure et la conception d une éolienne, il y en avait pour tous les goûts! Le simulateur de vol au stand de l ÉTS. L activité de Folie technique consistait à construire un centre de tri. De son côté, l ÉTS proposait entre autres la construction de ponts en bâtonnets de bois, la confection de béton dosé selon les normes en vigueur sur les chantiers de construction, la numérisation 3D d un visage ainsi que la simulation d un vol d avion sur un vrai simulateur. Des heures de plaisir pour les participantes! Les sciences : un choix de carrière judicieux Bien que le nombre de filles tende à augmenter en sciences et en génie, il reste encore du travail à faire. C est pourquoi l ÉTS s implique dans l événement Les filles et les sciences année après année. Alors qu elles sont à un moment décisif de leur cheminement scolaire, il est important de les stimuler et de les aider à voir qu elles ont une grande place à prendre dans les innombrables carrières liées aux sciences et aux technologies. L an prochain, le rendez-vous annuel Les filles et les sciences se tiendra à Polytechnique Montréal. NOUVEAU SUCCÈS POUR LA JOURNÉE PORTES OUVERTES Étrange à cette période-ci de l année de vous rappeler le froid sibérien du 1 er février dernier! C est que l ÉTS a tout de même reçu plus de 2300 visiteurs à l occasion de sa journée de portes ouvertes annuelle! Un vrai beau succès. Et ce, malgré la concurrence d un match de hockey du Canadien et du Super Bowl. IL FAUT DIRE que tout avait été mis en œuvre pour susciter la passion du génie chez les jeunes et les moins jeunes : drone, sous-marin à propulsion humaine, robots, démonstrations de prototypes, visites de laboratoires, du centre sportif, rencontres avec des professeurs et des chercheurs... Bref, l ÉTS s était parée de ses plus beaux atours afin de montrer ce qu elle fait le mieux : enseigner un génie branché sur les besoins de l industrie. Elle a réussi avec brio puisque l événement a obtenu un immense succès : 98 % des visiteurs interrogés dans le cadre d un sondage se sont dits très satisfaits de ce qu ils ont vu et entendu. Baxter, le robot conçu par le laboratoire de commande et de robotique (coro), a fasciné les enfants. «Papa, pourquoi le robot a un ipad à la place du visage?» Des spécialistes se sont fait un plaisir de répondre à la question. 10 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

11 SECTION? LA DICTÉE ÉTS UN DÉFI LANCÉ AUX FUTURS INGÉNIEURS Certains étudiants en génie n ont pas peur de sortir de leur zone de confort et de se colleter aux difficultés de la langue française. C était le cas le 19 mars dernier lorsque 70 d entre eux se sont attaqués bravement à la Dictée ÉTS. Un photomaton a permis aux visiteurs de s en donner à cœur joie et de poser pour la postérité. Un événement carboneutre Tout au long de la journée, les étudiants de la Brigade verte ont interrogé les visiteurs sur le moyen de transport utilisé pour venir à l ÉTS, leur point de départ, etc. Les gaz à effet de serre dégagés par ces déplacements ont ensuite été compensés par l acquisition de crédits carbone par la firme Planetair. Cette année, 43 tonnes de CO 2 équivalent ont ainsi été neutralisées en faveur d un projet de reforestation dans la région métropolitaine. Cette action permettant de réduire l empreinte climatique attribuable à la journée portes ouvertes a été rendue possible grâce au financement du Fonds de développement durable de l AÉÉTS. INTITULÉE Venise en février et véritable ode à la Sérénissime et à ses jeux d ombre et de lumière, la dictée, lue par Yannick Villedieu et composée par l artiste peintre Carol Bernier, comptait son lot de pièges, les mots «pareidolie», «coruscantes», «sfumato» et «contrapposto» en étant quelques exemples. C est Gabriel Dupont-Francoeur qui a su le mieux déjouer les pièges de la dictée avec seulement six fautes. Le lauréat a remporté une bourse de 1500 $ en argent ou une bourse d études d une valeur de 3000 $ applicable à des études à l ÉTS ainsi qu un logiciel de correction Antidote et un dictionnaire des synonymes Le Grand Druide. Les étudiants Charles-Henry Niamkey-Bilé, Vivianne Bravo, Thomas Noël, Mélusine Bouchet et Andoni Claverie se sont respectivement classés aux rangs suivants et ont remporté des prix offerts par la COOP ÉTS, l Association des maîtres d enseignement et le journal Le Devoir. Gabriel Dupont-Francoeur, le grand gagnant, en compagnie de Jules Richard, maître d enseignement et organisateur de la Dictée ÉTS. «Quel moyen de transport avez-vous utilisé pour vous rendre à l ÉTS aujourd hui?» La Dictée ÉTS, en bref En 2007, une dictée visant à démontrer que science et technologie pouvaient faire bon ménage avec grammaire et orthographe a été lancée au sein des différentes écoles et facultés de génie françaises. Deux ans plus tard, soit en 2009, l ÉTS décidait d en organiser une au Québec. Dès la première année, 275 étudiants provenant de différentes universités québécoises offrant des programmes de science et de génie y avaient participé. Pour l édition 2015, seuls les étudiants de l ÉTS ont participé à la dictée. Rappelons que la Dictée ÉTS s inscrit dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie. Cette journée thématique annuelle souligne la création, le 20 mars 1970, de l Agence de coopération culturelle et technique maintenant mieux connue sous le nom d Organisation internationale de la Francophonie. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

12 RECHERCHE PRÉSERVER L ANCIEN AVEC DU NOUVEAU Le patrimoine bâti du Québec compte, entre autres, quelque ponts, dont 52 % nécessitant un remplacement, une réhabilitation ou un renforcement. Quand on sait qu on ne remplace par du neuf que dans des cas exceptionnels, on mesure l importance des travaux de réhabilitation et de renforcement, travaux qui reposent aujourd hui en grande partie sur de nouveaux matériaux. Omar Chaallal est l un des spécialistes mondiaux de ces questions. «LES MATÉRIAUX COMPOSITES SONT DISCRETS, ILS NE DÉFIGURENT PAS LA STRUCTURE.» LE PROFESSEUR CHAALLAL enseigne au Département de génie de la construction. Ses principaux domaines de spécialisation sont les structures, le béton armé, le renforcement, les matériaux composites, l analyse sismique et l interaction sol-structure. Il dirige l équipe de développement et recherche en structures et réhabilitation (DRSR), dont les travaux portent notamment sur la réhabilitation des structures existantes et leur mise en conformité sismique. Il a signé plusieurs livres et plus d une centaine d articles parus dans des revues de prestige et autant dans des conférences internationales. Autopsie d un problème Si la détérioration des infrastructures est une réalité partout en Occident, le problème est encore plus marqué au Québec. Pour bien mesurer la situation, il faut comprendre les facteurs en jeu. D abord, le patrimoine bâti québécois est sujet à une détérioration accélérée en raison des conditions climatiques sévères. Les cycles de gel-dégel et l utilisation du sel de déglaçage sont des causes de vieillissement prématuré. Autre phénomène, l augmentation de la charge réglementaire. Depuis 40 ans, les pouvoirs publics l ont fait croître de un pour cent par année en moyenne. C est énorme. Finalement, les travaux d entretien sont coûteux et peu «payants» politiquement. La tentation est donc forte de négliger la maintenance. La réhabilitation et les matériaux composites Bref, les ponts sont en piteux état, et dans la majorité des cas, on ne les remplacera pas. La solution? Prolonger leur durée de vie par des interventions ciblées de réhabilitation. Le processus d intervention se fait en trois étapes : l évaluation, le diagnostic et la méthode. Il s agit 1) de constater les dégâts, 2) d en déterminer la cause et le remède, et 3) d élaborer un plan de réhabilitation qui tienne compte des diverses contraintes techniques et socio-économiques. Et si le béton était jusqu à récemment le choix privilégié des ingénieurs, on se tourne aujourd hui de plus en plus vers les matériaux composites pour les travaux de réhabilitation. Ces nouveaux matériaux présentent de nombreux avantages, en partie liés à leur légèreté et à leur immunité à la corrosion. Pourtant, leur utilisation n est pas simple, parce qu on les connaît moins : comment réagiront-ils dans une situation donnée? Pour s assurer de leur utilisation sécuritaire, Omar Chaallal et son équipe réalisent en laboratoire des essais poussés qui permettent de mesurer les propriétés des matériaux et des structures réhabilitées, et de prévoir leur réaction dans des conditions d exploitation réelles. Le cisaillement Le groupe de recherche dirigé par Omar Chaallal est leader mondial de la réhabilitation des structures déficientes à l effort tranchant - souvent caractérisées par des fissures diagonales - à l aide de matériaux composites. Il a d ailleurs développé une méthode très prometteuse, citée dans le monde entier, et baptisée Embedded Through-Section (ETS) Method. Parmi les nombreux autres projets auxquels ce prolifique chercheur a travaillé récemment, mentionnons la mise en conformité sismique de structures en hauteur et de ponts tenant compte de l interaction entre le sol et la structure. Le professeur Chaallal est soutenu financièrement par le FRQNT et le CRSNG. Il dirige les travaux d une vingtaine d étudiants de cycles supérieurs et de stagiaires postdoctoraux. Omar Chaallal Pour décrocher, Omar Chaallal affectionne arpenter les étendues désertiques comme on en trouve en Arizona; il y marche, souvent en solitaire, méditatif songeant, peut-être, à un nouveau matériau. 12 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

13 RECHERCHE INVENTER DE NOUVEAUX MATÉRIAUX L être humain a toujours cherché les meilleurs matériaux pour ses activités, aussi rudimentaires soient-elles. La situation n est pas différente aujourd hui. Avec les possibilités technologiques, notre niveau de consommation et les impératifs économiques et environnementaux, la demande pour de nouveaux matériaux n a jamais été aussi grande. Le métier de Nicole Demarquette est d en inventer. NICOLE DEMARQUETTE est professeure au Département de génie mécanique. Elle est arrivée à l ÉTS en 2012, après de nombreuses années passées à l Université de São Paulo au Brésil, avec qui elle garde des liens professionnels étroits. Elle est reconnue comme l une des spécialistes mondiales de son domaine, qui couvre notamment les matériaux polymériques, la rhéologie des polymères, les mélanges de polymères, les nanocomposites et le contrôle des morphologies des matériaux à base de polymères. Depuis 2014, elle dirige une chaire de recherche ÉTS consacrée aux mélanges et aux nanocomposites à base de thermoplastiques. Les matériaux polymériques Il existe deux grandes familles de polymères : les thermodurcissables (matériaux de structure, fuselage d avion, etc.) et les thermoplastiques (emballages, pare-chocs, boîtiers d ordinateur, prothèses, peau artificielle...). C est à cette deuxième catégorie que s intéresse Nicole Demarquette, et plus spécifiquement aux mélanges de polymères, aux nanocomposites à base de thermoplastiques issus de ressources fossiles ou de la biomasse. La morphologie ou microstructure de ces matériaux a une influence directe sur leurs propriétés et leur performance. Dans le processus de création de nouveaux matériaux, il est aussi crucial que complexe de contrôler cette microstructure, et c est d ailleurs un volet important des travaux de la chercheuse. Pourquoi créer de nouveaux matériaux La création de nouveaux matériaux répond à des demandes variées, lesquelles émanent autant de l industrie (coûts de production moins élevés, nouvelles propriétés mécaniques ou électriques, légèreté) que des consommateurs ou de la société (phénomènes de mode, préoccupations environnementales). Et la demande ne fait que croître. Les matériaux obtenus, par le grand éventail de leurs propriétés, sont utilisés dans de très nombreux secteurs, dont le transport, le biomédical, l environnement, l électronique, l énergie et le bâtiment. Nicole Demarquette Deux techniques de création La façon la plus simple de créer de nouveaux matériaux plastiques est de mélanger deux polymères dans une extrudeuse ou un mixeur interne, de façon à en créer un troisième qui pourra avoir les propriétés des deux premiers si la morphologie du mélange est optimisée. Il en existe une autre, qui consiste à ajouter un renfort de taille nanométrique à une matrice thermoplastique pour obtenir des nanocomposites. Par exemple, si on veut donner à un matériau des propriétés de conduction, on lui ajoute des nanoparticules de carbone. Cette technique de création donne des résultats souvent très avantageux. En effet, ces renforts sont ajoutés en si faible quantité qu ils réussissent à améliorer les propriétés du matériau sans en altérer la masse volumique. Un aspect critique dans l industrie du transport par exemple. Contrôler la microstructure Mais qu on mélange des thermoplastiques ou qu on ajoute des nanoparticules pour développer un nanocomposite, il demeure que la grande difficulté est d obtenir la microstructure idéale, celle qui conférera au nouveau matériau exactement les qualités visées. Car sans une morphologie adéquate, le polymère ne possédera pas les attributs recherchés. La chercheuse travaille également au développement de produits obtenus par électrofilage, un procédé de fabrication qui utilise l énergie électrique pour transformer une solution à base de polymère en fibres nanométriques, qui ont des propriétés très spécifiques. «TOUT SE JOUE DANS LA MICROSTRUCTURE.» Grande mélomane (sa passion englobe tout le classique, du baroque à la musique contemporaine), Nicole Demarquette se serait facilement imaginée chef d orchestre. À défaut de produire des œuvres musicales, elle crée des matériaux et trouve de grandes joies dans la pratique du piano et de la guitare classique, comme dans l écoute de Ravel, Debussy, Stravinsky ou Villa-Lobos. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

14 RECHERCHE FAIRE COHABITER ROBOTS ET HUMAINS Ils détectent la présence des humains et apprennent à partager leur espace. Ils ont le bout des doigts recouverts d une peau «sensorielle». Même leur aspect laisse parfois croire qu on a affaire à des créatures vivantes. Bienvenue dans l univers des robots humanoïdes et dans celui de Vincent Duchaine. VINCENT DUCHAINE est l incarnation même du chercheur d exception, dont les travaux sont depuis toujours appuyés par de nombreux fonds de recherche. Professeur au Département de génie de la production automatisée depuis 2010, titulaire d une chaire ÉTS en robotique interactive, le jeune chercheur et entrepreneur à succès jouit d un rayonnement international depuis la fin de son doctorat. «LES ROBOTS PEUVENT ENRICHIR NOS VIES. ET EN SAUVER.» Un visionnaire La robotique est une passion pour Vincent Duchaine. Visionnaire, il a pour objectif d amener les robots et les humains à partager en synergie un même espace de travail, et ultimement un même espace de vie. Les retombées positives d une telle vision sont nombreuses, dans trois principaux domaines : la réhabilitation, l aide aux personnes handicapées et la chirurgie assistée. Des robots sensibles à leur environnement Mais la création de robots collaboratifs pose la grande question de la sécurité : comment des créatures si puissantes peuvent-elles être sans danger pour les personnes qui les côtoient? Réponse : en prenant conscience de leur environnement. Le monde de la robotique a connu une évolution importante ces dix dernières années. De l ère des robots industriels (dont la caractéristique principale est de pouvoir manipuler et transporter des objets), on se dirige à grands pas vers une ère nouvelle, celle de robots dotés de capacités sensorielles qui détectent la présence des objets et des personnes à proximité. C est l un des principaux domaines de recherche de Vincent Duchaine, qui développe des capteurs aidant les robots à mieux percevoir leur environnement. Il les dote également du sens du toucher, grâce à une sorte de peau artificielle pour robots : il s agit d un matériau flexible, extensible, qui peut détecter les contacts et les localiser, donnant ainsi au robot la capacité de réagir, de s ajuster et de cohabiter avec l humain. Vincent Duchaine va plus loin. Et si on pouvait amener les robots à interagir avec nous? Dans le cadre d un autre volet de ses travaux, il travaille à la programmation des robots par l apprentissage : en les manipulant, on leur fait faire des mouvements qui les programment et qu ils pourront reproduire d eux-mêmes. Vincent Duchaine Une main intelligente et sensible Extrêmement prolifique, le chercheur ne s arrête pas en si bon chemin. On sait que les personnes ayant un bras artificiel n ont pas le sens du toucher. Ils n éprouvent pas la sensation des objets qu ils saisissent et ne peuvent donc juger s ils risquent de les écraser par une pression trop forte, ou au contraire de les laisser tomber par manque de prise. Mais les choses vont changer. Le professeur Duchaine a adapté ses travaux relatifs à la peau artificielle pour créer des capteurs tactiles qui reproduisent la sensibilité du bout des doigts d une main saine. Ces capteurs sont collés à une prothèse, laquelle est rattachée à un appareil haptique posé sur le bras et capable de transmettre les sensations perçues. En les rendant plus sécuritaires et en les dotant de capacités sensorielles semblables à celles de l homme, le chercheur souhaite contribuer à une meilleure intégration des robots dans nos vies quotidiennes. C est d ailleurs l un des objectifs de sa chaire. Vincent Duchaine aurait pu embrasser deux autres carrières. Deux carrières qui représentent bien sa personnalité créative et rigoureuse : astronaute et professeur d histoire. Passionné par le bateau dragon, il essaie de convaincre ses coéquipiers qu un robot ferait un excellent barreur. 14 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

15 RECHERCHE CONVERTIR L ÉNERGIE Au cours des dernières décennies, nous avons multiplié les formes d énergie utilisées dans la vie quotidienne. Il n est plus rare de voir un moteur ou un bâtiment alimenté par diverses sources. Pour que tout fonctionne, soit efficace et demeure stable, il faut souvent convertir ces énergies. C est la spécialité de Handy Fortin Blanchette. PROFESSEUR au Département de génie électrique, ce chercheur cumule plus de dix ans d expérience industrielle. Ses domaines d expertise sont la modélisation et la fabrication de convertisseurs de puissance à haute densité, ainsi que la simulation des unités de traction électriques en temps différé et en temps réel sur un réseau prédiffusé programmable par l utilisateur (FPGA-Field-Programmable Gate Array). Ou pour le dire plus simplement, il est spécialisé en conversion d énergie. De l alternatif au continu, et inversement On sait qu il existe deux types de courant : alternatif (CA) et continu (CC). Dans les voitures électriques modernes par exemple, la machine électrique fonctionne généralement avec un courant alternatif, tandis que l énergie qui provient de la batterie est de type continu; il faut donc le convertir. Et qui dit conversion dit pertes. D où la volonté de l industrie d optimiser les convertisseurs. Une amélioration de quelques pourcents du rendement des systèmes de conversion aura une incidence significative à long terme. Pour y parvenir, rien n est négligé : on recourt à de nouveaux matériaux, on réduit le poids (aspect crucial en aéronautique), on joue sur le volume, on accroît la durabilité. Maîtriser les champs électromagnétiques En raison des champs électromagnétiques présents dans les convertisseurs et des perturbations que ceux-ci entraînent, la disposition des pièces à l intérieur des convertisseurs a une forte incidence sur leurs performances. Si les ingénieurs comme Handy Fortin Blanchette peuvent calculer avec une extrême précision les équations qui régissent la conversion à l aide d algorithmes éprouvés, ils doivent passer par l expérimentation dès qu ils touchent aux problèmes de compatibilité électromagnétiques. Dans certains cas, on ira même jusqu à concevoir plusieurs dispositifs d atténuation du bruit électromagnétique, partie intégrante des convertisseurs, sans savoir lequel fonctionnera le mieux tant qu ils n auront pas été testés dans leur environnement réel. Une expertise qui s exporte Son expertise en conversion d énergie amène le chercheur dans des contrées où la haute technologie est moins répandue, en Inde notamment, où près de villages sont alimentés par des sources énergétiques variées et extrêmement instables. Un projet conjoint avec une entreprise québécoise tente actuellement de résoudre ce problème: brancher toutes ces sources à des convertisseurs multiports, dont la tâche consiste non seulement à convertir l énergie, mais aussi à stabiliser la tension. Le professeur Fortin Blanchette développe ces convertisseurs. Simulation pour optimiser Outre la conversion d énergie, les travaux du chercheur s étendent à un autre domaine, complémentaire : la simulation. Il s agit de mettre à l essai des convertisseurs et des machines électriques sur des simulateurs en temps réel, capables de reproduire des phénomènes physiques à la vitesse à laquelle ils se produisent dans la réalité. Au cours des cinq ou six dernières années, la technologie des semi-conducteurs a énormément évolué. Les grandes multinationales recourent largement à la simulation dans l espoir d améliorer leurs convertisseurs à la faveur de ces avancées technologiques. Et Handy Fortin Blanchette est au cœur de ces recherches. «À L HEURE OÙ LES BESOINS ÉNERGÉTIQUES MONDIAUX CROISSENT SANS CESSE, IL N Y A PAS DE GAIN NÉGLIGEABLE EN CONVERSION DE L ÉNERGIE.» Handy Fortin Blanchette Convertir l énergie est une chose, mais Handy Fortin Blanchette a la passion de transformer la matière : menuisier dans l âme, il peut construire une maison comme d autres font la cuisine. Il aime l aspect concret et plus humble de ces occupations manuelles, auxquelles il ne rechigne pas à consacrer énormément... d énergie. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

16 RECHERCHE PRODUIRE DE L ÉNERGIE EN MASTIQUANT Produire de l énergie en mastiquant : cette idée ingénieuse, imaginée par Jérémie Voix, titulaire de la Chaire de recherche industrielle en technologies intra-auriculaires Sonomax-ÉTS, et Aidin Delnavaz, chercheur à la chaire, a été désignée en mars dernier comme l un des projets innovants à fort impact scientifique par la revue scientifique Smart Materials and Structures. EN EFFET, l article Flexible Piezoelectric Energy Harvesting From Jaw Movements, qui décrit les travaux de recherche, compte parmi les projets retenus par la collection «Faits saillants 2014» de la publication. Il s agit d une reconnaissance de taille de la part de la communauté scientifique du domaine des matériaux et des structures intelligents. Le projet des chercheurs de l ÉTS a intéressé plus de 80 médias des États-Unis, de Grande- Bretagne, de France, de Corée, d Iran et d Inde. Parmi eux, Le Monde, la BBC, Newsweek, US Official News, pour n en citer que quelques-uns. Ici, ce sont la radio et la télévision de Radio- Canada et le Journal de Montréal qui se sont intéressés à cette innovation. On connaît déjà de Jérémie Voix une autre innovation très intéressante, le bouchon d oreille intelligent, qui à la fois protège du bruit et amplifie certaines fréquences. Toutefois, comme celle de tout appareil auditif, sa pile doit être changée régulièrement. Ce qui a mené les chercheurs à s attaquer à un nouveau défi : celui de récupérer l énergie humaine au niveau de la tête. Le projet de Jérémie Voix et d Aidin Delnavaz permet de récupérer l énergie générée par les mouvements de la mâchoire grâce à une fibre piézoélectrique. Cette fibre est dotée d une propriété qui génère des charges électriques lorsqu elle est déformée. Les deux chercheurs aimeraient faire en sorte que l énergie générée puisse éventuellement Le chercheur Jérémie Voix alimenter un implant cochléaire, une prothèse auditive, et même un casque de premier répondant (pompier, policier, ambulancier, etc.). Un tel projet faciliterait la tâche des per sonnes qui doivent remplacer régulièrement la pile de leur appareil auditif. Ce qui, en plus d exiger une bonne dextérité, génère des coûts récurrents. En contribuant à réduire le nombre de piles mises au rebut, il aurait également un impact positif sur l environnement. Concevoir des appareils utiles à la collectivité et sans danger pour l environnement : voilà une belle illustration du génie de l ÉTS! CHERCHEUR RESPONSABLE Rita Noumeir PROJETS DE RECHERCHE Financements confirmés entre septembre 2014 et mars 2015 SOURCE DE FINANCEMENT PARTENAIRES TITRE DU PROJET RDC/CRSNG/ MEDTEQ Star-Navigation Silkan et Airmedic Université de Montréal École Polytechnique CHU St-Justine Real-time telemedicine for emergency medical evacuation by air transportation FINANCEMENT GLOBAL $ Mohamed Cheriet QNRF Qatar University, Northumbria University (UK) Intelligent System to Digitally Support Palaeographic Analysis of Ancient Manuscripts in Qatar $ Mohammad Jahazi RDC Sorel Forge Investigating the occurrence of macro segregation in large size cast ingots of high strength steels Experimentation and modeling $ Yvan Petit AmorChem ÉTS en partenariat avec l Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Development of the Y3 Trochanteric Plate $ Stéphane Hallé FRQNT Mawashi vêtements de protection inc. Développement d une veste de refroidissement individuelle adaptée au travail des mines profondes $ CRSNG : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie RDC : Recherche et développement coopérative QNRF : Qatar National Research Fund MEDTEQ : Consortium de recherche industrielle et d innovation en technologies médicales du Québec FRQNT : Fonds de recherche du Québec Nature et technologies (FRQNT) 16 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

17 RECHERCHE LE SITE D ACTUALITÉ SCIENTIFIQUE SUBSTANCE ÉTS, UNE COMBINAISON GAGNANTE! Depuis sa mise en ligne, au printemps 2013, le site Substance ÉTS participe activement à la notoriété de la recherche scientifique et des programmes de cycles supérieurs de l École. Sa progression a atteint au printemps plus de pages vues mensuellement sur ses deux plateformes linguistiques, et son lectorat s étend de l Amérique à l Inde et à la Chine, en passant par l Europe de l Ouest et l Afrique du Nord. LA COLLABORATION de chercheurs à ses contenus et la vulgarisation scientifique sont les éléments clés de ce média interactif dont l objectif est d élargir la diffusion de la recherche produite à l ÉTS. Substance ÉTS accroît le rayonnement et l accessibilité de l information scientifique et souligne les avancées en recherche appliquée et la qualité des programmes d études supérieures de l établissement. On y véhicule un contenu scientifique ciblé et vulgarisé tant pour nos partenaires industriels, rediffuseurs scientifiques et communauté scientifique que pour les professionnels et futurs étudiants. Les nouvelles scientifiques sont proposées dans un portail web convivial et signés par des professeurs-chercheurs et des étudiants des cycles supérieurs. On y trouve également des RPI (Research Paper Introduction) présentant une introduction à un article de recherche ou à un brevet réalisé par les chercheurs de l ÉTS. Une contribution mixte au contenu Les articles de Substance ÉTS mettent de l avant l esprit de collaboration entre chercheurs et diffuseurs de contenu. La pierre angulaire du site repose sur la participation et la volonté des chercheurs, de leurs étudiants et des professionnels de l École de l utiliser comme vecteur de diffusion de leurs travaux. À ce jour, plus de 125 auteurs de l ÉTS et partenaires de recherche ont contribué à plus de 250 articles produits en français et en anglais. La majorité des domaines de recherche de l ÉTS y sont représentés ainsi qu un nombre important de chaires et d unités de recherche. De nombreux services reliés à la recherche et à l entreprenariat, tels que le Centech, les Fab Labs du Carrefour d innovation INGO, le Quartier de l innovation et la bibliothèque, contribuent également au contenu. L équipe Substance ÉTS du Bureau du recrutement et de la promotion des programmes (BREPP) : de gauche à droite : Éric Doré, responsable du BREPP, Rosalie Voisin, agente de recherche, Mario Dubois, agent de recherche, Anaïg Épié, technicienne à l information, et Gino Bélanger, agent de recherche. Chaque article publié propose aux lecteurs des hyperliens leur permettant ainsi d approfondir l exploration d un domaine ou d un sujet de recherche. Ainsi, à partir d un article RPI de Substance ÉTS, des passerelles sont proposées aux lecteurs vers le site Espace ÉTS de la bibliothèque pour qu ils puissent consulter l intégralité de l article scientifique publié, ou encore vers le site du Centech pour découvrir les capacités d accompagnement en entrepreneurship. Un esprit de collaboration Substance ÉTS s inscrit dans une dynamique de collaboration mixte entre différentes entités de l École. Les hyperliens proposés vers les sites d Espace ÉTS, du Centech, du bulletin Trait de génie du Réseau ÉTS, du Quartier de l innovation et autres vont permettre aux lecteurs de naviguer entre ces portails. Cette capacité de décupler le référencement crée un engrenage qui propulse le contenu de la recherche scientifique, de l innovation et de l entrepreneurship de l ÉTS. Le levier de vulgarisation scientifique que met de l avant l ÉTS se veut une synthèse riche en contenu de la production de nos chercheurs et étudiants. Substance ÉTS véhicule la recherche de pointe réalisée à l ÉTS en illustrant les applications à venir sans dénaturer la démarche scientifique. Cet exercice fait connaître tout le potentiel des implications industrielles de la recherche et de ses retombées socio-économiques pour le Québec et même au-delà de nos frontières. Par son nouvel outil de vulgarisation, l ÉTS fait un pas de plus vers sa notoriété d établissement universitaire de calibre mondial. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

18 DÉVELOPPEMENT DURABLE Louis Marquis, secrétaire général de l ÉTS, Nicolas Girard, Philippe Schnobb et Pierre Dumouchel. PROGRAMME INCITATIF DE TRANSPORT EN COMMUN POUR LES EMPLOYÉS UN GRAND SUCCÈS Succès sur toute la ligne dès son implantation, le Programme incitatif de transport en commun offert aux employés de l ÉTS a célébré son premier anniversaire le 25 novembre dernier. À CETTE OCCASION, le directeur général, Pierre Dumouchel, a souligné le caractère unique du programme de l ÉTS, seul établissement universitaire qui offre un tel programme à son personnel. M. Dumouchel a également insisté sur l importance de cette action pour la réduction de l empreinte environnementale de l ÉTS. Mis sur pied à la suite d un sondage suivi d une entente entre l ÉTS, la Société de transport de Montréal (STM) et l Agence métropolitaine de transport (AMT), le Programme incitatif de transport en commun offre jusqu à quatre mois gratuits sur un abonnement annuel avec l un ou l autre des transporteurs. Le président de la STM, Philippe Schnobb, et le président-directeur général de l AMT, Nicolas Girard, tous deux présents à l événement, ont vivement félicité l ÉTS pour son enga gement à l égard du transport durable. Le maire de l arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, et le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti, ont fait de même par vidéo. TRANSPORT DURABLE INSTALLATION DE 14 BORNES DE RECHARGE POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES L hiver dernier, 14 bornes de recharge pour véhicules électriques ont été installées dans les stationnements des deux pavillons principaux de l ÉTS. Ces bornes sont conçues pour recharger un véhicule hybride en environ 3 heures, et un véhicule tout électrique en environ 6 heures. Une bonne idée, surtout lorsque le chauffage consomme une bonne partie de l énergie au cours d un hiver particulièrement rigoureux! Des bornes conçues au Québec C est un groupe de travail composé d enseignants et d employés qui a choisi des bornes de recharge de niveau 2 (240 volts). Les bornes retenues, de marque «EV Duty 40», sont fabriquées au Québec par l entreprise ELMEC, puis commer cialisées et distribuées en exclu sivité par la compagnie Roulez électrique. Ainsi, cette initiative, qui s inscrit dans le Plan d action de développement durable de l ÉTS, est tout à fait cohérente avec les orientations de l ÉTS en matière d approvision nement responsable. Un programme auquel ont souscrit 250 employés Nicolas Girard a souligné le caractère innovant de l ÉTS: «Les 250 employés qui ont souscrit au programme de l ÉTS en un an prouvent l importance d innover dans le dossier de la mobilité urbaine. C est un choix écologique et sociétal. C est aussi une stratégie d entreprise gagnante, qui permet de diminuer le stress et les retards des employés dus à la congestion routière, et un atout pour le recrutement et la rétention des employés.» «La STM est très fière d être associée à l ÉTS par son programme Opus et Cie, a ajouté Philippe Schnobb. Le dynamisme et l engagement envers le transport actif et collectif de l ÉTS est certainement un exemple à suivre.» 18 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

19 DÉVELOPPEMENT DURABLE Quatorze bornes de recharge pour véhicules électriques ont été installées dans les stationnements des deux pavillons principaux de l ÉTS. De marque «EV Duty 40», les bornes sont fabriquées au Québec par ELMEC, commercialisées et distribuées par la compagnie Roulez électrique. Le projet a été financé par le programme «Branché au travail» du gouvernement du Québec et par le Service des entreprises auxi liaires de l ÉTS. Il est le fruit d une collabo ration entre le personnel du Bureau de la construction et du Service de l équipement de l ÉTS. Retombées sur le plan de l enseignement et de la recherche L utilisation des bornes a suscité l intérêt d un groupe d étudiants en génie électrique pour un projet de fin d études. Les étudiants détermineront l impact de ces bornes sur la qualité de l énergie des chargeurs pour les différents types de voitures électriques. Par ailleurs, des professeurs travaillent à la mise sur pied d un projet de recherche visant à développer de nouvelles technologies pour les bornes de recharge. Le groupe de travail qui a choisi les bornes de recharge (de gauche à droite) : Louis Dessaint, professeur de génie électrique, Philippe Terrier, maître d enseignement, Ghyslain Gagnon, professeur de génie électrique, Guillaume Paquet, technicien en contrôle, Jack-Éric Vandenbroucke, conseiller à la recherche, et Javier Beltran, responsable du Bureau du développement durable. LE FONDS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L AÉÉTS DES RETOMBÉES PLUS QUE POSITIVES Le 19 mars dernier, la communauté de l ÉTS était invitée à découvrir la grande variété des projets soutenus grâce à l appui financier du Fonds de développement durable de l AÉÉTS (FDDAÉÉTS). Pour l année 2014, plus d une trentaine ont reçu le soutien du Fonds, pour un total de $. CRÉÉ il y a sept ans, le FDDAÉÉTS finance en effet des projets responsables entrepris par différents membres de la communauté de l ÉTS étudiants, clubs et regroupements étudiants, entrepreneurs, professeurs, employés, etc. Par leur présence à l événement, les invités d honneur ont démontré l importance qu ils accordent au développement durable dans leur pratique : le maire de l arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, le directeur général de l ÉTS, Pierre Dumouchel, le directeur général d Ingénieurs Sans Frontières Québec, Jean-Yves Bourdages, ainsi que des représentants d Oxfam et d Équiterre. Simon Desrosiers et Marc-André Beauchamp, deux des fondateurs du FDDAÉÉTS, aujourd hui diplômés depuis plusieurs années, étaient aussi présents à l événement. Cette soirée a démontré clairement que les enjeux liés au développement durable sont importants pour la communauté de l ÉTS et que celle-ci multiplie les projets de façon novatrice et créative. Le groupe étudiant PRÉCI, la professeure Natalia Nuño accompagnée d un étudiant, ainsi que des représentants de l entreprise GranTuned, issue du Centech, et du groupe Décliq ont par exemple présenté les projets qu ils ont pu réaliser en partie grâce à l aide du Fonds. L événement, animé par Alexandre Boissonneault, conseiller au développement durable de l AÉÉTS, avait été organisé par le comité de gestion du Fonds, le regroupement étudiant DécliQ et le Bureau du développement durable de l ÉTS. Une belle soirée qui a mis en lumière la générosité des étudiants contribuant au Fonds. De gauche à droite, le responsable du Bureau du développement durable Javier Beltran, en compagnie de Simon Desrosiers, cofondateur du FDDAÉÉTS, et d un étudiant de génie de la production automatisée. L ÉTS 360 º Vol. 11 N 1 Été

20 PRIX ET DISTINCTIONS KAMAL AL-HADDAD REÇOIT LE PRIX EUGENE MITTELMANN, DE L IEEE Le professeur Kamal Al-Haddad, du Département de génie électrique, a reçu le prix Eugene Mittelmann, décerné par l IEEE Industrial Electronics. Il est le deuxième Canadien à recevoir ce prix depuis sa création, en LE PRIX, qui vise à souligner sa contribution exceptionnelle au domaine de l électronique industrielle, lui a été décerné l automne dernier, lors d une cérémonie tenue à Dallas. Le professeur Al-Haddad a tenu à partager cet honneur avec les étudiants, les collègues et la communauté de l ÉTS. «Un grand merci à l ÉTS qui m a permis de réaliser mes ambitions», a-t-il souligné. Le professeur Al-Haddad est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en conversion de l énergie électrique et en électronique de puissance ainsi que directeur du Groupe de recherche en électronique de puissance et commande industrielle (GREPCI) de l ÉTS. Kamal Al-Haddad AMBRISH CHANDRA REÇU MEMBRE DE L INSTITUT CANADIEN D INGÉNIERIE Le professeur de génie électrique et membre du Groupe de recherche en électronique de puissance et commande industrielle (GRÉPCI) Ambrish Chandra a été reçu membre de l Institut canadien d ingénierie. Ambrish Chandra CHAQUE ANNÉE, l Institut reconnaît l excellence d ingénieurs actifs dans les milieux tant universitaire qu industriel et membres de ses différentes sociétés. Cette année, le gala annuel de l organisme a eu lieu le 26 mai dans le cadre de la 4 e conférence sur les technologies du changement climatique (CTCC 2015). Ce forum international est une occasion pour les participants d échanger nouvelles informations et idées afin d aider nos sociétés à faire face aux changements climatiques. Le professeur et chercheur Chandra s intéresse notamment au domaine de l énergie renouvelable, des éoliennes et des panneaux solaires. SYLVAIN CLOUTIER NOMMÉ MEMBRE DU COLLÈGE DE LA SOCIÉTÉ ROYALE DU CANADA Le professeur de génie électrique Sylvain Cloutier, doyen de la recherche et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux et composants optoélectroniques hybrides, a été nommé en 2014 membre du Collège de la Société royale du Canada. IL A AINSI joint 90 autres membres sélectionnés par 51 universités canadiennes et par le Conseil national de recherches du Canada, pour leur excellence intellectuelle, scientifique ou artistique. Les membres du Collège abordent des problématiques d une importance majeure pour les nouveaux intellectuels, artistes et scientifiques afin de faire progresser le savoir et d enrichir la société, tout en mettant à profit les approches interdisciplinaires promues par le Collège. Sylvain Cloutier 20 L ÉTS 360 Vol. 11 N 1 º Été 2015

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Angelcare. Étude de cas Consommateurs

Angelcare. Étude de cas Consommateurs Angelcare Étude de cas Consommateurs Angelcare et Mobilogie réinventent le moniteur pour bébé. Profil Angelcare offre aux parents la tranquillité d esprit en fabriquant des produits pour enfants novateurs

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE

AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE Activités éducatives pour les élèves de 12 à 17 ans AMÉLIORER SON MILIEU DE VIE NIVEAU : SECONDAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 12 À 17 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre par la pratique permet d accroître

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec //

Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // Programmes de robotique FIRST // Repères pédagogiques au Québec // FIRST au Québec Favoriser l Inspiration et la Reconnaissance des Sciences et de la Technologie auprès des jeunes du Québec, en les engageant

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006

GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 GRILLE D ÉVALUATION DES PROJETS Volet Entrepreneuriat étudiant Édition 2005-2006 La grille d évaluation des projets en Entrepreneuriat étudiant est développée pour faciliter l évaluation des projets déposés

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE. Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires

L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE. Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires L OFFRE ADAPTÉE DU CRIQ À L INDUSTRIE DE LA PHOTONIQUE Conférence des Rencontres Photoniques Marie-Claude Côté, V-P développement des affaires Plan de la présentation Le CRIQ; Le secteur de l optique-photonique;

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

MNG64971 : CRÉATION ET GESTION DʹUNE NOUVELLE ENTREPRISE

MNG64971 : CRÉATION ET GESTION DʹUNE NOUVELLE ENTREPRISE MNG64971 : CRÉATION ET GESTION DʹUNE NOUVELLE ENTREPRISE Professeur : Yvon Gasse 1- DESCRIPTION 2- OBJECTIFS 3- CLIENTÈLE 4- CONTENU 5- MATÉRIEL DʹACCOMPAGNEMENT 6- ÉVALUATION 1- DESCRIPTION Le cours se

Plus en détail

Réalisez vos rêves de carrière

Réalisez vos rêves de carrière Réalisez vos rêves de carrière UN EMPLOYEUR DE CHOIX Premier employeur en TI au Canada, entreprise internationale en pleine croissance, CGI est constamment à la recherche de personnes compétentes, créatives

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

J investis pour la relève

J investis pour la relève J investis pour la relève CAMPAGNE MAJEURE DE FINANCEMENT 2014 18 PromouvoirEncourager AiderTRANSMETTRE Développer Favoriser Appuyer Former INSPIRER ÉDUQUER Motiver Instruire Stimuler MobiliserSoutenir

Plus en détail

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI OFFRE DE FORMATIONS 1 Photo : www.celine Lecomte.com TROUSSE LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE Photo : seir+seir, Creative Commons LA CARAVANE

Plus en détail

Plus qu une entreprise... Un réseau

Plus qu une entreprise... Un réseau Société GRICS Plus qu une entreprise... Un réseau De par sa nature, la Société GRICS n est pas une entreprise comme les autres : elle est un regroupement, au centre d un réseau qui réunit l ensemble des

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015

Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015 Programmes d aide financière pour les projets de R&D et d innovation en partenariat. 7 Mai 2015 Robert Déziel, Ph. D. MBA Gestionnaire, bureau régional du Québec ORGANISME SUBVENTIONNAIRE FÉDÉRAL EN SCIENCES

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay DESCRIPTION DU PROJETTECHNOLOGIQUE Création

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE

LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE LE PARTENARIAT : CLÉ DE LA RÉUSSITE Au Canada, plus de mille chercheurs en sciences humaines financés par le CRSH étudient des questions qui contribuent à la prospérité des entreprises. Ils s intéressent

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE Marcel Risi, président et directeur général Centre québécois de valorisation de la biomasse, Sainte-Foy, Québec Introduction L expérience accumulée depuis huit

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

FICHES DE PARCOURS DE FORMATION

FICHES DE PARCOURS DE FORMATION FICHES DE PARCOURS DE FORMATION Ce document comprend : 3 fiches générales L industrie de la métallurgie Parcours de formation Conditions d admissibilité générales Fiches de métiers, dont : Électricien

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Microsoft Office Specialist

Microsoft Office Specialist Microsoft Office Specialist http://www.microsoft.com/france/formation/cert/office Contactez-nous par e-mail : infomos@microsoft.com 2005 Microsoft Corporation. Tous droits réservés. Microsoft, le logo

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable FICHE ACTIONS Logica ACTIONS GLOBALES Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Mise en place d ambassadeurs développement durable ACTIONS ENVIRONNEMENTALES Favorise l utilisation

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

«Le bon plan est celui qui vous permet de réaliser ce qui compte pour vous» Dominique Vincent, MBA, CIM Vice-présidente, gestionnaire de portefeuille

«Le bon plan est celui qui vous permet de réaliser ce qui compte pour vous» Dominique Vincent, MBA, CIM Vice-présidente, gestionnaire de portefeuille «Le bon plan est celui qui vous permet de réaliser ce qui compte pour vous» Dominique Vincent, MBA, CIM Vice-présidente, gestionnaire de portefeuille Un plan financier clair et simple est synonyme de tranquillité

Plus en détail

COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER

COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER COMPRENDRE CONSEILLER RÉALISER Sommaire Une riche histoire (1912 à aujourd hui) 4 Le profil du cabinet 5 Nos valeurs 6 Votre stage 8 3 H UNE RICHE 1912 M e Gustave Monette

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable École de technologie supérieure Plan d action de développement durable 2009-2012 Enseignement et recherche Favoriser l intégration du concept de développement durable dans les activités d enseignement

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects

Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects Rapport sur les résultats pour l année 2012-2013 Subvention du Programme des coûts indirects a) La définition des coûts indirects de la recherche à l UQAC Selon la Politique relative aux subventions de

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

INVENTEZ LE CAMPUS DE DEMAIN!

INVENTEZ LE CAMPUS DE DEMAIN! INVENTEZ LE CAMPUS DE DEMAIN! Prêt à révolutionner votre campus? Vous êtes convaincus que les enjeux du développement durable sont ceux du monde de demain? Tetragora et SFR vous lancent le défi d imaginer

Plus en détail

RESPONSABLE RELATIONS PUBLIQUES

RESPONSABLE RELATIONS PUBLIQUES RESPONSABLE RELATIONS PUBLIQUES DÈS JANVIER 2015 POUR 6 MOIS MINIMUM Opérant depuis les années 2000, la mission du Groupe Esprit de corps Inc. est : «Contribuer à rendre les équipes et individus plus performants

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la

Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la Mémoire présenté dans le cadre de la consultation publique portant sur le projet de plan métropolitain d aménagement et de développement de la communauté métropolitaine de Montréal Adopté par le conseil

Plus en détail

sur un monde de possibilités

sur un monde de possibilités sur un monde de possibilités page 2 Forte de plus de 145 ans d expérience des placements, d une présence dans 23 pays et de l importance qu elle accorde à la gestion du risque, la Financière vous donne

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

Le parcours se poursuit

Le parcours se poursuit Le parcours se poursuit Tournés vers l avenir 1833 John George Irvine est nommé agent à Québec. Nous devenons ainsi la première compagnie d assurance vie à exercer des activités au Canada Le parcours se

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

MOT DE LA PRÉSIDENTE. Séance du conseil d administration du RTL, le 8 juillet 2015. Le texte lu fait foi. Bonjour,

MOT DE LA PRÉSIDENTE. Séance du conseil d administration du RTL, le 8 juillet 2015. Le texte lu fait foi. Bonjour, MOT DE LA PRÉSIDENTE Séance du conseil d administration du RTL, le 8 juillet 2015 Le texte lu fait foi. Bonjour, Il me fait plaisir de vous présenter les nouvelles en transport. 1 Cette année encore, le

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI)

Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Initiative A2 : École La Relève de Saint-Elzéar Promoteur : Pierre Arsenault, responsable et gestionnaire du Centre d accès communautaire internet (CACI) Intervenante : Édith Arsenault, conseillère pédagogique

Plus en détail

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001.

La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. La hausse des coûts de l énergie a-t-il un impact sur votre organisation? Contrôlez-les à l aide de l ISO 50001. Décollez avec l ISO 50001 et BSI. Notre expertise peut transformer votre organisation. Depuis

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export

Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant de gestion import-export Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail