Prestataires de services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prestataires de services"

Transcription

1 Centre de Stratégie Avancée Prestataires de services Renforcer et refonder la compétitivité dans un marché mature et un jeu concurrentiel en voie de durcissement - Mars , rue de Madrid Paris Tél : +33 (0) Fax : +33 (0) CSA-SARL au capital de Siège social : 2, place Leclerc Longwy Siret : Code APE 748K TVA n FR

2 2 S o m m a i r e Pages Analyse : Un marché mature, générant une lutte concurrentielle croissante 3 entre étapes de la chaîne de valeur : organisateurs, parcs, prestataires Une dynamique durable Prestataires : Capacité concurrentielle 22 Refondation de la performance 33 Avertissement Ce document destiné à la réunion du 23 mars 2012, ne peut être efficacement interprété qu avec les commentaires ayant accompagné sa présentation 0

3 3 L analyse Un marché mature, générant une lutte concurrentielle croissante entre étapes de la chaîne de valeur : organisateurs, parcs, prestataires Une dynamique durable

4 4 Une dynamique concurrentielle salon extrêmement lisible Rentabilité historique élevée Attire des investisseurs financiers Transition vers une activité évaluée par la rentabilité des capitaux engagés Maturité du média concurrencé par d autres médias Professionnalisation des process Amélioration des marges par revalorisation tarifaire Concentration pour rationnaliser les coûts et les investissements Intensification de la lutte concurrentielle pour capter des marges Modification des structures de coûts : Prime aux étapes incontournables de la filière Dégradation des poids des prestations les plus techniques ou les plus contournables Intensification de la lutte concurrentielle dans les activités les plus exposées à la pression prix - coût Focalisation des efforts de management sur la maîtrise des coûts Paupérisation sectorielle : Prestations Conditions opérationnelles Rentabilité Focalisation des investissements sur les marchés les plus «faciles» émergents Recherche de diversifications, hors du salon, pour trouver : de la croissance des prix rémunérateurs Une nécessaire refondation des modèles de fonctionnement pour éviter une paupérisation durable

5 5 Un marché du salon structurellement mature Une activité qui s est déroulée dans un environnement mature sur la période , sans rupture majeure Pas de crise ayant entrainé un effondrement de marché Pas de crise actuellement anticipée Une tendance française et occidentale (-2% sur moyenne période) Maturité du nombre d utilisateurs (Nombre d exposants en Ile de France) pour des surfaces nettes en légère régression (Surface nette exposants) m m % (Source : Données de base CCIP)

6 6 Une maturité, qui entraine naturellement une rationalisation par les coûts Faute de réserve de croissance de revenus, l effort pour soutenir les marges se déplace sur les coûts «Cette fois sur notre portefeuille de manifestations, on ne peut plus augmenter les prix. On est plus cher que les manifestations internationales au m2 et on a exploité les recettes de poche, liées au paiement du visiteur» Dirigeant, grand organisateur (Interview CSA) Une rationalisation qui, par exemple, se manifeste dans les temps d occupation 1 er poste unitaire de coût Poids dans la structure de coûts d une grande manifestation Coût total Évolution des temps d occupation 13,7 j 11,5 j -16% Coût de location 19% 99 / / 10

7 7 Une prime à la taille de la manifestation et de l organisateur, qui contribue à l accroissement des pics d activité «J ai réduit le nombre de manifestations et augmenté le CA et la marge brute» DG, grand organisateur (Interview CSA) Taux de RE/CA moyenne période 15 RE / CA Organisation (15 entreprises, moyenne 2005 / 2010) Portefeuille français d un grand organisateur 10 manifestations 20 e manifestations 83% 77% % 17% > Niveau de CA (en M ) CA Marge brute CA Marge brute Operating profit REED Exhibitions : 24% (Source : Rapport annuel) (Recherche & calcul CSA)

8 8 Un phénomène durable : Une dynamique du marché qui complexifie l organisation opérationnelle des prestataires Plus de salons grand public, aux périodes de montage démontage plus courtes, même s ils sont moins complexes Évolution du nombre de salons (en indice) Disponibilité comparée des espaces pour la réalisation des prestations techniques (en nombre de jours montage démontage) Professionnel Moyenne Grand public (Salons sur Paris et IdF) Tendance encore plus forte en région Professionnel Grand public (Recherche et calcul CSA)

9 9 Une évolution du mix de manifestations, défavorable au segment le plus contributeur chez les organisateurs, qui ne peut qu accroître la pression sur les marges et les coûts chez les prestataires Une régression du secteur des manifestations professionnelles les plus fortement contributrices Un écart de prix majeur du m2 en faveur des manifestations professionnelles Prix moyen du m2 facturé à l exposant (prestations de base) Manifestations professionnelles à vocation internationale 100 Manifestations à vocation locale ou nationale 72 alors que la position concurrentielle se détériore, sur moyenne période, sans qu aucune rupture ne se dessine Évolution du visitorat professionnel % du visitorat total 36% 24% En volume de visiteurs 3,17 M 2,38 M -25% Nombre de salons professionnels % (Paris/IdF) Performance visiteur par salon 12,8 11,5-10% (Recherche & calcul CSA)

10 10 Un niveau de prix vers l exposant qui a atteint ses limites et ne sera plus à l avenir, source de potentiel de croissance de marge pour l organisateur Un niveau de prix élevé pour les manifestations françaises, remis en cause par les exposants Paris 100 Comparaison de prix au m2 (avec équipements de base) (en indice) Salon professionnel Allemagne 90 Italie 83 qui génère un coût du contact plus élevé France 100 Prix au m2 (en indice) Italie 80 Première critique exposant Le prix France 100 Salon grand public Italie Coût du contact 100 pour 90% d un échantillon des exposants (Recherche & calcul CSA)

11 11 Une activité sans risque d effondrement, mais sans dynamique de croissance Une activité en organisation, qui sous investit dans le renouvellement de son offre Un média, qui avance dans son cycle de vie Redynamisation ou déclin? Attitude face à l investissement salon Principales critiques Échelle d intensité de la critique 52% Maintien pour l avenir de l investissement à son niveau actuel Forte 10 9 (1) Le prix 21% 11% 14% A envisagé des alternatives, mais ne les active pas A réduit son investissement salon Veut réduire son investissement 6 Faible (2) Quantité et qualité du visitorat (3) Accès (3) Gestion et suivi des contacts (3) Mesure d efficacité (Recherche CSA sur 60 exposants)

12 12 Une impossibilité actuelle et à venir de revaloriser les prix, qui conduit sites et organisateurs à capter des revenus et marges en direct vers l exposant Un transfert de marge au détriment des prestataires Un développement dans l aménagement générant un transfert de marge Évolution, sur moyenne période, du type d aménagement sur un salon Contrôlé par l organisateur 20% 25% Nu 44% 28% Stand traditionnel 12% 11% Modulaire 25% 36% (Recherche CSA) Taux de marge moyen sur les stands équipés organisateur 55,3% Zones de stands collectifs Taux maximal : 68% Prix de vente 236 Prix d achat 73 Taux minimal : 33% Prix de vente 121 Prix d achat 81 (Échantillon de m2 et stands - Recherche CSA)

13 13 Un pilotage par les coûts tendanciellement défavorable à la prestation technique «Les prestataires, on va mettre une pression sur les prix» Organisateur, salon février 2012 (Interview CSA) Un modèle de consolidation sectorielle, favorable aux acteurs, ayant désormais une vraie maîtrise de la gestion par les coûts Manifestation gérée par un créateur indépendant Même manifestation intégrée dans un groupe Taux de marge brute Poids des dépenses techniques (production, hors location d espaces) Taux de marge brute 42% Poids des dépenses techniques 27% 25% 19% (Recherche et calcul CSA)

14 14 Une dépendance des salons face à des entreprises leaders, devenues professionnelles et exigentes Des entreprises leaders plus critiques à l égard du média salon et plus ouvertes aux alternatives Dépendance aux leaders Poids dans le CA et le nombre d exposants Portefeuille de manifestations Poids en nombre d exposants Poids dans le CA 67% «Pourquoi voulez-vous que continu à investir autant, sinon plus, dans un outil où l on me dit mesurer l efficacité par le nombre de barbe à papa consommé sur un stand collectif» Exposant, salon février 2012 (Interview CSA) 20% 50% de plus d intention de réduction des dépenses salon chez les leaders vs. les moyens et petits exposants (Analyse CSA) (Recherche CSA)

15 15 Un jeu concurrentiel aujourd hui plus favorable à l exploitant de sites Un transfert de marge de l organisateur vers l exploitant de sites Un modèle français désintégré de la filière, qui conduit à un cumul de marge Une place incontournable pour les grands sites Évolution du poids de la location d espaces dans la structure de coûts d un salon (à iso site) % des coûts directs 36% 31% accrue par les services contraints «14 K d électricité en 4 jours, c est plus que dans notre showroom en 4/5 mois» DM, grand groupe (Interview CSA) «Wifi à 500, on se moque du monde» DG exposant (Interview CSA) «Le poids des lieux, dans nos coûts, a augmenté sur 5 ans» «On a diminué la durée» DG organisateur (Interview CSA) Réponses d adaptation de l organisateur Innovation de site : «Ne plus être sous l emprise d un parc» «Révision des process pour descendre mes prix» «Pression sur les prestataires, qui dépendra de leur poids dans la structure de coûts»

16 16 Un besoin de rencontres, récurrent et durable, complété plus que menacé par les nouveaux médias Un nécessaire renouvellement des fonctions satisfaites par le salon, accompagné d une montée de nouveaux coûts Exemple : Fonction sourcing mieux satisfaite désormais par l Internet Fonction de relation en B to B ou d expérience de la marque en B to C, mieux satisfaite par la manifestation Exemple de nouveau converti au média salon : Directeur marketing d une marque agroalimentaire, présent au Salon de l Agriculture, expérience personnelle, NESTLÉ, UNILEVER, 1 ère véritable expérience salon SIA février 2012 «Outil de marketing d expérience, c est plus fort qu un film de pub» Mode de présence Stand de 175 m2, personnes passées par le stand Investissement : 375 K Dont : Espace 42 K (11%) Stand 110 K (29%) Coordination 25 K Définition du concept 30 K Achat cartes 10 K Partenariat 20 K Traiteur 15 K Animation 40 K Achat d art / vidéo 10 K Communication RP 20 K Goodies 53 K Commentaires «Permet de faire vivre la marque : expliquer et développer» «J ai besoin de quelqu un qui coordonne. Je n ai pas la personne en interne pour gérer 40 intervenants, 120 factures» «L agence en charge du concept a consulté 3 standistes : Un a abandonné au bout d une semaine Un autre a envoyé un power point Le 3 e est venu avec deux concepts, assez artisanal dans son mode de présentation. Doivent travailler comme une agence de packaging» «Il faut mesurer comme on le fait avec le GRP du spot de TF1» «Si l organisateur peut me prouver l intérêt d investir, j irai. Le commercial d un autre salon est venu me voir, c était pathétique»

17 17 Un enjeu clef pour l avenir, la maîtrise de l accès à l exposant La technologie joue en défaveur des prestataires, au travers du développement de plateformes, chez certains intervenants majeurs Écart de marge sur la prestation vendue à l exposant ou à l organisateur ou à un ensemblier Exposant 130 Entreprise A Organisateur 100 (en indice) Ensemblier 50 Entreprise B Exposant 100 Organisateur Une évolution qui peut être favorable à certaines firmes, prestataires, si elles gagnent du volume, mais un jeu à somme nulle pour la profession 50 «Nos outils permettent de gérer la relation entre l exposant et l organisateur, ils permettent : un transfert de marge vers l organisateur une rationalisation de l univers des fournisseurs référencés» Prestataire (Interview CSA) «Je suis en plateforme. One stop shopping. On vise 15% du CA» Grand organisateur (Interview CSA)

18 18 Un axe de développement dans les services pour les parcs Un relais de croissance, naturel plus maîtrisable, à court terme, que le seul développement des volumes «Ne jamais aller dans la prestation en direct, mais avoir l accord client autour d une prestation sous traitée» DG???? (Interview CSA) VIPARIS Portefeuille d activités 2011 Revenus totaux Évolution comparée 2011 / 2009 Location Services +9% Moyenne des dépenses par exposant Location 28% +1% Services 28% -2,9% (Sources : Données rapport annuel + interview CSA)

19 19 Un durcissement du jeu concurrentiel d autant plus violent que s opposent deux modèles de compétitivité : un modèle rhénan, contre un modèle anglo-saxon Un modèle anglo-saxon auquel se rattache l activité en France, qui privilégie la rentabilité financière et une désintégration de la filière un modèle rhénan, intégré, visant le volume au travers de prix bas et les retombées économiques pour le territoire Modèle anglo-saxon Évaluation par le retour sur capital investi Exemple : REED 11,2% en ,1% en 2008 (Source : Rapport annuel) (L activité salon, avec 24% d operating profit, est à un niveau inférieur à la moyenne du groupe : 27%) Modèle rhénan Une intégration, location d espace, organisation, qui conduit à une approche différente des prix et marges Positionnement : Bas prix, gros volume Intégration : Pénalité de coûts du modèle désintégré (variable suivant le mode de calcul) Maximal : 17 à 18% Minimal : 3 à 5% (Recherche CSA) «Notre concurrent direct allemand ne paye pas l espace» DG, organisateur (Interview CSA)

20 20 Une filière, qui recouvre avec ses trois étapes, deux métiers au sens de la stratégie Métier Métier à base d actifs Métier à base de compétences Facteurs clefs de succès Capacité à investir et surtout sélectionner des actifs qui : auraient un taux de rotation élevé génèreraient des coûts opérationnels limités Capacité marketing et commerciale : Moyens et compétences humaines Process Segments stratégiques Parcs m2 Parcs de matériels Manifestations de flux Manifestations de contenu Segments marketing Grands organisateurs Organisateurs indépendants Sociétés savantes Agences d événement Entreprises grosses utilisatrices Entreprises utilisatrices exceptionnelles Donneurs d ordres institutionnels (public, sport ) Segments produit Salons GP Salons professionnels Congrès Événements Aménagement lieux ouverts au public Aménagement lieux privés

21 21 Implications stratégiques, pour les prochaines années, des évolutions en cours Origines Continuité de la maturité du marché Pression continue sur les prix Internationalisation croissante du jeu concurrentiel Rôle croissant du hors salon Implications La croissance sera concentrée sur quelques segments du marché et quelques produits : Marchés supports (nouveaux secteurs) Manifestations re-segmentant l offre traditionnelle Prime à ceux qui sauront s y développer Rôle croissant de l innovation rationalisation du jeu concurrentiel : Concentration et prime à la taille sur les activités les plus banalisées ou à frais fixes élevés Épuisement du modèle de recherche de la compétitivité par l optimisation Nécessaire refondation des modèles (Ex : prestataire qui s auto finance) Nécessité d amortir pour les activités de frais fixes sur d autres segments Concurrents étrangers de plus en plus présents Nécessité de raisonner sur des modèles partiellement désintégrés Rôle croissant des débouchés à l international Transaction d un modèle où le client était connu et venait naturellement vers un modèle où la performance passe par la valorisation des compétences historiques auprès de nouveaux clients

22 L état de la filière prestataires 22

23 23 Une filière de la prestation de services, prioritairement orientée vers la descente des coûts Une démarche vitale, insuffisante et complexe et qui atteint ses limites Caractérisation des politiques opérationnelles menées par les prestataires «On travaille sur les coûts, mais ça n est pas suffisant» Réduction des coûts et efficacité opérationnelle Innovation produit ou prestation Redéploiement et renforcement plan et moyens commerciaux DG prestataire (nouvelles technologies) (Interview CSA) «On est tous à faire de la productivité» DG prestataire (Interview CSA) 100% «On a passé les coûts à la moulinette depuis 2 ans» DG société prestations (Interview CSA) 22% 10% (Données CSA) «Si je peux assurer la pérennité, j ai besoin de sous traitants tchèques, polonais Pour le stand X, j ai fait mon sourcing à l Est» DG prestataire (segment stand) (Interview CSA)

24 24 Une filière qui considère sa rentabilité s est et se détériore Individuellement et ponctuellement, des entreprises maintiennent ou améliorent leur rentabilité dans le cadre d un système en voie de paupérisation «À chaque fois que l on discute avec l organisateur, c est pour descendre les prix» Une évolution de la performance en dégradation Entreprise performante segment historique de prestations Marge brute 35% 20% 10% Marge nette 1,4% Entreprise performante segment «technologique» de prestations Résultat net / CA 15% 5% qu un nombre limité d entreprises arrivent à éviter RE Entreprise performante dominant une niche 8 à 10% «La rentabilité était une préoccupation au début des années 2000, plus maintenant» Objectif cible Toutes les entreprises n ayant pas un problème de résultat, ont une maîtrise forte de leurs prix «Il y a 10 ans, le prix de la sous traitance était moins cher» «Tous ceux qui n ont été que dans le prix, ont disparu» Dirigeants (Interview CSA)

25 25 La perception d une concurrence déloyale Le problème n est pas la concurrence, mais le fait que les règles et pratiques ne seraient pas les mêmes pour tous les acteurs «L Allemagne est complètement fermée. UK, c est X Il n y a qu en France, où tout le monde vient» Dirigeant actionnaire (Interview CSA) «On monte un stand X au Mondial de l Automobile, un italien en short et tongues à côté, mais nous on est en chaussures de sécurité» Dirigeant fondateur (Interview CSA) «Le technicien belge a un statut indépendant. Il peut facturer 20 h à son employeur. Nous, c est impossible» Dirigeant (Interview CSA) «Des caristes étrangers qui passent 15h sur leur engin, on en voit régulièrement, ça n intéresse personne» Dirigeant, prestataire (Interview CSA) «On est plus méthodique et productif, ils mettent deux fois plus de monde, mais les payent au noir» Dirigeant (Interview CSA) «Qu est-ce qu on fait avec la TVA? Des concurrents étrangers, dans le stand, faussent les règles en n en n imputant pas. Si je vais travailler en Italie, est-ce que je vais la déclarer?» Dirigeant (Interview CSA)

26 26 La perception d une évolution profonde de la relation avec le client Une évolution irréversible Un client, moins technique, qui demande de plus en plus d échanges Un rôle croissant sur certains segments des services achats «Les acheteurs sont des acheteurs de supermarché, pas de connaissance spécifique, proprement inacceptable» «Notre produit est un prototype qui se prête mal à l intervention des services achats» Hier Des facteurs techniques étoffés chez les clients. Une compétence produit prestation chez le décideur Un process piloté par la relation humaine entre deux décideurs Une priorité donnée à la qualité du produit La différenciation par le contenant Aujourd hui Un rôle mix achat marketing. Une perte de compétence interne : Externalisation. Rotation des acheteurs. Un moindre intérêt et une moindre valorisation de la qualité technique. Un pilotage orienté descente des coûts. La différenciation par le contenu Commentaires «Perte de compétences chez les décideurs clients» «Perte de compétences chez l organisateur, se concentre sur le marketing et le commercial» «De moins en moins de savoir. Je suis affolé, le gens ne savent pas préciser ce qu il faut faire sur un plan» Dirigeant (Interview CSA)

27 27 Un rôle croissant d une nouvelle fonction d intégration Une réponse à la réduction des moyens internes et à la paupérisation des compétences Une fonction qui peut être exécutée suivant de multiples modèles «Les équipes salon maigrissent. C est une chance, à partir du moment où l on peut faire leur travail» DG (Interview CSA) BE ayant évolué vers de la coordination Pure player de la coordination Gros acteur à la tête d actifs Standiste «Je prends des clients compliqués, ceux qui n ont pas, par ailleurs, de service technique étoffé» Marge (en indice) d un prestataire pour le même service, suivant le type de client t «On fait l ingénierie externalisée, en étant maître d œuvre pour le compte d organisateurs» «Vous avez une problématique technique, on prend la totalité. On va essayer de vous simplifier la vie» «Opportunité de faire une offre globale et de faire rémunérer la fonction d ensemblier» Une nouvelle source de tension dans la filière Exposant Organisateur Ensemblier «Les agences d événement sont rentrées dans notre métier. On l a fait dans le sens inverse» «Donner moins de prestations, mais conseiller et se faire rémunérer sur les prestations» (Analyse CSA)

28 28 Une intégration croissante de l activité dans un cadre international Un phénomène qui touche l ensemble des étapes de la chaîne de valeur, mais que chaque entreprise individuellement à tendance à n intégrer qu à un seul stade Débouché Sourcing Mise en œuvre Une prise de conscience qu il faut trouver des relais de croissance à l international. Part de CA export Petit prestataire spécialisé 30% Part de CA export Standiste de taille internationale 25 à 30% «Je connais plus les parcs étrangers, que la Porte de Versailles» Standiste (Interview CSA) «Si on veut être compétitif, on est obligé, compte tenu de notre fonction d ensemblier, de se sourcer à l étranger Évolution de la part des coûts, sourcée à l international 20% 10% «Le service achat a des objectifs de sourcing par rapport à des enveloppes globales. L international est clairement un levier» Ensemblier (Interview CSA) Une pratique indispensable pour aller dans certains pays, qui s étend ensuite à la France. Collaborateur tchèque 190 Prix / jour 47% Collaborateur français 280 (Analyse CSA)

29 29 L amorce d une valorisation, hors salon, des compétences acquises Un mouvement qui concerne 100% des prestataires «Il n y a pas de croissance à attendre dans le salon» DG d un des leaders Un mouvement qui tend à s éloigner de plus en plus du site d exposition Congrès Événement Aménagement léger Salon «Toutes nos compétences peuvent s y appliquer. Évoluent vers de plus en plus de technologies» Prestataire, segment de services «récent» «Ils sont dans le contenu et maîtrise mal la technique, en particulier pour les sociétés savantes» Ensemblier????? (Interview CSA) «Le salon n est plus notre core business» Portefeuille d activités Site 20% 50% 30% Agence événementielle Client en direct Prestataire, segment de services «récent» Interview CSA) «Il y a un marché pour le re-looking d espace sans aller dans l aménagement lourd. On sait faire des choses plus légères» Standiste (Interview CSA) Part dans son portefeuille de débouchés Actuellement... 5% Objectif. 20% Portefeuille d activités prestataire métier traditionnel Salon. 75% Boutique appartement 25%

30 30 Une performance des prestataires, compliquée et pénalisée par la concentration croissante des périodes d activité Une double concentration, dans l année calendaire et dans les délais de réalisation, qui pousse à la désintégration Une prime de compétitivité à ceux qui sont capables de lisser leur activité Pénalités de coûts, liées à la concentration Approche des surcoûts liés au mode opératoire Recherche de réponses Diversification des marchés Surcoût de rémunération Surcoût lié au recours à la sous traitance Surcoût de location de matériel Hypothèse basse Hypothèse haute 17% «Je recherche d autres marchés, que le salon parisien, pour élargir mes périodes de charge» DG prestataire (Interview CSA) Internationalisation supplémentaire Surcoût d exécution, «Je vais à l international pour lisser ma charge» complexification croissante des chantiers Plus faible amortissement du stock de base 3% (Recherche CSA) Standiste (Interview CSA) Évolution du modèle «Je réduit ma base permanente et monte plus en sous traitance» Prestataire (Interview CSA)

31 31 Une structure de coûts, qui se déforme au détriment des activités de prestations de services Des dépenses marketing croissantes pour attirer le visiteur «Plus un visiteur ne se dit : Youpi il y a le salon à Paris!» DG, grand organisateur, salon février 2012 (Interview CSA) «Il faudra investir beaucoup plus pour faire venir le visitorat» PdT organisateur, salon février 2012 (Interview CSA) Accroissement des dépenses Recours au Web «Permet un panier moyen, plutôt une baisse» Prestataire de services (Interview CSA) Exemple de déformation de structure de coûts Taux de marge sur coûts variables 45% 39% Poids des dépenses dans les coûts variables Marketing 35% 46% Location d espaces 17% 19% Autres coûts techniques 19% 16% Solde 29% 19% (Recherche CSA)

32 32 Implications stratégiques, pour les prochaines années, des constats Origines Paupérisation, baisse de la rentabilité structurelle de certaines activités Implications Réflexion et artibrages sur : les offres : services historiques, nouveaux services les modèles : taille d entreprise et modèle opérationnel Recherche de relais de croissance et de rentabilité à l international Passage d une approche opportuniste ponctuelle à une approche volontariste et systématisée : Seul? Entreprises concurrentes et complémentaires? entreprises complémentaires?... Faiblesse de l investissement dans le commercial Pression sur les prix Professionnaliser et densifier cette fonction Recherche de la différenciation valorisable (échapper à la seule compétition par les prix) Épuisement du modèle de compétitivité par les seuls coûts à iso organisation Nécessiter de refonder (ex : amélioration de la rotation des stocks par accès à d autres marchés, partage de personnel ) Recherche de la valorisation des prestations exécutées

33 La refondation de la performance 33

34 34 Un projet d ensemble pour les prestataires, combinant actions individuelles d entreprises et actions collectives Une focalisation sur les thèmes et sujets importants, mais pouvant aboutir et délaissant les impasses Ne pas imaginer que l on va modifier les rapports de force dans la filière Échelon collectif professionnel Relations entre prestataires et parcs, prestataires et organisateurs Sortir de la seule opposition et proposer un projet d ensemble d actions améliorant les conditions opérationnelles des prestataires Charte partenariale Identification et proposition des «meilleures pratiques» Planification / anticipation contractualisation réelle - durée Suivi du respect des règles de la concurrence L accompagnement du redéploiement : Dans le salon Hors du salon, sur le territoire national Un enjeu particulier sur l activité stand Intégrer les nouveaux services

35 35 Un projet d ensemble pour les prestataires, combinant actions individuelles d entreprises et actions collectives (suite) Une focalisation sur les thèmes et sujets importants, mais pouvant aboutir et délaissant les impasses Ne pas imaginer que l on va modifier les positions concurrentielles Échelon individuel entreprise Arbitrage sur une stratégie, mise en cohérence de l ensemble des actions Renforcement de la place de l innovation comme moteur de changement et de différenciation

36 36 Stratégies génériques Dominateur d une niche Ensemblier fédérateur Sous-traitant L innovateur Leader Grandes caractéristiques Très forte connaissance d une prestation. Maîtrise unique d atouts concurrentiels, compétences, actifs. Conception, concevoir, livrer une prestation d ensemble pour le client. Entreprise sécurisante pour le grand donneur d ordre. Focalisation sur l excellence opérationnelle dans l exécution. Faiblesse des coûts indirects. Renouvellement régulière de l offre : produits, services, process Offres acceptables et valorisées par le marché. Taille importante & forte part de marché. Gros stock d actifs. Difficilement contournable pour des opérations de gros volumes. Critères de performance Niveau de rentabilité Savoir faire ou actifs spécifiques. Part de marché relative. Faible poids dans les coûts clients. Fort > 10% Volume faible Savoir faire de conception. Savoir faire de gestion de projets. Capacité à sourcer. Moyen / faible 5% Volume potentiel significatif Capacité à optimiser les process. Capacité à maîtriser les coûts, en particulier de main d œuvre. Fiabilité. Faible / moyen 2 à 4% Compétences et process internes, orientés vers l innovation. Part du CA renouvelée dans l année. Moyen / haut 5 à 10% Volume limité Le parc d actifs. La capacité à gérer de grosses opérations. Le savoir faire de gestion de grosses équipes internes et externes. Moyen / haut 7 à 12% Volume significatif Risque et difficulté de mise en oeuvre Nécessaire préservation des compétences. Évaluation nécessaire de l intérêt de l offre. Faible. Nécessité de préserver la compétence technique et éviter l enfermement dans la vente d un prix. Non respect des règles légales par des concurrents. Difficulté à valoriser la prestation. Confrontation avec des offres low costs. Difficulté, dans des entreprises de taille faible, à combiner innovation et commercialisation. Arbitrage continu entre réinvestissement et valorisation par le marché.

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Proposition de guide d entretien

Proposition de guide d entretien Schéma de Développement Économique 2014 AXE 1 : Soutenir l économie productive, le tissu endogène Action 1 : Mettre en place d un programme prioritaire de visites d entreprises ANNEXE N 2 : Proposition

Plus en détail

Evaluation du projet Innovant

Evaluation du projet Innovant Evaluation du projet Innovant Etat d avancement Evaluation de la technologie Evaluation du marché Analyse maturation Régis Ferron, Responsable Marketing, Maturation, Développement d affaires Institut de

Plus en détail

Audit stratégique. Démarche méthodologique

Audit stratégique. Démarche méthodologique Audit stratégique Démarche méthodologique La méthode ANALYSE DE L ENVIRONNEMENT Identifier les opportunités et menaces DIAGNOSTIC DE L ENTREPRISE Identifier les forces et faiblesses POSITIONNEMENT STRATEGIQUE

Plus en détail

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter

Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Economie industrielle 2 EOST 1 ère année d Ecole Chapitre 5 L approche concurrentielle de Michael Porter Jean-Alain Héraud 2012-2013 L avantage concurrentiel Porter (1985): Competitive advantage Comment

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème STAGE - Chargé(e) de communication junior Au sein du service Communication Groupe, vous aurez essentiellement en charge les missions suivantes : > Participer aux missions de communication interne et externe,

Plus en détail

Sébastien Blanchet Michael Page

Sébastien Blanchet Michael Page Les nouvelles carrières d acheteurs Sébastien Blanchet Michael Page Intégration & montée en maturité Un fil conducteur commun quelque soit le secteur : Recherche de leviers de maitrise des coûts et augmentation

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Le Marketing Territorial

Le Marketing Territorial Le Marketing Territorial Eléments de méthodologie pour construire une stratégie Laurent Sansoucy Formation ANIMA Rabat, 7-8-9 mai 2003 Plan Démarche générale Stratégies marketing Segmentation En guise

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen

COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2013 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers CORRIGÉ CORNILLEAU 1. Identifiez, parmi les sources documentaires

Plus en détail

Chapitre 2. 2.1 Principes de base

Chapitre 2. 2.1 Principes de base Chapitre 2 LA STRATÉGIE DU GROUPE ALTRAD 2.1 Principes de base Au cours du séminaire Altrad 2013, Henri Giscard d Estaing, pdg du Club Méditerranée, décrivait la stratégie comme une vision claire, une

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive

PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Rendre l ingénierie d affaire plus compétitive L ingénierie à l affaire est un secteur clef de l industrie française. L excellence de ses ingénieurs,

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

PIMENT AND CO, QUI SOMMES-NOUS?

PIMENT AND CO, QUI SOMMES-NOUS? PIMENT AND CO, QUI SOMMES-NOUS? Comme de nombreuses TPE et PME, vous ne pouvez pas franchir le pas du recrutement d un collaborateur de direction à plein temps. Ainsi faute de ressources internes en matière

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources?

Petit Déjeuner. Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? Petit Déjeuner Mutualisation interne (CSP) ou Externalisation des ressources? 29 Janvier 2004 Mutualisation ou Externalisation?!1- Problématique de création de valeur!2- Définitions CSP / Externalisation!3-

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM ENICarthage 2015 / 2016 Chapitre I : GRC-F : Concepts fondamentaux 2 CRM / SRM?? Logistic Core Operations with SAP Procurement, Production and Distribution

Plus en détail

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

GRC chap 1 CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT CHAP 1 : LA GESTION DE LA RELATION CLIENT I. Définition Ensemble des dispositifs ou opérations de marketing et de supports ayant pour but d optimiser la qualité de la relation clients de fidéliser et de

Plus en détail

Eléments de méthodologie générale de montage des projets structurants

Eléments de méthodologie générale de montage des projets structurants Atelier DGCIS du 26 décembre 2010 Eléments de méthodologie générale de montage des projets structurants Contacts CMI : Philippe BASSOT Roberto BOLELLI Ce document constitue le support d une présentation

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs

Susciter des productivités réciproques auprès des fournisseurs «J ai obtenu 15 % il y a deux ans en revoyant à la baisse le cahier des charges. L année dernière, on a encore fait 10 % grâce à l enchère. Mais, cette année, les fournisseurs ne veulent plus faire d enchères

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation

Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation Transactions Les Petits-déjeuners du Transactions Retail and Consumer : M&A et Financement, deux leviers pour un secteur en mutation Confidentiel Introduction Sabine Durand Hayes, Associé Transactions

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances

Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances Le positionnement original des Missions locales à la lumière des travaux récents de l Inspection générale des finances Présentation aux journées professionnelles de formation de l ANDML Le 9 juin 2010

Plus en détail

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC

SOMMAIRE DOSSIER DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE COMMUNIQUE DE PRESSE LISTE DES EXPOSANTS L INDUSTRIE AUTOMOBILE AU MAROC 1. Un cadre sectoriel prometteur 4 2. Principaux indicateurs 4 3. Chiffres clés du secteur 5 3.1. Une

Plus en détail

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX Nos experts analysent les coûts sociaux de votre entreprise tout en préservant votre organisation, et ce, sans aucune incidence sur les droits

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Services de direction marketing externalisée

Services de direction marketing externalisée Services de direction marketing externalisée VOTRE DIRECTION MARKETING DÉDIÉE Pour les dirigeants des PME et TPE, le marketing semble inaccessible et sophistiqué : souvent, vous considérez le marketing

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005

Résultats du premier semestre 2005. 29 septembre 2005 Résultats du premier semestre 2005 29 septembre 2005 Soft Computing - 46 rue de la Tour 75116 paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com 1. Rappel du positionnement 2.

Plus en détail

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009 Objectifs pour 2009 Titre du document 11 mars 2009 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections,

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

Communication et développement des institutions

Communication et développement des institutions Métiers de la communication Métiers du développement des institutions Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 255 métiers de la communication DIRECTEUR DE COMMUNICATION Code : COM01 Directeur

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26

COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL. Page 1/26 COURS ENTREPRENEURIAT: APPROCHES ET OUTILS BUSINESS MODEL Page 1/26 Rappel des objectifs de la séance 1. Apprentissage des notions clés Business model composantes clés et typologie Innovation et création

Plus en détail

SITES & GRANDS EVENEMENTS

SITES & GRANDS EVENEMENTS SITES & GRANDS EVENEMENTS MOTEURS DU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES, DES TERRITOIRES ET DE LA SOCIETE... pour un développement structurel du territoire, au service de la stratégie des décideurs politiques

Plus en détail

Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes

Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes Annexe 1 2 Comité Départemental du Tourisme des Hautes-Alpes Renforcer la dynamique partenariale et opérationnelle engagée autour de la stratégie touristique 2013-2015 Qu il s agisse de la promotion, de

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

EXEMPLES DE SUJETS. Créer et organiser un salon (B to B, B to R, B to C)

EXEMPLES DE SUJETS. Créer et organiser un salon (B to B, B to R, B to C) EXEMPLES DE SUJETS Créer et organiser un salon (B to B, B to R, B to C) - Création et modélisation - Organisation, production - Budget - La crise : de nouvelles opportunités Participer à un salon OBJECTIF

Plus en détail

SAP Billing and Revenue Innovation Management for High-Volume Business

SAP Billing and Revenue Innovation Management for High-Volume Business SAP Solution Brief SAP Business Suite SAP Billing and Revenue Innovation Management Enjeux SAP Billing and Revenue Innovation Management for High-Volume Business Rationalisation du processus de facturation

Plus en détail

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service

Ligne 100 pour PME-PMI. La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE. La solution de gestion commerciale avancée pour le Service Ligne 100 pour PME-PMI La référence pour vos solutions de gestion d entreprise SERVICE La solution de gestion commerciale avancée pour le Service L éditeur partenaire des PME Capitalisez sur l expertise

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

TRANSPORT DE VOYAGEURS

TRANSPORT DE VOYAGEURS ATTENTION VISUEL BASSE DEF!!! FORMATION Transport LICENCE PROFESSIONNELLE TRANSPORT DE VOYAGEURS Le transport de voyageurs revêt différentes formes : transport urbain, inter-urbain, ou voyages touristiques

Plus en détail

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC

Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC Conséquences des changements de mode de vie sur la production et la distribution des biens de consommation : résultats d une étude du CRÉDOC L industrie française des biens de consommation prend-elle bien

Plus en détail

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model»

De l assistance technique au forfait, un nouveau «business model» DESPROGES Consulting Janvier 2009 LE CONSEIL EN TECHNOLOGIE AUJOURD HUI D une manière générale, les activités des entreprises de conseil en technologie recouvrent, en totalité ou en partie, le conseil

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10

24 novembre 2010. Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Présentation des résultats semestriels au 30/09/10 Agenda 1. Fiche d'identité de Solucom 2. Marché et activité du 1 er semestre 2010/11 3. Résultats semestriels 2010/11 4. Les ressources humaines, un enjeu

Plus en détail

Check-list des points à présenter dans l établissement d un business-plan de création d entreprise

Check-list des points à présenter dans l établissement d un business-plan de création d entreprise Check-list des points à présenter dans l établissement d un business-plan de création d entreprise I. Description du projet A. Quelles activités exercez-vous ou envisagez-vous d exercer? B. Quels sont

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

Résultats semestriels et guidances. 14 septembre 2006

Résultats semestriels et guidances. 14 septembre 2006 Résultats semestriels et guidances 14 septembre 2006 1 Prolégomène Un 1er semestre de préparation de l exercice 2007 avec des actions nécessaires qui porteront leurs fruits à court terme L affirmation

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

«La gestion externalisée des contrats et sinistres dans l industrie de l assurance»

«La gestion externalisée des contrats et sinistres dans l industrie de l assurance» «La gestion externalisée des contrats et sinistres dans l industrie de l assurance» FANAF 2014 Ouagadougou www.theoreme.fr Présentation Max de Font-Réaulx Président de la société Théorème (www.theoreme.fr)

Plus en détail

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût

Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique Anticiper au moindre coût Le 05 novembre 2013 Ni naïf, ni paranoïaque : sachez protéger votre valeur ajoutée La veille stratégique LA VEILLE, POURQUOI? 1. Enjeux de la démarche NE PAS PAYER LE COÛT DE L IGNORANCE 2. Intérêts pour

Plus en détail

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES LOGISTIQUE &TRANSPORT 2014 FABRICANT D ECONOMIES Notre Cabinet Notre Cabinet A propos Notre activité Notre Méthodologie DoubleV Conseil accompagne ses clients de façon opérationnelle dans la réduction

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 Groupe ISEE 1 CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP SOUS LE N 320

Plus en détail

L externalisation : Motivations et nouveaux business models

L externalisation : Motivations et nouveaux business models Entreprise et Personnel L externalisation : Motivations et nouveaux business models Bertrand QUÉLIN Professeur Groupe HEC quelin@hec.fr «L Externalisation : Vers de nouveaux modèles d organisation RH?»

Plus en détail

systèmes d information Objectifs de la séance

systèmes d information Objectifs de la séance Le lien entre stratégie et systèmes d information Wal-mart Marie-Hélène Delmond delmond@hec.fr Objectifs de la séance Comprendre le lien entre stratégie et systèmes d information La structure d un secteur

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE

PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE PRISE EN COMPTE ET EVALUATION DES RISQUES TECHNIQUES ET FINANCIERS DANS LES REPONSES A APPEL D OFFRE Xavier Ameye Assetsman 2 bis, passage Roche 78000 Versailles Résumé Ce document présente l apport des

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS

LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS LE SALON INTERNATIONAL DES PROFESSIONNELS DES MUSÉES ET SITES CULTURELS 20 / 21 JANVIER 2016 INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION / MUSEUM CONNECTIONS 2015 / MUSEUM CONNECTIONS 2016 / POURQUOI PARTICIPER?

Plus en détail

Outils internes pour la bonne gestion d une ASBL. Valérie Moens ASBL Ideji

Outils internes pour la bonne gestion d une ASBL. Valérie Moens ASBL Ideji Outils internes pour la bonne gestion d une ASBL Valérie Moens ASBL Ideji 1 Table des matières 1. Gestion financière au sein d'une ASBL 2. Elaboration du budget: 1. Introduction 2. Planification stratégique

Plus en détail

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée

Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Le PARI de l International Du projet à la mise en place d une démarche optimisée Atelier ATLANPOLE 9 avril 2013 Florence CROSSAY Conseiller International - Responsable de Pôle Conseil CCI International

Plus en détail

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1

Présentation des résultats annuels 2007. 4 avril 2008 Page 1 Présentation des résultats annuels 2007 4 avril 2008 Page 1 Sommaire I. Un intervenant sur le marché du marketing de fidélisation II. III. IV. Un exercice 2007 de qualité Une nette amélioration de la profitabilité

Plus en détail

L assistance à maîtrise des projets logistiques risqués

L assistance à maîtrise des projets logistiques risqués L assistance à maîtrise des projets logistiques risqués Congrès Eurolog 21 juin 2006 Michel Fender Professeur Ecole nationale des ponts et chaussées Président Département Management Industriel, ENPC Co-directeur

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE

LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE JEAN-NOËL KAPFERER LES MARQUES, CAPITAL DE L ENTREPRISE Créer et développer des marques fortes Quatrième édition, 2007 ISBN : 978-2-212-53908-0 Sommaire Introduction La marque ou le prix 3 PARTIE 1 COMPRENDRE

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

VISIBILITE GLOBALE EXECUTIVE BRIEFING. La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement

VISIBILITE GLOBALE EXECUTIVE BRIEFING. La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement La visibilité sur votre chaine d approvisionnement en 6 mois seulement 2 «Les responsables de chaine d approvisionnement ont besoin de voir et d agir sur la base d informations fiables» «70% des responsables

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier Cedex 5 Ligne directe : 04 67 14 44 39 PERSONNE AYANT REMPLI LE QUESTIONNAIRE

Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier Cedex 5 Ligne directe : 04 67 14 44 39 PERSONNE AYANT REMPLI LE QUESTIONNAIRE Merci de bien vouloir renvoyer ce questionnaire une fois rempli, de préférence avant le 31/10/2001, soit par courrier soit par fax à : Laurent MICHAUD (cnc.region@idate.fr) IDATE BP4167 34092 Montpellier

Plus en détail

Un rayonnement transfrontalier Des rencontres d affaires utiles entre décideurs et donneurs d ordres JTELEC, le rendez-vous de toutes les énergies

Un rayonnement transfrontalier Des rencontres d affaires utiles entre décideurs et donneurs d ordres JTELEC, le rendez-vous de toutes les énergies www.fistexpo.com Un rayonnement transfrontalier Plus de 14 % des exposants et 15 % des visiteurs sont internationaux. Près de 40 entreprises et délégations commerciales originaires de différents pays européens

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

Maîtriser et optimiser le BFR

Maîtriser et optimiser le BFR www.pwc.fr/bfr Maîtriser et optimiser le Identifier risques et potentiels, générer du cash pour mettre en œuvre la stratégie Maîtrise et optimisation du Sommaire Édito 3 Identifier les potentiels de cash

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Point de Vue. Etude du coût de gestion des palettes dans le système échange. Consulting Services. Secteur Transport et Logistique

Point de Vue. Etude du coût de gestion des palettes dans le système échange. Consulting Services. Secteur Transport et Logistique Point de Vue Etude du coût de gestion des palettes dans le système échange Consulting Services Secteur Transport et Logistique La palette : une douloureuse épine dans le pied des transporteurs! Répartition

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail