Contribution aux rapports entre la logique combinatoire et les T[Σ]-algèbres.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution aux rapports entre la logique combinatoire et les T[Σ]-algèbres."

Transcription

1 UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V «CONCEPTS ET LANGAGES» Laboratoire de recherche «Langues, Logiques, Informatique, Cognition (STIH-LaLIC)» T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline/ Spécialité : Informatique Présentée et soutenue par : Benoît SAUZAY le : 26 octobre 2013 Le concept informatique de «compilation généralisée» dans les sciences cognitives (linguistique, logique et intelligence artificielle): Contribution aux rapports entre la logique combinatoire et les T[Σ]-algèbres. Sous la direction de : M. Jean-Pierre DESCLES Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne, JURY : M. Jean-Yves BEZIAU Professeur, Université Fédérale de Rio de Janeiro (rapporteur) M. Ismaïl BISKRI Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières M. Jean-Pierre DESCLES Professeur, Université Paris-Sorbonne, LaLIC (directeur de thèse) M. Jean-Gabriel GANASCIA Professeur, Université Pierre et Marie Curie, LIP6 M. Jean SALLANTIN Professeur, Directeur de recherche au CNRS, LIRMM (rapporteur)

2 2

3 POSITION DE THESE Les problèmes de la cognition ou de l intelligence artificielle se posent généralement (Searle, 1990) en faisant référence à la machine de Turing (Turing, 1950). Si on considère le développement de l informatique depuis les années soixante, on constate que d une part, les architectures matérielles évoluent modérément, le jeu d instructions majoritairement utilisé aujourd hui étant toujours le même qu aux débuts de l ordinateur individuel : le langage x86 d Intel 1. D autre part, l augmentation du nombre de langages de programmation, aussi bien avec une approche procédurale que déclarative 2, a été très importante. Parallèlement, les concepts, comme la notion de fonction, peuvent être traduits d un langage de haut niveau dans un autre langage de haut niveau. Les notions d objet d un langage orienté objet peuvent aussi être traduites dans un autre. On peut poser des propriétés de commutativité ou d associativité relatives à un opérateur, de précédence des opérateurs entre eux, ou écrire une grammaire. On distinguera, parmi ces concepts, des invariants qui ne seront pas toujours clairement exprimés par les syntaxes des différents langages de programmation, mais qui traverseront invariablement les différentes phases de compilation et les différents compilateurs. Ces invariants sont principalement l application d un opérateur à un opérande, c est pourquoi on parle généralement de langage applicatif. Nous reprendrons dans ce travail un deuxième invariant, introduit par J.-P. Desclés, qui est la distinction entre la notion d opérateur 3 et celle d opération (Desclés J.-P., Opérateurs Opérations, 1980). On peut dès lors légitiment se poser la question du rapport entre la pensée et le cerveau non plus en termes de machine à instructions de Turing, mais en termes de compilation, d opérateurs 4 et d opérations. Si le langage de haut niveau implique des symboles, le calcul repose en premier lieu sur des opérateurs et des opérations 5. Un ordinateur forme donc un ensemble d opérateurs en dualité avec des opérations «physiques», qui peuvent éventuellement être associées à des symboles. Ces opérateurs se composent et se complexifient dans une certaine 1 Le langage x86 est un langage binaire directement exécutable par une machine matérielle ; le langage assembleur se trouve juste au-dessus de ce langage x86, puis encore au-dessus, interviennent les langages de haut niveau. Le langage x86 est utilisé dans la majorité des processeurs actuels. Certains langages binaires, comme ceux de la famille 68xxx ou SPARC, ont disparu ou sont restreints à des usages très spécifiques. Les processeurs ARM utilisent un jeu d instructions très comparable au langage x86. 2 Les langages procéduraux ou impératifs se distinguent des langages déclaratifs ou fonctionnels ; selon (Reade, 1993, p. 2), «procedural languages have evolved as abstractions from a von Neumann model of sequential machines and their control mechanisms have arisen as abstractions from the use of a program counter to locate the next instruction and to perform jumps. The programmer is having to do several things at the same time, namely : (1) describe what is to be computed ; (2) organize the computation sequencing into small steps ; (3) organize memory management during the computation. ( ) Declarative languages are usually generated from mathematical principles.». Ces deux approches ont cependant intégré des concepts d objet ou «orientés-objet», afin de permettre la prise en compte aussi bien des problèmes d évolution du programme que des entités manipulées par la pensée humaine, i.e. les «objets» ou concepts (Masini, Napoli, Colnet, Léonard, & Tombre, 1991, p. 17). 3 La notion de fonction n est plus dès lors synonyme d opérateur. 4 Brièvement, un opérateur est un procédé constructif qui produit un résultat à partir d un opérande donné. 5 Si nous réalisons une machine «mécanique» (comme les anciennes machines à vapeur), cette dernière peut être programmée par des manettes, manivelles (opérations) ou autre procédé mécanique indépendamment de tout système symbolique. 3

4 horizontalité, mais également dans une certaine verticalité. De même que la compilation verticale permet de passer d un ensemble de concepts à un autre, un opérateur horizontal complexe fait la correspondance entre deux ensembles d opérateurs qui renvoient à des concepts. En s engouffrant dans la brèche ouverte par J. Backus (1957) avec le premier compilateur FORTRAN, jusqu à la position de (Gajski, 2003) qui substitue la notion d instruction par celle de compilation, il nous semble donc raisonnable de vouloir étudier la cognition humaine, et même animale, la faculté de langage, et ses représentations logiques et informatiques, par le biais de l approche par compilation. Les travaux contemporains (Chomsky & Schützenberg, 1963) sur la syntaxe abstraite des langues naturelles ont pu par exemple inspirer J. Backus pour construire une abstraction de la machine plus «naturelle». Nous proposons ainsi de reprendre la démarche de J. Backus de la façon suivante : Il n est pas nécessaire de tout penser en termes de machine de Turing. Pour cela, on peut concevoir une machine de Turing particulière, appelée «compilateur», qui permette d oublier 6 la complexité «technique» des machines de Turing. Cette dernière peut être elle-même mise «à l intérieur», ou réalisée par une machine de Turing. Sans entrer dans le débat sur la notion de calculabilité, nous entendons par «machine de Turing», l ensemble des machines y compris les hypermachines ou les ordinateurs quantiques. Le problème de la cognition en général peut donc être posé à l aide du concept général de compilation, conçu comme une succession de changements de représentations, et non plus uniquement en termes de machine de Turing puisque la compilation en a effacé les aspects techniques. Pouvons-nous faire l hypothèse que certains mécanismes relevant de la compilation font partie intégrante de l étude explicative de la cognition et de son architecture par changement de représentation entre couches ou niveaux? La cognition serait alors, dans cette optique, expliquée par des changements successifs de représentation, allant d un niveau cognitif symbolique hautement catégorisé, vers un niveau matériel dont la structure est très différente et inversement, du niveau matériel vers un niveau entièrement symbolique. Plus complexe qu une simple compilation, la cognition peut-elle mettre en œuvre plusieurs niveaux successifs? Elle effectuerait alors des changements de représentation, d un niveau cognitif vers un niveau matériel et serait alors synonyme de compilation généralisée. L expression compilation généralisée a été introduite initialement par (Desclés J.-P., 1989), (Abraham, Desclés, Piotrowski, & Segond, 1990). Par exemple, comment peut-on décrire les calculs qui engendrent des représentations associées à tuer ou mourir, représentations qui ne sont elles-mêmes pas indépendantes les unes des autres? En effet, pour expliquer la relation entre «tuer» et «mourir», nous devons expliquer comment l énoncé le chasseur a tué le daim, engendre une représentation qui permet d en déduire que ce daim est mort. Pour cela, la reconnaissance de la forme linguistique tuer déclenche la construction d une représentation structurée que nous allons définir comme une treille. Cette représentation fait intervenir en tant que composante, les opérateurs «être-vivant» et «ne pas être vivant», identifiable à «être mort». Il se trouve que les représentations arborescentes sous-jacentes aux expressions des énoncés linguistiques sont similaires à celles mises en œuvre par les compilateurs des langages informatiques. Ces structures sont des arbres doublement orientés (Arbib & Give'on, 1968) qui se distinguent des arbres de la théorie des graphes (Berge, 1958), (Gondran & Minoux, 2009) simplement orientés. On remarque cependant qu en se restreignant aux seules structures d arbres 6 Oublier ou effacer de la complexité, c est faire en quelque sorte de l abstraction, ou s élever au-dessus d un certain nombre de difficultés techniques (variables). 4

5 bi-ordonnés, on peut être amené à réitérer certains calculs, ce qui diminue considérablement l efficacité opératoire (temps de calcul et occupation mémoire). Par exemple, un même calcul effectué dans une structure arborescente ne peut pas être repris à un autre endroit de l arborescence (sans duplication), il nécessite alors des opérations intermédiaires de stockage et de transport à l intérieur de l arborescence englobante. C est pourquoi, pour optimiser les calculs, le compilateur classique construira des graphes dirigés sans circuit (DAG 7 ) alors qu il manipule en réalité des graphes dirigés orientés sans circuit (DOAG 8 ), à partir d arbres, en utilisant d un point de vue technique, des pointeurs pour permettre le calcul. De même, en linguistique, la notion d arbre bi-ordonné, aussi bien l arbre syntagmatique de la linguistique structurale nord-américaine que l arbre de dépendance de L. Tesnière ou de Mel cuk, ne permet pas de représenter adéquatement la composition de prédicats complexes appliqués à un même terme. Par exemple, dans Luc pense partir, le prédicat complexe pense partir est le résultat d une composition des prédicats plus élémentaires pense et part, appliqués au même terme Luc puisque Luc pense partir signifie Luc pense (Luc part). La structure de treille que nous allons présenter permet d avoir une représentation plus adéquate et plus économique que l arbre bi-ordonné. Dans un arbre bi-ordonné, un même nœud ne peut pas avoir plusieurs pères ; de ce fait, le nœud «Luc» est redoublé et la structure n exprime pas que les prédicats «penser» et «partir» ont un même sujet. Dans un DAG, il y a bien un même sujet pour les deux prédicats, cependant les deux opérandes du prédicat «penser» ne se trouvent pas au même niveau 9. Sans orientation verticale du graphe mais avec uniquement une orientation des arcs, l opérateur initial ne peut pas être représenté sans ambiguïté, ce qui empêche le calcul de se déployer. Le DAG est déjà en partie orienté. Le DOAG précise que l opérateur complexe représenté débute avec le prédicat «penser» et non «partir», parce qu il se trouve au nœud supérieur. Le DOAG ne donne cependant pas le procédé de calcul sous-jacent. Par contre, la treille possède les propriétés du DOAG, ainsi que des propriétés de calcul adéquates sur des opérateurs qui permettent d écrire l opérateur I sur le nœud intermédiaire gauche, qui «fait remonter» l opérande «Luc» comme sujet du verbe «penser». Autrement dit, en termes de représentations, seule la treille donne une bonne représentation, également valide d un point de vue du calcul. Notre problème est donc l explicitation technique et épistémologique du concept de compilation largement utilisé en informatique, et étendu aux sciences cognitives, englobant l étude du fonctionnement langagier, au moyen de représentations symboliques, logiques, et informatiques. Dans ce contexte, nous abordons dans l ordre les problèmes suivants, qui correspondent à notre découpe par chapitres, selon une première partie exposant les cadres théoriques, et une seconde partie présentant des applications. Premier problème : La compilation en informatique. Quelles sont les étapes qui constituent la compilation en informatique? Nous les décrirons simplement, puis nous interrogerons : est-il possible d envisager une chaîne de compilation ou de transformation de différents niveaux d abstraction dans une approche «non classique» de la compilation? Peut-on «penser» ces calculs indépendamment des opérations matérielles elles-mêmes, dans la continuité de la démarche de J. Backus jusqu à la position de Gajski? 7 Directed Acyclic Graph. 8 Directed Oriented Acyclic Graph 9 Le sujet Luc se trouve à une distance d un arc du prédicat Penser, ce qui n est pas vrai. Nous avons bien «penser : Luc partir» qui s applique en dernier sur Luc. La structure doit rendre compte de cet ordre pour permettre le calcul effectif. 5

6 Deuxième problème : Combinateurs de la logique combinatoire. Des opérateurs primitifs, appelés par H. Curry des combinateurs, permettent de construire toutes les expressions d un calcul formel comme le λ-calcul de Church et réciproquement. Ces combinateurs renvoient à des «objets de pensée» et définissent donc un modèle de calcul. Cependant, les formalismes qui utilisent des compilateurs renvoient-ils davantage à des modèles de calculs ou bien à des modèles de machines? Troisième problème : Σ-algèbre. Les deux principaux modèles de calcul qui ont été «présentés» (i.e. la logique combinatoire et le λ-calcul) n effectuent pas de distinction explicite entre la notion d opérateur et celle d opération. Ils ne possèdent pas non plus une formalisation adéquate pour se déployer directement sous la forme d arbres opératoires. Quelle comparaison sera-t-il possible de faire entre le modèle de calcul par treilles, la logique combinatoire de Curry et le λ-calcul de Church sur cette base? Un autre modèle de calcul doit-il encore être introduit? Quatrième problème : T[Σ]-algèbre. Le troisième problème conduisant à un niveau de complexité élevé, un quatrième modèle de calcul est introduit ; selon J.-P. Desclés (1980), il peut être défini en termes de deux T-opérations («comparables» aux combinateurs de H. Curry.). Nous présenterons donc les travaux de J.-P. Desclés de façon actualisée. Cinquième problème : Des arbres aux treilles. Les compilateurs mettent donc en œuvre des calculs sur des calculs. Ces derniers ont été formalisés dans les années 1930 par la logique combinatoire et le λ-calcul, sur la base de représentations symboliques. Or, la manipulation de ces systèmes pour des applications concrètes comme l informatique a fait apparaître une représentation plus adéquate, économique : l arbre bi-ordonné. Dès lors, pourquoi ne pas utiliser directement un formalisme de calcul sur la base de ces arbres informatiques ou bi-ordonnés? Peut-on fonder un calcul uniquement sur des arbres, sans faire référence à des solutions techniques appartenant au modèle de machine? Le formalisme des arbres est-il suffisant? Sixième problème : Rapports entre la logique combinatoire et les treilles. Se pose alors la question de construire des rapports entre ce dernier modèle et le modèle de Curry. La logique combinatoire est plus simple et davantage orientée sur la notion d opérateur primitif que le modèle de Church. La logique combinatoire est un système qui s appuie sur la notion d application, alors que les T[Σ]-algèbres ou treilles utilisent la notion de composition dans la théorie des catégories. Dès lors, comment construire une sorte de «pont» entre ces deux modèles de calcul? Les cadres théoriques présentées permettent-ils une compilation, i.e. un calcul de calculs ou encore un calcul sur des structures? Septième problème : Arithmétique. Les calculs mis en œuvre dans un compilateur ne sont pas triviaux. Est-il possible de construire une application simple du calcul par des treilles, pour luimême dans le plan, comme par exemple l arithmétique? Huitième problème : Changements de représentations en biologie. La biologie est un système de construction par niveaux, si on considère que des réactions physico-chimiques interviennent, puis des structures, des tissus, des organismes. Lors des changements de représentations, des transformations «intrinsèques» interviennent : effacements, duplications, inversions. Pouvonsnous utiliser un formalisme de manipulation d opérateurs pour décrire «en partie» les mécanismes biologiques ou chimiques? On s interrogera ainsi sur les différents programmes de structure mis en œuvre par la biologie. 6

7 Neuvième problème : Schèmes sémantico-cognitif (compilation en linguistique). Le problème du choix d une structure adéquate pour effectuer des «calculs sur des calculs» (troisième problème) a été posé en partant des langues naturelles. Pouvons-nous développer ce calcul «de calcul» à un niveau sémantico-cognitif? Est-il possible de proposer un calcul formel qui serait sous-jacent à l énoncé «le chasseur a tué le daim», tel que la machine puisse inférer que le daim est maintenant mort, après avoir été vivant? Quel en serait le formalisme adéquat? Peut-on utiliser le même formalisme que celui utilisé pour l arithmétique et indépendament de tout domaine d application? Dixième problème : La compilation généralisée en sciences cognitives. Nous interrogeons la relation entre la matière ou le cerveau et l esprit ou les représentations cognitives d un point de vue épistémologique. Comment les représentations cognitives, si elles ont une certaine autonomie, pourraient-elles être étudiées indépendamment des supports matériels (neurobiologiques)? Si l on réfute le dualisme et le réductionnisme, comment relier alors la pensée et le cerveau? Si la proposition de J. Ladrière : «l esprit est adhérent à la matière», peut être retenue, que signifie-t-elle? Comment les représentations cognitives peuvent-elles adhérer à leur support? Pour résoudre ces problèmes, nous adoptons une démarche qui détermine notre plan. Tout d abord, une première partie pose le problème de la compilation et des transformations internes qu elle met en œuvre, puis se consacre au cadre algébrique, théorique et à sa comparaison avec la logique combinatoire. La deuxième partie présente les applications en réponse aux problèmes d arbres soulevés dans la première partie, et les ouvre vers la compilation généralisée en sciences cognitives. Ce mémoire se compose donc de dix chapitres et s inscrit dans le programme de recherche transversal du laboratoire STIH-LaLIC - langage, logiques, informatique et cognition - qui travaille sur les langues naturelles dans le cadre théorique de la Grammaire Applicative Cognitive et Enonciative. De ce fait, à travers l analyse en niveaux à partir des observables et la synthèse issue des représentations cognitives élaborées, il s intéresse autant aux langues qu aux moyens formels (logiques et mathématiques) de l analyse, en vue d une automatisation à terme, par exemple sur des applications ciblées (résumé ou extraction de segments pertinents méthode d exploration contextuelle). Notre projet est pluridisciplinaire, car il est centré sur ces moyens formels de l analyse et de la synthèse ; pour ce faire, il fait appel à un cadre mathématique et établit une relation avec la logique qui se justifie par elle-même ; toutefois, il prend aussi en compte l insuffisance des représentations arborescentes, notamment pour la linguistique, et se justifie également de par le formalisme simple qu il lui apporte. 7

8 REFERENCES Abraham, M., Desclés, J.-P., Piotrowski, D., & Segond, F. (1990). Langage naturel et représentations cognitives : un problème d'architecture et de compilation. Actes du 4e colloque de l'arc, progrès de la science cognitive (pp ). ARC INRIA. Arbib, M., & Give'on, Y. (1968). Algebra Automata I: Parallel Programming as a Prolegomena to the Categorial Approach. Dans Information and Control (pp ). Backus, J. (1959). the syntax and semantics of the proposed international algebraic language of the Zurich ACM-GAMM Conference. Proc. Intl. Conf. Information Processing (pp ). Paris: UNESCO. Backus, J. (1978, August). Can Programming Be Liberated from the von Neumann Style? A functional Style and its Algebra of Programs. ACM Turing Award Lecture - volume 21 number 8, pp Berge, C. (1958). Théorie des graphes et des applications. Paris: Dunod. Chomsky, N. (1956). Three models for the description of language. IRE Trans. on Information Theory, IT-2.3, Chomsky, N., & Schützenberg, M.-P. (1963). The Algebraic Theory of Content-Free Language. Dans P. Braffort, & D. Hirschberg, Computer Programming ad Formal Systems (pp ). North Holland. Church, A. (1932). A set of postulates for the foundation of logic. Annals of Mathematics - series 2, Curry, H. (1929). An Analysis of Logical Substitution. American Journal of Mathematics Vol51, No 3, Curry, H., Feys, R., & Craig, W. (1958). Combinatory Logic. Amsterdam: North-Holland. Desclés, J.-P. (1980). Opérateurs Opérations. Paris: Thèse d'etat - Université de Paris 7. Gajski, D. (2003). NISC : The Ultimate Reconfigurable Component. Center for Embedded Computer Systems TR Gondran, M., & Minoux, M. (2009). Graphes et algorithmes. Paris: Lavoisier. Turing, A. (1950). Computing Machinery and Intelligence. Mind n 49,

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Correction de programmes : Logique de Hoare

Correction de programmes : Logique de Hoare 16 juillet 2009 Logique et informatique Vis-à-vis de l informatique la logique a au moins 2 rôles : 1 Externe et théorique (fondements de l informatique - Électif en S4) : Logique comme méta-informatique

Plus en détail

Langages de programmation: approche scientifique

Langages de programmation: approche scientifique IGE 2004 - ENS 29 juin 2004 Présentation au CGTI 1 Informatique théorique 2 3 Une science? Informatique théorique Chaque science repose un dogme fondamental. Les mathématiques Les raisonnements formels

Plus en détail

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits {Â Ö Ñ º ØÖ Ý,È ØÖ ºÄÓ Ù,Æ ÓÐ ºÎ ÝÖ Ø¹ ÖÚ ÐÐÓÒ} Ò ¹ÐÝÓÒº Ö ØØÔ»»Ô Ö Óº Ò ¹ÐÝÓÒº Ö» Ö Ñ º ØÖ Ý»¼ Ö½» ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits 13, 20 et 27 novembre 2006 Présentation générale On choisit

Plus en détail

Chap. I : Architecture de base d un ordinateur

Chap. I : Architecture de base d un ordinateur UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Dans cette partie, nous décrivons rapidement l architecture de base d un ordinateur et les principes de son fonctionnement.

Plus en détail

Introduction au Makefile

Introduction au Makefile Introduction au Makefile Nicolas Kielbasiewicz 3 mars 2009 Le développement d un programme et plus généralement d un logiciel demande au(x) programmeur(s) de gérer plusieurs fichiers, voire plusieurs langages.

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique. Généralités : Etymologiquement, le mot informatique veut dire «traitement d information». Ceci signifie que l ordinateur n est capable de fonctionner que s il y a apport

Plus en détail

Cours architectures des ordinateurs

Cours architectures des ordinateurs Université KASDI MERBAH Ouargla Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Département d Informatique et Technologie de l information Cours architectures des ordinateurs

Plus en détail

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les informations traitées par l ordinateur (nombres, instructions,

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES

DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES DECHARGEMENT ET CHARGEMENT MASSIF DES DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être

Plus en détail

Service combinators for farming virtual machines

Service combinators for farming virtual machines Master d Informatique Fondamentale École Normale Supérieure de Lyon Sémantique du parallélisme Chantal Keller Service combinators for farming virtual machines K. Bhargavan, A. D. Gordon, I. Narasamdya

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Objectifs du

Plus en détail

Système. Introduction aux systèmes informatiques

Système. Introduction aux systèmes informatiques Introduction aux systèmes informatiques Système Un système est une collection organisée d'objets qui interagissent pour former un tout Objets = composants du système Des interconnexions (liens) entre les

Plus en détail

SDL: 20 ans de programmation basée modèle

SDL: 20 ans de programmation basée modèle SDL: 20 ans de programmation basée modèle Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin @ pragmadev.com Principes MDE, MDA et MDD: Approche orienté modèle PIM: Platform Independant Model PDM: Platform Definition Model

Plus en détail

DOSSIER N 01. Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations.

DOSSIER N 01. Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations. DOSSIER N 01 Question : Présenter un choix d exercices sur le thème suivant : Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations. Consignes de l épreuve : Pendant votre préparation

Plus en détail

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine

Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Chapitre 2 : Représentation des nombres en machine Introduction La mémoire des ordinateurs est constituée d une multitude de petits circuits électroniques qui ne peuvent être que dans deux états : sous

Plus en détail

Le Collège de France crée une chaire pérenne d Informatique, Algorithmes, machines et langages, et nomme le Pr Gérard BERRY titulaire

Le Collège de France crée une chaire pérenne d Informatique, Algorithmes, machines et langages, et nomme le Pr Gérard BERRY titulaire Communiquédepresse Mars2013 LeCollègedeFrancecréeunechairepérenned Informatique, Algorithmes,machinesetlangages, etnommeleprgérardberrytitulaire Leçoninauguralele28mars2013 2009avait marquéunpas importantdans

Plus en détail

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX TECHNOLOGIES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information

Plus en détail

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/ données pr ogramme 11111101 11001101 01000101 b us disque ma gnétique processeur écran Structures de données et algorithmes Ordinateurs Gilles Falquet, printemps-été 2002 Machines composées de (depuis

Plus en détail

Assembleur, Compilateur et Éditeur de Liens

Assembleur, Compilateur et Éditeur de Liens Assembleur, Compilateur et Éditeur de Liens Pierre de rosette GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Assembleur et compilateur Langage assembleur Langage compilé

Plus en détail

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES

Base de données. Objectifs du cours 2014-05-20 COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES 1 Base de données COURS 01 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Objectifs du cours 2 Introduction aux bases de données relationnelles (BDR). Trois volets seront couverts : la modélisation; le langage d exploitation;

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

Rappel sur les bases de données

Rappel sur les bases de données Rappel sur les bases de données 1) Généralités 1.1 Base de données et système de gestion de base de donnés: définitions Une base de données est un ensemble de données stockées de manière structurée permettant

Plus en détail

Algorithmique - Techniques fondamentales de programmation Exemples en Python (nombreux exercices corrigés) - BTS, DUT informatique

Algorithmique - Techniques fondamentales de programmation Exemples en Python (nombreux exercices corrigés) - BTS, DUT informatique Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot

COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot LICENCE 1 SEMESTER 2 (Spring) o Initiation à la programmation 2 o Concepts informatiques o Internet et outils o Mathématiques élémentaires 2 COURSE DESCRIPTION Initiation

Plus en détail

Machines virtuelles Cours 1 : Introduction

Machines virtuelles Cours 1 : Introduction Machines virtuelles Cours 1 : Introduction Pierre Letouzey 1 pierre.letouzey@inria.fr PPS - Université Denis Diderot Paris 7 janvier 2012 1. Merci à Y. Régis-Gianas pour les transparents Qu est-ce qu une

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce

Heuristique et métaheuristique. 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques. Optimisation combinatoire. Problème du voyageur de commerce Heuristique et métaheuristique IFT1575 Modèles de recherche opérationnelle (RO) 8. Optimisation combinatoire et métaheuristiques Un algorithme heuristique permet d identifier au moins une solution réalisable

Plus en détail

Temps Distance Vitesse

Temps Distance Vitesse Temps Distance Vitesse Jean-Noël Gers Février 2005 CUEEP Département Mathématiques p1/27 Ce dossier contient un certain nombre de problèmes classiques sur la rencontre de mobiles évoluant à vitesse constante.

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S MP deuxième années PREAMBULE Sommaire I. Contexte de la réforme de l informatique en C.P.G.E II. Objectifs de la formation III. Moyens

Plus en détail

Cours 1 : La compilation

Cours 1 : La compilation /38 Interprétation des programmes Cours 1 : La compilation Yann Régis-Gianas yrg@pps.univ-paris-diderot.fr PPS - Université Denis Diderot Paris 7 2/38 Qu est-ce que la compilation? Vous avez tous déjà

Plus en détail

Générer du code à partir d une description de haut niveau

Générer du code à partir d une description de haut niveau Cedric Dumoulin Générer du code à partir d une description de haut niveau Ce projet vise à fournir un environnement de développement permettant de modéliser des UI Android à un haut niveau d abstraction,

Plus en détail

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description

I. Bases de données. Exemples classiques d'applications BD. Besoins de description I. Bases de données Exemples classiques d'applications BD Les besoins Qu est ce qu un SGBD, une BD Architecture d un SGBD Cycle de vie Plan du cours Gestion des personnels, étudiants, cours, inscriptions,...

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

Cours d Algorithmique et structures de données 1

Cours d Algorithmique et structures de données 1 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed Khider - Biskra Faculté des Sciences Exactes et des Sciences de la Nature et de la Vie Département d Informatique

Plus en détail

1. Les fondements de l informatique 13

1. Les fondements de l informatique 13 Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

L outil Cup. Licence info et GMI documentation COMPIL 2007-2008. Pour toutes remarques, questions, suggestions : mirabelle.nebut@lifl.

L outil Cup. Licence info et GMI documentation COMPIL 2007-2008. Pour toutes remarques, questions, suggestions : mirabelle.nebut@lifl. UFR IEEA Licence info et GMI documentation COMPIL 2007-2008 FIL Pour toutes remarques, questions, suggestions : mirabelle.nebut@lifl.fr 1 raccourci pour Java-Based Constructor of Useful Parsers est un

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L

ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L ARC / PREMIER DOSSIER DU MOIS DE SEPTEMBRE 2012 L Audit Global Partagé et le BIC (Bilan Initial de Copropriété) : une démarche et une méthode innovantes au service de la rénovation des copropriétés À la

Plus en détail

Examen CAR 2 Heures Tout documents autorisés le 17 Novembre 2005

Examen CAR 2 Heures Tout documents autorisés le 17 Novembre 2005 Examen CAR 2 Heures Tout documents autorisés le 17 Novembre 2005 Rappel : Tout méta-modèle ou profil doit être commenté! 1 Question de compréhension du cours barème indicatif : 5 points Q : Lorsque l on

Plus en détail

Figure 1 : page d accueil pour le professeur

Figure 1 : page d accueil pour le professeur Démonstration de Maple T.A., un environnement pour les examens et devoirs en ligne avec correction Automatique Benoit Vidalie, Maplesoft (bvidalie@maplesoft.com) Résumé : Le logiciel de calcul mathématique

Plus en détail

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques.

Logique binaire. Aujourd'hui, l'algèbre de Boole trouve de nombreuses applications en informatique et dans la conception des circuits électroniques. Logique binaire I. L'algèbre de Boole L'algèbre de Boole est la partie des mathématiques, de la logique et de l'électronique qui s'intéresse aux opérations et aux fonctions sur les variables logiques.

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Modèle objet/classe. Sommaire

Modèle objet/classe. Sommaire Modèle objet/classe Sommaire Pourquoi un tel modèle ; Sa place dans le processus de développement ; Les premiers concepts ; Comment construire un diagramme de classes. Sa place dans le processus de développement

Plus en détail

Computix. Dans la colonne du 10, B choisit le 7 inférieur A 10 B 7

Computix. Dans la colonne du 10, B choisit le 7 inférieur A 10 B 7 Computix Matériel : grilles carrées comportant un nombre impair de cases. Quelques-unes sont données en annexe ; mais on peut aussi les construire soi-même, ou les faire construire par les élèves. Elles

Plus en détail

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Unité Systèmes d'information CM : 45h - TD : 60h - TP : 12h - Coeff 2 Systèmes de Gestion de Bases de Données Modéliser

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation

Travaux pratiques. Compression en codage de Huffman. 1.3. Organisation d un projet de programmation Université de Savoie Module ETRS711 Travaux pratiques Compression en codage de Huffman 1. Organisation du projet 1.1. Objectifs Le but de ce projet est d'écrire un programme permettant de compresser des

Plus en détail

Conclusions et Perspectives

Conclusions et Perspectives 8 Conclusions et Perspectives Ce chapitre conclut la thèse en donnant un bilan du travail effectué et les perspectives envisageables au terme de cette recherche. Nous rappelons tout d abord les principales

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

Customisation Rhapsody et Henri BOULOUET DITV/AEEV/EECH. approche méthodologique

Customisation Rhapsody et Henri BOULOUET DITV/AEEV/EECH. approche méthodologique Customisation Rhapsody et approche méthodologique Retour d expérience sur l implémentation d un langage et profil UML associé 1 Sommaire Principe d un développement méthodologique Evocation d ISR (Ingénierie

Plus en détail

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits

Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d interpréteurs abstraits 1 d Automatisation de la certification formelle de systèmes critiques par instrumentation d sous la direction de Michaël Périn Soutenance de Thèse de Doctorat Université de Grenoble - Laboratoire Verimag

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

L enseignement de l algorithmique au Lycée

L enseignement de l algorithmique au Lycée L enseignement de l algorithmique au Lycée Sisteron 12 novembre 2009 Fernand Didier didier@irem.univ-mrs.fr Approche naïve C est une méthode, une façon systématique de procéder, pour faire quelque chose

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire

Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire Bernard Darley *, Philippe Prévost ** * IUFM d Aquitaine, Université Bordeaux 4 BP 219, 33021

Plus en détail

MATHÉMATIQUES. Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

MATHÉMATIQUES. Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MATHÉMATIQUES Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN Mars 2001 MATHÉMATIQUES Les préalables pour l algèbre MAT-P020-1 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN Mars 2001 Direction

Plus en détail

Cours d Algorithmique

Cours d Algorithmique 1 de 16 Cours d Algorithmique Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www.lri.fr/ hivert 2 de 16 Informations pratiques 25 heures de cours ; 25 heures de travaux dirigés

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet

Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet Ecole des Hautes Etudes Commerciales HEC Alger Diagramme de Classe UML et Base de Données Relationnelle-objet par Amina GACEM Module Informatique 1ière Année Master Sciences Commerciales Plan Introduction

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Notion de complexité

Notion de complexité 1 de 27 Algorithmique Notion de complexité Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www-igm.univ-mlv.fr/ hivert Outils mathématiques 2 de 27 Outils mathématiques : analyse

Plus en détail

Maîtrise de l énergie dans l habitat

Maîtrise de l énergie dans l habitat Séquence 1 : Quels sont les postes de consommation d énergie dans une habitation? 2 séances Séance Séquence 2 : Quel est le systéme de chauffage le plus économique? Séance Séquence 3 : Quels éléments composent

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Introduction à l'informatique

Introduction à l'informatique Introduction à l'informatique DEUG Sciences et Technologie Première année Autour de la programmation Catherine Mongenet Pierre Gancarski (supports réalisés par Catherine Mongenet et Pascal Schreck) Rappels

Plus en détail

Cabri et le programme de géométrie au secondaire au Québec

Cabri et le programme de géométrie au secondaire au Québec Cabri et le programme de géométrie au secondaire au Québec Benoît Côté Département de mathématiques, UQAM, Québec cote.benoit@uqam.ca 1. Introduction - Exercice de didactique fiction Que signifie intégrer

Plus en détail

Introduction au langage C

Introduction au langage C Organisation du cours Introduction au langage C Premier cours Notions générales Aurélien Max aurelien.max@limsi.fr 12 séances de cours de 1h: mercredi 16-17h, salle A203 12 séances de TD de 1h: mercredi

Plus en détail

Logiciel Libre Cours 3 Fondements: Génie Logiciel

Logiciel Libre Cours 3 Fondements: Génie Logiciel Logiciel Libre Cours 3 Fondements: Génie Logiciel Stefano Zacchiroli zack@pps.univ-paris-diderot.fr Laboratoire PPS, Université Paris Diderot 2013 2014 URL http://upsilon.cc/zack/teaching/1314/freesoftware/

Plus en détail

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale

Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale Présentation de la plateforme d analyse linguistique médiévale 1. Introduction Tout au long de ce document, notre projet sera présenté à travers la méthodologie suivie pour développer la plateforme d analyse

Plus en détail

Abstraction: introduction. Abstraction et liaison dans les langages de programmation. Abstraction: principe. Abstraction: terminologie. N.

Abstraction: introduction. Abstraction et liaison dans les langages de programmation. Abstraction: principe. Abstraction: terminologie. N. Abstraction et liaison dans les langages de programmation LIN2: Paradigmes de programmation N. Hameurlain Abstraction: introduction L'importance de l abstraction découle de sa capacité de cacher les détails

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

CHAPITRE 1 PREMIERS PAS. Créer un premier projet... 17 Écrire un programme... 18 Compiler, exécuter... 20 Mieux comprendre... 22

CHAPITRE 1 PREMIERS PAS. Créer un premier projet... 17 Écrire un programme... 18 Compiler, exécuter... 20 Mieux comprendre... 22 CHAPITRE 1 PREMIERS PAS Créer un premier projet... 17 Écrire un programme... 18 Compiler, exécuter... 20 Mieux comprendre... 22 15 1.1. Créer un premier projet Pour commencer, lancez Visual Basic Express.

Plus en détail

LINQ to SQL. Version 1.1

LINQ to SQL. Version 1.1 LINQ to SQL Version 1.1 2 Chapitre 03 - LINQ to SQL Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Rappels à propos de LINQ... 3 1.2 LINQ to SQL... 3 2 LINQ to SQL... 3 2.1 Importer des tables... 3 2.1.1 Le concepteur

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Laboratoire d Informatique de Paris 6

Université Pierre et Marie Curie. Laboratoire d Informatique de Paris 6 Université Pierre et Marie Curie Laboratoire d Informatique de Paris 6 Jean-Luc Lamotte Emmanuel Chailloux Extension d Objective Caml scientifique sur GPU pour le calcul Plan Présentation UPMC / LIP6 /

Plus en détail

Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD

Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD Pourquoi une modélisation préalable? Chapitre 4 Modélisation et Conception de BD Il est difficile de modéliser un domaine sous une forme directement utilisable par un SGBD. Stockage physique Cohérence/intégrité

Plus en détail

Chap. 2 - Structure d un ordinateur

Chap. 2 - Structure d un ordinateur Architecture des ordinateurs Michèle Courant S2-27 octobre 2004 Chap. 2 - Structure d un ordinateur 2.1 Processeur ou unité centrale (CPU) 2.1.1 Organisation du CPU 2.1.2 Exécution d une instruction 2.1.3

Plus en détail

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Algorithmique et programmation Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Même s'il est possible d'écrire un programme petit à petit par touches successives, le résultat est souvent

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux Florence Levé Florence.Leve@u-picardie.fr Année 2015-2016 1/29 Introduction Les algorithmes vus précédemment peuvent mener à des automates relativement

Plus en détail

Les Fonctions Processus FONCTIONS PROCESSUS CURRYFICATION

Les Fonctions Processus FONCTIONS PROCESSUS CURRYFICATION FONCTIONS PROCESSUS CURRYFICATION Patrick Bellot Télécom ParisTech Les Fonctions Processus Fonction processus vs. Fonction graphe Fonctions en extension Fonctions en intension Egalité extensionnelle 1

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

LICENCE (LMD) MENTION : INFORMATIQUE

LICENCE (LMD) MENTION : INFORMATIQUE LICENCE (LMD) MENTION : INFORMATIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Objectifs Les connaissances et compétences informatiques

Plus en détail

Les cartes conceptuelles

Les cartes conceptuelles Les cartes conceptuelles Représentations spatiales des concepts Règle de base «le chercheur isole et choisit les concepts pertinents, les hiérarchise par niveaux ordonnés, puis il relie les concepts entre

Plus en détail

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences

1. Introduction. 2. Diagramme des exigences 1. Introduction La complexité des systèmes techniques est telle que, sans outils de représentations abstraites et progressivement enrichies, les intervenants d un projet auraient de nombreuses difficultés

Plus en détail

Chapitre VIII. Les bases de données. Orientées Objet. Motivation

Chapitre VIII. Les bases de données. Orientées Objet. Motivation Chapitre VIII Motivation Le modèle relationnel connaît un très grand succès et s avère très adéquat pour les applications traditionnelles des bases de données (gestion) Les bases de données Orientées Objet

Plus en détail

Méthodes de Résolution de problèmes En Intelligence Artificielle

Méthodes de Résolution de problèmes En Intelligence Artificielle Méthodes de Résolution de problèmes En Intelligence Artificielle Résolution de Problèmes et Intelligence Artificielle Résoudre des puzzles Jouer aux échecs Faire des mathématiques Et même conduire une

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

Plan. Introduction à la Programmation Objet : Présentation du cours. Objectifs du cours "Introduction à la Programmation Objet"

Plan. Introduction à la Programmation Objet : Présentation du cours. Objectifs du cours Introduction à la Programmation Objet Plan Introduction à la Programmation Objet : Présentation du cours Présenter le cours : Objectifs (Quoi?) Laboratoire d Intelligence Artificielle Faculté I&C Administration (Comment?) IPO Cours 1 : Informations

Plus en détail