Éclairages 10 Précisions sur le régime du compte courant d associé Par Benoit MARPEAU et François DIETRICH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éclairages 10 Précisions sur le régime du compte courant d associé Par Benoit MARPEAU et François DIETRICH"

Transcription

1 REVUE LAMY RLDA C O L L E C T I O N L A M Y DROIT DES AFFAIRES 84 M E N S U E L Juillet/Août 2013 LES INSTRUMENTS JURIDIQUES DE LA RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DES ENTREPRISES Par Martial CHADEFEAUX, Clotilde FORTIER, Laurence-Caroline HENRY, David JACOTOT, Philippe JUEN, Pierre-Emmanuel MOYSE, Laurence RAVILLON, Vincent THOMAS et Aurélie TOMADINI Éclairages 10 Précisions sur le régime du compte courant d associé Par Benoit MARPEAU et François DIETRICH 19 Groupes de travail sur la réforme de la Justice commerciale : paroles de membres Avec Reinhard DAMMAN, Jean-Bertrand DRUMMEN, Yves LELIÈVRE, Thierry MONTÉRAN et Marc SÉNÉCHAL 32 L instrumentalisation d un contentieux commercial peut-elle, à l égard d une société cotée, constituer un délit de manipulation de marché? Par Bruno QUENTIN 41 Concurrence : les autorités nationales peuvent également sanctionner de «petits» partenariats commerciaux Par Emmanuel DIENY Repères 53 Critères d ordre des licenciements et entreprises à établissements multiples : un périmètre d application à géométrie variable Par Laurianne ENJOLRAS 59 L alerte en matière de santé publique et d environnement : regards sur la loi du 16 avril 2013 Par Marie-Pierre BLIN-FRANCHOMME

2 DROIT DES SOCIÉTÉS COMMERCIALES Sous la direction scientifique de Jacques MESTRE, Professeur agrégé des Facultés de droit, Directeur du Centre de droit économique d Aix-Marseille, et Dominique VELARDOCCHIO, Agrégée des Facultés de droit, Professeur à la Faculté de droit d Aix-Marseille. Par Benoit MARPEAU Avocat associé Cotty Vivant Marchisio & Lauzeral et François DIETRICH Avocat à la Cour Cotty Vivant Marchisio & Lauzeral RLDA 4653 Précisions sur le régime du compte courant d'associé Par un arrêt en date du 23 avril 2013, la Cour de cassation vient une nouvelle fois préciser le régime juridique du compte courant d'associé et fait ainsi œuvre utile, cette création de la pratique souffrant par ailleurs d'un défaut d'encadrement légal. D'une part, la Cour de cassation précise le régime probatoire du compte courant d'associé en permettant à l'associé de rapporter la preuve de l'existence de sa créance au moyen des documents comptables établis par la société débitrice. D'autre part, elle confirme les conditions d'application au compte courant d'associé de la règle de l'arrêt du cours des intérêts dus par le débiteur posée par l'article L du code de commerce, en rappelant que l'avance en compte courant ne précisant pas la durée de mise à disposition des fonds ne saurait s'analyser en un prêt de plus d'un an au sens de cette disposition, cette avance étant par principe consentie sans stipulation de durée. Cass. com., 23 avr. 2013, n , P+B En l'espèce, la société EPC avait cédé à la société ICO le 18 octobre 2001 la quasi-totalité des actions de la société DFC. La société EPC détenant un compte courant d'associé d'un montant significatif ( ,64 euros), les parties avaient également convenu dans le même acte des modalités de remboursement par la société DFC du solde de ce compte-courant un échéancier de remboursement fixant cinq versements annuels et prévu que ces sommes seraient productives d'intérêts. La société DFC ayant été mise en redressement judiciaire le 30 mars 2009, la société EPC a déclaré sa créance au passif de la société DFC pour le solde de son compte courant. Si le Juge-commissaire a dans un premier temps rejeté la demande d'admission de la créance en compte courant d'associé de la société EPC à la suite de la contestation de cette créance par le mandataire judiciaire, la cour d'appel de Rouen a néanmoins, par un arrêt en date du 8 décembre 2011, prononcé l'admission partielle de cette créance. La société DFC forme alors un pourvoi principal, contestant l'arrêt d'appel au motif que la preuve de l'avance en compte courant n'a pas été rapportée par la société EPC. Aux termes de l'argumentation de la société créancière, s'appuyant sur l'assimilation de l'avance en compte courant à un contrat réel, la preuve de cette avance ne pouvait en effet être rapportée que par la constatation de la remise des fonds et non, comme l'a jugé la cour d'appel, par la mention d'une telle avance dans les documents comptables de la société créancière. Néanmoins, la Cour de cassation rejette cette analyse et juge que «c'est dans l'exercice de son pouvoir souverain d'appréciation des éléments de preuve qui lui étaient soumis que la cour d'appel a relevé que les documents comptables établis par la société DFC au titre de l'exercice 2001 établissent d'un côté qu'une convention de compte courant a effectivement été conclue entre la société EPC et la société DFC en 1999, de l'autre que la société DFC s'est reconnue débitrice d une somme de ,64 euros due à ce titre par son inscription dans ses comptes et enfin qu'elle a accepté de s'en acquitter selon l'échéancier arrêté lors de la cession des titres ; qu'en l'état de ces constatations et appréciations, la cour d'appel, qui a implicitement mais nécessairement procédé à la recherche prétendument omise, a légalement justifié sa décision». La société EPC ayant formé un pourvoi incident, la Cour de cassation était également saisie d'une seconde question, relative à l'application de la règle de l'arrêt du cours des intérêts dus par le débiteur posée par l'article L du code de commerce. La cour d'appel avait en effet jugé que si la créance en compte courant de la société EPC devait être admise, la convention de compte courant ne pouvait en revanche être qualifiée de prêt à plus d'un an au sens des dispositions de l'article L du code de commerce, de sorte que la règle de l'arrêt du cours des intérêts légaux et conventionnels lors du jugement d'ouverture était bien 10 I RLDA Numéro 84 I 84 Juillet/Août Juillet/Août 2013

3 Actualités Éclairage DROIT DES SOCIÉTÉS COMMERCIALES applicable à l'avance en compte courant consentie par la société EPC. Dans son pourvoi incident, la société EPC soutenait que l'arrêt d'appel souffrait néanmoins d'une contradiction de motifs sur ce point, la cour d'appel retenant tout à la fois que «la convention de compte courant ne précisait ni la durée pendant laquelle la mise à disposition des fonds était accordée, ni les modalités de son remboursement», et que la société DFC, tenue de rembourser les fonds qu'elle avait reçus en compte courant d'associé, avait «accepté de s'en acquitter selon l'échéancier sur six années arrêté lors de la cession des titres». Néanmoins, la Cour de cassation rejette également ce moyen, en jugeant «qu'ayant relevé que la convention de compte courant ne précise ni la durée pendant laquelle la mise à disposition des fonds est accordée, ni les modalités de son remboursement, la cour d'appel en a exactement déduit que les modalités de remboursement accordées lors de la cession des titres ne conféraient pas au compte courant la qualité de prêt à plus d'un an». C'est donc à un double titre que la Cour de cassation vient dans cet arrêt préciser le régime juridique du compte courant d'associé, en permettant d'une part à l'associé prêteur de rapporter librement la preuve de son avance en compte courant au moyen des documents comptables de la société débitrice (I), et en précisant d'autre part les conséquences du droit de l'associé au remboursement immédiat de son compte courant au regard de la règle de l'arrêt du cours des intérêts lors du jugement d'ouverture (II). I. LE RÉGIME PROBATOIRE DE LA CONVENTION DE COMPTE COURANT Le compte courant d'associé est assurément l'un des outils les plus précieux parmi les divers modes de financement internes d'une entreprise. La mise à disposition de fonds par un associé permet en effet à la société de pallier l'insuffisance de ses fonds propres, de remédier à un défaut de trésorerie ou encore de garantir un financement bancaire, tout en évitant le processus coûteux et incertain de l'obtention d'un prêt bancaire ou les rigidités qu'entraîne une modification du capital de la société. Mode original de financement, le compte courant d'associé est également un outil de redistribution des rôles respectifs de chaque associé au sein de la société, en permettant de dissocier l'importance des fonds mis à la disposition de la société par ses associés de leurs poids respectifs dans les décisions collectives. A. La preuve de la remise des fonds peut être établie par des documents comptables Si la souplesse du compte courant d'associé explique en grande partie l'attrait que les sociétés manifestent pour ce financement interne, elle présente également certains risques que la société débitrice a précisément tenté d'exploiter dans la décision commentée. L'avance en compte courant s'analyse en effet comme un prêt, et non comme un apport de l'associé. Une telle convention est soumise au droit commun des obligations, et non au régime des apports établi par le droit des sociétés (Cass. com., 18 nov. 1986, n , Rev. sociétés 1987, p. 581, note Urbain-Parléani I. ; CA Paris, 14 févr. 1990, CIAL c/mathieu, Rev. sociétés 1990, p. 418, note Urbain-Parléani I. ; CA Paris, 2 juin 1992, Marques c/sté Marques Pressing, Bull. Joly Sociétés 1992, p. 942, note Couret A., RJDA 1992, n 917 et n 1028 ; CA Orléans, 9 nov. 1994, SCI Chantereine c/hotiers, JCP E 1995, pan., n 676). Contrat de prêt, la convention de compte courant constitue ainsi une dérogation importante au monopole bancaire prévu à l'article L du code monétaire et financier, réservant aux établissements de crédit l'exercice des opérations de banque. La loi soustrait en effet expressément le compte courant à la qualification de fonds reçu du public lorsque l'associé occupe des fonctions de direction au sein de la société ou lorsqu'il détient au moins 5 % du capital social (C. mon. fin., art. L ). Par cette disposition, le droit bancaire vient au demeurant affaiblir le principe d'indépendance des qualités d'associé et de créancier, en soustrayant au monopole bancaire certaines avances en compte courant en considération du rôle que l'associé tient au sein de la société. Cette qualification juridique n'est pas sans conséquences sur le régime probatoire de la convention de compte courant, conséquences dont la société débitrice a cherché à tirer profit. En effet, le contrat de prêt s'analyse classiquement, au même titre que le dépôt et le gage, comme un contrat réel dont la validité suppose la remise préalable de la chose faisant l'objet du contrat. Malgré le désaccord d'une partie de la doctrine défendant la nécessité d'envisager le prêt comme un contrat consensuel (Marty G. et Raynaud P., Traité de droit civil, Les obligations, t. 1, Sirey, n 60 ; Mazeaud et Chabas F., Leçons de droit civil, t. 2, vol. 1, LGDJ, 9 e éd., n 82 ; Starck B., Roland H. et Boyer L., Droit civil, Obligations, Contrat, Lexisnexis, 6 e éd., n os 218 et s. ; Jobard-Bachelier M.-N., Existe-t-il encore des contrats réels en droit français? Ou la valeur des promesses de contrat réel en droit positif, RTD civ. 1985, p. 1), la jurisprudence reste fidèle à l'analyse classique, même si les exceptions telles que le contrat de prêt immobilier (Cass. 1 re civ., 27 mai 1998, n , Bull. civ. I, n 186, D. 1999, jur., p. 194, note Bruschi M., somm., p 28, obs. Jobard-Bachelier M.-N.) ou le prêt consenti par un professionnel du crédit (Cass. 1 re civ., 28 mars 2000, n , Bull. civ. I, n 105, D. 2000, jur., p. 482, note Piedelièvre S., RTD com. 2000, p. 991, obs. Cabrillac R. ; Cass. 1 re civ., 27 nov. 2001, n , JCP G 2002, II, n 1050, note Piedelièvre S., Defrénois 2002, art. n 37486, obs. Libchaber R. ; Cass. 1 re civ., 7 mars 2006, n , Bull. civ. I, n 138) tendent à se multiplier. Reste que le prêt qui n'est pas consenti par un établissement de crédit est un contrat réel qui suppose la remise de la chose (Cass. 1 re civ., 19 juin 2008, n , Bull. civ. I, n 175 ; Cass. 1 re civ., 7 mars 2006, n , préc., D. 2007, pan., p. 759, obs. Martin D. R., JCP E 2006, 10109, note Piedelièvre S. ; Contrats, conc., consom. 2006, comm. 128, note Leveneur L., RLDC 2006/33, n 2292, note Viret M.-P., RDC 2006, p. 778, obs. Puig P.), de sorte que la preuve d'un tel prêt, dans l'hypothèse d'une avance en compte courant, ne peut résider que dans la constatation de la remise des fonds. S'appuyant sur cette conséquence naturelle de l'assimilation du compte courant à un contrat réel, la société débitrice a reproché à la cour d'appel de n'avoir pas recherché si la preuve de la mise à disposition des fonds par l'associé prêteur avait été rapportée. Pour conclure à la remise effective de sommes par l'associé prêteur à la société débitrice, la cour d'appel s'était toutefois fondée sur le rapport du commissaire aux comptes faisant état d'une avance en compte courant consentie par l'associé, ainsi que sur la mention de la somme de euros à la ligne «Emprunt et dettes financières divers» du passif du bilan de la société débitrice. Néanmoins, selon cette dernière, ces éléments ne pouvaient constituer la preuve de la remise des fonds. Dans son arrêt en date du 23 avril 2013, la Cour de cassation rejette cette argumentation, au motif que la cour d'appel a implicitement mais nécessairement procédé à la recherche prétendument omise. La preuve de la remise des fonds par les documents comptables Numéro 84 I Juillet/Août 2013 RLDA I 11

4 Précisions sur le régime du compte courant d'associé de la société débitrice est ainsi approuvée par la Haute juridiction, dont la décision assouplit opportunément le régime probatoire de la convention de compte courant. Cette solution est au demeurant conforme au régime de la preuve des faits juridiques applicable à la tradition de la chose. Surtout, cette solution fait écho aux deux importants arrêts rendus le 14 janvier 2010 par la Cour de cassation confirmant, d'une part, la possibilité de rapporter la preuve de la remise de fonds par une reconnaissance de dette et, d'autre part, renvoyant au pouvoir souverain des juges l'appréciation de la valeur probante de documents comptables censés prouver la mise à disposition de fonds (Cass. 1 re civ., 14 janv. 2010, n et n , D. 2010, p. 620, note François J., p. 2092, chron. Auroy N. et Creton C., et p. 2671, obs. Delebecque P., Bretzner J.-D. et Gelbard-Le Dauphin I., RD imm. 2010, p. 203, obs. Heugas-Darraspen H.). B. Un assouplissement opportun du régime probatoire de la convention de compte courant Cette décision présente assurément l'avantage de rassurer les praticiens, dans la mesure où la remise des fonds par l'associé prêteur ne constitue pas la règle en la matière, l'alimentation externe du compte d'associé n'étant qu'une possibilité parmi d'autres. Le compte courant d'associé peut en effet être alimenté par des sommes que la société doit à l'associé, telles que les dividendes, une créance de salaire, le prix d'un contrat de vente ou même une créance au titre d'un contrat d'entreprise (Cass. 3 e civ., 28 nov. 2001, n , Bull. Joly Sociétés 2002, p. 247, note Peterka N., RTD com. 2002, p. 118, obs. Monsérié-Bon M.-H.). Ces sommes dues à l'associé par la société et inscrites en compte courant sont, dans de telles hypothèses, laissées à la disposition de cette dernière sous forme d'avance. La possibilité pour l'associé prêteur de justifier de son avance en compte courant par les documents comptables de la société débitrice apparaît à la lumière de cette «alimentation passive» légitime, sinon nécessaire. Si cette décision sera incontestablement accueillie avec faveur par les praticiens, elle comporte néanmoins certaines limites. Cette décision est d'autant plus justifiée qu'en l'espèce, l'existence de l'avance en compte courant était attestée par un ensemble d'éléments ne laissant place à aucun doute. D'une part, les comptes de l'exercice de l'année 2001 faisaient clairement apparaître au bilan du passif de la société débitrice une ligne «Emprunt et dettes financières divers» pour un montant correspondant à l'avance en compte courant, cette avance étant par ailleurs précisément visée dans le rapport spécial du commissaire aux comptes relatif à cet exercice. D'autre part, la société débitrice avait régulièrement procédé aux divers règlements prévus par l'échéancier arrêté d'un commun accord entre l'associé prêteur et son cessionnaire, ces règlements ayant été à juste titre qualifiés par la cour d'appel d'actes d'exécution confirmant l'existence de la créance au titre de la convention de compte courant d'associé. Si cette décision sera incontestablement accueillie avec faveur par les praticiens, deux limites sont néanmoins à signaler. D'une part, la portée de la solution proposée par la Cour de cassation reste limitée, dans la mesure où l'appréciation des éléments de preuve est laissée sans restriction à l'appréciation souveraine des juges du fonds (Delpech X., Précisions sur le régime du compte courant d associé, D. act. 14 mai 2013). D'autre part, seuls les termes et conditions de la convention de compte courant figurant dans les documents comptables de la société débitrice lui sont opposables, la cour d'appel se livrant à une analyse détaillée de ces éléments pour exclure une majoration des intérêts courant sur l'avance consentie qui, bien que prévue par un avenant à l'acte de cession des parts sociales de l'associé prêteur, n'apparaissait ni dans les comptes, ni dans le rapport spécial du commissaire aux comptes de la société débitrice. Ces limites constituent autant de bonnes raisons pour les parties à la convention de formaliser par un document écrit l'avance consentie par l'associé prêteur, la décision commentée ne représentant en aucun cas un blanc seing déposé par la Cour de cassation sur la pratique qui consisterait à se décharger entièrement de toute documentation du prêt sur les pièces comptables de la société débitrice. La seconde réponse proposée par la Cour de cassation dans son arrêt du 23 avril 2013 confirme au demeurant, s'il était nécessaire, l'utilité de procéder dès la mise à disposition des fonds à la conclusion d'une convention en bonne et due forme. II. LE COMPTE COURANT D'ASSOCIÉ À LA LUMIÈRE DU RÉGIME DE FAVEUR DE L'ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE A. Une appréciation stricte de la «durée» du prêt à plus d'un an Toute autre était la question posée à la Cour de cassation par le pourvoi incident formé par l'associé prêteur et portant sur l'application de la règle de l'arrêt du cours des intérêts dus par le débiteur. Aux termes de l'article L du code de commerce, «Le jugement d'ouverture arrête le cours des intérêts légaux et conventionnels, ainsi que de tous intérêts de retard et majorations, à moins qu'il ne s'agisse des intérêts résultant de contrats de prêt conclus pour une durée égale ou supérieure à un an ou de contrats assortis d un paiement différé d'un an ou plus». Au titre des exceptions au principe de l'arrêt du cours des intérêts figure donc les contrats de prêt d'une durée supérieure ou égale à un an, cette disposition étant destinée à encourager le crédit à moyen et long terme de la part des établissements de crédit. En l'espèce, il ressort de l'arrêt d'appel que l'avance consentie par l'associé prêteur à la société débitrice n'avait à l'origine fait l'objet d'aucun document écrit. Or il est aujourd'hui bien établi qu'en l'absence de disposition conventionnelle contraire, l'associé peut demander à tout moment et quelle que soit la situation financière de la société le remboursement du solde de son compte courant (Cass. com., 24 juin 1997, n , RJDA 1997, n 1349, Dr. sociétés 1997, n 138, note Bonneau T., Bull. Joly Sociétés 1997, p. 871, note Saintourens B., D. aff. 1997, p. 938, JCP G 1997, II, n 22966, note Mousseron P., RTD com. 1998, p. 153, obs. Champaud C. et Danet D. ; Cass. com., 8 déc. 2009, n , RJDA 2010, n 246). Dans une telle hypothèse, il semble évident que l'associé prêteur n'ayant pris le soin de formaliser son avance et pouvant ainsi en solliciter le remboursement à tout moment ne puisse pas se prévaloir de l'exception à la règle de l'arrêt du cours des intérêts, son prêt ne pouvant assurément pas être considéré comme un prêt à plus d'un an. Toutefois, la situation pouvait en l'espèce apparaître différente. L'associé prêteur entendait en effet se prévaloir de la «régularisation» 12 I RLDA Numéro 84 I Juillet/Août 2013

5 Actualités Éclairage DROIT DES SOCIÉTÉS COMMERCIALES de la convention de compte courant à laquelle il avait par la suite procédé, en stipulant dans l'acte de cession de ses parts sociales et dans un avenant à cet acte les modalités de remboursement de son prêt au moyen d'un échéancier définissant à la fois le montant et les échéances de remboursement de son avance en compte courant. Certes, ces modalités n'étaient pas opposables en tant que telles à la société débitrice, cette dernière n'étant pas partie à l'acte de cession et à son avenant conclus par l'associé prêteur et son cessionnaire. Néanmoins, se fondant sur les documents comptables de la société débitrice et sur les actes d'exécution auxquels elle s'était livrée, la cour d'appel avait retenu non seulement que la société débitrice était tenue de rembourser les fonds qu'elle avait reçus, mais qu'elle avait également «accepté de s'en acquitter selon l'échéancier sur six années arrêté lors de la cession des titres». Pourtant, la cour d'appel, approuvée par la Cour de cassation, rejette la demande de l'associé prêteur invoquant l'exception à l'arrêt du cours des intérêts prévue à l'article L du code de commerce, en jugeant qu'«en l'absence de modalités de remboursements contractuels supérieurs à un an ou plus, les modalités de remboursements accordées sur plus d'un an lors de la cession de titres ne confèrent pas au compte courant la qualité de prêt à plus d'un an permettant à la société EPC de se prévaloir des dispositions de l'article [L du code de commerce]». Dans son pourvoi, l'associé prêteur entendait quant à lui se prévaloir de la contradiction apparente présente dans les motifs de l'arrêt de la cour d'appel, cette dernière reconnaissant d'un côté que des modalités de remboursements avaient été convenues sur plus d'un an et étaient opposables à la société débitrice, et de l'autre que ces modalités de remboursement ne conféraient toutefois pas au compte courant la qualité de prêt à plus d'un an. Cette argumentation ne pouvait néanmoins prospérer. En effet, la durée du prêt requise pour bénéficier du régime de faveur prévu à l'article L du code de commerce s'apprécie au moment où le prêt est conclu. Cette durée est appréciée strictement par la jurisprudence, qui refuse de conférer la qualification de prêt à plus d'un an tant au contrat de prêt de six mois ayant fait l'objet de plusieurs avenants en prolongeant la durée (Cass. com., 29 avr. 1993, n , Bull. civ. IV, n 65, RTD com. 2003, p. 820, obs. Martin-Serf A.) qu'à la convention de découvert à durée indéterminée, quand bien même elle aurait été poursuivie sur une durée égale ou supérieure à un an (Cass. com., 6 mai 1997, n , Bull.civ. IV, n 116, JCP E 1997, II, p. 996, note Legeais D.). Dès lors, les modalités de remboursement de l'avance consentie par l'associé prêteur convenues postérieurement à la conclusion de la convention de compte courant ne sauraient conférer à cette convention la qualité de prêt à plus d'un an au sens des dispositions de l'article L du code de commerce, seules les stipulations prévues à l'origine étant prises en considération. Loin de se contredire, la cour d'appel a donc procédé à une stricte application de la jurisprudence relative au régime de faveur prévu à l'article L du code de commerce au cas particulier de la convention de compte courant qui, sauf stipulation contraire, est remboursable à tout moment. B. La régularisation de la convention de compte courant : une pratique imparfaite La nécessité d'apprécier la durée du prêt au moment de sa conclusion se justifie non seulement par une lecture littérale du texte seuls les contrats de prêt «conclus» pour une durée égale ou supérieure à un an échappant à la règle de l'arrêt du cours des intérêts mais aussi par la finalité de cette règle. Ce principe traditionnel d'ordre public (Soinne B., Traité des procédures collectives, Litec, 2 e éd., 1995, n 1986) trouve en effet sa source dans le principe d'égalité entre les créanciers et la nécessité d'établir le passif de la société. Étant destiné à bénéficier à la société, il présente le double avantage de favoriser ex ante le financement de moyen et long terme de la société tout en facilitant ex post la tâche des mandataires dans la vérification du passif, ce dernier étant d'une certaine manière «gelé» par l'arrêt du cours des intérêts. La prise en considération de la durée du prêt au moment de sa conclusion se justifie ainsi par l'objectif de protection du crédit à moyen et long terme et permet d'éviter toute manœuvre qui consisterait à modifier, peu de temps avant l'ouverture de la procédure collective, les termes du contrat de prêt afin d'échapper à l'arrêt du cours des intérêts. Ce risque apparaît d'autant plus grand dans le cas d'une convention de compte courant que le prêteur, associé, bénéficie d'une position privilégiée lui permettant d'être parmi les premiers informés des difficultés rencontrées par la société et pouvant se conclure par l'ouverture d'une procédure collective. La tentation pourrait ainsi être grande de vouloir modifier in extremis la durée de l'avance qu'il a consentie à la société débitrice et d'éviter ainsi de perdre le bénéfice des intérêts qu'il aurait dû percevoir sur son avance à compter de l'ouverture de cette procédure. Si tel n'a manifestement pas été le cas en l'espèce, les modalités de remboursement du compte courant ayant été établies des années avant l'ouverture de la procédure de redressement judiciaire, la décision de la Cour de cassation apparaît pleinement justifiée au regard d'un tel risque, en plus d'être cohérente avec la jurisprudence qui, en la matière, définit une appréciation stricte de la durée du contrat de prêt permettant de bénéficier du régime de faveur prévu à l'article L du code de commerce. Cette décision attirera donc opportunément l'attention des praticiens sur les risques liés au défaut d'établissement d'une convention écrite portant sur l'avance en compte courant d'associé et sur la nécessité de prévoir dès l'origine les termes et conditions de ce prêt. Plusieurs raisons déjà connues justifient la formalisation de l'avance en compte courant par une convention écrite. D'une part, une telle avance ne peut porter intérêts qu'à la condition que la convention ou une disposition statutaire le prévoient (C. civ., art. 1907). D'autre part, il est de principe qu'à défaut de disposition conventionnelle contraire, le créancier d'un compte courant d'associé peut demander à tout moment le remboursement du solde créditeur de ce compte. L'importance du montant de l'avance consentie et la nécessité pour la société débitrice de disposer de ces fonds pour une certaine durée expliquent en pratique que les parties prennent le plus souvent le temps de rédiger une convention en bonne et due forme. Reste que la forme écrite n'est pas prescrite à peine de nullité, de sorte que la société et l'associé prêteur sont parfois tentés de profiter de la souplesse de ce mode de financement en se passant de toute convention écrite, quitte à formaliser ultérieurement la mise à disposition des fonds. La présente décision a le mérite d'illustrer une conséquence fâcheuse pouvant accompagner une telle pratique, l'associé prêteur étant définitivement lié par la convention initiale au regard des dispositions de l'article L du code de commerce, et invite l'associé prêteur, en dépit de l'urgence pouvant caractériser le besoin de trésorerie de la société, à ne pas confondre vitesse et précipitation. Numéro 84 I Juillet/Août 2013 RLDA I 13

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 11 octobre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence, 5

Plus en détail

N 2015 Paris le 6 novembre 2006

N 2015 Paris le 6 novembre 2006 N 2015 Paris le 6 novembre 2006 Département Législatif & Réglementaire/VT I DROIT CIVIL 10 Droit coopératif agricole 1022 Contentieux 10220 Coopératives contre sociétaires OBJET : Compte courant d activité

Plus en détail

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES COMPTES COURANTS D'ASSOCIES 08/06/2015 Afin d'améliorer la trésorerie d'une société, les associés peuvent, outre le recours aux emprunts ou découverts bancaires, décider d'augmenter le capital social ou

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail

MODELE D'ACTE D'ACCEPTATION. [Sur papier en-tête de la Personne Publique]

MODELE D'ACTE D'ACCEPTATION. [Sur papier en-tête de la Personne Publique] MODELE D'ACTE D'ACCEPTATION [Sur papier en-tête de la Personne Publique] Acte d acceptation de la cession ou du nantissement d une créance professionnelle (soumis aux dispositions de l article L. 313-29

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER Article juridique publié le 26/01/2015, vu 2672 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Dans le cadre d une procédure saisie- immobilière, il est possible de tirer un meilleur

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Vincent Rebeyrol, Professeur de droit à EM Lyon Business School Avocat à la Cour (SCP Gatineau-Fattaccini)

Vincent Rebeyrol, Professeur de droit à EM Lyon Business School Avocat à la Cour (SCP Gatineau-Fattaccini) Recueil Dalloz 2010 p. 128 La charge de la preuve de la remise des fonds dans le contrat de prêt Vincent Rebeyrol, Professeur de droit à EM Lyon Business School Avocat à la Cour (SCP Gatineau-Fattaccini)

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR 2 ème chambre 18 juin 2013 RG 12/02752 Il ne peut être reproché à une banque d avoir fourni à la société débitrice des concours fautifs de nature à engager sa responsabilité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 09/11/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 18 février 2009 N de pourvoi: 05-16774 Non publié au bulletin Cassation M. Bargue (président), président Me Blondel, SCP Waquet,

Plus en détail

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION LES CRÉDITS PAR MOBILISATION Les crédits par mobilisation peuvent concerner la cession Dailly, et les crédits d'exploitation tels l'escompte et l'affacturage 1. Ces derniers ayant fait l'objet de nos développements,

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL Docteur Anne Gillet Docteur Jacques Darmon INTRODUCTION Une judiciarisation de plus en plus importante des relations sociales avec interventions

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés. Plan de l intervention. Partie I Le droit des sûretés

L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés. Plan de l intervention. Partie I Le droit des sûretés L actualité du droit des entreprises en difficulté et du droit des suretés Plan de l intervention Vendredi 2 octobre 2015 : 9h00 à 16h30 Par Nicolas Borga et Olivier Gout, Professeurs à l Université Jean

Plus en détail

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR 2 ème chambre 18 juin 2013 RG 12/02752 Il ne peut être reproché à une banque d avoir fourni à la société débitrice des concours fautifs de nature à engager sa responsabilité

Plus en détail

Le cautionnement d un bail d'habitation

Le cautionnement d un bail d'habitation Le cautionnement d un bail d'habitation Article juridique publié le 02/10/2012, vu 20379 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Initialement, la loi du 6 juillet 1989 ne comportait aucune notion de garantie de

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803...

Cour de cassation, civile, Chambre civile 1, 11 décembre 2013, 12-23.802 12-23.803... Page 1 sur 5 Références Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du mercredi 11 décembre 2013 N de pourvoi: 12-23802 12-23803 12-23804 Non publié au bulletin Rejet M. Gridel (conseiller doyen

Plus en détail

La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables

La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables L A LETTRE DROIT ECONOMIQUE CONSOMMATION La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables Dans un arrêt très contestable en date

Plus en détail

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note :

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note : Règlement 1346/2000, procédure collective ouverte en France et avertissement des créanciers résidant dans d autres pays de l Union européenne : la méconnaissance du formalisme exigé par le droit européen

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS

COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS COMMISSION DROIT DU TRAVAIL FORMATION LE FORFAITS JOURS DANS TOUS SES ETATS FONCTIONNEMENT DU FORFAIT : CONDITIONS DE SUIVI ET DE CONTRÔLE Introduction : Le forfait jours s adresse à des salariés qui disposent

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17

Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Sommaire Introduction... 13 Chapitre 1 : Opérations de trésorerie et groupes de sociétés définitions générales... 17 Section 1 : les opérations de trésorerie... 17 A Définitions des opérations de trésorerie...

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143

Cour de cassation Chambre sociale Cassation partielle 8 juin 2011 N 10-11.933 10-13.663 Bulletin 2011, V, n 143 Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 8 juin 2011 n 10-11.933 10-13.663 Publication : Bulletin 2011, V, n 143 Sommaire : Selon l'article L. 2411-5 du code du travail, le licenciement d'un délégué

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38)

Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) 2 Provisions déductibles pour les établissements financiers de factoring (art 37 et 38) A. REGIME EN VIGUEUR AU 31 DECEMBRE 2006 L article 30 de la loi n 2005-106 du 19 décembre 2005 portant loi de finances

Plus en détail

SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mars 2012 N de pourvoi: 11-11332 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Le Bret-Desaché, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas,

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire

Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option pour le prélèvement libératoire CE, 24 octobre 2014, n 366962 Assurance vie - Rachat -Prélèvement libératoire - Option - Irrévocabilité (oui) - Après l encaissement des revenus (non) Obs. : Assurance vie et irrévocabilité de l option

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS COMMERCIAUX

DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS COMMERCIAUX DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS COMMERCIAUX Les documents, émis ou reçus par une entreprise dans l exercice de son activité, doivent être conservés pendant des durées déterminées, essentiellement

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris BAUX COMMERCIAUX ACTUALITÉ 2011 2012 IMMATRICULATION DU PRENEUR Décisions i de la Cour de cassation 3è ch. Civ. : 15 sept. 2010 n 09 68521 23 nov. 2010 n 09 68685 18 janv. 2011 n 10 11583 3 mai 2011 n

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

M. Espel, Président Mme Pezard, Rapporteur SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, Avocat

M. Espel, Président Mme Pezard, Rapporteur SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, Avocat Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre commerciale 23 Octobre 2012 Rejet Publié au Bulletin N 11-23.376, 1024 SARL PG conseil développement (PGCD) Chatel-Louroz Classement : Contentieux Judiciaire

Plus en détail

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON

Cette décision sera mentionnée dans les. CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 LEBON CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 318617 Cette décision sera mentionnée dans les t~hl~::: dl ~0cuei! LEBON REPUBLIQUE FRANÇAISE SR SYNDICAT INTERCOMMUNAL DES TRANSPORTS PUBLICS DE CANNES LE CANNET

Plus en détail

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Une ordonnance vient de fixer les conditions de recours au portage salarial en précisant les principes applicables au salarié porté, à l'entreprise

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

AJDA 2007 p. 915. La nature des contrats passés par une personne privée transparente. Arrêt rendu par Conseil d'etat. 21 mars 2007 n 281796

AJDA 2007 p. 915. La nature des contrats passés par une personne privée transparente. Arrêt rendu par Conseil d'etat. 21 mars 2007 n 281796 AJDA 2007 p. 915 La nature des contrats passés par une personne privée transparente Arrêt rendu par Conseil d'etat 21 mars 2007 n 281796 Sommaire : Lorsqu'une personne privée est créée à l'initiative d'une

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les exigences formelles formulées par le Code de la consommation en matière d'offre de prêt immobilier n'ont que que pour souci la

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française

Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 2ème chambre civile 11 décembre 2008 n 07-19.606 Texte intégral : Cour de cassation2ème chambre civilecassation partielle sans renvoi11 décembre 2008N 07-19.606 République

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président Pourvoi n o M 10-21.900 Arrêt n o FS-P+B R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS

AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, DROIT DU FINANCEMENT AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS Le penchant naturel à invoquer

Plus en détail

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION?

LETTRE MAI/JUIN 2013 EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, FINANCEMENT EDITORIAL : 1843-4 DU CODE CIVIL : C ETAIT QUOI LA QUESTION? MAI/JUIN 2013 La cour de cassation soulève une question

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 17 mars 2010. M.LINDEN,conseiller le plus ancien faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 17 mars 2010. M.LINDEN,conseiller le plus ancien faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 17 mars 2010 M.LINDEN,conseiller le plus ancien faisant fonction de président Pourvoi n M 08-44.248 Rejet Arrêt n 506 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 novembre 2014 N de pourvoi: 13-16378 ECLI:FR:CCASS:2014:C101416 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Célice, Blancpain

Plus en détail

Le formalisme de la contrainte de l URSSAF

Le formalisme de la contrainte de l URSSAF Le formalisme de la contrainte de l URSSAF Article juridique publié le 26/01/2015, vu 3035 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La contrainte est une procédure extrajudiciaire accélérée pour le recouvrement

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 5 mars 2015 N de pourvoi: 14-11768 ECLI:FR:CCASS:2015:C100252 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Le Bret-Desaché,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Juridiction: Cour de cassation Formation: Chambre commerciale Date de la décision: mardi 12 juin 2012 N : 11-18978 Inédit au bulletin Solution: Rejet Président: M. Petit (conseiller doyen faisant fonction

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières. Introduction

Textes de référence : Table des matières. Introduction LES PROCEDES COMMINATOIRES EQUIVALENTS OU VOISINS DE L ASTREINTE DANS LE SYSTEME JURIDIQUE DU PORTUGAL Textes de référence :! Article 829-A du Code Civil Portugais (rédaction du Décret-Loi n 262/83 du

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

C O N V E N T I O N (a) ******************

C O N V E N T I O N (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département en vertu de la délibération

Plus en détail

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015

COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS 3ème Chambre Commerciale ARRÊT N 131 R.G : 13/03708 COUR D'APPEL DE RENNES ARRÊT DU 10 MARS 2015 COMPOSITION DE LA COUR LORS DU DÉLIBÉRÉ : Monsieur Alain

Plus en détail

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE?

QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE LA SOCIETE? QUID DES ACTES CONCLUS PENDANT LA PERIODE DE FORMATION DE? FICHE CONSEIL Page : 1/8 Au moment de la constitution d une société, les futurs associés sont conduits fréquemment à s engager pour le compte

Plus en détail

Période d essai. Période d essai. Définition

Période d essai. Période d essai. Définition La société Gedimat Farel est condamnée aux dépens, c est-à-dire au paiement des frais liés à l instance (frais d huissier ; indemnités de témoins éventuellement avancées ; rémunérations des experts désignés,

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Conclusions du commissaire du gouvernement

Conclusions du commissaire du gouvernement Tribunal des Conflits n 3803 1 Conflit négatif M. B. c/ Ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Séance du 4 juillet 2011 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire du gouvernement

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012 69, bd. Malesherbes 75008 Paris, France Tél. : + 33 (0) 1 55 27 88 00 Fax : + 33 (0) 1 55 27 88 10 www.legister.fr Société d Avocats Le présent flash d actualité concerne principalement le droit des sociétés.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail