Projet de film à la Cité des Sciences et de l Industrie : parcours d une innovation dans une grande organisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet de film à la Cité des Sciences et de l Industrie : parcours d une innovation dans une grande organisation"

Transcription

1 ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES MINES DE PARIS Option Gestion Scientifique Projet de film à la Cité des Sciences et de l Industrie : parcours d une innovation dans une grande organisation Juillet 2009 Priscille de Coninck Sofia Souihi

2 2

3 Résumé Comment innover dans les grandes organisations? A travers le cas de la Cité des Sciences et de l Industrie, lieu culturel scientifique de grande renommée, nous avons pu dégager une première réponse : les meilleurs fruits mûrissent à l ombre. Nous avons fait cette constatation autour d un projet de la Cité des Métiers (CdM), département de la Cité des Sciences, que nous avons accompagné tout au long de l année La Cité des Métiers, créée en 1993, est un espace d information et de conseil sur les métiers et la vie professionnelle, gratuit et ouvert à tous. Son action est inscrite dans une dynamique plus générale d accompagnement des mutations économiques des territoires. Profitant de sa marge d action au sein de cette grande organisation, la CdM lance un projet de série documentaire montrant que l investissement dans la R&D et l innovation technologique a effectivement des retombées en termes d emploi. L objectif est de montrer par des exemples très concrets, et en privilégiant des témoignages, que les territoires français, en innovant, parviennent à proposer de nouveaux emplois et de nouvelles formations à un vaste public, allant des ingénieurs aux ouvriers et techniciens. Répondant à la demande de la Cité des Métiers, nous avons donc été les chefs d orchestre pour le lancement de ce projet de série documentaire. Il s agissait pour nous de suivre, d encadrer, de questionner et même parfois de piloter ce projet de documentaire scientifique. Pour ce faire, nous faisions partie d une équipe constituée de membres de la Cité des Sciences et de Bonne Pioche Production, maison de production spécialisée dans le documentaire cinématographique et télévisuel. Poser des échéances, chercher des financements, enquêter sur le cadre stratégique de notre action ont constitué le cœur de notre étude à la CSI. Il a fallu également travailler sur le contenu d un tel documentaire, enquêter sur le terrain, être à l écoute de ceux qui vivent les mutations industrielles de l intérieur et qui peuvent témoigner de l'impact des innovations : «oui, dans ma région cette innovation technologique a sauvé les emplois traditionnels» ou encore «mon fils se forme sur une technologie qui n existait pas il y a 50 ans et pourra ainsi trouver une place dans la vie professionnelle». A partir de ces éléments bruts, de ces remontées du terrain, il a fallu ensuite mobiliser un réalisateur, négocier la diffusion sur une chaîne de télévision et imaginer l utilisation et la portée de cette série. Le projet a suscité l adhésion de multiples acteurs et a pu mûrir grâce à la liberté d action dont bénéficie la Cité des Métiers à la CSI. Ce Département se distingue en effet par sa créativité et par sa proximité des publics là où une certaine inertie et une perte de l esprit pionnier se fait ressentir à la CSI. Cette série documentaire en est une preuve révélatrice et rappelle à la CSI sa mission d origine : montrer le lien entre sciences et société. Le projet représente donc pour la CSI un de ses fruits, qui poussent dans son ombre et qui lui permettent de se repositionner sur la scène des grands questionnements scientifiques, à un moment charnière de son histoire, puisqu elle s apprête à fusionner avec une autre institution du monde scientifique et culturel : le Palais de la Découverte. 3

4 Sommaire I] Un beau fruit naît à la Cité des Sciences et de l Industrie ) La Cité des Sciences et de l Industrie (CSI)... 6 a) Naissance de la CSI... 6 b) La CSI aujourd hui ) La Cité des Métiers (CdM)... 8 a) Naissance de la Cité des Métiers... 8 b) Une plateforme multi-partenariale... 8 c) Un modèle reproduit en France et à l étranger ) La demande de la Cité des Métiers : accompagner un projet de série télévisée a) Le projet de film b) Un projet particulièrement innovant II] La maturation des fruits est une affaire délicate ) Le documentaire scientifique a) Echéancier b) L équipe du projet ) Le déroulement du projet a) Le contenu b) Le financement c) Le projet aujourd hui ) Les atouts de la Cité des Métiers III] Les meilleurs fruits mûrissent à l ombre : innover dans une grande organisation ) La réalité de la CSI ) Les risques de l innovation à l ombre ) Les enjeux stratégiques de l innovation à l ombre a) Un enjeu pour la Cité des Métiers b) Un enjeu pour la Cité des Sciences c) Cité des Métiers et Cité des Science sont interdépendantes Conclusion Remerciements

5 Introduction «On reconnaît un arbre à ses fruits». C est ce proverbe qui nous a guidées dans l étude que nous avons réalisée tout au long de l année à la Cité des Sciences et de l Industrie. La CSI est un lieu culturel scientifique qui fut créé en La face la plus connue de la Cité des Sciences est sans doute son offre muséologique, ses expositions. Au fil des années elle s est aussi bâtie une solide réputation autour de la Cité des Enfants ou encore de son cinéma à la Géode. Mais la plupart des visiteurs ne connaissent pas l étendue de l offre de cet établissement. La Cité des Sciences est en fait beaucoup plus étendue que ce que le public en perçoit généralement. Les commanditaires de cette étude, par exemple, n étaient pas membres de la direction des expositions mais font partie d un département plus discret, d une branche plus ombragée : la Cité des Métiers. La Cité des Métiers, que nous présenterons plus en détails par la suite, accueille un public qui se pose des questions sur la vie professionnelle. A ce stade de description, il peut sembler surprenant qu un tel département fasse partie de la CSI. Mais plus surprenant encore, c est pour faire un film que cette mini-cité dans la cité a sollicité l aide de deux élèves-ingénieurs de l Ecole des Mines. Au mois de novembre 2008, elle nous demande d accompagner un projet de série télévisée sur le lien entre innovation technologique et emploi : l investissement dans la recherche, tel qu il peut être prôné par les politiciens, a-t-il un impact sur l emploi? Les territoires français en innovant parviennent-ils à proposer des nouveaux emplois aux ouvriers, aux techniciens? La Cité des métiers veut donc très concrètement illustrer ces questions. A travers ces problématiques de lien entre la technologie et l emploi, il est déjà plus facile de saisir la pertinence de son implantation à la Cité des Sciences et de l Industrie. Nous avons donc suivi, encadré, questionné et piloté ce projet pendant neuf mois à la Cité des Sciences. Et pendant ce temps de gestation, ce projet a très vite pris de l ampleur et a suscité un enthousiasme généralisé : d abord, à la Cité des Sciences, puis auprès des régions et enfin dans les sphères politiques. Au fur et à mesure de l avancement de ce projet, nous nous sommes alors rendu compte que cette proposition de la Cité des Métiers n était pas anodine. Par le biais de ce projet, nous avons découvert un caractère essentiel de l organisation de la CSI : les meilleurs fruits y mûrissent à l ombre. A travers ce mémoire, nous présenterons le parcours que nous avons emprunté et qui nous a menées à cette proposition. Dans un premier temps, nous irons à la rencontre de ce beau fruit né à la CSI : quel est son arbre c est-à-dire comment s organise la CSI aujourd hui? Quel est sa branche ou qu est-ce qu une Cité des Métiers? Et enfin qu en est-il du film lui-même, quelles sont ses caractéristiques, son originalité? Puis nous détaillerons le rôle d agriculteur minutieux qui a été le nôtre : comment peut mûrir un tel projet, quels sont les atouts indispensables de l organisation qui le porte? Dans un dernier temps, nous constaterons d une manière générale que les lieux souterrains dans les grandes organisations peuvent être de véritables sources d innovation et donner naissance à des projets qui auront une portée stratégique insoupçonnée pour l organisation dans son ensemble. C est le cas de ce projet singulier de la Cité des Métiers, au sein de la CSI. 5

6 I] Un beau fruit naît à la Cité des Sciences et de l Industrie 1) La Cité des Sciences et de l Industrie (CSI) a) Naissance de la CSI Dès son ouverture au parc de la Villette en 1986 à l occasion du passage de la comète de Halley, la CSI affichait clairement sa volonté d intéresser les publics aux développements des sciences et des techniques. La CSI est le lieu culturel scientifique de référence pour qui s intéresse aux problématiques scientifiques. Plus de trois millions de visiteurs visitent la CSI chaque année ce qui en fait le quatrième musée de France par sa fréquentation. Elle est également imposante par l espace qu elle occupe, m² de superficie, et par le nombre de personnes qu elle emploie, 1000 personnes. Cette place prépondérante dans le paysage des lieux culturels scientifiques sera renforcée par une fusion début 2010 avec un autre établissement majeur de la culture scientifique : le Palais de la Découverte. Pour mieux comprendre le rôle que la CSI joue dans le paysage des lieux culturels scientifiques, la charte fondatrice de la CSI précise les deux objectifs que le musée devait atteindre : la première mission était de «rendre accessible à tous les publics les savoirs scientifiques, techniques et industriels, ainsi que de présenter les enjeux de société liés à leur évolution». Mais au-delà de ce rôle de pont entre la science et la société, la CSI devait «participer à la diffusion [de ces savoirs] en France et à l étranger». b) La CSI aujourd hui La Cité voulait donc se démarquer des musées scientifiques traditionnels. Elle voulait plonger la science dans la société et montrer à chacun l impact très concret que peut avoir la science dans sa vie. Pour ce faire, il fallait donc plus que des expositions et dès le début, la Cité propose des medias variés pour répondre à ses objectifs. i) Les expositions Il y a évidemment à la Cité un espace d exposition. Il attire aujourd hui 1,6 millions de visiteurs chaque année. Ces expositions sont réparties sur trois grands espaces : Explora, la Cité des Enfants et l Argonaute. Mais même dans cette activité d exposition le prisme avec lequel la Cité aborde les questions de sciences est novateur. Ainsi la Cité lance très tôt un espace de journalisme scientifique qui décortique et explique les controverses scientifiques actuelles : Sciences Actu. Et en dehors des expositions permanentes et temporaires, on trouve également un planétarium ou encore un sous-marin de chasse avec une 6

7 exposition consacré à la navigation sous-marine. La CSI ne s appelle pas musée des sciences à dessein et elle revendique ses différences dans le relais et le traitement de l information. D un point de vue plus organisationnel, la direction des expositions, qui s occupe des activités citées ci avant, est une des plus importantes de la Cité puisqu elle emploie 170 personnes. ii) Les ressources documentaires Sur cette activité d expositions vient se greffer un pôle de ressources documentaires. Il n est pas négligeable dans le rayonnement de la Cité puisqu il accueille plus de visiteurs par an. Ce pôle regroupe bien sûr une grande médiathèque des sciences et de l industrie mais aussi la Cité des Métiers, la Cité de la Santé ou le Carrefour Numérique, tous des services en accès libre et gratuit. iii) Les conférences et débats La Cité voulait aussi être un lieu de débat autour des questions scientifiques, être un lieu de référence pour soulever les questions que posent les découvertes scientifiques et les innovations technologiques. En 2001 a donc été créée une structure pour organiser des conférences : le Collège. Avec le Centre des Congrès de la Villette, le Collège attire visiteurs chaque année. Sa programmation s organise par cycles allant de la physique quantique à la découverte de l inconscient. iv) Les spectacles Cette offre multiple est complétée par deux grandes salles de cinéma, la Géode et le Cinaxe, qui attirent chaque année près de visiteurs. v) Autant d activités que de structures porteuses La CSI s organise et se revendique donc comme un réel conglomérat de PME. A l origine, la CSI se concevait comme un lieu multimédia. La construction de la Géode, la volonté de profiter d une grande médiathèque ou l organisation de conférencesdébats en témoignent. Tous ces éléments qu on peut retrouver à un état embryonnaire dans différents musées ont ici une place prépondérante. C est dans ce contexte, qu une entité particulière est née au sein de la CSI : la Cité des métiers. Il existe, bien sûr, autant de structures porteuses qu il y a d activités à la CSI et cette profusion de sous-entités brouille la lecture de l organisation. Même au niveau géographique, l espace de la Cité est tellement grand qu il est difficile pour un visiteur d y appréhender l ensemble de l offre. Pourtant la position géographique des activités n est pas anodine. Les activités les plus légitimes et les plus reconnues sont dans les espaces les plus visibles et les plus accessibles. La Cité des Métiers a établi ses quartiers au sous-sol du bâtiment et est souvent méconnue des visiteurs des 7

8 expositions. Pourtant, au fil des ans, elle a su tirer avantage de cette situation peu exposée. Elle a gagné en autonomie en s éloignant du cœur des activités ce qui lui permet aujourd hui de proposer un projet de série documentaire. Mais pour mieux comprendre les enjeux organisationnels qui sous-tendent l existence de la Cité des Métiers, intéressons-nous à son fonctionnement et à la raison de sa création au sein de la Cité des Sciences et de l Industrie. 2) La Cité des Métiers (CdM) a) Naissance de la Cité des Métiers A partir de cet exposé du fonctionnement de la Cité des Sciences, on est effectivement en droit de s interroger sur la place d une Cité des Métiers. Quel lien entre emploi et technologie? De prime abord, la relation n est pas évidente La Cité des Métiers a pourtant été créée comme un prolongement de la Cité des Sciences. Elle est née de son principe créateur. Dans le document de propositions de 1990 qui définit le statut, les publics, l offre, les enjeux et les recommandations autour de la Cité des Métiers, nous voyons déjà apparaître son inscription dans le projet plus global de la Cité des Sciences, qui était né quatre ans auparavant. La charte fondatrice de la CSI précise : une des attentes des publics vis-à-vis de la Cité des sciences «correspond au besoin très ancien des hommes de mieux comprendre l univers dans lequel ils vivent, pour mieux s y situer et prendre une meilleure part à ses évolutions. Nos contemporains voient dans la science une grille d explications à la mesure du monde, de ses enjeux, de ses risques et de ses chances. Ils sont en même temps, le plus souvent, désorientés par la difficulté à déchiffrer cette grille, par la vitesse à laquelle elle évolue et conduit à des applications techniques et industrielles. Et cette vitesse de transformation, pour eux, n est pas abstraite. Elle les touche au cœur même de leur vie quotidienne, de leur emploi, de leur métier. Nous devons donc être capable de les aider à mieux comprendre.» C est ici que la Cité des Métiers prend pleinement sa place dans la Cité des Sciences et de l Industrie. Comment faire comprendre au public l impact qu a la science sur leur vie professionnelle? Pour répondre à cette question, la Cité a tâtonné avant de pouvoir proposer le projet pleinement abouti de la Cité des Métiers. La première étape avait été la mise en place d un point d information sur les métiers jouxtant les expositions qui avait été baptisé «le passage des métiers». Cependant, l offre était insuffisante et un projet plus ambitieux a été proposé qui a donné naissance en 1993 à la Cité des Métiers. b) Une plateforme multi-partenariale 8

9 La Cité des Métiers existe donc aujourd hui depuis plus de 15 ans et est placée au sein de la Bibliothèque des Sciences et de l Industrie (BSI). Elle dispose d un «front office», qui est l espace d accueil du public, et d un «back office», qui rassemble l ensemble des fonctions support. i) Front Office L objectif de cette structure est d offrir un espace d information et de conseil sur les métiers et la vie professionnelle, ouvert à tous : jeunes ou adultes, scolaires ou déjà engagés dans la vie professionnelle, à la recherche d un emploi ou non. Cet accueil se fait dans une totale liberté. En effet, le public est reçu gratuitement, sans rendezvous, de façon anonyme et sans limite géographique. Participer à des clubs, ateliers, forum Lire des ouvrages, revues, fiches métier Dialoguer avec des conseillers Naviguer sur Internet La plateforme Cité des Métiers Ce front-office est une plateforme multipartenariale ce qui est unique dans le paysage de la formation professionnelle. Des conseillers à l écoute du public proviennent d organismes très variés comme Pôle Emploi, le CNAM, l Onisep ou la Boutique de Gestion de Paris. Ils sont répartis autour de cinq axes qui correspondent aux problématiques intéressant le public : - Trouver Un Emploi (TUE) - Organiser son Parcours Professionnel et de Formation (OPPF) - Choisir Son Orientation (CSO) - Créer Son Activité (CSA) - Changer Sa Vie Professionnelle (CSVP) A côté de cette activité de conseil, des ateliers, des événements et des parcours métiers sont régulièrement organisés. Le public a également accès à une documentation en libre service : plus de 4000 documents (ouvrages et revues) sont répartis en quatre thèmes (emploi, formation, orientation et création d activité). Des 9

10 consoles multimédias ainsi que des ressources «emploi» complètent l offre d information. ii) Back Office Derrière ce front-office, un back office constitué d une équipe d une dizaine de personnes salariées de la CSI. L équipe constitue également le lien avec la CSI de part leur statut et leur ancrage dans l établissement. Elle s occupe des fonctions supports : - les relations partenariales - la comptabilité et le juridique - la gestion du label Elle coordonne également l offre de service qui entoure les entretiens-conseils : - l offre collective - les évènements et médias - le site Internet Pour surveiller et appuyer cette structure de la Cité des métiers, tous les partenaires, conjointement à des responsables de la Ville, de l Etat et de la Région se réunissent une fois par an en comité stratégique. 10

11 Organigramme de la Cité des Métiers de Paris c) Un modèle reproduit en France et à l étranger Le succès de la Cité des Métiers (CdM) est retentissant. Elle a accueilli plusieurs millions de visiteurs depuis sa création en Mais ce succès ne se limite pas à la CSI. La CdM de Paris a donné naissance à un réseau de CdM qui compte aujourd hui 29 cités (dont 4 en projet). Le réseau est devenu international à partir de 2004 avec la création de cités en Espagne, en Italie ou encore au Brésil. 11

12 Implantations des Cités des Métiers dans le monde Ces CdM sont organisées sur le même modèle que la CdM de Paris à une différence près : ce n est pas une CSI qui abrite ces CdM mais toute organisation s intéressant aux questions d emploi comme par exemple une MIFE, Maison de l Information sur la Formation et l Emploi, ou, un conseil régional ou encore une chambre des métiers. Des procédures de labellisation sont nécessaires pour créer une cité qui passe par l acceptation d une charte. La CdM de Paris, étant pionnière, a un statut particulier au sein de ce réseau: la CSI est non seulement titulaire mais également propriétaire de ce label. Elle est la seule également à disposer d une convention multipartenariale. Le concept de CdM est unique dans le paysage de l aide à l emploi en France. Le simple fait que l accueil se fasse sans rendez-vous, de façon anonyme et sans limite géographique est un service exceptionnel qu offrent peu d organismes d aide à l emploi. 3) La demande de la Cité des Métiers : accompagner un projet de série télévisée a) Le projet de film C est donc à l automne 2008, que la Cité des Métiers demande à deux élèves ingénieurs de l Ecole des Mines de Paris d accompagner un projet que son directeur mûrit depuis quelques temps : monter une série télévisée sur le lien entre innovation technologique et maintien/création d emploi. En effet, la Cité des Métiers de la Cité des Sciences et de l Industrie ainsi que les autres Cités des Métiers du réseau sont confrontées à un manque d'outils permettant de faire comprendre à leurs publics de manière concrète la relation entre 12

13 investissement R&D et création ou maintien de l'emploi. Or, cette nécessité d'éclairer les citoyens sur les politiques actives de développement économique s'impose aussi bien pour aider à l'orientation, encourager l'implication dans les dispositifs de qualification et de formation tout au long de la vie, voire de conseiller en matière de création d'activité. De fait, aujourd'hui, les innovations techniques paraissent souvent comme une menace vis-à-vis des emplois locaux, sans doute parce que les notions de «compétitivité territoriale», de «capital humain» ou de «société de la connaissance» ne recouvrent pas de réalité concrète et ne sont pas incarnées dans des parcours individuels connus. L'ambition de ce projet et de la série documentaire sur laquelle il va s'appuyer est de contribuer à pallier ce manque d'outil concret et d'espace de dialogue. En cette période marquée par la crise économique mondiale, le triptyque «Recherche - innovation Emploi» est un incontournable des discours, colloques, plans de relance économiques, réflexions sur les dynamiques territoriales, européennes voire internationale. Qu en est-il objectivement sur le terrain, aujourd hui en France? Comment fonctionne concrètement cette relation entre recherche et création ou maintien de l emploi? Quels sont les exemples probants, transférables, reproductibles et à quelles échelles? Autant de questions soulevées par la série en projet. La série «J innove donc j emploie», puisque ainsi fut baptisé temporairement le projet, propose de porter un regard différent sur l économie en observant son fonctionnement sous le prisme des régions et des terroirs français. L idée étant : certes nous vivons à l heure de la mondialisation, mais pour autant on peut encore agir localement pour défendre et créer des emplois en région si les écoles, les universités, les entreprises et les décideurs politiques travaillent ensemble. Il existe en France un nombre important de savoir-faire uniques liés à l histoire des territoires. Des compétences rares qui ont permis au fil des siècles à des régions entières de se développer, de créer des emplois. Aujourd hui ces savoir-faire ne suffisent plus à pérenniser l emploi ou à développer l économie d une région. Cependant ces compétences locales et l expérience qui en découle ont forgé l esprit des hommes et donné une identité à ces territoires. La collection documentaire se propose de faire un véritable tour de France pour raconter comment l innovation, la recherche et le développement permettent de générer des emplois en faisant évoluer une activité traditionnelle. En s attachant à des personnages - jeunes en formation, ingénieurs ou créateurs d entreprises qui vivent cette mutation de l intérieur, la série va montrer par exemple que dans le domaine de la porcelaine à Limoges, de la coutellerie en Champagne Ardennes, ou du textile dans le Nord, l apprentissage passé permet, aujourd hui, de faire émerger des activités nouvelles. Mais dans ces bassins d emploi souvent confrontés à de graves difficultés, est-ce que les start-ups innovantes n emploient que des ingénieurs et quelques techniciens 13

14 supérieurs? Sont-elles à même de maintenir en région l emploi de personnes moins diplômées? Et les entreprises traditionnelles du secteur sont-elles capables de prendre le train de l innovation en marche et de s adapter afin de pérenniser leur activité? A chaque fois, le point d entrée pour découvrir l aventure des entreprises d une région est un (ou une) jeune employé que la caméra va accompagner. Ils (ou elles) sont diplômé s d un CAP, d un BEP ou d un BTS. Tous ont trouvé un emploi au sein d une entreprise innovante. A travers leur regard, leurs rencontres et leur expérience, le fil de l enquête se déroule. Ces jeunes salariés sont en quelque sorte le vecteur narratif du film. En suivant leur vie au quotidien, les séquences aident à comprendre le fonctionnement en réseau d un pôle de compétitivité. Elles aident également à comprendre comment les entrepreneurs, les étudiants, les chercheurs, et les décideurs politiques et économiques interagissent parfois sans même le savoir pour que la filière se développe. Sur ce modèle, il est prévu 6 épisodes de 52 minutes portant chacun sur une région et un secteur d activité différents. b) Un projet particulièrement innovant A travers le descriptif de l idée de cette collection documentaire, transparaît l ambition d un tel projet. Il est en réalité innovant par la conjonction de trois facteurs intimement liés : - un contenu d actualité - un format vidéo - des porteurs de projets neutres i) Un contenu important, actuel, en plein cœur des stratégies publiques Dans un contexte national de crise et d évolution rapide des techniques, il est aujourd hui indispensable d aider à l orientation des jeunes vers les marchés porteurs. C est pourquoi la problématique «Innovation/Emploi» est au cœur des discours des politiques publiques, notamment européennes. La stratégie de Lisbonne, initiative de Bruxelles et élément de la politique scientifique de l Europe, va dans ce sens. En voici un extrait qui montre le volontarisme politique de l Europe en ce qui concerne la recherche : «[L UE veut devenir] l économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d une croissance économique durable accompagnée d une amélioration quantitative et qualitative de l emploi». stratégie de Lisbonne Des millions d euros sont alloués à la R&D pour maintenir l emploi à long terme. Investir dans le capital humain est considéré comme un des moyens les plus sûrs pour sauver la compétitivité d un territoire. Mais comment représenter ces discours abstraits de façon plus concrète, à travers des exemples, des témoignages? C est 14

15 l objectif visé par cette série documentaire et aucune opposition ne pouvait naître à propos d un projet d ambition aussi noble. L originalité de l approche proposée réside également dans le fait que la stratégie de Lisbonne n est pas seulement l espoir de multiplier les emplois ultra qualifiés à travers toute l Europe mais aussi de fixer, de développer et de renouveler les emplois moins qualifiés localement. ii) Le format choisi : une série documentaire Comment illustrer ce lien entre innovation technologique et emploi? Toute la difficulté demeure dans cet exercice. La CdM a choisi de faire un film, moyen qui sera susceptible de toucher un public plus large et différent de celui qui peut être touché par les travaux d économistes ou par les études statistiques et économétriques souvent incompréhensibles pour le grand public. iii) Les porteurs du projet : la Cité des Métiers L originalité de l entité porteuse de ce projet est sa neutralité pour le traitement de cette problématique. En effet, les porteurs du contenu ne sont ici ni des institutionnels ni des journalistes en quête de sensationnel. La Cité des Métiers bénéficie de la légitimité scientifique d une CSI. La réunion de ces trois caractéristiques représente donc une innovation dans le paysage des outils pour aider à appréhender ces notions d innovations technologiques et d emploi. Cette série documentaire triplement innovante fut donc le beau fruit né à la Cité des Sciences qui a poussé dans son ombre. Nous décrirons maintenant comment ce projet d intitulé d abord assez vague a pu cristalliser pendant la durée de notre étude. Il s agira également de dégager les atouts de la Cité des Métiers qui ont aidé dans ce sens. Le développement de ce projet a en effet mis en lumière les modes de fonctionnement de la Cité des Métiers, ses relations avec l extérieur, avec la Cité des Sciences et son habilité dans la gestion de projet. 15

16 II] La maturation des fruits est une affaire délicate 1) Le documentaire scientifique a) Echéancier Le projet que nous devions accompagner était un projet de documentaire scientifique. La première priorité a donc été de définir les étapes de réalisation d un tel documentaire pour identifier les tâches, les échéances, les ressources. L activité la plus connue et identifiée de la réalisation d un documentaire scientifique est celle du tournage. En réalité, il s agit presque d une étape de détail puisqu elle ne représente qu une durée assez réduite dans l ensemble du projet (vingt jours dans notre cas). Les parties les plus ardues dans la réalisation d un tel projet sont celles qui viennent en amont et en aval du tournage. Dans la phase amont, il faut d abord enquêter : savoir ce qui sera conté et rassembler les éléments bruts de témoignage du terrain. Une fois que le contenu du message à délivrer est arrêté, il faut s interroger sur le mode de transmission : comment écrit-on une histoire à partir de ces données? C est le rôle du réalisateur qui écrira alors, d abord une ébauche, puis un véritable scénario. Il est également essentiel, avant de se lancer dans le tournage, d avoir identifié l ensemble des financeurs. Dans le cas de notre projet, cette phase amont a duré au total toute la durée de notre stage c est-àdire environ six mois. Lorsque le tournage est achevé vient l étape du traitement de l image, du montage, du mixage du son pour livrer un prêt-à-diffuser à la chaîne de télévision qui aura donné son accord au préalable. Une fois le film diffusé, suit une étape de valorisation qui augmente la durée de vie du produit : rediffusion sur une autre chaîne, diffusion sur Internet, sur une web-tv. Dans le cas de ce projet, est également envisagée l organisation de débats publics en région pour réagir sur les thématiques des films. Une spécificité supplémentaire est introduite dans le cadre d une série : il est conseillé de tourner d abord un premier numéro pilote pour convaincre les financeurs et le diffuseur avant de se lancer dans le tournage de l ensemble des numéros de la série. 16

17 amont tournage aval contenu écriture financement postproduction diffusion valorisation 9 mois 20 jours 1 an et demi Echéancier du déroulement d un projet de documentaire scientifique b) L équipe du projet Pour se lancer dans la réalisation d une production audiovisuelle, il est essentiel de travailler en partenariat avec une boîte de production. Dans notre cas, la décision a été très vite arrêtée pour la société «Bonne Pioche Production». Bonne Pioche Production est une société spécialisée dans le film documentaire pour la télévision ou le cinéma. Parmi leurs réalisations les plus connues, nous pouvons citer «le Renard et l Enfant», «J irai dormir à Hollywood» ou «La marche de l empereur», oscar du meilleur film documentaire en Le choix de cette société est lié à l histoire déjà ancienne de la collaboration entre la Cité des Métiers et Bonne Pioche. En l an 2000, ils avaient co-produit une collection documentaire portant sur l impact de l informatique sur l emploi : «Le temps des souris». Cette précédente collaboration a servi de «jurisprudence» pour le projet. Dans «le temps des souris», les numéros étaient calqués sur le schéma suivant : 2 personnages en portraits croisés sur une durée de 26 minutes. En tout, douze numéros avaient été réalisés. La série avait été diffusée sur France 5, puis re-diffusée en format court (2min) sur France 2. Des kits d animation avaient ensuite été réalisés pour organiser des débats partout en France. Un site internet faisait remonter le contenu des débats en région. Aujourd hui les numéros sont en diffusion libre sur Dailymotion. Satisfaite de cette expérience, la CdM a tout naturellement choisi de relancer le partenariat pour une nouvelle co-production. Le projet de série télévisée, était donc entouré d une équipe dynamique qui était constituée : - Pour la Cité des Sciences et de l Industrie du directeur de la Cité des Métiers et d une chargée de mission à la Délégation aux Affaires Scientifiques 17

18 - Pour Bonne Pioche Production, d une chargée de la production télévisée et d un réalisateur embauché sur le projet - Pour l Ecole des Mines, nous-mêmes. Dans la phase amont du projet (contenu, écriture, financement) qui a occupé toute la durée de notre étude, nous avons pris plus spécifiquement la charge de la définition du contenu et de la recherche des financements en étroite collaboration avec la Cité des Sciences. Plus largement, nous occupions un rôle de chef d orchestre dans ce lancement de ce projet. Bonne Pioche production s est, elle, chargée de l écriture et de la négociation avec la chaîne de diffusion, France 3. 2) Le déroulement du projet a) Le contenu Nous avons été, comme nous venons de le préciser, les chefs d orchestre de la gestion du projet, et notamment de son véritable lancement. En effet, avant notre arrivée, le projet n était encore qu une idée vague que la Cité des Métiers et Bonne Pioche Production avaient caressée sans entrer dans les détails opérationnels de l action. Sur un tel sujet,, le défi était de trouver des exemples qui illustreraient la stratégie de Lisbonne et notamment l ancrage territorial du lien entre innovation technologique et emploi. Notre démarche a été d identifier et d interviewer des interlocuteurs qui nous aideraient à mieux cerner la problématique et à trouver ces exemples. Nous avons d abord contacté des personnes qui avaient une vision transversale de la question et qui connaissaient bien le territoire français. Des personnes travaillant dans des organismes très différents comme certains services déconcentrés de l Etat (ex-drire 1 ), des cabinets de conseil en restructuration, des directeurs d école, des agences de développement régionales ou des syndicats professionnels, nous ont donné des informations essentielles qui, en plus de nos recherches bibliographiques, nous ont permis de mieux cerner le paysage industriel français. Nous avons bientôt retrouvé la spécialisation en secteur d activité du territoire français. L objectif était maintenant de savoir quelles régions avaient réussi à réinventer ces savoir-faire traditionnels pour muter vers une innovation technologique. Chacun de nos interlocuteurs s est plié à l exercice de réfléchir aux exemples concrets qui avaient brillé par le développement de l emploi local suite à des innovations technologique liées à la spécificité du territoire. Nous avons fait figurer sur la carte ci-après l ensemble des sujets qui nous ont paru les plus pertinents pour faire l objet d une enquête plus approfondie. 1 Direction régionale de l industrie, de la recherche et de l environnement 18

19 Répartition des secteurs d activités qui pourraient faire l objet d un épisode de la série Toutes les pistes découvertes nous ont permis de tisser un canevas général pour la série. Nous faisions une sélection de sujets possibles pour les différents épisodes. Mais au fur et à mesure de nos recherches, il s est avéré essentiel de se concentrer sur le premier épisode, le pilote. Stratégiquement, pour la réussite du projet, il était plus judicieux de se concentrer sur un seul épisode que de se perdre dans des recherches trop larges et pas assez approfondies. Un pilote bien fait pourrait convaincre des financeurs et diffuseurs de lancer toute la série documentaire sur une dizaine de régions. Nous avons donc fait le choix de centrer nos efforts sur la réalisation de ce pilote. Dès le début du projet, nous avons pensé associer le réseau des CdM à ce projet car ce réseau constituait un allié de poids qui maillait tout le territoire français. Après avoir réalisé un sondage auprès des CdM, la CdM de Limoges et plus particulièrement la structure qui la porte, Prisme Limousin, s est avéré très 19

20 enthousiaste quant au projet. Depuis quelques temps, la région avait l idée de réaliser un projet en partenariat avec les partenaires de l emploi et la chaîne de télévision régionale, France 3 Limousin. Le Limousin semblait particulièrement propice pour la réalisation du premier numéro. Le fait de disposer d un allié en région fortement intéressé par le projet a, a posteriori, grandement aidé. Par opportunité, le choix du sujet de ce premier épisode a très vite été arrêté : il allait porter sur la céramique dans le Limousin. Nous avons donc été sur le terrain pour réaliser une pré-enquête sur la question à Limoges. Nous avons rencontré des acteurs de la formation, de la recherche et de l industrie pour essayer de collecter des exemples qui pourraient nourrir le contenu de l épisode. Nous sommes allées voir les porcelainiers faisant face à la crise de leur secteur. Ils collaboraient enfin pour mener à bien des recherches en commun. On peut énumérer plusieurs projets collaboratifs: la mise au point d une machine de décor automatique d objets en porcelaine (Celisys Color), la simulation numérique 3D des déformations des produits céramiques lors du frittage (Précoce), ou la conception d une machine de coulage sous pression d un flacon en porcelaine (Whisky). Plus largement, nous avons voulu par cette enquête lever les zones d ombre qui pèsent sur les savoirs développés par la recherche et leur impact sur le tissu économique du Limousin. Ont été explorés : l évolution des savoir-faire porcelainiers, l industrialisation, l élargissement de la palette de savoir-faire avec l émergence des céramiques techniques, les travaux de recherche menés pour soutenir l innovation, les structures mises en place pour accompagner l innovation et l impact sur la vie économique du Limousin. La céramique aujourd hui va bien au-delà des porcelaines. L espoir réside pour le Limousin dans le développement des céramiques techniques. Dans ce domaine, un des exemples les plus frappants est celui des céramiques bio-actives. Des implants crâniens en hydroxyapatite, du phosphate de calcium, sont utilisés actuellement en raison de leur composition chimique quasiment identique à celle de l os. La porosité de ces implants favorise la repousse osseuse (l épitaxie) avec un taux de réussite de plus de 90% après dix années de mise en place. Cette prothèse est un exemple d application industrielle de la recherche qui a été couronné de succès. A l origine, elle a été développée par le CTTC, Centre de Transfert de Technologie Céramique, qui facilite le lien entre la recherche et l industrie. Tous ces acteurs se réunissent dans une «Silicon Valley» à Limoges qui porte le nom d Ester Technopole. Un pôle de compétitivité, le pôle européen de la céramique, dynamise le fonctionnement de ce partenariat recherche industrie. Cette enquête de terrain nous a permis de confirmer l intuition du film. Nous constations que les territoires se transforment et que certains font effectivement le pari de l innovation pour rebondir et créer des emplois. Mais en même temps les céramistes du Limousin nous ont bien fait sentir la difficulté de cette mutation industrielle. Les emplois dans la porcelaine qui a fait la grandeur de Limoges ne sont pas encore prêts d être remplacés en totalité par un emploi dans le secteur des 20

Cité des sciences et de l industrie,

Cité des sciences et de l industrie, 100 50 0 1er trim. 4e trim. Est Ouest Nord Cité des sciences et de l industrie, Une volonté de répondre aux préoccupations concrètes induites par les évolutions scientifiques et techniques concrétisée

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges

Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges 1 Contexte Appel à projets «Culture numérique» Cahier des charges L émergence de nouvelles formes d innovation, de médiation et d accès à la culture via l usage croissant des technologies de l information

Plus en détail

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne

étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne étude réalisée par l agence Campus Communication en partenariat avec l Association française de communication interne sommaire Le projet Notre agence Notre partenaire Méthodologie Lire l étude Enseignements

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

Musées et paysages culturels

Musées et paysages culturels La Charte de Sienne Musées et paysages culturels Proposée par l ICOM Italie le 7 juillet 2014 à la Conférence internationale de Sienne 1. Le paysage italien Le paysage italien est le pays que nous habitons,

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

HEAD Genève V Département Cinéma Cycle MA Guide l'étudiant 2011-2012. Cycle master

HEAD Genève V Département Cinéma Cycle MA Guide l'étudiant 2011-2012. Cycle master Cycle master Cinéma Master en réalisation cinématographique 4 semestres (120 ECTS) Depuis 2006, l école participe au master en réalisation cinématographique mis en place au travers du Réseau Cinéma CH.

Plus en détail

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES

COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES COLLECTIVITÉS ET MÉDIAS SOCIAUX ENTRE INTÉRET MANAGÉRIAL ET CRAINTES PERSISTANTES par Camille LASTENNET Master 2 sciences politiques spécialité Management du Risque Université Paris Ouest Nanterre-La Défense

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France

SCIENCE-ACTUALITÉS. Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France SCIENCE-ACTUALITÉS Isabel Santos Journaliste-reporter, rédactrice adjointe Science-Actualités Cité des Sciences et de l Industrie, Paris, France Rappel historique La salle Science-Actualités a été inaugurée

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE Parler devant des micros ou face à une caméra, se retrouver sous les projecteurs d un plateau de télévision représentent des situations peu ordinaires. Surtout,

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Fonds TV5. Programme de soutien à la production de webséries. Renseignements généraux

Fonds TV5. Programme de soutien à la production de webséries. Renseignements généraux Fonds TV5 Programme de soutien à la production de webséries 1 er dépôt abrégé : 16 novembre 2015 2 e dépôt pour les projets sélectionnés : 15 février 2016 Grâce à ses contenus uniques et de haute qualité

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE

EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE Innovation : les éditeurs peuvent-ils encore suivre le rythme? 10 éditeurs de logiciels partagent leur vision sur leurs enjeux actuels d innovation et témoignent de

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION

DIRECTEUR DE LA COMMUNICATION 588 Communication Le domaine fonctionnel Communication regroupe les emplois permettant de présenter et de promouvoir l image et l action des services de l État et des politiques publiques en direction

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

!!!!! !"##$%&'!%'(&%##%' !"##$%&'(

!!!!! !##$%&'!%'(&%##%' !##$%&'( "##$%&'%'(&%##%' "##$%&'( "#$%&'(#)%" +,$-./"#0#)%"/#(01/"&$)/$ 2 3/.-4-"/5/"#.670$/. 8 30$-9%$5/&/.($-&)#.&:)56;# )=)#01?'55)# @,0$).50=/.,$% @,0$).50=/.3%(0#)%"AB6%C3/?01%"&/.3)/'B&/D%'$"0=/.

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia

Formations professionnelles. De la création à la production transmedia Formations professionnelles De la création à la production transmedia Le savoir-faire du Transmedia Lab Le Transmedia Lab Nous avons la conviction que d ici 5 ans, 50% des productions audiovisuelles auront

Plus en détail

Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante"

Projet partenarial - 1 er volet Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante Projet partenarial - 1 er volet "Anticiper les opportunités d'emploi pour les femmes au sein de l'économie verte et verdissante" Projet partenarial, piloté par l'arpe, en co-réalisation avec l'orm -observatoire

Plus en détail

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com

À DISTANCE LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL. www.groupeeac.com LE MBA MANAGER DE PROJET CULTUREL & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA TACLE VIVANT MUSIQUE ART & PATRIMOINE AUDIOVISUEL CINÉMA SPECTACLE VIVANT

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

WEGO PRODUCTIONS. Cinéma - Audiovisuel Photographie. La gestion mobilité / énergie d un projet audiovisuel pour la valorisation d un territoire

WEGO PRODUCTIONS. Cinéma - Audiovisuel Photographie. La gestion mobilité / énergie d un projet audiovisuel pour la valorisation d un territoire WEGO PRODUCTIONS Cinéma - Audiovisuel Photographie La gestion mobilité / énergie d un projet audiovisuel pour la valorisation d un territoire 1 WEGO PRODUCTIONS Teaser Showreel 2014 2 WeGo Productions

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne

Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne Contribution de l Ariut de Bretagne aux Assises territoriales sur l enseignement supérieur et la recherche en Bretagne 1 septembre 2012 Introduction Depuis plusieurs décennies, le système IUT en Bretagne

Plus en détail

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE 310 N U M É R O Vendredi 4 juillet 2008 LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE RAPPORTEUR : ANDRÉ MARCON AU NOM DE LA SECTION DES ÉCONOMIES RÉGIONALES ET DE

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr Programme Avenir Lyon Saint-Etienne palse.universite-lyon.fr Qu est-ce que le PALSE? Le Programme Avenir Lyon Saint-Etienne (PALSE) est un programme porté par l Université de Lyon dans le cadre du programme

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21

RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21 BOITE A OUTILS POUR L'ELABORATION DE L'AGENDA 21 RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21 Etapes Recommandations du Comité 21 Outils et accompagnement

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

culture de sécurité industrielle pour une

culture de sécurité industrielle pour une culture de sécurité industrielle pour une Répondre à un enjeu de société es bassins industriels se sont développés autour d un double mouvement d industrialisation et d urbanisation créant un lien direct

Plus en détail

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis

Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Grand Angle Les coulisses de l émission Géopolitis Thème Éducation aux médias, journalisme Public Étudiants en journalisme, diplomatie, histoire, sciences politiques ou en relations internationales, écoles

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Télé-Québec lance une plateforme culturelle sur le Web La Fabrique culturelle : le seul espace public collectif dédié à la culture au Québec 11 mars 2014 Montréal La

Plus en détail

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com Mastère Spécialisé Marketing, Design et Création www.audencia.com Une année pour faire la différence sur le plan professionnel, tel est l enjeu d un mastère spécialisé. Vous êtes actuellement en cycle

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Communiqué : Meetinangers.com, le nouveau site internet du BDCE 3. Le Bureau des Congrès et Evènements d Angers, pour qui, pourquoi?

Communiqué : Meetinangers.com, le nouveau site internet du BDCE 3. Le Bureau des Congrès et Evènements d Angers, pour qui, pourquoi? 1 2 Sommaire Communiqué : Meetinangers.com, le nouveau site internet du BDCE 3 Le Bureau des Congrès et Evènements d Angers, pour qui, pourquoi? 4 Boîte à outils 5 Bilan de la première année d activité

Plus en détail