Contribution aux rapports entre la logique combinatoire et les T[Σ]-algèbres.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution aux rapports entre la logique combinatoire et les T[Σ]-algèbres."

Transcription

1 UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V «CONCEPTS ET LANGAGES» Laboratoire de recherche «Langues, Logiques, Informatique, Cognition (STIH-LaLIC)» T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline/ Spécialité : Informatique Présentée et soutenue par : Benoît SAUZAY le : 26 octobre 2013 Le concept informatique de «compilation généralisée» dans les sciences cognitives (linguistique, logique et intelligence artificielle): Contribution aux rapports entre la logique combinatoire et les T[Σ]-algèbres. Sous la direction de : M. Jean-Pierre DESCLES Professeur émérite, Université Paris-Sorbonne, JURY : M. Jean-Yves BEZIAU Professeur, Université Fédérale de Rio de Janeiro (rapporteur) M. Ismaïl BISKRI Professeur, Université du Québec à Trois-Rivières M. Jean-Pierre DESCLES Professeur, Université Paris-Sorbonne, LaLIC (directeur de thèse) M. Jean-Gabriel GANASCIA Professeur, Université Pierre et Marie Curie, LIP6 M. Jean SALLANTIN Professeur, Directeur de recherche au CNRS, LIRMM (rapporteur)

2 2

3 POSITION DE THESE Les problèmes de la cognition ou de l intelligence artificielle se posent généralement (Searle, 1990) en faisant référence à la machine de Turing (Turing, 1950). Si on considère le développement de l informatique depuis les années soixante, on constate que d une part, les architectures matérielles évoluent modérément, le jeu d instructions majoritairement utilisé aujourd hui étant toujours le même qu aux débuts de l ordinateur individuel : le langage x86 d Intel 1. D autre part, l augmentation du nombre de langages de programmation, aussi bien avec une approche procédurale que déclarative 2, a été très importante. Parallèlement, les concepts, comme la notion de fonction, peuvent être traduits d un langage de haut niveau dans un autre langage de haut niveau. Les notions d objet d un langage orienté objet peuvent aussi être traduites dans un autre. On peut poser des propriétés de commutativité ou d associativité relatives à un opérateur, de précédence des opérateurs entre eux, ou écrire une grammaire. On distinguera, parmi ces concepts, des invariants qui ne seront pas toujours clairement exprimés par les syntaxes des différents langages de programmation, mais qui traverseront invariablement les différentes phases de compilation et les différents compilateurs. Ces invariants sont principalement l application d un opérateur à un opérande, c est pourquoi on parle généralement de langage applicatif. Nous reprendrons dans ce travail un deuxième invariant, introduit par J.-P. Desclés, qui est la distinction entre la notion d opérateur 3 et celle d opération (Desclés J.-P., Opérateurs Opérations, 1980). On peut dès lors légitiment se poser la question du rapport entre la pensée et le cerveau non plus en termes de machine à instructions de Turing, mais en termes de compilation, d opérateurs 4 et d opérations. Si le langage de haut niveau implique des symboles, le calcul repose en premier lieu sur des opérateurs et des opérations 5. Un ordinateur forme donc un ensemble d opérateurs en dualité avec des opérations «physiques», qui peuvent éventuellement être associées à des symboles. Ces opérateurs se composent et se complexifient dans une certaine 1 Le langage x86 est un langage binaire directement exécutable par une machine matérielle ; le langage assembleur se trouve juste au-dessus de ce langage x86, puis encore au-dessus, interviennent les langages de haut niveau. Le langage x86 est utilisé dans la majorité des processeurs actuels. Certains langages binaires, comme ceux de la famille 68xxx ou SPARC, ont disparu ou sont restreints à des usages très spécifiques. Les processeurs ARM utilisent un jeu d instructions très comparable au langage x86. 2 Les langages procéduraux ou impératifs se distinguent des langages déclaratifs ou fonctionnels ; selon (Reade, 1993, p. 2), «procedural languages have evolved as abstractions from a von Neumann model of sequential machines and their control mechanisms have arisen as abstractions from the use of a program counter to locate the next instruction and to perform jumps. The programmer is having to do several things at the same time, namely : (1) describe what is to be computed ; (2) organize the computation sequencing into small steps ; (3) organize memory management during the computation. ( ) Declarative languages are usually generated from mathematical principles.». Ces deux approches ont cependant intégré des concepts d objet ou «orientés-objet», afin de permettre la prise en compte aussi bien des problèmes d évolution du programme que des entités manipulées par la pensée humaine, i.e. les «objets» ou concepts (Masini, Napoli, Colnet, Léonard, & Tombre, 1991, p. 17). 3 La notion de fonction n est plus dès lors synonyme d opérateur. 4 Brièvement, un opérateur est un procédé constructif qui produit un résultat à partir d un opérande donné. 5 Si nous réalisons une machine «mécanique» (comme les anciennes machines à vapeur), cette dernière peut être programmée par des manettes, manivelles (opérations) ou autre procédé mécanique indépendamment de tout système symbolique. 3

4 horizontalité, mais également dans une certaine verticalité. De même que la compilation verticale permet de passer d un ensemble de concepts à un autre, un opérateur horizontal complexe fait la correspondance entre deux ensembles d opérateurs qui renvoient à des concepts. En s engouffrant dans la brèche ouverte par J. Backus (1957) avec le premier compilateur FORTRAN, jusqu à la position de (Gajski, 2003) qui substitue la notion d instruction par celle de compilation, il nous semble donc raisonnable de vouloir étudier la cognition humaine, et même animale, la faculté de langage, et ses représentations logiques et informatiques, par le biais de l approche par compilation. Les travaux contemporains (Chomsky & Schützenberg, 1963) sur la syntaxe abstraite des langues naturelles ont pu par exemple inspirer J. Backus pour construire une abstraction de la machine plus «naturelle». Nous proposons ainsi de reprendre la démarche de J. Backus de la façon suivante : Il n est pas nécessaire de tout penser en termes de machine de Turing. Pour cela, on peut concevoir une machine de Turing particulière, appelée «compilateur», qui permette d oublier 6 la complexité «technique» des machines de Turing. Cette dernière peut être elle-même mise «à l intérieur», ou réalisée par une machine de Turing. Sans entrer dans le débat sur la notion de calculabilité, nous entendons par «machine de Turing», l ensemble des machines y compris les hypermachines ou les ordinateurs quantiques. Le problème de la cognition en général peut donc être posé à l aide du concept général de compilation, conçu comme une succession de changements de représentations, et non plus uniquement en termes de machine de Turing puisque la compilation en a effacé les aspects techniques. Pouvons-nous faire l hypothèse que certains mécanismes relevant de la compilation font partie intégrante de l étude explicative de la cognition et de son architecture par changement de représentation entre couches ou niveaux? La cognition serait alors, dans cette optique, expliquée par des changements successifs de représentation, allant d un niveau cognitif symbolique hautement catégorisé, vers un niveau matériel dont la structure est très différente et inversement, du niveau matériel vers un niveau entièrement symbolique. Plus complexe qu une simple compilation, la cognition peut-elle mettre en œuvre plusieurs niveaux successifs? Elle effectuerait alors des changements de représentation, d un niveau cognitif vers un niveau matériel et serait alors synonyme de compilation généralisée. L expression compilation généralisée a été introduite initialement par (Desclés J.-P., 1989), (Abraham, Desclés, Piotrowski, & Segond, 1990). Par exemple, comment peut-on décrire les calculs qui engendrent des représentations associées à tuer ou mourir, représentations qui ne sont elles-mêmes pas indépendantes les unes des autres? En effet, pour expliquer la relation entre «tuer» et «mourir», nous devons expliquer comment l énoncé le chasseur a tué le daim, engendre une représentation qui permet d en déduire que ce daim est mort. Pour cela, la reconnaissance de la forme linguistique tuer déclenche la construction d une représentation structurée que nous allons définir comme une treille. Cette représentation fait intervenir en tant que composante, les opérateurs «être-vivant» et «ne pas être vivant», identifiable à «être mort». Il se trouve que les représentations arborescentes sous-jacentes aux expressions des énoncés linguistiques sont similaires à celles mises en œuvre par les compilateurs des langages informatiques. Ces structures sont des arbres doublement orientés (Arbib & Give'on, 1968) qui se distinguent des arbres de la théorie des graphes (Berge, 1958), (Gondran & Minoux, 2009) simplement orientés. On remarque cependant qu en se restreignant aux seules structures d arbres 6 Oublier ou effacer de la complexité, c est faire en quelque sorte de l abstraction, ou s élever au-dessus d un certain nombre de difficultés techniques (variables). 4

5 bi-ordonnés, on peut être amené à réitérer certains calculs, ce qui diminue considérablement l efficacité opératoire (temps de calcul et occupation mémoire). Par exemple, un même calcul effectué dans une structure arborescente ne peut pas être repris à un autre endroit de l arborescence (sans duplication), il nécessite alors des opérations intermédiaires de stockage et de transport à l intérieur de l arborescence englobante. C est pourquoi, pour optimiser les calculs, le compilateur classique construira des graphes dirigés sans circuit (DAG 7 ) alors qu il manipule en réalité des graphes dirigés orientés sans circuit (DOAG 8 ), à partir d arbres, en utilisant d un point de vue technique, des pointeurs pour permettre le calcul. De même, en linguistique, la notion d arbre bi-ordonné, aussi bien l arbre syntagmatique de la linguistique structurale nord-américaine que l arbre de dépendance de L. Tesnière ou de Mel cuk, ne permet pas de représenter adéquatement la composition de prédicats complexes appliqués à un même terme. Par exemple, dans Luc pense partir, le prédicat complexe pense partir est le résultat d une composition des prédicats plus élémentaires pense et part, appliqués au même terme Luc puisque Luc pense partir signifie Luc pense (Luc part). La structure de treille que nous allons présenter permet d avoir une représentation plus adéquate et plus économique que l arbre bi-ordonné. Dans un arbre bi-ordonné, un même nœud ne peut pas avoir plusieurs pères ; de ce fait, le nœud «Luc» est redoublé et la structure n exprime pas que les prédicats «penser» et «partir» ont un même sujet. Dans un DAG, il y a bien un même sujet pour les deux prédicats, cependant les deux opérandes du prédicat «penser» ne se trouvent pas au même niveau 9. Sans orientation verticale du graphe mais avec uniquement une orientation des arcs, l opérateur initial ne peut pas être représenté sans ambiguïté, ce qui empêche le calcul de se déployer. Le DAG est déjà en partie orienté. Le DOAG précise que l opérateur complexe représenté débute avec le prédicat «penser» et non «partir», parce qu il se trouve au nœud supérieur. Le DOAG ne donne cependant pas le procédé de calcul sous-jacent. Par contre, la treille possède les propriétés du DOAG, ainsi que des propriétés de calcul adéquates sur des opérateurs qui permettent d écrire l opérateur I sur le nœud intermédiaire gauche, qui «fait remonter» l opérande «Luc» comme sujet du verbe «penser». Autrement dit, en termes de représentations, seule la treille donne une bonne représentation, également valide d un point de vue du calcul. Notre problème est donc l explicitation technique et épistémologique du concept de compilation largement utilisé en informatique, et étendu aux sciences cognitives, englobant l étude du fonctionnement langagier, au moyen de représentations symboliques, logiques, et informatiques. Dans ce contexte, nous abordons dans l ordre les problèmes suivants, qui correspondent à notre découpe par chapitres, selon une première partie exposant les cadres théoriques, et une seconde partie présentant des applications. Premier problème : La compilation en informatique. Quelles sont les étapes qui constituent la compilation en informatique? Nous les décrirons simplement, puis nous interrogerons : est-il possible d envisager une chaîne de compilation ou de transformation de différents niveaux d abstraction dans une approche «non classique» de la compilation? Peut-on «penser» ces calculs indépendamment des opérations matérielles elles-mêmes, dans la continuité de la démarche de J. Backus jusqu à la position de Gajski? 7 Directed Acyclic Graph. 8 Directed Oriented Acyclic Graph 9 Le sujet Luc se trouve à une distance d un arc du prédicat Penser, ce qui n est pas vrai. Nous avons bien «penser : Luc partir» qui s applique en dernier sur Luc. La structure doit rendre compte de cet ordre pour permettre le calcul effectif. 5

6 Deuxième problème : Combinateurs de la logique combinatoire. Des opérateurs primitifs, appelés par H. Curry des combinateurs, permettent de construire toutes les expressions d un calcul formel comme le λ-calcul de Church et réciproquement. Ces combinateurs renvoient à des «objets de pensée» et définissent donc un modèle de calcul. Cependant, les formalismes qui utilisent des compilateurs renvoient-ils davantage à des modèles de calculs ou bien à des modèles de machines? Troisième problème : Σ-algèbre. Les deux principaux modèles de calcul qui ont été «présentés» (i.e. la logique combinatoire et le λ-calcul) n effectuent pas de distinction explicite entre la notion d opérateur et celle d opération. Ils ne possèdent pas non plus une formalisation adéquate pour se déployer directement sous la forme d arbres opératoires. Quelle comparaison sera-t-il possible de faire entre le modèle de calcul par treilles, la logique combinatoire de Curry et le λ-calcul de Church sur cette base? Un autre modèle de calcul doit-il encore être introduit? Quatrième problème : T[Σ]-algèbre. Le troisième problème conduisant à un niveau de complexité élevé, un quatrième modèle de calcul est introduit ; selon J.-P. Desclés (1980), il peut être défini en termes de deux T-opérations («comparables» aux combinateurs de H. Curry.). Nous présenterons donc les travaux de J.-P. Desclés de façon actualisée. Cinquième problème : Des arbres aux treilles. Les compilateurs mettent donc en œuvre des calculs sur des calculs. Ces derniers ont été formalisés dans les années 1930 par la logique combinatoire et le λ-calcul, sur la base de représentations symboliques. Or, la manipulation de ces systèmes pour des applications concrètes comme l informatique a fait apparaître une représentation plus adéquate, économique : l arbre bi-ordonné. Dès lors, pourquoi ne pas utiliser directement un formalisme de calcul sur la base de ces arbres informatiques ou bi-ordonnés? Peut-on fonder un calcul uniquement sur des arbres, sans faire référence à des solutions techniques appartenant au modèle de machine? Le formalisme des arbres est-il suffisant? Sixième problème : Rapports entre la logique combinatoire et les treilles. Se pose alors la question de construire des rapports entre ce dernier modèle et le modèle de Curry. La logique combinatoire est plus simple et davantage orientée sur la notion d opérateur primitif que le modèle de Church. La logique combinatoire est un système qui s appuie sur la notion d application, alors que les T[Σ]-algèbres ou treilles utilisent la notion de composition dans la théorie des catégories. Dès lors, comment construire une sorte de «pont» entre ces deux modèles de calcul? Les cadres théoriques présentées permettent-ils une compilation, i.e. un calcul de calculs ou encore un calcul sur des structures? Septième problème : Arithmétique. Les calculs mis en œuvre dans un compilateur ne sont pas triviaux. Est-il possible de construire une application simple du calcul par des treilles, pour luimême dans le plan, comme par exemple l arithmétique? Huitième problème : Changements de représentations en biologie. La biologie est un système de construction par niveaux, si on considère que des réactions physico-chimiques interviennent, puis des structures, des tissus, des organismes. Lors des changements de représentations, des transformations «intrinsèques» interviennent : effacements, duplications, inversions. Pouvonsnous utiliser un formalisme de manipulation d opérateurs pour décrire «en partie» les mécanismes biologiques ou chimiques? On s interrogera ainsi sur les différents programmes de structure mis en œuvre par la biologie. 6

7 Neuvième problème : Schèmes sémantico-cognitif (compilation en linguistique). Le problème du choix d une structure adéquate pour effectuer des «calculs sur des calculs» (troisième problème) a été posé en partant des langues naturelles. Pouvons-nous développer ce calcul «de calcul» à un niveau sémantico-cognitif? Est-il possible de proposer un calcul formel qui serait sous-jacent à l énoncé «le chasseur a tué le daim», tel que la machine puisse inférer que le daim est maintenant mort, après avoir été vivant? Quel en serait le formalisme adéquat? Peut-on utiliser le même formalisme que celui utilisé pour l arithmétique et indépendament de tout domaine d application? Dixième problème : La compilation généralisée en sciences cognitives. Nous interrogeons la relation entre la matière ou le cerveau et l esprit ou les représentations cognitives d un point de vue épistémologique. Comment les représentations cognitives, si elles ont une certaine autonomie, pourraient-elles être étudiées indépendamment des supports matériels (neurobiologiques)? Si l on réfute le dualisme et le réductionnisme, comment relier alors la pensée et le cerveau? Si la proposition de J. Ladrière : «l esprit est adhérent à la matière», peut être retenue, que signifie-t-elle? Comment les représentations cognitives peuvent-elles adhérer à leur support? Pour résoudre ces problèmes, nous adoptons une démarche qui détermine notre plan. Tout d abord, une première partie pose le problème de la compilation et des transformations internes qu elle met en œuvre, puis se consacre au cadre algébrique, théorique et à sa comparaison avec la logique combinatoire. La deuxième partie présente les applications en réponse aux problèmes d arbres soulevés dans la première partie, et les ouvre vers la compilation généralisée en sciences cognitives. Ce mémoire se compose donc de dix chapitres et s inscrit dans le programme de recherche transversal du laboratoire STIH-LaLIC - langage, logiques, informatique et cognition - qui travaille sur les langues naturelles dans le cadre théorique de la Grammaire Applicative Cognitive et Enonciative. De ce fait, à travers l analyse en niveaux à partir des observables et la synthèse issue des représentations cognitives élaborées, il s intéresse autant aux langues qu aux moyens formels (logiques et mathématiques) de l analyse, en vue d une automatisation à terme, par exemple sur des applications ciblées (résumé ou extraction de segments pertinents méthode d exploration contextuelle). Notre projet est pluridisciplinaire, car il est centré sur ces moyens formels de l analyse et de la synthèse ; pour ce faire, il fait appel à un cadre mathématique et établit une relation avec la logique qui se justifie par elle-même ; toutefois, il prend aussi en compte l insuffisance des représentations arborescentes, notamment pour la linguistique, et se justifie également de par le formalisme simple qu il lui apporte. 7

8 REFERENCES Abraham, M., Desclés, J.-P., Piotrowski, D., & Segond, F. (1990). Langage naturel et représentations cognitives : un problème d'architecture et de compilation. Actes du 4e colloque de l'arc, progrès de la science cognitive (pp ). ARC INRIA. Arbib, M., & Give'on, Y. (1968). Algebra Automata I: Parallel Programming as a Prolegomena to the Categorial Approach. Dans Information and Control (pp ). Backus, J. (1959). the syntax and semantics of the proposed international algebraic language of the Zurich ACM-GAMM Conference. Proc. Intl. Conf. Information Processing (pp ). Paris: UNESCO. Backus, J. (1978, August). Can Programming Be Liberated from the von Neumann Style? A functional Style and its Algebra of Programs. ACM Turing Award Lecture - volume 21 number 8, pp Berge, C. (1958). Théorie des graphes et des applications. Paris: Dunod. Chomsky, N. (1956). Three models for the description of language. IRE Trans. on Information Theory, IT-2.3, Chomsky, N., & Schützenberg, M.-P. (1963). The Algebraic Theory of Content-Free Language. Dans P. Braffort, & D. Hirschberg, Computer Programming ad Formal Systems (pp ). North Holland. Church, A. (1932). A set of postulates for the foundation of logic. Annals of Mathematics - series 2, Curry, H. (1929). An Analysis of Logical Substitution. American Journal of Mathematics Vol51, No 3, Curry, H., Feys, R., & Craig, W. (1958). Combinatory Logic. Amsterdam: North-Holland. Desclés, J.-P. (1980). Opérateurs Opérations. Paris: Thèse d'etat - Université de Paris 7. Gajski, D. (2003). NISC : The Ultimate Reconfigurable Component. Center for Embedded Computer Systems TR Gondran, M., & Minoux, M. (2009). Graphes et algorithmes. Paris: Lavoisier. Turing, A. (1950). Computing Machinery and Intelligence. Mind n 49,

Cours 1 : La compilation

Cours 1 : La compilation /38 Interprétation des programmes Cours 1 : La compilation Yann Régis-Gianas yrg@pps.univ-paris-diderot.fr PPS - Université Denis Diderot Paris 7 2/38 Qu est-ce que la compilation? Vous avez tous déjà

Plus en détail

Langages de programmation: approche scientifique

Langages de programmation: approche scientifique IGE 2004 - ENS 29 juin 2004 Présentation au CGTI 1 Informatique théorique 2 3 Une science? Informatique théorique Chaque science repose un dogme fondamental. Les mathématiques Les raisonnements formels

Plus en détail

Machines virtuelles Cours 1 : Introduction

Machines virtuelles Cours 1 : Introduction Machines virtuelles Cours 1 : Introduction Pierre Letouzey 1 pierre.letouzey@inria.fr PPS - Université Denis Diderot Paris 7 janvier 2012 1. Merci à Y. Régis-Gianas pour les transparents Qu est-ce qu une

Plus en détail

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques

Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les ordinateurs dispositifs électroniques fonctionnant sur la principe de création, transmission et conversion d impulses électriques Les informations traitées par l ordinateur (nombres, instructions,

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Algorithmique - Techniques fondamentales de programmation Exemples en Python (nombreux exercices corrigés) - BTS, DUT informatique

Algorithmique - Techniques fondamentales de programmation Exemples en Python (nombreux exercices corrigés) - BTS, DUT informatique Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

Service combinators for farming virtual machines

Service combinators for farming virtual machines Master d Informatique Fondamentale École Normale Supérieure de Lyon Sémantique du parallélisme Chantal Keller Service combinators for farming virtual machines K. Bhargavan, A. D. Gordon, I. Narasamdya

Plus en détail

1. Les fondements de l informatique 13

1. Les fondements de l informatique 13 Introduction à l'algorithmique 1. Les fondements de l informatique 13 1.1 Architecture de Von Neumann 13 1.2 La machine de Turing 17 1.3 Représentation interne des instructions et des données 19 1.3.1

Plus en détail

Structure en couches des systèmes informatiques

Structure en couches des systèmes informatiques Structure en couches des systèmes informatiques Vue simplifiée d un système informatique Ce que le simple utilisateur perçoit «à première vue» d un système informatique : Le boîtier (tour, desktop ou portable)

Plus en détail

Embedded Domain-Specific Languages using Libraries and Dynamic Metaprogramming

Embedded Domain-Specific Languages using Libraries and Dynamic Metaprogramming Embedded Domain-Specific Languages using Libraries and Dynamic Metaprogramming THÈSE N O 5007 (2011) PRÉSENTÉE le 20 mai 2011 À LA FACULTÉ INFORMATIQUE ET COMMUNICATIONS LABORATOIRE DE MÉTHODES DE PROGRAMMATION

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Correction de programmes : Logique de Hoare

Correction de programmes : Logique de Hoare 16 juillet 2009 Logique et informatique Vis-à-vis de l informatique la logique a au moins 2 rôles : 1 Externe et théorique (fondements de l informatique - Électif en S4) : Logique comme méta-informatique

Plus en détail

Une extension pour RDF/RDFS utilisant des relations procédurales

Une extension pour RDF/RDFS utilisant des relations procédurales Une extension pour RDF/RDFS utilisant des relations procédurales Jean-François Baget * * INRIA Sophia-Antipolis & LIRMM(CNRS - UM2) LIRMM, 161 rue Ada, 34392 Montpellier Cedex 5 baget@lirmm.fr RÉSUMÉ.

Plus en détail

Cours 1 : Qu est-ce que la programmation?

Cours 1 : Qu est-ce que la programmation? 1/65 Introduction à la programmation Cours 1 : Qu est-ce que la programmation? Yann Régis-Gianas yrg@pps.univ-paris-diderot.fr Université Paris Diderot Paris 7 2/65 1. Sortez un appareil qui peut se rendre

Plus en détail

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr

Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Programme de la licence informatique, université de Caen http://www.info.unicaen.fr Unité Systèmes d'information CM : 45h - TD : 60h - TP : 12h - Coeff 2 Systèmes de Gestion de Bases de Données Modéliser

Plus en détail

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS

QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS ESIEE Unité d'informatique IN101 Albin Morelle (et Denis Bureau) QUELQUES CONCEPTS INTRODUCTIFS 1- ARCHITECTURE ET FONCTIONNEMENT D UN ORDINATEUR Processeur Mémoire centrale Clavier Unité d échange BUS

Plus en détail

IFT313 Introduction aux langages formels

IFT313 Introduction aux langages formels Département d informatique IFT313 Introduction aux langages formels Plan de cours Été 2014 Enseignant : Froduald Kabanza Courriel : kabanza@usherbrooke.ca Local : D4-1022-2 Téléphone : (819) 821-8000 poste

Plus en détail

Système d exploitation

Système d exploitation Chapitre 2 Système d exploitation 2.1 Définition et rôle Un ordinateur serait bien difficile à utiliser sans interface entre le matériel et l utilisateur. Une machine peut exécuter des programmes, mais

Plus en détail

Les Fonctions Processus FONCTIONS PROCESSUS CURRYFICATION

Les Fonctions Processus FONCTIONS PROCESSUS CURRYFICATION FONCTIONS PROCESSUS CURRYFICATION Patrick Bellot Télécom ParisTech Les Fonctions Processus Fonction processus vs. Fonction graphe Fonctions en extension Fonctions en intension Egalité extensionnelle 1

Plus en détail

Chap. I : Architecture de base d un ordinateur

Chap. I : Architecture de base d un ordinateur UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Dans cette partie, nous décrivons rapidement l architecture de base d un ordinateur et les principes de son fonctionnement.

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits

ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits {Â Ö Ñ º ØÖ Ý,È ØÖ ºÄÓ Ù,Æ ÓÐ ºÎ ÝÖ Ø¹ ÖÚ ÐÐÓÒ} Ò ¹ÐÝÓÒº Ö ØØÔ»»Ô Ö Óº Ò ¹ÐÝÓÒº Ö» Ö Ñ º ØÖ Ý»¼ Ö½» ASR1 TD7 : Un microprocesseur RISC 16 bits 13, 20 et 27 novembre 2006 Présentation générale On choisit

Plus en détail

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique I : Cours d introduction à l informatique et à la programmation Structures de Données Abstraites & Tris

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique I : Cours d introduction à l informatique et à la programmation Structures de Données Abstraites & Tris Objectifs du cours d aujourd hui Informatique I : Cours d introduction à l informatique et à la programmation Structures de Données Abstraites & Tris Continuer l approfondissement de la programmation de

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Robotique

Intelligence Artificielle et Robotique Intelligence Artificielle et Robotique Introduction à l intelligence artificielle David Janiszek david.janiszek@parisdescartes.fr http://www.math-info.univ-paris5.fr/~janiszek/ PRES Sorbonne Paris Cité

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

Introduction à l Informatique

Introduction à l Informatique Introduction à l Informatique. Généralités : Etymologiquement, le mot informatique veut dire «traitement d information». Ceci signifie que l ordinateur n est capable de fonctionner que s il y a apport

Plus en détail

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/

Machines composées de (depuis 1940 env.) : http://cui.unige.ch/isi/cours/std/ données pr ogramme 11111101 11001101 01000101 b us disque ma gnétique processeur écran Structures de données et algorithmes Ordinateurs Gilles Falquet, printemps-été 2002 Machines composées de (depuis

Plus en détail

Résumé automatique de textes scientifiques et construction de fiches de synthèse catégorisées :

Résumé automatique de textes scientifiques et construction de fiches de synthèse catégorisées : Université Paris IV-Sorbonne Ecole doctorale Concepts et Langages Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITE PARIS IV-SORBONNE Discipline : Informatique Spécialité : Informatique linguistique

Plus en détail

Cours architectures des ordinateurs

Cours architectures des ordinateurs Université KASDI MERBAH Ouargla Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Département d Informatique et Technologie de l information Cours architectures des ordinateurs

Plus en détail

Cours d Algorithmique

Cours d Algorithmique 1 de 16 Cours d Algorithmique Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www.lri.fr/ hivert 2 de 16 Informations pratiques 25 heures de cours ; 25 heures de travaux dirigés

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

Histoire des ordinateurs

Histoire des ordinateurs Histoire des ordinateurs I- Représentation de l information et de la communication I-1 Schéma de base de la communication Une information est un fait, un événement susceptible d apporter de la connaissance.

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Introduction à l'informatique

Introduction à l'informatique Introduction à l'informatique DEUG Sciences et Technologie Première année Autour de la programmation Catherine Mongenet Pierre Gancarski (supports réalisés par Catherine Mongenet et Pascal Schreck) Rappels

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Objectifs du

Plus en détail

ENSIIE - Intelligence Artificielle (RIIA) - 1er cours

ENSIIE - Intelligence Artificielle (RIIA) - 1er cours ENSIIE - Intelligence Artificielle (RIIA) - 1er cours Benjamin PIWOWARSKI 28 septembre 2015 Benjamin PIWOWARSKI IA - 1er cours 28 septembre 2015 1 / 53 Introduction Plan 1 Introduction 2 Définitions 3

Plus en détail

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique

Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Master Fl&DL LMLGA118, Psycholinguistique Caroline Bogliotti caroline.bogliotti@u-paris10.fr Anne Lacheret anne@lacheret.com ; www.lacheret.com Maria Kihlstedt maria.kihlstedt@u-paris10.fr Objectifs du

Plus en détail

INFORMATIQUE. Licence 3 e année (L3) & Master (M1-M2) Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire

INFORMATIQUE. Licence 3 e année (L3) & Master (M1-M2) Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire INFORMATIQUE Licence 3 e année (L3) & Master (M1-M2) En collaboration avec l Université de Franche-Comté CTU de Besançon Unidistance 2 GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Introduction à l Intelligence Artificielle

Introduction à l Intelligence Artificielle Introduction à l Intelligence Artificielle p. 1/41 Introduction à l Intelligence Artificielle Cyril Terrioux Laboratoire des Sciences de l Information et des Systèmes LSIS - UMR CNRS 6168 Introduction

Plus en détail

La machine de Monsieur Turing

La machine de Monsieur Turing S il faut désigner une seule personne comme le père de l informatique, c est sans nul doute Alan Mathison Turing, qui, à la fois, a défini l objet d étude de l informatique le calcul, a contribué de manière

Plus en détail

COMPILING SCALA FOR THE JAVA VIRTUAL MACHINE

COMPILING SCALA FOR THE JAVA VIRTUAL MACHINE COMPILING SCALA FOR THE JAVA VIRTUAL MACHINE THÈSE N O 3302 (2005) PRÉSENTÉE À LA FACULTÉ INFORMATIQUE ET COMMUNICATIONS Institut d'informatique fondamentale SECTION D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit

La mémoire. Un ordinateur. L'octet. Le bit Introduction à l informatique et à la programmation Un ordinateur Un ordinateur est une machine à calculer composée de : un processeur (ou unité centrale) qui effectue les calculs une mémoire qui conserve

Plus en détail

LICENCE (LMD) MENTION : INFORMATIQUE

LICENCE (LMD) MENTION : INFORMATIQUE LICENCE (LMD) MENTION : INFORMATIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Objectifs Les connaissances et compétences informatiques

Plus en détail

RETRO-INGENIERIE DES BASES DE DONNEES

RETRO-INGENIERIE DES BASES DE DONNEES RETRO-INGENIERIE DES BASES DE DONNEES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas être considérés

Plus en détail

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines Les apports de l informatique Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il

Plus en détail

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA

Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique. Isabelle Tellier ILPGA Introduction au TALN et à l ingénierie linguistique Isabelle Tellier ILPGA Plan de l exposé 1. Quelques notions de sciences du langage 2. Applications et enjeux du TAL/ingénierie linguistique 3. Les deux

Plus en détail

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013»

Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» Résumé du document «Programmes des classes préparatoires aux Grandes Écoles ; Discipline : Informatique ; Première et seconde années - 2013» I Objectifs Niveau fondamental : «on se fixe pour objectif la

Plus en détail

Analyse de programme

Analyse de programme Analyse de programme À quoi ça sert? Comment ça marche? Bertrand Jeannet et Alain Girault INRIA Rhône-Alpes 25 janvier 2012 A. Girault et B. Jeannet (INRIA) Analyse de programme 25 janvier 2012 1 / 41

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base)

Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) Chapitre 1 : Introduction aux Systèmes de Gestion de Bases de Données (Eléments de base) 1. Généralités sur l'information et sur sa Représentation 1.1 Informations et données : a. Au sen de la vie : C

Plus en détail

Maquette Pédagogique. Diplôme d Ingénieur spécialité. Sciences Informatiques

Maquette Pédagogique. Diplôme d Ingénieur spécialité. Sciences Informatiques Maquette Pédagogique Diplôme d Ingénieur spécialité Sciences Spécialité SCIENCES INFORMATIQUES EP3IUE1 : Informatique Théorique 1 4,5 Mathématiques Discrètes Cours élémentaire de mathématiques discrètes

Plus en détail

COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot

COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot COMPUTER SCIENCE Paris 7 Denis Diderot LICENCE 1 SEMESTER 2 (Spring) o Initiation à la programmation 2 o Concepts informatiques o Internet et outils o Mathématiques élémentaires 2 COURSE DESCRIPTION Initiation

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Architecture matérielle et logicielle

Architecture matérielle et logicielle Architecture matérielle et logicielle Contents I Le Cours 2 1 Généralités 2 2 Micro-processeur 2 3 Mémoire 2 4 Performances 3 II TPs 3 1 Création d un exécutable : 3 2 Les bibliothèques 3 3 Codage de l

Plus en détail

1 Le vocabulaire de l informatique

1 Le vocabulaire de l informatique 1 Le vocabulaire de l informatique I Les systèmes informatiques Les ordinateurs sont omniprésents dans notre environnement quotidien. Conçus pour traiter de manière générale des informations, ils ne se

Plus en détail

L enseignement de l algorithmique au Lycée

L enseignement de l algorithmique au Lycée L enseignement de l algorithmique au Lycée Sisteron 12 novembre 2009 Fernand Didier didier@irem.univ-mrs.fr Approche naïve C est une méthode, une façon systématique de procéder, pour faire quelque chose

Plus en détail

Les automates. Fabrice EUDES, Pascal EVRARD, Philippe MARQUET, François RECHER & Yann SECQ

Les automates. Fabrice EUDES, Pascal EVRARD, Philippe MARQUET, François RECHER & Yann SECQ Les automates Fabrice EUDES, Pascal EVRARD, Philippe MARQUET, François RECHER & Yann SECQ Avril 2015 Retour sur l île et le barman Deux problèmes similaires: Des îles, des bateaux et un trésor à trouver

Plus en détail

Structures de données non linéaires

Structures de données non linéaires Structures de données non linéaires I. Graphes Définition Un graphe (simple) orienté G est un couple (S, A), où : S est un ensemble dont les éléments sont appelés les sommets. A est un ensemble de couples

Plus en détail

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME

LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME 1 LA RÉSOLUTION DE PROBLÈME CYCLES 2 ET 3 Circonscription de Grenoble 4 Evelyne TOUCHARD conseillère pédagogique Mots clé Démarche d enseignement - catégories de problèmes (typologie)- problème du jour-

Plus en détail

Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001

Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001 Examen d Architecture des Ordinateurs Majeure 1 Polytechnique Lundi 10 Décembre 2001 L examen dure 3 heures. Le sujet comporte 7 pages dont 3 pages de rappels sur le LC-2 et la microprogrammation. Tous

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

! Vous aurez pris connaissance de l'évolution. ! Vous comprendrez pourquoi on utilise le binaire en. ! Vous serez capable de construire un circuit

! Vous aurez pris connaissance de l'évolution. ! Vous comprendrez pourquoi on utilise le binaire en. ! Vous serez capable de construire un circuit Architecture élémentaire Un cours d architecture pour des informaticiens Samy Meftali Samy.meftali@lifl.fr Bureau 224. Bâtiment M3 extension Sans architecture pas d informatique Comprendre comment çà marche

Plus en détail

Techniques de compilation

Techniques de compilation Département d Informatique Université de Nice Sophia Antipolis Master 1 Informatique Techniques de compilation XI. Générateurs de générateurs de code Jacques Farré email : Jacques.Farre@unice.fr 1 Introduction

Plus en détail

5.2. Introduction à la programmation en assembleur et en langage machine

5.2. Introduction à la programmation en assembleur et en langage machine 5. Couche conventionnelle. Introduction à la programmation en assembleur et en langage machine. Instructions - types, formats, champs; types d'adressage et utilisation des registres. Branchements, sauts

Plus en détail

UN NOUVEL ASSISTANT DE PREUVE POUR REVISITER THÉORIE DES TYPES HOMOTOPIQUES LA THÉORIE SUPPORTANT COQ AVEC LA NICOLAS TABAREAU

UN NOUVEL ASSISTANT DE PREUVE POUR REVISITER THÉORIE DES TYPES HOMOTOPIQUES LA THÉORIE SUPPORTANT COQ AVEC LA NICOLAS TABAREAU COQHOTT UN NOUVEL ASSISTANT DE PREUVE POUR REVISITER LA THÉORIE SUPPORTANT COQ AVEC LA THÉORIE DES TYPES HOMOTOPIQUES NICOLAS TABAREAU Le projet 2 The CoqHoTT project Design and implement a brand-new proof

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

EXPERIENCE DE COUPLAGE DE MODELES ALTARICA AVEC DES INTERFACES METIERS EXPERIMENT OF COUPLING ALTARICA MODELS WITH SPECIALIZED INTERFACES

EXPERIENCE DE COUPLAGE DE MODELES ALTARICA AVEC DES INTERFACES METIERS EXPERIMENT OF COUPLING ALTARICA MODELS WITH SPECIALIZED INTERFACES EXPERIENCE DE COUPLAGE DE MODELES ALTARICA AVEC DES INTERFACES METIERS EXPERIMENT OF COUPLING ALTARICA MODELS WITH SPECIALIZED INTERFACES PERROT Benoit, PROSVIRNOVA Tatiana, RAUZY Antoine, SAHUT D IZARN

Plus en détail

Cours Informatique 1. Monsieur SADOUNI Salheddine

Cours Informatique 1. Monsieur SADOUNI Salheddine Cours Informatique 1 Chapitre 2 les Systèmes Informatique Monsieur SADOUNI Salheddine Un Système Informatique lesystème Informatique est composé de deux parties : -le Matériel : constitué de l unité centrale

Plus en détail

Générer du code à partir d une description de haut niveau

Générer du code à partir d une description de haut niveau Cedric Dumoulin Générer du code à partir d une description de haut niveau Ce projet vise à fournir un environnement de développement permettant de modéliser des UI Android à un haut niveau d abstraction,

Plus en détail

Typage et Analyse Statique

Typage et Analyse Statique Typage et Analyse Statique Cours 1 Emmanuel Chailloux Spécialité Science et Technologie du Logiciel Master mention Informatique Université Pierre et Marie Curie année 2015-2016 Cours 1 - Typage et Analyse

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 1: Intelligence artificielle

GIND5439 Systèmes Intelligents. Chapitre 1: Intelligence artificielle GIND5439 Systèmes Intelligents Chapitre 1: Intelligence artificielle Contenu du chapitre Approches vs Intelligence artificielle Définition de l intelligence Historique Le test de Turing 2 Approches Science

Plus en détail

Les étapes et les outils de développement des programmes

Les étapes et les outils de développement des programmes Les étapes et les outils de développement des programmes L élaboration d un programme est un travail qui se fait en plusieurs étapes nécessitant divers outils que ce chapitre tente de décrire succinctement.

Plus en détail

Les apports de. l'informatique. La filiation. Le statut de technologie ou de sous-discipline. Le statut de science à part entière est lorsqu il y a :

Les apports de. l'informatique. La filiation. Le statut de technologie ou de sous-discipline. Le statut de science à part entière est lorsqu il y a : Les apports de Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il y a : Rétro-action

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

Types et performances des processeurs

Types et performances des processeurs Types et performances des processeurs Laboratoire de Systèmes Logiques Structure d un ordinateur contrôle processeur traitement séquenceur registres mémoire entrées/sorties micromémoire opérateurs bus

Plus en détail

Programme de la 3ème année

Programme de la 3ème année Programme de la 3ème année de la licence informatique Recopié du Syllabus L3 Informatique. 2003-2004 (UPS Toulouse) Algorithmes, Types de données et preuves (84h) Objectif : Approfondir l'algorithmique

Plus en détail

Assembleur, Compilateur et Éditeur de Liens

Assembleur, Compilateur et Éditeur de Liens Assembleur, Compilateur et Éditeur de Liens Pierre de rosette GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Assembleur et compilateur Langage assembleur Langage compilé

Plus en détail

J. Frank Dobie High School Pre-AP and AP Program. Summer Assignment Form

J. Frank Dobie High School Pre-AP and AP Program. Summer Assignment Form Summer Assignment Form Teacher Course Brief Description of Assignment Purpose of Assignment Estimated Length of Time Assessment & Due Date Nicole Barnes AP French Language and Culture The assignment consists

Plus en détail

Logiciel Libre Cours 3 Fondements: Génie Logiciel

Logiciel Libre Cours 3 Fondements: Génie Logiciel Logiciel Libre Cours 3 Fondements: Génie Logiciel Stefano Zacchiroli zack@pps.univ-paris-diderot.fr Laboratoire PPS, Université Paris Diderot 2013 2014 URL http://upsilon.cc/zack/teaching/1314/freesoftware/

Plus en détail

Chap. 2 - Structure d un ordinateur

Chap. 2 - Structure d un ordinateur Architecture des ordinateurs Michèle Courant S2-27 octobre 2004 Chap. 2 - Structure d un ordinateur 2.1 Processeur ou unité centrale (CPU) 2.1.1 Organisation du CPU 2.1.2 Exécution d une instruction 2.1.3

Plus en détail

physicien diplômé EPFZ originaire de France présentée acceptée sur proposition Thèse no. 7178

physicien diplômé EPFZ originaire de France présentée acceptée sur proposition Thèse no. 7178 Thèse no. 7178 PROBLEMES D'OPTIMISATION DANS LES SYSTEMES DE CHAUFFAGE A DISTANCE présentée à l'ecole POLYTECHNIQUE FEDERALE DE ZURICH pour l'obtention du titre de Docteur es sciences naturelles par Alain

Plus en détail

Chap. I : Architecture de base d un ordinateur

Chap. I : Architecture de base d un ordinateur UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Dans cette partie, nous décrivons rapidement l architecture de base d un ordinateur et les principes de son fonctionnement.

Plus en détail

Plan du cours de Programmation logique

Plan du cours de Programmation logique Plan du cours de Programmation logique 1 Introduction 2 3 Igor Stéphan 1/ 64 La logique comme langage de programmation Un langage de programmation logique est défini par : un langage des données Ω; et

Plus en détail

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h École polytechnique X2013 INF412 Fondements de l informatique Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h Sujet proposé par Olivier Bournez Version 3 (corrigé) L énoncé comporte 4 parties (sections),

Plus en détail

BAZIN Danil et PRIEZ Jean-Baptiste. LEX & YACC : Calculatrice Évoluée

BAZIN Danil et PRIEZ Jean-Baptiste. LEX & YACC : Calculatrice Évoluée BAZIN Danil et PRIEZ Jean-Baptiste LEX & YACC : Calculatrice Évoluée Table des matières 1 Introduction 3 2 Description 4 3 La grammaire utilisée 6 4 Lexèmes et FLEX 8 5 Analyse syntaxique et YACC 8 5.1

Plus en détail

Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction. 2 Les paradigmes de programmation. 3 Les concepts de la programmation objet

Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction. 2 Les paradigmes de programmation. 3 Les concepts de la programmation objet CNAM UV 19357 Année 2003-2004 David Delahaye David.Delahaye@cnam.fr Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction 1 Présentation de la valeur Ce cours s adresse à toute personne ayant

Plus en détail

Analyse Statique de Programmes

Analyse Statique de Programmes Analyse statique et application. Typage. Analyse de flots de données. Exemples de transformations simples de programmes au niveau source. Prépa Agreg de Maths, option Info - ENS Cachan-Bretagne Thomas

Plus en détail

Introduc)on à la logique Michel Rueher

Introduc)on à la logique Michel Rueher Introduc)on à la logique Michel Rueher SI3 Qu est ce que la logique? Etre Logique? Formaliser le raisonnement? Automatiser le raisonnement? Un art paradoxal? A quoi peut servir la logique? Formaliser le

Plus en détail

Notion de complexité

Notion de complexité 1 de 27 Algorithmique Notion de complexité Florent Hivert Mél : Florent.Hivert@lri.fr Adresse universelle : http://www-igm.univ-mlv.fr/ hivert Outils mathématiques 2 de 27 Outils mathématiques : analyse

Plus en détail

OpenPaaS Le réseau social d entreprise. Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations

OpenPaaS Le réseau social d entreprise. Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations OpenPaaS Le réseau social d entreprise Tâche 3.2.2 : Métamodèle support à la caractérisation des utilisateurs et des collaborations Propriétés du Document Source du Document Titre du Document FSN OpenPaaS

Plus en détail

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION

BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Informatique de gestion BACHELOR OF SCIENCE HES-SO BACHELOR OF SCIENCE INFORMATICIEN-NE DE GESTION Plans d études et descriptifs des modules Filière à plein temps et à temps partiel Table des matières

Plus en détail

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Frédéric Pétrot Année universitaire 2014-2015 Structure du cours C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9 C10 C11 Codage des nombres en base 2, logique

Plus en détail

Domaine de Formation : Sciences et Technologies Mention : Informatique Spécialité : Informatique de Gestion

Domaine de Formation : Sciences et Technologies Mention : Informatique Spécialité : Informatique de Gestion LICENCE FONDAMENTALE INFORMATIQUE DE GESTION Domaine de Formation : Sciences et Technologies Mention : Informatique Spécialité : Informatique de Gestion I. Présentation de la licence Le but de la Licence

Plus en détail

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction

Démonstrations. Chapitre 4. 4.1 Introduction Chapitre 4 Démonstrations L objectif de ce chapitre est de commencer à aborder la question fondamentale suivante : qu est-ce qu une démonstration? Pour cela, plus précisément, on va se focaliser dans ce

Plus en détail

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS CIRCUITS CONFIGURABLES NOTION DE PROGRAMMATION

DU BINAIRE AU MICROPROCESSEUR - D ANGELIS CIRCUITS CONFIGURABLES NOTION DE PROGRAMMATION 145 NOTION DE PROGRAMMATION 1/ Complétons notre microprocesseur Nous avons, dans les leçons précédentes décrit un microprocesseur théorique, cependant il s inspire du 6800, premier microprocesseur conçu

Plus en détail

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application

Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application Université de Provence Licence Math-Info Première Année V. Phan Luong Algorithmique et Programmation en Python Cours 1 : Introduction Ordinateurs - Langages de haut niveau - Application 1 Ordinateur Un

Plus en détail

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Abdallah Missaoui Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis BP. 37 Le Belvédère, 1002 Tunis, Tunisia abdallah.missaoui@enit.rnu.tn Zohra Sbaï

Plus en détail

Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005

Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005 Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 - UFR 922 - Licence d'informatique Module Bases de Données et Sites Web Partiel du 1 er avril 2005 Documents autorisés Durée : 2h. Exercice 1 : Autorisation Question

Plus en détail