Le savoir d expérience : une mise en récit à explorer entre pratique réflexive et didactique professionnelle.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le savoir d expérience : une mise en récit à explorer entre pratique réflexive et didactique professionnelle."

Transcription

1 Le savoir d expérience : une mise en récit à explorer entre pratique réflexive et didactique professionnelle. Sommaire : Entre réalité et perspective. Entre réalité et perspective. Approche du statut épistémologique et pragmatique du savoir d expérience. Vers un nouvel espace didactique. Au cours de son stage clinique, l étudiant en soins infirmiers développe un savoir d expérience, qu il va réinvestir, exprimer et échanger au cours de sa formation : savoir sur ses capacités, sur lui en situation de travail, sur le contexte clinique, institutionnel, sur les pratiques Annexe : résultats de l enquête I.F.S.I Bibliographie. Prendre en compte ce savoir d expérience, c est poser comme postulat que son exploitation à partir de sa mise en récit est potentiellement assez forte et riche pour engager un processus de changement et de construction professionnelle. Cependant, comment à partir de cette mise en récit, peut-on transformer ce savoir d expérience en expérience formatrice et transformatrice? CHOCAT Jean Cadre de Santé I.F.S.I C.H.U LIMOGES. A partir de cadres conceptuels relatif à la didactique professionnelle et à la pratique réflexive et des réponses aux questionnaires soumis à des formateurs en instituts en soins infirmiers, on peut contribuer à y apporter une réponse. Cette étude s articule autour de trois axes : (1) Comment est appréhendé ce savoir d expérience dans la pratique actuelle : entre réalité et perspective, (2) Comment peut-il être défini et quels liens peut-on établir avec la didactique professionnelle et la pratique réflexive, (3) Comment peut-on créer un nouvel espace didactique? Approche conceptuelle et présentation d un cadre d application. Apprendre de l expérience.

2 (1) 87 % des formateurs en soins infirmiers jugent essentielle et très importante la place à accorder au savoir d expérience dans le cadre de la formation! Démontre la potentialité de cette approche. Est fait référence à la didactique professionnelle, à ce qui peut être travaillé et élaboré à partir de son exploitation. Que ce soit d ordre cognitif, affectif et identitaire. Figure 1 : résultat - enquête formateurs I.F.S.I 2009 Cependant, prend toute sa richesse qu en y associant un cadre de travail pédagogique, propice à une prise de distance, un engagement et la mise en liens significatifs à partir d une démarche réflexive. Quels sont les arguments évoqués par les formateurs? Dans le cadre de la dimension didactique : Pour 90% des formateurs, l exploitation de ce savoir d expérience est au cœur de la formation par alternance de type intégrative. Son exploitation permet d articuler pratique et théorie, dans des dimensions de complémentarité ou de différence et renforce l identité du formateur. Très majoritairement, l approche par les savoirs d expérience: Permet de mieux appréhender le sens de l activité professionnelle et amène à cibler les savoirs à enseigner (cours magistral, TD, travaux pratiques), Peut proposer des parcours individualisés de formation en répondant à des problématiques singulières. Dans le cadre du développement de capacités : en y associant une approche inductive et/ou réflexive à partir de situations vécues, une certaine posture de la part de l étudiant (de questionnement, d implication, de réflexion, de prise de distance), du formateur, une référence à des cadres théoriques explicatifs (ex : psycho dynamique du travail ), une interactivité, on peut travailler et développer : D ORDRE COGNITIF : l analyse de situation, l observation, la conceptualisation, la capacité à transférer des savoirs, à les extraire, à nommer, à décrire, à établir des liens avec des cadres théoriques de référence, à donner du sens : «Ces savoirs professionnels sont des piliers à la réflexion soignante». D ORDRE AFFECTIF : travail sur les ressentis, les émotions. Ce savoir d expérience «génère de l émotion et cette émotion facilite l apprentissage et la mise en mémoire». D ORDRE IDENTITAIRE : dynamique de construction d une identité professionnelle et notamment par le biais de ce décalage théorie pratique. Formation Compétences Jean CHOCAT

3 Cependant : 79 % des formateurs jugent insuffisant ce réinvestissement. Pourquoi? Le sentiment de faisabilité est très partagé. Il apparaît une perception d insuffisance qui relève de trois domaines : le rapport au temps et à l organisation existante, les méthodes pédagogiques prévalentes, à la complexité de son exploitation. Quels sont les arguments évoqués par les formateurs? Le rapport au temps et à l organisation. Le manque de temps dont dispose le formateur voire l étudiant : c est une approche chronophage. Des promotions importantes. Des contraintes organisationnelles. Un manque de locaux afin de réaliser des TD en groupes. Peu de latitude laissée aux étudiants pour être acteur de leur formation : contrainte du programme, des méthodes. Problème de partenariat avec le terrain et pas assez de transversalité entre années de formation. Le rapport aux méthodes pédagogiques. La forme magistrale est privilégiée car plus facile à construire, plus rassurant pour le formateur et enseignement trop centré sur le savoir théorique. Temps d échange et d exploitation trop peu nombreux : manque de travaux en groupes. Manque une individualisation de l accompagnement. La représentation que peut avoir le formateur de l étudiant : rapport de «maître» à «élève». Le rapport à la complexité de son exploitation. Manque de maîtrise de la méthode d analyse des pratiques : Activité à risque pour le formateur, La complexité à l exploiter et des thématiques abordées («rapport à la mort, la personne-âgée sénile en institution, la violence explicite et implicite dans les relations au travail»), Un manque de prise de conscience au sein de l équipe de son intérêt et de son sens, L étudiant n est pas habitué à analyser sa pratique et a le sentiment d être évalué, Un savoir d expérience pas assez formalisé. Pourtant selon les formateurs, 77% des étudiants recherchent ce partage d expérience!

4 (2) Approche du statut épistémologique et pragmatique du savoir d expérience. Savoir d expérience? didactique professionnelle? Comment le définir, appréhender sa mise en récit et le lien avec la Il est étudié dans : Son rapport au sujet : Savoir social ou construit individuel? Son rapport à l activité ou à la pratique : Quel contenu? Pour quelle conscience? Son rapport à la transmission : Expression objective ou mise en récit? Son rapport à la formation : Lien avec la didactique professionnelle? 1. Son rapport au sujet : Savoir social ou construit individuel? Savoir d expérience : nous retrouvons cette expression dans l ouvrage collectif Les savoirs d action : une mise en mot des compétences aux Editions l Harmattan. Selon BARBIER J.M : «L expérience c'est-à-dire l exercice par un sujet d une activité. Les savoirs dits d expérience ou issus de l expérience, les savoirs empiriques sont censés avoir été produits à l occasion de pratiques de transformations du monde, ou plus exactement de démarches mentales et discursives accompagnant les pratiques de transformation du monde. Leur argumentation est fondée essentiellement sur le fait qu ils auraient été expérimentés.» Il précise qu ils renvoient à «des énoncés propositionnels associés de façon relativement stable à des représentations sur le monde et sa transformation, faisant l objet d une reconnaissance sociale et d un contrôle se situant dans le registre de la validité et considérés comme susceptibles d être investis dans des activités de pensée, de communication ou de transformation de l environnement». Ce sont des énoncés, un savoir sur et indexés d un jugement de valeur, d une reconnaissance, d une qualification sociale.

5 Il existe différents types de savoir. On peut citer : Le savoir d action qui guide le processus de l activité (savoir de positionnement (identitaire), de process, de communication, Le savoir d expérience qui peut-être issu d une expérience vécue et qui a interrogé le sujet Le savoir lié à l expérience au sens du développement d une expertise. Au travers de ces définitions, nous appréhendons la dynamique sociale du savoir. Il est reconnu, partagé au sein d un milieu. Une équipe de soins partage un ensemble de savoirs d expérience qui lui permet d échanger, de se comprendre, de pouvoir réaliser les activités soignantes : Une forme de registre professionnel, une grille de lecture, d analyse et d action. Quand l étudiant rapporte que «l infirmière fait comme ça..», il énonce un savoir issu de son expérience en stage, qui a elle-même rencontrée l expérience des professionnels. Cependant, il n est pas le simple reflet et rapporteur de ce savoir. L a reçu, intégré, évalué, jugé ou pas comme pertinent selon ses critères et le restitue dans un contexte qui lui-même est spécifique. Ce savoir d expérience a beaucoup voyagé entre sa source et sa restitution. S est peut-être déformé, devenu incomplet, et au final généralisé en occultant la spécificité de la situation où il est né (processus de desingularisation). D un savoir d expérience social, est devenu un savoir individualisé ou connaissance pour l étudiant. Ce qu évoque BARBIER «de représentations de savoirs.» où «elles sont censées être le produit de leur intériorisation par le sujet». Ces connaissances sont : des états variables d un individu à un autre, le résultat d expériences cognitives, des expériences de rapport entre un sujet et un objet, rapport de nature causale, qui exprime une tension, une adéquation, en lien avec son histoire, lui permettant de représenter le monde et de se représenter au sein de celui-ci (dimension identitaire). Elles prennent sens chez le sujet, sont importantes pour lui, le guide au travers de ses activités. Elles peuvent être exprimées au cours d une interaction sociale ou d une démarche d analyse. C est alors selon WITTORSKI, le passage d une «représentation fonctionnelle de l action à «une représentation discursive formalisante de l action.» En conséquence, il est social par sa nature, son partage, sa reconnaissance, sa valeur et individualisé par son intégration, sa reconstruction et sa restitution. Il est porteur de sens pour le sujet qui l exprime et à un degré de pertinence pour lui. Ce qui pose quelques questions : - Avons-nous en tant que formateur le même savoir d expérience que les professionnels exerçant dans le milieu professionnel? Ou du moins si différence existe, est-elle toujours compatible avec le processus de formation? - Comment se situe l étudiant? Quelle est sa référence, son point d ancrage? son influence? - Comment recevoir ce savoir et en faire un «objet» de formation? 2. Son rapport à l activité ou à la pratique : Quel contenu? Pour quelle conscience? 2.1 Quelles sont les thématiques recueillies? La méthode employée pour recueillir ce savoir, le contexte d énonciation, les acteurs en présence, les buts poursuivis orientent la thematique sous-jacente.

6 Selon les réponses aux questionnaires, il apparait qu il prend différentes formes : La pratique infirmière observée par l étudiant est très attractive. Pour 60% des formateurs, il est très fréquemment abordé. Il évoque ce qu il voit réaliser lors de son stage clinique. Figure 2 : résultat - enquête formateurs I.F.S.I 2009 Mais plus rarement sa propre pratique! D autres savoirs sont exprimés : 55% des formateurs expriment que le vécu de l étudiant est trés fréquemment abordé et certains thémes en lien avec des situations spécifiques : la relation pédagogique, l évaluation, l encadrement, des questions d éthiques, l ecart entre la pratique et la théorie, le rapport à la mort, à la personne agée vivant en institution, aux relations dans le monde du travail, au stress, aux erreurs thérapeutiques Par contre, le savoir au sujet des institutions est plus rarement évoqué. Ce qui me semble t-il correspond bien au fait, qu ils ont souvent des difficultés à cerner les attentes du milieu professionnel. Ce que l on appelle la «clairvoyance normative». 2.2 Où situer ce savoir d expérience? Suivant ce qui est exprimé, le savoir d expérience s inscrit dans deux registres : l activité ou la pratique. Ce qui nécessite de différencier ces deux termes. Selon BARBIER J.M dans le cadre de L analyse de la singularité de l action (2000) : On appelle «processus le passage d un état à un autre état formant une unité significative pour un observateur». La notion d activité : «Désigne l ensemble des processus dans lesquels s engage un sujet, individuel ou collectif, du moins dans un champ donné.» (p 17) La notion de pratique : «Désigne le lien existant entre un sujet humain et une transformation précise de son environnement physique, social ou mental.» (p.17) Par exemple, quand l étudiant rapporte la manière dont procède l infirmière lors d une pratique soignante, il se situe principalement dans le registre de l activité, menant à travailler les déterminants, voire envisager les invariants opératoires de cette activité au sein d une classe de situation (Voire à ce sujet G.VERGNAUD : le schème de l activité). Par contre, quand il évoque son vécu en lien par exemple à sa prise en charge d une personne âgée en fin de vie, il se focalise plus sur sa pratique en situation. La dominante de l expression est une représentation centrée sur eux dans la situation. C est certainement une dimension plus intime.

7 Ainsi, suivant la nature de la focalisation, le registre attentionnel et discursif en cours, ce savoir d expérience s apparente soit à de l activité soit de la pratique. 2.3 Son rapport à la conscience. Selon le point de vue de la psychologie cognitive et développementale : Il apparaît différents niveaux de conscience : - Le fonctionnement conscient non réflexif. - Le fonctionnement à proprement parler réflexif de la conscience. «Les phénomènes de conscience de ce niveau consistent, par exemple, en des réflexions, des questionnements, des évaluations et des mises en relation portant sur certains phénomènes de conscience du premier niveau... C est à ce deuxième niveau que le sujet a conscience de prendre ses fonctionnements comme objets de conscience.» - Le troisième niveau serait le produit d'un raisonnement plus ou moins logique. Le sujet devient un observateur critique de ses fonctionnements. Selon J.PIAGET, cette conscience a pour fonction de permettre au sujet de retrouver un état d équilibre. Alors, on peut penser qu énoncer un savoir acquis en situation permet de tendre vers la résolution d un état de déséquilibre. Au travers des réponses, très souvent la survenue d un problème chez l étudiant, l amène à énoncer ce savoir d expérience. Le problème crée un déséquilibre, une prise de conscience et son énoncé contribue à un retour d équilibre dans la mesure où le contexte favorise cette dynamique. Tendance inversée lors d un événement vécu positivement! Évoquons-nous ce qui va bien? Nous retrouvons aussi comme circonstances d énonciation : «l énoncé de ce savoir d expérience peut être mis en lien à la suite d un questionnement individuel, une auto-évaluation vis-à-vis d un projet personnel de l étudiant Le plaisir de partager l expérience avec des pairs, la nécessité de se construire une identité professionnelle dans le cadre d écriture de fin de formation» Une tierce personne peut susciter cette expression. Mais est-que cela fait sens pour l étudiant? Deux points demeurent à mentionner : Comme le souligne P. VERMESCH, dans toute action existe une dimension pré-réfléchie, non accessible spontanément à la conscience. De ce fait, le savoir d expérience énoncé par l étudiant est mobilisé qu en partie. L autre partie est soit non exprimable au sens non entendable ou non consciente dans l immédiateté du discours. C est tout l intérêt des pratiques réflexives que de faire émerger une conscience plus sensible à ce qui est vécu et appris. Le passage d un savoir d expérience à l expérience : on vit en permanence des situations. Ce n est pas pour autant qu elles deviennent significatives pour soi et source d un apprentissage. On peut alors s interroger sur le fait que, ce qui est exprimé spontanément par l étudiant relève t-il d un savoir acquis ou bien d une expérience vécue et significative pour lui? Le premier relevant plus du cognitif, le second de l expérientiel, de l affectif ou l émotion vécue, la projection dans un futur, la mise en lien avec une histoire sont des déclencheurs d intégration et d appropriation. 3. Son rapport à la transmission : Expression objective ou mise en récit? Comment situer ce qui est exprimé? Il va coexister différents registres relationnels plus ou moins conscients et différentes modalités de l expression :

8 L expression spontanée par l étudiant ou au cours d un travail programmé. L expression induite par une demande (par exemple par un formateur suite à la recherche d une information). L expression libre : pas de cadre d évocation. L expression guidée à l aide d une méthode spécifique (par exemple lors d un entretien d explicitation, d une auto confrontation croisée, dans le cadre d une pratique réflexive). Le verbal, le non verbal. La verbalisation, la mise par écrit, voire une mise en scène. Reprenant l approche de P. ASTIER dans son article Dire, Faire et Savoir, Remarques sur leurs relations à l occasion des discours d expérience, il apparaît différents points : La relation entre l action et le savoir : «il est mis en évidence l écart entre l action et le contenu des énoncés» (p.70) Différents paramètres présence, les buts poursuivis. influencent la mise en discours : le contexte d énonciation, les acteurs en La spécificité de l activité d énonciation : «un tel énoncé est le résultat d une ou plusieurs activités dans le cadre de la situation de communication que les sujets construisent dans le contexte proposé». Associé à un processus de desingularisation : «En fait le discours ne dit pas l action, mais la présente au travers d un prototype (DUBOIS, 1991)» et d affirmation identitaire (processus de resingularisation). Yves CLOT et Daniel FAÎTA dans un article portant sur Genres et styles en analyse du travail : concepts et méthodes évoquent l échange verbal : lieu et espace de développement. Faisant référence à Bakhtine, ils énoncent que cet échange verbal est «porteur de potentiels subjectifs allant au delà de la simple narration de l activité. Il existe une «motricité du langage» au fur et à mesure de l acte d énonciation». Et «Il est plus probable que l énoncé dit, délivre dans l ordre séquentiel, sous l emprise des diverses inférences et de multiples dépendances conditionnelles, des messages construits au fil d un déroulement linéaire du discours comportant hésitations, ruptures et retours sur lui-même, mais que simultanément il ouvre des portes par lesquelles se manifestent ou émergent les traces des ailleurs et des autres choses coexistants» (p 21). La mise en récit du savoir d expérience «Ouvre des portes»! La prise de distance réflexive doit permettre d entendre une zone signifiante non accessible par le jeu d une simple verbalisation. Ce qu évoquent les formateurs interrogés : la nécessité de créer un espace «dialogique» spécifique et de ne pas se limiter à de simples échanges. 4. Son rapport à la formation : liens avec la didactique professionnelle? Réf : PASTRE P, MAYEN P, VERGNAUD G : La didactique professionnelle in Revue Française de Pédagogie, n 154, janvier-février-mars 2006, pp La didactique professionnelle est fortement ancrée dans l activité professionnelle. «Elle a pour but d analyser le travail en vue de la formation des compétences professionnelles». Et cette «analyse du travail par sa dimension réflexive est un important instrument d apprentissage» (p.145). De ce fait, elle propose un cadre théorique et pratique de la formation. S articule autour : - d un champ de pratiques, - de la formation des adultes, - de trois champs théoriques : la psychologie du développement, l ergonomie cognitive et la didactique.

9 En quoi la mise en récit de ce savoir d expérience, peut-elle s inclure dans cette approche et en être un facteur dynamique de formation? Différents arguments : Le lien existant entre l analyse des apprentissages et l analyse de l activité des acteurs. Par le biais de l expression de ce savoir d expérience, on peut inférer la dynamique et le style d apprentissage. En lien avec la psychologie ergonomique : le récit du savoir d expérience va permettre d étudier : La distinction entre la tâche et l activité. Le travail fait sur les images cognitives et opératives. Le travail sur les situations dynamiques nécessitant d agir au bon moment et mettant en lumière l expression de compétences. L écart entre la pensée et l action. En lien avec la psychologie du développement : PIAGET et VYGOKSKI J.PIAGET : le concept de schème et les invariants opératoires, l étude des connaissances opératoires et prédicatives. VYGOKSKY : «la zone de proche développement» propice à l apprentissage, le travail sur le langage et la médiation symbolique avec deux dimensions : individuelle et collective avec le partage et l étude du sens et de la signification. En lien avec la didactique professionnelle : la référence à la création de situations didactiques à des fins de formation. L expression du savoir acquis permet de situer l apprentissage (activité constructive) réalisé lors d une activité productive, dont la dimension critique est la formation. La pratique réflexive venant s y associer. De plus, apprécie le développement du sujet en formation à partir d indicateurs que l on va relever : la capacité de désingulariser, la place jouée à la réflexivité et à se réorganiser. Ce savoir d expérience exprimé, analysé, partagé est un excellent médiateur à la construction de compétences. Comment l exploiter? En définissant des objectifs didactiques. En orientant la méthode de mise en récit suivant les objectifs poursuivis. En créant au sein de la formation : des milieux de mise en récit, des outils de recueil et d analyse. En développant l activité compréhensive et la mise en lien.

10 (3) Vers un nouvel espace didactique. «L expérience, ce n est pas ce qui arrive à quelqu un, c est ce que quelqu un fait avec ce qui lui arrive.» Aldous Huxley. 1. Proposition d objectifs didactiques. En lien avec le référentiel d activités et de formation, l approche par compétences et la pratique réflexive, le travail d analyse du récit d expérience permet : D expliciter CCCGHGGC et prendre de conscience d'une stratégie cognitive, travailler sur les représentations, apprécier la 1. gfdfs cohérence entre la pensée et l'action, comparer cette stratégie avec les autres membres du groupe, en apprécier son efficacité, développer son sentiment d'auto-efficacité. A C, partir d'une situation vécue en stage : répondre à une problématique posée, proposer un cadre explicatif et des actions, faciliter le transfert de connaissances théoriques en établissant des liens, travailler sur l'identité professionnelle, prendre conscience du déroulement d'une pratique lors d'une évaluation, développer une dynamique d'analyse de situations. Expliciter une procédure professionnelle, le sens d'une pratique en situation, les déterminants de sa réalisation en contexte, la modifier et la faire évoluer. Lors d'une démarche de recherche : préciser une question de recherche, orienter la problématique, intégrer la méthodologie de recherche. Lors d'un bilan de compétences : permettre de faire émerger les compétences acquises et les situations où elles s'expriment. Selon le cadre de travail, le savoir d expérience évoqué, certains objectifs seront plus particulièrement ciblés. Ils permettent de travailler les composantes d une compétence : domaine cognitif, le sentiment d autoefficacité, l engagement, la compréhension de la tâche, la claire voyance normative, l évaluation de la performance selon un résultat attendu. 2. Selon quelle(s)conceptions et méthode(s)? Comment exploiter ce savoir d expérience? Faut-il développer une méthode particulière? Quelle doit être la posture du formateur? Quels sont les milieux propices à l émergence de cette mise en récit et les outils de recueil et d analyse? 2.1 Approche conceptuelle. Il faut éviter de vouloir imposer un dogme méthodologique. La meilleure méthode est celle qui permet d apporter une valeur ajoutée à ce savoir d expérience dans une situation singulière. Cependant, cela ne veut pas dire qu il faut se contenter de son «pur instinct»! Quelle que soit la méthode, elle existe, avec des principes directeurs, un cadre conceptuel de référence, allant de la relation interindividuelle à la relation groupale, de la relation sociale à la relation au sein d une approche de conseil ou d approche d analyse de pratiques à dimension réflexive. Et mis en parallèle avec un cadre d analyse de l activité et/ou de la pratique, de l apprentissage, du développement des compétences. L approche par la didactique articule ces différents cadres.

11 Quelques approches possibles : La relation sociale La relation de conseil L entretien d explicitation L auto confrontation L auto confrontation croisée Le GEASE Groupe BALINT Schème d activité Et pourquoi pas! «Même dans la relation banale surgit l authentique» A. LHOTELLIER. Dans certaines situations, un simple échange peut éclairer et être aidant. Cependant, il faut être suffisamment à l écoute de l autre, disposer de bonnes capacités à créer un climat de confiance, de dialogue et savoir instaurer une distance pédagogique au sens positif du terme. S apparente à la relation d aide. «La création d une communication dialogique où prévaut la pensée de l autre, la recherche méthodique et plurielle du sens d une situationproblème, la construction d une démarche active et créative». A. LHOTELLIER. «L entretien d explicitation vise la description du déroulement d une action telle qu elle a été effectivement mise en œuvre dans une tâche réelle» P. VERMESCH. Psycho-phénoménologie. Permet à l étudiant de revenir sur l origine de son énoncé d expérience et prendre conscience des déterminants de la situation vécue. «Décrire une action réalisée. Saisir ce qui est préréflexif, significatif, montrable, racontable, commentable par l acteur» THEUREAU. Vidéo «Transformer l activité. Mettre à jour ce qui révèle du possible, de l impossible ou de l inattendu au contact des réalités» Y.CLOT : Clinique de l activité. Vidéo. Groupe de codéveloppement professionnel. Travail en groupe suivant une méthodologie bien cadrée. C est étudier un problème ou une pratique soumis par un membre avec analyse en groupe. Approche psychanalytique, étudiant les mécanismes de transfert et de contre transfert dans la relation. En soi, ce n est pas une méthode. C est un cadre d analyse de l activité, qui met en évidence les invariants opératoires dans une classe de situation. PIAGET, G, VERGNAUD. 2.2 : Quelle doit être la posture du formateur? La méthode interroge la posture du formateur. La mise en récit de l expérience est une activité à différentes dimensions : cognitive, affective et sociale. Qu est ce que je donne ou je veux donner à entendre à travers mon discours? De ce fait, le formateur par ce qu il est, ce qu il renvoie à l autre, va influencer notablement la dynamique discursive. Sa posture est un levier positif.

12 Il doit s interroger sur sa place, ce qu il projette sur l autre, ses motivations à vouloir aider l autre, sa relation au contexte de l activité professionnelle, son niveau de maitrise dans la compréhension de l activité ou du sens d une pratique, dans l approche réflexive. Un superviseur (expert dans un domaine) peut être présent au cours d une séance d analyse de pratiques afin d étayer sur ce qui est échangé. D une manière générale, le formateur doit avoir quatre fonctions : Facilitation et contrôle Organisation Clarification Stimulation Ces quatre fonctions, permettent le recueil, l analyse et l exploitation de ce savoir d expérience exprimé. * IIile - La facilitation, le contrôle : permettre d ouvrir un espace dialogique, propice à l engagement pour l étudiant et le formateur. Le contrôle (au sens positif du terme), structure les échanges et permet de faire avancer le processus en cours tout en protégeant les intervenants. - L organisation : Quelle soit matérielle, humaine, méthodologique, l organisation permet de donner un cadre de réalisation, relativement stable et sécurisant. - La stimulation : c est permettre de développer un engagement dans la relation et aller plus loin dans un travail de prise de conscience et de clarification. - La clarification : C est permettre une prise de conscience éclairée, d établir des liens, savoir prendre des décisions. A. LHOTELLIER dans son ouvrage Tenir conseil, évoque les «catégories existentielles du dialogue» et nécessaire au dialogue : Respect. Reconnaissance. Authenticité. Réciprocité. Responsabilité. Acceptation. Créativité. Concerne aussi la posture de l étudiant!

13 Comment les formateurs interrogés se positionnent-ils dans leurs pratiques quotidiennes? % = Correspond «tout à fait à ma pratique» + «correspond à ma pratique.» POSTURE ATTRIBUÉE Un simple échange verbal et je lui donne mon avis. Créer les meilleures conditions d environnement pour faciliter cet échange. Se donner le droit de ne pas accepter certains problèmes ou situations évoquées par l étudiant. Eviter d influencer l étudiant par mes propres connaissances et ma vision de la situation L aider à prendre de la distance par rapport à son savoir d expérience POSITIONNEMENT DES FORMATEURS 55% : Correspond en partie à ma pratique. Opinion très partagée. Adhésion à 97 %. A 50%, cette posture ne correspond pas à leur pratique, avec un avis partagé pour les autres réponses. 65% d avis positif. 87% d avis positif. C est l étudiant qui connaît le mieux le sens de son expérience et je ne suis là que pour l aider à mieux la comprendre Ne pas ressentir, en écoutant l étudiant, le besoin de porter un jugement d évaluation Attendre qu il porte un regard sur sa propre performance Employer des techniques d entretien (écoute active, reformulation ) Amener l étudiant à établir des liens avec l enseignement théorique et pratique Respecter les décisions qui peuvent être prises par l étudiant 87% d avis très positif. 74% d avis favorable, avec une opinion partagée. 87% d avis favorable. 100% d avis favorable. 97% d avis favorable. 78% d avis favorable. Opinion partagée.

14 S il a pris une décision, je demande à l étudiant de me donner un suivi Respecter la confidentialité des échanges Après la rencontre avec l étudiant, je me donne un moment pour réfléchir sur ma conduite d entretien 61% d avis favorable. Opinion partagée. 87% d avis favorable. 78% d avis favorable. Opinion relativement partagée. Source : Enquête formateurs i.f.s.i Ces différentes postures sont à la base de la pratique réflexive. 2.3 : Les milieux propices à l émergence de cette mise en récit et les outils de recueil et d analyse? : Les milieux de mise en récit. C est poser la question des moments au sein d un cursus de formation, où le formateur va pouvoir prendre connaissance et échanger avec l étudiant autour de ce savoir d expérience? Suivant les réponses aux questionnaires, se dégage quatre moments prévalent de recueil : 97% de oui 63% de oui Suivi pédagogique : 70% de oui Lors d un enseignement Recueil du savoir d expérience. Rencontre informelle Retour de stage 93% de oui Source : Enquête formateurs i.f.s.i D autres moments sont évoqués : l utilisation d un livret de stage (vers un portfolio?), lors d un encadrement en stage, lors de travaux, d élaboration de fiches techniques, le TFE, lors des modules optionnels, de préparation de stage optionnel, de débats, de travaux de groupes, d analyse de situations, de création d activités diverses (pièce de théâtre, jeux éducatifs ). Notons qu au sein d un même I.F.S.I, coexiste ces différents moments. C est intéressant dans le sens où la complémentarité de recueil est riche de sens à croiser. Par exemple, regarder en présence de l étudiant ce qu il a produit spontanément comme transmission écrite sur un dossier de soins va enrichir un discours au sujet de l activité correspondante. Nous voyons ainsi la potentialité en formation, de pouvoir recueillir ce savoir d expérience.

15 Comment rendre ces moments didactiques et accompagnateurs? En posant un cadre de recueil à vocation de formation. Le formateur est garant de ces espaces d échanges et d analyse, même s il s agit d échanges informels. Ce qui n empêche pas une relation authentique. Ce cadre apporte sécurité, respect, confidentialité suivant une éthique d accompagnement. Il pose aussi les limites d analyse. La spécificité de ce milieu est d établir une passerelle entre l approche théorique et pratique : lieu de médiation entre des différences, de mise en liens, de compréhension d une réalité professionnelle, d engagement, de projection vers une future identité, d exploitation à distance de milieux didactiques vécu lors du stage clinique, de situer l étudiant dans une zone de développement potentielle, de s auto-évaluer Quelles méthodes de recueil et d analyse? Comment recueillir ce savoir afin de le rendre plus explicite? Il va devenir «objet» d étude et médiateur à l activité discursive et compréhensive. Suivant les réponses aux questionnaires, se dégage quatre méthodologies prévalentes : La dynamique de groupe : (87% de oui) Une écoute attentive : (64 % de oui) La mise par écrit du récit : (54% de oui) Permet : - De faire des jeux de rôles - De favoriser le transfert de savoirs pratiques vers des savoirs théoriques avec un langage commun aux étudiants - La mutualisation des expériences, de confronter des perspectives et des réalités différentes, le partage d émotions, un effet miroir, poser un regard réflexif, la formation par les pairs - Par l interactivité, de développer le questionnement, le positionnement, la mise à distance et la réflexion personnelle - D améliorer la connaissance du groupe. Permet : - De créer un espace de libre expression - D amener l étudiant à rebondir sur des faits concrets - De marquer une attention à l autre - De mieux comprendre une problématique - De rebondir sur ce qui est évoqué Permet : - Une mise à distance De repréciser ce qui a été vu, entendu - De faire le lien avec le TFE, de développer des capacités d analyse, d aller plus loin sur leur raisonnement professionnel, d affiner, de se concentrer, se questionner - Une traçabilité - De préparer un temps d échange

16 L étude d un cas concret (73% de oui) - Le côté réel du cas concret stimule la mémoire émotive - Permet à l étudiant de faire des liens - Représentation de la position du soignant dans une situation donnée - Mettre en œuvre tous les savoirs - Permet une autoévaluation de l étudiant - Entraine une interactivité entre les étudiants - Permet aux étudiants de trouver eux-mêmes des stratégies à mettre en place, de les analyser, d argumenter, se questionner, de se positionner dans un contexte réaliste de soins - Possibilité d envisager une progression dans des situations de plus en plus complexe - Favoriser la projection en situation - Eclairage conceptuel de situations de terrain - Permet de réfléchir sur des situations qui ressemblent à celles vécues par l étudiant - Permet de déterminer les savoirs à apporter - Travail sur le raisonnement clinique, donne du sens - Permet de cibler des objectifs pédagogiques Par contre, des outils ou méthodes souvent utilisées dans l analyse de pratiques, ne sont guère investies. A savoir la vidéo, une grille d analyse de la pratique et l entretien d explicitation. La vidéo Une grille d analyse de la pratique - D avoir un regard critique sur une situation de soins et sur leur propre pratique - Facilite les échanges, car c est un mode de communication qui parle aux étudiants - Autre porte d entrée pour les connaissances, montrer une réalité, rendre plus vivant une théorie, un concept - Adapté aux nouveaux profils d étudiants - Rentre dans un cadre méthodologique : film, débat - Jeux de rôles à analyser - Valorise les étudiants car, maitrise de ses technologies - Le visuel permet à un groupe, une interactivité et une représentation commune - Enseignement en lien avec la relation, communication. - Pour varier les outils - Développer des compétences professionnelles : observation, écoute, raisonnement, analyse, rigueur, d autoévaluation - Permet à l étudiant de prendre du recul - Guider - Outil de structuration de l explicitation et base de l analyse réflexive, outil de référence

17 La présence d un expert professionnel - Souvent en co-animation, mise en lien des savoirs et le professionnel pour la crédibilité - Expression facilitée en présence d une personne extérieure donc totalement neutre pour l étudiant, absence d un regard évaluateur - Pour diversifier les approches, pour mettre en évidence les partenariats, le travail en réseaux, la prise en soins interdisciplinaire - Selon la discipline abordée, c est plus pertinent - Travailler sur les affects - Permet d intégrer dans la formation des professionnels de terrain - Ancrage dans la réalité - Faire vivre l alternance - Pour mieux comprendre le sens d une activité professionnelle - Nécessité d être dans la réalité professionnelle L étude des traces de la pratique L entretien d explicitation Simulation d une situation clinique en salle de travaux pratiques - Rester en lien avec la réalité du terrain, expliquer l écart entre le prescrit et le réel - Réalisme des outils - Analyse de pratiques - Ciblage sur des thématiques - Concret - Permet de décomposer les actions et de s interroger sur leur sens et leur pertinence - Questionner le vécu de l action - Développer le sens de l investigation - Base des travaux pratiques - Créer une dynamique de groupe, mutualiser les connaissances - En groupe, analyse de pratiques, réflexion, réajustement avec justification, interactivité. Pas de pression induite par la présence des patients ou le jugement des soignants, partage d expérience entre étudiants - Compétences professionnelles à confronter à la pratique et à la réalité des services - Pour travailler les représentations - Contextualisation - Mise en rôle de l étudiant, aide dans la conscientisation d un positionnement - Permet de développer le sens de l observation, l écoute - Parce que les étudiants ont beaucoup de choses à dire et à montrer et cela enrichit le TD Source : Enquête formateurs i.f.s.i Il est important d avoir une grille mentale ou écrite de recueil et d analyse. Au risque de s y perdre dans ce qui est échangé! Elle est liée aux cadres conceptuels de référence et permet de donner sens à ce qui est évoqué.

18 Afin d illustrer cette partie, nous présentons le schème de G.VERGNAUD. Pour mieux le comprendre, partons d une expérience personnelle ou professionnelle simple : la dernière fois que vous avez dit «bonjour» à une personne que vous connaissiez, dans le cadre de votre travail. 1. Que s est-il passé? A quoi étiez-vous attentif à ce moment? Un visage, un corps, des vêtements, une intonation de voix, vos pensées Cette prise d informations est-elle habituelle pour vous? Ou bien un événement particulier était-il présent et peut-être inhabituel? Et cet événement a-t-il modifié votre prise d informations? Quel était votre but (bonjour social, amical, en lien avec une demande particulière?) Quelle représentation aviez-vous de votre interlocuteur, de la relation sociale? 2. Comment avez-vous dit «bonjour»? Un geste était-il présent? Comment avez-vous engagé cette forme de relation sociale? 3. Et sûrement beaucoup d autres questions que l on pourrait se poser! 4. Cependant avez-vous le sentiment d être différent des autres fois? Une manière inhabituelle de procéder? Un sentiment étrange de nouveauté? Même si chaque situation est différente, vous avez dû ressentir un sentiment d unicité et une procédure assez conforme à vos habitudes et adaptée au sens que vous avez donné au contexte spécifique. Ressentez-vous alors une forme d invariant opératoire qui guide votre activité, tout en permettant de vous adapter? «Le schème est une forme invariante d organisation de l activité et de la conduite pour une classe de situations déterminée». G. VERGNAUD. Il permet aussi l adaptation aux situations. Il renvoie au sujet une structure stable, au sujet de laquelle on peut échanger et construire un sens à sa pratique. Quelles sont les variables qui constituent le schème? Le schème est une totalité dynamique composée de quatre composantes (approche systémique) : Le but, les sous buts, les anticipations : l intention, le désir, le besoin, la motivation, l attente. Avec des niveaux hiérarchiques qui peuvent être présents : «Ils précèdent et accompagnent l activité.». Les règles d action, de prise d information et de contrôle : «C est cette composante qui constitue la partie générative du schème, celle qui engendre au fur et à mesure le décours temporel de l activité.» Cette composante intéresse toutes les sphères cognitives prenant en compte par exemple la recherche en mémoire. Les invariants opératoires : concept en acte et théorème en acte : «celle qui a pour fonction d identifier et de reconnaître les objets, leurs propriétés, leurs relations, et leurs transformations.» L auteur ajoute : «La fonction principale des invariants opératoires est de prélever et de sélectionner l information pertinente et d en inférer des conséquences utiles pour l action, le contrôle et la prise d information subséquente.» Le théorème en acte : «Proposition tenue pour vraie dans l activité.» Le concept en acte : ce qui est pertinent ou non pertinent. «Il n y a pas de théorème sans concept et de concept sans théorème. Métaphoriquement on peut dire que les concepts en acte sont les briques avec lesquelles les théorèmes en acte sont fabriqués, et que la seule raison d existence des concepts en acte est justement de permettre la formation de théorèmes en acte, à partir desquels sont rendus possibles l organisation de l activité et les inférences.» Les inférences : l activité en permanence est régulée, s adapte aux changements situationnel. La prise d information est mise en lien avec des règles conditionnelles qui régulent l activité. Si alors.

19 L étudiant, au cours de sa mise en récit, va évoquer différents éléments. Vous allez l accompagner dans la précision et la complémentarité des informations à recueillir. Cela vous renseigne sur le sens de l activité énoncée par l étudiant et lui permet de prendre une distance réflexive et s interroger. De plus au sein d un groupe, structure les échanges et pose une base de réflexion. Cette approche structurée par le schème peut être utilisée dans certains moments pédagogiques : lors de l exploitation d un cas concret, d une mise en situation professionnelle, d un cours de travaux pratiques, lors de retour de stage Si voulez utiliser une métaphore de la pratique réflexive, c est l image d une montagne dont le sommet représente la théorie, la base l activité. Le travail consiste alors à faire des allez venues entre la base et le sommet et inversement, au fur et à mesure de l avancement du mouvement compréhensif. D autres outils sont disponibles ou à construire : L action et les satellites de l action (P. VERMESCH), Grilles d analyse de l activité, Grilles d écoute et d analyse utilisées en psychologie cognitive, clinique ou sociale, Grilles relevant du champ de la compétence, des théories de l apprentissage. 3. Un cadre d application. Vous trouverez à l adresse URL suivante, une application concrète. L atelier d analyse, d échange et de recherche sur la pratique professionnelle. URL :

20 Annexe : Résultats de l enquête. Nota : les non-réponses ne sont pas présentées car résultats très faibles.. I. Enoncer le statut de ce savoir d expérience. 1) Quelle place accordez-vous à ce savoir d expérience dans le cadre de la formation? 2) Le réinvestissement de ce savoir d expérience dans la formation vous paraît-il?

21 3) Vous allez trouver cinq propositions. Pour chacune d elle, veuillez indiquer sur une échelle de 1 à 4 votre degré d adhésion :

22 4) Quelles sont les thématiques prévalentes?

23 5) En règle générale, l énoncé de ce savoir d expérience est à mettre en lien avec :, ce savoir d expérience est à mettre en :

24 I. Recenser les dispositifs appliqués par les formateurs pour recueillir ce savoir d expérience acquis par l étudiant.

25 II. Préciser le contexte et la nature des méthodes appliquées pour recueillir le contenu de ce savoir d expérience.

26

27 IV. Établir comment est exploité ce savoir d expérience.

28

ASTIER P. (2009), L expérience : s en sortir et en parler in Education Permanente, n 180, pp 179-184 CLENET J. (2002), L ingénierie des formations en alternance, PARIS, L Harmattan MERHAN F, RONVEAUX C,

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Accompagner un changement orienté

Accompagner un changement orienté Accompagner un changement orienté Quelles compétences développer? Mai 2011 Louise Lafortune Université du Québec à Trois-Rivières Téléphone : 819-376-5011 poste 3644 Louise.lafortune@uqtr.ca Contenu Introduction

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Le Formateur en Institut de Formation en Soins Infirmiers INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Mission du formateur I.F.S.I. REDACTEUR : Christine BELOEIL : Directeur IFSI DATE : le 21 JANVIER 2005 MIS A JOUR LE 15 SEPTEMBRE 2005 MIS A JOUR LE 31 AOUT 2007

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let.

Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. Formation complémentaire à la pédagogie professionnelle destinée aux personnes autorisées à enseigner au Gymnase Selon l art. 46, al.3, let. b, OFPr Filière d études Certificat complémentaire pour la maturité

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures

MANAGEMENT 360. Durée de la formation : 21 heures MANAGEMENT 360 Nous proposons une approche dynamique initiant une logique de compétence fondée sur l identification de ses propres ressources internes et ses points de résistance : Apport sur l intelligence

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

L approche par les compétences en formation

L approche par les compétences en formation L approche par les compétences en formation infirmière De l analyse des pratiques à l analyse de l activité, vers l émergence d une didactique des soins infirmiers Nathalie Alglave 1, Marc Nagels 2 1 Université

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Coaching et la relève

Coaching et la relève Coaching et la relève Coaching Faire usage de son intégrité, de sa crédibilité, de son leadership et de ses compétences pour amener un ou des individus à agir, dans le cadre de leurs fonctions, en personne

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle

Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Guide à l usage des enseignants pour accueillir les élèves et leurs parents à l'école maternelle Bien accueillir les enfants et leurs parents est une des clefs essentielle, pour qu à l école maternelle,

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

L analyse des pratiques professionnelles: usages et formes

L analyse des pratiques professionnelles: usages et formes L analyse des pratiques professionnelles: usages et formes Richard Wittorski Conférence présentée dans le cadre de la Journée d étude autour de l axe 1 du CRIE 24 mars 2011 Université de Sherbrooke L analyse

Plus en détail

AVENIR jeunes : dispositif régional d insertion professionnelle des 16-25 ans. Participation au colloque du 7 avril 2011

AVENIR jeunes : dispositif régional d insertion professionnelle des 16-25 ans. Participation au colloque du 7 avril 2011 AVENIR jeunes : dispositif régional d insertion professionnelle des 16-25 ans Participation au colloque du 7 avril 2011 Le Service Public Régional d insertion et de Formation Professionnelles Les principes

Plus en détail

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où :

LES BILANS L ESPRIT DANS LEQUEL NOUS TRAVAILLONS NOTRE DEONTOLOGIE. Les bilans sont pluriels dans la mesure où : LES BILANS Les bilans sont pluriels dans la mesure où : Ils peuvent Répondre àdes objectifs différents : définir/valider un projet d évolution, retrouver du sens àson parcours, anticiper un changement

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching :

Valeurs ajoutées et résultats de la formation en mode coaching : Le coaching est-il soluble dans la formation? Par Anne-Catherine BOUSQUEL Réunir ces 2 formes d accompagnement peut sembler paradoxal tant elles diffèrent. Le coaching vise à l autonomie sans apport de

Plus en détail

HABILETÉS SOCIALES à l école. Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015

HABILETÉS SOCIALES à l école. Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015 HABILETÉS SOCIALES à l école Emmanuelle CHAMBRES COLLOQUE NATIONAL AUTISME- PLURADYS Dijon 3 Avril 2015 PRÉSENTATIONS Cabinet de Psychologie- Riom 63 LES HABILETÉS SOCIALES: DÉFINITION «Il s agit d un

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE

La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE La simulation en formation initiale infirmière: UNE PROMESSE POUR L APPRENTISSAGE F. GIRARD Présidente ANdEP Administrateur de la SoFraSims Co-pilote d un groupe de travail Groupe de travail Cadres formateurs

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées

Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées VISITE D ENTREPRISE INTERVENTION DE PROFESSIONNELS EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE TABLE RONDE Livret d accompagnement à destination des enseignants encadrant des élèves collèges/lycées Edition 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES

2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT. 5 Mobiliser ses salariés MANAGEMENT. 8 Former ses salariés EVOLUTION DES COMPETENCES 1 Décider d embaucher? 2,5 jours 1,5 jour PACK 2 Réussir son recrutement RECRUTEMENT 6 jours 3 Attirer, motiver, fidéliser ses salariés 2 jours 4 Choisir son mode de management 2 jours 1 jour PACK 5 Mobiliser

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Sept champs disciplinaires... 15 Un espace de médiation entre théorie et pratique... 16 Un croisement entre deux champs longtemps opposés...

Sept champs disciplinaires... 15 Un espace de médiation entre théorie et pratique... 16 Un croisement entre deux champs longtemps opposés... Table des matières SOMMAIRE... 5 PRÉFACE... 9 INTRODUCTION... 13 Les défis de l apprentissage chez les adultes... 13 Comment lire cet ouvrage?... 14 Les trois spécificités de l ouvrage... 15 Sept champs

Plus en détail

Formation aux pratiques de l Intelligence Collective

Formation aux pratiques de l Intelligence Collective Etre autrement humains sur cette Terre Formation aux pratiques de l Intelligence Collective Marseille, 6,7,8 octobre et 16,17 novembre 2015 Parcours de formation aux pratiques d Intelligence Collective

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

Solange CHAMPION. Bilan professionnel

Solange CHAMPION. Bilan professionnel Bilan professionnel Le Bilan professionnel est un outil de gestion de carrière et de développement personnel permettant d analyser ses compétences professionnelles ainsi que sess aptitudes et motivations

Plus en détail

Accompagnement des managers

Accompagnement des managers DIRECTEURS CHEFS DE SERVICE CADRES INTERMÉDIAIRES CADRES DE PROXIMITÉ Accompagnement des managers UN NOUVEAU CONCEPT : LE BINÔME COACH / CONSULTANT RESTONS Z E N Une circulaire du Ministère des Affaires

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Durée : 11 jours (soit 77h00) FORMATION PARCOURS CERTIFIANT RH CHARGE DE DEVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Le public : Nouveau manager d unité technique, commerciale, ou administrative ou manager d

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective»

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE

LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE LA FORMATION PRATIQUE : LA PRÉPARATION DES SUPERVISEURS ET DES ENSEIGNANTS ASSOCIÉS À LA FORMATION EN MILIEU DE PRATIQUE Résumé des constats et des défis identifiés lors de la journée thématique Présentation

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué)

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Vous souhaitez vous engager dans le métier d infirmier, vous pouvez intégrer notre cycle préparatoire combinant

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES.

STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. STAGES EN ETABLISSEMENT SCOLAIRE ET ENSEIGNEMENTS D ACCOMPAGNEMENT MASTER MEEF SECOND DEGRE, DISCIPLINES GENERALES. I. Stages de M1. A. Calendrier et description. Le stage se décompose en deux parties,

Plus en détail

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits

GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits GRAF Groupe de Recherche Action Formation Des outils de formation Co-construits AEFTI I. Fiche technique Domaine : Thème(s) abordé(s) Public visé Objectifs poursuivis Méthode(s) mise(s) en œuvre Co-construction

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE

GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE GUIDE PRATIQUE D ACCUEIL DES PROFESSEURS D ECOLE STAGIAIRES EN STAGE FILE ENSEIGNANTS STAGIAIRES IUFM CIRCONSCRIPTIONS DIRECTEURS D ECOLE Cadre de référence : Arrêté du 19/12/2006 ( BOEN n 1 du 04 janvier

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents»

FORMATION PNL CYCLE COMPLET. «Révélez vos talents» Formation Coaching Préparation Mentale athlètes haut-niveau Enseignement de la PNL Annecy Genève Aix-les-Bains Chambéry Contact : +33677610793 s.thomas-conseil@orange.fr www.sebastien-thomas-conseil.com

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE 1- Cohérence de l élaboration du projet Activité 1.6 VISÉES ET INTENTIONS ÉDUCATIVES DU COURS Connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d actualisation connaissance de ses talents, de ses qualités,

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail