Cryptographie quantique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cryptographie quantique"

Transcription

1 Une introduction élémentaire Dimitri Petritis UFR de mathématiques Université de Rennes 1 et CNRS (UMR 6625) Rennes, septembre décembre 2014

2 La position du problème Des pans entiers de l activité scientifique (et plus généralement humaine) reposent sur l extraction, le traitement, la transmission et la protection de l information. Aujourd hui : ces opérations sont automatisées, programmées et exécutées sur dispositifs electroniques fiables. Nous pouvons raisonner sur catégories mathématiques abstraites et circuits logiques des ordinateurs, sans nous soucier du substrat physique sur lequel s exécutent ces opérations. Car nous pouvons et pour quelque temps encore le faire! Mais nous devons de nouveau nous intéresser au substrat physique.

3 Plan du cours Fondements Brève histoire des sciences 1 Brève histoire des sciences. Physique : 1900, > Informatique : de la machine de Babbage à Xeon E Postulats de la mécanique classique. Modèle statistique. Réductibilité de l aléa classique ; insuffisance de la description classique. 3 Postulats de la mécanique quantique. Illustration par modèle simple. Le rôle de l espace de Hilbert. 4 Quelques notions hilbertiennes. Classes d opérateurs ; théorème spectral. Produit tensoriel ; trace partielle ; intrication ; marginales quantiques. Irréductibilité de l aléa quantique. Opérateurs complètement positifs ; PVP et mesures franches ; PVOP et mesures floues.

4 Plan du cours Applications Brève histoire des sciences 5 Principes de cryptographie quantique. Étude détaillé du protocole BB84. Analyse des effets d intrusion ; gain d information / perturbation. Autres protocoles. 6 Communication quantique. Téléportation ; codage dense. Codes correcteurs d erreur quantiques. 7 Calcul quantique. Portes quantiques et calcul réversible. Algorithme quantique de Shor pour la factorisation en premiers. Algorithmes quantiques pour des courbes elliptiques.

5 De la physique ou de la vérité expérimentale Brève histoire des sciences La physique est une science expérimentale Expérience Phénoménologie Théorie Modèle

6 Illustration du cycle incessant de la physique Exemple : Un piston contenant un gaz parfait, quasiment isolé du reste du monde. Préparation précise du système : état. L expérience : Interaction avec appareils de mesure manomètre (mesure l observable p), thermomètre (mesure l observable T ), règle (mesure l observable V ), introduisant une perturbation négligeable sur l état. La phénoménologie : pv /T = const (loi de Boyle-Mariotte). Le modèle (après beaucoup d autres expériences) : la thermodynamique des gaz parfaits. La théorie (explication microscopique) : théorie cinétique de gaz. (Théorie plus complète : physique statistique.) Tableau 1: Mécanique classique, électromagnetisme.

7 Premiers enseignements de la nature expérimentale de la Physique Théories physiques ont temps de vie fini ; acceptées tant que non contredites par expérience. Vérité physique basée sur expérience : préparation du système dans un état σ S précis, interaction du système avec appareil de mesure, enregistrement des résultats de mesure d une observable O O. Conséquences de la nature expérimentale de la Physique erreurs statistiques mais réproductibilité statistique, perturbation induite par appareil de mesure peut devenir négligible, Expérience : modèle statistique (S, O) S O (σ, O) P σ,o M 1(O, O). Physique doit être universelle. Dans quête d universalité, la Physique a un allié : les Mathématiques.

8 Physique, Mathématiques, Physique Mathématique Histoire d une osmose Physique utilise Mathématiques pour formuler concepts et faire prédictions quantitatives. Mathématiques développent nouveaux outils inspirés par problèmes physiques. Physique mathématiqie est Physique : affirmations doivent être corroborées expérimentalement, Mathématiques : affirmations doivent être obtenues comme théorèmes découlant d un petit nombre d axiomes (postulats). Tableau 2: Exemples.

9 Fausses certitudes et une bonne dose d arrogance Fin du 19e siècle : «Physique terminée en tant que science fondamentale» ; quelques problèmes mineurs à résoudre. Jeunes conseillés ne pas perdre temps avec Physique mais s orienter vers... finance ou technologie. Mais attendons une minute! CM locale x = g x ; t = t g O(3) complète x = x + a ; t = t + s groupe de Galilée EM locale (t, x ) = g (t, x) g O(1, 3) complète (t, x ) = (t, x) + (s, a) groupe de Poincaré Pourquoi 2 groupes d invariance différents?

10 Début du 20e siècle Tout s écroule 1 Le... petit problème : équations de Maxwell. E = ρ ɛ 0 ; E = B t B = 0 ; B = µ 0(J + ɛ 0 E t ) Dans le vide : ρ = 0 ; J = 0 ; c 2 = ɛ 0µ 0. 0 E = Re(a exp(2πi(z ct)/λ)); B = a E; a cos α 1 sin αa. 0 (Figure de A. Childs, Introduction to quantum mechanics)

11 Début du 20e siècle Tout s écroule 2 Expérience de Michelson-Moreley (1887, ) : L éther n existe pas! Becquerel (1896) découvre radioactivité : la matière n est pas stable! Boltzmann, Thomson, Einstein, Perrin ( ) établissent existence de atomes : la matière n est pas continue!

12 Début du 20e siècle Tout s écroule 3 Figure: Théorie classique (Rayleigh) de rayonnement du corps noir en désaccord avec obervation expérimentale (source de la figure : wikipedia). Figure. Théorie classique n explique pas phénomène photoélectrique, découvert par Becquerel (1837) (source de la figure : wikipedia).

13 Début du 20e siècle La révolution Planck (1900) propose explication phénoménologique audacieuse du rayonnement du corps noir : les niveaux d énergie sont discrets. Einstein (1905) introduit relativité restreinte : unification de mécanique classique et électromagnétisme. Deux principes simples : Vitesse de la lumière c constante universelle, la même dans tous référentiels. Lois de Physique invariantes dans tous référentiels inertiels. Conséquences : pas besoin d éther mais espace et temps non absolus! Bohr, Heisenberg, Pauli, Dirac, Schrödinger, von Neumann ( ) considèrent l idée de Planck sérieusement et introduisent Mécanique : l énergie n est pas continue mais «quantifiée».

14 Une théorie physique générale doit décrire tout phénomène dans l univers Unités de mesure introduites lors de la Révolution pour que les grandeurs de tous les jours aient de valeurs numériques raisonnables, typiquement Longueur l : m (rayon du proton) m (rayon de l univers). Masse m : kg (masse de l électron) kg (masse de l univers). Temps t : s (temps de traversée du noyau atomique) s (âge de l univers).

15 Théorie quantique des champs Deux constantes physiques : constante de Planck = Js, vitesse de la lumière dans le vide c = m/s. Relativité restreinte 0 Théorie quantique des champs c 0 c Mécanique quantique Mécanique classique

16 Peut-on ignorer phénomènes quantiques? NON!

17 Peut-on exploiter Mécanique quantique? Oui déjà Yes, we can! 1/3 de l économie mondiale repose sur des applications découlant de phénomènes quantiques. Exemples : Semiconducteurs : toute la technologie informatique. Laser : CD, DVD, communications par fibre optique, chirurgie, metallurgie,... Supraconductivité : champs magnétiques in tenses, effet Meissner effect et lévitation magnetique,... Effet tunnel : microscope à effete de champs, applications en nanotechnologie, fullerenes,... Cryptographie et communications quantiques : distribution de la clé de manière inviolable, téléportation d états quantiques, codage superdense,...

18 Nature probabiliste Reproductibilité statistique des expériences : plusieurs répétitions fluctuations aléatoires de plus en plus petites. Il existe large classe de phénomènes (ex. mouvement celeste) où fluctuations aléatoires négligeables. Description déterministe de la physique des 18e et 19e siècles. Illusion d universalité. Il existe large classe de phénomènes (ex. pile ou face) où fluctuations aléatoires importantes. Description déterministe du mouvement mais condition initiale aléatoire. Il existe large classe de phénomènes (ex. comportement de petites particules atomiques ou subatomiques) où fluctuations aléatoires importantes. Description intrinsèquement stochastique, irréductible à l approche classique.

19 Nature probabiliste Irréductibilité de l aléa quantique L aléa classique est réductible! Figure: From : Diaconis, Holmes, Montgomery, Dynamical bias in the coin toss, SIAM Review L aléa quantique est irréductible!

20 Pourquoi l informatique pose problème? Des pans entiers de l activité scientifique (et plus généralement humaine) reposent sur l extraction, le traitement, la transmission et la protection de l information. Des nos jours : ces étapes basées sur des programmes informatiques exécutés par dispositifs électroniques fiables. On peut raisonner sur catégories mathématiques abstraites sans se soucier du dispositif physique réalisant les circuits logiques de l ordinateur. Car on peut maintenant et pour quelque temps encore se le permettre!

21 La pré-histoire Avant la... révolution ( 1946) Charles Babbage (Londres 1791 Londres 1871) inventa la machine à calculer et imprimer les valeurs des polynômes ; fonctionna avec des cartes perforées sur le modèle des métiers à tisser de Joseph Marie Jacquard. Figure: Charles Babbage et... sa source d inspiration : le métier à tisser de Jacquard.

22 La pré-histoire La machine analytique de Babbage Figure: La machine analytique construite par Babbage et les cartes perforées nécessaires pour sa programmation.

23 Brève histoire des sciences La pré-histoire La programmation de la machine de Babbage Augusta Ada King, comtesse de Lovelace, née Ada Byron (Londres 1815 Londres 1852) rédige méthode de calcul des nombres de Bernoulli (Bn ) m n X 1 X k Cm+1 Bk nm+1 k. Sm (n) = km = m+1 k=1 k=0 Premier algorithme conçu pour être exécuté sur machine (de Babbage).

24 La pré-histoire Les travaux de Turing Brève histoire des sciences Alan Mathison Turing (Londres 1912 Cheshire 1954), mathématicien, logicien, cryptanalyste et informaticien (avant l heure!) qui cassa le code de cryptage Enigma utilisé par les sous-marins allemands pendant la guerre à l aide de la machine «bombe». Figure: Alan Turing et une d environ 200 répliques de la «bombe».

25 La proto-histoire ( 1946) Les travaux de von Neumann Margittai Neumann János Lajos Budapest 1903 John von Neumann Princeton 1954, mathématicien et physicien avec des contributions essentielles en mécanique quantique, analyse fonctionnelle, théorie des ensembles, informatique, sciences économiques ainsi que dans beaucoup d autres domaines des mathématiques et de la physique. Il a participé aux programmes militaires américains. Figure: John von Neumann et un schéma de l architecture qui porte son nom.

26 La proto-histoire ( 1946) Il fut un temps où l on devait se soucier du substrat physique! 1946 : Electronic numerical integrator and computer (ENIAC) premier ordinateur universel construit par l ingénieur John Adam Presper Eckert Jr. (Philadelphia, PA, 1919 Bryn Mawr, PA, 1995) et le physicien John William Mauchly (Cincinatti, OH, 1907 Ambler, PA, 1980) tubes cathodiques masse 30 tonnes 72m 2 d emprise au sol puissance électrique 140kW fréquence d horloge 100kHz (330 multiplications par seconde).

27 1946 : ENIAC Un aperçu de la salle machine Figure: La salle machine de l ENIAC.

28 1946 : ENIAC Son pouponnage Brève histoire des sciences Figure: Un technicien en train de changer un des tubes de l ENIAC.

29 1946 : ENIAC Sa programmation Brève histoire des sciences Figure: Deux opératrices en train de... programmer l ENIAC.

30 1946 : ENIAC Sa programmation est maintenant finie... Figure: Ça y est, la programmation est maintenant finie!

31 L histoire 1947 Brève histoire des sciences Décembre 1947 : Invention du transistor par les physiciens William Bradford Shockley (Londres 1910 Palo Alto, CA 1989), Walter Houser Brattain (Amoy, Chine, 1902 Seattle, WA, 1987) et John Bardeen (Madison, WI, 1908 Boston, MA, 1991) dans les laboratoires de Bell Telephone. Figure: Bardeen, Brattain et Shockley et un accident de laboratoire qui ne tardera à être utilisé en informatique : le transistor!

32 L histoire Brève histoire des sciences Janvier 1948 : Wallace Eckert de chez IBM et son équipe terminent le SSEC (Selective Sequence Electronic Calculator). Juin 1948 : NewMan, Williams et leur équipe de l université de Manchester terminent une machine prototype appelée Manchester Mark I. Août 1949 : P. Eckert et J. Mauchly, ayant formé leur propre compagnie, mettent au point le premier ordinateur bi-processeur : le BINAC pour l US Navy. Les deux processeurs effectuaient les mêmes opérations en parallèle pour augmenter la fiabilité des calculs : Le calculateur de Konrad Zuse, le Z4 fabriqué pendant la guerre, est finalement remonté à l école polytechnique de Zurich puis modifié pour pouvoir réaliser des sauts et branchements conditionnels.

33 L histoire Brève histoire des sciences 1950 : Assembleur, inventé par Maurice V. Wilkes de l université de Cambridge, remplace le binaire. Janvier 1951 : Création du premier ordinateur soviétique MESM sous la direction de Sergei Alexeevich Lebedev à l académie des Sciences d Ukraine : Mise au point du tambour de masse magnétique ERA Première mémoire de masse de 1 Mbit : P. Eckert et J. Mauchly lancent l UNIVAC I (UNIversal Automatic Computer). Premier ordinateur commercial (750000$ de soit $ de 2010 pour l ordinateur et $ de $ de 2010 pour l imprimante rapide) additions ou 555 multiplications par seconde. 56 exemplaires vendus : IBM produit l IBM 701 pour la défense américaine (19 exemplaires produits). Mémoire à tubes cathodiques de 2048 ou 4096 mots de 36 bits et additions ou 2200 multiplications par seconde. La première machine sera installée à Los Alamos pour le projet de bombe thermo-nucléaire US.

34 L histoire Brève histoire des sciences 1952 : Le premier ordinateur français, le CUBA (Calculateur Universel Binaire de l Armement), est construit par la société SEA. Juillet 1953 : IBM premier ordinateur commercial en série : l IBM 650, conçu pour être compatible avec les machines de comptabilité mécanique à cartes perforées de la marque : Premier réseau informatique à but commercial : SABRE (Semi Automated Business Related Environment) réalisé par IBM, relie 1200 téléscripteurs à travers les États-Unis pour la réservation des vols de la compagnie American Airlines : IBM 704 développé par Gene Amdahl. Première machine commerciale disposant d un coprocesseur mathématique. Puissance : 5 kflops (milliers d opérations en virgule flottante par seconde). Machine très... fiable ne tombant en panne qu une fois par... semaine.

35 La première révolution : l ère du transistor et la deuxième génération 1956 : Premier ordinateur à transistors par la Bell : le TRADIC qui amorce la seconde génération d ordinateurs : Lancement du premier ordinateur commercial entièrement transistorisé, le CDC 1604, développé par Seymour Cray : Démonstration du premier circuit intégré crée par Texas Instruments : Le projet MAC (Multi Access Computer) du MIT dirigé par John Mc Carthy. But : permettre à plusieurs personnes de travailler sur un même ordinateur : Première puce mémoire créée par Intel et contenant l équivalent de 1024 tores de ferrite très encombrants sur un carré de 0.5mm de côté (capacité : 1kBit soit 128 octets).

36 La deuxième révolution 1971-aujourd hui : l ère du microprocesseur et la troisième génération Novembre 1971 : Intel met en vente le premier microprocesseur Intel 4004 conçu par Marcian Hoff. Processeur 4 bits tournant à 108 KHz, Permet d adresser 640 octets de mémoire, instructions par seconde, 2300 transistors en technologie 10 microns, Prix : 200 $.

37 Que nous apprend l histoire? Projection sur l avenir (nombre de transistors) Figure: Gordon Earl Moore (San Francisco, CA, 1929 ), l officier de la marine qui proposa «la loi de Moore» (illustrée au milieu) et un des derniers microprocesseurs (Intel Core I7 Nehalem (2008), d une surface de 263mm 2 ).

38 Que nous apprend l histoire? Un petit intermède de cristallographie Silicium (Si) = solide se cristallisant selon le mode «diamant». Répétition périodique d un cube de a = nm de côté. Distance interatomique 3 4 a = nm.

39 Que nous apprend l histoire? Projection sur l avenir (épaisseur du trait) Nombre de Finesse de Largeur transistors gravure (nm) Date Nom Fréquence de l'horloge des données MIPS 0,06 Intel khz bits/4 bits bus bits/8 bits bus 0,64 Intel MHz bits/8 bits bus 0,33 Intel MHz bits/16 bits bus 1 Intel à 16 MHz (20 MHz chez AMD) bits/32 bits bus 5 Intel à 40 MHz bits/32 bits bus 20 Intel à 100 MHz à bits/64 bits bus 100 Pentium (Intel P5) à 233 MHz à bits/64 bits bus 300 Pentium II à 450 MHz à bits/64 bits bus 510 Pentium III à MHz à bits/64 bits bus 1700 Pentium ,3 à 3,8 GHz à bits/64 bits bus à 3,6 GHz Pentium 4 D (Prescott) 2006 Core 2 Duo (Conroe) bits/64 bits bus ,4 GHz (E6600) Core 2 Quad (Kentsfield) 3 GHz (Q6850) * bits/64 bits bus 2* (?) bits/64 bits bus ~ Core 2 Duo (Wolfdale) 3,33 GHz (E8600) Core 2 Quad (Yorkfield) 2* ,2 GHz (QX9770) ~2* bits/64 bits bus Intel Core i7 (Bloomfield) ,33 GHz (Core i7 975X)? bits/64 bits bus 2009 Intel Core i5/i7 (Lynnfield) bits/64 bits bus GHz (I7 880) 2010 Intel Core i7 (Gulftown) bits/64 bits bus ,47 GHz (Core i7 990X) (Sandy Bridge) 2012 Intel Core i3/i5/i7 (Ivy Bridge) 22 Pour mémoire : épaisseur d un cheveu humain 100µm, 0.032µm = 32nm ( Core i3 Clarckdale), 0.022µm = 22nm ( Xeon E Ivy Bridge), 0.016µm = 16nm (prévu pour source Intel), 0.011µm = 11nm (prévu pour source Intel). distance interatomique du silicium 235.2pm nm.

40 La fin des certitudes ( ) L ère du microprocesseur (3e génération d ordinateurs), par sa fiabilité accrue, nous a fait oublier le dispositif physique qui sous-tend le dispositif logique. Développement exponentiel nous mène inéluctablement vers 4e génération d ordinateurs (quantiques), où l on doit recommencer à se soucier du dispositif physique sous-jacent, changer de référentiel mental car physique quantique ne suit pas l intuition classique.

41 Factorisation de grands entiers avec seulement deux facteurs premiers p et q grands premiers, N = pq, n = log N Débuts protocole RSA (1978), τ = O(exp(n)). Lenstra-Lenstra (1997), τ = O(exp(n 1/3 (log n) 2/3 )). Shor (1994), si ordinateur quantique existait τ = O(n 3 ). Estimation grossière : 1 opération par nanoseconde, n = 1000 O(exp(n)) O(exp(n 1/3 (log n) 2/3 )) O(n 3 ) yr yr 1 s 1. Pour mémoire : âge de l univers yr

42 Variables aléatoires I Espace mesurable abstrait (Ω, F). Espace mesurable concret (X, X ). V.a. à valeurs dans X application (F, X )-mesurable X : Ω X. Mesure de probabilité P M 1(F). Remarque P n intervient pas directement dans définition de X. Induit cependant loi de X : X A P X (A) := P(X 1 (A)) = P({ω Ω : X (ω) A}). Remarque Important dans définition de X : espace concret X, pas espace abstrait Ω. X = {0, 1}, X = P(X), P X = 1 (δ0 + δ1). 2 Question primordiale : Comment joue-t-on au «pile ou face»?

43 Réponse du mathématicien D après Kolmogorov : il existe un espace probabilisé (Ω, F, P) et une variable aléatoire X : Ω X, tels que P({ω Ω : X (ω) = 0}) = 1/2. Il est même capable de vous donner des exemples explicites d espaces (Ω, F, P) et de variables X! On peut jouer au «pile ou face» mais comment joue-t-on vraiment?

44 Réponse de l informaticien On appelle indéfiniment générateur de nombres aléatoires (U n ) (uniformément distribués sur [0, 1]). On construit la suite { 0 si Un < 1/2 X n = 1 si U n 1/2. (X n ) est une suite i.i.d. de «pile ou face» honnêtes. Exemple d un «bon» générateur de nombre aléatoires : Choisir entier N 0 arbitraire entre 1 et m, où m = Construire, pour n 0, récurrence N n+1 = 16807N n mod m. Retourner U n = N n/m. (U n) est la suite des uniformes sur [0, 1] de l informaticien. Mais comment joue-t-on vraiment au «pile ou face»?

45 Réponse du physicien (classique) I Pièce de monnaie = corps solide suit équations de Newton. Sol approximativement plastique pièce s immobilise. Ω = (R 2 R + R 3 R 3 S 2 ) muni de sa tribu borélienne B(Ω). Pièce lancée avec condition initiale distribuée selon P à «petit support», suit flot newtonien. T = inf{t > 0 : Z t = 0, V t = 0, M t = 0}. X = { 0 si NT e si N T e 3 > 0. Donc aléa classique = réductible.

46 Réponse du physicien (classique) II [Diaconis, Holmes, Montgomery, Dynamical bias in the coin toss, SIAM Review 2007.]

47 Réponse du physicien (classique) III Detail de la stratification de l espace des phases pour le lancer d une pièce. Mais comment joue-t-on vraiment au «pile ou face»?

48 Réponse de Kolmogorov Définition B = {0, 1}, B = n N B n, T machines de Turing, K : T B leur codage en binaire. Complexité de Kolmogorov de β B : C(β) := inf{ K(t)α : t T, t sur entrée α s arrête donnant β}. Suite β est dite aléatoire, si C(β) = O( β ). Corollaire Il n existe ni d algorithme informatique ni de système physique (classique) fini permettant de jouer au «pile ou face». Réductibilité de l aléa classique.

49 Rappel sur noyaux stochastiques I Définition (Ω, F) et (X, X ) espaces mesurables. Application K : Ω X [0, 1] est un noyau stochastique de (Ω, F) dans (X, X ) si ω Ω, K(ω, ) probabilité sur X et A X, K(, A) fonction mesurable.

50 Rappel sur noyaux stochastiques II K(ω, ) probabilité ; définit foncteur contravariant bx f Kf bf par Z Kf (ω) := K(ω, dx)f (x). K(, A) fonction mesurable (bornée) ; définit foncteur covariant M 1(F) µ µk M 1(X ) par Z µk(a) := µ(dω)k(ω, A). X Ω bf x b? b(k):=k bx x??b (Ω, F) K (X, X ) M 1??y??y M 1 M 1(F) M 1 (K):=K M 1(X ).

51 Modèle statistique 1 comme description mathématique d une expérience Postulat (États et observables) États : S. Préparation du système. Observables : O. X O, X := X X espace de valeurs considéré fini. Règle de décision. Expérience : S O (µ, X ) ν µ X M 1(X). Information expérimentale de nature probabiliste. Réproductibilité statistique : ν µ X fréquentielle. accessible par répétition et stabilité

52 Modèle statistique 2 comme description mathématique d une expérience Postulat (Mélange) µ 1, µ 2 S, p [0, 1] : µ = pµ 1 + (1 p)µ 2 S. S fermé par mélange convexe.

53 Inégalités de Bell Brève histoire des sciences Si variables cachées théorie de Kolmogorov valide. Proposition (Inégalité de Bell à quatre variables) X 1, X 2, Y 1, Y 2 quadruplet arbitraire de v.a. à valeurs dans {0, 1}. Alors P(X 1 = Y 1 ) P(X 1 = Y 2 ) + P(X 2 = Y 2 ) + P(X 2 = Y 1 ). Démonstration. Les v.a. étant à valeurs dans {0, 1}, suffisant de vérifier sur les 16 réalisations possibles du quadruplet (X 1 (ω), X 2 (ω), Y 1 (ω), Y 2 (ω)) que {X 1 = Y 1 } {[X 1 = Y 2 ] [X 2 = Y 2 ] [X 2 = Y 1 ]}.

54 L expérience d Orsay [Aspect, Dalibard, Roger. Experimental test of Bell s inequalities using time-varying analyzers, Phys. Rev. Lett., 49 : (1982).] α i β j PM1 Ca PM2 Détection des coïncidences Expérience admet explication quantique mais pas classique. Établit impossibilité de description classique de l aléa quantique sans violation de localité.

55 Réfutation expérimentale de l hypothèse de variables cachées X α := 1 {photon gauche traverse si polariseur orienté α}. Y β := 1 {photon droit traverse si polariseur orienté β}. Fait expérimental : P(X α = Y β ) = sin 2 (α β). Inégalités de Bell : P(X α1 = Y β1 ) P(X α1 = Y β2 ) + P(X α2 = Y β1 ) + P(X α2 = Y β2 ). En choisissant α 1 = 0, α 2 = π/3, β 1 = π/2 et β 2 = π/6 : sin 2 (π/2) sin 2 ( π/6) + sin 2 ( π/6) + sin 2 (π/6); autrement dit 1 1/4 + 1/4 + 1/4.

Histoire de l Informatique

Histoire de l Informatique Histoire de l Informatique Abdelaaziz EL HIBAOUI Université Abdelelmalek Essaadi Faculté des Sciences de-tétouan hibaoui.ens@gmail.com 14 Feb 2015 A. EL HIBAOUI (FS-Tétouan) Architecture des ordinateurs

Plus en détail

Histoire d ordinateur

Histoire d ordinateur Histoire d ordinateur LES GRANDES DATES LES Inventeurs LES Inventions LES PROGRES APPORTES L EVOLUTION DES PRINCIPES TECHNIQUES Date : 1944 Inventeur : Howard Aiken Invention : ordinateur programmable

Plus en détail

Histoire de l'informatique CHAPITRE : 01. I. Premiers outils : II. Premiers calculateurs mécaniques :

Histoire de l'informatique CHAPITRE : 01. I. Premiers outils : II. Premiers calculateurs mécaniques : CHAPITRE : 01 Histoire de l'informatique Quand on parle d'informatique on pense souvent ordinateur. Pourtant, l'informatique existe depuis plus longtemps. Il s'agit avant tout de méthode technique pour

Plus en détail

Les défis de l ordinateur quantique

Les défis de l ordinateur quantique Les défis de l ordinateur quantique Frédéric Magniez http://www.lri.fr/quantum Vers la nanotechnologie 2 Fin de la loi de Moore? "No exponential is forever. Your job is to delay forever.", Andrew Gordon

Plus en détail

I.1- DÉFINITIONS ET NOTIONS DE BASE

I.1- DÉFINITIONS ET NOTIONS DE BASE I.1- DÉFINITIONS ET NOTIONS DE BASE Informatique Information Automatique Logiciels (Software) Matériels (Hardware) Définition de l information : On appelle une information tout ce qui est transmissible

Plus en détail

Tout savoir sur le matériel informatique

Tout savoir sur le matériel informatique Tout savoir sur le matériel informatique Thème de l exposé : Les Processeurs Date : 05 Novembre 2010 Orateurs : Hugo VIAL-JAIME Jérémy RAMBAUD Sommaire : 1. Introduction... 3 2. Historique... 4 3. Relation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Informatique et Société : une brève histoire

Informatique et Société : une brève histoire Informatique et Société : une brève histoire Igor Stéphan UFR Sciences Angers 2012-2013 Igor Stéphan UEL29 1/ 24 Informatique et Société : une brève histoire 1 Les conditions de l émergence 2 3 4 5 Igor

Plus en détail

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet.

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet. : Espoirs et menaces Matthieu Amiguet 2005 2006 Objectifs 2 Obtenir une compréhension de base des principes régissant le calcul quantique et la cryptographie quantique Comprendre les implications sur la

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Informatique pour tous

Informatique pour tous Informatique pour tous Architecture des ordinateurs - I Yannick Le Bras - MPSI Septembre 2013 Modalités du cours Section 1 Modalités du cours Modalités du cours Organisation semaine A : 2h de TP semaine

Plus en détail

Première approche. Définition. Définition de l informatique donnée par l Académie Française en 1966 :

Première approche. Définition. Définition de l informatique donnée par l Académie Française en 1966 : Première approche Définition Définition de l informatique donnée par l Académie Française en 1966 : L informatique est la science du traitement rationnel, notamment par machines automatiques, de l information

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 1: Introduction Contenu du cours Introduction aux circuits intégrés Dispositifs CMOS, processus de fabrication. Inverseurs CMOS et portes logiques. Délai de propagation,

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Histoire des ordinateurs

Histoire des ordinateurs Histoire des ordinateurs I- Représentation de l information et de la communication I-1 Schéma de base de la communication Une information est un fait, un événement susceptible d apporter de la connaissance.

Plus en détail

ARCHITECTURE MATÉRIELLE ET LOGICIELLE

ARCHITECTURE MATÉRIELLE ET LOGICIELLE L ordinateur en quelques étapes avec différentes technologies : Boules sur tiges Roues dentées - ressorts Carte perforée Electro-aimants Boulier Pascaline de... Métier à tisser Enigma chinois Blaise Pascal!

Plus en détail

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique Télécom ParisTech, 09 mai 2012 http://www.mathematiquesappliquees.polytechnique.edu/ accueil/programmes/cycle-polytechnicien/annee-1/

Plus en détail

Éléments de programmation et introduction à Java

Éléments de programmation et introduction à Java Éléments de programmation et introduction à Java Jean-Baptiste Vioix (jean-baptiste.vioix@iut-dijon.u-bourgogne.fr) IUT de Dijon-Auxerre - LE2I http://jb.vioix.free.fr 1-20 Les différents langages informatiques

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Table des matières 1 CODES BINAIRES ET PORTES SIMPLES 1 2 TABLE DE VÉRITÉ ET ALGÈBRE DE BOOLE 45

Table des matières 1 CODES BINAIRES ET PORTES SIMPLES 1 2 TABLE DE VÉRITÉ ET ALGÈBRE DE BOOLE 45 Table des matières PRÉFACE iii 1 CODES BINAIRES ET PORTES SIMPLES 1 Cent cinquante ans d histoire 1 1.1 Introduction 4 1.2 Du continu au discret 5 1.3 Pourquoi numériser? 7 1.4 Avantages de deux états

Plus en détail

TO4T Technologie des ordinateurs. Séance 1 Introduction aux technologies des ordinateurs

TO4T Technologie des ordinateurs. Séance 1 Introduction aux technologies des ordinateurs TO4T Technologie des ordinateurs Séance 1 Introduction aux technologies des ordinateurs Sébastien Combéfis mardi 27 janvier 2015 Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative

Plus en détail

Notes de cours de Probabilités Appliquées. Olivier François

Notes de cours de Probabilités Appliquées. Olivier François Notes de cours de Probabilités Appliquées Olivier François 2 Table des matières 1 Axiomes des probabilités 7 1.1 Introduction................................. 7 1.2 Définitions et notions élémentaires.....................

Plus en détail

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION 3.1 Un historique 3.2 Une vue générale 3.3 Les principaux aspects Info S4 ch3 1 3.1 Un historique Quatre générations. Préhistoire 1944 1950 ENIAC (1944) militaire : 20000 tubes,

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Informatique UE 102. Jean-Yves Antoine. Architecture des ordinateurs et Algorithmique de base. UFR Sciences et Techniques Licence S&T 1ère année

Informatique UE 102. Jean-Yves Antoine. Architecture des ordinateurs et Algorithmique de base. UFR Sciences et Techniques Licence S&T 1ère année UFR Sciences et Techniques Licence S&T 1ère année Informatique UE 102 Architecture des ordinateurs et Algorithmique de base Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

Informatique Générale

Informatique Générale Informatique Générale Guillaume Hutzler Laboratoire IBISC (Informatique Biologie Intégrative et Systèmes Complexes) guillaume.hutzler@ibisc.univ-evry.fr Cours Dokeos 625 http://www.ens.univ-evry.fr/modx/dokeos.html

Plus en détail

Puissance et étrangeté de la physique quantique

Puissance et étrangeté de la physique quantique Puissance et étrangeté de la physique quantique S.Haroche, Collège de France et ENS La théorie quantique nous a ouvert au XX ème siècle le monde microscopique des particules et des atomes..et nous a ainsi

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Premiers outils. Premiers calculateurs mécaniques HISTOIRE DE L'INFORMATIQUE

Premiers outils. Premiers calculateurs mécaniques HISTOIRE DE L'INFORMATIQUE Quand on parle d informatique on pense souvent ordinateur. Pourtant, l informatique existe depuis plus longtemps. Il s agit avant tout de méthode technique pour améliorer le calcul. Ensuite sont apparues

Plus en détail

LE MONDE QUANTIQUE. Michel Le Bellac. Extrait de la publication

LE MONDE QUANTIQUE. Michel Le Bellac. Extrait de la publication LE MONDE QUANTIQUE Michel Le Bellac Préface d Alain Aspect Collection «Une Introduction à» dirigée par Michèle Leduc et Michel Le Bellac Le monde quantique Michel Le Bellac Préface d Alain Aspect 17, avenue

Plus en détail

Architecture des Ordinateurs IFIP - Cycle Apprentissage. Cécile Germain-Renaud

Architecture des Ordinateurs IFIP - Cycle Apprentissage. Cécile Germain-Renaud Architecture des Ordinateurs IFIP - Cycle Apprentissage Cécile Germain-Renaud 2 Chapitre 1 Introduction 1.1 Le modèle de Von Neumann L ordinateur est une machine électronique, qui traite l information

Plus en détail

Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours

Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours Philippe Le Parc Mail : leparc@univ-brest.fr Bureau : LC101 Tel : (029801) 6960 Fiche UE (part.1) 2 Plan et planning Début des cours magistraux

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique Principes et Généralités Enseignant : Walid KADRI walidk.04@hotmail.com Département de "LMD Droit" Faculté de Sciences Politiques et de Droit Université d ORAN Année Universitaire

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

Un survol en image de l avènement de l ordinateur, ainsi que des informations sur son fonctionnement.

Un survol en image de l avènement de l ordinateur, ainsi que des informations sur son fonctionnement. .ordinateur .ordinateur Un survol en image de l avènement de l ordinateur, ainsi que des informations sur son fonctionnement. Erg (École de Recherche Graphique) - Bruxelles. Arts numériques 1e, 2e, 3e

Plus en détail

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce)

Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Technologies SOC (System On Chip) (Système sur une seule puce) Pierre LERAY et Jacques WEISS Équipe de recherche ETSN Supélec Campus de Rennes février, 02 Technologies SoC ; P. Leray, J. Weiss 1 Évolution

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Méthodes Numériques Dynamique moléculaire Licence L3 Physique UNS Thomas Frisch, Franck Celestini

Méthodes Numériques Dynamique moléculaire Licence L3 Physique UNS Thomas Frisch, Franck Celestini Méthodes Numériques Dynamique moléculaire Licence L3 Physique UNS Thomas Frisch, Franck Celestini 1) Introduction : Années 1950 : arrivée des ordinateurs Possibilité de simuler les équations de Newton

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

1. La sauvegarde des données

1. La sauvegarde des données 1. La sauvegarde des données La sauvegarde des données Plan de la présentation: 1. Pourquoi sauvegarder? 2. Les supports de sauvegarde 3. Comment sauvegarder. 1. Pourquoi sauvegarder? Qu est-ce qu une

Plus en détail

Informatique. Licence Pluridisciplinaire. Pierre Gérard pierre.gerard@lip6.fr

Informatique. Licence Pluridisciplinaire. Pierre Gérard pierre.gerard@lip6.fr Informatique Licence Pluridisciplinaire Pierre Gérard pierre.gerard@lip6.fr 2 Chapitre 1 Histoire de l informatique 1.1 Automatiser les calculs L histoire des ordinateurs est étroitement liée aux découvertes

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement asymétrique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement asymétrique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Chiffrement asymétrique E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr I. CHIFFREMENT ASYMÉTRIQUE I.1. CHIFFREMENT À CLÉ PUBLIQUE Organisation de la section

Plus en détail

Systèmes et traitement parallèles

Systèmes et traitement parallèles Systèmes et traitement parallèles Mohsine Eleuldj Département Génie Informatique, EMI eleuldj@emi.ac.ma 1 Système et traitement parallèle Objectif Etude des architectures parallèles Programmation des applications

Plus en détail

Source : http://www.uihealthcare.com/news/wellandgood/issue1/lasersurgery.html

Source : http://www.uihealthcare.com/news/wellandgood/issue1/lasersurgery.html A ce jour, près de 35 000 patients ont été traités par hadronthérapie à travers le monde. Cette thérapie se révèle très efficace pour le traitement de tumeur localisée, de tumeur des bronches, de cancer

Plus en détail

Calculateur quantique: factorisation des entiers

Calculateur quantique: factorisation des entiers Calculateur quantique: factorisation des entiers Plan Introduction Difficulté de la factorisation des entiers Cryptographie et la factorisation Exemple RSA L'informatique quantique L'algorithme quantique

Plus en détail

Chimie et physique informatiques

Chimie et physique informatiques Chimie et physique informatiques 1 ère partie Information et ordinateurs 2 ème partie Programmation en Turbo Pascal 1 ère partie Information et ordinateurs Objectif de la 1 ère partie 1) Introduction 2)

Plus en détail

! Vous aurez pris connaissance de l'évolution. ! Vous comprendrez pourquoi on utilise le binaire en. ! Vous serez capable de construire un circuit

! Vous aurez pris connaissance de l'évolution. ! Vous comprendrez pourquoi on utilise le binaire en. ! Vous serez capable de construire un circuit Architecture élémentaire Un cours d architecture pour des informaticiens Samy Meftali Samy.meftali@lifl.fr Bureau 224. Bâtiment M3 extension Sans architecture pas d informatique Comprendre comment çà marche

Plus en détail

De la sphère de Poincaré aux bits quantiques :! le contrôle de la polarisation de la lumière!

De la sphère de Poincaré aux bits quantiques :! le contrôle de la polarisation de la lumière! De la sphère de Poincaré aux bits quantiques :! le contrôle de la polarisation de la lumière! 1. Description classique de la polarisation de la lumière!! Biréfringence, pouvoir rotatoire et sphère de Poincaré!

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

Etrangeté et paradoxe du monde quantique

Etrangeté et paradoxe du monde quantique Etrangeté et paradoxe du monde quantique Serge Haroche La physique quantique nous a donné les clés du monde microscopique des atomes et a conduit au développement de la technologie moderne qui a révolutionné

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Informatique Machines à calculer en théorie et en pratique

Informatique Machines à calculer en théorie et en pratique Licence Physique-Chimie Histoire des Sciences Informatique Machines à calculer en théorie et en pratique Notes de Cours 1 Introduction Étymologie En Allemagne (1957) le terme «Informatik» est créé par

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

HISTOIRE DE L INFORMATIQUE résumé

HISTOIRE DE L INFORMATIQUE résumé HISTOIRE DE L INFORMATIQUE résumé Le terme «computer» signifie littéralement «calculateur», mais en français on préfère utiliser le terme «ordinateur». Il désigne donc un appareil qui, avant tout sert

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

Puissance et étrangeté du quantique Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure (Paris)

Puissance et étrangeté du quantique Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure (Paris) Puissance et étrangeté du quantique Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure (Paris) La physique quantique nous a donné les clés du monde microscopique des atomes et a conduit au développement

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Sophie Guézo Alexandra Junay

Sophie Guézo Alexandra Junay Sophie Guézo Alexandra Junay sophie.guezo@univ-rennes1.fr alexandra.junay@univ-rennes1.fr Unité Mixte de Recherche (UMR) Université Rennes I et CNRS Physique moléculaire Matière molle Matériaux Nanosciences

Plus en détail

Physique quantique et physique statistique

Physique quantique et physique statistique Physique quantique et physique statistique 7 blocs 11 blocs Manuel Joffre Jean-Philippe Bouchaud, Gilles Montambaux et Rémi Monasson nist.gov Crédits : J. Bobroff, F. Bouquet, J. Quilliam www.orolia.com

Plus en détail

Les cartes à puce. Sécurités et Attaques.

Les cartes à puce. Sécurités et Attaques. Programme Transversal SEFSI Projet Supports Amovibles Légers et Sécurisés Les cartes à puce. Sécurités et Attaques. Pierre Dusart dusart@unilim.fr et http:/damien.sauveron.free.fr/ 3 Mai 2005 Plan 1) La

Plus en détail

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes Mathématiques Quantiques Discrètes Didier Robert Facultés des Sciences et Techniques Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes email: v-nantes.fr Commençons par expliquer le titre.

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Cryptographie Quantique

Cryptographie Quantique Cryptographie Quantique Jean-Marc Merolla Chargé de Recherche CNRS Email: jean-marc.merolla@univ-fcomte.fr Département d Optique P.-M. Duffieux/UMR FEMTO-ST 6174 2009 1 Plan de la Présentation Introduction

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

Où sont-elles? Presque partout

Où sont-elles? Presque partout Les puces Vision historique Fabrication Les circuits numériques Les microprocesseurs Les cartes à puces Les puces d identification Controverses Questions Les puces Où sont-elles? Presque partout Où ne

Plus en détail

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ]

Les moments de force. Ci-contre, un schéma du submersible MIR où l on voit les bras articulés pour la récolte d échantillons [ 1 ] Les moments de force Les submersibles Mir peuvent plonger à 6 000 mètres, rester en immersion une vingtaine d heures et abriter 3 personnes (le pilote et deux observateurs), dans une sphère pressurisée

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

MODULE I1. Plan. Introduction. Introduction. Historique. Historique avant 1969. R&T 1ère année. Sylvain MERCHEZ

MODULE I1. Plan. Introduction. Introduction. Historique. Historique avant 1969. R&T 1ère année. Sylvain MERCHEZ MODULE I1 Plan Chapitre 1 Qu'est ce qu'un S.E? Introduction Historique Présentation d'un S.E Les principaux S.E R&T 1ère année Votre environnement Sylvain MERCHEZ Introduction Introduction Rôles et fonctions

Plus en détail

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009

Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 Ecole Centrale d Electronique VA «Réseaux haut débit et multimédia» Novembre 2009 1 Les fibres optiques : caractéristiques et fabrication 2 Les composants optoélectroniques 3 Les amplificateurs optiques

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Les systèmes embarqués

Les systèmes embarqués Unité IFS (Interface) Les systèmes embarqués Architecture des systèmes à processeur Etienne Messerli Le 17 février 2015 p 1 Ordinateur Système UNIVERSEL de traitement de l'information "binaire" Utilisé

Plus en détail

Les ordinateurs : de 1946 à aujourd hui

Les ordinateurs : de 1946 à aujourd hui : Introduction Daniel Etiemble de@lri.fr Les ordinateurs : de 1946 à aujourd hui ENIAC (1946) 19000 tubes 30 tonnes surface de 72 m 2 consomme 140 kilowatts. Horloge : 0 KHz. 330 multiplications/s Mon

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Introduction à la physique quantique. Juin 2014

Introduction à la physique quantique. Juin 2014 Introduction à la physique quantique Juin 4 Table des matières Avant Propos............................................ Origine du projet......................................... Guide de lecture..........................................

Plus en détail

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Faculté des sciences appliquées Bachelier en sciences de l ingénieur, orientation ingénieur civil Deuxième année PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 Daniel Baye revu

Plus en détail

Les mathématiques du XXe siècle

Les mathématiques du XXe siècle Itinéraire de visite Les mathématiques du XXe siècle Tous publics de culture scientifique et technique à partir des classes de 1ères Temps de visite : 1 heure 30 Cet itinéraire de visite dans l exposition

Plus en détail

Comment concevoir un ordinateur? Quelques questions à considérer

Comment concevoir un ordinateur? Quelques questions à considérer Comment concevoir un ordinateur? Quelques questions à considérer Unité d entrée Unité de traitement Unité de sortie Comment coder les données Entiers, réels, caractères Comment restituer les résultats

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail