CAHIER 2 design et développement. local. Romain Thévenet. mémoire de fin d études. sous la direction de Jacques-François Marchandise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER 2 design et développement. local. Romain Thévenet. mémoire de fin d études. sous la direction de Jacques-François Marchandise"

Transcription

1

2 CAHIER 2 design et développement local Romain Thévenet mémoire de fin d études sous la direction de Jacques-François Marchandise JUIN 2008

3

4 introduction / l approche des services sur les territoires de pays, des services publics à une approche globale et transversale / services publics > 9 // notion plus large de «services à la population» > 11 /// les services existant sur un territoire ne sont pas uniquement des services à la population > 13 //// quel est le rôle joué par le pays dans la mise en place, le développement et l animation de ces services? > 16 ///// comment centrer cette action sur les besoins? > 24 // quel designer pour le développement local? /. design? > 32 // en quoi consiste le métier de designer? / approche > 43 // compétences et savoirs-faire > 48 /// une vision transversale > 55 /// comment, en tant que designer, je suis amené a travailler sur le territoire? > 60 /// design et structure de pays, quelles collaborations? / avec quels partenaires? > 66 // quel niveau d intervention? > 74 /// services pour la structure > 80 //// cohésion de différents services > 82 ///// faire compagnie un projet de cohesion rurale > 84 conclusion bibliographie

5 4

6 introduction «Design et développement local», voici une association qui n a pas été faite souvent! Le designer évolue habituellement dans le monde de l industrie, comment peut-il se préoccuper de territoires de projet? Designer de formation, je me suis longtemps interrogé sur le peu d intérêt accordés aux problématiques rurales dans les projets de design. Pour aborder cette question, j ai cherché à comprendre comment pouvait être mis en place des projets répondant aux besoins des habitants en milieu rural. J ai découvert les problématiques de développement local, et me suis demandé comment apporter ma pierre à l édifice. J ai alors commencé une recherche dans la littérature des manuels de développement local, puis j ai organisé des interviews de différents acteurs élus et techniciens pour comprendre le fonctionnement des logiques de «pays». J adresse donc cette étude à tous les acteurs de terrains qui cherchent à faire évoluer leurs pratiques, pour leur présenter comment pourrait s associer les designers dans les réponses de services mis en place par les structures de pays. Je montrerai d abord ma compréhension des actions du pays à travers mon approche basée sur l usage et l expérience du service rendu. Je présenterai l intérêt pour le pays de porter la mise en place et l accompagnement de services innovants. Puis, dans une deuxième partie nous verrons quel est ce métier de designer que j entends pratiquer. Quels sont les compétences de ce professionnel, quelle est sont approche? Comment est-il passer de la conception de produits physiques à la conception de système globaux, autour des services? Nous terminerons par poser la question : comment le designer a trop longtemps été éloigné des problématiques rurales? 5

7 Une fois ces deux thèmes éclaircis : design et développement local, j essaierai de les rapprocher pour présenter comment pourrait se construire la coopération entre un designer et une structure de pays. Quelles sont les acteurs avec qui travailler, comment peut se passer cette collaboration? Tous les territoires peuvent s organiser autour d un projet de développement, apportant ainsi une vision ascendante et transversale de l aménagement du territoire. Cependant le contexte choisi pour mener cette étude est celui du milieu rural et la démarche décrite ici concerne de manière spécifique les territoires de «pays» créés en application de la loi Voynet. Elle peut concerner également des territoires de communautés de communes construites autour d un projet, ou encore les Parcs Naturels Régionaux. 6

8 PARTIE 1 / l approche des services sur les territoires de pays, des services publics à une approche globale et transversale 7

9 8

10 / services publics Les services publics ont été organisés par l État pour répondre aux besoins fondamentaux des habitants à l échelle nationale. La définition de ces services est ambiguë puisque dans le contexte français, «service public» désigne indifféremment le concept général, l objet de ce concept, un type de service ou encore l entreprise qui assure ce service. Le contexte socio-économique actuel en fait, aujourd hui, un sujet épineux qui cristallise beaucoup d appréhensions et de tensions. > Quelques éclaircissements : Pour considérer les services publics, tâchons d abord d éviter certaines confusions : On appelle parfois en France «Service public» des services qui n en sont pas dans d autres pays, ou des services qui sont rendus par des entreprises qui ont été publiques. Le service téléphonique par exemple a été dérégulé. C est un service privé vendu par différents opérateurs. Il reste néanmoins une obligation de service public pour tous les citoyens par France Télécom, l opérateur historique, qui doit garantir la couverture de l ensemble du territoire. Un service public peut être rendu par un prestataire privé, c est le cas aujourd hui pour la distribution de l eau ou les soins médicaux (médecins, pharmaciens ) Il y a certains services d intérêt général qui n ont jamais fait partie des services publics. Les aides à domicile pour les personnes âgées, par exemple, ont toujours été exercées par des prestataires privés. Enfin, les administrations publiques, aujourd hui, ne sont pas construites comme des services. C est le cas des centres d impôts, qui assurent une gestion administrative de la collecte publique, mais qui n offrent 9

11 pas de prestations à proprement parler. On ne peut pas dire quelle est la réponse, quelle est l économie de service, la qualité du service... Pourrait-on les amener à évoluer vers de vrais services pour apporter plus de qualité aux habitants? > La disparition des services publics nationaux Aujourd hui, de nombreux territoires ruraux se voient menacés par la disparition et la réorganisation des services publics nationaux. Face au désengagement de l État dans certaines réponses à leurs besoins, les habitants et les élus locaux se mobilisent régulièrement pour défendre la notion de service public et conserver des réponses publiques nationales à leurs besoins. Cependant la crise actuelle des services publics de proximité n est pas seulement due à la décision de l état de se retirer mais à une somme de facteurs. Les lois européennes, la décentralisation, l autonomie des acteurs ont conduit à cette faillite. Dans l ensemble, les prestataires de services publics ont été poussés vers des logiques de rentabilité qui ont pris le pas sur l intérêt général. Tous les services dont les flux n étaient pas suffisants ont été fermés, cela a conduit à un manque ou à une réponse partielle. Enfin le manque de cohérence sur un territoire entre les différents prestataires a empêché une maîtrise des coûts et des enjeux pour répondre de manière efficace aux besoins des habitants. 10

12 // notion plus large de «services à la population» > L enjeu des services à la population Ce changement de rôle de l État tutélaire dans les prestations de services aux habitants a donné la possibilité aux prestataires privés d apporter, eux aussi, des réponses à ces besoins (nouveaux opérateurs téléphoniques, nouveaux fournisseurs d énergie ). Dans certains secteurs, l État s est désengagé totalement, permettant aux entreprises privées de construire de nouvelles offres concurrentielles. Dans d autres secteurs, l État n a fait que déléguer ses compétences à un prestataire privé en donnant à ce prestataire des obligations légales. La Poste par exemple est devenue un prestataire privé pour un grand nombre de services que cette entreprise rend. Par contre, elle est toujours financée par l État pour conserver deux missions de service public : la garantie de desservir l ensemble du territoire français en offre postale, et une mission de cohésion du territoire. Afin de continuer d assurer au plus grand nombre des réponses à leurs besoins, un relais partiel a été également assuré par les collectivités locales et les associations. Cette multiplication des prestataires de services sur le territoire a conduit à rendre encore plus floue la notion de service public. On parle aujourd hui de «services à la population» pour décrire l ensemble des services (publics ou privés) rendus aux habitants d un territoire. Désormais, plus que le maintien des services publics, l enjeu pour les territoires ruraux est de maintenir une offre de services à la population quel que soit le prestataire. En effet, de nombreux services privés sont aussi importants pour la population que des services publics parce que ce sont des éléments garants d une cohésion territoriale. Le maintien d un commerce multi-services ou d une pharmacie est aussi vital que le maintien d une classe d école 11

13 ou d un bureau de poste. D un territoire à l autre, cette répartition n est pas forcément la même puisque certains services deviennent vitaux lorsqu ils deviennent rares. La fermeture d un bar-tabac peut être un indicateur de fin de territoire autant que la fermeture d un hôpital. Le maintien et le développement de ces services à la population est primordial pour faire vivre un territoire. Par contre, l arbitrage est parfois difficile entre qualité et proximité. Vaut-il mieux conserver un service plus proche ou un service plus éloigné mais meilleur? À partir de quelle distance le choix de la proximité est-il nécessaire? Il faut donc avoir une vision globale et transversale de l offre de services à la population sur un territoire donné pour répondre à ces questions. 12

14 /// les services existant sur un territoire ne sont pas uniquement des services à la population > Différents bénéficiaires Les chartes de pays choisissent souvent comme axe de développement «les services à la population» pour garantir une cohésion du territoire comme réponse aux besoins des habitants. Les actions qui découlent de ces axes sont ensuite construits pour différentes catégories de cette population. Certains services sont orientés pour répondre aux personnes âgées, d autres pour aider les gens en situation précaire, d autres encore pour favoriser une diversité culturelle en direction des adolescents D autres services existent aussi sur le territoire. Ils s adressent à différents usagers qui ne font pas partie à proprement parler de «la population». Ces bénéficiaires peuvent être des professionnels, (qui sont souvent des habitants, mais qui ont des besoins spécifiques en fonction de leur activité). Ces services répondent plus aux besoins d une structure que d une personne. Il existe des services pour aider les artisans à développer leurs commerces, des services professionnels en direction des associations locales etc Les bénéficiaires peuvent être également des citoyens non-résidents. Il existe par exemple des services construits pour accueillir les touristes ou les nouveaux arrivants (office du tourisme, chambre d hôtes ) Les entreprises non installées sur le territoire peuvent également bénéficier de certains services pour s y installer. Parce qu ils s adressent à une diversité de prestataires, «les services» sur le territoire englobent donc d autres actions que les services à la population. 13

15 service public qualité de vie Pompiers Gendarmerie Palais de Justice Hôpital personnel médical libéral Comité des fêtes Associations culturelles Paroisse service public Maison de la culture soins à domicile Trésor Public Maison de santé Agence de développement Associations Sportives Bibliobus compétitivité Hôtels d'entreprises Zones d'activités Aides aux entreprises Piscine Gymnase Sports et Loisirs Services économiques Services culturels Services de protection des personnes Services de santé Services administratifs Relais Service Public Services sociaux Mairie Garde petite enfance Club des aînés ruraux 3ème âge TPE services à la personne Centre Social lien social et de solidarité service public Lycée Collège Objectif Prestataire Exemple de service éducation Typologie de service Maison de l'emploi Services de l'emploi PAYS Offres de commerces Services d'information et de communication Services d'accueil Services de transports Services d'entretien accès à internet Entretien municipal Transports à la demande ramassage scolaire Ramassage des ordures EDF Communauté de communes Veolia SNCF Taxis Qualité de vie Attractivité ANPE Mission Locale lien social et de solidarité Commerçant Ambulant Café Coiffeur Boulangerie Services financiers banques La poste Mairie Office du Tourisme accès au téléphone Orange Gaz de France Attractivité Qualité de vie Cartographie de services sur le territoire 14 prestataires : mairie banques Association public privé associatif

16 > Enjeux et objectifs de ces services On peut identifier différents objectifs de développement de ces services. En fonction des bénéficiaires et des moyens mis en place, ils peuvent répondre à des objectifs : - de compétitivité : L enjeu sera de développer économiquement le territoire en favorisant les entreprises locales. - d attractivité : pour qu un territoire soit dynamique, il existe des services permettant l installation des jeunes couples, la création de nouvelles activités etc. - de qualité de vie et d accueil : Certains services ont pour objectif d encourager les activités de sports et loisirs ou de communication sur le territoire afin que la population se sente bien «au pays». - de lien social et de solidarité : Pour pallier les difficultés de certains habitants, les associations mettent en place différents services d entraide. - de réponses à des besoins fondamentaux. Ce sont des services liés à la santé, à l éducation, à la protection des personnes, à l alimentation etc. > Différents prestataires On distingue différents prestataires pour rendre ces services. Les opérateurs institutionnels d abord. Ce sont soit les collectivités locales qui gèrent par exemple le ramassage des ordures, soit les grands opérateurs publics comme l armée qui apportent par la gendarmerie présente sur le territoire une mission de protection des habitants. Les opérateurs associatifs qui sont généralement des associations locales (maison des jeunes, école de musique ) ou des associations nationales (la Croix Rouge, les Restos du Cœur ). Ces associations rendent essentiellement des services culturels ou de solidarité. Enfin les prestataires marchands qui peuvent être ici aussi de deux types : les commerces et artisans de services locaux (le coiffeur, le commerçant ambulant ), et les opérateurs privés nationaux (La Poste, Véolia...). 15

17 //// quel est le rôle joué par le pays dans la mise en place, le développement et l animation de ces services? > Rôle du pays Sur quoi est-ce qu un pays a une légitimité pour agir? Le pays est essentiellement une force de proposition et d encouragement des services, dans le cadre du projet global du territoire. Son rôle est donc de développer une offre de services cohérente. Avec les différentes Lois d Aménagement et de Développement du Territoire, les pays ont obtenu une légitimité dans la définition et l accompagnement à la mise en place des services. Ils sont garants de la cohésion des réponses locales aux besoins de la population. Je vais présenter ici la compréhension que j ai de l action des pays dans la construction de cette offre. Une offre cohérente est une offre qui répond aux besoins identifiés par le diagnostic de territoire ayant conduit à l élaboration de la charte de territoire. Elle doit s appuyer sur des études de besoins, d opportunités, de pronostics C est une offre qui prend en compte l existant et qui se donne les outils nécessaires pour évoluer, soit en créant de nouveaux services soit en encourageant les services existants dans leur développement. Cette échelle de territoire, par sa taille et sa logique de projet, paraît être la plus pertinente pour retrouver cette cohérence. La construction des réponses aux besoins par des services est connectée avec la logique même de développement local. Là où dans l aménagement du territoire, les choix de développement sont des infrastructures, dans l approche de pays, les projets d actions se traduisent sous forme de services. Même si l action encouragée ou générée par le pays concerne la construction d un bâtiment, ou l investissement dans une flotte de véhicules, cette action est motivée dans une logique de service rendu. 16

18 Ainsi une piscine n est pas intéressante en tant que bâtiment mais bien en tant que service de sport-et-loisirs apporté aux habitants du territoire. De la même manière, l achat de véhicules peut être envisagé dans une logique de mise en place d un service de transport à la demande par exemple. > Les grands enjeux de ces services L association ETD (Entreprise Territoires et Développement) a effectué une analyse thématique de la prise en compte des services par différents territoires de pays. Selon cette étude : «En schématisant, on peut distinguer les territoires qui souhaitent attirer des entreprises et de nouveaux habitants (ou limiter l érosion de la population), de ceux qui portent leurs efforts sur la satisfaction des besoins de leurs habitants et sont dans une logique de conservation.» 1 Nous pouvons donc distinguer : - Des projets de «construction», qui consistent à ouvrir des opportunités. Ce sont des actions qui visent à encourager l innovation et le développement, dans différents domaines de services tels que l économie, le tourisme, la connaissance, l accessibilité Il s agit d appuyer les forces du pays ou des communautés de communes pour aller plus loin et les développer. - Et des projets de «réparation» qui visent eux, à résoudre les déséquilibres propres au territoire. Ce sont par exemple les actions de solidarité qui cherchent à freiner le vieillissement, l isolement, le chômage On travaille ici sur les faiblesses qui doivent être réparées afin de construire un territoire cohérent. Ces objectifs sont complémentaires et le pays doit prendre garde à ne négliger aucune de ces ambitions. Une interconnexion est nécessaire : s il n y a pas d offre locative, les salariés ne pouvant accéder directement à la propriété ne pourront pas venir travailler sur le territoire et l on ne pourra pas développer d économie. À l inverse, si l on ne prend en compte que les services à la population, on oublie les besoins des 1/ Territoire et projets, pratique de développement territorial. Notes de l observatoire 2005, ETD. 17

19 entreprises, et des acteurs professionnels du territoire. Par son approche transversale et multi acteurs, «Le pays [ ] est en capacité d organiser une identification de l offre et de la croiser avec des besoins en services présents et futurs au plus près des aspirations des usagers; [ ] Porteur d un enjeu de solidarité, le pays est également en position de proposer une organisation qui assure un équilibre territorial de l offre et qui tient compte des caractéristiques socio-économiques des populations donc des différents usages des services. Le pays enfin est doté d une capacité d impulsion, de coordination, d animation qui peut assurer une adaptation constante des services à l évolution des besoins, voire une anticipation sur cette évolution» 1. Par la construction d une charte de territoire, les pays mettent en place un projet global, une sorte de «plan de route» des actions à mener en termes de services. Ce «projet de territoire» est fait de différents «projets d actions» qui rendent concrètes les orientations voulues dans la charte de territoire. Ces enjeux de services se traduisent par les actions mises en place par les pays. Attachons-nous à décrire désormais comment sont portées ces actions. > Les échelles d actions Aujourd hui, le découpage communal propre au territoire français ne permet pas à la commune de mettre en place, seule, des services aux habitants, pour des raisons évidentes de moyens et de ressources insuffisantes. Le regroupement intercommunal permet de mutualiser ces moyens pour construire des services de proximité. La Communauté de commune ou le Canton (suivant les structures locales) peuvent mettre en place un ramassage scolaire efficace par exemple. 1/ Territoire et projets, pratique de développement territorial. Notes de l observatoire 2005, ETD. La Région est l architecte des pays, elle finance et structure les services de proximité. Elle peut porter un regard extraterritorial sur les enjeux de développement et dépasser les logiques de périmètres et de bassins (d emplois, de vie...). 18

20 Malgré son retrait dans la contractualisation avec les pays (il n existe plus de contrat État-Région, mais uniquement des contrats avec la Région), l État conserve un rôle de labellisation des services, pour encourager leur développement et leur création. C est le cas des «Relais service public». Ce sont des structures d accueil en milieu rural qui aident les habitants dans leurs démarches administratives. Enfin l Europe encourage les services de proximité en lançant des appels à projets qu elle financera. C est le cas des différentes générations de projets LEADER qui mobilisent des crédits européens pour la revitalisation des zones rurales. Comment le pays, quant à lui, encourage et met en place les services? > Actions du pays «Le pays n a pas pour vocation d être un opérateur et s il est un espace d impulsion des projets et permet d apporter des financements, ce sont les intercommunalités qui mettent en œuvre en partenariat avec d autres acteurs.» 1 Dans la logique de projet de territoire, le pays en tant que structure n est jamais porteur de projet, mais doit être force de proposition. Il n est jamais le prestataire de service, il aide les différents prestataires financièrement et méthodologiquement dans cette mise en place. C est un acteur de l accompagnement et de la proposition (dans la limite de ses moyens). Comme me l a expliqué Cécile Chabrol au pays du Trégor Goëlo : «Pour que les projets s engagent, une enveloppe budgétaire ne suffit pas, il faut aussi de l animation de projet. Et c est là notre rôle au pays.» Lorsqu un besoin est identifié et qu il n existe pas de prestataire privé (entreprise ou association) ce sont généralement les communautés de communes qui portent les actions. Par exemple pour porter la mise en place d un service de portage des repas à domicile, les communautés de communes peuvent être gérantes du service, qui est initié et épaulé par le pays, dans la logique de sa charte de territoire. > Cécile Chabrol Animatrice territoriale, Pays du Trégor-Goëlo 1/ Territoire et projets, pratique de développement territorial. Notes de l observatoire 2005, ETD. 19

21 L action du pays est donc de deux types : il aide au financement des actions grâce au contrat passé avec la Région, et il accompagne la construction des projets grâce à ses agents de développement qui ont les compétences pour construire la concertation et la mise en œuvre de ces projets (élaboration, planification, financement ) > Qui apporte l idée des nouveaux services dans l action du pays? Pour construire un service sur le territoire, le rôle du pays est essentiellement d identifier d éventuels porteurs de projet qui souhaiteraient développer ces services. > Annaïg Hache Chargée de mission Développement de l Economie sociale et solidaire, Pays de Rennes Comme me l a expliqué Anaïg Hache : «C est ce qui se produit dans 80% des cas, l idée du projet vient des associations, des entreprises, ou des collectivités locales qui ont identifié un besoin. Le soutien du pays consiste alors à monter le financement (mobiliser les financements publics) et à donner du crédit si la problématique du projet est inscrite dans les priorités de la charte. Cela permet d apporter une visibilité, et de montrer aux éventuels financeurs que c est un projet concerté. Le rôle du pays est alors de superviser et de réunir les savoirs-faire.» Comme nous l avons vu, les porteurs de projets peuvent être soit des institutions locales, soit des prestataires privés (association ou société). Les services mis en place peuvent être également portés par des volontés politiques. Soit ce sont des politiques publiques animées par une volonté centralisée de construire des services sur le territoire. Le pays apporte, alors, les compétences locales de développement. C est le cas des services de communication liés aux technologies du numérique qui ont fortement été encouragés par l Europe et l État dans les programmes de revitalisation rurale. Soit ce sont des élus locaux, qui ont été choisis par les habitants pour un programme politique, et qui s appuient sur les capacités du pays pour le mettre en œuvre. Sur le 20

22 ? CONCEPTION? ÉLÉMENTS PHYSIQUES pays du Trégor Goëlo, par exemple, c est un élu particulièrement actif qui a permis de mettre en œuvre un programme sur la question de CONCEPTION l économie sociale et solidaire. PROBLÉMATIQUE Dans les recherches que j ai menées pour construire cette étude, j ai eu peine à identifier la façon dont naissent des projets qui ne sont ni INSIGHTS construits par des porteurs de projets, ni poussés par une volonté politique. Je crois que le pont entre l analyse du besoin et la proposition de projet n est jamais explicité. Les agents de développement ont une idée, ou identifient une action qui a marché sur un autre territoire. Ils déterminent alors comment l appliquer à leur territoire, mais je n ai pas perçu de démarche méthodique de création de projet à partir de l identification du besoin. Voici un schéma qui présente les étapes de construction d un projet dans une démarche de pays, telles que je les ai comprises : INFORMATIONS FONCTIONS COMITÉ DE PILOTAGE PORTEURS DE PROJET VOLONTÉ POLITIQUE ÉVALUENT PROJET PROPOSENT CONCEPTION FABRICATION IDENTIFIENT DÉCOUVRENT PROBLÉMATIQUE HABITANTS REPRÉSENTANT DES ASSOCIATIONS REPRÉSENTANT DES ENTREPRISES ÉLU AGENT DE DÉVELOPPEMENT ACTION CONSTRUITE 21 > Construction d un projet d action par la structure de Pays

23 Les agents de développement déterminent une possibilité de projet (en ayant identifié une demande ou en imaginant une réponse possible). Ils montent alors le projet et proposent aux membres du conseil de développement de constituer un comité de pilotage propre à cette action. Ce sont eux qui valideront chaque étape du projet. Les agents de développement se chargent de construire le suivi de projet, les financements et font «la conduite du projet» > À propos de rentabilité Comme nous l avons évoqué précédemment, ce qui a conduit à la détérioration des services dans l espace rural est leur nécessaire rentabilité. Comme me l a précisé un agent de développement, rencontré au cours de cette étude, «Les élus de notre territoire nous poussent à considérer le pays comme une entreprise en affichant les logiques de rentabilité de nos actions. La question qui se pose aujourd hui est «de quelle rentabilité parle-t-on?». Vaut-il mieux considérer une rentabilité financière ou une rentabilité d intérêt des habitants? Comment devons-nous arbitrer entre les deux?» Les pays sont les moteurs du financement des services du territoire. Il est donc de leur ressort de construire les modèles économiques de leurs actions (en faisant appel à des financements de la Caisse des Dépôts, des Régions, de l Europe ) La construction de ces projets ne doit pas être déficitaire, mais ces modèles ont pour but la viabilité du territoire, et non pas une rentabilité immédiate. Aujourd hui l ambition des pays doit être de concevoir des modèles viables, pas forcément rentables, mais avec une valeur sociale évidente pour le territoire. Dans ce contexte de disparition des services publics de proximité, le pays est la structure la mieux placée pour porter cette revendication. Surtout si l on considère que la valeur sociale est traduisible en termes économiques sur un territoire. Si les habitants se sentent soutenus et aidés, c est un argument d attractivité du territoire susceptible d attirer de nouveaux actifs et d encourager l économie locale. Comment apporter alors des réponses systémiques efficaces en termes de services? 22

24 Au vue des capacités d action du pays, je suis convaincu que cette structure est la bonne entrée pour construire les services des territoires ruraux. La structure du pays donne les bases nécessaires dans la construction des réponses aux besoins des habitants. C est même la logique la plus pertinente pour construire un développement concerté et cohérent des zones rurales. Tâchons désormais de voir comment il serait possible d aller plus loin dans la mise en place de services. 23

25 ///// comment centrer cette action sur les besoins? > des logiques d actions aux logiques de services rendus à travers ces actions > Anne-Claire Sarchet Chargée de mission Services à la population, Pays du Trégor-Goëlo 1/ Territoire et projets, pratique de développement territorial. Notes de l observatoire 2005, ETD. Comme nous l avons vu, malgré la diversité des axes abordés dans la charte de territoire, les pays n abordent généralement les services qu à travers les services à la population. Au pays du Trégor Goëlo, a été conduite une analyse poussée des services à la population. Anne- Claire Sarchet, chargée de mission sur les services à la population, m a expliqué que «L objectif était d avoir à la fois une vision globale et prospective de l organisation des services à la population sur le pays, et à la fois de repérer les carences de l offre en les croisant avec les besoins recensés de la population.» Cette analyse est très pertinente, et il faudrait, à mon avis, l étendre à l ensemble des services du territoire. En effet, il existe de nombreux autres services existants ou à construire. Pour cela, j ai choisi dans cette étude de considérer uniquement l action du pays sous l angle des services. Bien sûr, les pays assurent également des actions de gestion courante du territoire, mais elles sont à considérer dans une logique administrative classique et non plus de projet. En ce qui concerne le projet, le pays travaille avant tout sur la façon dont on rend les services. En considérant les actions par les services qu elles rendent, on peut identifier de façon plus évidente les besoins des usagers auxquels on s adresse (que ce soit les habitants, les entreprises, ou les acteurs locaux ) Par cette analyse plus centrée sur l utilisateur, le pays pourrait apporter des réponses aux besoins des différents acteurs locaux et construire des services efficaces, rentables et cohérents. 24

26 Avec cette logique, les pays passent de la résolution de problèmes (d attractivité, de solidarité ) à une stratégie globale dans la lignée des ambitions de la démarche de projet. Comme le souligne l association ETD (le centre national de ressource pour la promotion du développement territorial, «[dans les analyse du besoin], On [les pays étudiés] s intéresse d avantage à l offre ou à la cible qu au prestataire, exception faite des grands opérateurs publics [ ]» Plus que considérer les acteurs comme des cibles, je préfère les appeler «bénéficiaires» ou «usagers» du service, pour essayer de se défaire de la logique de l offre et entrer dans une logique du besoin. Dans cette analyse d ETD, on souligne la nécessaire considération des différents prestataires qui est souvent négligée dans les approches de pays. Il ne s agit plus de se reposer essentiellement sur les intercommunalités pour apporter des réponses aux besoins mais d avoir une vision transversale, ici encore, pour apporter et accompagner des services cohérents quels qu en soient les prestataires. > Deux exemples Prenons deux exemples, en nous demandant ce que pourrait être un service qui n est pas un service à la population, mais qui améliore quand même le quotidien de la population. 1. Lors d une de mes visites j ai rencontré Agnès Henry, secrétaire de mairie. J ai également parlé de ce métier avec d autres acteurs. On constate en général que le ou la secrétaire de mairie est l interface entre les habitants et les services administratifs. Dans les villages ruraux, c es la mairie qui est appelée par les personnes démunies face à un décès, un problème de voisinage, une affaire courante à régler etc. La secrétaire de mairie m a confié «ici c est le bureau des pleurs». La difficulté n est pas dans la sollicitation à la mairie mais dans les réponses de plus en plus complexes, le secrétaire de mairie se retrouve coincé entre le marteau de la demande et l enclume de l offre de service > Agnès Henry Secrétaire de Mairie, communes de Empury, Pouques-Lormes et Saint- André-en-Morvan 25

27 (faite de réalités techniques et administratives compliquées) sans avoir les outils pour être l interface. Afin de ne pas oublier ces besoins il est nécessaire de construire les services qui pourraient être des réponses aux acteurs intermédiaires. 2. Le pays de Combrailles réfléchit actuellement à la mise en place «d une mallette du nouvel élu». Cette idée part d un constat simple : il est difficile pour un habitant qui devient conseiller municipal d aborder la complexité du système administratif français. Le pays souhaite mettre en place un outil pour l aider dans cette compréhension afin qu il puisse remplir au mieux son rôle d acteur de la gouvernance locale. Le projet est en cours, mais, selon moi, si cet outil est conçu sans définition plus précise du besoin et sans concertation avec ces nouveaux élus, il a de fortes chances de ne pas remplir l objectif d améliorer la gouvernance. Par contre, si l on considère que le pays, à travers cette action, apporte au conseiller municipal un service d information de la complexité, des questions d efficacité du service, de qualité perçue, d usage de ce service se poseront et, avec leur résolution, permettront d apporter une meilleure offre à l usager. > Apporter des réponses différentes Je me suis rendu compte également que les ambitions affirmées de cohérence des services restent parfois des vœux pieux. Lorsque l on interroge les techniciens chargés de la contractualisation au sein des Régions, on s aperçoit que les actions pour lesquelles sont demandées des subventions dans le cadre des chartes de territoire concernent encore trop souvent des piscines et des gymnases. Malgré la volonté de travailler sur un projet en fonction de besoins, le résultat reste, somme toute, assez banal. D autre part, comme nous l avons vu dans la description de la création de service par les pays, il arrive souvent que certains axes, sans porteur de projet, et sans élu pour les mettre en avant, ne soient pas 26

28 développés. Comme me l a expliqué Gaëlle Touemont au pays du Trégor Goëlo, «Pour certains des huit objectifs définis dans notre charte de l environnement, nous n avons pas de projet à accompagner. Certains objectifs sont très porteurs, d autres sont complètement oubliés. Là où il n y a pas de projet ou bien là où les sujets sont trop délicats (par exemple l incinération des déchets), notre rôle est limité à faire de la sensibilisation». Enfin, à l échelle régionale, on voit se multiplier les réponses en termes de services sans une vision globale claire. Ce qui fait dire à Stéphane Vincent de la 27 ème Région 1, que l on assiste aujourd hui à un excès de services. Parce que les services ne partent pas toujours de besoins locaux, ne sont pas adaptés ou manque de cohérence les uns avec les autres, parce qu ils ne sont pas portés par des valeurs, Stéphane Vincent en vient à redouter une «Tyrannie des services» où l on commence à faire du service pour du service, dans l espoir que ce sera une bouée de sauvetage pour pallier la désertification. Mais la question se pose pour un décideur ou un technicien : où s arrête-t-on dans les nouvelles propositions sachant qu on ne pourra jamais apporter autant de services en milieu rural qu en milieu urbain. Pour l instant il y a une forte demande de l habitant, mais les réponses ne sont pas toujours adaptées. Ces trois points montrent qu il n y a pas de hiérarchisation des projets mis en place en fonction des besoins mais en fonction des opportunités. Ce qui m amène à demander : ne serait-il pas possible de partir des besoins pour construire des projets au lieu d utiliser des prétextes pour leur construction? Dans ce cas, c est le pays qui doit affirmer sa force de proposition et construire des réponses innovantes en fonction des besoins. Comment apporter alors des outils pour trouver des réponses plus innovantes? > Gaëlle Touemont Chargée de mission Environnement, Pays de Guingamp et Pays du Trégor-Goëlo > Stéphane Vincent Chef de projet, 27ème Région, «Laboratoire des nouvelles politiques publiques» 1/ La 27 ème Région est un projet à l initiative de l Association des Régions de France et a pour ambition d être «un laboratoire des nouvelles politiques publiques». Mis en place depuis le début de l année 2008, elle est en quelque sorte le nouveau laboratoire de Recherche et de Développement des 26 régions françaises. 27

29 > Approche systémique et compréhension de l immatériel sont nécessaires Cette difficulté de proposition est normale lorsque l on souhaite porter de l innovation dans les services. Comme me l a expliqué Anaïg Hache au pays de Rennes : «La problématique ici n est pas de construire un bâtiment, car il suffirait d aller voir un promoteur privé. Dans la construction de projets de service, nous avons besoin de gens capables d organiser de la concertation. Et, au-delà de cette concertation, il nous faut des professionnels capables d apporter des réponses à la problématique. Tant que les produits n existent pas, il est difficile de produire cette innovation» Parce qu il est plus facile d imaginer l usage d un bâtiment à l usage d un transport à la demande, il est normal que les réponses soient difficiles à partager et à rendre efficaces. Cela nécessite de rendre palpable l immatériel, de construire des outils partageables et compréhensibles à l aide, par exemple, de cartographies, de schémas. Comment mettre en place des outils pour permettre au pays de se projeter plus facilement dans des réponses nouvelles en termes de services? 1/ Territoire et projets, pratique de développement territorial. Notes de l observatoire 2005, ETD. Selon le même rapport ETD cité plus haut, «On observe parfois une tendance à vouloir assurer une répartition égalitaire voire uniforme des services sur l ensemble du territoire alors même que l impasse est faite sur une analyse des usages de ces services. En effet, le niveau d équipement ou de services est plus souvent analysé en termes de présence ou d absence qu en termes d utilisation par les usagers» 1. Les pays considèrent ici encore, d abord une réponse matérielle avant d envisager une réponse servicielle et ne vont peut-être pas assez loin dans la logique de stratégie globale qui fait leur force. Avec cette analyse, on participe à la mise en place de services qui ne sont pas rentables et qui conduisent à accentuer le déclin du territoire. Par contre, en recentrant l action sur les besoins, les services rendus, la compréhension des possibilités de réponses, les pays pourraient construire des actions plus efficaces et maintenir une meilleure cohésion du territoire. 28

30 > Rôle d innovation du service Si j en crois Olivier Cavagna, rencontré au pays de Combrailles : «Si le territoire était une entreprise, la structure de pays serait le bureau d étude chargé de l organisation et de l amélioration de l entreprise» En allant plus loin, la structure de pays peut même être le bureau de Recherche et d Innovation du territoire, puisqu elle est en mesure de construire diagnostic, prospective, et construction de projet. Si son action peut aller au-delà de la gestion du territoire en travaillant sur les besoins des habitants, le pays pourra mettre en place de l innovation sociale, considérer l usage du territoire et l expérience du vécu par les utilisateurs des services. Avec ce souci de cohérence qui l anime, il est en mesure d apporter une réponse globale aux habitants, à condition de bien prendre en compte leurs usages et leurs habitudes de vie. > Olivier Cavagna Directeur du Syndicat Mixte pour l Aménagement et le Développement des Combrailles (SMADC) Au sein de l entreprise, c est le designer qui a la préoccupation des besoins, et qui crée l interface entre l utilisateur et le service rendu. Comment pourrait-on apporter de meilleures réponses pour les services au sein des pays, avec une approche qui intégrerait le designer? 29

31 30

32 // quel designer pour le développement local? Ce court dialogue, quej ai illustré ici de façon légère, a eu lieu régulièrement avec les différents acteurs que j ai rencontrés lors de cette étude. En effet, le terme «design» surprend au premier abord, et devant l incompréhension de certains de mes interlocuteurs, j ai pris, par la suite, la précaution de me présenter comme «concepteur» de produits et de services. Chaque fois qu il était nécessaire, j ai pris le temps d expliquer en quoi il est tout à fait logique qu un designer se penche sur les problématiques de service en milieu rural. C est ce que je vais m employer à faire ici par écrit. 31

33 / design? D abord précisons que je ne tenterai pas une définition générale du Design car elle ouvrirait un trop large débat théorique. Je vais par contre me concentrer sur la définition que je partage de cette pratique. > ORIGINE DU TERME ET DEFINITION FLOUE Le terme de «design» interroge du fait de son anglicisme. Il peut apparaître parfois prétentieux, ou déplacé et réservé au monde du «business» où l on fait du «benchmark» et des «brainstormings» En réalité, «design» serait un mot français, issu à la fois des termes «dessin» et «dessein». Réapparu dans les années 20 après avoir été anglicisé par l Amérique industrielle, il peine encore aujourd hui, comme nous venons de le voir, à être compris par le public non-initié. Cette double origine nous renseigne mieux sur l intention de cette pratique. 1/ GUIDOT Raymond. Histoire du design Éd. Hazan, / Petit Robert, dictionnaire de la langue Française. Édition Dans les pays anglophones, le design signifie «conception», ce qui le rend compréhensible par tous. La difficulté de définition est donc propre à notre culture française et contribue, encore aujourd hui, à compliquer le sens qu on peut lui donner. Ce qui permet en même temps de lui conserver un statut flou intéressant, obligeant chaque designer à définir précisément sa pratique. Roger Talon par exemple, un célèbre designer a définit le design ainsi : «Ce n est ni un art, ni un mode d expression, mais une démarche créative méthodique qui peut être généralisée à tous les problèmes de conception.» 1 Nous retiendrons cette définition pour poursuivre la réflexion. Qu est ce qu on entend alors par «conception»? Le petit Robert 2 donne deux définitions : d un côté elle est la formation d un concept (c est-à-dire une représentation mentale générale et abstraite d un objet) dans l esprit. De l autre elle représente l action de concevoir et de créer. Ce qui résume assez bien l action du designer qui doit concevoir et créer des produits (au sens large) et rejoint tout autant l étymologie dessein/dessin. 32

34 Ainsi, je suis de l avis de ceux qui pensent que le design, plus qu une attitude, est une façon d aborder les projets (quelque soit l objet de ce projet), dans une démarche «méthodique» au croisement de la «création» et de la «conception». Pour expliquer cette intention, je vais commencer par présenter ce que n est pas le design tel que je l entends ici. > JE N ABORDERAI PAS LE DESIGN DANS LE SENS DE L adjectif esthétique «Design [dizajn ou dezajn], adj. D un esthétisme moderne et fonctionnel» 1 Largement galvaudé, on utilise aujourd hui le terme «design» pour désigner n importe quel objet nouveau. «Design» veut tout dire et ne rien dire à la fois. Ambiance design, cafetière design, cadeau design, resto design, coupe de cheveux design Utilisé dans ce sens, il ne permet pas de définir un métier. Puisque le design est utilisé comme argument de vente, comment peut-on aujourd hui définir ce qui est le fruit ou non d une démarche de designer?... De la stylique > capture d écran du message d erreur dans le logiciel Word 1/ Petit Robert, dictionnaire de la langue Française. Édition Devant la difficulté de traduire cet anglicisme, le terme «stylique» paraissait plus français et a été proposé au milieu des années Pratiquement plus personne aujourd hui n utilise ce mot. Le design n est pas la stylique : il n existe pas d équivalent français parce que le 2/ En 1994, le Ministre de la Culture français Jacques Toubon invente le mot «stylique» pour remplacer l anglicisme design et passe une loi préconisant l usage du nouveau mot. Cette loi aura été vaine puisque quinze ans plus tard, qui utilise le mot «stylique»? 33

35 design, contrairement à ce que l on pourrait croire de prime abord, ne propose par seulement un travail de forme. L anglicisme du terme a été nécessaire, non pas pour ajouter à l argument commercial, mais bien parce qu il n y avait pas d équivalent pour désigner cette pratique.... de la production artistique ou de recherche Le design tel qu il est abordé ici, n est pas non plus le design pratiqué par un certain nombre de designers (souvent les plus médiatisés) qui travaillent avant tout dans une optique de production limitée (prototypes, objets de recherche, éditions à faibles tirages, objets uniques ou œuvre d art) et qui diffusent leurs créations par le biais de circuits proches de ceux de la création contemporaine : galeries, salons, boutiques de musées, ventes privées «Quantitativement infimes dans la création d objets utiles, ces éditions limitées et pièces uniques sont d une visibilité souvent inversement proportionnelle à leur nombre.» 1 Ce qui ne signifie pas que je ne porte pas d intérêt à cette pratique qui contribue à nourrir la culture du design. Les recherches sur les matériaux, les formes, les usages ou les nouvelles pratiques sont des sources d inspiration essentielles. > ÉVOLUTION DU DESIGN DANS L ENTREPRISE DU PRODUIT AUX SERVICES 1/ GUIDOT Raymond (Dir.). Design, carrefour des arts. Flammarion, 2003, p.219 La pratique du design décrite ici s inscrit dans le cadre de l entreprise. Par entreprise, nous entendrons toute organisation -à but lucratif ou non- dont la finalité est de produire, à destination d un utilisateur final, des biens ou des services. Sont donc comprises dans cette définition à la fois des entreprises «économiques», au sens courant du terme, mais également certaines associations ou institutions. Le design, tel que nous le considérons dans cette étude, est donc compris comme une activité de conception et de création au service des entreprises. Et pour le designer, «travailler pour l entreprise» signifie être à la fois impliqué dans le projet et à la fois en prise avec la réalité, car ses 34

36 projets sont construits dans un contexte concret, fait d intérêts différents qu il doit concilier. Sans entrer en profondeur dans une approche historique du design, on peut considérer que jusqu à la fin du XIX e siècle, la conception de produit était du ressort de celui qui en assurait la fabrication. Avec la révolution industrielle et la généralisation de la production en série, les différentes phases de la production, de la conception à la vente, se différencient et la conception de produit devient la responsabilité de différents corps de métier : ingénieurs, architectes Le métier de designer fait alors son apparition, initialement en réponse au besoin de rendre «humains» ces objets industriels, d apporter beauté, humanité, confort à des biens fabriqués industriellement. De ces précurseurs aux pratiques du design actuelles, il est évident que le design a évolué et l on peut considérer qu il a, en quelque sorte, suivi les évolutions qui ont été celles de l industrie. Ainsi, alors que la fin du XX e siècle a vu l émergence d une nouvelle ère industrielle - née de ce que certains historiens assimilent à une troisième révolution industrielle, la «révolution numérique» - on peut considérer qu en moins de vingt ans, les pratiques de design ont radicalement évolué. De nouvelles pratiques du métier continuent de se développer, et investissent sans cesse de nouveaux champs d application. Pour illustrer ces nouvelles pratiques, prenons l exemple du microordinateur. L ordinateur, en passant de la machine de calcul à un objet du quotidien a introduit une nécessité de réflexion sur les usages des technologies numériques. La question n est plus seulement de donner une belle forme à l objet, mais bien de travailler sur de nouveaux usages «virtuels». L utilisation d un site web, par exemple, demande tout autant d être conçu en termes de forme, d usage, de fabrication, que l est un aspirateur ou une voiture. Il a donc fallu travailler de la même manière que pour la production d objets physiques pour rendre ces nouveaux objets virtuels «habitables» par leurs utilisateurs. 35

37 Le développement des objets numériques a entraîné également un développement des services immatériels qui leur sont associés. Cette nouvelle donne technologique a généralisé un phénomène global de dématérialisation. Comme le montre Jeremy Rikkin, dans son livre l âge de l accès 1 (essai fondamental sur la compréhension de cette nouvelle société de service), tous les secteurs de l économie sont touchés par cette évolution. On assiste à une dématérialisation dans les secteurs de l immobilier, une disparition des stocks, une dématérialisation de l argent, une diminution des ventes au profit des locations, une demande accrue pour la sous-traitance, etc. Toutes ces évolutions sont permises par les nouvelles possibilités des outils numériques, internet en tête. Sans faire une analyse détaillée, cette évolution s explique aisément avec l exemple du répondeur. Quand on évoque ce qu était un répondeur il y a dix ans, on se souvient d un appareil électrique en plastique noir qui permettait d enregistrer sur des cassettes les messages laissés par des personnes souhaitant joindre des interlocuteurs pendant leur absence. Aujourd hui l objet répondeur a disparu. Il a été remplacé par un service proposé par les opérateurs téléphoniques pour un téléphone fixe ou un téléphone portable. Hier, il fallait considérer des questions d usage, de coût, de fonctionnalité dans la conception de «l objet répondeur». Aujourd hui ces questions se posent de la même manière dans la conception du «service répondeur» 1/ Jeremy Rifkin, l âge de l accès, la révolution de la nouvelle économie, éditions la découverte, Saint-Amand-Montrond / Conférence au centre Georges Pompidou à Paris : «Les entretiens du nouveau monde industriel» 3 et 4 octobre Je me range à l avis de Bernard Stiegler 2, philosophe qui a beaucoup travaillé sur la compréhension de cette nouvelle civilisation du numérique, pour affirmer que nous n entrons pas, comme certains ont pu le penser, dans une société «post-industrielle» due à la dématérialisation, mais plutôt dans une société «hyper industrielle». En effet, la diminution des biens de consommation dans les pays occidentaux, plutôt que de limiter la production industrielle de produits physiques, encourage la production industrielle de services. Si bien que cette «dématérialisation» encourage une économie industrielle différente. Parce que l ensemble de l économie se dématérialise, les designers aussi se tournent vers d autres secteurs d activité. Les emplois fran- 36

38 çais dans le tertiaire ont fortement augmenté, les designers suivent le courant et offrent leurs compétences non plus seulement dans l industrie de production mais aussi dans les entreprises de services. Si le designer considérait déjà le produit par le service (usage) qu il rendait, avec la multiplication de ces services et la dématérialisation des objets physiques, la conception de ces services immatériels est aujourd hui un nouveau champ d action pour les designers. > Design global Bien que le design soit par essence non-spécialisé et couvre des domaines très variés, une tendance à la séparation en sous-disciplines, s est faite progressivement. On considère désormais différents types de design en fonction du champ dans lesquels il s applique : design d espace, design produit, motion design, design graphique, design sonore, web design, design de transport. A cela s ajoute une dénomination en fonction des intentions ou des processus de design : design industriel, Design écologique, durable, Design pédagogique, Design interactif & numérique, Design stratégique, parametric design, design de recherche, design d auteur Certains designers préfèrent ne pas se spécialiser et exercent dans l un et l autre de ces champs d application. Malgré l évolution vers le design de service dont nous venons de parler, le designer peut, je pense, concevoir à partir de la même méthodologie et avec les mêmes types d outils, toutes ces catégories d objets (physiques ou immatériels) et dans une approche plus globale, concevoir la cohérence entre ces différents objets de l entreprise. Je vais appeler «objet du projet» le résultat concrétisé après la phase de conception. Comme nous venons de le voir, il peut s agir d un objet physique, d un logiciel informatique, d un panneau d information, d un service de covoiturage etc. Pour résumer ce postulat, prenons l exemple du Vélib, le service de «vélopartage» mis en place à Paris à l automne Le design de 37

39 Vélib n a pas été d inventer un système de mise à disposition de vélos dans l espace public, puisque ce principe existe depuis les années 70, et n est, pour la version parisienne, qu une déclinaison du service Cyclocity mis en place par l entreprise Jean Claude Decaux à Lyon, Vienne et Bruxelles. Le design a consisté à concevoir l usage (immatériel) du service et son organisation pour que la location soit la plus simple possible pour l utilisateur. Pour organiser cet usage, il a fallu travailler trois types d éléments du service : À la fois les objets physiques (le vélo, la borne, la carte magnétique ) ; les informations de ce service (matérialisées par le site Internet, l interface de la borne, les publicités ) ; et l interaction entre les personnes concernées par ce service (les utilisateurs, mais aussi les employés chargés de la maintenance). Le design aujourd hui ne se résume donc plus à la conception d objets physiques, mais à organisation de ces trois types d éléments qui permet de rendre l expérience de l usager agréable devant des systèmes de plus en plus complexes. ÉLÉMENTS PHYSIQUES INFORMATIONS DESIGNER FONCTIONS 38 > éléments conçus par le designer, exemple du service Vélib

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN

PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN PROJET EMISE REFERENTIEL EUROPPEEN D ACTIVITES DU MANAGER DE PROJET EUROPEEN La nécessité de définir le cadre d intervention du manager de projet pour le projet EMISE reflète des différences culturelles

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé

«COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «COHABITONS EN DROME» Hébergement partagé INFORMATIONS : Territoire concerné : Département de la Drôme L ACTION Descriptif Le projet «Cohabitons

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

ANNEXE I Référentiels du diplôme

ANNEXE I Référentiels du diplôme ANNEXE I Référentiels du diplôme Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Savoirs associés Unités constitutives du référentiel de certification Management des unités commerciales

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN ACCORD SIGNE LE 12/09/2005 PAR LES SYNDICATS CFDT, CFTCAM CFTC, SNECA CGC, FNSF CGT, FO. ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN Entre les soussignés : La CAISSE

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois

L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois L'outil numérique moyen de reconnaissance et de mutualisation dans le Pays du Grand Bergeracois Youenn HUON, directeur Le Pays du Grand Bergeracois Le Pays du Grand Bergeracois Le paysage intercommunal

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015

AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE. BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 AGENDA 21: MIEUX ENSEMBLE BRAY-SUR-SEINE 27 janvier 2015 La conscience qu il faut agir autrement? Une conscience inscrite dans le projet de la nouvelle équipe municipale Un acte fondateur avec la délibération

Plus en détail

Formations pour les élus :

Formations pour les élus : Formations pour les élus : Renforcer l'équipe d'élus Faire vivre le projet L'élu et les tiers Contact KIPP 3 place Monthioux 23500 Felletin 09 84 31 44 88 www.les kipp.fr Aurélie Martin 06 84 49 60 43

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable FICHE ACTIONS Logica ACTIONS GLOBALES Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Mise en place d ambassadeurs développement durable ACTIONS ENVIRONNEMENTALES Favorise l utilisation

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif

Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Thématique 1 : La Gouvernance du dispositif Comment rendre le pilotage du dispositif de Formation Professionnelle Continue plus efficace, efficient, cohérent et performant pour répondre aux 3 enjeux que

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» BILAN 2007-2013 Convention d Organisation et de développement Touristique des Territoires (pays Loi Voynet), autour de deux

Plus en détail

CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL

CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL CHARTE SUR L ORGANISATION DE L OFFRE DES SERVICES PUBLICS ET AU PUBLIC EN MILIEU RURAL A l issue des travaux de la Conférence nationale des services publics en milieu rural, l Etat, les collectivités territoriales,

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Mise en place d une comptabilité analytique

Mise en place d une comptabilité analytique Id 37 6 rue Jacques Vigier 37 700 Saint-Pierre-des- Corps 02 47 37 95 44 Dossier suivi par : Nina JAMET Email : jamet.dla@id37.fr Mobile : 06 28 79 25 12 CAHIER DES CHARGES PRESTATION D ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h)

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) Les dynamiques des espaces productifs français dans la mondialisation ETUDE DE

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

«Entrepreneurs des quartiers»

«Entrepreneurs des quartiers» «Entrepreneurs des quartiers» Dossier de presse Pour surmonter les défis de la crise, le développement de l entreprenariat et de l activité économique dans les territoires en Politique de la Ville, constitue

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S.

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. 1 La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est la déclinaison des principes du développement durable à l échelle de l entreprise. Les

Plus en détail

FICHE METIER Responsable de service

FICHE METIER Responsable de service DOCUMENT DE TRAVAIL FICHE METIER Responsable de service METIER RESPONSABLE DE SERVICE Date de création/modification Janvier 2011 Définition du métier En relation et en cohérence avec les objectifs de la

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail