FEVEROLE DE PRINTEMPS ET D'HIVER GUIDE DE CULTURE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FEVEROLE DE PRINTEMPS ET D'HIVER GUIDE DE CULTURE 2014-2015"

Transcription

1 FEVEROLE DE PRINTEMPS ET D'HIVER GUIDE DE CULTURE Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

2 Sommaire 1 - Performances économiques et environnementales Implantation Variétés Elaboration du rendement Exigences en eau et en fertilisants Désherbage Régulateurs Ravageurs Maladies Récolte et Stockage Débouchés Ce document a été rédigé par Fabienne BOIZET, Isabelle CHAILLET, Philippe CROSSON, Matthieu KILLMAYER, Benjamin POINTEREAU, Pierre TAUPIN, Catherine VACHER, Elise VANNETZEL, Jean-Luc VERDIER. (ARVALIS - Institut du Végétal) Véronique BIARNES, Nathalie BLOSSEVILLE, Benoît CARROUEE, Jean-Paul LACAMPAGNE (UNIP) Laure VINSANT LE LOUS (FNAMS) ISBN ref Dépôt légal avril Préambule Les indications portées dans ce document reflètent l état de la science et de la technique à la suite de nombreuses expérimentations. Les informations réglementaires peuvent évoluer et sont présentées dans l état des connaissances à la date d édition de ce document. Les dites informations données sous ces réserves ne sauraient engager la responsabilité des auteurs de ce document. ARVALIS - Institut du végétal 3, rue Joseph et Marie Hackin PARIS Tel membre de : Avec la particiation financière du Compte d Affectation Spéciale pour le Développement Agricole et Rural (CASDAR), géré par le ministère de l Agriculture, de l'agroalimentaire et de la Forêt. 2 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

3 photos ARVALIS, N. Metayer - M. Moquet Féverole d'hiver ou de printemps? Variétés Attention à la résistance au gel en féverole d'hiver page 6 page 9 Semis Levée 2 feuilles 6 feuilles Début floraison JG2 (jeunes gousses) Début floraison + 15 jours Fin floraison FSLA Récolte Traitements de semences Wakil / risque mildiou page 20 page 10 Semis page 7 - Semer profond Fertilisation - Eviter les densités élevées Désherber en pré-levée page 12 Désherbage mécanique Antigraminées foliaires page 14 page 24 Dessicant Possible juste avant la récolte Bore En limon battant à ph > 7,5 : 300 g/ha à boutons floraux Régulateur Si risque de végétation excessive page 15 page 24 Récolte et stockage page 16 page 11 Sitones Intervenir si encoches sur toutes les feuilles Pucerons - Intervenir au seuil de traitement (selon produit) - savoir attendre pour valoriser les auxiliaires page 16 Bruches Raisonnez les traitements page 17 Anthracnose et botrytis sur féverole d'hiver Raisonnez la lutte page 21 Anthracnose et botrytis sur féverole de printemps Raisonnez la lutte page 21 Rouille Intervenir lors apparition de pustules page 22 Irrigation page 11 Calendrier en féverole d'hiver (exemple du Centre Bassin Parisien) Semis fin octobre, début novembre 3 à 5-6 semaines après mi-avril fin mai juillet Calendrier en féverole de printemps (exemple de la Picardie) Semis en février, mars 3-4 semaines après fin mai fin juin août Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

4 01 Performances économiques et environnementales M. Moquet - ARVALIS - Institut du végétal Son itinéraire cultural simple, sans apport d engrais azotés, son potentiel de rendement élevé en terres profondes et ses débouchés en alimentation animale et humaine, sont des atouts importants pour cette culture. L intérêt de cette légumineuse se ressent sur l ensemble de la rotation. Ses points forts Des atouts agronomiques - Un potentiel de rendement élevé dans les situations de terres profondes et d étés tempérés. - Résistance à Aphanomyces euteiches du pois, permettant de garder un protéagineux sans augmenter le niveau d infestation des sols. - Tête d assolement favorable, avec des gains de rendements et des économies d azote pour le blé suivant. - En diversifiant la rotation, la féverole peut aussi limiter les interventions phytosanitaires, en particulier herbicides, sur les cultures suivantes. - Récolte en général facile grâce à une tige rigide, et décalée après la récolte des céréales. Des atouts environnementaux Introduire une féverole dans la rotation permet une réduction sensible des impacts environnementaux liés à l'absence d'engrais azotés, en particulier une moindre consommation d énergie fossile, moins d émission de gaz à effet de serre et de gaz acidifiants. Des débouchés variés - Des prix attractifs pour l alimentation humaine en Egypte et au Moyen-Orient. 4 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

5 - Des débouchés potentiellement élevés en alimentation animale (volailles, porcs, bovins, poissons), en France ou à l export. - Un marché plus limité pour la meunerie et les ingrédients agro-alimentaires. Des charges opérationnelles limitées Les charges opérationnelles des protéagineux sont inférieures à celles des principales grandes cultures comme le colza ou le blé, grâce notamment à l absence d apport d engrais azoté. Les charges de la féverole sont proches de celles du pois mais variables en fonction du coût des semences et du débouché visé. Les niveaux moyens couramment observés se situent entre 50 et 100 /ha de moins qu en colza. Une aide couplée à la production Dans le cadre de la subsidiarité pour l utilisation des crédits européens, la France a choisi de maintenir une aide couplée à la production de protéagineux (pois, féveroles et lupins). Celleci a varié de 100 à 205 /ha de 2010 à 2013, en fonction des surfaces cultivées. De nouvelles modalités d aide couplées pour les cultures riches en protéines sont prévues pour l application de la nouvelle PAC en France à partir de Ses limites Quelques contraintes techniques - Sensibilité à la sécheresse et aux fortes températures pendant la floraison et le remplissage des graines (juin-juillet), ce qui peut pénaliser le rendement. - De grosses graines nécessitant un semoir adapté et bien réglé. - Des possibilités très limitées de désherbage chimique en post-levée contre les dicotylédones, en féverole de printemps. - la sensibilité à un nématode (Ditylenchus dipsacii), affectant le rendement et la qualité, transmis principalement par les semences et se maintenant longtemps dans le sol. 6-7 ans entre deux féveroles En cultivant trop souvent des féveroles dans une même parcelle, le risque de voir apparaître certaines maladies augmente, en particulier des attaques de Fusarium et de nématodes. Un retour trop fréquent peut également favoriser des attaques de mildiou du fait de sa conservation dans le sol, notamment si les semences ne sont pas traitées. Il faut donc respecter au minimum 6 ans entre deux féveroles pour limiter les risques sanitaires. ARVALIS - Institut du végétal Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

6 02 Implantation Féverole d'hiver La féverole d hiver être semée un peu plus tôt qu un pois d hiver. L objectif est d avoir des féveroles levées avant les fortes gelées. En semis trop précoces, les féveroles risquent d être plus sensibles aux maladies aériennes en sortie d hiver et de fleurir trop tôt par rapport aux dernières gelées. La résistance au gel est très dépendante de la variété et de la profondeur de semis. En cas d impossibilité de semer les variétés de féverole d hiver à l automne, il est possible de les semer au printemps, mais le rendement sera en général inférieur au rendement d une variété de printemps. Date de semis ARVALIS - Institut du végétal Carte 1 : Date de semis optimale de la féverole d hiver 01/11>31/11 20/10>20/11 Féverole de printemps Elle peut être semée avant le pois de printemps, dès la mi-février dans le Nord de la France, y compris sur sol gelé superficiellement, à condition d arriver à bien enfouir la graine. Semer tôt permet d espérer atteindre le potentiel de rendement maximal mais ce n est pas sans risque pour la plante. Date de semis Carte 2 : Date de semis optimale de la féverole de printemps 10/11>31/01 Densité de semis La dose de semis conseillée est celle permettant d être à l optimum économique, pour une large gamme de prix de vente de la féverole (prix étudiés : de 130 et 270 /t). 01/02 01/03 10/02 15/03 Arrêt : 15 avril 10/02 15/03 Arrêt : 1eravril Tableau 1 : Densités et doses de semis conseillées en féverole d hiver Densités et doses de semis Grains / m² kg / ha* conseillées Sols limoneux à 130 Sols argileux ou caillouteux * indicatif pour un PMG de 525 g NB. Possibilité de réduire de 5 grains/m² avec un semoir monograine. Les féveroles ne sont pas conseillées en sol de craie. 6 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

7 Densité de semis La dose de semis conseillée est celle permettant d être à l optimum économique, pour une large gamme de prix de vente de la féverole (prix étudiés : de 130 et 270 /t). Tableau 2 : Densités et doses de semis conseillées en féverole de printemps Densités et doses de semis conseillées Limons de Normandie, Nord-Pas-de-Calais, Picardie Grains / m² kg / ha* à 260 Bassin Parisien, Picardie à 260 Sols argileux ou caillouteux à 260 * indicatif pour un PMG de 525 g NB. Possibilité de réduire de 5 grains/m² avec un semoir monograine. Les féveroles ne sont pas conseillées en sol de craie. machine au travail profond. Par exemple sur un semoir combiné à un outil de travail du sol devant le semoir, la barre de semis doit être suffisamment descendue pour pouvoir atteindre la profondeur souhaitée. Un semis lent est également recommandé pour faciliter la pénétration des éléments semeurs. Le semoir monograine permet de garantir une profondeur de semis optimale et régulière à condition d avoir un poids suffisant sur l élément semeur et un sol préparé en conséquence. Son principal atout réside dans sa capacité à répartir précisément la semence sur le rang, ce qui permet une économie sur les doses de semis. Cependant, des écartements de cm couvrent moins vite le sol que de faibles écartements, d où un risque accru de concurrence d adventices, mais le binage est alors possible. Le semoir à céréales (équipé d une distribution adaptée aux grosses graines) est le plus souvent utilisé, il nécessite de travailler à faible vitesse pour obtenir une profondeur de semis régulière (écartements possibles : de 17 à 35 cm). Attention de vérifier régulièrement le bon écoulement des graines dans le semoir. Travail du sol Il doit permettre d obtenir un lit de semences avec une structure bien aérée sur 10 à 15 cm, favorable à l installation des nodosités sur les racines. L horizon sous-jacent doit permettre la pénétration du système racinaire pour une bonne valorisation des réserves en eau du sol, donc éviter en particulier les tassements en fond de semis et fond de labour. Préparation du lit de semences La féverole n exige pas une structure aussi fine, ni un état de surface aussi nivelé que le pois. Toutefois, l efficacité des herbicides de prélevée est liée à un bon émiettement de la terre en surface. Profondeur de semis Féverole d hiver : pour rendre la plante plus résistante au froid, le plus important est de semer profond (7 à 10 cm). Féverole de printemps : pour les semis précoces de début février, semer à 6-7 cm de profondeur pour limiter le risque de gel en cours de germination. A partir du 20 février, on peut semer à 5 cm de profondeur. Il est important de semer au moins à 5 cm de profondeur pour échapper aux dégâts d oiseaux et assurer une bonne sélectivité des herbicides de prélevée. Pour semer profond, notamment en féverole d hiver, il est possible d utiliser une déchaumeuse à socs ou un cover crop. Avec ce type de matériel, la semence peut être répartie au préalable avec un épandeur à rampe. Certains agriculteurs utilisent un déchaumeur à soc ou à disque combiné avec un semoir (à partir de la tête de distribution, les descentes sont reliées aux socs ou aux disques). Avec un semoir classique, il faut adapter les réglages de la + d'infos Distribution : évitez la casse! Quel que soit le semoir utilisé, il faut semer doucement. Cela permet de préserver les graines et la distribution pour les semoirs à transport par gravité et limite les risques de bouchage des tuyaux pour les semoirs à transport pneumatique. De plus, pour ces semoirs, il faut à tout prix éviter les contre-pentes sur les tuyaux, surtout aux extrémités, quand le flux d air est le plus atténué par les pertes de charge. Sur certains semoirs mécaniques, pour pallier au problème de casse, l arbre de distribution peut être remplacé par un arbre spécial grosses graines disposant de doseurs constitués de grosses alvéoles en élastomère. Les semoirs pneumatiques équipés de cellules doseuses de type «Accord» semblent bien adaptés aux grosses graines (cannelures de grandes dimensions). Attention toutefois à certaines conceptions de semoirs pneumatiques où les sorties de distribution sont de trop faible section et deviennent alors sensibles aux bouchages. Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

8 03 Variétés ARVALIS - Institut du végétal - UNIIP Il existe différents types de qualité de féverole : à fleurs blanches ou colorées (avec ou sans tannins dans le tégument) à teneurs faible ou élevée en vicine-convicine. Ce sont surtout des féveroles à fleurs colorées qui sont actuellement cultivées en France. Parmi les variétés à fleurs colorées, il est préférable, à rendement équivalent, de choisir des variétés à faible teneur en vicine-convicine, qualité la mieux adaptée à l ensemble des débouchés. Féverole d'hiver La féverole d hiver présente l intérêt d être récoltée plus précocement que la féverole de printemps, juste après les blés, ce qui limite les risques de stress hydrique ou thermique de fin de cycle. La première clé de réussite de cette culture est le niveau de résistance au froid : il faut choisir une variété adaptée à la région et réaliser un semis profond. Diva est la variété actuellement la plus résistante au froid, mais son niveau de résistance est inférieur à ce qu on observe sur les meilleures variétés de pois d hiver. C est pourquoi, il est primordial en féverole d hiver de semer profond, les plantes seront plus résistantes que pour un semis superficiel. La plupart des variétés de féverole d hiver sont plus adaptées au climat de l Ouest et du Sud de la France. Carte 1 : Principales régions de culture de la féverole d hiver Organdi Axel Axel Iréna Organdi Diva Olan Diva Organdi Les variétés présentées dans le tableau ci-après, sont toutes à teneur élevée en vicine-convicine. 8 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

9 Tableau 1 : Caractéristiques des principales variétés de féveroles d hiver Variétés Obtenteur Année d'inscription Couleur fleur Rendement (en % de Iréna) Pays de la Loire et Poitou- Charentes Sud-Ouest Rendement (en % Diva et Olan) Centre, Bassin Parisien Résistance au froid (10 = résistant) Début Floraison (écart à Iréna en jrs) Fin Floraison (écart à Iréna en jrs) Hauteur (cm) PMG (g) Protéines (% MS) Axel SCA Epis-Sem 2014 colorée 113 (5) ,0 Diva Agri Obtentions 2001 colorée ,0 Iréna Agri Obtentions 2001 colorée /4 26/ ,0 Olan SCA Epis-Sem 1991 colorée ,0 Organdi Agri-Obtentions 2011 blanche ,5 Sources : CTPS et Réseau Arvalis Institut du végétal - UNIP - Fnams (1) Pour assurer une bonne résistance à l hiver, il faut à la fois choisir une variété résistante et semer profond, à 7-8 cm. Feverole de printemps La quasi-totalité des féveroles de printemps cultivées en France sont à fleurs colorées. Elles conviennent toutes au principal débouché, l alimentation humaine en Egypte, et peuvent aussi satisfaire les autres débouchés. Pour tous les autres débouchés (alimentation animale et ingrédients meunerie) les variétés à forte teneur en protéine présentent un intérêt renforcé pour l utilisateur. Enfin, pour les débouchés en alimentation des volailles et des pondeuses, les variétés à faible teneur en vicineconvicine sont nettement préférables. Au global, les variétés colorées, à forte teneur en protéine et à faible teneur en vicineconvicine sont les mieux adaptées à l ensemble des marchés. Dans cette liste, seules Tiffany et Fabelle sont à faible teneur en vicine-convicine, ce qui présente un intérêt pour l alimentation des volailles, car ce facteur diminue la digestibilité de l énergie et des protéines, et entraine une baisse du poids de l œuf en pondeuses. De plus, il provoque le risque de favisme (forme d anémie) chez les hommes sensibles à ce facteur. Carte 2 : Principales régions de culture de la féverole de printemps DF : début juin FF : début juillet Récolte : septembre DF : fin mai FF : fin juin Récolte : août DF : début floraison FF : fin floraison Tableau 2 : Caractéristiques des principales variétés de féverole de printemps Variétés Obtenteur/ représentant Année d'inscription Couleur fleur RENDEMENT (en % de Espresso et Fuego) Normandie, Nord-Pas-de- Calais, Picardie, Ardennes Centre, Bassin Parisien nombre années références pour le rendement Début Floraison (écart à Espresso en jrs) Fin Floraison (écart à Espresso en jrs) Hauteur (cm) PMG (g) Protéines (% MS) Boxer Momont GB colorée ,0 Espresso NPZ / RAGT D colorée /5 20/ ,5 Fabelle NPZ / RAGT 2011 colorée ,5 Fanfare NPZ / RAGT 2013 colorée ,0 Fuego NPZ / RAGT D colorée ,0 Graffi ty NPZ / RAGT 2013 colorée ,5 Maya RAGT 1995 colorée ,0 Tiffany RAGT 2014 colorée ,0 Sources : CTPS et Réseau Arvalis Institut du végétal - UNIP - Fnams Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

10 04 Elaboration du rendement La féverole a une floraison beaucoup plus longue que celle du pois. Elle produit en moyenne nettement plus d étages de fleurs et de fleurs par étage, mais beaucoup de jeunes gousses avortent à l état jeune. La durée de la floraison dépend de l alimentation en eau de la culture. En cas de bonne alimentation (sol profond et temps assez pluvieux), on peut avoir entre 15 et 20 étages de fleurs. A l inverse, lorsque les plantes subissent un stress hydrique dès début floraison, on peut n avoir que 6-7 étages de fleurs. Toutefois, même si la floraison est très longue, le nombre d étages fructifères (portant effectivement des gousses) peut beaucoup varier ; de 4 à 12 étages fructifères suivant les conditions climatiques pendant la floraison. Composantes optimales pour un bon rendement La figure 1 montre deux types de profils : - Profil court (2011, 2013) caractéristique de stress hydrique et/ ou thermiques prolongés durant la floraison et/ou la phase de formation des grains. - Profil haut (2012) : caractéristique des situations très arrosées entrainant une floraison longue. Par ailleurs, un stress hydrique intense pendant le remplissage des grains (de fin floraison à fin floraison + 30 jours), accompagné de températures élevées (>25 C), peut fortement impacter le PMG (Poids de 1000 grains), jusqu à 100 g de moins que la valeur moyenne. En effet, le PMG (Poids de 1000 grains) est très variable entre situations en féverole, beaucoup plus que ce que l on observe en pois par exemple. La figure 2 illustre la variabilité observée entre année et sites pour les composantes du rendement pour la variété Espresso. Le nombre de grains par m 2 selon les années peut varier de moins de 1000 à Le PMG quant à lui peut fluctuer en moyenne entre 350 et 560 grammes. Figure 1 : Comparaison entre un profil court et un profil haut (Espresso, Rots (14)) Nombre d'étages florifères Nombre de grains par étage Sources : réseau Arvalis Institut du végétal UNIP - FNAMS Figure 2 : Exemple en féverole de printemps avec la variété Espresso PMG (g) Nombre de grains/m² Sources : réseau Arvalis Institut du végétal UNIP - FNAMS 10 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

11 05 Exigences en eau et fertilisants Choix de la parcelle Pendant la phase fin floraison - remplissage du grain, la féverole a des besoins en eau relativement élevés (environ 180 mm) et craint les fortes températures (à partir de 25 C). Cette phase, plus longue que celle du pois, se situe pour la féverole de printemps à une époque (fin juin - mi-juillet) où les risques de déficit hydrique sont importants, ce qui limite l aire géographique de cette culture. Il est donc préférable de semer la féverole de printemps sur des sols profonds à bonne réserve en eau (au moins 140 mm de RU). Les sols à moindre réserve en eau pourront être valorisés par la féverole d hiver, au moins dans l Ouest de la France. La féverole craint l excès d eau au printemps : celui-ci pénalise l enracinement et réduit le fonctionnement des nodosités indispensables à une bonne nutrition azotée. Irrigation : bonne valorisation de l'eau La féverole de printemps est sensible au déficit hydrique car la période de floraison et de formation des graines est relativement longue (de la fin mai à mi-juillet, suivant les secteurs géographiques). La valorisation de l eau (gain de rendement par mm d eau apporté) est comparable à celle obtenue avec le pois (1.5 à 2 q/ha pour 10 mm apportés). Les variétés de type hiver comme Iréna ou Diva, valorisent également un ou deux apports d eau à partir de fin floraison, en cas de temps sec. Du fait de leur précocité, elles nécessitent moins d apport d eau que la féverole de printemps. Quelques conseils pratiques pour irriguer la féverole de printemps : - Ne pas irriguer avant la mi-floraison (sauf sécheresse très précoce) pour ne pas favoriser un développement de végétation excessif, qui pénaliserait la formation des gousses par la suite. - Poursuivre les apports d eau jusqu au stade fin floraison + 20 jours. Tableau 1 : Consommation en eau de la féverole et du pois (en mm) Période Féverole Pois 7 Feuilles à début floraison Début à fin floraison Fin floraison à maturité Total de 7 feuilles à maturité Comparé au pois de printemps, l irrigation de la féverole de printemps commence en même temps ou un peu plus tard mais se poursuit 10 à 15 jours plus longtemps et comporte donc, en moyenne, un tour d eau supplémentaire. Besoins en phosphore et potasse modérés La féverole fait partie des espèces moyennement exigeantes en phosphore et en potasse, comme le pois. Comme pour les autres cultures de la rotation, la dose d engrais à apporter se raisonne en fonction des exportations, de la teneur du sol en phosphore et en potasse et du nombre d années sans apport. Les exportations par les graines de féverole sont de 1,20 kg de P 2 O 5 et 1,30 kg de K 2 O par quintal, soit 60 kg/ha de P 2 O 5 et 65 kg/ha de K 2 O pour un rendement moyen de 50 q/ha. Entretien calcique et bore Plantes sans gousses dues à la carence en bore L optimum de ph semble compris entre 6 et 7. La féverole risque de mal se développer dans les sols à ph inférieur à 5,5 à cause d un mauvais fonctionnement de l activité symbiotique. Dans les sols de limons battants plus ou moins hydromorphes (ou des parcelles avec des veines de terre limoneuse) avec un ph supérieur à 7.5, il peut y avoir blocage d éléments minéraux, tels que le bore. Ce blocage du bore pourrait être à l origine des féveroles sans gousses observées certaines années dans certains départements (Seine-et-Marne, Aisne, Ardennes et Marne). Dans ces parcelles à risque, en cas de printemps froids et humides, il est conseillé d apporter 300 g/ha d éléments bore au stade «boutons floraux» des féveroles pour assurer une bonne fécondation des fleurs. I. Chaillet - ARVALIS - Institut du végétal Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

12 06 Désherbage Nicole Cornec Pour le désherbage en féverole, il est important : - De bien gérer le désherbage grâce à une rotation diversifiée. - De réserver la culture de féverole à des parcelles avec un faible enherbement. - Réussir son traitement de prélevée est indispensable : bien choisir le produit ou le mélange le plus adapté à sa flore. - De ne pas réduire les doses d utilisation. - D intervenir au plus près du semis, sur des graines bien enterrées, afin d éviter des symptômes de phytotoxicité. - D intervenir obligatoirement en prélevée ou en programme car en dépit de la récente homologation du CORUM en post-levée, le contrôle de certaines dicotylédones en post-levée uniquement reste toujours difficile (gaillet, renouées sp. par exemple) Prélevée En féverole de printemps, Centium 36 CS, Challenge 600, Nirvana S et Prowl 400/Baroud SC sont homologués en prélevée. En féverole d hiver, Prowl 400/Baroud SC n est pas homologué et on déconseille d utiliser Centium CS 36 du fait de la faible marge de sélectivité. Certaines associations permettent d élargir les spectres d efficacité. Ainsi, en féverole de printemps, le mélange triple Centium 36 CS + Challenge Nirvana S (0.15 l + 2 l + 2 l) présente le spectre le plus complet, avec un coût également plus élevé qu un mélange double (autour de 100 /ha). Pour Centium 36 CS, ne pas dépasser 0.15 l en mélange. Les prélevées sont à réaliser aussitôt après le semis pour garantir un maximum de sélectivité. Dans le cas des féveroles germées + d'infos Conditions à respecter pour une bonne sélectivité et une efficacité optimale des herbicides En prélevée Adapter la dose au type de sol (argile et matière organique) ; baisser la dose en sols filtrants. Traiter sur des semences bien recouvertes et sur un sol bien rappuyé. Sol frais lors du traitement et dans les 10 jours suivants. En post-levée Traiter sur des cultures en bon état végétatif Ne pas traiter en conditions d amplitudes de température importantes entre le jour et la nuit Ne pas intervenir sur des cultures en mauvais état végétatif ou en cas de manque de sélectivité de l application de prélevée (risque d accroissement de la phytotoxicité). Traiter sur des adventices jeunes et peu développées (stade cotylédons 2-3 feuilles). Ne pas mélanger les herbicides anti-dicotylédones avec des insecticides ou avec des anti-graminées foliaires (respecter un délai de 10 jours entre les applications). 12 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

13 Tableau 1 : Efficacité des herbicides antidicotylédones de prélevée et de post-levée Herbicides Antidicotylédones Challenge 600 Nirvana S Centium 36 CS Prowl 400 / Baroud SC Challenge Nirvana S PRELEVEE Principaux Mélanges Challenge Centium 36 CS Nirvana S + Centium 36 CS Challenge Prowl 400 / Baroud SC Centium 36 CS + Challenge Nirvana S POSTLEVEE Antidicotylédones Corum Ammi élevée R M M R - M-R M R M-R - Arroche étalée M-R S M-R M M R M M-R M M Chénopode blanc S S MS-S S S MS-S S S S S Capselle S S S S S S S S S S Rep Colza S S R M-R S M-R S M M S Coquelicot S S R S MS-S M MS-S S MS-S M Ethuse R M-R S R M-R M MS-S R M-R MS-S Fumeterre M-R MS-S R M M R MS-S M-R M S Moutarde S S R R S M MS-S MS-S MS-S S Ravenelle S S R R S M MS-S MS-S MS-S S Gaillet gratteron M M-R S R MS-S S S M-R S M-R Matricaire S S R M S MS-S MS-S S S S Mercuriale M M-R M R M-R M M M-R MS-S M-R Morelle R S MS-S S S M-R M M-R S S Pensées M-R M R S M-R R R M-R M-R R Renouée des oiseaux M S S M S MS-S S MS-S S M-R Renouée liseron M S M M MS-S MS-S MS-S MS-S MS-S M-R Renouée persicaire M S MS-S M M MS-S M M S S Stellaire S S S - S S S S S - Véronique de Perse S S M-R M S MS-S MS-S S MS-S M-R Véronique à feuilles de lierre M S R M S M-R R M MS-S M-R Autorisée sur FH, FP FH (1), FH, FP FP FP FH, FP FH (1), FP FH (1), FP FP FH, FP FH, FP Doses préconisées en l ou kg/ha (1) 4 l 4 l 0.25 l 3 l 2l + 3l 2.5 l l * 2.5 l à 3 l l 3 l l 0.15 l + 2 l + 2 l Prix indicatifs en /ha l Efficacité satisfaisante S (1) déconseillé sur féverole d hiver, faible marge de sélectivité Efficacité moyenne Efficacité moyenne à insuffisante Efficacité moyenne à satisfaisante M M-R MS-S * Dans le cadre de l association Challenge Centium 36 CS ne pas dépasser la dose de 0.15l de Centium 36 CS sur féverole. mais non levées (germe recouvert encore par au moins 2 cm de terre), il est encore possible d appliquer Challenge 600 seul ou associé à Prowl 400/Baroud SC. NB. La clomazone, présente dans Centium 36 CS, peut provoquer des blanchiments sur les feuilles de féveroles, sans incidence sur le rendement, malgré un effet pouvant être spectaculaire. Corum en post-levée CORUM est un herbicide antidicotylédone de post-levée récemment autorisé sur féverole d hiver et de printemps ; utilisé dans le cadre d un programme de traitement ou en rattrapage, sa dose d emploi varie de 0.8 l/ha à 1.25 l/ha, en fonction de l infestation et du stade des adventices, mais toujours en association avec un adjuvant type DASH HC (Basf Agro) ou une huile végétale (ACTIROB B) et sur des adventices au stade plantule (cotylédons à 2-3 feuilles). Appliqué, à partir du stade 2 feuilles de la culture, il assure un contrôle satisfaisant du fumeterre, chénopode, crucifères dont repousses de colza, coquelicot, matricaire Dans les situations à flore échelonnée, le fractionnement est possible sans toutefois dépasser la dose autorisée de 1.25 l/ha. Dans le cadre d un programme de traitement avec NIRVANA S, BASF Agro recommande de ne pas dépasser la dose de 75 g d imazamox/ha/an ce qui revient à utiliser au maximum 3 l de NIRVANA S en prélevée et 1 l de CORUM en post-levée. Sur le même principe, afin de protéger les ressources en eau au-delà du respect des Bonnes Pratiques Agricoles, BASF Agro recommande des préconisations spécifiques pour l utilisation de la bentazone, matière active contenue dans le CORUM. Celles pouvant s appliquer à la féverole sont les suivantes : 1. Ne pas dépasser la dose de g /ha/an de bentazone lors de programme avec des solutions à base de bentazone ou lors de succession de cultures avec des solutions à base de bentazone. 2. Sur féverole d hiver, CORUM peut être appliqué dans le respect des stades d utilisation, au printemps, à partir du 15 mars. 3. Sur les zones de captages : Interdiction sur les sols dont le taux de Matière Organique est < 1.7 %. Interdiction sur les sols sensibles aux transferts (sols superficiels ou sols avec nappes peu profondes). Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

14 PROWL 400 et BAROUD SC sont aussi autorisés sur dicotylédones en post-levée sur féverole de printemps, jusqu au stade 2-3 feuilles de la culture, avec un délai avant récolte de 63 jours. Cet usage est à réserver aux situations de rattrapage. Le fractionnement est possible en veillant à ne pas dépasser la dose de 1 l/ha. Ces produits à action racinaire de contact doivent bénéficier d un sol frais lors de l application et pendant les 10 jours suivants. Appliqués sur de très jeunes adventices (stade cotylédon ou en cours de germination), l efficacité est correcte sur pâturins, pensées, coquelicots et capselles. En raison de risque non négligeable de phytotoxicité (nanisme, perte de rendement pouvant aller au-delà de 10q/ha) l association Corum + Prowl 400/Baroud SC est déconseillée. Compléter avec du désherbage mécanique En agriculture biologique, si le binage n est pas envisagé, la féverole d hiver est à préférer. Grâce à son pouvoir ramifiant, elle est plus étouffante que la féverole de printemps. La féverole supporte bien le désherbage mécanique. Une intervention mécanique est possible sur féverole, du stade 2 feuilles jusqu à début floraison. Le risque de casse de tiges est toutefois plus important à partir du stade 7-8 feuilles sur féverole d hiver (nombreuses ramifications). La bineuse est à privilégier, sous réserve que l écartement entre rangs l autorise (35-40 cm minimum). La herse étrille ou la houe sont également sélectives jusqu au stade début floraison. Figure 1 : Stratégie de désherbage mécanique de la féverole possible ne pas intervenir Vibroculteur Herse Cultivateur (faux-semis) Semis Levée 2 Feuilles Contre les graminées Attention aux fleurs! Limite passage tracteur ou/et floraison Herse-étrille Bineuse (2 km/h, dents souples) (à privilégier) Houe rotative Herse-étrille (10-12 km/h) (<10 km/h, dents moins souples) houe rotative (>15 km/h) La plupart des herbicides de prélevée présente une efficacité satisfaisante sur pâturins, en particulier pâturin annuel, mais moyenne à insuffisante sur ray-grass, vulpins et insuffisante sur folle avoine. Le contrôle de ces adventices nécessitera le plus souvent un traitement spécifique avec un produit anti-graminées foliaires. Il faut intervenir sur des adventices jeunes (3 feuilles, début tallage maximum). Dans les situations où il y a présence (ou soupçon) de résistance des vulpins et ray-grass aux herbicides anti-graminées foliaires, il est possible d utiliser Kerb Flo sur les féveroles d hiver et le Legurame PM sur les féveroles d hiver et de printemps. Ils s appliquent du stade 2 à 6 feuilles de la féverole et requièrent un sol humide. Ils présentent une efficacité secondaire sur quelques dicotylédones (chénopode, coquelicot, stellaire, véroniques). L introduction dans la rotation de ce type de produit, à mode d action différent, permet également de prévenir des risques d apparition de résistances des graminées aux produits type sulfonylurées, utilisés sur blé et maïs. Le coût est certes important (68 /ha) mais valorisable sur toute la rotation. Tableau 2 : Anti-graminées foliaires en post-levée Autorisations Féverole hiver Féverole printemps Doses conseillées (l/ha) en fonction du stades des graminées 1 à 3 feuilles Tallage Folle avoine Ray-grass Vulpin des champs Repousses de céréales Paturin annuel Vulpie queue de rat Produits foliaires Agil / Claxon / Ambition + huile (1)(2) 0.5 à à 0.8 S S S S R R Centurion 240 EC / Ogive + huile (1)(3) 0,5 0,5 S S S S S-M R Etamine (4) 0.8 à 1 1,2 S S S S R R Foly R / Noroit 1 1 S S S S S-M R Fusilade Max 1 à à 1.5 S S S S R R Pilot 1 1,2 S S S S R R Stratos Ultra 1,6 2 S S S S R R Stratos Ultra + Dash SC (5) S S S S R R Targa D+ / Leopard huile (1)(4) 0.4 à à 0.5 S S S S R R Produits racinaires Legurame PM (6) 3 3 S-M S-M S-M S-M S M Kerb Flo (6) 1,875 1,875 S-M S S S M S (1) : huile minérale ou végétale estérifiée (2) : dose la plus forte sur folle avoine et ray grass (3) : attendre le stade 3 feuilles des graminées pour intervenir (4) : dose la plus forte sur ray grass (5) : adjuvant BASF (6 ) : privilégier les applications sur plantes jeunes S efficacité satisfaisante S-M efficacité satisfaisante à moyenne M efficacité moyenne R efficacité insuffisante produit autorisé produit non autorisé N.B. Les produits cités dans cette brochure sont à jour pour le printemps 2014.Pour connaître les éventuelles nouvelles homologations et les évolutions réglementaires, vous pouvez consulter le site ainsi que les sites des sociétés phytosanitaires. 14 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

15 07 Régulateurs Pour éviter une croissance excessive Une trop forte croissance de la féverole pénalise le rendement par une diminution du nombre de grains (avortement des premiers étages par manque de lumière) et par une augmentation du risque de verse qui entraîne plus de maladies et de problèmes de récolte. Les facteurs favorables à une croissance importante sont : des semis précoces, une densité de semis excessive, des sols limoneux ou argileux profonds, des étés assez pluvieux, des apports réguliers de fumure organique. La majorité des variétés présente un niveau de résistance à la verse élevé. Si les conditions sont favorables à une croissance excessive, il est possible de réguler les féveroles. Toutefois, le premier élément pour limiter le risque d avoir une végétation excessive est de semer à la densité recommandée et pas plus. Moddus est homologué avec les conditions d application suivantes : - soit une application à 0.5 l/ha à début floraison (25 /ha), - soit deux applications à 0.25 l/ha à début floraison puis 15 jours après, en respectant bien le Délai Avant Récolte de 60 jours. L apport en une fois ou en fractionné entraîne la même efficacité sur la réduction de la hauteur des plantes. Le seul intérêt du fractionnement est de permettre d économiser le 2ème passage si le temps se met au sec, et ainsi freine la croissance des féveroles. Moddus peut être associé aux fongicides ou insecticides homologués pendant la floraison des féveroles. I. Chaillet - ARVALIS - Institut du végétal Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

16 08 Ravageurs Sitones, pucerons noirs et bruches sont les principaux ravageurs de la féverole. Le puceron noir est le plus nuisible pour le rendement. La bruche pénalise surtout la qualité commerciale par ses trous dans les grains. Sitone (Sitona Lienatus) : de la levée à 6 feuilles Lutte Elle vise les adultes avant la ponte. Observer à partir de la levée si présence d encoches sur les feuilles. Seuil d intervention : lorsque toutes les plantes ont de nombreuses encoches sur toutes les feuilles. Ne plus intervenir au-delà de 7 feuilles car les sitones ont déjà pondus. Produit : plusieurs pyréthrinoïdes sont homologués. Nb : Courant floraison, on peut observer de nombreuses encoches sur toutes les feuilles. Elles sont dues aux adultes ayant hiverné puis ceux de nouvelle génération en fin de cycle de la culture. Il ne faut pas s en inquiéter car leur nuisibilité est négligeable. M. Moquet - ARVALIS - Institut du végétal Puceron noir de la fève (Aphis Fabae) : avant, pendant et après la floraison Charançon de 3,5 à 5 mm de long, de couleur brun rougeâtre, le sitone est encore plus friand de la féverole que du pois. Facteurs favorables Secteurs avec présence d autres légumineuses (luzerne, pois,...) suite aux hivers secs et doux. Les semis les plus précoces sont attaqués les premiers. Le sitone est actif par temps ensoleillé et par température supérieure à 12 C. Il envahit les parcelles de féverole en volant depuis ses zones refuges (légumineuses) de manière échelonnée. Dégâts Les encoches sur le bord des feuilles dues aux morsures des adultes, quoique spectaculaires, sont sans grande incidence. Après la ponte, les larves se développent aux dépens des racines et des nodosités, ce qui peut perturber l alimentation azotée de la culture. La nuisibilité sur le rendement semble faible en féverole sauf en cas d'attaque très forte et précoce. Ce petit puceron d environ 2 mm pour l adulte aptère, de couleur noir mat, est très «accroché» à la plante. Il colonise rarement toutes les plantes. Sur les plantes colonisées, il forme des colonies (ou manchon) qui peuvent atteindre en cas de pullulation plus d un millier d individus par plante. Par ailleurs, ARVALIS - Institut du végétal a défini la taille minimale d un manchon dans le but d établir un seuil de lutte : tache noire sur la tige sur au moins 1 cm de long. Nicole Cornec 16 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

17 Facteurs favorables Temps ensoleillé et chaud. Bruche (Bruchus Rufimanus) Dégâts Il peut causer de gros dégâts, jusqu à 12 q/ha de pertes mesurées dans des essais. L attaque de pucerons se situe le plus souvent début juin mais parfois dès la mi-mai. Il ne faut pas traiter trop vite si on observe des larves de coccinelles : présentes assez tôt, elles peuvent faire retomber la pression de pucerons avant le seuil de dégâts. Lutte Observer à partir de «avant la floraison» à fin floraison + 15 jours. Seuil d intervention : avec Pirimor G à 0.5 kg/ha (dose conseillée) : traiter quand 20% des tiges portent des colonies de pucerons noirs. Toutefois, si l attaque est tardive et concomitante à la lutte contre les bruches, il faut choisir l insecticide pour son efficacité contre la bruche. Il sera suffisamment efficace pour contrôler ces pucerons tardifs. Point réglementaire : le nombre d applications maximales durant la culture de féverole est de 2 pour Pirimor G. A noter que le produit Karaté K ne possède plus la mention abeille depuis avril d'infos Thrips du lin et des céréales (Thrips angusticeps) Dans les régions où des thrips sont présents sur pois, on peut aussi en observer sur féverole dès la levée, mais leur nuisibilité n a jamais été mise en évidence. Pucerons verts du pois (Acyrthosiphon Pisum) Ce gros puceron de 3 à 6 mm pour l adulte aptère est de couleur vert clair, parfois rose. Il a la propriété de se laisser tomber dès qu on le bouge. On peut observer des attaques de pucerons verts sur féverole en juin-juillet, comme en 2010 en Picardie, sur les feuilles du haut de la plante. Leur nuisibilité est plus faible que celle du puceron noir. Le principal problème est alors la production excessive de miellat qui peut être à l origine de l arrivée de champignons saprophytes sur l ensemble de la plante, en particulier sur les gousses, ce qui peut entraîner la présence de nombreux grains tachés à la récolte. Il n y a pas d insecticide autorisé pour l usage «puceron vert du pois sur féverole». Néanmoins, il est fréquent que les deux types de pucerons cohabitent : les insecticides homologués sur pucerons noirs sont également efficaces sur pucerons verts. La bruche de la fève est un coléoptère spécifique à la féverole, très préjudiciable pour la qualité des graines. En effet, pour le débouché alimentation humaine, le seuil à ne pas dépasser est de 1 à 3% de grains bruchés suivant les contrats (voir Chapitres Débouchés). Il faut également être attentif pour le débouché semences. Pour l alimentation animale, le seuil est de 10 % de grains bruchés. Cette espèce présente une seule génération par an. L adulte pond sur les gousses. Après éclosion, la larve pénètre directement, sans se «balader» dans la gousse puis dans la graine. C est pour cela que la lutte vise les adultes et non les larves. La larve se développe à l intérieur d une graine pour donner un adulte qui sortira à la récolte ou durant les premiers mois de stockage, pour gagner ensuite une zone d hivernage. Les adultes, pour sortir, font un trou bien rond dans les graines. Contrairement aux charançons des céréales, la bruche ne se reproduit pas dans les grains stockés. Aucun nouveau grain ne sera attaqué pendant le stockage. Facteurs favorables Toutes les zones de culture de féverole en France. Les parcelles situées près des silos semblent les plus exposées. Les bruches sont actives à partir d une température d environ 20 C. Les journées à plus de 25 C leur sont très favorables. Lutte La lutte contre la bruche doit d abord être gérée en culture. Ceci ne contrôle en général pas toute la population. A la récolte, il reste souvent des grains bruchés d où sortiront des bruches au cours des premières semaines de stockage. Or, il ne doit pas y avoir d insectes vivants pour commercialiser les grains. Ces bruches doivent être tuées par une intervention au stockage. Cette intervention peut aussi contribuer à réduire les populations l année suivante. INRA Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

18 Lutte en végétation Période à surveiller : du stade Jeunes Gousses 2 cm sur le premier étage fructifère (gousses d au moins 2 cm de long) à fin floraison + 10 jours. Seuil d intervention : dès que les premières gousses font au moins 2 cm de long, traiter quand les températures maximales journalières sont supérieures ou égales à 20 C pendant au moins 2 jours consécutifs. Pour le débouché en alimentation humaine, semences ou meunerie, une deuxième intervention (voire une troisième) à partir de 7 jours après l intervention précédente est nécessaire si les conditions pour déclencher le traitement sont à nouveau réunies (2 jours consécutifs à plus de 20 C). Le stade fin floraison + 10 jours marque l arrêt des traitements. Volume d eau : Il est nécessaire d utiliser un volume d au moins 150, voire 200 l/ha, pour assurer une bonne protection du tiers supérieur des plantes (partie de la plante en fleur). A noter Une lutte collective est souhaitable au sein d un bassin de production car les bruches se déplacent beaucoup et sur de grandes distances. Un traitement est d autant plus efficace que la température maximale se maintient à plus de 20 C pendant les 4 jours suivants l intervention. Point réglementaire : Le renouvellement d autorisation du 30 avril 2013 pour la lambda-cyhalothrine précise de nouvelles conditions d emploi : 2 applications maximum de la matière active par campagne dont 1 en floraison. Pour les mélanges de produits : vous pouvez vérifier la possibilité de mélange entre plusieurs produits sur le site internet de ARVALIS Institut du végétal. Lutte au stockage Deux types de produits sont homologués : un insecticide de contact à base de deltaméthrine (K-Obiol ULV 6) et des fumigants à base de phosphure d aluminium ou de magnésium. La fumigation présente l avantage de détruire les larves à l intérieur du grain et de ne laisser aucun résidu sur les grains et dans l environnement. Par contre, elle nécessite des silos étanches et un opérateur agréé. De ce fait, elle est rarement mise en œuvre en France. Le K-Obiol ULV 6 est plus facile à utiliser mais il ne tue les insectes que quelques jours après leur sortie du grain. Il peut donc y avoir quelques insectes vivants au moment de la vente. Dans tous les cas, il faut réaliser les interventions le plus tôt possible après la récolte, pour une meilleure efficacité et pour limiter la contamination des environs des silos par les insectes. Remarque : abaisser la température des grains ne permet pas de lutter contre les bruches. La baisse de température n est nécessaire que pour assurer une bonne conservation des grains (cf. chapitre Récolte). C. Baudart à retenir... Attention aux abeilles Toute application insecticide est interdite en floraison ou en présence d exsudats (miellat) dus aux pucerons, sauf dérogation pour les produits ayant la mention abeille, laquelle est attribuée avec une dose maximale d utilisation dans cette période. De plus, il est interdit de traiter en présence d abeilles, il faut donc respecter les horaires d application précisés sur l étiquette du produit. Tableau 1 : Insecticides homologués sur la bruche de la fève SPECIALITE COMMERCIALE Mention Bruche de la Matière Active Abeille fève Nb applications DAR BAYTHROID, BLOCUS, ZAPA oui cyfluthrine 50 g/l 0.3 L 1 21 CYTHRINE MAX, COPMETHRINE non cyperméthrine 500 g/l 0.05 L 2 14 DUCAT, CAJUN oui betacyfluthrine 25 g/l 0.3 L 1 21 FURY 10 EW, MINUET 10 EW, SATEL non zétacyperméthrine 0.1 L 2 21 KARATE XPRESS, POOL, NINJA, SENTINEL oui lambda - cyhalothrine kg 2 (dont 1 seule en 14 KARATE ZEON, NINJA PRO, LAMBDASTAR oui lambda - cyhalothrine L floraison)" 14 N.B. Les produits cités dans cette brochure sont à jour pour le printemps 2014.Pour connaître les éventuelles nouvelles homologations et les évolutions réglementaires, vous pouvez consulter le site ainsi que les sites des sociétés phytosanitaires. Bonne efficacité Efficacité moyenne 18 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

19 Nématodes des tiges : ne pas semer des graines infestées! Tous les ans, au mois de juin-juillet, on recense quelques parcelles de féverole présentant des attaques du nématode Ditylenchus dipsaci, communément appelé nématode des tiges. Plusieurs facteurs de risques ont été mis en évidence par la FNAMS lors de l étude de ce parasite. Ils sont cités ci-après par ordre d importance décroissante : - La rotation culturale et notamment la charge en féverole (une féverole en 4 ans ou plus), est un facteur agronomique de risque. - Le nématode peut à la fois être véhiculé par la graine ou présent dans le sol : ainsi, il importe d être exigeant sur la qualité sanitaire des semences. - Les sols lourds (argileux) et mal ressuyés sont également des facteurs de risque car ils favorisent le développement du parasite. - Des conditions fraîches (températures de 15 à 20 C) et humides (pluie, brouillard, rosée et irrigation) favorisent l invasion des jeunes tissus végétaux par ce nématode. Un film d eau est nécessaire au déplacement des nématodes et à leur pénétration dans une plante (larves et adultes). Les années de haute infection sont ainsi associées à des campagnes humides. FNAMS Ditylenchus dipsaci est un complexe de sept espèces dont Ditylenchus dipsaci sensu stricto (anciennement groupe des races normales) et sa variante de taille supérieure Ditylenchus gigas (ou D. sp. B,) (ancienne race géante) sont les plus fréquemment rencontrés sur féverole. Le groupe des races normales a un large spectre d hôtes (plus de 400 plantes incluant la féverole, la pomme de terre, la betterave, la luzerne, etc.) et la race géante, qui a un spectre plus limité, est suspectée de n affecter que la féverole comme culture. Lésions marrons rougeâtres caractéristiques du nématode des tiges. Lutte FNAMS Dégâts On observe généralement les symptômes courant floraison, marqués par des gonflements et des lésions marrons rougeâtres des tissus de la tige. La croissance terminale des plantes est touchée et les plantes deviennent plus chétives. D autres symptômes peuvent également survenir : éclatement des gousses, nécrose des pétioles et des feuilles. Les symptômes, selon l origine de l infestation et le climat, peuvent être plus ou moins précoces et plus ou moins marqués. Les semences infestées peuvent être plus sombres, plus petites et tâchées. Malheureusement, l observation des symptômes n est pas un critère discriminant ; il a été observé que des plantes ou des graines n extériorisaient pas de symptômes (aspect visuel sain) mais contenaient cependant le nématode Ditylenchus dipsaci (détection lors de l analyse laboratoire à partir de la présence d un seul individu). La lutte chimique est inexistante actuellement en France, les matières actives efficaces ayant été retirées. En Angleterre, la recherche est axée sur la génétique, cherchant à mettre au point des variétés résistantes. Le seul moyen de limiter la dispersion de ce nématode est de ne pas semer de graines infestées car cela génère des plantes extériorisant des symptômes souvent précoces et intenses. Les pertes de rendement peuvent être importantes (jusqu à 70%). Ces plantes, issues de graines infestées, meurent prématurément et répandent l infection aux plantes voisines. Or ce nématode peut persister de nombreuses années dans le sol (jusqu à 10 ans de survie). Facteurs favorables Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril

20 09 Maladies Figure 1 : le calendrier des maladies Levée 2 feuilles 6 feuilles Début floraison Jeunes gousses Fin Floraison Maturité Féverole d hiver Anthracnose Botrytis Rouille Féverole de printemps Anthracnose Botrytis Rouille Période de surveillance des maladies Fontes des semis et mildiou : lutte par le traitement de semences Deux produits sont homologués : Vitavax 200 FF, à 0.25 l/q et Wakil XL, à 0.1 kg/q (dose spécifique à la féverole, plus faible que sur le pois). Ils sont utilisables contre l anthracnose (Ascochyta fabae) et les champignons responsables de la fonte de semis (Pythium, Fusarium, ). Contre le risque mildiou, seul Wakil XL est efficace. Mildiou : Wakil XL est indispensable Symptômes Lors d attaques précoces (contamination primaire), le mildiou entraîne le nanisme des plantes puis la déformation et la décoloration des tiges et pétioles, et un dessèchement de la partie terminale des plantes. Dans le cas d attaques plus tardives, souvent de mi-juin à juillet, (contamination secondaire), on observe des zones décolorées sur la face supérieure des feuilles, puis un feutrage mycélien gris-blanc sur la face inférieure. Les zones touchées finissent par se dessécher. Lors d attaques pendant la floraison, le dessèchement peut affecter tous les étages florifères, entraînant l avortement des fleurs. Les gousses et les graines en formation peuvent être contaminées par le parasite. Le matériel infecté se nécrose rapidement et prend une couleur brune. D. Bouttet - ARVALIS - Institut du végétal 20 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014

Annexes. - Fiche de culture : Pois d'hiver. - Fiche de culture : Féverole d'hiver. - Fiche de culture : Pois de printemps

Annexes. - Fiche de culture : Pois d'hiver. - Fiche de culture : Féverole d'hiver. - Fiche de culture : Pois de printemps Annexe Annexes - Fiche de culture : Pois d'hiver - Fiche de culture : Féverole d'hiver - Fiche de culture : Pois de printemps - Fiche de culture : Féverole de printemps - Fiche de culture : Lupin hiver

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Actualités Protéagineux

Actualités Protéagineux Actualités Protéagineux Variétés pois de printemps Désherbage/Fongicides Actualités économiques Fabienne BOIZET Variétés pois d hiver Dates de semis optimales * Isard = ancienne variété référence (< rdt

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Désherbage du colza : les solutions de rattrapage de post-levée

Désherbage du colza : les solutions de rattrapage de post-levée mercredi 29 septembre 2010 Désherbage du colza : les solutions de rattrapage de post-levée Le désherbage du colza est un point particulièrement sensible de l itinéraire technique et la stratégie doit être

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Les plantes compagnes dans les colzas

Les plantes compagnes dans les colzas Les plantes compagnes dans les colzas Février 2015 Avant d'appliquer un produit phytopharmaceutique, il convient de lire l'étiquette de son emballage et de vérifier la réglementation et les bonnes pratiques

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

LUPIN : les points clés de la conduite

LUPIN : les points clés de la conduite m.moquet@arvalisinstitutduvegetal.fr LUPIN : les points clés de la conduite Culture du lupin : le choix de la parcelle est primordial POIS - Sols battants ou à ressuyage lent (semis printemps) - Sols hydromorphes

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

FEVEROLE DE PRINTEMPS

FEVEROLE DE PRINTEMPS (source photo : Terres Inovia) FEVEROLE DE PRINTEMPS IMPLANTATION ET VARIETES DESHERBAGE LUTTE CONTRE LES MALADIES LUTTE CONTRE LA VERSE LUTTE CONTRE LES RAVAGEURS 89 Conditions d implantation IMPLANTATION

Plus en détail

PROTEAGINEUX D HIVER

PROTEAGINEUX D HIVER PROTEAGINEUX D HIVER PROTEAGINEUX D HIVER CHOIX VARIETAL TRAITEMENT DE SEMENCES IMPLANTATION 81 POIS D HIVER POIS D HIVER Pourquoi semer des pois d hiver? Il semble apporter un plus en rendement par rapport

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

La surveillance des parasites du sol

La surveillance des parasites du sol STRATEGIE DE LUTTE CONTRE LES PARASITES DU SOL SUR LA CULTURE DE LA POMME DE TERRE NOTE 2009 établie par le Service Régional de l ALimentation, La surveillance des parasites du sol Avant l implantation

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL

BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL BULLETIN DE SANTE DU VEGETAL MIDI-PYRENEES Grandes Cultures - n 13 25 mars 2010 CEREALES A PAILLE PROTEAGINEUX COLZA Pietin verse : risque parfois élevé pour les semis d'octobre dans les limons et les

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE

Contacts CONSEILS DE SAISON. Septembre 2013 CAROTTE AIL AUBERGINE Septembre 2013 CONSEILS DE SAISON Après un mois de juillet et d août chaud et sec, septembre a vu le retour de températures fraîches pendant deux semaines, en dessous des normales saisonnières. Cela a

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB

Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 : Produire et utiliser des légumineuses à graines AB Session 4 Produire des légumineuses à graines pour l alimentation porcine AB : atouts et contraintes S. Lubac (IBB), F. Pressenda (Céréopa)

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES

C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI : TEST DE VARIETE DE TRITICALE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Campagne

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI TEST DE VARIETES DE SOJA EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

En Bref cette semaine

En Bref cette semaine N 5 30 avril 2015, page 1 En Bref cette semaine Choux Mouche du chou : Les pontes s intensifient sur le nord de la Bretagne Artichaut Pucerons verts : Baisse des populations Pucerons noirs : quelques rares

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin

Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Soja et mais semé dans du seigle roulé, orge semé dans le sarrasin Objectif. Il y a 4 ans je m installait dans une ferme de 100Ha. Apres 2 ans observant l'état si pauvre et usé de la terre, j ai devenu

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

La réussite de l implantation

La réussite de l implantation 54 CULTURES Protéagineux Les points clés de l itinéraire technique Avec la mise en œuvre du «plan protéines», les cultures de pois et de féverole reviennent en force dans les assolements 2010. À quelques

Plus en détail

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS

l implantation Réussir des prairies GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation des prairies GNIS Ref. : DO757 GNIS 44, rue du Louvre 75001 PARIS Photos GNIS Réussir l implantation de sa prairie est la première condition à satisfaire pour profiter pleinement

Plus en détail

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application

Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application Pulvériser en bas volume et Optimiser les conditions d application 1 Maîtriser la qualité de pulvérisation en bas volume pour gagner en efficacité Mathilde LHEUREUX Ingénieur conseil Chambre d Agriculture

Plus en détail

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Des alliées pour nos cultures La pollinisation améliore quantité et qualité des récoltes, Elle concerne 70% des espèces cultivées pour la consommation

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

Féverole. Choix variétal en féverole d hiver. et se distingue par son assez bonne résistance à l anthracnose.

Féverole. Choix variétal en féverole d hiver. et se distingue par son assez bonne résistance à l anthracnose. Féverole d hiver Féverole en féverole d hiver En féverole d hiver, le niveau de résistance au froid est l une des clés de la réussite de la culture. Il faut donc choisir une variété adaptée à la région.

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal. PROTEAGINEUX Choix d espèces en Basse Normandie. et Maine.

ARVALIS - Institut du végétal. PROTEAGINEUX Choix d espèces en Basse Normandie. et Maine. PROTEAGINEUX Choix d espèces en Basse Normandie m.moquet@arvalisinstitutduvegetal.fr et Maine Choix d espèce : plusieurs paramètres à prendre en compte Débouchés possibles : collecte : FAB ou alimentation

Plus en détail

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON

LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN. Témoignage de Jean-Paul SAMSON LE SEMOIR À DISQUES : UN OUTIL OPPORTUN Témoignage de Jean-Paul SAMSON 1 Jean Paul SAMSON Lorry-Mardigny (57) 1.3 UTH Types de sol principaux : 75% argilo-calcaire 20% argilo-limoneux SAU 137 ha orge hiver

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG N 08 14 août 2014 CLIMATOLOGIE Encore des Pluies localement

Plus en détail

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais

Raisonner l itinéraire betterave. Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais Raisonner l itinéraire betterave Plaquette régionale Nord / Pas-de-Calais 203/204 2 La campagne 203 3 Un printemps exceptionnellement froid Un été "mi-figue mi-raisin" Les températures glaciales accompagnées

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Pommes de terre TOP. Le bon conseil pour la culture de pommes de terre

Pommes de terre TOP. Le bon conseil pour la culture de pommes de terre Pommes de terre TOP Le bon conseil pour la culture de pommes de terre La lutte contre les mauvaises herbes All in one Centium 36 CS + Dancor 70 WG La nouvelle solution en prélevée Très large spectre d

Plus en détail

FEVEROLE DE PRINTEMPS ET D'HIVER GUIDE DE CULTURE

FEVEROLE DE PRINTEMPS ET D'HIVER GUIDE DE CULTURE FEVEROLE DE PRINTEMPS ET D'HIVER GUIDE DE CULTURE 2014-2015 Féverole de printemps et d'hiver - Guide de culture 2014-2015 ARVALIS - Institut du végétal - UNIP - avril 2014 1 Sommaire 1 - Performances économiques

Plus en détail

Synthèse variétale pois d hiver 2015 Nord & Est

Synthèse variétale pois d hiver 2015 Nord & Est Synthèse variétale pois d hiver 2015 Nord & Est 01 septembre 2015 Retour sur les points marquants de la campagne 2014-2015 Les résultats de la campagne sont bons, et restent équivalents, voire supérieurs

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques...

DESIKOTE MAX MC. Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE. Alcool éthoxylé... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... DESIKOTE MAX MC Antitranspirant réducteur de l égrenage USAGE AGRICOLE GARANTIE : Alcool éthoxylé...... 9 % p / p Hydrocarbures terpéniques... 55 % p / p DESIKOTE MAX forme une membrane semi-perméable

Plus en détail

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004 Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies Présentation

Plus en détail

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements.

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements. Bilan campagne 2014 flore adventice, perspectives réduction d usage s herbicis et limitation l impact s traitements. Depuis 2013, afin mieux répondre aux objectifs du plan ECOPHYTO, la problématique gestion

Plus en détail

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation E. Brajeul, B. Hennion Ctifl 1 Serres verre chauffées en France (tomate et concombre) : 1100 ha

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal.

[Signature]Essais réalisés en collaboration entre les Chambres d'agriculture de Bretagne, les fédérations de Cuma et Arvalis Institut du végétal. [Titre]Semis de maïs : 3 semoirs à l'épreuve de la vitesse [Commentaires sur la mise en forme : Le tableau des caractéristiques des matériels avec les photos des semoirs doit être placé en première page.

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

2.Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_VA01_GC1»

2.Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_VA01_GC1» Direction départementale de l équipement et de l agriculture de l Ariège MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE TERRITOIRE «ZONE D ALIMENTATION DES CAPTAGES» MESURE TERRITORIALISEE «MP_VA01_GC1» CAMPAGNE

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID

Notice Talius. DuP ont. Talius. Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Notice Talius DuP ont Talius Une application. Jusqu à 8 semaines de protection. Talius LE NOUVEAU STANDARD ANTI-OÏDIUM À BASE DE PROQUINAZID Maîtriser l oïdium des céréales, une nécessité L'oïdium des

Plus en détail

Conduite de la Féverole de printemps

Conduite de la Féverole de printemps Conduite de la Féverole de printemps 04 février 2014 Le Robillard Benjamin POINTEREAU Date et profondeur de semis des féveroles en Normandie Maine Féverole S O N D S J F M A M J J A S S 10/02 15/03; Fin

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE

DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE. «Eau, Nitrate et Agriculture durable» POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE DOSSIER PEDAGOGIQUE ATELIER D ÉVEIL SCIENTIFIQUE POUR L ÉCOLE FONDAMENTALE «Eau, Nitrate et Agriculture durable» SYNTHESE DE L ATELIER L utilisation des nitrates : Synthèse Résume les différentes situations

Plus en détail

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS

CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS CARACTERISATION DE LA LENTILLE DE CILAOS ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain

Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Evolution des teneurs en humidité du maïs grain Dans le cadre des activités du Centre agricole maïs, un réseau d avertissement fournissant des données sur l évolution des teneurs en humidité du grain a

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013

Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Réseau National des Chambres d Agriculture du Niger Fiche conseil pour la matière active : Diméthoate (insecticide) Famille : organophosphorés Version du 20 septembre 2013 Rédaction équipe technique RECA

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr

AGRI-STRUCTURES. Fabrication et commercialisation de matériel agricole. www.agristructures.fr AGRI-STRUCTURES Fabrication et commercialisation de matériel agricole FABRICATION FRANÇAISE SEMOIR SEMFLEX EVO SEMOIR SEMFLEX EVO Pour technique simplifiée ou traditionnelle Aptitudes à travailler en conditions

Plus en détail