«les robots industriels classiques un couteau suisse» 06 Sécurité en Arctique 10 StrAtégie de haut vol 28 la connectivité décolle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«les robots industriels classiques un couteau suisse» 06 Sécurité en Arctique 10 StrAtégie de haut vol 28 la connectivité décolle"

Transcription

1 aéronautique espace transport terrestre défense sécurité «Les robots industriels classiques sont souvent programmés pour une seule fonction. Un cobot, c est un peu comme un couteau suisse» Jean-Philippe Jahier, directeur de l Innovation et de l industrialisation des nouvelles technologies à Thales Alenia Space 06 Sécurité en Arctique La fonte des glaces ouvre de nouvelles voies 10 Stratégie de haut vol L horizon se dégage au-dessus de l Europe grâce à l ACCS 28 La connectivité décolle Surfer en avion? Un enjeu de taille pour les compagnies aériennes

2 01 Innovations #4 Juillet 2015 «Notre métier est de maîtriser la complexité. Or, notre planète est un système complexe. C est pourquoi notre industrie est particulièrement à même de contribuer à résoudre certains problèmes environnementaux.» Au sommaire » 02 N'oubliez pas vos clés! La numérisation de notre vie quotidienne induit un besoin accru de protection. La cryptographie est la clé de notre sécurité.» 06 Le feu sous la glace? La fonte des glaces de l océan Arctique s accentue, ouvrant de nouvelles voies... et de nouveaux défis.» 10 La meilleure défense Dans un contexte de regain des tensions internationales, un système de commandement et de contrôle sophistiqué va permettre aux pays membres de l OTAN de décupler leur puissance aérienne.» 14 Ils font la pluie et le beau temps Les satellites sont indispensables pour comprendre le changement climatique et ses effets.» 18 Libérez les robots Les robots collaboratifs, ou «cobots», sont des systèmes mobiles et polyvalents. Les industriels y voient la perspective de gains de productivité significatifs. 06» 22 Le ciel est à lui Grâce à ses systèmes embarqués, dont plusieurs sont de vraies innovations, le Rafale est l avion de combat le plus sophistiqué de sa génération. Voyons pourquoi.» 24 Quand légèreté rime avec efficacité S inspirant de la stratégie militaire, le concept de Light Footprint permet de revisiter la manière dont les entreprises gèrent leurs opérations.» 28 Vol connecté Le muitimédia de cabine évolue désormais au même rythme que la technologie grand public. Pour le plus grand bonheur des passagers.» 32 Circulez! Les évolutions récentes de la technologie du smartphone et du cloud permettent aux systèmes de transport public d améliorer l expérience du voyageur pendant son trajet.» 36 L'e-révolution humanitaire La technologie s avère un allié vital pour les opérations humanitaires un peu partout dans le monde. Directeur éditorial Keith Ryan Directeur de la création Nick Dixon Directeur de la publication Ian Gerrard Responsable de production Karen Gardner Traduction e-files Directrice conseil Tina Franz Directeur financier Rachel Stanhope. Publié par Caspian Media Ltd pour Thales. Les opinions exprimées n engagent que leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de Thales ou de Caspian Media Ltd. Caspian Media Telephone Web Ah, qu elle est difficile à appliquer la belle formule d Auguste Comte : «Savoir pour prévoir, afin de pouvoir». Jamais sans doute dans l histoire humaine n avons-nous eu une telle connaissance de notre monde et des mécanismes qui le régissent, et jamais peut être n a-t-il semblé si difficilement prédictible. Le développement économique mondial, l urbanisation croissante ainsi que l évolution des modes de vie rendent plus urgents que jamais le déploiement ou la modernisation des infrastructures et des réseaux de toute nature. Dans le même temps, le dérèglement climatique entraîne de graves conséquences naturelles, économiques et sociales. En quelques années seulement, cet enjeu climatique est devenu l un des plus préoccupants auxquels nous devons faire face. Pourrons-nous? Pourrons-nous relever ce défi d un développement respectueux de l Homme et de la Nature, défi somme toute capital pour l avenir de l humanité? Nous pourrons, à condition, bien sûr, que la volonté politique existe mais, surtout, que nous innovions. Prenons l exemple du transport aérien. L avion est régulièrement pointé 67 % Entre 2007 et 2014, Thales a diminué ses émissions de CO2 de 67 %. du doigt comme l un des modes de transport les plus polluants. Mais avec plus de 3,4 milliards de passagers transportés l an dernier, cette activité est appelée à connaître une croissance impressionnante dans les années à venir. Tous les acteurs du transport aérien travaillent aujourd hui à résoudre cette difficile équation : moteurs moins énergivores, équipements allégés, trafic plus fluide, trajectoires affinées C est de cette somme d innovations que naîtra le trafic aérien de demain, alliant sûreté, efficacité et respect de l environnement. Comment pourrait-on mesurer et étudier les effets du changement climatique sans l apport des satellites et des instruments d observation et d analyse qu ils embarquent? Comment concilier le besoin de mobilité des millions d habitants des mégalopoles avec la nécessité de limiter la pollution si l on ne mise pas sur des transports urbains sûrs, rapides, fluides et «propres»? On peut accuser la technologie de bien des maux. C est pourtant bien grâce à elle que nous relèverons les grands défis de notre époque. A condition qu elle serve l Homme. Chez Thales, nous avons toujours considéré que la technologie était au service de l Homme. Notre métier est de maîtriser Notre innovation en chiffres La solution Seltrac CBTC de Thales permet de réduire jusqu à 15 % la consommation d électricité sur les réseaux de métro. la complexité. Or, s il existe un système complexe, c est bien notre planète. C est pourquoi nous croyons que notre industrie est particulièrement à même de contribuer à résoudre certains problèmes environnementaux. Ce credo, nous avons voulu le concrétiser en créant une fondation dont les deux axes reflètent nos convictions : l éducation aux sciences et l innovation pédagogique d une part, la prévention des catastrophes humanitaires d autre part. Savoir, prévoir, deux thèmes qui nous ramènent à la citation d Auguste Comte. Parce que nous pouvons rendre le monde plus sûr, et donc un peu meilleur. Marko Erman Directeur technique de Thales 15 % 40 % Les systèmes de multimédia de bord pèsent aujourd hui 40 % de moins qu il y a dix ans.

3 02 INNOVATIONS : cryptographie 03 N'oubliez pas vos clés! Vous pensez sûrement que la cryptographie est la chasse gardée des espions et des gouvernements et on ne saurait vous le reprocher. Cela a en effet été le cas pendant de nombreuses années, mais ces temps-là sont révolus. Aujourd hui, à l heure où nous diffusons de plus en plus de données personnelles sur les réseaux en ligne, jamais le besoin de protéger ces données n a été aussi grand. Dr Stuart Clark «Par le passé, seules les personnes qui avaient l autorisation d accéder au matériel de transmission ultra- sophistiqué de l entreprise étaient susceptibles de s adonner à l espionnage. Il s agissait donc de cas relativement isolés. Or, de nos jours, tout le monde peut transférer des données, explique Dietmar Hilke, directeur du Business Development et de la cybersécurité chez Thales en Allemagne. Je peux aller dans n importe quel endroit équipé du Wi-Fi et essayer d y capter des transmissions. Je peux par exemple y opérer des attaques du type man in the middle et recueillir ainsi des codes PIN, des données de cartes de crédit et des coordonnées bancaires, tout cela avec du matériel standard et des logiciels open source que l on trouve sur internet. La menace a évolué : elle peut venir de quasiment tout le monde et pas seulement d un petit groupe d experts.» Selon Dietmar Hilke, la numérisation de notre vie conduit à un changement dans ce qu il appelle le vecteur de la menace. Par ailleurs, il n y a pas que la transmission de données qui soit vulnérable : des logiciels malveillants sont utilisés pour recueillir de précieux renseignements sur les gens sans qu ils s en doutent. Le cloud est utilisé pour stocker de plus en plus de données sur des serveurs tiers : en d autres termes, nous confions nos informations privées à des systèmes appartenant à d autres personnes. Plus nous sommes connectés, plus nous devenons vulnérables. «Sécuriser l information lors de la transmission ne suffit plus. Les interactions sociales en ligne se font de plus en plus nombreuses, nécessitant de faire appel à un chiffrement de bout en bout», constate Dietmar Hilke. La cryptographie consiste à prendre de l information, au format texte clair, et de la crypter afin de la rendre inintelligible. Le cryptage utilise un algorithme de chiffrement et une «clé» ou En bref 1 Grâce à l évolution technologique, le transfert de données est devenu une pratique omniprésente. 2 La confidentialité de ces données devient critique et la cryptographie revêt une importance capitale. 3 La cryptographie doit s adapter en permanence pour contrer les menaces venant de n importe où dans le monde. information secrète. Les pirates peuvent se procurer le texte chiffré, voire même connaître la méthode de cryptage utilisée, mais, sans la clé, il leur sera impossible de briser le code et de lire le texte en clair. C est, mathématiquement parlant, la même chose que de cacher un message dans une boîte fermée à clé. La difficulté reste de sécuriser la transmission de la clé. Eric Garrido, responsable de l équipe Cryptographie de Thales Communications & Security, est spécialiste de la conception et de l évaluation des systèmes cryptographiques. «Disposer d une bonne solution mathématique, c est une chose. La mettre en œuvre de manière sécurisée, c en est une autre, explique-t-il. Un mauvais matériel ou un mauvais logiciel, c est comme fermer la porte à clé en laissant la fenêtre ouverte.» La télévision payante constitue un cas d espèce : les radiodiffuseurs envoient du contenu crypté aux abonnés et leur communiquent des clés individuelles pour pouvoir le décrypter. L émission diffusée est la même, mais chaque clé est différente. Cette technologie est née au début des années 1990, mais nécessite aujourd hui d être modernisée, ce qui a notamment fait l objet d une collaboration récente entre Thales et l entreprise suisse de médias numériques Nagra. «Tous les anciens protocoles étaient trop théoriques pour pouvoir fonctionner efficacement dans la pratique. Le but était donc de combler l écart pour leur donner une réalité pratique», explique David Pointcheval, responsable de l équipe crypto à l École normale supérieure de Paris, qui a participé à cette collaboration. Le coût de développement des matériels et des logiciels est le principal obstacle à la conception de systèmes de décryptage efficaces dans la pratique. Par exemple, le décodeur nécessaire au décryptage de la télévision payante doit être à la fois simple et

4 04 INNOVATIONS : cryptographie 05 «Par le passé, seules les personnes qui avaient l autorisation d accéder au matériel de transmission ultrasophistiqué de l entreprise étaient susceptibles de s adonner à l espionnage» Dietmar Hilke, directeur du Business Development et de la cybersécurité chez Thales en Allemagne peu coûteux à produire. La qualité du décodage mathématique risque donc d en souffrir, rendant ces systèmes plus faciles à pirater par les non abonnés. Par ailleurs, plus un système s étend, plus il devient la cible des hackers. De nombreux sites web et applications se vantent de pouvoir pirater des sites de réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Instagram, mettant notre vie privée en danger. Il y a également une escalade dans le piratage des cibles militaires et gouvernementales. Par exemple, le 12 janvier 2015, les comptes de médias sociaux du commandement militaire américain ont fait l objet d une attaque de la part d islamistes présumés. Même s il est clair que le compte Twitter de l armée américaine est loin d être aussi crypté que ses serveurs classifiés, des failles de cette nature restent inquiétantes. «Si je peux voler des informations, je peux aussi les manipuler et occasionner de réels dommages physiques aux systèmes», affirme Dietmar Hilke. En 2010, on a mis à jour le programme Stuxnet. Celui-ci s attaquait à des automates programmables industriels (API) bien précis 34 % des entreprises et des responsables informatiques font un usage intensif du cryptage. servant à piloter les paramètres de fonctionnement de certains systèmes industriels. Le but était de saboter ces systèmes en introduisant des commandes aléatoires dans les machines sans que rien, en apparence, ne le laisse supposer. Les automates visés étaient utilisés dans les centrifugeuses nucléaires iraniennes. Selon les informations communiquées, le virus aurait provoqué l arrêt d un cinquième d entre elles en les faisant tourner à une vitesse supérieure à la limite prévue. Selon Dietmar Hilke, cette attaque n était qu un avant-goût de ce qui nous attend. «Imaginez une attaque visant un navire de guerre. S il y a très peu de chance d atteindre le système ultrasécurisé de commande des armes, il est en revanche possible d entrer dans le système de régulation du moteur et de prendre ainsi les commandes des turbines pour les détruire. Réfléchissez à l investissement nécessaire pour causer un tel dommage à un navire et demandez-vous ce qu il en serait pour un missile navire/ navire», poursuit Hilke. La comparaison a de quoi effrayer. Dietmar Hilke estime que, pour le prix d un char blindé, jusqu à un millier de personnes par an pourraient être utilisées pour mener des cyberattaques contre des systèmes. «On passe-là de la sphère abstraite du simple vol d informations à celle, beaucoup plus concrète, des dommages réels», remarque-t-il. Normes de sécurité La cryptographie revêt une importance plus cruciale que jamais et la donne ne cesse de changer. La norme suprême actuelle en matière de cryptage est la norme RSA. Nommée d après les initiales de ses inventeurs (Ron Rivest, Adi Shamir et Leonard Adleman), tous trois universitaires du MIT, cette norme, créée en 1977, peut être décrite en faisant l analogie suivante : une personne envoie un coffre-fort ouvert à une autre personne pour qu elle y dépose un message crypté. La personne ayant envoyé le coffre-fort est la seule à posséder la clé qui permet de l ouvrir et de lire le message qu il contient. L algorithme RSA repose sur l utilisation de deux grands nombres premiers qui, multipliés l un par l autre, permettent d obtenir un nombre encore plus grand. Factoriser le résultat est facile si vous possédez la clé, mais quasiment impossible si vous ne l avez pas. «À l heure actuelle, on n arrive pas à factoriser des nombres composés de plus de 600 chiffres. Même avec des ordinateurs ultrapuissants, cela prendrait des dizaines d années», souligne David Pointcheval. Le cryptage en chiffres L étude 2015 sur les tendances mondiales en termes de chiffrement et de gestion des clés, basée sur une recherche indépendante menée par le cabinet américain Ponemon et parrainée par Thales, a révélé que le recours au chiffrement ne cesse de croître en réponse aux préoccupations des consommateurs, aux règlementations sur le respect de la vie privée et aux cyberattaques actuelles. Selon l enquête, qui a porté sur plus de entreprises et responsables informatiques aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France, en Australie, au Japon, au Brésil, en Russie, en Inde et au Mexique : 34 pour cent font un usage intensif du cryptage 36 pour cent ont une stratégie de chiffrement à l échelle de l entreprise Près de la moitié pensent que l utilisation du cryptage dispense de Est-ce là la solution? Nos données sont-elles totalement sécurisées avec ce système? Malheureusement, non. Même si factoriser un si grand nombre est pour le moment quasiment impossible, les scientifiques et les ingénieurs travaillent actuellement à la construction d ordinateurs quantiques capables de réaliser des calculs d une façon fondamentalement différente. «Si on arrive à mettre au point un ordinateur quantique dans les prochaines années, alors toutes les clés pourront être brisées», affirme David Pointcheval. C est signaler les violations constatées Plus de la moitié identifient la gestion des clés comme une pierre d achoppement, l entreprise n étant pas propriétaire des clés, les systèmes étant fragmentés et les outils inadéquats Plus de la moitié considèrent les modules de sécurité matérielle comme un élément important de la stratégie de gestion des clés Les erreurs des employés, plus que les attaques extérieures, sont perçues comme la principale menace pour les données sensibles. Les trois principales raisons qui poussent au déploiement du chiffrement sont : le respect des obligations de protection des données, la nécessité de faire face à des menaces de sécurité spécifiques et la réduction des contraintes liées aux audits de conformité. pourquoi Thales travaille sur de nouvelles méthodes de chiffrement que même les ordinateurs quantiques auraient du mal à décoder, voire en seraient incapables. Un autre objectif est de développer ce que l on appelle un «chiffrement pleinement homomorphique», ce que Dietmar Hilke entend par chiffrement de bout en bout. Ce type de chiffrement permettrait de garantir la confidentialité en conservant les données cryptées même lorsque celles-ci sont traitées par un serveur à distance. Selon David Pointcheval, c est exactement la solution qui conviendrait pour sécuriser le cloud computing. À l heure actuelle, même lorsqu on chiffre des données en vue de leur transmission, celles-ci doivent être décryptées avant de pouvoir être évaluées. Ainsi, à chaque fois que l on revient au format texte clair, les données deviennent vulnérables. Suite à l affaire Snowden, qui a permis de prendre la mesure du degré d intrusion de certaines agences gouvernementales dans les données personnelles, la question du respect de la vie privée s est imposée comme une priorité pour les entreprises de médias numériques. Dans ce contexte, le chiffrement homomorphique fait figure de Saint Graal. «Un système homomorphique permet de réaliser divers traitements sur les données chiffrées sans recourir à l opération de déchiffrement. Par exemple, vous envoyez des données cryptées sur le cloud. Tous les calculs que vous souhaitez faire sont réalisés sur les données cryptées et le résultat vous est communiqué lui aussi sous forme cryptée. Dans la mesure où vous êtes le seul à posséder la clé, vous êtes le seul à pouvoir lire le résultat. Le cloud, lui, ne voit jamais les données non chiffrées ni le résultat. Ça paraît incroyable mais, avec une telle fonctionnalité, vous pourriez même faire une recherche sur Google sans que Google ne sache ce que vous recherchez. Vous pourriez obtenir des réponses sans que la personne que vous interrogez ne sache ce que vous cherchez», dit David Pointcheval. Le jour où ces systèmes seront au point, c est à dire que les internautes pourront faire tout ce qu ils veulent sous couvert d anonymat, se posera inévitablement la question de la nécessité pour les organismes de sécurité nationale de pouvoir intercepter des communications pour garantir notre sécurité. Une chose est sûre : la cryptographie va revêtir une importance de plus en plus grande au fil du temps.

5 06 INNOVATIONS : sécurité dans l Arctique c Avec des températures hivernales inférieures à moins 40 degrés Celsius, l Arctique constitue l un des environnements les plus hostiles de notre planète. Le feu sous la glace? Jamais, depuis le début des observations par satellite il y a plus de trente-cinq ans, le niveau des glaces dans l océan Arctique n avait été aussi bas en hiver. Un dégel aux conséquences considérables, et pas seulement sur l environnement... John Coutts Avec des températures hivernales inférieures Vers une nouvelle économie à -40 C, l Arctique constitue l un des Devenue plus facile, la navigation sur les deux grandes environnements les plus hostiles de notre planète. En bref routes maritimes polaires le passage du Nord-Est et le Le recul des C est aussi l un des plus vulnérables : la hausse 1 passage du Nord-Ouest peut changer la donne. Car, glaciers dans des températures mondiales et la course aux l Arctique en réduisant les distances de navigation entre l Europe redessine la carte ressources non exploitées de la région exercent du pôle et facilite et les marchés asiatiques, la disponibilité croissante de sur ce désert de glace une pression inédite. ainsi l accès à ces routes bouleverserait le fret mondial. de précieuses La glace de mer, à savoir l épaisse couche ressources, En été, le passage du Nord-Est relie les océans d eau de mer gelée qui recouvre l océan Arctique, recule ; et ce, de plus en plus vite. pour de nombreux pays. Atlantique et Pacifique par une route qui longe la Norvège et le nord de la Russie. L intérêt est évident : Cette accélération est au cœur de la question Cet intérêt ainsi, le port de Yokohama, au Japon, est distant de 2 accru accroît arctique. Le manteau de glace atteint son les menaces sur celui de Rotterdam, aux Pays-Bas, d un peu plus de maximum à la fin de l hiver. En 2015 cependant, la sécurité de la milles nautiques par ce passage. La voie région. cette étendue représentait km 2 de traditionnelle, via le canal de Suez, est de milles D où la moins que son précédent niveau le plus bas, plus longue. 3 nécessité sans compter qu elle s affine. d une «défense Autre raccourci polaire majeur, le passage du intelligente», «Ce qui change, c est la masse de glace fondée sur la Nord-Ouest borde les côtes septentrionales du Canada pluriannuelle, soit la glace qui résiste à la fonte réutilisation des et des États-Unis, offrant une voie parallèle au canal de équipements estivale, puisqu elle s amenuise nettement plus existants et Panama. Là encore, les distances pourraient se trouver vite que la glace de mer, explique Stefan sur le partage très raccourcies. En passant par l Arctique, le voyage des données Hendricks, docteur en physique de la glace à entre les pays entre la côte ouest du Canada et la Finlande notamment l Alfred Wegener Institute for Polar and Marine soucieux de s écourte ainsi d environ milles nautiques. conserver Research. La couverture de glace devenant plus leurs droits Les navires qui tentent le pôle restent toutefois saisonnière, un plus grand nombre de régions ne sont pas gelées en été.» Si l on commence seulement à comprendre territoriaux. confrontés à de formidables obstacles. Traverser l Arctique nécessite une aide pour briser littéralement la glace. Dans le cas du passage du Nord-Est, cela l ampleur de ces changements sur l environnement, les implications géopolitiques sont en revanche déjà très claires. La fonte des glaces redessine la carte des pôles, découvrant des zones jusqu alors inaccessibles. «L Arctique et l ensemble de ses ressources deviennent accessibles à mesure du recul des glaciers, commente le vice-amiral Nils Wang, commandant du Royal Danish Defence College et l un des principaux analystes de la sécurité de l Arctique au Danemark. Nous observons d ores et déjà une intensification de l activité maritime dans la région, et cette situation va s accentuer encore durant la prochaine décennie.» implique de faire appel aux Russes, puisque la Russie entretient la partie centrale de la route. Disposer d un navire brise-glace est également précieux : même dans les eaux quasi ouvertes à la navigation, les icebergs qui peuvent prendre la forme, entre autres, de fragments ou de «bourguignons», selon la dénomination officielle restent un danger permanent. Et à l exception du passage du Nord-Est, les infrastructures maritimes comme les installations de sauvetage sont plutôt rares. Il faudra du temps avant que le trafic de porte-conteneurs ne se détourne massivement des canaux de Suez ou de Panama, situés à des latitudes inférieures. Mais le transport maritime limité

6 08 INNOVATIONS : sécurité dans l Arctique «Tous les États de l Arctique renforcent actuellement leurs capacités afin de surveiller ce qui se passe là-haut. Ce qui manque pour le moment, c est une vue d ensemble complète en temps réel.» Vice-amiral Nils Wang, commandant du Royal Danish Defence College à la région est déjà important. Menées pour le compte du Conseil de l Arctique, des recherches publiées en 2009 ont dénombré environ navires, un chiffre qui devrait progresser dans les prochaines années. Cette évolution s explique en partie par les projets visant à exploiter les abondantes ressources naturelles de la région. L Arctique est en effet riche en hydrocarbures : 13 % des champs de pétrole et 30 % du gaz naturel non découverts dans le monde pourraient s y trouver, selon l US Geological Survey. La région s avère aussi une mine prodigieuse. Le Groenland, par exemple, renferme des gisements de cuivre, de fer, de zinc, d or, de molybdène, d uranium et de terres rares. Avec le recul des glaciers, il deviendra plus facile d extraire et de transporter ces minerais. La terre du soleil de minuit gagne également en popularité auprès des touristes, au point que la demande de voyages polaires a fortement augmenté. Les arrivées de bateaux de croisière aux ports du Groenland ont plus que doublé entre 2003 et La fonte des glaciers pourrait attirer ces navires plus au nord. En outre, la course accrue à des ressources marines peu abondantes soulève également de nouvelles questions. La pression exercée notamment sur les stocks halieutiques en Arctique et dans ses zones limitrophes pourrait s intensifier à mesure de l appauvrissement des stocks plus au sud. Et cette situation gagne encore en complexité à cause, d une part, des différences entre les réglementations nationales régissant la pêche et, d autre part, des conflits portant sur les frontières maritimes. Par ailleurs, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée pose aussi problème. Autant de sources potentielles d embrasement qu il ne faut pas sous-estimer. N oublions pas que les «guerres de la morue» qui opposèrent le Royaume-Uni à l Islande au sujet des droits de pêche ont donné lieu à des opérations navales La ruée vers le Nord L Arctique est le théâtre de nombreux conflits territoriaux. Ces conflits portent notamment sur le plateau continental étendu et opposent essentiellement le Canada, le Danemark et la Russie, tous revendiquant leurs droits sur le pôle Nord. Le statut juridique du passage du Nord-Ouest est également contesté. On craint qu à long terme, avec la ruée vers les ressources polaires, le recul des glaciers n enflamme ces récentes querelles. Malgré les tensions territoriales, les États de l Arctique collaborent toutefois efficacement dans plusieurs domaines. Le Conseil de l Arctique, forum intergouvernemental qui réunit le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, l Islande, la Norvège, la Russie et la Suède, traite ainsi des questions non-militaires. Les populations indigènes y sont également représentées. Créé en 1996, ce Conseil exerce une influence croissante à l échelle mondiale. Lors de leur réunion de 2013 à Kiruna, dans le nord de la Suède, les membres du Conseil ont accordé le statut d observateur permanent à la Chine, à la Corée du Sud, à l Inde, à l Italie, au Japon et à Singapour ce qui montre l intérêt grandissant pour les ressources naturelles de la région et souligne tout le potentiel des raccourcis polaires pour le fret international. violentes dans l Atlantique Nord en 1976, soit relativement récemment. De nouveaux impératifs de sécurité Pour les pouvoirs publics de la région, l intensification de l activité dans l Arctique présente de nouveaux enjeux en termes de sécurité : «Tous les États de l Arctique renforcent actuellement leurs capacités afin de surveiller ce qui se passe là-haut, précise le vice-amiral Wang. Ce qui manque pour le moment, c est une vue d ensemble complète en temps réel.» Le maintien de la paix et de la stabilité dans la région passera par la capacité à surveiller les frontières terrestres et maritimes. De plus, les forces de défense ont besoin d outils pour alerter les autorités suffisamment tôt en cas d incursion aérienne. Il leur faut aussi des sonars pour détecter les activités sousmarines non autorisées. De même, il est indispensable d assurer la sécurité des navires et des avions civils comme militaires qui opèrent dans la région. Pour tirer pleinement parti de capacités de sauvetage très limitées et déployer, le cas échéant, les ressources nécessaires, les pouvoirs publics ont besoin d une meilleure visibilité en temps réel sur la mer, le ciel et le littoral. Il convient en outre de surveiller l activité économique dans l Arctique, en particulier l exploration pétrolière ou gazière, la pêche et le transport maritime. Les autorités doivent pouvoir s assurer que les entreprises appliquent la règlementation, que les quotas sont respectés, et que la pollution et les répercussions sur l environnement font l objet d un suivi. Instaurer le cadre nécessaire Pour aborder ces enjeux complexes, tous interconnectés, il sera de plus en plus nécessaire de déployer des systèmes ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) modernes. Cette approche exige des capacités de visualisation stratégique et tactique en bref, les opérateurs doivent pouvoir zoomer sur la situation qui les interpelle. «Vous avez besoin d une suite de surveillance qui vous donne une vue d ensemble, et vous devez aussi pouvoir descendre pour obtenir une image détaillée d une zone donnée, en mettant en œuvre des moyens de surveillance aérienne et Pour des routes bien fréquentées La sécurité maritime et côtière repose sur l identification rapide de navires suspects. Mais localiser avec précision un navire voyou parmi des centaines d embarcations légitimes revient à chercher une aiguille dans une meule de foin. Les technologies de big data développées par maritime, ajoute le vice-amiral Wang. Ces moyens sont indispensables, que ce soit pour surveiller un déversement accidentel de pétrole, pour mener des opérations de sauvetage ou pour suivre des activités militaires au plus près.» Fournir des systèmes ISR polaires implique de surmonter plusieurs obstacles. La logistique en est un. Le littoral est très long, éloigné et peu peuplé ; au nord de N, il n y a plus de terre, que de la glace. D où la difficulté d installer des infrastructures au sol comme des stations radar et des émetteurs. Les télécommunications constituent un autre obstacle. Colossales, les distances en jeu excluent tout réseau hyper-câblé. La couverture satellite est inégale, sans compter qu à des latitudes élevées, les ondes radio haute fréquence propices aux communications longue distance sont sujettes aux interférences ionosphériques. Aucun de ces problèmes n est insurmontable, assure Marc Essig, directeur Thales pourraient apporter la réponse. La probabilité qu un navire mène une activité illégale (pêche illicite ou piraterie, par exemple) varie non seulement en fonction de son pavillon, mais aussi selon sa position, sa vitesse, sa direction, ses voyages antérieurs et même les conditions météorologiques. Il est possible de rassembler ces informations à partir de sources telles que l AIS (Automatic Identification System) qui fournit des données de suivi des navires, ou encore les radars et les rapports météorologiques. En modélisant les comportements suspects, on peut lancer une alerte automatique pour tout navire qui remplirait les critères correspondants dans de Thales pour les États baltes et les pays nordiques. Et il sera crucial d exploiter au maximum l infrastructure déjà en place. «Nous parlons ici de défense intelligente, souligne Marc Essig. La clé consistera à savoir réutiliser les équipements existants et à partager les données entre les pays.» Les nouvelles technologies aideront à renforcer la surveillance en complétant la vue d ensemble. Les drones notamment pourraient jouer un rôle essentiel, puisqu ils supprimeraient les angles morts du renseignement et offriraient une vision en temps réel, depuis le ciel, pour assister les opérations de reconnaissance au-delà de l horizon. Non seulement Thales maîtrise les technologies de capteurs nécessaires à la collecte de données, mais le Groupe est aussi un leader dans les technologies d exploitation de ces informations. Ses solutions de surveillance sont compatibles avec différents types de données comme les images la zone observée. L approche de Thales va plus loin : en appliquant des techniques combinant analyse et apprentissage automatique, il devient possible de détecter les nouveaux comportements illicites, susceptibles de passer inaperçus. En d autres termes, on peut créer des modèles et affiner en continu ceux existants. satellite infrarouges, les données radar et sonar, l imagerie captée par les drones et les données des systèmes d identification automatique (Automatic Identification System ou SIA) et permettent de les convertir en des informations exploitables. Ses systèmes de commandement et de contrôle fusionnent déjà ces types de données pour les forces armées et la sécurité urbaine. «Non seulement les opérateurs visualisent alors ce qui se passe, mais ils disposent également des informations nécessaires pour décider des actions à mener en s appuyant sur des systèmes d aide à la décision, explique Marc Essig. Dans des environnements difficiles et complexes, ces capacités sont vitales. Par son expertise dans l ISR et sa présence dans la région, le groupe Thales se trouve idéalement placé pour fournir des solutions, des équipements et une aide permettant de relever les défis uniques qui se posent en Arctique.»

7 10 INNOVATIONS : ACCS 11 L OTAN va disposer pour la première fois en Europe d un système de commandement et de contrôle aériens unifié (ACCS), permettant aux pays membres de l Alliance de gérer tous types d opérations aériennes, non seulement au-dessus de leurs territoires, mais aussi lors de déploiements hors zone. À la suite d essais concluants menés l année dernière en France, en Belgique, en Allemagne et en Italie, le système ACCS développé par ThalesRaytheonSystems sera déployé sur une quinzaine de sites en Europe au cours des trois prochaines années. Le premier site, en Italie, est entré en fonction cette année, pendant le week-end de Pâques. De nombreux systèmes de défense aérienne existants, tant nationaux que ceux couverts par l OTAN, sont donc appelés à être remplacés par l ACCS. Certains centres seront gérés par l OTAN, d autres resteront sous tutelle nationale. Ayant nécessité l écriture de 14 millions de lignes de codes, le système ACCS a été décrit comme le projet logiciel le plus complexe jamais imaginé. Il intègre des activités de défense qui comprennent la planification, l attribution et le contrôle des missions aériennes, la surveillance de l espace aérien, la gestion de l espace aérien et la gestion des forces. Des capacités de défense antimissiles viendront compléter ce système d ici à fin 2016, en intégrant aux opérations aériennes la détection et l interception des missiles balistiques hypervéloces et des missiles de croisière plus lents. «Avant l ACCS, chaque pays disposait de son propre système. Les membres de l Alliance bénéficieront désormais de capacités unifiées qui constituent une véritable révolution en matière d opérations aériennes, explique Philippe Duhamel, PDG de ThalesRaytheonSystems, première société commune transatlantique à avoir vu le jour dans le secteur de la défense. Après le 11 septembre, les gens ont compris qu une meilleure réglementation de l espace aérien, et bien sûr la souveraineté aérienne, étaient des conditions déterminantes pour la sécurité de chacun. Avec l ACCS, chaque citoyen en Europe a l assurance que l espace aérien de son pays est protégé et qu il se trouve raisonnablement à l abri d événements similaires. Nous avons développé un système opérationnel 24/24 et 7/7 qui accroît considérablement l efficacité des forces aériennes prêtes à décoller. Les forces aériennes ont l obligation de planifier et de mener à bien ces opérations dans les meilleures conditions possibles. Avec l ACCS, elles seront non seulement en mesure d y parvenir plus rapidement, mais aussi de conduire des opérations beaucoup plus étendues. L ACCS permet de prendre en charge un nombre d avions beaucoup plus important que les systèmes qu il va remplacer.» L ampleur de ce programme est sans précédent : de la Norvège, au nord, à la Turquie, à l est, le réseau ACCS couvrira un territoire de plus de 10 millions de km 2, avec 300 sites de surveillance aérienne connectés à plus de 40 types de radars différents. Le nouveau système sera également relié à environ 550 systèmes externes, avec interfaces physiques. Les volumes considérables de données en temps réel générés par ces systèmes seront dirigés vers les stations de travail de quelque spécialistes, la plupart du temps dans des bunkers répartis en Europe. «La masse de données provenant des radars terrestres et aéroportés est énorme et très complexe. Dans certains cas, ce sont des radars 3D à longue portée les plus avancés dans le monde. Et à l autre bout, nous avons des systèmes vieux de cinquante ans qui datent de l ère soviétique», explique Steve dumont, en charge des activités OTAN pour ThalesRaytheonSystems. Changement de paradigme Le réseau ACCS représente un bond en avant considérable, même pour les forces aériennes actuellement équipées des systèmes les plus modernes. Il s appuie sur les communications numériques, plutôt que vocales, d où des capacités de commandement et de contrôle plus rapides et aussi plus précises. «À titre d exemple, avant le développement de l ACCS, l alerte initiale reçue par les forces aériennes françaises pour l intrusion d un avion en Europe de l est, serait passée par une liaison téléphonique.» La meilleure défense L espace aérien européen sera plus protégé que jamais grâce à un système de commandement et de contrôle qui va décupler la puissance aérienne des pays de l OTAN. Un choix pertinent dans un monde qui connaît un regain de tensions internationales. En bref 1 L OTAN met en place un système intégré de commandement et de contrôle aériens (ACCS) en Europe. 2 L ACCS intègre toutes les capacités, de la planification de mission à la surveillance de l espace aérien et à la gestion des forces aériennes. Ce système 3 unique peut être utilisé pour contrôler l ensemble des ressources sur le théâtre d opérations aéronefs, carburant et personnels. John Lamb

8 12 INNOVATIONS : ACCS 13 «On peut exécuter un plan en l espace d une heure, en cliquant simplement sur une touche. Autrefois, la diversité des systèmes limitait les capacités des forces de l OTAN à opérer ensemble. Avec l ACCS, le niveau d interopérabilité devient extrêmement élevé.» Antoine Ollivier, Thales «La grande idée de départ était de développer un système unifié pour contrôler l ensemble de l espace aérien militaire, en mobilisant toutes les ressources disponibles aéronefs, systèmes d armes, personnels.» Steve dumont, en charge des activités OTAN pour ThalesRaytheonSystems Des gains d efficacité similaires ont été obtenus dans la planification et l exécution des opérations. Les détails d une mission pouvaient précédemment prendre plusieurs à jours à un état-major, avant d être transmis par fax aux unités opérationnelles. Avec l ACCS, la planification et l exécution sont intégrées dans un même système, et les informations transmises en temps réel. «On peut exécuter un plan en l espace d une heure, en cliquant simplement sur une touche, explique Antoine Ollivier, directeur du Centre de Compétence en charge de l approvisionnement des ressources utilisées pour développer l ACCS. Autrefois, la diversité des systèmes limitait les capacités des forces de l OTAN à opérer ensemble. Avec l ACCS, le niveau d interopérabilité devient extrêmement élevé.» Cette interopérabilité signifie que les défenses aériennes européennes seront beaucoup plus résilientes dans l avenir. Une partie du système sera, par exemple, en mesure de prendre le relais en cas de défaillance d un autre segment, mais il sera également possible d orchestrer les défenses du pays à partir d une autre nation, si besoin est. Le degré d intégration possible avec un seul système utilisant par exemple la Liaison 16 de l OTAN pour assurer l interface des données temps réel avec les aéronefs, les systèmes d armes et d autres capacités, aura probablement un impact important sur les coûts. «C est ce que l OTAN appelle la défense intelligente. Il s agit de mutualiser les ressources pour parvenir à un pool opérationnel commun, décrypte pour nous Steve dumont. Autrement dit, nous avons un système unique maintenu en condition opérationnelle par un service unique, avec un pool commun de rechanges et de sites pour l entraînement opérationnel.» La standardisation présente également l avantage d alléger la formation des opérateurs en leur permettant d utiliser le système dans différents pays, sans instruction supplémentaire. Les responsables militaires de l OTAN étudient la possibilité d établir un centre de formation pouvant servir à l ensemble des nations concernées. L utilisation de standards ouverts pour le développement de l ACCS sera également une source d économies. Ces standards permettront aux clients de choisir les fournisseurs, en associant les équipements provenant de différentes sources. Raison pour laquelle plusieurs fournisseurs ont travaillé sur ce projet de 1,2 milliard d euros, outre le maître d œuvre, Thales- RaytheonSystems. Un système complet L ACCS comprend deux éléments étroitement intégrés. D un côté, un système d exécution de mission en temps réel, l ARS, qui combine les volets Air Control Centre (ACC), Recognised Air Picture (RAP), Production Centre (RPC) et Sensor Fusion Post (SFP). L ARS relie des postes qui recueillent les données, avec les systèmes qui génèrent l image opérationnelle du champ de bataille, afin de diriger au mieux les forces aériennes de l OTAN. Nous avons ensuite des centres d opérations aériennes combinées (CAOC) pour les activités ne nécessitant pas de composante en temps réel, comme la planification, l attribution et le suivi des missions. L efficacité de l ACCS est grandement facilitée par la base de données commune à l ARS et aux CAOC. «Nous sommes parvenus à gérer les contraintes divergentes de la base de données, dues à son utilisation par ces deux types de systèmes», souligne Lionel Eloy, directeur technique pour les opérations de ThalesRaytheonSystems en France. Les CAOC sont compatibles avec le concept de boucle OODA (observer, orienter, décider, agir) qui implique une observation continue et une réaction aux événements plus rapide que celle de l ennemi, dont l objectif est de provoquer la confusion chez l adversaire, et donc la désorganisation de ses propres plans. «La réévaluation dynamique de la boucle OODA n est généralement ni continue ni automatique, et requiert donc une intervention manuelle. Tout cela sera beaucoup plus fluide avec l ACCS dans la mesure où, s il survient un événement particulier et qu il faut modifier les plans, on dispose d une base de données dans laquelle va s écrire la planification de la mission, et dans laquelle il sera possible de lire le contrôle de cette mission.» Des versions déployables des deux composantes de l ACCS ont également été développées pour aider les membres de l OTAN à intervenir hors du contexte européen. La création de la société commune franco-américaine a également été un atout déterminant pour le développement du système ACCS. «Travailler des deux côtés de l Atlantique n est pas toujours simple, mais nous L OTAN étudie la possibilité de créer un centre de formation pour toutes les nations concernées. n aurions pu développer l ACCS sans cette collaboration entre la France et les États- Unis», assure Philippe Duhamel. Pour assurer un équilibre adéquat, chaque partenaire dispose d un nombre égal de membres au conseil d administration, et la présidence échoit successivement au PDG de chacun des deux partenaires. Thales était initialement responsable du volet temps réel du projet, son associé américain se réservant les aspects de l ACCS n intégrant pas les contraintes du temps réel. En 2010, les deux partenaires ont combiné leurs efforts pour finaliser le système. «La grande idée de départ était de développer un système unifié pour contrôler l ensemble de l espace aérien militaire, en mobilisant toutes les ressources disponibles aéronefs, systèmes d armes, personnels. La collaboration franco-américaine nous a permis d y parvenir grâce à l expertise respective de deux des principaux acteurs mondiaux en matière de technologies militaires, notamment dans la défense antiaérienne et la défense antimissiles», rappelle Steve dumont. Tournés vers l avenir La phase de développement principale parvenant à son terme, ThalesRaytheon- Systems porte maintenant son attention sur les contrats qui permettront d installer des sites de réplication, et d aider les nations concernées par l ACCS à assurer leur transition vers le nouveau système. Le partenariat permettra également d ajouter des capacités nouvelles, notamment une composante de défense antiaérienne et antimissiles intégrée. La vente de systèmes dérivés de l ACCS est également envisagée hors de l OTAN, par exemple au Moyen-Orient. «Notre réussite est triple, se félicite Philippe Duhamel. Nous avons développé un système de très grande ampleur ; nous avons mis sur pied, avec le succès que l on sait, une collaboration franco-américaine et, enfin, nous avons su gérer notre organisation interne de manière efficace.» Depuis l attribution du contrat en 1999, la société a dû faire face à de nombreuses difficultés, qu il s agisse 6500 L ACCS englobe 550 systèmes extérieurs reliés par interfaces physiques. de faire évoluer les spécifications ou de prendre en compte des technologies en rapide développement. Gérer au mieux le travail des quelque 800 ingénieurs et techniciens affectés au projet n a pas été la moindre des défis. ThalesRaytheonSystems a adopté un mélange de techniques de développement classiques en matière de logiciels et de méthodologies plus récentes consistant notamment à répartir les tâches en petits modules, en suivant constamment les progrès réalisés et en testant régulièrement les codes. «Le système ACCS a maintenant une longue histoire derrière lui, et les difficultés ont été nombreuses sur sa route. Mais tout cela est maintenant derrière nous : l ACCS entre en service auprès de l OTAN à un moment où les pays de l Alliance en ont vraiment besoin, conclut Steve dumont. Et ThalesRaytheonSystems est particulièrement fier d être un acteur clé de ce programme majeur.»

9 14 INNOVATIONS : SATELLITES METEO 15 Ils font la pluie et le beau temps Depuis plusieurs dizaines d années, les satellites jouent un rôle central dans l amélioration des prévisions météorologiques et, partant, dans la protection des biens et des personnes. Le changement climatique et le réchauffement mondial devenant des préoccupations majeures, la climatologie s est imposée comme une science incontournable et les satellites comme des instruments décisifs. Patrick Mauté, Thales Alenia Space En bref Avec les télécommunications, la météo a été l un des Le système européen repose sur des satellites principaux bénéficiaires de la révolution satellitaire du début Depuis les géostationnaires (Météosat) qui observent en permanence 1 années 1970, des années Devenus plus abordables et pouvant les satellites l Europe et l Afrique et servent essentiellement aux emporter des charges utiles toujours plus sophistiquées, les jouent un rôle «prévisions immédiates» (prévisions à très court terme toujours plus satellites en orbite géostationnaire et en orbite polaire basse important en ciblant en particulier les phénomènes climatiques surveillent désormais notre planète en permanence, météorologie. potentiellement dangereux d évolution rapide) et sur des apportant aux météorologues des informations d un intérêt et satellites polaires (EPS) : plus proches de la Terre, ces derniers 2 La météorologie d une complexité grandissants. apportent des informations très précieuses aux modèles spatiale sert dans Les satellites modernes fournissent aux scientifiques et de nombreux numériques utilisés dans les prévisions à long terme, mais domaines, de aux chercheurs des données d imagerie et de sondage la sécurité des leur fréquence de survol est beaucoup plus faible. atmosphérique dans le visible, l infrarouge et les micro-ondes. biens et des personnes à La surveillance des phénomènes météorologiques l agriculture Faire la différence mondiaux et l établissement de prévisions sont en passant par Thales Alenia Space a assuré la maîtrise d œuvre des trois les transports coordonnés à l échelle internationale par le programme de aériens et générations de satellites Météosat produits depuis les Veille météorologique mondiale, organisme collaboratif au terrestres, les années 1970, ainsi que celle du segment sol d EPS et de infrastructure sein duquel des météorologues et des scientifiques et l énergie. l interféromètre de sondage atmosphérique dans partagent leurs données et leurs modèles afin d améliorer l infrarouge IASI, instrument phare de la charge utile des Les agences les prévisions et de mieux anticiper les phénomènes 3 spatiales, les satellites EPS. météorologiques potentiellement dangereux. pouvoirs publics Les performances de Météosat de deuxième génération et l industrie Au niveau européen, le développement et l utilisation utilisent les (MSG), en orbite depuis le début des années 2000, illustrent des satellites météorologiques sont chapeautés par données en en particulier l expertise de Thales. Il s agit en outre de provenance des Eumetsat, qui conçoit chaque mission, exploite les satellites pour performances étalon, que les autres membres de la Veille satellites et communique les données traitées à tous ses lutter contre le météorologique mondiale souhaitent atteindre d ici réchauffement. États membres, en coopération avec l Agence spatiale Météosat Troisième génération (MTG) est en cours de européenne (ESA), qui développe et lance les satellites. Au QG d Eumetsat à Darmstadt, en Allemagne, les terminaux reçoivent les données en provenance des satellites, puis des chercheurs les géolocalisent et assurent leur traitement. Parmi ces données figurent une série d indicateurs géophysiques, comprenant notamment les vecteurs de vitesse du vent, l altitude du sommet des nuages et la température de surface de la mer. Ces données sont ensuite transmises aux centres de météorologie, qui s en servent pour établir leurs prévisions. développement et fournira des données très innovantes issues de l imagerie rapide, de l imagerie multispectrale et, pour la première fois en orbite géostationnaire, du sondage atmosphérique. Ces informations apporteront des renseignements précieux sur les phénomènes potentiellement dangereux d évolution rapide, comme les ouragans et les typhons. Partie intégrante du système satellitaire en orbite terrestre basse, IASI (qui équipe tous les satellites en orbite terrestre basse d Eumetsat depuis 2006) a permis de réaliser des progrès considérables en

10 16 INNOVATIONS : satellites METEO 17 matière de prévision numérique du temps. Grâce à cet instrument, les chercheurs sont parvenus à améliorer nettement l horizon temporel de leurs prévisions. IASI est un interféromètre de Michelson dans l infrarouge très sophistiqué, offrant des informations à haute résolution spectrale d une précision inégalée sur la structure verticale de la température et de l humidité atmosphériques. La météorologie spatiale joue aujourd hui un rôle considérable dans le système économique mondial. Les informations qu elle procure servent dans de nombreux domaines, allant de la sécurité des biens et des personnes à la planification agricole en passant par les transports aériens et terrestres, les infrastructure et l énergie. Plusieurs études économiques très complètes ont montré que pour un euro investi dans les systèmes météorologiques spatiaux, le bénéfice économique dépasse 10 euros, tous secteurs confondus. Le changement climatique et son impact Plus récemment, la question du changement climatique se faisant plus pressante, les agences spatiales et l industrie ont accompli des efforts considérables pour mieux surveiller l environnement de la Terre et mieux comprendre les phénomènes en jeu. Les satellites de Thales Alenia Space déploient des technologies et des techniques avancées pour aider les scientifiques à comprendre l évolution du climat terrestre. Nous devons l une des principales percées de la climatologie aux satellites Jason, développés par le CNES, l agence spatiale française, dans le cadre d un programme de coopération avec la NASA. Ces satellites, qui embarquent une charge utile d altimétrie océanique haute précision, ont fourni aux climatologues de très Pour un euro investi dans les systèmes météorologiques spatiaux, le bénéfice économique dépasse 10 euros, tous secteurs confondus Thales Alenia Space a assuré la maîtrise d œuvre des trois générations de satellites Météosat produits depuis les années nombreuses informations. Ils ont notamment apporté la preuve que le niveau moyen de la mer s est élevé au cours des vingt dernières années (de plus de 3 mm par an dans la dernière décennie, contre une augmentation annuelle moyenne d environ 1,7 mm ces cent dernières années, d après les estimations). En outre, les satellites Jason ont permis de cartographier avec une précision exceptionnelle les principaux courants océaniques notamment le Gulf Stream et El Niño, qui ont une incidence majeure sur l évolution du climat. Ces observations aident les scientifiques à mieux comprendre les interactions entre océans et climat, et à établir des modèles capables de prédire les évolutions futures. Les résultats engrangés par Thales Alenia Space en matière d altimétrie spatiale sont tels que l entreprise est aujourd hui le leader incontesté dans ce domaine ; toutes les grandes agences spatiales dans le monde utilisent ses instruments. Récemment, Thales Alenia Space a également annoncé avoir été choisi par le CNES pour construire le satellite océanographique SWOT (Surface Water and Ocean Topography). Le projet SWOT comprend un volet océanographique et un hydrologique. En océanographie, le satellite fournira des mesures permettant de restituer la hauteur de la surface des océans et des vagues avec une résolution améliorée par rapport à Jason. Ces données permettront d analyser et de comprendre les effets de la circulation côtière sur la vie marine, les écosystèmes, la qualité de l eau et les transferts d énergie. Il en résultera une meilleure modélisation des interactions entre les océans et l atmosphère. La mission d hydrologie évaluera quant à elle, au niveau des surfaces continentales, les évolutions du stockage d eau des zones humides, lacs et réservoirs, ainsi que la débitmétrie des fleuves. De son côté, l ESA, en collaboration avec la Commission européenne, a décidé de s attaquer à la surveillance permanente de l environnement terrestre, en lançant une vaste initiative, le programme Copernicus. Les «Sentinelles» de Copernicus, qui assureront cette surveillance permanente, contribueront à mesurer l évolution des paramètres climatiques sur le long terme Clean SeaNet et Edisoft Depuis plus de dix ans, Edisoft (coentreprise de Thales au Portugal) développe des produits et services dans le domaine de l observation de la Terre par satellite, en particulier de l observation des océans. Edisoft a été choisie comme prestataire de services par l Agence européenne pour la sécurité maritime dans le cadre du programme CleanSeaNet. Ce programme analyse des images satellites pour les États membres de l UE à des fins de surveillance et de détection des dégazages illégaux ou accidentels dans leurs eaux territoriales. Il s appuie sur les données reçues par la station sol de Santa Maria, aux Açores, en provenance d instruments embarqués comme Radarsat-2, et avant lui Envisat et Radarsat-1. Sentinelle 1, premier satellite du système Copernicus, sera bientôt mis en service à cet effet. Vu d en haut : (page de gauche, tout en haut) image satellite des températures de surface lors d un épisode de canicule qui a touché la plupart de l Espagne et du Portugal en 2004 ; (à gauche) image satellite colorisée du trou dans la couche d ozone au-dessus de l Antarctique ; (ci-dessous) image Landsat 7 colorisée montrant une allée de tourbillons de Karman au-dessus des îles Aléoutiennes. et à mieux comprendre les phénomènes physiques associés. Là encore, Thales Alenia Space joue un rôle crucial. Parmi ses principales réalisations, citons : Sentinelle 1 : le satellite phare de Copernicus à des fins de surveillance maritime ; Sentinelle 3 : destiné à l océanographie opérationnelle, il embarque une suite d instruments ultraprécis en altimétrie, surveillance de la couleur des océans et mesure de la température de surface de la mer ; Sentinelle 6 : il assurera la continuité des services dans le prolongement de Jason-3 ; GOCE : lancé dans le cadre du programme d exploration de la Terre de l ESA, ce satellite a permis de mesurer les variations locales du champ de gravité terrestre, et ainsi la circulation océanique, avec un degré de précision sans précédent. Tel qu il pouvait détecter l incidence, sur le champ de gravité, de la construction d un gratte-ciel géant. Enfin, les pouvoirs publics, les agences spatiales et l industrie préparent déjà activement l avenir de la lutte contre le réchauffement mondial. La France hébergera prochainement la COP 21, 21e conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. Cet événement vise à mettre en place un cadre juridique universel et contraignant sur le climat, ainsi qu à développer de nouveaux outils visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Parallèlement, le CNES travaille déjà à un satellite avancé capable de mesurer avec précision la teneur en CO 2 de l atmosphère, première étape de la mise en œuvre d un système mondial de contrôle et de compensation des émissions de CO 2. Thales joue un rôle actif dans ce projet depuis ses débuts, par le biais de programmes de R&D ambitieux, et par le parrainage de chercheurs impliqués dans ces travaux. Il s agit là du prochain défi à relever en climatologie et surveillance de l environnement depuis l espace.

11 18 INNOVATIONS : Robots 19 En bref 1 Les ventes de robots industriels atteignent aujourd hui des niveaux record. Les cobots 2 (ou robots collaboratifs) sont adaptables, mobiles et conçus pour travailler avec les humains. Robotique et 3 cobotique ont pour vocation d accroître la compétitivité et de doper la croissance, pas de réduire le nombre de salariés. Depuis longtemps, les industriels rêvent de robots mobiles, polyvalents, capables d effectuer n importe quelle tâche. Et si les «cobots» leur permettaient de réaliser enfin leurs rêves? Libérez les robots John Coutts Il y a plus de cinquante ans, le premier robot industriel prenait son poste à l usine d automobiles Ternstedt de GM, à Trenton, dans le New Jersey (États-Unis). À peine plus de cinq décennies plus tard, les robots ont pratiquement conquis l industrie mondiale de l automobile. Les ventes de robots industriels atteignent aujourd hui des niveaux record. Selon la Fédération internationale de la robotique (IFR), en 2014 les ventes de robots ont dépassé pour la première fois la barre des unités, soit plus de 27 % d augmentation par rapport à l année précédente. La demande, qui atteint des sommets en Chine et en Corée du Sud, est tirée principalement par l industrie automobile et l électronique. Les grands robots industriels sont en principe solidement boulonnés au sol et placés dans des enceintes sécurisées afin de protéger les ouvriers. Ces géants «enchaînés», appréciés pour leur précision, leur rapidité et leur capacité de répéter indéfiniment la même tâche, exigent un énorme investissement en capital. C est pourquoi ils sont la plupart du temps confinés aux chaînes de montage en série. Mais tout ceci pourrait être sur le point de changer. «Plusieurs facteurs attirent actuellement notre attention, explique Jean-Philippe Jahier, directeur de l Innovation et de l industrialisation des nouvelles technologies chez Thales Alenia Space France. Le premier est que les composants robotiques de série deviennent très abordables : vous pouvez vous procurer un bras robotique pour environ euros. Le second est le développement de la cobotique, ces systèmes robotiques capables de travailler aux côtés des humains sans les mettre en danger.» L ascension des cobots Les cobots (ou robots collaboratifs) sont apparus récemment. Contrairement à la majorité des robots industriels, ils sont adaptables, mobiles et conçus pour travailler avec les humains. Ils intéressent les industriels parce qu ils sont faciles à déployer et, pour la première fois, mettent la puissance de la robotique à la portée des entreprises qui produisent en petite série. «La flexibilité est l un des piliers de la cobotique, affirme Jean-Philippe Jahier. Les robots industriels classiques sont souvent programmés pour une seule fonction. Un cobot, c est un peu comme un couteau suisse : il suffit de changer d outil pour l adapter en un tour de main à différentes tâches. Sa capacité à se déplacer d une application à l autre dans l usine ouvre de nouvelles perspectives.»

12 20 INNOVATIONS : Robots 21 «Les composants robotiques de série deviennent très abordables : vous pouvez vous procurer un bras robotique pour environ euros» Une vision pour les robots Jean-Philippe Jahier, directeur de l Innovation et de l industrialisation des nouvelles technologies chez Thales Alenia Space France L une des ruptures technologiques majeures de la cobotique est que les cobots apprennent par imitation : «Au lieu d avoir besoin de programmeurs spécialisés, l utilisateur peut apprendre au cobot comment accomplir un geste donné, explique Jean-Philippe Jahier. Cela responsabilise l opérateur. Sur le plan social aussi, c est important, car l utilisateur peut l adapter à son propre usage.» En tant que constructeur de satellites et de charges utiles parmi les leaders du marché, Thales Alenia Space investit en permanence pour optimiser sa production. Lancée plus tôt dans l année, l initiative «L usine de demain» témoigne de cette détermination, en mettant l accent sur l association entre des technologies de pointe, comme la robotique et la cobotique, et l expertise humaine. La nécessité d innover dans le domaine des satellites est la conséquence d évolutions majeures sur le marché spatial. L une de ces évolutions est la dynamique croissante à l œuvre derrière ce qui est décrit comme «l internet de l espace» : l idée est de fournir la connectivité haut débit sur la Terre via des réseaux de satellites. Il faudra pour cela déployer d immenses constellations de petits satellites, ce qui stimulera la demande de production de satellites à une échelle encore jamais envisagée par l industrie spatiale. «Passer d une cadence de trente mois pour produire un seul satellite de télécommunications à la production d un satellite tous les deux jours est une vraie révolution, estime Jean-Philippe Jahier. Si vous voulez conquérir le marché des grandes constellations avec des satellites par centaines, vous n avez pas d autre alternative que d opter pour l assistance robotique ou cobotique.» Jean-Philippe Jahier envisage plusieurs applications de l assistance cobotique dans les ateliers. L une de ces applications est le En prenant son poste en 1961 à l usine d automobiles Ternstedt de GM, à Trenton, dans le New Jersey, le premier robot industriel a révolutionné l industrie automobile. «Au lieu d avoir besoin de programmeurs spécialisés, l utilisateur peut apprendre au cobot. Cela responsabilise l opérateur.» «kitting», ce travail fastidieux qui consiste à rassembler tous les composants nécessaires pour exécuter une tâche de production donnée. «L efficacité d un kitting est un facteur important, lié au concept de lean appliqué à la production. L idée est de limiter le plus possible le désordre à proximité de l endroit où vous travaillez, explique Jean-Philippe Jahier. Le cobot sélectionne les composants nécessaires et les remet à l opérateur quelques minutes avant le début du travail. C est essentiel pour l efficacité du flux de production.» Recourir à un cobot pour sélectionner des composants dans une caisse de pièces détachées présente également d autres avantages : grâce à sa caméra intégrée, il peut s assurer que les composants ne sont pas endommagés, et il peut même les mesurer. «Cela permet d éliminer de nombreuses sources d erreurs : pour un opérateur humain, il est difficile de dire si une vis est trop longue ou trop courte de 5 mm, par exemple, alors que pour un cobot, c est un jeu d enfant», précise Jean-Philippe Jahier. Les cobots savent également d où proviennent les composants. Ces informations peuvent être recueillies à des fins d assurance-qualité et transmises directement au système de back-office pour faciliter le contrôle de la conformité et l inventaire. En plus d accomplir en peu de temps des tâches chronophages, les cobots facilitent les opérations de levage malaisé en offrant à l opérateur une «troisième main» intelligente. «Même si vous assemblez des objets très fragiles, la troisième main cobotique peut aider l opérateur en soulevant et maintenant des composants juste au bon endroit pendant qu il va chercher l outil qui lui manque», explique Jean-Philippe Jahier. Les robots capables de se déplacer dans l atelier de façon autonome sont encore relativement rares. Et, comme pour les voitures autonomes, les rendre mobiles soulève de nouvelles questions. Comment éviter les collisions? Et qui est responsable? Des vitesses de déplacement lentes, associées à la capacité du cobot d apprendre et de réagir à son environnement permettent de réduire au maximum le risque de collision. «Ils sont capables de reconnaître leur environnement et peuvent être programmés pour s arrêter devant les obstacles ou les contourner», souligne Jean-Philippe Jahier. En développant les techniques actuelles d identification et d authentification, il est en outre possible de faire en sorte que seuls les utilisateurs autorisés puissent lui donner des ordres. «Le robot ne pourra entrer en relation qu avec les personnes avec lesquelles il est déjà connecté. Si vous voulez modifier la séquence d exécution ou changer d activité, vous devrez vous connecter de nouveau.» Malgré les gains de productivité promis par les cobots, Jean-Philippe Jahier insiste sur le fait que ces recrues robotiques auront pour mission d aider plutôt que de remplacer la main-d œuvre actuelle. «On ne peut imaginer une usine avec robots et une seule personne décidant de tout, fait-il valoir. La robotique et la cobotique ont pour vocation d accroître la compétitivité et de doper la croissance, pas de réduire le nombre de salariés.» Repérer «le» projet de demain en robotique relève de l art autant que de la science. Que recherchent les investisseurs? Bruno Bonnell est le directeur de Robolution Capital, un fonds d investissement basé à Paris et dédié au développement de la robotique. Pour repérer les projets gagnants, dit-il, il faut se focaliser sur trois critères clés : «Ce que nous cherchons avant tout, c est ce que nous appelons l hypertechnologie : une proposition doit constituer une réelle rupture, ne pas simplement améliorer quelque chose qui est déjà sur le marché», déclare Bruno Bonnell. La technologie doit également répondre aux attentes des consommateurs, sans exception et sans excuses : «Elle ne doit pas être trompeuse. Par exemple, certaines voitures autonomes que nous avons analysées sont basées sur la vidéo. Ma première question est : que se passe-t-il s il y a du brouillard et s il fait nuit? Si une voiture ne peut fonctionner dans ces conditions, elle est sans intérêt.» Une solution robotique doit être facile à déployer et à utiliser, c est à dire générer le moins possible de bouleversement. «On doit pouvoir la mettre en œuvre, sans être obligé de faire des trous, de passer des câbles ou de défoncer votre salon, déclare Bruno Bonnell. Ce principe s applique aussi à l industrie : si elle nécessite d importantes modifications de vos infrastructures, elle ne prendra pas.» Bruno Bonnell, qui a à son actif plus de trente ans d expérience dans le domaine technologique, a été durant huit ans directeur général d Atari (développement de jeux vidéo), une expérience qui, selon ses dires, lui a été extrêmement utile: «Il y a un lien naturel entre les jeux et la robotique, fait-il remarquer. L idée de se projeter dans un environnement différent et de le manipuler est née dans l industrie du jeu. Aujourd hui, ce principe est à la base de tout, depuis le fonctionnement des drones jusqu à la chirurgie robotique.» Il reste cependant quelques pierres d achoppement. «L énergie est de loin la première, souligne Bruno Bonnell. Nous ne savons pas encore comment faire fonctionner des robots sophistiqués sans source d énergie externe. Nous en sommes encore aux premiers balbutiements de la robotique et nous devons trouver un moyen de couper ce cordon ombilical.» Il y a aussi la question de savoir dans quelle mesure il faut laisser les robots penser par eux-mêmes: «Je pense qu il faut être prudent avec ce combat obsessionnel pour l intelligence artificielle, met en garde Bruno Bonnell. Outre les problèmes éthiques et pratiques, il est tout simplement plus efficace que les robots soient contrôlés par des humains.» Quel est le prochain domaine de conquête des robots? Pour Bruno Bonnell, les transports seront un axe majeur de développement: «La voiture autonome sera l une des prochaines évolutions clés. D ici à 2030, conduire sa voiture paraîtra ridicule, voire sera peut-être carrément interdit.» L aviation devrait également s automatiser de plus en plus : «Laisser le contrôle des avions exclusivement aux pilotes va devenir compliqué. Je pense que l on accordera beaucoup plus d importance au pilote automatique, l équipage n intervenant qu en cas d urgence.» Mais le changement le plus spectaculaire devrait toutefois être l essor de la téléopération, le contrôle des machines à distance: «On commence à en voir les prémices avec la téléprésence, explique Bruno Bonnell. En développant cette approche il est possible de piloter et de faire fonctionner à distance des machines dans des conditions dangereuses, comme sous la mer ou dans des environnements extrêmes comme les déserts ou les pôles. La clé, c est de combiner les performances des robots et l intelligence des humains.»

13 22 INNOVATIONS : Rafale 23 C est l avion de combat le plus avancé de sa génération. Le ciel est à lui Depuis les temps héroïques de l aviation militaire, voici maintenant plus d un siècle, les avions de combat ont avant tout été jugés sur leur vélocité, leur agilité et leur puissance de feu. Avec l évolution des besoins, les critères d appréciation ont changé. Il faut désormais y ajouter la polyvalence et l intelligence. Les avions de combat doivent aujourd hui être capables de mener à bien des missions multiples, de la reconnaissance à la défense aérienne, en passant par les frappes de précision. Ils doivent également être en mesure de réaliser différentes missions au cours d une même sortie. Le Rafale omnirôle répond à ces exigences nouvelles. L avionique avancée qu embarque cet avion est un élément clé de sa polyvalence : du cône de nez jusqu à la dérive, le Rafale regorge de systèmes électroniques sophistiqués qui permettent au pilote de collecter et partager une imagerie à haute résolution, de délivrer des armes guidées avec une extrême précision et de protéger l avion contre toute action hostile. Thales fournit également l électronique qui équipe différents missiles du Rafale. Cet avion multimission offre également au pilote un niveau de fusion de données sans précédent, combinant les informations des différents systèmes et capteurs pour établir une image tactique complète extrêmement précieuse pour la prise de décision. Les différents systèmes et capteurs fournis par Thales représentent environ 25 % de la valeur totale de l avion Spectra Spectra est la première ligne de défense du Rafale. Cette suite de guerre électronique permet d identifier, localiser et brouiller les menaces électromagnétiques, infrarouge et laser. Les capteurs multispectraux et la fusion des données intelligentes offrent des capacités de détection à haute sensibilité. Ce système capable de contrer des menaces multiples avec notamment une alerte d approche missile et un lance-leurres, contribue largement au succès de la mission en environnement hostile. 2 AREOS Le système de reconnaissance et d observation aéroportée AREOS permet de fournir rapidement, de jour et de nuit, des renseignements imagerie (IMINT) pour la reconnaissance et l identification, en toutes conditions météorologiques. AREOS permet de fournir une imagerie à haute résolution à grande distance, couvrant de larges zones d intérêt. Les informations sont transmises au sol via une liaison de données à haut débit. 3 DAMOCLES et TALIOS Talios, pod d acquisition d objectifs de troisième génération, offre des capacités de guidage laser, et une gamme complète de senseurs pour la navigation et pour l identification des objectifs air-air. Il permet l identification jour/nuit des cibles à moyenne portée, et offre des capacités de reconnaissance à longue distance. Son module infrarouge assure des performances optimales en conditions chaudes et humides. TALIOS version modernisée de DAMOCLES, est un pod optronique multifonction qui utilise la dernière génération de senseurs à haute résolution, et qui bénéficie d un système de stabilisation de la ligne de visée à haute précision, permettant des frappes en profondeur avec bombes et missiles à longue portée. Il offre des capacités d identification air-air et d appui aérien rapproché. Il comprend des capacités non traditionnelles NTISR (Non-Traditional Information, Surveillance and Reconnaissance) avec un système Permanent Vision offrant un large champ de vision et des informations contextuelles précieuses. 4 Communication, Navigation et Identification Les capacités de communication, navigation et identification sécurisées couvrent chaque besoin opérationnel, notamment en termes de contre-mesures électroniques (ECCM), d identification IFF et de liaisons de données tactiques. 5 Interface hommemachine avancée Les puissants outils de visualisation développés par Thales permettent au pilote de bénéficier d une appréciation instantanée de la situation et constituent donc une aide précieuse pour une prise de décision tactique informée. Cette solution d interface permet de combiner des affichages tête haute/tête moyenne et latéraux, avec un viseur de casque. 6 Radar RBE2 à balayage électronique Le radar RBE2 à balayage électronique à antenne active est un système multifonction qui assure une couverture à longue distance. Ce radar automatique polyvalent offre une capacité de classification des cibles, et permet de poursuivre différents objectifs se trouvant dans le champ de vision du système. Premier radar européen à balayage électronique à antenne active, le RBE2 offre des capacités nouvelles en matière de détection et de poursuite air-air et air-surface. 7 Optronique secteur frontal (OSF) L OSF offre des capacités étendues, avec un système électro-optique laser entièrement intégré assurant, en toute discrétion, la détection, la désignation et l identification à longue portée des objectifs aériens, navals et terrestres. L OSF permet de localiser les aéronefs ennemis sans risque d être soi-même détecté. Opérant sur des longueurs d ondes optiques, ce senseur s avère insensible au brouillage radar. 8 Calculateur de mission modulaire Ce puissant calculateur de mission modulaire (EMTI) assure la fusion des données acquises par les divers senseurs, et autorise de multiples reconfigurations en fonction des besoins opérationnels. 6 Plus d'intelligence Aux termes d un contrat qui verra le développement d un nouveau standard de performance pour le Rafale, Thales conduira la modernisation du radar, du système de guerre électronique et des systèmes d identification et de support embarqués sur les avions français. Le standard F3R lancé début 2015 jouera un rôle vital pour assurer l évolution constante des avions en fonction des nouveaux besoins opérationnels. Le programme de modernisation inclura le 3 déploiement du pod de désignation laser TALIOS de nouvelle génération, permettant ainsi de disposer de capacités d imagerie et d engagement améliorées, de jour comme de nuit. Le pod TALIOS peut équiper aussi bien le Rafale que le Mirage 2000D. Ce programme verra également l intégration du missile air-air longue portée Meteor produit par MBDA. Les équipements et solutions développés par Thales incluent les antennes actives et passives RBE2, la suite 2 électronique Spectra, le système IFF et les systèmes de support à la maintenance. Succès à l'export Le Rafale enregistre depuis plusieurs mois des succès majeurs sur les marchés export, d abord avec l Égypte qui signe en février 2015 une commande pour 24 appareils, puis avec l Inde qui, après plusieurs mois de discussions, signe une lettre d intention portant sur 36 Rafale clés en main pour les Le seul avion au monde véritablement omnirôle, capable d opérer à partir d une base terrestre ou d un porte-avions. forces aériennes du pays. La dernière annonce vient des forces aériennes du Qatar, qui se doteront de 24 Rafale aux termes d un contrat passé avec Dassault Aviation. Thales fait partie de l équipe du Rafale, aux côtés de Dassault Aviation et de Snecma (Safran). La cérémonie de signature s est tenue à Doha, en présence de l Émir du Qatar S.E. Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, du président François Hollande, de Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, et de Patrice Caine, PDG de Thales.

14 24 INNOVATIONS : «Light Footprint Strategy» 25 En bref 1 La réflexion stratégique trouve depuis longtemps ses applications sur les théâtres d opération et dans le monde de l entreprise. Le concept 2 d «empreinte légère» offre à l entreprise une approche nouvelle et rationnelle dans un monde fragmenté. 3 L entreprise peut désormais identifier rapidement instabilités ou défaillances et s en éloigner au plus vite. Des structures de commandement instaurées par Napoléon, en passant par les concepts stratégiques de Clausewitz ou les «troupes» de Henry Ford déployées sur les chaînes de production, la ligne de crête entre militaire et civil a toujours été étroite. Avec l apparition du concept de Light Footprint, c est l organisation même de l entreprise qui est remise en question. Quand légèreté rime avec efficacité Christian Doherty Richard Gleed Quand on considère la complexité inhérente à la direction de nombreuses équipes, à la difficulté de gérer des ressources limitées et d affronter une concurrence agressive, faut-il vraiment s étonner de voir la curiosité réciproque des conseils d administration des entreprises et des écoles militaires, en quête d inspiration et de méthodes plus efficaces dans leur gestion des opérations. L exemple le plus récent de cet ensemencement croisé, explique Charles-Édouard Bouée, est fourni par le concept nouveau du Light Footprint Strategy la stratégie de l empreinte légère. La carrière de Charles-Édouard Bouée dans le conseil au management l a conduit de la Société Générale et du cabinet Booz Allen Hamilton jusqu à sa fonction actuelle de PDG de Roland Berger Strategy Consultants. Entre Shanghai, Munich et Paris, Charles-Édouard Bouée a développé une théorie de la gestion basée sur le concept de Light Footprint, qui, explique-t-il, emprunte directement aux développements survenus depuis dix ans dans le domaine militaire. «En 1995, l US Army War College de Carlisle, en Pennsylvanie, a institué un programme d étude pour les officiers supérieurs, avec pour thème principal l environnement mondial émergent, explique-t-il. Pour ces spécialistes de la stratégie militaire, le monde actuel peut être défini par l acronyme VICA, pour Volatilité, Incertitude, Complexité et Ambiguïté. A l époque, le monde n en était pas encore là, mais les militaires US percevaient déjà que la situation évoluait rapidement et qu ils devaient donc s y préparer.» La fameuse stratégie Choc et Stupeur mise en œuvre par les Américains pendant le conflit irakien de 2003 était partiellement fondée sur cette vision d un monde nouveau. Des moyens massifs ont alors été utilisés pour vaincre des forces ennemies disparates, et annihiler leurs capacités de réaction. Cette approche a nécessité une structure de commandement extrêmement stricte, un pouvoir centralisé et un engagement considérable sur place, non seulement en matériel, mais aussi en logistique et en capacité de commandement et de décision. Mais les choses allaient bientôt changer. La tactique à l œuvre s est avérée peu soutenable dans le temps, et la situation sur le terrain a rapidement exigé une réponse différente, plus rapide et mieux ciblée pour tout dire, plus rationnelle. Une nouvelle doctrine militaire venait de naître. Une approche nouvelle «Dans la phase qui a suivi l invasion, les forces américaines en sont venues à cette stratégie plus légère sur le terrain, explique Charles-Édouard Bouée. Ses principes ont été élaborés pour aider une organisation moderne à trouver son chemin dans ce monde incertain que résume si succinctement l acronyme VICA. Ce sont des principes qui englobent la technologie, l organisation et la culture.» Pour ce qui concerne les aspects technologiques, la stratégie met l accent sur des armes plus légères, des communications plus performantes et une réduction des troupes sur le terrain. L automatisation des systèmes est élargie, les drones et les réseaux prennent une importance nouvelle, le renseignement et l information sont désormais des éléments clés de la réussite. Transposée à l entreprise, cette stratégie impose donc une organisation modulaire calquée sur les commandos ou les forces spéciales. «On s éloigne délibérément des structures de commandement toutes puissantes pour aller vers des modules

15 26 INNOVATIONS : «Light Footprint Strategy» interdisciplinaires et autonomes», note Charles-Édouard Bouée. La coordination des différentes composantes de l entreprise, interdisciplinaires et largement autonomes, est assurée par une instance centrale. L entreprise qui fonctionne suivant les principes du Light Footprint s appuie en outre sur des alliances établies avec d autres organisations, en identifiant des partenaires potentiels, en évaluant les points d intérêt communs et en partageant les risques grâce à la mutualisation des ressources, en fonction des besoins. Les combats actuellement menés contre l État islamique en Syrie, en Irak et au-delà en sont une excellente illustration : les États-Unis et leurs partenaires constituent des alliances avec les forces locales, avec partage des informations, et en laissant faire les partenaires lorsque ceux-ci offrent des compétences plus efficaces sur le terrain. Pour autant, la stratégie comporte toujours des investissements majeurs et des forces conventionnelles, afin d assurer la réponse nécessaire. C est au niveau de la culture que plusieurs facteurs apparemment contradictoires entrent en jeu : «La doctrine du Light Footprint requiert davantage de transparence et d ouverture, en connectant les gens et en s éloignant des principes qui délimitaient les doctrines anciennes. Si l on transpose cela au monde de l entreprise moderne, c est un modèle conforme à ce que font par exemple Uber et Airbnb», fait observer Charles- Édouard Bouée. «Le modèle ouvert ne supprime pas pour autant la nécessité du secret et l indispensable protection des données. En adoptant la stratégie du Light Footprint il est évident qu on ne peut risquer de faire entendre à son adversaire qu on va déclencher des frappes avec des drones à telle heure. En revanche, avec le concept Choc et Stupeur, dévoiler ses intentions n était pas très grave, puisque c était juste une question de temps avant de frapper l adversaire, qui savait pertinemment que vous étiez déjà en route.» «D ici cinq ou dix ans, tout le monde aura intégré certains éléments de cette doctrine dans son secteur d activité.» Charles-Édouard Bouée, PDG de Roland Berger Strategy Consultants Pour Pierre-Jean Lassalle, ancien officier des Forces Spéciales, aujourd hui en charge du business development des activités de défense pour Thales Communications & Security, outre le contrôle du flux de renseignement, l aspect le plus important du Light Footprint est ce qu il nomme le «principe de correspondance.» «L empreinte militaire doit correspondre à l effet recherché, et les entreprises peuvent tirer un enseignement de cette approche, explique-t-il. Cela peut se traduire par des équipes plus restreintes transportant moins d équipements, mais cela peut également s appliquer à l empreinte politique.» Comme l explique cet ancien officier, les risques générés par un surinvestissement dans un projet ont été mis en lumière par les militaires américains, démontrant ainsi que la limitation de l empreinte sur un marché volatile peut être un bouclier efficace contre une surexposition aux risques. Christian Malis, directeur de la Prospective Stratégique et Internationale, Direction Stratégie Recherche et Technologie de Thales, reconnaît qu il existe plusieurs parallèles intéressants avec une organisation plus efficace de l entreprise. «Quand on parle de petites équipes bien formées, on fait référence au déploiement d unités souples et structurées, notamment avec des Key Account Managers dans des territoires comme le Moyen-Orient, expliquet-il. Et quand on évoque un monde résumé par le VICA, même si celui-ci est effectivement devenu volatile et incertain, il convient quand même d ajouter que les choses ne sont pas aussi catastrophiques que cela dans le monde des affaires. On n assiste pas à un bouleversement du jour au lendemain, et la concurrence ne surgit pas en l espace d une nuit. Il n en reste pas moins vrai que nous devons conserver la souplesse nécessaire pour nous adapter à des conditions nouvelles.» Christian Malis a aidé Thales à évaluer les principes du Light Footprint avant de les adopter. En tant qu entreprise ayant reconnu l importance des marchés émergents, explique-t-il, l adoption de structures plus légères apporte des avantages réels à bien des égards, notamment avec les alliances que l on peut forger. «Il s agit de trouver le bon partenaire. Ce n est jamais facile et cela prend du temps, notamment dans les grands pays comme le Brésil ou le Nigéria, mais quand on y parvient, cela peut s avérer vraiment payant. Il faut également rappeler que la mise en œuvre de partenariats requiert une confiance mutuelle. Votre partenaire doit être compétent, et il faut donc se montrer très attentif dans son choix.» L empreinte légère a également aidé Thales à s écarter d une approche centralisée très classique en matière d export vers les nouveaux marchés : «La complexité est grande, et les acteurs sont aujourd hui plus nombreux, mais Thales tire profit de son empreinte en travaillant au niveau local. Les entités de Thales basées en France, en Allemagne ou en Espagne peuvent avoir un angle d approche différent sur les marchés, ce qui peut nous aider par ailleurs en partageant les informations sur les réseaux. Disposer de différents points d accès sur les marchés mondiaux est un avantage indéniable.» Charles-Édouard Bouée a déjà constaté ce changement et utilise l exemple d une grande société internationale en quête de nouveaux marchés : «A l ère de la doctrine Choc et Stupeur des Américains, ou auparavant, un décideur pouvait fort bien dire : Je veux investir en Égypte, c est un pays stable et intéressant avec d excellentes perspectives. Je vais y construire une usine et je récupérerai mon investissement sur une période de trente ans. Ce type de raisonnement ne fonctionne plus aujourd hui. Le pays peut sombrer dans le chaos du jour au lendemain, et il faut être en mesure de redistribuer ses investissements sans délai. En conséquence, certaines entreprises actuelles conservent une mobilité adéquate pour 30 à 40 % de leurs investissements elles peuvent démonter l usine, mettre un terme à l alliance en cours et passer rapidement à autre chose. C est un état d esprit très différent. On est désormais en mesure d identifier rapidement des troubles locaux ou autres difficultés, pour s en éloigner au plus vite.» Cette même approche peut s appliquer à la technologie : alors que de nombreuses entreprises étaient auparavant équipées de systèmes de gestion ERP souvent indigestes, à l heure de l empreinte légère elles disposent d options modulaires offrant beaucoup plus de souplesse. «Elles sont en mesure d ajouter ou de supprimer des fonctionnalités, ce qui leur permet d évoluer rapidement. Des applications nouvelles sont lancées de jour en jour, venant s ajouter au mix. Quant aux développements technologiques du cloud, qui offrent la possibilité d obtenir ce dont on a En 1995, l US Army War College de Carlisle, en Pennsylvanie, a institué un programme d étude pour les officiers supérieurs ayant pour thème l environnement mondial émergent. besoin, au moment où l on en a besoin, ils se traduisent eux aussi par une souplesse et une réactivité accrues.» Avec l éclosion et le développement d un nombre croissant de start-up qui utilisent les principes du Light Footprint, mais aussi des entreprises bien établies qui cherchent le moyen d en intégrer certains aspects dans leurs propres opérations, il est évident que les opportunités sont de plus en plus nombreuses. «La logistique des opérations militaires menées dans le cadre de ce concept implique une activité accrue en arrière-plan, sur le site lui-même ou dans un pays voisin, voire dans des hubs régionaux spécialisés par exemple, via des liaisons radio, explique Pierre-Jean Lassalle. Cela nécessite un nouveau modèle et des services élargis, avec toujours plus d électronique et de communications. Ce qui induit également une plus grande vulnérabilité. Les compétences industrielles d entreprises comme Thales sont donc nécessaires pour assurer la sécurité des opérations de ce type.» «À l instar de toute doctrine militaire, celle-ci a pour but de vous aider à affronter un environnement incertain et hostile, conclut Charles-Édouard Bouée. D ici cinq ou dix ans, tout le monde aura intégré certains éléments de cette doctrine dans son secteur d activité. C est pour les entreprises le moyen de réduire leurs risques et de poursuivre leur développement dans un cadre plus rationnel. Pour les entreprises plus anciennes, c est davantage de souplesse et la capacité à tirer pleinement parti des opportunités qui se présentent.»

16 28 INNOVATIONS : MULTIMEDIA DE CABINE ET CONNECTIVITÉ 29 IFEC En optant pour la meilleure technologie IFEC possible, les compagnies aériennes s offrent la possibilité d augmenter leurs revenus, soit en vendant de la connectivité soit en offrant des produits et services connexes. Vol connecté Il fut une époque où, pour se divertir, les passagers des avions devaient se contenter de quelques magazines. Les plus chanceux avaient droit à la projection d un film à l image et au son aléatoires sur un écran souvent lointain. Aujourd hui, les choses ont bien changé. Bercé par les innovations, le secteur du multimédia de bord ne cesse d évoluer. Brendan Scott En bref 1 Les systèmes de multimédia de bord et de communication ont évolué, remplaçant le modèle classique repas + film. Grâce aux 2 progrès de la technologie, les passagers ont maintenant accès à un vaste éventail d options, à tout moment pendant le vol. Les systèmes 3 de demain ne pourront que s améliorer, offrant notamment une meilleure résolution et des interfaces graphiques plus lumineuses. Pour comprendre la direction prise aujourd hui par le marché IFEC (multimédia de cabine et connectivité), il est nécessaire de s intéresser à ses débuts. A la fin des années 80, sont apparus pour la première fois des systèmes de vidéo et d audio à la demande, intégrés aux sièges. Il a toutefois fallu attendre plusieurs années avant que ces systèmes ne se généralisent vraiment. «Au début, le divertissement de cabine était un marché très vertical, explique Fred Schreiner, directeur technique chez Thales InFlyt Experience. Ce marché vertical a évolué au cours des dernières décennies, s accompagnant d améliorations en termes de taille, de poids et de puissance, et s est aujourd hui élargi à la connectivité en vol.» Le matériel utilisé pour répondre aux besoins de divertissement des passagers a gagné en efficacité avec l introduction de systèmes de communication et de transmission de données plus intelligents. Ce gain d efficacité s explique en partie par les avancées qu ont connues les technologies utilisées par les avions eux-mêmes pour communiquer via des réseaux bus Ethernet. Il s explique également par l exploitation des caractéristiques qui ont sous-tendu le boom des tablettes et des smartphones, à savoir mémoire compacte, affichages HD et microprocesseurs ultrarapides. Les progrès matériels ne sont toutefois qu un aspect du tableau. «Les logiciels sont devenus plus modulaires, avec des architectures plus ouvertes, puis sont arrivées les applications. Leur développement et leur maturation se sont donc faits de manière verticale. S en sont suivi l explosion de la connectivité et la multiplication des tablettes, et tout le cortège de progrès, sur le plan des technologies et des infrastructures, que cela a entraîné. L IFEC combine aujourd hui le marché vertical du multimédia de bord classique au monde connecté», constate Fred Schreiner. Pour que les systèmes de Thales InFlyt Experience soient aussi accessibles et conviviaux que possible, Thales a décidé en 2012 d adopter le système d exploitation Android de Google pour ses propres systèmes. Non seulement les passagers ne sont pas dépaysés, mais en plus, grâce à la plateforme open source, les applications développées par les compagnies et les développeurs de logiciels peuvent facilement être intégrées dans la suite de divertissement et de productivité de Thales.

17 30 INNOVATIONS : MULTIMEDIA DE CABINE ET CONNECTIVITÉ En France, la SNCF prévoit d équiper ses TGV d un accès internet sans fil. Changer de perspective À l instar de la technologie, l attitude des passagers a évolué. Plus que jamais, les gens veulent aujourd hui que leur voyage se déroule sans qu il y ait la moindre rupture. Récemment encore, le vol représentait en lui-même le voyage. Aujourd hui, il est perçu comme un simple maillon de la chaîne, affirme Vincent Lebunetel, responsable de l innovation chez Carlson Wagonlit Travel : «Ce que veulent les gens maintenant, c est se rendre de leur bureau londonien à leur réunion à New York et que cela fasse un tout, le vol n étant qu une composante de ce tout», explique-t-il. Pour le voyageur d affaires, être connecté est essentiel. Si pour le voyageur lambda la connectivité constitue un moyen agréable de passer le temps avant d arriver à destination, pour le professionnel, elle est synonyme de travail et de productivité. Une étude récente, menée par Carlson Wagonlit Travel, a tenté d identifier les facteurs déclencheurs de stress chez le voyageur d affaires : l absence de connexion internet est arrivée en deuxième position derrière la crainte de perdre ses bagages. Les gouvernements en ont pris bonne note. Ainsi, début 2015, le Premier ministre David Cameron a promis d investir 50 millions de livres dans le déploiement d un accès Wi-Fi gratuit sur l ensemble du réseau ferré britannique à compter de En France, la SNCF prévoit d équiper ses TGV d un accès internet sans fil. Les compagnies aériennes feraient bien de s en inspirer. «Dans tous les autres secteurs du voyage, qu il s agisse des déplacements terrestres ou des séjours à l hôtel, le Wi-Fi et la connectivité sont aujourd hui devenus monnaie courante, précise Vincent Lebunetel. Mais cela n est pas le cas sur la plupart des liaisons aériennes. C est ce qui distingue le plus les compagnies aériennes des autres acteurs du voyage d affaires». En matière de connectivité à bord des avions, les Etats-Unis font figure de précurseurs. De plus en plus de vols bénéficient d une connectivité et la bande passante mise à la disposition des passagers tend à s accroître, en particulier sur les lignes intérieures. Les trajets y sont plus courts et ils utilisent donc des technologies air-sol (ATG). Il est évident qu au-dessus des océans, l ATG n est pas envisageable et quant à la technologie par satellite en bande Ku, elle reste aujourd hui comparativement trop lente et également relativement coûteuse puisqu elle est partagée par peu d utilisateurs. La bande Ku a été développée pour les usagers des vols intérieurs, elle n est donc pas adaptée aux avions volant à des vitesses de 800 km/h ou plus. C est là que la collaboration entre Thales et Inmarsat entre en jeu. L année dernière, ces deux entreprises ont signé un accord faisant de Thales un revendeur à valeur ajoutée de la bande passante satellitaire Global Xpress (GX) d Inmarsat. Cet accord est le premier en son genre à permettre d offrir des débits de l ordre de 49 Mbits/s en bande Ka. «Notre approche consiste à adopter la technologie qui correspond le mieux au modèle d affaires de la compagnie aérienne, explique William Huot-Marchand, viceprésident Ventes mondiales chez Thales InFlyt Experience. Pour une compagnie aérienne empruntant des itinéraires régionaux, nous fournissons une connectivité régionale et pour une compagnie opérant sur des lignes internationales, nous disposons du réseau mondial en bande Ka d Inmarsat.» Par ailleurs, la possibilité de choisir entre plusieurs options permet de réaliser un routage intelligent. Si un avion peut capter à la fois l ATG et l accès par satellite, il optera alors pour la meilleure connexion, ce qui se traduira pour l utilisateur final par un coût moindre et davantage de choix. Ce gain de bande passante disponible est en train de complètement révolutionner l expérience en vol. Outre la connectivité classique, permettant aux passagers de surfer sur le web et d accéder au cloud, des services gourmands en données, tels que le streaming d émissions télévisées, sont en train de devenir réalité. Depuis l acquisition de LiveTV en 2014, Thales a fait de sérieuses incursions dans ce domaine (voir encadré). Plusieurs centaines d avions exploités par les compagnies JetBlue, WestJet, Frontier Airlines, Virgin Australia, United Airlines et Azul Brazilian Airline sont d ores et déjà équipés d écrans LiveTV intégrés aux sièges. Selon Fred Schreiner, son service de streaming, qui est pleinement opérationnel aux Etats-Unis, est actuellement en cours d essais en Europe à bord d avions de la compagnie espagnole Vueling. LiveTV et Thales forment un partenariat idéal. Alors que l expertise de LiveTV réside dans la modernisation (retrofit) des avions à fuselage étroit, environ 80 % de l activité IFE de Thales s inscrit dans le line-fit, les systèmes étant installés sur des avions neufs, principalement à large fuselage, en usine. Le nouvel A350 constitue un cas d espèce, explique Patrick Candelier, responsable marketing pour les services en cabine chez Airbus : «Avec l A350, nous voulions surpasser la qualité de service actuellement offerte aux passagers. Nous avons donc travaillé en collaboration avec Thales et Panasonic pour développer un IFE de quatrième génération. Ce travail nous a permis de mettre au point une architecture IFE nettement améliorée et différenciée. Elle se traduit, côté passagers, par une expérience de meilleure qualité et, côté compagnies aériennes, par une offre plus économique.» Repousser les limites En optant pour la meilleure technologie IFEC possible, les compagnies aériennes s offrent la possibilité d augmenter leurs revenus, soit en vendant de la connectivité soit en offrant des produits et services connexes. En l état actuel des choses, les compagnies n ont pas encore saisi tout le potentiel que représente le marché de la vente à bord. Les transporteurs tels que Virgin America et Japan Airlines offrent la possibilité de faire des achats en duty free directement depuis le système Wi-Fi intégré au siège, tandis que les passagers volant sur les A321 de la Lufthansa peuvent faire leurs achats depuis leur siège et être livrés directement chez eux. La vente à bord renferme un énorme potentiel. Un avion rempli de passagers faisant leurs achats via une liaison NFC ou Wi-Fi pose inévitablement des enjeux de sécurité. À cet égard toutefois, Thales possède de solides atouts : son expérience inégalée dans les services aux commerçants, notamment dans les terminaux de paiement par carte. Que nous réserve l avenir? Sur le plan du matériel, les systèmes de demain offriront une résolution plus élevée et des interfaces graphiques (GUI) plus lumineuses, ainsi que des designs mieux adaptés aux intérieurs des avions de nouvelle génération. Évoluer au même rythme que la technologie grand public, sachant que des tablettes et téléphones de nouvelle génération sortent chaque année, reste un des plus grands enjeux à relever. De l avis de Fred Schreiner, développer des systèmes pérennes, permettant d incorporer les nouvelles technologies sans coûts excessifs, est essentiel. Par exemple, les systèmes de Thales emploient des processeurs dont les circuits imprimés ont une empreinte uniforme, les rendant faciles à remplacer par des versions plus rapides au fur et à mesure de leur sortie. Sur le plan de la connectivité, l enjeu des prochaines années sera de garantir l accès La télé en direct à bord des avions L an dernier, Thales a fait l acquisition de la filiale LiveTV de JetBlue, dont la spécialité est d équiper les avions d écrans intégrés aux sièges, de solutions de connectivité et de services de streaming en direct. Grâce à cette acquisition, les passagers utilisant les systèmes IFEC de Thales ont désormais accès, en live, à plus 100 chaînes de télévision par satellite. «Cette transaction a permis d apporter à Thales InFlyt Experience des capacités immédiates en matière de connectivité à bord, explique Fred Schreiner. Jusque-là, nous avions misé sur une solution de communication par satellite en bande L (Swift Broadband). L acquisition de LiveTV nous a permis de remplacer cette solution par une technologie en bande Ka et de compléter nos services par l ajout d écrans intégrés aux sièges et le streaming de programmes TV en direct.» «LiveTV est le seul opérateur à avoir mis en service 350 systèmes en bande Ka», explique Mike Moeller, vice-président «Dans tous les autres secteurs du voyage, le Wi-Fi et la connectivité sont devenus monnaie courante mais pas dans les avions. C est ce qui distingue le plus les compagnies aériennes des autres acteurs du voyage d affaires» Vincent Lebunetel, responsable de l innovation chez Carlson Wagonlit Travel à des canaux de bande passante les plus larges possibles pour pouvoir répondre aux besoins de plus en plus exigeants des passagers, ceux-ci attendant, même à pieds d altitude, une qualité de service équivalente à celle qu ils ont l habitude d avoir chez eux ou à l hôtel. Pour les compagnies aériennes, l heure est venue de repousser les limites dans ce domaine. Business Development. L intérêt de l acquisition réalisée par Thales, c est qu elle nous permet désormais d élargir notre offre à tous les marchés, faisant de nous un choix incontournable pour les compagnies aériennes connectées. Réussir dans ce domaine nécessite une grande diversité et c est ce dont nous manquions jusqu à présent, ajoute Mike Moeller. Grâce au soutien que nous apporte Thales et au désir que nous avons de nous imposer dans ce secteur, nous sommes aujourd hui en mesure de réaliser des choses dont nous aurions été incapables auparavant.»

18 32 INNOVATIONS : TransCity 33 Circulez! Les opérateurs de systèmes de transport public cherchent constamment à améliorer l expérience du voyageur, tout en conservant la maîtrise des coûts et une efficacité optimale. Avec les évolutions récentes de la technologie du smartphone et du cloud, ils disposent désormais de deux nouveaux outils majeurs pour concilier ces exigences. Thales a saisi l opportunité offerte par ces innovations pour proposer aux opérateurs des solutions qui constituent un véritable saut technologique en matière de billettique et d exploitation des systèmes. Les principes fondamentaux du concept TransCity sont la flexibilité, la commodité et la réactivité. Le système offrira aux voyageurs de nombreuses options pour régler le montant de leur trajet, dans l idée de les amener à terme à utiliser leur carte bancaire sans contact ou leur smartphone grâce à la technologie NFC (near-field communication). L un des nombreux avantages de TransCity est qu il évite aux voyageurs d avoir à acheter un titre de transport pour chaque mode de transport emprunté, ce qui devrait également permettre aux villes de recouvrer plus efficacement le montant des titres de transport. Celles qui accueillent de nombreux touristes, en particulier, apprécieront la disparition des queues de visiteurs ne sachant pas quel titre acheter. Avec le nouveau système, les opérateurs pourront personnaliser plus facilement leurs tarifs et ne seront plus obligés d investir massivement dans des infrastructures billettiques pour équiper les stations et les gares. Par ailleurs, le recours au cloud computing modifiera l infrastructure billettique. Les systèmes traditionnels stockent les informations de paiement et d autres données sur des cartes. Avec TransCity, ces données seront désormais stockées sur des serveurs, et donc plus facilement accessibles. Le système se compose de cinq éléments de base : Collect : valideurs de billets, portillons et appareils de contrôle qui traitent les transactions effectuées avec différents moyens de paiement, tels que cartes ou billets sans contact, cartes bancaires, cartes d identité, smartphones, code barre sur support papier ou sur un téléphone mobile, etc. Select : solutions de rechargement et de vente multicanal de titres de transport, telles que distributeurs automatiques, solutions pour bureaux de poste et centres d appel, paiements mobiles, ventes en ligne, etc. View : systèmes de contrôle intelligent, enfichable et évolutif pour superviser l intégralité du système billettique. Open : solution de back-office simple et économique pour systèmes billettiques de petite ou moyenne taille. UP : système de back-office qui gère l interopérabilité et prend en charge les opérations de compensation et de règlement entre organismes de transport, traite les transactions de paiement, s intègre aux systèmes bancaires, etc. Certaines villes ont adopté une solution de programmation d itinéraires basée sur des cartes à puce, afin de comprendre les flux de trafic et les cycles de la demande. De nombreux opérateurs ont utilisé les données recueillies grâce à leurs systèmes de cartes pour mieux comprendre le comportement des voyageurs. TransCity s appuie sur ces données de base pour aider les opérateurs à suivre la période critique pour mieux répondre aux besoins des voyageurs en régulant, par exemple, la circulation des trains ou la configuration des entrées et sorties. Le lancement de TransCity arrive à point nommé : selon une estimation récente, en 2014 le marché des transports intelligents a atteint 45,05 milliards de dollars US. Ce chiffre devrait s élever à 104,19 milliards de dollars d ici 2019, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 18,3 % entre 2014 et TransCity a déjà suscité l intérêt de plusieurs villes. La Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) a octroyé en décembre 2014 à Thales un contrat sur dix ans pour installer d ici 2017 un nouveau système billettique multimodal couvrant son réseau de tramways, d autobus et de ferries ; il comprendra également l élément de suivi du trafic voyageur de la solution TransCity. Enfin, Thales a signé un nouveau contrat pour moderniser le système billettique de Gautrain en Afrique du Sud, l opérateur ayant exprimé le désir de passer au paiement par carte bancaire sans contact. L un des nombreux avantages de TransCity est qu il évite aux voyageurs d avoir à acheter un titre de transport pour chaque mode de transport emprunté.

19 34 INNOVATIONS : Catastrophes naturelles 35 L'e-révolution humanitaire Secourir des populations sinistrées ne se limite plus à leur fournir de la nourriture, de l eau, des médicaments et à les évacuer. Au lendemain des grandes catastrophes, la technologie s avère un allié vital, comme l explique dans son dernier livre Patrick Meier. Christian Doherty Le récent séisme au Népal a suscité des élans de générosité de la part de la communauté internationale, comme c est généralement le cas dans de telles circonstances : les appels aux dons ont généré un afflux d aides du monde entier, tandis que des équipes d organisations civiles et militaires convergeaient vers le pays pour apporter une assistance immédiate. On a peu parlé du recours à la technologie dans les efforts de sauvetage, alors qu il a été primordial pour évaluer les dégâts et coordonner la réponse. Et des gens commencent à prendre conscience de son potentiel à grande échelle. En 2013, le gouvernement britannique annonçait la création d un nouveau fonds «pour soutenir les technologies mobiles, textuelles et autres innovations comme outils pour venir en aide aux populations en cas de crises humanitaires, telles que séismes, inondations ou sécheresse». Cette initiative, mise en place avec le gouvernement des États-Unis, a pour objet de «développer les projets et processus fondés sur la technologie ou l innovation dans le but de soutenir l action humanitaire dans le monde.» «Les nouvelles technologies ont le pouvoir de transformer notre façon d intervenir lors des crises humanitaires, a déclaré, lors du lancement de l initiative, Justine Greening, ancienne secrétaire d État chargée du développement international au Royaume-Uni. Nous sommes déjà en train d expérimenter l utilisation d applications mobiles, d alertes par sms et de la technologie GPS dans le contexte des crises humanitaires. Plus nos interventions sont ciblées et efficaces, plus les gens peuvent reconstruire rapidement leurs maisons et leurs vies, et plus nous pouvons utiliser notre argent pour répondre à d autres besoins.» Les catastrophes récentes ont montré que la technologie était déjà un facteur clé d intervention rapide. Le tremblement de terre au Népal, en particulier, a bien mis en évidence le rôle que peut jouer la technologie dans une région sinistrée. Dans son dernier ouvrage, Digital Humanitarians: How Big Data is Changing the Face of Humanitarian Action, Patrick Meier montre que la technologie peut changer totalement la donne dans les australiennes et les autorités locales, elle a envoyé ses régions du monde ravagées par une catastrophe. Expert En bref drones multirotors survoler les zones sinistrées. réputé en technologies humanitaires et en innovation, Patrick L utilisation de la Patrick Meier explique que les drones ne rapportaient pas 1 technologie pour Meier dirige irevolution, une ONG qui a pour vocation de les opérations que des données de base. En fait, «les images obliques fédérer des pionniers de la technologie pour intervenir en cas de crise humanitaire. «À peine 24 heures après les premières secousses au Népal, les Nations Unies nous ont demandé de lancer AIDR et humanitaires se généralise un peu partout dans le monde, avec des effets bénéfiques majeurs. [prises depuis les drones] ont été jugées plus utiles, même si l imagerie multiangle ajoute une complexité supplémentaire, comme nous avons pu le constater directement lors de l intervention des drones de la Banque mondiale à la suite du des MicroMappers, afin de rassembler le plus vite possible passage du cyclone Pam au Vanuatu», écrit-il dans son blog S il est des tweets sur les destructions occasionnées, écrit Patrick 2 fondamental au lendemain de la mission. Meier. Cette réaction rapide nous a permis d établir des cartes de répondre En règle générale, après un séisme, un typhon ou aux besoins constamment réactualisées de la crise dans les régions les élémentaires toute autre catastrophe naturelle, les autorités locales plus touchées, puis de les transmettre à plusieurs agences de tels qu établir (souvent en collaboration avec des organismes le contact avec secours avant leur arrivée sur les lieux. Les secouristes ont les victimes internationaux comme la Croix-Rouge ou les Nations ainsi pu, avant même de poser le pied sur le sol de ou évacuer les Unies) entreprennent une évaluation détaillée des personnes, la Katmandou, avoir une idée des zones les plus touchées.» technologie peut dommages subis. L utilisation des drones dans les interventions de crise faire beaucoup «Le but ultime de ces évaluations est de mesurer plus encore. en surprendra sans doute plus d un : en effet, si les drones l impact de la catastrophe sur la société, l économie et Les entreprises sont généralement considérés comme un grand progrès 3 de haute l environnement du pays ou de la région touché, écrit pour les opérations de défense et de renseignement, des évolutions récentes ont permis dernièrement de les déployer aussi dans des régions victimes de catastrophes. L ampleur des ravages causés au Vanuatu par le cyclone Pam en mars 2015, par exemple, a considérablement limité les opérations classiques de recherche et de secours. L organisation Humanitarian UAV Network, soutenue par technologie soutiennent les ONG en leur offrant leur appui et de nouvelles façons d intervenir sur le terrain. Patrick Meier. Cette évaluation concerne notamment les dommages causés aux infrastructures bâties, par exemple. Ces évaluations sont généralement effectuées en personne, c est-à-dire à pied et/ou en sillonnant en voiture la région sinistrée. C est un processus qui prend beaucoup de temps, avec une qualité extrêmement variable des données recueillies.» Patrick Meier et d autres organismes travaillant sur le terrain, est intervenue au pied levé. En liaison étroite avec les forces de défense De plus, l évaluation est effectuée essentiellement au niveau du sol. Les données sont donc partielles et ne peuvent donner un

20 36 INNOVATIONS : Catastrophes naturelles 37 «Cette réaction rapide nous a permis d établir des cartes constamment réactualisées de la crise dans les régions les plus touchées, puis de les transmettre à plusieurs agences de secours avant leur arrivée sur les lieux.» Patrick Meier, auteur de Digital Humanitarians Fondation Thales : changer les choses Créée en 2015, la fondation Thales est un incubateur de projets innovants pour soutenir l éducation dans le monde entier, et apporter de l aide lors des urgences humanitaires. La Fondation soutient des programmes d enseignement des sciences et d innovation pédagogique dans le monde entier. Elle a déjà lancé une série d initiatives au Cambodge, à Haïti et au Mali. Chaque intervention a pour but d éveiller l intérêt des enfants, leur curiosité et leur capacité de se former dans les matières scientifiques. L autre grand axe d activité de la Fondation est la préparation à l intervention d urgence : aider à anticiper les catastrophes naturelles et les urgences environnementales, et aider les organisations humanitaires à intervenir efficacement dans les situations d urgence. De multiples compétences et technologies, de l ingénierie informatique à l imagerie satellitaire, sont extrêmement précieuses dans ces circonstances. Sachant que 74 % des salariés de Thales sont des ingénieurs ou ont un niveau de formation et de qualification équivalent, nous disposons d un réservoir substantiel de compétences et d innovation dans lequel puiser. La Fondation fonctionne sur la base de trois grands principes : Innovation sociale : développement et mise en œuvre de produits, services, modèles et méthodes pour répondre aux besoins sociaux et créer de nouvelles relations ou collaborations sociales. Intelligence collective : co-construction de projets entre acteurs de la société civile et collaborateurs de Thales. Réplicabilité à l international : possibilité de développer et d adapter les projets dans d autres villes et d autres pays. Pour plus d informations sur la fondation Thales : foundation. thalesgroup.com tableau complet des dommages occasionnés et des risques potentiels. C est pourquoi Patrick Meier et son collègue Jorge Fernandez Galaretta ont étudié la possibilité d utiliser des nuages de points en 3D (modèles 3D réalisés à partir d images aériennes haute résolution) pour aider les autorités à évaluer les dommages causés par les catastrophes. De nombreuses solutions logicielles comme Pix4D et PhotoScan permettent d ores et déjà de produire des nuages de points détaillés à partir d images aériennes en 2D haute résolution (au nadir et en oblique). «Ces nuages de points en 3D sont beaucoup plus détaillés que les nuages de points produits par les lidars, en particulier pour les façades des bâtiments, et offrent un environnement géométrique riche qui facilite l identification d aspects plus subtils des dommages, tels que les murs inclinés, qui ne sont pas visibles autrement et qui, combinés aux images détaillées des façades et des toits, n ont pas encore été étudiés». Il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine. Il faut poursuivre les recherches pour pouvoir extraire automatiquement les caractéristiques des dommages à partir de nuages de points et les combiner avec les indicateurs spectraux et de formes ; le tout, doublé d une parfaite compréhension technique de l importance des indicateurs de dommages liés ou cachés, permettra de déterminer l état général des structures des bâtiments. Mais les premiers résultats sont d ores et déjà extrêmement prometteurs. En attendant, plusieurs grandes entreprises de haute technologie ont complété le travail des ONG en envoyant sur les lieux de catastrophes leurs propres équipes de secours. Microsoft, par exemple, a été très actif à cet égard. Après le passage du «On a peu parlé du recours à la technologie dans les efforts de sauvetage, alors qu il a été primordial pour évaluer les dégâts et coordonner la réponse.» typhon Haiyan aux Philippines en 2013, le géant américain a collaboré avec de nombreuses entreprises de haute technologie pour déployer dans le pays des radios utilisant les espaces blancs laissés vacants par la télévision afin que les citoyens sinistrés puissent accéder à internet. Le groupe a également joué un rôle majeur dans le déploiement de trois kits de connectivité «emergency.lu» utilisant la bande passante réduite de Skype, ce qui a permis de fournir des services de télécommunications à travailleurs humanitaires. Il est également question de développer des capteurs portatifs qui pourront être largués dans les régions sinistrées et récupérés par les populations locales pour enregistrer en temps réel la qualité de l air, la température, etc. De son côté, IBM a développé Sahana, un logiciel libre et open source de gestion des catastrophes, qui permet de suivre toutes les interventions de secours, depuis l identification des victimes jusqu aux camps de réfugiés, en passant par les organisations de secours et les dons en nature. Selon son créateur, Sahana est «un projet open source actif et évolutif, promu par IBM en tant qu outil stratégique pour les missions de secours dans les régions en développement». Dans quelle mesure la technologie (drones, logiciels personnalisés et autres) peut-elle aider à coordonner efficacement les interventions de secours dans un contexte de chaos et de destruction? Selon Patrick Meier, la seule limite est notre imagination. Rappelant la citation célèbre de Henry Ford, «Si j avais demandé aux gens ce qu ils voulaient, ils m auraient répondu des chevaux plus rapides», il est convaincu que la technologie existe déjà : il faut juste de l imagination pour l utiliser. «Ce n est pas parfait, mais pour porter secours aux sinistrés il ne s agit pas de rechercher la perfection : il faut des systèmes qui répondent aux besoins, écrit-il. Alors, lorsque nous irons, en tant qu équipes d intervention humanitaire, déployer nos drones après la prochaine catastrophe et lorsque nous demanderons aux gens de quoi ils ont besoin, peut-être nous répondront-ils des chevaux plus rapides parce qu ils ne savent pas (encore) ce qu il est réellement possible de faire avec les solutions de traitement d images actuelles.» Plus d informations sur Patrick Meier, l ONG irevolution et son livre Digital Humanitarians sur le site : irevolution.net.

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

AÉRIENNE UNE STRATÉGI. Organisation. n de l aviation. Montréal, 19 1.1. SOMMAIRE et à moyen terme. la surveillance. fusion de. tions du 5.3.

AÉRIENNE UNE STRATÉGI. Organisation. n de l aviation. Montréal, 19 1.1. SOMMAIRE et à moyen terme. la surveillance. fusion de. tions du 5.3. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL AN-Conf/12-WP/146 31/10/12 Français et anglais seulement 1 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 Point

Plus en détail

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie.

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie. Livre blanc : CRYPTAGE Au regard du formidable succès des disques durs externes pour le stockage et la sauvegarde des données personnelles, commerciales et organisationnelles, le besoin de protection des

Plus en détail

La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés.

La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés. LIVRE BLANC La technologie DECT offre une protection renforcée contre les accès non autorisés. Sécurité DECT V01_1005 Jabra est une marque déposée de GN Netcom A/S www.jabra.com CONTEXTE Les communications

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé

HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé www.thalesgroup.com SYSTÈMES D INFORMATION CRITIQUES ET CYBERSÉCURITÉ HySIO : l infogérance hybride avec le cloud sécurisé Le cloud computing et la sécurité au cœur des enjeux informatiques L informatique

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Un accueil de qualité :

Un accueil de qualité : Un accueil de qualité : Mercredi 08 Juin 2011, dans l après-midi, notre classe de 3 ème de Découverte Professionnelle s est rendue sur le site de THALES ALENIA SPACE à CANNES LA BOCCA. Nous étions accompagnés

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT

Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques. Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Copyright EUMETSAT Les satellites météorologiques et leurs apports scientifiques Introduction ; contexte historique 1 - Présentation générale

Plus en détail

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

Les technologies Thales à bord du Rafale

Les technologies Thales à bord du Rafale Les technologies Thales à bord du Rafale Un avion de combat omnirôle Le Rafale est l avion de combat le plus avancé de sa génération. Il offre des capacités multimission qui lui permettront de rester pleinement

Plus en détail

Surveillance de réseau : un élément indispensable de la sécurité informatique

Surveillance de réseau : un élément indispensable de la sécurité informatique Surveillance de réseau : un élément indispensable de la sécurité informatique Livre Blanc Auteur : Daniel Zobel, Responsable Developpement Logiciel, Paessler AG Publication : juillet 2013 PAGE 1 SUR 8

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CEP C 2 2014.1 Doc 6b Original: anglais CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission 2 (Développement des marchés) Questions intéressant le Groupe «Economie postale appliquée

Plus en détail

Les programmes européens de navigation par satellite

Les programmes européens de navigation par satellite Les programmes européens de navigation par satellite Galileo et EGNOS Autorité de surveillance du GNSS européen Une vision européenne audacieuse L Europe élabore actuellement un système global de navigation

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Sécurité sur le web : protégez vos données dans le cloud

Sécurité sur le web : protégez vos données dans le cloud Livre blanc Sécurité sur le web : protégez vos données dans le cloud Présentation Les équipes de sécurité ne peuvent pas être partout, et pourtant le contexte actuel exige des entreprises qu elles protègent

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

http://www.silicon.fr/stockage donnees personnelles russie priorite dsi 124232.html, 18/08/2015

http://www.silicon.fr/stockage donnees personnelles russie priorite dsi 124232.html, 18/08/2015 DONNÉES PERSONNELLES : LA RUSSIE DURCIT SA RÉGLEMENTATION, LES DSI SUR LE PONT, http://www.silicon.fr/stockage donnees personnelles russie priorite dsi 124232.html, 18/08/2015 LES ENTREPRISES FRANÇAISES

Plus en détail

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux INTERPOL I-Checkit Pour votre sécurité I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux criminels et

Plus en détail

L Europe en marche vers la défense antimissiles?

L Europe en marche vers la défense antimissiles? L Europe en marche vers la défense antimissiles? Bruno Gruselle Chargé de recherche (24 novembre 2005) L existence d une menace balistique fait l objet d un consensus entre les pays européens. Les deux

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE La cyberdéfense sommaire LE PACTE DéFENSE CYBER...3 La cyberdéfense au ministère de la Défense...4 L organisation opérationnelle de la Cyberdéfense...5 l expertise technique en cyberdéfense dga maîtrise

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DE LA SÉCURITÉ ET DU BIG DATA

ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DE LA SÉCURITÉ ET DU BIG DATA ÉTAT DES LIEUX DE LA GESTION DE LA SÉCURITÉ ET DU BIG DATA Plan d évolution du Big Data en matière d analyse prédictive de la sécurité AVANTAGES CLÉS Ce livre blanc aborde les points suivants : La complexité

Plus en détail

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées

Division Espace et Programmes Interarméeses. État tat-major des armées Division Espace et Programmes Interarméeses LE MINDEF en quelques mots 295 000 personnes, militaires et civils. 7000 personnes engagées en opérations extérieures, 80% au sein d une coalition internationale

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise

Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise Le nuage : Pourquoi il est logique pour votre entreprise TABLE DES MATIÈRES LE NUAGE : POURQUOI IL EST LOGIQUE POUR VOTRE ENTREPRISE INTRODUCTION CHAPITRE 1 CHAPITRE 2 CHAPITRE 3 CONCLUSION PAGE 3 PAGE

Plus en détail

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs

Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs smart solutions for smart leaders Le «Big Data» assurément Rédigé par Pascal STERN Architecte d Entreprise Vision prospective et obstacles à surmonter pour les assureurs Un avis rendu par la cour de justice

Plus en détail

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique

L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique FORUM NUCLEAIRE BELGE POSITION PAPER 24 JUIN 2015 L énergie nucléaire fait partie de la solution pour lutter contre le changement climatique La demande en électricité ne cesse d augmenter. Entre 1965 et

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

LE BYOD, VOS COLLABORATEURS MOBILES ET VOUS

LE BYOD, VOS COLLABORATEURS MOBILES ET VOUS LE BYOD, VOS COLLABORATEURS MOBILES ET VOUS Par Jason Frye, Direction Technologique, BMC Software By Joe Smith, BMC Software Que vous le vouliez ou non, la plupart de vos employés utilisent des smartphones,

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Flexibilité et choix dans la gestion d infrastructure Le SI peut-il répondre aux attentes métier face à la complexité croissante des infrastructures et aux importantes contraintes en termes

Plus en détail

Solutions de sécurité des données Websense. Sécurité des données

Solutions de sécurité des données Websense. Sécurité des données Sécurité des données Data Security Suite Data Discover Data Monitor Data Protect Data Endpoint Solutions de sécurité des données Sécurité des Données: l approche de permet d assurer l activité de l entreprise

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

ANNEXE 1. Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime

ANNEXE 1. Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime ANNEXE 1 Présentation Les systèmes et réseaux européens d échange de données relatives au trafic maritime 1. Introduction En permanence, plus de 20000 navires marchands sillonnent les mers européennes.

Plus en détail

La conformité et la sécurité des opérations financières

La conformité et la sécurité des opérations financières La conformité et la sécurité des opérations financières Au service de vos systèmes d information critiques www.thalesgroup.com/security-services Des services financiers plus sûrs, même dans les passes

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE RÉSUMÉ Depuis des années, les responsables de la sécurité de l information et les responsables opérationnels

Plus en détail

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! Pour les moyennes et grandes entreprises, avoir un accès rapide, sécurisé et

Plus en détail

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Sommaire Les défis de la gestion des vulnérabilités 3 Identification des principales faiblesses 3 Développement d un programme efficace

Plus en détail

Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. DANS LE CLOUD

Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. DANS LE CLOUD Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. PROCESSUS MOBILE SOCIAL DONNÉES SUR SITE CLIENT DANS LE CLOUD Une plateforme de travail moderne Les technologies mobiles et les

Plus en détail

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique!

Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! 0 Avec Bourgogne haut débit, la Région réduit au maximum la fracture numérique! L objectif régional est simple et ambitieux : se rapprocher au plus vite de 100 % de Bourguignons connectés, quel que soit

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois AMbition éolien 2012 L énergie éolienne renouvelable, compétitive et créatrice d emplois Sortons de la crise avec l énergie de l avenir La filière éolienne entend être demain un des fleurons de l industrie

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

DNSSEC. Introduction. les extensions de sécurité du DNS. Les dossiers thématiques de l AFNIC. 1 - Organisation et fonctionnement du DNS

DNSSEC. Introduction. les extensions de sécurité du DNS. Les dossiers thématiques de l AFNIC. 1 - Organisation et fonctionnement du DNS Les dossiers thématiques de l AFNIC DNSSEC les extensions de sécurité du DNS 1 - Organisation et fonctionnement du DNS 2 - Les attaques par empoisonnement de cache 3 - Qu est-ce que DNSSEC? 4 - Ce que

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma

Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Vers l excellence opérationnelle de la DSI avec Lean Six Sigma Dans le monde des services, Lean Six Sigma est en train de s imposer comme démarche d excellence opérationnelle et de progrès permanent. Au

Plus en détail

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance

Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance CUSTOMER SUCCESS STORY Août 2013 Lexmark Pilote la Transformation IT avec les Solutions CA Service Assurance PROFIL CLIENT Secteur: Société de services informatiques Société: Lexmark Effectifs: 12,000

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft SharePoint

10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft SharePoint 10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft SharePoint SharePoint constitue certes un outil collaboratif précieux. Mais gare aux risques pour votre entreprise. 10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Présenté par : Ahmed Lakhssassi, Membres du GRMS : Marek Zaremba, Wojtek Bock et Larbi Talbi Département Informatique

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

à prendre l ascendant en matière de Big Data et de Cloud Les DSI de la région Asie-Pacifique cherchent

à prendre l ascendant en matière de Big Data et de Cloud Les DSI de la région Asie-Pacifique cherchent 8 L enquête souligne la prépondérance accordée à la création de valeur ajoutée par rapport aux réductions de coûts, ainsi que la prédominance des investissements dans le Big Data, le Cloud et la sécurité.

Plus en détail

IBM Maximo Asset Management for IT

IBM Maximo Asset Management for IT Gérez de manière économique l ensemble du cycle de vie de vos équipements et ressources informatiques IBM Points forts Aide à contrôler les coûts et l impact financier des équipements informatiques avec

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001)

Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) Document d Appui n 3.3. : Repérage ou positionnement par Global Positionning System G.P.S (extrait et adapté de CAMELEO 2001) 1. Présentation du GPS Le GPS (Global Positionning System=système de positionnement

Plus en détail

1 L adéquation des systèmes d information actuels

1 L adéquation des systèmes d information actuels 1 L adéquation des systèmes d information actuels 1.1 Le contexte de la question 1.1.1 La tendance à l omniprésence informatique LG : Les «objets communicants» vont générer énormément d informations de

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Mobilité des entreprises multinationales : Ou comment la Suisse peut gagner la bataille pour les implantations d entreprises!

Mobilité des entreprises multinationales : Ou comment la Suisse peut gagner la bataille pour les implantations d entreprises! Mobilité des entreprises multinationales : Ou comment la Suisse peut gagner la bataille pour les implantations d entreprises! Une étude réalisée par la Swiss-American Chamber of Commerce et The Boston

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data

Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Gestion du capital humain : savoir exploiter les big data Enquête ADP 2015 auprès des responsables de la gestion du capital humain d entreprises internationales TABLE DES MATIÈRES Synthèse... 3 Introduction

Plus en détail

Sécurisation du centre de services au sein du cloud computing La stratégie de sécurité de BMC pour l environnement SaaS LIVRE BLANC

Sécurisation du centre de services au sein du cloud computing La stratégie de sécurité de BMC pour l environnement SaaS LIVRE BLANC Sécurisation du centre de services au sein du cloud computing La stratégie de sécurité de BMC pour l environnement SaaS LIVRE BLANC TABLE OF C0NTENTS INTRODUCTION...............................................................

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

UN RÉSEAU D EXPERTS SERVICES D INFOGÉRANCE DE RISQUE. CyberSource Managed Risk Services. * la puissance du paiement DISPONIBLES UNE INTERFACE UNIQUE

UN RÉSEAU D EXPERTS SERVICES D INFOGÉRANCE DE RISQUE. CyberSource Managed Risk Services. * la puissance du paiement DISPONIBLES UNE INTERFACE UNIQUE Managed Risk Services 2 SERVICES DISPONIBLES UNE INTERFACE UNIQUE UN RÉSEAU D EXPERTS SERVICES D INFOGÉRANCE DE RISQUE * * la puissance du paiement Managed Risk Services 3 DE NOMBREUSES ENTREPRISES PERFORMANTES

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail