Le savoir d expérience : une mise en récit à explorer entre pratique réflexive et didactique professionnelle.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le savoir d expérience : une mise en récit à explorer entre pratique réflexive et didactique professionnelle."

Transcription

1 Le savoir d expérience : une mise en récit à explorer entre pratique réflexive et didactique professionnelle. Sommaire : Entre réalité et perspective. Entre réalité et perspective. Approche du statut épistémologique et pragmatique du savoir d expérience. Vers un nouvel espace didactique. Au cours de son stage clinique, l étudiant en soins infirmiers développe un savoir d expérience, qu il va réinvestir, exprimer et échanger au cours de sa formation : savoir sur ses capacités, sur lui en situation de travail, sur le contexte clinique, institutionnel, sur les pratiques Annexe : résultats de l enquête I.F.S.I Bibliographie. Prendre en compte ce savoir d expérience, c est poser comme postulat que son exploitation à partir de sa mise en récit est potentiellement assez forte et riche pour engager un processus de changement et de construction professionnelle. Cependant, comment à partir de cette mise en récit, peut-on transformer ce savoir d expérience en expérience formatrice et transformatrice? CHOCAT Jean Cadre de Santé I.F.S.I C.H.U LIMOGES. A partir de cadres conceptuels relatif à la didactique professionnelle et à la pratique réflexive et des réponses aux questionnaires soumis à des formateurs en instituts en soins infirmiers, on peut contribuer à y apporter une réponse. Cette étude s articule autour de trois axes : (1) Comment est appréhendé ce savoir d expérience dans la pratique actuelle : entre réalité et perspective, (2) Comment peut-il être défini et quels liens peut-on établir avec la didactique professionnelle et la pratique réflexive, (3) Comment peut-on créer un nouvel espace didactique? Approche conceptuelle et présentation d un cadre d application. Apprendre de l expérience.

2 (1) 87 % des formateurs en soins infirmiers jugent essentielle et très importante la place à accorder au savoir d expérience dans le cadre de la formation! Démontre la potentialité de cette approche. Est fait référence à la didactique professionnelle, à ce qui peut être travaillé et élaboré à partir de son exploitation. Que ce soit d ordre cognitif, affectif et identitaire. Figure 1 : résultat - enquête formateurs I.F.S.I 2009 Cependant, prend toute sa richesse qu en y associant un cadre de travail pédagogique, propice à une prise de distance, un engagement et la mise en liens significatifs à partir d une démarche réflexive. Quels sont les arguments évoqués par les formateurs? Dans le cadre de la dimension didactique : Pour 90% des formateurs, l exploitation de ce savoir d expérience est au cœur de la formation par alternance de type intégrative. Son exploitation permet d articuler pratique et théorie, dans des dimensions de complémentarité ou de différence et renforce l identité du formateur. Très majoritairement, l approche par les savoirs d expérience: Permet de mieux appréhender le sens de l activité professionnelle et amène à cibler les savoirs à enseigner (cours magistral, TD, travaux pratiques), Peut proposer des parcours individualisés de formation en répondant à des problématiques singulières. Dans le cadre du développement de capacités : en y associant une approche inductive et/ou réflexive à partir de situations vécues, une certaine posture de la part de l étudiant (de questionnement, d implication, de réflexion, de prise de distance), du formateur, une référence à des cadres théoriques explicatifs (ex : psycho dynamique du travail ), une interactivité, on peut travailler et développer : D ORDRE COGNITIF : l analyse de situation, l observation, la conceptualisation, la capacité à transférer des savoirs, à les extraire, à nommer, à décrire, à établir des liens avec des cadres théoriques de référence, à donner du sens : «Ces savoirs professionnels sont des piliers à la réflexion soignante». D ORDRE AFFECTIF : travail sur les ressentis, les émotions. Ce savoir d expérience «génère de l émotion et cette émotion facilite l apprentissage et la mise en mémoire». D ORDRE IDENTITAIRE : dynamique de construction d une identité professionnelle et notamment par le biais de ce décalage théorie pratique. Formation Compétences Jean CHOCAT

3 Cependant : 79 % des formateurs jugent insuffisant ce réinvestissement. Pourquoi? Le sentiment de faisabilité est très partagé. Il apparaît une perception d insuffisance qui relève de trois domaines : le rapport au temps et à l organisation existante, les méthodes pédagogiques prévalentes, à la complexité de son exploitation. Quels sont les arguments évoqués par les formateurs? Le rapport au temps et à l organisation. Le manque de temps dont dispose le formateur voire l étudiant : c est une approche chronophage. Des promotions importantes. Des contraintes organisationnelles. Un manque de locaux afin de réaliser des TD en groupes. Peu de latitude laissée aux étudiants pour être acteur de leur formation : contrainte du programme, des méthodes. Problème de partenariat avec le terrain et pas assez de transversalité entre années de formation. Le rapport aux méthodes pédagogiques. La forme magistrale est privilégiée car plus facile à construire, plus rassurant pour le formateur et enseignement trop centré sur le savoir théorique. Temps d échange et d exploitation trop peu nombreux : manque de travaux en groupes. Manque une individualisation de l accompagnement. La représentation que peut avoir le formateur de l étudiant : rapport de «maître» à «élève». Le rapport à la complexité de son exploitation. Manque de maîtrise de la méthode d analyse des pratiques : Activité à risque pour le formateur, La complexité à l exploiter et des thématiques abordées («rapport à la mort, la personne-âgée sénile en institution, la violence explicite et implicite dans les relations au travail»), Un manque de prise de conscience au sein de l équipe de son intérêt et de son sens, L étudiant n est pas habitué à analyser sa pratique et a le sentiment d être évalué, Un savoir d expérience pas assez formalisé. Pourtant selon les formateurs, 77% des étudiants recherchent ce partage d expérience!

4 (2) Approche du statut épistémologique et pragmatique du savoir d expérience. Savoir d expérience? didactique professionnelle? Comment le définir, appréhender sa mise en récit et le lien avec la Il est étudié dans : Son rapport au sujet : Savoir social ou construit individuel? Son rapport à l activité ou à la pratique : Quel contenu? Pour quelle conscience? Son rapport à la transmission : Expression objective ou mise en récit? Son rapport à la formation : Lien avec la didactique professionnelle? 1. Son rapport au sujet : Savoir social ou construit individuel? Savoir d expérience : nous retrouvons cette expression dans l ouvrage collectif Les savoirs d action : une mise en mot des compétences aux Editions l Harmattan. Selon BARBIER J.M : «L expérience c'est-à-dire l exercice par un sujet d une activité. Les savoirs dits d expérience ou issus de l expérience, les savoirs empiriques sont censés avoir été produits à l occasion de pratiques de transformations du monde, ou plus exactement de démarches mentales et discursives accompagnant les pratiques de transformation du monde. Leur argumentation est fondée essentiellement sur le fait qu ils auraient été expérimentés.» Il précise qu ils renvoient à «des énoncés propositionnels associés de façon relativement stable à des représentations sur le monde et sa transformation, faisant l objet d une reconnaissance sociale et d un contrôle se situant dans le registre de la validité et considérés comme susceptibles d être investis dans des activités de pensée, de communication ou de transformation de l environnement». Ce sont des énoncés, un savoir sur et indexés d un jugement de valeur, d une reconnaissance, d une qualification sociale.

5 Il existe différents types de savoir. On peut citer : Le savoir d action qui guide le processus de l activité (savoir de positionnement (identitaire), de process, de communication, Le savoir d expérience qui peut-être issu d une expérience vécue et qui a interrogé le sujet Le savoir lié à l expérience au sens du développement d une expertise. Au travers de ces définitions, nous appréhendons la dynamique sociale du savoir. Il est reconnu, partagé au sein d un milieu. Une équipe de soins partage un ensemble de savoirs d expérience qui lui permet d échanger, de se comprendre, de pouvoir réaliser les activités soignantes : Une forme de registre professionnel, une grille de lecture, d analyse et d action. Quand l étudiant rapporte que «l infirmière fait comme ça..», il énonce un savoir issu de son expérience en stage, qui a elle-même rencontrée l expérience des professionnels. Cependant, il n est pas le simple reflet et rapporteur de ce savoir. L a reçu, intégré, évalué, jugé ou pas comme pertinent selon ses critères et le restitue dans un contexte qui lui-même est spécifique. Ce savoir d expérience a beaucoup voyagé entre sa source et sa restitution. S est peut-être déformé, devenu incomplet, et au final généralisé en occultant la spécificité de la situation où il est né (processus de desingularisation). D un savoir d expérience social, est devenu un savoir individualisé ou connaissance pour l étudiant. Ce qu évoque BARBIER «de représentations de savoirs.» où «elles sont censées être le produit de leur intériorisation par le sujet». Ces connaissances sont : des états variables d un individu à un autre, le résultat d expériences cognitives, des expériences de rapport entre un sujet et un objet, rapport de nature causale, qui exprime une tension, une adéquation, en lien avec son histoire, lui permettant de représenter le monde et de se représenter au sein de celui-ci (dimension identitaire). Elles prennent sens chez le sujet, sont importantes pour lui, le guide au travers de ses activités. Elles peuvent être exprimées au cours d une interaction sociale ou d une démarche d analyse. C est alors selon WITTORSKI, le passage d une «représentation fonctionnelle de l action à «une représentation discursive formalisante de l action.» En conséquence, il est social par sa nature, son partage, sa reconnaissance, sa valeur et individualisé par son intégration, sa reconstruction et sa restitution. Il est porteur de sens pour le sujet qui l exprime et à un degré de pertinence pour lui. Ce qui pose quelques questions : - Avons-nous en tant que formateur le même savoir d expérience que les professionnels exerçant dans le milieu professionnel? Ou du moins si différence existe, est-elle toujours compatible avec le processus de formation? - Comment se situe l étudiant? Quelle est sa référence, son point d ancrage? son influence? - Comment recevoir ce savoir et en faire un «objet» de formation? 2. Son rapport à l activité ou à la pratique : Quel contenu? Pour quelle conscience? 2.1 Quelles sont les thématiques recueillies? La méthode employée pour recueillir ce savoir, le contexte d énonciation, les acteurs en présence, les buts poursuivis orientent la thematique sous-jacente.

6 Selon les réponses aux questionnaires, il apparait qu il prend différentes formes : La pratique infirmière observée par l étudiant est très attractive. Pour 60% des formateurs, il est très fréquemment abordé. Il évoque ce qu il voit réaliser lors de son stage clinique. Figure 2 : résultat - enquête formateurs I.F.S.I 2009 Mais plus rarement sa propre pratique! D autres savoirs sont exprimés : 55% des formateurs expriment que le vécu de l étudiant est trés fréquemment abordé et certains thémes en lien avec des situations spécifiques : la relation pédagogique, l évaluation, l encadrement, des questions d éthiques, l ecart entre la pratique et la théorie, le rapport à la mort, à la personne agée vivant en institution, aux relations dans le monde du travail, au stress, aux erreurs thérapeutiques Par contre, le savoir au sujet des institutions est plus rarement évoqué. Ce qui me semble t-il correspond bien au fait, qu ils ont souvent des difficultés à cerner les attentes du milieu professionnel. Ce que l on appelle la «clairvoyance normative». 2.2 Où situer ce savoir d expérience? Suivant ce qui est exprimé, le savoir d expérience s inscrit dans deux registres : l activité ou la pratique. Ce qui nécessite de différencier ces deux termes. Selon BARBIER J.M dans le cadre de L analyse de la singularité de l action (2000) : On appelle «processus le passage d un état à un autre état formant une unité significative pour un observateur». La notion d activité : «Désigne l ensemble des processus dans lesquels s engage un sujet, individuel ou collectif, du moins dans un champ donné.» (p 17) La notion de pratique : «Désigne le lien existant entre un sujet humain et une transformation précise de son environnement physique, social ou mental.» (p.17) Par exemple, quand l étudiant rapporte la manière dont procède l infirmière lors d une pratique soignante, il se situe principalement dans le registre de l activité, menant à travailler les déterminants, voire envisager les invariants opératoires de cette activité au sein d une classe de situation (Voire à ce sujet G.VERGNAUD : le schème de l activité). Par contre, quand il évoque son vécu en lien par exemple à sa prise en charge d une personne âgée en fin de vie, il se focalise plus sur sa pratique en situation. La dominante de l expression est une représentation centrée sur eux dans la situation. C est certainement une dimension plus intime.

7 Ainsi, suivant la nature de la focalisation, le registre attentionnel et discursif en cours, ce savoir d expérience s apparente soit à de l activité soit de la pratique. 2.3 Son rapport à la conscience. Selon le point de vue de la psychologie cognitive et développementale : Il apparaît différents niveaux de conscience : - Le fonctionnement conscient non réflexif. - Le fonctionnement à proprement parler réflexif de la conscience. «Les phénomènes de conscience de ce niveau consistent, par exemple, en des réflexions, des questionnements, des évaluations et des mises en relation portant sur certains phénomènes de conscience du premier niveau... C est à ce deuxième niveau que le sujet a conscience de prendre ses fonctionnements comme objets de conscience.» - Le troisième niveau serait le produit d'un raisonnement plus ou moins logique. Le sujet devient un observateur critique de ses fonctionnements. Selon J.PIAGET, cette conscience a pour fonction de permettre au sujet de retrouver un état d équilibre. Alors, on peut penser qu énoncer un savoir acquis en situation permet de tendre vers la résolution d un état de déséquilibre. Au travers des réponses, très souvent la survenue d un problème chez l étudiant, l amène à énoncer ce savoir d expérience. Le problème crée un déséquilibre, une prise de conscience et son énoncé contribue à un retour d équilibre dans la mesure où le contexte favorise cette dynamique. Tendance inversée lors d un événement vécu positivement! Évoquons-nous ce qui va bien? Nous retrouvons aussi comme circonstances d énonciation : «l énoncé de ce savoir d expérience peut être mis en lien à la suite d un questionnement individuel, une auto-évaluation vis-à-vis d un projet personnel de l étudiant Le plaisir de partager l expérience avec des pairs, la nécessité de se construire une identité professionnelle dans le cadre d écriture de fin de formation» Une tierce personne peut susciter cette expression. Mais est-que cela fait sens pour l étudiant? Deux points demeurent à mentionner : Comme le souligne P. VERMESCH, dans toute action existe une dimension pré-réfléchie, non accessible spontanément à la conscience. De ce fait, le savoir d expérience énoncé par l étudiant est mobilisé qu en partie. L autre partie est soit non exprimable au sens non entendable ou non consciente dans l immédiateté du discours. C est tout l intérêt des pratiques réflexives que de faire émerger une conscience plus sensible à ce qui est vécu et appris. Le passage d un savoir d expérience à l expérience : on vit en permanence des situations. Ce n est pas pour autant qu elles deviennent significatives pour soi et source d un apprentissage. On peut alors s interroger sur le fait que, ce qui est exprimé spontanément par l étudiant relève t-il d un savoir acquis ou bien d une expérience vécue et significative pour lui? Le premier relevant plus du cognitif, le second de l expérientiel, de l affectif ou l émotion vécue, la projection dans un futur, la mise en lien avec une histoire sont des déclencheurs d intégration et d appropriation. 3. Son rapport à la transmission : Expression objective ou mise en récit? Comment situer ce qui est exprimé? Il va coexister différents registres relationnels plus ou moins conscients et différentes modalités de l expression :

8 L expression spontanée par l étudiant ou au cours d un travail programmé. L expression induite par une demande (par exemple par un formateur suite à la recherche d une information). L expression libre : pas de cadre d évocation. L expression guidée à l aide d une méthode spécifique (par exemple lors d un entretien d explicitation, d une auto confrontation croisée, dans le cadre d une pratique réflexive). Le verbal, le non verbal. La verbalisation, la mise par écrit, voire une mise en scène. Reprenant l approche de P. ASTIER dans son article Dire, Faire et Savoir, Remarques sur leurs relations à l occasion des discours d expérience, il apparaît différents points : La relation entre l action et le savoir : «il est mis en évidence l écart entre l action et le contenu des énoncés» (p.70) Différents paramètres présence, les buts poursuivis. influencent la mise en discours : le contexte d énonciation, les acteurs en La spécificité de l activité d énonciation : «un tel énoncé est le résultat d une ou plusieurs activités dans le cadre de la situation de communication que les sujets construisent dans le contexte proposé». Associé à un processus de desingularisation : «En fait le discours ne dit pas l action, mais la présente au travers d un prototype (DUBOIS, 1991)» et d affirmation identitaire (processus de resingularisation). Yves CLOT et Daniel FAÎTA dans un article portant sur Genres et styles en analyse du travail : concepts et méthodes évoquent l échange verbal : lieu et espace de développement. Faisant référence à Bakhtine, ils énoncent que cet échange verbal est «porteur de potentiels subjectifs allant au delà de la simple narration de l activité. Il existe une «motricité du langage» au fur et à mesure de l acte d énonciation». Et «Il est plus probable que l énoncé dit, délivre dans l ordre séquentiel, sous l emprise des diverses inférences et de multiples dépendances conditionnelles, des messages construits au fil d un déroulement linéaire du discours comportant hésitations, ruptures et retours sur lui-même, mais que simultanément il ouvre des portes par lesquelles se manifestent ou émergent les traces des ailleurs et des autres choses coexistants» (p 21). La mise en récit du savoir d expérience «Ouvre des portes»! La prise de distance réflexive doit permettre d entendre une zone signifiante non accessible par le jeu d une simple verbalisation. Ce qu évoquent les formateurs interrogés : la nécessité de créer un espace «dialogique» spécifique et de ne pas se limiter à de simples échanges. 4. Son rapport à la formation : liens avec la didactique professionnelle? Réf : PASTRE P, MAYEN P, VERGNAUD G : La didactique professionnelle in Revue Française de Pédagogie, n 154, janvier-février-mars 2006, pp La didactique professionnelle est fortement ancrée dans l activité professionnelle. «Elle a pour but d analyser le travail en vue de la formation des compétences professionnelles». Et cette «analyse du travail par sa dimension réflexive est un important instrument d apprentissage» (p.145). De ce fait, elle propose un cadre théorique et pratique de la formation. S articule autour : - d un champ de pratiques, - de la formation des adultes, - de trois champs théoriques : la psychologie du développement, l ergonomie cognitive et la didactique.

9 En quoi la mise en récit de ce savoir d expérience, peut-elle s inclure dans cette approche et en être un facteur dynamique de formation? Différents arguments : Le lien existant entre l analyse des apprentissages et l analyse de l activité des acteurs. Par le biais de l expression de ce savoir d expérience, on peut inférer la dynamique et le style d apprentissage. En lien avec la psychologie ergonomique : le récit du savoir d expérience va permettre d étudier : La distinction entre la tâche et l activité. Le travail fait sur les images cognitives et opératives. Le travail sur les situations dynamiques nécessitant d agir au bon moment et mettant en lumière l expression de compétences. L écart entre la pensée et l action. En lien avec la psychologie du développement : PIAGET et VYGOKSKI J.PIAGET : le concept de schème et les invariants opératoires, l étude des connaissances opératoires et prédicatives. VYGOKSKY : «la zone de proche développement» propice à l apprentissage, le travail sur le langage et la médiation symbolique avec deux dimensions : individuelle et collective avec le partage et l étude du sens et de la signification. En lien avec la didactique professionnelle : la référence à la création de situations didactiques à des fins de formation. L expression du savoir acquis permet de situer l apprentissage (activité constructive) réalisé lors d une activité productive, dont la dimension critique est la formation. La pratique réflexive venant s y associer. De plus, apprécie le développement du sujet en formation à partir d indicateurs que l on va relever : la capacité de désingulariser, la place jouée à la réflexivité et à se réorganiser. Ce savoir d expérience exprimé, analysé, partagé est un excellent médiateur à la construction de compétences. Comment l exploiter? En définissant des objectifs didactiques. En orientant la méthode de mise en récit suivant les objectifs poursuivis. En créant au sein de la formation : des milieux de mise en récit, des outils de recueil et d analyse. En développant l activité compréhensive et la mise en lien.

10 (3) Vers un nouvel espace didactique. «L expérience, ce n est pas ce qui arrive à quelqu un, c est ce que quelqu un fait avec ce qui lui arrive.» Aldous Huxley. 1. Proposition d objectifs didactiques. En lien avec le référentiel d activités et de formation, l approche par compétences et la pratique réflexive, le travail d analyse du récit d expérience permet : D expliciter CCCGHGGC et prendre de conscience d'une stratégie cognitive, travailler sur les représentations, apprécier la 1. gfdfs cohérence entre la pensée et l'action, comparer cette stratégie avec les autres membres du groupe, en apprécier son efficacité, développer son sentiment d'auto-efficacité. A C, partir d'une situation vécue en stage : répondre à une problématique posée, proposer un cadre explicatif et des actions, faciliter le transfert de connaissances théoriques en établissant des liens, travailler sur l'identité professionnelle, prendre conscience du déroulement d'une pratique lors d'une évaluation, développer une dynamique d'analyse de situations. Expliciter une procédure professionnelle, le sens d'une pratique en situation, les déterminants de sa réalisation en contexte, la modifier et la faire évoluer. Lors d'une démarche de recherche : préciser une question de recherche, orienter la problématique, intégrer la méthodologie de recherche. Lors d'un bilan de compétences : permettre de faire émerger les compétences acquises et les situations où elles s'expriment. Selon le cadre de travail, le savoir d expérience évoqué, certains objectifs seront plus particulièrement ciblés. Ils permettent de travailler les composantes d une compétence : domaine cognitif, le sentiment d autoefficacité, l engagement, la compréhension de la tâche, la claire voyance normative, l évaluation de la performance selon un résultat attendu. 2. Selon quelle(s)conceptions et méthode(s)? Comment exploiter ce savoir d expérience? Faut-il développer une méthode particulière? Quelle doit être la posture du formateur? Quels sont les milieux propices à l émergence de cette mise en récit et les outils de recueil et d analyse? 2.1 Approche conceptuelle. Il faut éviter de vouloir imposer un dogme méthodologique. La meilleure méthode est celle qui permet d apporter une valeur ajoutée à ce savoir d expérience dans une situation singulière. Cependant, cela ne veut pas dire qu il faut se contenter de son «pur instinct»! Quelle que soit la méthode, elle existe, avec des principes directeurs, un cadre conceptuel de référence, allant de la relation interindividuelle à la relation groupale, de la relation sociale à la relation au sein d une approche de conseil ou d approche d analyse de pratiques à dimension réflexive. Et mis en parallèle avec un cadre d analyse de l activité et/ou de la pratique, de l apprentissage, du développement des compétences. L approche par la didactique articule ces différents cadres.

11 Quelques approches possibles : La relation sociale La relation de conseil L entretien d explicitation L auto confrontation L auto confrontation croisée Le GEASE Groupe BALINT Schème d activité Et pourquoi pas! «Même dans la relation banale surgit l authentique» A. LHOTELLIER. Dans certaines situations, un simple échange peut éclairer et être aidant. Cependant, il faut être suffisamment à l écoute de l autre, disposer de bonnes capacités à créer un climat de confiance, de dialogue et savoir instaurer une distance pédagogique au sens positif du terme. S apparente à la relation d aide. «La création d une communication dialogique où prévaut la pensée de l autre, la recherche méthodique et plurielle du sens d une situationproblème, la construction d une démarche active et créative». A. LHOTELLIER. «L entretien d explicitation vise la description du déroulement d une action telle qu elle a été effectivement mise en œuvre dans une tâche réelle» P. VERMESCH. Psycho-phénoménologie. Permet à l étudiant de revenir sur l origine de son énoncé d expérience et prendre conscience des déterminants de la situation vécue. «Décrire une action réalisée. Saisir ce qui est préréflexif, significatif, montrable, racontable, commentable par l acteur» THEUREAU. Vidéo «Transformer l activité. Mettre à jour ce qui révèle du possible, de l impossible ou de l inattendu au contact des réalités» Y.CLOT : Clinique de l activité. Vidéo. Groupe de codéveloppement professionnel. Travail en groupe suivant une méthodologie bien cadrée. C est étudier un problème ou une pratique soumis par un membre avec analyse en groupe. Approche psychanalytique, étudiant les mécanismes de transfert et de contre transfert dans la relation. En soi, ce n est pas une méthode. C est un cadre d analyse de l activité, qui met en évidence les invariants opératoires dans une classe de situation. PIAGET, G, VERGNAUD. 2.2 : Quelle doit être la posture du formateur? La méthode interroge la posture du formateur. La mise en récit de l expérience est une activité à différentes dimensions : cognitive, affective et sociale. Qu est ce que je donne ou je veux donner à entendre à travers mon discours? De ce fait, le formateur par ce qu il est, ce qu il renvoie à l autre, va influencer notablement la dynamique discursive. Sa posture est un levier positif.

12 Il doit s interroger sur sa place, ce qu il projette sur l autre, ses motivations à vouloir aider l autre, sa relation au contexte de l activité professionnelle, son niveau de maitrise dans la compréhension de l activité ou du sens d une pratique, dans l approche réflexive. Un superviseur (expert dans un domaine) peut être présent au cours d une séance d analyse de pratiques afin d étayer sur ce qui est échangé. D une manière générale, le formateur doit avoir quatre fonctions : Facilitation et contrôle Organisation Clarification Stimulation Ces quatre fonctions, permettent le recueil, l analyse et l exploitation de ce savoir d expérience exprimé. * IIile - La facilitation, le contrôle : permettre d ouvrir un espace dialogique, propice à l engagement pour l étudiant et le formateur. Le contrôle (au sens positif du terme), structure les échanges et permet de faire avancer le processus en cours tout en protégeant les intervenants. - L organisation : Quelle soit matérielle, humaine, méthodologique, l organisation permet de donner un cadre de réalisation, relativement stable et sécurisant. - La stimulation : c est permettre de développer un engagement dans la relation et aller plus loin dans un travail de prise de conscience et de clarification. - La clarification : C est permettre une prise de conscience éclairée, d établir des liens, savoir prendre des décisions. A. LHOTELLIER dans son ouvrage Tenir conseil, évoque les «catégories existentielles du dialogue» et nécessaire au dialogue : Respect. Reconnaissance. Authenticité. Réciprocité. Responsabilité. Acceptation. Créativité. Concerne aussi la posture de l étudiant!

13 Comment les formateurs interrogés se positionnent-ils dans leurs pratiques quotidiennes? % = Correspond «tout à fait à ma pratique» + «correspond à ma pratique.» POSTURE ATTRIBUÉE Un simple échange verbal et je lui donne mon avis. Créer les meilleures conditions d environnement pour faciliter cet échange. Se donner le droit de ne pas accepter certains problèmes ou situations évoquées par l étudiant. Eviter d influencer l étudiant par mes propres connaissances et ma vision de la situation L aider à prendre de la distance par rapport à son savoir d expérience POSITIONNEMENT DES FORMATEURS 55% : Correspond en partie à ma pratique. Opinion très partagée. Adhésion à 97 %. A 50%, cette posture ne correspond pas à leur pratique, avec un avis partagé pour les autres réponses. 65% d avis positif. 87% d avis positif. C est l étudiant qui connaît le mieux le sens de son expérience et je ne suis là que pour l aider à mieux la comprendre Ne pas ressentir, en écoutant l étudiant, le besoin de porter un jugement d évaluation Attendre qu il porte un regard sur sa propre performance Employer des techniques d entretien (écoute active, reformulation ) Amener l étudiant à établir des liens avec l enseignement théorique et pratique Respecter les décisions qui peuvent être prises par l étudiant 87% d avis très positif. 74% d avis favorable, avec une opinion partagée. 87% d avis favorable. 100% d avis favorable. 97% d avis favorable. 78% d avis favorable. Opinion partagée.

14 S il a pris une décision, je demande à l étudiant de me donner un suivi Respecter la confidentialité des échanges Après la rencontre avec l étudiant, je me donne un moment pour réfléchir sur ma conduite d entretien 61% d avis favorable. Opinion partagée. 87% d avis favorable. 78% d avis favorable. Opinion relativement partagée. Source : Enquête formateurs i.f.s.i Ces différentes postures sont à la base de la pratique réflexive. 2.3 : Les milieux propices à l émergence de cette mise en récit et les outils de recueil et d analyse? : Les milieux de mise en récit. C est poser la question des moments au sein d un cursus de formation, où le formateur va pouvoir prendre connaissance et échanger avec l étudiant autour de ce savoir d expérience? Suivant les réponses aux questionnaires, se dégage quatre moments prévalent de recueil : 97% de oui 63% de oui Suivi pédagogique : 70% de oui Lors d un enseignement Recueil du savoir d expérience. Rencontre informelle Retour de stage 93% de oui Source : Enquête formateurs i.f.s.i D autres moments sont évoqués : l utilisation d un livret de stage (vers un portfolio?), lors d un encadrement en stage, lors de travaux, d élaboration de fiches techniques, le TFE, lors des modules optionnels, de préparation de stage optionnel, de débats, de travaux de groupes, d analyse de situations, de création d activités diverses (pièce de théâtre, jeux éducatifs ). Notons qu au sein d un même I.F.S.I, coexiste ces différents moments. C est intéressant dans le sens où la complémentarité de recueil est riche de sens à croiser. Par exemple, regarder en présence de l étudiant ce qu il a produit spontanément comme transmission écrite sur un dossier de soins va enrichir un discours au sujet de l activité correspondante. Nous voyons ainsi la potentialité en formation, de pouvoir recueillir ce savoir d expérience.

15 Comment rendre ces moments didactiques et accompagnateurs? En posant un cadre de recueil à vocation de formation. Le formateur est garant de ces espaces d échanges et d analyse, même s il s agit d échanges informels. Ce qui n empêche pas une relation authentique. Ce cadre apporte sécurité, respect, confidentialité suivant une éthique d accompagnement. Il pose aussi les limites d analyse. La spécificité de ce milieu est d établir une passerelle entre l approche théorique et pratique : lieu de médiation entre des différences, de mise en liens, de compréhension d une réalité professionnelle, d engagement, de projection vers une future identité, d exploitation à distance de milieux didactiques vécu lors du stage clinique, de situer l étudiant dans une zone de développement potentielle, de s auto-évaluer Quelles méthodes de recueil et d analyse? Comment recueillir ce savoir afin de le rendre plus explicite? Il va devenir «objet» d étude et médiateur à l activité discursive et compréhensive. Suivant les réponses aux questionnaires, se dégage quatre méthodologies prévalentes : La dynamique de groupe : (87% de oui) Une écoute attentive : (64 % de oui) La mise par écrit du récit : (54% de oui) Permet : - De faire des jeux de rôles - De favoriser le transfert de savoirs pratiques vers des savoirs théoriques avec un langage commun aux étudiants - La mutualisation des expériences, de confronter des perspectives et des réalités différentes, le partage d émotions, un effet miroir, poser un regard réflexif, la formation par les pairs - Par l interactivité, de développer le questionnement, le positionnement, la mise à distance et la réflexion personnelle - D améliorer la connaissance du groupe. Permet : - De créer un espace de libre expression - D amener l étudiant à rebondir sur des faits concrets - De marquer une attention à l autre - De mieux comprendre une problématique - De rebondir sur ce qui est évoqué Permet : - Une mise à distance De repréciser ce qui a été vu, entendu - De faire le lien avec le TFE, de développer des capacités d analyse, d aller plus loin sur leur raisonnement professionnel, d affiner, de se concentrer, se questionner - Une traçabilité - De préparer un temps d échange

16 L étude d un cas concret (73% de oui) - Le côté réel du cas concret stimule la mémoire émotive - Permet à l étudiant de faire des liens - Représentation de la position du soignant dans une situation donnée - Mettre en œuvre tous les savoirs - Permet une autoévaluation de l étudiant - Entraine une interactivité entre les étudiants - Permet aux étudiants de trouver eux-mêmes des stratégies à mettre en place, de les analyser, d argumenter, se questionner, de se positionner dans un contexte réaliste de soins - Possibilité d envisager une progression dans des situations de plus en plus complexe - Favoriser la projection en situation - Eclairage conceptuel de situations de terrain - Permet de réfléchir sur des situations qui ressemblent à celles vécues par l étudiant - Permet de déterminer les savoirs à apporter - Travail sur le raisonnement clinique, donne du sens - Permet de cibler des objectifs pédagogiques Par contre, des outils ou méthodes souvent utilisées dans l analyse de pratiques, ne sont guère investies. A savoir la vidéo, une grille d analyse de la pratique et l entretien d explicitation. La vidéo Une grille d analyse de la pratique - D avoir un regard critique sur une situation de soins et sur leur propre pratique - Facilite les échanges, car c est un mode de communication qui parle aux étudiants - Autre porte d entrée pour les connaissances, montrer une réalité, rendre plus vivant une théorie, un concept - Adapté aux nouveaux profils d étudiants - Rentre dans un cadre méthodologique : film, débat - Jeux de rôles à analyser - Valorise les étudiants car, maitrise de ses technologies - Le visuel permet à un groupe, une interactivité et une représentation commune - Enseignement en lien avec la relation, communication. - Pour varier les outils - Développer des compétences professionnelles : observation, écoute, raisonnement, analyse, rigueur, d autoévaluation - Permet à l étudiant de prendre du recul - Guider - Outil de structuration de l explicitation et base de l analyse réflexive, outil de référence

17 La présence d un expert professionnel - Souvent en co-animation, mise en lien des savoirs et le professionnel pour la crédibilité - Expression facilitée en présence d une personne extérieure donc totalement neutre pour l étudiant, absence d un regard évaluateur - Pour diversifier les approches, pour mettre en évidence les partenariats, le travail en réseaux, la prise en soins interdisciplinaire - Selon la discipline abordée, c est plus pertinent - Travailler sur les affects - Permet d intégrer dans la formation des professionnels de terrain - Ancrage dans la réalité - Faire vivre l alternance - Pour mieux comprendre le sens d une activité professionnelle - Nécessité d être dans la réalité professionnelle L étude des traces de la pratique L entretien d explicitation Simulation d une situation clinique en salle de travaux pratiques - Rester en lien avec la réalité du terrain, expliquer l écart entre le prescrit et le réel - Réalisme des outils - Analyse de pratiques - Ciblage sur des thématiques - Concret - Permet de décomposer les actions et de s interroger sur leur sens et leur pertinence - Questionner le vécu de l action - Développer le sens de l investigation - Base des travaux pratiques - Créer une dynamique de groupe, mutualiser les connaissances - En groupe, analyse de pratiques, réflexion, réajustement avec justification, interactivité. Pas de pression induite par la présence des patients ou le jugement des soignants, partage d expérience entre étudiants - Compétences professionnelles à confronter à la pratique et à la réalité des services - Pour travailler les représentations - Contextualisation - Mise en rôle de l étudiant, aide dans la conscientisation d un positionnement - Permet de développer le sens de l observation, l écoute - Parce que les étudiants ont beaucoup de choses à dire et à montrer et cela enrichit le TD Source : Enquête formateurs i.f.s.i Il est important d avoir une grille mentale ou écrite de recueil et d analyse. Au risque de s y perdre dans ce qui est échangé! Elle est liée aux cadres conceptuels de référence et permet de donner sens à ce qui est évoqué.

18 Afin d illustrer cette partie, nous présentons le schème de G.VERGNAUD. Pour mieux le comprendre, partons d une expérience personnelle ou professionnelle simple : la dernière fois que vous avez dit «bonjour» à une personne que vous connaissiez, dans le cadre de votre travail. 1. Que s est-il passé? A quoi étiez-vous attentif à ce moment? Un visage, un corps, des vêtements, une intonation de voix, vos pensées Cette prise d informations est-elle habituelle pour vous? Ou bien un événement particulier était-il présent et peut-être inhabituel? Et cet événement a-t-il modifié votre prise d informations? Quel était votre but (bonjour social, amical, en lien avec une demande particulière?) Quelle représentation aviez-vous de votre interlocuteur, de la relation sociale? 2. Comment avez-vous dit «bonjour»? Un geste était-il présent? Comment avez-vous engagé cette forme de relation sociale? 3. Et sûrement beaucoup d autres questions que l on pourrait se poser! 4. Cependant avez-vous le sentiment d être différent des autres fois? Une manière inhabituelle de procéder? Un sentiment étrange de nouveauté? Même si chaque situation est différente, vous avez dû ressentir un sentiment d unicité et une procédure assez conforme à vos habitudes et adaptée au sens que vous avez donné au contexte spécifique. Ressentez-vous alors une forme d invariant opératoire qui guide votre activité, tout en permettant de vous adapter? «Le schème est une forme invariante d organisation de l activité et de la conduite pour une classe de situations déterminée». G. VERGNAUD. Il permet aussi l adaptation aux situations. Il renvoie au sujet une structure stable, au sujet de laquelle on peut échanger et construire un sens à sa pratique. Quelles sont les variables qui constituent le schème? Le schème est une totalité dynamique composée de quatre composantes (approche systémique) : Le but, les sous buts, les anticipations : l intention, le désir, le besoin, la motivation, l attente. Avec des niveaux hiérarchiques qui peuvent être présents : «Ils précèdent et accompagnent l activité.». Les règles d action, de prise d information et de contrôle : «C est cette composante qui constitue la partie générative du schème, celle qui engendre au fur et à mesure le décours temporel de l activité.» Cette composante intéresse toutes les sphères cognitives prenant en compte par exemple la recherche en mémoire. Les invariants opératoires : concept en acte et théorème en acte : «celle qui a pour fonction d identifier et de reconnaître les objets, leurs propriétés, leurs relations, et leurs transformations.» L auteur ajoute : «La fonction principale des invariants opératoires est de prélever et de sélectionner l information pertinente et d en inférer des conséquences utiles pour l action, le contrôle et la prise d information subséquente.» Le théorème en acte : «Proposition tenue pour vraie dans l activité.» Le concept en acte : ce qui est pertinent ou non pertinent. «Il n y a pas de théorème sans concept et de concept sans théorème. Métaphoriquement on peut dire que les concepts en acte sont les briques avec lesquelles les théorèmes en acte sont fabriqués, et que la seule raison d existence des concepts en acte est justement de permettre la formation de théorèmes en acte, à partir desquels sont rendus possibles l organisation de l activité et les inférences.» Les inférences : l activité en permanence est régulée, s adapte aux changements situationnel. La prise d information est mise en lien avec des règles conditionnelles qui régulent l activité. Si alors.

19 L étudiant, au cours de sa mise en récit, va évoquer différents éléments. Vous allez l accompagner dans la précision et la complémentarité des informations à recueillir. Cela vous renseigne sur le sens de l activité énoncée par l étudiant et lui permet de prendre une distance réflexive et s interroger. De plus au sein d un groupe, structure les échanges et pose une base de réflexion. Cette approche structurée par le schème peut être utilisée dans certains moments pédagogiques : lors de l exploitation d un cas concret, d une mise en situation professionnelle, d un cours de travaux pratiques, lors de retour de stage Si voulez utiliser une métaphore de la pratique réflexive, c est l image d une montagne dont le sommet représente la théorie, la base l activité. Le travail consiste alors à faire des allez venues entre la base et le sommet et inversement, au fur et à mesure de l avancement du mouvement compréhensif. D autres outils sont disponibles ou à construire : L action et les satellites de l action (P. VERMESCH), Grilles d analyse de l activité, Grilles d écoute et d analyse utilisées en psychologie cognitive, clinique ou sociale, Grilles relevant du champ de la compétence, des théories de l apprentissage. 3. Un cadre d application. Vous trouverez à l adresse URL suivante, une application concrète. L atelier d analyse, d échange et de recherche sur la pratique professionnelle. URL :

20 Annexe : Résultats de l enquête. Nota : les non-réponses ne sont pas présentées car résultats très faibles.. I. Enoncer le statut de ce savoir d expérience. 1) Quelle place accordez-vous à ce savoir d expérience dans le cadre de la formation? 2) Le réinvestissement de ce savoir d expérience dans la formation vous paraît-il?

21 3) Vous allez trouver cinq propositions. Pour chacune d elle, veuillez indiquer sur une échelle de 1 à 4 votre degré d adhésion :

22 4) Quelles sont les thématiques prévalentes?

23 5) En règle générale, l énoncé de ce savoir d expérience est à mettre en lien avec :, ce savoir d expérience est à mettre en :

24 I. Recenser les dispositifs appliqués par les formateurs pour recueillir ce savoir d expérience acquis par l étudiant.

25 II. Préciser le contexte et la nature des méthodes appliquées pour recueillir le contenu de ce savoir d expérience.

26

27 IV. Établir comment est exploité ce savoir d expérience.

28

Du référentiel de formation en soins infirmiers au dispositif d'analyse de pratiques professionnelles. Quel parcours à explorer?

Du référentiel de formation en soins infirmiers au dispositif d'analyse de pratiques professionnelles. Quel parcours à explorer? Du référentiel de formation en soins infirmiers au dispositif d'analyse de pratiques professionnelles. Quel parcours à explorer? Jean Chocat Cadre de Santé Formateur en soins-infirmiers Jean.chocat@orange.fr

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification

Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation et qualification Reconnaissance de la professionnalité de stagiaires en enseignement au secondaire et rôles des superviseurs Intervention et pratique éducative reflet et/ou révélateur des tensions entre instructions, socialisation

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE

COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE N 93 FOUCTEAU Béatrice, L HEUDÉ Sylvie, ROGER Annie [IUFM Poitou-Charentes, Site de la Vienne] COMMENT REPOSITIONNER LE JEU COMME SUPPORT D APPRENTISSAGES À L ÉCOLE MATERNELLE GROUPE DE RECHERCHE-ACTION-FORMATION

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Référentiel de compétences

Référentiel de compétences Version du 13 Mars 2006 Page 1 Titre de Formateur-Responsable d'actions de formation (DUFRES) (Inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelle - niveau II) Référentiel de compétences

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Maud Foerster 1, Pierre-François Coen 1 1 Service Recherche & Développement, Haute

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières

La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières La recherche en sciences infirmières : du baccalauréat en soins infirmiers au doctorat en sciences infirmières M.Th Celis HELHO Tournai N.Jacqmin HERS - Libramont M.Gobert PRISCI - UCL Science infirmière

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 2015

PROJET D ECOLE 2012 2015 PROJET D ECOLE 2012 2015 Former les futurs professionnels à l excellence des pratiques de soins Rédaction : P. Lombardo, Directeur des Soins en charge de l IFSI d Annecy IFSI Annecy Projet d Ecole 2012-2015

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

Les changements de point de vue sur le dispositif de formation / professionnalisation des IHS :

Les changements de point de vue sur le dispositif de formation / professionnalisation des IHS : Direction des Etudes Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques Formation statutaire interministérielle des IHS 2008 PRESENTATION DE L EXPERIMENTATION 2008 AUX REPRESENTANTS DE LA DGAFP,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise PROGRAMME DE FORMATION Etre Coach professionnel en entreprise Buts : Former des coachs professionnels capables d intervenir dans le monde de l entreprise pour accompagner et développer l autonomie de salariés

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF

ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF 1 ELABORER UN PROJET D ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF I. Elaborer le projet SOMMAIRE - L accompagnement éducatif - principes généraux - les volets du projet - Identifier

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.

L ergonomie au service du développement de l enfant. Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog. L ergonomie au service du développement de l enfant Par Nicole Delvolvé Ergonome nicole.delvolve@orange.fr reussite-pour-tous.overblog.fr 1. La cadre théorique de la réflexion proposée 2. Quelles connaissances

Plus en détail

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué)

Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Préparation au concours infirmier «Droit commun» (Titulaires du baccalauréat ou homologué) Vous souhaitez vous engager dans le métier d infirmier, vous pouvez intégrer notre cycle préparatoire combinant

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

LE TELEPHONE COMMERCIAL

LE TELEPHONE COMMERCIAL Mini CATALOGUE LE TELEPHONE COMMERCIAL SOMMAIRE Les relations téléphoniques performantes 2 La prise de rendez-vous en prospection 3 La négociation commerciale 5 La vente en émission d appel 6 Rebond et

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides?

Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides? Comment repenser l articulation entre présence et distance dans les dispositifs hybrides? Séminaire IDEFI 6 JUIN 2014 Patricia JULLIA & Catherine DE LAVERGNE Département Infocom ITIC, LERASS-CERIC, Questionnements

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

RENCONTRE. Key words: Analysis of current practice, skills, experience, knowledge, professional development.

RENCONTRE. Key words: Analysis of current practice, skills, experience, knowledge, professional development. RENCONTRE L ANALYSE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES COMME MOYEN DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES: ANCRAGE THÉORIQUE, PROCESSUS À L ŒUVRE ET LIMITES DE CES DISPOSITIFS Anne Marie LAGADEC cadre supérieur

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION 2014 Formations en image professionnelle, en efficacité relationnelle, en développement personnel 1 SOMMAIRE Image professionnelle Page 3 Valoriser son image et sa communication

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Communication à large spectre

Communication à large spectre Communication à large spectre Facilitateur de contact 10 ans d Expérience & d Expertise 5 Domaines d Activités Intégrés & Complémentaires Conférences, Formations & Conseils o Depuis plusieurs années, les

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

La Certification "Coach. & Team " par Philippe LE GOFF Coach, formateur et superviseur de coachs à Nantes

La Certification Coach. & Team  par Philippe LE GOFF Coach, formateur et superviseur de coachs à Nantes La Certification "Coach & Team " par Philippe LE GOFF Coach, formateur et superviseur de coachs à Nantes (Extrait de «La pédagogie CT» ouvrage en cours d élaboration par le Collège des Enseignants CT)

Plus en détail

Intéresser les étudiants au travail social de groupe : récit d une pratique belge

Intéresser les étudiants au travail social de groupe : récit d une pratique belge Intéresser les étudiants au travail social de groupe : récit d une pratique belge par Mme Dominique Louise Warin Enseignante en travail social Haute École Libre Mosane (HELMO-ESAS) Liège, Belgique Courriel

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION

CATALOGUE DE FORMATION CATALOGUE DE FORMATION LYON - PARIS - BORDEAUX ÉCOLE DU RÉSEAU PAUL PYRONNET INSTITUT Paul Pyronnet Institut 76 rue Masséna - 69006 - LYON - 04 37 24 33 78 - contact@ecole-coaching-ecppi.com - contact@paul-pyronnet-institut.fr

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE

FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE FORMATIONS CERTIFIANTES EN PROGRAMMATION NEURO LINGUISTIQUE La P.N.L, Programmation Neuro Linguistique est apparue dans les années 70 aux USA. Ses fondateurs John GRINDER et Richard BANDLER ont élaboré

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail