Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures"

Transcription

1 Université P. et M. Curie (Paris VI) Master de sciences et technologies ère année - applications Spécialité : Mathématiques Fondamentales code UE : MMAT4020 Mention : Mathématiques et MO : (2 ECTS) code Scolar : MM020 Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du juin 2009 Durée : heures Exercice. Soit a 2 un entier positif. a) Quel est le développement en fraction continue du nombre t = a 2 + a? Indication : on pourra remarquer que t a = 2 + t + a b) Quelles sont les solutions en entiers positifs (x, y) de l équation x 2 (a 2 + a)y 2 =? c) Donner la liste des solutions en entiers positifs (x, y) de l équation Expliciter deux solutions. x 2 (a 2 + a)y 2 =. Exercice 2. Le nombre 9 est-il un carré modulo? Exercice. Soit n un entier. On pose ζ n = e 2iπ/n et E n = Q(ζ n ). a) Quel est l ordre du sous groupe de torsion de E n? b) On suppose pour la suite de l exercice que le groupe multiplicatif (Z/nZ) est cyclique. Montrer qu il existe un unique sous-corps K n de E n tel que [E n : K n ] = 2. c) Montrer que K n = E n R. d) Montrer que K n = Q ( ) ζ n + ζn. Exercice 4. On note ω = 2 et on pose K = Q(ω). Dans la suite on notera O K l anneau des entiers de K et N K/Q : K Q la norme.. Montrez que le discriminant de Z[ω] est égal à 2 2. ( ) 2. Déduisez de la question précédente que l indice O K : Z[ω] de Z[ω] dans O K est égal à ou.. Montrez que N K/Q (x + yω + zω 2 ) = x + 2y + 4z 6xyz. 4. Montrez que O K = Z[ω].

2 5. Justifiez la décomposition en produit d idéaux premiers des idéaux suivants : 2O K = P 2, O K = P P et 5O K = P 5 P 5, où P 2 = ωo K, P = (, + ω), P = (, ω 2 ω + ), P 5 = (5, ω + 2) et P 5 = (5, ω 2 2ω ). Indication : on utilisera sans justification les résultats de l exercice 4 de l examen de mai. 6. Trouvez α O K (resp. β O K ) dont la norme N K/Q est égale à (resp. à 5). 7. Montrez que les idéaux P, P, P 5 et P 5 sont principaux. 8. Montrez que Z[ω] est principal. 9. Soit p un nombre premier. (a) Montrez que ou bien po K est premier ou bien il existe un idéal P de norme p. (b) Montrez qu il existe un idéal de O K de norme p si et seulement si 2 est un cube de F p. (c) Montrez que si po K est premier alors p mod ; en étudiant le cas p = que pensez-vous de la réciproque? 0. On considère l équation x + 2y + 4z 6xyz = m et on écrit m = ± p pmp. Montrez que cette équation admet une solution (x, y, z) entière si et seulement si pour chaque p 2, premier tel que 2 n est pas un cube dans F p, l entier m p est divisible par. 2

3 Solutions a) Montrons que le développement en fraction continue de t = a 2 + a est [a; 2, 2a]. La partie entière de t est a. Comme on écrit on a t a = 2 + t + a, t = a a + t Par conséquent, si on définit les deux suites (a n ) n 0 et (t n ) n 0 par les relations de récurrence t n = a n + t n+ et a n = [t n ] pour n 0, avec la condition initiale t 0 = t, alors on a, pour k, t 2k = t a, a 2k = 2, t 2k = t 2k 2 = t + a, a 2k = 2a. b) La période (, 2a) du développement en fraction continue de a 2 + a a pour longueur 2, un nombre pair. Il en résulte que l équation x 2 (a 2 + a)y 2 = n a pas de solution en entiers positifs (x, y). c) L unité fondamentale de l anneau Z[ a 2 + a] est 2a a 2 + a. Les solutions en entiers positifs (x, y) de l équation x 2 (a 2 + a)y 2 = sont donc données par la suite (x n, y n ) n avec x n + y n a2 = (2a a 2 + a) n. Ainsi les deux premières solutions dans l ordre croissant sont (x, y ) = (2a +, 2), (x 2, y 2 ) = (8a 2 + 8a +, 8a + 4). On les obtient aussi par les développements en fractions continues finies [a, 2] = x y, [a, 2, 2a, 2] = x 2 y 2 2 On a 9 2 mod et comme ( 2 )/8 = 2 mod 2, 2 n est pas un carré modulo.

4 a) Le corps E n est de degré ϕ(n) sur Q. Soit m l ordre du sous-groupe de torsion (E n ) tors de E n et ζ m un générateur du groupe cyclique (E n ) tors. Comme ζ n (E n ) tors l ordre n de ζ n divise m. Comme ζ m appartient à E n, son degré ϕ(m) sur Q divise ϕ(n). Les couples d entiers positifs (a, b) qui vérifient sont ceux pour lesquels a b et ϕ(b) ϕ(a) (a = b) ou (a est impair et b = 2a). On en déduit que si n est impair on a m = 2n, tandis que si n est pair alors m = n. On peut aussi rappeler que si n est impair on a Φ 2n (X) = Φ n ( X), et ζ n est une racine primitive de l unité d ordre 2n. b) On suppose que le groupe multiplicatif (Z/nZ) est cyclique. Son ordre est pair (car ϕ(n) est pair pour n ), donc il possède un unique sous groupe d ordre 2. Par conséquent il existe un unique sous-corps K n de E n tel que [E n : K n ] = 2. c) Le corps E n n est pas contenu dans R (car n et les seules racines de l unité réelles sont ±), donc la conjugaison complexe est un élément τ d ordre 2 du groupe de Galois de E n sur Q. Le sous corps de E n fixé par τ est K n = E n R. d) Noter que ζn est le complexe conjugué de ζ n, donc β n := ζ n + ζn est réel : β n = 2 cos(2π/n). Mais ζ n est racine du polynôme quadratique X 2 β n X + F n [X], donc si on définit F n := Q(β n ), on a E n = F n (ζ n ), ce qui montre que le corps E n est une extension quadratique de F n. Par conséquent F n = K n. 4 () On applique par exemple la formule ( ) n(n )/2 N K/Q (µ θ (θ)) qui donne le discriminant de Z[θ]. Ici µ ω (X) = X 2 et donc µ ω(ω) = ω 2 et le résultat découle du fait que N K/Q (ω) = 2. (2) L indice (O K : Z[ω]) au carré doit diviser le discriminant de Z[ω], ce qui donne comme possibilités, 2,, 6. Par ailleurs on remarque que 2O K = ( ) ωo K de sorte que 2 est ramifié et doit donc diviser le discriminant de K, ce qui ne laisse plus que et comme possibilités. () La norme est donnée par exemple par le déterminant suivant : a b c 2c a b 2b 2ca que l on développe par exemple avec la règle de Sarrus. (4) On cherche un élément x O K de la forme a+bω+cω2 avec a, b, c. La trace donne a Z et ne nous apporte rien tandis que la norme nous donne a + 2b + 4c 6abc 0 mod. En regardant modulo, on obtient alors a b + c 0 mod. Si a = 0 alors b = c avec 2b + 4c = 6c 0 mod soit b = c = 0. Pour a 0 quitte à changer x en x, on suppose a = et donc b = + c ce qui donne + 2b + 4(b ) 6b(b ) qui pour b = 0 (resp. b =, 4

5 resp. b = ) est égal à (resp., resp. 2) qui ne sont donc pas divisibles par de sorte que O K = Z[ω]. (5) On factorise en irréductibles X 2 modulo 2 (resp., resp. 5) ce qui donne X (resp. (X + )(X 2 X + ), resp. (X + 2)(X 2 2X )) de sorte que 2O K = P2 (resp. O K = P P, resp. 5O K = P 5 P 5) avec P 2 = ωo K (resp. P = (, ω+), P = (, ω 2 ω+), resp. P 5 = (5, ω+2), P 5 = (5, ω 2 2ω )). (6) On cherche donc a, b, c tels que a + 2b + 4c 6abc = (resp. égal à 5). On trouve (,, 0) (resp. (, 0, )) soit l élément + ω (resp. + ω 2 ). (7) Notons tout d abord que P contient + ω de sorte que de l égalité des normes on en déduit que P = ( + ω)o K et donc P est principal engendré par /( + ω). De même comme + ω 2 est de norme 5, on en déduit que 5 ( + ω 2 )O K ; en outre ω + 2 = ω( + ω 2 ) et donc P 4 ( + ω 2 )O K et l égalité découle de l égalité des normes. Comme précédemment P 5 est alors aussi principal. (8) La constante de Minkowski est M K = ( 4! π ) de sorte que M K D K /2 < ; d après le cours toute classe d idéaux contient un idéal entier de norme <. Or un idéal premier de norme < est un idéal au dessus de 2, i.e. égal à P 2, lequel est principal d après la question précédente. Remarques : pour ceux qui majorent à la main, d après la question précédente il fallait simplement majorer strictement par 7. (9-a) Le résultat découle directement du fait qu un polynôme de degré est soit irréductible soit admet un facteur irréductible de degré. (9-b) Ainsi il existe un idéal de norme p si et seulement si X 2 admet une racine dans F p i.e. si et seulement si 2 est un cube dans F p. (9-c) Si p mod alors le morphisme x F p x F p est surjectif ; en effet via l isomorphisme F p Z/(p )Z, le morphisme précédent correspond à la multiplication par qui est alors un isomorphisme car (p ) =. Ainsi 2 est dans l image et donc X 2 a une solution modulo p. Par contraposition, on en déduit donc que si po K est premier alors p mod. Pour p =, on remarque que 2 est un cube modulo, 4 2 mod et donc bien que p mod, d après 9-b, O K n est pas un idéal premier. (0) La question est de savoir si m est la norme d un élément de α K. Notons P (resp. P et P 2 ) l ensemble des nombres premiers (resp. tels que 2 n est pas un cube modulo p, et son complémentaire). Montrons tout d abord que la condition de l énoncé est nécessaire : on décompose αo K en produit d idéaux premiers en séparant ceux qui sont au dessus d un premier p de P des autres ; on les note respectivement I et I 2 : αo K = P mp. P mp. P I P I 2 En prenant les normes, on remarque que pour p P, m p 0 mod. Réciproquement pour p P 2, on choisit un idéal P p I 2 de norme p ; pour p P, po K est l unique idéal premier au dessus de p. On prend alors pour α un générateur de p P 2 P m p p p P (po K ) m p/ qui est de norme m. 5

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Lemme Chinois Exercice 1 Soient A un anneau et I et J les idéaux de A tels que I + J = (1). Démontrer que I n + J m = (1) quels que soient entiers

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité?

Examen - septembre 2012. Question de cours Enoncer et démontrer l inégalité de Cauchy-Schwarz dans un espace euclidien. Quel est le cas d égalité? Université Paris Dauphine DEMIE e année Algèbre linéaire 3 Examen - septembre 01 Le sujet comporte pages. L épreuve dure heures. Les documents, calculatrices et téléphones portables sont interdits. Question

Plus en détail

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Denise Vella-Chemla 5/2/2013 La conjecture de Goldbach stipule que tout nombre pair supérieur à 2 est la somme de deux nombres premiers. 1 Modéliser

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel.

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Devoir à la maison et sujet de partiel Exercice 1 Soit d non rationel. Dans l anneau on definit la conjugaison" z : Z[ d] = {n + m d n,m Z} si z

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011

Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Université Paris Diderot Langage Mathématique (LM1) Département Sciences Exactes 2011-2012 Corrigé de l examen partiel du 19 novembre 2011 Durée : 3 heures Exercice 1 Dans les expressions suivantes, les

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail

Équations du troisième degré

Équations du troisième degré par Z, auctore L objet de cet article est d exposer deux méthodes pour trouver des solutions à une équation du troisième degré : la recherche de racines évidentes d une part, et la formule de Cardan d

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Paris 6. École Doctorale Paris Centre. Thèse de doctorat. Discipline : Mathématiques.

Université Pierre et Marie Curie Paris 6. École Doctorale Paris Centre. Thèse de doctorat. Discipline : Mathématiques. Université Pierre et Marie Curie Paris 6 École Doctorale Paris Centre Thèse de doctorat Discipline : Mathématiques présentée par Nicolas Billerey Points de torsion des courbes elliptiques et équations

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Sur les K-nombres de Pisot de petite mesure

Sur les K-nombres de Pisot de petite mesure ACTA ARITHMETICA LXXVII.2 (1996) Sur les K-nombres de Pisot de petite mesure par Toufik Zaïmi (Riyadh) Introduction. Soient K un corps de nombres et θ un entier algébrique de module > 1 et de polynôme

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S)

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES. (Classe terminale S) MA 09 CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 009 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) DURÉE : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée, conformément à la réglementation. La clarté et

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

P (X) = (X a) 2 T (X)

P (X) = (X a) 2 T (X) Université Bordeaux I - année 00-0 MHT0 Structures Algébriques Correction du devoir maison Exercice. Soit P (X) Q[X]\Q.. Soit D(X) := pgcd(p (X), P (X)). a) Montrer que si deg D alors il existe α C tel

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

1 Exercices à savoir faire

1 Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2013 2014 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n 5 : Congruences, indicatrice d Euler, RSA 1 Exercices à savoir faire Exercice 1 1 Trouver tous les couples (x, y) Z 2 tels que 3x +

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions

Sciences Po Paris 2012 Mathématiques Solutions Sciences Po Paris 202 athématiques Solutions Partie : Le modèle de althus odèle discret a Pour tout entier naturel n, on a P n+ P n = P n donc P n+ = +P n Par suite la suite P n est géométrique de raison

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig.

Cours de mathématiques. Chapitre 4 : Dérivabilité. Terminale S1. Année scolaire 2008-2009 mise à jour 22 novembre 2008. Fig. Cours de matématiques Terminale S1 Capitre 4 : Dérivabilité Année scolaire 008-009 mise à jour novembre 008 Fig. 1 Jean Dausset Fig. alliday Fig. 3 Joann Radon Il y a des gens connus et des gens importants-idée

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Solutions Feuille de Travaux Dirigés n 6

Solutions Feuille de Travaux Dirigés n 6 Université Francois Rabelais de Tours Master de Mathématiques Solutions Feuille de Travaux Dirigés n 6 M1, Algèbre Semestre 8 Corps finis Exercice 1 1) Trouver tous les polynômes degré 4 irréductibles

Plus en détail

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours linéaires GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Notes de cours Département de génie électrique et de génie informatique Université Laval jean-yves.chouinard@gel.ulaval.ca 12 février 2013

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Université de Metz Licence de Mathématiques L3. Département de Mathématiques Année universitaire 2007/2008. Examen de Structures algébriques

Université de Metz Licence de Mathématiques L3. Département de Mathématiques Année universitaire 2007/2008. Examen de Structures algébriques Université de Metz Licence de Mathématiques L3 U.F.R. M.I.M. Unité Structures algébriques Département de Mathématiques Année universitaire 2007/2008 Examen de Structures algébriques par Jean-Pierre Dax

Plus en détail

Corps finis. Exemples : Z/pZ. On note F p le corps Z/pZ. k[x]/p où k est un corps commutatif et P est un polynôme irréductible.

Corps finis. Exemples : Z/pZ. On note F p le corps Z/pZ. k[x]/p où k est un corps commutatif et P est un polynôme irréductible. Corps finis 1 Un peu d algèbre Si A est un anneau commutatif principal, (a) un idéal de A, et a est un élément premier de A alors l anneau quotient A/(a) est un corps. Exemples : Z/pZ. On note F p le corps

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

Exemples et calculs de points de Heegner

Exemples et calculs de points de Heegner Exemples et calculs de points de Heegner christian wuthrich 27 mars 07 La paramétrisation modulaire de X 0 (11) Partons du groupe Γ = Γ 0 (11) = {( a b c d ) SL 2(Z) c 0 (mod 11)}. La paramétrisation modulaire

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES OFM FRANÇAISES MATHÉMATIQUES ENVOI NO. 3 CORRIGÉ 1 Exercices du groupe B Exercice 1. Soit n 1 un entier tel que le quotient de 2 n par n est une puissance

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 Michel Goze, Elisabeth Remm 1. Edité par Ramm Algebra Center 2 Introduction Ce cours s adresse aux étudiants

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs

Extrait de cours maths 3e. Multiples et diviseurs Extrait de cours maths 3e I) Multiples et diviseurs Multiples et diviseurs Un multiple d'un nombre est un produit dont un des facteurs est ce nombre. Un diviseur du produit est un facteur de ce produit.

Plus en détail

Dénombrement, opérations sur les ensembles.

Dénombrement, opérations sur les ensembles. Université Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 1 (du 16 au 20 septembre 2013) Dénombrement, opérations sur les ensembles 1 Combien de façons y a-t-il de classer

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Exercices 4. Nombres réels...

Exercices 4. Nombres réels... Exercices 4 Nombres réels La maîtrise des inégalités et de la notion de borne supérieure est un préalable incontournable à l étude de l analyse réelle. 4 Nombres réels..........................................................................

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007

ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 2007 ÉCOLE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE Session 27 CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS DU CONTRÔLE DE LA NAVIGATION AÉRIENNE Épreuve commune obligatoire de MATHÉMATIQUES Durée : 4 Heures Coefficient

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Marches, permutations et arbres binaires aléatoires

Marches, permutations et arbres binaires aléatoires Marches, permutations et arbres binaires aléatoires Épreuve pratique d algorithmique et de programmation Concours commun des Écoles Normales Supérieures Durée de l épreuve: 4 heures Cœfficient: 4 Juillet

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h

Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h Entrée à Sciences Po ADMISSION AU COLLÈGE UNIVERSITAIRE Mardi 26 juin 2012 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 4h A. P. M. E. P. Le problème se compose de 4 parties. La dernière page sera à rendre avec

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

LIMITES EXERCICES CORRIGES

LIMITES EXERCICES CORRIGES ours et eercices de mathématiques LIMITES EXERIES ORRIGES M UAZ, http://mathscyrreer Eercice n Déterminer la ite éventuelle en de chacune des onctions suivantes : ) ) ) 4 ( ) Déterminer la ite éventuelle

Plus en détail