STAGE DE MASTER 2 Décohérence et Intrication quantique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "STAGE DE MASTER 2 Décohérence et Intrication quantique"

Transcription

1 STAGE DE MASTER 2 Décohérence et Intrication quantique Sylvain Vogelsberger sous la direction de Dominique Spehner de l Institut Fourier, Grenoble Master 2 de Physique ENS Lyon Avril/Juillet 2008 Résumé

2 Table des matières 1 Motivations 1 2 Un peu d information quantique pour se motiver! 2 3 L intrication Définitions et premiers Critères Mesure d Intrication de Wootters Intrication pour les systèmes à variables continues Comment fabriquer des états intriqués? Atome à deux niveaux dans une cavité. Modèle de Jaynes- Cummings Les pistes expérimentales pour fabriquer un ordinateur quantique Décohérence Formalisme des Systèmes Ouverts : Formalisme de projection et approximation de l onde tournante : Retour sur l atome à deux niveaux et formule de Wigner-Weisskopf Résultats rigolos sur la décohérence Désintrication due à la décohérence Application du critère d intrication pour les variables continues Désintrication de deux qubits due au couplage à leurs environnements Conclusion 33

3 1 Motivations On entend, de nos jours, de plus en plus parler des ordinateurs quantiques. Vous savez, ces machines qui fonctionneraient non plus sur la base du bit, valant 0 ou 1 mais sur le qubit qui prend ses valeurs sur la sphère de Bloch. L informatique quantique est très prometteuse. Les informaticiens ont déjà conçu des algorithmes fonctionnant sur ce système. Ils ont, par exemple, découvert une façon de factoriser les grands nombres entiers en facteurs premiers en un temps polynomial (algorithme de Shor 1994). Bref, ils ont théoriquement cassés le fameux code RSA, à la base de la sécurité bancaire depuis plus de vingt ans! Plus généralement, ils ont transformé de nombreux problèmes NP en problème P. Il manque cependant un ingrédient essentiel à leur recette : l ordinateur quantique. En vérité, depuis quelques années, les gens ont réussi à construire de telles machines mais ne fonctionnant qu avec un nombre très limité de qubits : environ une dizaine. Ceci permet uniquement de faire des calculs très modestes, comme factoriser 15! Il parait donc très intéréssant de comprendre les mécanismes physiques qui contraignent la manipulation de plus de qubits simultanément. C est tout l objet de la thèse qui va venir. Quant au stage, il nous a permis, de nous familiariser avec ces notions : 1

4 2 Un peu d information quantique pour se motiver! Dans un ordinateur quantique, le support physique traitant l information obéit aux lois de la Mécanique Quantique! Les bits sont remplacés par des qubits. Mais qu est-ce que cela veut finalement dire? Et puis c est quoi un qubit? Définition 2.1. Un qubit est l état d un système quantique à 2 niveaux. On peut par exemple réaliser un qubit en considérant les 2 états de polarisation d un photon ou les 2 états de spin d un électron : haut et bas. On reviendra aux réalisations expérimentales plus tard. Concentrons nous pour l instant sur le principe du calcul quantique. Un qubit peut donc se trouver dans une superposition cohérente de deux états de référence notés 0 > et 1 >. Un registre, constitué d un ensemble de qubits, peut également se trouver dans une superposition cohérente de différents états, donc prendre diverses valeurs à la fois! Le calcul quantique consiste à manipuler de tels registres. On peut y explorer simultanément des situations correspondant aux différentes valeurs du registre. En particulier, on verra par la suite que les états de qubits intriqués contiennent le maximum d informations. Un exemple pour comprendre quelque chose : Si on dispose de N qubits, on peut très bien, comme avec les bits, représenter tout nombre entier inférieur à 2 N. Il suffit d écrire ce nombre en base 2. L avantage d un état qubit par rapport à un état bit classique est qu il peut représenter tout une floppée de nombres à la fois. Par exemple l état EPR 1 : 01 > + 10 > qu on peut fabriquer grâce à 2 qubits permet de représenter 1 et 2[ en même temps! Encore mieux avec 10 qubits, l état : > > > > > > > > > > ] est support des nombres 1, 2, 4, 8, 16, 32, 64, 128, 256 et 512! Pour factoriser un nombre entier inférieur à 1024, mettons 538, on peut donc imaginer multiplier des états intriqués contenant un grand nombre d entiers. On diminue ainsi d autant le temps de factorisation que l on considère de gros états non séparables. L inconvénient est qu on récupère un résultat probabiliste (c est une mesure sur le système quantique). Cependant le problème principal ne se situe pas à ce niveau. En effet dans beaucoup de domaines on se satisfait très bien de réponses probabilistes : Le test de Miller-Rabin pour les nombres premiers Le calcul Monte-Carlo. On a vu que la puisssance du calcul quantique était basé sur la manipulation d états intriqués. Ceci impose de préserver la cohérence durant toute la durée du calcul. Or les qubits sont des objets physiques et non des êtres abstraits. En particulier, ils vivent dans un environnement donné. Ils sont donc couplés avec ce dernier. Ce phénomène induit de la décohérence, ainsi qu une perte d intrication 1 Pour Einstein Podolsky Rosen qui sont finalement à la base de toute cette théorie. 2

5 en général, rendant le calcul quantique faux. Tout le jeu consiste à comprendre comment ces phénomènes apparaissent et à quelle vitesse? Notons également que le même problème intervient pour la téléportation quantique. Comment cela marche t-il? Fig. 1 Principe de la téléportation quantique Les fameux Alice et Bob veulent téléporter un état quantique (a). On suppose qu ils disposent d une paire intriquée comme dans l exemple ci-dessus. Alice mesure la polarisation des deux particules (a) et (b). Mais (b) et (c) étant intriqués, cette mesure a un effet immédiat sur l état de la particule (c) de Bob. On voit donc que l état final de (c) (celui mesuré par Bob) dépend de l état initial de (a) et du résultat des mesures d Alice. Elle transmet alors classiquement ces données à Bob, qui peut reconstituer l état initial de (a) par une transformation unitaire (qui dépend du résultat transmis par Alice) sur l état de (c). Ce n est pas encore Star-Trek car il n y a pas de téléportation de matière! Comme a répondu Asher Peres, un des pères de la téléportation quantique, récemment disparu, à un journaliste qui lui demandait si l on peut téléporter l esprit en même temps que le corps : "Non, on ne peut téléporter que l esprit!" Ajoutons que la téléportation quantique ne viole en rien la relativité restreinte et le principe de causalité. En effet, dans cette affaire, il faut bien voir, qu à un moment donné on transmet de l information classiquement : c est quand Alice envoie à Bob le résultat de sa mesure. Mais alors, à quoi ça sert la téléportation quantique? Une des applications principale est la cryptographie quantique. Imaginons qu Alice veut transmettre à Bob un message. Pour ce faire, on transforme ce message en un état porté par la particule (a). Bob reconstitue ce message grâce au résultat de la mesure d Alice et à la mesure qu il fait sur (c) 3

6 comme ci-dessus. Un espion est nécessairement repéré par cette procédure. En effet, si celui-ci mesure l état d une particule, alors par le principe de réduction du paquet d onde, cet état va se voir modifier. Ainsi, Alice et Bob sauront que quelqu un a tenté d intercepter leur message. La téléportation sert également dans les codes correcteurs d erreurs, sans lesquels on ne peut faire de calculs quantiques en pratiques. Ceci n est pas du tout de la science-fiction. Des appareils, fonctionnant sur ce principe, sont déjà en vente dans le commerce. On peut ainsi fixer l heure de l apéro à son voisin de façon totalement sécurisée! Plus sérieusement, en juin 2004, une équipe de l Université de Genève a réussi à téléporter l état d un photon sous le lac Léman (environ 10 kms). Très récemment, une équipe autrichienne est parvenu à transmettre l état d un atome sur plusieurs centaines de mètres. 4

7 3 L intrication Cette première partie nous a permis de mettre en exergue le point crucial de toutes ces fantastiques applications : c est l intrication qui fait tout marcher. En 1935, Erwin Schrödinger disait déjà qu " elle est la marque de la Mécanique Quantique " 2. Il nous paraît donc indispensable d arriver à cerner cette notion : 3.1 Définitions et premiers Critères On considère deux systèmes A et B. L espace Physique total de Hilbert à considérer est : H = H A H B (1) Pour visualiser les choses, on pourra parfois se dire que A et B sont deux qubits. Dans ce cas : H A C 2 H B et une base du système total est alors donnée par : { 11 >, 10 >, 01 >, 00 >} Définition 3.1. Un état pur Ψ > est séparable (ou factorisable) ssi Ψ >= ψ > A φ > B. Il est dit intriqué dans le cas contraire. Attention : L état 00 > + 01 > est séparable. En effet on peut le réécrire sous la forme : 0 > A ( 0 > + 1 >) B. Mais on ne peut factoriser l état EPR : 01 > + 10 >. Pour les états purs, le théorème de décomposition de Schmidt nous permet de distinguer les états intriqués : Théorème 3.1 (décomposition de Schmidt). Pour tout état pur Ψ > H A H B, il existe deux bases orthonormales de H A : { χ A j >} et de H B : { χ B j >} et des réels d j > 0 tels que : Ψ >= j d j χ A j > χ B j > (2) Les bases en question sont les bases de Schmidt et les coefficients réels positifs d j sont les coefficients de Schmidt. Démonstration. Dans la base canonique, on a Ψ >= i,j m ij φ A i > φ B j >. On considère alors M M (de taille dim(h A H B ) dim(h A H B )). C est une matrice hermitienne semi-définie positive. D après le théorème spectral, il existe V unitaire telle que : ( ) V M D 0 MV = (3) 0 0 où D (de taille d d) est diagonale définie positive ie tous ses coefficients sont réels strictement positifs. En réécrivant, on a : ( ) V 1 V 2 M M ( V 1 V 2 ) ( ) ( ) V 1 = M MV 1 V 1 M MV 2 D 0 V 2 M MV 1 V 2 M = (4) MV E.Schrödinger, Proc. Cambridge Philos. Soc. 31, 555 (1935) 5

8 Où V 1 est de taille dim(h A H B ) d et V 2 de taille dim(h A H B ) (dim(h A H B ) d). On a V 1 M MV 1 = D et MV 2 = 0. On pose alors U1 = D 1/2 V 1 M de taille d dim(h A H B ). U1 ne risque pas d être unitaire car elle n est a( priori ) pas une matrice carrée. On la complète en formant la matrice U = U1. On choisit évidemment U2 de taille (dim(h U2 A H B ) d) dim(h A H B ). Puis on lui demande de vérifier U2U1 = 0. Ou plus géométriquement on demande que U soit une matrice unitaire. C est possible car on a déjà : U1U1 = D 1/2 V 1 M MV 1D 1/2 = D 1/2 DD 1/2 = I d d. Alors : ( ) U1 M ( V 1 V 2 ) = U2 ( ) D 1/ (5) La seule égalité non triviale est : U2MV 1 = 0. Mais MV 1 = U1 D 1/2, donc U2MV 1 = U2U1 D 1/2. C est bien une matrice nulle car on a demandé U2U1 = 0. Il suffit alors de considérer les bases : { χ A j >= u ij φ A i >} et { χ B j >= vjk φ B k >} pour avoir le résultat voulu. Ceci permet d énoncer un critère de séparabilité pour les états purs : Proposition 3.2 (Critère d intrication de Schmidt). Avec les mêmes notations que ci-dessus, on définit le nombre de Schmidt comme le nombre de d j non nuls dans la décomposition de Schmidt. Alors Ψ > est intriqué ssi son nombre de Schmidt est strictement supérieur à 1. De plus cet état est dit maximalement intriqué ssi ses coefficients de Schmidt non nuls sont tous égaux. C est le cas d une paire EPR par exemple. En pratique, on considère plutôt des états mixtes que l on représente par des matrices densités hermitiennes et de trace un. Pour le système à deux qubits, la matrice densité sera d ordre 4. Définition 3.2. Un état mixte ρ est séparable ssi il existe : Ψ 1 >,..., Ψ n > tels que Ψ k >= ψ k > A φ k > B et p 1,..., p n des réels positifs tels que p p n = 1 ; tel que : ρ = n k=1 p k Ψ k >< Ψ k. Il est dit intriqué dans le cas contraire. Attention : Le théorème spectral nous assure dans tous les cas de la décomposition : ρ = n k=1 p k Ψ k >< Ψ k. Mais les Ψ k > ne sont pas forcément factorisable ie Ψ k >= ψ k > A φ k > B. 6

9 3.2 Mesure d Intrication de Wootters En fait, on peut caractériser plus finement la notion d intrication. On se restreint ici au cas où A et B sont deux qubits 3. On commence par considérer toutes les décompositions possibles en états purs de la matrice densité : ρ = n p k Ψ k >< Ψ k (6) k=1 Puis pour chaque état pur, on définit : Définition 3.3. L intrication de formation E est l entropie de chacun des deux sous-systèmes A et B : E(Ψ) = T r(ρ A logρ A ) = T r(ρ B logρ B ) = i d 2 i log(d 2 i ) (7) où ρ A est la trace partielle de Ψ >< Ψ sur le sous-système B (idem pour ρ B ) et les d i sont les coefficients de Schmidt. De plus le logarithme considéré est le logarithme en base deux. 4 Démonstration : Cette définition a bien un sens. En effet d après le théorème de décomposition de Schmidt : Ψ >< Ψ = i,j d i d j χ A j > χ B j >< χ A i < χ B i (8) De là E(Ψ) = i d2 i log(d2 i ) qui ne dépend pas de la définition choisie Essayons d interpréter et de donner du sens physique à cette définition. Déjà elle est cohérente avec ce qui précède. Pour un état séparable, on souhaiterait obtenir une intrication nulle! C est le cas! En effet, si on décompose un tel état par le théorème de Schmidt, on a un seul coefficient de Schmidt non nul qui vaut nécessairement 1 par normalisation. La formule donnée dans la définition nous assure alors que E = 1 log(1) = 0. Quant à un état maximalement intriqué, on voudrait que son intrication vaille un! C est encore le cas! En effet un tel état à tous ses coefficients de Schmidt égaux. Mais par l équation de normalisation, on a : d d 2 2 = 1, donc d 2 i = 1/2. Calculons alors l intrication : E = i d2 i log(d2 i ) = 2 1/2 log(1/2) = log(2) = 1 car le logarithme est en base 2! De plus, dans la définition ci-dessus, on reconnait la formule de l entropie d information de Shannon. Ceci confirme le fait suivant : plus les états sont intriqués, plus ils transportent d informations. Ce sont donc ces états qui seront utiles pour la cryptographie quantique et l informatique quantique comme nous l avions annoncé au début de ce rapport. Pour un état mixte, on définit : 3 La généralisation est relativement technique. 4 qu on écrit log pour alléger l écriture. 7

10 Définition 3.4. L intrication de formation E pour un état mixte ρ est définie comme le minimum sur toutes les décompositions (6) de ρ, des moyennes des intrications des états purs des décompositions de ρ : E(ρ) = Min i p i E(Ψ i ) (9) Cette définition parait assez naturelle pour généraliser la précédente sur les états purs. Cependant elle semble peu pratique à manipuler car il n est jamais évident de minimiser une quantité. Heureusement William Wootters a découvert une formule admirablement simple permettant de calculer cette intrication de formation que l on abrégera par intrication pour la suite (cf référence [5]). Pour cela il commence par considérer la transformation suivante sur les états purs : Définition 3.5. Transformation de spin-flip : Ψ > Ψ >= σ y Ψ > (10) Cette opération se généralise facilement pour nos deux qubits : ρ = (σ y σ y )ρ (σ y σ y ) (11) C est un renversement du temps suivi d un changement de direction. Muni de cette définition, on peut énoncer : Théorème 3.3. de Wootters pour les états purs : L intrication est donnée par : où la concurrence C est définie par : et la fonction E par : E(Ψ) = E(C(Ψ)) (12) C(Ψ) = < Ψ Ψ > (13) avec : E(C) = h( C 2 ) (14) 2 h(x) = x log(x) (1 x) log(1 x) (15) On peut trouver la démonstration de ceci dans le papier cité plus haut. La fonction E : [0, 1] [0, 1] étant convexe et croissante, on peut voir la concurrence comme une mesure d intrication. En particulier, si C = 0, l état est séparable et si C = 1, l état est au contraire maximalement intriqué. Pour le cas mixte, le résultat est encore plus surprenant : 8

11 Théorème 3.4. de Wootters pour les états mixtes : L intrication est donnée comme avant par : et la concurrence C par : E(ρ) = E(C(ρ)) (16) C(ρ) = Max{0, λ 1 λ 2 λ 3 λ 4 } (17) où les λ i sont les valeurs propres dans l ordre décroissant de la matrice hermitienne suivante : R := ρ ρ ρ (18) Certes ce résultat n est pas très intuitif. Cependant on voit immédiatement toute sa puissance : on n a plus à minimiser sur toutes les décompositions pour calculer l intrication. Un calcul des valeurs propres de la matrice R suffit. La démonstration fait l objet du papier précédemment cité. Cependant Wootters ne parvient pas totalement à interpréter physiquement sa formule de l intrication de formation donnée par la définition 3.4. Mais très récemment, l article [18] est venu compléter ce manque. Nous y reviendrons par la suite. 3.3 Intrication pour les systèmes à variables continues Cette mesure d intrication s applique pour deux systèmes à deux niveaux, ie deux qubits. Elle s applique donc à de très nombreuses situations. Cependant, de nombreuses expérience sont basées sur des systèmes à variable continues. C est d ailleurs le cas de la fameuse "Gedankenexperiment" d Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen [1]. Ils considéraient en effet l intrication au niveau des variables position et impulsion 5. A présent, de nombreux protocoles pour le calcul quantique sont basés sur des variables continues. En 1998, par exemple, A. Furusawa et son équipe [7] ont fait de la téléportation quantique non conventionnelle, c est à dire avec des variables continues. En l occurence, c était l amplitude d un mode du champ électromagnétique. Ainsi il parait important de posséder un critère d intrication pour ces domaines à variables continues. C est ce que propose une équipe d Innsbruck dans [6]. Voyons plus précisément de quoi il retourne. On commence par considérer les opérateurs de type EPR suivant : U = ax A + 1 a X B (19) où a > 0 et où X est l opérateur position. 5 Par abus on parle maintenant d état EPR pour des qubits. V = ap A 1 a P B (20) 9

12 Théorème 3.5. Critère suffisant de non-séparabilité : Pour chaque état séparable ρ, la somme des variances de ces deux opérateurs vérifient : V ar(u) ρ + V ar(v ) ρ a a 2 (21) Démonstration. On peut directement calculer V ar := V ar(u) ρ + V ar(v ) ρ en utilisant une décomposition de ρ en états séparables : ρ = i p i ρ i,a ρ i,b (22) Il vient alors (on oublie l indice ρ) : V ar = i p i [< U 2 > i + < V 2 > i ] < U > 2 < V > 2 (23) = i + 2 i p i [a 2 < X 2 A > i + 1 a 2 < X2 B > i +a 2 < P 2 A > i + 1 a 2 < P 2 B > i ] (24) p i [< X A > i < X B > i < P A > i < P B > i ] (25) < U > 2 < V > 2 (26) La ligne 25 est justifié par la séparabilité des ρ i qui entraine l indépendance des variables aléatoires X A,i et X B,i (idem pour les impulsions). Enfin on peut faire apparaitre les variances associées à ces variables aléatoires : V ar = i p i [a 2 V ar(x A,i ) + 1 a 2 V ar(x B,i) + a 2 V ar(p A,i ) + 1 a 2 V ar(p B,i)] + i + i On minore alors : (27) p i < U > 2 i ( ) 2 p i < U > i (28) i p i < V > 2 i ( ) 2 p i < V > i (29) i D après l inégalité de Heisenberg, on a : V ar(x A,i ) + V ar(p A,i ) 1 = [X A, P A ] (30) donc on peut minorer : (ligne27) a a 2 (31) Enfin, pour les deux dernières lignes, on utilise l inégalité de Cauchy-Schwartz : ( ) 2 ( )( p i < U > i p i p i < U > 2 ) ( i = p i < U > 2 ) i (32) i i i i On a donc : (ligne28) 0 (ligne29) 0 (33) En regroupant on obtient l inégalité voulue. 10

13 Que se passe-il pour les états intriqués? Commme [U, V ] = a 2 1 a 2, on aura toujours la minoration : V ar(u) ρ + V ar(v ) ρ a 2 1 a 2 (34) Si on choisit a = 1, le membre de droite est nulle. On atteint effectivement cette borne en considérant l état propre associé à la paire d opérateurs X A + X B et P A P B. Cet état maximalement intriqué n est cependant pas très physique. On sait en effet que les états physiques associés à ce type de problème sont plutôt les états gaussiens et plus généralement les états comprimés. Grâce à ces états, on arrive à tendre vers cette borne inférieure nulle. Peut-on espérer mieux de notre critère? Le théorème précédent affirme que si l inégalité est violée pour un certain a > 0, alors l état est nécessairement intriqué. Mais a-t-on une réciproque? Oui! Enfin partiellement comme le montre le théorème suivant. On commence par écrire notre état gaussien grâce à sa fonction caractéristique de Wigner : χ wigner (λ A, λ B ) = T r { ρ exp [i 2(λ I AX A + λ R AP A + λ I BX B + λ R BP B )] } (35) où λ l = λ R l + iλ I l. Or la fonction caractéristique de Wigner d un état gaussien peut toujours s écrire quitte à supprimer les termes linéaires dans l exponentielle : [ χ wigner (λ A, λ B ) = exp 1 ] 2 (λi A, λ R A, λ I B, λ R B)M(λ I A, λ R A, λ I B, λ R B) T (36) où la matrice de corrélation M est donnée par : ( ) GA C M = C T G B (37) Le Lemme suivant nous permet d écrire cette matrice de corrélation sous une forme plus sympathique : Lemme 3.6. ρ G peut être transformé par des transformations de Bogoliubov en un état gaussien dont la matrice de corrélation est : n 1 0 c 1 0 M = 0 n 2 0 c 2 c 1 0 m 1 0 (38) 0 c 2 0 m 2 où les coefficients vérifient : n 1 1 m 1 1 = n 2 1 m 2 1 (39) c 1 c 2 = (n 1 1)(m 1 1) (n 2 1)(m 2 1) (40) En fait, ce Lemme permet de classer les états gaussiens par classe d équivalence d états (pouvant se déduire les uns des autres par transformations de Bogoliubov) ayant la même matrice M. Comme le caractère séparable d un état 11

14 n est pas changé par transformation de Bogoliubov, tous les états gaussiens appartenant à une même classe d équivalence auront la même propriété de séparabilité ou de non séparabilité 6. On peut donc se restreindre aux états gaussiens ayant une matrice de corrélation de la forme (38). On est à présent suffisament armé pour présenter : Théorème 3.7. Critère nécessaire et suffisant de non-séparabilité pour les états gaussiens : Un état gaussien ρ G est séparable ssi l inégalité du théorème précédent est satisfaite pour les opérateurs suivant : U = ax A c 1 1 c 1 a X B et V = ap A c 2 1 c 2 a P B (41) avec a 2 m1 1 = (42) n 1 1 Démonstration. Le seulement si provient du théorème précédent évidemment! Pour la réciproque, on a par hypothèse l inégalité : V ar = V ar(u) + V ar(v ) a a 2 (43) Puis comme on a enlevé les termes linéaires : V ar(u) =< U 2 >= a 2 < X 2 A > + 1 a 2 < X2 B > 2 c 1 c 1 < X AX B > (44) V ar(v ) =< V 2 >= a 2 < P 2 A > + 1 a 2 < P 2 B > 2 c 2 c 2 < P AP B > (45) La valeur des différents termes se lit sur M donnée par le lemme : < XA 2 >= n 1 < PA 2 >= n < XB 2 >= m 1 < PB 2 >= m < X A X B >= c 1 < P A P B >= c En regroupant, on obtient finalement l inégalité : (46) (47) (48) V ar = a 2 n 1 + n 2 2 En y injectant (40), on tombe sur : + m 1 + m 2 2a 2 c 1 c 2 a a 2 (49) c 1 (n 1 1)(m 1 1) c 2 (n 2 1)(m 2 1) (50) Ces inégalités (50) assurent que la matrice symétrique M Id est semi-définie positive. Or la fonction caractéristique normale de notre état s exprime grâce à sa fonction caractéristique de Wigner par : χ normale (λ A, λ B ) = χ wigner exp [ 1 2 ( λ λ 2 2 ] (51) [ = exp 1 ] 2 (λi A, λ R A, λ I B, λ R B)(M I)(λ I A, λ R A, λ I B, λ R B) T (52) 6 Ici on veut uniquement savoir si un état est intriqué ou non. Le degré d intrication quant à lui est modifié par transformation de Bogoluibov, en particulier par les compressions 12

15 On sait qu on peut toujours représenter la matrice densité par sa fonction P : ρ = dαdβp (α, β) α, β >< α, β (53) Cette fonction P est reliée à la fonction caractéristique normale χ normale par transformée de Fourier. Or on vient de montrer que χ normale est une gaussienne et la transformée de Fourier d une gaussienne est encore une gaussienne. Ainsi P est une gaussienne et en particulier c est une fonction positive. La matrice densité ρ s écrit donc comme une une combinaison linéaire à coefficients positifs de projecteurs séparables comme en (6) sauf qu ici la somme est devenue une intégrale. L état ρ est donc séparable. On appliquera ce critère sur un exemple par la suite. Ajoutons que dans la même veine, il existe le critère de Peres-Horodecki. 3.4 Comment fabriquer des états intriqués? En fait les états intriqués apparaisent naturellement lorsque deux systèmes sont en interaction. Montrons le sur un exemple simple inspiré de [8] : Atome à deux niveaux dans une cavité. Modèle de Jaynes- Cummings On considère un atome à deux niveaux, notés g > pour le fondamental et e > pour l état excité. La différence d énergie entre ces deux niveaux est ω eg. Tandis que l énergie moyenne est 1 2 Ω. Le Hamiltonien de cet atome est donc e émission d un photon g Fig. 2 Atome à deux niveaux simplement donné par : H at = g > E g < g + e > E e < e (54) = 1 2 ΩI ω egσ z (55) 13

16 On suppose qu il régne un champ dans la cavité de fréquence ω. Son hamiltonien est donné par celui de l oscillateur harmonique : On a aussi un couplage atome/champ donné par : H chp = ω(a a ) (56) W = g(σ + a + σ a ) (57) On comprend bien ce que cela signifie : l atome peut monter dans l état excité si il se trouve au fondamental aidé par le champ qui cède un photon et inversement. Il vient finalement dans la base { e, n >, g, n + 1 >} n N : H total = n N n ( ) + 12 ( δ 2g ) n + 1 2g n + 1 δ (58) avec n = 1 2 Ω + ω(n + 1) et δ = ω eg ω (59) En diagonalisant, on trouve les valeurs propres : E ±,n = n ± 1 2 λ n avec λ n = δ 2 + 4g 2 (n + 1) (60) et les vecteurs propres associés : +, n >= cos θ n e, n > + sin θ n g, n + 1 > (61), n >= sin θ n e, n > + cos θ n g, n + 1 > (62) tan θ n = λ n δ 2g n + 1 (63) Il faut faire attention à la notation trompeuse : +, n > ne signifie pas qu il y a n photons. Ces états sont les états habillés de l atome. Ils sont non factorisables. Une mesure de l état atomique renseigne sur le champ dans la cavité Les pistes expérimentales pour fabriquer un ordinateur quantique Dans un premier temps, il s agit de réaliser une porte logique élémentaire, c est-à-dire deux qubits intriqués tel que l état de l un puisse être modifié par l état de l autre avant que la décohérence n entre en jeu. L étape suivante consiste à augmenter le nombre de qubits en interaction pour construire un vrai ordinateur...il faut faire preuve d ingénuiosité pour trouver les systèmes physiques où les effets de la décohérence sont les plus faibles. Plusieurs pistes de recherche sont considérées parallèlement : Les ions piégés : Un qubit est supporté par un système à deux niveaux formé par l état fondamental et un niveau électronique excité d un ion. Les ions sont refroidis dans un piége linéaire. Le couplage entre ces derniers est assuré par des modes de vibration collectifs. En éclairant avec un laser, on parvient à exciter différents modes de vibration et à exciter un ion particulier. On réussit donc à fabriquer des états de qubits intriqués. On reviendra sur ce type d expérience développée originellement par le groupe 14

17 américain de Monroe puis par plusieurs autres groupes de part le monde. Notamment celui de Blatt en Autriche, qui a pour la première fois réalisé une porte C-NOT. Atomes froids : les qubits sont ici constitués par les états de spin d atomes froids bloqués au sein de pièges périodiques. Les interactions entre atomes nécessaires pour produire de l intrication seraient dues à un couplage dipôle/dipôle. Le laboratoire Kastler Brosler de l ENS est à la pointe dans ce domaine. Electrodynamique Quantique en cavité micro-ondes : On couple ici un atome de Rydberg (ie qui possède un électron extrêmement éloigné du noyau) avec le champ de la cavité. Les états atomiques et du champ jouent le rôle de qubits intriqués. Ces expériences ont été réalisées par les groupes de Haroche à l ENS et de Walter à Munich. Electrodynamique quantique en cavité optique : Un qubit est codé sur deux niveaux stables d un atome. Plusieurs atomes sont placés dans une cavité optique et sont couplés entre eux via le champ électromagnétique qui régne dans la cavité. Une autre approche consiste à prendre deux cavités optiques et deux modes du champ des cavités joueront le rôle de qubit. On reviendra sur cet exemple à la fin. Résonnance-Magnétique-Nucléaire : Les qubits sont les états de spin nucléaire d atomes dans une molécule. Chaque spin a sa propre fréquence de résonnance et peut donc être manipulé individuellement par une impulsion radio-fréquence bien choisie. Ils sont très bien isolés du monde extérieur et ont donc un temps de cohérence long, ce qui en fait le meilleur système à l heure actuelle. Nanojonctions Josephson et Boîtes Quantiques : Une nanoélectrode supraconductrice connectée à un réservoir par une jonction Josephson constitue un système à deux niveaux.plus précisément, on considère les deux niveaux les plus bas du puits de potentiel effectif. En couplant plusieurs tels systèmes, on peut donc fabriquer des états intriqués. Ajoutons également l utilisation de boîtes quantiques pour la fabrication de qubits. Certaines de ces expériences dans le domaine de la Nanophysique sont montées à Grenoble. Nous comptons bien profiter, durant la thèse, de notre situation pour comprendre ces manips. On projette également de travailler avec Frank Hekking du LPMMC sur la fabrication de qubit grâce aux jonctions Josephson d un point de vue théorique. 15

18 4 Décohérence Cette théorie répond à des questions fondamentales de la Mécanique Quantique. Elle est pourtant très récente. C est W. Zurek et H.D. Zeh qui en sont les précurseurs à la fin des années 70. Avant cette théorie, on faisait une distinction nette entre les mondes quantique et classique : Ceci paraissait fort de Fig. 3 Frontière entre les mondes classique et quantique tabac. En effet quels critères nous permettent-ils de dire si un objet va suivre la mécanique classique ou quantique? La taille de l objet évidemment! Cependant il n y a pas de limite franche. En appliquant la théorie de la décohérence, on fait naturellement apparaitre, comme limite, la mécanique classique à partir de la mécanique quantique pour des objets macroscopiques. Prenons l exemple du pauvre chat de Schrödinger (cf fig 4) qu on met toujours dans une superposition linéaire d états mort/vivant! La décohérence explique qu un tel état macroscopique a un temps de vie très très court. En pratique, la nature fait un choix. C est ce qu on appelle les règles de supersélection, qui expliquent l impossibilité d avoir un tel monstre de chat! Ouf! Plus généralement, la décohérence explique l évolution d un système généralement petit : S couplé à un environnement E ou B (cf fig 5). S peut par exemple représenter deux qubits intriqués et E, l environnement qui entoure ces qubits. On le modélise souvent par une collection d oscillateurs harmoniques, car les calculs sont rendus plus faciles. 4.1 Formalisme des Systèmes Ouverts : Commençons par décrire le formalisme de cette théorie. Nous allons considérer des états mixtes décrit par une matrice densité ρ. On ne peut comme en mécanique quantique "classique" se restreindre à l étude des fonctions d ondes car la dynamique des systèmes ouverts transforme des états purs en mélange statistique. L équation analogue à celle de Schrödinger est pour un système 16

19 Fig. 4 Chat de Scrödinger fermé : d ρ(t) = i[h(t), ρ(t)] Equation de Von-Neumann (64) dt On considère alors comme sur la figure 5 un système S couplé à son environnement B. S est un système ouvert car il peut y avoir des pertes dans l environ- Fig. 5 Système ouvert nement. Sa dynamique n est plus donnée par une équation de Von-Neumann. Il va falloir trouver un pendant. Soient H S, H B et H = H S H B les espaces de Hilbert du système, de l environnement et du système total. Ce dernier est supposé être un système fermé 17

20 dont la dynamique est donnée par le Hamiltonien : où H = H S I B + I S H B + H I (65) H S est le Hamiltonien libre du petit système H B est le Hamiltonien libre du bain I S et I B sont les opérateurs identités de S et de B H I est le Hamiltonien d interaction entre les deux sous-systèmes. Réécrivons l équation de Von-Neumann en chemin d interaction 7 : On l intègre : d dt ρ(t) = i[h I(t), ρ(t)] Equation de Von-Neumann (66) ρ(t) = ρ(0) i t On insère ce résultat dans l équation précédente : d dt ρ(t) = i[h I(t), ρ(0)] 0 t [H I (s), ρ(s)]ds (67) 0 [ HI (t), [H I (s), ρ(s)] ] ds (68) Ensuite la seule information que l on peut avoir sur le petit système est obtenue en prenant la trace partielle sur l environnement de la matrice densité totale : ρ S = T r B ρ (69) Pour connaître l évolution de ρ S, on prend la trace partielle sur l environnement de l équation (68) : car on fait : d dt ρ S(t) = t 0 dst r B [ HI (t), [H I (s), ρ(s)] ] (70) Hypothèse 1 : T r B [H I (t), ρ(0)] = 0 Cette hypothèse n est pas très restrictive car à l instant initial, on peut imaginer le système découplé de son environnement, ρ(0) = ρ S (0) ρ B (0). Puis, l hamiltonien d interaction fait souvent intervenir des termes linéaires propres à l environnement qui donnent donc une contribution nulle quand on prend la moyenne sur l environnement. Par exemple, on peut avoir la moyenne d un opérateur annihilation < a B > ρb (0). Revenons à notre équation (70). Le problème, c est qu il reste ρ et non ρ S dans la membre de droite. Pour y palier on va supposer : 7 on a ôté l indice I sur la matrice densité pour alléger la notation 18

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet.

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet. : Espoirs et menaces Matthieu Amiguet 2005 2006 Objectifs 2 Obtenir une compréhension de base des principes régissant le calcul quantique et la cryptographie quantique Comprendre les implications sur la

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

Les défis de l ordinateur quantique

Les défis de l ordinateur quantique Les défis de l ordinateur quantique Frédéric Magniez http://www.lri.fr/quantum Vers la nanotechnologie 2 Fin de la loi de Moore? "No exponential is forever. Your job is to delay forever.", Andrew Gordon

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

1 Formalisme de la Mécanique Quantique

1 Formalisme de la Mécanique Quantique Théorie Spectrale et Mécanique Quantique Christian Gérard Département de Mathématiques, Bât. 425 UMR 8628 du CNRS Université de Paris-Sud F-91405 Orsay Cédex FRANCE email : Christian.Gerard@math.u-psud.fr

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés Master de Physique 1ère année Mécanique Quantique Travaux Dirigés 1 Master de Physique 1ère année - Mécanique Quantique TD 1: Systèmes quantiques de dimension finie Exercice 11- Atome à 2 niveaux dans

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Andrei A. Pomeransky pour obtenir le grade de Docteur de l Université Paul Sabatier. Intrication et Imperfections dans le Calcul Quantique

Andrei A. Pomeransky pour obtenir le grade de Docteur de l Université Paul Sabatier. Intrication et Imperfections dans le Calcul Quantique THÈSE présentée par Andrei A. Pomeransky pour obtenir le grade de Docteur de l Université Paul Sabatier Intrication et Imperfections dans le Calcul Quantique Directeur de thèse : Dima L. Shepelyansky Co-directeur

Plus en détail

CALCUL SCIENTIFIQUE. 1 Erreur absolue et erreur relative 2. 2 Représentation des nombres sur ordinateur 3

CALCUL SCIENTIFIQUE. 1 Erreur absolue et erreur relative 2. 2 Représentation des nombres sur ordinateur 3 MTH1504 2011-2012 CALCUL SCIENTIFIQUE Table des matières 1 Erreur absolue et erreur relative 2 2 Représentation des nombres sur ordinateur 3 3 Arithmétique flottante 4 3.1 Absorption........................................

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Calculateur quantique: factorisation des entiers

Calculateur quantique: factorisation des entiers Calculateur quantique: factorisation des entiers Plan Introduction Difficulté de la factorisation des entiers Cryptographie et la factorisation Exemple RSA L'informatique quantique L'algorithme quantique

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Maths PCSI Cours Table des matières Equations différentielles 1 Généralités 2 1.1 Solution d une équation différentielle................................ 2 1.2 Problème de Cauchy.........................................

Plus en détail

NOTE SUR LA SPECTROSCOPIE INTERFERENTIELLE DES LAMPES HP ET BP DU MERCURE

NOTE SUR LA SPECTROSCOPIE INTERFERENTIELLE DES LAMPES HP ET BP DU MERCURE Préparation à l agrégation de Montrouge Note sur la spectroscopie interférentielle des lampes HP et BP du mercure Clément Sayrin clement.sayrin@ens.fr NOTE SUR LA SPECTROSCOPIE INTERFERENTIELLE DES LAMPES

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Exercices de simulation 1

Exercices de simulation 1 Licence MIA 2ème année Année universitaire 2009-2010 Simulation stochastique C. Léonard Exercices de simulation 1 Les simulations qui suivent sont à effectuer avec Scilab. Le générateur aléatoire de Scilab.

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques Cours de mathématiques Thomas Rey classe de première ES ii Table des matières 1 Les pourcentages 1 1.1 Variation en pourcentage............................... 1 1.1.1 Calcul d une variation............................

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Physique quantique et physique statistique

Physique quantique et physique statistique Physique quantique et physique statistique 7 blocs 11 blocs Manuel Joffre Jean-Philippe Bouchaud, Gilles Montambaux et Rémi Monasson nist.gov Crédits : J. Bobroff, F. Bouquet, J. Quilliam www.orolia.com

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009 Projets scilab L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 2 Avril 29 REMARQUE: quelques résultats importants concernant le théorème central limite et les intervalles de confiance sont rappelés dans la

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous

StatEnAction 2009/10/30 11:26 page 111 #127 CHAPITRE 10. Machines à sous StatEnAction 2009/0/30 :26 page #27 CHAPITRE 0 Machines à sous Résumé. On étudie un problème lié aux jeux de hasard. Il concerne les machines à sous et est appelé problème de prédiction de bandits à deux

Plus en détail

1 Sujets donnés en option scientifique

1 Sujets donnés en option scientifique Les sujets suivants, posés aux candidats des options scientifique, économique, technologique et littéraire BL constituent la première version d un échantillon des sujets proposés lors des épreuves orales

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar Jean-Louis Aimar Aucune frontière entre la Vie et la Mort 2 2 «Deux systèmes qui se retrouvent dans un état quantique ne forment plus qu un seul système.» 2 3 42 Le chat de Schrödinger L expérience du

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement

L oscillateur OSCILLATEUR HARMONIQUE. Chapitre 1. I. Introduction, définitions. I.1. Exemple. I.2. Caractérisation du mouvement Chapitre 1 OSCILLATEUR HARMONIQUE harmonique étudié dans ce chapitre est un oscillateur mécanique constitué d un ressort et d une masse. Cet exemple simple permettra L oscillateur d introduire le concept

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Chapitre 1 Introduction générale Ce chapitre est consacré à une présentation rapide des méthodes numériques qui sont étudiées en détail dans ce cours Nous y donnons une approche très simplifiée des quatre

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

SYSTEMES EXERCICES CORRIGES

SYSTEMES EXERCICES CORRIGES Exercice n. SYSTEMES EXERCICES CRRIGES Parmi les couples (8,), (,-,5), (,), (5,), lequel est solution du système Exercice n. x+ y = 7x y= 8 Résoudre par substitution : ) ) x 5y = x+ y= 6 x+ y = 6 5x y=

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique

Chapitre 16. Particules identiques en physique quantique Chapitre 16 Particules identiques en physique quantique Addition de N spins ½ Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] Que peut-on dire du spin total d un ensemble de

Plus en détail

Calcul Scientifique L2 Maths Notes de Cours

Calcul Scientifique L2 Maths Notes de Cours Calcul Scientifique L2 Maths Notes de Cours Le but de ce cours est d aborder le Calcul Scientifique, discipline arrivant en bout d une d une chaîne regroupant divers concepts tels que la modélisation et

Plus en détail

Factorisation des matrices creuses

Factorisation des matrices creuses Chapitre 5 Factorisation des matrices creuses 5.1 Matrices creuses La plupart des codes de simulation numérique en mécanique des fluides ou des structures et en électromagnétisme utilisent des discrétisations

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Introduction à l analyse des données. Analyse des Données (1) Exemple, ville et (in)sécurité. Exemple, ville et (in)sécurité

Introduction à l analyse des données. Analyse des Données (1) Exemple, ville et (in)sécurité. Exemple, ville et (in)sécurité Introduction à l analyse des données Analyse des Données () Le but de l analyse de données est de synthétiser, structurer l information contenue dans des données multidimensionnelles Deux groupes de méthodes

Plus en détail