Bulletin de Juin 2015 (2015/2)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin de Juin 2015 (2015/2)"

Transcription

1 Site Web : Bulletin de Juin 2015 (2015/2) Bonjour à tous, voici notre premier Bulletin de 2015, le Bulletin du Printemps Nous ferons un survol des évènements du 1er trimestre 2015, et nous verrons le programme des mois à venir. Nous continuerons également nos rubriques sur l actualité de nos adhérents, du CARA, de l industrie informatique, et de IBM Les événements récents Conférences o Sur le chemin de la géologie o Stratégie IBM Evènements o Juin de Sport o Repas amical du Cara Sud-Est o Actions du Cara National Les événements futurs Conférences Sorties et Visites Actions innovantes du CARA National Juin 2015 (2015/2)

2 Actualités, industrie informatique, IBM Nicolas Sekkaki succède à Alain Bénichou à la tête d IBM France Comment la high-tech américaine se féminise (un peu) IBM fait un pas de plus dans l'informatique quantique IBM: bonne surprise sur la rentabilité IBM numéro un mondial du cloud, faut-il y croire? IBM veut devenir le numéro un du Cloud» Et IBM lança Montpellier Dépôt de brevets mobiles aux US : IBM double Samsung en 2014 Open Source et Big data : IBM investit massivement dans Spark Apple et IBM présentent 8 nouvelles applis pour les pros Voiture connectée : PSA et IBM renforcent leur partenariat Deep learning, big data, réseaux de neurones... pourquoi l intelligence artificielle revient-elle maintenant Le mot «ordinateur» a 60 ans Quelqu'un peut expliquer le «P2P» à IBM? IBM et Semtech proposent une technologie de réseau à faible consommation d énergie Le super-ordinateur d IBM lutte contre le cancer Rappel amical (L adhésion est annuelle de Janvier à Décembre) N oublions pas de verser notre cotisation annuelle 2015, et pour d autres d adhérer à notre groupement amical dont les propositions se font et se feront plus intéressantes et plus pertinentes, grâce à vous tous. Merci d envoyer un chèque de 25, à l ordre du CARA IBM, à l adresse suivante : Jean-Pierre Alfonsi - CARA IBM Voie Aurélia LA GAUDE Le bulletin d adhésion est disponible ci-dessous. IMPORTANT : Il n'est pas à remplir si vous étiez déjà adhérent en En revanche, merci de nous signaler d'éventuels changements de coordonnées, téléphone, adresse Internet... Les bonnes volontés pour participer aux activités du CARA seront les bienvenues : bureau, organisation d événements... Juin 2015 (2015/2) 2

3 Bulletin d adhésion au CARA Bulletin IBM Cara Sud-Est Type d'adhérent * Retraité Pré-retraité Actif Veuf / Veuve Autre Date d adhésion (jj/mm/yyyy) / / Matricule IBM * Date d'entrée à la compagnie (jj/mm/yyyy) * Lettre Clé * / / Date de fin d'activité (jj/mm/yyyy) / / Civilité * Monsieur Madame Mademoiselle Nom * Prénom * Date de naissance (jj/mm/yyyy) * / / Adresse * Complèment d'adresse (lieu-dit, Résidence, B.P...) Code postal * Ville * Tél. domicile Courriel Conjoint / Ayant-droit Civilité Monsieur Madame Mademoiselle Nom Prénom Date de naissance (jj/mm/yyyy) / / Juin 2015 (2015/2) 3

4 Les événements récents Conférences Sur le chemin de la géologie Cette conférence présentée par Jacques Besseyre le 18 Juin, a réuni 30 personnes. Elle sert d introduction à une ou plusieurs conférences plus détaillées sur le thème de de la géologie, qui se tiendront en Octobre. En particulier la catastrophe du barrage de Malpasset, les gaz de schiste, l énergie au XXIème siècle, seront évoqués. Parc de Yellowstone Paysage karstique, plateau de Saint-Barnabé Lecture d un paysage Fluorite La présentation de Jacques Besseyre est accessible sur le site Cara National (http://www.cara-ibm.org/), rubrique CARA-Tech Divers. Il faut s identifier en tant qu adhérent pour accéder. Si vous n avez pas encore d identifiant, vous pouvez en créer un très facilement. Vous entrez une adresse de courriel, celle que vous avez déclaré en adhérant à Cara. Vous demandez un mot de passe, qui vous sera envoyé par courriel. Si vous avez ses difficultés, contactez JJ Legoll Juin 2015 (2015/2) 4

5 Stratégie IBM Bulletin IBM Cara Sud-Est Comme il le fait régulièrement, Jacques Gros nous a présenté les dernières évolutions de la Stratégie IBM, le 30 Juin. La conférence a réuni 45 personnes. Les 5 grands axes de la Stratégie IBM sont : Distribution des ressources de traitement et de stockage dans le réseau ( Cloud ) Analyse des données capturées par les réseaux sociaux, les capteurs attachés aux objets connectés,. Mobilité Réseaux sociaux Sécurité informatique La présentation de Jacques Gros est accessible sur le site Cara National (http://www.cara-ibm.org/), rubrique CARA-Tech Info IBM. Il faut s identifier en tant qu adhérent pour accéder. Une page se tourne: cette conférence était la dernière à se tenir sur le site de La Gaude. Les prochaines conférences, au mois d Octobre, se tiendront sur le nouveau site IBM dans la vallée du Var. Juin 2015 (2015/2) 5

6 Les événements récents Bulletin IBM Cara Sud-Est Repas amical Cara Sud-Est Le 30 Juin, à la suite de la conférence sur la Stratégie IBM, de nombreux adhérents du Cara Sud- Est se sont réunis pour un repas à l auberge des 4 Chemins, à Saint-Jeannet. Ube galerie de photos souvenir est disponible sur notre espace partagé Dropbox https://www.dropbox.com/sh/x6dxxi1axqia5k0/aabqicffyppsrxohevxpawzya?dl=0 Juin de sport Comme les autres années, le CARA était encore présent au Juin de Sport 2015, journée sportive organisée par le CER IBM La Gaude. En tant que soutien à cette manifestation notre Association a offert les coupes récompensant le premier de chaque épreuve (pétanque, course à pieds, tennis, football, etc...). C était le dernier Juin de sport se déroulant sur le site de La Gaude. C est la volonté de tous que le Juin de Sport continue, sous une autre forme si nécessaire, sur le nouveau site IBM de la vallée du Var. Juin 2015 (2015/2) 6

7 Les événements à venir Bulletin IBM Cara Sud-Est Les futures conférences Plusieurs conférences sont en cours d organisation pour la deuxième partie de l année, des informations plus précises seront diffusées ultérieurement : Géologie Le barrage de Malpasset, les gaz de schiste, l énergie au XXI éme siècle, suite à l introduction présentée par Jacques Besseyre, le 18 Juin 2015 Journal de voyage en Nouvelle- Calédonie, par Jacques Motte. Romain Gary (Monique Fulconis) L intelligence Artificielle (J-Jacques Legoll) Les futures Sorties et Visites Une liste préliminaire des visites et sorties possibles pour le 3ème Trimestre 2015 Visite du Musée du Sport au Stade Allianz Riviera Visite de l Exposition Universelle de Milan Cette visite, déjà annoncée, est prévue pour le 10 Septembre 2015, des informations plus détaillées seront diffusées ultérieurement pour ceux qui sont inscrits. Le nombre d inscriptions possibles est limité, la liste est maintenant complète. Toute suggestion pour des sorties en 2015 sera la bienvenue. Contacter : Monique Fulconis, tél , courriel : Actions innovantes du CARA National Un bilan des actions menées par le Cara pendant la période , sous la présidence de Jacques Gros. 1) Conduite du projet de dons de mobilier IBM à des organisations humanitaires Suite au déménagement du site de La Gaude à Nice Méridia, le mobilier existant n'étant plus utilisé, et sous la responsabilité du directeur du site IBM de La Gaude, le CARA Sud-Est a contribué aux dons de mobilier à des écoles ou universités d'haiti et du Burkina Faso en effectuant le project management de l'ensemble. Un millier de tables, chaises, armoires, tableaux ont été donnés via des ONG (Rencontres africaines, Elan pour Haiti, Lion's club): au 1er juin 2015, deux conteneurs ont été envoyés par bateau et distribués aux écoles cibles; environ 7 autres vont suivre dans les mois prochains. En plus du rôle de project management tenu par Jacques Gros, le CARA Sud-Est s'est impliqué directement dans la distribution de livres du CE (Monique Fulconis, Jean-Pierre Lorthiot, Charles Rheinart) et dans la recherche d'ong (JP Tonnellier, Rencontres africaines & coordination pour le Burkina Faso) Quelques photos d' Haiti, avec le mobilier fourni par IBM Juin 2015 (2015/2) 7

8 Cette opération est suivie par d'autres du même type, un protocole ayant été établi à partir de cette expérience par J Gros ; par exemple, à Bordeaux: en juin (Michel Dazelle) 2) Création en 2013 d'un partenariat CARA / ADREP Partenariat sur la base de complémentarités et d'échanges d'informations réciproques et de sessions de travail où participaient semestriellement Michel Amary et Marie-Claude Soumy pour l'adrep, Michèle Alborghetti et Jacques Gros pour le CARA. 3) Volonté du Président du CARA de se rapprocher de la Mutuelle IBM Volonté concrétisée par un tour de France en grâce à Jean-Claude Blanc - où Mutuelle, CARA, ADREP et ASISDI ont tenu des réunions communes bénéfiques. Volonté du Président du CARA de renouveler le tour de France 2013 de la mutuelle IBM adressée à JC Blanc membre du bureau CARA et du bureau MUTUELLE pour demander, au bureau Mutuelle, le renouvellement dans des lieux qui pourraient les accueillir pour des réunions communes CARA, ADREP, Actifs, bénéfiques à nos adhérents. Juin 2015 (2015/2) 8

9 4) Création de CARATECH Bulletin IBM Cara Sud-Est Rubrique du site du Cara National, où les infos techniques sont présentées sous la houlette de Charles Rheinart (CARA Sud-Est). 5) Création en par le Président du CARA - du groupe "les Alumni d'ibm France" Ce groupe, créé à la demande d'alain Benichou, alors Président d'ibm France, et sous le leadership de Philippe Hedde; rassemble plus de 150 dirigeants de société en activité qui se retrouvent une ou deux fois par an chez l'un des leurs pour échanger. Par exemple de fin 2011 à début 2015 chez: IBM, LVMH, Manpower, Euronext, Orange, Samsung, Microsoft, Dassault Systems, Cédric Villani & l'institut de Mathématiques Henri Poincaré... Juin 2015 (2015/2) 9

10 Actualités, industrie informatique, IBM Cette série d articles a été collectée par Pierre Alliez, notre veilleur technologique. Nicolas Sekkaki succède à Alain Bénichou à la tête d IBM France Publié sur le 02 Juillet 2015 IBM France a désormais un nouveau patron en la personne de Nicolas Sekkaki. Cet homme du sérail remplace Alain Bénichou qui part aux États-Unis pour devenir vice-président monde Stratégie et Solutions. Nicolas Sekkaki Jeu de chaises musicales chez IBM France puisque Nicolas Sekkaki vient d être nommé président à la place d Alain Bénichou. Celui-ci prend du galon et va traverser l Atlantique pour prendre le poste de vice-président monde Stratégie et Solutions. Tout comme Alain Bénichou (entré chez IBM en 1984), Nicolas Sekkaki est ce l on appelle un "vétéran" avec 24 ans passés chez Big Blue. Il a connu un court intermède ( ) au cours duquel il fut directeur général de SAP France et Maghreb. Il avait depuis réintégré IBM France en tant que vice-président Europe System & Technology Group. Quant à Alain Bénichou, il dirigeait la filiale française d IBM depuis Dans ses nouvelles fonctions, il sera basé au siège d IBM à Armonk (New York). Juin 2015 (2015/2) 10

11 Comment la high-tech américaine se féminise (un peu) Publié sur le 29 Mars 2015 Aux Etats-Unis le "plafond de verre" se fendille dans les grandes entreprises de la hightech. Une poignée de femmes dirigent ou occupent des postes-clés de direction chez IBM, Google, Oracle, Apple, HP, ou Microsoft. Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook, incarne la nouvelle génération de dirigeantes de la high tech américaine Méconnues du grand public, plusieurs femmes sont arrivées au faîte de la hiérarchie des plus grandes entreprises de la Silicon Valley. Google vient ainsi de recruter sa directrice financière, Ruth Porat, au sein de la banque Morgan Stanley. Débauchée à prix d'or chez Burberry, la directrice mondiale des boutiques et des ventes en ligne d'apple, Angela Ahrendts, est la dirigeante la mieux payée de la firme californienne, loin devant le PDG Tim Cook. Même des entreprises américaines historiques du secteur des nouvelles technologies comme HP, IBM ou Xerox, sont dirigées par des femmes depuis plusieurs années. Hormis leur appartenance à la gent féminine, il est difficile de leur trouver un fil conducteur analogue ou un point commun, tant leur profil et leurs parcours sont des plus variés. La Silicon valley traîne avec elle une réputation de sexisme Ingénieur au parcours brillant chez Google, Marissa Mayer a entrepris de redresser Yahoo!, star déchue de l'internet, en lui appliquant une thérapie de choc, à coup d'acquisitions. Virginia Rometty qui dirige IBM ou Ursula Burns, à la tête de Xerox, sont parvenues au sommet en gravissant un à un les échelons de leur entreprise respective. Le parcours exemplaire de ces femmes ne doit toutefois pas faire oublier qu'elles restent plus l'exception que la règle. Les firmes de la Silicon valley traînent une réputation de sexisme voire de misogynie. Satya Nadella, PDG de Microsoft depuis 2014, n'a pu s'empêcher de gaffer publiquement il y a quelques mois. Interrogé sur les femmes dans l entreprise lors d'une conférence, il répond spontanément qu au lieu de demander des augmentations, elles feraient mieux d avoir "foi" dans le système. Il s'est platement excusé le lendemain en réaffirmant qu'à fonction égale, hommes et femmes, devraient avoir le même salaire. Juin 2015 (2015/2) 11

12 IBM fait un pas de plus dans l'informatique quantique Les ingénieurs ont trouvé le moyen de détecter deux types d'erreurs se produisant dans un ordinateur quantique Publié sur le 01Mai 2015 International Business Machines Corporation (IBM) a annoncé mercredi dernier que ses ingénieurs ont fait de véritables progrès en vue de trouver des solutions à quelques problèmes qui ont retardé le déploiement des ordinateurs quantiques. En effet, les ingénieurs viennent de découvrir le moyen de détecter deux types d'erreurs généralement rencontrés dans un ordinateur quantique et baptisées ---bit-flip et phase-flip---. Les ingénieurs d'ibm affirment avoir mis en place un réseau de quatre qubit où les deux agissent comme des sentinelles en faisant la surveillance alors que les deux autres qubits ont en charge la gestion des erreurs. Le réseau se trouve au sommet d'une puce de silicium qui est d'environ un quart de pouce de large : IBM, avec cette découverte, a fait une véritable avancée dans l'informatique quantique ; ce qui pourrait lui permettre de se lancer dans le développement des ordinateurs quantiques ultrarapides. Ces derniers étaient jusque là considérés comme étant très fragiles, car la moindre perturbation pouvait provoquer des erreurs. IBM affirme que ces erreurs sont générées en raison d'interférences (la chaleur, etc.), et ces derniers existeraient dans un processeur. Selon IBM, ce véritable bond en avant peut être considéré comme une grosse affaire parce que la technologie d'informatique quantique a le potentiel de révolutionner l'industrie. Pour rappel, un ordinateur quantique exploite les lois étonnantes de la mécanique quantique pour traiter l'information. Contrairement à un ordinateur traditionnel qui utilise le 0 ou le 1 pour représenter un bit, un ordinateur quantique utilise des bits quantiques encore appelés qubits. Ce dernier (qubit) est un système quantique qui peut avoir une valeur de 0, 1, ou les deux en même temps. Le principal avantage des ordinateurs quantiques est leur capacité à gérer plus d'informations que les ordinateurs traditionnels, et cela plus rapidement. En effet, les scientifiques affirment qu'un ordinateur quantique mettrait un jour voire des minutes à résoudre un problème alors qu'un ordinateur classique mettrait des années. Juin 2015 (2015/2) 12

13 IBM: bonne surprise sur la rentabilité Bulletin IBM Cara Sud-Est Publié sur le 21 Avril 2015 Le groupe informatique américain IBM (IBM), qui cherche à se réinventer en mettant l'accent sur des créneaux porteurs du marché, a été plus rentable que prévu en début d'année mais son chiffre d'affaires a encore reculé, pour le douzième trimestre consécutif. «Big Blue» a annoncé lundi un bénéfice de 2,3 milliards de dollars pour le premier trimestre, en baisse de 2,4% sur un an. Son bénéfice par action hors éléments exceptionnels, la référence pour Wall Street, a toutefois dépassé de 9 cents la prévision moyenne des analystes, à 2,91 dollars. Le chiffre d'affaires a baissé pour sa part de 11,9% à 19,59 milliards de dollars. Le marché avait anticipé ce nouveau recul, mais s'attendait à ce qu'il soit moins marqué avec 19,73 milliards espérés en moyenne. Le directeur financier, Martin Schroeter, a précisé lors d'une téléconférence explicative avec des analystes que les taux de changes défavorables avaient pesé à hauteur de 8% sur les revenus du trimestre, et rappelé que les cessions du groupe, qui tente de se recentrer sur des activités à marges plus élevées, pesaient également sur sa croissance. Pour l'ensemble de l'année, le groupe a confirmé sa prévision d'un bénéfice annuel entre 15,75 et 16,50 dollars par action. L'action IBM, qui avait terminé la séance à la Bourse de New York en hausse de plus de 3% avant la publication des résultats, prenait 0,44% supplémentaires à 166,89 dollars vers 16h50, dans les échanges électroniques suivant la clôture. Amélioration des marges La direction d'ibm a malgré tout affirmé lundi que le groupe était sur la bonne voie, mettant en particulier en avant une croissance de 20% des revenus dans les «impératifs stratégiques», qui recouvrent entre autres les services de «cloud», dématérialisés en ligne, ainsi que les activités d'analyse de données. En excluant les effets de change et les cessions d'actifs, le groupe évoque même une croissance de 30% dans ces activités clés. «Le taux de croissance pour nos impératifs stratégiques a accéléré», s'est félicitée dans un communiqué la PDG Ginni Rometty, pour qui «l'accent mis sur une meilleure valeur, à travers une transformation du portefeuille et de l'investissement dans des parties clés de l'activité, a continué à soutenir l'amélioration des marges». «Les mesures que nous prenons pour réinventer nos activités, nos innovations (...) commencent à payer», a aussi affirmé Martin Schroeter. «La transformation (...) continue non seulement à un rythme très rapide, mais aussi au rythme nécessaire pour rester en pointe dans l'informatique d'entreprise», a-t-il aussi assuré. Juin 2015 (2015/2) 13

14 IBM s'était notamment fixé fin février l'objectif d'atteindre 40 milliards de dollars de chiffre d'affaires d'ici 2018 dans des secteurs jugés porteurs comme l'informatique dématérialisée (cloud), l'analyse de données, le mobile et la sécurité. Cela passe par la réorientation de milliards de dollars d'investissements vers ces créneaux stratégiques. Le groupe a ainsi annoncé le mois dernier son intention d'investir 3 milliards de dollars sur quatre ans dans une nouvelle division consacrée aux applications pour les objets connectés à internet, en plein essor. Il veut notamment proposer à ses clients des outils pour mieux analyser et utiliser les volumes importants de données collectées par ces objets. Et la semaine dernière, IBM a lancé une offensive dans le domaine de la santé, avec l'annonce d'une nouvelle plateforme de partage et d'analyse de données pour les médecins, les chercheurs et les assureurs s'appuyant sur les capacités de son super-ordinateur Watson, ainsi que d'une première série de partenariats avec le groupe informatique Apple, le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson et le fabricant d'appareillages médicaux Medtronic. IBM numéro un mondial du cloud, faut-il y croire? Publié sur le 17 Novembre 2014, par Ridha Loukil Dans un rapport publié par Infonetics, IBM se classe numéro un mondial du cloud computing en Plus surprenant, le cabinet d études de marché positionne Big Blue comme le leader du logiciel à la demande, devant Salesforce. Décryptage d une étude qui va à contre-sens des classements publiés jusqu ici. Ginni Rometty, PDG d IBM, peut se réjouir. Dans l étude qu il vient de publier sur le marché de l informatique en nuage, Infonetics désigne son groupe comme le numéro un mondial du cloud compting en Big Blue arrive en tête avec une part de marché de 10,9%, devant Amazon, Salesforce, Microsoft et Deutsche Telekom, qui complètent le Top 5 mondial. Plus surprenant, le cabinet le positionne aussi comme le leader des logiciels à la demande, loin devant Salesforce, considéré jusqu ici comme le roi de ce segment du cloud. Alors faut-il croire ces conclusions? Si IBM déclare un revenu de 4,4 milliards de dollars dans le cloud computing en 2013 et Salesforce un chiffre d affaires de 4 milliards de dollars lors de son exercice fiscal clos le 31 janvier 2014, les chiffres bruts sont difficiles à interpréter car ni l un ni l autre n en fournit la répartition précise sur les différents segments du cloud. Un travail de dissection réalisé par Clifford Grossner, analyste chez Infonetics et auteur de l étude : "Les revenus d IBM dans le cloud computing en 2013 proviennent pour 222 millions de dollars du cloud d infrastructure et pour 4,2 milliards de dollars des logiciels à la demande. Ceux de Salesforce la même année sont issus pour 287 millions de dollars de plate-forme cloud et pour 2,6 milliards de dollars des logiciels à la demande. Le leadership d IBM s explique par la richesse de son offre avec plus de 100 applications en ligne, par l étendue de sa base clients avec plus de 8,4 millions d abonnés et par sa présence chez les 25 plus grandes entreprises mondiales du Fortune 500." A chacun sa définition du cloud De nombreux cabinets d études de marché s intéressent au cloud computing mais souvent d une façon plus partielle. Synergy Research publie tous les trimestres sa vision des segments d infrastructure et de plate-forme cloud. Au troisième trimestre, il place IBM à la troisième place avec environ 7% du marché sur ces deux segments, derrière Amazon Web Services (27%) et Microsoft (10%). Sur le segment du logiciel à la demande, PwC publie tous les ans un classement des 100 premiers éditeurs dans le monde. L étude 2014 classe IBM huitième dans le logiciel à la demande avec 742 millions de dollars, derrière Salesforce, Microsoft, Intuit, ADP, SAP, Oracle et Cisco. On est loin des 4,2 milliards de dollars estimés par Infonetics en Mais la dernière étude de PwC se rapporte aux chiffres d affaires de Quant aux cabinets Gartner, IDC ou Forrester, ils se focalisent souvent sur le marché du cloud public. Juin 2015 (2015/2) 14

15 L étude d Infonetics couvre l ensemble du marché du cloud computing qu il soit privé, public ou hybride, et qu il se rapporte à l infrastructure, aux plates-formes de développement d applis ou au logiciel à la demande. Le cabinet a réalisé un grand travail de clarification pour délimiter le marché. "Nous avons passé plusieurs années à définir le périmètre du cloud computing, car nous avons constaté une grande confusion sur le marché, explique Clifford Grossner. Alors que le marché a atteint un certain niveau de maturité, il manque encore une définition du cloud commune à tous les acteurs. Ce qui rend difficile l évaluation du marché." Jusqu ici, les spécialistes décomposaient le marché en trois segments : infrastructure (IaaS pour Infrastructure as a service), plateforme de développement d applis (PaaS pour Platform as a service) et logiciel à la demande (SaaS pour Software as a service). Infonetics a jugé bon de créer un quatrième segment : CaaS (Cloud as a service), intermédiaire entre l IaaS et le PaaS. Sur l ensemble, il estime que le marché devrait passer de 40,3 milliards de dollars en 2013 à plus de 200 milliards de dollars en 2018, soit une croissance moyenne de 38% par an. Le logiciel à la demande en représente les deux cinquièmes. A chaque segment son leader : Google pour le CaaS et le Paas, IBM pour le SaaS et Amazon Web Services pour l IaaS. Leadership incontesté dans le cloud privé et hybride La force d IBM tient en grande partie à son leadership incontesté dans le cloud privé et hybride. L estimation de sa position sur le marché du cloud computing est rendue difficile par son double rôle d équipementier pour la construction de cloud et de fournisseur de services de cloud computing. "Son chiffre d affaires dans ces domaines est en effet important, mais il provient en grande partie de la vente de matériels, logiciels et services associés au cloud computing et non des services cloud eux-même", tempère John Dinsdale, directeur de recherche chez Synergy Research. Selon Clifford Grossner, le leadership d IBM sur le segment du SaaS devrait perdurer au moins pendant les cinq années à venir. De quoi redonner confiance à Ginni Rometty, un peu fragilisée par les mauvais résultats du troisième trimestre Face à un chiffre d affaires en chute de 4% à 22,4 milliards de dollars et un résultat d exploitation en recul de 10% à 3,7 milliards de dollars, elle a du abandonner son objectif boursier de 20 dollars par action en Mais elle a décidé d accélérer le virage du groupe vers le cloud computing en créant une division dédiée à ce business traité jusqu ici de façon transversale dans les trois métiers d IBM : matériel, logiciel et services. Avec à la clé, un investissement de 1 milliard de dollars voué au développement du SaaS. Juin 2015 (2015/2) 15

16 IBM veut devenir le numéro un du Cloud» Publié sur le 18 mai 2015, par Bénédicte Alaniou Alain Bénichou, Président d IBM France Entré chez «Big Blue», le surnom du géant américain de l'informatique, en 1984, Alain Bénichou, diplômé de Supelec, est à la tête de la filiale française depuis Il veut faire d'ibm un acteur clé de la transformation numérique en France. Vous avez annoncé le 13 mai un plan de départs volontaires en France. Combien de postes sont concernés? Ce plan concerne 345 postes. Ces suppressions interviennent dans un contexte de transformation de la demande de nos clients, qui veulent de plus en plus d'expertise dans leur propre métier, en plus d'une expertise en matière de transformation digitale. Nos équipes doivent s'adapter à cette évolution qui concerne tout le secteur informatique. Notre activité historique les logiciels d'infrastructure et les grands systèmes a généré 73% du chiffre d'affaire en 2014 (soit 92,8 milliards de dollars ou 81 milliards d'euros, au niveau mondial), mais la part de ce qui touche à la transformation digitale se développe très rapidement. Cette activité a enregistré une hausse de 30% au premier trimestre Que recouvre la transformation digitale? Elle comprend le cloud, le big data, les mobiles, les réseaux sociaux d'entreprise, la cyber sécurité... Cela représente déjà 48% du marché en France alors qu'il y a deux ans, ce marché était quasi inexistant. En 2018, il devrait représenter 40% de notre activité. IBM a l'habitude de ce genre de défis. En 1992, j'ai vécu l'évolution de nos activités hardware ( NDLR matériel informatique) vers les services, qui étaient totalement nouveaux pour nous et dont nous sommes devenus le leader mondial. Nos clients voulaient que nous prenions en charge leur complexité informatique. C'est toujours le cas aujourd'hui. Dans cette transformation, le cloud tient une place centrale? Oui car il permet d'aller beaucoup plus vite. Le chiffre d'affaires du cloud a bondi de 75% au premier trimestre. En France, nous avons choisi d'y consacrer des investissements massifs, de l'ordre de 300 millions d'euros, et d'implanter un centre Softlayer ( NDLR Société américaine spécialisée dans le cloud rachetée par IBM en 2013) en région parisienne. Nos clients veulent des solutions souples et performantes, IBM a la technologie et l'expertise pour les accompagner. Notre objectif est d'être numéro un dans le cloud pour les entreprises. Juin 2015 (2015/2) 16

17 Vous avez développé un partenariat avec Apple. Que vous apporte-t-il? Avec ce partenariat, nous amenons les technologies grand public dans l'entreprise. C'est la simplicité d'utilisation et le design d'apple alliés à notre connaissance des besoins des grandes sociétés. Nous avons créé une alliance avec l'objectif de produire 100 applications : 22 ont déjà été lancées. Une application, c'est 10% de développement et 90% de design. Apple recherche avant tout la simplicité, cela nous a poussés à changer notre façon de travailler, c'est passionnant. En France, vous développez également des partenariats ciblés? Oui. Nous menons notamment un projet avec Veolia sur le «smart water» ( NDLR L'eau intelligente en anglais). L'idée est d'utiliser le «big data» pour rendre la gestion de l'eau d'une ville plus intelligente, être sûr d'en avoir et de ne pas en gaspiller. Là on est vraiment dans le durable. Nous travaillons aussi avec les maires des grandes villes. A Lyon (Rhône), depuis 2011 nous développons, dans le cadre du projet Optimod, une plate-forme de prédiction de trafic qui fonctionne grâce à des capteurs disposés dans toute l'agglomération. Une entreprise de livraison peut ainsi varier ses itinéraires en fonction des embouteillages. A Lille (Nord), nous travaillons avec un des lycées du Conseil régional du Nord pour optimiser la consommation des fluides et tendre vers 25% d'économies. Là, nous sommes au coeur de la ville durable. Etes-vous présent également sur les objets connectés? Nous sommes entrés dans l'ère de l' «Internet of things» ( NDLR Internet des objets) et les experts nous annoncent 35 milliards d'objets connectés à très court terme. Cela va générer un afflux de données qu'il va falloir analyser. IBM investit 3 milliards de dollars (2,7 milliards d'euros) au niveau mondial dans ce domaine où la France est très en pointe. Nous avons signé un partenariat avec PSA pour la voiture connectée. Elle va être en mesure de capter et d'analyser tout son environnement et donc de fournir des informations précieuses au conducteur. C'est extrêmement prometteur. Le domaine de la santé connaît également une véritable rupture technologique? Effectivement, l'informatique cognitive permet désormais aux machines de comprendre le langage et d'apprendre, presque comme le cerveau humain. Dans le domaine du cancer, IBM a ainsi développé «Watson oncology» qui est capable, par exemple, d'assimiler toutes les publications qu'un spécialiste en cancérologie doit lire pour rester à la pointe des connaissances, et contribuer à définir le traitement le plus adapté. Cela aura un impact positif sur les dépenses de santé. Cela signifie aussi qu'en Afrique, les médecins auront accès à cette information grâce au cloud. Cette technologie va bientôt être commercialisée. Comment conciliez-vous ces développements avec l'exigence de sécurité? La sécurité des réseaux a toujours été l'un des points forts d'ibm. Dans ce secteur, notre approche n'est pas d'édifier des murs de protection, car à chaque fois que vous en construisez un, vous indiquez qu'il y a quelque chose à voler. Nous préférons laisser le système ouvert mais détecter et analyser tous les mouvements. La difficulté est de protéger la confidentialité des données sans bloquer la dynamique de transformation en cours. Quelle place tient la France dans le développement d'ibm? C'est en France qu'ibm a ouvert sa première filiale à l'étranger il y a plus d'un siècle, en 1914, et c'est cette filiale qui est à l'origine du mot ordinateur pour traduire «computer». IBM a accompagné les grandes évolutions économiques de ce pays. C'est ici que nous avons installé l'un de nos laboratoires mondiaux de développement des logiciels, avec 700 ingénieurs. Et notre centre de service à Lille (Nord) emploiera personnes d'ici trois à cinq ans. Les Français ont une longueur d'avance dans le domaine de l'innovation, grâce à leurs informaticiens et Juin 2015 (2015/2) 17

18 mathématiciens de très haut niveau. La France a une vraie carte à jouer dans la transformation digitale. Et IBM lança Montpellier Publié sur le 14 Juin 2015 par Karim Maoudj Le souvenir est fort. "Qu'une entreprise comme IBM puisse s'implanter à l'époque dans une ville comme Montpellier, c'était tout simplement énorme." Géographe reconnu, Jean-Paul Volle en garde un souvenir fort. "On peut dire que c'est l'un des éléments du réveil de Montpellier", ajoute-til. Nous sommes en juin Le géant américain de l'informatique fait une annonce qui va marquer : il implante une usine de fabrication de gros ordinateurs en France, à Montpellier. Trois ans après l'arrivée des rapatriés d'afrique du nord, l'annonce sonne comme une "manifestation heureuse" pour la ville, pour reprendre l'expression de Jean-Paul Volle. C'était il y a 50 ans. Depuis, l'histoire d'ibm à Montpellier a connu de fortes évolutions. 1 - L'épopée des grands ordinateurs "En 1964, IBM annonce son intention de faire fabriquer ses gros ordinateurs en Europe. Au moment même où le gouvernement français de l'époque annonçait sa volonté de développer des sites industriels hors de Paris", explique Jean-François Pachot, directeur du site IBM de Montpellier. Des études sont menées par les Américains pour choisir le lieu d'implantation. "Face à Montpellier, il y avait Nice, Grenoble et Toulouse", se souvient Jean-Paul Volle. Le directeur du site est plus précis : "La concurrence, c'était surtout avec Toulouse." Déjà... On connaît la suite : IBM s'implante sur ce qui était alors la campagne de la ville. Sur un champ agricole, "où, au printemps, on allait ramasser les asperges", dixit le géographe. Nomination : Pachot part, Sanchez arrive À ce poste depuis le 1er juillet 2011, Jean-François Pachot quitte ses fonctions de directeur du site IBM de Montpellier à la fin du mois. Il rejoint le siège national, à Paris, pour un poste de Juin 2015 (2015/2) 18

19 "responsabilité technique". Son successeur est Fernand Sanchez, un ancien de Montpellier. Le futur patron est un pur produit IBM, où il est entré il y a une trentaine d années. Il y a une décennie, il avait en charge la partie production, lorsque La Pompignane fabriquait les gros ordinateurs.il cumulera ses fonctions de directeur du site avec celles de general manager au plan européen de la satisfaction des clients hébergés. Un choix cohérent au regard des missions actuelles d IBM Montpellier. 2 - Le temps du rayonnement Ouvert fin juin 1965, le site montpelliérain rayonne sur l'une des trois zones d'interventions de l'américain : l'europe (hors pays de l'est), le Moyen-Orient et l'afrique (hors Afrique du Sud). "Il comptait jusqu'à employés, dont 300 cadres", précise le directeur actuel. Pendant trois décennies, IBM Montpellier était la vitrine européenne du savoir-faire d'ibm en matière de gros ordinateurs. Les choses évoluent sérieusement au milieu des années Les premiers virages L'image est forte. "Dans les années 1960, il fallait trois semi-remorques pour installer les gros ordinateurs de l'époque. Aujourd'hui, un processeur est de taille d'un ongle et beaucoup plus puissants que les ordinateurs de l'époque", explique Jean-François Pachot. L'apparition des semiconducteurs, au milieu des années 1990, marque une première "rupture technologique". C'est la disparition des câblages. "Avant ce tournant, il fallait quatre semaines pour assembler et tester une machine. Là, il ne fallait plus qu'une seule journée. Les ordinateurs n'avaient plus que la taille d'un frigo." Ce cap s'accompagne d'une sévère restructuration du site montpelliérain. Alors 100 % IBM, le site se transforme en parc industriel de la Pompignane. "Nous avions trop de surfaces qui devenaient inutilisables. Il fallait les rentabiliser." Des entreprises y sont accueillies. Alstom y achète tout un bâtiment, aujourd'hui occupé par Schneider Électric. En "deux, trois ans", IBM passe de salariés à un petit millier. Ses effectifs ne sont plus concentrés que sur deux bâtiments. 4 - Le virage stratégique Il arrive au début des années IBM concentre la fabrication de ses gros ordinateurs sur un seul site, à Singapour (contre trois jusque-là), et redéfinit les missions de son site montpelliérain. "Décision est prise de se concentrer sur deux missions majeures", rappelle Jean-François Pachot. Première mission : Montpellier devient site d'hébergement (outsourcing). IBM propose aux entreprises de lui confier toute leur informatique. C'est la création d'un grand data center industriel. Bien avant l'émergence du cloud. "Nous hébergeons aujourd'hui 150 clients, dont la moitié du CAC 40." Montpellier devient le quatrième centre informatique d'ibm dans le monde. En 2012, le site évolue encore et sa mission est transformée en cloud. "Il s'agit d'une mission technologique qui offre des hébergements." Seconde mission : IBM fait de Montpellier un centre de démonstration pour ses clients. "Ils bénéficient d'essais avant d'investir. Ils ont l'opportunité de valider techniquement des solutions que nous leur proposons." Entre et clients, venus de 76 pays différents, passent aujourd'hui, chaque année, par le centre de démonstration des offres de services du géant américain. "Montpellier est devenu le centre d'expertise d'ibm dans le monde. Il n'y en a que deux sur la planète : nous et New York", insiste le directeur. "IBM est à Montpellier et c'est une belle histoire. Le mérite en revient à François Delmas, le maire de l'époque, qui a su se donner les moyens d'accueillir ce géant", observe, en guise de conclusion, Jean-Paul Volle. Venant d'un proche de Georges Frêche... Parc racheté en 2004 À l origine, le vaste parc d IBM, à La Pompignane s étendait sur 55 ha. Une partie avait été rachetée par Alstom (aujourd hui Schneider Électric), qui y a installé ses ateliers. Puis une autre Juin 2015 (2015/2) 19

20 partie a ensuite été cédée, il y a une quinzaine d années, dans le cadre de l implantation de l autre géant américain de l informatique, le groupe Dell. Aujourd hui, le parc industriel, qui s étend sur 28 ha, est propriété de Foncière de régions, qui l a acquis en deux temps : une première partie en 2004, puis la totalité en Dépôt de brevets mobiles aux US : IBM double Samsung en 2014 Publié sur le07 Avril 2015 La mobilité est l'un des domaines qui tire l'innovation technologique outre-atlantique. Sur ce terrain, le nombre de brevets délivrés par l'uspto, le bureau américain des brevets et marques, a augmenté de 17% en 2014, IBM figurant en tête du classement devant Samsung. Entre 1997 et le 1er trimestre 2015, Samsung a obtenu plus de brevets dans la mobilité qu'ibm entre Etats-Unis et Europe, mais IBM devance le Coréen outre-atlantique. L expertise mobile et l extension de la propriété intellectuelle dans la mobilité se développe à travers un nombre croissant d entreprises technologiques dans le monde, au-delà de l écosystème des acteurs traditionnels comme Samsung, IBM, Microsoft, Qualcomm et Ericsson, souligne le cabinet d analyse spécialisé Chetan Sharma Consulting qui vient de livrer la quatrième édition de son rapport «Mobile Patents Landscape, an in-depth quantitative analysis». Des fournisseurs émergent un peu partout, en particulier en Inde et en Chine, avec des constructeurs comme Huawei et ZTE. Néanmoins, outre-atlantique, le développement mobile est véritablement l un des domaines qui tire l innovation technologique en ce moment. Le nombre de brevets délivrés dans la mobilité par l USPTO, le bureau américain des brevets et marques, a explosé sur les 10 dernières années, augmentant de 440%. En 2014, en hausse de 17% par rapport à 2013, ils ont représenté pour la première fois plus du quart (26%) de tous les brevets accordés par l organisme. Alors que Samsung possède encore le plus important portefeuille de brevets mobiles, IBM a obtenu l an dernier davantage de brevets dans la mobilité que le constructeur Coréen (ces dernières semaines, Big Blue a multiplié les annonces dans la mobilité, en particulier sur les apps sur ios pour les entreprises résultant de son partenariat avec Apple). Qualcomm arrive en 3ème place, suivi par Microsoft, Google, Sony et LG. En 2014, Apple est entré à la 8ème place dans le Top 10. Juin 2015 (2015/2) 20

Bulletin de Septembre 2015 (2015/3)

Bulletin de Septembre 2015 (2015/3) Site Web : http://www.cara-ibm.org/lagaude Bulletin de Septembre 2015 (2015/3) Bonjour à tous, voici notre 3ème Bulletin de 2015, c est la rentrée. Nous ferons un survol des évènements du 3ème trimestre

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015

Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015 Le rendez-vous de l innovation La voiture autonome Mai 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 27 mai 2015 Levée d embargo le 27 Mai 2015 06H00 Méthodologie Recueil Enquête

Plus en détail

L!industrie informatique est une industrie des moins anciennes.

L!industrie informatique est une industrie des moins anciennes. 3-MODULES-T113 1/12/13 16:12 Page 111 Dossier L industrie informatique dans la société de l'information L!industrie informatique est une industrie des moins anciennes. Pourtant, depuis sa naissance au

Plus en détail

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise TIC (Technologies de l'information et de la communication) Panorama L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise La taille du marché (en PIB réel) des technologies

Plus en détail

Cloud Computing : forces et faiblesses

Cloud Computing : forces et faiblesses Chapitre 7 Cloud Computing : forces et faiblesses 1. Présentation Cloud Computing : forces et faiblesses Le monde informatique a connu une véritable révolution ces dernières années avec l'apparition d'un

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

Assemblée Générale des Achats 2015

Assemblée Générale des Achats 2015 Partenaires : Achats Assemblée Générale des Achats 2015 Cette année, l'assemblée Générale des Achats a le plaisir d'accueillir Philippe Guillemot, directeur des Opérations d'alcatel-lucent Philippe Guillemot

Plus en détail

PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES

PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES PERSPECTIVES DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES Le futur de la Direction des Systèmes d Information à 3 ans Objectifs JEMM Vision propose un séminaire intitulé Perspectives des technologies informatiques Le

Plus en détail

Votre cloud est-il net?

Votre cloud est-il net? Votre cloud est-il net? Avril 2012 greenpeace.fr Mettre en marche une révolution énergétique 03 2 Votre cloud est-il net? Frank van Biemen / EvoSwitch / Greenpeace Greenpeace Votre cloud est-il net? Résumé

Plus en détail

ERICSSON. Des connexions mondiales un engagement local

ERICSSON. Des connexions mondiales un engagement local ERICSSON Des connexions mondiales un engagement local Dans le monde des communications en pleine évolution, Ericsson joue le rôle d un puissant vecteur de croissance Hans Vestberg, President ET CEO Les

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Atelier numérique Développement économique de Courbevoie

Atelier numérique Développement économique de Courbevoie Jeudi 3 mai 2012 Atelier numérique Développement économique de Courbevoie Le cloud computing : du virtuel au réel Atelier numérique de Courbevoie Intervenants : Olivier CARTIERI Animateur Conseil TIC Franck

Plus en détail

Résultats annuels 2013 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats annuels 2013 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats annuels 2013 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats annuels 2013 Croissance et rentabilité 3. Perspectives Confiance pour 2014

Plus en détail

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Conférence Big Data CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Le BIG DATA : le nouveau pétrole de la société. En présence de : Christophe MENICHETTI (spécialiste BIG DATA chez IBM) JN. SCHNEIDER et F. WEYGAND (professeurs

Plus en détail

Architectures informatiques dans les nuages

Architectures informatiques dans les nuages Architectures informatiques dans les nuages Cloud Computing : ressources informatiques «as a service» François Goldgewicht Consultant, directeur technique CCT CNES 18 mars 2010 Avant-propos Le Cloud Computing,

Plus en détail

IGEL : Le «cloud sourcing», un nouveau marché pour les clients légers

IGEL : Le «cloud sourcing», un nouveau marché pour les clients légers Communiqué de presse IGEL : Le «cloud sourcing», un nouveau marché pour les clients légers IGEL considère que le cloud computing est l élément central d une nouvelle vague d externalisation dont les petites

Plus en détail

Réinventer l entreprise avec SAP HANA Cloud Platform for the Internet of Things

Réinventer l entreprise avec SAP HANA Cloud Platform for the Internet of Things Présentation de la solution SAP SAP HANA SAP HANA Cloud Platform for the Internet of Things Objectifs Réinventer l entreprise avec SAP HANA Cloud Platform for the Internet of Things Connecter, transformer,

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques

Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos consolide son leadership mondial dans les services numériques Atos annonce le projet d acquisition de l activité d externalisation informatique de Xerox Atos et Xerox vont établir une coopération

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Les éditeurs de logiciels

Les éditeurs de logiciels - 1 - Les éditeurs de logiciels Résumé : L'édition de logiciels est un secteur largement dominé par les sociétés américaines et constitué de nombreuses niches sur lesquelles les petites entreprises ayant

Plus en détail

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers

+ 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers Kerensen for Retail & Luxe + 1 ère solution Salesforce dédiée aux retailers CCAN Founding Member L'évolution des profils consommateurs et des modes de consommation est progressivement en train de transformer

Plus en détail

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance

Assemblée générale mixte. Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance Assemblée générale mixte Philippe BOUAZIZ, Président Stéphane CONRARD, DGD Finance 25 Juin 2014 SOMMAIRE PRESENTATION PRODWARE FAITS MARQUANTS 2013 RESULTATS ANNUELS 2013 EVENEMENTS POST CLOTURE PERSPECTIVES

Plus en détail

Dossier de Presse 4 juin 2015. Les Pôles de Compétitivité, catalyseurs de l'innovation française. 2005-2015 : un acquis pour le futur

Dossier de Presse 4 juin 2015. Les Pôles de Compétitivité, catalyseurs de l'innovation française. 2005-2015 : un acquis pour le futur ASSOCIATION FRANÇAISE DES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ Dossier de Presse 4 juin 2015 Les Pôles de Compétitivité, catalyseurs de l'innovation française 2005-2015 : un acquis pour le futur Contact média : Agence

Plus en détail

Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011

Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011 Groupe O2i : Résultats 1 er semestre 2011 Le pôle ingénierie a constaté une activité commerciale au 1 er semestre 2011 en deçà de ses prévisions en raison du décalage entre la montée en puissance de la

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets Une technologie déjà présente dans notre quotidien et «silencieuse» HISTORIQUE De nombreux termes pour une même technologie L Internet des objets La communication machine-to-machine

Plus en détail

SafeNet La protection

SafeNet La protection SafeNet La protection des données La conception à l'action, SafeNet protège intelligemment les informations pendant tout leur cycle de vie Les informations peuvent faire progresser votre activité, mais

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch

IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2. Analyse marketing : BlackBerry Torch DOMINIQUE IUT de Bobigny Paris XIII Pierre 2010-2011 SRC2 Analyse marketing : BlackBerry Torch 1 Introduction Le marché des téléphones portables est en pleine restructuration depuis l'arrivée de l'iphone

Plus en détail

Une nouvelle ère de collaboration

Une nouvelle ère de collaboration Une nouvelle ère de collaboration La nature du travail évolue rapidement. Diverses tendances contribuent à transformer considérablement les modes d'interaction et de collaboration professionnelles. Analysons

Plus en détail

La qualité opérationnelle = Mobilité + Rapidité + Traçabilité,

La qualité opérationnelle = Mobilité + Rapidité + Traçabilité, La qualité opérationnelle = Mobilité + Rapidité + Traçabilité, Ce qui va changer dans les 5 ans à venir dans les métiers de la gestion de la Qualité, de l'hygiène, de la Sécurité et de l'environnement

Plus en détail

IBM INNOVATION CENTER PARIS ADOPTEZ LES TECHNOLOGIES IBM ET ACCELEREZ VOTRE BUSINESS

IBM INNOVATION CENTER PARIS ADOPTEZ LES TECHNOLOGIES IBM ET ACCELEREZ VOTRE BUSINESS IBM INNOVATION CENTER PARIS ADOPTEZ LES TECHNOLOGIES IBM ET ACCELEREZ VOTRE BUSINESS Les IBM Innovation Centers font partie de l'organisation mondiale d'ibm IDR (ISVs and Developer Relations) qui est notamment

Plus en détail

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets

Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Programme Ministériel 2015 de la GSMA : compte-rendu de session Atelier Thématique : La communication de machine à machine (M2M) pour mobiliser l internet des objets Lundi 2 mars 2015 Session animée par

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI

Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI Transformation IT de l entreprise MOBILITÉ : ACCOMPAGNEZ L OUVERTURE DE VOTRE SI Q ue ce soit avec leurs clients ou leurs partenaires, les entreprises ont commencé à ouvrir leur système d information.

Plus en détail

Lettre d'information n 17 - Janvier 2011

Lettre d'information n 17 - Janvier 2011 Lettre d'information n 17 - Janvier 2011 Sommaire 1. Meilleurs voeux 2011 2. Quand la gestion des services et les technologies de virtualisation s'associent pour donner le Cloud Computing (informatique

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

Cloud Computing : Généralités & Concepts de base

Cloud Computing : Généralités & Concepts de base Cloud Computing : Généralités & Concepts de base Les 24èmes journées de l UR-SETIT 22 Février 2015 Cette oeuvre, création, site ou texte est sous licence Creative Commons Attribution - Pas d Utilisation

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

ACCOR VALORISE LE PARCOURS CLIENT

ACCOR VALORISE LE PARCOURS CLIENT ACCOR VALORISE LE PARCOURS CLIENT LES NOUVELLES TENDANCES DU MARKETING ET DE LA COMMUNICATION: BIG DATA MCS4 LESLIE TABACCO, THOMAS RACOUPEAU 1 S OMMAIRE Qu est ce que le BIG-DATA P.3 Le groupe ACCOR P.4

Plus en détail

Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines

Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines Analyse fonctionnelle des emplois et cadres des fonctions métropolitaines Sommaire 1 ANALYSE FONCTIONNELLE DES EMPLOIS...2 1.1 LE PRINCIPE... 2 1.2 LES 15 FONCTIONS ET LEURS COMPOSITIONS... 3 1.3 AVERTISSEMENT

Plus en détail

Cloud Computing. Veille Technologique

Cloud Computing. Veille Technologique Cloud Computing Veille Technologique La veille technologique consiste à s'informer de façon systématique sur les techniques les plus récentes et surtout sur leur mise à disposition commerciale (ce qui

Plus en détail

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER

TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TESTS D ÉVALUATION DU FRANÇAIS POUR L ADMISSION AU MASTER TEST Nr.2 Ière épreuve. ( /20 points) Définissez les termes en remettant en ordre les mots et les expressions suivants: 1. Marché financier : et

Plus en détail

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec

Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Mémoire d AluQuébec à la Commission de révision permanente des programmes du gouvernement du Québec Février 2015 AluQuébec : vision, mission et objectifs Mission Favoriser la synergie et l arrimage entre

Plus en détail

Revue de Presse ACIERNET Année 2014

Revue de Presse ACIERNET Année 2014 Revue de Presse ACIERNET Année 2014 Avec Aciernet, disponibilité immédiate des solutions VCE dans l offre «Cloud in a Box» Publié le 25 Mai 2014 Aciernet est un intégrateur français créé en 2001 et fournit

Plus en détail

Présentation Avanquest Software Stratégie et perspectives

Présentation Avanquest Software Stratégie et perspectives Résultats du premier semestre 2008-2009 (1 er avril 30 septembre 2008) Stratégie et Perspectives Avanquest Software Le groupe aujourd hui Sommaire Résultats 1 er semestre 2008/09 Un semestre en deux étapes

Plus en détail

Pictet-Digital Communication

Pictet-Digital Communication Pictet-Digital Communication Reprise de la hausse Septembre 2014 Victimes de la rotation sectorielle du printemps dernier, les valeurs de la communication digitale retrouvent l intérêt des investisseurs

Plus en détail

Pictet - Security : Pour un monde plus sûr

Pictet - Security : Pour un monde plus sûr PICTET - SECURITY Pictet - Security : Pour un monde plus sûr Frédéric Rollin Mars 2014 La demande en produits de sécurité est tirée par trois facteurs puissants : l urbanisation, l accélération de l innovation

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus Une tablette, mais laquelle? avec Les prix bas, la confiance en plus Six raisons pour choisir une tablette plutôt qu un PC ou un smartphone! INDEX LA TABLETTE : UNE HISTOIRE DE LA MOBILITÉ. ----- LA TABLETTE

Plus en détail

PRESS RELEASE. La première Demand Side Platform française est une DSP mobile netadge, la performance RTB, au service des stratégies media mobile

PRESS RELEASE. La première Demand Side Platform française est une DSP mobile netadge, la performance RTB, au service des stratégies media mobile PRESS RELEASE La première Demand Side Platform française est une DSP mobile netadge, la performance RTB, au service des stratégies media mobile www.netadge.com Janvier 2014 S ommaire LDMServices lance

Plus en détail

Cloud Computing Concepts de base Année académique 2014/15

Cloud Computing Concepts de base Année académique 2014/15 Concepts de base Année académique 2014/15 Qu'est que le? online 2 Qu'est que le? Cela s'est-il produit auparavant? Innovation Produit Service 3 Qu'est que le? Considérons-le comme-ça... Crée ta propre

Plus en détail

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier E6 Veille Technologique Cloud-Computing Jérémy chevalier Table des matières DESCRIPTION :...2 Introduction :...2 Définition du Cloud :...2 Exemple de serveur proposant la solution de Cloud :...2 Les spécificités

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON

Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON Transformation IT de l entreprise ANALYTIQUE: L ÈRE WATSON L analytique joue un rôle désormais primordial dans la réussite d une entreprise. Les pouvoirs qu elle délivre sont incontestables, cependant

Plus en détail

Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman

Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman Ateliers Cloud Computing / ADIJ Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas-Linel et David Feldman Atelier

Plus en détail

Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020.

Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020. Réponse de l EBG à la consultation publique concernant le Plan France numérique 2020. Ce document est une réponse à la consultation publique dans le cadre du plan France numérique 2020. Nous avons participé

Plus en détail

Protéger et héberger vos donnés métiers : les tendances cloud et SaaS au service des entreprises

Protéger et héberger vos donnés métiers : les tendances cloud et SaaS au service des entreprises Livre Blanc Protéger et héberger vos donnés métiers : les tendances cloud et SaaS au service des entreprises Cloud et info financière : Labrador mise sur le cloud Spécialisée dans la communication financière

Plus en détail

Communication sans collaboration

Communication sans collaboration Siège social : Avanade France 125 avenue de Paris 92320 Châtillon www.avanade.com/fr Avanade est le principal intégrateur de solutions pour l entreprise basées sur la plate-forme Microsoft. Sa mission

Plus en détail

Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device»)

Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device») IBM Global Technology Services Livre blanc pour l innovation Juin 2011 Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device») 2 Le nouvel espace de travail : Prise en charge

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

Financial Insurance Management Corp.

Financial Insurance Management Corp. Financial Insurance Management Corp. Augmenter le taux de renouvellement grâce à une solution mobile fournie en tout juste trois mois Les faits Le besoin FIMC souhaitait offrir une meilleure valeur ajoutée

Plus en détail

Business IT. Evolutions du schéma de distribution depuis 1990

Business IT. Evolutions du schéma de distribution depuis 1990 Business IT Evolutions du schéma de distribution depuis 1990 Sources citées : IDC, Gartner Group, Forrester, Compubase, Comm Back, Distributique, GfK, Context, Markess International Sommaire - Le principe

Plus en détail

Pourquoi et comment pour les éditeurs de logiciels français faire évoluer leur business model traditionnel grâce au cloud computing?

Pourquoi et comment pour les éditeurs de logiciels français faire évoluer leur business model traditionnel grâce au cloud computing? Soutenance MUST 2014 28/04/2014 Pourquoi et comment pour les éditeurs de logiciels français faire évoluer leur business model traditionnel grâce au cloud computing? Participant : Gilles d Arpa Tuteur:

Plus en détail

Le Cloud computing : qu est-ce que c est? Veille du lendemain Médiathèque de Roanne Avril 2011

Le Cloud computing : qu est-ce que c est? Veille du lendemain Médiathèque de Roanne Avril 2011 Le Cloud computing : qu est-ce que c est? 1 Définition : C'est la dématérialisation des données et des applications de l'ordinateur, sur Internet. Sans le savoir, vous utilisez déjà ce type de service

Plus en détail

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR

Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR Transformation IT de l entreprise LA MOBILITÉ NÉCESSITE UN CHANGEMENT DES SI EN PROFONDEUR L es technologies mobiles impactent en profondeur le fonctionnement des organisations. Elles sont également à

Plus en détail

La société. Service professionnel, flexible et sécurisé. Notre positionnement : une sécurité assurée et une offre sur-mesure

La société. Service professionnel, flexible et sécurisé. Notre positionnement : une sécurité assurée et une offre sur-mesure La société Service professionnel, flexible et sécurisé NetExplorer accompagne de nombreux clients au travers d une solution SaaS clé en main développée en interne depuis 2007. NetExplorer est devenu le

Plus en détail

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Livre blanc 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Exploiter toute la valeur du site web Par de nombreux aspects, les responsables marketing web d aujourd hui ont les yeux bandés : ils

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 28 janvier 2009 Selon le BCG, 100 entreprises issues des pays émergents sont sur le point de rejoindre les rangs de l'élite des multinationales. L édition de référence du Boston Consulting Group : «The 2009 BCG 100 New

Plus en détail

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance

Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance Êtes-vous prêt à devenir un assureur connecté? Quand l'internet des objets (IoT) change les règles du jeu de l assurance * Les objets connectés révolutionnent notre mode de vie et deviennent le moteur

Plus en détail

Résultats annuels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data»

Résultats annuels 2014 & perspectives. «Du mobile au Big Data» Résultats annuels 2014 & perspectives «Du mobile au Big Data» Sommaire 1. Profil du Groupe Du mobile au Big Data 2. Résultats annuels 2014 Excellente année : croissance et rentabilité 3. Stratégie & perspectives

Plus en détail

Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing

Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing % entreprise Communiqué de presse Montrouge, le 28/10/2013 Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing L essor des services informatiques hébergés constitue une évolution majeure

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français L opinion des consommateurs français sur : Le niveau de sécurité des données personnelles pour chaque industrie Les organisations collectant des données personnelles via les appareils connectés Les recherches

Plus en détail

Le conseil autrement. La force de l engagement

Le conseil autrement. La force de l engagement Le conseil autrement La force de l engagement Conjuguer nos talents Forts d une expérience de plus de quinze ans de conseil en management et en technologies, nous avons résolument pris le parti de favoriser

Plus en détail

netzevent IT-MARKT REPORT 2013 Infrastructure ICT en Suisse: Le point de vue des entreprises utilisatrices

netzevent IT-MARKT REPORT 2013 Infrastructure ICT en Suisse: Le point de vue des entreprises utilisatrices netzevent IT-MARKT REPORT 2013 Infrastructure ICT en Suisse: Le point de vue des entreprises utilisatrices Résultats exclusifs de l'étude systématique des 10 000 plus grandes entreprises en Suisse à leur

Plus en détail

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14 APPLE 1 Sommaire Histoire d Apple 3-4 L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8 Les nouveautés à venir... 9-13 Conclusion. 14 2 L histoire d Apple Apple fut fondée le 1er Avril 1976, en Californie, par Steve

Plus en détail

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage

Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Avantages économiques de la stratégie de Cisco relative à l'informatique en nuage Principaux résultats Synthèse L'informatique en nuage permet d'utiliser l'informatique en tant que service, en tout lieu

Plus en détail

Qu est-ce que le «cloud computing»?

Qu est-ce que le «cloud computing»? Qu est-ce que le «cloud computing»? Par Morand Studer eleven Octobre 2011 Qu est-ce que le «cloud computing»? - Morand Studer eleven Octobre 2011 www.eleven.fr 1 Aujourd hui, la démocratisation de l informatique

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Cloud Computing, Fondamentaux, Usage et solutions

Cloud Computing, Fondamentaux, Usage et solutions SEMINAIRE sur le «CLOUD COMPUTING» DU 24 AU 28 NOVEMBRE 2014 TUNIS (TUNISIE) Cloud Computing, Fondamentaux, Usage et solutions Objectifs : Cette formation vous permettra de comprendre les principes du

Plus en détail

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs,

Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Madame la Ministre, Madame la Commissaire Vassiliou, Mesdames et Messieurs, Je suis ravi d' être ici ce soir pour le lancement officiel du programme Horizon 2020 en France. Avec près de 80 milliards d'euros

Plus en détail

Visez l excellence digitale

Visez l excellence digitale Visez l excellence digitale Repensez vos possibilités applicatives grâce à la redéfinition des modes de travail d Avanade. Applications : le nouvel eldorado de la compétitivité La consumérisation de l

Plus en détail

Alphonse Carlier, Intelligence Économique et Knowledge Management, AFNOR Éditions, 2012.

Alphonse Carlier, Intelligence Économique et Knowledge Management, AFNOR Éditions, 2012. 1 Du même auteur chez le même éditeur Alphonse Carlier, Intelligence Économique et Knowledge Management, AFNOR Éditions, 2012. AFNOR 2013 Couverture : création AFNOR Éditions Crédit photo 2011 Fotolia

Plus en détail

Veille Technologique. Cloud Computing

Veille Technologique. Cloud Computing Veille Technologique Cloud Computing INTRODUCTION La veille technologique ou veille numérique consiste à s'informer de façon systématique sur les techniques les plus récentes et surtout sur leur mise à

Plus en détail

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME

Sage Online, les solutions qui me ressemblent. sécurité simplicité mobilité expertise métier. Les solutions de gestion Cloud pour les PME Sage Online, les solutions qui me ressemblent sécurité simplicité mobilité expertise métier Les solutions de gestion Cloud pour les PME Le choix du Cloud : une solution clés en main pour la gestion de

Plus en détail

Déroulement. Dossier 6 Le marché, l offre et la demande. Dossier 7 Les secteurs institutionnels. Dossier 8 Le droit et ses sources

Déroulement. Dossier 6 Le marché, l offre et la demande. Dossier 7 Les secteurs institutionnels. Dossier 8 Le droit et ses sources Gep éditions, 2011 ISBN : 978-2-84425-796-3 Le référentiel L'environnement économique, juridique et institutionnel Caractériser le marché de l entreprise et définir l offre et la demande. Identifier les

Plus en détail

Définition Veille concurrentielle

Définition Veille concurrentielle Par Badr Benchaal Définition Veille concurrentielle La veille concurrentielle est un état ou dispositif de surveillance continue des actions et produits des concurrents actuels ou potentiels. La veille

Plus en détail

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER Cloud Computing 19 Octobre 2010 JC TAGGER AGENDA 8h30-9h00 Le Cloud Computing De quoi s agit-il? Opportunités pour les entreprises Impact sur la chaine de valeur de l industrie des NTIC s 9h00-9h15 Témoignage

Plus en détail

Thierry Drilhon procède à de nouvelles nominations au sein de son comité de direction

Thierry Drilhon procède à de nouvelles nominations au sein de son comité de direction INFORMATION PRESSE Cisco Systems France Véronique Jaffro vejaffro@cisco.com Tel : 01 58 04 31 90 3d Communication Alexis Noal anoal@3dcommunication.fr Tel : 01 46 05 87 87 Thierry Drilhon procède à de

Plus en détail

Le point d'inflexion dans l'écosystème de l'application

Le point d'inflexion dans l'écosystème de l'application Le point d'inflexion dans l'écosystème de l'application L'ère post-pc : l explosion des sources de données 0111010101101010101010101010101010101010110101010101010101010101010101010101 0101010101101011011011011101011100000010110101001101011110011010101010110101

Plus en détail

Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015

Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015 Business Intelligence Les 15 tendances clefs pour 2015 Philippe Nieuwbourg www.decideo.fr www.b-eye-network.com 17/11/2008 15 : Temps réel» Fantasme de l intelligence artificielle» Il faut réduire les

Plus en détail

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Avec l aimable autorisation de Fusions & Acquisitions Magazine

Plus en détail